Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre IX. Le royaume de dénia1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

1. Règne de Muğāhid al-‘Āmirī (vers 403-436/1012-1044)

  • 1 Tibyān, p. 126 ;Ǧaḏwa, p. 114-116, 331 ;Ḏaḥīra, III (...)
  • 2 Ǧaḏwa, p. 331 ;Huila, II, p. 128 ;Ṭawā’if, p. (...)
  • 3 Bayān, III, p. 155-156 ;Ṭawā’if, p. 189.
  • 4 A‘mal, p. 220 ;Ṭawā’if, p. 189-190.

1Comme la plupart des provinces du Levante, Dénia tomba, vers 403/1012, sous la coupe de lata’ifaesclavonne. Un affranchi ‘āmiride d'origine chrétienne, Abū al-Ǧayš Muğāhid2, s'en empara et y fonda un royaume indépendant, en étendant sa souveraineté sur les îles Baléares toutes proches3. Il se fit décerner le titre honorifique d'al-Muwaffaq bi-llāh et, pour donner à son règne un simulacre de légitimité, il prit soin, en 405/1015, de conserver la fiction califienne, en intronisant comme calife, à Dénia même, unfaqīhde la lignée umayyade, Abū ‘Abd Allāh al-Mu‘aytī4.

  • 5 H.E.M., III, p. 108-111 ;E.I.1, art. « Mudjāh (...)

2Grâce à sa situation géographique qui lui confère un caractère semi-insulaire, Dénia était une base maritime privilégiée. Ses arsenaux très actifs la dotèrent d'une puissante flotte qui lui permit de tirer l'essentiel de ses revenus de la mer : le trafic commercial et la piraterie étaient très prospères5.

  • 6 Sur l'expédition de Muğāhid contre la Sardaigne, cf.Ǧaḏwa, p. 331 ; (...)

3En 406/1015, Muğāhid entreprit une opération militaire particulièrement audacieuse. Mettant à profit sa supériorité navale, il organisa une expédition de grande envergure contre la Sardaigne et réussit à rester maître de l'île pendant une dizaine de mois. Cet événement retentissant fut si douloureusement ressenti par les pays chrétiens voisins, qui se sentaient menacés à leur tour, que certains d'entre eux, notamment les républiques italiennes de Gênes et de Pise, se coalisèrent sous l'égide de la papauté et infligèrent une cuisante défaite à Muğāhid. Celui-ci subit de lourdes pertes et dut se retirer de l'île. Son fils ‘Alī, fait prisonnier alors qu’il n'avait que sept ans environ, ne put être racheté qu'après de nombreuses années et moyennant une forte rançon6.

  • 7 A‘mal. p. 220 ;Ṭawā’if. p. 194.

4De retour à Dénia, Muğāhid apprit que le co-régent, lefaqīh al-Mu‘aytī, avait commis de nombreuses exactions et tenté d'accaparer tous les pouvoirs. Alors, il le déposa et l'exila auMagribou il finit obscurément ses jours7.

  • 8 Supra, 29.
  • 9 H.E.M.. II, p. 337 ;Ṭawā’if, p. 196 ;supra, p (...)

5Comme la plupart des chefs de latā’ifaesclavonne, le roi de Dénia a pratiqué, tout au long de son règne, une politique anti-berbère et pro-andalouse. On se rappelle qu'en 408/1017, il prit position en faveur du prétendant umayyade, al-Murtadā, contre le calife en place, ‘Alī b. Hammūd al-Nāsir8, et qu'avec Hayrān d'Alméria, il attaqua en 417/1027 Cordoue d'ou ils chassèrent le lieutenant de Yahyā b. ‘ Alī b. Hammūd9.

2. Règne de ‘Alī b. Muğāhid Iqbāl al-Dawla (436-468/1044-1075)

  • 10 A‘māl, p. 221 ;Poésie, p. 275 ;Ṭawā’if, p. 20 (...)
  • 11 Bayān, III, p. 228 ;A‘māl. p. 221-222 ;Poésie (...)
  • 12 Sur ces événements, cf.Tibyān, p. 126 ;Ḏaḫīra, IV/1, p (...)

6Muğāhid mourut en 436/1044 et eut pour successeur son fils ‘Alī. Né de mère chrétienne et élevé en milieu chrétien durant sa longue captivité en Sardaigne, celui-ci se convertit à l'Islam et approfondit son apprentissage de la langue arabe, après son retour à Dénia auprès de son père10. Parmi les initiatives les plus notables qu’il prit au cours de son règne, il y eut l'envoi, en 447/1055, d'un grand bateau plein de vivres en Égypte frappée par la disette. Le calife fātimide du Caire, al-Mustansir bi-llāh, lui renvoya ce navire chargé d'objets précieux11. Mais ‘Alī Iqbāl al-Dawla n'avait ni les talents politiques et intellectuels ni la force de caractère de son père, ce qui excita la convoitise de certains de ses voisins, et en premier lieu de son beau-père, al-Muqtadir b. Hūd, qui lui ravit son royaume, en 468/1076, et le plaça en résidence surveillée à Saragosse ou il mourut, en 474/1081-108212.

  • 13 Poésie, p. 257.

7Avec la prise de Dénia par les Hūdides, les princes esclavons perdaient leur dernière possession13.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 14 Ce fut le cas, par exemple, du grand juriste Abū Muḥammad b. Ḥazm. Résolument pro-um (...)
  • 15 Blachère,Analecta, p. 464.
  • 16 Dans sonNafh, Maqqarī rapporte une anecdote significative à cet égard. (...)
  • 17 Ḏaḫīra, III/1, p. 23 ;Bayān, III, p. 156 ;M (...)

8Le Levante fut, après le démembrement du califat umayyade d'Occident, le principal refuge du parti légitimiste qui s'opposait aux Berbères et essayait de perpétuer la tradition des califes et desḥāğib-s, leurs successeurs. Dès les premières années de la guerre civile, cette région, relativement à l'abri des troubles, bénéficia en effet d'une émigration sélective. De nombreux intellectuels, fuyant les persécutions commises par les Berbères à Cordoue, prirent la direction dusarq al-Andalus14. Ayant acquis une solide culture à la cour du grandḥāğib, al-Manṣūr, lefatāMuğāhid s'efforça de faire de Dénia, sa capitale, un foyer intellectuel aussi actif et prospère que celui qu’il avait connu quelques années auparavant à la cour d'al-Zāhira15. Il avait une prédilection pour les sciences religieuses et la philologie, et affectionnait particulièrement les érudits et les savants versés dans ces domaines16. En revanche, l'intérêt qu’il portait à la poésie était plus nuancé. Il avait la réputation, en effet, de juger les œuvres poétiques sans complaisance, voire avec une certaine sévérité. Il s'attachait à les soumettre au crible de sa critique, ce qui n'était pas de nature à rassurer le grand nombre de versificateurs qui venaient quémander ses faveurs. Cette attitude intransigeante découragea certains poètes qui renoncèrent à dédier leurs poèmes au prince de Dénia et préférèrent solliciter la protection de mécènes moins tatillons et plus indulgents17.

  • 18 Bayān, III, p. 157 ;Muġrib, II, p. 401 ;‘Ibar, IV, (...)

9Bien qu'élevé dans la religion chrétienne pendant sa longue captivité en pays étranger, ‘Alī Iqbāl al-Dawla acquit lui aussi une vaste culture arabe et islamique, que son père avait tenu à lui faire inculquer. Cette solide formation lui permit de devenir plus tard, durant son long règne, un grand mécène qui protégea les sciences et les belles-lettres et s'entoura de savants, de lettrés et de poètes18.

1. Ibn Sa‘īd al-Dānī (Abū ‘Amr ‘Uṭmān ; m. 444/1053)19

  • 19 Ǧaḏwa, p. 286 ;Tadkira, III, p. 1120-1121, n° 1006 ; al-Suyûtī, (...)

10Né à Cordoue en 371/981-982, AbūAmr al-Dānī reçut sa première formation dans sa ville natale, avant de partir pour l'Orient, en 397/1006, afin d'accomplir le pèlerinage et d'approfondir ses connaissances surtout dans les sciences coraniques. Deux ans plus tard, il retourna dans son pays après avoir effectué, au cours de son voyage, des séjours studieux, notamment à Kairouan et au Caire. Cependant, juste à ce moment-là, lafitnaéclata ; il dut fuir Cordoue pour se réfugier d'abord à Alméria et enfin à Dénia d'ou il tire sanisbapuisqu’il s'y fixa définitivement. Il y passa plus de quarante ans et y mourut en 444/1053.

11Ce jurisconsulte mālikite, doué d'une mémoire prodigieuse, s'était acquis un grand renom dans les sciences qui traitent du Coran et plus spécialement des lectures (qirā‘āf), ce qui lui valut le titre très respectueux demuqri’ (lecteur). D'ailleurs, Muğāhid al-Âmirī, qui veillait personnellement au développement de ce genre de disciplines, avait toujours tenu al-Dānī en haute estime. Lors des funérailles d'Abū ‘Amr qui furent grandioses, le roi ‘Alī Iqbāl al-Dawla prit en personne la tête du cortège.

  • 20 G.A.L., I, p. 407, S. I., p. 719 ;E.l.-,s.v., (...)

12Dénia était devenue, à cette époque, la capitale des études coraniques de toute la Péninsule. Les étudiants y accouraient de toutes parts pour suivre l'enseignement du maître incontesté dans ce domaine. Abū ‘Amr ne composa pas moins de cent vingt ouvrages qu’il énumère lui-même dans uneurgūza, et dont une dizaine seulement nous sont parvenus. La plupart de ces livres se rapportent à la science des lectures coraniques (qirā'āt), la principale spécialité d'Abū 'Amr al-Dānī. Deux d'entre eux traitent de questions de grammaire20.

2. Ibn Rasīq (Abū al-‘Abbās Ahmad ; m. après 440/1048)21

  • 21 Ǧaḏwa, p. 114-116 ;Ḏaḫīra, 1/1, p. 168 (...)

13Originaire de Murcie, il vécut à Cordoue ou il étudia tout particulièrement l'adab, lefiqhet lehadīt. Il prit part à la vie politique et fit preuve, dans ce domaine, de tant de grandes qualités qu’il fut remarqué par le prince de Dénia, Abū al-Ǧayš Muğāhid, qui le nomma gouverneur de Majorque. Ibn Rasīq fut à la fois un administrateur compétent et un mécène généreux. Comme son maître, il s'intéressait médiocrement à la poésie. En revanche, il avait un penchant certain pour les disciplines plus sérieuses, et notammentle fiqhet leḥadīṯ, et il aimait s'entourer de fuqahā'.

  • 22 Turki,op. cit., p. 16.
  • 23 Ḏaḫīra, 1/1, p. 168-169 ;Nafh, II, p. 78.
  • 24 Turki,op. cit., p. 46.
  • 25 Ibid., p. 45 ;Nafh, II, p. 71, 76-77.
  • 26 Ḏaḫīra, II/l, p. 96 ;Huila, II, p. 128 ;Nafh, (...)
  • 27 Muġrib, I, p. 404 ; Turki,op. cit., p. 53-54.
  • 28 Sur ordre du roi de Séville, Ibn ‘Abbād (probablement al-Mu‘tadid), les livres d'I (...)

14Ce fut sur son invitation qu'en 430/1038 arriva dans l'île de Majorque le grand juriste ẓāhirite Abū Muḥammad b. Ḥazm22, qui était pourtant mal vu par lesMulūk al-Ṭawā’ifen raison de ses convictions politiques pro-umayyades et de son hostilité au mālikisme, l'école juridique qui dominait dans al-Andalus23. Dès son arrivée, Ibn Ḥazm parvint aisément, grâce au zèle stimulant d'Ibn Rasīq, à mieux faire connaître son école très minoritaire et à défendre ses opinions, en dispensant son enseignement zāhirite et en engageant des discussions avec ses contradicteurs. Polémiste redoutable, il avait presque toujours le dessus, à l'issue de fréquents débats publics organisés, voire arbitrés, par le gouverneur en personne24. Aussi, pour le réduire au silence, ses adversaires firent-ils appel à un juriste mālikite célèbre, Abū al-Walīd al-Bāgī qui avait effectué un séjour de treize ans en Orient, avant de regagner sa patrie, al-Andalus, vers 439/104725Alors, des séances de polémique opposant Ibn Ḥazm et al-Bāgī eurent lieu sur l'instigation du gouverneur Ibn Rasīq et en sa présence26. Si l'on en croit les biographes, al-Bāgī sortit vainqueur de ce duel oratoire. Grâce à sa solide formation, il réussit à porter un coup dur au zāhirisme et à son illustre représentant27. D'ailleurs, l'autodafé que connut l'œuvre d'Ibn Ḥazm par la suite fut l'une des conséquences de cette mémorable polémique28.

15Notons cependant que sur un plan plus général, lefaqīhzāhirite eut l'occasion de confondre son adversaire, au cours de cette confrontation. Dans sonNafh, al-Maqqarī rapporte l'anecdote suivante :

« Croyant mettre son rival dans l'embarras, al-Bāgī lui dit :

  • J'ai fait preuve d'une plus grande ténacité que toi dans la recherche de la science ; car, toi, tu étudiais confortablement à la lumière d'une lampe d'or, tandis que moi, pour ce faire, je veillais en m'éclairant de la lampe du gardien de nuit du marché.
  • Ces affirmations, répliqua Ibn Ḥazm, constituent une preuve contre toi ; car tu as cherché à acquérir la science dans de telles conditions pour parvenir à une situation comparable à la mienne ; alors que moi, je l'ai fait dans le contexte que tu sais et que tu viens d'évoquer. Mon seul but était donc d'atteindre un niveau scientifique élevé, dans la vie ici-bas et dans l'au-delā.
  • 29 Nafh, II, p. 77 ;Abenhάzam, I, p. 206-207 ; (...)

Par ces propos, Ibn Ḥazm réduisit son contradicteur au silence. »29

3. Ibn Sīdah (Abū al-Hasan ‘Alī ; m. 458/1066)30

  • 30 Ǧaḏwa, p. 293 ;Matmah, p. 60 ;Muġrib, II, p. (...)

16Aveugle et fils d'aveugle, Ibn Sīdah reçut sa première formation de son père qui l'initia très tôt aux secrets de la langue arabe, à Murcie, sa ville natale. Il fréquenta ensuite les cours de Sā‘id al-Bagdādī puis ceux d'Abū ‘Amr al-Talamankī ; et jusqu'ā sa mort, vers la soixantaine, il s'occupa principalement de philologie et de lexicographie. Dans ces disciplines, il composa de nombreux ouvrages dont deux seulement nous sont parvenus. Le premier, intituléal-Muhkam, est un dictionnaire classique ; alors que le second, qui porte le titred'al-Muḫaṣṣaṣest un immense dictionnaire analogique en dix-sept volumes.

17Ibn Sīdah vécut longtemps sous la protection du prince de Dénia, al-Muwaffaq, à qui il dédia ses deux dictionnaires. Cependant, à la mort d'al-Muwaffaq, il prit la fuite, sans raison apparente. Mais, peu de temps après, il revint à Dénia et s'attacha, jusqu'ā la fin de ses jours, en 458/1066, au prince Iqbāl al-Dawla.

4. Ibn Garsiya (Abū ‘Amir Ahmad)31

  • 31 Ḏaḫīra, III/2, p. 704sqq ; Muġrib, II, p. 355 (...)
  • 32 Muġrib, II, p. 406-407 ; Y. Ibn al-sayh al-Balawī,Alif bā’, I, (...)
  • 33 D'après certains manuscrits de laḎaḫīra et leMuġrib, I (...)
  • 34 Poésie, p. 286 et n. 5 ;E.I., I, p. 483-484, art. « Asfar » (I. (...)
  • 35 I. Goldziher a publié, pour la première fois, larisāla d'Ibn Garsiya, an (...)

18Abū ‘Amir b. Garsiya (Garcia) était un Vascon fait prisonnier très jeune et élevé à la cour de Muğāhid al-‘Āmirī32. Il se rendit célèbre par sa fameuse épître šu‘ūbite qu’il avait adressée au poète Abū Ga‘far Ahmad b. al-Harrāz al-Batarnī33, ou il reprochait à celui-ci de réserver ses panégyriques à al-Mu‘tasim b. Sumādih d'Alméria, et de refuser de faire l'éloge de Muğāhid de Dénia, parce que ce dernier n'était pas un prince d'origine arabe. Puis il s'attacha à démontrer à son correspondant la supériorité de la race des Rūm, des Banū al-Asfar34(les fils d'Esaü) sur celle des Arabes. Cetterisālaprovoqua une vive émotion et suscita de nombreuses ripostes visant à réfuter les thèses šu‘ūbites et notamment l'accusation d'infériorité raciale35.

  • 36 Cf. la notice consacrée à cet auteur dansIfriqiya, p. 193sqq. (...)
  • 37 Cf.ibid., p. 193-197.

19L'une des répliques les plus dignes d'intérêt fut celle d'Abū al-Ṭayyib ‘Abd al-Mun‘im b. Mann Allāh al-Qarawī (m. 493/1100). Cet Ifrīqiyen natif de Kairouan émigra en Espagne après l'invasion hilālienne, vers le milieu duve/xiesiècle, et se fixa dans le Levante36. Sa réfutation est moins passionnée et plus argumentée que les autres qui se réduisent souvent à une cascade d'insultes à l'adresse d'Ibn Ġarsiya. Ibn Mann Allāh oppose les qualités des Arabes aux défauts des non-Arabes37.

  • 38 Cf. l'étude de I. Goldziher, dansMuhammedanische Studien, I, p. 147-216, (...)

20On sait que, bien avant de faire son apparition en Occident musulman, lašu‘ūbiyya, en tant que phénomène ou thème littéraire, vit le jour et se développa d'abord en Orient. En effet, cette querelle raciale, qui connut une grande ampleur après les conquêtes et qui avait, initialement, un caractère plutôt politique et social, se doubla par la suite d'une querelle littéraire ayant pour thème central les mérites respectifs des Arabes et des non-Arabes38. Ce mouvement eut moins d'ampleur en Espagne et malgré l'extrême complexité ethnique de la population, le sentiment šu‘ūbite se limitait, dans l'Occident musulman, à reprendregrosso modoles mêmes thèses mises en avant par les šu‘ūbites orientaux. D'autre part, l'émotion considérable créée par larisālad'Ibn Garsiya et l'unanimité des ripostes condamnant énergiquement celui-ci, sans qu'aucune voix osât s'élever pour le défendre ou justifier sa démarche, prouvent qu’il s'agit là d'un cas isolé.

5. Al-‘Abbādiyya39

  • 39 Nafh, IV, p. 283 ;Abbadidis, II, p. 235 ;Poésie (...)
  • 40 A Séville, elle était seule à connaître les noms des "fossettes" sur les joues et (...)
  • 41 Les deux vers ont été conservés dansNafh, IV, p. 283.

21C'était une esclave (ğāriya) offerte à al-Mu‘tadid b. ‘Abbād par son beau-père, Muğāhid, le prince de Dénia. Elle avait une vaste culture littéraire et philologique40et maniait aisément la prose et la poésie. Un soir, pendant qu'elle dormait, al-Mu‘tadid composa un vers dans lequel il la taquinait. Alors, elle répondit sur le même ton, en improvisant un vers sur le même mètre et de même rime41.

6. lbn al-Yamānī (Abū ‘AU Idrīs ; m.470/1077)42

  • 42 Ǧaḏwa, p. 160 ;Ḏaḫīra, III/1, p. 336-360 ;Muġrib (...)
  • 43 Ḏaḫīra, III/1, p. 336-337 ;Nafh, IV, p. 75 ;Elogio (...)
  • 44 Ḏaḫīra, III/1, p. 340-341.

22Ibn al-Yamānī Abū‘Ali Idrīs al-‘Abdarî al-Yābisī était le type même du poète de métier itinérant qui cherchait à vivre de sa littérature. Il fut tour à tour le thuriféraire des Hammūdides, d'al-Mu‘tadid de Séville, d'al-Ma‘mūn b. Ḏî al-Nūn de Tolède, de Muğāhid, puis d'Iqbāl al-Dawla de Dénia. Il poussait le cynisme jusqu'à fixer lui-même le prix de ses panégyriques. Il refusait de composer un poème laudatif pour moins de cent dinars. Al-Mu‘tadid lui-même dut se plier à cette exigence43. Cependant les prétentions du poète n'étaient pas toujours satisfaites. Un jour, alors qu'Ibn al-Yamānī récitait un panégyrique à la gloire de Muğāhid, celui-ci, trouvant le poème sans grand intérêt, usa de subterfuge pour faire taire le poète et éviter ainsi de le récompenser44.

7. Ibn Burd al-Asgar (Abū Hafṣ Ahmad ; m. 445/1054)45

  • 45 Ǧaḏwa, p. 107-108 ;Ḏaḫīra, 1/1, p. 486-535 ;Maṭmaḥ (...)

23Issu d'une grande famille de Cordoue dont certains membres devinrent illustres dans les domaines littéraire et politique, il était le petit-fils d'Ibn Burd al-Akbar, le chef de la chancellerie sous leḥāğib‘āmiride ‘Abd al-Malik al-Muzaffar.

  • 46 Selon H. Pérès, citant Dozy,H.M.E., II, p. 283, Ibn Burd al-Asgar aurait (...)
  • 47 Sur les Banū Burd, cf.Ḏaḫīra, 1/1, p. 103-131, 486sqq  (...)
  • 48 Ḏaḫīra, 1/1, p. 103 ;Maqāma-s, p. 9.
  • 49 Ḏaḫīra, 1/1, p. 488 ;Muġrib, I, p. 86.
  • 50 Ḏaḫīra, 1/1, p. 489-490 ;Maqāma-s, p. 9sqq. S (...)

24On constate une fréquente confusion entre ces deux Ibn Burd46, car ils portaient le même nom et la mêmekunya. Aussi prit-on l'habitude de les distinguer par leur surnom : Ibn Burd al-Akbar, oual-Wazīr, était le grand-père d'Ibn Burd al-Asgar, oual-Kātib, dont le père, Abū al-‘Abbās Muḥammad était beaucoup moins connu47. Après avoir été ministre du calife al-Mustazhir (414/1023), Ibn Burd al-Akbar quitta Cordoue et se réfugia, vers 417/1026, à Saragosse ou il mourut, en 418/1027, âgé de plus de quatre-vingts ans48. Après la mort de son grand-père, qui l'avait initié au métier dekātib49, Ibn Burd al-Asgar se rendit à Dénia ou il occupa les fonctions de secrétaire au service de Muğāhid. Cependant il ne resta pas longtemps dans cette cour et finit par se fixer définitivement à Alméria et s'attacha au prince Ma‘n b. Ṣumādiḥ jusqu'à sa mort en 445/105650.

  • 51 Muġrib, I, p. 85. Les Banū Burd étaient liés par des liens de clientèle a (...)
  • 52 Ḏaḫīra, 1/1, p. 505sqq ; Ǧaḏwa, p. 108 ; (...)
  • 53 Muġrib, I, p. 91 ;Maqāma-s, p. 15.

25Ibn Burd al-Asgar était un bon poète, comme le prouvent les pièces de vers rapportées par ses biographes. Il récita un éloge funèbre sur la tombe d'Abū ‘Amir b. Suhayd, peu après la mort de celui-ci, survenue à Cordoue en 426/103551. A cause de ses origines aristocratiques, il avait tendance à délaisser le genre laudatif pour les genres descriptif et amoureux52. Mais Abū Hafs doit sa renommée principalement à son œuvre en prose considérable et variée. D'ailleurs, certains anthologues estiment qu'en tant que prosateur, il était supérieur à son grand-père, unkātib de renom53.

  • 54 Ḏaḫīra, 1/1, p. 523-528. Cf. traduction et étude de cette epître dansMaq (...)

26Parmi ses nombreux écrits, son chef-d'œuvre fut incontestablement saRisālat al-sayf wa-al-qalam(Épître du sabre et de la plume)54, dédiée à Abū al-Ǧayš Muğāhid al-‘Āmirī qui, grâce à ses qualités guerrières et à sa vaste culture, se servait aussi bien du sabre que de la plume. Il s'agit donc d'un débat contradictoire engagé entre le sabre et la plume : chacun des deux protagonistes énumère ses propres mérites auxquels il oppose les démérites et les défauts de l'autre, et tente ainsi de prouver sa supériorité sur son rival. Mais l'auteur réussit à équilibrer ce duel, à l'issue duquel il n'y aura ni vainqueur ni vaincu. Le sabre et la plume finissent en effet par faire la paix et proclamer leur complémentarité, puisqu’ils sont tous deux au service de Muğāhid qui les maniait l'un et l'autre avec beaucoup de dextérité. Ainsi, tous ces artifices et toute cette grandiloquence n'étaient, au fond, qu'un prétexte original et habile pour encenser Muğāhid.

  • 55 Ḏaḫīra, 1/1, p. 495-496 ;Muġrib, I, p. 87-88 ;Maqāma-s(...)

27Cependant, de par sa formation et sa vocation, Ibn Burd se devait normalement de préférer la plume. Aussi, comme pris de remords, il prendra plus tard la défense de son fidèle compagnon, le calame, lui rendra un vibrant hommage et réservera toutes ses critiques au sabre55.

  • 56 Ǧaḏwa. p. 107 ;Nafh, III, p. 546 (d'aprèsMaṭmaḥ (...)

28La plupart des critiques considèrent cetterisālaqui s'apparente au genre littéraire bien connu de lamufāharaet de lanumāfaracomme l'œuvre d'Ibn Burd al-Asgar la plus originale et la plus digne d'intérêt56.

  • 57 Ḏaḫīra, 1/1, p. 528-531 ; H. Pérès, « Le palmier en Espagne musulmane ». (...)

29Deux autres épîtres moins célèbres d'Ibn Burd ont été conservées dans laḎaḫīra. LaRisāla fī al-naljla(Epître du palmier)57est une lettre qu'Ibn Burd adressa à un de ses amis, Abū ‘Abd Allāh, lui reprochant de ne pas l'avoir invité à manger des dattes de son palmier. Donc, à partir d'un événement tout à fait anodin, l'auteur donne libre cours à son imagination et à son érudition pour consacrer un long développement en prose rimée très recherchée à ce thème assez commun. Peu importe la réalité des faits ; ce qui compte avant tout, c'est d'en parler avec élégance et panache.

  • 58 Infra, 323.
  • 59 Ḏaḫīra, 1/1, p. 531-535 ;Maqāma-s, p. 16. Abū Hafs b. Burd est (...)

30La troisième et dernièrerisālas'intituleal-Risāla al-badī‘a fī tafḍīl uhub al-šā’ ‘alā mā yuftaras min al-witā58. Dans cette épître, Ibn Burd répond à un correspondant qui lui aurait reproché d'utiliser les peaux de moutons, et lui expose avec force arguments les raisons pour lesquelles il les préfère à toute autre sorte de natte59.

  • 60 Ḏaḫīra, 1/1, p. 486sqq ; Muġrib, I, p. 86 ; (...)

31Dans un ouvrage d'allure autobiographique intituléSirr al-adab wa-sabk al-ḏahab, Ibn Burd recueillit des morceaux choisis de son œuvre en prose et traitant de sujets variés. Il le dédia par la suite à Abū al-Ahwas Ma'n b. Sumādih d'Alméria60.

8. Ibn Arqam (Abū al-Asbag ‘Abd al-‘Azīz.)61

  • 61 Supra, 59.
  • 62 Ḏaḫīra, III/l, p. 393-395 ;Ṭawā’if, p. 202-203 ;supra. (...)

32Il occupa pendant un certain temps les fonctions dekātibau service du prince de Dénia, Iqbāl al-Dawla, qui le chargea de rédiger la lettre accompagnant le bateau de vivres envoyé au calife fāṭimide du Caire, lors de la famine de 447/105562.

  • 63 Ḏaḫīra, III/l, p. 360, 367-392.

33Ibn Arqam eut un redoutable adversaire en la personne du philologue Ibn Sīdah qui mettait en cause son talent de prosateur, relevant des erreurs de langue et de style dans certains de ses écrits, et notamment dans la missive adressée au souverain d'Égypte63.

  • 64 Supra, 59.

34A une date indéterminée, Abū al-Asbag quitta Dénia, peut-être en raison de ses mauvaises relations avec Ibn Sīdah, et se rendit auprès d'al-Mu‘tasim b. Sumādih qui lui confia de hautes responsabilités politiques64.

9. Ibn ‘Abd al-Barr (Abū Muḥammad ‘Abd Allāh ; m. 474/1082)65

  • 65 Infra, 184.
  • 66 Ḏaḫīra, III/1, p. 125-126 ;Qalā‘id, p. 181 ;Muġrib (...)
  • 67 Ḏaḫīra, III/l, p. 127-128 ;Muġrib, II, p. 402-403.

35Sa brillante carrière dekātibà la cour de Séville fut compromise par sa rivalité avec Abū al-Walīd b. Zaydūn qui l'avait accusé de trahison auprès d'al-Mu'tadid. Ibn ‘Abd al-Barr n'eut la vie sauve que grâce à l'intervention de son père, le célèbre traditionniste Abū ‘Umar b. ‘Abd al-Barr ; mais il dut quitter Séville66. Il s'établit par la suite à Dénia, et fut engagé comme secrétaire à la cour d'Iqbāl al-Dawla qui lui confia la rédaction de missives officielles importantes. Il fut l'auteur de larisāla qui accompagna la fille de‘Ali b. Muğāhid lors de son mariage avec al-Mu'tasim b. Sumādih67.

  • 68 Ḏaḫīra, III/l, p. 169-171 ;Bayān, III, p. 157-158 ;Taw (...)
  • 69 Sur la prise de cette ville par les Normands, cf.Ḏaḥīra, III/l, p. 179-1 (...)
  • 70 Ḏaḥīra, III/l, p. 173-179.

36Il rédigea aussi la lettre qu'Iqbāl al-Dawla adressa à son beau-frère, Ibn Abī ‘Āmir de Valence, l'informant de la trahison de son frère, Hasan, qui avait tenté de l'assassiner avec la complicité de son autre beau-frère, al-Mu‘tadid b. ‘Abbād68. Il écrivit également, au nom des habitants de la ville de Barbastro qui venait de tomber aux mains des Normands69, une longue épître adressée aux souverains andalous, les conjurant de dépasser leurs querelles fratricides et de conjuguer leurs efforts pour chasser les Chrétiens qui s'étaient emparés de leur ville (456/1064)70.

37Ibn ‘Abd al-Barr demeura à Dénia jusqu'ā ce qu'elle fût prise par le roi de Saragosse, en 468/1076.

10. Ibn Muslim (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad)71

  • 71 Ḏaḥīra, III/l, p. 427-448 ;Muġrib, II, p. 405 ;Masālik(...)
  • 72 Ḏaḥīra, III/l, p. 427.
  • 73 Al-Aglab était un client de Muğāhid al-Amirī. Il se distingua surtout p (...)
  • 74 De nombreux pasšāges de cetterisāia ont été reproduits dansḎaḥī (...)

38Il fut vizir-secrétaire d'Iqbāl al-Dawla. Il consigna lui-même certaines de ses épîtres dans un recueil qu’il intitulaṬayy al-marāhil72. Il adressa une longue lettre au gouverneur de Majorque, al-Aglab73, auquel le liait une grande amitié. Dans cetterisāla, Ibn Muslim relate un voyage qu’il avait effectué à titre d'ambassadeur d'Iqbāl al-Dawla auprès de certains princes andalous74.

11. Ibn Ahmad (Abū Ga‘far Ahmad)75

  • 75 Ḏaḫīra, III/2, p. 755-773 ;Qalā‘id, p. 188-190 ;Muġrib(...)
  • 76 Ḏaḫīra, III/2, p. 758.
  • 77 Un jour, al-Mutamid quitta le palais d'al-Mubārak et alla s'installer d (...)
  • 78 Ḏaḫīra, III/2, p. 758 ;Muġrib, II, p. 404.

39Son père était un agent de police cupide et cruel76. Abū Ga‘far b. Ahmad compta parmi les meilleurs secrétaires d'Iqbāl al-Dawla. Après l'annexion de Dénia au royaume de Tolède, en 468/1076, il chercha fortune auprès d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād77. Il avait un frère lettré avec lequel il était souvent en mauvais termes. Pour une raison inconnue, ce frère eut un différend avec Iqbāl al-Dawla et dut s'enfuir de Dénia et se réfugier à Saragosse ou il finit par occuper les fonctions de vizir. D'ailleurs, il semble qu’il ait joué un rôle dans la chute de Dénia aux mains des Hūdides. Il mourut à Saragosse, victime de ses intrigues. Abū Ga‘far composa une satire dans laquelle il s'attaqua à son frère devenu ministre78.

Notes

1 Tibyān, p. 126 ;Ǧaḏwa, p. 114-116, 331 ;Ḏaḥīra, III/1, p. 22-24, IV/1. p. 265-268 ;Bayān, III, p. 116, 155-158, 228 ;Muġrib, II, p. 406-407 ;Huila, II, p. 128 ; A‘māl, p. 217-222 ;‘Ibar, IV, p. 164, 165, 167 ;Nafh, index ;Recherches 3, II, p. 323-326 ;H.M.E., III, p. 3, 114 ;Reyes, p. 34-37, 41 ; Amari,Storia, III, p. 4, 6, 7, 9 ;H.E.M., II, p. 337 ;Poésie, index ; Ch. Pellat,Ibn Suhayd p. 47-48 ;Ṭawā'if, p. 187-213 ;Ifriqiya, p. 193-197 ; M. J. Rubiera Mata,La Taifa de Dénia ; Party-Kings, p. 87 ;E.I.1, III, p. 666, art. « Mudjāhid » (E. Lévi-Provençal) ;E.I.2, II, p. 114-115, art. « Dāniya » (C. F. Seybold-[A. Huici Miranda]) ; Clelia Sarnelli Cerqua,Muğāhid al-‘Āmirī qā'id al-ustûl al-'arabī fī garbī al-bahr al-mutawassit fï al-qarn al-hāmis al-higrī. Le Caire, 1961.

2 Ǧaḏwa, p. 331 ;Huila, II, p. 128 ;Ṭawā’if, p. 188.

3 Bayān, III, p. 155-156 ;Ṭawā’if, p. 189.

4 A‘mal, p. 220 ;Ṭawā’if, p. 189-190.

5 H.E.M., III, p. 108-111 ;E.I.1, art. « Mudjāhid »,s.v. ; Ṭawā’if p. 190.

6 Sur l'expédition de Muğāhid contre la Sardaigne, cf.Ǧaḏwa, p. 331 ;Muġrib. II, p. 401 ; A‘māl, p. 219-220 ;‘Ibar, IV. p. 164 ; Amari,Storia, III. p. 4sqq ; Ṭawā’if, p. 190-195 ; Clelia Sarnelli.op. cit.. p. 193-209.

7 A‘mal. p. 220 ;Ṭawā’if. p. 194.

8 Supra, 29.

9 H.E.M.. II, p. 337 ;Ṭawā’if, p. 196 ;supra, p. 32-33.

10 A‘māl, p. 221 ;Poésie, p. 275 ;Ṭawā’if, p. 200.

11 Bayān, III, p. 228 ;A‘māl. p. 221-222 ;Poésie, p. 326, n. 2 ;Ṭawā’if, p. 202-203.

12 Sur ces événements, cf.Tibyān, p. 126 ;Ḏaḫīra, IV/1, p. 265-268 ;Bayān, III, p. 228 ;Ibar, IV, p. 165 ;A‘mal, p. 222 ;H.M.É., III, p. 114 ;Tawaif, p. 208-209.

13 Poésie, p. 257.

14 Ce fut le cas, par exemple, du grand juriste Abū Muḥammad b. Ḥazm. Résolument pro-umayyade, il dut se retirer dans le Levante et séjourna quelque temps à Jativa ou il écrivit sonTawq al-ḥamāma. Cf.Ḏaḫīra, III/1, p. 22-23 ;infra, 326.

15 Blachère,Analecta, p. 464.

16 Dans sonNafh, Maqqarī rapporte une anecdote significative à cet égard. Muğāhid offrit mille dinars au lexicographe Abū Gālib b. al-Tayyāni de Murcie (m. 433/1041), espérant que ce savant lui dédierait le livre qu’il venait de composer. Cependant le lexicographe refusa son offre, en lui faisant savoir qu’il avait écrit cet ouvrage pour tous ceux qui recherchaient la science et qu’il n'accepterait à aucun prix de telles propositions. Cf.Ǧaḏwa, p. 172 ;Muġrib, I, p. 166 ;Nafh. III, p. 171-172 ;Tawa’if, p. 199 ;infra, 292.

17 Ḏaḫīra, III/1, p. 23 ;Bayān, III, p. 156 ;Muġrib, II, p. 401 ;’Ibar, IV, p. 164 ;Amal, p. 217-219 ;Poésie, p. 79-80.

18 Bayān, III, p. 157 ;Muġrib, II, p. 401 ;‘Ibar, IV, p. 164 ;A‘mal, p. 221 ;Poésie, p. 275.

19 Ǧaḏwa, p. 286 ;Tadkira, III, p. 1120-1121, n° 1006 ; al-Suyûtī,Tabaqāt al-huffāz, p. 429-430, n° 973 ;Bugya, p. 399-400, n° 1185 ;‘dabā’, XII, p. 125 ;Sila, II, p. 385-387, n° 876 ;‘Ibar, III, p. 207 ;Nafh, II, p. 135-136 ;Poésie, p, 277 (ou Abū ‘Amr al-Dānī est confondu avec le vizir-secrétaire Abū ‘Amr Yūsuf b. Ga'far al-Bāgī) ;E.l.1, I, p. 937, art. « al-Dānī » (Moh. Ben Cheneb) ;E.l.2, II, p. 112, art. « al-Dānī » (Réd.).

20 G.A.L., I, p. 407, S. I., p. 719 ;E.l.-,s.v., art. « al-Dānī » (Réd.).

21 Ǧaḏwa, p. 114-116 ;Ḏaḫīra, 1/1, p. 168sqq, II/1, p. 96 ;Huila, II, p. 128-129 ;Muġrib, I, p. 404 ;Nafh, IL p. 68, 71, 76-78, 82 ;Abenhāzam, I, p. 206-207 ;Poésie, index ; A. Turki,Polémiques entre Ibn Ḥazm et Bāgī, p. 16, 18, 45, 46, 53sqq etpassim.

22 Turki,op. cit., p. 16.

23 Ḏaḫīra, 1/1, p. 168-169 ;Nafh, II, p. 78.

24 Turki,op. cit., p. 46.

25 Ibid., p. 45 ;Nafh, II, p. 71, 76-77.

26 Ḏaḫīra, II/l, p. 96 ;Huila, II, p. 128 ;Nafh, II, p. 68 ;Poésie, p. 456 ; Turki,op. cit., p. 18, 45, n. 83.

27 Muġrib, I, p. 404 ; Turki,op. cit., p. 53-54.

28 Sur ordre du roi de Séville, Ibn ‘Abbād (probablement al-Mu‘tadid), les livres d'Ibn Ḥazm furent saisis et brûlés. Sur cet événement et la réaction du principal intéressé apprenant la destruction de ses ouvrages par le feu, cf.Ḏaḫīra, 1/1, p. 169, 171, II/1, 96 ;Nafh, II, p. 82 ;Poésie, p. 450-451.

29 Nafh, II, p. 77 ;Abenhάzam, I, p. 206-207 ;Poésie, p. 69-70 ; Turki,op. cit., p. 55-56 et n. 123.

30 Ǧaḏwa, p. 293 ;Matmah, p. 60 ;Muġrib, II, p. 259 ;Bugya, p. 405, n° 1205 ;Sila, p. 410, n° 889 ;Bugyat al-wu‘āt, p. 327 ;'daba, XII, p. 231-235 ; Sā‘id,Tabaqāt al-umam, p. 119, trad. R. Blachère, p. 142 ;Nafh, III, p. 380, IV, p. 27-28 ;Civilisation, p. 84 ;G.A.L., I, p. 308, 691, S. I, p. 542 ;Poésie, index ;E.I.2, III, p. 964-965, art. « Ibn Sīda » (M. Talbi) (avec d'autres références citées dans la bibliographie).

31 Ḏaḫīra, III/2, p. 704sqq ; Muġrib, II, p. 355-356, 406-407 ;Sila, I, p. 371, n° 838 ; Y. Ibn al-sayh al-Balawī,Alif bā’ I, p. 350 ; ‘A. Hārūn,Nawādir al-mahtûtāt, III, p. 226-330 et compte-rendu de E. Lévi-Provençal, dansArabica, 1954, p. 371 ;Poésie, index ;Ṭawā’if, p. 203-208 ;Ifriqiya, index ; I. ‘Abbās,Asr al-Ṭawā’if, p. 170-176 ; I. Goldziher, « Die Su'ûbijja unter den Muhammedanern in Spanien », dansZ.D.M.G., 1899, LUI, p. 601-1620 ; J. T. Monroc,The Shu'ftbiyya in al-Andalus ; E.I.-, III, p. 796, art. « Ibn Gharsiya » (M. Monés).

32 Muġrib, II, p. 406-407 ; Y. Ibn al-sayh al-Balawī,Alif bā’, I, p. 350.

33 D'après certains manuscrits de laḎaḫīra et leMuġrib, II, p. 355, le destinataire de cette épître serait Abū Ga‘far (b.) al-Gazzār, alors que dans d'autres manuscrits de laḎaḫīra et le manuscrit n° 538 de l'Escurial, il s'agirait d'Abū ‘Abd Allāh b. al-Haddād.Cf. Ḏaḫīra, III/2, p. 704 et n. 4 ;Muġrib, II, p. 406-407 ;Poésie, p. 286, n. 3 ;Ṭawā’if, p. 204 et n. 2.

34 Poésie, p. 286 et n. 5 ;E.I., I, p. 483-484, art. « Asfar » (I. Goldziher).

35 I. Goldziher a publié, pour la première fois, larisāla d'Ibn Garsiya, analysé les réactions qu'elle avait entraînées et étudié lasu'ūbiyya en Espagne musulmane, dansZ.D.M.G., 1899, LIII, p. 601-620. L'auteur de laḎaḫīra a conservé cette épître suivie de trois répliques qui sont celles d'Abū Ga‘far b. al-Dūdīn, d'Abū al-Tayyib b. Mann Allāh al-Qarawī et d'Ibn ‘Abbās. (Cf.Ḏaḫīra, III/2, p. 705-755.) Un manuscrit de l'Escurial, sans titre et portant le n° 538, contient, outre l'épître d'Ibn Garsiya, la réfutation d'un anonyme et celle d'Abū Ga‘far b. al-Dūdīn al-Balansī, une troisième réplique plus tardive attribuée à Abū Yahyā b. Mas‘ada, de l'époque almohade. (Cf.Poésie, p. 286, n. 6.) Enfin, larisāla d'Ibn Garsiya et quatre des répliques qu'elle avait suscitées ont été publiées par ‘A. Hārūn, dansNawādir al-mahtūtāt, III, p. 226-330, 1954. Cf. compte-rendu de E. Lévi-Provençal, dansArabica, 1954, p. 371.

36 Cf. la notice consacrée à cet auteur dansIfriqiya, p. 193sqq.

37 Cf.ibid., p. 193-197.

38 Cf. l'étude de I. Goldziher, dansMuhammedanische Studien, I, p. 147-216, (trad. ang. C. R. Barber et S. M. Stern, Chicago, 1967, I, p. 137-198) ;Civilisation, p. 41-42 ;E. I.1, IV, p. 410, art. « Shu‘ūbiyya » (Macdonald) ;Poésie, p. 286 et n. 1.

39 Nafh, IV, p. 283 ;Abbadidis, II, p. 235 ;Poésie, p. 430.

40 A Séville, elle était seule à connaître les noms des "fossettes" sur les joues et le menton. Cf.Nafh, IV, p. 283 ;Poésie, p. 430, n. 2.

41 Les deux vers ont été conservés dansNafh, IV, p. 283.

42 Ǧaḏwa, p. 160 ;Ḏaḫīra, III/1, p. 336-360 ;Muġrib, I, p. 400 ; Bugya, n° 560 ;Masālik, XI, p. 204 ; Mutrib, p. 130, 197 ;Nafh, IV, p. 75, 156 ;Êlogio, p. 48 ;Poésie, p. 82, 354.

43 Ḏaḫīra, III/1, p. 336-337 ;Nafh, IV, p. 75 ;Elogio, p. 48 ;Poésie, p. 82.

44 Ḏaḫīra, III/1, p. 340-341.

45 Ǧaḏwa, p. 107-108 ;Ḏaḫīra, 1/1, p. 486-535 ;Maṭmaḥ, p. 24-25 ;Muġrib, I, p. 86-91 ;Nafh, III, p. 545-546 ;Poésie, index ;Maqāma-s, p. 1-59 ;E.I.2, III, p. 762-763, art. « Ibn Burd » (H. Monés).

46 Selon H. Pérès, citant Dozy,H.M.E., II, p. 283, Ibn Burd al-Asgar aurait rédigé l'acte par lequel ‘Abd al-Rahmān Sanchol, fils d'al-Manṣūr b. Abī ‘Amir, se fit reconnaître comme héritier présomptif du calife Hišam al-Mu'ayyad. Or, nous savons par ailleurs que cet acte d'investiture est l'œuvre d'Ibn Burd al-Akbar ; cf.Poésie, p. 4, n. 1 ;Maqāma-s, p. 8.

47 Sur les Banū Burd, cf.Ḏaḫīra, 1/1, p. 103-131, 486sqq ; Maqāma-s, p. 3-12.

48 Ḏaḫīra, 1/1, p. 103 ;Maqāma-s, p. 9.

49 Ḏaḫīra, 1/1, p. 488 ;Muġrib, I, p. 86.

50 Ḏaḫīra, 1/1, p. 489-490 ;Maqāma-s, p. 9sqq. Selon Ibn Sa'īd, après la mort de son grand-père, Ibn Burd junior aurait quitté Cordoue pour Alméria ou il aurait été nommé vizir par al-Mu‘tasim b. Sumādih. Ce fut par la suite qu’il se serait rendu à la cour de Muğāhid de Dénia. Cf.Muġrib, I, p. 91.

51 Muġrib, I, p. 85. Les Banū Burd étaient liés par des liens de clientèle avec les Banū Suhayd. Cf.Ḏaḫīra, 1/2, p. 103 ;Maqāma-s, 7.

52 Ḏaḫīra, 1/1, p. 505sqq ; Ǧaḏwa, p. 108 ;Nafh, III, p. 545-546 ;Maqāma-s, p. 13-14.

53 Muġrib, I, p. 91 ;Maqāma-s, p. 15.

54 Ḏaḫīra, 1/1, p. 523-528. Cf. traduction et étude de cette epître dansMaqāmas, p. 18-28 ;infra, 309, 310.

55 Ḏaḫīra, 1/1, p. 495-496 ;Muġrib, I, p. 87-88 ;Maqāma-s, p. 21-24.

56 Ǧaḏwa. p. 107 ;Nafh, III, p. 546 (d'aprèsMaṭmaḥ, p. 47) ;Poetry, p. 122 ;Maqāma-s, p. 18. Sur les sources d'inspiration d'Ibn Burd et les imitations suscitées par cetterisāla, cf.Maqāma-s, p. 18-20, 24-28.

57 Ḏaḫīra, 1/1, p. 528-531 ; H. Pérès, « Le palmier en Espagne musulmane ». dansMélanges Gaudefroy-Demombynes, p. 225-239 ;Maqāma-s, p. 29-31 ;infra, 322, 323.

58 Infra, 323.

59 Ḏaḫīra, 1/1, p. 531-535 ;Maqāma-s, p. 16. Abū Hafs b. Burd est également l'auteur d'unerisāia en prose rimée mêlée de vers, qu’il composa pour proclamer la supériorité de la rose sur le narcisse (bahār). Cette épître était une réplique à un poème d'Ibn al-Rūmī, déclarant préférer lebahār à la rose. Cf.infra, 181, 280, 311sqq.

60 Ḏaḫīra, 1/1, p. 486sqq ; Muġrib, I, p. 86 ;Maqāma-s, p. 9sqq.

61 Supra, 59.

62 Ḏaḫīra, III/l, p. 393-395 ;Ṭawā’if, p. 202-203 ;supra. 94.

63 Ḏaḫīra, III/l, p. 360, 367-392.

64 Supra, 59.

65 Infra, 184.

66 Ḏaḫīra, III/1, p. 125-126 ;Qalā‘id, p. 181 ;Muġrib, II, p. 402 ;Poésie, p. 439.

67 Ḏaḫīra, III/l, p. 127-128 ;Muġrib, II, p. 402-403.

68 Ḏaḫīra, III/l, p. 169-171 ;Bayān, III, p. 157-158 ;Tawa’if, p. 200-101.

69 Sur la prise de cette ville par les Normands, cf.Ḏaḥīra, III/l, p. 179-190 ;Bayān, III, p. 225 ;A‘mal, p. 171 ;Nafh, IV, p. 449 ;H.M.E., III, p. 78-79 ;Poésie, p. 99-100 et les références citées ;infra, 166 et n. 17, p. 326, 327.

70 Ḏaḥīra, III/l, p. 173-179.

71 Ḏaḥīra, III/l, p. 427-448 ;Muġrib, II, p. 405 ;Masālik, VIII, p. 342 ;infra, 315, 316.

72 Ḏaḥīra, III/l, p. 427.

73 Al-Aglab était un client de Muğāhid al-Amirī. Il se distingua surtout par les succès remarquables de ses opérations navales. Muğāhid le nomma gouverneur de Majorque, en 428/1036-1037. Cependant sous le règne de ‘Alī, al-Aglab renonça de son plein gré à cette charge qui fut confiée à Sulaymān b. Miskiyān. Cf.‘Ibar, IV, p. 164-165, 167 ;Ṭawā’if, p. 197.

74 De nombreux pasšāges de cetterisāia ont été reproduits dansḎaḥīra, III/l, p. 427-448. Cf. aussiMuġrib, p. 405.

75 Ḏaḫīra, III/2, p. 755-773 ;Qalā‘id, p. 188-190 ;Muġrib, II, p. 307-308, 404 ;Poésie, p. 137 ;infra, 311.

76 Ḏaḫīra, III/2, p. 758.

77 Un jour, al-Mutamid quitta le palais d'al-Mubārak et alla s'installer dans al-Mukarram, un autre palais de Seville. Cet événement inspira à Ibn Ahmad une épître en prose rimée mêlée de vers, dans laquelle l'auteur imagine un dialogue entre les deux palais dont chacun vante ses propres mérites. Cependant le but final d'Ibn Ahmad était de faire l'éloge du prince, le propriétaire des lieux. Cf.Ḏaḫīra, III/2, p. 759-767 ;Muġrib, II, p. 404 ;Poésie, p. 137.

78 Ḏaḫīra, III/2, p. 758 ;Muġrib, II, p. 404.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search