Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas of Jordan

 | 
Myriam Ababsa

Chapter seven - Jordan’s Rentier Economy

Introduction to Chapter seven

Texte intégral

Jordan is a small country lacking in natural resources and with little useful land area. Since the 1970s the country has had a rentier economy. Its income is both direct, in the form of remittances from the hundreds of thousands of emigrants in the oil producing Gulf countries, and indirect, due to its geopolitical position as a pivotal country for peace in the Middle East, which guarantees generous international aid to ensure stability.

Jordan is a developing country that aspires to become an emerging country. With a GDP per capita of $ 4,326 in 2011 (International Monetary Fund) compared to $ 2,596 in 2006, its social indicators are favourable: population growth is under control at 2.3%, the number of poor is reducing (13.3% in 2008 down from 21.3% in 1997) and the unemployment rate is 13.5% (but over 25% for youth). Unemployment is structural in Jordan; it is linked to the development of an economy of welfare dependency and to the importing of 250,000 Egyptian and Asian workers who accept unskilled jobs for very low wages (the minimum wage was JD 150 in 2011). These immigrant workers represent almost a quarter of Jordan’s workforce.

The Jordanian economy is dependent on remittances ($ 3.2 billion in 2010, i.e. 12% of GDP, compared to 20% in 2000), revenue from tourism ($ 2.4 billion in 2010 down from $ 2.9 billion in 2008), foreign direct investment ($ 1.5 billion in 2010 down from $ 1.9 billion in 2008) and external financial assistance ($ 854 million in 2010 compared to $ 1 billion in 2008). In 2010, Jordan’s GDP was $ 26.5 billion (JD 19 billion). In 2011, the United States and Saudi Arabia increased direct aid to the Hashemite kingdom, which reached $ 1.02 billion to compensate for falling revenues from tourism and foreign direct investment following the Arab Spring.

This chapter deals with the evolution of the government’s economic policies since the 1980s, when a harsh economic crisis hit the country with the implementation of a structural adjustment plan imposed by the IMF. It shows that although the State encouraged policies of economic liberalisation, free trade with the United States via Qualifying Industrial Zones (QIZs), and foreign direct investment, it remains very present in terms of energy policy and water management (management of mega projects and the Ministry of Interior). The tertiary sector is the largest contributor to the economy, driven by finance, insurance and business services, as well as by transport and tourism, especially medical and religious tourism.

***

Petit pays dénué de ressource naturelle et au territoire utile réduit, la Jordanie a depuis les années 1970 une économie de type rentier. Sa rente est à la fois directe, liée aux remises de fonds de ses centaines de milliers d’émigrés dans les Pays du Golfe producteurs de pétrole ; mais aussi indirecte, du fait de sa position géopolitique de pays pivot de la paix au Moyen-Orient, qui lui garantit une aide internationale abondamment déversée pour en garantir la stabilité.

La Jordanie est un pays en développement qui aspire à devenir un pays émergent. Avec un PIB de 4326 $ par habitant en 2011 (FMI) contre 2596 dollars en 2006, ses indicateurs sociaux sont bons : une croissance démographique maîtrisée à 2,3%, la réduction du nombre de pauvres (13,3 % en 2008 contre 18,2 % en 1997) et un taux de chômage établi à 13,5% (mais plus de 25 % pour les jeunes). Le chômage est structurel en Jordanie, lié au développement d’une économie de dépendance sociale et à l’importation massive de 250 000 travailleurs égyptiens et asiatiques qui acceptent des emplois non qualifiés, pour un salaire très bas (190 JD de salaire minimal en 2012). Ils forment presque le quart de la population active employée en Jordanie.

L’économie jordanienne est dépendante des transferts des migrants (3,2 milliards de dollars en 2010, soit 12 % du PIB mais 20% en 2006), des revenus du tourisme (2,4 milliards de dollars en 2010 contre 2,9 milliards en 2008), des investissements directs étrangers (1,5 milliards de dollars en 2010 contre 1,9 milliards en 2008) et de l’aide financière extérieure (854 millions de dollars en 2010 contre un milliard en 2008). En 2010, son PIB est de 26,5 milliards de dollars. En 2011, les États‑Unis et l’Arabie Saoudite ont augmenté leur aide directe au royaume hachémite, qui a atteint 1,02 milliars de dollars afin de compenser les chutes de revenus du tourisme et des investissements directs étrangers liés au printemps arabe.

Ce chapitre présente l’évolution des politiques économiques conduites par le gouvernement depuis les années 1980, moment de crise économique sévère avec la mise en œuvre du plan d’ajustement structurel imposé par le FMI. Il montre que si l’État a encouragé les politiques de libéralisation économique, de libre échange avec les États-Unis via la politique des zones industrielles qualifiées, et d’accueil aux investissements directs étrangers, il n’en demeure pas moins très présent pour ce qui est de la politique énergétique et de la gestion de l’eau (direction des méga-projets, ministère de l’intérieur). Le secteur tertiaire est celui qui contribue le plus à l’économie, porté par la finance, les assurances et les services aux entreprises, puis par les activités de transports et le tourisme, notamment médical et religieux.

Young Jordanians in Aqaba.

Young Jordanians in Aqaba.

J. Bonhomme

Amman, Abdali Market.

Amman, Abdali Market.

M. Ababsa

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Young Jordanians in Aqaba.
Crédits J. Bonhomme
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Amman, Abdali Market.
Crédits M. Ababsa
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/5024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540