Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Description de la Syrie du Nord

 | 
‘Izz al-Dīn ibn Šaddād

Chapitre III. Les marches (‘Awāsim) et leurs forteresses1

Texte intégral

  • 1 Ce troisième chapitre sur les marches fut publié en 1935 par Ch. Ledit dans la revue Machriq, 1935 (...)
  • 2 Sur les marches ou ‘awāṣim qui étaient ainsi nommées selon l’expression d’al-Balāḏurī « parce que (...)
  • 3 Sur ces différentes localités, voir infra, les chapitres qui leur sont consacrés.

1On les appela des marches (‘awāṣim) car les habitants des places-frontières (ahl al-ṯugūr) se protégeaient par elles (ya‘taṣimūn) quand un danger les menaçait de la part de l’ennemi2. Elles étaient avec les places-frontières inclues dans le ğund de Qinnasrīn, mais lorsque al-Rašīd prit le pouvoir, il sépara Antioche, Tīzīn, Dulūk, Ra‘bān, Manbiğ et Qūrus qu’il réunit en un ğund qu’il appela les marches (al-‘awāṣim)3.

ANTIOCHE4

  • 4 Sur Antioche et le rôle important qu’elle joua en Syrie du Nord, nous nous contenterons de signale (...)
  • 5 La description de la ville (ainsi que plus loin la liste des districts) est empruntée par l’auteur (...)
  • 6 Sur le mont Silpius, un des massifs du Ǧabal ‘Aqra au pied duquel la ville est construite, voir Ca (...)
  • 7 L’auteur a mentionné plusieurs fois l’Oronte mais sans jamais donner de détails. Fait-il ici allus (...)

2Elle est située dans le quatrième climat, sa distance à l’équateur est de trente six degrés, certains disent trente cinq, et sa distance au méridien du Maġrib (ẖaṭṭ al-Maġrib) est de soixante deux degrés5. C’est une ville ancienne qui n’a d’équivalent ni en terre d’Islam, ni en terre grecque. Elle possède un rempart en pierre dont la circonférence est de 12 milles [environ 24 km.]. Elle est située au pied d’une montagne qui la domine à l’est6. Son rempart entoure la plaine, s’élève jusqu’à mi-hauteur de la montagne, puis jusqu’au sommet, avant de redescendre et d’encercler à nouveau la ville dans la plaine. A l’intérieur du rempart on trouve des enclos (‘irāṣ), des champs cultivés, des jardins et de l’eau courante canalisée depuis les sources de la montagne jusqu’à la ville, ses marchés et ses maisons, comme à Damas. Ses constructions sont toutes en pierre. A l’extérieur de la ville coule un fleuve qu’on appelle l’Oronte ou al-Maqlūb (l’Inversé) car il coule du sud vers le nord. [Le long de ce fleuve] se trouvent des cultures, des domaines (ḍiyā‘), des vergers. Mais l’Oronte a déjà été évoqué et il n’est pas utile de le refaire ici7.

  • 8 Église Qusyān qui est sans doute la cathédrale Saint Pierre construite par l’Empereur Justinien, o (...)
  • 9 Ibn al-‘Adīm (Buġya, 69 r°) écrit Sam‘ūn. Šam‘ūn ou Simon était le vrai nom de l’apôtre Pierre.

3A l’intérieur de la ville se trouve l’église al-Qusyān8. C’est une grande église de très vaste bâtisse et de grande importance pour les Chrétiens. Ils prétendent qu’elle contient la main de Jean-Baptiste (Yaḥyā b. Zakariyā). Les Grecs appellent Antioche la ville de Dieu et la ville du roi, ou la mère des villes, car c’est la première où est apparu le Christianisme. Pierre (Bāṭruk) qui dirigeait les disciples avait son siège dans cette ville ; il s’appelait Simon (Šam‘ūn)9. On dit que c’est lui qui commença la construction de l’église d’al-Qusyān.

  • 10 Il s’agit sans doute de l’empereur Claude qui régna à Rome de 41 à 54. Cf. Downey, Antioch, 195-19 (...)
  • 11 Au début des années 40 selon la tradition. Cf. Actes des Apôtres, 11, 26. Sur l’origine du nom et (...)
  • 12 Justinien I (527-565). Sur le tremblement de terre de 528 (il y en eut quatre autres sous son règn (...)

4Dans un livre d’histoire grecque, il est dit que Claudius10 fut roi treize années et neuf mois ; ceux qui crurent au Messie sous son règne furent appelés à Antioche « Chrétiens » (naṣārā). C’est à Antioche que se situe l’origine de ce nom qui s’est ensuite répandu dans les autres pays11. Il est dit aussi dans ce livre que Justinien régna trente neuf ans ; la troisième année de son règne, Antioche fut engloutie ; un saint homme vit dans son rêve quelqu’un qui lui disait d’écrire sur les portes de la ville « Dieu est avec nous ». Depuis ce jour, on l’appela la ville de Dieu12. /

  • 13 Dans la sourate de la Caverne (traduction Masson-Sobhi).
  • 14 Sourate Ya-Sīn. Pour l’identification de la ville et du personnage auquel le Coran fait allusion, (...)

5Les commentateurs du Coran Précieux s’accordent à dire que c’est elle qui est mentionnée par la parole du Très-Haut dans l’histoire du mur [Coran, XVIII, 77)13 : « et ils arrivèrent auprès des habitants d’une cité (qarya) auxquels ils demandèrent à manger ... ». Puis il dit à la fin de l’histoire (Coran, XVIII, 82] : « quant au mur : il appartenait à deux garçons orphelins originaires de cette ville (madina) ... ». [C’est elle aussi qui est mentionnée] dans la citation [Coran, XXXVI, 13]14 : « Propose-leur en parabole les habitants de la cité (qarya) ... ». Puis il dit en fin d’histoire [Coran, XXXVI, 20] : « Un homme vint en courant des extrémités de la ville (madina) ... ». Dans les deux histoires, il l’a appelé « cité » (qarya) et « ville » (madina).

  • 15 Sur cet auteur (m. 289/902) connu sous le nom d’Ibn al-Faqīh, voir EI2, art. « Ibn al-Faḳih » (H. (...)
  • 16 Anū Širwān ou Ḫusraw Ier ou Chosroès (531-579) qui assiégea et détruisit Antioche en 540. Cf. Nöld (...)
  • 17 Sur al-Madā’in, l’ancienne Ctésiphon-Séleucie, fondation séleucide sur le Tigre en aval de Bagdad, (...)
  • 18 Sur Zand Ḫusraw appelée aussi Bih Az Nadiv Ḫusraw en persan, ce qui veut dire : « mieux qu’Antioch (...)

6Aḥmad b. Muḥammad b. Isḥāq al-Ḥamaḏānī al-Faqīh a raconté ceci dans son Kitāb al-buldān (Livre des pays)15 : « Quand Anū Širwān16 fit la conquête d’Antioche avec d’autres villes syriennes, il partit pour le ‘Irāq et construisit une ville à al-Madā’in17 à l’image d’Antioche, avec ses marchés, ses rues, ses maisons, et il l’appela Zand Ḫusraw18 ; c’est la ville que les Arabes appellent al-Rūmīya. Puis il ordonna qu’on y fît entrer les captifs d’Antioche. Lorsque ceux-ci pénétrèrent, ils reconnurent leurs maisons, et chaque homme s’en alla vers sa demeure. Seul un savetier qui avait à sa porte à Antioche un mûrier, ne le voyant pas à sa porte [à Rūmīya], resta interdit quelque temps, puis entra dans la maison et la trouva semblable à la sienne.

  • 19 Cf. al-Iṣfahāni, 51. Sur cet auteur d’origine persane, voir supra, p. 21
  • 20 Car d’après la tradition musulmane al-Madā’in était composée de sept villes ; voir Le Strange, Lan (...)

7L’on dit que parmi les noms qui lui furent donnés, on l’appela Bāzbahān Ḫusraw, ce qui veut dire « mieux qu’Antioche ». Ḥamza al-Iṣfahāni a dit dans le Kitāb tawāriḫ al-umam (Le livre des histoires des nations)19 : « Chosroès Anū Širwān b. Qubāḏ construisit de nombreuses villes dont une qui fut comptée parmi les sept villes d’al-Madā’in20 et il l’appela Bih Az Nadiv Ḫusraw, ce qui veut dire « mieux qu’Antioche » ; il ajoute : « Az Nadiv » est le nom qui désigne la ville d’Antioche et « Bih » signifie : « le meilleur ».

  • 21 Sur Abu l-Ḥusayn Hilāl b. al-Muḥassin al-Ṣābi’ (m. 448/1056), homme de lettres et secrétaire à l’é (...)

8Ibn Buṭlān, dans une lettre écrite à son père ( ?) Hilāl b. al-Muḥassin21, après avoir quitté Bagdad, parle de l’état des villes qu’il a traversées lors de son voyage en 440/1048-49 et dit ceci : « Antioche est une ville immense qui possède un rempart et un avant-mur (faṣil). Le rempart compte trois cent soixante tours ; le plan de la ville a la forme d’un demi-cercle, dont le diamètre serait contigu à la montagne [Silpius] ; le rempart monte jusqu’à son point culminant, puis il complète le cercle [dans la plaine]. Au sommet de la montagne, à l’intérieur des murs, se trouve une forteresse qui apparaît petite à cause de son éloignement de la ville. Le rempart qui entoure la cité a cinq portes ».

Les districts qui dépendent d’Antioche22.

  • Le district de Tīzīn23 qui possède des domaines (ḍiyā‘) d’une grande richesse.
  • Le district d’al-Ǧūma24 qui contient les sources sulfureuses qui s’écoulent vers une source chaude (ḥamma) dont nous avons déjà parlé25.
  • Le district de Ǧindāris26 qui est une ville de construction étonnante faite de pierres et de colonnes.
  • Le district d’Artāḥ27 qui est une grande ville. /
  • Le district d’al-Suwaydīya28 qui est une ville au bord de la Méditerranée (Baḥr al-māliḥ).
  • Le district d’al-Fārisīya et d’al-‘Arabīya29 qui est d’une grande richesse.
  • Le district de Badāniyā ( ?)30 et d’al-Qurašīya31.
  • 32 Nous pensons qu’il vaut mieux lire avec le manuscrit du Vatican (cf. A‘lāq, Syrie du Mord, 317) «  (...)
  • 33 En 559/1164 ; voir supra, p. 36.

9Tous ces districts32 dépendaient de la ville d’Antioche jusqu’à ce qu’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zengī eût pris possession de Ḥārim33. Il conquit alors les villes que possédait Antioche à l’est de l’Oronte, à proximité d’Alep, et il ne resta plus à Antioche que les villes qui l’avoisinaient à l’ouest de l’Oronte ; le fleuve devint une barrière entre Antioche et la terre d’Islam.

Ses fondateurs34.

  • 34 Sur les traditions concernant la fondation d’Antioche, voir Downey, Antioch, 56 sq.
  • 35 Citation qu’Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 69 r°) emprunte à un auteur de Ḥarrān : Abū l-Ṯanā’ Ḥammād b. (...)
  • 36 Ḥarrān dans le Diyār Muḍar passe pour avoir été le premier séjour d’Abraham lorsqu’il quitta la Ch (...)

10On rapporte d’après Abraham (Ibrāhim al-Ḫalil) — que la paix soit sur lui — ceci35 : « Mon Dieu m’a raconté que la première ville fondée [Htt. : posée] sur la terre fut Ḥarrān36 qu’on appelle aussi « la vieille » (al-‘ağūz) ; puis vinrent Babylone (Bābil), la ville de Ninive (Mīnawā), Damas, San‘ā’ du Yémen, Antioche et Rūmīya ».

  • 37 Sur al-Rūm, ancêtre d’après la tradition du peuple « Rūm » (Grec), voir Mas‘ūdī, Murūğ, VI, 344-34 (...)

11On dit que la première à avoir habité et construit Antioche est Anṭākiya, fille d’al-Rūm b. al-Yaqan b. Sām b. Nūḥ37 ; c’était la sœur d’Anṭāliya avec un L.

  • 38 Sur Yaḥyā b. Ǧarīr al-Takrītī, auteur au ve/xie siècle, d’ouvrages médicaux, voir Zubda, I, 15, n. (...)
  • 39 Sur Bérée ancien nom grec de la ville d’Alep, fondée par les Séleucides, voir Sauvaget, Alep., 38.
  • 40 Antioche fut fondée vers 300 av. J.C. par Séleucus Ier (306-280) à proximité d’Antigoneia (voir in (...)
  • 41 Antigone (m. 301), maître de la Syrie et de la Mésopotamie jusqu’à sa défaite à Ipsus devant Séleu (...)
  • 42 Antiochus Ier (280-261). Certaines traditions rapportent le nom de la ville au père de Séleucus qu (...)

12Dans le livre de Yaḥyā b. Ǧarīr al-Takrītī38, qu’il a consacré aux « Époques de construction des villes » (Awqāt binā al-mudun), il est dit ceci : « douze ans après [la fin de] l’empire d’Alexandre et après sa mort, Séleucus construisit Lattaquié, Séleucie (Salūqiya), Apamée (Afāmiya), Beroia (Bārawā)39, c’est-à-dire Alep, Edesse (Aḍāsā), c’est-à-dire al-Ruhā, et il termina la construction d’Antioche40. Antigone l’avait construite avant lui, six ans après la mort d’Alexandre ». Puis il dit : « le roi Antigone construisit sur l’Oronte (Nahr Orunṭus) une ville qu’il appela Antigoneia ; c’est celle dont Séleucus a terminé la construction41. Il la décora et lui donna le nom de son fils Antiochus42, c’est-à-dire Antioche ».

  • 43 Sur Ibn al-Faqīh, voir supra, p. 226. Ce passage ne figure pas dans la version abrégée de l’ouvrag (...)
  • 44 Sur al-Hayṯam b. ‘Adī, (m. en 206 ou 207/821 ou 822) auteur d’ouvrages historiques, qui vécut à Kū (...)
  • 45 Antiochus III le Grand (223-187) fonda un nouveau quartier d’Antioche ; voir Downey, Antioch, 92-9 (...)

13Aḥmad b. Muḥammad b. Isḥāq al-Hamaḏānī connu sous le nom d’Ibn al-Faqīh (fils du jurisconsulte) a dit dans son Kitāb binā al-mudun wa aḫbārihā (Le livre sur la construction des villes et leur histoire) ceci43 : « Al-Hayṯam b. ‘Adī44 a dit qu’Antioche fut construite par Antiochus, le troisième roi après Alexandre »45.

  • 46 Sur Sa‘īd b. al-Biṭrīq, voir supra, p. 114 et xxxii.
  • 47 Ptolémée VI Philometor (littéralement « Qui aime sa mère »). Il régna en Égypte de 181 à 145 (maje (...)
  • 48 Antiochus IV Epiphane (175-164) dont le règne fut marqué par le conflit avec les Juifs. Grand cons (...)
  • 49 Ptolémée VII Physcon, souverain d’Égypte de 145 à 116. C’est toutefois sous le règne de Ptolémée V (...)

14Dans l’histoire de Sa‘īd b. al-Biṭrīq al-Naṣrānī (fils du patrice chrétien), il est dit46 : « Ptolémée Philometor47 fut roi pendant vingt ans. Sous son règne, Antiochus48, roi des Grecs, s’empara de la Syrie et de la terre de Judée (Yahūḏā) ; il fit sortir les Juifs de Syrie et leur causa beaucoup de tort. Après [Ptolémée VI], Ptolémée surnommé l’artiste, fut roi pendant vingt trois ans49. Sous son règne, Antiochus, roi des Grecs, construisit Antioche et lui donna son nom. Elle fut appelée la ville d’Antiochus, c’est-à-dire Antioche ».

  • 50 Sur Agapius (Maḥbūb) de Manbiğ, auteur du Kitāb al-‘unwān, voir supra, p. xxxii. Cf. Maḥbūb, PO., (...)
  • 51 Jean Hyrcan, fils du grand prêtre des Juifs Simon, succède à son père en 135 (177 de l’ère des Sél (...)

15J’ai lu dans l’histoire de Maḥbūb, fils de Constantin al-Manbiğī al-Naṣrāni ceci50 : « En 14 de l’ère de Ptolémée [c’est-à-dire] en l’année 73, Hyrcan (Harqānūs) fut grand-prêtre pendant trente trois années51. A cette époque les Grecs détruisirent Antioche, ville de Syrie (Sūriya), soumirent les Juifs et leur imposèrent un tribut (ḫarāğ) ». /

L’Église de Qusyān52.

  • 52 Sur cette église, voir supra, p. 224, n. 4.
  • 53 Sur Ibn Buṭlān, voir supra, p. xxxiii. Ce passage d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya, fol. 70 v (...)
  • 54 Sur finğān ou bankām, mot d’origine persane, voir al-Mu‘arrab, 249 ; Dozy, Supplément, II, 291 et (...)

16Ibn Buṭlān a dit53 : « Au centre de la ville se trouve l’église d’al-Qusyān. C’était la résidence du roi Qusyān, dont le fils fut ressuscité par Pierre (Buṭrus), chef des disciples — que la paix soit sur lui — .Elle comporte un sanctuaire (haykal) de cent pas (ḫuṭwa) de long et de quatre vingts de large. Au-dessus se trouve une église (kanīsa) supportée par des colonnes. Tout autour de ce sanctuaire, il y avait des arcades (arwiqa) où les juges s’asseyaient pour rendre leurs jugements ainsi que les professeurs de grammaire et de langue. [A l’une des] portes de cette église se trouve un clepsydre (finğān)54, qui indique les heures ; il marche jour et nuit, toujours [par cycle de] douze heures, et c’est une des merveilles du monde.

17Dans la partie haute de la ville, il y a cinq terrasses. Sur la cinquième se trouvent des bains, des jardins, et de beaux pavillons, traversés par l’eau qui descend de la montagne dominant la ville. Il y a à Antioche plus d’églises qu’on n’en peut compter. Toutes sont ornées de mosaïques dorées, de verres colorés et de marbres de différentes couleurs ».

  • 55 Citation attribuée à Abū l-Ḥusayn b. al-Munādī, auteur d’un ouvrage intitulé al-Ḥāfiẓ li ma‘ārif ḥ (...)

18On dit55 : « il n’y a pas de plus belle construction de pierre que l’église d’al-Ruhā (Edesse), en bois que l’église de Manbiğ et en marbre que [l’église de] Qusyān à Antioche.

La précellence d’Antioche.

  • 56 Buġya, I, fol. 78 r°-78 v°.
  • 57 Sur ce qāḍī de Ma‘arrat al-Nu‘mān, voir supra, p. xxxiii.
  • 58 Sur les traditionnistes Abū Sa‘īd al-Ḫudrī et Abū Hurayra, voir supra, p. 18. Sur Ibn ‘Abbās, voir (...)
  • 59 Sur l’institution du ribāṭ, architecture fortifiée, située en zone frontière et destinée à abriter (...)

19J’ai lu dans l’histoire du maître (ṣāḥib) Kamāl al-Dīn b. al-‘Adīm ceci56 : « J’ai lu sous la plume de Abū ‘Amr ‘Uṯmān b. ‘Abd Allāh b. Ibrāhīm b. al-Ṭarsūsī57 — il rapporte ensuite une « chaîne de ḥadiṭ — d’après Ibn ‘Abbās, Abū Sa‘īd al-Ḫudrī et Abū Hurayra58, ceci : nous avons entendu l’envoyé de Dieu — que Dieu le bénisse et le salue — dire ce qui suit : une nuit je fus emmené au ciel où je vis une coupole blanche ; je n’en avais jamais vue de plus belle. Autour d’elle se trouvaient de nombreuses [autres] coupoles blanches. Je dis : « que sont ces coupoles, Gabriel ? » Il me répondit : « ce sont les places-frontières de ta communauté ». Je dis alors : et qu’est cette coupole blanche telle que je n’en ai jamais vue de plus belle ? Il dit : « c’est Antioche et c’est la mère des places-frontières. Sa précellence sur elles est comme la précellence du paradis sur les autres jardins ; celui qui y habite est semblable à celui qui demeure à la Ka‘ba (al-bayt al-ma‘mūr). Tous les biens de ta communauté y sont rassemblés et c’est la prison d’un savant de ta communauté. C’est une forteresse et un ribāṭ59, un jour de dévotion dans cette ville vaut une année [ailleurs]. A ceux de ta communauté qui y meurent, Dieu, promet le jour de la résurrection comme la récompense des combattants des ribāṭ-s (murābiṭūn) ». C’était le ḥadiṭ concernant la précellence d’Antioche dans sa totalité .

  • 60 Muzdawiğa, c’est-à-dire un poème où le mot à la césure (coupure à l’intérieur du vers) rime avec l (...)
  • 61 Nous n’avons pas trouvé de renseignements concernant la biographie de ce poète du ive/xe siècle.

20Voici un extrait d’un poème avec rime à la césure (qaṣida muzdawiğa)60 d’Abū ‘Amr al-Qāsim b. Abī Dā’ūd al-Ṭarsūsī61, où il évoque son départ de Tarse en 308/920-21, et parle des étapes (manāzil) où il s’est arrêté ; il mentionne Antioche et sa précellence :

  • 62 « Waral » gros lézard d’Afrique. Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 73 v ») nous dit qu’Antioche était c (...)
  • 63 Personnage de la ville d’Antioche dan » la sourate Ya-Sīn qui exhorte ses concitoyens à suivre et (...)

« Nous parvînmes le matin à Antioche dont les bienfaits réconfortent les habitants,
Hommes dont la pureté et les hauts faits guident depuis longtemps les mœurs,
Ville bénie depuis sa naissance, moitié dans la plaine, moitié sur la montagne,
Les punaises ne peuvent y pénétrer et l’atteindre, mais les rats y sont aussi gros que des lézards62,
Ville aux ressources et aux fruits innombrables, ses figues ornent les arbres telles des colliers, /
Et ressemblent aux étoiles dans l’obscure clarté de l’aurore ; ville forte aux nombreux vestiges du passé,
Le héros de [la sourate] Ya-Sīn63 y est aimé et estimé de son Dieu,
Dans le paradis éternel dont il cueille les fruits, qu’il est honoré, glorieux et renommé ! ».

  • 64 Récit emprunté à Ibn al-‘Adīm (Buğya, I, 73 v°). Cf. aussi al-Hamaḏānī, 116.
  • 65 Pays réputé pour la fabrication de ses épées, cf. EI2, art. « Hind » (géographie) (S. Maqbul Ahmad (...)

21Voici maintenant la raison pour laquelle elle fut blâmée64 : Hārūn al-Rašīd — que Dieu lui soit miséricordieux — arriva à Antioche ; il la trouva très agréable et se proposa d’y séjourner. Cela déplut fortement à ses habitants, et l’un des anciens (šayḫ) de la ville lui dit avec franchise : « Cette ville ne fait pas partie de tes villes, émir des Croyants ». « Pourquoi cela ? » dit-il : « Parce que l’excellent parfum s’y altère au point qu’on n’en peut plus tirer parti et que les armes s’y rouillent, seraient-elles fabriquées en Inde »65. Le calife la laissa et s’en alla.

La conquête d’Antioche et le déroulement de son histoire66.

  • 66 Il est intéressant de comparer le récit d’Ibn Šaddād sur l’histoire d’Antioche à celui de son cont (...)
  • 67 Kāmil, II, 495 (en 15/636 après la conquête de Qinnasrīn) d’après al-Balāḏurī, Futūḥ, 147, trad. 2 (...)
  • 68 Sur ces généraux, voir supra, p. 6 et 77.

22Ibn al-Aṯīr a dit dans son histoire67 : « Abū ‘Ubayda partit d’Alep vers Antioche où s’étaient retranchés un grand nombre d’habitants de Qinnasrīn et d’ailleurs. Lorsqu’il s’en approcha, une troupe ennemie le rencontra ; il la mit en déroute et l’obligea à chercher refuge dans la ville, puis il l’assiégea de tous côtés ; les Grecs firent la paix à condition pour eux de payer la capitation (ğizya) ou d’émigrer. Certains émigrèrent, d’autres restèrent. Puis, ils trahirent [ce traité] et Abū ‘Ubayda envoya contre eux ‘Iyād b. Ġanm et Ḥabīb b. Maslama68. Ils firent la conquête de la ville aux mêmes conditions que la première fois. Antioche avait une grande renommée auprès des Musulmans ; lorsqu’elle fut conquise, ‘Umar écrivit à Abū ‘Ubayda en lui disant d’établir à Antioche une troupe de musulmans, de les y installer pour surveiller les frontières et de ne pas les priver de solde ».

  • 69 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4 (récit recopié sur la Buġya, I, 71 v°-72 r°.

23Ibn Abī Ya‘qūb a dit69 : « La ville d’Antioche fut conquise par un pacte conclu par Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ, et les habitants ont jusqu’à ce jour le livre de la trêve ».

  • 70 Récit recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, fol. 73 r° en marge) qui cite al-Balāḏurī (Futūḥ, 14 (...)
  • 71 Miṣrān (« les deux métropoles » ; au génitif « Miṣrīyīn ») nom qui qui désigne al-Baṣra et al-Kūfa (...)
  • 72 Yāqūt dans son Dictionnaire géographique, mentionne aussi ces deux personnages sans apporter d’inf (...)

24Al-Balāḏurī a dit d’après ce que lui ont dit les habitants de Syrie70 : « Ils ont dit ceci : Mu‘āwiya b. Abī Sufyān transporta à Antioche en 42/662-63 un groupe de Perses avec d’autres personnes de Ba‘labakk, Ḥimṣ et Miṣrān71. Muslim b. ‘Abd Allāh [grand-père de ‘Abd Allāh] b. Ḥabīb b. al-Nu‘mān b. Muslim al-Anṭākī72 était parmi eux, et fut tué sur l’une des portes d’Antioche, connue aujourd’hui sous le nom de porte de Maslama [lire : Muslim]. Les Grecs étaient en effet venus par la côte et avaient assiégé Antioche ; Muslim était sur le rempart quand un barbare lui lança une pierre qui le tua ».

  • 73 Sur Séleucie de Piérie fondée par Séleucus Ier sur la côte au Sud d’Antioche, voir Downey, Antioch(...)
  • 74 D’après Hinz (p. 65) au début et au milieu du Moyen-Age, un ğarīb valait 1592 m2, tandis qu’un mod (...)
  • 75 Voir supra, p. 90 ; Futūḥ, 162, trad. 250.
  • 76 Sur Makḥūl traditionniste, fils d’un prisonnier de guerre de Kabul, (m. 112/730-31), voir Caetani, (...)
  • 77 Sur les Sayābiga, autre peuple de Tziganes, voir De Goeje, Migrations des Tziganes, 86-91.

25Al-Balāḏurī a dit aussi : « Un groupe d’anciens (šayḫ) d’Antioche, parmi lesquels Ibn Burd, le jurisconsulte (al-faqih), m’ont dit qu’al-Walīd b. ‘Abd al-Malik a donné en iqṭā‘ aux troupes d’Antioche le territoire de Séleucie (Salūqiya)73 sur la côte ; de plus, il mit la taxe sur le filṭir, c’est-à-dire l’arpent (ğarib) à un dinar et un modius de blé74. Ils peuplèrent le territoire et ces conditions leur furent appliquées. Al-Walid construisit la forteresse de Séleucie (Salūqiya). Il transporta à Antioche un groupe de Zutts de l’Inde parmi ceux que Muḥammad b. al-Qāsim avait envoyés à al-Ḥağğāğ. Al-Ḥağğāğ les envoya en Syrie »75. Al-Balāḏurī ajoute : « Abū Ḥafṣ al-Šāmi nous a raconté d’après Muḥammad b. Rāšid, d’après Makḥūl76 ceci : En 49/669 ou 50/670, Mu‘āwiya transporta vers la côte un groupe de Zutts de Baṣra et de Sayābiğa77 ; il en installa certains à Antioche. /

  • 78 Littéralement : « de ce qui était annexé », (‘An al-iḍāfa). C’est-à-dire d’après Ibn Šaddād lui-mê (...)
  • 79 Sur Ibn Ṭūlūn qui s’empara de la Syrie en 264/877-78, voir supra, p. 169. La source d’Ibn Šaddād e (...)
  • 80 Simā al-Ṭawīl gouverneur de Tarse et des places-frontières. Certaines sources grecques disent qu’u (...)

26Antioche resta dépendante du ğund de Qinnasrīn au début de l’Islam jusqu’à l’époque d’al-Rašīd. Celui-ci l’en sépara, lui annexa des districts et en fit un ğund mais il ne la sépara pas des autres [marches et places-frontières]78. La situation demeura inchangée, les préfets (‘ummāl) abbassides chargés du gouvernement de la Syrie ayant tout pouvoir sur la ville, jusqu’à la révolte d’Aḥmad b. Ṭūlūn contre Abū Aḥmad al-Muwaffaq et sa destitution79. Il vint d’Égypte en Syrie et se rendit maître de Damas, Ḥimṣ, Alep et Antioche et prononça la ḫuṭba (le prône) pour lui-même. Sīmā al-Ṭawīl80 se réfugia dans Antioche ; il était gouverneur de ces régions au nom d’Abū Aḥmad al-Muwaffaq, frère d’al-Mu‘tamid. Aḥmad b. Ṭūlūn l’assiégea et une femme lança une pierre sur Simā qui le tua. On dit aussi qu’il fut tué par l’armée d’Ibn Ṭūlūn. Ceci se passait en [2]64 ou [2]65/877-878.

  • 81 En 271-/892. Le Toulounide Ḫumārawayh reconnut la suzeraineté du calife abbasside et lui donna sa (...)
  • 82 Ce sont en fait les troupes de Ǧayš excédées par les agissements de leur maître qui le tuèrent et (...)
  • 83 Ṭabari (III, 2185-86) et Ibn al-Aṯir (Kāmil, VII, 491) placent cet événement en 285/898. L’accord (...)
  • 84 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

27Aḥmad s’empara de Qinnasrīn, des marches et il en garda la possession jusqu’à sa mort en [2]70/883-84. Son fils Abū l-Ǧayš Ḫumārawayh prit le pouvoir ensuite jusqu’à ce qu’al-Mu‘taḍid Abū l-‘Abbās Aḥmad b. Abī Aḥmad al-Muwaffaq devînt calife81. Abū l-Ǧayš Ḫumārawayh le reconnut pour calife et prononça la ḫuṭba (le prône) pour lui dans les villes qui étaient en sa possession jusqu’à ce qu’il fût tué le 2 dū l-qa‘da [2]82(23 décembre 895). Abū l-‘Ašā’ir Ǧayš fut alors chargé du gouvernement, puis le calife le destitua et en chargea son frère Hārūn82. Il resta gouverneur d’Alep, des marches et d’Antioche jusqu’à ce qu’il les quittât et les remît à al-Mu‘taḍid en ğumādā I [2]86 (15 mai-13 juin 899)83. Al-Mu‘taḍid y nomma un gouverneur en son nom, mais nous en parlerons plus loin dans l’histoire des princes d’Alep84.

  • 85 Sur al-Qāhir bi Llāh (320-322/932-934), voir EI2, art. « al-Ḳāhir bi-Llāh » (D. Sourdel). La sourc (...)
  • 86 Après avoir fait exécuter en 321 /933 le gouverneur des places-frontières, Mu’nis al-Muẓaffar qui (...)
  • 87 Muḥammad b. Ṭuġğ al-Iḫšīd descendant des anciens princes du Fergana qu’al-Mu‘taṣim (218-227/833-84 (...)
  • 88 Sur Aḥmad b. Kayġalaġ Abū l-‘Abbās, voir supra, p. 179.
  • 89 Ibn Rā’iq émir suprême et commandant de l’armée d’al-Rāḍī. Mais en 326/937-38 Bakgam un lieutenant (...)
  • 90 Al-Ǧifār (les Puits) nom d’une région désertique qui s’étend entre l’Égypte au sud et la Palestine (...)
  • 91 Sur l’eunuque noir Kāfūr qui joua un rôle de premier plan sous la dynastie des Iḫšīdides, voir EI2(...)
  • 92 Ce lieutenant était Muḥammad b. Yazdāḏ. Il faut distinguer ici deux épisodes différents de la lutt (...)
  • 93 Sur Nāṣir al-Dawla b. Ḥamdān frère de Sayf al-Dawla et fils du fondateur de la dynastie hamdanide (...)
  • 94 Sur cette ville au confluent du Tigre et du Petit Zab dans la partie orientale de la Ǧazīra, voir (...)

28Puis al-Qā’im bi Amr Allāh [lire : al-Qāhir] fut chargé du califat85. Il donna les provinces de Syrie en gouvernement à l’eunuque Bišrī86. Lorsque celui-ci arriva à Ḥimṣ, Muḥammad b. b. Ṭuġğ87 marcha vers lui depuis l’Égypte, le fit prisonnier et l’étrangla. Le calife nomma alors Abū l-‘Abbās b. Kayġalaġ88 gouverneur. Celui-ci arriva à Alep, s’entendit avec Muḥammad b. Ṭuġğ et lui prêta serment. Muḥammad se rendit maître de toute la Syrie jusqu’à ce que Abū Bakr Muḥammad b. Rā’iq fût envoyé pour le combattre en 328/939-4089. Abū Bakr l’attaqua, le mit en déroute et le fit sortir de Syrie vers l’Égypte. Puis une autre bataille les opposa dans le Ǧifār90. Ibn Rā’iq fut mis en fuite avec un petit nombre de gens. L’armée de Muḥammad b. Ṭuġğ et son commandant l’eunuque Kāfūr91 le poursuivit jusqu’à Alep, s’empara de la ville et en fit sortir le lieutenant d’Ibn Rā’iq92. Alep et Antioche restèrent en sa possession jusqu’à ce qu’un accord intervînt entre Nāṣir al-Dawla b. Ḥamdān et Tūzūn al-Turkī93 en 332/943-44. Ils s’opposèrent ouvertement à al-Muttaqī : les régions comprises de la ville de Mossoul à l’extrémité des terres syriennes devaient échoir à Nāṣir al-Dawla et les régions de Sinn94 à Baṣra devaient revenir à Tūzūn. Nāṣir al-Dawla fut chargé du gouvernement d’Alep et il pénétra dans la ville.

  • 95 Al-Muttaqī comptait sur l’Iḫšīd pour l’aider à lutter contre Tūzūn à Bagdad. L’Iḫšīd refusa mais r (...)
  • 96 Le 8 rabī‘ I 333 (29 octobre 944). L’année précédente son cousin Ḥusayn b. Sa‘īd s’était déjà empa (...)

29Lorsque Muḥammad b. Ṭuġğ apprit cela, il quitta l’Égypte et marcha sur la Syrie à la tête de son armée. Nāṣir al-Dawla sortit d’Alep, fuyant devant lui, et l’Iḫšīd prit la ville. Lorsqu’il y établit sa suite, l’imām al-Muttaqī en fuite devant Tūzùn lui envoya dire depuis al-Raqqa, de venir à lui pour renouveler leur alliance, et le secourir contre Tūzūn. L’Iḫšīd alla vers lui, ils se réunirent et al-Muttaqī rédigea un pacte [le chargeant du gouvernement] des provinces de Syrie (al-Šāmāt) et d’Égypte95. Puis il revint en Égypte. Sayf al-Dawla marcha sur Alep et reçut la ville des mains des lieutenants de l’Iḫšīd avec les marches96. Mais l’Iḫšīd l’attaqua et le chassa d’Alep et des marches. Puis les messagers circulèrent entre eux jusqu’à ce qu’il fût établi que l’Iḫšīd abandonnerait à Sayf al-Dawla Antioche, Alep et Ḥimṣ. Antioche resta en sa possession jusqu’en 354/965.

  • 97 Voir le récit de la rébellion d’Antioche dans Miskawayh, II, 213-214 ; Yaḥyā b. Sa‘īd, XVIII, 797  (...)
  • 98 Ḥasan b. al-Ahwāzī, fermier des impôts.Il fournit l’aide pécunière nécessaire à la rébellion (Misk (...)
  • 99 Sur Rašīq al-Nasīmī, mawla de Nasīm, lui-même mawla du calife al-Muqtadir, voir dans Sauvaget, Buġ (...)
  • 100 C’est en effet l’époque où les lieutenants de l’émir hamdanide commençaient à perdre confiance en (...)

30Cette année-là97, il y avait à Antioche un homme qu’on appelait al-Ḥasan b. al-Ahwāzī qui assurait les rentrées d’impôts à Sayf al-Dawla98. Il s’attacha à / un notable des places-frontières qu’on appelait Rašīq al-Nasīmī. Il faisait partie des comman­dants qui résidaient à Tarse99 et avait gagné Antioche quand les Grecs avaient pris cette ville. Ibn al-Ahwāzī se chargea de l’administration des affaires de Rašīq, et incita ce dernier à s’emparer d’Alep, Sayf al-Dawla étant faible et loin de la ville100. Rašīq al-Nasīmī se mit en correspondance avec le roi des Grecs et lui dit qu’il était prêt à prendre son parti et à lui porter chaque année 100.000 dirhams prélevés [sur les revenus] de la ville. Puis il écrivit également à Sayf al-Dawla pour proposer de lui porter un tribut annuel de 600.000 dirhams, à condition qu’il fût gouverneur d’Antioche. Sayf al-Dawla lui répondit favorablement et confirma le tribut [qu’il devait lui verser].

  • 101 Al-Ḏahabī mentionne ce gouverneur d’Antioche nommé par Sayf al-Dawla, sous le nom de T.B.H, al-Ṯam (...)
  • 102 Sur Qarġawayh, voir supra, p. 63.

31Or il y avait déjà à Antioche comme gouverneur pour le compte de Sayf al-Dawla, son ġulām Abū l-Ṯamāl Fatḥ al-Yamkī101. Lorsque Rašīq fut nommé gouverneur, il voulut à tout prix s’approprier la ville. Il réunît ses amis et leur dit : « Sachez que ce Fatḥ est impuissant à garder Antioche à cause de l’éloignement de Sayf al-Dawla et de la faiblesse de Qarġawayh, ġulām et lieutenant de Sayf al-Dawla à Alep102. II ne fait pas de doute pour les Grecs qu’ils s’empareront d’Antioche. J’ai donc cherché refuge auprès d’eux et j’ai résolu de porter le tribut que j’avais décidé de donner à Sayf al-Dawla au roi des Grecs afin qu’il m’autorise à conserver cette ville ». Puis il décida avec ses compagnons ce qui suit : « lorsque Fatḥ descendra de la citadelle et se tiendra à sa porte pour juger des affaires, l’un d’entre vous se conduira mal envers quelqu’un et soumettra la chose à Fatḥ pour qu’il tranche la dispute. Puis, lorsque vous vous tiendrez devant lui, vous l’attaquerez, vous en emparerez et élèverez la voix. Moi-même j’entrerai alors, et prendrai possession de la citadelle avec ceux qui m’accompagneront ». Les choses se passèrent comme il l’avait organisé. Il s’empara de la citadelle et de la ville en šawwāl de cette année (30 septembre-29 octobre 965).

  • 103 Salāma b. Yazīd al-Šaybānī qui avait quitté Sayf al-Dawla pour rejoindre Rašīq, nous dit Ibn al-‘A (...)
  • 104 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

32Puis il partit pour Alep à la tête d’une armée nombreuse le 4 ṣafar (31 janvier 966) et l’attaqua. Salāma b. Yazīd al-Šaybānī se mit sur son chemin avec un sabre et le tua103. Ses compagnons prirent la fuite accompagnés d’Ibn al-Ahwāzī qui entra dans Antioche où se trouvait son frère, et en assura le gouvernement. Nous évoquerons cet événement lorsque nous parlerons des princes d’Alep, si Dieu veut104.

  • 105 Al-Ḏahabī nous dit que des Daylamites de toutes régions, des Arabes et des gens des places-frontiè (...)
  • 106 Dizbar entra à Alep, mais il n’assiégea pas la citadelle et préféra prendre possession de la provi (...)
  • 107 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

33Lorsqu’al-Ahwāzī s’empara du gouvernement d’Antioche, il éleva Dizbar b. Uwaynim le Dailamite au rang d’émir et il en fit son vizir. Il accueillit tous les Arabes et non-Arabes qui vinrent à lui105. Le chambellan Qarġawayh, lieutenant de Sayf al-Dawla à Alep, marcha contre lui. Dizbar l’attaqua et pilla [son armée]. Qarġawayh fuit vers Alep, suivi de Dizbar qui s’empara de la ville en ğumādā I [3]55(25 avril-25 mai 966)106 comme nous l’expliquerons en détail en son temps107. Sayf al-Dawla marcha contre lui et l’attaqua ; il mit l’armée de Dizbar en déroute, le fit prisonnier en même temps qu’Ibn al-Ahwāzī et les mit à mort en ṣafar [3]56(16 janvier-14 février 967).

  • 108 Sur Sa‘d al-Dawla, voir supra, p. 46, n. 4.
  • 109 Au moment de la prise d’Antioche par Nicéphore en du l-ḥiğğa 358 (octobre 969) la ville n’apparten (...)
  • 110 Sur Baġrās, place forte dans la passe du même nom, au sud de l’Amanus au nord-ouest d’Antioche (de (...)
  • 111 Michel Burtzes, lieutenant de Nicéphore, restaura la forteresse de Baġrās puis, profita des dissen (...)
  • 112 Sur cette place forte, voir infra, p. 269.
  • 113 Sur Pierre Phocas le Stratopédarque, voir Schlumberger, Nicéphore, 587 et supra, p. 241, n. 7.
  • 114 Voir Canard. Hamdanides, 832.
  • 115 Jean Tzimisces, futur empereur et Domestique de l’empereur Nicéphore II Phocas. Ibn al-‘Adīm Zubda(...)
  • 116 Le jour de la naissance du Prophète ayant été fixé au 12 rabī‘ I (cf. EI1, art. « Mawlid » (H. Fuc (...)

34Antioche revint à Sayf al-Dawla puis, après lui, à son fils Abū l-Ma‘ālī Sa‘d al-Dawla Šarīf108. Elle resta en sa possession jusqu’à ce que Nicéphore marchât contre elle après avoir pris des villes voisines109. On dit qu’il s’empara de dix huit chaires de mosquées, sans compter celles qu’il prit dans les villages et qui furent innombrables. Lorsqu’il marcha sur Antioche, il reconstruisit la forteresse de Baġrās110, en face d’Antioche, et y installa Michel Burtzes (Miḫāīl al-Burğī)111. Il ordonna aux maîtres des frontières de lui obéir ; puis, il convint avec les habitants de Būqā112 qui étaient chrétiens, qu’ils émigreraient à Antioche en prétextant qu’ils se déplaçaient par crainte des Grecs, pour qu’une fois sur place, et lorsque Nicéphore se rendrait avec son armée à Antioche, ils s’entendent avec lui pour conquérir la ville. Lorsqu’ils pénétrèrent dans Antioche, les Chrétiens qui s’y trouvaient les appuyèrent comme convenu. Ils écrivirent à al-Ṭurbāzī113 pour l’informer qu’Antioche était libre / et n’avait point de prince, que les Musulmans qui l’habitaient avaient délaissé son rempart, négligé sa garde et étaient impuissants à repousser ceux qui marchaient contre eux. Al-Ṭurbāzī avait été installé par Nicéphore aux frontières byzantines. Qarġawayh lui écrivit pour lui demander du renfort contre le souverain d’Alep114. Al-Ṭurbāzī déclara qu’il marcherait vers lui, mais il prit le chemin d’Antioche accompagné de Jean Tzimisces (Yānis b. Šimīšiq115) et de 40.000 hommes. Ils encerclèrent la ville ; les habitants de Būqā se trouvaient sur une partie du rempart tout au sommet [de la montagne] : ils en descendirent et le laissèrent vide ; Les Grecs l’escaladèrent et prirent possession de la ville, le 13 ḏū l-ḥiğğa 358(28 octobre 969). Ils entrèrent dans la ville, l’incendièrent et firent des prisonniers. C’était la nuit de la Nativité116.

  • 117 Afin d’endormir la méfiance des combattants.
  • 118 L’une des cinq portes d’Antioche qui s’ouvrait vers l’ouest. Cf. Cahen, SN., 129 ; Elisséeff, ND., (...)

35Lorsque les Grecs montèrent sur la montagne [qui dominait la ville], ils se saisirent des gardes [des tours] et dirent à chacun de réciter les formules : « Dieu est grand » et « Il n’y a pas d’autre Dieu que Dieu »117. Ceux qui ne s’exécutaient pas étaient tués. Les gardiens récitaient ces professions de foi, et les gens ne savaient pas ce qui leur arrivait, jusqu’à ce que les Grecs se fussent emparés de toutes les tours ; ils poussèrent, alors, un seul cri. Ceux qui voulurent aller vers la Porte des Jardins (Bāb al-Ǧinān)118 furent tués ou faits prisonniers. Les Grecs construisirent une forteresse sur la montagne, transformèrent la grande mosquée en porcherie, puis en firent un potager qu’ils labourèrent.

  • 119 Voir les détails de ce traité dans Zubda, I, 163-168 et Canard, Hamdanides, 833-837.
  • 120 Ibn Šaddād a déjà évoqué Ḥarīm et sa citadelle (cf. supra, p. 33 sq.). Fait-il allusion ici au cha (...)

36Al-Ṭurbāzī partit ensuite pour Alep et assiégea Qarġawayh jusqu’à ce que celui-ci accordât, en échange de la paix, des villes précises dans les limites stipulées [par les clauses de l’accord]119. Ils rattachèrent à Antioche certaines villes parmi lesquelles les autres marches. Lorsque les Grecs s’emparèrent d’Antioche, ils construisirent la forteresse de Ḥārim qu’on évoquera en détail en parlant de la région d’Alep120.

  • 121 En 477/1084 Sulaymān b. Qutulmuš premier souverain seldjouqide de Rūm est déjà bien établi en Asie (...)
  • 122 Philarète, ancien général de Romain Diogène, Arménien de religion grecque, qui s’était constitué l (...)
  • 123 « ‘Amrānīya ou ‘Imrānīya ? Nous n’avons pas pu identifier cette localité des environs d’Antioche. (...)
  • 124 Bāb Fāris (la porte du Chevalier) près de l’église Saint Paul est mentionnée par al-Balāḏurī, Futū (...)
  • 125 Littéralement : la scie. En fait ce mot peut désigner aussi un instrument en bois avec des dents ( (...)

37Par la suite, Antioche demeura en possession des Grecs, jusqu’au jour où Nāṣir al-Dawla Abū l-Fawāris Sulaymān b. Qutulmuš b. Qāwar b. Salğūq121 saisit l’occasion de l’absence du souverain d’Antioche, Philarète (al-Filādurs)122, qui se trouvait à al-Ruhā (Edesse). Il partit de Nicée (Nīqīya) à la tête de son armée composée de 280 hommes. Il traversa les défilés et fit croire que Philarète l’avait appelé. Il pressa le pas et arriva de nuit. H. tua tous les habitants d’un village connu sous le nom d’al-‘Amrānīya123 afin qu’ils n’avertissent pas de sa présence. Il accrocha des cordes aux créneaux du rempart à l’aide des lances, en accord secret avec certains de ses habitants. [Ses hommes] montèrent ensuite sur le rempart du côté de Bāb Fāris124 et lorsqu’une partie de son armée y rut, ils soulevèrent la herse (minšār)125 de la porte, descendirent et l’ouvrirent, le vendredi Ier sa‘bān 477 (3 décembre 1084).

  • 126 Nous n’avons pas trouvé de renseignements sur Ibn Manğāk dans les sources. Il s’agit sans doute de (...)
  • 127 Sur ce qādī d’Alep (m. 648/1250-51) souvent cité par Ibn al-‘Adīm dans sa Buġya, voir Tabbāḥ, IV, (...)
  • 128 Il s’.agit sans doute du grand-père de l’historien Ibn al-‘Adīm, le qādī Hibat Allāh Abū l-Faḍl b. (...)
  • 129 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 87) ajoute : « c’est-à-dire les Grecs ».
  • 130 Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ, prince mirdaside d’Alep qui gouverna une première fois très brièvement en (...)
  • 131 Il pensa que cette prophétie s’appliquait à Afšīn, subordonné de Gumuštukīn, qui après avoir tué c (...)

38Les habitants de la ville ne sentirent leur présence qu’au matin. Les Turcs poussèrent, alors, un grand cri et les habitants d’Antioche crurent que c’était l’armée de Philarète. Lorsque les Turcs leur livrèrent combat, les habitants furent mis en déroute et les combats se prolongèrent ; ils comprirent que la ville avait été assaillie. Certains fuirent vers la citadelle, d’autres se jetèrent du haut du rempart de la ville et s’échappèrent. Ibn- Manğāk126 arriva- auprès de Sulaymān b. Qutulmuš à Antioche avec 300 cavaliers puis son armée arriva troupe par troupe. Trois jours après sa conquête, Sulaymān ordonna aux gens de rentrer chez eux, et leur rendit les prisonniers après s’être saisi de biens innombrables. Le jour de leur conquête, les Musulmans firent la prière du vendredi dans l’église de Qusyān et ce jour-là, cent dix muezzins appelèrent à la prière. Bahā’ al-Dīn al-Ḥasan b. al-Ḫaššāb a dit127 : : « J’ai trouvé quelques lignes écrites par un astrologue au dos d’un vieux livre, chez le Qādī Abū l-Faḍl [b. Muḥammad] Ibn Abī Ǧarāda128 à Alep, qui disent ceci : « Le narrateur évoqua au sujet de la prise d’Antioche l’entrée de l’ennemi129 / à tel et tel moment de la nuit, en 358/968-69 ; si ses paroles sent exactes, Antioche restera en possession des Grecs cent dix neuf années ». Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ130 s’arrêta sur ces lignes quand il les évoqua dans une assemblée131, mais les choses se passèrent comme l’a raconté [l’astrologue]. Sulaymān b. Qutulmuš prit la citadelle après l’avoir assiégée le 12 ramaḍān [477](12 janvier 1085). Il la prit [par capitulation] pour éviter les massacres et les prisonniers.

  • 132 Voir supra, p. 27.
  • 133 Cette année-là est marquée en effet, par la main mise de Malikšāh (voir supra, p. 8) sur toute la (...)
  • 134 Sur l’orthographe du nom (Siyān ou Siġān), voir Zubda, II, 101, n. 1. Yagī Siyān gouverneur d’Anti (...)

39Elle resta en sa possession jusqu’en 479/1086-87. [Cette année-là] il rencontra Tāğ al-Dawla Tutuš, souverain de Damas, et fut tué le mercredi 13 ṣafar (dimanche 31 mars 1086)132. Par la suite, le sultan al-Malik al-‘Ādil Abū l-Fatḥ Malikšāh arriva et reçut Alep -le 23 ša‘bān de cette année (3 décembre 1086). Il se rendit à Antioche qui lui fut remise par al-Ḥasan b. Ṭāhir, vizir de Sulaymān b. Qutulmuš133. Il y établit Yaġī Siyān b. Alp134 avec une armée sous ses ordres, et al-Ḥasan b. Ṭāhir fut chargé de diriger ses affaires.

  • 135 Voir Zubda, II, 132-138 (récit assez proche de celui d’Ibn Šaddād) et Kāmil, X, 272-276. Sur les s (...)
  • 136 Karbūqā, vassal théorique du sultan Barkyārūq fils de Malikšāh à Mossoul ; Duqāq, fils de Tutuš, i (...)
  • 137 Sur Marğ Dābiq au nord d’Alep, voir supra, p. 134.
  • 138 C’est-à-dire, dans l’ordre où ils sont cités par Ibn Šaddād : Godefroy de Bouillon, futur roi de J (...)

40Elle demeura en possession de Yaġī Siyān jusqu’à l’arrivée des Francs en muḥarram 491(9 décembre 1097-7 janvier 1098) qui l’assiégèrent et la bloquèrent135. Yaġī Siyān demanda l’aide des Musulmans. Karbūqā, maître de Mossoul, rassembla une immense armée, tandis que Duqāq maître de Damas, Ǧanāḥ al-Dawla de Ḥimṣ, Sukmān b. Artuq accompagné d’al-Waṯṯāb b. Maḥmūd, arrivèrent chacun à la tête d’une armée136. Puis ils se rassemblèrent à Marğ Dābiq137. Lorsque les Francs assiégèrent Antioche, ils étaient neuf comtes à la tête des armées, parmi lesquels : Godefroy, Bohémond et son neveu Tancrède, Saint Gilles, Baudoin qui fut roi d’al-Ruhā (Edesse) après le comte Baudoin, et le comte, frère de Godefroy138. Bohémond les réunit et leur dit : « Voici Antioche. Si nous en faisons la conquête à qui reviendra-t-elle ? » Ils n’étaient pas d’accord et chacun la réclamait pour lui. Bohémond dit alors : « Le mieux est que chacun de nous l’assiège une semaine. La ville reviendra à celui dont ce sera le tour lorsqu’elle sera conquise ». Ils acceptèrent cela, et ils l’assiégèrent selon les conditions qu’ils s’étaient fixées.

  • 139 Cet armurier sans doute d’origine arménienne, converti à l’Islam figure sous le même nom dans Ibn (...)
  • 140 Armanāz, bourgade à l’extrémité nord du Rūğ Armanāz sur le versant ouest du Ǧabal al-A‘lā. Cf. Cah (...)
  • 141 Sur ces localités, voir supra, p. 36 et 85.
  • 142 Voir infra, p. 270.
  • 143 Il faut se rappeler que la citadelle construite par Tzimiscès au xe siècle se trouvait au sommet d (...)

41La nuit du jeudi 1er rağab (la nuit du 2 au 3 juin), un homme connu sous le nom d’al-Zarrād (l’armurier)139 et l’un de ses ġulām-s se mirent d’accord au sujet d’une tour qu’ils devaient garder. Yaġī Siyān avait, en effet, tourmenté al-Zarrād et l’avait maltraité ; la colère le porta à s’entendre avec les Francs et à leur remettre la tour. C’était le tour de Bohémond, fils de [Robert] Guiscard qui avait conquis la Sicile. Les Francs montèrent [sur la tour] et le crieur lança un cri depuis la montagne. Yaġī Siyān pensa que la citadelle avait été prise. Il sortit de la ville avec un groupe de gens en déroute ; aucun d’eux ne s’en tira. Yaġī Siyān partit vers Armanāz140, un village proche de Ma‘arrat Miṣrīn, mais les Francs [lire : les Arméniens] l’atteignirent et le tuèrent ; ils rapportèrent sa tête aux Francs. Lorsque cette nouvelle arriva à ‘Imm et Innib141, les Musulmans qui l’habitaient s’enfuirent et les Arméniens en prirent possession. Al-Malik Duqāq et son atabeg Ṭuġtakīn, Karbūqā, Sukmān, Ǧanāḥ al-Dawla et Waṯṯāb avaient cette nuit-là installé leur camp. En prenant connaissance de cette nouvelle, ils allèrent à Artāḥ142, puis se dirigèrent vers / Antioche lorsqu’ils apprirent que la citadelle était encore en possession des Musulmans. Ils y arrivèrent le mardi 6 rağab (9 juin 1098) cinq jours après la prise d’Antioche. Les Francs qui étaient à l’extérieur de la ville s’enfuirent vers Antioche. Les Musulmans l’assiégèrent du côté de la montagne, pénétrèrent dans la ville par la citadelle et livrèrent combat aux Francs sur la montagne [qui domine la ville] ; ceux-ci étaient presque perdus quand ils construisirent un rempart sur une partie de la montagne qui interdit aux Musulmans de descendre vers eux143.

  • 144 Ce lieutenant de Karbūqā remplaça le fils de Yaġī Siyān, Šams al-Dawla, qui s’était réfugié dans l (...)
  • 145 Al-Malik Riḍwān (cf. supra, p. 8) ne s’était pas joint aux troupes musulmanes par ressentiment con (...)
  • 146 Yūsuf b. Abaq, maître de Manbiğ et Buzā‘ā (cf. infra, p. 290) s’était opposé en 489/1095-96 à Riḍw (...)
  • 147 L’une des cinq portes de l’enceinte d’Antioche, elle s’ouvrait vers l’ouest près du pont de l’Oron (...)

42Ils restèrent ainsi des jours, et les vivres vinrent à manquer à Antioche. Les Francs firent sortir de nombreux prisonniers qu’ils détenaient et les libérèrent. Karbūqā, maître de Mossoul, s’empara d’une grande quantité de choses qui se trouvaient dans la citadelle d’Antioche et y nomma gouverneur Aḥmad b. Marwān144. Puis des envoyés d’al-Malik Riḍwān d’Alep arrivèrent auprès de Karbūqā ce qui donna des soupçons à al-Malik Duqāq, maître de Damas145. Ǧanāḥ al-Dawla, maître de Ḥimṣ eut peur des amis de Yùsuf b. Abaq et de son frère146. Une discorde s’installa entre les Turcs et les Arabes [dans l’armée] de Waṯṯāb et pour cette raison ils s’en retournèrent. Un grand nombre de Turcomans se séparèrent [des troupes] à cause des manœuvres d’al-Malik Riḍwān et de son message. Certains émirs se soupçonnèrent entre eux. Puis ils furent d’avis de transférer leur camp dans la plaine à l’extérieur d’Antioche. Ils l’installèrent devant la Porte de la Mer (Bāb al-Baḥr)147 et les Musulmans creusèrent, entre eux et la ville, un fossé de peur d’être attaqués par les Francs. La faim s’abbatit rapidement sur Antioche au point que ses habitants mangèrent les montures et les morts. Aucun Musulman ne douta plus qu’ils seraient pris sans peine.

43Cette situation persista jusqu’au lundi 26 [rağab] (29 juin] de l’armée en question. Les Francs sortirent d’Antioche ; Waṯṯāb b. Maḥmūd conseilla de leur interdire de sortir, et d’autres furent d’avis de les laisser sortir et de les tuer les uns après les autres. Les Francs quittèrent la ville en très grand nombre. Ils allèrent sur la montagne et mirent .le feu au voisinage des Musulmans. Ǧanāḥ al-Dawla les attaqua une seule fois et revint. Les Turcomans portèrent alors des coups à l’armée musulmane qui partit en déroute et Karbūqā resta seul avec un petit nombre de soldats. Les Francs pensèrent que c’était une ruse et s’arrêtèrent de poursuivre les Musulmans ; ceux qui eurent la force de marcher furent sauvés. Karbūqā incendia son campement et « a tente d’apparat (surādiq) avant de prendre la fuite vers Alep. Les Francs pillèrent ce qu’avaient laissé les Musulmans et tuèrent les retardataires. Il restait dans la citadelle Aḥmad b. Marwān avec un groupe de compagnons de Karbūqā. Les Francs lui envoyèrent un messager pour lui dire qu’ils lui garantissaient la vie sauve ainsi que celle de tous ceux qui se trouvaient avec lui, et il leur remit la citadelle le sixième jour de la bataille. Les Francs envoyèrent avec lui et ses compagnons des hommes pour les protéger, mais les Arméniens marchèrent contre eux et en tuèrent un certain nombre. Aḥmad s’en sortit sain et sauf et entra à Alep.

  • 148 Sur Ibn al-Dānišmand (ou Dānišmand ou Anūštukīn), voir supra, p. 113.
  • 149 Ibn Šaddād fait ici sans doute une confusion avec la bataille qui eut lieu sur le Balīḥ en 496/110 (...)
  • 150 En 496/1103, contre 100.000 dinars et son alliance. Cf. Cahen, SN.,235.
  • 151 Bohémond partit à la fin de l’automne 1104 et Tancrède qui avait déjà gouverné Antioche lors de la (...)

44Bohémond garda la possession d’Antioche jusqu’à ce qu’Ibn al-Dānišmand148 le mît en déroute sur le Balīḥ, le fît prisonnier et tuât la plus grande partie de son armée en 493/1099-1100149. Puis il acheta sa liberté et se délivra150. Il désigna Tancrède, son neveu, comme successeur à Antioche et prit le bateau pour se rendre dans son pays réclamer des troupes aux Francs et revenir ensuite. Mais Dieu, Très Haut, le fit mourir avant, et il ne revint pas151.

  • 152 Roger, neveu de Tancrède, fils de Richard du Principat. Cf. Cahen, SN., 266-286. Le passage qui su (...)
  • 153 Roger avait épousé Cécile sœur de Baudoin II du Bourg qui avait succédé à Baudoin Ier, à la tête d (...)
  • 154 Sur Ilġāzī b.Artuq, voir C. Hillenbrand, « The Career of Nadjm al-Dīn Il-Ghāzī », dans Der Islam, (...)
  • 155 Sur Balāṭ, voir supra, p. 44.
  • 156 Il fut convenu que Baudoin II de Jérusalem serait régent d’Antioche jusqu’à ce que le fils de Bohé (...)
  • 157 Bohémond II (1126-1130), fils de Bohémond Ier (1098-1104 et m. en 1111). Cf. Cahen, SN., 303 sq. ; (...)

45Tancrède resta en possession d’Antioche et de ses territoires jusqu’à sa mort le 12 rabī‘ II 506(6 janvier 1112) et Roger en prit possession après lui152. Tancrède l’avait appelé du pays des Francs et l’avait désigné comme son successeur. On l’appelait « l’héritier », et c’était l’un des plus puissants rois francs. / Il fit le pèlerinage à Jérusalem qui était en possession de Baudoin le Rex, roi des Francs et vieillard vénérable (šayḫ kabīr). Tous deux se réunirent à Jérusalem et décidèrent ensemble d’un pacte stipulant que le royaume du premier d’entre eux qui mourrait, reviendrait à l’autre. Or Roger était un jeune homme de belle prestance qui avait épousé la fille [lire : la sœur] du roi Baudouin153. Dieu, Très Glorieux, fit qu’il rencontra Nağm al-Dīn Ilġāzī b. Artuq — que Dieu lui soit miséricordieux — le samedi 18 rabī‘ I 513(29 juin 1119) sur le chemin (darb) de Sarmadā154. Ilġāzī le mit en déroute à Balāṭ155 et le tua avec toute son armée. Le roi Baudoin se rendit à Antioche et en prit possession156. Il la garda jusqu’à l’arrivée le 8 ramaḍān 520 (27 septembre 1126) d’un navire en provenance du pays des Francs. A son bord, se trouvait un jeune homme franc ; il se présenta au roi Baudoin et lui fit savoir qu’il était Bohémond, fils de Bohémond157 qui avait été maître d’Antioche. Baudoin quitta la ville le jour même et la remit à ce jeune homme, puis il partit pour Jérusalem.

  • 158 Voir supra, p. 113.
  • 159 Bohémond II soucieux de s’étendre en Cilicie voulut prendre ‘Ayn Zarba au souverain arménien Léon (...)

46Ce jeune homme qui était un démon parmi les Francs, s’y affermit et s’y maintint jusqu’au jour où il partit d’Antioche vers les défilés. Une armée d’Ibn al-Dānišmand158 le rencontra, brisa son armée et le tua ainsi qu’un certain nombre de ses compagnons, sur le territoire de ‘Ayn Zarba jeudi 15 ramaḍān 524 (21 août 1130)159.

  • 160 Bohémond II avait épousé Alice, fille de Baudoin II de Jérusalem qui exerça la régence au nom de s (...)
  • 161 Alice avait, en effet, envoyé un messager à Zengi que son père Baudoin, appelé par les Francs d’An (...)

47Sa femme Alīce (Bunduqin ?), fille de Baudoin, prit possession d’Antioche160. Puis un conflit opposa les Francs : Baudoin arriva en provenance de Jérusalem et fit une incursion contre Antioche. Il s’empara d’un groupe de compagnons de sa fille et leur coupa les mains et les pieds. Une troupe de sergents d’armes (al-sar ğundiya) ouvrit la porte d’Antioche et il y pénétra en [5]25/1130-31. Sa fille s’en remit à lui. Il lui pardonna, prit Antioche et lui donna Ǧabala et Lattaquié161.

  • 162 La source d’Ibn Šaddād est peut-être ic Ibn al-‘Adīm qui s’inspire lui-même d’Ibn al-Aṯīr. Il faut (...)
  • 163 Sur cette forteresse, voir supra, p. 85.
  • 164 Ibn Šaddād fait ici allusion au remariage de Constance avec Renaud de Chatillon qui devint ainsi r (...)
  • 165 Lorsque Renaud de Chatillon fut fait prisonnier, en 1160 ; Bohémond III était encore mineur, ce n’ (...)
  • 166 Lors de la prise de Ḥārim par Nūr al-Dīn (cf. supra, p. 35).
  • 167 Dans le chapitre sur l’histoire des princes d’Alep sans doute, qui nous est inconnu. Cf. supra, p. (...)

48Puis il mourut et Raymond fils d’Alīce — fille de Baudoin — et de Bohémond [II] fils de Bohémond [Ier] en prit possession. Il fut tué en [5]34/l 139-40 devant Damas162. Le prince Renaud prit le gouvernement d’Antioche et fut tué devant Ḥiṣn Innib163 mercredi 21 ṣafar [5]44(30 juin 1149). Après lui, Bohémond [III] prit possession d’Antioche ; sa mère s’était remariée avec un prince pour qu’il administrât la ville jusqu’à ce que son fils grandît164. Nūr al-Dīn marcha contre eux. Les Francs se regroupèrent pour l’affronter, mais il les mit en déroute et fit prisonnier le prince [d’Antioche]. Bohémond [III] s’empara alors du pouvoir à Antioche et on lui donna le titre de prince165. Une bataille l’opposa à Nūr al-Dīn lors de laquelle il fut fait prisonnier en [5]59/1163-64 devant Ḥārim166. Nous évoquerons plus tard et intégralement, s’il plaît à Dieu, les villes qu’Antioche a perdues et celles qui ont été annexées à d’autres villes167.

  • 168 Sur Usāma b. Munqiḏ qui accompagnait Nūr al-Dīn lors du siège de Ḥārim en 557/1161-62 (d’après Abū (...)
  • 169 Bohémond III resta, prisonnier d’août 1164 à 1165. Amaury, roi de Jérusalem s’occupa des affaires (...)

49Usāma b. Muršid b. Munqiḏ raconte dans son histoire168, que le roi d’Antioche, alors prisonnier, était un démon et l’un des enfants du roi Bohémond [lire : Raymond] qui avait régné à Antioche. Usāma ne nomme pas [Bohémond] qu’il désigne seulement par son titre comme il le fait pour d’autres, les Francs attribuant à quiconque règne à Antioche le titre de Prince. Puis à l’époque où son histoire se termine, il dit : « Il est encore roi d’Antioche jusqu’à nos jours169.

  • 170 Sur cet auteur, voir supra, p. xxxix.
  • 171 Il y a sans doute ici confusion dans les noms puisque Bohémond III : régna comme nous l’avons dit (...)
  • 172 Sur la célèbre bataille de Ḥiṭṭīn (ou Ḥaṭṭīn) à la suite de laquelle Jérusalem tomba aux mains des (...)
  • 173 Le roi de Jérusalem en 583/1187 n’est pas Geoffroy mais Guy de Lusignan (fait-prisonnier à Ḥiṭṭīn) (...)
  • 174 Renaud de Chatillon libéré en 1176 avait épousé la femme du seigneur de Kérak et Montréal qui étai (...)

50J’ai relu les histoires écrites après lui et j’ai vu dans l’histoire d’Ibn Abī Ṭayyi’170 ceci : « En 583/1187-88 le souverain d’Antioche mourut et léga la ville à son neveu Raymond171. Cette année-là, il y eut une bataille entre al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn et les Francs / à Ḥiṭṭīn le 23 rabī‘ 11(2 juillet 1187)172. Salāḥ al-Dīn les mit en déroute et fit prisonnier le roi Geoffroy173 et le prince Renaud. Renaud était maître de Kérak174 car quelque temps après que le sultan al-Malik al-‘Ādil l’eut fait prisonnier, il paya sa rançon, épousa la femme du maître de Kérak et prit possession de la forteresse. Le titre [de prince] lui resta. En même temps que lui une foule de gens innombrables furent faits prisonniers. Les Francs n’avaient pas connu une telle bataille depuis qu’ils avaient débarqué sur la côte. Ṣalāḥ al-Dīn rapporta en butin la croix des croix, qui est un morceau de bois recouvert d’or et incrusté de pierreries sur laquelle, prétendent-ils, leur Dieu fut crucifié. Raymond n’était pas présent lors de cette bataille. En [5]84/1188-89, Ṣalāḥ al-Dīn revint à la charge en lançant des incursions vers la région côtière. Le prince d’Antioche se mit en correspondance avec lui pour lui demander de s’éloigner de lui et de lui laisser ses possessions autour d’Antioche. Ṣalāḥ al-Dīn lui répondit favorablement.

  • 175 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 116 (récit plus détaillé que l’extrait cité par notre au (...)
  • 176 Sur cette forteresse, voir infra, p. 262.
  • 177 Afin d’empêcher toute attaque vers la ville d’Antioche (Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, (...)
  • 178 Après la capitulation de Baġrās (Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 117).
  • 179 C’est-à-dire des renforts d’Occident. Cf. Cahen, SN., 429-430.
  • 180 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 180 qui est peut-être encore la source d’Ibn Šaddād.
  • 181 C’est-à-dire à Bohémond III. Frédéric Barberousse s’étant noyé en Cilicie en juin 1190, c’est sous (...)
  • 182 Sur la prise d’Acre par les Francs de la troisième croisade, voir Runciman, Crusades, III, 18-33 ; (...)

51Bahā’ al-Dīn Abū l-Maḥāsin Yūsuf b. Rāfi‘ b. Tamīm b. Šaddād a dit dans son livre sur l’histoire de Salāḥ al-Dīn175 : « Le sultan campa autour de Baġrās176 le 2 ša‘bān de cette année [584] (26 septembre 1188). Un détachement dressa ses tentes devant la Porte d’Antioche (Bāb Anṭākiya) de telle sorte que ceux qui sortaient [de Baġrās] ne pouvaient l’éviter177 et le sultan attaqua violemment la ville. [Par ailleurs] les habitants d’Antioche lui envoyèrent un messager pour demander la paix178. Il la leur accorda à cause du malaise de son armée, mais pour Antioche seulement sans y inclure les autres villes [occupées par les Francs] et à condition qu’ils relâchassent les prisonniers musulmans. [La paix devait durer] sept mois à l’issue desquels la ville devait être livrée au sultan à moins qu’elle ne reçût des secours [de l’extérieur]179 ». Puis il s’en retourna et en [5] 86/1190180 le roi des Allemands arriva en Syrie. Il prit possession d’Antioche qu’il enleva à son maître181 et y demeura jusqu’au 15 rağab de cette année (18 août 1190), puis il partit désireux de prendre Acre (‘Akkā) et fut tué devant cette ville au cours de l’année182.

  • 183 L’auteur du Bustān dit qu’en 589/1193 le patriarche d’Antioche mourut à Quṣayr, château de l’églis (...)
  • 184 Sur la paix conclue un an après la prise d’Acre entre le comte Henri de Champagne, Richard Cœur de (...)
  • 185 Sur l’entrevue de Bohémond et de Ṣalāḥ al-Dīn, voir les récits d’al-Iṣfahānī et d’Ibn Šaddād dans (...)
  • 186 C’est-à-dire les territoires exploités conjointement par les Musulmans et les Francs tel que cela (...)
  • 187 Léon II, roi de Petite Arménie en Cilicie s’était emparé de Baġrās que Ṣalāḥ al-Dīn avait abandonn (...)

52Après lui, le patrice [ou patriarche] Nuṣayr183 prit possession de la ville. C’était un des patrices les plus ambitieux. Lorsque le sultan al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn] fit la paix avec le comte Henri et le roi d’Angleterre184 en ša‘bān [58]8 (12 août-9 septembre 1192) il partit pour Damas et visita sur sa route les villes qu’il avait conquises. Puis il alla à Beyrouth et là-bas le prince patrice Nuṣayr d’Antioche [lire : Bohémond]185 et lui se réunirent. Le sultan le reçut avec honneur, le fit asseoir près de lui et lui prescrivit une pension de 20.000 dinars sur les territoires mixtes (munāṣafāt) d’Antioche186. Le sultan s’étonna de- ce qu’il était entré auprès de lui sans sauf-conduit (amām). Avant de le quitter, le prince d’Antioche se plaignit à lui de tous lés-dommages que Léon souverain d’Arménie, lui faisait subir, et de tous les malheurs causés par son voisinage qui l’affectaient depuis qu’il était dans- la forteresse de Baġrās187. Le sultan lui fit des promesses qui le contentèrent au sujet de Léon.

  • 188 Ceci est bien la preuve de la confusion entre les deux personnages.
  • 189 Sur le piège tendu par Léon à Bohémond ; voir Bustān, 151 et n. 8, dont la version est légèrement (...)
  • 190 Sans doute le fils de Sibylle, sa troisième femme (Cahen, SN., 583, n. 7).

53Or, Léon avait des espions- auprès du patrice Nuṣayr [lire : Bohémond] qui : l’informèrent de la situation et il craignit l’issue de cette affaire. Lorsque la paix dont nous avons parlée fut conclue, il n’y fut pas mentionné. Quand le patrice Nuṣayr [lire : Bohémond] se rendit à Antioche, Léon envoya un messager à son lieutenant à Baġrās lui ordonnant d’attirer le patrice Nuṣayr Bohémond [lire : Bohémond]188 dans la forteresse et d’imaginer si celui-ci venait vers lui, une ruse pour s’en emparer189. Le lieutenant de Baġrās envoya un messager à Bohémond et lui proposa de lui livrer la forteresse ; il fut si bienveillant que l’avidité du prince se fit plus forte et il se dirigea vers lui à cheval. Un groupe de ses proches, son fils190 et sa femme le suivirent. Il s’arrêta à la source qui se trouve sous la forteresse et le lieutenant lui porta de quoi manger et boire ; le prince avait dit qu’il allait à là chasse, mais il demeura là, jusqu’à la nuit tombée. Le lieutenant descendit vers lui et lui dit : « Il n’est pas prudent que tu restes-là. Le mieux est que vous montiez à la forteresse, toi et tes compagnons ; je t’ai préparé un lieu où dormir. / Si tu y montes, je t’amènerai ceux qui s’y trouvent afin qu’ils te prêtent- serment ». A ces mots, Bohémond et ceux qui l’accompagnaient montèrent vers la citadelle.

  • 191 S’agit-il de Raymond, fils ainé de Bohémond, que le peuple d’Antioche (qui venait de proclamer la (...)
  • 192 Bohémond fils cadet de Bohémond III et comte de Tripoli depuis 583/1187.
  • 193 Il s’agit en fait d’Henri de Champagne devenu roi de Jérusalem (et non de Chypre) en épousant la p (...)
  • 194 Ibn Abī Ṭayyi’ qui est la source d’Ibn Šaddād, confond à nouveau le patriarche Aimery d’Antioche e (...)
  • 195 Le fils aîné de Bohémond III, Raymond, qui avait été désigné par Bohémond comme son successeur, mo (...)

54Léon se trouvait alors près de Baġrās. Lorsqu’il apprit cela, il monta à la citadelle, se présenta devant Bohémond et lui dit : « Tu sais qu’il existait entre le sultan al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn] et moi une paix et une alliance. Or tu n’eus de cesse de les corrompre que tu n’y parviennes. Ceci n’est pas la récompense que je mérite de toi, car j’ai pris cette forteresse aux Musulmans et j’en ai fait un refuge pour les Chrétiens après que tu fus impuissant à la garder et que Ṣalāḥ al-Dīn s’en fut emparé. Cela ne t’a pas suffit et tu as fait la paix avec le sultan sans me mentionner alors que je suis lié à toi et que mon gouvernement est uni au tien ». Il ordonna ensuite de mettre les fers aux pieds de Bohémond, de sa femme et de son fils et il sortit dire à ses compagnons : « Remettez-moi Antioche ou je vous tuerai tous », et ils lui prêtèrent serment. La nouvelle parvint au gouverneur d’Antioche qui eut très peur et craignit pour sa propre personne191. Il envoya un messager au fils de Bohémond le Grand, qu’on appelait le comte, maître de Tripoli, le mit au courant de ce qui était arrivé au patrice Nuṣayr [lire : Bohémond] et l’encouragea à venir à Antioche192. Bohémond de Tripoli s’y rendit, entra dans la ville et en prit possession. Le prince d’Antioche resta prisonnier de Léon jusqu’à ce que le roi des Francs, souverain de Chypre193 qui avait été prisonnier d’al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn], le sortît de là, à condition qu’il livrât Antioche dans trois ans à Léon. Puis il partit vers Antioche où il mourut cette année-là194 et le comte Bohémond [de Tripoli] fils de Raymond [lire : Bohémond] en prit possession195.

  • 196 Sur la politique d’alliance de Bohémond IV avec le prince ayyoubide d’Alep, voir Cahen, SN., 609-6 (...)

55En [5]90/l 193-94 Léon imagina une ruse et pénétra inopi­nément dans Antioche le mardi 12 ša‘bān (2 août 1194). Les habitants de la ville lui livrèrent combat, eurent le dessus et l’en firent sortir. Ceci s’était passé avec l’accord de certains de ses habitants. Le 17 rabī‘ I 600 (24 novembre 1203), Léon attaqua de nouveau Antioche. Son souverain ne s’en aperçut que lorsque Léon fut à sa porte. Il s’en émut, lui livra combat dans la ville puis se réfugia dans la citadelle et lança le cri de ralliement d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] b. al-Malik al-Nāṣir196. Le gouverneur de Ḥārim écrivit à al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] sur l’aile d’un oiseau. Le souverain d’Alep sortit à la tête de son armée afin de venir au secours du prince. Lorsqu’il arriva à Ḥārim, Léon apprit sa venue et sortit d’Antioche en y laissant des hommes qui furent tués. Al-Malik al-Ẓāhir écrivit au prince d’Antioche de manière à lui être agréable. C’est ce qu’a raconté Ibn Abī Ṭayyi’.

  • 197 Cf. Zubda, III, 155 à 158.
  • 198 De plus Léon rendit tous les prisonniers musulmans qui étaient en sa possession (Zubda, III, 158 ; (...)

56Ibn al-‘Ādīm a dit que cela se passait en [60] 1/1204-05/197. Il ajoute que Léon était de la descendance de Bardas Phocas qui vivait au temps de Sayf al-Dawla. Puis il évoque les combats qui eurent lieu entre Léon et l’armée d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] [jusqu’à ce que] les messagers allassent de l’un à l’autre pour [conclure] la paix. Al-Ẓāhir lui imposa comme condition de ne plus se présenter devant Antioche, et la paix fut établie pour huit ans. Cela se passait en 602 /1205-1206198.

  • 199 Sur la prise d’Antioche par Léon, voir Cahen, SN., 621-622. La source d’Ibn Šaddād est sans doute (...)
  • 200 C’est en 591/1195, lors du mariage de son fils avec Alice nièce et héritière de Léon que Bohémond (...)
  • 201 Voir supra, p. 255, n.3.
  • 202 Voir supra p. 258.
  • 203 Le patriarche d’Antioche Pierre Ier d’Angoulême, qui, dès le début de son patriarcat s’opposa à Bo (...)
  • 204 Selon d’autres sources (cf. Cahen, SN., 613, n. 41) le patriarche d’Antioche fut soumis au supplic (...)

57Le lundi 23 ša‘bān 612 (17 décembre 1215), Léon attaqua Antioche, en prit possession et la remit à son neveu199 pour la raison suivante : le prince Raymond pire : Bohémond III] le Grand, père du prince régnant à cette époque, avait eu deux fils : l’un des deux, Bohémond, est celui qui la gouvernait, quant à l’autre, Raymond, son père qui l’affectionnait, avait demandé en mariage pour lui la sœur [lire : la nièce] de Léon, et la lui avait fait épouser. Il l’avait désigné comme roi [pour lui succéder] et en avait rendu témoins les gens de sa religion200. Or, il se fit que Raymond fut atteint d’épilepsie et mourut du vivant de son père. Il laissa un fils au neveu [lire : à la nièce] de Léon appelé Rupen. Léon pénétra jusqu’à Antioche, prit sa sœur [lire : sa nièce] et le fils de celle-ci. Le frère [de Raymond], Bohémond, était alors roi de Tripoli. Lorsque son père mourut, le patrice Nuṣayr s’empara d’Antioche201. Puis / il mourut à son tour et Bohémond fils de Raymond [lire : fils de Bohémond] en prit possession comme nous l’avons dit. Ensuite les batailles dont nous avons parlé entre Bohémond [IV] et Léon se suivirent à un rythme accéléré202. Pendant ce temps, le neveu de Léon, Rupen, devint jeune homme. Lorsque la trêve établie entre Léon et Bohémond [IV] par al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] en vint à son terme, Léon écrivit à Bohémond ceci : « Tu es un homme injuste qui ne respecte pas la loi chrétienne. Ton père a transmis la royauté à ton frère ; or ton frère est mort laissant comme successeur un fils à qui la royauté revient ». Léon s’était muni d’un texte écrit par le patriarche (biṭrīq) d’Antioche [confirmant] que la royauté revenait à son neveu203. Il envoya ce texte à Bohémond qui dit après l’avoir lu : « ceci est ma royauté et ma possession ». Puis il fit monter le patriarche à la citadelle et le fit étrangler204.

  • 205 Le nouveau patriarche latin avait été élu à la fin de l’année 1208 par les chanoines d’Antioche. I (...)
  • 206 Sur l’ordre des Hospitaliers à Antioche, voir Cahen, SN., 510 sq.
  • 207 Porte au nord d’Antioche d’où partait la route d’Alep. Cf. Cahen, SN., 129 ; Elisséeff, ND., 198.
  • 208 Marqab, importante forteresse de la principauté d’Antioche au nord de Ṭarṭūs à l’ouest du Ǧabal Ba (...)
  • 209 A cette époque les bonnes relations du prince Bohémond et d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī qui était déjà (...)

58Léon, après cela, partit pour Antioche, y mit le siège à plusieurs reprises tandis qu’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī], souverain d’Alep, l’en repoussait et l’empêchait avec son armée d’en approcher. Au début de l’année [612/1215-16] que nous avons évoquée, les gens de Constantinople envoyèrent à Antioche un patriarche pour remplacer celui qui avait été tué205. Lorsqu’il arriva à Antioche, il désapprouva l’accord des habitants de la ville pour confier la royauté à Bohémond et il leur dit : « Tout ce que vous faites est illicite ». A ses paroles, les Hospitaliers se soulevèrent206. Ils se mirent en correspondance avec Léon pour qu’il leur envoie son neveu et qu’ils lui remettent Antioche. Léon envoya peu à peu des hommes vers Antioche jusqu’à ce qu’il s’y trouvât un grand nombre de ses compagnons. Puis il leur fixa rendez-vous la nuit du lundi 23 šawwāl (14 février 1216). Il vint de nuit et pénétra brusquement dans Antioche par la Porte de Saint Paul (Bāb Būlus)207, comme il en avait convenu avec ses hommes qui se trouvaient dans la ville. Il en prit possession, mais la citadelle lui résista. Le prince Bohémond ne se trouvait pas à Tripoli ; lorsqu’il apprit la nouvelle, il accourut sous les murs de Marqab208 pour aller au secours des occupants de la citadelle. Mais lorsque Léon s’en empara, Bohémond retourna à Tripoli. Léon écrivit à al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] pour l’informer qu’il était à son service, qu’il ne ferait rien sans son ordre et sans son avis et qu’il avait conquis Antioche en son nom. Il libéra des prisonniers musulmans qui s’y trouvaient et les envoya à Alep209. Il fit une belle réponse, puis sortit d’Antioche et remit la ville à son neveu.

  • 210 En fait Raymond Rupen ne devait régner à Antioche que trois ans. Bohémond IV reprit le pouvoir en (...)
  • 211 Sur la prise d’Antioche par le sultan Baybars, voir Maqrīzī, 567-568, trad. I, (2) 52-55 ; Ibn‘Abd (...)
  • 212 Maqrīzī (568, trad. I, (2), 54) dit que « chacun apporta l’argent monnayé, les bijoux d’or et d’ar (...)

59Elle resta en sa possession210 jusqu’à εε que le sultan al-Malik al-Ẓāhir Abū l-Fatḥ Baybars marchât contre elle. Sa résolution est telle que ce qui est loin lui semble proche et que ses ennemis se cachent la face sous terre. Il dressa son camp autour de la ville le mercredi 1er ramaḍān 666(15 mai 1268)211. Ses habitants sortirent pour demander la capitulation, mais il ne leur fit pas de faveur, car ils mirent des conditions qu’il ne pouvait accepter. Il entoura la ville et en prit possession par la force le samedi 4 du mois (18 mai 1268) à la quatrième heure. Aucun soldat ne put piller quoi que ce soit. Le sultan répartit ce qu’il en retira entre les émirs et les troupes212. Il dévasta la ville et y installa une troupe de Turcomans pour garder la plaine d’Antioche. On compta ceux qui furent tués dans la ville et leur nombre dépassa 40.000 personnes. Le sultan délivra un groupe de prisonniers d’Alep que le prince, souverain d’Antioche et de Tripoli, avait emprisonnés et fait captifs lorsque les Mongols avaient pénétré dans Alep. Dieu leur fit la faveur de les libérer sous la conduite de notre seigneur le sultan. C’est un bienfait qu’il leur mit autour du cou bien supérieur à tous leurs titres ; combien de bienfaits semblables a-t-on connus au cours de ses conquêtes ? Par eux il rétablit la sécurité qui avait disparu ; ils formèrent ainsi les pages du recueil de sa vie et de ses actions et lui permirent d’atteindre la satisfaction de Dieu à laquelle il aspirait. /

  • 213 Toute la fin du récit sur Antioche est rajoutée en marge (voir aussi supra, p. 82) dans le manuscr (...)
  • 214 Sur ces successeurs de Baybars.voir supra, p. 83.

60Antioche resta en sa possession213 jusqu’à sa mort le 28 muḥarram [6]76(1er août 1277). Elle fut transmise à son fils al-Malik al-Sa‘īd Nāṣir al-Dīn Muḥammad Baraka Qān. Elle resta en sa possession jusqu’à ce que la royauté lui fût enlevée au profit de son frère, al-Malik al-‘Ādil Sayf al-Dīn Salāmiš, la nuit du lundi 18 rabī‘ II [6]78(28 août 1279). Al-Malik al-Manṣūr Sayf al-Dīn Qalāwūn al-Alfī al-‘Alā’ī reçut la charge du royaume en tant qu’atabeg214.

  • 215 Sur cet ancien émir de Baybars, voir supra, p. 83 n. 2.
  • 216 Sur la signification du mot « manšūr » diplôme de concession territoriale) , voir les remarques de (...)
  • 217 Ibn Šaddād fait sans doute allusion ici à sa biographie du sultan Baybars mentionnée plus haut. Cf (...)

61Elle demeura en possession d’al-Malik al-‘Ādil jusqu’à ce que le sultan al-Malik al-Manṣūr Sayf al-Dīn Qalāwūn al-Alfī, déjà cité, occupât le trône royal le mardi 21 rağab [6]78(27 novembre 1279). Il la donna en iqṭā‘ à l’émir Šams al-Dīn Sunqur al-Ašqar215 avec d’autres villes par un diplôme de concession territoriale (manšūr)216. Nous avons déjà évoqué cela en détail et en son temps217. Elle est en sa possession jusqu’à nos jours.

Les forteresses dépendantes d’Antioche

BAĠRĀS218

  • 218 Place-forte dans la passe du même nom au sud de l’Amanus au nord-ouest du lac d’Antioche sur la ro (...)

62C’est une citadelle citée [dans les textes] et fortifiée. La route vers les places-frontières pour les expéditions passait par elle.

  • 219 Sur cet auteur, voir supra, p. xxxi.
  • 220 Sur Zubayda, femme du calife Hārūn al-Rašīd, voir supra, p. 98.

63Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balḫī dans un livre consacré à « La description de la terre et aux villes qu’elle comprend » (Ṣifat al-arḍ wa mā taštamil ‘alqyhi min al-mudun) a dit ceci219 : « Baġrās est sur la route des places-frontières. Elle possède une maison d’hôtes (dār ḍiyāfa) fondée par Zubayda220 et il n’existe pas d’autre hôtellerie en Syrie.

  • 221 Futūḥ, 148, trad. 228.
  • 222 Sur Maslama b. ‘Abd al-Malik, voir supra, p. 6.
  • 223 ‘Ayn al-Silawwar [ou Sallawr] est la source du Nahr Yaġrā (Murad Pacha) dont les eaux avec celles (...)
  • 224 Cf. Futūḥ, 167, trad. 258.
  • 225 En 223/837-38. Sur ‘Ammūrīya (Amorium), voir supra, p. 164.
  • 226 Al-Balāḏurī et Ibn al-‘Adīm (op. cit.), ajoutent que les soldats emmenaient aussi leurs femmes ce (...)
  • 227 Sur le maḥmal, cf. EI1, art. « Maḥmal » (F. Buhl).
  • 228 Sur al-Mu‘taṣim bi-Llāh (218-227/833-842), voir supra, p. 89.

64Aḥmad b. Yaḥyā al-Balāḏurī221 a rapporté dans le Kitāb [futūḥ] al-buldān (Livre sur la conquête des pays) d’après les habitants de Syrie, ceci : « Baġrās appartenait à Maslama b. ‘Abd al-Malik222 qui constitua la ville bien de main morte (waqf) pour la cause d’une bonne œuvre. Celui-ci possédait aussi ‘Ayn al-Silawwar, avec son lac ». Je dis : al-Balāḏurī veut dire par ‘Ayn al-Silawwar [ou Sallawr] le lac de Yaġrā, sur le territoire de Ḥārim, dans la région du ‘Amq223. Puis al-Balāḏurī ajoute224 : « Certains habitants d’Antioche et de Baġrās m’ont dit que lorsque Maslama mena son expédition contre ‘Ammūrīya225, il emmena ses femmes avec lui226. Les Umayyades faisaient cela pour donner du zèle [aux soldats] lors des combats, en les rendant jaloux [pour leurs femmes]. Lorsque Maslama emprunta la montée étroite (‘aqaba) de Baġrās qui domine une vallée, une litière d’apparat (maḥmal)227 dans laquelle se trouvait une femme tomba au pied de la montagne. Maslama ordonna alors aux autres femmes de continuer à pied ; elles marchèrent et cette montée s’appela « la montée des femmes ». Al-Mu‘taṣim bi Llāh avait auparavant fait construire sur le bord de cette route un petit mur de pierre228.

  • 229 Il vaut sans doute mieux lire 351/962-963 car nous n’avons nulle part trouvé mention de cette expé (...)

65En 51/671 les Grecs marchèrent sur Baġrās229. Les Musulmans qui s’y trouvaient leur payèrent la capitation (ğizya) dont le montant s’éleva à 100.000 dirhams. Puis les affaires de cette forteresse furent négligées jusqu’à ce qu’elle se ruinât.

  • 230 Voir supra, p. 241 où il est dit que c’est Nicéphore qui fit reconstruire la forteresse et y insta (...)
  • 231 En 477/1084-85. Voir supra, p. 245.
  • 232 Sur les possessions des Templiers en Syrie du Nord, voir Cahen, SN., 512. Il ne semble pas pourtan (...)
  • 233 Al-Iṣfahānī (cité par Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 377-379) nous dit que Ṣalāḥ al-Dīn remit Baġrās et (...)

66Lorsqu’al-Ṭurbāzī, le Franc [lire : le Grec], prit possession d’Antioche, il reconstruisit Baġrās et y établit des gens pour la garder. Nous en avons déjà parlé pour l’année 357/967-968230. Elle resta aux mains des Francs [lire : des Grecs], jusqu’à ce que Sulaymān b. Qutulmuš prît possession d’Antioche, et parmi les villes de sa région, s’emparât de Baġrās231. Puis, lorsque les Francs prirent possession d’Antioche en [4]91/1098, ils s’emparèrent aussi de Baġrās que les Templiers leur achetèrent232. Elle resta entre leurs mains jusqu’à ce / qu’al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn en prît possession en ša‘bān 584 (25 septembre-23 octobre 1188) et la détruisît. Puis en 588/1192 les Arméniens s’en emparèrent et la remirent en valeur (‘amarathu) en 612/1215-16233.

  • 234 Ibn Šaddād fait ici une confusion dans les dates. On sait que Baġrās reprise par les Arméniens en (...)

67Elle resta en leur possession jusqu’à ce qu’al-Malik al- ?àfair [Ġāzī] b. al-Malik al-Nāṣir fît la paix avec eux. Il la leur prit car elle faisait partie des conditions qu’il leur avait imposées, et la remit au Maître (muqaddam) de l’Ordre des Templiers en 613/1216-17234.

  • 235 Mort en 634/1236.
  • 236 Sur les offensives des Templiers en direction du territoire d’Alep contre l’avis de Bohémond V d’A (...)
  • 237 Sur al-Malik aI-Mu‘aẓẓam Tūrān Šāh (m. 658/1260), voir supra, p. 59. n. 5.
  • 238 Sur ces événements, le récit d’Ibn Šaddād est très proche de celui d’Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 230 (...)
  • 239 Bohémond V (1233-1251) qui était comme son père en bons termes avec les Alépins. Cf. Cahen, SN., 6 (...)
  • 240 A la mort d’al-Ašraf de Damas (m. 635/1237), le souverain ayyoubide d’Égypte n’ayant pas reconnu s (...)
  • 241 Sur cette forteresse, voir infra, p. 267.
  • 242 Le maître de Ǧubayl (l’antique Byblos), à cette époque-là, était Guy de Giblet. Sur ces événements (...)
  • 243 Ḥağar Suġlān ou la Roche de Roissol des Francs (act. Tchivlan Kale), place-forte dans l’Amanus mér (...)
  • 244 Darbsāk avait appartenu aux Templiers mais depuis 584/1188 elle était aux mains des Musulmans. Cf. (...)
  • 245 En 638/1241, lorsque les Ḫwarizmiens dévastèrent toute la région d’Alep (Zubda, III, 248 sq). Sur (...)

68Elle demeura en leur possession jusqu’à la mort d’al-Malik al-‘Azīz b. al-Malik al-Ẓāhir235. Les Templiers dont le Maître était frère Thomas, firent une expédition dans les environs d’Alep, puis s’en retournèrent236. Al-Malik al-Mu‘aẓẓam Faḥr al-Dīn Tūrān Šāh237 partit vers eux et attaqua Baġrās à la fin de l’année 534 [lire : 634/1236-37]238. Il l’assiégea jusqu’à ce que les provisions contenues dans la ville fussent épuisées. Elle était sur le point d’être prise lorsque le prince d’Antioche intercéda en faveur des Templiers239. Al-Malik al-Mu‘aẓẓam accepta son intercession et s’éloigna de la ville, car al-Malik al-Kāmil était sorti d’Égypte et marchait sur la Syrie240. Al-Mu‘aẓẓam pensa que son retour vers Alep était prioritaire sur le siège de Baġrās. Il s’éloigna de la ville après avoir saccagé affreusement sa- région, puis s’arrêta près de Darbsāk241. Les Templiers rassemblèrent des troupes et demandèrent l’assistance du maître de Ǧubayl242. Ils se rendirent de la région de Ḥağar Šuġlān243 à Darbsāk, pensant occuper le faubourg à l’insu de ses habitants, et en tirer quelque profit244. La garnison de la citadelle et les habitants du faubourg leur livrèrent combat et protégèrent le faubourg [de leurs attaques]. Ils continuèrent à combattre jusqu’à ce que l’armée d’Alep apprît cela. Les soldats montèrent sur leurs chevaux et arrivèrent auprès d’eux alors que les chevaux des Francs étaient fatigués. Ils s’abattirent sur eux et les Templiers furent mis en déroute, emmenés prisonniers ou tués. Seul un petit nombre s’échappa. Ceci se passait en šawwāl 634 (28 mai-25 juin 1237). Frère Thomas fut capturé et resta prisonnier jusqu’en [6]38/1240-1241, quand eut lieu la bataille des Ḫwarizmiens lors de laquelle les troupes d’Alep furent vaincues245. Ils le libérèrent avec les prisonniers qui furent délivrés et il revint à Baġrās.

  • 246 En 666/1268. Voir aussi le récit de Maqrīzī, 570, trad. I, (2), 56.
  • 247 Sur Šams al-Dīn aq-Sunqur al-Fāriqānī , voir supra, p. 216. Sur le titre de Silaḥdār qui s’appliqu (...)
  • 248 C’est-à-dire le lac d’Antioche appelé aussi lac de Baġrās. Voir supra, p. 263.

69Baġrās resta en possession des Templiers jusqu’à la conquête d’Antioche par le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars], souverain d’Égypte : il s’empara en même temps de Baġrās246. Le sultan m’a dit de vive voix — que Dieu protège son âme des malheurs du sort et conserve l’éclat du temps en maintenant notre sultan — que lorsqu’il marcha sur Antioche, il envoya un détachement de son armée placé sous le commandement de l’émir Šams al-Dīn aq-Sunqur al-Silaḥdār al-Fāriqānī247 vers Baġrās. Lorsque celui-ci y arriva, et installa son camp au bord du lac248 qui se trouve sous ses murs, un homme se présenta à lui et l’informa que les Templiers avaient évacué la ville et qu’il n’y restait plus que deux hommes et une femme. Il envoya à la forteresse un homme de confiance qui lui confirma cela. Il entra, alors, dans Baġrās et en prit possession le 13 ramaḍān [666] (27 mai 1268). Le sultan y fit transporter une grande quantité de provisions et de denrées et y nomma un gouverneur chargé de la défendre ; elle est en sa possession jusqu’à nos jours.

DARBSĀK249

  • 249 Forteresse au sud-est du défilé de Ḥağar Šuġlān, point de passage et carrefour important qui domin (...)
  • 250 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 25 v°) précise que Darbsāk se trouve dans le Ǧabal al-Aswad, branche orien (...)
  • 251 Sans doute lors de la formation du royaume de Petite Arménie en Cilicie après 473/1080-81.

70C’est une forteresse qui se trouve de l’autre côté du Nahr al-Aswad au pied d’un des monts du Ǧabal al-Lukkām250. Elle n’est pas mentionnée dans les conquêtes, mais elle fut restaurée à l’époque des Arméniens, lorsqu’ils prirent possession des places-frontières251. Sa longitude dépasse sa latitude et elle est entourée d’un rempart en pierres de taille blanches.

  • 252 Ibn Šaddād semble ignorer qu’à cette époque la forteresse appartenait aux Templiers. Sa conquête p (...)
  • 253 Il s’agit du fils du seigneur de ‘Azāz, ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ǧandar à qui Ṣalāḥ al-Dīn avait r (...)
  • 254 Voir Zubda, III, 139 (qui est peut-être la source d’Ibn Šaddād). Sayf al-Dīn se trouvait alors mal (...)

71Elle resta en possession des Arméniens jusqu’à ce que le, sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn en fît la conquête le 2 rağab 584 (27 août 1188)252. Elle demeura aux mains de ceux qui possédaient Alep jusqu’à ce que le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] b. al-Malik al-Nāṣir la donnât en iqṭā‘ à l’émir Sayf al-Dīn / b. ‘Alam al-Dīn253. En [5]92/l 195-96 les prisonniers, employèrent la ruse, brisèrent leurs chaînes, ouvrirent le dépôt d’armes, revêtirent des tenues militaires et se soulevèrent dans la citadelle254. Le gouverneur s’y réfugia avec une troupe de soldats et les combattit. Al-Malik-al-Ẓāhir [Ġāzī] apprit cela. Il partit en toute hâte jusqu’à ce qu’il arrivât à Darbsāk. Il y trouva le gouverneur qui avait vaincu les prisonniers et les avait tués.

  • 255 Il s’agit de l’incident qui opposa al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī au lieutenant de Sayf al-Dīn devant la c (...)
  • 256 ‘Alam al-Dīn Qayṣar al-Rūmī ou al-Naṣrāni, ancien émir Ǧandar de Ṣalāḥ al-Dīn (cf. Quatremère, dan (...)

72Puis survint un événement que nous rapportons dans notre évocation de ‘Azāz255 qui rendit nécessaire le retrait de Darbsāk des mains des lieutenants de Sayf al-Dīn b. ‘Alam al-Dīn. Al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] la donna ensuite en iqṭā‘ à son mamelouk l’émir ‘Alam al-Dīn Qayṣar al-Rūmī256, et il la lui remit. Celui-ci accrut ses constructions, la fortifia et l’habita. Il lança des troupes depuis cette forteresse contre les Arméniens et les Francs.

  • 257 Cf. supra, p. 54.
  • 258 Sur la rebellion de Qayṣar, voir Zubda, III, 181-182 (mais Ibn al-‘Adīm n’est pas la source d’Ibn (...)
  • 259 Sur Constantin de Lampron, régent d’Arménie de 1221 à 1226, fondateur de la dynastie héthumide d’A (...)
  • 260 Sur la conquête de Darbsāk par le sultan Baybars, voir aussi le récit de Maqrīzī, 551-552, trad. I (...)
  • 261 Cf. supra, p. 74.
  • 262 Héthum dut rendre Darbsāk en même temps que toutes ses possessions syriennes : Sīḥ al-Ḥadīd, al-Zū (...)

73En 615/1218-1219 le sultan ‘Izz al-Dīn Kaykā’ūs marcha contre al-Malik al-‘Azīz b. al-Malik al-Ẓāhir. Il s’empara de la plupart des villes septentrionales du ressort d’Alep257. Qayṣar se joignit à lui et fit partie de son armée ; [Kaykā’ūs] lui envoya de l’argent afin que, par ce moyen, il cherchât à se concilier les compagnons d’al-Malik al-‘Azīz, et lorsque Kaykā’ūs fut mis en fuite et s’éloigna de cette région, Qayṣar persévéra dans sa rébellion. Al-Malik al-Ašraf lui envoya un messager qui lui fit des promesses et lui assura de la part d’al-Malik al-‘Azīz ce qui lui serait agréable. Qayṣar lui répondit favorablement et les lieutenants d’al-Malik al-‘Azīz reçurent de lui la forteresse258. Elle resta aux mains des Musulmans jusqu’à ce que les Mongols se fussent emparés du pays. Ils remirent Darbsāk à Héthum, fils de Constantin de Lampron (al-Lin) souverain d’Arménie259. Il la remit en valeur (‘amarahu) et remonta [ses murs]. Puis les armées du sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] — que Dieu renforce ses partisans et redouble sa puissance — attaquèrent son pays en 664/1265-1266260. Son fils Léon (Layfūn) fut capturé et resta prisonnier du sultan jusqu’à ce qu’il fût échangé contre l’émir Šams al-Dīn Sunqur al-Ašqar al-‘Alā’ī261. Le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] reçut cette forteresse avec celles qui lui furent cédées par le traité de paix262 et elle est en possession de ses lieutenants jusqu’à nos jours.

ḤIṢN BŪQĀ263

  • 263 Localité près d’Antioche sans doute proche du lac d’al-‘Amq. La source d’Ibn Šaddād est la Buġya d (...)

74C’est une forteresse qui possède un district et qui est proche d’Antioche.

  • 264 Futūḥ, 167, trad. 258.

75Al-Balāḏurī a dit264 : « Hišām b. ‘Abd al-Malik a construit Ḥiṣn Būqā qui appartient à la région (‘amal) d’Antioche ; elle fut récemment restaurée et réparée ».

TĪZĪN265

  • 265 Place-forte sur le versant occidental du Ǧabal Sam‘ān au nord-est de ‘Imm qui protégeait la route (...)
  • 266 En 491/1098. Voir supra, p. 246.

76C’est une petite ville ancienne qui possédait un rempart qui s’est écroulé. Elle donne son nom au district, même si celui-ci comprend des villes plus importantes. Elle demeura en possession des Musulmans jusqu’à ce que les Francs s’emparassent d’Antioche266. Son district comprend des villes célèbres et sa capitale est aujourd’hui :

ARTĀḤ267

  • 267 Artāḥ non loin de l’actuelle Reyhanli, près de ‘Imm (Cf. carte I). Il n’en reste plus rien aujourd (...)
  • 268 M. Cahen (SN., 134) mentionne une église fortifiée dans la ville. Artāḥ était d’ailleurs le siège (...)
  • 269 R. Dussaud rapproche ces villages de Ḥarbīya, Buğdādīya et Ma‘šūqīya situés dans les environs d’An (...)
  • 270 Sans doute en 358/969 lorsque Nicéphore s’empara d’Antioche. Cf. supra, p. 242.

77C’est une petite ville dont le rempart s’est écroulé. Elle possède une forteresse difficile d’accès. A l’intérieur de la ville se trouve une église qui était visitée par les Chrétiens, et qu’on appelle Sanalqana268. Elle possède des jardins, des sources, des moulins et des villages qui sont les suivants : al-Ḫaṭṭānīya, al-Buzġārīya, al-Maš‘ūfīya, Sanalqana, et al-Ǧudayda. [ou al-Ǧadīda]269. / Ces villages restèrent en possession des Musulmans jusqu’à ce qu’ils les perdissent avec Antioche270. Ils dépendaient auparavant de Tīzīn et lorsque cette dernière fut ruinée, ils furent réunis à Artāḥ.

  • 271 Sur le mirdaside Ṯimāl b. Ṣāliḥ (429-454/1037-1062), voir Zubda, I, 255-288.
  • 272 Il faudrait lire ici 454/1062 date à laquelle Artāḥ fut rendue aux Grecs après un traité de paix ((...)
  • 273 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 12-13) place cet événement le 27 ša‘bān 460/1er juillet 1068. Son récit e (...)
  • 274 Aṯārib, actuelle Terib, à l’ouest d’Alep au carrefour des routes d’Alep à Antioche et au Rūğ. Cf. (...)

78Artāḥ resta en possession des Francs [lire : des Grecs] jusqu’à ce que Mu‘izz al-Dawla Abū ‘Ulwān Ṯimāl b. Ṣāliḥ b. Mirdās en fit la conquête en 454/1062271. Puis les Francs [lire : les Grecs] la prirent en ... 50272, et le mardi 27 ša‘bān 458 (24 juillet 1066)273 les Musulmans la prirent de vive force [litt : par le sabre]. Ils la pillèrent car elle était alors la capitale du district et trois mille hommes y furent tués ; sa conquête fut magnifique car sa région (‘amal) s’étendait depuis l’Euphrate jusqu’à l’Oronte, Apamée, Antioche, et al-Aṯārib274. On dénombra les Francs qui furent tués ou faits prisonniers cette année-là : ils étaient 300.000.

  • 275 Arṯāḥ lors de sa conquête par les Francs était occupée par une colonie importante d’Arméniens. Sur (...)
  • 276 Les Arméniens déçus par les Francs livrèrent la ville à Riḍwān. Cf. Zubda, II, 150 ; Cahen, SN., 2 (...)
  • 277 Bataille qui eut lieu en ša‘bān 498/avril 1105 près de Tīzīn ; cf. Zubda, II, 150 ; Cahen, SN., 24 (...)

79Puis elle resta en possession des Musulmans jusqu’en [4]91/1097-98. Les Francs s’en emparèrent en même temps qu’Antioche, et les Arméniens en prirent possession275. Elle resta entre leurs mains jusqu’en [4]98/l 104-05. Al-Malik Riḍwān b. Tāğ al-Dawla Tutuš, le Seldjouqide, maître d’Alep, marcha sur elle et la prit aux Arméniens276. Par la suite, Tancrède, maître d’Antioche, sortit [de ses territoires] et reprit aux Musulmans un grand nombre de forteresses dont Artāḥ, après une bataille qu’il remporta contre al-Malik Riḍwān277.

  • 278 Cf. Kāmil, XI, 122 ; Zubda, II, 291 ; Elisséeff, ND., 409.
  • 279 La victoire de Nūr al-Dīn à Artāḥ contre les Francs eut lieu en 559/1164, (Zubda, II, 319-321) alo (...)
  • 280 Sur cet émir kurde (m. 564/1169), oncle de Ṣalāḥ al-Dīn, qui avait en apanage la région de Ḥimṣ, v (...)
  • 281 « Armaġān » (cadeau) mot d’origine turque, est encore employé de nos jours en Syrie du nord (je re (...)
  • 282 Sans doute lors de la victoire des Musulmans sur les Francs devant Innib en 544/1149-50, où Šīrkūh (...)
  • 283 Sur al-Malik al-Qāhir Muḥammad Nāṣir al-Dīn qui avait épousé sa cousine surnommée Sitt al-Šām, et (...)
  • 284 Sur la descendance d’Asad al-Dīn Šīrkūh, voir Ibn Ḫallikān, II, 480-481 ; Zambaur, 101. Sur Bayda (...)
  • 285 Sur al-Malik al-Ašraf Mūsa (m. 662/1263-64), voir supra, p. 66.
  • 286 Il ne peut s’agir d’al-Malik al-Ẓāhir Muğīr al-Dīn Dā’ūd, fils de Ṣalāḥ al-Dīn, né en 573/1177-78, (...)
  • 287 Les propriétés immobilières étaient, en effet, divisées en vingt quatre parts (sahm) quelle que so (...)
  • 288 Sur l’émir Badr al-Dīn Baysarī, voir supra, p. 220. Maqrizī, (880, trad. II, (2) 138) nous dit qu’ (...)
  • 289 Sur al-Malik al-Ṣāliḥ Nağm al-Dīn Ayyūb (m. 647/1249) fils aîné d’al-Malik al-Kāmil voir EI1, art. (...)

80Elle demeura en possession des Francs jusqu’en 542/1147-48. Nūr al-Dīn fit la conquête d’Artāḥ avec d’autres forteresses voisines278 et elle resta en sa possession jusqu’à ce qu’il mît en déroute les Francs devant Artāḥ279. Lorsqu’Asad al-Dīn Šīrkūh280 brisa les Francs et arriva à Artāḥ, il planta sa lance sur la porte de la ville et dit : « cadeau » (armaġān)281 ; Nūr al-Dīn lui répondit : « cadeau », et il lui en fit don. Cela se passait en 545/1150-51282. Par la suite Asad al-Dīn la donna à son fils Nāṣir al-Dīn Muḥammad283 ; puis celui-ci mourut et laissa son fils al-Malik al-Muğāhid Asad al-Dīn Šīrkūh, sa femme, Sitt al-Sām fille de Nağm al-Dīn Ayyūb, sœur de Ṣalāḥ al-Dīn, et une fille [lire : une sœur] appelée Bayda Hātūn284. Al-Malik al-Muğāhid acheta ce qui était attribué à sa sœur [lire : sa tante] et Artāḥ fut transmise à sa mort à son fils al-Malik al-Manṣūr Ibrāhīm. Ibrāhīm mourut en laissant une fille et un fils, al-Malik al-Ašraf Mūsā285. Al-Malik al-Ašraf mourut et laissa ce qui lui était attribué à sa sœur déjà citée, à ses trois femmes et à son oncle, al-Malik al-Ẓāhir Muğīr al-Dīn Dā’ūd286. Celui-ci vendit l’ensemble, c’est-à-dire vingt trois parts (sahm) et demi287 à l’émir Badr al-Dīn Baysarī al-Ẓāhirī al-Šamsī288, l’affranchi de Šams al-Dīn Sarā Sunqur, affranchi d’al-Malik al-Ṣāliḥ Nağm al-Dīn289. Elle est aujourd’hui en sa possession.

RA‘BĀN290

  • 290 Actuelle Altintaškale près du Nahr ‘Arabān, à l’ouest de la grande boucle de l’Euphrate (carte IV, (...)
  • 291 Il n’en reste aujourd’hui qu’un dessin d’enceinte sur le sol d’après Cahen, SN., 119.
  • 292 Sur la parasange, voir supra, p. 28.
  • 293 Des tremblements de terre en 340/951-52 avaient détruit de nombreuses constructions sur le territo (...)

81C’est une petite ville de construction ancienne avec une belle forteresse291 Sayf al-Dawla b. Ḥamdān y livra combat aux Grecs, et elle est située à sept parasanges292 d’al-Ḥadaṭ. Ruinée par les tremblements de terre, ses occupants ont émigré et ses vestiges ont disparu293.

  • 294 En 340/951-52. Ra‘bān fut reconstruite à peu près au même moment que Mar‘aš (cf. supra, p. 195). C (...)
  • 295 Sur Abū Firās, voir supra, p. 195.
  • 296 Cf. Abū Firās, 110 et commentaire p. 125. M. Canard, Extraits, 197, donne la traduction non corrig (...)

82Les Grecs en prirent possession à l’époque de Sayf al-Dawla. Celui-ci envoya alors des troupes et des artisans et dépensa pour elle des sommes considérables si bien qu’il la reconstruisit en un mois, en pleine guerre contre les Grecs294. Son lieutenant chargé de la reconstruction de la ville et du commandement des troupes était Abū Firās295. Une fois reconstruite, le Domestique marcha contre elle / et l’assiégea. Sayf al-Dawla s’avança contre lui, lui livra bataille et le mit en déroute. Il s’empara de ses armes qu’il laissa dans la ville en renfort pour ses habitants. A ce propos Abū Firās dit296 :

83« Et bientôt, malgré les ennemis il restaurera la ville, celui qui est habitué à remettre en état une place-frontière lorsque sa trace est effacée ».

  • 297 Cf. supra, p. 63.
  • 298 Sur ce traité, voir supra, p. 243 et Canard, Hamdanides, 833 à 837. Yaḥyā b. Sa‘īd (P.O., XVIII, 8 (...)

84Ra‘bān resta en possession des Musulmans jusqu’à ce que Qarġawayh297 maître d’Alep et ġulām de Sayf al-Dawla fît la paix au mois de ramaḍān 359 (8 juillet-6 août 970) avec le roi des Grecs qui lui imposa le versement d’un tribut. Puis ils fixèrent les frontières des villes et Ra‘bān entra en territoire grec298.

  • 299 Sur Afšīn b. Bakğī, chef turc, qui après avoir tué Gumuštukīn, chef d’armée d’al-Malik al-‘Ādil Al (...)
  • 300 Sur Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān, voir supra, p. 68. Celui-ci reprit Ra‘bān en même temps que Kaysūm, Ba (...)
  • 301 C’est-à-dire en 550/1155.
  • 302 En même temps que Mar‘aš et Bahasnā sans doute (cf. supra, p. 72), bien que Michel le Syrien (R.H. (...)
  • 303 M. Cl. Cahen, (SN., 404) et M. Elisséeff (ND., 547) placent la prise de Ra‘bān par Nūr al-Dīn en 5 (...)

85Elle demeura en possession des Grecs jusqu’en 458/1066. Afsin le Turc299 assiégea Dulūk et en prit possession en même temps que Ra‘bān. Puis elle ne cessa de passer tantôt aux mains des Musulmans, tantôt aux mains des Grecs. Elle fut ensuite en possession des Grecs jusqu’à ce que le sultan Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān la prit des mains des lieutenants de Joscelin en 545/ 1150-51300 et elle demeura en sa possession jusqu’à sa mort301. Son fils Qilīğ devint roi, puis Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zengī marcha contre elle et la prit de force [litt. par le sabre] aux lieutenants de Qilīğ Arslān, avec Dulūk, Kaysūm et Mar‘aš en 550/1155302. Mais ceux-ci lui firent des reproches et lui rappelèrent les engagements qui avaient été conclus entre le sultan Mas‘ūd et lui. Alors il la leur rendit303.

  • 304 Voir le récit de la révolte du gouverneur de Ra‘bān, Sarbak, en 592/1195-96 contre al-Malik al-Ẓāh (...)
  • 305 En rabī‘ I 615 (28 mai-26 juin 1218), lorsque le souverain seldjouqide essaya de s’emparer avec l’ (...)
  • 306 Dans la région duquel il se trouvait en expédition contre les Francs (Zubda, III, 180). Sur cette (...)

86Puis en [5]54/1159 Nūr al-Dīn reçut Ra‘bān, Kaysūm, Bahasnā et Dulūk. Ra‘bān resta en sa possession jusqu’à sa mort. La royauté fut ensuite transmise à son fils al-Malik al-Ṣāliḥ, puis à al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn, puis à al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] son fils304 puis au fils de celui-ci, al-Malik al-‘Azīz. ‘Izz al-Dīn Kaykā’ūs souverain des [Seldjouqides] de Rūm, sortit [de son pays] au mois de rabī‘ I [615] (28 mai-26juin 1218) et marcha contre Ra‘bān. Il s’en empara avec les autres villes que nous évoquerons en détail305. Al-Malik al-Ašraf arriva en provenance de Ḥiṣn al-Akrād (Crac des Chevaliers)306 pour secourir al-Malik al-‘Azīz. ‘Izz al-Dīn quitta Manbiğ dont il avait pris possession puis [al-Ašraf] partit pour Racbān ; il s’en empara et la remit à al-Malik al-‘Azīz. Elle demeura en sa possession jusqu’à sa mort et son fils al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] en fut le maître après lui.

  • 307 Haytūm ou Héthum I (1226-1269). Sur son alliance avec les Mongols, voir supra, p. 73, n. 3.
  • 308 En 666/1267-68. Voir supra, p. 74.

87Elle resta entre ses mains jusqu’au malheur mongol. L’état s’écroula et Ra‘bān fut remise aux Mongols qui incendièrent la citadelle et la remirent à Nicéphore [lire : Héthum] souverain d’Arménie (ṣāḥib Sis)307. Il la remit en état (‘amarahā) et elle demeura en sa possession jusqu’à ce que le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] s’en emparât avec les villes limitrophes d’Arménie qui lui furent remises308. Il la dévasta et installa des Turcomans dans son faubourg qui est [aujourd’hui] peuplé par eux.

DULŪK309

  • 309 Dulūk, l’ancienne Doliché place-forte au pied de l’extrémité nord du Kurd Dagh dans la haute vallé (...)
  • 310 Cette phrase de Ya‘qūbī est citée par Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 141 r°) dans sa notice sur Ra‘bān.

88Ibn Abī Ya‘qūb a dit310 : « Ra‘bān et Dulūk forment deux districts contigus ».

  • 311 Dā’ūd ou le David de la Bible devenu Prophète dans la tradition musulmane. Voir al-Harawi, Ziyārāt(...)
  • 312 Ūriyā ou Urie le Hittite, personnage biblique dont la tombe à Qūrus (Cyrrhus) reste encore un but (...)

89Dulūk est une ville ancienne, mentionnée [dans les textes] et qui était peuplée. Elle possède une citadelle élevée, en pierre, de construction byzantine. Elle possédait aussi un aqueduc disposé sur un pont à arches qui montait l’eau vers la citadelle. Tout autour, existaient de belles et magnifiques constructions en pierre de taille, entourées de beaucoup d’eau et de vergers aux nombreux fruits. On dit que Dā’ūd311 — que la paix soit sur lui — y séjournait et qu’il envoya des troupes contre Qūrus où fut tué Ūriyā b. Ḥannān312. La ville et la citadelle tombèrent en ruine et aujourd’hui ce n’est plus qu’un village où vivent des paysans et des laboureurs. /

  • 313 Cf. Futūḥ, 150. trad. 231.
  • 314 Voir infra, p. 286.

90Al-Balāḏurī a dit313 : « [Abū ‘Ubayda] envoya ‘Iyād b. Ġanm vers la région de Dulūk et de Ra‘bān. Il fit la paix avec leurs habitants aux mêmes conditions que la paix conclue avec les habitants de Manbiğ314. Il leur imposa de rechercher des informations concernant les Grecs et de les envoyer par correspondance aux Musulmans ». La paix de Manbiğ s’était faite à condition pour les habitants de payer la capitation (ğizya) ou bien d’émigrer.

  • 315 En même temps que Ra‘bān et Mar‘aš. Voir supra, p. 103.
  • 316 Sur ce chef turc, voir supra, p. 274, n. 6. Voir aussi le récit de ces événements dans Zubda, II, (...)
  • 317 Sur ce commandant appelé Gumustukin, chef turcoman qui mena des incursions le long de la frontière (...)

91Dulūk resta aux mains des Musulmans jusqu’à la conquête de la forteresse par les Grecs en 351/962-63315. Elle resta en leur possession jusqu’en 458/1065-66 [lorsqu’] une troupe nom­breuse de Turcs s’avança. Une partie d’entre eux assiégea Dulūk et s’en empara. Ils menèrent des opérations contre les villes et les dévastèrent ; leur chef était Afšīn b. Bakğī316. Celui-ci avait quitté [son territoire] car al-Malik al-‘Ādil Alp Arslān, au service duquel il se trouvait, s’était fâché contre lui après qu’il eut tué un eunuque qui était l’un des commandants de son armée317 ; Afšīn avait [donc] traversé l’Euphrate.

  • 318 La même année que la prise d’Antioche. Voir supra, p. 244.
  • 319 Il faut sans doute lire « les Francs en prirent possession », à moins que les Grecs ne la remirent (...)
  • 320 Lors du démantèlement du comté d’Edesse, quelques mois avant la conquête de Ra‘bān Voir supra, p.  (...)
  • 321 Voir supra, p. 68.

92Par la suite, les Arméniens en prirent possession et la conservèrent jusqu’à ce que Sulaymān b. Qutulmuš s’emparât de leurs villes en 477/1084-85318. Elle resta aux mains des Musulmans jusqu’à ce que les Grecs en prissent possession en 491/1097-98319 ; ils la conservèrent jusqu’à ce que ‘Izz al-Dīn Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān la conquît avec l’aide de Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zengī aux dépens de Joscelin en [5]44/1149-50320. Puis vint l’année 550/1155-56. Nūr al-Dīn partit vers le nord. Il conquit Dulūk comme nous l’avons dit et la dévasta. Puis elle ne fut plus qu’un village dont nous avons raconté l’histoire et devint dépendante de ‘Ayntāb que nous avons déjà évoquée321. Elle ne fut plus, dès lors, mentionnée toute seule.

QŪRUS322

  • 322 Qūrus, l’antique Cyrrhus sur le versant oriental du Kurd Dagh au nord-ouest de ‘Azāz dans la haute (...)
  • 323 Sur Urie le Hittite, voir supra, p. 277.

93C’est une ville ancienne de construction grecque aux magnifiques vestiges. On dit que le tombeau d’Ūriyā b. Ḥannān s’y trouve323 et elle est mentionnée dans les conquêtes.

  • 324 Cf. Futūḥ, 149, trad. 230.
  • 325 Ǧibrīn, village à l’est d’Alep près de Nayrab (carte IV, C7) sur lequel, voir Yāqūt, II, 101 ; Zub (...)
  • 326 Le nom de cette localité est incertain. Šarqīnā est le nom donné dans l’édition d’al-Balāḏurī par (...)
  • 327 Nicopolis, actuelle Islahiye au nord de l’Amanus, à l’est de la vallée du Ḥamūs (carte IV, E6) qui (...)

94Al-Balāḏurī a dit d’après les anciens (šuyūḫ) de Syrie ceci324 : « Ils ont dit : Abū ‘Ubayda partit désireux de s’emparer de Qūrus et envoya ‘Iyād en avant. Un moine de Qūrus vint à sa rencontre en demandant la paix au nom des habitants de la ville. ‘Iyād l’envoya à Abū ‘Ubayda qui se trouvait entre Ǧibrīn et Tall ‘Azāz325. Abū ‘Ubayda lui accorda la paix puis partit pour Qūrus. Il conclut un pacte avec ses habitants et leur accorda la même chose qu’aux habitants d’Antioche. Puis il écrivit au moine au sujet d’un village qui lui appartenait du nom de Šarqīnā326. Ensuite il éparpilla sa cavalerie sur toutes les terres de Qūrus jusqu’à l’extrême frontière de Niqābulus (Nicopolis327).

  • 328 Sur l’emploi de « ṭāli‘a », « corps de troupe plus ou moins nombreux comprenant parfois 1 500 ou 2 (...)

95[Les anciens] dirent aussi : Qūrus était pour Antioche un poste de garde. Chaque année un corps de troupes (ṭāli‘a)328 de l’armée d’Antioche et de ses combattants s’y rendaient. Par la suite, l’une des quatre divisions [de l’armée] d’Antioche y fut transférée et les corps de troupes cessèrent d’y être envoyés ».

  • 329 Les manuscrits comportent tous une lacune à cet endroit. Qūrus resta en possession des Musulmans j (...)
  • 330 En 546/1151-52 après la conquête de ‘Azāz. Cf. Kāmil, XI, 155 ; Zubda, II, 302-303 ; Cahen, SN., 3 (...)
  • 331 Sur le terme de ḫubz dans le sens d’iqṭā‘, voir supra, p. 55.
  • 332 Soir un revenu global de 240.000 dirhams.

96Qūrus resta en possession des Musulmans jusqu’à ce que Joscelin s’en emparât en ....329. Il la conserva jusqu’à ce que Nūr al-Dīn / Maḥmūd en prît possession après qu’il eût tué Joscelin330. Il la dévasta, et à notre époque c’est un district qui comprend des domaines (ḍiyā‘) dont l’impôt foncier (ḫarāğ) représente une allocation (ḫubz)331 de 40 cavaliers lourds et assure le revenu particulier de leur chef. Chaque cavalier reçoit quatre mille dirhams et le tiers de l’impôt foncier (ḫarāğ) revient à leur commandant332.

  • 333 Futūḥ, 149-150, trad. 230.
  • 334 Sur Salmān b. Rabī‘a (m. 30 ou 32/650-52), Compagnon du Prophète, voir bibliographie dans Caetani, (...)
  • 335 Sur Abū Umāma al-Ṣudayy (m. 81/700), voir bibliographie dans Caetani, Chronog., 975 ; al-Harawī, Z (...)
  • 336 Ziyād donna son nom à Ḥiṣn Ziyād, l’actuelle Khartpert (Kharput), Cf. Yāqūt, II, 355 ; Canard, Ham (...)

97Al-Balāḏurī a dit333 : « On dit que Salmān b. Rabī‘a al-Bāhilī334 était dans l’armée d’Abū ‘Ubayda avec Abū Umāmaī al-Ṣudayy b. al-‘Ağlān, Compagnon du Prophète335 — que Dieu le bénisse et le salue. Salmān occupa un fort dans Qūrus qui prit son nom et fut appelé Ḥiṣn Salmān ». Puis il ajoute : « On raconte [aussi] que Salmān b. Rabī‘a avait fait une expédition contre les Grecs après la conquête du ‘Iràq et avant son départ pour l’Arménie. Il campa près de cette forteresse qui prit son nom ». Puis il dit : « J’ai entendu quelqu’un dire que ce Salmān était un des Slaves que Marwān b. Muḥammad avait installés dans les places-frontières — Ziyād al-Ṣaqlibī336 était aussi l’un d’entre eux — et l’on donna son nom à la forteresse.

KAYSŪM337

  • 337 Localité sur l’affluent de l’Euphrate qui porte son nom, au sud de Bahasnā, (carte IV, F8). Tout l (...)
  • 338 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4. Buldān, 231 (extraits).

98Ibn Abī Ya‘qūb l’a évoquée et l’a comptée au nombre des marches dans son Kitāb al-buldān (Livre des pays)338. C’était une grande ville ancienne et une province de gouvernement vaste et magnifique. Sa forteresse était bien fortifiée, ses constructions robustes et solides.

  • 339 Naṣr b. Šabaṭ, partisan d’al-Amīn dont la rebellion s’étendit en Ǧazīra en 209/824. Cf. EI2, art. (...)
  • 340 Gouverneur du Ḫurāsān et fondateur de la « dynastie » ṭahiride du Ḫurāsān. Cf. Ibn Ḫallikān, II, 5 (...)
  • 341 Fils de Ṭāhir (m. 230/840), gouverneur de la Syrie et de la Ǧazīra en 209/824 et du Ḫurāsān sous a (...)
  • 342 Sans doute l’armée mongole traversa l’Euphrate et remit certaines places au nord de la province d’ (...)

99Naṣr b. Šabaṭ al-‘Uqaylī339 s’y est révolté contre al-Ma’mūn qui lui envoya Ṭāhir b. al-Ḥusayn340. Ils se rencontrèrent, mais Naṣr mit Ṭāhir en déroute ; ce dernier s’en revint battu et Naṣr persista dans sa révolte. Al-Ma’mūn lui envoya alors ‘Abd Allāh b. Ṭāhir. Celui-ci l’assiégea dans Kaysūm jusqu’à ce qu’il en fît la conquête341. Il détruisit la forteresse mais la ville demeura. C’est maintenant un village peuplé qui se trouve à sept parasanges d’al-Ḥadaṭ où vivent des paysans. Le souverain arménien (Ṣāḥib Sīs) s’en empara en même temps que les places-frontières voisines de son pays342.

MANBIǦ343

  • 343 Sur cette ville de Syrie du Nord, située à une trentaine de kilomètres à l’ouest de l’Euphrate, au (...)
  • 344 Ou Hiérapolis « la ville sacrée ». Dans l’antiquité, Hiérapolis était consacrée au Dieu Haddad et (...)
  • 345 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 80 r ) ajoute : « jusqu’à ce qu’al-Malik al-Zāhir Ġāzī fit le siège de la (...)

100C’est une ville aux belles constructions où l’air est bon, l’eau et les arbres abondants, où les légumes et les fruits mûrissent bien et dont les habitants sont de belle prestance. C’était, dit-on, la ville des prêtres344. Ses maisons et ses remparts sont construits en pierre et ces derniers sont encore en très bon état345.

  • 346 Cf. Sūra, 187, trad. 185.

101Ibn Ḥawqal a dit346 : « Manbiğ est proche des places-frontières ; une étape légère la sépare de l’Euphrate, deux étapes la séparent de Qūrus et elle est à quatre jours de Malaṭya ».

  • 347 Sur ce voyageur andalou du vie/xiie siècle, voir EI2, art. « Ibn Ḏjubayr » (Ch. Pellat) et supra, (...)
  • 348 On peut aussi lire saḥr (l’heure précédant l’aube, considérée comme la meilleure de la nuit) au li (...)

102Abū Ǧa‘far b. Ǧubayr a raconté dans sa « Riḥl»347 : « La ville de Manbiğ — que Dieu Très Haut la garde — est une ville de vaste étendue, au climat salubre. Elle est entourée d’un rem­part ancien qui est d’une extrême ampleur. L’air y est limpide, son aspect est fort beau, la brise y est parfumée et douce. Le jour, l’ombre y verse sa rosée et la nuit, comme l’on dit, y est tout enchantement348. A l’est et à l’ouest elle est entourée de vergers où les arbres entremêlent leurs branches et portent des fruits variés. L’eau y circule et en pénètre toutes les parties. /

  • 349 Alors qu’il se trouvait prisonnier des Grecs (voir infra, p. 198) et se souvenait avec nostalgie d (...)

103Je dis : à son sujet Abū Firās b. Ḥamdān dit en décrivant ses lieux de promenades349.

  • 350 Masğid al-Mustağāb (« l’oratoire où les vœux sont exaucés ») était un lieu de pèlerinage à Manbiğ (...)
  • 351 Al-Muṣallā (« l’oratoire »), al-Ǧawsaq al-maymūn (« le palais béni » désignent sans doute les rési (...)
  • 352 Sawāğīr, pluriel de Sāğūr sur lequel, voir supra, p. 62.

« Arrête-toi sur les vestiges d’al-Mustağāb350 et salue les limites d’al-Muṣallā,
Al-Ǧawsaq est bénie, al-Suqyā en fait partie351 et plus haut [coule] le fleuve,
Que Dieu épargne la sécheresse à ces maisons et ces lieux de loisirs,
Où que tu regardes, tu verras l’eau couler et tu trouveras l’ombre où t’abriter,
Tu apercevras la maison de Wādī ‘Ayn Qāṣir, vaste et dominant [la vallée],
Les jardins s’étendent près du pont et pénètrent la forteresse du haut,
Des jeunes mariées évoquent le bourdonnement des abeilles lorsqu’elles apparaissent,
Et si nous habitions al-Sawāğīr352 nous y jouirions d’une vie facile,
L’eau sépare en deux les jardins fleuris, Telle une lame posée des mains de celui qui l’a forgée sur un tapis brodé ».

  • 353 Sur cet auteur, voir supra, p. xxi. Cf. Istaḫrī, 62.
  • 354 Ce pont romain célèbre chez les géographes arabes qui le citent parmi les quatre merveilles du mon (...)

104Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balḫī a dit dans son Kitāb ṣūrat al-arḍ wa l-mudun (Livre sur la configuration de la terre et des villes)353 : « Manbiğ est une ville située dans une plaine aride dont la plupart des champs sont des terres uniquement arrosées par l’eau de pluie (a‘ḏā’). Non loin d’elle se trouve Sanga qui est une petite ville près de laquelle il y a un pont en pierre appelé pont de Sanğa354. Dans tout l’Islam il n’y a pas de pont plus extraordinaire ».

  • 355 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4. Cf. Buldān, trad. 231. Ce passage d’Ibn Šaddād est recopié sur la B (...)
  • 356 Sur ‘Amr b. al-‘Āṣ, Compagnon du Prophète, voir EI2, art. « ‘Amr b. al-‘Āṣ » (A.J. Wensinck).
  • 357 Sur ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ, voir supra, p. 149.

105Ibn Abī Ya‘qūb a dit dans sa liste des districts de Qinnasrīn et des marches355 : « Le district de Manbiğ : Manbiğ est une ville ancienne qui fut conquise à la suite d’un traité par ‘Amr b. al-‘Āṣ356 délégué par Abū ‘Ubayda b. al-Ǧarrāḥ. Elle est située sur le grand bras de l’Euphrate et comprend les demeures et les palais de ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. ‘Abbās357 ».

  • 358 Ce récit (qu’Ibn Šaddād recopie sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, 81 v°-82r°) est également rapporté (...)
  • 359 Cf. supra, p. 282, n. 3.

106Je dis358 : Ce qu’il rapporte confirme qu’al-Rašīd lors de son entrée dans Manbiğ dit à ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ qui l’avait choisie comme lieu de séjour : « est-ce ta demeure ? » [‘Abd al-Malik] répondit : « C’est la tienne et la mienne grâce à toi ». [Al-Rašīd] dit : « Comment sont ses constructions ? » il répondit : « inférieures aux demeures des gens de ma famille mais meilleures que celles des autres gens ». Il dit : « Quel est son degré de salubrité ? » Il répondit : « l’eau y a bon goût, l’air y est frais et il s’y trouve peu de maladies ». Il dit : « et comment sont ses nuits ? » Il répondit : « un enchantement »359.

Ses constructeurs

  • 360 Sur Maḥbūb de Manbiğ, voir supra, p. xxxii. Cf. Maḥbūb, P.O., V, 663 sq.
  • 361 Voir supra, p. 281. Dans son article de l’Encyclopédie de l’Islam E. Honigmann propose de lire Qay (...)

107Maḥbūb, fils de Constantin, a dit dans le livre qu’il a consacré à l’histoire des rois grecs360 : « Isaac (Isḥāq) / fils d’Abraham (Ibrāhīm) que Dieu les bénisse — vécut jusqu’en l’an 31 après la naissance de Lévi fils de Jacob (Lāwi b. Ya‘qūb). A cette époque la reine Sémiramis (Samrīn) fit bâtir un grand temple dans une ville au bord de l’Euphrate [pour le culte] de l’idole Q.y.w.s., et lui préposa soixante dix prêtres. Cette ville fut appelée Hiérapolis, ce qui signifie la ville des prêtres. C’était l’ancienne ville de Manbiğ361.

  • 362 Ce passage recopié sur la Buġya, I, 80 v° est assez confus. Il est fait sans doute allusion à la v (...)

108Dans l’une des histoires regroupées en recueil, il est dit : « La cinquantième année de son règne — c’est-à-dire celui de Nabuchodonosore — il tua Pharaon « Le Boiteux » (al-A‘rağ) roi d’Égypte qui s’appelait Yūyāqīm362. Pharaon avait déjà incendié la ville de Manbiğ ; elle fut reconstruite par la suite et fut appelée Hiérapolis ce qui veut dire « la ville des prêtres ». On dit que son nom était au début S.r.yās (Suriyās ?) puis qu’elle fut appelée Hiérapolis ».

  • 363 Cf. Buġya, I, 80 v°.
  • 364 Fils du célèbre auteur du Kitāb al-Ansāb (Livre des généalogies) (m. 562/1167). Il mourut à Merw v (...)
  • 365 Ibn al-‘Adīm (op. cit.), écrit « mon père Abū Sa‘d ». Il s’agit bien sûr de Abd al-Karīm al-Sam‘ān (...)
  • 366 Sur Ardašīr I b. Bābak Šāh (226-241) fondateur de la dynastie des Sassanides, voir Christensen, Sa (...)
  • 367 Cf. Buġya, I, 81 r .

109Kamāl al-Dīn b. al-‘Adīm a dit dans son livre363 : « Abū l-Muẓaffar ‘Abd al-Raḥīm b. ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad b. Manṣūr al-Sam‘ānī364 nous a raconté dans une lettre qu’il m’a envoyée de Merw qu’Abū Sa‘īd [lire : Abū Sa‘d]365 avec sa permission a dit : « Manbiğ fut construite par Chosroès (Kisrā) lorsqu’il conquit les régions syriennes qui étaient en possession des Grecs et il l’appela Manbih. Il y éleva un temple du feu et y nomma gouverneur un homme appelé Yazdağard de la descendance d’Ardašīr b. Bābak366. Manbih en persan se dit Anā Uğūd. Les Arabes l’arabisèrent et dirent Manbiğ. On dit aussi que le temple du feu était appelé Manbih et donna ensuite son nom à la ville. Ibn al-‘Adīm ajoute367 : « Manbiğ est le nom de la ville non-arabe qui fut utilisé et dont on tira le nom des vêtements « manbiğāniya ».

110Les rois de Manbiğ

  • 368 Futūḥ, 150, trad. 231.
  • 369 Futūḥ, 150, trad. 232.
  • 370 Voir infra, p. 297.

111Nous avons rapporté ce que dit Ibn Abī Ya’qūb sur la conquête de Manbiğ. Al-Balāḏurī n’est pas d’accord avec lui et dit368 : « Abū ‘Ubayda envoya en avant ‘Iyād b. Ġanm à Manbiğ ; quand il le rejoignit, ‘Iyād avait accordé la paix aux habitants aux mêmes conditions qu’à ceux d’Antioche ». Al-Balāḏurī dit aussi369 : « près de Manbiğ se trouve Ǧisr Manbiğ (le Pont de Manbiğ)370 ; le pont n’existe plus de nos jours, mais il fut entre­pris sous le califat de ‘Uṭmān — que Dieu soit satisfait de lui ».

  • 371 Voir supra, p. xxv.
  • 372 Sur les événements et les personnages qui suivent, voir supra, p. 236 sq.
  • 373 Aḥmad b. Ṭūlūn revint en Égypte en 266/880 après avoir confié le gouvernement de la Syrie du Nord (...)
  • 374 Ce gouverneur est mentionné par Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 81) qui est peut-être la source d’Ibn Šadd (...)

112Manbiğ continua ensuite d’appartenir à tous les gouverneurs d’Alep et des marches de l’époque umayyade et abbasside comme nous le raconterons en détail dans l’histoire des gouverneurs d’Alep371, jusque ce que [la discorde] s’installât entre al-Mu‘tamid bi Llāh et Aḥmad b. Ṭūlūn, gouverneur d’Égypte. Al-Mu‘tamid le maudit en chaire et Ibn Ṭūlūn en fit de même dans les régions qu’il possédait372. Puis Ibn Ṭūlūn sortit d’Égypte et se dirigea vers le calife en 264/877-78 ; il marcha contre Alep qui était gouvernée au nom d’al-Mu‘tamid par Sīmà al-Ṭawīl, l’un des gouverneurs et commandants abbassides. Celui-ci sortit d’Alep et s’enfuit vers Antioche. Ibn Ṭūlūn l’y assiégea et le tua comme nous l’avons dit précédemment. Il s’empara ensuite de toutes les villes qu’il possédait, c’est-à-dire du ğund de Ḥimṣ, celui de Qinnasrīn et de toutes les marches dont il confia le gouvernement à son ġulām Lu’lu’, puis il revint en Égypte. Lu’lu’, alors, se révolta contre lui. Ibn Ṭūlūn repartit vers lui, Lu’lu’ s’enfuit373 et Ibn Ṭūlūn nomma gouverneur de ces régions ‘Abd Allāh b. Abī l-Fatḥ374.

  • 375 Voir supra, p. 174.
  • 376 Voir supra, p. 236. Ibn Šaddād écrit tantôt Abū l-‘Ašā’ir, tantôt Abū l-‘Asākir.

113Puis Aḥmad b. Ṭūlūn mourut en 270/883-84 / et son fils Abūl-Ǧayš Ḫumārawayh prit le gouvernement. Il nomma Ṭuġğ b. Ǧuff al-Farġānī gouverneur des régions syriennes (al-Šāmāt)375. Puis Ḫumārawayh mourut en [2J82/895-96. Son fils Abū l-‘Asākir Ǧayš prit le pouvoir et raffermit Ṭuġğ dans le gouvernement des régions qu’il possédait. Puis Ǧayš fut destitué du gouvernement d’Égypte et Hārūn, son frère, en fut chargé376. Il remit Alep et les marches à al-Mu‘taḍid qui y nomma un gouverneur en son nom.

  • 377 Voir supra, p. 237 sq.
  • 378 AJimad b. Kayġalaġ (voir supra, p. 179) qu’il faut distinguer de Isḥāq b. Ibrāhīm b. Kayġalaġ, gou (...)
  • 379 Voir supra, p. 237. Nous n’avons pas trouvé de ville portant ce nom ; seule la localité de ‘Ariš e (...)

114Elle demeura en possession des lieutenants des Abbassides, jusqu’à ce que al-Qā’im [lire : al-Rāḍī] devînt calife. Il la donna en gouvernement à l’eunuque (ḫādim) Bišrī377. Muḥammad b. Ṭuġğ partit d’Égypte contre lui. Il le rencontra devant Ḥimṣ, le prit et le fit étrangler. Al-Qā’im nomma gouverneur Abū l-‘Abbās b. Kayġalaġ378. Celui-ci arriva à Alep, s’entendit avec Muḥammad b. Ṭuġğ et lui prêta serment. Muḥammad se rendit maître alors de toute la Syrie jusqu’à ce que Abū Bakr Muḥammad b. Rā’iq fût envoyé pour le combattre en 328/939-40. Il l’attaqua deux fois, et la deuxième fois le sort fut contraire à Ibn Rà’iq qui fut mis en déroute à Nuways dans le Ǧifār379. Kāfùr l’eunuque, client (mawlā) de Muḥammad b. Ṭuġğ partit pour Alep et en prit possession avec les marches. Nous avons déjà évoqué tout cela, mais nous y sommes revenus ici, car pour chaque ville nous avons suivi le cours de son histoire : il se suffit à lui-même en dehors de tout autre récit.

  • 380 Sur ces événements, voir supra, p. 238 sq.
  • 381 Sur ce célèbre poète, voir supra, p. 195. Il existe plusieurs versions de la captivité d’Abū Firās (...)
  • 382 Un autre historien arabe, Ibn Ḫālawayh (Canard, Recueil, 314, n. 1) dit aussi qu’Abū Firās fut cap (...)
  • 383 Cf. Abū Firās, Dīwān, 253.

115Puis ce fut la conquête des régions syriennes (šāmāt) par Nāṣir al-Dawla al-Ḥasan b. Ḥamdān en opposition ouverte contre al-Muttaqī380. Lorsque Muḥammad b. Ṭuġğ l’apprit, il marcha contre lui depuis l’Égypte. Nāṣir s’enfuit d’Alep et Muḥammad y pénétra. Al-Muttaqī qui se trouvait à al-Raqqa, en fuite devant Tūzūn le Turc, se mit en correspondance avec lui pour lui demander de l’assister contre Tūzūn. Muḥammad se rendit auprès de lui ; ils se réunirent et al-Muttaqī le reçut avec honneur et lui donna l’investiture sur toutes les régions qu’il possédait [déjà]. Puis Muḥammad revint en Égypte. Sayf al-Dawla marcha alors sur Alep et les marches. Il en prit possession et en fit sortir le lieutenant de Muḥammad b. Ṭuġğ. Il confia le gouvernement de Manbiğ à Abū Firās381. Or en 348/959-60, celui-ci sortit de la ville pour aller chasser en compagnie de soixante dix cavaliers. Les Grecs le rencontrèrent comme ils faisaient une incursion sur le territoire de Manbiğ ; ils étaient 1 000 cavaliers sous le commandement du neveu [litt : fils de la sœur] du roi des Grecs, Tūdurs382. Les compagnons d’Abū Firās lui conseillèrent de fuir, ce qu’il refusa. Il persévéra jusqu’à ce qu’il fût meurtri de blessures. Il fut fait prisonnier et les Grecs l’emmenèrent à Constantinople. Au sujet de cette bataille Abū Firās dit383 :

« L’homme [litt : l’esclave] ne peut se défendre contre le décret de Dieu.
J’ai empêché les lions d’approcher du gibier et ce sont les hyènes qui me dévorent ».

  • 384 Voir supra, p. 204 où Ibn Šaddād situait sa libération en 354/965.
  • 385 Lu’lu’ al-Ǧarrāḥī, chambellan de Sa‘d al-Dawla et client (mawlā) des derniers Hamdanides, maître d (...)

116Il fut libéré par la suite en 355/9.65-66384. Manbiğ resta aux mains des Hamdanides jusqu’à la fin de leur dynastie à Alep à l’époque de Lu’lu’ et même après lui385.

  • 386 Fatḥ commandant de la citadelle et ġulām d’al-Manṣūr qui exerçait le pouvoir à Alep depuis la mort (...)
  • 387 Territoires dont les revenus étaient partagés sans doute entre Mirdasides et Fatimides.
  • 388 Ibn al-‘Adīm nous dit que Ṣāliḥ b. Mirdās obtint la moitié des revenus « à l’intérieur et à l’exté (...)
  • 389 Sur Sābiq b. Maḥmūd b. Mirdās (468-472/1075-1080), voir Zubda, II, 53-70. Était-il déjà à cette ép (...)
  • 390 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 46) attribue la prise de Manbiğ en 468/ 1075-76 à Naṣr b. Maḥmūd (467-68/ (...)
  • 391 Ḥassān b. Gumuštukīn al-Manbiğī (ou al-Ba‘labakkī) l’un des principaux émirs de Nūr al-Dīn qui lui (...)

117En 406/1015-16, Fatḥ lança le cri de ralliement d’al-Ḥākim dans la citadelle d’Alep et s’y rebella386. Il accorda à Ṣāliḥ b. Mirdās, dans la paix qu’il conclut avec lui, les territoires mixtes (munāṣafāt)387 à l’extérieur de la ville et Ṣāliḥ s’empara des territoires de Manbiğ et d’Alep388. Manbiğ resta en possession des Mirdasides et fut, à leur époque, tantôt conquise par les lieutenants des souverains d’Égypte, tantôt par les Mirdasides jusqu’à ce que les Grecs marchassent contre elle. Ils la prirent à Sābiq b. Maḥmūd b. Mirdās et l’incendièrent en 462/1069-70389. Ils la remirent en valeur (‘amarahā) et elle resta en leur possession sept / ans. En 468/1075-76, Mālik b. Naṣr b. Maḥmūd b. Mirdās fit la conquête de Manbiğ, mais Tāğ al-Dawla Tutuš la lui prit en [4]70/1077-78390 puis Ḥassan b. Kumuštukīn al-Ba‘labakkī en prit possession en 484/1091-92391.

  • 392 Appelé aussi Ibn Zurayq (né en 442/1051) de la famille du célèbre poète Abū l-Ma‘arrī, auteur d’un (...)
  • 393 Sur ces événements, voir aussi Kāmil, X, 255 et Zubda, II, 124.
  • 394 Yūsuf b. Abaq (en compagnie de Yaġī Siyān, gouverneur d’Antioche) s’était révolté contre Riḍwān et (...)
  • 395 Sur le raīs d’Alep chef souvent tout puissant des aḥdāṭ (sorte de milice populaire), voir Sauvage (...)

118Le šayḫ Abū l-Ḥasan Yaḥyā b. ‘Alī b. Muḥammad al-Tanūḫī al-Ma‘arrī392 a dit dans son histoire en évoquant les événements de 488/1095393 : « Yūsuf b. Abaq avait demandé la sauvegarde à Faḥr al-Mulk Riḍwān b. Tutuš souverain d’Alep394. Mais Riḍwān ordonna au ra’īs d’Alep395 de le tuer, ce qu’il fit. Ibn Abaq avait en iqṭā‘ Manbiğ et Buzā‘ā, qui furent remises à Riḍwān ». Ceci montre que Ḥassān ne fut en possession de Manbiğ qu’après cette date et que Tāğ al-Dawla Tutuš l’avait donnée en iqṭā‘ à Yūsuf b. Abaq.

  • 396 Nūr al-Dīn Balak, neveu de l’artuqide Īlġāzī, qui s’empara d’Alep aux dépens de Badr al-Dawla Sula (...)
  • 397 Ḫartabirt ou Ḥiṣn Ziyād, l’actuel Kharput (voir supra, p. 201). Ibn al-‘Adīm dit qu’il fut empriso (...)

119Elle resta en possession de Ḥassān jusqu’à ce que Nūr al-Dīn Balak b. Ġāzī b. Bahrām b. Artuq, maître d’Alep, envoyât une armée contre lui à cause de ce qu’il avait appris sur son compte396. Il décida en accord avec ses troupes qu’elles passeraient à Manbiğ et demanderaient à Ḥassān de les accompagner dans une incursion contre Tall Bāšir. Si celui-ci s’exécutait elles devaient s’en emparer. Les troupes firent ce qui leur était demandé et entrèrent dans Manbiğ. Les occupants de la forteresse se rebellèrent et ‘Īsā le frère de Ḥassān y pénétra ; Ḥassān fut pris et emprisonné dans la forteresse de Ḫartabirt397 après qu’on l’eut châtié, mis à nu et traîné sur des épines.

  • 398 Joscelin Ier, comte d’Edesse (1119-1131).
  • 399 Prince artuqide de Ḥiṣn Kayfā et cousin de Balak ; son fils épousa la fille et unique héritière de (...)

120Puis ‘Īsā fut assiégé dans la citadelle. Il lança le cri de ralliement de Joscelin, roi des Francs398. Lorsque Joscelin apprit cela, il rassembla [des troupes] de partout et partit contre Manbiğ avec 10.000 cavaliers et fantassins pour en éloigner l’armée de Balak. Celui-ci marcha vers lui et ils se rencontrèrent le lundi 18 rabī‘ I (5 mai 1124). Les deux armées se livrèrent combat et les Francs furent mis en déroute. Les Musulmans les poursuivirent, tuant et faisant des prisonniers jusqu’à la fin du jour. Au matin, Balak tua les prisonniers et partit à cheval à la recherche d’un endroit où dresser les mangonneaux contre la forteresse. Une flèche l’atteignit à la clavicule, lancée, dit-on, par ‘Īsā. Il l’arracha de sa propre main, cracha dessus et mourut aussitôt. On le transporta à Alep où il fut enterré. Après sa mort, Dā’ūd b. Sukmān399 arriva, libéra Ḥassān et le ramena à Manbiğ. La ville resta en sa possession jusqu’à sa mort en 549/1154-55.

  • 400 Ibn al-Furāt (III, 75 r ) d’après Ibn al-Ǧawzī, situe aussi la mort de Ḥassān en 549/1154-55. (Ibn (...)
  • 401 Sur cette place-forte, voir infra, p. 297.
  • 402 Sur cette révolte, voir Elisséeff, ND., 618.
  • 403 Sur ces deux officiers de Nūr al-Dīn, voir supra, p. 10, n. 6 et p. 16, n. 2.
  • 404 Voir supra, p. 11, n. 1.
  • 405 Frère de Ġāzī b. Ḥassān, gouverneur d’al-Ruhā depuis 539/1144-45. Cf. A‘lāq, Ǧazīra, 95 et Elissée (...)

121Son fils Sayf al-Dīn Ayyūb en assura [ensuite] le gouvernement et y demeura jusqu’à sa mort en 562/1166-67400, à l’époque de Nūr. al-Dīn Maḥmūd b. Zengī. Il avait [aussi] en sa possession Qal‘at al-Ǧisr (Ǧisr Manbiğ)401. Son fils Ġāzī b. Ayyūb [lire sans doute : b. Ḥassān] en prit le gouvernement et se révolta contre Nūr al-Dīn402. Celui-ci envoya une armée le combattre sous le commandement de Mağd al-Dīn Abū Bakr b. al-Dāya et Asad al-Dīn Šīrkūh403. Ils lui livrèrent combat jusqu’à ce qu’il leur remît la ville, sa citadelle et Qal‘at al-Ǧisr (Ǧisr Manbiğ) en [5]63/l 167-68. Il conserva Sarūğ404. Nūr al-Dīn partit pour Manbiğ et traversa [l’Euphrate] en direction d’al-Ruhā (Edesse) où se trouvait Quṭb al-Dīn Yināl b. Ḥassān405. Celui-ci lui remit la ville et reçut en échange Manbiğ et Qal‘at al-Ǧisr qui est aujourd’hui connue sous le nom de Qal‘at Nağm. Puis Nūr al-Dīn lui reprit Qal‘at [al-Ǧisr] mais lui laissa Manbiğ.

  • 406 Lorsqu’en 571,’1176, une bataille opposa au sud d’Alep Ṣalāḥ al-Dīn aux troupes de Sayf al-Dīn de (...)
  • 407 Voir supra, p. xxv.
  • 408 Sur le siège de Manbiğ, voir Zubda, III, 28 ; Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 182.

122Elle resta en sa possession jusqu’à ce que le sultan al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn] mît en déroute l’armée d’al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl b. al-Malik al-‘Ādil. Al-Malik al-Ṣāliḥ, en fuite, entra dans Alep le jeudi 10 šawwāl 571 (22 avril 1176)406. Il serait trop long d’en parler ici et nous le ferons — s’il plaît à Dieu —dans l’histoire des princes d’Alep407. Puis al-Malik al-Nà§ir partit et s’arrêta à Manbiğ. Il en fit le siège le 29 šawwāl (11 mai 1176) alors que Qutb al-Dīn dont nous avons déjà parlé, s’y trouvait408. Une très forte inimitié l’opposait à al-Malik al-Nāṣir envers qui il ressentait au fond de lui-même une grande colère. Al-Nāṣir assiégea la ville jusqu’à ce qu’il s’en emparât, mais la citadelle continua de résister. Les mineurs creusèrent des mines et al-Nāṣir en prit possession par la forer Il fit prisonnier Quṭb al-Dīn puis le relâcha par la suite. / C’est ce même Quṭb al-Dīn qui construisit la madrasa hanafite.

  • 409 Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm ne mentionnent pas cet émir et nous n’avons pas trouvé d’autres rensei (...)
  • 410 Sur al-Malik al-Muẓaffar b. Šāhinšāh, prince de Ḥamā, voir supra, p. 116.
  • 411 Sur cette place-forte, voir supra, p. 201.
  • 412 Voir supra, p. xlii, et n. 1.
  • 413 ‘Izz al-Dīn (m. 597/1200-01) fils de Šams al-Dīn b. al-Muqaddam, nommé gouverneur de Damas en 578/ (...)
  • 414 Le château de Bārīn voisin de celui de Rafānīya, fut construit par les Francs au sud-ouest de Ḥamā (...)
  • 415 Sur ces événements, voir Zubda, III, 145 et 148 (ne semble pas être la source d’Ibn Šaddād) ; Mufa (...)

123Lorsqu’al-Malik al-Nāṣir l’eut conquise, il la donna à un émir connu sous le nom de Duwayk409. Puis il la lui reprit en 574/1178-79 et la donna en iqṭā‘ à al-Malik al-Muẓaffar Taqī al-Dīn ‘Umar son neveu [litt : le fils de son frère] avec Ḥamā, Apamée, Ma‘arrat et Qal‘at Nağm410. Lorsqu’al-Malik al-Muẓaffar mourut à Ḫartabirt411 en [5]87/l 191, le sultan al-Malik al-Nāṣir donna en iqṭā‘ au fils d’al-Muẓaffar, al-Malik al-Manṣūr412, les villes qui étaient en possession de son père, sauf Apamée. Celle-ci fut donnée en iqṭā‘ à ‘Izz al-Dīn Ibrāhīm b. Šams al-Dīn Muḥammad connu sous le nom d’Ibn al-Muqaddam413. Manbiğ resta en possession d’al-Malik al-Manṣūr jusqu’à ce qu’il fît le siège de Qal‘at Bārīn414. Il la prit aux lieutenants de ‘Izz al-Dīn b. al-Muqaddam le 22 ḏū l-qa‘da 559 [lire : 595] (15 septembre 1199), et il fut blessé lors du siège. Lorsqu’al-Malik al-‘Ādil apprit cela, il écrivit à al-Malik al-Manṣūr et lui conseilla de donner à ‘Izz al-Dīn, en échange de Bārīn, Manbiğ et Qal‘at Nağm, et c’est ce qu’il fit415.

  • 416 Manbiğ, Qal‘at Nağm, Kafartāb et Apamée qui appartenaient à Ibn al-Muqaddam furent transmises à so (...)
  • 417 Sur le siège de Manbiğ par al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, voir Kāmil, XII, 161 ; Zubda, III, 148-149 ; Mu (...)
  • 418 Voir supra, p. 55.
  • 419 Après l’avoir promise à al-Malik al-Manṣūr si celui-ci acceptait de l’aider contre al-‘Ādil de Dam (...)

124Manbiğ resta en possession de ‘Izz al-Dīn jusqu’à sa mort le 18 muḥarram [5]96 (9 novembre 1199). Il y laissa un fils [lire : un frère] Šams al-Dīn Muḥammad à l’époque d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī]416. Celui-ci partit avec une armée vers Manbiğ qu’il assiégea le 19 rağab [59]7 (25 avril 1201). Il la reçut par capitulation, dévasta la ville et la citadelle, s’empara de Šams al-Dīn, de ses compagnons et de ses proches et les emprisonna dans la citadelle d’Alep417. Puis il reçut Qal‘at Nağm de Sa‘d al-Dīn b. Fāḫir qui s’y trouvait comme lieutenant d’Ibn al-Muqaddam à qui il donna en iqṭā‘ le village de Māyir dans la région (a‘māl) de ‘Azāz418 et il donna Qal‘at Nağm à al-Malik al-Afḍal qui était à son service419.

  • 420 Sur ces événements et les relations entre princes ayyoubides, voir Zubda, III, 150 sq. ; Gibb, « A (...)
  • 421 D’après Ibn Wāṣil (Mufarriğ, III, 131), al-Ẓāhir Ġāzī détruisit son rempart et sa forteresse, tran (...)

125Lorsqu’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] rentra à Alep après la conquête de Manbiğ, il y resta quelques jours puis en sortit pour aller assiéger al-Malik al-‘Ādil.Celui-ci envoya demander de l’aide à son fils al-Malik al-Kāmil qui assiégeait Mārdīn. Al-Malik al-Kāmil envoya son frère al-Malik al-Fā’iz. Lorsque celui-ci traversa l’Euphrate il prit Manbiğ et fit des dégâts dans la région d’Alep420. Puis lorsque la paix fut conclue entre al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] et al-Malik al-‘Ādil, Manbiğ revint [à al-Ẓāhir] en [5]98/1201-02421.

  • 422 Cf. supra, p. 5 4 et Zubda, III, 182-183.
  • 423 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 80 r°-v°) ajoute à ce propos un détail intéresssant : les pierres du rempa (...)
  • 424 Sur les dégâts et les violences commis par les Ḫwarizmiens à Manbiğ, voir Zubda, III, 253 ; Mufarr (...)
  • 425 Ibn Šaddād fait allusion ou bien à son histoire des Ḫwarizmiens et des Ayyoubides (cf. introductio (...)

126Manbiğ demeura en possession des lieutenants d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] sous son règne et sous une partie du règne de son fils al-Malik al-‘Azīz jusqu’en 615/1218-19, lorsque Kaykā’ūs, souverain [seldjouqide] de Rūm, marcha contre Alep et sa région (a‘māl)422 accompagné d’al-Malik al-Afḍal Nūr al-Dīn ‘Alī, maître de Sumaysāṭ. Kaykā’ūs assiégea Mangiğ et s’en empara avec d’autres villes. On y prononça le prône (ḫuṭba) en son nom. Puis il quitta la ville, peu de temps après, lorsqu’al-Malik al-Ašraf Mūsā b. al-Malik al-‘Ādil marcha contre lui, et Manbiğ revint à al-Malik al-‘Azīz423. Elle fut à lui puis à son fils al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn [Yūsuf II] après lui, jusqu’au 14 rabī‘ II 638 (2 novembre 1240). Les Ḫwarizmiens marchèrent contre Manbiğ, l’attaquèrent et massacrèrent la plupart de ses occupants et firent prisonniers les femmes et les enfants424. Sa remise en valeur (‘imāra) avait été terminée pendant les règnes d’al-Malik al-‘Azīz et d’al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II]. Puis il arriva aux Ḫwarizmiens ce dont nous reparlerons — s’il plaît à Dieu le Très Haut —425 et Manbiğ revint à al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II].

  • 426 Voir supra, p. 13.
  • 427 Sur ce troisième sultan mamelouk (657-58/1259-60), voir EI1, art. « Kuṭuz » (Sobernheim).

127Elle resta en sa possession jusqu’à la conquête de ces régions par les Mongols426, puis leur règne prit fin et lorsqu’ils furent mis en déroute par le sultan al-Malik al-Muẓaffar Quṭuz al-Turkī427, Alep et sa région (a‘māl) lui revinrent. Puis après son meurtre elles revinrent à notre seigneur le sultan al-Malik al-Ẓāhir Abū l-Fatḥ Baybars, roi d’Égypte et de Syrie. Mais la ville avait été ruinée par les Mongols et il n’y réside [aujourd’hui] qu’un groupe réduit de Turcomans dont le nombre ne dépasse pas la centaine. Auparavant on y percevait chaque année pour le dīwān du sultan [des revenus] dont voici le détail : /

  • 428 Sur la signification de ‘arṣa, voir supra, p. 14.

128Al-‘arṣa428 90.000 dirhams

  • 429 Sur l’emploi du mot ğihāt au sens d’impôt, voir Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, (I), 17 et n. 17 (...)

129L’impôt nouveau429 40.000 dirhams

130Le marché au coton 8.000 dirhams

131La teinture bleue 12.000 dirhams

  • 430 Les revenus du coton, de la soie et des teintures sont significatifs de l’importance de l’industri (...)

132Les teintures de couleur430 5.000 dirhams

  • 431 Impôt qui frappait les chanteuses, danseuses etc... cf. Sauvaget, Alep, Annexe I ; Cl. Cahen, Djaz (...)

133Les lieux de plaisirs (afrāḥ)431 90.000 dirhams

134Le marché des moutons 35.000 dirhams

135Le caravansérail de la soie 25.000 dirhams

136Le pressoir à huile de sésame 3.000 dirhams

  • 432 « Ṭārī peut vouloir dire « l’étranger » (cf. Lane, Lexicon, I, (5), 1852). Nous avons préféré cepe (...)

137Les impôts extraordinaires432 7.000 dirhams

138La vente aux enchères des bêtes de somme 7.000 dirhams

  • 433 Les noix de galle étaient utilisées pour la teinture.

139Les moulins de noix de galle433 12.000 dirhams

  • 434 Sur le faddān mesure agraire, voir Decourmanche, Traité, p. 90. Cl. Cahen, Djazira, 111, traduit « (...)

140L’impôt agraire (mufādana)434 4.000 dirhams

141Le cachet et le courtier 100.000 dirhams

142Les moulins de Sāġūr 20.000 dirhams

143Les héritages 50.000 dirhams

  • 435 En fait, le total s’élèverait à 519.000 dirhams. Peut-être faut-il lire 15.000 au lieu de 25.000 p (...)

144Tout cela sans compter les environs (ḍawāḥī) soit : 510.000 dirhams435.

145Nous avons donc évoqué l’histoire de ces marches en reprenant tel quel ce que les hommes dignes de confiance des premières générations avaient eux-mêmes établi. Nous avons fait tout notre possible et nous avons continué [cette histoire] par nous-même pour atteindre les buts qui s’imposaient à nous : nous ne prétendons pourtant pas avoir tout abordé et tout atteint. Nous ne nous sommes pas écartés de ce que les auteurs d’histoires et de récits dignes de confiance ont pu établir, mais les caractères de ces forteresses ont changé, la ruine leur a fait perdre le prestige que le bon état de leurs ouvrages leur assurait. Cela n’est pas étonnant car le temps conduit tout ce qui est neuf à l’anéantissement et décrète, avec la ruine des nations, l’émigration de leurs habitants.

QAL‘AT NAǦM436

  • 436 Qal‘at Nağm ou Ǧisr Manbiğ, au bord de l’Euphrate à environ 30 kilomètres au nord-est de Manbiğ. A (...)
  • 437 Sur le Qāḍī al-Fāḍīl ‘Abd al-Raḥīm al-Ba‘sāni (m. 596/1200), célèbre conseiller de Ṣalāḥ al-Dīn, a (...)

146Elle est telle que l’a dit le Qāḍī al-Fāḍīl dans une de ses lettres437 : « Nous arrivāmes à Qal‘at Nağm qui est une étoile dans un nuage, un aigle dans les rochers, une tête avec un nuage en guise de turban ; quand le couchant la teinte de ses rayons et que le croissant de lune s’élève au-dessus d’elle, elle est comme un doigt dressé ».

  • 438 Aujourd’hui aucune trace de ce pont ne subsiste. Cependant le voyageur anglais Chesney en signalai (...)
  • 439 Sur Ǧinnī al-Ṣafwānī, voir supra, p. 185.

147Elle était, dans le temps, connue sous le nom de Ǧisr Manbiğ. Elle est située au bord / de l’Euphrate et le pont est à ses pieds438. Elle demeura une toute petite cité au début de l’Islam jusqu’à ce que Nağm ġulām / de Ǧinnī al-Ṣafwānī439 la remît en valeur (‘amarahā), après les années 300/912-13 environ. C’est une belle citadelle fortifiée d’aspect admirable dans un paysage éblouis­sant qu’aucune description ne peut dépeindre.

  • 440 Sur cette tribu arabe, voir EI1, art. « Numair » (G. Levi Della Vida).
  • 441 Sur ce poète numayrite (m. 90/709), voir Aġānī, XX, 168 et bibliographie dans A‘lām, IV, 340.
  • 442 Sur Naṣr Abū l-Murhaf al-Numayrī, poète, (m. 588/1192 à Bagdad) voir Ibn Ḫallikān, V, 383-384. Ibn (...)

148Les Hamdanides en prirent possession, suivis des Mirdasides. Par la suite, elle appartint aux Numayrites440 et le dernier d’entre eux fut Manṣūr b. al-Ḥasan b. Ǧawšan b. Manṣūr al-Numayrī, descendant du poète al-Rā‘ī ‘Ubayd b. al-Ḥusayn441. Manṣūr fut tué et la citadelle fut enlevée à son fils Naṣr442 car il fut frappé de cécité à l’âge de quatorze ans.

  • 443 Voir supra, p. 290 sq.
  • 444 Voir supra, p. 292.
  • 445 Après avoir récupéré Manbiğ dont al-Malik al-Fā’iz, fils d’al-Malik al-‘Ādil, s’était emparé. Voir (...)
  • 446 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 83 r°) fait à ce sujet un récit assez proche de celui d’Ibn Šaddād.
  • 447 Voir supra, p. 15.
  • 448 Ainsi se termine le texte d’Ibn Šaddād. Toutefois dans le manuscrit du Vatican, une dernière phras (...)

149Les Turcomans en prirent possession, puis les Ḥassānides la leur prirent et elle demeura entre leurs mains jusqu’à la fin de leur règne443. Ṣalāḥ al-Dīn conquit Manbiğ, et Qal‘at Nağm fut, comme nous l’avons dit444, transmise de mains en mains avec Manbiğ jusqu’à ce qu’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] la prît et la donnât à son frère al-Malik al-Afḍal. Puis il la lui reprit de peur qu’al-Malik al-‘Ādil ne s’en emparât, en sa’bān 599 (15 avril-13 mai 1203)445. Elle demeura en possession d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] jusqu’en [6] 13/1216-17, date à laquelle il la donna en iqṭā‘ à son affranchi (‘atiq) l’émir Badr al-Dīn Aydmur connu comme gouverneur de la citadellr d’Alep446. Il accrut ses constructions et y édifia une grande mosquée de bâtisse nouvelle avec un vaste parvis. Il construisit aussi un caravansérail gratuit pour les voyageurs (ḫān li l-sabil)447 pour lequel il établit une aumône continue et lui attribua des biens de main morte (waqqfa ‘alayhi) éternels. Elle resta en sa posses­sion jusqu’en [6J29/1231-32, à l’époque d’al-Malik al-‘Azīz. Celui-ci la lui prit et lui donna en échange Lattaquié. Puis al-Malik al-‘Azīz mourut et Qal‘at Nağm échut à son fils al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] avec d’autres villes. Elle resta en sa possession jusqu’à la fin de la dynastie. Les Mongols la dévas­tèrent entièrement448.

Notes

1 Ce troisième chapitre sur les marches fut publié en 1935 par Ch. Ledit dans la revue Machriq, 1935, 161-223 et 586-608 à partir des manuscrits du Vatican et du British Muséum. Nous avons cependant préféré poursuivre notre édition indépendamment de la sienne, en nous appuyant sur l’ensemble de nos manuscrits.

2 Sur les marches ou ‘awāṣim qui étaient ainsi nommées selon l’expression d’al-Balāḏurī « parce que les Musulmans se protégeaient par elles quand ils revenaient de leurs expéditions et quittaient la frontière » (Futūḥ, 132, trad. 203) ; voir supra, p. i et EI2, art. « ‘Awāṣim » (M. Canard).

3 Sur ces différentes localités, voir infra, les chapitres qui leur sont consacrés.

4 Sur Antioche et le rôle important qu’elle joua en Syrie du Nord, nous nous contenterons de signaler quelques ouvrages ou articles auxquels il faudra se reporter pour une bibliographie plus détaillée : Le Strange, Palestine, 367-377 et surtout l’ouvrage de Cl. Cahen, SN. consacré à l’histoire de cette région du xie au xiiie siècle (pour la topographie d’Antioche, voir p. 127 à 133) ; Canard, Hamdanides, 226-228 ; EI2 art. « Anṭākiya » (M. Sheck-H.A.R. Gibb) ; Elisséeff, ND., 197-198. Le récit d’Ibn Šaddād sur cette ville est, là aussi, en grande partie emprunté à l’introduction géographique de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (fol. 67 v°-80 r°). Nous indiquerons en note au fur et à mesure les références à cet ouvrage.

5 La description de la ville (ainsi que plus loin la liste des districts) est empruntée par l’auteur à Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 72 r°-v°), d’après le « Livre des routes et des royaumes » (Kitāb al-masālik wa l-mamālik) de Ḥasan b. Aḥmad al-Muhallabī, géographe de la fin du ive/xe siècle, sur lequel, voir Canard, Buġya, 45-46. Al-Muhallabī relève effectivement 35 degrés de latitude pour Antioche alors qu’Ibn al-Zayyāt (cf. supra, p. 93) cité par Ibn al-‘Adīm (fol. 71 v°) indique 36 degrés).

6 Sur le mont Silpius, un des massifs du Ǧabal ‘Aqra au pied duquel la ville est construite, voir Cahen, SN., 128 et Runciman, Crusades, I, 214 (plan de la ville) et 220 (gravures).

7 L’auteur a mentionné plusieurs fois l’Oronte mais sans jamais donner de détails. Fait-il ici allusion à un chapitre qui ne nous est pas parvenu ?

8 Église Qusyān qui est sans doute la cathédrale Saint Pierre construite par l’Empereur Justinien, où furent enterrés les princes et les patriarches de la principauté d’Antioche ainsi que Frédéric Barberousse ; cf. Le Strange, Palestine, 371 ; Cahen, SN., 130 ; infra, p. 231.

9 Ibn al-‘Adīm (Buġya, 69 r°) écrit Sam‘ūn. Šam‘ūn ou Simon était le vrai nom de l’apôtre Pierre.

10 Il s’agit sans doute de l’empereur Claude qui régna à Rome de 41 à 54. Cf. Downey, Antioch, 195-198.

11 Au début des années 40 selon la tradition. Cf. Actes des Apôtres, 11, 26. Sur l’origine du nom et la bibliographie à ce sujet, voir Downey, Antioch, 275 et n. 19.

12 Justinien I (527-565). Sur le tremblement de terre de 528 (il y en eut quatre autres sous son règne à Antioche) et sur l’habitude d’inscrire ce genre de phrase sur les portes (déjà en usage dans le Nouveau Testament, cf. Mathieu, 28, 20), voir Downey, Antioch, 529 et n. 113.

13 Dans la sourate de la Caverne (traduction Masson-Sobhi).

14 Sourate Ya-Sīn. Pour l’identification de la ville et du personnage auquel le Coran fait allusion, voir les remarques de Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks, Paris, 1923, 93, n. 3.

15 Sur cet auteur (m. 289/902) connu sous le nom d’Ibn al-Faqīh, voir EI2, art. « Ibn al-Faḳih » (H. Massé). Sur le passage cité par Ibn Šaddād « d’après Ibn al-‘Adīm, Buġya, I, 73 r°-v°), voir Hamaḏānī, 115-116, trad. 140-141. Ce récit est aussi rapporté par Ṭabari, I, 898 ; cf. Nöldeke, Gesch. der Perser und Araber, 165, 239.

16 Anū Širwān ou Ḫusraw Ier ou Chosroès (531-579) qui assiégea et détruisit Antioche en 540. Cf. Nöldeke, Gesch. der Perser und Araber, 165, 239 ; EI2, art. « Anṭākiya », 532 ; Downey, Antioch, 535-546.

17 Sur al-Madā’in, l’ancienne Ctésiphon-Séleucie, fondation séleucide sur le Tigre en aval de Bagdad, voir Le Strange, Lands, 33-35. Chosroès construisit sa nouvelle ville pour les habitants déportés de Syrie sur la rive est du Tigre.

18 Sur Zand Ḫusraw appelée aussi Bih Az Nadiv Ḫusraw en persan, ce qui veut dire : « mieux qu’Antioche », voir Nöldeke, op. cit., 165 et n. 4 ; Downey, Antioch, 545.

19 Cf. al-Iṣfahāni, 51. Sur cet auteur d’origine persane, voir supra, p. 21

20 Car d’après la tradition musulmane al-Madā’in était composée de sept villes ; voir Le Strange, Lands, 34.

21 Sur Abu l-Ḥusayn Hilāl b. al-Muḥassin al-Ṣābi’ (m. 448/1056), homme de lettres et secrétaire à l’époque buwayhide, voir EI2, art. « Hilāl al-Ṣābi’ » (D. Sourdel). Ce passage d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya (I, fol. 70 r°-v°). La lettre d’Ibn Buṭlān, médecin et théologien chrétien de Bagdad est également reproduite dans Yāqūt, I, 266, trad. Le Strange, Palestine, 370-375) et Ibn al-Qifṭi, Ta’rīḫ al-ḥukamā’, dans sa notice biographique sur Ibn Buṭlān, p. 294 sq. ; voir aussi Ṭabbāḥ, IV, 192. Sur Ibn Buṭlān (qui n’est pas le fils de Hilāl b. al-Muḥassin), voir supra, p. xxxiii.

22 Pour la source d’Ibn Šaddād, cf. supra, p. 224, n. 1.

23 Sur cette ville, voir infra, p. 270.

24 Sur ce district dans le bassin moyen du ‘Afrīn entre le Kurd Dagh et le Ǧabal Sam‘ān, voir Dussaud, THS., 223 ; Cahen, SN., 138.

25 Voir A‘lāq, Ḥalab, 128. Il s’agit des sources thermales de Ḥammām sur la rive droite du Nahr ‘Afrīn (cf. Dussaud, THS., 229 ; Cahen, SN., 138).

26 Ǧindāris ou Genderes, village et site antique sur la rive droite du ‘Afrīn, au pied du Kurd Dagh, à 8 km. à l’est d’al-Ḥammām (cf. carte IV. D6). Dimašqi place Ǧindāris dans le district de Ǧūma, et y mentionne aussi des sources thermales (Le Strange, Palestine, 462). Cf. Tchalenko, III, 95 ; Dussaud, THS., 434-435).

27 Sur Artāḥ, voir infra, p. 270.

28 Suwaydīya, ancien port d’Antioche (Port St. Siméon) immédiatement au nord de l’embouchure de l’Oronte. Cf. Le Strange, Palestine, 540 ; Dussaud, THS., 431 ; Cahen, SN., 133.

29 District non identifié qui n’est pas cité par Ibn al-Šiḥna.

30 La lecture de ce nom est incertaine (dans la Buġya comme dans nos manuscrits) : Badānyā ? Badāmyā ? Ibn al-Šiḥna, 206, écrit M.DĪTA ou M.D.TYĀ ; cf. Canard, Hamdanides, 227 et n. 437 qui propose de lire peut-être Badāma (Bdama actuel : col et localité sur la route de Lattaquié à Ǧisr al-Sugùr), mais il faudrait supposer, dans ce cas, qu’Ibn al-’Adīm n’a pas su lire ce nom dans al-Muhallabī qu’il recopie. Cf. Le Strange, Palestine, 407 ; Badāma, village appartenant à Alep, près de ‘Azāz, d’après Yāqūt, I, 316.

31 Sur Qurašīya ou Quršīya (aujourd’hui Ḫān Bektāś), dans la vallée du Nahr al-Kabīr au nord-est de Lattaquié, voir Le Strange, Palestine, 489 ; Dussaud, THS., 153 ; Cahen, SN., 168 ; Canard, Hamdanides, 227.

32 Nous pensons qu’il vaut mieux lire avec le manuscrit du Vatican (cf. A‘lāq, Syrie du Mord, 317) « districts » (kumar) au pluriel ce qui rend la suite du texte plus compréhensible : Nūr al-Dīn annexa parmi ces districts tous ceux qui se trouvaient à l’est d’Antioche. Cf. Cahen, SN., 168, n. 15 qui avait lu avec le manuscrit du British Museum : « le district de Quršīya » ... et avait relevé l’invraisemblance de ce passage.

33 En 559/1164 ; voir supra, p. 36.

34 Sur les traditions concernant la fondation d’Antioche, voir Downey, Antioch, 56 sq.

35 Citation qu’Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 69 r°) emprunte à un auteur de Ḥarrān : Abū l-Ṯanā’ Ḥammād b. Hibat Allāh b. Ḥammād al-Ḥarrāni.

36 Ḥarrān dans le Diyār Muḍar passe pour avoir été le premier séjour d’Abraham lorsqu’il quitta la Chaldée ; voir EI2, art. « Ḥarrān » (T.H. Weir) ; Elisséeff, ND., 144-146.

37 Sur al-Rūm, ancêtre d’après la tradition du peuple « Rūm » (Grec), voir Mas‘ūdī, Murūğ, VI, 344-346.

38 Sur Yaḥyā b. Ǧarīr al-Takrītī, auteur au ve/xie siècle, d’ouvrages médicaux, voir Zubda, I, 15, n. 1.

39 Sur Bérée ancien nom grec de la ville d’Alep, fondée par les Séleucides, voir Sauvaget, Alep., 38.

40 Antioche fut fondée vers 300 av. J.C. par Séleucus Ier (306-280) à proximité d’Antigoneia (voir infra) qu’il vida de ses habitants. Cf. EI2, tar. « Anṭākiya », 532 ; Downey, Antioch, 62 sq.

41 Antigone (m. 301), maître de la Syrie et de la Mésopotamie jusqu’à sa défaite à Ipsus devant Séleucus, fonda vers 307 av. J.C. la ville d’Antigoneia au sud-ouest du lac d’Antioche. Cf. Jouguet, 403 sq. ; Downey, Antioch, 60 et n. 29.

42 Antiochus Ier (280-261). Certaines traditions rapportent le nom de la ville au père de Séleucus qui s’appelait aussi Antiochus ; cf. Downey, Antioch, 581-582.

43 Sur Ibn al-Faqīh, voir supra, p. 226. Ce passage ne figure pas dans la version abrégée de l’ouvrage d’Ibn al-Faqīh publiée par de Goeje (cf. bibliographie, n° 59).

44 Sur al-Hayṯam b. ‘Adī, (m. en 206 ou 207/821 ou 822) auteur d’ouvrages historiques, qui vécut à Kūfa, voir GAL., (2), I, 145, S, I, 213 ; EI2, art. « al-Hayṯham b. ‘Adī » (Ch. Pellat).

45 Antiochus III le Grand (223-187) fonda un nouveau quartier d’Antioche ; voir Downey, Antioch, 92-94.

46 Sur Sa‘īd b. al-Biṭrīq, voir supra, p. 114 et xxxii.

47 Ptolémée VI Philometor (littéralement « Qui aime sa mère »). Il régna en Égypte de 181 à 145 (majeur en 173) soit 36 ans. Cf. Jouguet, 294 sq.

48 Antiochus IV Epiphane (175-164) dont le règne fut marqué par le conflit avec les Juifs. Grand constructeur, il dota Antioche d’un nouveau quartier, Epiphania, du côté du Silpius et engloba tous les quartiers dans une enceinte commune. Voir Jouguet, 438 ; Downey, Antioch, 95 sq. et n. 42 (bibliographie).

49 Ptolémée VII Physcon, souverain d’Égypte de 145 à 116. C’est toutefois sous le règne de Ptolémée VI qu’Antiochus IV construisit un nouveau quartier à Antioche. Cf. Jouguet, 294-298.

50 Sur Agapius (Maḥbūb) de Manbiğ, auteur du Kitāb al-‘unwān, voir supra, p. xxxii. Cf. Maḥbūb, PO., XI, 122.

51 Jean Hyrcan, fils du grand prêtre des Juifs Simon, succède à son père en 135 (177 de l’ère des Séleucides) et meurt vers 100 av. J.-C ; cf. Premier Livre des Maccabées, 16. Comme la première génération des Maccabées, il s’attacha à lutter contre l’héllénisme et à assurer l’indépendance des Juifs.

52 Sur cette église, voir supra, p. 224, n. 4.

53 Sur Ibn Buṭlān, voir supra, p. xxxiii. Ce passage d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya, fol. 70 v°.

54 Sur finğān ou bankām, mot d’origine persane, voir al-Mu‘arrab, 249 ; Dozy, Supplément, II, 291 et 625.

55 Citation attribuée à Abū l-Ḥusayn b. al-Munādī, auteur d’un ouvrage intitulé al-Ḥāfiẓ li ma‘ārif ḥarakāt al-šams wa l-qamar wa l-nuğūm par Ibn al-‘Adīm, Buġya, I, fol. 71 v°. Voir aussi Hamaḏānī, 134.

56 Buġya, I, fol. 78 r°-78 v°.

57 Sur ce qāḍī de Ma‘arrat al-Nu‘mān, voir supra, p. xxxiii.

58 Sur les traditionnistes Abū Sa‘īd al-Ḫudrī et Abū Hurayra, voir supra, p. 18. Sur Ibn ‘Abbās, voir EI2, art. « ‘Abd Allāh b. al-‘Abbās » (L. Veccia Vaglieri).

59 Sur l’institution du ribāṭ, architecture fortifiée, située en zone frontière et destinée à abriter des combattants pour la foi, voir EI1, art. « Ribāṭ » (G. Marçais).

60 Muzdawiğa, c’est-à-dire un poème où le mot à la césure (coupure à l’intérieur du vers) rime avec le dernier mot du vers. Voir les articles dans EI2, « Kāfiya » (M. Ben Chereb-S.A. Bonebakker) et « Ḳaṣīda » (F. Krenkow-(G. Lecomte)).

61 Nous n’avons pas trouvé de renseignements concernant la biographie de ce poète du ive/xe siècle.

62 « Waral » gros lézard d’Afrique. Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 73 v ») nous dit qu’Antioche était connue pour avoir beaucoup de rats...

63 Personnage de la ville d’Antioche dan » la sourate Ya-Sīn qui exhorte ses concitoyens à suivre et à écouter les envoyés de Dieu. Coran, XXXVI, 20.

64 Récit emprunté à Ibn al-‘Adīm (Buğya, I, 73 v°). Cf. aussi al-Hamaḏānī, 116.

65 Pays réputé pour la fabrication de ses épées, cf. EI2, art. « Hind » (géographie) (S. Maqbul Ahmad), 422 a.

66 Il est intéressant de comparer le récit d’Ibn Šaddād sur l’histoire d’Antioche à celui de son contemporain Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, (Rawḍ, 313 à 323). Ces deux narrations toutefois semblent indépendantes l’une de l’autre.

67 Kāmil, II, 495 (en 15/636 après la conquête de Qinnasrīn) d’après al-Balāḏurī, Futūḥ, 147, trad. 226-27.

68 Sur ces généraux, voir supra, p. 6 et 77.

69 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4 (récit recopié sur la Buġya, I, 71 v°-72 r°.

70 Récit recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, fol. 73 r° en marge) qui cite al-Balāḏurī (Futūḥ, 148, trad. 228).

71 Miṣrān (« les deux métropoles » ; au génitif « Miṣrīyīn ») nom qui qui désigne al-Baṣra et al-Kūfa d’après Yāqūt, V, 137.

72 Yāqūt dans son Dictionnaire géographique, mentionne aussi ces deux personnages sans apporter d’informations supplémentaires ; cf. Onomasticon, II, 786.

73 Sur Séleucie de Piérie fondée par Séleucus Ier sur la côte au Sud d’Antioche, voir Downey, Antioch, 56 sq., 61-62.

74 D’après Hinz (p. 65) au début et au milieu du Moyen-Age, un ğarīb valait 1592 m2, tandis qu’un modius valait 3,673 litres en Syrie au Bas Moyen-Age (Hinz, 45-46).

75 Voir supra, p. 90 ; Futūḥ, 162, trad. 250.

76 Sur Makḥūl traditionniste, fils d’un prisonnier de guerre de Kabul, (m. 112/730-31), voir Caetani, Chronog., 1421 ; Goldziher, trad. Stern, II, 31.

77 Sur les Sayābiga, autre peuple de Tziganes, voir De Goeje, Migrations des Tziganes, 86-91.

78 Littéralement : « de ce qui était annexé », (‘An al-iḍāfa). C’est-à-dire d’après Ibn Šaddād lui-même (A‘lāq, Ḥalab, 9) : « Manbiğ, Dulūk, Ra‘bān, Qūrus, Tīzīn. et les places-frontières (ṯuġūr) ».

79 Sur Ibn Ṭūlūn qui s’empara de la Syrie en 264/877-78, voir supra, p. 169. La source d’Ibn Šaddād est très probablement ici Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 77). Sur ces événements, voir aussi Ṭabari, III, 1929 ; Kāmil, VII, 316-317.

80 Simā al-Ṭawīl gouverneur de Tarse et des places-frontières. Certaines sources grecques disent qu’un Simā, fils de Ṭawīl se réfugia auprès de l’em­pereur grec. Par ailleurs sur la discussion qui s’est engagée autour de l’identification de Simā al-Ṭawīl et de Sīmā, lieutenant d’Aḥmad b. Ṭūlūn (cf. supra, p. 170), voir Vasiliev, Byzance et les Arabes, II, 87, 89 et 93-94.

81 En 271-/892. Le Toulounide Ḫumārawayh reconnut la suzeraineté du calife abbasside et lui donna sa fille en mariage (Zubda, I, 84-85). Sur les relations entre les Toulounides et le califat abbasside, voir Muir, Caliphate, 553.

82 Ce sont en fait les troupes de Ǧayš excédées par les agissements de leur maître qui le tuèrent et installèrent à sa place son frère Hārūn (283-292/896-905). Cf. Zubda, I, 86 qui est sans doute la source d’Ibn Šaddād ; cf. aussi Kāmil, VII, 478.

83 Ṭabari (III, 2185-86) et Ibn al-Aṯir (Kāmil, VII, 491) placent cet événement en 285/898. L’accord prévoyait que la Syrie du Nord revenait sous l’autorité du calife qui confirmait par ailleurs le Toulounide dans ses possessions sur le reste de la Syrie et sur l’Égypte.

84 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

85 Sur al-Qāhir bi Llāh (320-322/932-934), voir EI2, art. « al-Ḳāhir bi-Llāh » (D. Sourdel). La source d’Ibn Šaddād pour les événements qui suivent est la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, I, 97.

86 Après avoir fait exécuter en 321 /933 le gouverneur des places-frontières, Mu’nis al-Muẓaffar qui s’était révolté à Mossouī. Cf. Kāmil, VII, 252-261 ; Zubda, I, 97.

87 Muḥammad b. Ṭuġğ al-Iḫšīd descendant des anciens princes du Fergana qu’al-Mu‘taṣim (218-227/833-842) avait fait venir à sa cour. Nommé en 319/931 préfet de Damas par al-Muqtadir, puis gouverneur d’Égypte par al-Qāhir, il réussit à prendre le pouvoir au Caire en 323-24/ 935-36 et reçut l’investiture d’al-Rāḍī en 324/936. Cf. VasiKev, Byzance et les Arabes, II, 279 ; EI1, art. « Muḥammad b. Ṭughdi » (R. Guest).

88 Sur Aḥmad b. Kayġalaġ Abū l-‘Abbās, voir supra, p. 179.

89 Ibn Rā’iq émir suprême et commandant de l’armée d’al-Rāḍī. Mais en 326/937-38 Bakgam un lieutenant turc s’empara du pouvoir aux dépens d’Ibn Rā’iq qui fut envoyé deux ans plus tard gouverner le Diyār Muḍar et le ğund de Qinnasrīn. Cf. Sourdel, Vizirat, 493 ; Canard, Hamdanides, 411 sq.

90 Al-Ǧifār (les Puits) nom d’une région désertique qui s’étend entre l’Égypte au sud et la Palestine au nord. Cf. Le Strange, Palestine, 30 ; Marmadji, 47.

91 Sur l’eunuque noir Kāfūr qui joua un rôle de premier plan sous la dynastie des Iḫšīdides, voir EI2, art. « Kāfūr » (A. Ehrenkreutz).

92 Ce lieutenant était Muḥammad b. Yazdāḏ. Il faut distinguer ici deux épisodes différents de la lutte entre Ibn Rà’iq et l’Iḫšīd : une première bataille qui eut lieu en 329/940-41 dans la région du Ǧifār qui se solda par la mort du frère de l’Iḫšīd, et une seconde expédition la même année sous le commandement de Kāfūr qui arriva jusqu’à Alep et permit à l’Iḫšīd de reprendre possession de la Syrie (Zubda, I, 100-101 ; Canard, Hamdanides, 490).

93 Sur Nāṣir al-Dawla b. Ḥamdān frère de Sayf al-Dawla et fils du fondateur de la dynastie hamdanide de Mossoul, voir EI1, art. « Nāṣir al-Dawla » (H. Bowen) ; Canard, Hamdanides, 377, sq. Remplacé à l’émirat suprême en 331/943 par un émir turc Tūzūn, une bataille opposa les deux hommes en 332/944 et se termina par la signature d’un accord sur lequel, voir Kāmil, VIII, 407 ; Zubda, I, 104, (qui est probablement la source d’Ibn Šaddād) ; Canard, Hamdanides, 451.

94 Sur cette ville au confluent du Tigre et du Petit Zab dans la partie orientale de la Ǧazīra, voir Canard, Hamdanides, 126 ; Elisséeff, N.D., 115.

95 Al-Muttaqī comptait sur l’Iḫšīd pour l’aider à lutter contre Tūzūn à Bagdad. L’Iḫšīd refusa mais retira néanmoins de cette entrevue qui eut lieu en muḥarram 333 (septembre 544) le bénéfice du renouvellement de son investiture sur l’Égypte, la Syrie et les places-frontières. Voir Zubda, I, 105-107 ; Canard, Hamdanides, 500-501.

96 Le 8 rabī‘ I 333 (29 octobre 944). L’année précédente son cousin Ḥusayn b. Sa‘īd s’était déjà emparé d’Alep aux dépens de l’Iḫšīd, mais n’avait pu la conserver. Quelques mois après l’entrée de Sayf al-Dawla, l’Iḫšīd y pénétrait à son tour mais un accord devait intervenir aux termes duquel Sayf al-Dawla conservait Alep, Ḥimṣ et Antioche. Voir Zubda, I, 105-106 et 115 ; Canard, Hamdanides, 494, 497-498, 504-505.

97 Voir le récit de la rébellion d’Antioche dans Miskawayh, II, 213-214 ; Yaḥyā b. Sa‘īd, XVIII, 797 ; Kāmil, VIII, 561-562 et Zubda, I, 148 ; voir aussi Canard, Hamdanides, 650-654. Une partie cependant du récit d’Ibn Šaddād ne se trouve dans aucune des sources citées.

98 Ḥasan b. al-Ahwāzī, fermier des impôts.Il fournit l’aide pécunière nécessaire à la rébellion (Miskawayh, II, 214) ; cf. Canard, Hamdanides, 650.

99 Sur Rašīq al-Nasīmī, mawla de Nasīm, lui-même mawla du calife al-Muqtadir, voir dans Sauvaget, Buġya, 404-406, la notice biographique d’Ibn al-‘Adīm.

100 C’est en effet l’époque où les lieutenants de l’émir hamdanide commençaient à perdre confiance en lui et pensaient qu’il ne quitterait plus ses possessions de Ǧazīra pour revenir en Syrie. Cf. Canard, Hamdanides, 647 sq.

101 Al-Ḏahabī mentionne ce gouverneur d’Antioche nommé par Sayf al-Dawla, sous le nom de T.B.H, al-Ṯamalī (Canard, Recueil, 186) et Ibn al-‘Adīm l’appelle T.N.Ǧ. b. al-Yamkī ou al-Ṯamalī (Zubda, I, 148).

102 Sur Qarġawayh, voir supra, p. 63.

103 Salāma b. Yazīd al-Šaybānī qui avait quitté Sayf al-Dawla pour rejoindre Rašīq, nous dit Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 150). Miskawayh dit que Rašīq fut tué par un arabe de la tribu des Banū Mu‘āwiya (II, 214).

104 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

105 Al-Ḏahabī nous dit que des Daylamites de toutes régions, des Arabes et des gens des places-frontières se joignirent à Dizbar et à al-Ahwāzī (Canard, Recueil, 268).

106 Dizbar entra à Alep, mais il n’assiégea pas la citadelle et préféra prendre possession de la province. Sur ces événements et sur la victoire de Sayf al-Dawla, voir Canard, Hamdanides, 652-653.

107 Sur ce chapitre, voir supra, p. xxv.

108 Sur Sa‘d al-Dawla, voir supra, p. 46, n. 4.

109 Au moment de la prise d’Antioche par Nicéphore en du l-ḥiğğa 358 (octobre 969) la ville n’appartenait déjà plus aux Hamdanides. Elle était passée d’abord aux mains d’un Kurde Allūs, puis d’un Égyptien noir ayant appartenu à la ; garnison de Tarse, Cf. Canard, Hamdanides, 832. Sur la prise d’Antioche par les Grecs, voir Zubda, I, 159 et 162-163 dont Ibn Šaddād s’est sans doute inspiré.

110 Sur Baġrās, place forte dans la passe du même nom, au sud de l’Amanus au nord-ouest d’Antioche (des ruines subsistent la forteresse), voir Cahen, SN., 141-142.

111 Michel Burtzes, lieutenant de Nicéphore, restaura la forteresse de Baġrās puis, profita des dissensions qui régnaient à Antioche pour s’emparer de cette ville avec l’aide de l’eunuque Pierre Phocas le Stratopedarque (Ṭurbāzī dans lès sources arabes, cf. infra) qui avait été envoyé en Cilicie par l’empereur Nicéphore. Ce n’est qu’en 976 à la mort de l’empereur qu’on le nomma gouverneur d’Antioche dans le but de l’écarter du pouvoir. Cf. Grégoire, « Amorians and Macedonians » dans Camb. Med. Hist., IV, 150, 175 ; Canard, Hamdanides, 832-833.

112 Sur cette place forte, voir infra, p. 269.

113 Sur Pierre Phocas le Stratopédarque, voir Schlumberger, Nicéphore, 587 et supra, p. 241, n. 7.

114 Voir Canard. Hamdanides, 832.

115 Jean Tzimisces, futur empereur et Domestique de l’empereur Nicéphore II Phocas. Ibn al-‘Adīm Zubda, I, 162, (source d’Ibn Šaddād) est le seul auteur arabe à mentionner sa présence lors de cette expédition ainsi que le fait remarquer H. Grégoire (« Amorians and Macédonians » dans Camb. Med. Hist., IV, 156, n. 2). Comme par ailleurs, il ne signale pas la présence de Burtzès qui fut l’un des chefs de cette bataille, il est fort probable qu’il a confondu les deux noms et qu’il faut lire Burtzès au lieu de Jean Tzimisces.

116 Le jour de la naissance du Prophète ayant été fixé au 12 rabī‘ I (cf. EI1, art. « Mawlid » (H. Fuchs)), nous ne voyons pas à quoi l’auteur fait ici allusion.

117 Afin d’endormir la méfiance des combattants.

118 L’une des cinq portes d’Antioche qui s’ouvrait vers l’ouest. Cf. Cahen, SN., 129 ; Elisséeff, ND., 198.

119 Voir les détails de ce traité dans Zubda, I, 163-168 et Canard, Hamdanides, 833-837.

120 Ibn Šaddād a déjà évoqué Ḥarīm et sa citadelle (cf. supra, p. 33 sq.). Fait-il allusion ici au chapitre sur l’histoire des princes d’Alep ? (cf. supra, p. xxv).

121 En 477/1084 Sulaymān b. Qutulmuš premier souverain seldjouqide de Rūm est déjà bien établi en Asie Mineure où il a su profiter des divisions byzantines. En l’absence de Philarète (voir note suivante) certaines sources nous disent qu’il aurait reçu un appel du lieutenant de celui-ci. Voir Kāmil, X, 138-139 ; Zubda, II, 86-88 (dont le récit est très proche de celui d’Ibn Šaddād) ; Ibn al-Šiḥna, 211-212 (qui cite le récit d’un témoin oculaire, le moine Michel d’Antioche). Cf. Laurent, Byzance et Antioche, 157-158 ; Cahen, Première pénétration, 45.

122 Philarète, ancien général de Romain Diogène, Arménien de religion grecque, qui s’était constitué le long du Taurus un état gréco-arménien et devint maître d’Antioche en 1078. Cf. Laurent, Byzance et Antioche, 148 sq., Des Grecs aux Croisés, 81-82 ; Cahen, Première pénétration, 39-40.

123 « ‘Amrānīya ou ‘Imrānīya ? Nous n’avons pas pu identifier cette localité des environs d’Antioche. Yāqūt, II, 388 mentionne un village connu sous le nom de ‘Imrānīya à l’est de Mossoul.

124 Bāb Fāris (la porte du Chevalier) près de l’église Saint Paul est mentionnée par al-Balāḏurī, Futūḥ, 147, trad. 227.

125 Littéralement : la scie. En fait ce mot peut désigner aussi un instrument en bois avec des dents (litt. des doigts) pour vanner le blé (cf. Lane, Lexicon, N.Š.R.). Par analogie nous en avons déduit qu’il pouvait aussi s’appliquer à une herse (comparée aux dents d’une scie). On peut noter par ailleurs, qu’Ibn al-‘Adīm (Zubda, ΠΙ, 66) parle d’une « tour de la scie » (burğ al-Minšār) à l’est de la porte de la citadelle d’Alep, ainsi que d’un « minšār » contigu à la Porte des Quarante (Buġya, I, 53 v°).

126 Nous n’avons pas trouvé de renseignements sur Ibn Manğāk dans les sources. Il s’agit sans doute de l’un de ces chefs turcs d’Asie Mineure sur lesquels, voir Cahen, Première pénétration ; 46-47.

127 Sur ce qādī d’Alep (m. 648/1250-51) souvent cité par Ibn al-‘Adīm dans sa Buġya, voir Tabbāḥ, IV, 427-428.

128 Il s’.agit sans doute du grand-père de l’historien Ibn al-‘Adīm, le qādī Hibat Allāh Abū l-Faḍl b. Abī Ǧarāda qui succéda à son père Abū Ġānim Muḥammad en 534/1139-40 (Zubda, II, 274). Il occupait encore ce poste en 554/1159 (Zubda, II, 310).

129 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 87) ajoute : « c’est-à-dire les Grecs ».

130 Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ, prince mirdaside d’Alep qui gouverna une première fois très brièvement en 452/1059 et reprit le pouvoir après le règne de son oncle ‘Aṭīya b. Ṣāliḥ en 457/1065. Voir Zubda, I, 276, 296-297.

131 Il pensa que cette prophétie s’appliquait à Afšīn, subordonné de Gumuštukīn, qui après avoir tué ce dernier en 459/1067, se rendit en Cilicie et dévasta entre autres le pays d’Antioche et de Dulūk. Cf. Cahen, Première pénétration, 25, et infra, p. 277.

132 Voir supra, p. 27.

133 Cette année-là est marquée en effet, par la main mise de Malikšāh (voir supra, p. 8) sur toute la Ǧazīra et la Syrie du Nord. Al-Ḥasan b. Ṭāhir al-Šahrastānī, vizir iranien de Sulaymān gouvernait à Antioche au nom du fils mineur de celui-ci, Qilīğ Arslān. Cf. Zubda, II, 101 (source probable d’Ibn Šaddād).

134 Sur l’orthographe du nom (Siyān ou Siġān), voir Zubda, II, 101, n. 1. Yagī Siyān gouverneur d’Antioche (480-491/1087-1098) au moment de la conquête franque (Cahen, SN., 180, 215) dont la fille épousa al-Malik Riḍwān d’Alep. Cf. Zambaur, tableau R.

135 Voir Zubda, II, 132-138 (récit assez proche de celui d’Ibn Šaddād) et Kāmil, X, 272-276. Sur les sources très abondantes relatant le siège et la prise d’Antioche, nous renvoyons à Cahen, SN., 211 sq. et Runciman, Crusades, I, 213. Voir aussi le plan de la bataille d’Antioche dans C.W.C Oman, History of the art of war in the Middle Ages, 2de. édition, Londres, 1924, p. 282-288.

136 Karbūqā, vassal théorique du sultan Barkyārūq fils de Malikšāh à Mossoul ; Duqāq, fils de Tutuš, installé à Damas après la mort de son père en 488/1095 ; Ǧanāḥ al-Dawla, ancien atabeg de Riḍwān qui se réfugia à Ḥimṣ ; l’artuqide Sukmān occupait Sarūğ et Āmid (Diyārbakīr) ; Enfin, Waṯṯāb b. Maḥmūd de la tribu des Numayrites, commandant des troupes de Karbūqā. Sur tous ces chefs musulmans et sur la situation dans ces régions à l’époque de l’arrivée des Francs, voir Gibb, dans son introduction à l’édition d’Ibn al-Qalānīsī, 14-32 ; Cahen, SN., 179-181 ; Gibb, « The Caliphate and the Arab States » dans Setton, Crusades, I, 81-98 ; Cahen, Orient et Occident, 21-31.

137 Sur Marğ Dābiq au nord d’Alep, voir supra, p. 134.

138 C’est-à-dire, dans l’ordre où ils sont cités par Ibn Šaddād : Godefroy de Bouillon, futur roi de Jérusalem ; Bohémond, fils de Robert Guiscard, futur prince d’Antioche ; Tancrède, successeur de Bohémond à Antioche en 1101 puis en 1104 ; Raymond de Saint-Gilles comte de Toulouse ; Baudoin du Bourg, cousin de Baudoin Ier et de Godefroy, successeur de Baudoin à Edesse lorsque celui-ci devint roi de Jérusalem en 1100 ; Baudoin Ιer, frère de Godefroy, comte d’Edesse en mars 1098. Sur tous ces chefs francs, voir les ouvrages sur les croisades indiqués en bibliographie.

139 Cet armurier sans doute d’origine arménienne, converti à l’Islam figure sous le même nom dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, II, 133. Certaines sources l’appellent Fīrūz ou Nayrūz (voir Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ, 320 « Arğurz l’Arménien ». Cf. Runcimann, Crusades, I, 231 et n. 3.

140 Armanāz, bourgade à l’extrémité nord du Rūğ Armanāz sur le versant ouest du Ǧabal al-A‘lā. Cf. Cahen, SN., 153 ; Tchalenko, III, 86.

141 Sur ces localités, voir supra, p. 36 et 85.

142 Voir infra, p. 270.

143 Il faut se rappeler que la citadelle construite par Tzimiscès au xe siècle se trouvait au sommet du Silpius et qu’on y accédait de la ville par un sentier qui empruntait l’un des deux ravins qui divisait les pentes du Mont Silpius. Cf. Cahen, SN., 129 ; Runciman, Crusades, I, 237.

144 Ce lieutenant de Karbūqā remplaça le fils de Yaġī Siyān, Šams al-Dawla, qui s’était réfugié dans la citadelle lorsque les Francs étaient entrés dans la ville et en avait assuré la défense. Cf. Runciman, Crusades, I, 234, 237.

145 Al-Malik Riḍwān (cf. supra, p. 8) ne s’était pas joint aux troupes musulmanes par ressentiment contre son vassal Yaġī Siyān qui l’année précédente était venu en aide à son frère et rival, Duqāq de Damas (Zubda, II, 125 ; Runciman, Crusades, I, 213-214). Karbūqā sentant la nécessité de son aide entra en pourparlers avec lui ce qui suscita aussitôt les soupçons de Duqāq anxieux par ailleurs de retourner sur ses terres (Runciman, Crusades, I, 246).

146 Yūsuf b. Abaq, maître de Manbiğ et Buzā‘ā (cf. infra, p. 290) s’était opposé en 489/1095-96 à Riḍwān d’Alep et à son atabeg Ǧanāḥ al-Dawla. Ceux-ci l’avaient fait tuer puis s’étaient emparés de ses biens et de ceux de son frère (Zubda, II, 123-124). C’est donc la revanche de leurs amis que craignait Ǧanāḥ al-Dawla.

147 L’une des cinq portes de l’enceinte d’Antioche, elle s’ouvrait vers l’ouest près du pont de l’Oronte d’où l’on se rendait à Port Saint Siméon (Suwaydīya). Voir Elisséeff, ND., 198.

148 Sur Ibn al-Dānišmand (ou Dānišmand ou Anūštukīn), voir supra, p. 113.

149 Ibn Šaddād fait ici sans doute une confusion avec la bataille qui eut lieu sur le Balīḥ en 496/1103, lors du siège de Ḥarrān par les troupes d’Edesse et d’Antioche réunies, au cours de laquelle Baudoin d’Edesse et Joscelin de Courtenay furent faits prisonniers. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, X, 300) localise la première bataille de 493/1099-1100 « près de Malaṭya » et Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 145) la situe « sur le territoire de Mar‘aš ». En fait, Bohémond fut fait prisonnier alors qu’il se rendait de Mar‘aš à Malaṭya à l’appel de l’Arménien Gabriel de Malaṭya attaqué par Dānišmand. Cf. Cahen, SN., 228.

150 En 496/1103, contre 100.000 dinars et son alliance. Cf. Cahen, SN.,235.

151 Bohémond partit à la fin de l’automne 1104 et Tancrède qui avait déjà gouverné Antioche lors de la captivité de Bohémond en 1100 et 1103 le remplaça. Cf. Zubda, II, 149 ; Cahen, SN., 240-241. Pour la succession des souverains d’Antioche, voir Annexe III.

152 Roger, neveu de Tancrède, fils de Richard du Principat. Cf. Cahen, SN., 266-286. Le passage qui suit sur l’accord entre Roger et Baudoin est probablement extrait de l’histoire d’Usāma b. Munqiḏ cité plus loin par l’auteur lui même (infra, p. 252). Derenbourg, dans sa traduction de l’autobiographie d’Usāma, cite et traduit ces quelques lignes d’Ibn Šaddād en faisant remarquer la ressemblance des deux textes (Vie d’Ousama, III, 612-613).

153 Roger avait épousé Cécile sœur de Baudoin II du Bourg qui avait succédé à Baudoin Ier, à la tête du royaume de Jérusalem en 1118. Cf. Runciman, Crusades, II, 143 sq.

154 Sur Ilġāzī b.Artuq, voir C. Hillenbrand, « The Career of Nadjm al-Dīn Il-Ghāzī », dans Der Islam, 1981, 250-292. Sur Sarmadā (Sarmit des Croisés) sur la route d’Alep à Ḥārim (carte I), voir Tchalenko, III, 125 ; Elisséeff, ND., 189.

155 Sur Balāṭ, voir supra, p. 44.

156 Il fut convenu que Baudoin II de Jérusalem serait régent d’Antioche jusqu’à ce que le fils de Bohémond, seul héritier légitime, alors en Italie et âgé de neuf ans, fût en âge de gouverner. Cf. Cahen, SN, 288 et 303 ; Runciman, Crusades, II, 152.

157 Bohémond II (1126-1130), fils de Bohémond Ier (1098-1104 et m. en 1111). Cf. Cahen, SN., 303 sq. ; Runciman, Crusades, 175-176.

158 Voir supra, p. 113.

159 Bohémond II soucieux de s’étendre en Cilicie voulut prendre ‘Ayn Zarba au souverain arménien Léon Ier qui appela à son aide l’émir dānišmendide. Cf. Cahen, SN., 349-350 ; Runciman, Crusades, II, 182-183.

160 Bohémond II avait épousé Alice, fille de Baudoin II de Jérusalem qui exerça la régence au nom de sa petite fille Constance. Cf. Zubda, II, 246-247 (qui est sans doute la source d’Ibn Šaddād) ; Cahen, SN., 350.

161 Alice avait, en effet, envoyé un messager à Zengi que son père Baudoin, appelé par les Francs d’Antioche, saisit et fit exécuter. Après avoir pardonné à sa fille, il confia la ville à Joscelin en attendant le jour où Constance pourrait être mariée. Cf. Cahen, SN., 350. Sur Ǧabala (actuelle Geble qu’il ne faut pas confondre avec Ǧubayl, l’antique Byblos), petite ville côtière au sud de Lattaquié, voir Cahen, SN., 170-171.

162 La source d’Ibn Šaddād est peut-être ic Ibn al-‘Adīm qui s’inspire lui-même d’Ibn al-Aṯīr. Il faut noter cependant d’importantes confusions : c’est Raymond, fils de Guillaume de Poitiers qui est désigné pour être l’époux de la très jeune Constance (qui est elle-même fille de Bohémond II et petite fille de Bohémond I) en 1136. Il ne fut pas tué devant Damas en 534/1139-40 (voir Zubda, II, 274 et Kāmil, XI, 74 où il est dit que Raymond fit prisonnier le maître de Bāniyās en 534/1139-40 et le tua) mais en ṣafar 544/juin 1149 dans la plaine entre Innib et les marais du Ġāb. C’est à cette date qu’Ibn Šaddād place, à tort, la mort du successeur de Raymond, Renaud de Chatillon (Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm parlent en cette année de la mort du prince d’Antioche sans donner de nom (Zubda, II, 229 et Kāmil, XI, 144). C’est, en effet, en 1153 que Renaud de Chatillon en épousant Constance devint prince d’Antioche. Il le resta jusqu’à sa captivité en 1160. Cf. Cahen, SN., 383-384 et 391, 405.

163 Sur cette forteresse, voir supra, p. 85.

164 Ibn Šaddād fait ici allusion au remariage de Constance avec Renaud de Chatillon qui devint ainsi régent d’Antioche jusqu’à la majorité de Bohémond fils de Constance et de Raymond de Poitiers.

165 Lorsque Renaud de Chatillon fut fait prisonnier, en 1160 ; Bohémond III était encore mineur, ce n’est que trois ans plus tard qu’il gouverna réellement. Cf. Cahen, SN., 405-407.

166 Lors de la prise de Ḥārim par Nūr al-Dīn (cf. supra, p. 35).

167 Dans le chapitre sur l’histoire des princes d’Alep sans doute, qui nous est inconnu. Cf. supra, p. xxv.

168 Sur Usāma b. Munqiḏ qui accompagnait Nūr al-Dīn lors du siège de Ḥārim en 557/1161-62 (d’après Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 105), voir supra, p. xxxiv.

169 Bohémond III resta, prisonnier d’août 1164 à 1165. Amaury, roi de Jérusalem s’occupa des affaires d’Antioche pendant sa captivité et négocia son rachat. Fuis Bohémond III de retour à Antioche régna jusqu’en 597/1201. Cf. Elisséeff, ND., 598. Cet extrait d’Ibn Munqiḏ. est cité par Derenbourg (Vie d’Ousama, 619) qui l’attribue à l’ouvrage d’Usāma que Ḏahabī appelle le Kitāb Aḥbār al-buldān.

170 Sur cet auteur, voir supra, p. xxxix.

171 Il y a sans doute ici confusion dans les noms puisque Bohémond III : régna comme nous l’avons dit jusqu’en 597/1201. Peut-être Ibn Šaddād. fait-il allusion au prince de Tripoli, Raymond III (m. 583/1187), qui désigna pour lui succéder son filleul Raymond fils aîné de Bohémond III d’Antioche. Comme celui-ci avait déjà été désigné héritier de la principauté d’Antioche, son père, Bohémond III, estima plus prudent de confier le comté de Tripoli à son fils cadet Bohémond (futur Bohémond IV).

172 Sur la célèbre bataille de Ḥiṭṭīn (ou Ḥaṭṭīn) à la suite de laquelle Jérusalem tomba aux mains des Musulmans, voir Kāmil, XI, 534-538 ; Zubda, III, 94-95 ; Runciman, Crusades, II, 436-473 ; EI2, art. « Ḥiṭṭīn » (F. Buhl (Cl. Cahen)) ; Prawer, Royaume, I, chap. IV.

173 Le roi de Jérusalem en 583/1187 n’est pas Geoffroy mais Guy de Lusignan (fait-prisonnier à Ḥiṭṭīn). Al-Iṣfahānī, cité par Abū Šāma (R.H.C. Or., IV, 284) mentionne aussi, parmi les prisonniers, Geoffroy, le frère du roi. On peut donc penser qu’il y a confusion entre ces deux personnages, à moins que l’auteur ne fasse ici allusion à Hunfroi de Toron qui venait d’épouser Isabelle, la fille que la femme de Renaud avait eu de son premier mariage (cf. note suivante), ce qui expliquerait que leurs deux noms soient associés. Cf. Runciman, Crusades, II, 440-459.

174 Renaud de Chatillon libéré en 1176 avait épousé la femme du seigneur de Kérak et Montréal qui était mort peu de temps auparavant. Cf. Schlumberger, Renaud de Chatillon, 147-148.

175 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 116 (récit plus détaillé que l’extrait cité par notre auteur). Sur Ibn Šaddād, voir supra, p. xxxiv.

176 Sur cette forteresse, voir infra, p. 262.

177 Afin d’empêcher toute attaque vers la ville d’Antioche (Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 116.

178 Après la capitulation de Baġrās (Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 117).

179 C’est-à-dire des renforts d’Occident. Cf. Cahen, SN., 429-430.

180 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 180 qui est peut-être encore la source d’Ibn Šaddād.

181 C’est-à-dire à Bohémond III. Frédéric Barberousse s’étant noyé en Cilicie en juin 1190, c’est sous la conduite de son fils que les troupes de la troisième croisade arrivèrent à Antioche. Bohémond se conduisit envers lui en vassal lui laissant libre disposition d’Antioche. Cf. Cahen, SN., 431 ; Runciman, Crusades, III, 17.

182 Sur la prise d’Acre par les Francs de la troisième croisade, voir Runciman, Crusades, III, 18-33 ; Prawer, Royaume, 39-68.

183 L’auteur du Bustān dit qu’en 589/1193 le patriarche d’Antioche mourut à Quṣayr, château de l’église d’Antioche. C’est sans doute cette expression mal comprise par Ibn Abī Ṭayyi’, cité par Ibn Šaddād, qui est à l’origine de son appellation du patriarche d’Antioche Aimery « patrice Naṣir » ou « Nuṣayr » (noter que Baṭrīq ou Biṭrīq (patrice) désigne parfois le patriarche (Batrīk). Cf. infra, p. 259 et Dict. Ar. Fr. An., I, 674). De plus, Ibn Abī Ṭayyi’ le confond dans le récit qui suit avec le prince Bohémond III. Voir les remarques de M. Cl. Cahen à ce sujet dans Bustān, 152, n. 1. Par ailleurs le patriarche Aimery ne prit pas le gouvernement d’Antioche puisque Bohémond III continuait de gouverner.

184 Sur la paix conclue un an après la prise d’Acre entre le comte Henri de Champagne, Richard Cœur de Lion et Ṣalāḥ al-Dīn, voir Cahen, SN., 432-433 ; Runciman, Crusades, III, 73.

185 Sur l’entrevue de Bohémond et de Ṣalāḥ al-Dīn, voir les récits d’al-Iṣfahānī et d’Ibn Šaddād dans Abū Šāma, R.H.C. Or., V, 89 ; Zubda, III, 122.

186 C’est-à-dire les territoires exploités conjointement par les Musulmans et les Francs tel que cela se pratiquait dans les régions frontalières. Cf. Ibn Ǧubayr, Riḥla, trad., 351 ; Cl. Cahen, « Le régime rural syrien au temps de la domination franque » dans Bull. Fac. Lettres Strasbourg, avril 1951.

187 Léon II, roi de Petite Arménie en Cilicie s’était emparé de Baġrās que Ṣalāḥ al-Dīn avait abandonné en 537/1191’ et cherchait à cette époque à s’opposer à la suprématie franque. Cf. irtfra, p. 264 et Cahen, SN., 582.

188 Ceci est bien la preuve de la confusion entre les deux personnages.

189 Sur le piège tendu par Léon à Bohémond ; voir Bustān, 151 et n. 8, dont la version est légèrement différente de celle d’Ibn Šaddād. Par ailleurs, Abū Šāma ne cite pas Ibn Abī Ṭayyi’ à ce sujet. Voir aussi Michel le Syrien, R.H.C. Arm., I, 404 ; Bar Hebraeus, 343-344- ; Sempad, Chronique, R.H.C. Arm., I, 631-632 ; Cahen, SN., 583.

190 Sans doute le fils de Sibylle, sa troisième femme (Cahen, SN., 583, n. 7).

191 S’agit-il de Raymond, fils ainé de Bohémond, que le peuple d’Antioche (qui venait de proclamer la commune) avait reconnu pour seigneur en attendant la libération de Bohémond ? Voir Cahen, SN., 584.

192 Bohémond fils cadet de Bohémond III et comte de Tripoli depuis 583/1187.

193 Il s’agit en fait d’Henri de Champagne devenu roi de Jérusalem (et non de Chypre) en épousant la princesse héritière Isabelle. Cf. Cahen, SN., 585-586 ; Runciman, Crusades, III, 89-90. Toutefois il ne fut pas prisonnier de Ṣalāḥ al-Dīn et Ibn Abī Ṭayyi’ le confond peut-être avec le roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, fait prisonnier à Ḥiṭṭīn par le sultan ayyoubide. Cf. supra, p. 253, n. 5.

194 Ibn Abī Ṭayyi’ qui est la source d’Ibn Šaddād, confond à nouveau le patriarche Aimery d’Antioche et Bohémond III qui ne mourut qu’en 597/1201 (cf. Bustān, 152, où l’auteur parle de la mort du patriarche Quṣayr).

195 Le fils aîné de Bohémond III, Raymond, qui avait été désigné par Bohémond comme son successeur, mourut du vivant de son père. S’ouvre alors à Antioche, une longue guerre de succession entre le fils cadet de Bohémond III, Bohémond de Tripoli, et Léon le souverain arménien, dont la nièce avait épousé Raymond et lui avait donné un fils, Raymond Rupen qui pouvait prétendre au trône. Sur ces événements, voir Cahen, SN., 596-623.

196 Sur la politique d’alliance de Bohémond IV avec le prince ayyoubide d’Alep, voir Cahen, SN., 609-610.

197 Cf. Zubda, III, 155 à 158.

198 De plus Léon rendit tous les prisonniers musulmans qui étaient en sa possession (Zubda, III, 158 ; Mufarriğ, III, 171).

199 Sur la prise d’Antioche par Léon, voir Cahen, SN., 621-622. La source d’Ibn Šaddād est sans doute encore Ibn Abī Ṭayyi’ (cf. infra où il est question du patriarche Nuṣayr que l’auteur confond toujours avec Bohémond III).

200 C’est en 591/1195, lors du mariage de son fils avec Alice nièce et héritière de Léon que Bohémond III avait fait jurer aux barons de reconnaître Raymond comme son successeur. Cf. Cahen, SN., 586 et supra, p. 257, n. 5.

201 Voir supra, p. 255, n.3.

202 Voir supra p. 258.

203 Le patriarche d’Antioche Pierre Ier d’Angoulême, qui, dès le début de son patriarcat s’opposa à Bohémond III. Cf. Rey, Dignitaires, 138 ; Cahen, SN., 612.

204 Selon d’autres sources (cf. Cahen, SN., 613, n. 41) le patriarche d’Antioche fut soumis au supplice de la soif dans sa prison, finit par boire l’huile de sa lampe et mourut à la fin du printemps 604/1208.

205 Le nouveau patriarche latin avait été élu à la fin de l’année 1208 par les chanoines d’Antioche. Il s’agit de Pierre II (1209-1217) ancien abbé de Locedio. Cf. Rey, Dignitaires, 139-140 ; Cahen, SN., 616.

206 Sur l’ordre des Hospitaliers à Antioche, voir Cahen, SN., 510 sq.

207 Porte au nord d’Antioche d’où partait la route d’Alep. Cf. Cahen, SN., 129 ; Elisséeff, ND., 198.

208 Marqab, importante forteresse de la principauté d’Antioche au nord de Ṭarṭūs à l’ouest du Ǧabal Baḥrā’ (carte IV, A5). Cf. Van Berchem, Voyage, 292 sq. ; Cahen, SN., 171-172.

209 A cette époque les bonnes relations du prince Bohémond et d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī qui était déjà intervenu plusieurs fois pour empêcher Léon de s’approprier Antioche, connaissaient quelques difficultés dont le prince arménien espérait tirer parti. Cf. Cahen, SN., 621. Sibṭ b. al-Ǧawzī (VIII, 572) dit qu’il se trouvait auprès d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, lorsque le gouverneur de Ḥārim lui annonça la prise d’Antioche par Léon. Ibn Šaddād rapporte ce récit pour l’année 600/1203 (cf. supra, p. 258).

210 En fait Raymond Rupen ne devait régner à Antioche que trois ans. Bohémond IV reprit le pouvoir en 1219 et mourut en 1233. Trois de ses descendants portèrent encore le titre de prince d’Antioche. Cf. Cahen, SN., 628 sq.

211 Sur la prise d’Antioche par le sultan Baybars, voir Maqrīzī, 567-568, trad. I, (2) 52-55 ; Ibn‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ, 307 sq.

212 Maqrīzī (568, trad. I, (2), 54) dit que « chacun apporta l’argent monnayé, les bijoux d’or et d’argent que l’on amoncela de manière à former des collines. Tout fut partagé entre les vainqueurs ... Les jeunes gens furent répartis entre tous les assistants ... On se partagea les femmes, les jeunes filles et les enfants. Un enfant en bas âge se vendait douze dirhams et une jeune fille cinq ».

213 Toute la fin du récit sur Antioche est rajoutée en marge (voir aussi supra, p. 82) dans le manuscrit du Vatican ce qui montre bien qu’il fut recopié du vivant même de l’auteur, et que la première version avait été rédigée avant 676/1277.

214 Sur ces successeurs de Baybars.voir supra, p. 83.

215 Sur cet ancien émir de Baybars, voir supra, p. 83 n. 2.

216 Sur la signification du mot « manšūr » diplôme de concession territoriale) , voir les remarques de Quatremère dans Maqrīzī, trad. I (1), 200 n. 82.

217 Ibn Šaddād fait sans doute allusion ici à sa biographie du sultan Baybars mentionnée plus haut. Cf. supra, p. 217.

218 Place-forte dans la passe du même nom au sud de l’Amanus au nord-ouest du lac d’Antioche sur la route d’Antioche vers la Cilicie (carte IV, D5). Tout le début du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à la fin de la citation d’al-Balāḏurī) est emprunté à la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 96 v°-97 v°. Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 407 ; Canard, Hamdanides, 228 ; Elisséeff, ND., 196-197 ; EI2, art. « Bagẖrās » (Cl. Cahen).

219 Sur cet auteur, voir supra, p. xxxi.

220 Sur Zubayda, femme du calife Hārūn al-Rašīd, voir supra, p. 98.

221 Futūḥ, 148, trad. 228.

222 Sur Maslama b. ‘Abd al-Malik, voir supra, p. 6.

223 ‘Ayn al-Silawwar [ou Sallawr] est la source du Nahr Yaġrā (Murad Pacha) dont les eaux avec celles du ‘Afrīn et du Nahr al-Aswad (Qara Su) viennent former le lac d’Antioche et les marécages qui le prolongent vers le nord. Ce fleuve était rempli d’herbes aquatiques et de poissons (Silawwar) dont la source tire son nom. Cf. Cahen, S.N., 133 ; Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 13 v°) l’appelle aussi « lac d’Antioche ». (Noter que l’expression « je dis » n’est pas d’Ibn Šaddād mais d’Ibn al-‘Adīm que notre auteur recopie).

224 Cf. Futūḥ, 167, trad. 258.

225 En 223/837-38. Sur ‘Ammūrīya (Amorium), voir supra, p. 164.

226 Al-Balāḏurī et Ibn al-‘Adīm (op. cit.), ajoutent que les soldats emmenaient aussi leurs femmes ce qui rend la phrase suivante plus compréhensible.

227 Sur le maḥmal, cf. EI1, art. « Maḥmal » (F. Buhl).

228 Sur al-Mu‘taṣim bi-Llāh (218-227/833-842), voir supra, p. 89.

229 Il vaut sans doute mieux lire 351/962-963 car nous n’avons nulle part trouvé mention de cette expédition en 51/671. Par contre Ibn al-Aṯir (Kāmil, VIII, 539) dit qu’après la prise de ‘Ayn Zarba en 351/962-63, les habitants de Baġrās envoyèrent au Domestique un tribut de 100.000 dinars.

230 Voir supra, p. 241 où il est dit que c’est Nicéphore qui fit reconstruire la forteresse et y installa Michel Burtzes et non Pierre Phocas (al-Ṯurbāzī).

231 En 477/1084-85. Voir supra, p. 245.

232 Sur les possessions des Templiers en Syrie du Nord, voir Cahen, SN., 512. Il ne semble pas pourtant que les Templiers aient été en possession de Baġrās avant le milieu du vie /xiie siècle.

233 Al-Iṣfahānī (cité par Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 377-379) nous dit que Ṣalāḥ al-Dīn remit Baġrās et Darbsāk au seigneur de ‘Azāz ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ǧandar et que quelques années plus tard ‘Alam al-Dīn l’évacua et l’abandonna avant que Léon l’Arménien ne vint l’occuper en 587 ou 588/1191-92. Le récit de l’auteur d’al-Bustān, 147, 149, est assez proche de celui d’al-Iṣfahānī puisqu’il place la prise de Baġrās en 584/1188-89 et la destruction de la citadelle ainsi que son occupation par Léon en 587/ 1191. Il est en tous cas certain que les Arméniens la reconstruisirent avant 589/1193 date à laquelle Léon tend un piège à Bohémond dans cette citadelle. Voir supra, p. 257 et Cahen, SN., 582.

234 Ibn Šaddād fait ici une confusion dans les dates. On sait que Baġrās reprise par les Arméniens en 1191 fut constamment réclamée par les Templiers à qui elle appartenait avant la conquête de Ṣalāḥ al-Dīn. Or en 606/1209, Kayẖusraw et al-Malik al-Ẓāhir, encouragés par Bohémond d’Antioche attaquaient le roi de Cilicie et dans le pacte qui suivit, celui-ci dut accepter de rendre Baġrās aux Templiers (cf. Zubda, III, 160). Cependant ce traité ne fut pas appliqué (cf. Abū Šāma, R.H.C. Or., V, 155) et Baġrās ne fut restituée aux Templiers par Léon qu’en 613/1216 sans l’intermédiaire cette fois du prince d’Alep. Voir Cahen, SN., 614 et 621.

235 Mort en 634/1236.

236 Sur les offensives des Templiers en direction du territoire d’Alep contre l’avis de Bohémond V d’Antioche, voir Cahen, SN., 650. Le Maître des Templiers à Antioche n’était pas frère Thomas comme semble le penser Ibn Šaddād, mais Guillaume de Montferrat.

237 Sur al-Malik aI-Mu‘aẓẓam Tūrān Šāh (m. 658/1260), voir supra, p. 59. n. 5.

238 Sur ces événements, le récit d’Ibn Šaddād est très proche de celui d’Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 230-232) bien que celui-ci ne mentionne ni les raisons qui poussèrent al-Mu‘aẓẓam à rentrer à Alep, ni la captivité de frère Thomas (ont-ils utilisé une source commune ?).

239 Bohémond V (1233-1251) qui était comme son père en bons termes avec les Alépins. Cf. Cahen, SN., 650.

240 A la mort d’al-Ašraf de Damas (m. 635/1237), le souverain ayyoubide d’Égypte n’ayant pas reconnu son successeur s’empara de Damas. Alep qui avait soutenu Damas contre al-Malik al-Kāmil craignait donc aussi une attaque.

241 Sur cette forteresse, voir infra, p. 267.

242 Le maître de Ǧubayl (l’antique Byblos), à cette époque-là, était Guy de Giblet. Sur ces événements, voir Cahen, SN., 650.

243 Ḥağar Suġlān ou la Roche de Roissol des Francs (act. Tchivlan Kale), place-forte dans l’Amanus méridional qui était encore aux mains des Templiers. Cf. Cahen, SN., 142-144 et 512.

244 Darbsāk avait appartenu aux Templiers mais depuis 584/1188 elle était aux mains des Musulmans. Cf. Cahen, SN., 512.

245 En 638/1241, lorsque les Ḫwarizmiens dévastèrent toute la région d’Alep (Zubda, III, 248 sq). Sur les Ḫwarizmiens et leurs incursions en Syrie du Nord, voir Cahen, SN., 636 sq.

246 En 666/1268. Voir aussi le récit de Maqrīzī, 570, trad. I, (2), 56.

247 Sur Šams al-Dīn aq-Sunqur al-Fāriqānī , voir supra, p. 216. Sur le titre de Silaḥdār qui s’appliquait à un officier qui « portait chacune des pièces de l’armure destinée au sultan et les présentait à ce prince lorsqu’il en avait besoin », voir les remarques de Quatremère dans Maqrīzī, trad., I, (1), 159, n. 36.

248 C’est-à-dire le lac d’Antioche appelé aussi lac de Baġrās. Voir supra, p. 263.

249 Forteresse au sud-est du défilé de Ḥağar Šuġlān, point de passage et carrefour important qui domine la rive droite du Nahr al-Aswad. Elle n’est pas citée avant la période franque. Par ailleurs, elle n’est pas décrite par Ibn al-‘Adīm dans sa Buġya qui ne fait que la mentionner (cf. note suivante). Cf. Le Strange, Palestine, 436 ; Dussaud, THS., 435-436 ; Cahen, SN., 144 ; Elisséeff, ND., 195.

250 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 25 v°) précise que Darbsāk se trouve dans le Ǧabal al-Aswad, branche orientale du Ǧabal al-Lukkām (sur lequel, voir supra, p. 94), et que le Nahr al-Aswad coule à l’est de la forteresse.

251 Sans doute lors de la formation du royaume de Petite Arménie en Cilicie après 473/1080-81.

252 Ibn Šaddād semble ignorer qu’à cette époque la forteresse appartenait aux Templiers. Sa conquête par Ṣalāḥ al-Dīn eut lieu juste avant la conquête de Baġrās. Voir les récits d’al-Iṣfahānī et d’Ibn Šaddād dans Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 375-76 ; Kāmil, XII, 17-18 ; Zubda, III, 106.

253 Il s’agit du fils du seigneur de ‘Azāz, ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ǧandar à qui Ṣalāḥ al-Dīn avait remis Baġrās et Darbsāk en 584/1188-89. Cf. Zubda, III, 106, et supra, p. 53.

254 Voir Zubda, III, 139 (qui est peut-être la source d’Ibn Šaddād). Sayf al-Dīn se trouvait alors malade à Alep.

255 Il s’agit de l’incident qui opposa al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī au lieutenant de Sayf al-Dīn devant la citadelle de ‘Azāz (cf. supra, p. 53), à la suite duquel Darbsāk fut enlevée à Sayf al-Dīn.

256 ‘Alam al-Dīn Qayṣar al-Rūmī ou al-Naṣrāni, ancien émir Ǧandar de Ṣalāḥ al-Dīn (cf. Quatremère, dans Maqrīzī, trad. I, (2), 14, n. 15 sur le titre d’émir Ǧandar). Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 178) dit que c’est l’atabeg Ṭuġrīl qui donna Darbsāk en iqṭā‘ à Qayṣar en 613/1216.

257 Cf. supra, p. 54.

258 Sur la rebellion de Qayṣar, voir Zubda, III, 181-182 (mais Ibn al-‘Adīm n’est pas la source d’Ibn Šaddād).

259 Sur Constantin de Lampron, régent d’Arménie de 1221 à 1226, fondateur de la dynastie héthumide d’Arménie, voir Nersessian, « Cilician Arménia » dans Setton, Crusades, II, 651-652 et tableau généalogique de la dynastie dans Runciman, Crusades, III, Appendix III. En 656/1258 son fils Héthum (1226-1269) recevait de ses alliés, les Mongols, Burğ al-Raṣāṣ, Marzabān et Ra‘bān.En 1261, il acquit Bahasnā et Hūlākū lui donna aussi Darbsāk. Cf. Cahen, SN., 705.

260 Sur la conquête de Darbsāk par le sultan Baybars, voir aussi le récit de Maqrīzī, 551-552, trad. I, (2), 33-34.

261 Cf. supra, p. 74.

262 Héthum dut rendre Darbsāk en même temps que toutes ses possessions syriennes : Sīḥ al-Ḥadīd, al-Zūb, Marzabān et Ra‘bān. Il ne conserva que Bahasnā. Cf. Cahen, SN., 718 et supra, p. 73-74.

263 Localité près d’Antioche sans doute proche du lac d’al-‘Amq. La source d’Ibn Šaddād est la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 130 r°. Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 424 ; Canard, Hamdanides, 229 et supra, p. 242.

264 Futūḥ, 167, trad. 258.

265 Place-forte sur le versant occidental du Ǧabal Sam‘ān au nord-est de ‘Imm qui protégeait la route d’Alep à Antioche (Cf. carte I). Nous n’avons pas trouvé sa description dans la Buġya d’Ibn al-‘Adīm. Cf. Le Strange, Palestine, 547, Dussaud, THS., 225-227 ; Canard, Hamdanides, 230 ; Tchalenko, III, 126-127 ; Elisséeff, ND., 192.

266 En 491/1098. Voir supra, p. 246.

267 Artāḥ non loin de l’actuelle Reyhanli, près de ‘Imm (Cf. carte I). Il n’en reste plus rien aujourd’hui. Nous n’avons pas trouvé la description de cette ville dans la Buġya d’Ibn al-‘Adīm. Cf. Le Strange, Palestine, 399 ; Cahen, SN., 134 ; Canard, Hamdanides, 230 ; Tchalenko, III, 114 ; Elisséeff, ND., 190-191.

268 M. Cahen (SN., 134) mentionne une église fortifiée dans la ville. Artāḥ était d’ailleurs le siège d’un évêché (Zubda, II, 12-13).

269 R. Dussaud rapproche ces villages de Ḥarbīya, Buğdādīya et Ma‘šūqīya situés dans les environs d’Antioche (Cf. THS., 227).

270 Sans doute en 358/969 lorsque Nicéphore s’empara d’Antioche. Cf. supra, p. 242.

271 Sur le mirdaside Ṯimāl b. Ṣāliḥ (429-454/1037-1062), voir Zubda, I, 255-288.

272 Il faudrait lire ici 454/1062 date à laquelle Artāḥ fut rendue aux Grecs après un traité de paix (Zubda, I, 287).

273 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 12-13) place cet événement le 27 ša‘bān 460/1er juillet 1068. Son récit est peut-être la source d’Ibn Šaddād.

274 Aṯārib, actuelle Terib, à l’ouest d’Alep au carrefour des routes d’Alep à Antioche et au Rūğ. Cf. Le Strange, Palestine, 403 ; Dussaud, THS., 219-220 ; Cahen, SN., 154.

275 Arṯāḥ lors de sa conquête par les Francs était occupée par une colonie importante d’Arméniens. Sur la conquête de la ville, voir Zubda, II, 131 ; Cahen, SN., 209 et n. 11.

276 Les Arméniens déçus par les Francs livrèrent la ville à Riḍwān. Cf. Zubda, II, 150 ; Cahen, SN., 239. Sur al-Malik Riḍwān d’Alep, voir supra, p. 8.

277 Bataille qui eut lieu en ša‘bān 498/avril 1105 près de Tīzīn ; cf. Zubda, II, 150 ; Cahen, SN., 241-242.

278 Cf. Kāmil, XI, 122 ; Zubda, II, 291 ; Elisséeff, ND., 409.

279 La victoire de Nūr al-Dīn à Artāḥ contre les Francs eut lieu en 559/1164, (Zubda, II, 319-321) alors qu’Ibn Šaddād situe les événements dont il parle en 545/1150 (voir infra). C’est pourquoi il faut peut-être lire Innib (ou Inab) au lieu d’Artāḥ (voir note 5).

280 Sur cet émir kurde (m. 564/1169), oncle de Ṣalāḥ al-Dīn, qui avait en apanage la région de Ḥimṣ, voir Ibn Šaddād, Nawādir, R.H.C. Or., III, 48-49 et 408-409 ; Ibn Ḫallikān, II, 479-481 ; EI1, art. « S̱ẖīrkūh » (G. Wiet).

281 « Armaġān » (cadeau) mot d’origine turque, est encore employé de nos jours en Syrie du nord (je remercie Madame Samia Jamil-Koubat des éclaircissements qu’elle m’a fournis à ce sujet).

282 Sans doute lors de la victoire des Musulmans sur les Francs devant Innib en 544/1149-50, où Šīrkūh joua un grand rôle d’après Ibn Abī Ṭayyi’ cité par Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 63-64. Il est d’ailleurs possible qu’Ibn Šaddād ait extrait cette anecdote de l’ouvrage d’Ibn Abī Ṭayyi’.

283 Sur al-Malik al-Qāhir Muḥammad Nāṣir al-Dīn qui avait épousé sa cousine surnommée Sitt al-Šām, et qui était comme son père maître de Ḥimṣ, voir Ibn Ḫallikān, II, 480 ; Zambaur, 101.

284 Sur la descendance d’Asad al-Dīn Šīrkūh, voir Ibn Ḫallikān, II, 480-481 ; Zambaur, 101. Sur Bayda Ḫātūn ou Bābā Hātūn, co-fondatrice en 655/1257 de la petite madrasa ‘Adīlīya à Damas, voir Ibn Ḫallikān, I, 615 ; Sauvaire, Description de Damas, (Mai-juin 1894), 424.

285 Sur al-Malik al-Ašraf Mūsa (m. 662/1263-64), voir supra, p. 66.

286 Il ne peut s’agir d’al-Malik al-Ẓāhir Muğīr al-Dīn Dā’ūd, fils de Ṣalāḥ al-Dīn, né en 573/1177-78, grand-oncle maternel d’al-Malik al-Ašraf (son père Ibrāhīm avait épousé la fille d’al-Malik al-Afḍal) (Zubda, III, 151) car il mourut en 632/1234-35 (Ibn Ḫallikān, II, 257-258). Al-Ašraf avait-il un autre oncle portant le même nom ou est-ce là une erreur d’Ibn Šaddād ?

287 Les propriétés immobilières étaient, en effet, divisées en vingt quatre parts (sahm) quelle que soit leur dimension. Chaque part représentait donc un pourcentage de la terre (ce système est encore appliqué de nos jours).

288 Sur l’émir Badr al-Dīn Baysarī, voir supra, p. 220. Maqrizī, (880, trad. II, (2) 138) nous dit qu’il fut successivement affranchi de Šams al-Dīn Sarā Sunqur et d’al-Malik al-Ṣāliḥ. Le texte d’Ibn Šaddād est plus ambigu et laisserait penser que Sarā Sunqur (sur lequel nous n’avons rien trouvé par ailleurs) était lui-même affranchi d’al-Malik al-Ṣāliḥ.

289 Sur al-Malik al-Ṣāliḥ Nağm al-Dīn Ayyūb (m. 647/1249) fils aîné d’al-Malik al-Kāmil voir EI1, art. « al-Ṣāliḥ Nadjm al-Dīn Aiyūb » (M. Sobernheim).

290 Actuelle Altintaškale près du Nahr ‘Arabān, à l’ouest de la grande boucle de l’Euphrate (carte IV, F8). Voir la traduction du récit d’Ibn Šaddād concernant Ra‘bān dans Canard, Extraits, 197. La première partie est recopiée sur la Buġya, I, 141 r° (jusqu’au vers d’Abū Firās). Voir par ailleurs Cahen, SN., 119-120 ; Canard, Hamdanides, 277 ; Elisséeff ND., 164.

291 Il n’en reste aujourd’hui qu’un dessin d’enceinte sur le sol d’après Cahen, SN., 119.

292 Sur la parasange, voir supra, p. 28.

293 Des tremblements de terre en 340/951-52 avaient détruit de nombreuses constructions sur le territoire d’Alep et des marches ; cf. Canard, Hamdanides, 771-772.

294 En 340/951-52. Ra‘bān fut reconstruite à peu près au même moment que Mar‘aš (cf. supra, p. 195). Cf. Abū Firās, 116, 139-140, trad. Canard, Extraits, 356-57 ; Hamdanides, 772.

295 Sur Abū Firās, voir supra, p. 195.

296 Cf. Abū Firās, 110 et commentaire p. 125. M. Canard, Extraits, 197, donne la traduction non corrigée d’Ibn Šaddād et p. 353 la traduction des vers d’Abū Firās. Nous proposons toutefois une troisième traduction car par « yu‘īduhā » nous pensons que le poète veut dire qu’il restaurera la ville plutôt qu’il « ne ramènera ses chevaux ».

297 Cf. supra, p. 63.

298 Sur ce traité, voir supra, p. 243 et Canard, Hamdanides, 833 à 837. Yaḥyā b. Sa‘īd (P.O., XVIII, 86) et Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 163-168) nous disent que Ra‘bān fut conquise par les Grecs avec Dulūk et Mar‘aš dès 351/862.

299 Sur Afšīn b. Bakğī, chef turc, qui après avoir tué Gumuštukīn, chef d’armée d’al-Malik al-‘Ādil Alp Arslān pilla en 459-60/1066-68 la région de Dulūk (cf. infra, p. 277) et Antioche, voir Zubda, II, 11-12 ; Cahen, Première pénétration, 25,.

300 Sur Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān, voir supra, p. 68. Celui-ci reprit Ra‘bān en même temps que Kaysūm, Bahasnā et Marzabān lors du démantèlement du comté d’Edesse. Sur ces événements, voir aussi Bustān, 129 ; Cahen, SN., 387.

301 C’est-à-dire en 550/1155.

302 En même temps que Mar‘aš et Bahasnā sans doute (cf. supra, p. 72), bien que Michel le Syrien (R.H.C. Arm., I, 347) dise que Ra‘bān et Kaysūm ne se rendirent pas à Nūr al-Dīn par crainte de représailles de la part du sultan seldjouqide de Rūm. Cf. Elisséeff, ND., 547.

303 M. Cl. Cahen, (SN., 404) et M. Elisséeff (ND., 547) placent la prise de Ra‘bān par Nūr al-Dīn en 555/1160 seulement et ne la mentionnent pas dans les conquêtes de 550/1155. Par ailleurs nous n’avons pas trouvé d’autres sources confirmant la prise de Ra‘bān en 550/1155.

304 Voir le récit de la révolte du gouverneur de Ra‘bān, Sarbak, en 592/1195-96 contre al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī dans Zubda, III, 139-140.

305 En rabī‘ I 615 (28 mai-26 juin 1218), lorsque le souverain seldjouqide essaya de s’emparer avec l’alliance d’al-Malik al-Afḍal de la Syrie du Nord au dépens du jeune fils d’al-Malik al-Ẓāhir, al-Malik al-‘Azīz. Cf. Zubda, III, 181-183 ; Cahen, SN., 627-628. Voir aussi supra, p. 54 n. 3.

306 Dans la région duquel il se trouvait en expédition contre les Francs (Zubda, III, 180). Sur cette célèbre citadelle, voir EI2, art. « Ḥiṣn al-Akrād » (N. Elisséeff).

307 Haytūm ou Héthum I (1226-1269). Sur son alliance avec les Mongols, voir supra, p. 73, n. 3.

308 En 666/1267-68. Voir supra, p. 74.

309 Dulūk, l’ancienne Doliché place-forte au pied de l’extrémité nord du Kurd Dagh dans la haute vallée du Nahr Kerzin (carte IV, F8). Le début du texte d’Ibn Šaddād (jusqu’à la fin du récit de la conquête par al-Balāḏuri) est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, 141 r°-v°). Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 438 ; Cahen, SN., 115 ; Canard, Hamdanides, 232 ; Elisséeff, ND., 166 ; EI2, art. « Dulūk » (D. Sourdel).

310 Cette phrase de Ya‘qūbī est citée par Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 141 r°) dans sa notice sur Ra‘bān.

311 Dā’ūd ou le David de la Bible devenu Prophète dans la tradition musulmane. Voir al-Harawi, Ziyārāt, trad., II, n. 6 ; EI2, art. « Dā’ūd » (Carra de Vaux).

312 Ūriyā ou Urie le Hittite, personnage biblique dont la tombe à Qūrus (Cyrrhus) reste encore un but de pèlerinage sous le nom de Nabī Ūrī. Le monument qui contient son cénotaphe en bois d’époque mamelouke est antique et se situe au pied de la colline occupée par les ruines de l’ancienne Cyrrhus. Voir infra, p. 278 ; al-Harawī, Ziyarāt, 5, trad. 10 et n. 2 ; Sourdel-Thomine, Cénotaphe, 134-136.

313 Cf. Futūḥ, 150. trad. 231.

314 Voir infra, p. 286.

315 En même temps que Ra‘bān et Mar‘aš. Voir supra, p. 103.

316 Sur ce chef turc, voir supra, p. 274, n. 6. Voir aussi le récit de ces événements dans Zubda, II, 11.

317 Sur ce commandant appelé Gumustukin, chef turcoman qui mena des incursions le long de la frontière byzantine, préparant en quelque sorte les expéditions du sultan seldjouqide Alp Arslān, voir Cahen, Première pénétration, 25.

318 La même année que la prise d’Antioche. Voir supra, p. 244.

319 Il faut sans doute lire « les Francs en prirent possession », à moins que les Grecs ne la remirent ensuite à Joscelin, car elle fit partie du comté d’Edesse (nous n’avons trouvé dans aucune autre source l’évocation de sa conquête par les Francs).

320 Lors du démantèlement du comté d’Edesse, quelques mois avant la conquête de Ra‘bān Voir supra, p. 68.

321 Voir supra, p. 68.

322 Qūrus, l’antique Cyrrhus sur le versant oriental du Kurd Dagh au nord-ouest de ‘Azāz dans la haute-vallée de Nahr ‘Afrīn (carte IV, E7). Au vie/xiie siècle ce n’était déjà plus qu’un village. Tout le récit, sauf le paragraphe concernant la période des croisades et les revenus de la région, est recopié sur la Buġya, I, fol. 141 v -142 r ». Voir par ailleurs, Le Strange, Palestine, 489 ; Cumont, Études syriennes, 221-236 ; Dussaud, THS., 471 ; Cahen, SN., 139 ; Canard, Hamdanides, 231 ; Elisséeff, ND., 184-185.

323 Sur Urie le Hittite, voir supra, p. 277.

324 Cf. Futūḥ, 149, trad. 230.

325 Ǧibrīn, village à l’est d’Alep près de Nayrab (carte IV, C7) sur lequel, voir Yāqūt, II, 101 ; Zubda, I, 204, n. 3 ; Le Strange, Palestine, 464 ; Dussaud, THS., 473. Sur ‘Azāz, voir supra, p. 46.

326 Le nom de cette localité est incertain. Šarqīnā est le nom donné dans l’édition d’al-Balāḏurī par De Goeje. Ibn Šaddād écrit S.r.q.t.nā (Sarqatanā ?). Ibn al-‘Adīm, Buġya, I, 142 r° écrit : Sarqīnā. Il faut sans doute le rapprocher de « Sorqanié ou Surkanya » dans le Ǧabal Sam‘ān. Cf. Lammens, Les Yézidis de Syrie, 382.

327 Nicopolis, actuelle Islahiye au nord de l’Amanus, à l’est de la vallée du Ḥamūs (carte IV, E6) qui constituait dès la haute antiquité une zone de passage vers la Cilicie. Cf. Cahen, SN., 145 ; Canard, Hamdanides, 279.

328 Sur l’emploi de « ṭāli‘a », « corps de troupe plus ou moins nombreux comprenant parfois 1 500 ou 2 000 hommes qu’on envoie chaque année au printemps pour tenir garnison dans une place-frontière et qui retourne en automne », voir Dozy, Supplément, II, 55.

329 Les manuscrits comportent tous une lacune à cet endroit. Qūrus resta en possession des Musulmans jusqu’en 1098 lorsqu’à la faveur de la première croisade, un chef arménien Pakrad s’y installa. Baudoin d’Edesse s’en empara en 1117 après avoir annexé Ra‘bān et Kaysūm en 1116. Cf. Grousset, I, 493-494.

330 En 546/1151-52 après la conquête de ‘Azāz. Cf. Kāmil, XI, 155 ; Zubda, II, 302-303 ; Cahen, SN., 386-387. Nūr al-Dīn fit crever les yeux de Joscelin qui ne mourut en captivité que neuf ans plus tard.

331 Sur le terme de ḫubz dans le sens d’iqṭā‘, voir supra, p. 55.

332 Soir un revenu global de 240.000 dirhams.

333 Futūḥ, 149-150, trad. 230.

334 Sur Salmān b. Rabī‘a (m. 30 ou 32/650-52), Compagnon du Prophète, voir bibliographie dans Caetani, Chronog. I, 347 et Mas‘ūdī, Murūğ, VI, 386.

335 Sur Abū Umāma al-Ṣudayy (m. 81/700), voir bibliographie dans Caetani, Chronog., 975 ; al-Harawī, Ziyārāt, 8 et 94 trad. 16 et 213.

336 Ziyād donna son nom à Ḥiṣn Ziyād, l’actuelle Khartpert (Kharput), Cf. Yāqūt, II, 355 ; Canard, Hamdanides, 260-261 et n. 512. EI2, art. « Khartpert » (Cl. Cahen).

337 Localité sur l’affluent de l’Euphrate qui porte son nom, au sud de Bahasnā, (carte IV, F8). Tout le récit (sauf la dernière phrase) est recopié sur la Buġya, I, fol. 142 r°. Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 475 ; Cahen, SN., 120 ; Canard, Hamdanides, 269 ; Elisséeff, ND., 164.

338 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4. Buldān, 231 (extraits).

339 Naṣr b. Šabaṭ, partisan d’al-Amīn dont la rebellion s’étendit en Ǧazīra en 209/824. Cf. EI2, art. « Ḏjazīra » (M. Canard).

340 Gouverneur du Ḫurāsān et fondateur de la « dynastie » ṭahiride du Ḫurāsān. Cf. Ibn Ḫallikān, II, 517-523 ; EI1, art. « Ṭāhir al-Ḥusayn » (W. Barthold).

341 Fils de Ṭāhir (m. 230/840), gouverneur de la Syrie et de la Ǧazīra en 209/824 et du Ḫurāsān sous al-Ma’mūn. Cf. Ibn Ḫallikān, III, 83-89 ; EI2, art. « ‘Abd ‘Allāh b. Ṭāhir » (E. Marin) ; Sourdel, Vizirat, 237.

342 Sans doute l’armée mongole traversa l’Euphrate et remit certaines places au nord de la province d’Alep à son allié arménien Héthum. Voir supra, p. 73.

343 Sur cette ville de Syrie du Nord, située à une trentaine de kilomètres à l’ouest de l’Euphrate, au nord-est d’Alep, l’ancienne Hiérapolis, voir Yāqūt, V, 205 ; Le Strange, Palestine, 500 ; Dussaud, THS., 451 ; EI1, art. « Manbiḏj » (E. Honigmann) ; Canard, Hamdanides, 233 ; Elisséeff, ND., 169-170. Tout le début du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à la dernière citation d’al-Balāḏurī comprise) est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 80 r -83 r ».

344 Ou Hiérapolis « la ville sacrée ». Dans l’antiquité, Hiérapolis était consacrée au Dieu Haddad et à la déesse Atargatis. Des mystères y étaient célébrés et soixante-dix prêtres y résidaient (cf. infra, p. 284 et EI1, art. .« Manbiḏj » (Honigmann).

345 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 80 r ) ajoute : « jusqu’à ce qu’al-Malik al-Zāhir Ġāzī fit le siège de la ville » ... Les remparts de la ville ont aujourd’hui totalement disparu. Seule une levée de terre conservée au nord-est et sans cesse rongée par de nouvelles constructions indique l’emplacement de l’ancienne muraille.

346 Cf. Sūra, 187, trad. 185.

347 Sur ce voyageur andalou du vie/xiie siècle, voir EI2, art. « Ibn Ḏjubayr » (Ch. Pellat) et supra, p. xvii. Cf. Ibn Ǧubayr, Riḥla, 248-249.

348 On peut aussi lire saḥr (l’heure précédant l’aube, considérée comme la meilleure de la nuit) au lieu de siḥr (enchantement).

349 Alors qu’il se trouvait prisonnier des Grecs (voir infra, p. 198) et se souvenait avec nostalgie de sa ville dont il était gouverneur et de ses résidences. Cf. Dīwān, 326-327.

350 Masğid al-Mustağāb (« l’oratoire où les vœux sont exaucés ») était un lieu de pèlerinage à Manbiğ d’après al-Harawī, Ziyārāt, 61, trad. 137.

351 Al-Muṣallā (« l’oratoire »), al-Ǧawsaq al-maymūn (« le palais béni » désignent sans doute les résidences ou les pavillons que possédait le poète dans la région de Manbiğ d’après M. Canard, Hamdanides, 234, n. 452. Al-Suqya (« l’irrigation ») ajoute Ibn al-‘Adīm en marge (Buġya, I, 82 v°) d’après Yāqūt (III, 228), est un village à la porte de Manbiğ, arrosé d’eau, aux nombreux jardins. Elle appartient en bien de main morte (waqf) aux descendants du poète al-Buḥturī.

352 Sawāğīr, pluriel de Sāğūr sur lequel, voir supra, p. 62.

353 Sur cet auteur, voir supra, p. xxi. Cf. Istaḫrī, 62.

354 Ce pont romain célèbre chez les géographes arabes qui le citent parmi les quatre merveilles du monde, a donné lieu à quelques confusions. Certains (Idrīsī dans le Strange, Palestine, 531) l’identifient à Ǧisr Manbiğ (cf. aussi Dussaud, THS., 451). Sur son emplacement réel sur le Gök Su (affluent de l’Euphrate en aval de Sumaysāṭ) un peu en aval du confluent du Nahr Sanğa (ou Sürfaz Tchai) sur lequel se trouvait la ville de Sanğa, voir Le Strange, Lands, 123-124 ; Canard, Hamdanides, 266 et n. 525.

355 Sur Ya‘qūbī, voir supra, p. 4. Cf. Buldān, trad. 231. Ce passage d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, 81 r°). Celui-ci ajoute que Ibn Abī Ya‘qūb se trompe en disant que Manbiğ est sur l’Euphrate et que c’est Ǧisr Manbiğ qui est situé au bord du fleuve.

356 Sur ‘Amr b. al-‘Āṣ, Compagnon du Prophète, voir EI2, art. « ‘Amr b. al-‘Āṣ » (A.J. Wensinck).

357 Sur ‘Abd al-Malik b. Ṣāliḥ, voir supra, p. 149.

358 Ce récit (qu’Ibn Šaddād recopie sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, 81 v°-82r°) est également rapporté par Mas‘ūdī, Murūğ, IV, 271, § 2644 et par Ibn Ḫallikān (d’après Mas‘ūdī) VI, 30.

359 Cf. supra, p. 282, n. 3.

360 Sur Maḥbūb de Manbiğ, voir supra, p. xxxii. Cf. Maḥbūb, P.O., V, 663 sq.

361 Voir supra, p. 281. Dans son article de l’Encyclopédie de l’Islam E. Honigmann propose de lire Qaywān au lieu de Q.y.w.s.

362 Ce passage recopié sur la Buġya, I, 80 v° est assez confus. Il est fait sans doute allusion à la victoire de Nabuchodonosor (604-562) sur le Pharaon d’Égypte Néko (609-594) en 605. Yūyāqīm était à cette époque-là, roi de Juda, et mourut en 598 peut-être assassiné (Livre des Rois, II, 24) ; voir aussi EI2, art. « Bukht Naṣ (ṣ)ar » (G. Vajda). Mas‘ūdī (Murūğ, I, § 112-113) dit aussi que Nabuchodonosor tua le Pharaon d’Égypte. M. Pellat (Murūğ, VII, 555-556) pense qu’il y a confusion de dates et que le Pharaon appelé « le Boiteux » désigne Sheshonq Ier (Shishaq de la Bible).

363 Cf. Buġya, I, 80 v°.

364 Fils du célèbre auteur du Kitāb al-Ansāb (Livre des généalogies) (m. 562/1167). Il mourut à Merw vers 614/1217-18. Cf. Ibn Ḫallikān, III, 212.

365 Ibn al-‘Adīm (op. cit.), écrit « mon père Abū Sa‘d ». Il s’agit bien sûr de Abd al-Karīm al-Sam‘ānī sur lequel voir Ibn Ḫallikān, III, 210-212 ; Elisséeff, ND., 14-16.

366 Sur Ardašīr I b. Bābak Šāh (226-241) fondateur de la dynastie des Sassanides, voir Christensen, Sassanides, 86 sq. ; EI1, art. « Sāsānides » (V.F. Buchner). Sur Chosroès Ier, voir supra, p. 226, n. 2.

367 Cf. Buġya, I, 81 r .

368 Futūḥ, 150, trad. 231.

369 Futūḥ, 150, trad. 232.

370 Voir infra, p. 297.

371 Voir supra, p. xxv.

372 Sur les événements et les personnages qui suivent, voir supra, p. 236 sq.

373 Aḥmad b. Ṭūlūn revint en Égypte en 266/880 après avoir confié le gouvernement de la Syrie du Nord à son ġulām Lu’lu’. En 269/882-83 celui-ci rejoignit le camp d’al-Muwaffaq, abandonna la Syrie du Nord et participa à la lutte contre les Zanğ-s. Cf. Mas‘ūdī, Murūğ, § 3195-96 et VII, 619 ; Z.M. Hassan, Tulunides, 77-81.

374 Ce gouverneur est mentionné par Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 81) qui est peut-être la source d’Ibn Šaddād, sous le nom de Abd Allāh b. al-Fatḥ.

375 Voir supra, p. 174.

376 Voir supra, p. 236. Ibn Šaddād écrit tantôt Abū l-‘Ašā’ir, tantôt Abū l-‘Asākir.

377 Voir supra, p. 237 sq.

378 AJimad b. Kayġalaġ (voir supra, p. 179) qu’il faut distinguer de Isḥāq b. Ibrāhīm b. Kayġalaġ, gouverneur de Ḥimṣ en 332/943-44 (Zubda, I, 105) puis de Tripoli où il mourut en 336/947-48. Un troisième Ibn Kayġalaġ (peut-être le fils d’Isḥāq) fut ensuite au service de Sayf al-Dawla (Zubda, I, 127). Voir Canard, Recueil, 379, Hamdanides, 320, 323 et 495.

379 Voir supra, p. 237. Nous n’avons pas trouvé de ville portant ce nom ; seule la localité de ‘Ariš est signalée dans la région du Ǧifār (Yāqūt. IV, 113 ; Marmadji, 47).

380 Sur ces événements, voir supra, p. 238 sq.

381 Sur ce célèbre poète, voir supra, p. 195. Il existe plusieurs versions de la captivité d’Abū Firās et certains parlent même de deux captivités. Ibn al-‘Adīm (Zubda, I, 131) la situe en 349/960-61. Ibn Ḫallikān dans sa notice biographique du poète (II, 58-64) parle d’une captivité en 348/959-60 et d’une seconde dans la région de Manbiğ en 351/962-63. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, VIII, 545) et Yaḥyā b. Sa‘īd (XVIII, 784) ont choisi 351/962-63 ce qui est sans doute la date la plus probable. Cf. Canard, Recueil, 313, η. 1 et les vers composés par Abū Firās à cette occasion, p. 317 sq. ; Canard, Hamdanides, 808. Nous n’avons pas retrouvé cependant la source d’Ibn Šaddād.

382 Un autre historien arabe, Ibn Ḫālawayh (Canard, Recueil, 314, n. 1) dit aussi qu’Abū Firās fut capturé par Būdurs b. Mardīs. Mardīs qui est aussi appelé parfois Tūdus était le gendre du Domestique Bardas Phocas (Zubda, I, 125 et n. 4) et le beau-frère de l’empereur Nicéphore. Son fils dont il est question ici serait donc le neveu de l’empereur.

383 Cf. Abū Firās, Dīwān, 253.

384 Voir supra, p. 204 où Ibn Šaddād situait sa libération en 354/965.

385 Lu’lu’ al-Ǧarrāḥī, chambellan de Sa‘d al-Dawla et client (mawlā) des derniers Hamdanides, maître d’Alep de 392 à 399/1002 à 1009. Cf. Canard, Hamdanides, 708-710.

386 Fatḥ commandant de la citadelle et ġulām d’al-Manṣūr qui exerçait le pouvoir à Alep depuis la mort de son père Lu’lu’ en 399/1008-09, trahit son maître et s’entendit avec le Mirdaside Ṣāliḥ b. Mirdās d’une part, et d’autre part avec le calife fatimide d’Égypte al-Ḥākim à qui Alep fut en fin de compte remise. Cf. Zubda, I, 209 ; Canard, Hamdanides, 711-712.

387 Territoires dont les revenus étaient partagés sans doute entre Mirdasides et Fatimides.

388 Ibn al-‘Adīm nous dit que Ṣāliḥ b. Mirdās obtint la moitié des revenus « à l’intérieur et à l’extérieur » de la ville d’Alep. (Zubda, I, 213). Par ailleurs, ce n’est qu’en 415/1025 qu’Alep tomba aux mains du Mirdaside. Jusque là les Fatimides en gardèrent la possession. Cf. Canard, Hamdanides, 712.

389 Sur Sābiq b. Maḥmūd b. Mirdās (468-472/1075-1080), voir Zubda, II, 53-70. Était-il déjà à cette époque gouverneur de Manbiğ ou faut-il lire le nom de son père Maḥmūd b. Mirdās (457-467/1065-1074) ? Sur la généalogie des Mirdasides, voir Zambaur, 135. Par ailleurs, Ibn al-‘Adīm situe la prise de Manbiğ par les Grecs en 461/1068-69.

390 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 46) attribue la prise de Manbiğ en 468/ 1075-76 à Naṣr b. Maḥmūd (467-68/1074-76). Sur les conquêtes de Tutuš, voir supra, p. 27.

391 Ḥassān b. Gumuštukīn al-Manbiğī (ou al-Ba‘labakkī) l’un des principaux émirs de Nūr al-Dīn qui lui confia en 546/1151 la surveillance de la Syrie du Nord et le soin de poursuivre le siège de Tall Bāšir. Cf. Zubda, II, 303 ; Elisséeff, ND., 463.

392 Appelé aussi Ibn Zurayq (né en 442/1051) de la famille du célèbre poète Abū l-Ma‘arrī, auteur d’une chronique sur la conquête turque et l’arrivée des Francs ; son œuvre ne nous est connue que par des citations. Cf. Cahen, SN., 40.

393 Sur ces événements, voir aussi Kāmil, X, 255 et Zubda, II, 124.

394 Yūsuf b. Abaq (en compagnie de Yaġī Siyān, gouverneur d’Antioche) s’était révolté contre Riḍwān et son atabeg Ǧanāḥ al-Dawla (Zubda, II, 123-125 ; cf. supra, p. 248.

395 Sur le raīs d’Alep chef souvent tout puissant des aḥdāṭ (sorte de milice populaire), voir Sauvaget, Alep, 96-97 et Cahen, SN., 269, Mouvements populaires, 247 et art. « Futuwwa » dans EI2.

396 Nūr al-Dīn Balak, neveu de l’artuqide Īlġāzī, qui s’empara d’Alep aux dépens de Badr al-Dawla Sulaymān, cousin d’Īlġāzī, en 517-1123 et attaqua Manbiğ l’année suivante. Cf. EI2, art. « Balak » (Cl. Cahen). La source d’Ibn Šaddād est peut-être Ibn al-‘Adīm, Zubda, II, 218-19. Voir la liste des sources à consulter et le récit de ces événements dans Cahen, SN., 295-98 et n. 39.

397 Ḫartabirt ou Ḥiṣn Ziyād, l’actuel Kharput (voir supra, p. 201). Ibn al-‘Adīm dit qu’il fut emprisonné dans Ḥiṣn Bālū (Zubda, II, 218). Yāqūt situe cette forteresse à deux jours de marche de Malaṭya (I, 355).

398 Joscelin Ier, comte d’Edesse (1119-1131).

399 Prince artuqide de Ḥiṣn Kayfā et cousin de Balak ; son fils épousa la fille et unique héritière de Balak. Voir Zambaur, 228 et 230 ; EI2, art. « Balak » (Cl. Cahen).

400 Ibn al-Furāt (III, 75 r ) d’après Ibn al-Ǧawzī, situe aussi la mort de Ḥassān en 549/1154-55. (Ibn al-Aṯir et Ibn al-‘Adīm mentionnent Ḥassān cette année-là devant Tall Bāšir mais ne parlent pas de sa mort). En 562/1166-67 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 324-325) dit que Manbiğ était en possession de Ġāzī fils de Ḥassān qui en hérita à la mort de son père. Par ailleurs, Ibn Šaddād, (A‘lāq, Ǧazira, 106) situe la mort de Ḥassān en 542/1147-48 ( ?) ; il ajoute que son fils Sayf al-Dīn Ayyūb lui succéda et qu’à la mort de celui-ci en 549/1154-55 son fils Ġāzī hérita de ses possessions. Tout cela montre bien la difficulté d’établir la chronologie exacte de ces événements. Nous inclinons à penser, toutefois, avec Ibn al-‘Adīm et Ibn al-Aṯir (Kāmil, XI, 329) que c’est Ġāzī b. Ḥassān qui succéda à son père à Manbiğ.

401 Sur cette place-forte, voir infra, p. 297.

402 Sur cette révolte, voir Elisséeff, ND., 618.

403 Sur ces deux officiers de Nūr al-Dīn, voir supra, p. 10, n. 6 et p. 16, n. 2.

404 Voir supra, p. 11, n. 1.

405 Frère de Ġāzī b. Ḥassān, gouverneur d’al-Ruhā depuis 539/1144-45. Cf. A‘lāq, Ǧazīra, 95 et Elisséeff, ND., 618.

406 Lorsqu’en 571,’1176, une bataille opposa au sud d’Alep Ṣalāḥ al-Dīn aux troupes de Sayf al-Dīn de Mossoul venues défendre le jeune al-Malik al-Ṣāliḥ fils de Nūr al-Dīn. Sur ces événements, voir Zubda, III, 27 ; Cahen, SN., 416.

407 Voir supra, p. xxv.

408 Sur le siège de Manbiğ, voir Zubda, III, 28 ; Abū Šāma, R.H.C. Or., IV, 182.

409 Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm ne mentionnent pas cet émir et nous n’avons pas trouvé d’autres renseignements sur lui.

410 Sur al-Malik al-Muẓaffar b. Šāhinšāh, prince de Ḥamā, voir supra, p. 116.

411 Sur cette place-forte, voir supra, p. 201.

412 Voir supra, p. xlii, et n. 1.

413 ‘Izz al-Dīn (m. 597/1200-01) fils de Šams al-Dīn b. al-Muqaddam, nommé gouverneur de Damas en 578/1182-83 par Ṣalāḥ al-Dīn possédait aussi avec Apamée, Kafartāb et vingt cinq domaines dans la région de Ma‘arra (Abū l-Fidā’, R.H.C. Or., I, 77). Cf. Elisséeff, ND., 695, 698 et supra, p. 58.

414 Le château de Bārīn voisin de celui de Rafānīya, fut construit par les Francs au sud-ouest de Ḥamā, au sud de Šayzar et fut conquis par Zengī en 531/1137. Cf. Le Strange, Palestine, 420 ; Cahen, SN., 358 ; Elisséeff, ND., 225.

415 Sur ces événements, voir Zubda, III, 145 et 148 (ne semble pas être la source d’Ibn Šaddād) ; Mufarriğ, III, 101 et 114 ; Abū l-Fidā’, R.H.C. Or., I, 76-77 qui utilise peut-être la même source que notre auteur.

416 Manbiğ, Qal‘at Nağm, Kafartāb et Apamée qui appartenaient à Ibn al-Muqaddam furent transmises à son jeune frère Šams al-Dīn ‘Abd al-Malik b. al-Muqaddam d’après Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 148) et Ibn Wāṣil (Mufarriğ, III, 120).

417 Sur le siège de Manbiğ par al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, voir Kāmil, XII, 161 ; Zubda, III, 148-149 ; Mufarriğ, III, 120-121. Sur le sort du malheureux Šams al-Dīn, voir supra, p. 58.

418 Voir supra, p. 55.

419 Après l’avoir promise à al-Malik al-Manṣūr si celui-ci acceptait de l’aider contre al-‘Ādil de Damas. Le maître de Ḥamā préféra cependant rester fidèle à al-Malik al-‘Ādil (Mufarriğ, III, 121). Sur al-Malik al-Afḍal (m. 622/1225) frère d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, voir supra, p. 116, n. 4.

420 Sur ces événements et les relations entre princes ayyoubides, voir Zubda, III, 150 sq. ; Gibb, « Aiyubids », dans Setton, Crusades, II, 693 sq. ; EI2, art. « Ayyūbides » (Cl. Cahen) ; Humphreys, chap. 4.

421 D’après Ibn Wāṣil (Mufarriğ, III, 131), al-Ẓāhir Ġāzī détruisit son rempart et sa forteresse, transporta son trésor à Alep puis la remit en iqṭā‘ à ‘Imād al-Dīn b. al-Mašṭūb. Ibn al-‘Adīm dit pour sa part (Zubda, III, 150-151) qu’après avoir eu l’intention de la prendre par la force, sur l’intercession des émirs de la ville, il pardonna à ses habitants qui lui remirent Manbiğ.

422 Cf. supra, p. 5 4 et Zubda, III, 182-183.

423 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 80 r°-v°) ajoute à ce propos un détail intéresssant : les pierres du rempart de la ville détruit sur l’ordre de l’atabeg Tugril auraient servi d’une part à la reconstruction d’un caravansérail gratuit pour les voyageurs (ḫān li l-sabīl) à l’emplacement même de la citadelle détruite par al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, et auraient servi d’autre part aux constructions de la ville.

424 Sur les dégâts et les violences commis par les Ḫwarizmiens à Manbiğ, voir Zubda, III, 253 ; Mufarriğ, V, 286. Sur leur politique en Syrie du Nord à cette époque-là, voir Cahen, SN., 644.

425 Ibn Šaddād fait allusion ou bien à son histoire des Ḫwarizmiens et des Ayyoubides (cf. introduction, p. xiii) ou bien à son chapitre disparu sur l’histoire des princes d’Alep (cf. supra, p. xxv). A la suite des raids dévastateurs de l’automne 638/1240 al-Malik al-Manṣūr de Ḥimṣ vint en renfort avec des troupes et réussit à les défaire en 1241. Une nouvelle bataille les opposa aux Alépins en 640/1242-43 dont ces derniers sortirent vainqueurs (Sibṭ b. al-Ǧawzī, 738). Cf. Gibb, « Aiyubids », dans Setton, Crusades, II, 708.

426 Voir supra, p. 13.

427 Sur ce troisième sultan mamelouk (657-58/1259-60), voir EI1, art. « Kuṭuz » (Sobernheim).

428 Sur la signification de ‘arṣa, voir supra, p. 14.

429 Sur l’emploi du mot ğihāt au sens d’impôt, voir Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, (I), 17 et n. 17 ; Dozy, Supplément, II, 795. Dans la liste des revenus de la ville de Ḥarrān (A‘lāq, Ǧazīra, 66) Ibn Šaddād mentionne « l’ensemble des impôts » (αl-ğihāt al-mağmū‘a). Nous ne savons pas cependant à quel type d’impôt il est fait allusion.

430 Les revenus du coton, de la soie et des teintures sont significatifs de l’importance de l’industrie textile dans cette ville.

431 Impôt qui frappait les chanteuses, danseuses etc... cf. Sauvaget, Alep, Annexe I ; Cl. Cahen, Djazira, 111, traduit afrāḫ par « les réjouissances ».

432 « Ṭārī peut vouloir dire « l’étranger » (cf. Lane, Lexicon, I, (5), 1852). Nous avons préféré cependant le traduire d’après Dozy, Supplément, II, 43, par impôts ou dépenses extraordinaires.

433 Les noix de galle étaient utilisées pour la teinture.

434 Sur le faddān mesure agraire, voir Decourmanche, Traité, p. 90. Cl. Cahen, Djazira, 111, traduit « al-mufādana » par « impôt agraire par attelage ou arpent ».

435 En fait, le total s’élèverait à 519.000 dirhams. Peut-être faut-il lire 15.000 au lieu de 25.000 pour les revenus du caravansérail de la soie car ces deux écritures sont très proches dans le système « diwānī » (cf. supra, p. 14) utilisé dans le manuscrit du Vatican et pourraient avoir été confondues. Le total setait ainsi de 509.000 dirhams.

436 Qal‘at Nağm ou Ǧisr Manbiğ, au bord de l’Euphrate à environ 30 kilomètres au nord-est de Manbiğ. Aujourd’hui d’importants vestiges (en cours de restauration) subsistent de la citadelle qui domine un petit village de quelques centaines d’habitants. La première moitié du récit d’Ibn Šaddād semble, sinon recopiée, du moins inspirée de la Buġya, I, 83 r° (celle-ci comprend au sujet de cette forteresse un paragraphe en marge qui est malheureusement illisible sur notre microfilm). Sur cette forteresse, voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 501-502 ; Canard, Hamdanides, 87, n. 25 et 234, n. 452 ; Elisséeff, ND., 148-149 ; EI2, art. « Kal‘at Nadjm » (D. Sourdel).

437 Sur le Qāḍī al-Fāḍīl ‘Abd al-Raḥīm al-Ba‘sāni (m. 596/1200), célèbre conseiller de Ṣalāḥ al-Dīn, auteur d’une abondante correspondance et de poèmes dont il ne nous reste que des fragments, voir Elisséeff, ND. 23-25 ; EI2, art. « al-Ḳāḍī al-Fāḍīl » (C. Brockelmann (Cl. Cahen)).

438 Aujourd’hui aucune trace de ce pont ne subsiste. Cependant le voyageur anglais Chesney en signalait des vestiges au milieu du xixe siècle. Cf. Elisséeff, ND., 149.

439 Sur Ǧinnī al-Ṣafwānī, voir supra, p. 185.

440 Sur cette tribu arabe, voir EI1, art. « Numair » (G. Levi Della Vida).

441 Sur ce poète numayrite (m. 90/709), voir Aġānī, XX, 168 et bibliographie dans A‘lām, IV, 340.

442 Sur Naṣr Abū l-Murhaf al-Numayrī, poète, (m. 588/1192 à Bagdad) voir Ibn Ḫallikān, V, 383-384. Ibn al-‘Adīm dans sa Buġya, I 83 r°, dit qu’il lui consacrera dans la suite de son ouvrage une notice biographique.

443 Voir supra, p. 290 sq.

444 Voir supra, p. 292.

445 Après avoir récupéré Manbiğ dont al-Malik al-Fā’iz, fils d’al-Malik al-‘Ādil, s’était emparé. Voir supra, p. 294.

446 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 83 r°) fait à ce sujet un récit assez proche de celui d’Ibn Šaddād.

447 Voir supra, p. 15.

448 Ainsi se termine le texte d’Ibn Šaddād. Toutefois dans le manuscrit du Vatican, une dernière phrase, totalement étrangère au contexte, fut rajoutée d’une écriture différente. Elle dit ceci : « Par la suite, il mourut en Syrie en 350/961-62 et Dieu seul sait la vérité ». Notons, enfin, que la dernière page de ce manuscrit est elle-même d’une écriture différente des pages précédentes. Cf. à ce sujet, les remarques de D. Sourdel dans A‘lāq, Ḥalab, XII.

© Presses de l’Ifpo, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site