Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Analyse des sources1

Texte intégral

I - SOURCES HISTORIQUES

1. L'œuvre d'Ibn Ḥayyān

  • 1 Nous n'avons pas l'intention d'analyser ici tous les ouvrages que nous avons mis à contribution po (...)
  • 2 Supra, 7, 9, 10.
  • 3 Infra, 37 sqq.
  • 4 Ibn Bassām lui consacre une notice dans sa Ḏaḫīra, 1/2, p. 573-614 ; cf. aussi H.E.M., III, p. 503 (...)

1La source principale, relative à l'histoire de l'Espagne musulmane et plus particulièrement à la fitna2 et aux royaumes des Ṭawā’if3 est incontestablement l'œuvre d'Abū Marwān b. Ḥayyān (m. 469/1076)4, qui est l'auteur surtout de deux ouvrages très importants : al-Muqtabas et al-Matīn. Si quelques parties seulement du premier ont été retrouvées, le second est, aujourd'hui, entièrement perdu. Cette perte est d'autant plus regrettable que cet historien sérieux consigne minutieusement, dans al-Matīn, l'histoire si mouvementée et si tragique de son époque. Son témoignage revêt ainsi une valeur particulière. En outre, il ne fut pas uniquement un simple observateur des événements qu'il relate, puisqu'il exerça, sous les Ǧahwarides, des fonctions politiques importantes, qui lui permirent d'avoir une connaissance plus exacte et plus approfondie de la situation d'al-Andalus à cette époque. Certes, Ibn Ḥayyān n'était pas toujours objectif et impartial dans ses jugements. Il fut à plusieurs occasions mêlé à ces événements, et se laissait souvent aller à son engagement politique et notamment à ses sentiments pro-umayyades et anti-berbères. Cependant, en dépit de ces imperfections, son œuvre demeure la source de base indispensable à l'histoire de l'Espagne musulmane.

  • 5 Cf. E.I.2, III, p. 828-829, art. « Ibn ‘Idhārī » (J. Bosch-Vilá) ; Party-Kings, p. 9 et n.7.
  • 6 D'autres sources principales ne doivent pas être négligées. Cf. Party-Kings, p. 9-10.

2Par bonheur, une grande partie de l'œuvre d'Ibn Ḥayyān a été reproduite par des auteurs postérieurs. Parmi eux se trouve Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī5, dont la chronique, al-Bayān al-muġrib, source essentielle pour la période des Mulūk al-Ṭawā’if, est en grande partie empruntée textuellement au Kitāb al-Matīn6.

2. Al-Tibyān ou les "Mémoires" de l'émir ‘Abd Allāh

  • 7 Sur l'importance des Mémoires de l'émir ‘Abd Allāh, cf. D. Ramón Menéndez Pidal, « Leyendo las "Me (...)
  • 8 E. Lévi-Provençal a retrouvé, par fragments successifs, à plusieurs années d'intervalle, la presqu (...)

3Un autre document est d'une importance capitale pour l'histoire de l'Espagne au ve/xie siècle. Ce sont les Mémoires7 de ‘Abd Allāh, dernier roi zīride de Grenade. C'est une autobiographie intitulée al-Tibyān ‘an al-ḥādiṯa al-kā’ina bi-dawlat Banī Zīrī fī Ġarnāṭa, que le prince composa au cours de son exil forcé au Maroc, après sa déposition, en 483/10908. Il s'agit donc d'une œuvre forcément subjective et partiale. Son auteur avait besoin de se défendre et de justifier sa conduite politique. Cependant, en dépit de leur caractère autobiographique et de leur ton souvent anecdotique et sentencieux, ces Mémoires constituent la relation la plus détaillée que nous ayons sur la période des Mulūk al-Ṭawā’if. En effet, le souverain zīride ne fut pas seulement un témoin privilégié des faits qu'il rapporte ; il fut aussi, très souvent, l'un des principaux acteurs des événements qu'il relate. Le rôle qu'il joua à l'occasion de la prise de Tolède par Alphonse VI, en 478/1085, et de la venue des Almoravides dans la Péninsule, l'année suivante, est loin d'être négligeable, d'où l'importance toute particulière de son témoignage.

II - ANTHOLOGIES

  • 9 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 13, II/1, p. 142 ; Poésie, p. 52 et η. 1, p. 53 ; E.I.2, s.v., « Ibn Faraḏj ». (...)
  • 10 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 13.

4Une autre catégorie de sources comprend des anthologies qui sont particulièrement précieuses pour l'étude de la vie littéraire au ve/xie siècle. La première anthologie andalouse est intitulée Kitāb al-ḥadā’iq d'Ibn Farağ al-Ǧayyānī (m. vers 366/976)9. Elle ne nous a pas été conservée ; il n'en reste que quelques vestiges rapportés par les anthologues et les biographes postérieurs. Mais d'après ces extraits, nous remarquons que l'auteur des Ḥadā’iq s'est intéressé surtout à la poésie florale (rawḍiyyāt) et amoureuse (ġazal), thèmes de prédilection des Andalous. Ibn Farağ, qui a composé son ouvrage en s'inspirant, selon Ibn Bassām, du Kitāb al-zahra d'Ibn Dāwūd al-Iṣfahānī le Ẓāhirite10, voulait rendre justice à ses compatriotes et démontrer que leurs productions en vers ou en prose n'avaient rien à envier à celles des Orientaux.

  • 11 Notice consacrée à al-Ḥimyarī dans Ḏaḫīra, II/l, p. 124-135 ; Nafḥ, III, p. 427-429 ; Poésie, p. 5 (...)

5Al-badī‘ fī waf al-rabī‘ est le titre d'une autre anthologie, composée par Abū al-Walīd al-Ḥimyarī (m. vers 440/1048)11. Comme le laisse entendre son titre, cette anthologie contient un choix de textes, dont certains en prose, mais surtout des textes en vers, consacrés aux jardins et au printemps ; elle fournit des renseignements précieux sur la poésie florale andalouse. D'ailleurs, cette passion pour les fleurs et les jardins domine la production littéraire d'al-Ḥimyarī.

6Dans sa préface, Abū al-Walīd expose les raisons qui l'ont poussé à composer cet ouvrage. Il a voulu réagir contre l'hégémonie intellectuelle qu'exerçait l'Orient sur al-Andalus, surtout dans le domaine de la poésie.

  • 12 Trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 52.

« Les poésies de l'Orient, dit-il, ont retenu si longtemps notre attention qu'elles ont cessé de nous attirer et de nous séduire de leurs joyaux. D'ailleurs, nous pouvons nous en passer, car il n'est pas nécessaire d'avoir recours à elles quand les Andalous possèdent des morceaux de prose étonnants et des poèmes d'une beauté originale [...]. »12

  • 13 Nafḥ, II, p. 500 et index ; Poésie, p. 53-54 ; E.I.2, III, p. 756-757, art. « Ibn Bassām » (Ch. Pe (...)
  • 14 Ibn Bassām ne s'intéresse pas uniquement aux écrivains et poètes contemporains, mais s'occupe de t (...)

7Mais l'anthologie, de loin la plus importante, quantitativement et qualitativement, est al-Ḏaḫīra fī maḥāsin ahl al-Ǧazīra, d'Ibn Bassām (m. 542/1147)13. C'est le document le plus riche et le plus précieux dont on dispose pour étudier l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if. Dans la préface de la Ḏaḫīra, Ibn Bassām fixe les limites chronologiques de son œuvre. Il prévient le lecteur, dès le début, qu'il ne s'intéressera qu'aux lettrés qu'il a connus lui-même, et à ceux que certains de ses contemporains, dignes de foi, ont rencontrés personnellement. Il exclut par conséquent les périodes marwānide et ‘āmiride de ses préoccupations puisque, dit-il, Ibn Farağ al-Ǧayyānī s'en est chargé dans son Kitāb al-ḥadā‘iq. Donc, il consacre son volumineux ouvrage essentiellement aux poètes et prosateurs qui ont vécu pendant la fitna et sous les Mulūk al-Ṭawā’if'14.

  • 15 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 18, 35.

8En ce qui concerne les données historiques fournies par la Ḏaḫīra, Ibn Bassām a exploité amplement l'œuvre d'Ibn Ḥayyān, et notamment al-Matīn, qu'il cite souvent textuellement15. Ce qui donne encore plus de valeur à la Ḏaḫīra, c'est que son auteur sait très bien de quoi il parle. En effet, c'est un homme de lettres qui possède une vaste érudition et un goût poétique sûr. Il nous le démontre tout au long de son livre. D'ailleurs, la Ḏaḫīra n'est pas simplement une anthologie ni un banal recueil biographique, elle est aussi une œuvre de critique littéraire : son auteur se révèle un grand connaisseur de la poésie arabe. Le plus souvent, il ne se contente pas de citer des vers, mais il les commente et fait des rapprochements, parfois lointains, avec d'autres vers qui lui viennent à l'esprit.

9De surcroît, Ibn Bassām a été poussé à composer son livre par de nobles sentiments. Il a voulu, comme al-Ǧayyānī et al-Ḥimyarī, réparer une injustice et rétablir une vérité. Dans la préface de la Ḏaḫīra, qui constitue une sorte de profession de foi, il s'élève avec véhémence contre ses compatriotes qui ne cessent d'imiter servilement les Orientaux, et sous-estiment leurs propres productions.

  • 16 Cf. 'Ḏaḫīra, 1/1, p. 1-2 ; trad. H. Pérès dans Poésie, p. 53-54.

« Une telle conduite, dit-il, me met en colère et mon amour-propre s'en indigne ; aussi ai-je cru devoir réunir les belles compositions de mon époque et poursuivre de mes recherches les chefs-d'œuvre de mes compatriotes (ahl balad-ī) et de mes contemporains, poussé par un zèle jaloux pour que, sur cette terre étonnante, les pleines lunes ne deviennent pas des croissants, et les mers des mares en voie de dessèchement, quand les lettrés et les savants sont en si grand nombre [...]. Ah ! Je voudrais savoir qui serait assez osé pour limiter la science à une époque et accorder la beauté aux seuls Orientaux ! »16

  • 17 Poésie, p. 52.

10Mais ce « véritable manifeste de nationalisme littéraire »17 est resté lettre morte ; et, en lisant la Ḏaḫīra, on constate qu'Ibn Bassām ne met pas en pratique les grandes idées exposées clairement au début de son livre. Bien au contraire, on le voit, tout au long de cet ouvrage, se référer constamment à l'Orient qui reste, malgré tout, le pôle d'attraction par excellence et le modèle à suivre. Ainsi, son objectif se révèle-t-il au bout du compte beaucoup plus modeste. Il s'agit pour lui de débarrasser ses compatriotes, ahl al-Andalus, de leur sentiment d'infériorité ; car, selon lui, ils sont capables de réussir aussi bien que les Orientaux dans les différents domaines du savoir et notamment dans celui de la poésie et de la prose artistique, mais toujours dans le respect de la tradition la plus pure. A aucun moment, il n'a été question de renier le patrimoine culturel arabe vénéré de tous, ou de s'en démarquer.

  • 18 Cf. Nafḥ, index ; R. Dozy, Scriptorum arabum loci de Abbadidis, Leyde, 1846, I, p. 1-10 ; le même, (...)

11Enfin, deux autres anthologies méritent d'être mentionnées. Il s'agit des Qalā’id al-‘iqyān et du Maṭmaḥ al-anfus, d'al-Fatḥ Ibn Ḫāqān (m. 529/1134)18. Ces deux ouvrages contiennent des notices sur des poètes et des prosateurs qui, pour la plupart, vécurent au ve/xie siècle.

12Al-maṭmaḥ, composé après les Qalā'id, complète utilement cette dernière anthologie. Alors qu'Ibn Bassām adopte un classement géographique et divise la Ḏaḫīra en quatre parties qui correspondent chacune à une région, dans les deux ouvrages d'Ibn Ḫāqān, les notices sont classées par catégorie sociale. En première position, on trouve les rois et les princes, viennent ensuite les vizirs puis les cadis et les fuqahā’, et enfin les poètes et les littérateurs.

  • 19 Faisant une comparaison entre Ibn Bassām, l'auteur de la Ḏaḫira, et Ibn Ḫāqān, Ibn Sa‘īd (m. 685/1 (...)

13Al-Fatḥ b. Ḫāqān est, lui-même, prosateur et poète. Toute son œuvre est rédigée en prose rimée. L'auteur emploie une langue particulièrement précieuse et extrêmement recherchée. Cependant cette prose rimée qu'on peut trouver artificielle et pauvre d'idées a fait, ne l'oublions pas, les délices de plusieurs générations. Certains lettrés célèbres, tels qu'Ibn Sa‘id, Ibn al-Ḫaṭīb, al-Maqqarī et bien d'autres, reconnaissent à Ibn Ḫāqān un talent de prosateur remarquable et trouvent son style distingué et élégant19.

  • 20 Ibn Bāğğa (Avempace), Abū Bakr b. al- Ṣà’iġ (m. vers 533/1139). Philosophe, poète et compositeur d (...)
  • 21 Cf. H. Pérès, La poésie à Fès sous les Almoravides et les Almohades, p. 3, n. 2.

14Cependant, les mobiles qui ont poussé Ibn Ḫāqān à composer ses ouvrages ne sont pas toujours louables. En effet, il a été souvent inspiré, dans son entreprise, par l'appât du gain, et les moyens d'y parvenir sont souvent douteux. Aussi ses jugements sont-ils parfois suspects ou entachés de partialité. Il consacre par exemple dans les Qalā'id une notice injurieuse au philosophe Ibn Bāğğa20, parce que celui-ci n'a pas fait preuve de générosité à son égard. Dans le Maṭmaḥ, en revanche, on trouve une notice très élogieuse sur le même Ibn Bāğğa parce qu'entre temps, ce dernier est revenu à de meilleurs sentiments et lui a adressé des vers accompagnés d'un présent substantiel21.

15Donc, nos deux sources les plus importantes sont incontestablement les anthologies d'Ibn Ḫāqān et surtout la Ḏaḫīra d'Ibn Bassām : ouvrages consacrés principalement aux poètes et prosateurs de l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if.

16Le fait que ces anthologies ont vu le jour à la fin du ve/xie siècle ou dans les premières années du siècle suivant prouve que les Andalous sont fiers de la production de leurs compatriotes et veulent faire reconnaître leurs mérites.

  • 22 C'est le cas notamment du littérateur et biographe, al-Maqqarī (m. 1041/1632), auteur de Nafḥ al-ṭ (...)

17Au cours de l'examen nécessairement succinct de nos sources, nous avons préféré nous limiter à l'essentiel, d'autant que les historiens et biographes postérieurs22 ont largement exploité l'œuvre d'Ibn Ḥayyān et les anthologies dont nous venons de faire état.

Notes

1 Nous n'avons pas l'intention d'analyser ici tous les ouvrages que nous avons mis à contribution pour l'élaboration de ce travail. Nous voulons seulement faire quelques remarques concernant certaines sources originales qui nous ont fourni, directement ou indirectement, l'essentiel de notre matière, et souligner leur importance.

2 Supra, 7, 9, 10.

3 Infra, 37 sqq.

4 Ibn Bassām lui consacre une notice dans sa Ḏaḫīra, 1/2, p. 573-614 ; cf. aussi H.E.M., III, p. 503-505 ; E.I.2, III, p. 812-813, art. « Ibn Ḥayyān » (A. Huici Miranda).

5 Cf. E.I.2, III, p. 828-829, art. « Ibn ‘Idhārī » (J. Bosch-Vilá) ; Party-Kings, p. 9 et n.7.

6 D'autres sources principales ne doivent pas être négligées. Cf. Party-Kings, p. 9-10.

7 Sur l'importance des Mémoires de l'émir ‘Abd Allāh, cf. D. Ramón Menéndez Pidal, « Leyendo las "Memorias" del rey Zīrī ‘Abd Allāh », dans Andalus, IX, 1944, p. 1-8 ; E. Lévi-Provençal, « Glanures cidiennes », dans Mélanges D. R. Menéndez Pidal, t. 1, p. 465-475, Madrid, 1950 ; Poésie, p. 432 ; H. R. Idris. « Les Zīrides d'Espagne », dans Andalus, XXIX, 1964, fasc.1, p. 39-137 ; E.I.2, I, p. 45, art. « ‘Abd Allāh b. Buluggīn » (E. Lévi-Provençal).

8 E. Lévi-Provençal a retrouvé, par fragments successifs, à plusieurs années d'intervalle, la presque totalité de l'ouvrage dans la bibliothèque de la mosquée al-Qarawiyyīn à Fès. Le manuscrit présente, en effet, une lacune allant de la fin du règne de Bādīs au début de celui de ‘Abd Allāh. Plusieurs fragments de ces Mémoires ont été publics, avec une traduction française annotée par E. Lévi-Provençal, dans Andalus, III, 1935. p. 233-344 ; IV. 1935, p. 29-145 ; VI, 1941, p. 231-293.
L'ensemble du texte arabe aujourd'hui retrouvé a été publié, d'après l'unicum de Fès, au Caire en 1955.
Le début du Kitāb al-tibyān n'avait pas été traduit par E. Lévi-Provençal. H. R. Idris en a traduit un fragment qu'il a utilisé avec d'autres sources, pour évoquer le séjour de Zāwī b. Zīrī en Andalus. Cf. Andalus, XXIX, 1964, fasc. 1, p. 39-45.

9 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 13, II/1, p. 142 ; Poésie, p. 52 et η. 1, p. 53 ; E.I.2, s.v., « Ibn Faraḏj ». Bien qu'elle concerne une période antérieure à celle des Mulūk al-Ṭawā’if, cette anthologie mérite d'être mentionnée car elle constitue le premier maillon d'une chaîne qui représente ce courant de nationalisme culturel manifesté par des Andalous de plus en plus conscients des mérites de leurs compatriotes.

10 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 13.

11 Notice consacrée à al-Ḥimyarī dans Ḏaḫīra, II/l, p. 124-135 ; Nafḥ, III, p. 427-429 ; Poésie, p. 52-53, 167, 184-186 \ cette anthologie d'al-Ḥimyarī a été éditée par H. Pérès dans Collection de textes arabes publiée par l'Institut des Hautes Études Marocaines, vol. IX, Rabat, 1940.

12 Trad. H. Pérès, dans Poésie, p. 52.

13 Nafḥ, II, p. 500 et index ; Poésie, p. 53-54 ; E.I.2, III, p. 756-757, art. « Ibn Bassām » (Ch. Pellat).

14 Ibn Bassām ne s'intéresse pas uniquement aux écrivains et poètes contemporains, mais s'occupe de tout le ve/xie siècle et même de la fin de la période précédente, comme il le précise dans Ḏaḫīra, 1/1, p. 17, et 1/2, p. 826.

15 Cf. Ḏaḫīra, 1/1, p. 18, 35.

16 Cf. 'Ḏaḫīra, 1/1, p. 1-2 ; trad. H. Pérès dans Poésie, p. 53-54.

17 Poésie, p. 52.

18 Cf. Nafḥ, index ; R. Dozy, Scriptorum arabum loci de Abbadidis, Leyde, 1846, I, p. 1-10 ; le même, Recherches 3, passim ; A. Ḍayf, Balāgat al-arab fī al-Andalus, Le Caire, 1342/1924, p. 211-215 ; A. Cour, « De l'opinion d'Ibn al-Ḫaṭîb sur les ouvrages d'Ibn Ḫāqân considérés comme source historique », dans Mélanges R. Basset, II, Paris, 1925, p. 17-32 ; H. Pérès, « Glanes historiques... dans les Qalâ’id al-‘Iqyân », dans Mélanges d'histoire et d'archéologie de l'Occident musulman, I, Alger, 1957, p. 147-152 ; E.I.2, II, p. 857-858, art. « Al-Fatḥ b. ḵẖākān » (M. Ben Cheneb-[Ch. Pellat]).

19 Faisant une comparaison entre Ibn Bassām, l'auteur de la Ḏaḫira, et Ibn Ḫāqān, Ibn Sa‘īd (m. 685/1286) avoue qu'il est difficile de donner la préférence à l'un plutôt qu'à l'autre. Et il ajoute qu'Ibn Bassām est mieux documenté et plus érudit, tandis qu'Ibn Ḫāqān a plus de talent littéraire (aqdar ‘alā al-balāġa). Cf. Muġrib, I, p. 254, reprod. dans Nafḥ, VII, p. 33.

20 Ibn Bāğğa (Avempace), Abū Bakr b. al- Ṣà’iġ (m. vers 533/1139). Philosophe, poète et compositeur de musique. Cf. Nafḥ, VII, p. 17-25, 27-30 et index ; E.I.2, III, p. 750-752, art. « Ibn Bāḏjḏja » (D. M. Dunlop).

21 Cf. H. Pérès, La poésie à Fès sous les Almoravides et les Almohades, p. 3, n. 2.

22 C'est le cas notamment du littérateur et biographe, al-Maqqarī (m. 1041/1632), auteur de Nafḥ al-ṭīb min ġuṣn al-Andalus al-raṭīb wa-ḏikr wazīri-hā Lisān al-Dīn b. al-Ḫaṭīb, une très longue monographie de l'Espagne musulmane et du célèbre polygraphe grenadin, Lisān al-Dīn b. al-Ḫaṭīb. Cette immense compilation de renseignements historiques et littéraires très souvent puisés dans des ouvrages aujourd'hui perdus est d'une valeur inestimable, car elle constitue l'une de nos principales sources sur l'Espagne musulmane.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search