Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre VII. La principauté Ḥammūdide de Ceuta1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Bayān, III, index ; A‘māl, p. 140-143 ; Nafh, I, p. 431 ; H.E.M., II, p. 324 ; Poésie, p. 258, n. (...)
  • 2 Bayān, III, p. 113 ; A'māl, p. 119 ; supra, 28.
  • 3 Bayān, III, p. 1 15-116 ; A‘māl, p. 121 ; H.E.M., II, p. 324 ; supra, p. 28.
  • 4 Bayān, III, p. 120 ; A‘māl, p. 121 sqq.

1Nommé gouverneur de Ceuta par le calife Sulaymān al-Musta‘īn en 403/10122, ̒Ali b. Ḥammūd se déclare indépendant en 404/1013-10143 puis il part ā la conquête de Cordoue, détrône al-Musta‘īn et se fait proclamer calife ā sa place (407/1016)4. Pendant une cinquantaine d'années, des fils et petits-fils de ‘Alī b. Ḥammūd se succédèrent à la tête de la petite principauté ‘alīde de Ceuta. La liste relativement longue de ceux qui ont présidé ā la destinée de cette kūra témoigne de la fréquence et de l'āpreté des querelles dynastiques intestines qui ont jalonné son histoire.

  • 5 Tribu berbère hérétique du Maroc. Cf. H.E.M., index.
  • 6 Bayān, III, p. 250.

2En 453/1061, Ceuta cessa d'être une possession Ḥammūdide, puisque Saqqūt (connu aussi sous le nom de Sawwāğğāt) al-Barġawāṭī, un ancien client de Yahyā b. ‘Alī b. Ḥammūd, gouverneur de la cité, s'empara du pouvoir, qui resta entre les mains des Barġawāṭa5 jusqu'à l'occupation almoravide en 471/1078-10796.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

3Ceuta ne semble pas avoir connu une activité intellectuelle importante. Une anecdote rapportée par Ibn ‘Iḏārī est éloquente à cet égard. Abū al-Walīd b. Gahwar de Cordoue, raconte-t-on, reçut le même jour trois lettres. La première d'Ibn Sumādih d'Alméria, demandant une esclave joueuse de luth, la deuxième d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād de Séville, à la recherche d'une esclave, joueuse de flûte, et la troisième de Sawwāğğāt, maître de Ceuta, réclamant un lecteur de Coran. Ibn Ǧahwar donna satisfaction à son troisième correspondant, et ne put s'empêcher de manifester son étonnement en disant :

  • 7 Bayān, III, p. 250 ; Poésie, p. 388-389.

« Voilà un ignorant qui demande un lecteur de Coran et deux savants qui réclament des futilités. »7

Notes

1 Bayān, III, index ; A‘māl, p. 140-143 ; Nafh, I, p. 431 ; H.E.M., II, p. 324 ; Poésie, p. 258, n. 3 ; Party-Kings, p. 86 ; E.I.1, I, p. 857-859, art. « Ceuta » (G. Yver).

2 Bayān, III, p. 113 ; A'māl, p. 119 ; supra, 28.

3 Bayān, III, p. 1 15-116 ; A‘māl, p. 121 ; H.E.M., II, p. 324 ; supra, p. 28.

4 Bayān, III, p. 120 ; A‘māl, p. 121 sqq.

5 Tribu berbère hérétique du Maroc. Cf. H.E.M., index.

6 Bayān, III, p. 250.

7 Bayān, III, p. 250 ; Poésie, p. 388-389.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search