Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre II. La principauté d'Alméria1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

1. Règne de Ḫayrān, fondateur de la principauté (404-419/1014-1028)

  • 1 Tibyān, p. 45, 53, 89, 90, 104 ; Qalā'id, p. 53-57 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 643 sqq et passim (Bayān, III (...)
  • 2 A‘māl, p. 119 ; supra, p. 38.
  • 3 Ṭawā’if p. 159.
  • 4 A‘māl, p. 211-212 ; Recherches 3, I, p. 242-244 ; Poésie, p. 142.

1Dès le début de la fitna, les Esclavons ‘āmirides, dans leur grande majorité, ont préféré quitter la capitale, Cordoue, devenue peu sûre, et s'établir dans le Levante où ils avaient plus de chance de satisfaire leurs ambitions et leur goût pour l'aventure2. L'Esclavon Ḫayrān fut particulièrement ambitieux. Après avoir cherché fortune à Cordoue et dans l'Est du pays, usant de toutes sortes d'intrigues, il se rendit maître en 405/10143 d'Alméria qui, petit à petit, devint la capitale d'une petite principauté indépendante et prospère. Sous son règne, la ville s'étendit considérablement et s'embellit de magnifiques monuments, et notamment l'imposante citadelle appelée du nom de son constructeur, Qal‘at Ḫayrān. C'est à cette époque que l'eau fut amenée jusqu'à Alméria et que des bains (ḥammām) splendides y furent construits4.

  • 5 H.E.M., II, p. 324 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 53.
  • 6 Supra, 29.
  • 7 Bayān, III, p. 143-144 ; A‘māl, p. 136-137 ; H.E.M., II, p. 337 ; Andalus. XXIX, 1964, p. 62.

2Après avoir soutenu ‘Alī b. Ḥammūd contre Sulaymān al-Musta‘īn5, Ḫayrān, l'ancien affranchi du ḥāğib al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir, prit par la suite la tête d'un mouvement visant à chasser de Cordoue l'usurpateur idriside, en lui opposant un prétendant umayyade, al-Murtaḍā ; celui-ci, gêné par la défection d'une partie de ses alliés, fut battu par l'armée zīride sous les murs de Grenade, en 409/1018-10196. La dernière intervention de Ḫayrān dans les affaires de Cordoue fut son entrée dans la capitale en même temps que Muğāhid de Dénia, chacun à la tête de son armée, pour expulser le lieutenant de Yaḥyā b. ‘Alīb. Ḥammūd. Cependant, ne parvenant pas à se mettre d'accord sur la manière dont Cordoue devait être gouvernée, les deux Esclavons ‘āmirides se séparèrent (417/1026). Ḫayrān rentra à Alméria et, peu de temps après, Muğāhid prit la direction de Dénia7.

2. Règne du fatā Zuhayr (419-429/1028-1038)

  • 8 Bayān, III, p. 166 ; A‘māl, p. 215.
  • 9 A‘māl, p. 216 ; Poésie, p. 142, n. 6.
  • 10 Abbadidis, II, p. 34 ; H.M.E., III, p. 17.

3À Ḫayrān, mort en 419/1028, succéda un autre Esclavon, Zuhayr al-‘Āmirī8, qui poursuivit l'œuvre de son prédécesseur. La mosquée principale d'Alméria fut considérablement agrandie ; tous ses murs furent déplacés, excepté celui de la qibla9. En politique extérieure, le nouveau souverain eut de bons rapports avec son voisin Ḥabūs b. Māksan. Ce fut avec l'aide des troupes de ce dernier que Zuhayr put repousser dès le début de son règne une agression de l'armée ‘abbādide10.

  • 11 Ce fut à cette occasion qu'ils proclamèrent calife Idrīs b. ‘Alī b. Ḥammūd, au nom de qui Zuhayr f (...)
  • 12 Infra, 52.
  • 13 Infra, 52. 112. n. 40.
  • 14 Infra, 112.
  • 15 Infra, 52 et n. 15.
  • 16 Ḏaḫīra, 1/2, p. 663 ; Bayān, III. p. 167, 293 ; A‘māl, p. 217 ; H.M.E., III, p. 28. Étant donne qu (...)
  • 17 Al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir apprit que Muğāhid de Dénia, jaloux de le voir s'approprier Alméria, avait (...)
  • 18 Les Banū Ṣumādiḥ constituent l'une des deux branches des Banū Tuğīb, une famille arabe noble fixée (...)
  • 19 Ḏaḫīra, 1/2, p. 730-731 ; Bayān, III, p. 174. 293 ; A‘māl, p. 190.
  • 20 Bayān, III, p. 293.
  • 21 Tibyān, p. 45 ; Bayān, III, p. 294 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 75.

4En 427/1036, le prince d'Alméria et celui de Grenade firent cause commune avec le Birzālide de Carmona et attaquèrent Séville11. Cependant, cette entente ne tarda pas à se détériorer. La plupart des chroniqueurs en rendent responsable le puissant vizir-secrétaire du souverain ‘āmiride, le fameux Aḥmad b. ‘Abbās12 qui, détestant les Berbères et les Juifs, ne cessait de dresser son maître contre les Grenadins13. Cette politique finit par porter ses fruits : en 429/1038 eut lieu un affrontement armé permettant aux forces zīrides d'infliger une sévère défaite à leurs adversaires esclavons qui perdirent leur chef au cours du combat14. Après la disparition de Zuhayr et de son premier ministre, Ibn ‘Abbās, capturé pendant la bataille, ainsi que de nombreux notables distingués15 les Almériens confièrent la direction des affaires de la principauté à un dignitaire nommé Abū Bakr al-Ramīmī ; ils décidèrent ensuite de faire appel à ‘Abd al-
‘Azīz b. Abī ‘Āmir de Valence qui s'empressa de se rendre maître de la cité16. Cependant, devant regagner son royaume où des événements graves venaient de se produire17, le roi de Valence confia le gouvernement de son nouveau territoire à son vizir et beau-frère, Abū al-Aḥwaṣ Ma‘n b. Ṣumādiḥ al-Tuğībī18 qui, au bout de quatre ans environ, rejeta l'autorité de son maître et se déclara indépendant19. Le prince ‘āmiride essaya de reprendre Alméria20 ; mais Ibn Ṣumādiḥ put se maintenir au pouvoir grâce au soutien calculé que lui apportait Bādīs b. Habūs dont il fut, jusqu'à sa mort, le fidèle vassal21.

3. Règne d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ (443-484/1052-1091)

  • 22 Tibyān, p. 45-46.
  • 23 Ḏaḫīra, 1/2, p. 731-732 ; Bayān, III, p. 174 ; ‘Ibar, IV. p. 162 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 75-76.
  • 24 Infra, 111.
  • 25 Infra, 113.
  • 26 Infra, 115.

5Abū Yaḥyā Muḥammad succéda à son père Ma‘n, mort en 443/1052, et prit le surnom honorifique d'al-Mu‘taṣim. Au début de son long règne qui dura plus de quarante ans, il suivit l'exemple de son prédécesseur, essayant d'avoir de bons rapports avec son puissant voisin de l'ouest, le roi de Grenade22. Celui-ci lui accorda son soutien en plusieurs occasions23. Cependant plus tard, profitant de la mauvaise posture dans laquelle se trouvait son allié, il trempa dans le complot que le ministre juif Yūsuf b. Naġrālla fomenta contre Bādīs24 et pendant que l'anarchie régnait à Grenade, après le pogrom de 459/1066, al-Mu‘taṣim s'empara de Guadix, qu'il fut obligé de restituer peu de temps après25. Sous le règne de ‘Abd Allāh b. Buluggīn, il s'appropria la ville zīride de Baza (Basṭa), à la faveur des hostilités zīrido-‘abbādides que les intrigues du premier ministre de Séville, Ibn ‘Ammār, ne cessaient d'entretenir et d'amplifier26.

  • 27 Infra, 70 et n. 26.
  • 28 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733-734 ; infra, 150. 151.
  • 29 Ḏaḫīra, 1/2, p. 734-735 ; A‘māl, p. 191-192 ; Nafḥ, III, p. 367-368.

6Les troupes d'al-Mu‘taṣim participèrent à la bataille d'al-Zallāqa27 et au siège de la forteresse d'Aledo28. Mais, alors qu'il était sur son lit de mort, les Almoravides assiégèrent sa capitale, au cours de leur troisième intervention dans la Péninsule. Il eut juste le temps, avant de s'éteindre, de conseiller à son fils et successeur, Aḥmad Mu‘izz al-Dawla, d'aller se réfugier auprès des Banū Ḥammād, seigneurs de Bougie. Très peu de temps après son avènement, le dernier prince tuğībide d'Alméria, apprenant la chute de Séville, symbole de la résistance aux occupants africains, suivit le conseil de son père29. Alors, les soldats d'Ibn Tāšfīn prirent possession de la ville sans difficulté (484/1091).

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

1. Al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ30

  • 30 Ḏaḫīra, 1/2, p. 729-736 ; Qalā‘id, p. 53-57 ; Bayān, III, p. 167, 173-175 ; Huila, II, p. 78-88 ; (...)
  • 31 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733.
  • 32 Qalā‘id, p. 53.
  • 33 Qalā‘id, p. 53 ; Poésie, p. 145.
  • 34 Qalā‘id, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/2. p. 732 ; Bayān, III, p. 175 ; Muġrib, II, p. 195 ; A‘māl, p. 190. Su (...)
  • 35 Qalā‘id, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 732-733 ; Bayān, III, p. 175 ; Muġrib, II, p. 195 ; A‘māl, p. 190 (...)
  • 36 Infra, 124, 125.
  • 37 Infra, 125, 126.
  • 38 Infra, 127, 129.

7Tant sur le plan politique qu'économique, le royaume d'Alméria n'était pas, parmi les États andalous, des plus favorisés. Il eut des rapports difficiles avec certains de ses voisins qui profitèrent de ses faiblesses pour se renforcer à ses dépens31. Son territoire était devenu si petit qu'on pouvait « l'embrasser d'un coup d'œil », selon l'expression de l'anthologue Ibn Ḫāqān32. En outre, son sol était peu fertile et ses ressources agricoles plutôt maigres33. Cependant, malgré ce double handicap, Alméria devint, à l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if, l'un des principaux centres culturels et artistiques de la Péninsule. La ville atteignit son plein épanouissement durant le long règne d'al-Mu‘taṣim, qui était si passionné par les belles-lettres qu'il avait tendance à négliger les affaires politiques et militaires de sa principauté. Ibn Bassām juge sévèrement sa gestion de chef d'État et l'accuse de s'être abandonné à la vie de plaisir qu'il menait dans son luxueux palais d'al-Ṣumādiḥiyya34. En revanche, ses biographes sont unanimes pour reconnaître qu'il fut un mécène exceptionnel35. Sa cour devint le refuge d'un nombre considérable d'intellectuels qui la préféraient à celle de Séville. De nombreux poètes, lettrés et savants fuirent leur bienfaiteur du moment pour se rendre auprès d'Ibn Ṣumādiḥ dont la bonté et la générosité étaient exemplaires. Al-Sumaysir36 et Ibn al-Farrā’ (al-Aḫfaš)37, parmi tant d'autres, quittèrent la cour de Grenade et allèrent s'établir à Alméria38. Par ailleurs, al-Mu‘taṣim, lui-même, avait une vaste culture et composait des vers de qualité. Apprenant l'imminence de la prise de sa capitale par les Almoravides, alors qu'il agonisait dans son palais, il lança sa phrase célèbre :

« On nous gâche tout, même la mort ! »

8Puis voyant près de lui sa compagne se mettre à pleurer, il lui dit :

  • 39 Rime-īl, mètre mutaqārib. Cf. Qalā'id, p. 54 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 734 ; Muġrib, II, p. 196 ; A‘māl, p (...)

« Ménage tes larmes, ne les épuise pas, car de longs pleurs t'attendent ! »39

  • 40 Ḏaḫīra, 1/2, p. 737-739 ; Maṭmah, p. 30 ; Huila, II. p. 82 ; Muġrib, II, p. 199-203 ; Nafḥ, III, p (...)
  • 41 Muġrib, II, p. 202-203 ; Nafḥ, IV, p. 170 ; Recherches 3, I, p. 264-265 ; Poésie, p. 429.

9Ses fils et ses filles furent, eux aussi, des poètes à leurs heures. De nombreux vers, surtout du genre descriptif ou amoureux, leur sont attribués40. Sa fille, la princesse Umm al-Kirām, se distingua par des vers qu'elle composa pour exprimer son amour pour un jeune homme de Dénia41.

2. Ibn ‘Abbās (Abū Ǧa‘far Aḥmad ; m. 429/1038)42

  • 42 Ḏaḫīra. 1/1. p. 213-218, 1/2. p. 643-670. III/l. p. 229-244 ; Muġrib. II. p. 205-206 ; Iḥāṭa, I, p (...)
  • 43 Ḏaḫīra, 1/2, p. 664-665.

10Orateur de talent et bon politicien43, Ibn ‘Abbās, vizir de Ḫayrān, devint vite un personnage très important de la principauté d'Alméria. Peu à peu, il finit par exercer une influence considérable sur son nouveau maître Zuhayr qui lui confia de grandes responsabilités.

  • 44 Plusieurs notables almériens furent capturés au cours de ce combat. Ceux de plumes, Abū al-Muġīra (...)

11Haïssant les Juifs et les Berbères, Ibn ‘Abbās parvint à brouiller son prince avec le roi zīride ; mais celui-ci sortit vainqueur du conflit et se vengea de ses adversaires almériens, et surtout du premier ministre Ibn ‘Abbās44.

  • 45 Il y avait dans son luxueux palais cinq cents belles chanteuses. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 643-645, 665- (...)
  • 46 Lorsqu'il était prisonnier à Grenade, à la merci de Bādīs, ses livres furent l'un de ses soucis ma (...)
  • 47 Ḏaḫīra, 1/2, p. 649-650 ; Muġrib, II, p. 205-206.

12Ce puissant vizir immensément riche était avare et vaniteux45. Cependant il avait une vaste culture. Sa bibliothèque personnelle ne comptait pas moins de quatre cent mille ouvrages46. Médiocre poète, il maniait en revanche la prose avec un certain talent. Dans une lettre aux Grenadins qui avaient été ingrats et injustes à son égard, il tint des propos amers et désabusés47.

  • 48 Supra, 27 et n. 10 ; infra, 176.
  • 49 Ḏaḫīra, 1/2, p. 650-653.
  • 50 Ibid., p. 645-649.
  • 51 Ibid., p. 669-670, III/l, p. 229-244.
  • 52 Dans sa notice consacrée à Ibn Šuhayd, Ibn Bassām insère des fragments d'une risāla de reproches q (...)

13Dans une autre missive rédigée au nom de Zuhayr et adressée aux Cordouans, il dénonce la stratégie du monarque de Séville, lequel, pour les besoins de sa cause, prétend avoir retrouvé vivant le calife Hišām II et vouloir le rétablir dans ses fonctions48, et il met alors en garde ses correspondants contre cette supercherie49. Dans sa Ḏaḫīra, Ibn Bassām reproduit de nombreux fragments d'épîtres qu'Ibn ‘Abbās avait échangées avec certains lettrés de son époque, tels Abū al-Muġīra b. Ḥazm50, Abū ‘Āmir b. al-Tākurunnī, vizir-secrétaire d'al-Manṣūr de Valence51, ou Abū ‘Āmir b. Šuhayd52.

3. Ibn Uḫt Ġānim (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad ; m. 525/1130-1131)53

  • 53 Muġrib, I, p. 433 ; Muṭrib, p. 212 et passim ; Nafḥ, III, p. 395, 397 ; Recherches 3, II, p. 250 ; (...)
  • 54 Nafḥ, III, p. 397.
  • 55 Infra, p. 180.
  • 56 Nafḥ, III, p. 395 ; infra, p. 63.
  • 57 Nafḥ, III, p. 397 ; Recherches 3, II, p. 250 ; Poésie, p. 35.
  • 58 Muṭrib, p. 212 et passim.
  • 59 Ce livre traite d'agriculture et de botanique. Cf. Nafḥ, III, p. 397 ; Poésie, p. 197.

14On l'appelait ainsi en raison de la célébrité de son oncle, Ġānim b. al-Walīd al-Maḫzūmī54, qui l'avait engagé à fuir le royaume du tyran Bādīs auprès duquel ils vivaient tous les deux, et à se rendre à Alméria dont le prince al-Mu‘taṣim était accueillant et généreux55. Ibn Uht Ġānim eut à la cour d'Ibn Ṣumādiḥ un rival redoutable en la personne d'Abū al-Faḍl b. Šaraf56 qu'il prit pour cible dans des vers satiriques57. Mais ce poète de cour était aussi bon philologue58. Il commenta en soixante volumes le Kitāb al-nabāt59 d'Abū Ḥanīfa al-Dīnawarī.

4. Ibn Šaraf (Abū al-Faḍl Ǧa'far ; m. 534/1139)60

  • 60 Qalā'id, p. 290-298 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 867-886 ; Muṭrib, p. 66-67, 71 ; Muġrib, II, p. 230-232 ; (...)
  • 61 Infra, 185, 209.
  • 62 Nafḥ, III, p. 393-395 ; Recherches 3, I, p. 249-250 ; Poésie, p. 68.

15C'est le fils d'Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Šaraf al-Qayrawānī61. Né à Kairouan, il avait sept ans environ lorsqu'il arriva en Espagne avec son père, vers 449/1057. Après quelques pérégrinations à travers al-Andalus, il s'installa avec sa famille à Berja, près d'Alméria. A une date indéterminée, mais vraisemblablement très jeune, il fut admis à la cour d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ. Dans son Nafḥ, al-Maqqarī donne quelques précisions concernant les circonstances de cette admission. Ce jour-là, Abū al-Faḍl se présenta devant le prince dans un costume campagnard qui jurait avec celui des courtisans, tous bien vêtus. Cependant le panégyrique qu'il déclama enthousiasma le monarque et lui valut d'être généreusement rétribué et de faire désormais partie des poètes officiels de la cour. D'ailleurs, ce poème était d'une qualité telle qu'il suscita la jalousie de certains poètes présents, notamment celle d'Ibn Uḫt Ġānim qui, sur un ton dédaigneux, demanda à son futur rival de quel désert il venait. La réplique d'Abū al-Faḍl fut cinglante62.

  • 63 Nafḥ, III, p. 396 ; Poésie, p. 448.
  • 64 Nafḥ, III, p. 229 ; Poésie, p. 469-470.
  • 65 Qalā’id, p. 291 ; Ḏaḫīra, 11112, p. 868-869. 881-883 ; Muġrib, II, p. 231.
  • 66 Qalā’id, p. 290-291 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 881-883 ; E.I.2, art. « Ibn Sẖaraf al- Ḳayrawānī ».

16Outre les panégyriques qu'il adressait à son bienfaiteur et les genres poétiques habituels, au premier rang desquels il faut mentionner la poésie gnomique ou descriptive63, Ibn Šaraf avait tendance à traiter, dans ses vers, des thèmes à caractère philosophique. Dans ses poèmes, il abordait souvent des sujets sérieux et graves, comme l'amitié ou la mort64. Il maniait également la prose artistique avec bonheur. Ses lettres officielles en témoignent65. Certains anthologues lui attribuent des recueils de sentences et de maximes, dont l'un s'intitule Sirr al-birr, ainsi qu'une urğūza ayant pour titre Nuğḥ al-nuṣḥ ; mais il ne reste de cette œuvre, en grande partie perdue, que quelques extraits66.

5. Al-Naḥlī (Abū al-Walīd)67

  • 67 Qalā’id, p. 54-55 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 809-811 ; Muġrib, II, p. 197 ; Nafḥ, III, p. 233-234, IV, p. (...)
  • 68 A Alméria, le deuil se portait en noir. Cf. Poésie, p. 297 sqq.
  • 69 Qalā’id, p. 54-55 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 736 ; Muġrib, II, p. 197 ; Poésie, p. 68, 300.
  • 70 Rime-, mètre mutaqārib. Cf. Nafḥ, IV, p. 9 ; trad. dans Recherches 2, I, p. 251-252.

17En arrivant à Alméria, ce poète originaire de Badajoz, de condition modeste, portait un costume sombre et usé qui contrastait singulièrement avec les beaux habits blancs68 des habitants de cette ville. Ce fut en vers qu'il s'adressa au prince al-Mu‘taṣim, pour attirer son attention sur sa situation misérable. Son appel fut entendu puisque le souverain lui fit parvenir de beaux vêtements blancs accompagnés de vers l'assurant de sa bienveillance69. Cependant, al-Naḥlī, qui se trouvait un jour à Séville, fit preuve d'ingratitude en osant dire, dans un panégyrique exaltant al-Mu‘taḍid : « Ibn ‘Abbād a exterminé les Berbères ; Ibn Ma‘n, les poules des villages. »70

18Quelque temps plus tard, le poète, étant revenu à Alméria, fut invité à dîner chez le roi qui n'avait pas oublié ses écarts de langage. Au moment de se mettre à table, Abū al-Walīd fut intrigué de ne voir sur la table que des poules.

« — Mais, Sire, s'écria-t-il, n'avez-vous donc à Alméria d'autres mets que des poules ?
— Nous en avons d'autres, lui répondit al-Mu‘taṣim, seulement, j'ai voulu vous apporter la preuve que vous vous êtes trompe lorsque vous avez dit qu'Ibn Ma‘n a exterminé les poules des villages. »

  • 71 Nafḥ, IV, p. 9 ; Recherches 2, I, p. 251-252.
  • 72 Nafḥ, IV, p. 9 ; Recherches 1, p. 89 ; Poésie, p. 117.
  • 73 Ḏaḫīra, II/2, p. 810-811 ; Nafḥ, III, p. 233-234, 331-332 ; Poésie, p. 405.
  • 74 Ḏaḫīra, II/2, p. 809.

19Puis, faisant preuve de magnanimité, Ibn Ṣumādiḥ se montra généreux envers lui71. A une date indéterminée, al-Naḥlī quitta définitivement Alméria d'où il fut chassé, dit-il, comme Adam du Paradis72. La principale caractéristique de ce poète de cour est son humour et ses reparties pleines d'esprit. Les anecdotes où on le montre plaisantant avec al-Mu’tamid, le roi de Séville, par exemple, sont bien connues73. Au début de la notice qu'il lui consacre dans sa Ḏaḫīra, Ibn Bassām dit à son sujet : « Lorsqu'il [al-Naḥlī] fait de l'esprit, il fait rire tout le monde ; mais lui-même n'esquisse qu'un sourire. »74

6. Ibn al-Šahīd (Abū Ḥafṣ ‘Umar al-Tuğībī)75

  • 75 . Ǧaḏwa, p. 283-284 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 670-691 ; Muġrib, II, p. 209-210 ; A‘māl, p. 190 ; Nafḥ, III (...)
  • 76 A propos d'Abū ‘Āmir b. Šuhayd, H. Pérès écrit : « Un peu plus tard, à la cour d'al-Mu‘taṣim, prin (...)
  • 77 Ǧaḏwa, p. 283.
  • 78 Muġrib. II, p. 209.
  • 79 Ḏaḫīra, II 2, p. 686 ; Nafḥ, III, p. 413.

20Nous disposons de très peu de renseignements concernant Abū Ḥafṣ b. al-Šahīd dont le nom même subissait, jusqu'à une date relativement récente, des déformations. En effet, certains l'appelèrent Ibn Šuhayd et le considérèrent comme un parent de l'auteur de la Risālat al-tawābi‘ wa-al-zawābi‘76. Dans sa Ǧaḏwat al-muqtabis, al-Ḥumaydī, qui affirme l'avoir rencontré à Alméria vers 440/1048-1049, lui attribue la nisba de Tuğībī77. Il fut l'un des principaux et plus fidèles poètes officiels d'al-Mu‘taṣim78 qui appréciait beaucoup sa poésie. A l'occasion d'une réception des poètes, Ibn al-Šahīd, faisant l'éloge d'Ibn Ṣumādiḥ, eut l'heur de réciter des vers79 qui enthousiasmèrent le roi.

« Y a-t-il parmi vous quelqu'un qui puisse gagner les cœurs [de son auditoire] par des vers pareils ? »

21s'écria le prince, s'adressant aux autres poètes présents.

  • 80 Ḏaḫīra, III/2, p. 704-705 ; Muġrib, II. p. 355-356 ; Poésie, p. 83, p. 199.

« Certainement, Sire, répondit alors Abū Ǧa‘far b. al-Ḫarrāz al-Baṭarnī80 [de Paterna, près de Valence], mais la chance a ses caprices. »

22Et il lui récita de nouveau des vers qu'il lui avait adressés quelques temps auparavant.

  • 81 Nafḥ, III, p. 413 ; Recherches 1, p. 105 et 3e éd., I, p. 256-257 ; Maqāma-s, p. 86. Pour la tradu (...)

« — Vous m'avez déjà récité ces vers ? lui demanda al-Mu‘taṣim, très satisfait.
— Oui.
— Par Dieu, on dirait que je les entends pour la première fois."La chance a ses caprices", effectivement ; mais nous vous récompenserons doublement, d'abord pour les vers eux-mêmes, ensuite pour vous avoir fait attendre injustement si longtemps. »81

  • 82 Ḏaḫīra, 1/2. p. 686 sqq ; Maqāma-s, p. 87.
  • 83 Ḏaḫīra, 1/2, p. 671-674. A notre connaissance, Ibn Bassām est le seul à reproduire ces extraits en (...)
  • 84 Ḏaḫīra, 1/2, p. 674-685.
  • 85 Dans ses Maqāma-s, p.81-118, F. de la Granja a traduit et commenté les fragments en prose d'Ibn al (...)

23Ibn Bassām rapporte de nombreuses pièces de vers composées par Abū Ḥafṣ à la gloire du grand protecteur des lettres et très généreux mécène qu'était Ibn Ṣumādiḥ82. Cependant le mérite principal d'Ibn al-Šahīd réside dans son œuvre en prose. Outre une risāla83 destinée à un ami dont le nom n'est pas précisé, Abū Ḥafṣ est l'auteur de l'une des maqāma-s andalouses les plus curieuses et les plus originales. Estimant que cette maqāma était trop longue, Ibn Bassām n'en a reproduit que quelques fragments84. Elle ne porte pas de titre, et les extraits qui nous sont parvenus n'ont pas une unité thématique évidente ; chacun d'eux représente une scène plus ou moins indépendante. Cependant, il existe un lien entre ces différents petits tableaux assez pittoresques, qui correspondent à des souvenirs concernant les péripéties d'un long voyage. Après un petit prologue renfermant quelques considérations sur le métier de kātib, le narrateur évoque les souvenirs de ce voyage effectué en compagnie d'un groupe d'amis. Au cours de ce périple, ils furent, lui et ses compagnons, les hôtes d'un modeste Bédouin qui, fidèle aux traditions, voulut leur offrir à manger ce qu'il avait de mieux à ce moment-là, son grand coq. Or, pour pouvoir « sauver sa tête », celui-ci se révéla un excellent orateur et, grâce à son éloquence et à la force de ses arguments, il réussit à faire vibrer la corde sensible de son auditoire et à échapper finalement à la mort. Si l'on retrouve dans ce petit chef-d'œuvre certaines caractéristiques de la maqāma traditionnelle telles que l'emploi du sağ‘ entrecoupé de vers, le goût très prononcé pour l'érudition, etc., il n'en demeure pas moins que ce texte s'apparente aussi à la fable et diffère sensiblement, par son thème et sa structure, de la maqāma originelle telle qu'elle avait été conçue par son créateur, Badī‘ al-Zamān al-Hamaḏānī85.

7. Ibn al-Ḥaddād (Abū 'Abd Allāh Muḥammad ; m. 480/1088)86

  • 86 Ḏaḫīra, 1/2, p. 691-729 ; Qalā‘id, p. 55 ; Maṭmah, p. 80-83 ; Muġrib, II, p. 143-145 ; Nafḥ, III, (...)
  • 87 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; Qalā'id, p. 55 ; Maṭmah, p. 80.
  • 88 Ḏaḫīra, 1/2, p. 725.
  • 89 Sur les raisons de la brouille survenue entre Ibn al-Ḥaddād et Ibn Ṣumādiḥ, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 69 (...)
  • 90 Nafḥ, IV, p. 48-49 ; Recherches 3, I, p. 255 ; Poésie, p. 144 et n. 3.
  • 91 Ḏaḫīra, 1/2, p. 728.
  • 92 Ḏaḫīra, 1/2, p. 729.
  • 93 Ḏaḫīra, 1/2, p. 709 sqq ; Nafḥ, III, p. 503 ; Poésie, index.
  • 94 Ḏaḫīra, 1/2, p. 725-728.
  • 95 Selon Ibn Bassām, elle s'appelait en réalité Ǧamīla. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 709.
  • 96 Sur cette histoire d'amour célèbre, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 693, p. 704-709 ; Balāġa, p. 185 sqq ; Poé (...)

24Originaire de Guadix, Ibn al-Ḥaddād passa la majeure partie de son existence à Alméria où il fut l'un des principaux poètes officiels d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ87. Vers 461/1068-106988, ses relations avec son protecteur s'étant dégradées, il dut s'exiler ; il se réfugia à Saragosse où il se mit au service du prince Ibn Hūd89. Trois ans environ plus tard, il revint à Alméria qu'il avait regrettée en vers90 durant son exil et qu'il ne devait plus quitter jusqu'à sa mort, à un âge avancé, en 480/108891. L'œuvre poétique d'Ibn al-Ḥaddād est considérable92 et si tous les genres habituels y sont plus ou moins représentés, deux d'entre eux y occupent la première place : le madīḥ et le ġazal. Durant une vie relativement longue, le poète eut le temps de composer de nombreux panégyriques pour chanter les louanges de ses maîtres successifs : Ibn Ṣumādiḥ93, en premier lieu, puis al-Muqtadir b. Hūd et son fils, le ḥāğib al-Mu’tamin94, en second lieu. Cependant ce qui a contribué le plus à la célébrité d'Ibn al-Ḥaddād, ce sont les pièces de vers dédiées à une jeune chrétienne de Guadix dont il s'était épris pendant son adolescence. Cet amour réel, profond et sincère lui fit composer ses vers les plus émouvants et les plus beaux. En exprimant sa passion pour cette femme qu'il n'appelle jamais que Nuwayra95, il fournit accessoirement de nombreuses et intéressantes précisions concernant le culte chrétien tel qu'il se pratiquait à cette époque-là dans les milieux mozarabes de Guadix96.

  • 97 Infra, 201.
  • 98 Ḏaḫīra, 1/2, p. 693-704.
  • 99 Dans cet ouvrage, Ibn al-Ḥaddād se révèle prosodiste et musicien à la fois. Cf. Poésie, p. 61, n. (...)
  • 100 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; Nafḥ, III, p. 502 ; Ṭabaqāt al-umam, texte Cheikho, p. 68, trad. Blachère, p (...)

25Ibn al-Ḥaddād est également un prosateur de talent. Certains passages de sa correspondance personnelle, dont une longue réponse à une lettre de reproches, une missive adressée à Ibn al-Ḥadīdī de Tolède97 et trois autres épîtres non identifiées, ont été reproduits par Ibn Bassām98. Ses biographes lui attribuent, en outre, un ouvrage de prosodie intitulé al-Mustanbaṭ99 dans lequel il complète la métrique d'al- Ḫalīl b. Aḥmad en lui associant la musique, et réfute du même coup les théories d'un savant de Saragosse nommé al-Ḥammār, auteur lui aussi d'un livre sur la musique100.

8. Ibn ‘Ubāda (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad), connu sous le nom d'Ibn al-Qazzāz101

  • 101 On l'appelle aussi quelquefois Ubāda al-Qazzāz et certains le confondent avec ‘Ubāda b. Mā’ al-Sa (...)
  • 102 Ḏaḫīra, 1/2, p. 802-803 ; Qalā'id, p. 14 ; Muġrib, II, p. 134-135.
  • 103 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733 ; Nafḥ, III, p. 411-412.
  • 104 Estimant que le muwaššāh n'est pas digne de figurer dans son anthologie, Ibn Bassām se contente de (...)
  • 105 Nafḥ, III, p. 412 ; Dār al-ṭirāz, p. 60.

26Après la victoire des armées musulmanes lors de la bataille d'al-Zallāqa, Ibn al-Qazzāz écrivit à l'astrologue Abū Bakr al-Ḫawlānī, installé à Séville, le priant de bien vouloir transmettre à al-Mu‘tamid b. ‘Abbād une qaṣīda qu'il avait composée pour glorifier les hauts faits du prince102. Cependant Ibn ‘Ubada vécut surtout à la cour d'Alméria, faisant partie des thuriféraires préférés d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ103. Il doit en tout cas l'essentiel de sa notoriété à ses muwaššaḥāt qui firent de lui l'un des plus grands waššāḥūn de l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if104. Certains de ses panégyriques exaltant le roi al-Mu‘taṣim et son fils al-Wātiq étaient des muwaššāh-s105.

9. Ibn Arqam (Abū al-Aṣbaġ ‘Abd al-‘Azīz b. Muḥammad al-Namīrī)106

  • 106 Ḏaḫīra, III/1, p. 360-403 ; Qalā’id, p. 8-9 ; Nafḥ, III, p. 498-499 ; Abbadidis, I p. 42-43 (trad. (...)
  • 107 Qalā’id, p. 8-9 ; Abbadidis, I, p. 42-43 (trad., p. 95-96) ; Poésie, p. 86, 276-277.
  • 108 Nafḥ, III, p. 498-499 ; Poésie, p. 23.

27Originaire de Guadix, il séjourna un certain temps à Dénia, au service d'Iqbāl al-Dawla Ali b. Muğāhid, avant de se rendre à Alméria où il devint le vizir-secrétaire d'al-Mu‘taṣim b. Ṣumādiḥ qui lui confia à diverses occasions des missions diplomatiques auprès de princes andalous. Par exemple, il fut envoyé un jour à Séville à la tête d'une délégation comprenant des personnalités célèbres telles qu'Abū Ubayd al-Bakrī et le cadi Abū Bakr b. Ṣāḥib al-Aḥbās. Ce fut en vers qu'Ibn Arqam annonça son arrivée à al-Mutamid b. Abbād qui lui répondit en vers également, pour souhaiter la bienvenue à ses visiteurs107. D'après al-Maqqarī, le roi ‘abbādide fut séduit à cette occasion par les qualités d'Abū al-Aṣbaġ et ne put s'empêcher de lui faire des offres intéressantes dans l'espoir de le retenir auprès de lui et de profiter de ses compétences, offres que le vizir déclina poliment108.

  • 109 Ḏaḫīra, III/1, p. 361-403.
  • 110 Ḏaḫīra, III/1, p. 360.
  • 111 Ḏaḫīra, III/1, p. 403-409 ; Qalā'id. p. 150-154 ; Nafḥ. III, p. 499.

28L'auteur de la Ḏaḫīra donne de larges extraits109 de la correspondance officielle et privée d'Ibn Arqam qui fut un grand prosateur d'art110. Son fils Abū ‘Āmir111 fut lui aussi un poète et un prosateur distingué, qui mit ses talents littéraires principalement au service des nouveaux maîtres d'al-Andalus, les Almoravides.

Notes

1 Tibyān, p. 45, 53, 89, 90, 104 ; Qalā'id, p. 53-57 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 643 sqq et passim (Bayān, III, p. 166-175, 191-193, 240, 293, 302 ; Muġrib, II, p. 189-236 ; Muṭrib, p. 34 sqq ; A‘māl, p. 189-192, 210-217 ; Nafḥ, index ; Recherches 3, I, p. 211-281 ; Ṭawā’if, p. 158-173 ; Party-Kings, p. 83 ; E.I.1, I, p. 317, art. « Alméria » (C. F. Seybold) ; E.I.2, VI, p. 329, art. « Ma'n b. Muḥammad » (E. Lévi-Provençal) ; E.I.1, IV, p. 862-863, art. « Tudjībides » (E. Lévi-Provençal).

2 A‘māl, p. 119 ; supra, p. 38.

3 Ṭawā’if p. 159.

4 A‘māl, p. 211-212 ; Recherches 3, I, p. 242-244 ; Poésie, p. 142.

5 H.E.M., II, p. 324 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 53.

6 Supra, 29.

7 Bayān, III, p. 143-144 ; A‘māl, p. 136-137 ; H.E.M., II, p. 337 ; Andalus. XXIX, 1964, p. 62.

8 Bayān, III, p. 166 ; A‘māl, p. 215.

9 A‘māl, p. 216 ; Poésie, p. 142, n. 6.

10 Abbadidis, II, p. 34 ; H.M.E., III, p. 17.

11 Ce fut à cette occasion qu'ils proclamèrent calife Idrīs b. ‘Alī b. Ḥammūd, au nom de qui Zuhayr fit prononcer la ḥuṭba dès son retour à Alméria. Cf. Bayān, p. 190-191 ; A‘māl, p. 140.

12 Infra, 52.

13 Infra, 52. 112. n. 40.

14 Infra, 112.

15 Infra, 52 et n. 15.

16 Ḏaḫīra, 1/2, p. 663 ; Bayān, III. p. 167, 293 ; A‘māl, p. 217 ; H.M.E., III, p. 28. Étant donne que les Esclavons étaient des clients ‘āmirides, ‘Abd al-‘Azīz de Valence, le petit-fils du grand al-Manṣūr, s'estimait être leur patron et considérait par conséquent qu'Alméria lui revenait de droit.

17 Al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir apprit que Muğāhid de Dénia, jaloux de le voir s'approprier Alméria, avait attaqué son territoire. Cf. Ḏaḫīra. 1/2, p. 731 ; Bayān, III, p. 174 ; A‘māl, p. 190.

18 Les Banū Ṣumādiḥ constituent l'une des deux branches des Banū Tuğīb, une famille arabe noble fixée dans l'Aragon depuis la conquête, la deuxième branche étant celle des Banū Hāšim de Saragosse. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 729-730 ; Bayān. III. p. 173 ; A‘māl, p. 189 ; E.I.1, art. « Tudjibides », s.v.

19 Ḏaḫīra, 1/2, p. 730-731 ; Bayān, III, p. 174. 293 ; A‘māl, p. 190.

20 Bayān, III, p. 293.

21 Tibyān, p. 45 ; Bayān, III, p. 294 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 75.

22 Tibyān, p. 45-46.

23 Ḏaḫīra, 1/2, p. 731-732 ; Bayān, III, p. 174 ; ‘Ibar, IV. p. 162 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 75-76.

24 Infra, 111.

25 Infra, 113.

26 Infra, 115.

27 Infra, 70 et n. 26.

28 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733-734 ; infra, 150. 151.

29 Ḏaḫīra, 1/2, p. 734-735 ; A‘māl, p. 191-192 ; Nafḥ, III, p. 367-368.

30 Ḏaḫīra, 1/2, p. 729-736 ; Qalā‘id, p. 53-57 ; Bayān, III, p. 167, 173-175 ; Huila, II, p. 78-88 ; Muġrib, II, p. 195-198 ; Muṭrib, p. 34-38 ; A‘māl, p. 190 ; Nafḥ, index.

31 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733.

32 Qalā‘id, p. 53.

33 Qalā‘id, p. 53 ; Poésie, p. 145.

34 Qalā‘id, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/2. p. 732 ; Bayān, III, p. 175 ; Muġrib, II, p. 195 ; A‘māl, p. 190. Sur l'histoire un peu romanesque de la fondation de ce somptueux palais. Cf. Nafḥ, III, p. 366-367 ; Recherches 3,1, p. 245-246 ; Poésie, p. 143.

35 Qalā‘id, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 732-733 ; Bayān, III, p. 175 ; Muġrib, II, p. 195 ; A‘māl, p. 190-191.

36 Infra, 124, 125.

37 Infra, 125, 126.

38 Infra, 127, 129.

39 Rime-īl, mètre mutaqārib. Cf. Qalā'id, p. 54 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 734 ; Muġrib, II, p. 196 ; A‘māl, p. 191.

40 Ḏaḫīra, 1/2, p. 737-739 ; Maṭmah, p. 30 ; Huila, II. p. 82 ; Muġrib, II, p. 199-203 ; Nafḥ, III, p. 367-371 et passim ; Recherches 3, I. p. 263-265 et passim.

41 Muġrib, II, p. 202-203 ; Nafḥ, IV, p. 170 ; Recherches 3, I, p. 264-265 ; Poésie, p. 429.

42 Ḏaḫīra. 1/1. p. 213-218, 1/2. p. 643-670. III/l. p. 229-244 ; Muġrib. II. p. 205-206 ; Iḥāṭa, I, p. 129 ; A‘māl, p. 212, 216 ; Nafḥ, III, p. 535-536.

43 Ḏaḫīra, 1/2, p. 664-665.

44 Plusieurs notables almériens furent capturés au cours de ce combat. Ceux de plumes, Abū al-Muġīra b. Ḥazm, Abū ‘Amr al-Bāğī, entre autres, furent libérés ; mais Ibn ‘Abbās, malgré l'intervention d'Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar de Cordoue en sa faveur, fut mis à mort. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 660-664. Andalus, XXIX. 1964. p. 69 ; supra, 48, infra, 112.

45 Il y avait dans son luxueux palais cinq cents belles chanteuses. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 643-645, 665-669 ; H.M.E., III, p. 22 ; Poésie, p. 385, n. 4.

46 Lorsqu'il était prisonnier à Grenade, à la merci de Bādīs, ses livres furent l'un de ses soucis majeurs. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 662. Le chiffre de 400 000 est traditionnel et fictif !

47 Ḏaḫīra, 1/2, p. 649-650 ; Muġrib, II, p. 205-206.

48 Supra, 27 et n. 10 ; infra, 176.

49 Ḏaḫīra, 1/2, p. 650-653.

50 Ibid., p. 645-649.

51 Ibid., p. 669-670, III/l, p. 229-244.

52 Dans sa notice consacrée à Ibn Šuhayd, Ibn Bassām insère des fragments d'une risāla de reproches qu'Abū ‘Āmir adresse à Ibn ‘Abbās. Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 213-218.

53 Muġrib, I, p. 433 ; Muṭrib, p. 212 et passim ; Nafḥ, III, p. 395, 397 ; Recherches 3, II, p. 250 ; Poésie, p. 35, 59, 197.

54 Nafḥ, III, p. 397.

55 Infra, p. 180.

56 Nafḥ, III, p. 395 ; infra, p. 63.

57 Nafḥ, III, p. 397 ; Recherches 3, II, p. 250 ; Poésie, p. 35.

58 Muṭrib, p. 212 et passim.

59 Ce livre traite d'agriculture et de botanique. Cf. Nafḥ, III, p. 397 ; Poésie, p. 197.

60 Qalā'id, p. 290-298 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 867-886 ; Muṭrib, p. 66-67, 71 ; Muġrib, II, p. 230-232 ; Nafḥ, III, p. 393-396 ; Recherches 3, I, p. 248 sqq ; Poésie, index ; Dā‘irat al-ma‘ārif III, p. 260-261 ; E.I.2, III, p. 961, art. « Ibn Sẖaraf al- Ḳayrawānī » (Ch. Pellat).

61 Infra, 185, 209.

62 Nafḥ, III, p. 393-395 ; Recherches 3, I, p. 249-250 ; Poésie, p. 68.

63 Nafḥ, III, p. 396 ; Poésie, p. 448.

64 Nafḥ, III, p. 229 ; Poésie, p. 469-470.

65 Qalā’id, p. 291 ; Ḏaḫīra, 11112, p. 868-869. 881-883 ; Muġrib, II, p. 231.

66 Qalā’id, p. 290-291 ; Ḏaḫīra, III/2, p. 881-883 ; E.I.2, art. « Ibn Sẖaraf al- Ḳayrawānī ».

67 Qalā’id, p. 54-55 ; Ḏaḫīra, II/2, p. 809-811 ; Muġrib, II, p. 197 ; Nafḥ, III, p. 233-234, IV, p. 9 et index" ; Recherches 1, p. 89, 2e éd., I, p. 251-252 ; Poésie, index.

68 A Alméria, le deuil se portait en noir. Cf. Poésie, p. 297 sqq.

69 Qalā’id, p. 54-55 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 736 ; Muġrib, II, p. 197 ; Poésie, p. 68, 300.

70 Rime-, mètre mutaqārib. Cf. Nafḥ, IV, p. 9 ; trad. dans Recherches 2, I, p. 251-252.

71 Nafḥ, IV, p. 9 ; Recherches 2, I, p. 251-252.

72 Nafḥ, IV, p. 9 ; Recherches 1, p. 89 ; Poésie, p. 117.

73 Ḏaḫīra, II/2, p. 810-811 ; Nafḥ, III, p. 233-234, 331-332 ; Poésie, p. 405.

74 Ḏaḫīra, II/2, p. 809.

75 . Ǧaḏwa, p. 283-284 ; Ḏaḫīra, 1/2, p. 670-691 ; Muġrib, II, p. 209-210 ; A‘māl, p. 190 ; Nafḥ, III, p. 413 ; Recherches 1, p. 105-106, 3e éd., I, p. 256-257 ; Balāġa, p. 31 ; Poésie, p. 37, 83, 368 ; R. Arié, « Notes sur la Maqama andalouse », dans Hespéris-Tamuda, IX/2, 1968, p. 201-217 ; F. de la Granja, Maqāmas y risālas andaluzas, p. 79-118 ; I. ‘Abbās, ‘Aṣr al-Ṭawā’if p. 309-310 ; E.I.2, III, p.'959, art. « Ibn al-Sẖahid » (F. de la Granja) ; E.I.2, VI, p. 107-108, 112, art. « Maḳāma » (C. Brockelmann-[Ch. Pellat]).

76 A propos d'Abū ‘Āmir b. Šuhayd, H. Pérès écrit : « Un peu plus tard, à la cour d'al-Mu‘taṣim, prince d'Alméria, un autre Ibn Šuhayd, dont la kunya est Abû Ḥafṣ, traite le même sujet, du même point de vue, dans une Maqâma ou séance littéraire qui a des ressemblances frappantes avec la Risâlat at-tawâbi‘ wa-z-zawâbi‘, et l'on incline à croire qu'Abū Ḥafṣ b. Šuhayd [...] s'est inspiré de son parent et prédécesseur Abû ‘Āmir b. Šuhayd. » (Poésie, p. 37). Sur cette confusion et les déformations dont fut l'objet ce nom, cf. Maqāma-s, p. 82-84.

77 Ǧaḏwa, p. 283.

78 Muġrib. II, p. 209.

79 Ḏaḫīra, II 2, p. 686 ; Nafḥ, III, p. 413.

80 Ḏaḫīra, III/2, p. 704-705 ; Muġrib, II. p. 355-356 ; Poésie, p. 83, p. 199.

81 Nafḥ, III, p. 413 ; Recherches 1, p. 105 et 3e éd., I, p. 256-257 ; Maqāma-s, p. 86. Pour la traduction de ce passage, nous nous sommes inspiré de celle de H. Pérès, dans Poésie, p. 83.

82 Ḏaḫīra, 1/2. p. 686 sqq ; Maqāma-s, p. 87.

83 Ḏaḫīra, 1/2, p. 671-674. A notre connaissance, Ibn Bassām est le seul à reproduire ces extraits en prose.

84 Ḏaḫīra, 1/2, p. 674-685.

85 Dans ses Maqāma-s, p.81-118, F. de la Granja a traduit et commenté les fragments en prose d'Ibn al-Šahīd. Il a donné également des précisions concernant une (œuvre en hébreu dont l'auteur andalou, al-Ḥarīzī (1165-1225), s'était beaucoup inspiré oour la maqāma d'Ibn al-Šahīd, et surtout pour l'épisode du coq. Sur la Maqāma du Taḥkemonī d'al-Ḥarīzī et les travaux qui lui ont été consacrés, cf. Maqāma-s, p. 92-94 ; E.I.2, VI, p. 112, art. « Maḳāma » (C. Brockelmann-[Ch. Pellat]).

86 Ḏaḫīra, 1/2, p. 691-729 ; Qalā‘id, p. 55 ; Maṭmah, p. 80-83 ; Muġrib, II, p. 143-145 ; Nafḥ, III, p. 502-505, IV, p. 48-51 ; Recherches 3, I, p. 253-256 ; Balāġa, p. 185-187 ; Poésie, index ; E.I.2, III, p. 799, art. « Ibn al-Ḥaddād » (H. Monés).

87 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; Qalā'id, p. 55 ; Maṭmah, p. 80.

88 Ḏaḫīra, 1/2, p. 725.

89 Sur les raisons de la brouille survenue entre Ibn al-Ḥaddād et Ibn Ṣumādiḥ, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; Nafḥ, III, p. 504-505.

90 Nafḥ, IV, p. 48-49 ; Recherches 3, I, p. 255 ; Poésie, p. 144 et n. 3.

91 Ḏaḫīra, 1/2, p. 728.

92 Ḏaḫīra, 1/2, p. 729.

93 Ḏaḫīra, 1/2, p. 709 sqq ; Nafḥ, III, p. 503 ; Poésie, index.

94 Ḏaḫīra, 1/2, p. 725-728.

95 Selon Ibn Bassām, elle s'appelait en réalité Ǧamīla. Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 709.

96 Sur cette histoire d'amour célèbre, cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 693, p. 704-709 ; Balāġa, p. 185 sqq ; Poésie, p. 279-282.

97 Infra, 201.

98 Ḏaḫīra, 1/2, p. 693-704.

99 Dans cet ouvrage, Ibn al-Ḥaddād se révèle prosodiste et musicien à la fois. Cf. Poésie, p. 61, n. 1.

100 Ḏaḫīra, 1/2, p. 692 ; Nafḥ, III, p. 502 ; Ṭabaqāt al-umam, texte Cheikho, p. 68, trad. Blachère, p. 129 ; Poésie, p. 378-379.

101 On l'appelle aussi quelquefois Ubāda al-Qazzāz et certains le confondent avec ‘Ubāda b. Mā’ al-Samā’ (m. 422/1031-1032). Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 801-805 ; Qalā'id, p. 14 ; Muġrib, II, p. 134-137 ; Nafḥ, III, p. 411-412" 492, 610 ; IV, p. 13, 103 ; al-Maqqarī, Azhār al-riyāḍ, II, p. 252.

102 Ḏaḫīra, 1/2, p. 802-803 ; Qalā'id, p. 14 ; Muġrib, II, p. 134-135.

103 Ḏaḫīra, 1/2, p. 733 ; Nafḥ, III, p. 411-412.

104 Estimant que le muwaššāh n'est pas digne de figurer dans son anthologie, Ibn Bassām se contente de signaler qu'Ibn al-Qazzāz s'était illustré dans ce genre poétique. (Cf. Ḏaḫīra, 1/2, p. 801-802). Quelques extraits de ces muwaššaḥāt sont reproduits dans Muġrib, II, p. 136-137 ; Nafḥ, III, p. 412 ; et surtout dans Dār al-ṭirāz, passim. S. Dayf a consacré une étude aux muwaššāḥāt d'Ibn ‘Ubāda, recueillis dans Dār al-ṭirāz ; ce travail a été publié dans la Mağallat al-ṯaqāfa, numéros 628 et 632. Cependant, il est curieux qu'Ibn al-Ḫaṭīb ne souffle mot d'Ibn al-Qazzāz dans son Ǧayš al-tawšīh.

105 Nafḥ, III, p. 412 ; Dār al-ṭirāz, p. 60.

106 Ḏaḫīra, III/1, p. 360-403 ; Qalā’id, p. 8-9 ; Nafḥ, III, p. 498-499 ; Abbadidis, I p. 42-43 (trad., p. 95-96) ; Poésie, p. 23, 86, 276-277, 350-351.

107 Qalā’id, p. 8-9 ; Abbadidis, I, p. 42-43 (trad., p. 95-96) ; Poésie, p. 86, 276-277.

108 Nafḥ, III, p. 498-499 ; Poésie, p. 23.

109 Ḏaḫīra, III/1, p. 361-403.

110 Ḏaḫīra, III/1, p. 360.

111 Ḏaḫīra, III/1, p. 403-409 ; Qalā'id. p. 150-154 ; Nafḥ. III, p. 499.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search