Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Première partie. Cadre historique

Chapitre I. Impact du règne des derniers umayyades et des ‘āmirides sur celui des Mulūk al-Ṭawā'if

Texte intégral

  • 1 Sur ce règne, voir Bayān, II, p. 156-70 ; A māl, 28-30, 36-41 ; Nafḥ, I, p. 353-376 ; H.E.M., II, (...)

1Pour tracer le cadre historique de notre sujet, nous pensons devoir remonter jusqu'au règne de ‘Abd al-Raḥmān III1 qui fut exceptionnel à double titre. En effet, si l'œuvre réalisée au cours de ce règne d'un demi-siècle permit à l'Espagne de connaître sa plus grande splendeur, elle portait, cependant, les germes de sa faiblesse.

  • 2 H.E.M., I, p. 329-396 ; E.I.2, I, p. 50, art. « ’Abd Allāh » (E. Lévi-Provençal).
  • 3 Infra, 32.
  • 4 Sur cette insurrection, voir Amāl, p. 31-34 ; H.E.M., I, p. 300-310, 368-380 et passim.

2À la mort de l'émir ‘Abd Allāh2, le grand-père de ‘Abd al-Raḥmān III, la situation était préoccupante. De nombreux foyers d'agitation existaient un peu partout dans la Péninsule. Dès son avènement, le huitième émir dut mettre fin aux conflits sanglants entre Arabes et Muwallad-s3, mater la rébellion dirigée par ‘Umar b. Ḥafṣūn4 et reprendre en main la situation dans les Marches, où des seigneurs provinciaux s'étaient déclarés indépendants. Au bout d'une vingtaine d'années de patients efforts, le souverain andalou parvint à pacifier le pays, à réaliser son unité politique et à restaurer l'autorité royale.

3En dehors de ses frontières, il pratiquait une politique offensive. Au nord, il harcelait constamment les positions ennemies, afin de maintenir les souverains chrétiens sur la défensive. En revanche, les Fāṭimides d'Ifrīqiya représentaient un danger plus réel pour le régime umayyade de Cordoue, d'autant qu'ils pouvaient exploiter le climat insurrectionnel qui régnait alors dans certaines régions d'Espagne. Aussi, ‘Abd al-Raḥmān III mit-il tout en œuvre pour contrecarrer la propagande šī‘ite et, plus que jamais, faire triompher, dans son royaume, la doctrine mālikite et l'orthodoxie sunnite la plus pure.

  • 5 E.I.2, I, p. 86, art. « ’Abd al-Raḥmān III » (E. Lévi-Provençal).
  • 6 D'après la plupart des chroniqueurs, ‘Abd al-Raḥmān III fut, parmi les Umayyades d'Espagne, le pre (...)

4« En guise de réplique aux visées des Fāṭimides sur son royaume »5 et après avoir remporté des succès importants dont le plus significatif fut la prise de Bobastro, le monarque andalou décida, en 316/929, d'adopter le titre de calife et le surnom honorifique (laqab) d'al-Nāṣir li-Dīn Allāh6. Par ce geste, il voulait s'imposer comme le chef suprême de son empire.

  • 7 Infra, 33.

5Tirant la leçon du passé et afin que l'autorité royale ne fût plus contestée, al-Nāsir prit certaines mesures lourdes de conséquences. Il freina, petit à petit, la prépondérance de l'aristocratie arabe qui occupait, depuis la conquête, une place privilégiée dans les rouages de l'État et, souvent, faisait preuve d'arrogance. Pour que son autorité fût toujours respectée, il lui fallait des serviteurs dévoués. Aussi fit-il appel, de plus en plus, à un personnel étranger plus discipliné et plus dépendant de lui7.

6Cette politique, poursuivie et même amplifiée par ses successeurs, fut payante pendant quelques décennies. Mais après la mort du deuxième ‘Āmiride, en 399/1008, elle se révéla une arme à double tranchant et fut, probablement, la cause principale du déclenchement de la fitna.

  • 8 Sur ce règne, cf. Βayān, II, p. 233-251 ; A‘māl, p. 41-43 ; Nafḥ, I, p. 382-396 et index ; H.E.M., (...)

7A sa mort, en 350/961, al-Nāṣir légua à son fils et successeur al-Ḥakam II8 un héritage fabuleux. Le deuxième calife cueillit les fruits de la politique efficace et clairvoyante de son illustre devancier ; son règne de quinze ans fut pacifique et fécond.

  • 9 Al-Ḥakam donna une forte impulsion aux sciences. Grâce à lui, une école de mathématiciens et d'ast (...)
  • 10 Al-Mustanṣir bi-llāh fut le laqab du calife al-Ḥakam II.
  • 11 Al-Ḥakam II honorait même les savants qui ne se rendaient pas auprès de lui. Ainsi dépêcha-t-il un (...)

8Mais la postérité retiendra de ce règne surtout l'œuvre culturelle et artistique réalisée par un souverain considéré comme le prince le plus savant de la dynastie9. Enclin aux choses de l'esprit, al-Mustanṣir10 eut tout le loisir d'approfondir ses connaissances dans les différentes branches du savoir, avant d'accéder à la magistrature suprême, à l'âge de quarante-six ans. Des précepteurs compétents lui inculquèrent, dès l'enfance, le goût des études. Avant même de prendre les rênes du pouvoir, il eut le mérite de donner une impulsion extraordinaire aux activités intellectuelles et artistiques. Il attirait par sa réputation de grand mécène un grand nombre de lettrés andalous et étrangers. Des savants orientaux et ifrīqiyens, sensibles aux encouragements de ce prince libéral et éclairé, prirent la direction de Cordoue11.

  • 12 Sur cette bibliothèque, cf. Ibn Ḥazm, Ğamhara, p. 100 ; reprod. dans Nafḥ, I, p. 385-386, 394-395  (...)
  • 13 Sur ces travaux très coûteux, cf. Espagne musulmane au xe s., p. 214-218 ; H.E.M., II, p. 166, III (...)

9Al-Ḥakam II fut aussi un grand bibliophile. La bibliothèque constituée et installée par ses soins dans l'Alcazar connut une célébrité légendaire12. Un autre titre de gloire à mettre à son actif fut l'agrandissement et l'embellissement de la mosquée de Cordoue qui lui doit la plus grande part de sa splendeur13.

  • 14 Cf. Bayān, II, p. 253-294 ; A‘māl, p. 43-59, 116-118 ; Nafḥ, I, p. 396-399 et index ; H.E.M., II, (...)
  • 15 Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 56-78 ; Bayān, II, p. 267 sqq ; A‘māl, p. 59-83 ; Nafḥ, I, p. 396-404, 407-42 (...)
  • 16 Infra, 33.

10À la mort d'al-Mustanṣir, en 366/976, son fils unique Hišām II14, qui allait lui succéder, n'avait que onze ans. Sa minorité suscita convoitises et intrigues qui aboutirent à la mainmise sur le pouvoir califien d'un homme hors du commun, le ḥāğib Muḥammad b. Abī‘Āmir, le futur al-Manṣūr15. Deux composantes essentielles de la politique de ce dernier méritent de retenir notre attention. Devenu le chef réel de l'État, il adopta la ligne de conduite suivie par le premier et le deuxième califes, et qui consistait à se méfier de l'aristocratie arabe souvent turbulente et arrogante et à réduire le rôle de celle-ci dans l'administration et, surtout, dans l'armée. Donc, à l'instar de ses deux prédécesseurs, il préféra faire appel à des éléments étrangers très dévoués et leur confier des tâches réservées jusque-là aux grandes familles arabes16.

11Cependant, ce qui immortalisa par-dessus tout le souvenir d'al-Manṣūr, ce fut le zèle exceptionnel dont il fit preuve dans son combat incessant contre l'Espagne chrétienne. Ses biographes lui attribuent quelque cinquante-sept campagnes, toutes victorieuses, dont la plus retentissante fut celle de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cependant, pour mener à bien cette politique offensive de grande envergure, il avait de plus en plus besoin de soldats. Or le Maghreb, tout proche, constituait un réservoir d'hommes presque inépuisable. Pendant de nombreuses années, des vagues successives de miliciens berbères aguerris et dévoués à leur chef débarquèrent dans la Péninsule. Cette "berbérisation" de l'armée, déjà instaurée par al-Ḥakam II, connut sous le règne du premier ḥāğib ‘āmiride une ampleur sans précédent. Elle permit à ce dernier de doter al-Andalus d'une puissance militaire qu'elle n'avait jamais eue et qu'elle ne devait plus avoir. Néanmoins, cette politique militaire, qui constitua en somme la clef de voûte de l'œuvre d'al-Manṣūr, eut pour résultat d'introduire dans la Péninsule un nombre trop important de mercenaires berbères dont le rôle se révéla, par la suite, néfaste pour al-Andalus.

  • 17 Sur le règne de ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar, cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 78-86 ; Bayān. III, p. 3-37 ; A‘mā (...)
  • 18 Infra, 33.

12Fidèle à la ligne de conduite de son père, le deuxième ḥāğib ‘āmiride17, ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar, observa une attitude méfiante à l'égard des Marwānides qui continuèrent de perdre de leurs privilèges, et favorisa les Esclavons18 qui devenaient de plus en plus nombreux et prenaient une part sans cesse croissante dans la direction des affaires de l'État. Il fit appel, lui aussi, à de nombreux contingents berbères dont le recrutement intensif lui permit de poursuivre, avec succès, la politique offensive contre l'ennemi chrétien. Bien que n'ayant pas l'envergure de son père, il réussit, durant un règne de sept ans, à maintenir l'Espagne musulmane au faîte de sa grandeur. Cependant la fin prématurée de son règne sonna le glas de la période la plus glorieuse dans l'histoire d'al-Andalus, inaugurée, au début du ive/xe siècle, par le premier calife al-Nāsir.

  • 19 Sur l'effondrement rapide de l'édifice califien, cf. H.E.M., II, p. 342-345.

13L'œuvre grandiose réalisée au cours de ce siècle s'écroula subitement, tel un château de cartes19. La brutalité de ce déclin découle, pour une large part, de la conception même de l'État. Surtout sous al-Nāsir et al-Manṣūr, le pouvoir reposait sur un seul homme décidant de tout en maître absolu. Certes, cette politique leur permit de réaliser une œuvre considérable. Mais, après eux, cette même politique se révéla dangereuse. En effet, tous ces hommes qui étaient à leur service et à leur solde et qui, étrangers pour la plupart, n'avaient pas de racines assez profondes dans le pays, devinrent, une fois privés de leur chef, des forces incontrôlables exposées à toutes sortes de tentations et d'aventures. Le troisième ḥāğib ‘āmiride, ‘Abd al-Raḥmān Sanchol, ne fut pas un grand chef et l'absence d'homme d'envergure précipita le pays dans une guerre civile qui aboutit au démembrement de l'empire umayyade d'Occident.

Notes

1 Sur ce règne, voir Bayān, II, p. 156-70 ; A māl, 28-30, 36-41 ; Nafḥ, I, p. 353-376 ; H.E.M., II, p. 1-164 ; E.I.2. I, p. 85-86, art. « ’Abd al-Raḥmān III » (E. Lévi-Provençal).

2 H.E.M., I, p. 329-396 ; E.I.2, I, p. 50, art. « ’Abd Allāh » (E. Lévi-Provençal).

3 Infra, 32.

4 Sur cette insurrection, voir Amāl, p. 31-34 ; H.E.M., I, p. 300-310, 368-380 et passim.

5 E.I.2, I, p. 86, art. « ’Abd al-Raḥmān III » (E. Lévi-Provençal).

6 D'après la plupart des chroniqueurs, ‘Abd al-Raḥmān III fut, parmi les Umayyades d'Espagne, le premier à s'attribuer, à l'instar des califes abbassides sans doute, un titre honorifique. Ses successeurs et tous les Mulūk al-Ṭawā’if, plus tard, suivirent son exemple. Cf. à ce propos L'Espagne musulmane au xe s., p. 47-48 ; Poésie, p. 108-110.

7 Infra, 33.

8 Sur ce règne, cf. Βayān, II, p. 233-251 ; A‘māl, p. 41-43 ; Nafḥ, I, p. 382-396 et index ; H.E.M., II, p. 165-196, III, p. 493-500 ; E.I.2, III, p. 77, art. « al-Ḥakam II » (E. Lévi-Provençal).

9 Al-Ḥakam donna une forte impulsion aux sciences. Grâce à lui, une école de mathématiciens et d'astronomes fut fondée sous la direction de Maslama al-Mağrīṭī (m. vers 398/1007). Cet exemple, couronné de succès, fut suivi, au ve/xie siècle dans d'autres cités andalouses et notamment Tolède et Saragosse. Cf. E.I.2, I, p. 620, art. « ‘Arabiyya » (Réd.). Cf. infra, p. 233, 294.

10 Al-Mustanṣir bi-llāh fut le laqab du calife al-Ḥakam II.

11 Al-Ḥakam II honorait même les savants qui ne se rendaient pas auprès de lui. Ainsi dépêcha-t-il un messager chargé de remettre mille dinars à Abū al-Farağ al-Iṣfahānī qui fit transmettre au calife andalou un des premiers exemplaires du Kitāb al-aġānī. Cf. H.E.M., III, p. 497-498.

12 Sur cette bibliothèque, cf. Ibn Ḥazm, Ğamhara, p. 100 ; reprod. dans Nafḥ, I, p. 385-386, 394-395 ; ‘Ibar, IV, p. 146. Selon Ibn Ḥazm, op. cit., le catalogue des ouvrages réunis dans cette bibliothèque comprenait 44 registres de 50 feuillets chacun. Quant au nombre total des volumes, il était, d'après certains historiens, de 400 000. Cf. Nafḥ, I, p. 395.

13 Sur ces travaux très coûteux, cf. Espagne musulmane au xe s., p. 214-218 ; H.E.M., II, p. 166, III, p. 392-394 ; E.//, V, p. 513-516, art. « Ḳurṭuba » (C. F. Seybold-[M. Ocaña Jimenez]).

14 Cf. Bayān, II, p. 253-294 ; A‘māl, p. 43-59, 116-118 ; Nafḥ, I, p. 396-399 et index ; H.E.M., II, p. 206 sqq, 219-220, 291 sqq et index ; E.I.2, III, p. 512-513, art. « Hishām II » (D. M. Dunlop).

15 Cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 56-78 ; Bayān, II, p. 267 sqq ; A‘māl, p. 59-83 ; Nafḥ, I, p. 396-404, 407-429 et index ; H.M.E., III, p. 1 1 1-258 ; Recherches 3, I, p. 173-202 ; H.E.M., II, p. 196-272 et index ; E.I.1, III, p. 269-272, art. « al-Manṣūr » (E. Lévi-Provençal).

16 Infra, 33.

17 Sur le règne de ‘Abd al-Malik al-Muẓaffar, cf. Ḏaḫīra, IV/1, p. 78-86 ; Bayān. III, p. 3-37 ; A‘māl, p. 83-89 ; Nafḥ, I, p. 398, 423 et index ; H.M.E., III, p. 185-214 ; H.E.M., II, p. 273-290 ; E.I.2, I, p. 77-78, art. « ‘Abd al-Malik » (E. Lévi-Provençal).

18 Infra, 33.

19 Sur l'effondrement rapide de l'édifice califien, cf. H.E.M., II, p. 342-345.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search