Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Première partie. Cadre historique

Chapitre III. Avènement des Mulūk al-Ṭawā'if

Texte intégral

1L'apparition de ces petites principautés indépendantes fut, le plus souvent, progressive et très échelonnée dans le temps. Certaines d'entre elles existaient à l'état plus ou moins embryonnaire bien avant la chute du califat et même du temps de sa splendeur. Les trois Marches, Saragosse, Tolède et Badajoz, jouissaient depuis longtemps d'une certaine autonomie. La Marche moyenne et la Marche supérieure, en particulier, faisaient figure depuis le ive/xe siècle de métropoles politiques et intellectuelles. Compte tenu de sa position géographique très excentrique, la principauté de Saragosse bénéficiait, dès l'époque des émirs et même sous les potentats al-Nāṣir et al-Manṣūr, d'une sorte d'autonomie interne. Puis l'instabilité et la faiblesse du pouvoir central encouragèrent, petit à petit, quelques seigneurs provinciaux à prendre leurs distances à l'égard des autorités supérieures et finalement à se déclarer indépendants. Aussi, l'apparition, au ve/xie siècle, de ces petits royaumes ne fut-elle dans certains cas que l'entérinement d'un état de fait.

  • 1 Dans A‘māl, p. 209-210, Ibn al-Ḫaṭīb classe ces roitelets dans deux catégories. La première se com (...)
  • 2 H.E.M., III, p. 325 sqq.

2Il est difficile de connaître le nombre exact1 de cette nuée d'États minuscules, et cela pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'ils étaient très nombreux, ce qui fut favorisé par la grande multiplicité des centres urbains de la Péninsule2. Ils étaient ensuite d'inégale puissance ; et certains d'entre eux étaient si insignifiants et de si courte durée qu'ils méritent à peine d'être mentionnés. En outre, leur nombre variait constamment, au gré de leur apparition et de leur disparition très étalées dans le temps.

  • 3 Le royaume de Saragosse, fondé en 408/1010 et pris par les Almoravides en 503/1110, détient le rec (...)
  • 4 Expression empruntée à E. F. Gautier dans son ouvrage Les siècles obscurs du Maghreb, p. 12.
  • 5 Le cas le plus frappant est celui des ‘Abbādides de Séville qui réussirent à annexer un nombre imp (...)

3Dans l'ensemble, tous ces petits royaumes eurent une existence éphémère, puisque, dans le meilleur des cas, ils durèrent à peine un siècle3. La plupart d'entre eux furent comme « le champignon qui pousse en une nuit, et moisit en une matinée »4. Après la dislocation de l'empire umayyade d'Occident, ce fut le règne de la loi du plus fort. Les principautés les plus puissantes annexèrent les plus faibles5. Cependant, vers le milieu du ve/xie siècle, les Ṭawā’if connurent une certaine stabilité. Sous l'année 435/1043, l'historien Ibn ‘Iḏārī fait état de la constitution de deux clans rivaux :

  1. Le premier, le clan andalou, se tailla la meilleure part, en s'emparant de onze centres, dont les plus importants étaient : Cordoue, Séville, Saragosse, Valence et Alméria.
  2. Le second, le clan berbère, s'attribua Grenade et Malaga.
  • 6 Bayān, III, p. 219-220.

4L'auteur du Bayān ajoute cependant que trois princes préférèrent la neutralité. Il s'agit d'Ibn al-Afṭas de Badajoz, de Muğāhid al-‘Āmirī de Dénia et de Yaḥyā b. Ḏī al-Nūn de Tolède6.

5Le nombre et la classification des Reyes de Taifas ne font guère l'unanimité des historiens. Néanmoins, trois zones d'influence commencèrent, dès l'abolition du califat, à se dessiner sur l'échiquier politique andalou. On se rappelle qu'au début de la fitna, le calife al-Mahdī b. ‘Abd al-Ǧabbār, soupçonneux à l'égard des Esclavons qui étaient au service des ‘Āmirides, chassa de Cordoue un grand nombre de fatā-s non ralliés à sa cause. Les plus entreprenants parmi eux se dirigèrent alors vers le Levante qui était un peu à l'écart des tumultes de la guerre civile, et où il y avait encore place pour les intrigues et les aventures. Aussi réussirent-ils, à l'issue d'une minutieuse campagne de propagande menée pour leur propre compte, à étendre leur domination sur la région orientale du pays et à créer des principautés prospères, dont les plus importantes étaient Alméria, Dénia, Valence et Tortose. Us remportèrent des succès si éclatants qu'ils caressèrent par la suite l'espoir de s'emparer de la capitale et, peut-être même, de remplacer leurs anciens maîtres, les ‘Āmirides. Ce fut le général esclavon Wāḍiḥ, ancien chef de la Marche moyenne, qui tenta de réaliser ce rêve, en faisant assassiner le calife al-Mahdī et en réinstallant sur le trône Hišām II. Mais ses intrigues échouèrent, et il finit par être assassiné à son tour. Désormais, la ṭā’ifa esclavonne connut une certaine éclipse et ne garda finalement que Dénia et ses dépendances, les îles. Le manque de racines profondes dans le pays explique, dans une large mesure, le recul de ce parti, pourtant très actif. En tout cas, son essoufflement profita surtout à la ṭā’ifa andalouse, plus proche de lui que des Africains.

  • 7 Bayān, III, p. 47 ; A‘māl, p. 109.
  • 8 Bayān, III, p. 113 ; A‘māl, p. 119.

6En effet, l'antipathie que ressentaient les deux factions andalouse et berbère l'une envers l'autre était plus réelle et plus enracinée. Elle se manifesta à plusieurs reprises, et notamment à la veille de la fitna, sous le court règne de Sanchol qui, cherchant à s'assurer la sympathie des Andalous et des Berbères au lendemain de sa désignation comme héritier présomptif, convia à une réception l'élite des deux « races »7. Leur haine mutuelle atteignit son paroxysme quelques années plus tard, pendant la guerre civile qui ravagea le pays et principalement Cordoue. Se rendant compte alors que c'en était fini de l'unité politique d'al-Andalus, les Berbères pensèrent qu'il était plus sage de se contenter de territoires plus limités, mais plus sûrs, et se firent attribuer de nombreux fiefs dans le Midi de la Péninsule. À leur instigation, leur obligé, le calife Sulaymān al-Musta‘īn, leur accorda des concessions territoriales importantes. Les Zanāta se partagèrent les territoires de Jaén, Medina-Sidonia, Morón, Jerez, Arcos et Ronda. Les Ṣanhāğa, arrivés plus tard en Espagne mais devenus prépondérants, eurent la meilleure part en se faisant octroyer Elvira et sa région8. On remarque à ce propos que Zanāta et Ṣanhāğa, mettant une sourdine à leurs querelles séculaires, constituèrent d'une manière générale un front uni afin de lutter efficacement contre leur ennemi commun, les Andalous, et particulièrement contre les ‘Abbādides. Quant aux princes de la ṭā’ifa andalouse, ils se partagèrent le reste de l'héritage califien, et notamment les deux centres les plus importants, Cordoue et Séville. Ils agrandirent par la suite leur territoire, aux dépens des deux autres partis. A la ṭā’ifa esclavonne, ils enlevèrent Alméria, Valence et Tortose. Les ‘Abbādides de Séville furent les adversaires les plus dangereux pour les Berbères en s'imposant comme les champions de l'indépendance nationale. En effet, toutes les petites principautés zénètes furent annexées par le royaume ‘Abbādide qui devint l'État le plus puissant.

  • 9 Les Banū Ḏī al-Νūn essayaient de se faire passer pour des Arabes himyarites. Cf. Nafḥ, II, p. 513  (...)
  • 10 Les Reyes de Taifas faisaient passer l'impératif de survie avant les considérations idéologiques e (...)

7Il convient de rattacher à la ṭā’ifa andalouse les royaumes de Badajoz, de Tolède et de la Sahla. Car les Banū al-Afṭas, les Banū Ḏī al-Νūn et les Banū Razīn, quoique d'origine berbère, étaient fortement "andalousisés", et avaient beaucoup plus d'affinités avec les Andalous qu'avec leurs frères de race, les Berbères9. Cependant, ils affichaient, selon les circonstances une neutralité prudente. Donc, si la solidarité ethnique et raciale jouait dans de nombreux cas, force est de constater que, le plus souvent, les intérêts personnels l'emportaient sur toute autre considération10.

  • 11 La plupart des alliances étaient purement pragmatiques. Cf. Party-Kings, p. 132.

8La politique expansionniste des ‘Abbādides n'eut pas pour cible uniquement des possessions berbères ou esclavonnes. Beaucoup de souverains, de souche arabe comme eux, furent détrônés et leurs territoires annexés par les maîtres de Séville. Profitant d'un concours de circonstances favorables, al-Mu‘tamid b. ‘Abbād n'eut pas de scrupules à trahir son allié ğahwaride et à s'emparer de Cordoue11.

  • 12 Infra, 167, 215, 216.
  • 13 Infra, 188, 189.

9« Chacun pour soi » était donc la devise de la plupart de ces roitelets soucieux, avant tout, d'assouvir leur propre ambition. Le climat politique et social qui régnait depuis le déclenchement de la fitna était particulièrement propice aux aventures de tous genres. Ce fut, ne l'oublions pas, le siècle du Cid12 et d'Ibn ‘Ammār13.

Notes

1 Dans A‘māl, p. 209-210, Ibn al-Ḫaṭīb classe ces roitelets dans deux catégories. La première se compose de dix chefs qu'il considère comme étant les plus célèbres. Dans la deuxième catégorie figurent les noms d'une dizaine de principicules moins importants. Il ajoute, enfin, qu'il y en a beaucoup d'autres mais qu'il ne peut les citer tous, étant donné qu'il s'agit de chefs mineurs peu connus. Cf. infra, 220.
Dans Party-Kings, p. 82-115, D. Wasserstein dénombre 38 États qu'il classe par ordre alphabétique. Mais cette liste déjà longue n'est pas exhaustive. En outre, hormis les rois qui régnaient sur des territoires relativement importants, d'autres ne possédaient que des châteaux ou des places fortes (ḥiṣn-s) et leurs environs immédiats.

2 H.E.M., III, p. 325 sqq.

3 Le royaume de Saragosse, fondé en 408/1010 et pris par les Almoravides en 503/1110, détient le record de longévité. Voir infra, 168.

4 Expression empruntée à E. F. Gautier dans son ouvrage Les siècles obscurs du Maghreb, p. 12.

5 Le cas le plus frappant est celui des ‘Abbādides de Séville qui réussirent à annexer un nombre important d'Etats satellites. Voir infra, 176.

6 Bayān, III, p. 219-220.

7 Bayān, III, p. 47 ; A‘māl, p. 109.

8 Bayān, III, p. 113 ; A‘māl, p. 119.

9 Les Banū Ḏī al-Νūn essayaient de se faire passer pour des Arabes himyarites. Cf. Nafḥ, II, p. 513 ; Poésie, p. 260. Quant aux Aftasides, ils prétendaient être Yéménites. Cf. A‘māl, p. 182-183 ; Islam d'Occident, p. 126 ; Poésie, p. 260. En revanche, les Banū Razīn n'ont jamais essayé de cacher leurs origines. Cf. Bayān, III, p. 181-184.

10 Les Reyes de Taifas faisaient passer l'impératif de survie avant les considérations idéologiques et ethniques. Cf. Party-Kings, p. 126. Le prince arabe de Saragosse, al-Munḏir b. Yaḥyā al-Tuğībī prit, pendant la fitna, le parti du calife al-Musta‘īn, l’imām des Berbères, et combattit avec lui les Cordouans. En guise de reconnaissance, al-Musta‘īn le confirma dans ses fonctions. Cf. Poésie, p. 259-260 ; infra, 164.

11 La plupart des alliances étaient purement pragmatiques. Cf. Party-Kings, p. 132.

12 Infra, 167, 215, 216.

13 Infra, 188, 189.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search