Version classiqueVersion mobile

La vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Ṭawā’if

 | 
Afif Ben Abdesselem

Introduction

Texte intégral

  • 1 Terme arabe signifiant la tentation ou l'agitation, et employé par les historiens arabes pour dési (...)

1Lorsque l'on examine l'histoire de l'Espagne musulmane dans son ensemble, on est frappé par l'importance exceptionnelle du ve/xie siècle qui fut particulièrement riche en événements de toutes sortes. Le pays a été secoué, durant le premier quart de ce siècle, par des troubles d'une gravité sans précédent. Cette guerre civile (fitna)1 constitue un "moment tournant" capital, probablement le plus lourd de conséquences, de l'histoire de la péninsule ibérique. Après une longue agonie, le prestigieux califat umayyade de Cordoue finit par succomber et disparaître à jamais. Sur ses ruines s'élevèrent de nombreuses principautés ayant chacune sa capitale et son souverain. La rivalité entre les différents roitelets était vive, chacun voulant tirer le plus grand profit de la situation nouvelle.

2Cependant cette rivalité sans merci ne s'exerçait pas seulement sur le plan politique. Elle s'exerçait également dans le domaine culturel ; et le mécénat n'a jamais été aussi florissant qu'à cette époque. Tous ces monarques qui étaient, le plus souvent, très cultivés essayaient d'attirer à leur cour, à prix d'or, les meilleurs talents et surtout, dans un souci de propagande, les poètes et les kuttāb les plus doués et les plus célèbres.

  • 2 L'apparition des plus importantes anthologies, au début du vie/xiie siècle, témoigne de l'intensit (...)
  • 3 Phénomène fréquent dans l'histoire ; les exemples de ce genre ne manquent pas, que ce soit à l'int (...)

3Ainsi, cette période décadente politiquement et profondément marquée par les luttes intestines et la reconquête chrétienne de plus en plus menaçante a connu, paradoxalement, une intense activité intellectuelle2. En favorisant la décentralisation politique et administrative, le démembrement de l'empire umayyade eut un effet bénéfique sur la culture andalouse3.

  • 4 Parue à Leyde en 1861, l’Histoire des Musulmans d'Espagne de R. Dozy a fait l'objet, en 1932, d'un (...)
  • 5 Édités en un seul volume, en 1944, les deux premiers tomes de l’Histoire de l'Espagne musulmane de (...)

4Cependant, on constate que ce ve/xie siècle n'a pas été suffisamment étudié, et que cette activité intellectuelle, qui le caractérise, n'a pas fait l'objet, jusqu'à présent, d'une étude d'ensemble approfondie. Le travail, devenu depuis longtemps classique, de R. Dozy a eu le mérite de défricher le terrain ; mais, plus d'un siècle après, il a besoin d'être complété et rajeuni4. Les travaux de Lévi-Provençal sur la question font autorité jusqu'à nos jours. Mais son histoire de l'Espagne musulmane s'arrête à la fin du califat et, surtout, n'aborde qu'incidemment l'aspect littéraire5.

  • 6 La poésie andalouse en arabe classique au xie siècle, de H. Pérès, a été publiée pour la première (...)

5Heureusement, H. Pérès a comblé, en partie, cette lacune, en consacrant une étude très documentée à la poésie andalouse, en arabe classique, au xie siècle. Mais il a délibérément écarté l'étude de la forme. En outre, il ne s'est intéressé ni aux autres aspects de la poésie (le muwaššaḥ et le zağal par exemple), ni à la prose6.

  • 7 The rise and fall of the party-kings. Politics and society in Islamic Spain, 1002-1086, de David W (...)
  • 8 Pour désigner le domaine littéraire en arabe, on ne dispose que du mot adab et de ses dérivés. Or (...)

6Plus récemment, D. Wasserstein a élaboré une étude en anglais sur la vie politique et sociale en Espagne musulmane, de 1002 à 10867. Grâce à ces travaux, à caractère plutôt historique et documentaire, nous pourrons nous contenter de brosser brièvement, dans une partie préliminaire, le cadre général dans lequel se situe la vie intellectuelle sous les Mulūk al-Ṭawā’if. Nous consacrerons ensuite une notice à chacune de ces cours princières, inspiratrices et animatrices de cette intense activité littéraire dont nous tâcherons, enfin, de dégager les principales caractéristiques. Cependant on se heurte toujours à une difficulté majeure lorsqu'on entreprend une étude de cette nature. En effet, il est artificiel et arbitraire de fragmenter le domaine du savoir et de dresser des cloisons entre ses multiples branches qui s'interpénétrent. C'est pourquoi nous nous contenterons, le cas échéant, de faire état assez brièvement de disciplines comme les sciences "exactes", la religion, l'histoire ou la géographie, plutôt que de les exclure complètement du domaine spécifiquement littéraire8.

7En revanche, la poésie et la prose artistique (al-naṯr al-fannī), qui constituent l'essentiel de l'adab, nous occuperont plus longuement. Nous nous intéresserons également aux textes en prose simple, mais dont le contenu a pour objet la langue ou l’adab d'une manière générale.

  • 9 Sur la brutalité de l'effondrement du califat de Cordoue, voir infra, p. 31 sqq.
  • 10 Infra, 25.
  • 11 Infra, 21.
  • 12 Supra, 1.
  • 13 Infra, 31.

8Les limites temporelles d'une période donnée ne sont, le plus souvent, ni moins artificielles, ni moins arbitraires, surtout lorsqu'il s'agit de la vie littéraire. Un découpage de ce genre se révèle généralement peu probant. L'époque des Mulūk al-Ṭawā'if va de la chute du califat à la conquête almoravide. Mais la chute du califat, bien que relativement soudaine et brutale9, s'est échelonnée sur de nombreuses années, puisque l'agonie de la dynastie umayyade a duré plus de vingt ans. L'année 399/1008 peut être considérée comme le point de départ de ces troubles. En effet, cette année fut particulièrement fertile en événements très graves. Le premier en date et, probablement, le plus marquant, qui a entraîné tous les autres, est l'acte irréfléchi de ‘Abd al-Raḥmān Sanchol10 qui se fait désigner comme héritier présomptif du calife Hišām II al-Mu’ayyad11. Cet événement porte les germes de la guerre civile que les historiens arabes désignent sous le terme de fitna12 et qui va ébranler al-Andalus et conduire à l'abolition du califat de Cordoue, avec la déposition du dernier umayyade, Hišām III al-Mu‘tadd bi-llāh, en 422/103113.

  • 14 Ce fut le cas, par exemple, des Ḏū al-Nūnides de Tolède. D'après Ibn Ḥayyān (cité par Ibn Bassām, (...)

9Cependant, les Mulūk al-Ṭawā'if n'ont pas attendu la fin du règne du dernier calife umayyade pour fonder leur principauté. Certains d'entre eux ont, dès le début, profité de l'affaiblissement du pouvoir central pour rejeter sa tutelle et se déclarer indépendants14. Donc, cette période extrêmement troublée, appelée fitna, qui va de 399/1008 à 422/1031, a vu naître et se développer le règne de la plupart des Reyes de Taifas.

  • 15 Infra, 34.
  • 16 Le premier débarquement eut lieu en 479/1086, et le deuxième en 481/1088.

10Par ailleurs, ces derniers n'ont pas quitté la scène politique brusquement. Ils ont été défaits progressivement et les Almoravides15 ont mis une vingtaine d'années pour en venir complètement à bout. En effet, ces derniers ont effectué leur troisième débarquement16 en Espagne avec l'intention de détrôner ces roitelets et d'occuper leur place, en 483/1090. Mais ils n'ont pris possession de Saragosse qu'en 503/1110.

11Ainsi, nous pouvons distinguer trois phases dans le règne des Mulūk al-Ṭawā'if. Après les vingt premières années du ve siècle de l'Hégire correspondant à une période de gestation, l'étape suivante va de 422 à 482 et constitue l'étape principale, "l'âge d'or" des Reyes de Taifas ; quant à la troisième et dernière phase, qui couvre les vingt dernières années, elle marque le déclin et la fin du règne plutôt éphémère de ces petits dynastes. Le caractère un peu flou des limites temporelles de ce sujet nous a parfois mis dans l'embarras.

  • 17 Sur cette différence, sur le plan littéraire, entre l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if et la période pr (...)

12Certaines œuvres, dont les auteurs ont vécu pendant la période qui nous occupe, ont, pourtant, du mal à y trouver place. Ainsi, Ibn Šuhayd et surtout Ibn Ḥazm qui ont bien connu les Mulūk al-Ṭawā’if, ont cependant gardé leurs distances vis-à-vis de ces derniers. Aussi leur œuvre n'est-elle pas très représentative de cette époque, et porte plutôt un cachet umayyade bien net17. En revanche, Ibn Ḫafāğa, qui a fréquenté surtout les cours des princes almoravides, a laissé une œuvre poétique qui, par son esprit et sa facture, s'intègre parfaitement dans la période précédente.

13Néanmoins, quelles qu'en soient les limites exactes, il nous semble que l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if possède, sur le plan littéraire notamment, des caractéristiques propres qui lui confèrent une unité que nous allons essayer de dégager.

Notes

1 Terme arabe signifiant la tentation ou l'agitation, et employé par les historiens arabes pour désigner la période de troubles qui a précédé l'abolition du califat umayyade d'Occident. Sur l'étymologie de ce mot et l'évolution de son sens, voir E.I.2, s.v., art. « Fitna » (L. Gardet).

2 L'apparition des plus importantes anthologies, au début du vie/xiie siècle, témoigne de l'intensité exceptionnelle de la vie intellectuelle sous les Mulūk al-Ṭawā'if. Al-Fatḥ b. Ḫāqān déplore une certaine décadence de l'activité littéraire à son époque et, en composant les Qalā’id al-‘iqyān et le Maṭmaḥ al-anfus, prétend sauver de l'oubli l'essentiel de cette production littéraire (voir son introduction aux Qalā’id).

3 Phénomène fréquent dans l'histoire ; les exemples de ce genre ne manquent pas, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du monde arabo-musulman. L'Orient a eu un sort similaire au cours du ive/xe siècle. Dans sa Risāla, al-Šaqundī souligne l'aspect positif de ce morcellement politique. Cf. A. Luya, « La Risāla d'al-Šaqundī », in Hespéris, XXII/1, 1936, p. 136.

4 Parue à Leyde en 1861, l’Histoire des Musulmans d'Espagne de R. Dozy a fait l'objet, en 1932, d'une nouvelle édition revue et mise à jour par E. Lévi-Provençal. Cet ouvrage couvre la période qui va des origines de la présence arabe en Espagne (92/711) jusqu'à la conquête d'al-Andalus vers la fin du ve/vie par les Almoravides.

5 Édités en un seul volume, en 1944, les deux premiers tomes de l’Histoire de l'Espagne musulmane de Lévi-Provençal ont été réédités séparément en 1950 et sont consacrés à la présence arabe dans al-Andalus des origines jusqu'à la chute du califat de Cordoue en 422/1031. Le troisième tome n'a été publié qu'en 1953, et traite des institutions.

6 La poésie andalouse en arabe classique au xie siècle, de H. Pérès, a été publiée pour la première fois en 1937. Une deuxième édition revue et corrigée a paru en 1953.

7 The rise and fall of the party-kings. Politics and society in Islamic Spain, 1002-1086, de David Wasserstein. Ce travail a été réalisé dans le cadre d'une thèse de doctorat présentée à l'Université d'Oxford, et publiée par Princeton University Press, 1983. En outre, nous avons pu consulter certains travaux en langue arabe, notamment : Duwal al-Ṭawā’if de M. Ά. ‘Inan, 2e éd., Le Caire, 1970 ; Ta’rīḫ al-adab al-andalusī, ‘aṣr al-Ṭawā’if wa-al-Murābiṭīn, de I. ‘Abbās, 2e éd., Beyrouth, 1971.

8 Pour désigner le domaine littéraire en arabe, on ne dispose que du mot adab et de ses dérivés. Or le mot adab, dont on ne connaît pas avec certitude l'origine exacte, a évolué à travers les siècles et, comme la plupart des termes qui charrient, petit à petit, des sens plus ou moins différents, il a fini par couvrir un champ sémantique assez vaste. Aussi, son acception déborde-t-elle celle de son correspondant français : littérature. Sur cette question, cf. E.I.2, 1, p. 180-181, art. « Adab » (F. Gabrieli) ; C. A. Nallino, La littérature arabe des origines à l'époque de la dynastie umayyade, traduction française de Ch. Pellat, Paris, 1950, introduction, p. 7-28 ; Ch. Pellat, « La prose arabe à Bagdad », dans Arabica, 1962, III, p. 407 sqq ; le même, « Variations sur le thème de l'adab », dans Correspondance d'Orient, Bruxelles, 1964, p. 19-37 ; le même, art. « Adab », dans Dā’irat al-ma‘ārif, VIII, p. 62-68, Beyrouth, 1969 ; ibid., p. 68-78, art. « al-Adab », de F. A. al-Bustānī, Ifrīqiya, p. XXVII sqq.

9 Sur la brutalité de l'effondrement du califat de Cordoue, voir infra, p. 31 sqq.

10 Infra, 25.

11 Infra, 21.

12 Supra, 1.

13 Infra, 31.

14 Ce fut le cas, par exemple, des Ḏū al-Nūnides de Tolède. D'après Ibn Ḥayyān (cité par Ibn Bassām, Ḏaḫira, IV/1, p. 142-143), Ismā‘īl b. Ḏī al-Nūn (m. 435/1043) fut le premier des Reyes de Taifas à se rebeller contre le pouvoir central de Cordoue et à ouvrir la voie de la sécession aux autres.

15 Infra, 34.

16 Le premier débarquement eut lieu en 479/1086, et le deuxième en 481/1088.

17 Sur cette différence, sur le plan littéraire, entre l'époque des Mulūk al-Ṭawā’if et la période précédente, voir le point de vue de E. García Gómez, dans Poesía, p. 19 et passim.

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search