Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas of Jordan

 | 
Myriam Ababsa

Chapter eight - Social Disparities, Poverty Alleviation and Employment Policies

Introduction to Chapter eight

Texte intégral

Jordan is poor in natural resources and has repeatedly suffered from demographic surges caused by the Arab-Israeli conflict. The country’s economic survival is due in large to external sources of income: international financial aid - especially from America and Europe, financial aid from the Gulf countries and remittances sent home by Jordanian migrant workers. Foreign aid and remittances account for nearly one third of the income of Jordanian households, while food accounts on average for one third of household expenditure. Therefore the population is very sensitive to variations in commodity prices and to the removal of subsidies on basic foodstuffs. The abrupt removal of subsidies is likely to lead to social unrest, as was the case during the spring of 1989 in the impoverished and neglected southern parts of Jordan, as well as in 1998 and 2002 in Ma‘an. Consequently, the Jordanian government has undertaken to study poverty and its prevalence within the Jordanian population in order to address it better. The first national survey on household expenditure and income, whose data is used to calculate the poverty line, was completed in 1987. Five similar surveys have since been carried out at five year intervals. These studies are essential for defining indicators of poverty in the Kingdom, and have identified «pockets of poverty», which have been the focal point of public policies for poverty reduction since 1989. This focus on the ‘poor’ by the Jordanian authorities has altered the representation of Jordanian society. The traditional, finer, representation of Jordanian society in the categories of wealthy, middle-income and poor families has been replaced by a dichotomy of poor versus non-poor. However, recent years have seen renewed interest in the middle classes, which were generally considered to be dying out. Roughly defined as educated employees or entrepreneurial classes, they are more than ever perceived both as a potentially stabilizing and reformist force. It is estimated that the middle classes constitute between 20% and 40% of households. Situated between the poorest segments of society and the middle classes, more than a third of Jordanian households occupy insecure or poorly paid jobs, work illegally, and do their best to find housing. The government has set up a range of training and employment policies to help them, in an attempt to put an end to the country’s paradoxical situation of having a high growth rate but a very low participation rate of the workforce in the economy.

***

Pauvre en richesses naturelles, exposée à plusieurs reprises aux chocs démographiques générés par le conflit israélo-arabe, la Jordanie doit essentiellement sa survie économique à des sources externes de revenus : aide financière internationale – en particulier américaine et européenne, manne financière offerte par les pays du Golfe au titre de l’assistance aux «pays du front» contre Israël et remises de fonds envoyées par les travailleurs émigrés jordaniens à leurs familles résidant dans le pays. L’aide étrangère et les remises de fonds composent près du tiers des revenus des ménages jordaniens, dont le tiers des dépenses sont consacrées à l’alimentation en moyenne. Aussi la population est-elle très sensible aux variations du prix des matières premières et aux levées des subventions sur les produits alimentaires de base. Si ces dernières ont lieu de façon trop brutale, elles sont susceptibles de conduire à des révoltes sociales ; comme au printemps 1989 dans le Sud jordanien appauvri et négligé, mais aussi en 1998 et 2002 à Ma‘an. En conséquence, le gouvernement jordanien a entrepris d’approfondir ses connaissances sur la pauvreté et sa prévalence au sein de la population jordanienne afin de mieux y remédier. La première enquête nationale au sujet des dépenses et des revenus des ménages, dont les données servent de base au calcul du seuil de pauvreté, fut effectuée en 1987. Elle a, depuis lors, été suivie sur une base quinquennale par cinq autres enquêtes du même type. Indispensables à l’élaboration d’indicateurs de pauvreté dans le Royaume, elles ont permis de définir des «poches de pauvreté», point focal des politiques publiques de réduction de la pauvreté depuis 1989. Cette focalisation des autorités jordaniennes sur les «pauvres» a tendu à bouleverser la représentation de la société jordanienne. La dichotomie pauvre/non pauvres s’est substituée à la représentation traditionnelle, et plus fine, de la société jordanienne en catégories aisées, moyennes et pauvres. Cependant ces dernières années ont témoigné d’un regain d’intérêt pour la (les) classe(s) moyenne(s), que l’on déclarait communément en voie de disparition. Définies grosso modo comme les classes salariées ou entrepreneuriales dotées d’un certain bagage éducatif, elles sont plus que jamais perçues comme une force potentiellement stabilisatrice et réformiste à la fois. Selon les estimations, les classes moyennes formeraient entre 20 et 40 % des ménages. Entre les catégories les plus pauvres de la société et les classes moyennes se situent plus du tiers des ménages jordaniens qui occupent des emplois précaires ou mal payés, qui travaillent au noir, et qui tentent tant bien que mal de se loger. Tout un ensemble de politiques de formation et d’emploi sont conduites par le gouvernement pour les aider. Il s’agit de mettre un terme à ce paradoxe d’un pays au taux de croissance élevé mais au taux de participation des actifs à l’économie très faible.

Stairs to the City Center in Jabal Amman.

Stairs to the City Center in Jabal Amman.

M. Ababsa

Demonstrations in Fayçal Street, 25th February 2011.

Demonstrations in Fayçal Street, 25th February 2011.

J. Al Husseini

Table des illustrations

Titre Stairs to the City Center in Jabal Amman.
Crédits M. Ababsa
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Demonstrations in Fayçal Street, 25th February 2011.
Crédits J. Al Husseini
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540