Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Avant-propos

Dominique Mallet

Texte intégral

  • 1 Ainsi s’exprimait Sauvaget dans la leçon inaugurale qu’il lut au Collège de France le 15 mars 1946 (...)

1Si, malgré les tourmentes politiques et guerrières qui, par deux fois, lors de la presque décennie de son directorat à l’Institut, ébranlèrent le Moyen-Orient et étourdirent jusqu’aux plus lucides, André Raymond trouva à Damas de nouveaux motifs pour affranchir les études orientalistes d’une partialité coloniale qui, longtemps, en affaiblit les résultats, n’est-ce pas aussi que là, précisément à l’IFEAD, il recueillait l’héritage de Jean Sauvaget qui, l’un des premiers, demandait à l’archéologie urbaine et à l’enquête d’archive qu’ensemble elles nous prémunissent contre les demi-vérités d’une littérature d’interprétation, et, qu’associées, elles nous reconduisent jusqu’aux « faits eux-mêmes »1 ? André Raymond dirigea l’Institut Français d’Études Arabes de 1966 à 1975. Il se trouvait là de plain-pied avec l’œuvre, foisonnante de tant de commencements, de Sauvaget, qu’il continue et qu’il discute. Il la continue parce qu’il la discute. Ressaisissant les prémisses qu’établissait Sauvaget mais dont il s’abstenait de tirer les conclusions – elles montraient l’extension des cités à l’époque ottomane – il en corrobore le sens, l’étoffe de nouvelles preuves et l’achemine jusqu’à des conséquences contraires à celles auxquelles Sauvaget demeurait, malgré tout, attaché. Elles voulaient, ces prémisses, ce qu’aucun livre mieux que la thèse d’André Raymond – Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle –, de la publication de laquelle nous célébrons aujourd’hui le vingt-cinquième anniversaire, n’avait alors enseigné : que le monde ottoman ne fût pas plus décadent que ne fût « anarchique » la ville arabe.

2Pourquoi, pour rendre hommage à l’œuvre d’un historien auquel nous devons aujourd’hui de mieux comprendre quatre siècles de l’histoire des Arabes, à l’œuvre d’un Directeur auquel l’IFEAD doit, lui-même, d’être mieux connu des Arabes et par eux mieux compris, oui, pourquoi ne pas imaginer dans la ville qui tant occupa Sauvaget, une vraie rencontre entre lui et André Raymond ? Ces pages, surtout consacrées à Alep à l’époque ottomane, nous y aideraient.

Notes

1 Ainsi s’exprimait Sauvaget dans la leçon inaugurale qu’il lut au Collège de France le 15 mars 1946 (Mémorial J. Sauvaget, Damas, 1954, p. 171) : « Nous nous attacherons […] à tous les côtés de l’activité humaine qui ont laissé indifférents les auteurs médiévaux, mais qui font la trame silencieuse de l’histoire et qui sont aujourd’hui, à ce titre, au premier plan de nos curiosités : les institutions gouvernementales et privées, la vie économique, les techniques, les faits matériels de civilisation et l’activité intellectuelle qui souvent commande tout le reste ou le résume. Nous chercherons à suivre d’aussi près que possible les hommes dans leur vie quotidienne, dans leurs travaux et leurs préoccupations, sans jamais perdre de vue (comme les Occidentaux sont trop portés à le faire dès qu’il s’agit de cultures différentes de la leur) les transformations qu’ont subies au cours des siècles les formes de la vie sociale et l’idéal dont elles se réclamaient. » (Ibid., p. 170).

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search