Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XIII. Majorque indépendante1

Texte intégral

  • 1 Il s'agit ici seulement de Majorque indépendante. Avant d'avoir son indépendance, Majorque faisait (...)
  • 2 ‘Ibar, IV, p. 165 ; Ṭawā’if, p. 209-210 ; Party-Kings, p. 89.
  • 3 ‘Ibar, IV, p. 165 ; Reyes, p. 41 ; Ṭawā’if, p. 211-213 ; E.I.1, I, p. 630-631, art. « Baléares » ( (...)

1Lorsque Dénia fut annexée par al-Muqtadir b. Hūd, en 468/1076, le gouverneur des Baléares de l'époque, ‘Abd Allāh al-Murtaḍā, refusa de reconnaître la suzeraineté du roi hūdide et se déclara indépendant2. A sa mort, en 486/1093, son lieutenant Mubaššar b. Sulaymān lui succéda et prit le titre honorifique de Nāṣir al-Dawla. Ce fut un règne relativement faste et prospère. Lorsque ce prince énergique, qui fut également un grand mécène, mourut en 508/1115, il eut comme successeur Abū al-Rabī‘ Sulaymān. Cependant, l'année même de son avènement, les îles Baléares passèrent sous la domination almoravide3.

Ibn al-Labbāna (Abū Bakr Muḥammad ; m. 507/1113)4

  • 4 Infra, 192, 193.
  • 5 Infra, 193.
  • 6 Nafḥ, IV, p. 259 ; Poésie, p. 216.
  • 7 Nafḥ, IV, p. 259-260.

2Après la mort d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād pour lequel Ibn al-Labbāna fit preuve d'une fidélité exemplaire5, ce dernier se rendit dans plusieurs cours princières avant de se fixer, vers 489/1096, à Majorque où il devint l'un des thuriféraires du prince Nāṣir al-Dawla6. Cependant les panégyriques qu’il composa à la louange du souverain des Baléares étaient loin de soutenir la comparaison avec ceux qu’il avait dédiés au roi de Séville7.

3Ibn al-Labbāna mourut à Majorque, en 507/1113, dans des circonstances assez mystérieuses. Il fut probablement assassiné, ā la suite d'un complot ayant pour mobile la jalousie.

Notes

1 Il s'agit ici seulement de Majorque indépendante. Avant d'avoir son indépendance, Majorque faisait partie du royaume de Dénia. Donc, outre les références qui figurent dans le texte ci-dessous, cf. la bibliographie citée supra, 93.

2 ‘Ibar, IV, p. 165 ; Ṭawā’if, p. 209-210 ; Party-Kings, p. 89.

3 ‘Ibar, IV, p. 165 ; Reyes, p. 41 ; Ṭawā’if, p. 211-213 ; E.I.1, I, p. 630-631, art. « Baléares » (C. T. Seybold).

4 Infra, 192, 193.

5 Infra, 193.

6 Nafḥ, IV, p. 259 ; Poésie, p. 216.

7 Nafḥ, IV, p. 259-260.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search