Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre III. Alpuente (al-Bunt ou al-Būnt) sous le règne des Banū Qāsim1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Ḏaḫīra, I/1, p. 455. ΠΙ/1, p. 515, ΠΙ/2, p. 903 ; Qalā'id, p. 144-150 ; Ǧamhara, p. 446 ; Muġrib. (...)
  • 2 Ǧamhara, p. 466.
  • 3 Nafḥ, III, p. 18 ; H.E.M., II, p. 338, n. 1 ; Ṭawā’if p. 261.

1La cité d’Alpuente (en arabe al-Bunt, ou al-Būnt), dans la province de Valence et au sud-est de Santa Maria de Oriente, devint un petit État indépendant vers 400/1009-1010. Le fondateur de cette minuscule principauté s'appelait ‘Abd Allāh b. Qāsim al-Fihrī, Niẓām al-Dawla Ier. Sa famille, les Banū Qāsim, installée depuis longtemps dans la région, était, si l'on en croit Ibn Ḥazm2, de souche berbère kutāmienne. Cependant par le biais des liens de clientèle (walā’), elle s'était rattachée depuis longtemps à la tribu arabe de Fihr dont elle avait adopté les valeurs ethniques3.

  • 4 Ḏaḫīra, I/1I, p. 455, III/l, p. 515 ; Bayān, III, p. 127, 145-146.

2Le premier dynaste d'Alpuente ne cachait pas ses sentiments pro-umayyades. Il défendit la cause de ‘Abd al-Raḥmān IV al-Murtaḍā, qui trouva refuge auprès de lui avant de livrer bataille aux Berbères à Grenade et de périr à l'issue de ce combat (408/1018). Après la disparition d'al-Murtaḍā, son frère aîné Hišām III s'enfuit à Ḥiṣn al-Bunt où ‘Abd Allāh b. Qāsim lui réserva un accueil chaleureux. Proclamé calife par les Cordouans (en 418/1027), Hišām III, le futur al-Mu‘tadd bi-llāh, dernier des califes umayyades de Cordoue, resta plus de deux ans encore à Alpuente et ne fit son entrée officielle dans la capitale qu'en 420/10294.

  • 5 Ahmad fut l'un des émirs andalous qui portèrent, dans la première moitié du xie siècle, le titre d (...)
  • 6 On trouve d'autres dates sensiblement différentes. Cf. Party-Kings, p. 84.
  • 7 Dès son avènement, Niẓām al-Dawla épousa la reine mère et remit en liberté l'ex-régent Qāsim qu'il (...)
  • 8 Infra, 215, 216.
  • 9 Ṭawā’if, p. 261.
  • 10 W. Bayān, III, p. 215.
  • 11 Ṭawā’if, p. 261-262.

3‘Abd Allāh b. Qāsim mourut en 421/1030 et eut pour successeur son fils Muḥammad Yumn al-Dawla qui, en 434/1042, après un règne paisible de douze ans, légua le pouvoir à son fils, Ahmad ‘Aḍud al-Dawla5. Cependant celui-ci décéda subitement en 440/10486 ; son fils Muḥammad, âgé de sept ans environ, monta sur le trône avec le concours de son grand-père maternel, Qāsim, qui se chargea d'exercer la régence pendant la minorité du roi. Quelques mois plus tard, ‘Abd Allāh b. Muḥammad, l'oncle paternel du jeune prince, déposa celui-ci et s'empara du pouvoir en prenant le titre honorifique de Niẓām al-Dawla II7. Il entretint de bons rapports avec ses voisins, et son long règne ne fut troublé que par les incursions du Cid qui commençait, peu après la bataille d'al-Zallāqa, à semer la terreur dans toute cette région8. En 482/1089, les troupes du Campeador dévastèrent le territoire d'Alpuente, obligeant Ibn Qāsim à payer tribut au roi de Castille9. Les Almoravides prirent le contrôle de cette petite principauté en 500/1 106-110710. Selon d'autres sources, les Almoravides occupèrent al-Bunt vers 496/1103, après s'être emparé de Valence (495/1102) et avant d'enlever Santa Maria de Oriente (497/1103-1104)11.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 12 Takmila, p. 388.
  • 13 Nafḥ, III, p. 159-160. Voir trad. de cette risāla par Ch. Pellat, dans Andalus, XIX, 1954, fasc. I (...)

4Compte tenu de leur personnalité et du rôle qu'ils ont joué dans les domaines politique et littéraire, on considère les Banū Qāsim d'al-Bunt parmi les Mulūk al-Ṭawā’if tes plus importants. Abū Muḥammad b. Ḥazm composa, d'après Ibn al-Abbār12, sa Risāla fī faḍl al-Andalus à la demande du deuxième dynaste d'Alpuente, Muḥammad b. ‘Abd Allāh Yumn al-Dawla. Dans un passage de sa risāla, Ibn Ḥazm exalte l'activité intellectuelle entretenue à la cour d'al-Bunt par les Banū Qāsim et notamment par Yumn al-Dawla. D'ailleurs, il précise qu'il eut l'occasion d'assister personnellement à des réunions à caractère littéraire et scientifique organisées par le prince lui-même13. Cependant, nous sommes surpris de ne pas trouver dans nos sources des informations à la mesure de cette réputation.

1. Abū Muḥammad b. al-Qāsim14

  • 14 Qalā'id, p. 144-150 ; Muġrib, II, p. 396-398 ; Ṭawā’if, p. 262.
  • 15 Qalā’id, p. 145-146.
  • 16 Qalā’id, p. 144-150 ; Muġrib, II, p. 396-398 ; Ṭawā’if, p. 262.

5Nous disposons de très maigres renseignements le concernant. Il était vizir-secrétaire. Il fut déchu de ses fonctions par les Almoravides et exilé à Salé au Maroc. Dans ses Qalā'id, Al-Fatḥ b. Ḫāqān, qui l'a connu et rencontré, lui consacre une notice de six pages dans laquelle on trouve des extraits de sa correspondance privée (Iḫwāniyyāt) en sağ‘ extrêmement pédant et recherché. Le premier de ces textes est une longue missive adressée à Ibn Ḫāqān en réponse à une lettre que ce dernier avait écrite à Ibn al-Qāsim après une rencontre amicale entre les deux hommes15 ainsi que des vers traduisant à la fois beaucoup de fierté et une profonde révolte devant l'injustice du sort16.

2. Abū Muḥammad b. Sufyān17

  • 17 Qalā’id, p. 154-158 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 903-904.
  • 18 Ḏaḫīra, III/2, p. 903 sans autre précision.
  • 19 Qalā’id, p. 156-157.
  • 20 Qalā’id, p. 154 ; Ḏaḫīra, III/ 2, p. 903-905.
  • 21 Qalā’id, p. 155.
  • 22 Qalā’id, p. 155-156.
  • 23 Qalā’id, p. 157.

6Ministre de l'émir Ibn Qāsim, maître d'Alpuente18, il eut une correspondance amicale avec le vizir Abū Muḥammad b. al-Qāsim19 et un échange de vers avec Abū ‘Īsā b. Labbūn20 et Abū Marwān b. Razīn21. Il est également l'auteur d'un panégyrique adressé à al-Qādir b. Ḏī al-Nūn22 et de quelques vers amoureux23.

Notes

1 Ḏaḫīra, I/1, p. 455. ΠΙ/1, p. 515, ΠΙ/2, p. 903 ; Qalā'id, p. 144-150 ; Ǧamhara, p. 446 ; Muġrib. II, p. 395-398 ; Bayān, III, p. 127, 145-146, 215 ; A‘māl, p. 208 ; Nafḥ, III, p. 18, 159-160 ; España, p. 360, 448 ; H.E.M., II, p. 338 ; Ṭawā’if, p. 260-262 ; Party-Kings, p. 84 ; E.I.2, I, p. 1350, art. « al-Bunt » (A. Huici Miranda).

2 Ǧamhara, p. 466.

3 Nafḥ, III, p. 18 ; H.E.M., II, p. 338, n. 1 ; Ṭawā’if p. 261.

4 Ḏaḫīra, I/1I, p. 455, III/l, p. 515 ; Bayān, III, p. 127, 145-146.

5 Ahmad fut l'un des émirs andalous qui portèrent, dans la première moitié du xie siècle, le titre de ḥāğib qui avait alors la valeur d'une qualification souveraine. Le premier dynaste de Badajoz, Sābūr, et le roi zīride de Grenade, Bādīs b. Ḥabūs en firent autant. Cf. H.E.M., III, p. 20, n. 2.

6 On trouve d'autres dates sensiblement différentes. Cf. Party-Kings, p. 84.

7 Dès son avènement, Niẓām al-Dawla épousa la reine mère et remit en liberté l'ex-régent Qāsim qu'il avait emprisonné auparavant, et il lui rendit tous ses anciens privilèges. Cf. A‘māl. p. 208 ; Ṭawā’if, p. 261.

8 Infra, 215, 216.

9 Ṭawā’if, p. 261.

10 W. Bayān, III, p. 215.

11 Ṭawā’if, p. 261-262.

12 Takmila, p. 388.

13 Nafḥ, III, p. 159-160. Voir trad. de cette risāla par Ch. Pellat, dans Andalus, XIX, 1954, fasc. I, 2-3, p. 53-102. Infra, 232. 233, 308 sqq.

14 Qalā'id, p. 144-150 ; Muġrib, II, p. 396-398 ; Ṭawā’if, p. 262.

15 Qalā’id, p. 145-146.

16 Qalā’id, p. 144-150 ; Muġrib, II, p. 396-398 ; Ṭawā’if, p. 262.

17 Qalā’id, p. 154-158 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 903-904.

18 Ḏaḫīra, III/2, p. 903 sans autre précision.

19 Qalā’id, p. 156-157.

20 Qalā’id, p. 154 ; Ḏaḫīra, III/ 2, p. 903-905.

21 Qalā’id, p. 155.

22 Qalā’id, p. 155-156.

23 Qalā’id, p. 157.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search