Version classiqueVersion mobile

La réforme agraire dans la Ghouta de Damas

 | 
Anne-Marie Bianquis

Première partie. L’Oasis de damas

Chapitre I. Les Conditions Naturelles

Texte intégral

La région de Damas dans l’ensemble syrien

1L’extrémité orientale de la Méditerranée baigne un littoral qui se déploie du Sinaï au Golfe d’Alexandrette selon une direction sud-sud-ouest, nord-nord-est. On nomme Syrie géographique l’ensemble des terres bordées à l’ouest par ce littoral, limitées au nord par les chaînes turques et au sud par le Sinaï et le golfe d’Aqaba. La frontière entre la Syrie géographique et la Mésopotamie iraqienne peut se situer, sur la vallée de l’Euphrate, au point d’apparition du palmier-dattier. Aucune frontière naturelle ne sépare le désert syrien du désert arabique. En effet, le passage de la steppe, cultivable les années pluvieuses, au désert totalement aride, est graduel.

2L’ouest de l’ensemble syrien est occupé par deux chaînes de montagnes qui se développent parallèlement au littoral. La chaîne occidentale, principalement le Liban et les Monts des Alaouites, est la plus élevée. Elle retombe brutalement à l’est, sur une série de dépressions médianes, allongées et étroites, parcourues par des fleuves pérennes, le Jourdain, le Litani et l’Oronte. Toujours de direction sud-sud-ouest, nord-nord-est, la chaîne orientale a souvent un aspect de plateaux d’altitude variée, taillés dans des calcaires perméables. Cette chaîne, qui reçoit le nom d’Anti-Liban chez certains géographes, ne forme une véritable barrière de hauts reliefs que sur une distance de deux cents kilomètres, entre le Lac de Tibériade et la trouée de Homs. La ville de Damas est située au pied de la retombée orientale de l’Anti-Liban, au nord-est du plus haut sommet de la chaîne, l’Hermon, qui culmine à 2800 mètres. Entre la dépression médiane, appelée Béqaa en sa partie centrale, et le bassin de Damas, l’Anti-Liban est formé principalement de calcaires cénomano-turoniens plissés selon l’axe de la chaîne et repris par des failles. Le paysage apparaît comme une succession de plateaux légèrement inclinés vers l’ouest et dominant le plateau inférieur par un pli-faille formé dans le calcaire secondaire. Au nord-ouest de Damas, les plis s’élargissent en un éventail où se retrouvent toutes les directions du quadrant nord-est ; la chaîne des Palmyrides se ramifie en direction de l’est à partir de Dmeyr, limitant nettement vers le nord le bassin de Damas. Le contact entre le haut massif de l’Hermon et la région de divergence des Palmyrides se fait par une zone de faiblesse parcourue par un système de failles nord-sud qui affecte tout l’Anti-Liban de Baalbeck à Qatana. La chaîne est plus étroite et moins élevée en ce secteur et c’est là qu’est creusé le bassin de Zabadani où prend naissance le Barada, le fleuve qui donne vie à l’oasis de Damas. L’Anti-Liban est plus aisément et plus rapidement franchi à la latitude de Damas qu’au nord ou qu’au sud de cette ville.

3Le Barada traverse en cluse le pli faille du Qasyoun dont le sommet dépasse 1 000 mètres d’altitude puis débouche dans le bassin de Damas. L’altitude des bordures ouest et nord de celui-ci atteint 750 mètres alors que le centre de la dépression, à l’est, est situé à 600 mètres. Dominé par l’Anti-Liban à l’ouest et au nord, le bassin est clos à l’est et au sud par des reliefs moins imposants, formés des épanchements basaltiques qui couvrent le sud-ouest de la steppe syrienne et qui culminent dans le Djebel Druze.

Fig. 1. Moyenne des précipitations totales annuelles pour la Syrie.

Fig. 2. Périmètres irrigués en Syrie.

  • 1 Voir fig. 3 Croquis géologique de la région de Damas.

4La dépression a été remblayée, au sud, par des conglomérats grossiers arrachés à l’Hermon. Des traces de cônes de déjection, déposés par des torrents qui dévalaient de l’Anti-Liban à une époque plus humide, empâtent les flancs du Qasyoun, à l’ouest de la dépression, et ceux du Djebel Dmeyr au nord. Au contact de la montagne, le matériel, cailloux et graviers, est plus perméable que les marnes et argiles du centre du bassin. Dans sa partie orientale, les traces d’un grand lac apparaissent dans le faciès lacustre des dépôts quaternaires, calcaires, dolomites et marnes1.

5La ville de Damas s’est installée sur une terrasse de la rive droite du Barada, à quatre kilomètres de la sortie de la gorge. L’oasis, en arc de cercle au pied de la montagne, occupe la partie centrale de la dépression. Elle est située principalement sur la zone des conglomérats et des alluvions fluviales, alors qu’à l’est les dépôts de l’ancien lac sont longtemps restés le domaine d’une prairie verte, le Marj.

Un climat de transition désertique

6La disposition longitudinale des deux grandes chaînes parallèles au littoral empêche l’influence des masses d’air, fraîches et humides, qui parcourent la Méditerranée d’ouest en est pendant l’hiver, de pénétrer profondément l’ensemble syrien. Les précipitations, abondantes sur le littoral et la chaîne libanaise, décroissent rapidement vers l’est, sauf dans la région de Homs où un abaissement des deux chaînes permet des pluies à une grande distance de la mer. Par ailleurs les chaînes élevées de la Turquie méridionale, de direction grossièrement est-ouest, élevant une barrière face aux dépressions venues du nord-est de la Méditerranée, créent sur leurs flancs sud, une zone de pluviométrie plus abondante, zone qui affecte toute la Syrie septentrionale. Ce pays connaît donc deux grandes régions où les précipitations sont importantes et suffisantes, le littoral, la chaîne occidentale d’une part, et la haute plaine de Djéziré, au nord de la Syrie, d’autre part. L’espace compris entre les deux branches de ce compas est voué à une sécheresse qui s’aggrave du nord vers le sud et de l’ouest vers l’est. L’isohyète 250mm marque la limite des cultures sèches ; il affecte, en gros, la forme d’un arc dont le foyer, un quadrant nord-ouest, serait dans la région d’Alep et dont les deux branches se dirigeraient vers l’est et vers le sud. Au sud-est de ce croissant, il n’existe de vie agricole que dans les oasis.

7Quoique située à environ 70 kilomètres de la Méditerranée, à vol d’oiseau, Damas connaît un climat sub-aride. L’isohyète des 200mm suit la bordure orientale de l’Anti-Liban. Au pied du Qasyoun, Damas reçoit 220mm d’eau en moyenne, alors qu’à la limite des jardins et des vergers de la Ghouta, la station de Kharabo enregistre une moyenne de 160 à 170mm ; quant à l’aéroport international construit dans la région des prairies du Marj, il ne connaît plus qu’un chiffre annuel de précipitations compris entre 105 et 125mm(voir graphique 4 a-b). Le bassin de Damas est, la plus grande partie de l’année, sous l’influence des masses d’air sec de la steppe. Ce n’est qu’en saison froide que l’air humide méditerranéen arrive à franchir le double obstacle que constituent les chaînes du Liban et de l’Anti-Liban. Par ailleurs, d’une année à l’autre, le total des précipitations peut varier de 80 mm à 350mm. Cette irrégularité concerne également les chaînes de l’Anti-Liban (à Zabadani le total varie de 250 à plus de 800mm, voir graphique 4 c) ; or ce sont les eaux infiltrées dans les calcaires de cette montagne qui alimentent aussi bien le Barada que les nappes phréatiques de l’oasis.

8Le caractère continental du climat est corrigé, notamment dans l’amplitude annuelle des températures, par la position en altitude de Damas qui explique que les maxima de saison chaude ne dépassent guère 40°. Les hivers sont frais, la neige n’est pas un phénomène rare et, certaines années, peut tomber en quantité importante. Le gel nocturne n’est pas exceptionnel ; la moyenne de janvier est de 7° (3 ou 4 certaines années) contre 12° à Lattaquié, plus au nord mais sur le littoral. Le bassin de Damas connaît une situation d’abri : l’Anti-Liban, à l’ouest, limite l’influence des masses d’air humides de la Méditerranée, pendant l’hiver ; les rides palmyréniennes, au nord, protègent Damas contre l’air continental qui explique la rigueur de l’hiver à Alep ; enfin les hauteurs basaltiques du Djebel Druze, au sud-est, freinent, pendant la saison chaude, l’arrivée de l’air désertique, sec et brûlant, qui envahit les déserts arabique et syrien.

Fig. 3. Croquis géologique de la région de Damas

L’hydrologie

9Les importantes couches calcaires secondaires de l’Anti-Liban, plissées et faillées, emmagasinent les eaux pluviales et nivales de la saison froide et les restituent, toute l’année durant, par une série de petits cours d’eau coulant du nord-ouest vers le sud-est et disparaissant dans la steppe, à proximité du versant oriental de la chaîne. Ils ont déterminé sur le piémont de celle-ci de petites oasis de montagne dont la Ghouta de Damas est la plus étendue et la plus célèbre. En effet, le Barada est la seule rivière relativement abondante. Il naît dans la haute plaine de Zabadani, à 35 kilomètres au nord-ouest de Damas, à une altitude de 1135 mètres. Le débit de la source, dans un petit lac vauclusien, est en moyenne de 3 m2 par seconde et varie entre 1,5 et 15m3/sec.

Fig. 4. Graphiques de précipitations annuelles.

Fig. 5. Carte des eaux souterraines du bassin de Damas

Fig. 6 Graphique – Barada.

Fig. 7. Graphique – Exemple de variations du débit au cours de l’année

10Le cours du Barada, nord-sud dans la plaine de Zabadani, s’oriente ouest-est pour traverser par une gorge profonde les plis crétacés de Dimas-Huraïra. Au contact du sénonien et des marnes de l’éocène inférieur surgit l’importante source de ‘Aïn al-Figé, dont le débit varie de 3 à 25m3/sec, et s’ajoutant à celui du Barada, en triple l’importance (moyenne 1941-1972 : 8,34m3 sec.) Après ‘Aïn al-Figé, le Barada infléchit son cours vers le sud à travers les plateaux du pliocène inférieur, avant de franchir par la cluse de Rabwé le dernier pli anticlinal de l’Anti-Liban, celui du Qasyoun, et de déboucher dans l’oasis. La rivière coule alors d’ouest en est et va se perdre à 35 kilomètres de là, dans le lac de ‘Ateïbé. La superficie de ce lac a, de tout temps, varié selon les saisons, mais depuis quelques décennies elle diminue régulièrement chaque année. Actuellement, l’eau n’apparaît plus qu’au cours des hivers pluvieux.

11Parallèlement au Barada, un petit cours d’eau, le Mnin, débouche dans le bassin de Damas à 7 kilomètres au nord de Rabwé. Incapable de traverser le cône de déjection qu’il avait construit à une époque plus humide, il ne peut rejoindre le fond de la dépression et ses eaux arrosent seulement les terres du village de Barzé. Plus puissant est l’Aawaj qui descend des flancs de l’Hermon, à une quinzaine de kilomètres au sud du Barada. Il s’est taillé une vallée étroite et sinueuse au sud des premières hauteurs basaltiques. L’Aawaj traverse d’ouest en est le sud du bassin de Damas et termine son cours dans la dépression autrefois occupée par le lac de Hijané. Celui-ci, situé à quelques kilomètres au sud du lac de ‘Ateïbé, ne devait former avec lui, au xixe siècle, qu’une seule étendue lacustre.

12Les cours d’eau qui se jettent dans le bassin de Damas sont alimentés par des précipitations de saison froide, principalement de novembre à la fin-avril. C’est pourquoi leur débit est très variable au cours de l’année comme il l’est d’une année à l’autre. Les étiages interviennent en septembre et octobre et les hautes eaux en mars et avril. Les débits enregistrés sur une longue période à la station de Hamé, en amont de la première prise d’eau sur le Barada, mais après le prélèvement des eaux de ‘Aïn al-Figé pour la consommation de la ville de Damas, permettent de situer les moyennes d’octobre entre 4 et 6 m3/sec. et celles d’avril à plus de 20 m3/sec. Mais lors d’une année de sécheresse sévère, comme 1972-1973, le débit moyen de septembre n’a été que de 1,8 m3/sec. Et celui d’avril de 10,5 m3/sec.

  • 2 Cf. Thoumin, Géogr., p. 56-58.
  • 3 Sur l’utilisation des eaux d’infiltration et la description de ces qanawat, cf. Tresse, R., Revue (...)

13Une partie des eaux qui tombent sur l’Anti-Liban n’est pas drainée par le Barada mais, s’infiltrant dans le massif, rejoint l’oasis par des écoulements souterrains et donne naissance à la nappe phréatique profonde qui s’étend sous la plaine de Damas. D’une manière générale, les eaux accumulées dans le sous-sol sont mal connues ; pour les eaux de la nappe supérieure, des études ont été menées depuis une vingtaine d’années par les services syriens, mais le bilan du bassin hydrologique souterrain a été fait par des hydrologues soviétiques. La nappe supérieure, dont la profondeur est inférieure à 100 mètres, résulte des infiltrations dans les alluvions et les formations quaternaires des eaux utilisées par la ville ou pour l’irrigation de l’oasis. On estime les apports annuels qui l’alimentent à environ 200 millions de m3. Son altitude au-dessus du niveau de la mer varie de 750 à 600 mètres. L’écoulement des eaux s’y fait vers l’est et le sud-est. La profondeur est très variable selon les secteurs de l’oasis. A Daraya, les puits atteignent la nappe phréatique vers 40 mètres ; à Barzé, il faut en creuser près de 60, alors que dans le Marj, jusqu’à une époque récente, l’eau apparaissait en surface durant les mois d’hiver et au printemps, rendant impossible la culture des arbres fruitiers. Thoumin l’a décrit en 1936 comme une région de marécage et de malaria2. Les eaux d’infiltration étaient autrefois récupérées grâce à des canaux profondément encaissés ou à des galeries souterraines qui existaient sur le pourtour de l’oasis ; on les nommait qanāt romānī, au pluriel qanawāt. C’est vers l’est que ces sources sont les plus abondantes3 :

Notes

1 Voir fig. 3 Croquis géologique de la région de Damas.

2 Cf. Thoumin, Géogr., p. 56-58.

3 Sur l’utilisation des eaux d’infiltration et la description de ces qanawat, cf. Tresse, R., Revue des études islamiques ; 1929 ; « L’irrigation dans la Ghouta de Damas », et A. Wasfi Zakariya, Rif Dimasq, vol. 1, p. 333.

© Presses de l’Ifpo, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search