Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas of Jordan

 | 
Myriam Ababsa

Chapter ten - Jordan Mega Projects for Water, Energy and Transportation

Introduction to Chapter ten

Texte intégral

Jordan is the fourth poorest country for water per capita (with 145 m3 /capita / year in 2010) and it is devoid of energy resources (4% of the total energy mix). Every year the country devotes a large share of its GDP to providing water and energy for its population. In 2010 the energy bill reached 15% of GDP, while the supply and treatment of water cost 2% of GDP (500 million dinars out of the 26,5 billion dinar GDP in 2010). To reduce the substantial costs of imported energy and its water deficit, Jordan implemented megaprojects in the sectors of water, energy and transport at the beginning of the 21st Century. $US 30 billion have been budgeted for projects over a period of 20 years. The largest project, worth $11.6 billion, is the Red Sea-Dead Sea canal, which is based on the joint participation of Jordan, Israel and the Palestinian Authority. Several feasibility studies have been carried out, the latest being in February 2012. However, the project is stalled due to the lack of regional stability, rather than technical issues. The canal would require a considerable amount of energy that would be provided by a large civilian nuclear power project, at a cost of $4.5 billion. The country’s energy policy is based on the principle of an ‘energy mix’ that includes environmentally friendly renewable energy. Another crucial aspect of the megaproject policy is public transport, with the construction of an international railway that will link the Turkish and Syrian rail networks to Egypt, with Jordan providing the missing link. In the short term, Jordan is struggling to pursue policies that preserve its fossil resources and the environment, because water and energy are needed urgently for its growing population in the central region (Amman, Ruseifa, Zarqa), in Irbid’s urban and industrial zones and the tourist port town of Aqaba.

***

Quatrième pays le moins doté en eau par habitant (avec 145 m3 hab/an en 2010) et dépourvu de ressources énergétiques propres (4 % du total), la Jordanie doit chaque année consacrer une large part de son PIB à l’approvisionnement en eau et énergie de sa population. En 2010, la facture énergétique s’élevait à 15 % du PIB, tandis que celle de l’approvisionnement et du traitement de l’eau à 2 % (500 millions sur 26,5 milliards de budget en 2010). Afin de réduire les coûts considérables de l’importation de son énergie et de son déficit en eau, la Jordanie a mis en œuvre des méga‑projets dans les secteurs de l’eau, de l’énergie et des transports au début du 21e siècle. 30 milliards de dollars de projets sont budgétés sur 20 ans. Le plus important, de 11,6 milliards de dollars, est le projet de canal Mer Rouge – Mer Morte, qui repose sur la participation conjointe de la Jordanie, d’Israël et de l’Autorité palestinienne. Plusieurs études de faisabilité se sont succédées, la dernière présentée en février 2012. Mais plus que des questions techniques, c’est l’absence de stabilité régionale qui freine la réalisation du projet. Ce canal requiert une énergie considérable qui sera fournie par un grand projet de nucléaire civil de 4,5 milliards de dollars. La politique énergétique du pays repose sur le principe du « mixte énergétique », associant des énergies renouvelables, mieux à même de préserver l’environnement. Autre domaine décisif de la politique des grands projets, les transports avec la construction d’une voie ferrée internationale qui permettra de lier les réseaux turcs et syriens à l’Égypte, la Jordanie faisant office de chaînon manquant à ce jour. Dans le court terme, la Jordanie peine à conduire des politiques qui préservent ses ressources fossiles et son environnement, l’urgence étant de fournir l’eau et l’énergie nécessaire à sa population en pleine expansion dans le centre du pays (Amman-Ruseifa-Zarqa), au pôle urbain et industriel d’Irbid et à la ville portuaire et touristique d’Aqaba.

Wadi Mujib Dam and Lehum.

Wadi Mujib Dam and Lehum.

M. Ababsa

Wadi al-Hasa.

Wadi al-Hasa.

C. Durand

Table des illustrations

Titre Wadi Mujib Dam and Lehum.
Crédits M. Ababsa
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Wadi al-Hasa.
Crédits C. Durand
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540