Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Première partie. Cadre historique

Chapitre II. Les troubles précurseurs de la chute du califat

Texte intégral

I - LE DÉCLENCHEMENT DE LA FITNA

  • 1 Bayān, III, p. 38-50 ; A‘māl, p. 89-98 ; Nafḥ, I. p. 424-426 et / ; passim ; H.M.E. II, p. 281-323 (...)
  • 2 L'acte d'investiture est rédigé par le vizir-secrétaire Aḥmad b. Burd al-Aṣġar, en rabī ‘ I 399/no (...)

1‘Abd al-Raḥmān Sanchol1, le deuxième fils d'al-Manṣūr, succéda à son frère aîné ‘Abd al-Malik en ṣafar 399 / octobre 1008. Ce règne fut aussi court qu'agité. Il dura moins de quatre mois et engendra les plus graves troubles que l'Espagne musulmane ait connus. Le troisième ‘Āmiride est sévèrement jugé par les historiens. Il est dépeint comme un débauché et un médiocre stratège. Dès son avènement, il tenta par divers procédés de se rapprocher du calife Hišām II et d'avoir, avec lui, des rapports étroits, voire intimes. Il y réussit si bien qu'il se fit désigner par ce dernier comme son héritier présomptif2. Mais cet acte insensé fut fatal, non seulement à Sanchol, mais au pouvoir ‘āmiride et au califat umayyade d'Occident. En effet, il allait accroître le nombre des mécontents et les faire sortir de leur réserve.

  • 3 Bayān, III, p. 50-91, 95. 100 ; A ‘māl, p. 109-1 16 ; Nafḥ, L p. 426-427.
  • 4 Somptueuse ville administrative construite sur l'ordre du ḥāğib al-Manṣūr qui s'y était installé e (...)
  • 5 Ibn Bassām lui consacre une assez longue notice dans la Ḏaḫīra, 1/1, p. 35-48 ; cf. aussi Bayān, I (...)
  • 6 Il s'agit de la célèbre bataille de Qantīš qui doit son appellation à la localité du même nom, où (...)

2Profitant de l'absence du nouveau ḥāğib, parti à la tête de ses troupes en expédition contre les Galiciens dans le nord-ouest du pays, un groupe d'émeutiers s'empare du palais de l'Alcazar, dépose le calife Hišām II al-Mu’ayyad et installe à sa place Muḥammad b. Hišām b. ‘Abd al-Ǧabbār, un arrière-petit-fils de ‘Abd al-Raḥmān III, qui prend le titre honorifique d'al-Mahdī bi-llāh3. Ce nouveau calife était une sorte d'aventurier, très écouté des milieux populaires de la capitale qui, immédiatement après l'installation de leur chef dans le palais califien, allèrent piller al-Madīna al-Zāhira4 et se venger, à leur manière, des usurpateurs ‘āmirides. Quand ‘Abd al-Raḥmān Sanchol apprit la nouvelle, il fut désemparé, et sa lenteur à réagir provoqua des défections en chaîne parmi ses soldats. Sur le chemin du retour, non loin de la capitale, il fut arrêté (en rağab 399/mars 1009), puis assassiné à Cordoue, quelques jours plus tard, par les partisans d'al-Mahdī. Médiocrement doué, ce dernier s'aliéna très vite l'opinion publique et, en particulier, le puissant parti berbère qui lui avait permis d'accéder au pouvoir, en se désolidarisant dans l'ensemble du dernier ‘Āmiride. Après une période d'incertitude sur le parti à prendre, les Berbères abandonnent al-Mahdī et lui opposent un autre prétendant marwānide, Sulaymān b. al-Ḥakam5 plus docile et plus favorable à leurs propres intérêts. Cet anti-calife, plutôt faible de caractère, réussit, grâce au soutien du clan berbère, à battre son adversaire Ibn ‘Abd al-Ǧabbār et à se faire introniser (en rabī‘ I 400/novembre 1009), en adoptant le surnom honorifique d'al-Musta‘īn6.

  • 7 Ce fut à l'issue de la bataille de ‘Aqabat al-Baqar qui se déroula près d'EI Vacar, un château for (...)

3Moins de huit mois plus tard, Muḥammad II, bénéficiant du précieux concours du général esclavon Wāḍiḥ, triomphe de son concurrent et reprend le pouvoir à Cordoue (en šawwāl 400/juin 1010)7. Mais ce second règne sera plus court que le premier, puisque Ibn ‘Abd al-Ǧabbār sera assassiné, quelques semaines plus tard, victime d'un complot orchestré par son allié Wāḍiḥ qui, déçu par son porte-drapeau, décide de le supprimer et de rétablir sur le trône Hišām II. Ce dernier reprit alors le devant de la scène, durant presque trois ans (1010-1013), et se contenta de jouer, comme dans le passé, un rôle terne et peu glorieux. Wāḍiḥ, qui avait pris la précaution de se faire désigner comme ḥāğib, détenait le pouvoir réel. Il caressait probablement l'espoir de reprendre, pour son compte, la place qu'occupaient jadis les ‘Āmirides.

  • 8 Pour faire face aux difficultés financières dramatiques, le maire du palais Wāḍiḥ dut brader une p (...)

4Or les Berbères et leur imām al-Musta‘īn ne désarment pas et assiègent leurs adversaires dans Cordoue, où la situation devient de plus en plus critique8. Ce blocus durera trois ans ; et le 26 šawwāl 403/9 mai 1013, les Cordouans, à bout de forces et prenant conscience de l'inutilité de leur résistance, demandent l’amān et se rendent. Quelques jours plus tard,

5Sulaymān al-Musta‘īn fait de nouveau son entrée dans la capitale, où il va régner, pour la seconde fois, pendant près de trois ans.

  • 9 Sur la tragédie de Cordoue, ville martyre, cf. Ṭawq, p. 87-88, 98 ; E. García Gómez, « Algunas pre (...)

6Cordoue connaît à ce moment-là les jours les plus tragiques de son histoire. Les événements graves qui s'y produisent marquent le point fort de la crise. Les nouveaux maîtres de la capitale entendent châtier les Cordouans de leur avoir résisté si longtemps. La métropole umayyade est alors livrée aux massacres et au pillage9.

  • 10 Ibn al-Ḫaṭīb dit, dans A‘māl, p. 120, que selon certaines rumeurs, Hišām II fut étranglé à l'initi (...)

7Quel sort fut réservé à Hišām II al-Mu’ayyad ? Plusieurs versions, plus ou moins fantaisistes, ont été données à ce sujet. Mais, selon toute vraisemblance, le troisième calife andalou fut tué sur l'ordre d'al-Musta‘īn et disparut ainsi définitivement de la scène politique qu'il n'avait jamais occupée pleinement10.

  • 11 Ṭawq, p. 26 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 46-48 ; Bayān, III, p. 118-119 ; A‘māl, p. 121-122 ; Nafḥ, I, p. 430 (...)

8Sulaymān b. al-Ḥakam avait cependant une culture littéraire reconnue. Il était assez bon versificateur11 et s'entourait d'un certain nombre de lettrés et poètes distingués, dont le plus célèbre, Ibn Darrāğ al-Qasṭallī, l'un de ses poètes officiels, lui consacra quelques panégyriques où les Berbères étaient encensés du même coup, puisque al-Musta‘īn leur devait son pouvoir.

  • 12 Infra, 163.

9Mais, politiquement, ce dernier n'avait pas beaucoup d'envergure. Son règne fut très agité et sévèrement jugé par la quasi-tolalité des chroniqueurs. Il était, en réalité, un instrument entre les mains des Berbères. D'ailleurs, lorsque ceux-ci se rendirent compte que le fossé se creusait de plus en plus entre eux et les Cordouans, et que leur champion, Sulaymān, n'avait plus guère de chances de se maintenir au pouvoir, ils se firent attribuer des fiefs considérables, dans des régions fortement berbérisées et notamment dans le centre et le sud du pays. Les miliciens nord-africains ne furent pas les seuls bénéficiaires de cette politique de concessions territoriales. Pour remercier le chef de la Marche supérieure, l'Arabe Munḏir b. Yaḥyā al-Tuğībī, qui l'avait soutenu contre son concurrent al-Mahdī b. ‘Abd al-Ǧabbār, al-Musta‘īn prit la précaution, au cours de son second règne, de reconnaître et de consolider sa souveraineté sur Saragosse et sa région12.

10Il y eut une "troisième mort", en 451/1059, quand al-Mu‘taḍid, après avoir prétendu régner, comme l'avait fait avant lui son père, au nom de Hišām II, annonça la mort de ce dernier et décida de gouverner désormais pour son propre compte. Cf. infra, 175.

11Ainsi, en légitimant certaines usurpations et en octroyant de vastes fiefs aux artisans de sa victoire, le prétendant des Berbères porta un coup fatal à l'unité politique d'al-Andalus qui entra, désormais, dans l'engrenage de la désagrégation et du morcellement.

II - L'INTERMÈDE ḤAMMŪDIDE13

  • 13 Les Ḥammūdides sont des ‘Alīdes immigrés au Maroc et berbérisés. Cf. Ḏaḫīra. 1/1. p. 96-102 ; Βαγά (...)
  • 14 Il croyait que Hišām II al-Mu’ayyad était encore en vie.

12Parmi les alliés de Sulaymān b. al-Ḥakam que celui-ci récompensa pour leurs bons et loyaux services, il y avait les deux frères ḥammūdides, ‘Alī et al-Qāsim. Le premier se vit confier le gouvernement de Ceuta, et le second celui d'Algeciras, Tanger et Arcila. Cependant, le calife al-Musta‘īn ne fut pas payé de retour ; et ‘Alī, plus entreprenant que son frère aîné, estimant que Sulaymān n'était qu'un usurpateur, décida de partir pour Cordoue afin de rendre justice à Hišām II et de le rétablir dans ses fonctions14. Il fit son entrée dans la capitale en muharram 407/juillet 1016 et, ayant acquis la certitude qu'al-Mu'ayyad avait été assassiné, il tua al-Musta‘īn, coupable à ses yeux de régicide. Après avoir vengé celui qu'il considérait comme le calife légitime dont il se croyait l'héritier, il accéda au califat en prenant le surnom d'al-Nāṣir li-Dīn Allāh. Le début de son règne fut une période relativement paisible et prospère. Lasse de tant d'années de troubles et déçue par tous les souverains qui s'étaient succédés à un rythme accéléré depuis la mort de ‘Abd al-Malik, le deuxième ‘Āmiride, la population andalouse aspirait à la stabilité et à la paix. ‘Alī b. Ḥammūd, pour sa part, fit preuve d'équité et d'une grande sévérité à l'égard des agitateurs de tout bord, et notamment des Berbères habitués au favoritisme et à l'impunité.

  • 15 H.E.M. II. p. 328-330 ; E.I.2, I, p. 86, art. « ‘Abd al-Raḥmān IV » (E. Lévi-Provençal).

13Mais cette "lune de miel" ne dura que huit mois. Les Cordouans, supportant de moins en moins le joug du pouvoir ḥammūdide, commençaient à le critiquer de plus en plus ouvertement. Plus grave encore, dans le Levante apparut un contre-calife nommé ‘Abd al-Raḥmān IV15, un arrière-petit-fils du premier calife al-Nāṣir. Ce nouveau candidat marwānide eut un grand nombre de sympathisants. Cet événement aggrava le climat de mésentente qui régnait entre la population de la capitale et son prince. Ce dernier, se rendant compte que ses efforts pour se concilier les Cordouans étaient restés vains, adopta une politique pro-berbère et décida d'aller combattre le prétendant umayyade et ses partisans. Mais au mois de ḏū al-qa‘da 408/mars 1018, trois de ses domestiques esclavons l'assassinèrent dans son bain. Son frère al-Qāsim, gouverneur de Séville, vint se faire introniser dans la capitale. Quelques semaines plus tard, ‘Abd al-Raḥmān IV fut proclamé à son tour et prit le titre honorifique d'al-Murtaḍā. Cependant, avant même de faire son entrée dans Cordoue, il trouva la mort en attaquant Grenade, laissant le champ libre à son rival ḥammūdide, le calife al-Qāsim qui, déjà âgé et de ce fait enclin à la modération, connut une période relativement paisible et prospère.

14Cependant, les rivalités au sein même du clan idrîside interrompirent cette politique relativement libérale. Yaḥyā, le fils aîné de ‘Alī, déçu de n'avoir pu succéder à son père, guettait l'occasion de s'emparer du pouvoir. Les Berbères de la capitale ne tardèrent pas à lui tendre la perche, en l'incitant à détrôner son vieil oncle dont la politique n'était pas, à leurs yeux, suffisamment pro-berbère. Fort de cet appui, Yaḥyā réussit à se faire proclamer dans l'Alcazar, en rabī‘ II 412/août 1021. Sans opposer de résistance, le calife déchu regagna Séville. Cependant son neveu devint vite impopulaire et, voyant ses partisans l'abandonner les uns après les autres, il décida, au bout d'un an et demi, de se replier sur Malaga. Al-Qāsim, apprenant la nouvelle, revint à Cordoue pour y reprendre le pouvoir. Ce second règne fut plus éphémère que le premier et, au bout de six mois, le vieux ḥammūdide, ne parvenant plus à maîtriser la situation et à se faire respecter, prit le parti de s'enfuir et reprit le chemin de Séville. Mais les Sévillans refusèrent cette fois-ci de l'accueillir. Alors, il se réfugia à ferez, où son neveu Yaḥyā vint l'assiéger, le captura et le fit emprisonner à Malaga, ainsi que ses deux fils, avant de le faire périr quelques années plus tard.

  • 16 Nous employons ce terme pour designer le parti national le plus représentatif de la nation andalou (...)

15L'ère ḥammūdide, qui dura un peu plus de sept ans, fut somme toute moins agitée que la période précédente, dont le début avait été marqué par l'assassinat de ‘Abd al-Raḥmān Sanchol. Ces descendants du Prophète, immigrés au Maroc et fortement berbérisés, auraient pu s'imposer comme arbitres entre les deux principaux partis rivaux, Berbères et Andalous16, et se maintenir durablement au pouvoir. Cependant leurs dissensions internes, exacerbées par l'arrogance des Africains, les rendirent vulnérables et précipitèrent leur chute.

III - ULTIME TENTATIVE DE RÉHABILITATION MARWĀNIDE ET ABOLITION DU CALIFAT

  • 17 Ḏaḫīra, 1/1, p. 48-58 ; Bayān, III, p. 135-140 ; A‘māl, p. 134-135 ; Nafḥ, I, p. 488-490 ; H.M.E., (...)

16Déçus par les dirigeants ḥammūdides, les Cordouans décidèrent de renouer avec la tradition et d'installer sur le trône un Marwānide. Leur choix se fixa sur ‘Abd al-Raḥmān b. Hišāmb. ‘Abd al-Ǧabbār, un frère de Muḥammad II al-Mahdī qui, en ramadan 414/décembre 1023, fut proclamé calife sous le laqab d'al-Mustaẓhir bi-llāh17.

17Ce jeune homme de vingt-trois ans, cultivé et poète à ses heures, avait, selon ses biographes, plus de passion pour les choses de l'esprit que pour la politique. Aussi, dès son avènement, s'entoura-t-il de lettrés et de savants distingués, tels Abū ‘Āmir b. Šuhayd, Abū Muḥammad b. Ḥazm et le cousin de ce dernier, ‘Abd al-Wahhāb b. Ḥazm. La littérature ne devait pas être absente au cours de leurs réunions.

18Dans un vers assez significatif, l'un de ses vizirs, Ibn Abī ‘Abda, l'accusa de négliger les affaires de l'État :

  • 18 Trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 92.

« Quand je m'absente [pour son service], il ne me fait pas appeler et quand je suis revenu, il ne me demande pas ; il lui est donc égal que je sois présent ou absent. »18

  • 19 Ḏaḫīra, 1/1, p. 433-437 ; Bayān, III, p. 140-143 ; A‘māl, p. 135-136 ; Nafḥ, I, p. 43-2, 437-438 ; (...)

19Le feu fut mis aux poudres quand le calife ‘Abd al-Raḥmān V, pressé de se procurer des soldats, reçut des cavaliers berbères venus lui proposer leurs services. Cette maladresse déclencha la colère des Cordouans qui destituèrent al-Mustaẓhir, dont le règne ne dura que quarante-sept jours, et placèrent sur le trône, en ḏū al-qa‘da 414/janvier 1024, un autre Marwānide, Muḥammad III b. ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Ubayd Allāh, encore un arrière-petit-fils du calife al-Nāṣir. Ce calife "malgré lui", surnommé al-Mustakfī 19, ne fut pas plus fortuné que son prédécesseur. Les caisses de l'État étaient presque vides. Alors, manquant d'argent et de soldats, il fut dans l'impossibilité d'exercer une réelle autorité sur ses sujets, toujours prompts à l'insurrection.

20Par ailleurs, Yaḥyā b. Ḥammūd, replié dans son fief de Malaga, suivait avec intérêt la dégradation de la situation et guettait le moment de venir détrôner l'incapable al-Mustakfī et reprendre le pouvoir. Prenant ces rumeurs au sérieux, Muḥammad III eut peur et, en rabî‘ I 416/mai 1025, quitta Cordoue à la sauvette avant d'être assassiné, peu de temps après, dans des circonstances obscures.

  • 20 Ḏaḫīra, III/l, p. 515-529 ; Bayān, III, p. 145-152 ; A‘màl, p. 138-140 ; H.M.E., II, p. 338-346 ; (...)
  • 21 Infra, 61.

21Pourtant, Yaḥyā b. Ḥammūd attendit six mois avant de regagner la capitale, en ramadan 416/novembre 1025. Mais l'anarchie était telle qu'au bout de quatre mois, il jugea plus sage de se faire représenter par l'un de ses vizirs, Abū Ğa‘far Aḥmad b. Mūsà, et de retourner à Malaga. Cette semi-vacance du pouvoir ne dura pas longtemps. Quelques mois plus tard, les deux fatâ-s esclavons, Ḫayrān et Muğâhid, respectivement prince d'Alméria et de Dénia, vinrent mettre fin à la mission de ce "lieutenant" ḥammūdide. Cependant, ils ne parvinrent pas à s'entendre sur la manière de gouverner cette cité devenue ingouvernable. Cette situation anarchique étant devenue de plus en plus insupportable, il se forma un conseil de notables et, après une large concertation, on décida de faire appel encore une fois à un Marwānide. Le choix se fixa sur le frère aîné de ‘Abd al-Raḥmān IV al-Murtaḍā, Hišām III20 b. Muḥammad b. ‘Abd al-Malik b. ‘Abd al-Raḥmān III, qui, depuis la mort tragique de son frère, s'était réfugié à Qaṣr al-Bunt (château fort d'Alpuente), dans la province de Valence, où il s'était mis sous la protection du seigneur ‘Abd Allāh b. Qāsim al-Fihrî21. Il fut proclamé calife en rabî‘ II 418/juin 1029, et adopta le titre honorifique d'al-Mu‘tadd bi-llâh. Mais il resta deux ans à Qasr al-Bunt et ne fit son entrée officielle dans la capitale qu'en ḏū al-ḥiğğa 420/décembre 1029.

22Son premier ministre, al-Ḥakam b. Sa‘īd al-Qazzāz se rendit vite impopulaire, à cause des mesures financières qu'il avait prises pour renflouer le trésor de l'État. Le mécontentement prit de plus en plus d'ampleur et, en ḏū al-ḥiğğa 422/novembre 1031, ce vizir impopulaire fut tué et Hišām III al-Mu‘tadd déposé.

  • 22 Infra, 89.

23Après cette ultime expérience soldée par un échec, le conseil des sages décida d'abolir le califat devenu une institution inadéquate, et prit en main la direction des affaires de l'État. Une sorte de république vit le jour, ayant à sa tête un homme pondéré et respecté. Il s'agissait d'Abū al-Ḥazm Ğahwar b. Muḥammad b. Ğahwar22, un personnage particulièrement influent, issu de l'une des plus grandes familles d'al-Andalus.

24Une page de l'histoire de l'Espagne est définitivement tournée. Désormais, Cordoue cesse d'être la capitale de l'empire umayyade d'Occident, et redevient une simple province parmi d'autres. Donc, l'abolition du califat et le repliement de l'ancienne métropole andalouse sur elle-même consacrent la fin de l'unité politique du pays et l'émergence de petites principautés indépendantes qui vont entrer en compétition les unes contre les autres et, souvent, s'entre-dévorer, les plus puissantes essayant de s'annexer les plus faibles. Ainsi, à la période de la fitna succède celle des Tawā’if, c'est-à-dire des partis qui vont se disputer les débris de l'empire umayyade d'Espagne, avant d'être balayés par les Almoravides, vers la fin du ve/xie siècle.

IV - DES CAUSES DE LA DÉCADENCE POLITIQUE

  • 23 Sur cette grande diversité ethnique, voir Espagne musulmane au xe s., p. 18-39 ; H.E.M., I, p. 71- (...)

25L'une des causes essentielles, et vraisemblablement la plus importante, de la décomposition et de l'effondrement de l'édifice umayyade d'Espagne, est le caractère singulièrement hétérogène de la population qui le composait23. En effet, l'extraordinaire diversité des éléments ethniques pesa lourdement sur les destinées de la péninsule ibérique. D'origine celtique et ibérique, les autochtones se mêlèrent, avant la conquête arabe, aux Romains, aux Goths, aux Juifs, aux Byzantins et aux Syriens. Par la suite, ce bariolage de populations se doubla, avec l'arrivée des Arabes, d'une mosaïque d'habitants non moins bigarrée.

  • 24 Supra, 19.
  • 25 Idem.

26Les nouveaux maîtres du pays, qui n'étaient au début que quelques milliers, eurent la tâche relativement facile, grâce surtout au précieux concours des nombreux contingents berbères qui prirent une part essentielle à la conquête. Cela entraîna, dès les premiers temps, des troubles graves qui firent longtemps obstacle à l'unité et à la sécurité d'al-Andalus. Cet élément arabe, pourtant minoritaire, entendait avoir la part du lion en s'appropriant les meilleurs terres et en refoulant les Berbères vers les régions les moins fertiles. Des conflits éclatèrent par la suite entre Arabes et Muwallad-s24, surtout dans les régions d'Elvira et de Séville, sous le règne particulièrement agité de l'émir ‘Abd Allāh25. La bourgeoisie néo-musulmane se souleva contre des hobereaux arabes qui tentaient de dicter leur loi dans ces deux provinces.

  • 26 Idem.

27A la même époque, des Muwallad-s prennent la tête d'un mouvement de révolte d'une grande ampleur dans le sud du pays. Son principal animateur fut l'illustre rebelle 'Umar b. Ḥafṣūn qui, durant une quarantaine d'années, ne cessa de narguer les autorités umayyades avant d'être finalement neutralisé sous le règne de ‘Abd al-Raḥmān III26. Ainsi, Arabes, Muwallad-s et Berbères s'insurgeaient contre le pouvoir central et s'affrontaient souvent entre eux ; en outre, des dissensions existaient à l'intérieur même de chacun de ces groupes ethniques.

  • 27 Supra, 20.
  • 28 Sur l'étymologie du mot Ṣaqāliba (Esclavons) et le rôle important joué par cet élément ethnique, v (...)
  • 29 H.E.M., III, p. 177-179 ; Poésie, p. 261-264.
  • 30 Par exemple, le cas du général Gālib, d'origine esclavonne. Cf. E.I.2, II, p. 1021, art. « Gẖhālib (...)

28On se rappelle que, pour sortir de cette impasse, le calife al-Nāṣir décida de neutraliser l'aristocratie arabe jugée trop arrogante27, en se procurant, pour la remplacer, des esclaves noirs et surtout des Esclavons (Ṣaqāliba)28, particulièrement appréciés pour leur discrétion et leur dévouement. Les premiers esclaves, originaires du Soudan en grande majorité, servirent comme eunuques dans les gynécées ou comme mercenaires des gardes califiennes. Petit à petit, ils devinrent une composante homogène de la population andalouse et, pendant la fitna, ils se rangèrent dans l'ensemble aux côtés des Berbères29. Quant aux seconds, des esclaves européens faits prisonniers ou achetés, ils remplissaient au début les mêmes fonctions que les Noirs. Mais les plus doués et les plus heureux d'entre eux réussissaient, par le biais de l'affranchissement (walâ’) à obtenir le statut d'homme libre, et accédaient souvent à de hautes charges civiles et militaires. Beaucoup de généraux esclavons rendirent des services éminents à la dynastie umayyade d'Espagne30. Et si leur proportion numérique était relativement faible, ils n'en constituèrent pas moins une force dynamique et influente avec laquelle il fallait compter. En outre, leur esprit de solidarité fort développé et leur tendance à ne pas se fondre dans le conglomérat ethnique d'al-Andalus, leur permirent de conserver une assez grande homogénéité. Ainsi, ils formèrent un parti (une ṭâ’ifa) bien distinct qui joua un rôle important pendant la fitna et durant la période des Mulūk al-Ṭawā’if. Ils tentèrent, au cours de la guerre civile qui éclata après la fin du règne ‘Āmiride, de s'imposer comme arbitres entre les factions rivales, en s'alliant tantôt à l'une, tantôt à l'autre, selon leurs intérêts propres. Mais, après l'abolition du califat, ils essayèrent de tirer le meilleur parti de la nouvelle situation, en travaillant pour leur compte.

29Les heurts violents qui se produisirent, au cours des premiers siècles de la conquête, entre les Berbères et les autres éléments ethniques de la population, s'estompèrent car, finalement, la plupart de ces Nord-Africains se fondirent dans la masse des habitants et "s'andalousisèrent" progressivement jusqu'à perdre l'usage de leurs dialectes.

  • 31 Supra, 22.

30En revanche, la nouvelle vague d'émigration massive de Berbères, orchestrée par al-Manṣūr b. Abi ‘Àmir31, allait réveiller ce sentiment de haine et de répulsion plus ou moins oublié, d'autant que ces nouveaux venus se rassemblaient en groupes ethniques bien distincts et ne manifestaient pas le désir de s'intégrer dans la société andalouse.

31Cet état de fait ne posa pas de problèmes majeurs tant que le chef de cette armée de métier avait les affaires bien en mains. Cependant après la révolte de Muḥammad II al-Mahdī et l'assassinat du troisième ‘Āmiride, cet équilibre fragile fut brutalement rompu. Désormais, les Berbères s'immiscèrent de plus en plus ouvertement dans les affaires de l'État, et un duel sans merci opposa la ṭā‘ifa berbère à la taifa andalouse. Mais aucun de ces deux partis ne réussit à s'imposer d'une manière décisive et à refaire l'unité politique du pays ; ce fut l'œuvre des Almoravides, dans les dernières années du ve/xie siècle.

32Ainsi, en affaiblissant l'aristocratie arabe et en favorisant les apports massifs d'Esclavons et surtout de mercenaires africains, le premier calife al-Nāṣir et, dans une plus large mesure, le ḥāğib al-Manṣūr, contribuèrent amplement à la constitution des deux ṭā‘ifas esclavonne et berbère qui jouèrent un rôle particulièrement néfaste par la suite.

  • 32 Poésie, p. 254, n. 1.
  • 33 H.E.M., I, p. 75, III, p. 180 ; Poésie, p. 254-256 ; supra, 19, 32.

33Cependant, en matant énergiquement les rivalités de clans, les rébellions et toute velléité autonomiste, ils favorisèrent la formation d'une nation andalouse issue de la fusion progressive d'éléments ethniques souvent très différents. Les principales composantes de cette nouvelle nation étaient les Arabes et les Muwallad-s. Les premiers, fortement minoritaires, subirent un brassage forcé avec les autochtones. Arrivés dans la péninsule ibérique sans femmes, ils durent, pour fonder une famille, épouser ou prendre comme concubines des indigènes. Ainsi, au bout de quelques générations, les enfants nés de ces mariages mixtes avaient, dans leurs veines, plus de sang étranger et notamment espagnol que de sang arabe32. Quant aux Muwallad-s33, espagnols convertis à l'Islam après la conquête, ils constituaient l'élément ethnique numériquement de beaucoup le plus important. La communauté de religion et, dans une certaine mesure, de langue facilita leur intégration dans la société musulmane.

34Notons aussi que, par le biais du wala’, qui consistait à donner un nom patronymique arabe à un affranchi ou un client, beaucoup de généalogies furent faussées et des cloisons tribales supprimées.

35Mais ce nivellement de la population était partiel et les affinités ethniques et raciales jouèrent un rôle important dans la constitution des Ṭawā‘if qui allaient mettre fin à l'unité politique d'al-Andalus et se partager l'héritage de la dynastie umayyade d'Occident.

  • 34 Η.Ε.M., I, p. 77-81 ; Poésie, p. 264-283 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islami (...)

36Tous ces éléments de la population andalouse avaient, officiellement du moins, un facteur commun, la religion. Or, au sein de cette même société, vivaient deux autres communautés non musulmanes assez importantes, les Mozarabes et les Juifs34. Les premiers étaient les Espagnols non convertis à l'Islam, après la conquête arabe, mais qui vivaient en terre d'Islam, soumis au statut des tributaires (ahl alḏimma). Les seconds, des tributaires également, servirent souvent d'intermédiaires entre Musulmans et Chrétiens. Mozarabes et Juifs constituaient des communautés nombreuses et agissantes dans la plupart des grands centres urbains du pays. Leurs rapports parfois difficiles avec les autorités musulmanes étaient de nature à accentuer davantage la complexité du problème ethnique.

Notes

1 Bayān, III, p. 38-50 ; A‘māl, p. 89-98 ; Nafḥ, I. p. 424-426 et / ; passim ; H.M.E. II, p. 281-323 ; H.E.M., II, p. 291-304 ; E.I2. I, p. 86-87, art. « ‘Abd al-Raḥmān [...] b. Abī‘Āmir ». (E. Lévi-Provençal).

2 L'acte d'investiture est rédigé par le vizir-secrétaire Aḥmad b. Burd al-Aṣġar, en rabī ‘ I 399/novembre 1008. Le texte intégral de cet acte est reproduit par la plupart des sources, et notamment dans Bayān. III. p. 44 : A‘māl, p. 91 ; Nafḥ, I, p. 424-425.

3 Bayān, III, p. 50-91, 95. 100 ; A ‘māl, p. 109-1 16 ; Nafḥ, L p. 426-427.

4 Somptueuse ville administrative construite sur l'ordre du ḥāğib al-Manṣūr qui s'y était installé en 370/981. Cf. H.E.M., II, p. 220-222 et passim ; E.I.2, V, p. 1003-1004, art. « al-Madīna al-Zāhira » (M. Ocaña Jiménez).

5 Ibn Bassām lui consacre une assez longue notice dans la Ḏaḫīra, 1/1, p. 35-48 ; cf. aussi Bayān, III, p. 91-95, 113-119 ; A‘māl, p. 114-115, "119-128 ; Nafḥ, I, p. 428-431.

6 Il s'agit de la célèbre bataille de Qantīš qui doit son appellation à la localité du même nom, où eut lieu l'affrontement entre Berbères et Cordouans. Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 43-44 ; H.E.M., Π, p. 310, n.1.

7 Ce fut à l'issue de la bataille de ‘Aqabat al-Baqar qui se déroula près d'EI Vacar, un château fort situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Cordoue. Cf. H.E.M., II, p. 313 et n. 3.

8 Pour faire face aux difficultés financières dramatiques, le maire du palais Wāḍiḥ dut brader une partie de la bibliothèque d'al-Ḥakam II. Cf. supra, 21.

9 Sur la tragédie de Cordoue, ville martyre, cf. Ṭawq, p. 87-88, 98 ; E. García Gómez, « Algunas precisiones sobre la ruina de la Córdoba omeya », dans Andalus, XII, 1947, p. 267-293.

10 Ibn al-Ḫaṭīb dit, dans A‘māl, p. 120, que selon certaines rumeurs, Hišām II fut étranglé à l'initiative de Muḥammad, fils d'al-Musta‘īn, le 5 du al-qa‘da 403. Mais on avait fait croire qu'il avait pris la fuite. Ce fut sa "deuxième mort", puisque le calife al-Mahdī, pour les besoins de la cause, avait annoncé en ša‘bān 399/avril 1009 la mort de Hišām II. Quelques mois plus tard, il l'avait fait "ressusciter" en l'exhibant dans l'espoir de rallier autour de lui les mécontents et notamment les Berbères.

11 Ṭawq, p. 26 ; Ḏaḫīra, 1/1, p. 46-48 ; Bayān, III, p. 118-119 ; A‘māl, p. 121-122 ; Nafḥ, I, p. 430-431.

12 Infra, 163.

13 Les Ḥammūdides sont des ‘Alīdes immigrés au Maroc et berbérisés. Cf. Ḏaḫīra. 1/1. p. 96-102 ; Βαγάη, III, p. 119 sqq ; A‘māl, p. 140-143 et passim ; Nafḥ, p. 431-435 ; H.M.E., II, p. 310-321, III, p. 5-17 sqq ; W.E.M., II, p. 326-341 ; E.I.2, III, p. 150, art. « Ḥammūdides » (A. Huici Miranda).

14 Il croyait que Hišām II al-Mu’ayyad était encore en vie.

15 H.E.M. II. p. 328-330 ; E.I.2, I, p. 86, art. « ‘Abd al-Raḥmān IV » (E. Lévi-Provençal).

16 Nous employons ce terme pour designer le parti national le plus représentatif de la nation andalouse, composé essentiellement d'Arabes et de Muwallad-s, par opposition aux éléments ethniques étrangers et surtout aux Berbères. Les historiens arabes utilisent en général le mot « Andalus » ou « Andalusiyyūn ». On sait par ailleurs que le terme « Andalus » désigne également l'Espagne musulmane. Ce parti national est connu aussi sous l'appellation « al-Ǧamā‘a ». Cf. Poésie, p. 5-9.

17 Ḏaḫīra, 1/1, p. 48-58 ; Bayān, III, p. 135-140 ; A‘māl, p. 134-135 ; Nafḥ, I, p. 488-490 ; H.M.E., II, p. 326 ; H.E.M., II, p. 334-335 ; E.I.2, I, p. 86, art. « 'Abd al-Raḥmān » (E. Lévi-Provençal).

18 Trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 92.

19 Ḏaḫīra, 1/1, p. 433-437 ; Bayān, III, p. 140-143 ; A‘māl, p. 135-136 ; Nafḥ, I, p. 43-2, 437-438 ; H.E.M., II, p. 335-336.

20 Ḏaḫīra, III/l, p. 515-529 ; Bayān, III, p. 145-152 ; A‘màl, p. 138-140 ; H.M.E., II, p. 338-346 ; H.E.M., II, p. 337-341 ; E.I.2, III, p. 513, art. « Hishàm III » (D. M. Dunlop).

21 Infra, 61.

22 Infra, 89.

23 Sur cette grande diversité ethnique, voir Espagne musulmane au xe s., p. 18-39 ; H.E.M., I, p. 71-89. III, p. 167-88 ; Poésie, p. 25 1-287.

24 Supra, 19.

25 Idem.

26 Idem.

27 Supra, 20.

28 Sur l'étymologie du mot Ṣaqāliba (Esclavons) et le rôle important joué par cet élément ethnique, voir Poésie, p. 256, η. 1 ; Espagne musulmane au xe s., p. 29-30 ; H.E.M., II, p. 122-130, III, p. 177-179 ; E.I.1, IV, p. 78-80, art. « Ṣaḳâliba » (E. Lévi-Provençal) ; Party-Kings, p. 24-25, n. 21 et passim.

29 H.E.M., III, p. 177-179 ; Poésie, p. 261-264.

30 Par exemple, le cas du général Gālib, d'origine esclavonne. Cf. E.I.2, II, p. 1021, art. « Gẖhālib » (A. Huici Miranda).

31 Supra, 22.

32 Poésie, p. 254, n. 1.

33 H.E.M., I, p. 75, III, p. 180 ; Poésie, p. 254-256 ; supra, 19, 32.

34 Η.Ε.M., I, p. 77-81 ; Poésie, p. 264-283 ; D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l'Espagne des viiie-ixe siècles, p. 25-27 et passim ; Party-Kings, p. 190-246.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search