Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre IV. La principauté berbère d'Arcos et Sidona1

Texte intégral

  • 1 Bayān, III, p. 267, 271-273, 294 ; ‘Ibar, IV, p. 339-340 ; A‘māl, p. 142, 238-240 ; H.M.E., III, p (...)
  • 2 Bayān, III, p. 294 ; A‘māl, p. 238-239.
  • 3 Infra, 177.
  • 4 Bayān, III, p. 271-272.

1Les débuts de cette petite principauté zanāta sont obscurs. Son fondateur, le chef des Banū Irniyyān (ou Yarniyyān), Abū Abd Allāh Muḥammad b. Ḥazrūn ‘Imād al-Dawla2, s'empara d'Arcos après s'être rebellé contre le pouvoir central à Qalsāna (Calsena) en 402/1011-1012. A sa mort, en 420/1029, il eut pour successeur son fils Muḥammad al-Qā'im qui échappa miraculeusement à la mort par asphyxie dans un bain maure préparé à cet effet par les soins d'al-Mu‘tadid b. ‘Abbād3. Son frère ‘Abdūn, qui le remplaçait, répondant ainsi à l'invitation du roi de Séville, fut parmi les victimes4.

  • 5 Sidona ou Sidonia (en arabe Šadūna), attribuée au début, avec Moron, aux Banū Dammar et aux Azdāga (...)
  • 6 D'autres dates sont données. Cf. Mu‘tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 84.
  • 7 Bayān, III, p. 272-273, 294 ; A‘māl, p. 239-240 ; H.M.E., III, p. 218-219 ; Poésie, p. 258-259 ; H (...)

2La pression exercée par le monarque ‘abbādide sur Arcos et Sidona5 était telle que le chef des Banū Irniyyān, Muḥammad b. Ḥazrūn, fit appel à Bādīs b. Habūs, lui demandant de l'accueillir avec ses contribules sur son territoire, en échange de quoi il lui céderait Arcos et Sidona. Le souverain de Grenade accepta cette offre. Cependant al-Mu‘tadid réussit à déjouer leurs plans, attaquant les Banū Irniyyān au cours de leur déplacement et les massacrant presque tous. Leur chef Muḥammad b. Ḥazrūn ainsi que le général zīride venu lui prêter main forte à la tête d'une puissante armée périrent dans la bataille. Ainsi, Arcos et tout le district de Sidona furent, en 461/10686, absorbés à leur tour par le royaume de Séville7.

Notes

1 Bayān, III, p. 267, 271-273, 294 ; ‘Ibar, IV, p. 339-340 ; A‘māl, p. 142, 238-240 ; H.M.E., III, p. 218-219 ; Poésie, p. 9-10, p. 258-259 ; Séville, p. 57 ; Tawā'if, p. 45-46 ; Mu‘tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 84 ; H. R. Idris, « Les Zīrides d'Espagne », dans Andalus, XXIX, 1964, p. 76-77 ; E.I.2, I, p. 654-655. art. « Arkush » (A. Huici Miranda).

2 Bayān, III, p. 294 ; A‘māl, p. 238-239.

3 Infra, 177.

4 Bayān, III, p. 271-272.

5 Sidona ou Sidonia (en arabe Šadūna), attribuée au début, avec Moron, aux Banū Dammar et aux Azdāga, fut rattachée par la suite à Arcos, possession des Banū Ḥazrūn et des Banū Irniyyān. Sur ces tribus zénètes, cf. Bayān, III, p. 113 ; A‘māl, p. 1 19 ; H.E.M., index.

6 D'autres dates sont données. Cf. Mu‘tamid, p. 23 ; Party-Kings, p. 84.

7 Bayān, III, p. 272-273, 294 ; A‘māl, p. 239-240 ; H.M.E., III, p. 218-219 ; Poésie, p. 258-259 ; H. R. Idris, « Les Zīrides d'Espagne », dans Andalus, XXIX, 1964, p. 76-77 ; infra, 177.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search