Version classiqueVersion mobile

Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C.

 | 
Paul Petit

Deuxième partie. Les grands problèmes de la vie municipale

Chapitre quatrième. Les services d’État

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un certain nombre de services d’État furent introduits, nous l’avons vu, dans le système liturgique. On distinguera parmi eux la perception des impôts et les transports d’intérêt collectif. Certains problèmes sont délicats et leur solution encore incertaine. Il serait important que nos documents y apportent quelques lumières, mais ils sont malheureusement rares et souvent peu précis.

***

Les textes de Libanius nous font connaître trois impôts, l’impôt foncier payé par les paysans, le chrysargyre des marchands et artisans, l’or coronaire des curiales.

Les historiens modernes ont beaucoup de mal avec l’impôt foncier. Le plus récent spécialiste, A. Déléage, estime que la capitation foncière syrienne ne recouvre pas l’ancienne capitation personnelle qui a dû subsister1. Le P. Mouterde pense avoir décelé dans une inscription les « kephalai » de la jugatio dioclétienne et par suite que la « réforme de Dioclétien eut son plein effet, intégrant l’impôt personnel dans le nouvel impôt total »2. ...

© Presses de l’Ifpo, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search