Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre VI. Le royaume Birzālide de Carmona1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Ḏaḥīra, 1/1, p. 316-318, 386-388, 461, 1/2, p. 625 ; Bayān, III, p. 267-268, appendice, p. 311-312 (...)
  • 2 H.E.M., II, p. 188, III, p. 80-81 ; Zīrides, I, p. 31-35, II, p. 485.

1Les Banū Birzāl, une tribu berbère zénète, s'opposèrent longtemps, au Maghreb, à un autre groupe berbère rival, les Ṣanhāğa, pro-fāṭimides, qui, plus nombreux, finirent par l'emporter. Pour fuir la répression fāṭimides, les Birzālides, auxiliaires des Umayyades de Cordoue, se réfugièrent en grand nombre en Espagne après avoir demandé et obtenu l'autorisation du calife al-Ḥakam II qui, ayant besoin de soldats, leur réserva un bon accueil et les enrôla dans son armée2.

  • 3 Supra, 22.
  • 4 Nafh, I, p. 397 ; H.E.M., II, p. 224, III, p. 81 et n. 2.

2Soldats courageux et dévoués, ils devinrent une composante maîtresse de cette armée de métier qui connut une berbérisation sans précédent3, sous le règne d'al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir. Celui-ci leur fut reconnaissant pour le soutien qu'ils lui avaient apporté après la mort d'al-Ḥakam II et récompensa un de leurs chefs en lui confiant le gouvernement de Carmona4.

1. Règne d'Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Isḥāq al-Birzālī (414( ?)-434/1023 (?)-l042)5

  • 5 Bayān, III, p. 311-312 ; ‘Ibar, VII. p. 53-54 ; H.M.E., III, p. 231-232 ; Andalus, XXX, 1965, p. 5 (...)
  • 6 Bayān, III, p. 268 ; Amál, p. 237 ; H.E.M., II, p. 206, n. 2 ; García Gómez, « Al-Ḥakam II y les (...)
  • 7 Ḏaḫīra. 1/1, p. 461 ; Bayān, III, p. 311-312 ; Amál, p. 236-237.
  • 8 ‘Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III, p. 9.
  • 9 Bayān, III, p. 202-203 ; ‘Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III, p. 10.

3Ce fut pendant la fitna et plus précisément à l'époque où le calife proberbère, Sulaymān al-Musta‘īn, octroyait des fiefs à ses principaux alliés, que Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Isḥāq al-Birzālī prit le titre de ḥāğib et se déclara souverain indépendant d'un territoire dont les principales villes étaient Ecija, Osuna, Almodovar del Rio et Carmona, la capitale6. Le fondateur de la dynastie birzālide était considéré comme le plus puissant des princes berbères, après Habūs de Grenade7. En 418/1027-10288, il s'engagea aux côtés du souverain hammūdide, Yahyā b. ‘Ali, pour l'aider à assiéger Séville, puis il changea de camp et prit part ā une expédition d'Ibn ‘Abbād contre Ibn al-Afṭas de Badajoz (421/1031)9.

  • 10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 316-318 ; Bayān, III, p. 144, 188-189 ; Amál, p. 137, 140 ; ‘Ibar, IV. p. 154 ; H (...)
  • 11 Bayān, III, p. 201-202 ; Iḥāta, I, p. 287 ; ‘Ibar, IV, p. 154, VI, p. 180 ; Abbadidis, II, p. 33-3 (...)

4Cette collusion birzālo-‘abbādide se manifesta encore plus nettement lorsque, chassé de Carmona par le Hammūdide de Malaga, Muḥammad b. Abd Allāh trouva refuge à Séville ; et, grâce au concours d'une armée commandée par Ismā‘īl, le fils du cadi Ibn ‘Abbād, il réussit ā reprendre sa capitale ā l'issue d'une bataille au cours de laquelle Yahyā b. ‘Ali trouva la mort (427/1035)10. La menace hammūdide écartée, le roi de Séville se fixa comme objectif l'annexion de Carmona qui lui avait servi jusque-là d'écran protecteur. Alors, il assiégea son ex-allié le Birzālide qui, faisant jouer la ‘asabiyya berbère, demanda l'aide d'Idrīs de Malaga et celle de Bādīs de Grenade. Ils répondirent ā son appel, et les trois alliés infligèrent une cuisante défaite aux Sévillans, dont le chef Ismā‘īl, le fils du monarque ‘abbādide, périt au cours de ce combat (431/1039)11.

  • 12 Bayān, III, p. 311-312 ; ‘Ibar, VII, p. 54.

5Dès son accession au pouvoir (433/1041-1042), al-Mu‘tadid, poursuivant la politique anti-berbère de son père, lança contre Carmona une armée commandée par son fils Ismā‘īl al-Zāfir. Les ‘Abbādides remportèrent une grande victoire, et Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Birzālī trouva la mort en tombant dans une embuscade (434/1042-1043)12.

2. Règne d'Isḥāq b. Muḥammad al-Birzālī (434-444( ?)/1042-1043-1052-] 053(7))

6En succédant à son père, Isḥāq trouva les caisses de l'État bien remplies et une armée puissante.

  • 13 Ḏaḫīra, 1/1, p. 386-388 ; Bayān, III, p. 234-235 ; H.M.E., III, p. 51. Ibn Bassām cite un fragment (...)
  • 14 Bayān, III, p. 311-312 ; ̒Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III. p. 50, n. 4 ; Andalus, XXX, 1965, p. 56, (...)

7Attaqué par al-Mu‘tadid b. ‘Abbād (442/1050-1051), le souverain afṭaside sollicita le concours du Birzālide qui mit ā sa disposition un escadron commandé par son fils al-‘Izz. Mais celui-ci fut tué et l'armée de Badajoz défaite13. D'ailleurs, le prince de Carmona ne survécut que deux ans ā la mort de son fils. Ibn Haldūn et l'auteur de la chronique anonyme omettent le règne d'Isḥāq qui, ā la mort de son père, aurait prêté serment ā son frère al-‘Azīz, le seul et véritable successeur de Muḥammad b. ‘Abd Allāh14.

3. Règne d'al-‘Azīz (ou al-‘Izz) b. Isḥāq al-Birzālī15 (444-459/1052-1053-1066-1067)

  • 15 Andalus, XXX, 1965, p. 58, n. 40.
  • 16 Cette précision est fournie uniquement par Bayān, III, p. 312.
  • 17 Idem.
  • 18 D'après certaines sources, le prince birzālide aurait livré Carmona ā al-Mu‘taḍid. Cf. ‘Ibar, VII. (...)
  • 19 Bayān, III, p. 269, 283, 312 ; A ‘mal, p. 238 ; ‘Ibar, VII. p. 54.

8Le dernier prince birzālide, al-‘Azīz (ou al-‘Izz), qui prit le surnom honorifique d'al-Mustazhir16, eut un début de règne paisible et prospère17. Mais al-Mu‘tadid b. ‘Abbād ne tarda pas à reprendre ses harcèlements contre la principauté de Carmona et finit par s'emparer d'Ecija et de Morón. Alors, se rendant compte que le rapport des forces lui était défavorable, al-‘Azīz proposa à al-Ma‘mūn b. Dī al-Nūn de lui céder son royaume contre un territoire où il pourrait vivre en paix. Le marché fut conclu en 459/1066-1067 et le Dū al-Nūnide prit possession de Carmona après que le Birzālide se fut installé ā Almodovar18. Cependant, le roi de Séville réussit à s'approprier les terres des Banū Birzāl, moyennant la promesse d'aider le souverain de Tolède ā se rendre maître de Cordoue qu’il convoitait depuis longtemps. Il semble qu'al-Mustazhir ne soit pas parvenu ā se maintenir ā Almodovar. Bientôt, en effet, on perdit définitivement sa trace19.

  • 20 E. Lévi-Provençal, dans Andalus, III, 1935, p. 309, n. 26 ; H. R. Idris, dans Andalus. XXIX, 1964. (...)

9Après la chute de la petite dynastie zanātienne de Carmona, de nombreux Birzālides s'engagèrent dans l'armée zīride de Grenade comme de simples mercenaires ou comme combattants volontaires désireux de continuer à se battre contre les ‘Abbādides20. Les Almoravides occupèrent Carmona en 484/1091.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 21 A̒‘mal, p. 236-237 ; Andalus, XXX, 1965, p. 62.
  • 22 Supra, 84. 85.
  • 23 A̒‘māl, p. 237 ; Andalus, XXX. 1965. p. 56.
  • 24 A̒‘mal. p. 237 ; ‘Ibar. VII. p. 53-54 ; Garcia Gómez, dans Andalus. XIII, 1948. p. 217 : Poésie, p (...)

10Traditionnellement voués au nomadisme et aux faits d'armes, les Zanāta n'ont jamais manifesté une passion particulière pour les choses de l'esprit. Nonobstant leur richesse considérable, les seigneurs birzālides ne furent pas de grands mécènes. Ils avaient plutôt la réputation d'être des thésauriseurs-nés21. Néanmoins, le prince Isḥāq b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh al-Birzālī22 était assez cultivé. Il maniait avec aisance l'art de l'écriture et avait des connaissances en calcul23. Notons enfin que les Banū Birzāl suivaient la doctrine des Nākirites (ou Nakkārites), une des sectes ḫārigites ibādites24.

Notes

1 Ḏaḥīra, 1/1, p. 316-318, 386-388, 461, 1/2, p. 625 ; Bayān, III, p. 267-268, appendice, p. 311-312 ; A ‘mal, p. 236-239 ; ‘Ibar, IV, p. 154, VI, p. 180, VII, p. 53-54 ; Reyes, p. 23 ; H.M.E., II, p. 202, 206-207, III, p. 231-232 ; H.E.M., index ; H. R. Idris, « Les Birzālides de Carmona », dans Andalus, XXX. 1965. fasc. 1, p. 49-62 ; E.I.2, I, p. 1275-1276, art. « Birzāl » (R. Le Tourneau), IV, p. 665, art. « ḳarmūna » (J. Bosch Vila) ; Party-Kings, p. 86 ; Ṭawā’if, p. 148-151.

2 H.E.M., II, p. 188, III, p. 80-81 ; Zīrides, I, p. 31-35, II, p. 485.

3 Supra, 22.

4 Nafh, I, p. 397 ; H.E.M., II, p. 224, III, p. 81 et n. 2.

5 Bayān, III, p. 311-312 ; ‘Ibar, VII. p. 53-54 ; H.M.E., III, p. 231-232 ; Andalus, XXX, 1965, p. 51-52.

6 Bayān, III, p. 268 ; Amál, p. 237 ; H.E.M., II, p. 206, n. 2 ; García Gómez, « Al-Ḥakam II y les beréberes según un texto inédito de Ibn Hayyān », dans Andalas, XIII, 1948, p. 223-224.

7 Ḏaḫīra. 1/1, p. 461 ; Bayān, III, p. 311-312 ; Amál, p. 236-237.

8 ‘Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III, p. 9.

9 Bayān, III, p. 202-203 ; ‘Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III, p. 10.

10 Ḏaḫīra, 1/1, p. 316-318 ; Bayān, III, p. 144, 188-189 ; Amál, p. 137, 140 ; ‘Ibar, IV. p. 154 ; H.M.E., III, p. 15-16.

11 Bayān, III, p. 201-202 ; Iḥāta, I, p. 287 ; ‘Ibar, IV, p. 154, VI, p. 180 ; Abbadidis, II, p. 33-34, 207, 217 ; H.M.E., III, p. 23, 31-32 ; H. R. Idris, « Les Zīrides d'Espagne », dans Andalus, XXIX, 1964, p. 70-71.

12 Bayān, III, p. 311-312 ; ‘Ibar, VII, p. 54.

13 Ḏaḫīra, 1/1, p. 386-388 ; Bayān, III, p. 234-235 ; H.M.E., III, p. 51. Ibn Bassām cite un fragment d'un panégyrique d'Ibn Zaydūn, félicitant al-Mu‘tadid à l'occasion de la victoire de son fils Ismā‘īl sur Ibn al-Afṭas et de la mort du fils d'Isḥāq. Cf. Dahīra, 1/1, p. 385-386.

14 Bayān, III, p. 311-312 ; ̒Ibar, VII, p. 54 ; H.M.E., III. p. 50, n. 4 ; Andalus, XXX, 1965, p. 56, n. 36 et p. 57. n. 39.

15 Andalus, XXX, 1965, p. 58, n. 40.

16 Cette précision est fournie uniquement par Bayān, III, p. 312.

17 Idem.

18 D'après certaines sources, le prince birzālide aurait livré Carmona ā al-Mu‘taḍid. Cf. ‘Ibar, VII. p. 54 ; Bayān. III. p. 312, où il est précisé qu'al-‘Azīz mourut ā Séville en 459 H.

19 Bayān, III, p. 269, 283, 312 ; A ‘mal, p. 238 ; ‘Ibar, VII. p. 54.

20 E. Lévi-Provençal, dans Andalus, III, 1935, p. 309, n. 26 ; H. R. Idris, dans Andalus. XXIX, 1964. p. 53, 78-80, 96-97 ; le même dans Andalus, XXX, 1965, p. 59.

21 A̒‘mal, p. 236-237 ; Andalus, XXX, 1965, p. 62.

22 Supra, 84. 85.

23 A̒‘māl, p. 237 ; Andalus, XXX. 1965. p. 56.

24 A̒‘mal. p. 237 ; ‘Ibar. VII. p. 53-54 ; Garcia Gómez, dans Andalus. XIII, 1948. p. 217 : Poésie, p. 94-95.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search