Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Deuxième partie. Notices sur les principautés andalouses les plus importantes

Chapitre I. La principauté Ḥammūdide d'Algeciras1

Texte intégral

A - HISTOIRE POLITIQUE

  • 1 Bayān, III, p. 213, 216-218, 229-231, 242-243 ; A‘māl, p. 140-143 et passim ; H.M.E., III, p. 63 ; (...)
  • 2 H.E.M., II, p. 316.
  • 3 Bayān, III, p. 113, 230, 268, 270, 294 ; A‘māl, p. 119 et passim ; H.M.E., III, p. 219 ; H.E.M., I (...)
  • 4 Cf. supra, 29.
  • 5 Party-Kings, p. 83 ; E.I.2, art. « Ḥammūdides », s.v.
  • 6 Selon certaines sources, Muḥammad b. al-Qāsim b. Ḥammūd fut proclamé calife en 439/1047-1048 par l (...)
  • 7 Certains historiens donnent des dates postérieures à celle-ci. Cf. Bayān, III, p. 213, 230-231, 24 (...)

1Dès le début de la fitna, le district d’Algeciras subit l'influence berbère2. Au début de son second règne, et plus précisément au cours de l'année 403/1012-1013, l’imām des Berbères, Sulaymān al-Musta‘īn, confia le gouvernement de Ceuta à ‘Alī b. Ḥammūd, et ceux d'Algeciras, Tanger et Arcila à son frère aîné, al-Qāsim3. En 413/1022-1023, Algeciras passa sous l'autorité de Yaḥyā b. ‘Alī qui, après avoir évincé son oncle al-Qāsim, devint le chef incontesté des Ḥammūdides jusqu'à sa mort en 426/10354. Depuis cette date ou, en tout cas, à partir de 431/1039-10405, Muḥammad al-Mahdī, le fils d'al-Qāsim, prit en main le gouvernement de la ville. Lorsqu'il décéda, en 440/1048-1049, son fils al-Qāsim al-Wāṯiq lui succéda6. Son règne fut interrompu par les ‘Abbādides qui annexèrent Algeciras en 446/10547.

B - HISTOIRE LITTÉRAIRE

  • 8 Ǧaḏwa, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 437 sqq ; Muġrib, I, p. 121-124 ; Buġya, p. 67 ; Takmila, p. 122 ; (...)

2Les souverains de la principauté ḥammūdide d'Algeciras ne furent ni des lettrés distingués ni des mécènes zélés. Aussi, l'activité intellectuelle fut-elle réduite dans leur entourage. Ibn al-Ḥannāṭ (Abū ‘Abd Allāh Muḥammad al-Kafif al-Qurṭubī ; m. 437/1045-]046)8

  • 9 Ibn al-Ḥannāt est parfois écrit à tort Ibn al-Ḫayyāṭ. Cf. Nafḥ, I, p. 483, n. 2.
  • 10 Sur cette famille, voir E.I2, s.v.
  • 11 Muġrib, I, p. 121.
  • 12 Ḏaḫīra, 1/1, p. 438 ; Takmila, p. 122 ; Muġrib, I, p. 121 ; Poésie, p. 97.

3Comme l'indique son appellatif9, son père était marchand de blé, ce qui ne le prédisposait pas à une carrière scientifique ou littéraire brillante. Mais il eut la chance d'être pris en charge par les Banū Ḏakwān, une illustre famille de cadis cordouans10. Cela lui permit de faire des études poussées dans de bonnes conditions11. Il n'est pas né aveugle, mais il perdit la vue dans sa jeunesse à la suite d'une malformation des yeux. Cependant, ces deux handicaps, matériel et physique, loin de le décourager, stimulèrent au contraire son ardeur à l'étude. En effet, Ibn al-Ḥannāt se distingua dans divers domaines du savoir. Il acquit non seulement une grande renommée en matière de langue et de littérature arabes, mais il s'intéressa également aux sciences exactes, telle que l'astronomie et l'art de guérir12.

  • 13 Ğaḏwa, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 437, 440 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 63 ; E.I.2, art. « Ibn Sẖuhay (...)
  • 14 Ḏaḫīra, 1/1, p. 445-446, 452-453 ; Muġrib, I, p. 122-124 ; Nafḥ, I, p. 483.
  • 15 Malgré ses mauvais rapports avec les Ǧahwarides, il fit l'éloge funèbre d'Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar et (...)
  • 16 Muġrib, I, p. 121.

4N'ayant pas toujours les mêmes conceptions dans le domaine littéraire que son contemporain et émule Ibn Šuhayd, il eut souvent l'occasion de s'opposer à lui. Abū ‘Āmir lui reprochait, non sans ironie, son penchant trop prononcé pour le badī‘ et le ġarīb13. Ibn al- Ḥannāt fut le panégyriste des deux premiers califes ḥammūdides, ‘Ali puis son frère et successeur al-Qāsim, composant en leur honneur des vers pro-‘alīdes14. Mais cela ne l'empêcha pas, quelques années plus tard, de devenir kātib du calife umayyade Hišām III (418-422/1027-1031). L'intérêt particulier qu'il manifestait pour la logique (manṭiq) lui valut, selon ses biographes, d'être accusé d'hérésie et chassé de Cordoue15. Il se réfugia alors à Algeciras où il se mit au service du roitelet Muḥammad b. al-Qāsim b. Hammūd (428-440/1036-1048)16 jusqu'à sa mort survenue en 437/1045.

Notes

1 Bayān, III, p. 213, 216-218, 229-231, 242-243 ; A‘māl, p. 140-143 et passim ; H.M.E., III, p. 63 ; Reyes, p. 24-32 ; H.E.M., II, p. 316, 323 et passim ; Séville, p. 57 ; Ṭawā’if, p. 47-48 ; Mu’tamid, index ; Party-Kings, p. 83 ; E.I.2, II, p. 537-538, art. « al-Ḏjazīra al-Ḵadrā’ » (A. Huici Miranda).

2 H.E.M., II, p. 316.

3 Bayān, III, p. 113, 230, 268, 270, 294 ; A‘māl, p. 119 et passim ; H.M.E., III, p. 219 ; H.E.M., II, p. 323 ; supra, 28.

4 Cf. supra, 29.

5 Party-Kings, p. 83 ; E.I.2, art. « Ḥammūdides », s.v.

6 Selon certaines sources, Muḥammad b. al-Qāsim b. Ḥammūd fut proclamé calife en 439/1047-1048 par les principaux chefs berbères qui, à sa mort, furent unanimes à reconnaître son fils et successeur, al-Qāsim. Cf. Bayān, III. p. 229-231 ; A‘māl, p. 142 ; Andalus, XXIX, 1964, p. 72-73.

7 Certains historiens donnent des dates postérieures à celle-ci. Cf. Bayān, III, p. 213, 230-231, 242 ; Party-Kings, p. 83.

8 Ǧaḏwa, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 437 sqq ; Muġrib, I, p. 121-124 ; Buġya, p. 67 ; Takmila, p. 122 ; Ṣila, p. 640 ; Nafḥ, I, p. 483 et index ; Poésie, p. 97 et n. 3 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 63 ; E.I.2, III, p. 809, art. « Ibn al-Ḥannāt » (Ch. Pellat).

9 Ibn al-Ḥannāt est parfois écrit à tort Ibn al-Ḫayyāṭ. Cf. Nafḥ, I, p. 483, n. 2.

10 Sur cette famille, voir E.I2, s.v.

11 Muġrib, I, p. 121.

12 Ḏaḫīra, 1/1, p. 438 ; Takmila, p. 122 ; Muġrib, I, p. 121 ; Poésie, p. 97.

13 Ğaḏwa, p. 53 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 437, 440 ; Ch. Pellat, Ibn Šuhayd, p. 63 ; E.I.2, art. « Ibn Sẖuhayd », s.v.

14 Ḏaḫīra, 1/1, p. 445-446, 452-453 ; Muġrib, I, p. 122-124 ; Nafḥ, I, p. 483.

15 Malgré ses mauvais rapports avec les Ǧahwarides, il fit l'éloge funèbre d'Abū al-Ḥazm b. Ǧahwar et adressa des félicitations à son fils et successeur, Abū al-Walīd. Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 449-450.

16 Muġrib, I, p. 121.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search