Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et espaces en Palestine

 | 
Roger Heacock

III. Histoire du temps présent

La transformation de l’identité politique des réfugiés dans les camps de Cisjordanie et de la bande de Gaza

Majdi al-Malki

Entrées d'index

Mots clés :

identité, réfugiés, camps

Géographique :

Cisjordanie, Palestine

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour plus de détails sur les retombées sociales de la séparation de la Cisjordanie et de la bande (...)

1Le morcellement de la société palestinienne est le résultat des deux guerres, celle de 1948 et celle de juin 1967, qui ont respectivement coupé la bande de Gaza de la Cisjordanie, puis la Cisjordanie du reste des pays arabes environnants, en particulier de la Jordanie, portant atteinte à l’intégrité du tissu social et culturel1. Puis se sont succédé les Intifadas. Lors de la dernière, l’Intifada d’al-Aqsa, Israël a coupé une deuxième fois la Cisjordanie de la bande de Gaza, séparé les villes de leurs villages et les zones d’administration palestinienne les unes des autres. Cette société s’est ainsi trouvée morcelée en zones géographiques, sociales et économiques dispersées et isolées, ce qui a conduit au renforcement des communautés locales dans tout ce qu’elles représentent de culture clanique, d’institutions patriarcales traditionnelles et d’appartenances régionales. Cette situation a, bien sûr, fortement contribué à limiter la possibilité, pour les Palestiniens, à la fois d’enraciner un « contrat social » et de se rencontrer autour d’une stratégie globale pour la politique et le développement de la nation.

2Depuis le déclenchement de l’Intifada d’al-Aqsa, les conditions de vie et la situation politique dominante en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ont engendré chez les citoyens palestiniens un sentiment de vulnérabilité et d’insécurité. Ce sentiment a renforcé en eux la conscience de l’importance de la famille, des relations de proximité et de solidarité locale, comme dernier recours pour assurer la sécurité, la protection, et répondre aux besoins primordiaux des individus et des familles. C’est ainsi que s’est accentué le morcellement social. La famille, la famille agrandie ou la communauté locale, de par leurs activités de solidarité informelles (institutionnalisées ou non), sont devenues l’élément de base pour pourvoir aux besoins minimums des habitants en matière d’économie et de sécurité. Ces institutions sociales en sont venues à constituer à la fois la sphère où évoluent les individus, et leur intermédiaire avec le monde extérieur. Par conséquent elles sont devenues la référence essentielle pour les comportements et les valeurs des individus, dans un contexte de régression du rôle des institutions de l’Autorité nationale. Ces dernières ont en effet perdu la capacité d’assurer la protection et l’aide au citoyen, dans les difficiles circonstances politiques et économiques qui prévalent depuis le déclenchement de la deuxième Intifada. Ceci a engendré un sentiment général de frustration vis-à-vis des institutions nationales, renforçant le repli des citoyens vers leurs familles et leurs communautés locales, et conduisant à l’apparition de nombreuses prises de position négatives et indifférentes vis-à-vis des causes d’intérêt général, comme la construction institutionnelle, la lutte contre la corruption, la participation au processus démocratique, et autres questions qui ne signifient plus grand-chose pour le public.

3Dans ce contexte social, la présente étude examine l’identité politique particulière des réfugiés des camps (ceux qui vivent en permanence dans les camps) comparée aux autres communautés locales. Notre hypothèse est que l’identité des réfugiés des camps s’est transformée au cours des décennies qui se sont écoulées depuis 1967, et particulièrement entre la période précédant les accords d’Oslo et celle qui a suivi.

  • 2 H. Barakat, 2000 : La société arabe au vingtième siècle, (en arabe, Beyrouth : Centre d’études de l (...)

4En général, on entend par identité la conscience de soi, et celle du devenir historique singulier d’un groupe humain lié à la position matérielle et idéelle qu’il occupe. Cette conscience se forme sous l’effet des caractéristiques et des intérêts communs qui définissent l’orientation du groupe et ses représentations de l’autre, les buts particuliers qui le distinguent d’autrui et poussent ses membres à travailler ensemble pour affirmer leur existence, préserver leurs réalisations et améliorer leur situation2. Car l’identité, du fait qu’elle est à la fois objective et subjective, est la conscience de l’homme, et son sentiment d’appartenance à une société, une nation, un groupe ou une classe, dans le cadre de l’appartenance humaine en général. Elle est notre réponse aux questions « Où sommes-nous ? », « Où allons-nous ? », « Que voulons-nous pour nous-mêmes et pour les autres ? » Et elle est notre conscience de la place que nous occupons sur la carte des relations, des oppositions et des luttes en cours.

5Par identité politique locale, nous entendons ici le sentiment qu’ont certains habitants de faire partie d’une catégorie de la population distincte. Ces personnes ont le sentiment qu’une différence est établie entre leur position politique, sociale et économique, et celle des autres, entre leur passé et leur avenir politiques et ceux de la société environnante. Dans le cas des réfugiés des camps de Cisjordanie et de la bande de Gaza, on remarque que c’est leur réalité politique particulière (passé et avenir) qui singularise leur situation sociale et économique au cœur de la société globale dans ces deux régions. Ce sentiment de différenciation se reflète dans des comportements politiques, économiques et sociaux, et se renforce par un attachement au lieu bien délimité qu’est le camp. Avant 1967, cette identité a émergé exclusivement dans les camps, pour deux motifs principaux : d’une part le facteur historique et politique que constitue le maintien des camps, le mot d’ordre étant le refus d’une installation définitive, et d’une intégration des camps aux villes ; et d’autre part, la discrimination pratiquée historiquement à l’encontre des réfugiés, catégorie d’habitants considérés comme des intrus. Cette discrimination a eu des répercussions sur les relations sociales, économiques et culturelles.

Remarques méthodologiques

6Cette étude s’appuie sur des questionnaires distribués à un échantillon de population dans les camps du centre, du sud et du nord de la Cisjordanie, et de même pour la bande de Gaza. Des entretiens semi-directifs ont été menés avec un certain nombre d’habitants, des personnes jeunes et d’autres d’âge moyen (entre quarante et cinquante ans). Cet échantillon englobe les camps d’al-Am‘ari à Ramallah, d’al-Dahayshe à Bethléem, de Jenine dans le nord de la Cisjordanie, et celui de Khan Younis dans la bande de Gaza.

7L’accent a été mis sur la collecte et le recoupement d’informations portant sur la nature de l’activité politique et partisane durant les années soixante-dix et quatre-vingt, la période consécutive aux accords d’Oslo, et l’Intifada. Il en a été de même pour les comités de travail bénévole et les clubs, la nature de leurs activités et celles de leurs dirigeants. Nous avons également examiné la transformation des relations entretenues par les habitants des camps avec la société environnante, leurs représentations de l’Autre et leurs prises de position par rapport à lui. La comparaison a aussi porté sur leurs comportements et leur vécu durant la première et la deuxième Intifada. Enfin, nous avons cherché à comprendre l’évolution des relations sociales internes au camp, notamment en ce qui concerne la solidarité et l’allégeance familiale et régionale, comparées à l’allégeance partisane.

L’identité politique durant les années soixante-dix et quatre-vingt

8De nombreux facteurs enchevêtrés ont contribué à influencer la formation de l’identité politique des réfugiés palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Les plus importants sont le travail en Israël et la hausse du niveau de vie. Le travail en Israël a conduit à une augmentation des revenus chez la majorité des habitants des camps, et à l’acquisition de compétences professionnelles particulières. Par conséquent il a contribué à générer un mouvement de travail important, surtout chez les familles d’origine rurale. Quant à la hausse générale du niveau de vie, liée elle aussi au travail en Israël, elle a eu comme conséquence la réduction des écarts sociaux entre les réfugiés en général (les habitants des camps en particulier), les habitants des campagnes et ceux des villes. Le processus de ruralisation des villes et d’urbanisation des campagnes a contribué à généraliser l’homogénéisation sociale. En effet, l’occupation, l’arrêt de la croissance économique et l’exode rural ont empêché le développement et l’extension des villes, où la culture rurale s’est renforcée. Quant aux campagnes, leurs habitants ont déserté le travail agricole au profit du travail en Israël, et ont commencé à adopter des modes de vie urbains.

9Durant les années soixante-dix, cette situation fut renforcée par l’ouverture de nouveaux domaines de promotion sociale, comme l’enseignement, le travail en Israël, et l’émigration en Amérique. Dans ce cadre, les choix individuels de style de vie et d’identité devinrent les plus importants. Il importait moins de savoir « d’où l’on venait » que de savoir « où l’on voulait aller ». Le lieu de résidence, les conditions de vie et les aspirations des jeunes au changement devinrent des facteurs importants pour déterminer l’identité de la jeunesse et ses capacités à saisir les occasions.

10La hausse du niveau de vie contribua à rendre possible, pour certains jeunes foyers, le déménagement dans les villes. Ce changement de lieu devint un symbole important du nouveau pouvoir économique et social de certains habitants des camps, et de la transformation de leur niveau de vie. De manière générale, cette époque a connu un mouvement accéléré vers les villes. La proximité a toujours été un facteur contribuant à l’assimilation des habitants des camps au sein des villes. Mais il ne s’agissait que d’une assimilation économique et professionnelle, puisque les habitants des camps constituaient une main-d’œuvre bon marché. Après 1967, ils purent s’intégrer dans une plus large mesure, et devinrent des citoyens sous occupation comme les autres.

11L’occupation israélienne a créé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza des conditions politiques, économiques et sociales qui mirent l’ensemble de la société (les habitants des camps, des villages et des villes), devant des défis communs. Le sentiment dominant était celui de la menace extérieure, et d’une destinée commune face aux pratiques politiques israéliennes.

12Certaines factions de l’Organisation de Libération de la Palestine parvinrent à pénétrer les rangs de la jeunesse palestinienne, surtout après 1982, au travers d’un vaste réseau public, comme les cercles estudiantins, ouvriers et féminins. Ces factions touchèrent les jeunes des camps qui avaient pu rejoindre les universités et les mouvements estudiantins, et qui constituaient une catégorie sociale d’avant-garde, la plus politisée dans la lutte contre l’occupation.

L’identité des réfugiés durant les années soixante-dix et quatre-vingt

13Les habitants des camps se sont distingués, durant cette période, par la prédominance d’une culture collective exprimant leur identité politique à deux niveaux : d’une part l’affirmation de l’orgueil d’être réfugié, car, en tant que premières victimes de la Nakba, ils étaient les dépositaires du souci national ; et d’autre part, la tentative de sortir de la marginalisation imposée par l’ensemble des conditions politiques, économiques et sociales.

  • 3  Voir O. F. Ughland et S. Tamari, 1993-1994 : « Aspects of Social Stratification », dans Aspects de (...)

14Cette culture a eu des effets divers sur l’identité politique et sociale. Cette identité politique était résistante et nationaliste et intégrée au niveau national. Par ailleurs, il s’agissait de lutter activement pour sortir de la marginalisation économique et sociale, et participer, avec les autres catégories d’habitants, à la résistance contre la marginalisation politique. Elle tendait à un rassemblement au niveau national, à un rapprochement avec la société urbaine plutôt qu’à la volonté d’entrer en conflit avec elle. C’était une société où prédominait le sentiment que la lutte essentielle était celle contre l’occupation, et où les conflits sociaux dans leurs aspects verticaux et horizontaux (classes sociales, conflits entre générations, entre les habitants de la ville, du camp et du village) s’étaient donc marginalisés3. Cela ne signifie certes pas que ces oppositions avaient disparu, mais bien plutôt qu’elles étaient mises au second plan. Elles étaient devenues latentes et dissimulées étant donné le caractère essentiel du conflit avec l’occupant. Cette attitude fut couronnée de succès pendant la première Intifada, même si des dissensions apparaissaient entre la génération des jeuneset celle des pères, dans un climat de conflits et detentatives de révolte contre le système patriarcal, et tout ce qu’il impliquait. Les appartenances familiales et régionales avaient perduré après la Nakba tout au long des années cinquante et soixante. Mais après l’occupation, c’està-dire après 1967, elles régressèrent au sein du camp, au profit de l’intégration dans la société globale. Ceci grâce au travail en Israël, et parce que la société palestinienne dans son ensemble avait commencé à vivre dans des conditions semblables. Par conséquent, la révolution n’a pas joué un grand rôle, surtout au début, dans l’identité « intégrée » des habitants des camps comme ce fut le cas au Liban; en revanche, les conditions sociopolitiques apparues durant l’occupation eurent dans l’ensemble une importance déterminante.

15Durant cette période donc, les partis politiques intensifièrent leur présence dans les camps par le biais des militants, sans distinction entre les formations partisanes à l’intérieur ou à l’extérieur. Les habitants des camps adhérèrent aux mouvements sociaux – mouvements de femmes, d’ouvriers, et de jeunesse – ainsi qu’aux comités de travail bénévole basés à l’extérieur, mais ayant des activités à l’intérieur.

L’identité politique des habitants des camps depuis l’Accord d’Oslo

16Après Oslo, de nouveaux facteurs ont contribué à infléchir l’identité politique des habitants des camps dans le sens d’une identité particulière, y compris pour les réfugiés qui avaient déménagé en ville. Le rôle primordial dans cette évolution fut celui des politiques adoptées par la nouvelle Autorité nationale palestinienne, dès son instauration en 1994, et plus précisément par le président Yasser Arafat, qui gratifia les habitants des camps de Cisjordanie et de Gaza de libertés dans les domaines économique et politique et d’un haut degré d’indépendance vis-à-vis des pouvoirs locaux et du gouverneur. En ce qui concerne la loi et la souveraineté, les camps se sont mis à former des îlots indépendants, échappant à l’Autorité, à ses appareils exécutifs, et surtout aux services de sécurité.

  • 4 A. Signoles, 2001 : « Réfugiés des camps, réfugiés des villes et familles autochtones », in La Pale (...)
  • 5 Durant la préparation des élections municipales, en 1996-1997, un vaste débat surgit entre l’Autori (...)

17Il y avait donc une distinction croissante, d’un point de vue administratif, entre les camps et les pouvoirs locaux. En effet,les camps avaient gardé des liens avec l’UNRWA, l’embauche des réfugiés palestiniens n’étant pas soumise à l’administration des pouvoirs locaux, et les habitants des camps ne participaient pas en général aux élections locales. Cette distinction existait bien sûr durant la période précédente, mais l’Autorité l’avait conservée, et c’est ce qui donnait à ce lieu particulier qu’est le camp une situation économique, sociale et politique distincte de celle des sociétés rurales et urbaines. Ceci apparut clairement lors de la réunion des représentants des camps de Cisjordanie, à Dehayshe près de Bethléem en 1996, organisée à la suite des débats autour de la possibilité d’une participation des réfugiés aux élections locales. « Il faut considérer les réfugiés des camps comme une entité sociale, politique et légale unique, aux particularités bien distinctes, et qu’il importe de conserver. Par conséquent, il ne faut en aucun cas les contraindre à participer aux élections locales4. » Dans ce contexte, on commença à encourager la formation de comités et d’institutions s’occupant des questions des réfugiés, comme l’association des informations alternatives, SHAML (centre des réfugiés et de la diaspora palestinienne), ou encore des institutions s’occupant des jeunes, des femmes, et des familles de martyrs. Ce mouvement de renaissance du camp fut couronné par la formation de comités populaires, d’institutions responsables de la gestion des affaires du camp, reconnues par l’Autorité et élues. Il s’agissait de comités de coordination et de développement parfaitement indépendants des pouvoirs locaux, ayant leur propre dimension politique et sociale5. À partir de là, les habitants des camps commencèrent vraiment à former un groupe de pression ayant une grande influence sur l’Autorité.

18Ceci étant, l’époque fut caractérisée sur le plan économique par une dégradation du poids des camps, malgré la distinction politique que leur avaient accordée le président Arafat et l’Autorité. En effet, le niveau et la qualité de vie baissèrent, surtout après la fermeture du marché du travail israélien, et le processus de marginalisation des habitants des camps s’accentua. L’existence de l’Autorité nationale palestinienne permit, pour la première fois, l’émergence d’un champ politique national, avec tout ce que cela signifie en terme d’élites politiques et économiques dominantes. Le degré de proximité ou d’éloignement vis-à-vis de ces élites détermine la position dont jouit telle catégorie ou telle autre, la nature de la répartition de la richesse, ainsi que l’influence matérielle ou morale. Pour la première fois dans la société palestinienne apparurent de nouvelles élites, à l’intérieur des territoires palestiniens ; elles se caractérisaient par leur monopolisation des hauts postes administratifs et politiques de l’Autorité nationale. Ces élites tiraient principalement leur force des hautes fonctions qu’elles occupaient dans les partis palestiniens (elles cumulaient plusieurs postes de direction au sein de l’OLP et de leurs partis respectifs), et dans les administrations. Inutile de préciser que ces éléments dominants ne provenaient que très rarement des camps de Cisjordanie ou de Gaza. La marginalisation sociale des réfugiés s’est accompagnée d’une marginalisation politique de la cause essentielle qui les avait toujours unis : le droit au retour. La Nakba, et ce qu’elle a engendré de souffrances, d’exode, et de privation, est l’un des principaux éléments constitutifs de l’identité palestinienne, plus particulièrement de celle des réfugiés.

  • 6  À savoir retour et dédommagement en échange de la fin du conflit.

19Les conséquences de la Nakba et de l’exode ont longtemps été supportées en vertu du principe du droit au retour. Cependant ce droit commença objectivement à se désintégrer avec les compromis politiques avancés à Oslo. Le renoncement de fait au principe du droit au retour, la reconnaissance d’Israël par l’OLP et son acceptation d’instaurer un État palestinien dans les frontières de 1967, alors que sa doctrine officielle insistait sur l’importance d’exercer le droit au retour selon les résolutions des Nations Unies6, tout cela constituait une contradiction aux yeux des réfugiés des camps de Palestine et de la diaspora. La position officielle de l’Autorité devint la suivante : les solutions politiques proposées dans le cadre d’Oslo sont politiquement acceptables, mais elles ne sont pas nécessairement justes ; cependant, le prix à payer pour ces solutions est l’arrêt des combats. Accepter d’arrêter les combats revenait à entériner définitivement le dommage historique causé aux Palestiniens, et précisément aux réfugiés. Renoncer au droit au retour revenait à se nier soi-même, et à se défaire de l’un des éléments les plus importants de l’identité palestinienne, surtout celle des réfugiés. En réaction à cette transformation du discours officiel, et au sentiment de frustration général, qu’il fût social, économique ou politique, les prises de position commencèrent à changer dans les camps de Cisjordanie, et déterminèrent un changement d’attitude envers l’Autorité et la société palestinienne en général.

20Cette nouvelle identité politique s’accompagna d’une tension croissante dans la relation avec la société globale et les différentes institutions de l’Autorité. Cette tension passa de relations crispées avec les pouvoirs locaux (les municipalités, les conseils des villages voisins, certains quartiers des villes etc.) à de violents affrontements armés. Ceux-ci atteignirent leur paroxysme en 1999-2000 avec des tirs aux environs de la muqata’a (le siège de l’Autorité) à Ramallah, l’obligation, pour les commerçants, de fermer leurs boutiques, l’affrontement armé avec les habitants de certains quartiers des villes (notamment à Naplouse et à Ramallah), le prélèvement par la force d’impôts sur les magasins (racket), etc.

Nature de l’identité politique des réfugiés après Oslo et pendant l’Intifada d’al-Aqsa

21Après les accords d’Oslo, l’identité politique des réfugiés eut davantage tendance à reposer sur des convictions et des positions politiques, économiques et sociales collectives. Elle se sépara progressivement de l’environnement social global, en s’opposant à l’Autre, à savoir l’Autorité, la société globale ou l’occupant. Cette identité politique est donc essentiellement locale, et considère que les habitants des camps sont les grands perdants politiques des accords d’Oslo. Ils sont les plus visés par l’occupation, puisqu’ils la subissent en permanence et lui opposent le plus de résistance. Cette identité est attachée encore davantage au lieu que constitue le camp. Elle s’appuie sur lui et sur son peuple, tout comme sur le statut de réfugié, pour se distinguer de la société environnante, qui a politiquement cessé de s’intéresser au droit au retour, de même que, sur le plan social et économique, elle a cessé de s’intéresser aux camps. Cette identité politique se nourrit d’une culture de solidarité régionale et familiale locale qui, inversement, se nourrit d’elle. En effet, le renforcement des appartenances familiales et locales des individus a affaibli les valeurs de citoyenneté, ce qui a affecté la culture politique de la société. Les valeurs et les normes de la citoyenneté ont régressé en tant qu’instruments de contrôle social et de dissuasion interne. Ce sont pourtant ces valeurs qui étaient supposées approfondir l’appartenance à la société globale, ainsi que le respect et la loyauté vis-à-vis d’elle, et qui donnent à cette société globale la priorité sur les formations sociales plus petites, poussant ainsi les individus et les groupes, dans la gestion de leur vie et de leurs combats, à ne pas dépasser la limite au-delà de laquelle l’entité sociale globale serait menacée, ou au-delà de laquelle ils cesseraient d’en faire partie. Cette tendance localiste s’est accompagnée d’une baisse des capacités dissuasives de l’Autorité palestinienne, ainsi que du recul des lois, supposées exercer une coercition organisée sur les individus et les groupes, comme ultime ligne de défense de l’entité sociale, si les instruments de contrôle culturels et moraux échouent ou achoppent. Le degré de conformité des individus et des groupes à ces outils de dissuasion dépend de l’ampleur de leur conscience, et de leur sentiment que leur appartenance à l’entité sociale en vigueur est le meilleur des choix possibles parmi ceux qui leur sont présentés pour répondre à leurs besoins matériels, spirituels et symboliques. Or, dans la conjoncture palestinienne, en raison de la faiblesse des institutions nationales, du recul du pouvoir dissuasif de l’Autorité ainsi que de la perte de confiance des citoyens en elle, ces derniers se sont orientés vers les valeurs familiales et vers un renforcement des cultures de solidarité locale, valeurs qui se sont généralisées par rapport aux différentes institutions de la société, et parmi elles, les institutions gouvernementales. Ceci n’est nulle part plus manifeste que dans les camps de réfugiés.

Aspects de l’identité politique durant cette période

22Les aspects les plus importants de l’identité politique des camps durant cette période sont les suivants :

231. L’émergence d’une culture de solidarité locale, rattachée, principalement, et de manière dialectique, à l’existence d’une identité politique locale.

24La situation respective des camps étudiés fait apparaître l’émergence d’une culture de solidarité reposant principalement sur une identité politique particulière, et s’inscrivant dans un lieu historiquement porteur de significations politiques. En effet, l’identité politique locale historiquement présente a constitué le facteur principal pour activer une culture de solidarité particulière pendant l’Intifada, dans le cadre du développement d’actions d’adaptation résistante – en dehors de toute considération sur l’ampleur de l’intégration au tissu social, puisque celui-ci, dans les camps, s’axe principalement sur des appartenances régionales.

  • 7  M. al-Malki et alii, 2003 : La société palestinienne face à l’occupation : sociologie de l’adaptat (...)

25Les situations étudiées dans les camps ont fait apparaître l’existence de deux niveaux d’utilisation de l’identité politique locale pour activer la culture de solidarité et l’action collective7.

26Au premier niveau, on trouve une culture de solidarité s’appuyant sur l’ensemble des activités politiques de résistance à l’occupation. Au travers de ces activités, les partis politiques sont le plus souvent sollicités et unifiés face à l’occupation. Les arrangements et les alliances entre eux se renforcent au niveau local, indépendamment de la nature de leurs relations au niveau national. Ceci est clairement apparu dans le camp de Jenine, et on peut l’expliquer ainsi : dans ce camp, les partis politiques ont travaillé à coordonner leurs efforts, d’une part pour faire face à l’occupation, et, d’autre part, pour augmenter leur degré d’efficacité à organiser les actions de solidarité et les relations internes. Cette coordination et cette coopération ont pris la forme de pratiques économiques solidaires ; elles ont aussi des aspects sociaux, comme la résolution des conflits, la régulation des interactions sociales et, enfin, une forme de résistance politique et militaire qui intègre différentes catégories de gens, comme les enfants et les femmes. En contrepartie, les actions de résistance ont joué un rôle important dans le développement d’une culture politique de solidarité interne au niveau du camp, et, chez tous les citoyens, le sentiment s’est amplifié selon lequel « tout le monde est visé, il faut faire face et tenir bon ». C’est aussi ce qui s’est traduit dans l’ensemble des activités d’adaptation résistante. Donc, d’un côté, la culture et le sentiment général de la nécessité de s’entraider ont renforcé, au niveau du camp tout entier, l’action collective de résistance politique directe ou d’économie solidaire, et d’un autre côté, la pratique de la résistance collective et la menace extérieure ont renforcé la culture collective, l’une renforçant l’autre dans un fonctionnement dialectique.

27Quant au deuxième niveau, il s’agit du développement d’une culture de solidarité locale, construite sur une identité politique qui s’oppose à « l’autre » dans la même nation, comme le pouvoir politique, les pouvoirs locaux, ou les autres communautés, locales, rurales ou urbaines. De plus, l’intensité de la répression qui s’est abattue sur les camps, la marginalisation où les a laissés l’Autorité palestinienne, et le sentiment dominant de responsabilité, chez les principaux partis et institutions actives, devant la nécessité de subvenir aux besoins essentiels des habitants, les a poussés à activer la culture de solidarité et l’identité politique locale. Ceci se manifeste notamment dans certaines expressions reprises par les habitants des camps, surtout le camp de Jenine : « Nous sommes les fils du camp », « Nous sommes ceux qui ont protégé la dignité du peuple palestinien en avril », et autres plaisanteries tournant en dérision certains symboles de l’Autorité palestinienne ou se moquant des habitants de certaines régions dont la résistance a été particulièrement faible, comme les habitants de Ramallah.

282. Le niveau de développement de l’organisation interne du camp, nécessaire pour s’adapter aux conditions de la lutte directe contre l’occupation israélienne.

  • 8  Nous pouvons énumérer les comités qui se formèrent dans le quartier « al-Tufah » du camp de Khan Y (...)

29On remarque que les comités populaires ont été dynamisés dans l’ensemble des camps étudiés, surtout quant à leur rôle dans l’organisation des affaires intérieures du camp, du travail des réfugiés, de la coordination avec l’UNRWA, avec les institutions de l’Autorité palestinienne, et les autres partenaires. De même, des comités de quartier se sont formés, traits d’union avec le comité populaire du camp. On a vu également se former des comités spécialisés pour la reconstruction des maisons détruites, le relogement des habitants, le gardiennage, et enfin ceux qui récoltaient et organisaient l’aide sociale. Ces comités se sont attachés à préserver les biens publics, à fournir du travail aux chômeurs, à assurer le ravitaillement ainsi que des aides financières aux sinistrés et aux personnes dans le besoin. Ils ont également assuré la coordination avec les institutions nationales comme les syndicats, les institutions de l’Autorité, du pouvoir local, et les institutions internationales comme l’UNRWA ou d’autres. Ils ont encore travaillé à la réhabilitation des logements sinistrés, à la recherche de logements de remplacement pour leurs habitants, à la mise en place de projets d’embauche avec les partenaires financiers locaux et internationaux. Ces comités spécialisés ont, dans l’ensemble, travaillé en coordination avec les comités populaires des camps. Pour donner un exemple : les habitants du quartier « al-Tufah », au camp de Khan Younis, ont mis en place de nombreux comités pour faire face aux conditions exceptionnelles dans lesquelles la violence de l’occupation a fait basculer leur quartier, et pour améliorer l’organisation locale dans le cadre de la lutte contre l’occupant. L’une des premières préoccupations des différents comités, se trouvait être la coordination et le suivi avec les différentes institutions à l’intérieur et à l’extérieur du camp, dans le but de mobiliser de l’aide pour ses habitants sinistrés. D’autant plus que le quartier a été directement exposé à une répression intensive, qui a conduit à priver de leur logement et de leur source de revenus des dizaines de familles. Le quartier s’est donc appauvri. Les différents organismes qui ont fourni des aides ont estimé que 80 % des habitants du camp souffraient de pauvreté. Les aides représentaient la ressource principale pour couvrir les besoins essentiels. De nombreux comités se sont formés dans le quartier, et ont travaillé en coordination avec les institutions du camp, les institutions actives de la ville de Khan Younis, les institutions représentant l’UNRWA dans le camp, le conseil municipal, et enfin le comité des forces nationales islamiques. Les différents comités qui ont travaillé dans ce quartier ont donc réussi à obtenir du soutien et à récolter différentes aides provenant de sources variées8.

303. Les activités politiques visant à mobiliser le soutien extérieur, et à attirer l’attention du monde sur les besoins de ces camps et les conditions de vie qu’on y trouve.

31Ces activités politiques prennent tour à tour des aspects publics ou cachés. Parmi l’ensemble des activités politiques publiques, nous pouvons citer les manifestations organisées dans certains camps pour protester contre les prises de position politiques et politiciennes de l’Autorité ou de certaines de ses institutions, pour exiger des droits pour les habitants des camps, pour refuser d’accueillir ou de traiter avec des emblèmes de l’Autorité ou des institutions internationales ou encore avec certains symboles de la société civile et des pouvoirs locaux. Dans certains camps, il y a aussi des affrontements avec les appareils de sécurité, la coordination des forces partisanes du camp s’exerçant, en particulier, pour protéger les cadres des partis et empêcher leur arrestation. Les camps peuvent également envoyer des délégations au pouvoir central afin de protester ou d’exiger que leurs droits soient respectés. Ces protestations publiques sont allées jusqu’à prendre parfois la forme d’enlèvements de responsables.

Conclusion

32La société palestinienne, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a réussi, pendant les années soixante-dix et quatre-vingt, à atteindre un haut degré d’homogénéisation sociale. Les écarts de classe se sont résorbés sous l’action de nombreux facteurs politiques, économiques et sociaux, contribuant à la généralisation d’une culture politique de résistance à l’occupation, et d’appartenance aux institutions nationales. Mais après les accords d’Oslo, de nouveaux facteurs ont émergé qui ont renforcé une culture politique spécifique, ayant une dimension locale, attachée au lieu du camp, et qui s’appuie sur une solidarité sociale interne pour affronter « l’autre », particulièrement l’autorité politique, et la société de la ville voisine. La tension est montée entre les habitants des camps et ceux des villes voisines, de même qu’ont augmenté les affrontements avec l’Autorité et ses appareils de sécurité, lors de tentatives, de la part des camps, d’imposer leur légitimité propre, et ceci en s’appuyant sur « l’immunité » que certains, dans les hautes sphères de l’Autorité palestinienne, leur avaient allouée tout au long des années précédentes.

Notes

1  Pour plus de détails sur les retombées sociales de la séparation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, voir S. Tamari, 1993-1994 : « The Transformation of Palestinian Society. Fragmentation and Occupation », dans M. Heiberg et G. Ovensen : Palestinian Society in Gaza, West Bank and Arab Jerusalem, FAFO Report 151.

2 H. Barakat, 2000 : La société arabe au vingtième siècle, (en arabe, Beyrouth : Centre d’études de l’unité arabe) p. 59.

3  Voir O. F. Ughland et S. Tamari, 1993-1994 : « Aspects of Social Stratification », dans Aspects de la hiérarchie sociale, dans Heiberg et Ovensen, FAFO Report 151.

4 A. Signoles, 2001 : « Réfugiés des camps, réfugiés des villes et familles autochtones », in La Palestine en Transition, Les Annales de l’Autre Islam 8, Publication de l’ERISM, INALCO, Paris.

5 Durant la préparation des élections municipales, en 1996-1997, un vaste débat surgit entre l’Autorité et les réfugiés des camps autour de la possibilité pour ces derniers de participer à ces élections. En effet, le deuxième projet de loi sur les élections locales, en septembre 1996, avait mentionné le droit de l’ensemble des habitants de la Cisjordanie et de Gaza à participer aux élections locales, sans aucune exception pour les réfugiés. Ceci fut considéré comme le début d’un processus d’installation définitive, et une régression officielle du droit au retour. Pour cela, des représentants des divers camps se rassemblèrent en Cisjordanie dans la même période, et signèrent une déclaration par laquelle ils s’opposaient à l’Autorité et affirmaient leur refus de participer aux élections locales pour préserver leur identité particulière, et leurs droits en tant que réfugiés. C’est lors de cette réunion que se forma le Mouvement de défense des droits des réfugiés.

6  À savoir retour et dédommagement en échange de la fin du conflit.

7  M. al-Malki et alii, 2003 : La société palestinienne face à l’occupation : sociologie de l’adaptation résistante (en arabe), Ramallah : Muwatin, Institut palestinien pour l’étude de la démocratie, p. 186-190.

8  Nous pouvons énumérer les comités qui se formèrent dans le quartier « al-Tufah » du camp de Khan Younis :
1. Le comité de quartier, formé au début de l’Intifada, lorsque se constituèrent les quatre comités de quartier du camp de Khan Younis, chacun s’occupant d’un des blocs dont il se compose. Ces comités se constituèrent suite au bouclage du camp et à la mise au chômage des travailleurs. Chaque comité de quartier se composait de sept personnes choisies parmi les militants syndicaux et politiques. Ils se sont formés de manière spontanée, et leur rôle était limité. Ils n’ont reçu qu’une seule fois du ravitaillement, et l’ont distribué aux familles dans le besoin. Leur rôle prit fin quand commencèrent les opérations de destruction des maisons.
2. Le comité des victimes de la première destruction, qui avait touché sept maisons. Ce sont leurs propriétaires qui le formèrent. Ils travaillèrent à enregistrer les dommages qui leur avaient été causés, et commencèrent à coordonner leur action avec les différentes institutions, particulièrement l’UNRWA, et les institutions gouvernementales et non gouvernementales à l’extérieur du camp, dans le but d’obtenir un dédommagement. Le travail de ce comité dura environ cinq mois, et il obtint de nombreuses aides, dont les plus importantes furent une aide financière de deux mille dollars pour qui avait perdu sa maison, de la part de l’association islamique « al-Salah », et deux aides de ravitaillement de la part de l’UNRWA, des affaires sociales, et d’autres organismes. Cependant, le rôle de ce comité prit fin lorsque commença la seconde destruction.
3. Le comité des victimes de la seconde destruction des maisons, appelé « comité de quartier ». Il se forma lorsqu’eut lieu la destruction, d’un seul coup, de trente deux maisons, au début de la première année de l’Intifada. Il se constituait de sept personnes, représentant les propriétaires des maisons détruites, choisies dans leurs familles en fonction de leur niveau d’instruction, de qualification, et de l’activité politique ou sociale de certaines d’entre elles. Le comité se mit en contact avec les institutions gouvernementales et non gouvernementales, dans le but de dédommager les personnes sinistrées. Son rôle était de dresser les listes des dommages ayant atteint les habitants. Cependant ce comité ne dura guère, car les gens perdirent confiance dans sa manière de répartir les aides obtenues. Par ailleurs, sa focalisation sur les habitants des maisons détruites provoqua des oppositions de la part des autres catégories de sinistrés.
4. Des comités de gardiennage, d’obédiences politiques diverses, se sont également formés dans le quartier. Ils sont très nombreux, et ont un bas niveau d’organisation. Ils agissent quand se produit une invasion ou une descente nocturne, et disposent d’éléments pour aider aux urgences, et au déplacement des blessés lors de tirs ou de bombardements.
5. Les forces nationales islamiques s’étant manifestées à Khan Younis dès le début de l’Intifada, un comité des forces nationales islamiques s’est formé et tient des réunions hebdomadaires, ainsi que des réunions exceptionnelles, si nécessaire. Son rôle, selon l’expression d’un de ses membres, consiste à organiser les manifestations, à superviser les activités politiques, et à soutenir les habitants au moment des destructions.

Auteur

Associate professor of sociology, Birzeit University, Palestine.
mmalki@birzeit.edu

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540