Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre V. La dynastie Afṭaside de Badajoz1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Sur cette dynastie, cf. Tibyān (où l'on trouve un récit détaillé, surtout en ce qui concerne le rè (...)
  • 2 Ancien esclave d'al-Ḥakam II al-Mustanṣir. Il fut page de l'eunuque Fā’iq. l'un des principaux off (...)
  • 3 L'adoption du titre de ḥāğib, une manière de légitimer un pouvoir usurpé, était une pratique coura (...)
  • 4 Ḏaḫīra, II/2, p. 641 ; A‘māl, p. 182.
  • 5 Ayant pris part à la conquête de la Péninsule, ils ont fini par s'y fixer définitivement et s'y se (...)
  • 6 Sur la pseudo-origine arabe (yéménite) des Afṭasides, cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 641-642 ; Ḥulla, II, p. (...)
  • 7 Bayān, III, p. 235-236 ; Ḥulla, II, p. 96-97 ; A’māl, p. 183.

1Pendant la fitna, le gouverneur de la Marche inférieure (al-ṯagr al-adnā), Sābūr2, prit petit à petit ses distances vis-à-vis du pouvoir central de plus en plus chancelant et, vers 403/1012, il se déclara indépendant en adoptant le titre de ḥāğib3. C'était un guerrier intrépide, mais sans grande culture. Alors, conscient de ce handicap, il prit pour ministre un lettré nommé ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. Maslama, dont le surnom était Ibn al-Afṭas. Ce dernier appartenait au groupement des Berbères Miknāsa qui s'était installé, après la conquête d'al-Andalus, dans le Faḥṣ al-Ballūt, au nord de Cordoue4. Les Banū al-Afṭas faisaient donc partie de la catégorie des Berbères solidement implantés dans le pays et fortement arabīsés5. Leur arabisation était telle qu'ils finirent par revendiquer une ascendance arabe ḥimyarite et prétendirent descendre de Tuğīb6. À sa mort, en 413/1022, Sābūr laissa deux fils mineurs, ‘Abd al-Malik et ‘Abd al-‘Azīz. Son puissant ministre, Ibn Maslama, n'eut pas beaucoup de difficultés à s'arroger le pouvoir en prenant le laqab honorifique d'al-Manṣūr7. Le nouveau maître du pays et fondateur de la dynastie Afṭaside allait régner sans partage, pendant près d'un quart de siècle, sur un vaste territoire situé entre le Tage et le Guadiana avec Badajoz (Baṭalyaws) pour capitale.

  • 8 Bayān, III, p. 202-203, 237 ; H.M.E., III, p. 10-11 ; Ṭawā’if, p. 82-83 ; H. R. Idris, Andalus, XX (...)

2Le début de son règne fut paisible et bénéfique pour ce petit royaume. Cependant, à une date indéterminée, al-Manṣūr entra en conflit armé avec son voisin Muḥammad b. ‘Abbād qui lui disputait la possession de la ville de Béja8.

  • 9 L'armée ‘Abbādide fut prise entre deux feux, les cavaliers léonais d'un côté et les soldats d'Ibn (...)
  • 10 Bayān, III, p. 236 ; A‘māl, p. 183 ; E. Lévi-Provençal, op. cit., p. 54-55 ; E.I.2, I, p. 249.
  • 11 Ḏaḫīra, II/1, p. 33-35 ; Bayān, III, p. 209-211 ; H.M.E., p. 238 ; E.I.2, I, p. 6 s.v. ; infra, 17 (...)
  • 12 Bayān, III, p. 209-211, 229-230 ; H. R. Idris, Andalus, XXX, 1965, p. 281 ; infra, 113.
  • 13 Ḏaḫīra, 1/1, p. 386-388 ; Bayān, III, p. 209-211, 234-235 ; H.M.E., III, p. 51-52 ; H. R. Idris, o (...)
  • 14 Bayān, III, p. 212-213, 240 ; A‘māl, p. 156.

3La paix fut conclue entre les belligérants en 421/1030, après de nombreuses tractations. Cependant, la tension restait vive entre eux. En 425/1034, Ibn al-Afṭas massacra traîtreusement l'armée ‘Abbādide sur le chemin du retour d'une expédition contre le souverain de Léon, alors qu'il avait donné auparavant son accord pour cette opération9. Il décéda en 437/104510 et eut pour successeur son fils Muḥammad qui prit le titre d'al-Muẓaffar. Ce règne dura plus de vingt ans et fut encore plus troublé que le précédent. Dès son avènement, al-Muẓaffar dut lutter contre l'expansionnisme de son adversaire héréditaire, le roi de Séville, en répondant à l'appel du seigneur de Niebla attaqué par al-Mu‘taḍid11. Il prit part, en 439/1047-1048, à une coalition berbère anti-‘Abbādide groupant les Ḥammūdides de Malaga et d'Algeciras et le Zīride de Grenade, Bādīs b. Ḥabūs qui en était le chef12. En 442/1050-1051, les hostilités reprirent de plus belle, entre l'Afṭaside et le ‘Abbādide, de nouveau au sujet de Niebla dont le prince, contraint de changer de camp, avait fait appel, cette fois-ci, au roi de Séville qui infligea une défaite cuisante à al-Muẓaffar, près d'Evora13. Les conseils de modération et les efforts de médiation entrepris sans relâche depuis longtemps par Ibn Ǧahwar, prince de Cordoue, portèrent enfin leurs fruits, et la paix fut à nouveau signée en 443/105114.

  • 15 H. R. Idris, op. cit., p. 283 ; E.I.2, I, p. 249-250.
  • 16 Bayān, III, p. 238 ; H.M.E., III, p. 74 ; Ṭawā’if p. 85-86.
  • 17 Bayān, III, p. 238-239 ; A‘māl, p. 184 ; H.M.E., III, p. 77 ; H. R. Idris, op. cit., p. 283-284 ; (...)

4Cette guerre longue et ruineuse eut une autre conséquence grave. Le royaume de Badajoz, ainsi affaibli, devint une proie facile pour le souverain de Castille et de Léon Ferdinand Ier, qui réussit en 449/1057 à se rendre maître de deux places frontières du nord du territoire Afṭaside, Vizeu et Lamego15. En outre, harcelé par l'ennemi chrétien dont les exigences étaient croissantes, Ibn al-Afṭas consentit à lui verser un tribut annuel important16. Mais le coup le plus dur infligé au roi de Badajoz, peu de temps avant sa mort, fut la perte de la ville de Coïmbre, tombée en 456/ 1063 entre les mains de Ferdinand Ier à l'issue d'un siège de six mois17.

  • 18 Incertitude à propos de la date de mort d'al-Muẓaffar. Cf. H. R. Idris, op. cit., p. 284, n. 29 ; (...)
  • 19 La date de la disparition de Yaḥyā de la scène est incertaine également. Dozy, dans H.M.E., III, p (...)
  • 20 Son père Ferdinand Ier mourut en 458/1065.
  • 21 Infra, 201.
  • 22 Ḏaḫīra, IV/1, p. 157-163 ; A‘māl, p. 180 ; H.M.E., III, p. 118-120 ; E. Lévi-Provençal, Hespéris, (...)

5Quand al-Muẓaffar mourut en 460/1067-106818, il eut pour successeur son fils Yaḥyā al-Manṣūr contre lequel se révolta le frère de celui-ci, ‘Umar, gouverneur d'Evora. Cet affrontement fratricide prit fin avec le décès de Yaḥyā19. Le nouveau souverain 'Umar, qui se donna le laqab d'al-Mutawakkil, allait bientôt faire face à un ennemi plus redoutable. En effet, le processus de la Reconquista s'était accéléré depuis l'avènement d'Alphonse VI20 qui avait accentué sa pression en matière de tribut sur le prince Afṭaside ainsi que sur les autres Mulūk al-Ṭawā'if. En 471/1079, il lui enleva la place forte de Coria. L'année suivante, al-Mutawakkil dut intervenir, malgré lui, dans les affaires de son voisin, le roi de Tolède qui, incapable de mettre fin à l'anarchie qui régnait dans son royaume21 et craignant même pour sa vie, prit la fuite. Après avoir délibéré sur la solution à prendre, les Tolédans décidèrent, probablement à l'instigation d'un émissaire du roi de Badajoz, un nommé Abū Muḥammad Yūsuf b. al-Kallās, de confier leur sort au souverain Afṭaside qui accepta l'offre et fit son entrée dans la capitale de son nouvel État, en 472/1080. Moins d'un an plus tard, apprenant qu'al-Qādir b. Ḏī al-Nūn et son suzerain Alphonse VI avaient pris la direction de Tolède avec l'intention de reprendre cette ville, il s'empressa de l'évacuer et de rentrer chez lui22.

  • 23 Ḥulla, II, p. 98.
  • 24 Ḥulal, p. 20-22 ; H.M.E., III, p. 152 ; E.I.2, I, p. 250 ; H. R. Idris, op. cit., p. 287.

6Ayant des frontières communes avec les Chrétiens du nord, Ibn al-Afṭas était plus vulnérable et plus directement menacé par les harcèlements de ces derniers que la plupart des autres roitelets andalous. Aussi entreprit-il de nombreuses démarches auprès de ses voisins musulmans, les appelant à s'unir afin de lutter efficacement contre l'ennemi commun. Il chargea son cadi, Abū al-Walīd al-Bāğī, de se rendre chez les principaux Reyes de Taifas pour attirer leur attention sur la gravité de la situation et les convaincre de la nécessité de coordonner leurs efforts contre le danger chrétien23. Il semble avoir été le premier, avant même la prise de Tolède par Alphonse VI, à correspondre avec le prince Ibn Tāšfīn, sollicitant son concours au nom des intérêts sacrés de l'Islam24. Après la chute de la capitale des Banū Ḏī al-Nūn, en 478/1085, il fut, avec al-Mu‘tamid, parmi les plus chauds partisans d'une intervention militaire almoravide en Espagne.

  • 25 Tibyān, p. 102-103 ; Ḥulla, II, p. 98-99 ; H.M.E., III, p. 124 ; H. R. Idris, op. cit., p. 287.
  • 26 Al-Zallāqa est le nom que donnent les historiens musulmans à l'endroit qui servit à cette occasion (...)

7Son cadi Abū Isḥāq b. Muqānā fit partie de la députation dirigée par Abū Bakr b. Zaydūn auprès de l'émir Yūsuf25. Al-Mutawakkil prit part personnellement à la fameuse bataille d'al-Zallāqa26 qui se déroula sur son territoire, le vendredi 12 rağab 479/23 octobre 1086, et à l'issue de laquelle les armées africaines renforcées par des contingents andalous infligèrent aux troupes d'Alphonse VI une sévère défaite.

8Cette victoire permit, certes, de desserrer l'étau chrétien autour des Milūk al-Ṭawā’if et leur accorda un certain répit, mais ne les empêcha pas de s'affronter et d'offrir de nouveau au roi de Castille l'occasion de profiter de leurs dissensions et de leur affaiblissement réciproque.

  • 27 Infra, 117.
  • 28 Infra, 179.
  • 29 Al-Mutawakkil resta sourd à l'appel du roi zīride ‘Abd Allāh, aux abois. Après la destitution de c (...)
  • 30 A‘māl, p. 185-186 ; H.M.E., III, p. 152 ; Los Almorávides, p. 154 ; H. R. Idris, op. cit., p. 289.

9Après le troisième débarquement almoravide en Espagne et la chute de Grenade27 et de Séville28, le prince Afṭaside, en dépit de ses tentatives29 pour gagner les bonnes grâces d'Ibn Tāšfīn, acquit la certitude qu'il allait connaître le même sort que ‘Abd Allāh b. Buluggīn et al-Mu‘tamid b. ‘Abbād, et sollicita l'assistance d'Alphonse VI en échange de la remise de Lisbonne, Santarem et Cintra. Cependant rien n'y fit, et le général Sīr b. Abī Bakr lui livra bataille et se rendit maître de Badajoz, en 487/1095, avec la connivence de la population indignée par la trahison de leur roi et excédée par ses exigences fiscales30.

  • 31 Tibyān, p. 173-174 ; Qalā'id, p. 41-42 ; A‘māl, p. 186 ; H.M.E., III, p. 152-153 ; H. R. Idris, op (...)
  • 32 Tibyān, p. 174 ; A‘māl, p. 186 ; E .I1-. I. p. 250 ; H. R. Idris, op. cit., p. 289-290.

10Al-Mutawakkil fut capturé ainsi que deux de ses fils, al-Faḍl et Sa‘d, et, alors qu'on les conduisait vers Séville, ils furent exécutés en cours de route31. Un autre de ses fils, al-Manṣūr, eut le temps de se retrancher dans le château de Montánchez et, apprenant l'exécution de son père et de ses deux frères, se réfugia avec les siens sur le territoire d'Alphonse VI où il se serait converti au christianisme32.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

11Pour effacer définitivement les traces de leur origine berbère et rendre crédible leur prétention à une ascendance arabe himyarite, les Banū Maslama (plus connus sous l'appellatif de Banū al-Afṭas) s'appliquèrent, depuis leur implantation en Espagne, à s'arAbīser le plus profondément possible. Le fondateur de leur dynastie, ‘Abd Allāh, le futur al-Manṣūr, devait en effet son ascension politique à son talent littéraire. Sābūr, le seigneur de la Marche inférieure, l'avait remarqué et investi des fonctions de wazīr en raison de ses qualités intellectuelles.

1. Al-Muẓaffar b. al-Afṭas33

  • 33 Ḏaḫīra, H/2, p. 640-646 ; Bayān, III, p. 236-237 ; Muġrib, I, p. 364 ; Mu‘ğib, p. 126 ; A‘māl, p. (...)
  • 34 Infra, 185, 209.
  • 35 Quelques vers de ce poème se trouvent dans Ḏaḫīra, H/2, p. 641-643 ; A‘māl, p. 182-183 ; Poésie, p (...)

12Il eut une réputation à la fois de lettré et de mécène beaucoup plus grande que celle de son père al-Mansûr. Il rivalisait avec son voisin et adversaire al-Mu‘taḍid même dans le domaine culturel. Il essaya lui aussi d'attirer à sa cour Ibn Šaraf al-Qayrawānī34 arrivé en Espagne en 449/1057. Ce poète lui adressa de Tolède, l'une des étapes de son périple espagnol, un panégyrique dans lequel il ne manqua pas de faire remonter la généalogie du roi Afṭaside à Tuğīb ; cela lui valut d'être généreusement rétribué35.

  • 36 Il s'asit du vizir cordouan, Ibn al-Ramīmī. Cf. Poésie, p. 388.

13Un autre fait illustre mieux cette rivalité entre Afṭasides et ‘Abbādides. Al-Mu‘taḍid, raconte-t-on, réussit à se procurer une esclave chanteuse dont le maître36 venait de mourir à Cordoue. Apprenant cela, al-Muẓaffar, malgré les graves revers subis au cours de ses campagnes contre le roi ‘Abbādide, envoie un messager à Cordoue pour lui acheter des musiciennes chanteuses. Mais celui-ci ne lui en trouve que deux qui, compte tenu de l'insécurité que fait peser l'armée de Séville dans la région, ne peuvent regagner Badajoz que sous la protection d'un détachement militaire.

  • 37 Ḏaḫīra, II/1, p. 35-36 ; Bayān, III, p. 212 ; H.M.E., III, p. 52 ; Poésie, p. 388 ; H. R. Idris, « (...)
  • 38 Ibn Bassām donne deux autres titres pour cet ouvrage : « al-Taḍkira » et Kitāb al-Muẓaffar. Cf. Ḏa (...)
  • 39 Sur cette œuvre, cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 640 ; Bayān, III, p. 236-237 ; Mu‘ğib, p. 41-42 ; A‘māl, p. (...)

14En affichant ainsi calme et sérénité, al-Muẓaffar voulait prouver que ses forces morales et matérielles étaient intactes et qu'il n'était en rien inférieur à al-Mu‘taḍid37. Malgré ses responsabilités politiques qui lui donnaient assez de soucis, il prit le temps de composer un ouvrage volumineux comprenant une cinquantaine de volumes et intitulé al-Muẓaffarī38. Cette œuvre encyclopédique qui ne nous est pas parvenue aurait renfermé l'essentiel de la somme des connaissances acquises jusqu'à cette époque. Son auteur n'aurait bénéficié, pour l'écrire, hormis sa bibliothèque personnelle très riche, que de la collaboration de son kātib, Abū ‘Uṯmān Sa‘īd b. Ḫīra39. Al-Muẓaffar avait par ailleurs la réputation d'être un critique littéraire particulièrement exigeant. Il faisait peu de cas, en effet, des poètes de son entourage dont il estimait la production inférieure à celle d'al-Mutanabbī et d'al-Ma‘arrī qu'il plaçait au-dessus de tous les poètes. Son admiration pour ces deux lettrés orientaux était telle qu'il s'adressait aux versificateurs de son temps en ces termes :

  • 40 Ḏaḫīra, Π/2, p. 641 ; Bayān, III, p. 220, 236-237 ; A‘māl, p. 183-184 ; Poésie, p. 30, 46.

« Celui dont la poésie n'est pas comme celle d'al-Mutanabbī ou d'al-Ma‘arrī, qu'il se taise ! »40

2. Ibn ‘Abd al-Barr (Abū ‘Umar ; m. 463/1071)41

  • 41 Ḏaḫīra, 1/1, p. 160, 1/2, p. 615-616 ; Ǧaḏwa, p. 344 ; Maṭmah, p. 61 ; Ṣila, p. 640 ; Muġrib, II, (...)
  • 42 Ses biographes le surnomment al-faqīh et parfois al-ḥāfiz, pour ne pas le confondre avec son fils (...)
  • 43 Infra, 103.

15Parmi les personnages célèbres qui se sont attachés à al-Muẓaffar b. al-Afṭas figure le faqīh42 .Abū ‘Umar b. ‘Abd al-Barr qui, après avoir séjourné à Dénia43, Valence et Jativa, se rendit à Badajoz et fut nommé cadi à Lisbonne puis à Santarem. Principal représentant d'une famille de savants de Cordoue, il avait la réputation d'être surtout le meilleur traditionniste de son époque.

  • 44 Nafḥ, III, p. 192 ; E.I.2, III, p. 695-696.

16Contemporain et ami d'Ibn Ḥazm, il était, comme lui, ṭāhirite ; puis, tiraillé entre le šāfi‘isme et le mālikisme, il semble avoir opté pour ce dernier44, plus répandu dans son pays.

  • 45 Cf. G.A.L. S.I., p. 629, qui cite de nombreux titres ; E.I.2, III, p. 695-696.
  • 46 Cf. Muġrib, II, p. 408 ; Ṭawā’if, p. 434 ; E.I.2, III, p. 696.
  • 47 Cf. Nafḥ, I, p. 505, IV, p. 28-30, 327.

17Les principaux centres d'intérêt de son œuvre considérable et variée sont le ḥadīt, le fiqh et la science des généalogies45. Il s'intéressait néanmoins aux belles-lettres, l'une des passions caractéristiques des Andalous d'alors, et composa pour al-Muẓaffar un ouvrage d'adab en vers, intitulé Bahğat al-mağālis wa-uns al-muğālis46. D'une manière générale, les thèmes parénétiques et sapientiaux occupent une place de choix dans sa production poétique47.

3. Ibn Ḍābiṭ (Abū al-Walīd)48

  • 48 Ḏaḫīra, IV/1, p. 44 ; Takmila, p. 407 ; Nafḥ, III, p. 397-398, 609 ; Poésie, p. 59, 66-Ί57.
  • 49 D'après Ibn al-Abbār, il aurait eu pour maîtres les deux Abū Marwān, al-Ṭubnī et Ibn Sirāğ, en 454 (...)
  • 50 Dans un distique où il louange al-Muẓaffar b. al-Afṭas, Ibn Dābit avoue qu'il compose des vers dan (...)

18À la recherche d'un mécène généreux, ce grammairien49 de Malaga se rendit à la cour d'al-Muẓaffar et composa à sa louange des vers qui non seulement ne révèlent pas de qualités particulières mais, plus grave, prouvent un manque de scrupule et de dignité chez ce versificateur50.

  • 51 Takmila, p. 407.

19D'ailleurs, il ne semble pas avoir eu une brillante carrière en tant que poète de métier et dut se contenter, pour gagner sa vie, d'enseigner la littérature et la lexicographie à Badajoz51. Discutant un jour de poésie avec son jeune élève, Abū Muḥammad b. ‘Abdūn, il lui tint sur les Muses des propos amers et désabūsés :

  • 52 Selon certaines sources, l'auteur de cet hémistiche serait al-Mutawakkil b. al-Afṭas. Cf. Qalā’id, (...)

« La poésie, lui dit-il, est une voie d'humiliation. »52

20Et Ibn ‘Abdūn, qui n'avait que treize ans, de répliquer en complétant :

« Pour celui qui recherche quelque gain. »

21Puis il précisa sa pensée en ajoutant le vers suivant :

  • 53 Ḏaḫīra, IV/1, p. 44 ; Qalā’id, p. 167 ; Nafḥ, III, p. 397 ; Poésie, p. 66.

« Pour le vieillard, la poésie est un sac où s'accumulent ses défauts ; pour le jeune homme, c'est l'expression de son raffinement. »53

4. Al-Mutawakkil b. al-Afṭas (m. 488/1094)54

  • 54 Ḏaḫīra, II/2, p. 646-652 ; Qalā’id, p. 41-53 ; Ḥulla, II, p. 96 ; Muġrib, I, p. 364-365 ; Ḥulal, p (...)
  • 55 Qalā’id, p. 171-172 ; Badā’i‘, II, p. 140 ; Nafḥ, I, p. 638-639 ; Poésie, p. 149.
  • 56 Badā’i‘, I, p. 72 (reprod. dans Nafḥ, III, p. 609).

22Il fut le prince Afṭaside le plus cultivé et le plus complaisant envers les hommes de lettres. Les nombreux poètes et prosateurs qui fréquentaient sa cour contribuèrent au renforcement du prestige de la dynastie. Pour ses réunions littéraires et mondaines, en compagnie de ses familiers, loin des soucis de la politique, il fit aménager dans la banlieue de Badajoz une superbe résidence (munya), connue sous le nom d'al-Badī‘55. C'était là qu'il se prêtait le plus volontiers au jeu de l'improvisation poétique, en demandant par exemple à ses poètes de compléter un vers dont il composait le premier hémistiche56, ou de décrire tel ou tel objet, selon son humeur du moment.

  • 57 Badā’i‘, I, p. 260 (reprod. dans Nafḥ, III, p. 333) ; Poésie, p. 235-236.

23Un jour, il leur ordonna de décrire un de ses coursiers préférés. Trois poètes, Abū al-Walīd al-Naḥlī, Ibn al-Labbāna et Abū ‘Abd Allāh b. ‘Abd al-Barr, composèrent sur le champ des vers où ils faisaient en même temps l'éloge du prince et une description flatteuse du cheval57.

  • 58 Infra, 75.
  • 59 Qalā’id, p. 46-47 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 646-647.
  • 60 Qalā’id, p. 45-46 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 647-649 ; Ḥuila, II, p. 104-106.
  • 61 Qalā’id, p. 45 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 651.

24De longs extraits de la correspondance officielle et privée d'al-Mutawakkil figurent dans les anthologies, accompagnés de commentaires élogieux. Ayant reçu une supplique de son ex-premier ministre, Ibn al-Ḥaḍramī58, le roi de Badajoz lui répondit dans une prose rimée et rythmée très prisée à cette époque, en lui rappelant les raisons qui l'avaient amené à le démettre de ses fonctions59. Alors qu'il était encore prince d'Evora, après la mort de son père, il fut affecté d'apprendre qu'on avait proféré un jour des propos malveillants à son encontre au cours d'une réunion présidée par son frère et concurrent Yaḥyā. Il lui adressa alors une missive en vers et en prose l'accablant de sévères reproches60. L'inexpérience et la maladresse de son fils al-‘Abbās, gouverneur d'Evora, poussèrent un influent dignitaire de cette province à s'enfuir et à se réfugier à Séville. Nonobstant les tentatives du fils de se disculper auprès de son père, celui-ci, irrité et peiné, fit parvenir à al-‘Abbās un billet au ton ferme et menaçant61.

25On peut constater une certaine similitude entre la carrière d'al-Mutawakkil et celle d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād. Outre qu'ils étaient tous les deux de fins lettrés et des mécènes éclairés et accueillants, ils avaient plus de passion pour les belles-lettres que pour la politique ou les préoccupations terre à terre de la vie quotidienne. Ainsi, ils vécurent dans une large mesure sur l'acquis politique et matériel chèrement payé par leurs prédécesseurs et notamment al-Mu‘taḍid et al-Muẓaffar, qui furent les principaux artisans de leurs royaumes respectifs.

5. Ibn al-Ḥaḍramī (Abū al-Walīd)62

  • 62 Ḏaḫīra, II/1, p. 391, II/2, p. 646-647 ; Qalā’id, p. 46-47 ; Ḥulla, II, p. 103-104 ; Muġrib, 1, p. (...)
  • 63 Ibn al-Ḥaḍramī écrivit à al-Mutawakkil pour essayer de l'infléchir et retrouver sa situation d'ant (...)
  • 64 Muġrib, I, p. 365.
  • 65 Ḏaḫīra, II/l, p. 391 ; Nafḥ, III, p. 450.

26Il fut le premier ministre d'al-Mutawakkil qui dut le destituer à cause de son arrogance et de sa tyrannie devenues intolérables pour ses subordonnés63. Il était cultivé, comme tout wazīr devait l'être normalement. Cependant, son activité politique prit le pas sur son activité littéraire qui fut par conséquent très réduite. Il est l'auteur d'un distique amoureux64 et d'un thrène de quatre vers composés à la mémoire d'un éphèbe dont le prince al-Mutawakkil s'était épris65.

6. Ibn al-Dabbāġ (Abū al-Muṭarrif)66

  • 66 Ibn Bassām lui consacre une longue notice dans Ḏaḫīra, III/1, p. 251-317. Cf. aussi Qalā’id, p. 12 (...)
  • 67 Il semble que ce concours ne soit pas tout à fait désintéressé. Al-Mu‘tamid caressait en effet l'e (...)
  • 68 Cette missive fut rédigée, sur ordre d'al-Mutawakkil, par son vizir-secrétaire, Ibn Ayman. Cf. Ḏaḫ (...)

27Il constitue un exemple assez représentatif de cette catégorie de lettrés andalous itinérants qui parcouraient la Péninsule à la recherche d'un mécène affable et généreux. Après avoir fréquenté la cour d'al-Muqtadir b. Hūd de Saragosse, il fut contraint, à la suite d'une mésentente avec ce prince, de fuir son pays natal et alla chercher fortune à la cour d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād. Celui-ci lui confia une mission auprès d'al-Mutawakkil b. al-Afṭas, prince d'Evora, qui bénéficiait à cette époque du concours67 du roi ‘Abbādide dans le conflit qui l'opposait à son frère Yaḥyā au sujet de la succession de leur père al-Muẓaffar. Mais Ibn al-Dabbāg eut la malchance de mécontenter, pour des raisons mal définies, le tout puissant Ibn ‘Ammār et, constatant que le roi prenait le parti de son premier ministre, il quitta Séville et se rendit à la cour d'al-Mutawakkil qui lui réserva un bon accueil et prit même sa défense dans une missive adressée à al-Mu‘tamid68.

  • 69 Infra, 77.

28Victime encore une fois de jalousie et d'intrigues, notamment de la part d'un ministre du souverain Afṭaside, Ibn Ayman69, il retourna à Saragosse et, peu de temps après, fut assassiné dans un jardin des environs de cette ville.

  • 70 Qalā’id, p. 120-121 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 254-278 ; Muġrib, II, p. 440.
  • 71 Infra, p. 80 sqq. Ibn ‘Abdūn, qui a survécu à Ibn al-Dabbāg, a composé à la mort de celui-ci un th (...)
  • 72 Ḏaḫīra, III/l, p. 302-303. Ibn Bassām reproduit de nombreux extraits de la correspondance privée ((...)

29L'œuvre littéraire d'Ibn al-Dabbāg se compose essentiellement d'épîtres dont les thèmes prédominants sont l'insatisfaction, la révolte contre l'injustice du sort et la critique acerbe d'une société qu'il accuse de Faire fi de ses mérites70. On lui doit également plusieurs lettres traitant de sujets divers et adressées à des amis. De retour à Saragosse, il écrit à son ami, le vizir Ibn ‘Abdūn71, une missive dans laquelle il lui fait part de son amertume et de sa tristesse d'avoir été obligé de quitter Badajoz, et lui demande de le tenir informé des événements importants qui pourraient survenir là-bas72.

  • 73 Ces extraits occupent plus de soixante pages de la Ḏaḫīra.
  • 74 Ḏaḫīra, III/l, p. 278 sqq.
  • 75 Qalā’id, p. 122 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 306-309.
  • 76 Qalā’id, p. 121 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 314.

30On constate que la poésie occupe une place très modeste dans l'œuvre de ce lettré qui, à en juger par ce qui a été conservé de sa production littéraire, n'a pas composé de vers à la louange de ses mécènes successifs, phénomène rare à une époque amplement dominée par la poésie de cour et le genre laudatif en particulier. Ainsi, les nombreux extraits de sa prose, reproduits surtout dans la Ḏaḫīra73, prouvent que cet auteur s'est imposé avant tout grâce à son talent de prosateur. On remarque d'ailleurs qu'Ibn al-Dabbāg utilise ce mode d'expression de préférence à la poésie, quelle que soit la nature du sujet traité. Qu'il s'agisse de louanges74, de reproches75 ou d'oraisons funèbres76, il s'exprime dans une langue rimée et rythmée qui ne diffère de la poésie que par l'absence du mètre et de la monorime.

  • 77 Une pièce de vers est adressée à son ami Ibn Ḫayrūn qui avait pris l'initiative de le complimenter (...)

31Il composa néanmoins quelques pièces de vers adressées à des amis en diverses circonstances77. Il chanta dans un quatrain sa passion pour un éphèbe qu'il avait vu donner à boire et à manger à un petit oiseau. Ne pouvant s'empêcher alors de souhaiter être cet oiseau si chanceux :

  • 78 Sur ce thème, introduit le plus souvent par la particule layta, et très fréquent dans la poésie am (...)
  • 79 Rime -yāk, mètre basīt, trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 414. Cf. aussi Ḏaḫīra, III/l, p. 316 ; Muġ (...)

« Que ne suis-je78, dit-il, l'oiseau qui dans tes mains trouve sa nourriture et qui boit, quand il a soif, à ta bouche aux belles dents »79.

7. Ibn Ayman (Abū ‘Abd Allāh)80

  • 80 Qalā’id, p. 47 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 652-656, 664-668 ; Muġrib, I, p. 366.
  • 81 Supra, 75.
  • 82 Ḏaḫīra, II/2, p. 652-653.
  • 83 Supra, 76 sqq.
  • 84 Ḏaḫīra, II/2, p. 653, III/l, p. 253 ; supra, 76.
  • 85 Ḏaḫīra, II/2, p. 653-656.
  • 86 Ḏaḫīra, II/2, p. 664-666.

32La disgrâce d'Ibn al-Ḥaḍramī81 fut bénéfique au vizir Ibn Ayman qui vit s'accroître son influence et sa fortune auprès du souverain Afṭaside82. Cependant l'arrivée d'Ibn al-Dabbāg83 à la cour de Badajoz ne laissa pas indifférent ce vizir-secrétaire qui se sentit menacé par la présence d'un kātib de talent, donc d'un concurrent direct susceptible de le battre sur son propre terrain, la prose artistique84. En effet, Ibn Ayman était plutôt prosateur que poète ; et dans la notice que lui consacre Ibn Bassām, on ne trouve que des rasā’il officielles commandées par al-Mutawakkil. L'objet de l'une de ces épîtres est une requête à l'adresse de Yūsuf b. Tāšfīn, sollicitant son assistance contre les voisins chrétiens de plus en plus entreprenants85. Une autre missive était destinée à al-Mu‘tamid b. ‘Abbād pour tenter de blanchir Ibn al-Dabbāg qui venait de s'enfuir de Séville et de se réfugier à Badajoz86.

8. Banū al-Qabṭurnuh87

  • 87 Ḏaḫīra, II/2, p. 753-773 ; Qalā’id, p. 169-176 ; Muṭrib, p. 186-187 ; Muġrib, I, p. 367-368, II, p (...)
  • 88 Sur l'origine de cette famille, l'étymologie et les différentes façons de prononcer et d'écrire so (...)

33Ce patronyme88 d'origine ibérique désigne trois frères que les historiens ne séparent guère en raison de l'affinité intellectuelle qui les rapprochait. Issus d'une riche et influente famille de Badajoz, ils comptaient parmi les collaborateurs et les familiers les plus proches du souverain al-Mutawakkil. En plus du lien du sang et de la distinction sociale, ils avaient en commun deux passions principales, les belles-lettres et les plaisirs que leur procurait leur situation privilégiée. Cependant, malgré la similitude de leur carrière et de leur mode de vie, ils eurent des fortunes diverses.

  • 89 Dans la notice qu'il leur consacre, Ibn Bassām ne cite qu'incidemment Abū Muḥammad et Abū al-Ḥasan (...)
  • 90 Ḏaḫīra, II/2, p. 754-765.
  • 91 Qalā’id, p. 172.
  • 92 Ḏaḫīra, II/2, p. 769 ; Nafḥ, IV, p. 313 ; Poésie, p. 348.
  • 93 Qalā’id, p. 174-175.

34Abū Bakr est le plus doué et le plus célèbre des trois frères. Il est considéré, avec Ibn ‘Abdūn, comme le lettré le plus éminent du royaume Afṭaside et les biographes lui accordent généralement plus d'intérêt qu'aux deux autres, Abū Muḥammad et Abū al-Ḥasan89. Ibn Bassām, qui l'a connu personnellement, donne de nombreux extraits de sa correspondance officielle et privée90. Dans ses Qalā’id, Ibn Ḫāqān qui déclare avoir échangé une correspondance amicale avec Abū Bakr, reproduit les vers que ce dernier composa à son intention en le couvrant d'éloges91. Comme à la cour ‘Abbādide de Séville, le moindre événement de la vie quotidienne était susceptible d'être consigné en vers. Ainsi, demander à al-Manṣūr Yaḥyā b. al-Afṭas de lui faire cadeau d'un faucon était pour Abū Bakr b. al-Qabṭurnuh prétexte à cultiver les Muses92. Il adressa une demande du même genre à Abū Muḥammad b. ‘Abdūn93.

  • 94 Sur ce square célèbre, cf. la description pittoresque qu'en fait Ibn Ḫāqān dans les Qalā’id, p. 17 (...)
  • 95 Ḏaḫīra, H/2, p. 767 ; Qalā’id, p. 173 ; Nafḥ, I, p. 634 ; Poésie, p. 130.

35Ce fut en vers également qu'il évoqua avec beaucoup de nostalgie les parties de plaisir organisées avec un groupe d'amis à Ḥayr al-Zağğāli94, un parc public enchanteur où se donnait rendez-vous la haute société cordouane. De retour à Badajoz, le souvenir de ces moments de bonheur intense lui inspira un poème qu'il adressa à Abū al-Ḥusayn b. Sirāğ, l'un des membres de ce cercle d'amis intimes95.

  • 96 Pour recueillir les documents nécessaires à la composition de ses Qalā’id, Ibn Ḫāqān écrivit aux h (...)
  • 97 Qalā’id, p. 169-170 ; Poésie, p. 404-405.
  • 98 Supra, 74.

36Quant au deuxième des trois frères Banū al-Qabṭurnuh, Abū Muḥammad, vizir-secrétaire lui aussi, il semble avoir la préférence d'Ibn Ḫāqān qui lui réserve la majeure partie de la notice consacrée à ces trois lettrés. D'ailleurs, ce n'est vraisemblablement pas par hasard que celle-ci débute par des vers dithyrambiques de la composition d'Abū Muḥammad sur le talent littéraire de l'auteur des Qalā’id96. L'essentiel de la production poétique d'Abū Muḥammad a trait à la vie de plaisir. Il est notamment l'auteur d'un poème relatant une charmante histoire d'amour qui rappelle, par certains côtés, l'oaristys grecque ou certaines aventures amoureuses attendrissantes de ‘Umar b. Abī Rabī‘a97. Une fois, après avoir passé une bonne partie de la nuit à banqueter joyeusement dans la somptueuse résidence (munya) d'al-Mutawakkil, nommée al-Badī‘98, les frères Banū al-Qabṭurnuh finirent par s'abandonner au sommeil. Le lendemain matin, Abū Muḥammad se lève le premier et, dans un distique improvisé sous l'empire de l'ivresse, appelle ses deux frères à profiter de cette heureuse occasion et à reprendre leurs joyeuses libations. Et Abū Bakr, à peine réveillé, d'enchaîner par un tercet abondant dans le même sens, et dont voici le troisième vers particulièrement significatif à cet égard :

  • 99 Rime -lā, mètre ḫafif. Cf. références dans la note suivante.

« Ne dors pas et profite du bonheur de [ce] jour, car sous terre [t'attend] un long sommeil »99

  • 100 Ḏaḫīra, II/2, p. 773 ; Qalā’id, p. 172 ; Muġrib, I, p. 367 ; Nafḥ, I, p. 636-639 ; Poésie, p. 149.

37Enfin, Abū al-Ḥasan, réveillé par cette belle poésie, intervient à son tour et, dans un distique de la même veine et sur le même ton, exprime une pensée similaire100.

  • 101 Qalā’id, p. 176.
  • 102 Ḏaḫīra, II/2, p. 772. Ces vers ont été rapportés à Ibn Bassām par Abū Bakr, le frère dAbû al-Ḥasan

38Ce dernier Ibn al-Qabṭurnuh est le moins connu des trois frères. Néanmoins, il fut lui aussi vizir-secrétaire d'al-Mutawakkil et jouit également d'une existence facile et insouciante qui se reflète dans ses vers rapportés par les anthologues101. Selon une pratique courante à cette époque, il avait souvent recours à la poésie pour formuler certaines requêtes : un jour, il adressa trois vers au roi, lui demandant du kohl (kuḥl) pour se soigner les yeux102.

  • 103 Abū Bakr mourut sous le règne de ‘Ali b. Tāšfīn, après 520/1126. Abū Muḥammad décéda quelque temps (...)

39Les Banū al-Qabṭurnuh survécurent à la chute de la dynastie Afṭaside, et collaborèrent avec le nouveau régime en occupant des postes de secrétaires à la chancellerie almoravide103.

9. Ibn ‘Abdūn (Abū Muḥammad ‘Abd al-Mağīd104 ; 529/1134)105 »

  • 104 Ḏaḫīra, II/1, p. 144, II/2, p. 668-727, III/l, p. 498 ; Qalā’id, p. 164-168 ; Muġrib, I, p. 374-37 (...)
  • 105 Ibn ‘Abdūn serait mort, selon Ibn al-Abbār, en 520 H. Cf. Takmila, p. 407. Quant à Ibn Zākūr, l'au (...)
  • 106 Sur son talent précoce et sa fameuse réplique en vers à son maître Abū al-Walīd b. Dābit, cf. supr (...)
  • 107 Ḏaḫīra, II/2, p. 710-711.

40Né à Evora, il devint très jeune106 le secrétaire d'al-Mutawakkil b. al-Afṭas qui venait d'accéder au trône. Cependant pour des raisons assez confuses107 et probablement parce qu'il était mécontent du traitement qui lui était réservé, il alla tenter sa chance à la cour d'al-Mu‘tamid b. ‘Abbād. N'ayant pas reçu l'accueil qu'il estimait être à la hauteur de son talent, il regagna Badajoz et renoua durablement avec al-Mutawakkil auquel il resta fidèle jusqu'au bout. Après la chute de la dynastie Afṭaside, il exerça pendant quelque temps les fonctions de kātib de Yūsuf b. Tāšfīn, puis de son fils ‘Alī, avant de s'éteindre à Evora, sa ville natale.

  • 108 Cette correspondance était un mélange de prose artistique et de vers. Cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 670-679 (...)
  • 109 De passage à Evora, Ibn Ḫāqān fut, selon ses dires, bien reçu par Ibn ‘Abdūn qui l'aurait invité c (...)
  • 110 Ḏaḫīra, II/2, p. 711-712.
  • 111 Ḏaḫīra, II/2, p. 710.
  • 112 Ḏaḫīra, II/2, p. 698-707.
  • 113 Après avoir composé un poème à l'intention d'al-Rasīd, Ibn ‘Abdūn renonça, pour des mobiles inconn (...)

41Étroitement mêlé à la vie publique et politique de son époque, il rédigea à la demande du souverain nombre de missives officielles. Il échangea par ailleurs une abondante correspondance amicale avec des contemporains célèbres tels qu'Abū al-Qāsim b. al-Ǧadd108 et Al-Fatḥ b. Ḫāqān109. Après avoir quitté Badajoz, il adressa une pièce de vers à ses amis, les Banū al-Qabṭurnuh, pour justifier son départ et leur exprimer sa peine d'être loin d'eux110. A son arrivée à Séville, il envoya des vers au vizir Abū Bakr b. Zaydūn, lui demandant d'intervenir en sa faveur auprès du souverain ‘Abbādide111. Il composa par la suite quelques panégyriques à la louange d'al-Mu‘tamid112 et de son fils al-Rašīd113.

  • 114 Cf. Muṭrib, p. 182 ; Nafḥ, III, p. 293, 454; Poésie, p. 73.
  • 115 Ḏaḫīra, II/2, p. 684-695.
  • 116 Le texte le plus complet de ce poème se trouve dans Mu‘ğib, éd. Le Caire, (1368/1949), p. 76-87 ; (...)

42Tout au début de sa carrière de poète de cour, Ibn ‘Abdūn ne fut pas satisfait des conditions de son hébergement. Quand il se présenta à l'entrée du palais royal, l'officier de logement (ṣāḥib inzāl al-dār) lui assigna une maison menaçant ruine. Alors, sur un ton un peu ironique et enjoué, il s'en plaignit au roi dans des vers où les seconds hémistiches étaient empruntés à une lāmiyya d'Imru’ al-Qays114. A en juger par les extraits de sa production poétique conservés dans les anthologies et notamment la Ḏaḫīra, il fut le principal panégyriste du prince al-Mutawakkil115. Cependant, Ibn ‘Abdūn devait sa renommée principalement à sa longue qaṣīda sur la chute des Afṭasides, connue sous le nom d'al-Bassāma ou d'al-‘Abdūniyya116. Après une introduction en huit vers chargés de réflexions d'ordre philosophique et de considérations générales sur les vicissitudes de la fortune, il rappelle, dans une énumération de trente-six vers, les noms des souverains et des dynasties qui, depuis la création, périrent de mort violente ou connurent une destinée tragique. Mais il ne consacre que trois vers aux Mulūk al-Ṭawā’if avant de traiter, en vingt huit vers, le sujet principal qui est l'élégie sur la fin d'al-Mutawakkil et de ses deux fils, al-Fadl et al-‘Abbās, tués par les Almoravides.

  • 117 Abū al-Qāsim ‘Abd al-Malik b. ‘Abd Allāh al-Ḥaḍramī, plus connu sous le nom d'Ibn Badrūn, est orig (...)
  • 118 Cet ouvrage a été publié avec le texte du poème par R. Dozy, sous le titre de Commentaire historiq (...)
  • 119 Sur la valeur documentaire et littéraire de ce poème, cf. Poésie, p. 106-107 ; E.I2-, III, p. 702  (...)
  • 120 Il avait la réputation de savoir par cœur le Kitāb al-aġāni et de pouvoir, même dans sa vieillesse (...)

43Les nombreuses allusions à des faits historiques précis et l'accumulation des noms propres dans cette qasīda rendent souvent sa lecture assez fastidieuse et ardue pour le lecteur non averti. C'était pour pallier cet inconvénient qu'Ibn Badrūn117, un contemporain d'Ibn ‘Abdūn, rédigea un commentaire historique118 de ce poème. L'intérêt majeur de cette élégie n'est pas d'ordre historique et celui qui y chercherait des renseignements sur les Reyes de Taifas serait certainement déçu. En revanche, sa valeur littéraire est indéniable au goût des critiques arabes qui, à ce titre, l'ont toujours considérée comme un véritable chef-d'œuvre119. Aussi brillant poète que prosateur, Ibn ‘Abdūn doit au fond sa renommée, au delà de sa fameuse rā’iyya, à une grande érudition et à une vaste culture littéraire120 qui font de lui, sans doute, le lettré le plus éminent de la cour des Banū al-Afṭas.

Notes

1 Sur cette dynastie, cf. Tibyān (où l'on trouve un récit détaillé, surtout en ce qui concerne le règne d'al-Mutawakkil) ; Ḏaḫīra, 11/1, p. 635 sqq ; Bayān, III, p. 220, 236 et index ; A‘māl, p. 180, 182-189 ; Nafḥ, I, p. 442 et index ; H.M.E., III, index ; Reyes, p. 65-68 ; España, index ; E. Lévi-Provençal, Inscriptions arabes d'Espagne, p. 53-55 ; Islam d'Occident, I, p. 125-126 ; Poésie, index ; Ṭawā’if. p. 81-93 ; Party-Kings. p. 84-85 ; H. R. Idris, « Les Afṭasides de Badajoz », dans Andalus, XXX, 1965, fasc. 2, p. 277-290 ; E.I.2, p. 249-250, art. « Afṭasides » (E. Lévi-Provençal), p. 1124-1125, art. « Baṭalyaws » (CF. Seybold-[A. Huici Miranda]).

2 Ancien esclave d'al-Ḥakam II al-Mustanṣir. Il fut page de l'eunuque Fā’iq. l'un des principaux officiers esclavons d'al-Ḥakam. Cf. E. Lévi-Provençal, op. cit., p. 53-54 ; H. R. Idris, Andalus, XXX, 1965, p. 278.

3 L'adoption du titre de ḥāğib, une manière de légitimer un pouvoir usurpé, était une pratique courante à cette époque. Cf. H.E.M., III, p. 20 et n. 2 ; E.I.2, III, p. 47-51, art. « Ḥādjib ».

4 Ḏaḫīra, II/2, p. 641 ; A‘māl, p. 182.

5 Ayant pris part à la conquête de la Péninsule, ils ont fini par s'y fixer définitivement et s'y sentir chez eux. Cf. Poésie, p. 259.

6 Sur la pseudo-origine arabe (yéménite) des Afṭasides, cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 641-642 ; Ḥulla, II, p. 97 ; A‘māl, p. 182 ; Recherches 1, p. 198 ; Espagne musulmane au xe s., p. 26, 165, 180 ; Poésie, p. 260 ; Ṭawā’if, p. 82.

7 Bayān, III, p. 235-236 ; Ḥulla, II, p. 96-97 ; A’māl, p. 183.

8 Bayān, III, p. 202-203, 237 ; H.M.E., III, p. 10-11 ; Ṭawā’if, p. 82-83 ; H. R. Idris, Andalus, XXX, 1965, p. 279 ; infra, 175.

9 L'armée ‘Abbādide fut prise entre deux feux, les cavaliers léonais d'un côté et les soldats d'Ibn al-Afṭas de l'autre. Cf. Bayān, III, p. 203 ; H.M.E., III, p. 11 ; H. R. Idris, Andalus, XXX, 1965, p. 279.

10 Bayān, III, p. 236 ; A‘māl, p. 183 ; E. Lévi-Provençal, op. cit., p. 54-55 ; E.I.2, I, p. 249.

11 Ḏaḫīra, II/1, p. 33-35 ; Bayān, III, p. 209-211 ; H.M.E., p. 238 ; E.I.2, I, p. 6 s.v. ; infra, 177.

12 Bayān, III, p. 209-211, 229-230 ; H. R. Idris, Andalus, XXX, 1965, p. 281 ; infra, 113.

13 Ḏaḫīra, 1/1, p. 386-388 ; Bayān, III, p. 209-211, 234-235 ; H.M.E., III, p. 51-52 ; H. R. Idris, op. cit., p. 281-282 ; infra, 177.

14 Bayān, III, p. 212-213, 240 ; A‘māl, p. 156.

15 H. R. Idris, op. cit., p. 283 ; E.I.2, I, p. 249-250.

16 Bayān, III, p. 238 ; H.M.E., III, p. 74 ; Ṭawā’if p. 85-86.

17 Bayān, III, p. 238-239 ; A‘māl, p. 184 ; H.M.E., III, p. 77 ; H. R. Idris, op. cit., p. 283-284 ; Ṭawā’if, p. 86-87.

18 Incertitude à propos de la date de mort d'al-Muẓaffar. Cf. H. R. Idris, op. cit., p. 284, n. 29 ; Ṭawā’if, p. 87. E. Lévi-Provençal ne donne pas de date, dans E.I.2, I, p. 249-250.

19 La date de la disparition de Yaḥyā de la scène est incertaine également. Dozy, dans H.M.E., III, p. 239, donne la date de 1067. Dans Ṭawā’if, p. 88, ‘Inān dit que Yaḥyā mourut en 464/1072, sans indiquer de source. Sur la succession difficile d'al-Muẓaffar, cf. aussi Ḏaḫīra, II/2, p. 649-651 ; A‘māl, p. 184 ; H. R. Idris, op. cit., p. 285-286.

20 Son père Ferdinand Ier mourut en 458/1065.

21 Infra, 201.

22 Ḏaḫīra, IV/1, p. 157-163 ; A‘māl, p. 180 ; H.M.E., III, p. 118-120 ; E. Lévi-Provençal, Hespéris, 1931, p. 33-49 ; Islam d'Occident, p. 125-126 ; H. R. Idris, op. cit., p. 287.

23 Ḥulla, II, p. 98.

24 Ḥulal, p. 20-22 ; H.M.E., III, p. 152 ; E.I.2, I, p. 250 ; H. R. Idris, op. cit., p. 287.

25 Tibyān, p. 102-103 ; Ḥulla, II, p. 98-99 ; H.M.E., III, p. 124 ; H. R. Idris, op. cit., p. 287.

26 Al-Zallāqa est le nom que donnent les historiens musulmans à l'endroit qui servit à cette occasion de champ de bataille, et se situe à une douzaine de kilomètres au nord-est de Badajoz. Il correspond aujourd'hui à une petite localité du nom de Sagrajas.

Sur les circonstances, les détails du déroulement et l'impact de cette bataille, cf. Tibyān, p. 104-106 ; Rawḍ, p. 83-95 ; Ḥulal, p. 40-41 ; Ibn Abī Zar‘, Rawḍ al-qirṭās, p. 94-98 ; H.M.E., III, p. 126-130 ; España, I, p. 357-365 ; E.I.1, IV, p. 1273, art. « al-Zallāka » (E. Lévi-Provençal) ; Ṭawā’if, p. 320-332.

27 Infra, 117.

28 Infra, 179.

29 Al-Mutawakkil resta sourd à l'appel du roi zīride ‘Abd Allāh, aux abois. Après la destitution de ce dernier, il se rendit à Grenade, comme al-Mu‘tamid, pour féliciter le vainqueur, Ibn Tāšfīn. Cf. Tibyān, p. 165-166 ; Ḥulal, p. 51 ; H.M.E., III, p. 145 ; Los Almorávides, p. 148-149 ; España, I, p. 396-397. Par la suite, il aida les Almorávides à s'emparer de Séville. Cf. Tibyān, p. 172 ; Abbadidis, II, p. 44 ; H.M.E., III, p. 152 ; Los Almorávides, p. 150 :154 ; H. R. Idris, op. cit., p. 288.

30 A‘māl, p. 185-186 ; H.M.E., III, p. 152 ; Los Almorávides, p. 154 ; H. R. Idris, op. cit., p. 289.

31 Tibyān, p. 173-174 ; Qalā'id, p. 41-42 ; A‘māl, p. 186 ; H.M.E., III, p. 152-153 ; H. R. Idris, op. cit., p. 289.

32 Tibyān, p. 174 ; A‘māl, p. 186 ; E .I1-. I. p. 250 ; H. R. Idris, op. cit., p. 289-290.

33 Ḏaḫīra, H/2, p. 640-646 ; Bayān, III, p. 236-237 ; Muġrib, I, p. 364 ; Mu‘ğib, p. 126 ; A‘māl, p. 183-184 ; Nafḥ, III, p. 380 et index ; Poésie, index ; Ṭawā’if, p. 87-88, 428-429 ; E.I.2, I, p. 249-250 art. « Afṭasides ».

34 Infra, 185, 209.

35 Quelques vers de ce poème se trouvent dans Ḏaḫīra, H/2, p. 641-643 ; A‘māl, p. 182-183 ; Poésie, p. 91.

36 Il s'asit du vizir cordouan, Ibn al-Ramīmī. Cf. Poésie, p. 388.

37 Ḏaḫīra, II/1, p. 35-36 ; Bayān, III, p. 212 ; H.M.E., III, p. 52 ; Poésie, p. 388 ; H. R. Idris, « Les Afṭasides de Badajoz », op. cit., p. 282.

38 Ibn Bassām donne deux autres titres pour cet ouvrage : « al-Taḍkira » et Kitāb al-Muẓaffar. Cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 640.

39 Sur cette œuvre, cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 640 ; Bayān, III, p. 236-237 ; Mu‘ğib, p. 41-42 ; A‘māl, p. 183-184 ; Nafḥ, III, p. 380 (qui cite Ḏaḫīra) ; Ṭawā’if, p. 87-88 ; E.I.2, I, p. 249.

40 Ḏaḫīra, Π/2, p. 641 ; Bayān, III, p. 220, 236-237 ; A‘māl, p. 183-184 ; Poésie, p. 30, 46.

41 Ḏaḫīra, 1/1, p. 160, 1/2, p. 615-616 ; Ǧaḏwa, p. 344 ; Maṭmah, p. 61 ; Ṣila, p. 640 ; Muġrib, II, p. 407-408 ; Nafḥ, IV, p. 28-30 et index ; G.A.L., S.I., p. 297, 628-629 ; E.I.2, III, p. 695-696, art. « Ibn ‘Abd al-Barr » (Ch. Pellat) ; Ṭawā’if, p. 434 ; Dā’irat al-ma‘ārif, III, p. 333-334.

42 Ses biographes le surnomment al-faqīh et parfois al-ḥāfiz, pour ne pas le confondre avec son fils Abū Muḥammad, surnommé al-kātib, et qui était secrétaire d'al-Mu‘taḍid b. ‘Abbād. Cf. infra, 184.

43 Infra, 103.

44 Nafḥ, III, p. 192 ; E.I.2, III, p. 695-696.

45 Cf. G.A.L. S.I., p. 629, qui cite de nombreux titres ; E.I.2, III, p. 695-696.

46 Cf. Muġrib, II, p. 408 ; Ṭawā’if, p. 434 ; E.I.2, III, p. 696.

47 Cf. Nafḥ, I, p. 505, IV, p. 28-30, 327.

48 Ḏaḫīra, IV/1, p. 44 ; Takmila, p. 407 ; Nafḥ, III, p. 397-398, 609 ; Poésie, p. 59, 66-Ί57.

49 D'après Ibn al-Abbār, il aurait eu pour maîtres les deux Abū Marwān, al-Ṭubnī et Ibn Sirāğ, en 454 H. Cf. Takmila, p. 407.

50 Dans un distique où il louange al-Muẓaffar b. al-Afṭas, Ibn Dābit avoue qu'il compose des vers dans un but franchement intéressé. Cf. Nafḥ, III, p. 398 ; Poésie, p. 59.

51 Takmila, p. 407.

52 Selon certaines sources, l'auteur de cet hémistiche serait al-Mutawakkil b. al-Afṭas. Cf. Qalā’id, p. 167 ; Nafḥ, III, p. 609 (d'après Badā'i‘, I, p. 72).

53 Ḏaḫīra, IV/1, p. 44 ; Qalā’id, p. 167 ; Nafḥ, III, p. 397 ; Poésie, p. 66.

54 Ḏaḫīra, II/2, p. 646-652 ; Qalā’id, p. 41-53 ; Ḥulla, II, p. 96 ; Muġrib, I, p. 364-365 ; Ḥulal, p. 20-22 ; A‘māl, p. 185 ; Nafḥ, I, p. 637-639, 663-666, III, p. 293, 333 et index ; Poésie, p. 149, 235-236 ; Ṭawā’if p. 88-89, 428-429.

55 Qalā’id, p. 171-172 ; Badā’i‘, II, p. 140 ; Nafḥ, I, p. 638-639 ; Poésie, p. 149.

56 Badā’i‘, I, p. 72 (reprod. dans Nafḥ, III, p. 609).

57 Badā’i‘, I, p. 260 (reprod. dans Nafḥ, III, p. 333) ; Poésie, p. 235-236.

58 Infra, 75.

59 Qalā’id, p. 46-47 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 646-647.

60 Qalā’id, p. 45-46 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 647-649 ; Ḥuila, II, p. 104-106.

61 Qalā’id, p. 45 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 651.

62 Ḏaḫīra, II/1, p. 391, II/2, p. 646-647 ; Qalā’id, p. 46-47 ; Ḥulla, II, p. 103-104 ; Muġrib, 1, p. 365 ; Nafḥ, III, p. 450 ; Ṭawā’if, p. 89.

63 Ibn al-Ḥaḍramī écrivit à al-Mutawakkil pour essayer de l'infléchir et retrouver sa situation d'antan, mais en vain. Cf. supra, p. 95. Son gendre, Abū Bakr b. al-Qabṭurnuh, lui aurait succédé dans les fonctions de premier ministre. Cf. Qalā’id, p. 47 ; Ḥulla, II, p. 103-104.

64 Muġrib, I, p. 365.

65 Ḏaḫīra, II/l, p. 391 ; Nafḥ, III, p. 450.

66 Ibn Bassām lui consacre une longue notice dans Ḏaḫīra, III/1, p. 251-317. Cf. aussi Qalā’id, p. 120-123 ; Muġrib, II, p. 440 ; Poésie', ρΓ70, 266-267, 414.

67 Il semble que ce concours ne soit pas tout à fait désintéressé. Al-Mu‘tamid caressait en effet l'espoir d'obtenir, en contrepartie de son aide, quelques concessions territoriales. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 252.

68 Cette missive fut rédigée, sur ordre d'al-Mutawakkil, par son vizir-secrétaire, Ibn Ayman. Cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 664-666, III/1, p. 253.

69 Infra, 77.

70 Qalā’id, p. 120-121 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 254-278 ; Muġrib, II, p. 440.

71 Infra, p. 80 sqq. Ibn ‘Abdūn, qui a survécu à Ibn al-Dabbāg, a composé à la mort de celui-ci un thrène en son honneur. Cf. Ḏaḫīra, III/1, p. 253.

72 Ḏaḫīra, III/l, p. 302-303. Ibn Bassām reproduit de nombreux extraits de la correspondance privée (iḫwāniyyāt) d'Ibn al-Dabbāg. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 278-306.

73 Ces extraits occupent plus de soixante pages de la Ḏaḫīra.

74 Ḏaḫīra, III/l, p. 278 sqq.

75 Qalā’id, p. 122 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 306-309.

76 Qalā’id, p. 121 ; Ḏaḫīra, III/l, p. 314.

77 Une pièce de vers est adressée à son ami Ibn Ḫayrūn qui avait pris l'initiative de le complimenter dans un poème. Une autre pièce sert de conclusion à une missive amicale envoyée à Abū Muḥammad b. ‘Abd al-Barr. Cf. Ḏaḫīra, III/l, p. 315-317.

78 Sur ce thème, introduit le plus souvent par la particule layta, et très fréquent dans la poésie amoureuse andalouse, cf. Poésie, p. 413-414.

79 Rime -yāk, mètre basīt, trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 414. Cf. aussi Ḏaḫīra, III/l, p. 316 ; Muġrib, II, p. 440.

80 Qalā’id, p. 47 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 652-656, 664-668 ; Muġrib, I, p. 366.

81 Supra, 75.

82 Ḏaḫīra, II/2, p. 652-653.

83 Supra, 76 sqq.

84 Ḏaḫīra, II/2, p. 653, III/l, p. 253 ; supra, 76.

85 Ḏaḫīra, II/2, p. 653-656.

86 Ḏaḫīra, II/2, p. 664-666.

87 Ḏaḫīra, II/2, p. 753-773 ; Qalā’id, p. 169-176 ; Muṭrib, p. 186-187 ; Muġrib, I, p. 367-368, II, p. 88, 249-250 ; Nafḥ, I, p. 634-639 et index ; E.I.2, III, p. 837, art. « Ibn Kabṭurnu » (H. Monés).

88 Sur l'origine de cette famille, l'étymologie et les différentes façons de prononcer et d'écrire son patronyme, voir Dozy, Suppl., II, p. 302 ; E.I.2, III, p. 837.

89 Dans la notice qu'il leur consacre, Ibn Bassām ne cite qu'incidemment Abū Muḥammad et Abū al-Ḥasan. Cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 753-773.

90 Ḏaḫīra, II/2, p. 754-765.

91 Qalā’id, p. 172.

92 Ḏaḫīra, II/2, p. 769 ; Nafḥ, IV, p. 313 ; Poésie, p. 348.

93 Qalā’id, p. 174-175.

94 Sur ce square célèbre, cf. la description pittoresque qu'en fait Ibn Ḫāqān dans les Qalā’id, p. 174 (reproduit dans Nafḥ, I, p. 634-635) ; Poésie, p. 128-130.

95 Ḏaḫīra, H/2, p. 767 ; Qalā’id, p. 173 ; Nafḥ, I, p. 634 ; Poésie, p. 130.

96 Pour recueillir les documents nécessaires à la composition de ses Qalā’id, Ibn Ḫāqān écrivit aux hommes de lettres les plus en vue leur faisant part de son projet et leur demandant de lui communiquer des textes de leur production. Sollicité sans doute par al-Fath, Abū Muḥammad fit accompagner ses documents personnels de quelques vers de congratulations. Cf. Qalā’id, p. 169.

97 Qalā’id, p. 169-170 ; Poésie, p. 404-405.

98 Supra, 74.

99 Rime -lā, mètre ḫafif. Cf. références dans la note suivante.

100 Ḏaḫīra, II/2, p. 773 ; Qalā’id, p. 172 ; Muġrib, I, p. 367 ; Nafḥ, I, p. 636-639 ; Poésie, p. 149.

101 Qalā’id, p. 176.

102 Ḏaḫīra, II/2, p. 772. Ces vers ont été rapportés à Ibn Bassām par Abū Bakr, le frère dAbû al-Ḥasan.

103 Abū Bakr mourut sous le règne de ‘Ali b. Tāšfīn, après 520/1126. Abū Muḥammad décéda quelque temps auparavant. Quant à Abū al-Ḥasan, on perd sa trace peu de temps après sa prise de fonctions à la chancellerie almoravide.

104 Ḏaḫīra, II/1, p. 144, II/2, p. 668-727, III/l, p. 498 ; Qalā’id, p. 164-168 ; Muġrib, I, p. 374-376 ; Sila, n° 831 ; Takmila, p. 407 ; Mu‘ğib, p. 128, 228 ; Muṭrib, p. 127, 180 ; A‘māl, p. 186-189 ; Nafḥ, I, p. 673-674 et index ; Poésie, index ; Ṭawā’if p. 428-429 ; G. al-Rikābī, Fi al-adab al-andalusī, index ; E.I.2, III, p. 702, art. « Ibn ‘Abdūn » (Réd.)

105 Ibn ‘Abdūn serait mort, selon Ibn al-Abbār, en 520 H. Cf. Takmila, p. 407. Quant à Ibn Zākūr, l'auteur du commentaire sur les Qalā’id, il situe cet événement en 527 H.

106 Sur son talent précoce et sa fameuse réplique en vers à son maître Abū al-Walīd b. Dābit, cf. supra, 74.

107 Ḏaḫīra, II/2, p. 710-711.

108 Cette correspondance était un mélange de prose artistique et de vers. Cf. Ḏaḫīra, II/2, p. 670-679, 715-716.

109 De passage à Evora, Ibn Ḫāqān fut, selon ses dires, bien reçu par Ibn ‘Abdūn qui l'aurait invité chez lui et lui aurait témoigné beaucoup d'estime. Cf. Qalā’id, p. 165-168.

110 Ḏaḫīra, II/2, p. 711-712.

111 Ḏaḫīra, II/2, p. 710.

112 Ḏaḫīra, II/2, p. 698-707.

113 Après avoir composé un poème à l'intention d'al-Rasīd, Ibn ‘Abdūn renonça, pour des mobiles inconnus, à le lui remettre. Cf. Ḏaḫīra, 1172, p. 708-709.

114 Cf. Muṭrib, p. 182 ; Nafḥ, III, p. 293, 454; Poésie, p. 73.

115 Ḏaḫīra, II/2, p. 684-695.

116 Le texte le plus complet de ce poème se trouve dans Mu‘ğib, éd. Le Caire, (1368/1949), p. 76-87 ; trad. française, E. Fagnan, Histoire des Almohades, p. 65-74 ; trad. esp. dans Ensayo, p. 190-198 ; reproduit dans Dā’irat al-ma‘ārif III, p. 351-352 ; texte moins complet dans les Qalā’id, p. 42-45 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 721-724 ; A‘māl, p. 186-189.

117 Abū al-Qāsim ‘Abd al-Malik b. ‘Abd Allāh al-Ḥaḍramī, plus connu sous le nom d'Ibn Badrūn, est originaire de Silves. Il vécut au viie siècle de l'Hégire. Cf. Ensayo, p. 260 sqq.

118 Cet ouvrage a été publié avec le texte du poème par R. Dozy, sous le titre de Commentaire historique sur le poème d'Ibn Abdoun par Ibn Badroun, Leyde, 1846 ; puis édité au Caire, 1340 H.

119 Sur la valeur documentaire et littéraire de ce poème, cf. Poésie, p. 106-107 ; E.I2-, III, p. 702 ; infra, 250.

120 Il avait la réputation de savoir par cœur le Kitāb al-aġāni et de pouvoir, même dans sa vieillesse, le réciter de mémoire. Cf. Poésie, p. 31 et n. 4 ; E.I.2, III, p. 702.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search