Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Préface

Abdul-Karim Rafeq

Texte intégral

1L’Institut Français d’Études Arabes de Damas rend aujourd’hui hommage à André Raymond qui fut longtemps son directeur, veilla attentivement à la qualité de ses publications et augmenta utilement le fonds de sa riche bibliothèque, ouvrant celle-ci, entre autres dispositions, aux chercheurs et aux universitaires syriens qui purent ainsi disposer librement de sources précieuses. André Raymond fit de l’Institut de Damas ce lieu de rencontre qu’il est resté et pratiqua le premier cette politique d’accueil qui vaut à l’IFEAD notre amical attachement. Convaincu de l’importance de cette ouverture culturelle, il sut engager une fructueuse coopération avec l’Université de Damas à l’époque – au début des années soixante-dix – où fut créé le diplôme d’études supérieures de la section d’histoire qui préparait également au doctorat. Pendant plusieurs années il enseigna, dans ce cadre, les méthodes de l’histoire économique et sociale insistant sur le parti qu’il appartenait aux chercheurs de tirer, pour une meilleure connaissance de l’histoire des villes arabes, de l’étude attentive des archives des tribunaux.

2C’est à Damas, justement, qu’André Raymond publia, voici 25 ans, sa thèse : Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. L’ouvrage magistral inaugurait une méthode de recherche qui, associant l’étude des archives à la consultation d’autres sources – manuscrites ou imprimées –, éclairait d’un jour nouveau l’histoire économique et sociale de l’une des plus grandes villes arabes lors d’une période jusqu’alors négligée : l’époque ottomane. André Raymond faisait porter l’étude sur la structure économique et sociale des corporations de métiers ; il mettait en évidence l’importance du négoce international dans la constitution des fortunes des grands commerçants, et proposait ainsi ce qui allait devenir un modèle pour l’étude des sociétés urbaines du monde arabe. L’œuvre, majeure, illustre la tendance novatrice de cette école historique française qui sut associer si heureusement les sciences économiques et sociales à l’examen du monde arabe.

3Les études rassemblées ici même par une heureuse initiative de l’Institut Français de Damas transportent à Alep l’application de ces méthodes. Pour mettre commodément sous les yeux du lecteur des textes disséminés entre de nombreuses publications, l’IFEAD a demandé à André Raymond de choisir lui-même, parmi ses propres travaux des 20 dernières années, quelques articles portant principalement sur Alep à l’époque ottomane, car tel est le motif dominant du présent recueil qui, aux « reprises », ajoute un texte inédit sur les chrétiens d’Alep, sur l’expansion de leur communauté et sur les modalités de son intégration dans la société alépine.

4Plusieurs d’entre ces articles, montrent, à travers l’examen détaillé des activités économiques, du réseau des voies urbaines, du mode de vie des habitants et de leur comportement social, que le développement d’Alep, souvent considéré comme anarchique, relève au contraire d’une ferme logique. André Raymond consacre un article à la démographie et aux groupes sociaux d’Alep et étudie, dans un autre article, les causes socio-économiques des troubles qui opposèrent dans son enceinte ašrāf et janissaires. Attentives à replacer les activités économiques dans les bâtiments publics et privés, comme les ḫān-s et les sūq-s, à définir les lieux de résidence propres à certains groupes sociaux, ces pages soulignent par ailleurs l’incidence du commerce international, régional et local sur la répartition des activités commerciales et mettent en évidence la nature compliquée des échanges économiques entre la ville et la campagne. L’ouvrage expose le lien entre l’enrichissement commercial des villes et leur extension extra muros, retenant par exemple comme indice de cette extension le déplacement des tanneries, toujours situées à la périphérie des villes. De ce phénomène, Damas et Alep offrent, entre le XVIe et le XXe siècle des exemples particulièrement significatifs.

5L’auteur insiste par ailleurs sur le rôle que jouent les waqf-s – ḫayrī et ahlī – dans la structure de la ville arabe : c’est que les bâtiments constitués en waqf, liés aux activités religieuses, culturelles et caritatives, à l’intérieur ou à l’extérieur des villes, contribuèrent à la formation d’espaces propres aux activités commerciales. Ainsi les ḫān-s, pour la plupart, étaient-ils des biens de mainmorte ; leurs revenus étaient affectés aux activités religieuses et culturelles. Ils jouèrent, polarisant le commerce international, un rôle important dans le développement des villes et dans la concentration des richesses (notamment pour tout ce qui concerne le commerce de la soie et du café). Furent également stimulées les activités artisanales locales (le tissage, en particulier) dont les produits dominèrent, dans l’empire ottoman et bien au-delà, de nombreux marchés.

6Que cette brève préface me soit, en conclusion, l’occasion d’exprimer à André Raymond mon amicale reconnaissance pour ce qu’il m’aura appris et à l’Institut Français de Damas l’affectueuse estime qu’inspire, aux Arabes, aux universitaires, aux chercheurs que nous sommes, son œuvre essentielle.

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search