Version classiqueVersion mobile

La réforme agraire dans la Ghouta de Damas

 | 
Anne-Marie Bianquis

Conclusion. Pour un bilan de la Réforme Agraire dans l’oasis de Damas

Texte intégral

1Les années 1955-1970 virent surgir dans le monde une vague de mouvements révolutionnaires ou réformistes radicaux qui ébranlèrent les régimes installés par les bourgeoisies nationales après le départ des colonisateurs étrangers dans les pays que l’on commençait à appeler le Tiers-Monde. Ces mouvements eurent en commun d’être l’œuvre d’une poignée d’officiers ou d’intellectuels qui, devant la passivité des masses exploitées, rurales ou urbaines, se sentirent dans l’obligation d’agir pour elles contre les oligarchies exploitantes bourgeoises ou féodales. " La terre à celui qui la cultive " était le slogan le plus souvent proclamé, et une réforme agraire était la première mesure politique concrète attendue d’un régime révolutionnaire qui s’installait au pouvoir ; cette réforme agraire s’accompagnait en général d’une nationalisation des industries existantes. Ces deux mesures appliquées conjointement bouleversaient les fondements de la production dans des économies fragiles. Elles étaient souvent liées à une réorientation du commerce extérieur mettant fin à des réseaux d’échange établis de longue date. Les effets de toutes ces mesures étant cumulatifs, il est souvent difficile d’étudier l’impact d’une seule d’entre elles. On peut diviser en deux types les réformes agraires qui furent réalisées. D’un côté on trouve les réformes radicales et violentes qui souvent ne s’appuyaient que sur une législation embryonnaire et qui aboutissaient à l’élimination physique de la classe des propriétaires terriens, quelle que soit l’importance des propriétés ; le résultat était une transformation totale des structures agraires. D’autres réformes furent accomplies sans violence et s’appuyèrent sur un appareil législatif très complet et constamment remanié au cours de l’application, et elles n’aboutirent qu’à un réajustement plus ou moins important des rapports de production dans les campagnes. La réforme agraire syrienne appartient sans conteste à ce second type.

2Sans porter de jugement de valeur sur la réforme agraire syrienne, on peut tenter d’en dresser un bilan qui prenne en compte ses faiblesses comme ses réussites. Tout en sachant qu’il faut relativiser son importance dans la mutation subie durant cette période par l’oasis de Damas.

Faiblesse et lacunes de la réforme agraire

3L’examen de la législation de la réforme agraire montre qu’elle a porté essentiellement sur les expropriations et les distributions de terres. L’objectif politique poursuivi explique une certaine étroitesse de conception dans cet aspect fondamental de l’action entreprise.

4Les expropriations se firent selon un seul critère, le critère de surface ; il fut modifié à plusieurs reprises jusqu’à la loi de 1963 qui tint compte des différences de climat et de pluviosité, mais aucun autre critère ne fut employé pour déterminer les propriétés qui pouvaient être soumises à la loi. La réforme laissait ainsi délibérément échapper les moyennes propriétés urbaines qui occupaient souvent une part importante des terres des villages, dans l’oasis de Damas en particulier. De même, la superficie laissée aux propriétaires était trop importante pour que les terres achetées par des paysans dans d’autres villages les années précédant la réforme soient concernées par la loi ; ici encore, ce choix d’un critère unique a frustré des paysans démunis des avantages de la réforme. C’est, dans la Ghouta orientale, le cas du village d’Ifteris où aucune expropriation ne fut réalisée, alors qu’en 1958 la terre n’appartenait pas aux habitants du village ; ceux-ci, simples ouvriers agricoles, n’avaient pu se porter acquéreurs des terres mises en vente par de grands propriétaires du village dans les années cinquante. Depuis la réforme, de nouvelles propriétés peuvent se constituer, achetées par de nouveaux propriétaires "absentéistes" ; elles ne tombent pas sous le coup de la loi, si elles ne dépassent pas les 15 hectares au nom de la même personne.

5Les distributions ont été placées au second plan. Comme le montrent les cas que nous venons d’évoquer, les auteurs de la loi de réforme agraire ont accordé plus d’importance à la destruction d’un certain type de grandes propriétés qu’à la constitution d’une classe de paysans propriétaires. Un seul modèle fut adopté : la distribution par petits lots. Or, pour s’en tenir à l’exemple de l’oasis de Damas, si les terres de la Ghouta étaient aisément distribuables en petits lots, les terres de Marj, campagne ouverte et non bocage, se prêtant aux cultures de céréales et de coton sur de vastes étendues, au peuplement beaucoup moins dense, auraient pu faire l’objet d’un autre modèle de distribution : des exploitations collectives du type kolkhoze auraient été envisageables. De toute façon, un petit lot de terres plantées en vergers dans la Ghouta et un lot plus grand dans le Marj n’étaient pas comparables en valeur. D’autre part, les bénéficiaires de ces distributions différaient les uns des autres par la culture, le mode de vie, la compétence technique ; leur comportement devant leur nouvelle responsabilité de paysans-propriétaires s’est révélé très différent : tel bénéficiaire du Marj, d’origine bédouine, loue ses terres à un dūmāni, envoie travailler chez celui-ci sa femme et ses filles, tandis qu’il reste dignement chez lui au village. Une diversification des modes de distribution ou des encadrements aurait pu être envisagée selon la qualité des bénéficiaires.

6Une lacune plus grave a pesé sur la réalisation de la réforme agraire, aussi bien dans les expropriations que dans les distributions : toute la réforme a été conçue en fonction d’un critère familial, celui de la famille restreinte, père, mère, enfants âgés de moins de dix-huit ans. Ce type de famille ne représente en rien un ensemble pertinent au Moyen-Orient. La famille étendue prévaut, notamment pour tout ce qui est propriété foncière ou immobilière. Comme il a été mentionné plus haut, nombre de grandes familles détenaient leur propriété en indivision. La réforme agraire a provoqué l’éclatement de cette indivision et permis, en répartissant les terres entre tous les membres âgés de plus de dix-huit ans, d’échapper à de trop graves expropriations, comme le montre le tableau des propriétés Quwatli.

7C’est la même unité familiale restreinte qui a prévalu pour les attributions de lots aux bénéficiaires. La loi, si elle s’était appuyée sur la pratique paysanne traditionnelle du travail en commun du patrimoine par les frères adultes, aurait pu prévoir des lots plus vastes et d’un seul tenant attribués à ceux-ci. Plus encore, une reprise de la coutume communautaire ancienne aurait permis l’attribution en un seul lot d’une grande exploitation expropriée, lot qu’auraient reçu l’ensemble des paysans déshérités vivant sur ce terroir en prévoyant en même temps une structure d’encadrement. Il est vrai que l’individualisme actuel des paysans ne permet pas d’envisager aisément une telle solution.

8Par ailleurs, la réforme agraire ne pouvait aisément résoudre le problème posé par l’accroissement démographique que connaissait la campagne syrienne et que l’on peut évaluer à 3 % par an. Les attributions pratiquées selon une situation familiale à un moment donné auraient constamment dû être réactualisées, ce qui était impossible.

9La loi de réforme agraire témoigne d’un choix de société fondée comme la société occidentale sur la famille restreinte. Cette ignorance de la famille étendue, fondement inébranlable de l’édifice social syrien, était-elle voulue ? Correspondait-elle à un désir d’abolir les anciennes relations de parenté pour les remplacer par un nouveau tissu humain plus cohérent et plus souple ? Résultait-elle au contraire d’une absence de réflexion et d’analyse ? Nous ne pouvons le savoir mais le résultat fut parfois déplorable : ainsi le cas d’une famille paysanne d’Aqraba, où quatre ménages vivaient sur une assez vaste exploitation de terres acquises au nom du père de famille ; chacun des fils s’était spécialisé dans une activité. La réforme agraire a détruit la structure familiale et rejeté de la campagne plusieurs familles restreintes.

Fig. 19. Coopératives et syndicats à la veille de la loi de fusion de 1974..

10Une autre lacune peut se déceler, qui doit être attribuée à une analyse trop rapide des structures agraires et une prévision insuffisante. Aucun droit de préemption n’existait dans la loi qui aurait accordé aux habitants de chaque village une position privilégiée pour racheter les terres possédées par des étrangers au village et dont ceux-ci auraient voulu se défaire volontairement. Plusieurs familles de grands propriétaires dont les domaines avaient été démantelés par la réforme agraire se dessaisirent dans les années qui suivirent d’une partie de leurs terres légales au profit d’étrangers au village. De même les terres appartenant à des citadins moyens propriétaires changent souvent de mains sans que la loi de réforme agraire ne prévoie de préférence pour une catégorie d’acheteurs donnée.

11Rapidement conçue, sans analyse préalable de la situation réelle de la campagne syrienne et dans un esprit somme toute assez étroit, la réforme agraire rencontra tout au cours de son exécution une série de difficultés qui freinèrent son application. En effet, la Syrie connut entre 1958 et 1970 une évolution politique rapide et heurtée. Des régimes d’options variées se succédèrent et chaque changement s’accompagna d’une modification, parfois radicale, de la législation de la réforme agraire et aussi des modalités d’exécution de la loi. Le personnel chargé de l’appliquer était parfois remplacé, son zèle était tantôt encouragé et tantôt freiné ; quand il était originaire de la ville, sa compétence dans ces affaires campagnardes était réduite, et quand il était de la campagne, il était influençable par les uns ou par les autres. C’est entre 1965 et 1968 que la réforme fut menée le plus efficacement par une poignée de baathistes convaincus appliquant avec rigueur une législation qui venait d’être clarifiée et renforcée.

12La législation de la réforme agraire ne prévoyait guère de consultations préalables, pas plus que d’information suffisante au sein des paysans qui allaient être concernés. De ce fait, l’application de cette réforme fut ressentie comme une mesure gouvernementale parmi d’autres, et comme elle bouleversait de longues traditions et des situations acquises, elle rencontra souvent craintes et incompréhensions.

  • 1 La seule coopérative de production qui fonctionne dans l’oasis se trouve à Maadadiyé et se spécial (...)

13D’autres lacunes peuvent être décelées dans ce que nous avons défini précédemment comme le second volet de toute réforme agraire, la reconstruction d’une nouvelle société paysanne. Certes, la création des coopératives fut effective et elle permit au paysan d’accéder pour ses investissements à un crédit au taux modéré et sans devoir se soumettre aux conditions annexes que pouvait lui imposer le négociant du souq. Mais peu de coopératives de production virent le jour1. La commercialisation coopérative est également restée lettre-morte à l’exception des cultures qui font l’objet d’un marché d’État, céréales, coton, betteraves sucrières. Il s’agit plus d’un effort de groupement et d’organisation que d’une véritable commercialisation où la coopérative serait considérée comme une personne morale autonome. Pour toutes les autres productions agricoles dites libres, principalement les fruits et les légumes, le recours à l’intermédiaire privé damascain demeure obligatoire pour le paysan qui veut commercialiser sa récolte. Qu’il soit coopérateur ou indépendant, il se trouve seul face à des négociants organisés et au courant des capacités d’absorption du marché et des cours pratiqués. Malgré les mesures prises par l’État rendant obligatoires la facturation et le respect de marges bénéficiaires définies autoritairement, le pouvoir économique demeure entre les mains des transporteurs et des grossistes.

14Les efforts qui furent tentés pour la formation des paysans aux nouvelles techniques agronomiques et à la gestion de leur entreprise furent tardifs comme nous l’avons mentionné plus haut. Il n’y eut dans ce domaine aucune persévérance dans l’action. L’État comme le Parti ne désiraient pas développer outre mesure les capacités de décision autonome du paysan ou de la coopérative. Cette attitude technocratique s’explique par le désir de ne pas connaître de fluctuations, dues à des expériences hasardeuses, dans la production des denrées essentielles et notamment dans celle du coton qui permettait à l’État syrien de régler ses dettes extérieures. Le but n’était pas d’accroître le niveau de vie du paysan, mais de prélever au profit de l’État la plus grande part de la rente foncière afin de permettre à celui-ci d’acquérir des usines ou des armements. Or, la mise en place de certaines structures d’inspiration socialiste prévues dans le programme aurait demandé du temps et aurait sans doute occasionné une baisse temporaire de la production. Par ailleurs le rôle du parti s’est peu à peu modifié : élément tout d’abord radical et même révolutionnaire, il contribua à mettre à bas l’ancienne aristocratie terrienne ; une fois ce résultat obtenu et ses hommes en place, il se transforma naturellement en centre de décision, plus modéré et plus conservateur.

L’apport positif de la réforme agraire

15Malgré toutes ses lacunes, la réforme agraire a pu réaliser quelques-uns des buts qui lui avaient été assignés et qu’il nous faut rappeler ici, une fois encore. Par elle, le législateur voulait moderniser le secteur agricole pour l’intégrer, grâce à une planification volontariste, à l’ensemble d’une économie de développement. Il désirait également faire sortir la paysannerie de ce qu’il considérait comme un état arriéré, et la délivrer de la double domination des propriétaires et des intermédiaires en lui assurant un statut social et économique moins précaire. Enfin, le pouvoir politique détenu par un groupe de Damascains qui freinaient toute réforme radicale de la société, pouvoir dont un des fondements était la possession de terres étendues dans l’oasis de Damas, devait être abattu préalablement à l’instauration de toute démocratie réelle.

16Le but le plus rapidement et le plus aisément atteint fut la dépossession de la bourgeoisie de Damas et la fin de son pouvoir direct ou indirect dans l’oasis. A la suite de la réforme agraire, certaines grandes familles émigrèrent ; pour les autres, la fin de l’état d’indivision rompit un des liens de solidarité les plus puissants qui les unissait.

17La situation sociale des paysans se modifia, elle aussi, très rapidement. Grâce à l’instruction diffusée au niveau du village par les instituteurs comme par les représentants des syndicats et du Parti, le paysan syrien prit conscience de son rôle essentiel dans l’économie du pays. Il en acquit une dignité nouvelle ; le langage, l’habillement, les traditions alimentaires, le logement, tout ce qui différenciait nettement le paysan du citadin se modifia chez l’un comme chez l’autre. Des éléments unificateurs à l’échelle de la Syrie furent la radio puis, plus récemment, la télévision ainsi que le service militaire où le paysan formé à la mécanique par la pratique du tracteur fut plus à l’aise que le citadin. Mais dans cette mutation du paysan, quelle part revient à la réforme agraire proprement dite ? Avant tout, la dignité retrouvée par le départ du village du grand propriétaire et de ses agents, par un rapport mieux défini avec la terre qu’il cultive, qu’on ne peut plus lui retirer arbitrairement et sur laquelle on ne peut plus lui interdire les cultures les plus rémunératrices ou les plantations assurant son avenir. La possession de ses moyens de production, la fierté du tracteur ou de la camionnette que conduit son fils, la présence d’une coopérative, groupement économique mais aussi salle de réunion où l’on reçoit le conseiller de la raffinerie de sucre, le représentant du ministère ou l’expert étranger, et où se déroulent des discussions passionnées, lui assurent un statut nouveau d’homme et de citoyen à part entière, tandis que la fin de sa sujétion aux bailleurs de crédits lui permet d’envisager l’avenir avec plus de tranquillité, pour lui et sa famille.

18Si nous voulons juger enfin des apports positifs de la réforme agraire dans l’économie, aussi bien au niveau du projet de développement et de la planification mise en place par l’État syrien, qu’à celui de l’oasis, du village et du paysan, une difficulté surgit pour définir la part du changement qui revient à la réforme agraire et celle qu’on doit attribuer à la modification du contexte général. Le tableau traditionnel que nous avons tracé de l’oasis au début de cette étude donne une image dépassée ; la réalité est celle d’un bouleversement perpétuel : la réforme agraire n’a été qu’un élément parmi d’autres, générateurs de cette mutation radicale. La croissance accélérée de la ville de Damas, malgré les sévères contraintes présentées par le site, et l’ouverture de l’économie syrienne à partir de 1970 ont peut-être plus contribué à changer le niveau et le mode de vie des habitants de la Ghouta que l’application des lois de la réforme agraire.

Bouleversement de l’oasis à la fin des années soixante-dix

19Damas, jusque dans les années 1950, était une ville moyenne, capitale très provinciale d’un petit État essentiellement agricole. C’est, à la fin des années 70, une grande agglomération, en expansion rapide : la ville abrite alors plus d’un million d’habitants, l’oasis, plus d’un demi-million, dont la plupart ne peuvent plus être qualifiés de ruraux. L’harmonie qui régna si longtemps entre les chemins étroits et ombragés de la Ghouta et les ruelles odorantes de la ville, a disparu ; leur symbiose se fondait sur un partage équitable des données naturelles restreintes qu’offrait la région ; or la ville tend désormais à se les approprier ou à les stériliser.

20En effet, la présence du Qasyoun limite l’expansion de la ville au nord- ouest, alors que l’oasis offre de plain-pied avec la ville des espaces plus faciles à aménager, plus accueillants et plus proches que les espaces disponibles mais peu hospitaliers du Marj. Depuis le début du siècle, l’expansion de Damas s’est faite avant tout aux dépens des jardins de la Ghouta. Des pseudopodes se sont développés le long des grands axes rayonnant autour de la ville ; en même temps, les villages les plus proches s’urbanisaient, devenaient de simples quartiers de la ville comme Mezzé ou Berzé ; deux boulevards périphériques — dont le deuxième n’est pas achevé — sont venus marquer la progression de la ville sur les terres agricoles proches tandis que la construction de grandes radiales — autoroutes de l’aéroport et de Jordanie — morcelait l’oasis et gênait les communications traditionnelles.

21La concurrence s’est aussi exercée sur les ressources en eau : la consommation de la ville en eau potable a presque quintuplé entre 1958 et la fin des années soixante-dix.

22Des travaux considérables ont été faits pour augmenter le débit de la source d’‘Aïn al-Figé et celui de la canalisation d’amenée d’eau à la ville. Les besoins de l’agriculture ont également augmenté et les paysans ont fait de plus en plus appel aux réserves souterraines de la plaine de Damas ; des usines installées en amont et en aval de la ville puisent aussi dans la nappe phréatique. La ville et l’industrie sont déjà responsables d’une pollution de l’atmosphère de l’oasis et des eaux superficielles : les eaux usées et les déchets des usines sont renvoyés dans les canaux d’irrigation. Le remplacement des ruelles tortueuses ou des chemins étroits bordés de murs et d’arbres par de larges avenues rectilignes dans la ville comme dans l’oasis, facilite la circulation du vent et de la poussière.

23Jusqu’en 1970 d’autre part, l’économie syrienne se caractérisait par sa marginalisation par rapport à l’économie mondiale et par des mouvements intérieurs commerciaux réduits. L’économie agricole notamment demeurait dans un cadre local, ou au mieux régional. La croissance économique était faible, la création de monnaie comme de biens de consommation peu importante. La forte croissance démographique assurait en permanence une main-d’œuvre nombreuse et peu exigeante. Les salaires et les prix n’avaient pratiquement pas évolué entre 1953 et 1970. L’effort de guerre contre Israël, la méfiance envers toute coopération avec l’Occident, l’instabilité politique, les tentatives de socialisation dans un environnement hostile, avaient en quelque sorte figé l’économie syrienne. La main-d’œuvre non qualifiée s’expatriait au Liban pour des salaires de misère.

24A partir de 1970, la Syrie a été dirigée par un nouveau régime politique plus stable, plus libéral, plus ouvert aux actions économiques communes avec des pays développés. Dès lors, les capitaux sont réapparus. La guerre de 1973 a rendu la confiance ; elle a permis la hausse mondiale du prix du pétrole et les États du Golfe ont versé leur quote-part à la Syrie. Les nombreux projets économiques des États pétroliers ne pouvaient se réaliser qu’avec l’aide de la main-d’œuvre et des voies de communication syriennes. La guerre du Liban a fait rentrer en Syrie de nombreux travailleurs et des capitaux. Les ports syriens ont occupé la place laissée libre par Beyrouth. Assuré d’aides extérieures, l’État syrien a augmenté la monnaie en circulation et ouvert les frontières à de nombreux produits. La consommation s’est accrue et l’inflation, inconnue jusqu’alors, s’est développée à un rythme très rapide entre 1973 et 1977, un peu moins rapide depuis cette date. Peu à peu les prix et les coûts syriens s’alignaient sur ceux du monde développé. Pourtant des disparités demeurent : alors que les bénéfices privés se sont accrus considérablement, les salaires, notamment ceux versés aux fonctionnaires et aux ouvriers du secteur public, sont restés stables ou en faible hausse, contrairement aux salaires agricoles qui ont évolué très vite. Du coup, la qualité du service de l’État s’est dégradée, et sa capacité réelle d’intervention dans l’économie, amenuisée, d’autant plus que ceux qui détenaient en son sein une parcelle d’autorité et dont les revenus légaux devenaient de plus en plus insuffisants, ont parfois accepté de monnayer leurs interventions au profit d’intérêts privés.

25Une croissance rapide mais désordonnée a marqué l’économie syrienne dans les années soixante-dix. Les coûts et les prix agricoles ont alors connu une hausse sensible, le prix des terrains agricoles dans l’oasis a fortement augmenté comme le coût des loyers, celui de l’énergie ou celui de l’eau quand elle est achetée à un voisin. Il se produisit aussi une hausse du coût de la main-d’œuvre, conséquence d’une forte émigration vers le Golfe ou l’Arabie Saoudite d’une part, et d’autre part, de l’attrait exercé par la capitale et par le développement de l’industrie sur la population paysanne de Syrie et celle de l’oasis en particulier.

  • 2 Cf. Bianquis, A.M. « Du rural à l’urbain : les lois d’aménagement des villages dans l’oasis de Dam (...)

26Les habitants de l’oasis, comme ceux de Damas, sont désormais en majorité originaires d’une autre région. Le développement rapide des routes et des autoroutes qui traversent les campagnes, la multiplication des services de cars, celle du nombre des automobiles ou des camionnettes, sont autant de signes de désenclavement ou d’intégration du milieu rural. Cette intégration se manifeste dans l’urbanisation des villages : le noyau ancien de bâtisses en bois et pisé a éclaté, percé par de larges voies rectilignes ; constructions en béton, immeubles élevés de type urbain font désormais partie du paysage de la Ghouta2. Les villages les plus proches de Damas subissent un remodelage complet. D’autres, comme Douma, sont devenus des villes-satellites où les dernières traces du village sont en voie de disparition. Un commerce d’aspect urbain, inconnu jusqu’alors, se développe dans la plupart des villages. Cabinets médicaux et pharmacies s’y sont installés. Des activités urbaines ont émigré vers l’oasis, menuiserie industrielle, ébénisterie, mécanique, carrosserie, travail du fer et de l’aluminium, fabriques de parpaings, de carrelages, etc.

27Le mode de vie traditionnel des paysans n’a pas résisté à cette évolution. La construction d’une maison plus confortable, la présence de la télévision, la scolarisation généralisée, l’attrait de la ville, les multiples activités nouvelles apparues dans la campagne, autant d’éléments qui peuvent entraîner un changement de mentalité, l’éclatement de la grande famille traditionnelle, et peut-être l’abandon de l’exploitation agricole, tout au moins comme unique source de revenus.

28En dépit des lois d’interdiction de vente des terrains de l’oasis, la spéculation foncière se développe et permet de placer des capitaux rassemblés dans les années de forte émigration de la décennie soixante-dix. Les nouveaux propriétaires originaires de la ville ou des bourgs avoisinants — la vallée de Tell-Mnin en particulier — préfèrent souvent pratiquer une exploitation extensive, qui contraste avec l’agriculture de marché, mieux équipée et plus rentable, qui s’est développée par ailleurs.

29Cette spéculation, l’urbanisation accélérée et l’exploitation excessive des ressources en eau font déjà peser de graves menaces sur l’agriculture de l’oasis. Les autorités syriennes ont pris des mesures de protection, envisagé des projets ambitieux de modernisation du réseau d’irrigation et de construction de villes nouvelles sur le Qasyoun ou le piémont non irrigué au nord est et au sud ouest de la ville. Mais au tournant des années soixante-dix/quatre vingt, la lutte était déjà bien inégale entre la lenteur des études et des réalisations et la prolifération spontanée d’habitat illicite et d’activités diverses qui cancérisent le centre de l’oasis. Cette évolution complexe, et difficile à maîtriser, que la réforme agraire a en quelque sorte rendue possible, annule par son développement même les efforts de réorganisation qui ont accompagné et suivi la réforme.

Notes

1 La seule coopérative de production qui fonctionne dans l’oasis se trouve à Maadadiyé et se spécialise dans la production laitière.

2 Cf. Bianquis, A.M. « Du rural à l’urbain : les lois d’aménagement des villages dans l’oasis de Damas », in Politiques urbaines au Maghreb et au Machreq, Lyons, 1984.

© Presses de l’Ifpo, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search