Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre XI. La principauté de Huelva (Walba ou Awnab a) et Saltes (Šalṭīs)1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Ḏaḫīra, II/1, p. 233-235 ; Bayān, III, p. 213, 240-242, 299 ; Huila, II, p. 180-182 ; A‘māl, p. 15 (...)
  • 2 Ḏaḫīra, II/l, p. 234.
  • 3 Auparavant, son père Abū Muṣ‘ab Muḥammad b. Ayyūb avait été gouverneur de cette province pour le c (...)
  • 4 D'après une autre source, le prince déchu, ‛Abd al-‘Azīz al-Bakrī, se retira à Séville où il mouru (...)

1Cette principauté fut fondée en 403/1012 par un seigneur issu d'une grande famille d'origine arabe2, ‛Abd al-‘Azīz al-Bakrī ‘Izz al-Dawla3, qui, sous la pression exercée par le prince de Séville sur les roitelets du sud-ouest de la Péninsule, dut, en 443/1051, abandonner son royaume et se réfugier à Cordoue4. Dès lors, Huelva et Saltes firent partie des possessions d'al-Mu‘taḍid b. ‘Abbād.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

Abū ‘Ubayd al-Bakrī (m. 487/1094)5

  • 5 Ḏaḫīra, II/1, p. 232-238 ; Qalaid, p. 218-219 ; Ḥuila, II, p. 185 sqq ; Muġrib, I, p. 347-348 ; Si (...)
  • 6 Le chef de cette délégation était le vizir-secrétaire Abū al-Aṣbag b. Arqam ; il fut accompagné, p (...)

2Fils de ‘Izz al-Dawla, prince de Huelva et Saltes, il accompagna son père à Cordoue, où ils se réfugièrent après qu’ils eurent perdu leur principauté. Grâce à son éducation princière et à sa culture vaste et variée, Abū ‘Ubayd al-Bakrī réussit à s'introduire facilement dans le monde des belles-lettres, et notamment dans les nombreuses cours royales qui étaient, à cette époque, les foyers les plus actifs de la vie intellectuelle. Il fréquenta surtout la cour du prince d'Alméria, al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ qui eut l'occasion de faire appel à lui pour l'associer à une délégation chargée d'une mission auprès d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād6.

  • 7 Cf. M. G. de Slane, Description de l'Afrique septentrionale, texte arabe, Alger, 1857 ; 2e éd., Al (...)
  • 8 Cf. E. Lévi-Provençal, Description de l'Espagne d'Ahmad al-Rāzī, dans Andalus, XVIII, 1953, p. 100 (...)

3Al-Bakrī était un disciple du chroniqueur en renom, Abū Marwān b. Ḥayyān. L'une des caractéristiques principales de son œuvre considérable est sa variété. Connu plutôt comme géographe, Abū ‘Ubayd était aussi théologien, philologue, botaniste, et s'adonnait souvent à la littérature. Son œuvre géographique maîtresse est son Kitāb al-masālik wa-al-mamālik dont une partie seulement nous est parvenue. Le fragment concernant l'Afrique a été édité et traduit en français7. Des portions étendues relatives à l'Espagne ont été également publiées8. Comme l'indique son titre, cet ouvrage comporte une description minutieuse des royaumes et des itinéraires, ainsi que l'évaluation des distances entre les villes ou les gîtes d'étapes. Mais sa valeur inappréciable réside surtout dans les informations personnelles qu’il fournit à propos de l'histoire politique et sociale de l'Occident musulman, assez mal connue de ses devanciers.

  • 9 Ce livre a été publié par F. Wüstenfeld sous le titre Das geographische Wörterbuch, Göttingen, p. (...)

4De portée beaucoup plus limitée, la deuxième production géographique d'al-Bakrī, intitulée Kitāb mu‘gam mā ista‘ğam9, est un dictionnaire géographique ayant pour objet les toponymes relevés principalement dans la poésie préislamique et la littérature du ḥadīṭ. En effet, pour expliquer les poèmes anciens et certaines traditions prophétiques, où abondent les toponymes, beaucoup de lexicographes arabes ont dû s'intéresser à la géographie.

  • 10 Fi a‘lām nubuwwat nabiyyi-nā. Cf. Ṣila, n° 628.

5Dans le domaine religieux, on attribue à al-Bakrī un ouvrage sur les signes de la mission du Prophète Muḥammad10.

  • 11 Fahrasa, p. 325, 326, 343, 344.

6Abū ‘Ubayd est aussi l'auteur de quatre livres à caractère philologique11 :

  1. Al-tanbī h 'alā awhām Abī ‘Alī fi Kitāb al-Nawādir12 est une critique d'Abū Alī al-Qāli13.
  2. Simt al-la‘ālī fī šārḥ al-Amāl14, dans lequel l'auteur commente tout en les imitant les Amālī d'al-Qālī15.
  3. Silat al-mafsūl est un commentaire des vers d'al-Ġarīb al-muṣannaf d'Abū ‘Ubayd al-Qāsim b. Sallām16.
  4. Fasl al-maqāl fī šārh Kitāb al-amtāl17, autre commentaire, mais d'un recueil de proverbes d'Abū ‘Ubayd al-Qāsim b. Sallām.
  • 18 Fahrasa, p. 377 ; Recherches 1, p. 292, 306 ; Poésie, p. 198 ; E.I.2, loc. cit.
  • 19 E.I.2, loc. cit.
  • 20 Ḏaḫīra, II/l, p. 235-237.
  • 21 Ḏaḫīra, II/l, p. 237-238 ; Huila, II, p. 186 sqq ; Poésie, p. 100-101.
  • 22 Ḏaḫīra, II/l, p. 238 ; Recherches 3, I, p. 263 ; Poésie, p. 363-364.

7Les autres aspects de l'activité intellectuelle d'al-Bakrī ne sont pas à dédaigner. Il était également, avons-nous vu, un botaniste célèbre. Dans sa Fahrasa, Ibn Hayr lui attribue un ouvrage de botanique aujourd'hui perdu et intitulé Kitāb a‘yān al-nabāt wa-al-šāgariyyāt al-andalusiyya18 qui a servi de source aux autres naturalistes andalous19. Enfin, Abū ‘Ubayd était un fin lettré. Certains de ses biographes nous ont conservé des extraits de sa prose artistique et de son œuvre poétique. Après la victoire d'al-Zallāqa, il adressa une lettre de félicitations en prose rimée20 à al-Mu‘tamid b. ‘Abbād. Dans une pièce de vers, il fait l'éloge de ce dernier qui venait de se rendre en personne au Maġrib pour solliciter l'intervention de Yūsuf b. Tāšfīn contre les Chrétiens21. Il composa, par ailleurs, quelques vers exaltant le vin et les plaisirs ; cela lui valut, aux yeux de certains biographes, la réputation de buveur impénitent22.

Notes

1 Ḏaḫīra, II/1, p. 233-235 ; Bayān, III, p. 213, 240-242, 299 ; Huila, II, p. 180-182 ; A‘māl, p. 156-161 ; Abbadidis, I, p. 252-253 ; E.I.2, I, p. 159-161, art. Abū ‘Ubayd al-Bakrī, (E. Lévi-Provençal) ; Party-Kings, p. 88.

2 Ḏaḫīra, II/l, p. 234.

3 Auparavant, son père Abū Muṣ‘ab Muḥammad b. Ayyūb avait été gouverneur de cette province pour le compte du pouvoir central de Cordoue. Cf. Ḏaḫīra, II/1, p. 234.

4 D'après une autre source, le prince déchu, ‛Abd al-‘Azīz al-Bakrī, se retira à Séville où il mourut vers 450/1058. Cf. Bayān, III, p. 299.

5 Ḏaḫīra, II/1, p. 232-238 ; Qalaid, p. 218-219 ; Ḥuila, II, p. 185 sqq ; Muġrib, I, p. 347-348 ; Sila, n° 628 ; Buġya, n° 930 ; Nafḥ, III, p. 184-185 ; Poésie, index ; Ṭawā’if, p. 430 ; E.I.2, I, p. 159-161, art. « Abū ‘Ubayd al-Bakrī » (E. Lévi-Provençal) et références citées.

6 Le chef de cette délégation était le vizir-secrétaire Abū al-Aṣbag b. Arqam ; il fut accompagné, pour cette mission, d'Abū ‘Ubayd al-Bakri et d'Abū Bakr b. Ṣāḥib al-Aḥbās. Cf. Qalā‘id, p. 8-9 ; Poésie, p. 86 ; supra, 59.

7 Cf. M. G. de Slane, Description de l'Afrique septentrionale, texte arabe, Alger, 1857 ; 2e éd., Alger, 1910 ; trad. fr., J.A., p. 1857-1858 ; 2e éd. Alger, 1910 ; 3e éd., Paris, 1965.

8 Cf. E. Lévi-Provençal, Description de l'Espagne d'Ahmad al-Rāzī, dans Andalus, XVIII, 1953, p. 100-104 ; le même, La Péninsule ibérique au Moyen-Age, Leide, 1938, p. 245-252.

9 Ce livre a été publié par F. Wüstenfeld sous le titre Das geographische Wörterbuch, Göttingen, p. 1876-1877 ; 2e éd., Le Caire, 1953.

10 Fi a‘lām nubuwwat nabiyyi-nā. Cf. Ṣila, n° 628.

11 Fahrasa, p. 325, 326, 343, 344.

12 Éd. A. Salḥānī, Le Caire, 1344/1926. Cf. G.A.L., S. I, p. 202.

13 Les Nawādir d'al-Qālī, composées en Espagne même et imitées au ve/xie siècle par Abū ‛Abd Allāh b. Abī al-Ḫiṣāl dans son Sirā ğ al-adab. Cf. Nafḥ, III, p. 184, ne figurent pas dans la Fahrasa d'Ibn Ḫayr. Cf. Poésie, p. 31.

14 Éd. ‛Abd al-‘Azīz Maymanī, Le Caire, 1354/1936. Cf. G.A.L., loc. cit.

15 Nafḥ, III, p. 184 ; Poésie, p. 31.

16 E.I.2, art. “ Abū ‘Ubayd al-Bakrī ”, s.v.

17 G.A.L., S. I, p. 166 ; E.I.2, loc. cit.

18 Fahrasa, p. 377 ; Recherches 1, p. 292, 306 ; Poésie, p. 198 ; E.I.2, loc. cit.

19 E.I.2, loc. cit.

20 Ḏaḫīra, II/l, p. 235-237.

21 Ḏaḫīra, II/l, p. 237-238 ; Huila, II, p. 186 sqq ; Poésie, p. 100-101.

22 Ḏaḫīra, II/l, p. 238 ; Recherches 3, I, p. 263 ; Poésie, p. 363-364.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search