Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre VIII. L'état Ǧahwaride de Cordoue1 (422-461/1031-1069)2

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Supra, 43.
  • 2 Sur cette période, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 602-614 ; Bayān, III, p. 185-187, passim ; A‘māl, p. 145-15 (...)
  • 3 Supra, 31.
  • 4 Ce fut le cas, entre autres, d'al-Qāsim b. Hammūd al-Wātiq, roi dAlgeciras détrôné par les 'Abbādi (...)

1Le conseil de notables cordouans, qui se constitua dès la fin du règne ḥammūdide, décida de prendre la direction des affaires après avoir chassé du pouvoir l'incapable Ḥišām III al-Mu‘tadd3. Une sorte de république fut proclamée ayant ā sa tête Abu al-Ḥazm b. Ǧahwar, un dignitaire influent et respecté. Ce régime démocratique fut bénéfique pour Cordoue qui eut enfin l'occasion de panser ses plaies et connut une période de paix et de prospérité. Elle devint même le refuge privilégié pour certains roitelets détrônés parmi les nombreux Reyes de Taifas4.

  • 5 Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar feignit même, dit-on, de croire ā la farce de Hisām II (cf. Supra, p. 26 et (...)
  • 6 Les Ǧahwarides usèrent de leur autorité morale pour faire cesser la guerre fratricide qui opposa p (...)
  • 7 Abu al-Walīd, āgé et malade, partagea le pouvoir entre ses deux fils, ‘Abd al-Rahmān et ‘Abd al-Ma (...)
  • 8 Son grand-père et son père n'adoptèrent aucun titre honorifique. Cf. Bayān, III, p. 233 ; Poésie, (...)

2Le fondateur de cette petite dynastie sut imposer le respect ā tous ses voisins qui entretenaient de bons rapports avec lui5. Il eut même l'occasion de jouer le rôle de médiateur entre certains États rivaux6. À sa mort, en 435/1043, son fils Abu al-Walīd lui succéda. Honnête et intègre, il se déchargea petit ā petit sur son ministre préféré, Ibn al-Saqqā’, des responsabilités politiques pour lesquelles il était moins doué que son père. Mais ce ministre compétent se conduisait de plus en plus comme le véritable chef de l'État. Cela mécontenta le fils cadet d'Abū al-Walīd, ‘Abd al-Malik, qui, probablement à l'instigation du roi de Séville, al-Mu‘tadid b. ‘Abbād. fit assassiner Ibn al-Saqqā’, jugé trop entreprenant et trop gênant, en muḥarram 450/mars 1058. Dès lors, ‘Abd al-Malik avait les mains libres pour gouverner ā sa guise7. Il se décerna le double titre d'al-Manṣūr bi-llāh et d'al-Zāfir bi-Fadl Allāh8. Très vite, son arrogance et sa mauvaise conduite dressèrent contre lui les Cordouans.

3La situation de plus en plus précaire de l'État Ǧahwaride et la mort d'al-Mu‘tadid b. ‘Abbād en 461/1069 encouragèrent al-Ma‘mūn b. Dī al-Nūn, roi de Tolède, à conquérir la même année Cordoue, devenue alors une proie facile. ‘Abd al-Malik dut faire appel à son allié, al-Mu‘tamid b. ‘Abbād, qui dépêcha ā son secours une armée importante. Cependant celle-ci, après avoir repoussé les assaillants, s'empara de l'ancienne capitale umayyade pour le compte du roi de Séville.

4Ainsi disparut, après une quarantaine d'années d'existence, l'un des principaux États qui s'élevèrent sur les ruines de l'empire umayyade d'Occident.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 9 Supra, 11.
  • 10 Dans Ḏaḫīra, 1/2, p. 614, Ibn Bassām écrit qu’il n'a pas consulté cet ouvrage qui est, semble-t-il (...)
  • 11 A cette occasion, Ibn Hayyān adressa une épître à al-Mu‘tamid qui venait de s'emparer de Cordoue. (...)

5Cordoue connut sous les Ǧahwarides une certaine activité intellectuelle marquée par quelques noms célèbres. Le grand historien Ibn Hayyān9 fut rédacteur à la chancellerie d'État sous le règne d'Abū al-Walīd et ministre de ‘Abd al-Malik. Dans son ouvrage al-Batsa al-kubrā10, il consigna les événements tragiques de la chute des Ǧahwarides dont il fut un témoin privilégié11.

  • 12 Sur Ibn Zaydūn, cf Qalāid, p. 79-93 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 336-431 ; Nafh, I, p. 627-634, passim ; Diw (...)
  • 13 Wallāda, fille du calife al-Mustakfī, (cf. supra, 30) et l'une des poétesses andalouses les plus c (...)

6Un autre personnage illustre contribua grandement au prestige de la dynastie Ǧahwaride. Il s'agit d'Abū al-Walīd b. Zaydūn12 qui se distingua par ses talents politiques et littéraires. Précieux collaborateur des souverains de Cordoue qui firent de lui l'un de leurs principaux vizirs-secrétaires et leur ambassadeur auprès des autres princes andalous, il connut la gloire surtout en tant que poète et prosateur. Il fut le plus brillant panégyriste des princes Ǧahwarides. Mais son succès fut encore plus éclatant dans la poésie amoureuse. Son amour passionné et sincère pour la princesse Wallāda13 lui inspira des poèmes particulièrement touchants durant la période orageuse de leurs relations.

  • 14 Victime, probablement, d'intrigues tramées contre lui, pour des raisons assez obscures, Ibn Zaydūn (...)
  • 15 Ministre d'Ibn Ǧahwar, il fut un rival redoutable pour Ibn Zaydūn, non seulement pour l'amour de W (...)
  • 16 Cf. Nafh, IV, p. 293 ; Poésie, p. 194, n. 4. p. 428-429.

7Il fut également un grand prosateur. Deux parmi ses nombreuses épîtres devinrent célèbres : al-Risāla al-giddiyya est adressée ā Abu al-Hazm b. Ǧahwar, dans l'espoir de l'infléchir et d'obtenir sa libération de prison14. Al-risāla al-hazliyya est une satire mise sous la plume de Wallāda et visant Ibn ‘Abdū15, son rival pour l'amour de cette princesse. Outre son charme physique, celle-ci avait quelques dons littéraires. Elle tenait un salon qui attirait un grand nombre de lettrés cordouans, parmi lesquels Ibn Zaydūn avait occupé une place privilégiée. Elle était elle-même poétesse et les anthologues nous ont conservé d'elle quelques vers dont certains sont franchement licencieux. Une autre poétesse, Muhga bint al-Tayyānī al-Qurtubī, entretenait des relations particulières avec Wallāda et cultivait le même genre de poésie qu'elle16.

  • 17 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 22-23 ; Esp. mus. xe s., p. 232-236 ; Civilisation, p. 96-97.

8La réputation studieuse de Cordoue et l'arabisation relativement massive et poussée de sa population17 plaçaient cette grande métropole dans une position privilégiée pour jouer un rôle de premier ordre dans le domaine intellectuel. Or nous constatons qu'elle vécut, durant le règne Ǧahwaride, davantage sur son prestige passé et qu'elle perdit progressivement sa renommée quasi légendaire de capitale artistique et culturelle de l'Occident musulman qui s'était affirmée surtout du temps d'al-Ḥakam II. En effet, les Banū Ǧahwar ne furent pas de grands mécènes ; le jugement que porte Ibn Hayyān sur Abū al-Hazm est très significatif ā ce propos. Ce dernier s'était considérablement enrichi,

  • 18 Ḏaḫīra, 1/2, p. 603 ; Bayān, III, p. 186 : trad. dans Poésie, p. 438.

« à cause, dit cet historien, de sa grande avarice et de sa franche lésinerie. S’il n'avait pas eu ces défauts, on n'eût pas pu lui adresser de critique et il eût été parfait, si un homme pouvait jamais l'être »18.

Notes

1 Supra, 43.

2 Sur cette période, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 602-614 ; Bayān, III, p. 185-187, passim ; A‘māl, p. 145-152 ; Nafh, I, p. 301-304, index ; H.E.M., III, p. 193 ; E.I.2, II, p. 399, art. « Djahwarides » (A. Huici Miranda), V, p. 513-516, art. « Kurtuba » (CF. Seybold-[M. Ocana Jimenez]) ; Party-Kings, p. 87 et n. 11.

3 Supra, 31.

4 Ce fut le cas, entre autres, d'al-Qāsim b. Hammūd al-Wātiq, roi dAlgeciras détrôné par les 'Abbādides en 446/1054.

5 Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar feignit même, dit-on, de croire ā la farce de Hisām II (cf. Supra, p. 26 et n. 10) créée par le prince de Séville. Ainsi réussit-il ā sauvegarder ses bonnes relations avec son puissant voisin ‘abbādide et, du même coup, se mit ā l'abri des prétentions hammūdides sur Cordoue.

6 Les Ǧahwarides usèrent de leur autorité morale pour faire cesser la guerre fratricide qui opposa pendant de nombreuses années, al-Mu‘tadid de Séville et al-Muẓaffar b. al-Aftas de Badajoz. Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 386-388, H/1, p. 33-36 ; Bayān, III, p. 209 ; A'māl, p. 151.

7 Abu al-Walīd, āgé et malade, partagea le pouvoir entre ses deux fils, ‘Abd al-Rahmān et ‘Abd al-Malik. Mais ce dernier enleva toute prérogative ā son frère aîné et accapara le pouvoir. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 606-608 ; Bayān, III, p. 232-233 ; Amāl, p. 148-149 ; Ṭawāif, p. 26-28.

8 Son grand-père et son père n'adoptèrent aucun titre honorifique. Cf. Bayān, III, p. 233 ; Poésie, p. 109.

9 Supra, 11.

10 Dans Ḏaḫīra, 1/2, p. 614, Ibn Bassām écrit qu’il n'a pas consulté cet ouvrage qui est, semble-t-il. indépendant A'al-Matīn. Sur cette œuvre, cf. aussi Amal, p. 151 ; M. 'A. Makkī, introduction ā son édition d'une partie ā'al-Muqtabas d'Ibn Hayyān. p. 70-72.

11 A cette occasion, Ibn Hayyān adressa une épître à al-Mu‘tamid qui venait de s'emparer de Cordoue. Dans cette épître, reproduite dans la Ḏaḫīra, il félicita le ‘Abbādidect vilipenda son rival, al-Ma‘mūn b. Dī al-Nūn a qui, pourtant, il avait dédié son ouvrage al-Matin. Cf. Ḏaḫīra. 1/2. p. 578-580.

12 Sur Ibn Zaydūn, cf Qalāid, p. 79-93 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 336-431 ; Nafh, I, p. 627-634, passim ; Diwān ; Ibn Nubāta, Sarh al-'uyûn fi sarh risālat Ibn Zaydūn (commentaire d'al-Risāla al-hazliyya) ; Salāh al-Dīn al-Safadī, Tamām al-mutūn fi sarh risālat Ibn Zaydūn (commentaire d'al-Risāla al-giddiyya) ; A. Cour, Un poète arabe d'Andalousie : Ibn Zaîdoûn ; H. Massé, « Ibn Zaiddūn », dans Hespéris, t. I, 1921, p. 183-193 ; ‘A. ‛Abd al-'Azīm, Ibn Zaydūn, 'asru-hu wa-hayātu-hu wa-adabu-hu ; Séville, p. 75-80 ; E.I.2, III, p. 998-999, art. « Ibn Zaydūn »' (G. Lecomte) ; al-Kitāb, IX/11-12, numéro spécial sur le colloque organisé à Rabat à l'occasion du millénaire de la naissance d'Ibn Zaydūn (394-1394), Bagdad, 15-22 novembre 1975.

13 Wallāda, fille du calife al-Mustakfī, (cf. supra, 30) et l'une des poétesses andalouses les plus connues, a fait couler beaucoup d'encre grâce ā Ibn Zaydūn qui l'a célébrée, surtout dans sa fameuse nūniyya, dont le succès est vivace jusqu'à nos jours. Cf. Dahīra, 1/1, p. 429-433 ; Nafh, IV, p. 205-211.

14 Victime, probablement, d'intrigues tramées contre lui, pour des raisons assez obscures, Ibn Zaydūn fut jeté en prison sur l'ordre d'Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar et ne fut libéré qu'après la mort de ce dernier.

15 Ministre d'Ibn Ǧahwar, il fut un rival redoutable pour Ibn Zaydūn, non seulement pour l'amour de Wallāda, mais aussi dans le domaine politique. Cf. Dalura. 1/1, p. 395 sqq ; Nafh, index ; E.I.2, III, p. 703, art. « Ibn ‘Abdūs » (H. Monés).

16 Cf. Nafh, IV, p. 293 ; Poésie, p. 194, n. 4. p. 428-429.

17 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 22-23 ; Esp. mus. xe s., p. 232-236 ; Civilisation, p. 96-97.

18 Ḏaḫīra, 1/2, p. 603 ; Bayān, III, p. 186 : trad. dans Poésie, p. 438.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search