Version classiqueVersion mobile

Description de la Syrie du Nord

 | 
‘Izz al-Dīn ibn Šaddād

Chapitre I. Le ğund de qinnasrīn et ses qualités

Texte intégral

  • 1 Sūriyā, actuelle Isriye, entre Salamiya et Ruṣāfa, Ibn al-‘Adīm nous dit que Sūriyā fut le premier (...)
  • 2 Cf. Ibn Šaddād, A‘lāq, Ḥalab.

1Le ğund s’appelait Sūriyā du nom d’un village qui fut anciennement une ville romaine (rūmīya)1. C’est le plus grand ğund de Syrie qui comprend le nombre le plus élevé de villes. Sa capitale est Alep : nous avons déjà évoqué l’état de ses régions habitées et la qualité de ses constructions et il ne sert à rien d’en reparler ici2.

  • 3 Pour la localisation des villes citées, se reporter plus loin au chapitre de leur description.
  • 4 Voir infra, p. 84. L’auteur n’a pas consacré de monographie à cette ville.

2Les villes comprises dans le ğund de Qinnasrīn3 sont : Bālis, Qal‘at Nağm qui s’appelait autrefois Ğisr Manbiğ, Ḫunāṣira, Ruṣāfa Hišām, Ḥiyār Banī l-Qa‘qā‘, Qinnasrīn, Ḥāḍir Qinnasrīn, Sarmīn, Ma‘arrat Miṣrīn, les deux citadelles de Šuġr et Bakās, Ḥārim, Šīḥ al-Ḥadīd4, Darbsāk, ‘Azāz, Kaysūm, al-Rāwandān, Tall Bāšir, ‘Ayntāb, al-Zūb, Burğ al-Raṣāṣ, al-Marzabān, Ḫurūs et Bahasnā. /

  • 5 Sur al-Malik al-Nāṣir Yūsuf (634-658/1236-1260) voir EI1 art. « al-Nāṣir » (K.V. Zctterstéen) ; Sa (...)
  • 6 Sur les deux principaux impôts du monde musulman, ḫarāğ (impôt foncier) et ğizya (capitation), voi (...)

3Le sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn b. al-Malik al-‘Azīz b. al-Malik al-Ẓāhir [Yūsuf II]5 tirait l’impôt foncier (ḥarāğ) de tous ces pays qui étaient en sa possession et sous son autorité6.

BĀLIS7

  • 7 Bālis, actuelle Meskene sur la rive droite de l’Euphrate, ancienne Barbalissos, située sur la rout (...)

4Sa longitude est de soixante douze degrés et vingt minutes, sa latitude de trente cinq degrés et quarante cinq minutes.

  • 8 Ibn Abī Ya‘qūb ou Ya‘qūbī, appelé aussi Ibn Wāḍiḥ a rédigé dans la seconde moitié du iiie/ixe sièc (...)

5Ibn Abī Ya‘qūb a dit8 : « Bālis est une ville ancienne au bord de l’Euphrate. On y embarque les marchandises qui viennent d’Egypte à travers la Syrie, et vont par bateau vers Bagdad ».

  • 9 A l’époque de Yāqūt, la ville se trouve à 4 milles (environ 8 km.) de l’Euphrate (Yāqūt, V, 328). (...)
  • 10 Sur ce šayḫ syrien, né à Ṣiffīn en 584/1188-89, élevé à Bālis et mort en 658/1260, voir Ṣafadī, X, (...)

6Je dis : sous le règne du sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn b. al-Malik al-‘Azīz [Yūsuf II], Bālis s’éloigna de l’Euphrate9. L’un de ses habitants, un ascète, du nom d’Abū Bakr b. Qawām al-Bālisī10 creusa pour elle un canal qu’il conduisit de l’Euphrate jusqu’au pied de la colline sur laquelle se trouve le rempart. Les habitants de la ville burent de son eau et en tirèrent profit. Par la suite il fut abandonné et Bālis est aujourd’hui totalement ruinée. C’est la première ville syrienne qui borde l’Euphrate.

  • 11 Ṣūra, 180, trad. 177 (sur cet auteur du ive/xe siècle, voir supra, in-trod. p. xxxiii). Nous n’avo (...)

7Ibn Ḥawqal al-Naṣībī a dit11 : « Bālis est une ancienne petite ville au pied d’une montagne, sur la rive ouest de l’Euphrate, entourée de deux remparts. Entre la ville et l’Euphrate s’étendent des vergers ».

  • 12 Ibn al-‘Adīm, Buġya, I, fol. 85 r°.

8D’autres ont dit12 : « on attribue à ses habitants un esprit faible ».

  • 13 Futūḥ, 150, trad. 231.
  • 14 Sur Ra‘bān et Dulūk, voir infra, p. 273 et 276.
  • 15 Sur ce célèbre général voir EI2 art. « Abū ’Ubayda b. al-Ḏjarrāḥ » (H.A.R. Gibb) ; ‘Arāğin (très p (...)
  • 16 « Pays près de Bālis » dit Yāqūt, IV, 297.
  • 17 Ḥabīb b. Maslama (m. v. 42/662 ou 51/671). Sur ce chef militaire de Mu‘āwiya qui se distingua dans (...)
  • 18 Sur la ğizya, voir p. 4 n. 2.

9Al-Balāḏurī a dit d’après les anciens (šuyūḫ) de Syrie13 : « Ils ont dit : par la suite, c’est-à-dire après la conquête de Dulūk et de Ra‘bān14 Abū ‘Ubayda avança jusqu’à ce qu’il atteignît ‘Arāğīn15. Il envoya son avant-garde à Bālis ainsi qu’une armée à Qāṣirīn16, sous le commandement de Ḥabīb b. Maslama17. Bālis et Qāṣirīn appartenaient à deux frères de la noblesse byzantine. Lorsque les Musulmans s’y installèrent, ses habitants firent la paix à condition de payer le tribut (ğizya)18 ou d’émigrer. La plupart d’entre eux émigrèrent vers le territoire grec et la Ğazīra. Abū ‘Ubayda installa à Bālis une troupe de combattants et des Arabes convertis à l’Islam après l’arrivée des Musulmans en Syrie. Ils habitèrent Qāṣirīn et l’abandonnèrent ensuite ».

  • 19 Sur ce célèbre général umayyade, fils du second calife marwanide qui mena les campagnes contre les (...)
  • 20 Ibn Šaddād écrit « Tūbalis » (tout comme Ibn al-‘Adīm qu’il a sans doute recopié (Buġya, fol. 86 r (...)
  • 21 ‘Ābidin, dans les environs de Bālis (non localisé).
  • 22 Sur ce site de la célèbre bataille du même nom, voir infra, p. 16.

10Al-Balāḏurī rapporte aussi que Bālis et les villages qui en dépendaient étaient des terres non irriguées soumises à la dîme. Lorsque Maslama b. ‘Abd al-Malik devint gouverneur19 et entreprit ses campagnes contre les Grecs depuis la région des places-frontières de Ğazīra, il campa à Bālis. Les habitants de cette ville, ceux de Buwaylis20, de Qāṣirīn, de ‘Ābidīn21 et de Ṣiffīn22, villages sur le territoire de Bālis, vinrent à lui et lui demandèrent de leur creuser un canal depuis l’Euphrate pour irriguer leurs terres ; ils acceptaient en échange de lui donner le tiers de leur récolte après que le sultan eut prit le dixième. Il creusa le canal connu sous le nom de Nahr Maslama et les habitants respectèrent ces conditions. Il restaura le rempart de la ville et le consolida.

  • 23 Oncle du calife al-Saffāh et gouverneur de Syrie (m. 147/764) ; cf. EI2 art. « ‘Abd Allāh b. ‘Alī  (...)
  • 24 La nature de l’iqṭā‘ a beaucoup varié dans le temps et l’espace. A l’origine il s’agissait de conc (...)
  • 25 Sur cet oncle du calife, gouverneur de Baṣra, Baḥrain et ‘Umān, de 133 à 139/750-57, m. en 142/759 (...)
  • 26 Qui fut gouverneur de Baṣra, de la Mekke et de Médine, cf. Zambaur, tableau G.
  • 27 C’est-à-dire le califat, comme l’indique Ibn al-Aṯir, Kāmil, VI, 119.
  • 28 Ce qui veut dire que le calife pouvait légalement se les approprier.
  • 29 Sur les règnes des califes Hārūn al-Rašīd (170-193/786-809) et al-Ma’mūn (198-218/813-833) voir le (...)

11Lorsque Maslama mourut, Bālis et ses villages allèrent à ses héritiers. Elle resta en leur possession jusqu’à l’avènement de la dynastie abbasside. ‘Abd Allāh b. ‘Alī23 s’empara des biens des Umayyades dont Bālis faisait partie. L’émir des croyants al-Saffāḥ la donna en iqṭā24 à Sulaymān b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh b. al-‘Abbās25 et après lui, elle échut à son fils Muḥammad. Son frère Ğa‘far b. Sulaymān26 l’accusa auprès de l’émir des croyants Hārūn al-Rašīd de dépenser son argent pour acheter des serviteurs, des esclaves, et pour une ambition qui lui était propre27 ; [il ajouta] que ses biens / étaient libres de tous liens28. al-Rašīd avait ordonné de garder les lettres de Ğa‘far ; lorsque Muḥammad b. Sulaymān mourut, on les lui sortit et le calife s’en servit contre lui. Or Muḥammad n’avait pas d’autre frère du même père et de la même mère que lui ; Ğa‘far se soumit et ses biens échurent à al-Rašīd qui donna Bālis en iqṭā‘ à son fils al-Ma’mūn29. Elle alla à sa descendance après lui ».

  • 30 L’époque de Sayf al-Dawla (944-967) marque le début de la décadence de Bālis ainsi que l’attestent (...)
  • 31 C’est-à-dire après la brève occupation des Fatimides (407-415/101624) aux Mirdasides (Ṣāliḥ b. Mir (...)
  • 32 En 479/1086 ; sur Malikšāh et la prise d’Alep, voir Zubda, II, 100-101 ; Ibn Ḫallikān, V, 283-289  (...)
  • 33 Šams al-Dawla Sālim b. Mālik b. Badrān, cousin de l’uqaylide Šaraf al-Dawla Muslim B. Qurayš et co (...)
  • 34 Sur Qal‘at Ğa‘bar, forteresse sur la rive gauche de l’Euphrate entre Bālis et Raqqa, voir A‘lāq, Ğ (...)

12Je sais ce qu’il en fut jusque là, mais je n’ai rien appris sur ceux qui gouvernèrent ensuite Bālis jusqu’à l’époque de Sayf al-Dawla b. Ḥamdān30. Celui-ci la possédait comme dépendance de la ville d’Alep. Elle appartint ensuite aux princes qui régnèrent à Alep après lui31 jusqu’à ce qu’al-Malik al-‘Ādil Malikšāh marchât sur Alep et s’en emparât32. Il en fit sortir Sālim b. Mālik33 et lui donna en échange Bālis, Qal‘at Ğa‘bar et al-Raqqa34.

  • 35 Sur ce prince seldjouqide qui succèda à son père Tutuš à Alep en 488/ 1095, voir EI1 art. « Riḍwān (...)
  • 36 Ancien atabeg de Riḍwān qui s’était disputé avec son maître et réfugié à Homs (Lewis, Three biogra (...)
  • 37 Sur Duqāq, frère de Riḍwān et sur son atabeg turc qui apparaît dès cette époque le véritable maîtr (...)

13Lorsqu’al-Malik Riḍwān b. Tāğ al-Dawla Tutuš35 régna, il reprit Bālis à Sālim. Elle demeura en sa possession jusqu’à ce que Ğanāḥ al-Dawla Ḥusayn36, maître de Ḥimṣ, faché contre Riḍwān, se séparât de lui en 494/1100-1101. Duqāq, maître de Damas, et Ẓuhayr al-Dīn Ṭuġtakīn, son atabeg37 se mirent en correspondance avec Ğanāḥ al-Dawla, se plaignant à lui de Riḍwān, et lui demandèrent son aide pour s’emparer de Bālis. Ṭuġtakīn se rendit auprès de Ğanāḥ al-Dawla à la tète d’une armée et ils assiégèrent Bālis. Ses habitants livrèrent la ville, Ṭuġtakīn la prit et la remit à Ğanāḥ al-Dawla.

  • 38 En fait, Riḍwān en reprit possession en 496/1102-03 ; Zubda, II, 149.
  • 39 Sur ce commandant d’armée du sultan Muḥammad fils de Malik šāh, qui chercha à se rendre indépendan (...)
  • 40 En 502/1108, le qāḍī s’appelait Muḥammad b. ‘Abd al-‘Azīz b. Ilyās ; voir le récit plus détaillé d (...)
  • 41 Sur l’alliance de Ğāwalī et Baudoin du Bourg d’un côté contre Tancrède et Riḍwān de l’autre et sur (...)
  • 42 Après sa défaite, Ğāwalī se réconcilia avec le sultan Muḥammad qui lui confia le gouvernement d’un (...)
  • 43 Prince d’Alep à la mort de Riḍwān (507-508/1113-14), il s’était fait une réputation de sottise et (...)

14Elle resta en sa possession38 jusqu’au jour où Ğāwalī Saqāwa de Raḥba39 se dirigea vers elle et y mit le siège, jusqu’à ce qu’il la prît ; il la pilla et tua son qāḍī40. Par la suite, une guerre intervint entre Ğāwalī et al-Malik Riḍwān [allié] à Tancrède maître d’Antioche, qui se solda par la défaite de Ğāwalī41. Quand celui-ci fut mis en déroute et traversa l’Euphrate42, al-Malik Riḍwān, maître d’Alep, s’empara de Bālis qui resta en sa possession puis, après lui, en possession de son fils Alp Arslān al-Aḫras (le Muet)43.

  • 44 Alp Arslān fut assassiné par le chef de son gouvernement Lu’lu’ qui prit le pouvoir en 508/1114. T (...)
  • 45 Ibn al-‘Adīm dit : « Bālis et Qulay‘at (la petite citadelle) » qu’il situe par ailleurs « à l’exté (...)
  • 46 Nom sans ponctuation dans le manuscrit du Vatican : un peu plus loin (infra, p. 14) il est questio (...)
  • 47 Ilġāzī s’installa à Mārdīn en 502/1108-1109 à la mort de son neveu qui la gouvernait ; Cahen, SN, (...)
  • 48 Sālim b. Mālik, seigneur de Qal‘at Ğa‘bar ; voir supra p. 8 n. 4.

15Ensuite Alep s’affaiblit et ses habitants allèrent appeler Īlġāzī b. Artuq, maître de Mārdīn44. Ils lui remirent la ville, mais les occupants de la citadelle se révoltèrent contre lui. Ils échangèrent des messages stipulant que s’ils descendaient, ils recevraient en échange Bālis, Qal‘at Nādir45 et al-Ḥabānīya ( ?)46 ; ceci se passait en 511/1117-1847. Par la suite, Īlġāzī eut peur pour son pays et quitta Alep pour s’y rendre. A Bālis les prix renchérirent et les vivres manquèrent. Ses habitants écrivirent aux Francs afin de leur remettre la ville. Īlġāzī l’apprit et revint vers Bālis, Il s’en empara et la vendit à Ibn Mālik48.

  • 49 En 522/1128 ; cf. Cahen, SN, 306-307.
  • 50 Frère de Mağd al-Dīn qui était frère de lait de Nūr al-Dīn et gouverneur d’Alep ; Cahen, SN, 396-3 (...)
  • 51 Sur Sarūğ, à l’ouest d’Edesse près des sources du principal affluent du Balīḫ, voir al-A‘lāq, Ğazī (...)
  • 52 Voir infra, p. 65.
  • 53 En 549/1154-55 Nūr al-Dīn avait confié la défense de la Biqā‘ au cœur de laquelle se trouve Ba‘lab (...)
  • 54 Sur les Ġulām-s (serviteurs, esclaves ou affranchis), voir EI2 art. « G̱ẖulām » (D. Sourdel-C.E. B (...)
  • 55 Al-Malik al-Ẓāhir fut chargé de la principauté d’Alep dès 579/1183 par son père Ṣalāḥ al-Dīn, puis (...)
  • 56 Abū l-Mağd Ma‘dān b. Kaṯīr b. ‘Alī al-Bālisī, jurisconsulte šāfi‘ite connu pour ses connaissances (...)
  • 57 Son oncle al-Malik al-‘Ādil, proclamé sultan d’Egypte et de Syrie au Caire en 596/1200, par rappor (...)

16Elle resta en sa possession jusqu’à ce qu’il la vendît à ‘Imād al-Dīn Zengī lorsque celui-ci prit possession d’Alep49. Par la suite, Zengī la garda jusqu’à sa mort et lorsqu’après lui, son fils al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn prit le pouvoir, il la donna en iqṭā‘ à Sābiq al-Dīn ‘Uṭmān b. Muḥammad b. al-Dāya50. Puis lorsque Nūr al-Dīn conquit Sarūğ51 qu’il prit à Ḥusām al-Dīn Ġāzī b. Yūsuf b. Ḥassān, il lui donna Bālis et donna en échange à Sābiq al-Dīn, Tall Bāšir52. Ensuite, lorsqu’il conquit Ba‘labakk il donna en échange à son maître Ḍaḥḥāk53 Bālis et Qal‘at Nādir. Puis il la lui prit / et la donna en iqṭā‘ à son ġulām Ḥaydar54. Elle resta en sa possession puis en celle de sa descendance, transmise par héritage, jusqu’à ce qu’al-Ẓāhir Ġiyāṭ al-Dīn Ġāzī prît possession d’Alep55. Il la leur prit et la donna en iqṭā‘ à un émir appelé Aṯīr al-Mulk alors que le jurisconsulte Ma‘dān56 y résidait. Ils se disputèrent et, pour cette raison, Aṯīr al-Mulk menaça Ma‘dān de le pendre le lendemain matin. Il ordonna de dresser une potence, mais al-Malik al-Ẓāhir qui avait appris qu’il correspondait avec le souverain d’Egypte57 envoya l’un de ses ġulām-s et lui ordonna de pendre Aṯīr al-Mulk. Le ġulām arriva chez lui cette nuit-là et le lendemain matin Aṯīr al-Mulk était pendu sur la potence qu’il avait dressée pour le jurisconsulte Ma‘dān. [Le poète] dit [à ce sujet] :

  • 58 Allusion à une expression qui signifie littéralement « il a mangé la chair de quelqu’un » pour dir (...)

« Dis à Aṯīr al-Mulk les paroles d’un homme : il l’a plongé dans les abîmes du chagrin,
Dans ses vagues il demeura, tantôt sombrant, tantôt émergeant,
La chair des savants est empoisonnée58, pourquoi t’es-tu exposé à manger du poison ? »

  • 59 Il y fit construire un minaret avec une inscription datée de 607/1210-11 qui atteste qu’il fut maî (...)
  • 60 En 638 en effet, al-Malik al-Ḥāfiẓ fut frappé de paralysie. Un différend l’opposa à son fils Taqī (...)
  • 61 Il s’agit peut-être de ce personnage qui passa au service des Mongols, occupa la fonction de Šiḥna (...)
  • 62 ‘Alam al-Dīn Qayṣar avait été nommé en 646/1248 gouverneur de Niṣibīn par Lu‘lu‘ maître de Mossoul (...)
  • 63 Les Mongols s’emparèrent d’Alep en 658/1260. Sur l’invasion mongole et ses conséquences voir al-Ma (...)
  • 64 L’archéologie semble confirmer l’abandon du. site. Les résultats de la fouille de Bālis-Meskene so (...)

17Bālis resta entre les mains d’al-Malik al-Ẓāhir, puis al-Malik al-‘Ādil Sayf al-Dīn Abū Bakr Muḥammad b. Ayyūb59 en prit possession. Il la donna en iqṭā‘ à son fils al-Malik Al-Ḥāfiẓ avec Qal‘at Ğa‘bar. Celui-ci y restaura l’Hôtel du gouvernement (Dār al-wilāya) qui était fortifié et la ville resta en sa possession jusqu’en [6]38/1240-41. Il écrivit alors à sa sœur al-Malika Ḍayfa Ḫātūn, mère d’al-Malik al-‘Azīz, maître d’Alep, afin de lui remettre Qal‘at Ğa‘bar et Bālis en échange de ‘Azāz60. Ḍayfa Ḫātūn accepta l’échange et les lieutenants d’al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn Yūsuf b. al-Malik al-‘Azīz Muḥammad [Yūsuf II] reçurent Bālis. Elle resta en possession d’al-Nāṣir qui la donna en iqṭā‘ à Bahādir al-Ḫwārizmī61 en [6]39/1241-42 puis il la lui enleva car il l’avait abandonnée. Il y nomma un gouverneur avant de la donner en [6]54/1256 en iqṭā‘ à ‘Alam al-Dīn Qayṣar al-Mawṣilī62 qui la conserva jusqu’à ce que les Mongols s’emparassent de tous ces pays63. Ils forcèrent les habitants à émigrer, la ville fut abandonnée et nul n’y revint. Ses habitants se dispersèrent dans différentes villes64 : c’était des commerçants et des gens de métiers connus pour leur courage et leur habileté.

Exposé détaillé des environs de Bālis

  • 65 Qal‘at Nādir ou Qulay‘at (cf. Cahen, SN, 268-277). Les Assassins s’en emparèrent à la mort de Riḍw (...)
  • 66 Le terme de mawlā (pl. mawālī) s’appliquait aux non-Arabes (libres ou affranchis) qui se convertir (...)

18Les villages qui en dépendaient étaient les suivants : Qal‘at Nādir65 qui tire son nom de Nādir client (mawlā)66 de Sayf al-Dawla ‘Alī b. Ḥamdān al-Taġlabī. C’est lui qui l’a construite, fortifiée et embellie. Sayf al-Dawla lui donna en iqṭā‘ cette région : Nādir fut tué par les Grecs en 347/958. La ville fut démolie après 500 de l’hégire/1106.

19‘Ikrima, Ḥawra, al-Mazāḥama, al-Sābūriya, Kartum, Ḥabāniya, Banī Sarḥān, al-Ḥāfiziya, Ba‘labakk et Qāṣirīn dont on dit :

  • 67 L’auteur de ce vers mal retranscrit par Ibn Šaddād (voir texte arabe) est ‘Amr b. Kulṯūm, poète pr (...)

« Un verre ai-je bu à Ba‘labakk, un autre [à Damas] et Qāṣirīn67. /

  • 68 De tous ces villages cités par Ibn Šaddād, un seul est mentionné dans un autre ouvrage géographiqu (...)
  • 69 Ces quatre vingts cavAlīers lourds représentent ce que le bénéficiaire de l’iqṭā‘ doit au sultan e (...)
  • 70 En additionnant les chiffres avancés par l’auteur on n’obtient pas 125.000 mais 109.000 dirhams, s (...)

20Talūsīn et ‘Ābidīn68. La ville principale [Bālis] et ces villages étaient donnés en iqṭā‘ pour quatre vingts cavaliers lourds (ṭawāši)69. Le revenu en espèces de la capitale était de 125.000 dirhams, dont voivi le détail70 :

  • 71 Dans toutes les villes musulmanes, les peseurs (al-Qabbānūn) jouaient un rôle important dans le co (...)
  • 72 « ‘Arṣa » désigne en général un vaste espace à ciel ouvert, une place qui peut, selon les cas, ser (...)
  • 73 Sans doute lé passage des voyageurs ou des commerçants dans les caravansérails (ḫān). Voir la list (...)
  • 74 Voir Dozy, Supplément, I, 503, où ce mot peut avoir le sens de terres ou d’immeubles ; J. Sauvaget (...)
  • 75 Littéralement les « exilés ». L’origine du mot s’explique par le fait que lors de la conquête isla (...)
  • 76 « La dîme (zukat) qu’on prélevait sur les troupeaux des tribus nomades arabes ou autres » Dozy, Su (...)
  • 77 « Ḍiyā‘ », littéralement domaines, propriétés foncières ; voir Kasimirsky, II, 47 : « En Ifrikiya, (...)
  • 78 D’après Hinz, 44, le makūk à Alep au xiie siècle valait environ 61 kg. de froment (comparer avec l (...)

21[la redevance payée par] le peseur71 25.000 dirhams
al-‘arṣa72 15.000 dirhams
[le droit de] passage (iğtiyāz)73 25.000 dirhams
Les teintureries 5.000 dirhams
les bains 7.000 dirhams
les terres [ou les immeubles ?] (ribā‘)74 22.000 dirhams
impôts des non-musulmans (al-ğawālī)75 6.000 dirhams
impôts sur les tribus nomades (‘idād)76 20.000 dirhams
impôts sur les domaines (ḍiyā‘)77 73.000 dirhams
céréales : tantôt 40.000 makūk-s78
tantôt 30.000.

  • 79 « Li l-sabīl » dans le sens de fondation pieuse... qui en vue de Dieu est livrée sans frais à l’us (...)
  • 80 Al-Harawī (m. 611/1225) cite trois sanctuaires à Bālis : le mašhad de ‘Alī b. Abī Tālib, le mašhad (...)
  • 81 Sur Asad al-Dīn Šīrkūh, commandant en chef de l’armée d’Alep à l’époque de Nūr al-Dīn et fondateur (...)

22A Bālis se trouve une madrasa construite par l’émir Badr al-Dīn Abū Sa‘d b. Tāğ al-Dīn Yūsuf al-Ğa‘barī, gouverneur des places-frontières et de ce qui en dépendait. Elle est située à l’extérieur de la ville. Il construisit également un caravansérail (ḫān) gratuit pour les voyageurs79 à l’extérieur de la ville. Al-Ṣafī Abū Sa‘d b. al-Rağğāğ construisit aussi une madrasa à l’intérieur de la ville et, à l’extérieur, un sanctuaire (mašhad) à ‘Alī — que la paix soit sur lui — sur le mont Ḫuzām où l’on se rendait autrefois et que l’on visitait80. Asad al-Dīn Šīrkūh construisit à l’intérieur un couvent (ḫānqah)81 auquel il attribua un waqf à Alep.

ṢIFFĪN82

  • 82 Le plateau de Ṣiffīn est l’emplacement où fut livré la célèbre bataille qui opposa ‘Alī à Mu’āwiya (...)

23Ṣiffīn fait partie du ğund de Qinnasrīn. C’est un grand village prospère édifié sur un site élevé, au bord de l’Euphrate [qui coule] à ses pieds.

  • 83 Mentionné aussi dans Al-Harawī, 62, trad. 140.

24A l’intérieur de Ṣiffīn se trouve le sanctuaire de l’émir des croyants ‘Alī83 — que la paix soit avec lui — et l’on dit que ce fut l’endroit de son camp. Le lieu de la bataille est à l’ouest [du maškad], dans la plaine. Les morts, partisans de ‘Alī — que Dieu soit satisfait de lui — sont enterrés au sud et à l’est du sanctuaire, ceux de Mu‘āwiya à l’ouest. Leurs corps se trouvent sous des collines de terre et de pierres. A cause du grand nombre de morts, les gens avaient dû creuser des fosses où ils avaient mis les corps, et avaient déversé de la terre dessus jusqu’à dépasser la surface du sol, avec le temps, cela forma des collines.

  • 84 Muḥammad b. Isḥāq b. Yasār b. Ḫiyār traditionniste né à Médine en 85/704, mort à Bagdad vers 151/7 (...)
  • 85 L’auteur fait sans doute allusion au procédé de filtrage de l’eau fréquemment utilisé à cette époq (...)

25Muḥammad b. Isḥāq84 a dit dans un ḥadīṭ : « Mu‘āwiya s’avança jusqu’à faire halte à Ṣiffīn. Ṣiffīn est une ville ancienne qui n’est pas de fondation / arabe, située sur le territoire de Qinnasrīn, au bord de l’Euphrate, entre Manbiğ et Raqqa sur un tell dont le sommet domine [le fleuve]. Entre ce tell et l’Euphrate, se trouve un marécage [aux plantes] enchevêtrées dont l’eau est altérée ; on ne peut accéder à l’Euphrate que par les chemins d’accès qui traversent le marécage ; quiconque les suit peut puiser de l’eau, celui qui ne les suit pas puise de la berge une eau altérée et opaque et ne peut en boire que dans une outre85.

  • 86 Ka‘b al-Aḫbār, traditionniste, juif converti à l’Islam (m. vers 32/652) dont l’autorité est souven (...)
  • 87 Dans la Bible (Juges, 12, 1) il est question de Ṣaphon, localité à l’est du Jourdain qui ne peut ê (...)

26Ka‘b86 qui a vu Ṣiffīn et les pierres sur la route dit : « J’ai trouvé sa description dans le Livre [la Tora]87. Les fils d’Israël s’y sont battus neuf fois jusqu’à s’anéantir. Les Arabes s’y battront la dixième fois jusqu’à se détruire ; ils se jetteront les pierres que les fils d’Israël se sont jetées. Les Syriens avec Mu‘āwiya et les Iraqiens avec ‘Alī — que le salut soit sur lui — s’y sont battus jusqu’à ce qu’ils se fussent détruits et se fussent lancés les mêmes pierres ».

  • 88 Ibn al-‘Adīm attribue ce récit à Abū Ga‘far Muḥammad b. Ḫālid al-Hāsimī connu sous le nom de Ibn U (...)

27On raconte88, au sujet de Ka‘b, qu’il passa par Ṣiffīn en revenant d’une expédition militaire. Il demanda à un laboureur qui labourait, le nom qu’on donnait à cette terre. « Ṣiffīn » répondit le laboureur. Ka‘b dit : « Au nom de celui à qui appartient mon âme, les mots du Livre Divin la désignent sous le nom de Ṣufwa ; les fils d’Israël s’y sont battus neuf fois et la communauté de Muḥammad s’y battra la dixième fois ».

  • 89 Sur ces deux grands fleuves de Cilicie, cf. infra, p. 88 n. 2 et p. 92 n. 4.
  • 90 Ṭūr, qui signifie « montagne » en général, désigne ici peut-être Ṭūr Sina, le Mont Sinaï ; voir Le (...)
  • 91 Sur cette célèbre bataille qui eut lieu en 36/656, près d’al-Basra et opposa ‘Alī à la veuve du Pr (...)
  • 92 Ce ḫadīṯ est mentionné dans al-Šawkāni, al-Fawā’id al-mağmū‘a, (d’après Ibn ‘Adī), p. 466, sous un (...)
  • 93 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 150 r°) précise : Sa‘īd b. Abī Sa‘īd. Il s’agit du traditionniste Sa‘īd b. (...)
  • 94 Abū Hurayra al-Dawsī, Compagnon du Prophète (m. vers 58/678) et rapporteur de traditions ; voir EI(...)

28On rapporte que le Prophète — que Dieu le bénisse et le salue — a dit : « il y a quatre fleuves parmi les fleuves du Paradis, quatre montagnes et quatre batailles. Les fleuves sont : Sayḥān, Ğayḫān89, le Nil et l’Euphrate. Les montagnes sont : Ṭūr, Lubnān, Wariqān et Uḥud90. Les batailles sont : Ṣiffīn, al-Ḥarra, le Jour du chameau91 et il cacha le nom de la quatrième92. Sa‘īd93, d’après Abū Hurayra94 a rapporté ce ḫadīṯ.

  • 95 Sur Sa‘īd b. Mālik, Abū Sa‘īd al-Ḫudrī (m. entre 63/682-83 et 74/693-94), Compagnon du Prophète et (...)
  • 96 Ḥadīṯ cité entre autres par Aḥmad b. Ḥanbal (voir Wensinck, Concordances, VI, 203 (Maraqa).

29D’après Abū Sa‘īd95, le Prophète a dit : « Il y aura dans ma communauté deux parties. D’elles sortira une troisième secte hérétique qui sera tuée par celle des deux qui est la plus proche de la vérité »96.

  • 97 Sur ce Compagnon du Prophète mort à Ṣiffīn en 37/657, voir Caetani, Chronog., I, 176-179 et EI2 ar (...)
  • 98 Sur Ğābir b. Samura b. Ğunāda al-Suwā’ī (m. 74/693), voir ‘Asqalānī, Tahḏīb, II, 79 ; Iṣābat, I, 2 (...)
  • 99 Hadīṯ cité par plusieurs traditionnistes, sur lesquels, voir Wensinck, Concordances, I, 203, « B.G (...)

30‘Ammār b. Yāsir97 fut tué à Ṣiffīn. D’après Ğābir b. Samura98 le Prophète — que Dieu le bénisse et le salue — a dit : « La troupe rebelle tuera ‘Ammār »99.

31La bataille de Ṣiffīn eut lieu au début de l’année 37/657. /

AL-RUṢĀFA100

  • 100 Ancienne Sergiopolis, à vingt six kilomètres de l’Euphrate, dans le désert, située sur les routes (...)
  • 101 Sur ce calife umayyade, (99-101/717-720), voir F. Gabrieli, Califfato di Hishām ; EI2 art. « His̱ẖ (...)
  • 102 Sur la ville byzantine à laquelle appartiennent les remparts et les quatre magnifiques citernes vo (...)
  • 103 Sur la discussion qui s’est engagée autour de la localisation de la Ruṣāfa de Hišām, voir les arti (...)

32Al-Ruṣāfa fut construite par Ḥišām b. ‘Abd al-Malik b. Marwān101. Elle est entourée d’un rempart de pierre et possède à l’intérieur un grand réservoir pour l’eau de pluie dont ses habitants boivent102. Elle est difficile d’accès car elle se trouve dans une plaine dépourvue d’eau (barriya). Hišām en avait fait sa résidence103.

  • 104 Buġya, I, fol. 83 v°.
  • 105 Al-Ḥasan Abū Aḥmad al-‘Askarī, jurisconsulte et homme de lettres (293-382/906-993) qui vécut au Ḫū (...)
  • 106 S’agit-il de Hišām b. Muḥammad Ibn al-Kalbī ? (m. 204/819 ou 206/ 821) (cf. infra n. 2 p. 23). Cel (...)
  • 107 Ibn al-Šīḥna ajoute qu’il y répara de nombreuses citernes ; Ibn al-Šīḥna, 160.

33Kamāl al-Dīn Ibn al-‘Adīm a dit104 : « J’ai recopié du Kitāb rabi‘ al-abrār fī maḥāsin al-aḫbār wa ‘uyūn al-aš‘ār d’Abū Aḥmad al-‘Askarī ceci105 : Hišām b. Muḥammad106 nous a raconté que lorsque la peste se développa et se répandit à l’époque umayyade, les Arabes recherchèrent des champs, construisirent des palais et des citernes fuyant cette maladie, jusqu’au jour où Hišām b. ‘Abd al-Malik devint calife. Il construisit alors al-Ruṣāfa. C’était une ville byzantine (Rūmīya), construite autrefois par les Byzantins (Rūm), qui tomba ensuite en ruine. Les califes et leurs fils fuyaient la peste et campaient dans le désert (barrīya). Hišām voulut séjourner à al-Ruṣāfa. Toutefois, on lui dit : « Ne pars pas, car les califes n’attrappent pas la peste ». Il dit : « Désirez-vous en faire l’expérience sur moi ? » et il se rendit à al-Ruṣāfa qui était alors une plaine aride (barriya) où il construisit deux palais »107.

  • 108 Hamza b. al-Iṣfahānī, né en 280/893, mort à Iṣfahān en 360/970, auteur du Ta’rīḫ sinī mulūk al-arḍ (...)
  • 109 Māriya, première femme arabe, d’après les auteurs arabes à avoir porté des boucles d’oreilles, qui (...)
  • 110 Sur la dynastie des Ghassanides établis en Syrie vers 490 après J.C., alliés des Grecs dans la gue (...)

34Hamza b. al-Ḥasan al-Iṣfahānī raconte dans son Kitāb tawāriḫ al-umam, (Livre sur l’histoire des nations)108 qu’al-Nu‘mān b. al-Ḥāriṯ b. al-Ayham b. al-Ḥāriṯ b. Māriya « aux deux boucles d’oreilles » (ḏū l-qurtayn)109, roi ġassānide, répara les citernes d’al-Ruṣāfa qu’un roi laḫmide avait détruites »110.

  • 111 Yāqūt (III, 47-48) cite Ibn Buṭlān médecin et théologien chrétien de Bagdad qui écrit en 443/1051 (...)

35Dans la ville se trouve un couvent attribué aux Chrétiens111. Lorsque les Mongols — que Dieu les abandonne — s’emparèrent d’Alep et de ses territoires en [6]58/1260, ils firent confiance aux habitants d’al-Ruṣāfa et les laissèrent là où ils se trouvaient.

  • 112 Sur la reconquête de la Syrie par le sultan mamelouk al-Malik al-Ẓāhir Baybars (658-676/1260-1277) (...)
  • 113 Salamya ou Salamīya (les deux prononciations se rencontrent) est une localité à une journée de mar (...)

36Lorsque les Musulmans mirent en déroute les Mongols et que ceux-ci, tournant bride, s’enfuirent, le sultan al-Malik al-Ẓāhir Abū l-Fatḥ Baybars, maître des terres égyptiennes et syriennes, y nomma un gouverneur qui ne cessa d’y résider jusqu’en 668/1269-70112. Puis ses habitants émigrèrent et allèrent habiter Salamīya113, Ḥamā et d’autres villes. Il ne resta plus personne à al-Ruṣāfa.

ḪUNĀṢIRA114

  • 114 Place-forte à une soixantaine de kilomètres au sud-est d’Alep, au sud du lac Ğabbūl, sur un itinér (...)
  • 115 La dureté de cette pierre était telle que les habitants d’Alep et de sa région qui l’extrayaient d (...)
  • 116 Le Ğabal al-Aḥaṣṣ est un massif au sud-est d’Alep. A l’époque de Yāqūt, le nom d’al-Aḥaṣṣ s’appliq (...)
  • 117 Sur cette tribu arabe et sur son installation en Iraq et en Syrie, voir Canard, Hamdanides, 239, n (...)
  • 118 Sur ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, huitième calife umayyade (99-101/717-720), voir EI1 art. « Omar b. ‘Ab (...)
  • 119 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 201) nous dit que Baudoin la détruisit en 515/ 1121 et transporta la port (...)

37C’était une ville ancienne avec une citadelle en pierre noire et dure115, en bordure de la plaine désertique (barriya). Elle appartient au district d’al-Aḥaṣṣ116 et au pays des Banū Asad117. ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz118 s’y était fixé. Elle fait partie aujourd’hui des villages d’al-Aḥaṣṣ et des paysans l’habitent. Sa citadelle et ses constructions furent détruites et ses pierres furent transportées119.

  • 120 Abū Šamr appartenait à la tribu des Kinda originaires d’Arabie du Sud, cette tribu se répand au ve(...)

38On l’appela du nom de son constructeur Ḫunāṣira b. ‘Amr b. al-Ḥāriṯ. On dit aussi qu’elle fut construite par Abū Šamr b. Ğabala b. al-Ḥāriṯ120.

  • 121 Hišām b. Muḥammad généralement cité Ibn al-Kalbī (m. 204-206/ 819-821), auteur d’un grand nombre d (...)

39Ibn al-Kalbī a dit121 : « Ḫunāṣira b. ‘Amr b. al-Ḥāriṯ b. Ka‘b b. ‘Amr b. ‘Abd Wudd b. ‘Awf b. Kināna l’a construite quand il était roi de Syrie ».

  • 122 Abraha al-Ašram, roi chrétien d’Arabie du Sud, vécut au milieu du vie siècle après J.C. et dirigea (...)

40D’autres ont dit : « Al-Ḫunāṣir b. ‘Amr vice-régent d’al-Ašram, maître de l’éléphant (ṣāḥib al-fil)122 l’a mise en valeur (‘amarahā).

  • 123 Poète de Damas, mort vers 95/714, panégyriste des Umayyades et en particulier du calife al-Walīd b (...)
  • 124 Sur al-Walīd b. ‘Abd al-Malik, sixième calife umayyade (86/96-705-715), voir EI2, art. « Al-Walīd (...)

41A Ḫunāṣira, ‘Adī b. al-Riqā‘ al-‘Āmilī123 a dit, après qu’al-Walīd b. ‘Abd al-Malik124 y eut résidé et fut venu chez lui : /

« Si les pluies du printemps se suivent, Ḫunāṣira d’al-Aḥaṣṣ sera abondamment arrosée.
Al-Walīd y résida et fut pour ses habitants comme une pluie abondante qui se répandit sur les hommes aussi bien que sur le pays ».

ḤIYĀR BANĪ L-QA‘QĀ‘125

  • 125 Aujourd’hui, Qaṣr Ibn Wardān qui conserve d’imposantes ruines byzantines de l’époque de Justinien (...)
  • 126 Sur ‘Abd al-Malik b. Marwān, cinquième calife umayyade (65-86/ 685-701), voir EI2, art. « ‘Abd al- (...)
  • 127 Al-Qa‘qā‘ b. Ḥulayd b. Ğaz’ b. al-Ḥāriṯ al-‘Absī, secrétaire du Calife al-Walīd Ier (86-96/705-715 (...)

42Elle est connue sous le nom de Ḥiyār Banī ‘Abs, et tire son nom des Banū l-Qa‘qā‘ b. Ḫulayd b. Ğaz’ b. al-Ḥāriṯ al-‘Absī. Ce sont les oncles maternels d’al-Walīd et Sulaymān, les deux fils de ‘Abd al-Malik b. Marwān126 car leur mère était Wallāda, fille d’al-Qa‘qā‘ b. Ḫulayd b. Ğaz’127.

  • 128 Ya‘qūbī, Buldān, 362, trad. 229 ; sur Ya‘qūbī ou Ibn Wāḍiḥ, voir supra n. 4, p. 4.

43Al-Ḥiyār était une ville ancienne. Elle est actuellement un lieu d’habitation pour les arabes nomades. On la connaît sous le nom de « seconde Qinnasrīn », ainsi que le dit Ibn Wāḍiḥ dans son Kitāb al-buldān (Livre des pays)128.

  • 129 Futūḥ, 146, trad. 225.
  • 130 Il s’agit d’al-Munḏir III b. Mā’ al-Samā’ (503-504) dont le règne représente l’apogée de la dynast (...)

44Al-Balāḏurī rapporte dans son Kitāb [futūḥ] al-buldān (Livre sur la conquête des pays), d’après ce que lui ont dit des anciens (šuyūḫ) ceci, que j’ai recopié129 : « Ḥiyār Banī l-Qa‘qā‘ était une ville bien connue avant l’Islam. Al-Munḏir b. Ma’ al-Samā’ al-Laḫmī, roi d’al-Ḥīra y faisait halte130.

45Les Banū l-Qa‘qā‘ b. Ḫulayd b. Ğaz’ b. al-Ḥāriṯ b. Zuhayr b. Ğaḏīma b. Rawāḥa b. Rabī‘a b. Māzin b. al-Ḥāriṯ b. Quṭay‘a b. ‘Absī b. Baġīḍ s’y arrêtèrent. Ils choisirent Ḥiyār comme lieu de résidence et la ville tire son nom du leur.

  • 131 Wallāda a déjà été citée par Ibn Šaddād comme étant la fille d’al-Qa‘qā‘. Mais Ibn al-‘Adīm (Buġya (...)

46‘Abd al-Malik b. Marwān avait donné une partie de Ḥiyār en iqṭā‘ à al-Qa‘qā‘, et avait donné à l’oncle paternel de celui-ci, al-‘Abbās b. Ğaz’ b. al-Ḥāriṯ d’autres iqṭā‘-s au Yémen qui étaient exempts d’impôt foncier et qui le restèrent après sa mort. Ces terres, ou la plupart d’entre elles, étaient incultes. La fille d’al-‘Abbās, Wallāda131 vivait avec ‘Abd al-Malik b. Marwān et lui donna al-Walīd et Sulaymān ».

QINNASRĪN132

  • 132 Ancienne Chalcis, au sud-ouest d’Alep, vers l’extrémité du cours du Quwayq (carte IV C7). Un tell (...)

47Qinnasrīn s’appelait, au temps des Grecs, Ṣūbā. On dit que Ṣūbā est un nom hébreu et qu’elle s’appelle ainsi dans la Tora. Elle fut appelée par la suite Qinnasrīn. On dit qu’elle doit son nom à un homme de Qays qui s’appelait Maysara et qui s’y installa. Il dit : « Cet endroit ressemble fort à un nid d’aigles (qinn nasrayn) » et il en fit le nom de cet endroit.

  • 133 Sur ce traditionniste et philologue, voir EI2, art. « al-Anbārï » (C. Brockelmann).
  • 134 Sur al-‘Ağğāğ, poète arabe (m. 97/715) qui affectionnait l’usage de mots rares dans ses poèmes, vo (...)

48Abū Bakr al-Anbārī133 dit : « Qinnasrūn vient d’une expression arabe : « un homme qinnasriyyūn » c’est-à-dire âgé ; et il récita des vers d’al-‘Ağğāğ134 :

« Te livres-tu aux plaisirs étant âgé (qinnasriyyu)
Le temps fait subir bien des changements aux hommes »

  • 135 Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balḫī est l’auteur de nombreux ouvrages dont un Kitāb ṣuwar al-Aqālīm (c (...)

49Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balḫī dans son Kitāb ṣūrat al-arḍ (Livre sur la configuration de la terre) a dit135 : « Qinnasrīn est une ville qui a donné son nom au district, bien que l’Hôtel du gouvernement (Dār al-imāra), les marchés, tous les gens et toutes les habitations soient à Alep ».

  • 136 Ya‘qūbī, Buldān, 362, trad. 229. Voir supra n. 4, p. 4.
  • 137 Sur Aḥmad b. Ṭayyib al-Saraḫsī (m. 286/899), compagnon du calife al-Mu‘taḍid et auteur de plusieur (...)
  • 138 La tribu des Tanūḫ d’origine yéménite se répandit en Syrie dès le troisième siècle ap. J.C., vers (...)
  • 139 Les vestiges conservés actuellement confirment l’exactitude de cette notation.

50On appelle cette ville « la première Qinnasrīn » comme le rapportent Ibn al-Ṭayyib al-Saraḫsī et Ibn Wāḍiḥ. / Ibn Wāḍiḥ136 dit : « La seconde Qinnasrīn est Ḥiyār Banī l-Qa‘qā‘ ». Al-Saraḫsī a dit137 : « Qinnasrīn est une petite ville qui appartient au frère d’al-Fuṣayṣ al-Tanūḫī138. Elle est entourée d’un rempart et possède une citadelle dont la muraille est reliée au rempart de la ville139.

  • 140 Ṣūra, 178, trad. 175. G. Wiet a choisi de traduire « nazihat al-zāhir » par « elle offrait toutefo (...)
  • 141 En 355/966, Sayf al-Dawla, n’ayant pu la défendre, la démantela avant que les Grecs n’y incendiass (...)

51Ibn Ḥawqal a dit, dans un livre de géographie, à propos de Qinnasrīn140 : « C’est une ville qui a donné son nom au district ; c’était une des localités les plus densément construites de la région, toutefois à l’extrérieur de la ville, l’air est sain. Les Grecs l’ont démolie si bien qu’on pourrait supposer qu’elle n’a jamais existé à part quelques vestiges en ruine »141.

  • 142 Littéralement : le maître de son heure (l’heure de sa fondation).

52Elle ne dépasse pas 71 degrés de longitude ; sa latitude est de 35 degrés et 35 minutes. Son ascendant est le signe du scorpion, et Mars domine son horoscope (ṣāḥib sā‘atihā)142.

  • 143 En 389/999, Basile II (976-1025) mena en effet une campagne contre les Fatimides en Syrie, mais qu (...)
  • 144 A l’époque où Alep était sous domination mirdaside, lors de la campagne de Romain III (1028-1034) (...)
  • 145 Lorsque Sulaymān b. Qutulmuš, premier sultan seldjouqide de Rūm s’installa à Qinnasrīn avant d’ass (...)

53Je dis : « elle fut remise en valeur (‘umirat) après cette date. Par la suite, Basile, roi des Grecs la détruisit en 389/999143. Les Banū Fuṣayṣ al-Tanūḫ la remirent en état (‘amarūhā). Les Grecs la dévastèrent lorsqu’ils marchèrent sur Alep en 422/1031144. Sulaymān b. Qutulmuš la reconstruisit (‘amarahā) et s’y retrancha en 479/1086. Tāğ al-Dawla Tutuš la détruisit lorsqu’il tua Sulaymān145 et elle fut dès lors, et jusqu’à nos jours ruinée.

ḤĀḌIR QINNASRĪN146

  • 146 Aujourd’hui Ḥāḍir à quelques kilomètres à l’est de Qinnasrīn ; on peut encore y apercevoir les res (...)
  • 147 Les Ṭayyi’ appartiennent à la branche Kahlan des tribus d’Arabie du Sud ; voir Ibn al-Kalbī, Ğamha (...)

54On l’appelle aussi Ḥāḍir Ṭayyi’. C’était une ville proche de Qinnasrīn dont la citadelle ressemblait à celle de Qinnasrīn. Des membres de la tribu des Ṭayyi’ y résidaient et c’est pour cette raison qu’elle tira son nom du leur147.

  • 148 L’orge vert servait de fourrage pour les chevaux, tandis que la salicorne (ou alcali) est une plan (...)
  • 149 Une parasange = 5985 m. (cf. Decourmanche, Traité, 88 ; Hinz, 62 ; EI2, art. « Farsaḵẖ » (W. Hinz)

55Al-Ḥāḍir, actuellement, est un grand village hAbīté par des pĀyšans. Sa citadelle est en ruine et n’est plus qu’une colline cultivée en orge vert (qaṣīl) et salicorne (ušnān)148. Al-Ḥāḍir se trouve à une parasange149 de Qinnasrīn.

  • 150 Lire : « Kitāb futūḥ al-buldān ». Cf. Futūḥ, 144-145, trad. 223.
  • 151 Sur la tribu des Tanūḫ, voir supra p. 26, n. 4.
  • 152 Les Banū Ṣalīḥ appartiennent à la tribu des Quḍā‘a (Arabes du Sud). Entrés en Syrie vers le ive si (...)

56Al-Balāḏurī a dit dans son Kitāb [futūḥ] al-bilād150 : « Ḥāḍir Qinnasrīn appartenait à [la tribu] des Tanūḫ151. Ils s’y installèrent dès leur arrivée en Syrie, dans des tentes de poil [de chèvre]. Par la suite, ils y construisirent des maisons. Abū ‘Ubayda les invita à se faire musulmans ; certains le devinrent mais les Banū Ṣalīḥ b. Ḥulwān b. ‘Imrān b. al-Ḥāf b. Quḍā‘a restèrent chrétiens152.

  • 153 Al-Mahdī, troisième calife abbasside (158/775-169/785). Cf. EI1, art. « Al-Mahdī » (K.V. Zettersté (...)

57L’un des fils de Yazīd b. Ḥunayn al-Ṭā’ī al-Anṭākī m’a dit d’après ce que lui ont rapporté des anciens (ašyā) : « Un groupe d’habitants de ce Ḥāḍir adoptèrent l’Islam sous le califat d’al-Mahdī153, qui écrivit sur leurs mains, en vert, le nom de Qinnasrīn ».

  • 154 Buġya, I, fol. 93 r°.
  • 155 Poète et traditionniste du iie/viiie siècle ; cf. bibliographie dans Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, II, 3 (...)

58Kamāl al-Dīn Ibn al-‘Adīm a dit154 : « Il existe aujourd’hui [à Ḥāḍir], un grand nombre de membres de la tribu des Banū ‘Abs (Absiyyūn). ‘Ikrišāh b. Azyad [lire : Arbad] al-‘Absī155 y demeurait au temps de Hišām b. ‘Abd al-Malik et d’al-Walīd b. Yazīd. Ses fils moururent dans cette ville. ‘Ikrišāh dit en faisant leur éloge funèbre dans une poésie (qaṣīda) dont voici un extrait :

« Que Dieu arrose de ses pluies les tombeaux laissés derrière moi à Ḥāḍir Qinnasrīn,
Ils sont partis malgré eux, emportés par le sort comme le destin l’avait fixé ».

  • 156 Cf. Buġya, I, 93 v°.
  • 157 Muḥammad b. Idrīs Abū Ḥātim al-Rāzī (m. 277/890). Traditionniste et auteur isma‘ilien ; voir Subkī (...)

59J’ai recopié du livre du maître Kamāl al-Dīn à la suite d’une « chaîne » ceci156 : « Abū Ḥātim al-Rāzī157 a dit : Je suis entré dans Ḥāḍir Qinnasrīn et j’ai vu la ville, ses maisons, ses murs et ses fleuves immobiles, il n’y avait personne. Je me suis informé sur ses habitants et l’on me dit / qu’un conflit les avait opposés aux habitants d’Alep. Ils se préparaient tous les jours au combat, mais une nuit, ils quittèrent leur ville. Au matin, ils n’y étaient plus, et nous ne savons pas où ils sont allés ».

SARMĪN158

  • 158 Localité au pied du versant nord du Ğabal Zāwiya, à neuf kilomètres au sud-est d’Idlib (carte IV, (...)
  • 159 Ğabal al-Summāq, partie nord-est de l’actuel Ğabal Zāwiya. Son nom provient de l’arbrisseau qui ét (...)
  • 160 « Rustāq » : district rural qui comporte des champs cultivés avec des villes ou des villages », La (...)
  • 161 En 1047 déjà, le voyageur persan Naṣīr-i-Ḫusraw (p. 34), parle d’une ville sans murs.
  • 162 Il existe encore actuellement dans Sarmīn une mosquée qui fut plusieurs fois remaniée, mais dont l (...)
  • 163 Sur la propagande isma‘ilienne, voir Canard, « L’impérialisme des Fatimides et leur propagande », (...)
  • 164 Cf. supra, n. 6, p. 21.

60Sarmīn est une ville en bordure du Ğabal al-Summāq159. Le travail y est abondant et la campagne environnante (rustāq)160 vaste. Elle comprend une grande mosquée et des marchés ; elle possédait un rempart de pierre qui de nos jours est détruit et dont les traces sont effacées161. Elle comptait de nombreuses mosquées (masāğid) [aujourd’hui] disparues, construites en pierre de taille : c’étaient de riches constructions dont le nombre, dit-on, dépassait trois cents. On ne prie de nos jours que dans la grande mosquée162, et la plupart de ses habitants sont isma‘iliens ; ils possèdent une maison de propagande (dār da‘wa)163 où un lieutenant des Isma‘liens continua de résider après la mainmise des Mongols sur Alep et sa région, jusqu’au jour où notre seigneur le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] les en déposséda en [6]65/1266-67164.

  • 165 Village au Nord de Sarmīn, à neuf kilomètres au nord-est d’Idlib (carte IV, C6) ; cf. Yāqūt, IV, 2 (...)
  • 166 Al-Malik al-Ẓāhir Ġiyāṯ al-Dīn Ġāzī, souverain ayyoubide d’Alep (582-613/1186-1216). Cf. supra n. (...)

61Al-Fū‘a165 était autrefois rattaché à Sarmīn jusqu’au jour où al-Malik al-Ẓāhir Ġiyāṯ al-Dīn Ġāzī166 en fit un gouvernement à part et l’intégra à son propre domaine (fī ḫāṣṣihi).

MA‘ARRAT MIṢRĪN167

  • 167 Localité au nord du Ğabal Zāwiya (ou Summāq) au sud-est du Ğabal Bārišā à une dizaine de kilomètre (...)
  • 168 Il y a sans doute confusion avec Ma‘arrat al-Nu‘mān, qu’on appelait ainsi d’après Ibn Baṭṭūṭa (m. (...)
  • 169 Le Ğazr est un plateau situé au sud-est du Ğabal Bārīšā qui s’étend vers l’ouest jusqu’au Rūğ et a (...)
  • 170 Cf. Futūḥ, 149, trad. 229.

62On dit aussi Ma‘ārat Miṣrīn. C’est une ville souvent mentionnée [dans les textes], célèbre, entourée d’arbres ; ses habitants boivent de l’eau de pluie. Elle possède un ancien rempart de pierre qui s’est écroulé et peu s’en fallut qu’il n’en restât que les traces. Ses habitants sont riches et possèdent des biens et des propriétés ; on dit que c’est elle qui est connue sous le nom de Ḏāt al-Quṣūr168 et elle fait partie des villages (qurā) du Ğazr169. Al-Balāḏurī rapporte ceci dans son Kitāb [futūḥ] al-buldān, d’après ce que lui ont dit les anciens170 : « ils ont dit : Abū ‘Ubayda ayant appris qu’une troupe grecque se trouvait entre Ma‘ārat Miṣrīn et Alep, alla à leur rencontre et tua de nombreux patrices. Il fit la conquête de Ma‘ārat Miṣrīn aux conditions mêmes de l’accord conclu avec [les habitants] d’Alep ».

  • 171 Ibn Wāḍiḥ ou Ya‘qūbī, cf. n. 4, p. 4.
  • 172 Village à environ six kilomètres au nord de Ma‘arrat Miṣrīn ; cf. Yāqūt, V, 100 ; Dussaud, THS, 21 (...)

63Al-Wāḍiḥ171 compte parmi les districts du ğund de Qinnasrīn. Martaḥwān172 et le district de Ma‘arrat Miṣrīn. Tous deux, aujourd’hui, sont deux villages du Ğazr.

  • 173 Sur Ḥamdān b. ‘Abd al-Raḥīm al-Aṭāribī (m. ap. 554/1159), poète et auteur, semble-t-il, d’une hist (...)

64Ḥamdān b. ‘Abd al-Raḥīm a dit en faisant son éloge et en la décrivant173 :

  • 174 Iram, ville évoquée dans le Coran où il est dit qu’elle fut détruite par un ouragan ; cf. Coran, L (...)
  • 175 Al-‘Adī b. Rabī‘a al-Taġlabī plus connu sous le nom d’al-Muhalhil, poète arabe pré-islamique, oncl (...)

« Que les nuages arrosent abondamment Ma‘arrat Miṣrīn telles les larmes que leur éloignement m’a fait verser,
Que les nuits dans leurs changements soient en paix avec elle, que les grâces et les bienfaits lui tendent la main,
Que l’ouragan en tempête ne se déchaîne pas dans son enceinte comme il a soufflé sur Iram174,
Dans ses cours, la pluie a tissé des parures faites de toutes sortes de fleurs souriantes telle une bouche aux belles dents,
Lorsque le vent d’est agite les fleurs, elles s’enlacent et leurs bouches s’embrassent,
Comme si le printemps y avait répandu les parfums épicés de Chrosoès roi des Perses et d’autres peuples. /
Que de fois, il m’en souvient, me suis-je arrêté aux portes du marché accompagné d’une famille dont la mort fut [pour moi] celle du monde !
Combien de désirs ai-je satisfait auprès d’un ami des Banū Ğušam sur la coltine de Bāb al-Ḥiṣn !
Que de choses ai-je ravies du côté oriental, en compagnie de jeunes gens appliqués à chasser leurs soucis !
Semblables à Muhalhil175, leur générosité n’a pas de limite, respectant les droits du protégé et du client,
Je les fréquentais lorsque j’étais dans la fleur de la jeunesse, et que point n’était besoin de teindre mes joues au cathame,
Oh que j’aurais voulu savoir, mais les souhaits sont désormais accablants : Dieu réunira-t-il mes proches après les avoir éloignés ?
Le temps, non content de vous avoir éloignés de moi me laisse assommé par les coups,
Au point qu’il me fit assister une seconde fois au siège de la ville par les infidèles, l’œil noyé et aveugle par les larmes,
Patience ! Peut-être verrai-je la bienveillance du temps se répandre parmi nous comme la guérison s’insinue dans la maladie,
Car Dieu accorde dans l’Au-Delà à ceux qui savent attendre, patienter et s’encourager à la patience, un bonheur éternel ».

ḤĀRIM176

  • 176 Ville fortifiée légèrement au sud de la route d’Antioche à Alep, au pied du versant occidental du (...)
  • 177 Cf. infra, p. 242 ; Canard, Hamdanides, 831-832.

65Ḥārim était, avant la conquête, une bergerie, c’est-à-dire un enclos qui entoure le bétail. Elle le demeura au début de l’Islam, jusqu’à ce que les Francs [lire : les Grecs] se fussent emparés d’Antioche en 358/968-69177.

66Sa longitude est de 69 degrés et 30 minutes, sa latitude est de 35 degrés et 30 minutes également.

  • 178 Māzawīr ou Mazoir. Sur cette famille franque des Mazoir, l’une des plus importantes de la principa (...)
  • 179 A la mort de son père al-Ẓāhir Ġāzī, la régence fut exercée au nom du jeune prince par Ṭuġril, jus (...)

67Les Grecs construisirent à Ḥārim une enceinte fortifiée pour protéger leur bétail des incursions des Arabes nomades. Par la suite, ils la restaurèrent, l’agrandirent, l’élevèrent jusqu’au jour où Ḥārim fut donnée en iqṭā‘ par le maître d’Antioche à un chevalier grec [lire : franc] du nom d’al-Māzawīr178. Il y construisit une citadelle et y plaça son étendard, qui y demeura. Il accrut les fortifications de la ville et sa bannière resta sur la citadelle jusqu’en 630/1232-33. Aucun des rois qui furent maîtres de cette forteresse ne la changèrent. al-Malik al-‘Azīz b. al-Malik al-Ẓāhir, maître d’Alep179, y monta, ordonna de l’enlever et la remplaça par la sienne.

  • 180 On peut encore voir les ruines de la forteresse dominer la pittoresque petite ville de Ḥārim. Le t (...)
  • 181 La traduction de la dernière partie de la phrase est à adopter avec réserve car les deux derniers (...)

68Cette citadelle devint, grâce aux restaurations d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī], bien fortifiée et inaccessible. Une partie est bâtie sur une hauteur, l’autre sur un glacis fait de pierres et de chaux et toutes ces constructions sont voûtées180. Au centre de la forteresse, se trouve la source « de la jeune fille » (‘ayn al-ğāriya) près de laquelle les voyageurs passent la nuit181 ; elle se répand ensuite dans le fossé puis se ramifie dans les faubourgs. Le plan de la citadelle était, dans le temps, triangulaire ; il le resta jusqu’au jour où le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] b. al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn, maître d’Alep, en prit possession. Il restaura alors la construction [de la forteresse] et la modifia. Il construisit des tours carrées, éleva [les murs] et lui donna un plan circulaire. /

  • 182 Cf. infra, p. 243 sq. et lire 477/1084.
  • 183 Sur la prise d’Antioche et d’Alep par le sultan seldjouqide Malikšāh (465-485/1072-1092), voir n. (...)
  • 184 Yaġī Siyān qui demeura gouverneur d’Antioche jusqu’à la prise de la ville par les Francs en 491/10 (...)
  • 185 Sur la prise d’Antioche par les Francs, voir infra, p. 246 sq.

69Lorsque Sulaymān b. Qutulmuš prit possession d’Antioche en 470/1077182, il prit Ḥārim avec les forteresses voisines d’Antioche. Puis après lui, Malikšāh en prit possession avec Antioche en 479/1086183 et chargea Yaġï Siyān du gouvernement d’Antioche et de ses dépendances184. Ḥārim resta en possession des Musulmans jusqu’à ce que les Francs s’emparassent d’Antioche en 491/1098 et la prissent avec toutes les forteresses voisines d’Antioche qu’ils avaient conquises185. Ils accrurent ses fortifications et ses constructions, et en firent un abri pour le cas où des troupes ennemies seraient lancées sur leur territoire.

  • 186 Sur la prise de Ḫārim par Nūr al-Dīn, voir Kāmil, XI, 301-304 ; Zubda, II, 318-321 ; Mufarriğ, I, (...)
  • 187 En rağab 543 (13 novembre-11 décembre 1148), où Nūr al-Dīn fut battu par les Francs alliés aux Ass (...)
  • 188 En reculant vers Artāḥ, à 18km. est-sud-est du lac d’Antioche, où il lui était plus facile de manœ (...)
  • 189 Sur l’émir turcoman Zayn al-Dīn ‘Alī Küčük b. Begtegin, Isfahsalār, fidèle allié des Zenguides et (...)

70Elle resta en leur possession jusqu’à ce qu’elle fût conquise par al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn au mois de ramadan 559/août 1164186. Nūr al-Dīn — que Dieu lui soit miséricordieux — en fit la conquête pour la raison suivante : lorsqu’il fut mis en déroute à Yaġrā187 il se jura qu’il n’ôterait sa chemise (ṣidār) et son vêtement (diṯār) que lorsqu’il aurait pris sa revanche. Il rassembla les armées et marcha sur Ḥārim. Les Francs rassemblèrent leurs troupes ; Nūr al-Dīn se retira vers Artāḥ avec les Francs à sa poursuite188. Un combat les opposa et les Francs mirent en déroute l’aile gauche de l’armée de Nūr al-Dīn. Puis ‘Alī Kūğak (Küčük), maître d’Irbil189, qui se trouvait dans l’aile droite, mit en déroute leur aile gauche ; Nūr al-Dīn chargea au centre, et les Francs furent mis en fuite jusqu’au dernier. Il se rendit à Ḥārim et en prit possession. Ce fut une grande et belle conquête, riche en butin.

  • 190 Zubda, III, 90.
  • 191 ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ğandar (m. 587/1191), l’un des grands émirs d’Alep. gouverneur de ‘Imm pu (...)
  • 192 Sur Mağd al-Dīn Abū Bakr b. al-Dāya (m. 565/1170) frère de lait de Nūr al-Dīn et gouverneur d’Alep (...)
  • 193 Actuelle Yeni Šehir en Turquie, au pied du versant septentrional du Ğabal Bārišā, au nord-ouest de (...)
  • 194 Sur Asad al-Dīn Šīrkūh, commandant en chef (Isfahsalār) de l’armée d’Alep sous Nūr al-Dīn, voir n. (...)

71Kamāl al-Dīn ‘Umar b. Aḥmad Ibn al-‘Adīm rapporte dans son histoire, des accords très étonnants190 : Aḥmad b. Mas‘ūd al-Mawṣilī al-Muqri’ lui raconta ceci : « J’étais imām en même temps que ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ğandar191. Il arriva que je partis avec lui vers Ḥārim en 575/1179-80. Là, je m’assis en sa compagnie sous un arbre et il me dit : « Nous étions Mağd al-Dīn Abū Bakr b. al-Dāya192, al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn — que Dieu lui soit miséricordieux — et moi, sous cet arbre, tandis que Nūr al-Dīn assiégeait Ḥārim qui était aux mains des Francs en 559/1164. Mağd al-Dīn dit alors : « Je souhaite que Nūr al-Dīn fasse la conquête de Ḥārim et me la donne ». Ṣalāḥ al-Dīn dit : « Je souhaite avec l’aide de Dieu, l’Egypte ». Puis il me dit : « Émet toi aussi un désir ». Je dis : « Si Mağd al-Dīn est maître de Ḥārim et toi maître d’Egypte, je ne serai pas perdu entre vous deux ». Mais il dit : « Non, il ne fait pas de doute que tu désires quelque chose ». Je dis : « Si cela ne fait pas de doute, alors je désire ‘Imm193 ». Dieu permit que Nūr al-Dīn mît en déroute les Francs et prît possession de Ḥārim ; il la remit à Mağd al-Dīn et me donna ‘Imm. Dieu permit [aussi] que Asad al-Dīn194 conquît l’Egypte, et les choses suivirent leur cours jusqu’à ce que Ṣalāḥ al-Dīn en prît possession ».

  • 195 Celui-ci possédait déjà Tall Bāšir. Cf. infra, p. 65.

72Lorsque Nūr al-Dīn prit possession de Ḥārim, il disposa deux signaux à feu qui brûlaient toute la nuit pour guider les prisonniers musulmans échappés du pays des Francs. Les Francs offrirent à Nūr al-Dīn 20.000 dinars pour qu’il les fît enlever, mais il ne leur répondit pas. Lorsque Ḥārim fut entre les mains de Mağd al-Dīn, il la céda à son [demi] frère utérin, Badr al-Dīn Ḥasan b. Muḥammad b. al-Dāya195 et elle resta en sa possession jusqu’à la mort de Nūr al-Dīn.

  • 196 Sur al-Malik al-Ṣāliḥ (569-577/1174-1180), qui n’avait que onze ans lorsqu’il succéda à son père N (...)
  • 197 Sa‘d al-Dīn Kumuštukīn était l’affranchi du frère de Nūr al-Dīn, Quṭb al-Dīn Mawdūd qui mourut à M (...)
  • 198 Sur ce vizir qui appartenait à la grande famille d’Alep des Banū 1‘Ağamī, dont le père (m. 561/116 (...)
  • 199 Sur Sinān, chef de la secte des Assassins, voir S. Guyard, « Un grand maître des Assassins au temp (...)
  • 200 « L’alama sert à rendre valides les documents qui émanent du sultan, du cadi etc... ; mais elle va (...)

73Al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl b. Nūr al-Dīn196 la lui prit et la donna à Sa‘d al-Dīn Kumuštukīn (Gumuštukīn) l’affranchi (‘atīq) de son oncle paternel Quṭb al-Dīn, maître de Mossoul, car Kumuštukīn avait quitté Mossoul, avait marché vers al-Ṣāliḥ après la mort de Nūr al-Dīn, et s’était emparé de la direction de l’Etat jusqu’en 573/1177197. Les Ismā‘īliens se jettèrent sur le vizir Šihāb al-Dīn Abū Ṣāliḥ / ‘Abd al-Raḥīm b. ‘Abd al-Raḥmān b. al-‘Ağamī, le 4 rabī‘ I (31 août) alors qu’il sortait de la grande mosquée, un vendredi, et le tuèrent198. al-Malik al-Ṣāliḥ b. Nūr al-Dīn écrivit à Sinān, chef des Ismaéliens, et lui en fit reproche199. Celui-ci lui envoya dire qu’il ne l’avait tué que sur son ordre. Le messager portait une lettre à ce sujet sur lequel figurait l’apostille (‘alāma)200 d’al-Malik al-Ṣāliḥ. Lorsqu’al-Ṣāliḥ en prit connaissance, il l’examina de près ; il se faisait que Sa‘d al-Dīn Kumuštukīn (Gumuštukīn) lui avait présenté des feuilles blanches et lui avait demandé de les apostiller pour les employer à des affaires d’Etat ; or la lettre faisait partie des feuilles blanches qu’il avait apostillées. Il fut dès lors certain que Sa‘d al-Dīn avait fait un faux.

  • 201 La source de ce récit jusqu’à « Surhak ġulām de son père » (p. 40) est sans doute la Zubda d’Ibn a (...)

74Il se saisit de Sa‘d al-Dīn le 9 rabī‘ I (5 septembre) de cette même année et découvrit que celui-ci avait entrepris de vendre Ḥārim aux Francs contre une somme importante201. Il exigea la restitution de Ḥārim, mais Sa‘d al-Dīn s’y refusa. Il fut amené en garde à vue à Ḥārim jusque sous la citadelle, où il fut torturé de plusieurs façons. Sa‘d al-Dīn appela l’un de ceux qui avaient sa confiance parmi les défenseurs de la citadelle et lui dit en secret de ne pas la remettre serait-il découpé en morceaux. Puis il leur dit à haute voix : « A tel signe [que je ferai], remettez-là ». Les occupants de la citadelle persévérèrent dans la rebellion. Il fut à nouveau torturé. On lui fit avaler du vinaigre, de la chaux, de la fumée, il fut comprimé entre des pièces de bois et suspendu la tête en bas. Ses amis le regardaient mais refusaient de remettre la citadelle. Les Francs sortirent d’Antioche et réclamèrent Ḥārim, mais auparavant, al-Malik al-Ṣāliḥ avait ordonné de pendre Kumuštukīn (Gumuštukīn). Il fut pendu et ses amis le voyaient. On lui cassa les mains et le cou et on le jeta dans le fossé.

  • 202 Sur cette place-forte située au nord-ouest de Hama, voir Le Strange, Palestine, 533-534 ; Van Berc (...)
  • 203 Sur ‘Imm, voir supra n. 2, p. 36. Nous n’avons pu cependant, localiser avec précision sur la carte (...)
  • 204 Sur la défaite de Ṣalāḥ al-Dīn près du château de Montgisard à quelques kilomètres au sud-est de R (...)

75Lorsque les Francs apprirent cela, ils se dirigèrent vers Šayzar202 et menèrent des incursions contre elle. al-Malik al-Ṣāliḥ entra à Alep et laissa son armée sur le territoire de ‘Imm et de Ğāšir203, près de Ḥārim afin de la défendre contre les Francs. Ceux-ci revinrent de Šayzar, assiégèrent Ḥārim et la bloquèrent. Les habitants se repentirent de ne pas l’avoir remise à al-Malik al-Ṣāliḥ et s’écrièrent : « Ṣalāḥ al-Dīn, Ο Victorieux ! » Les Francs firent apporter une tente qu’ils avaient prise à Ṣalāḥ al-Dīn lorsqu’ils l’avaient battu à al-Ramla204 et dirent aux habitants de Ḥārim qu’il était impuissant à venir à leur aide.

76Puis vint l’année [57]4/1178 ; les Francs s’appliquaient [toujours] au siège de Ḥārim. Ils creusèrent dans le tell de la citadelle une mine sur le côté sud et une autre sur le côté nord. Mais le rempart s’écroula sur les Francs qui se trouvaient en-dessous et un grand nombre d’entre eux furent tués. C’est à cet emplacement que se trouve l’éperon de muraille qu’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] b. Ṣalāḥ al-Dīn a restauré. Le combat devint dès lors impossible de ce côté de peur qu’il ne tombât autre chose.

  • 205 Commandant d’armée, grand émir d’Alep (m. 585/1189), proche conseiller du prince d’Alep, ‘Imād al- (...)
  • 206 Sur cette place-forte au nord-est de ‘Imm, voir infra p270.
  • 207 Sur cette localité à l’est de ‘Imm (carte I), voir Dussaud, THS, 224 ; Littman, Topographie, 174 ; (...)

77Les habitants de la forteresse envoyèrent l’un d’entre eux à Ṭumān205, commandant de l’armée qui se trouvait à Tīzīn206 et sur le territoire de ‘Imm, pour lui demander de leur obtenir une capitulation de la part d’al-Malik al-Ṣāliḥ. Ṭumān envoya un messager à al-Malik al-Ṣāliḥ pour le mettre au courant ; celui-ci leur écrivit un traité de capitulation, puis il choisit des hommes robustes d’Alep, leur donna une forte somme d’argent et leur ordonna d’entrer dans la citadelle de Ḥārim. Ils y allèrent de nuit alors que les Francs la cernaient ; ils suivirent leurs tentes, en ordre dispersé, jusqu’à les avoir dépassées, puis ils crièrent : « Allāh est le plus grand » et « Il n’y a pas d’autre Dieu que Dieu » et montèrent à la citadelle sains et saufs. Le moral des occupants s’en trouva renforcé et leur ardeur s’accrut. Une armée partit de Tīzīn vers Dayr Aṭma207 ; elle rencontra dans une plaine une troupe de Francs qu’elle attaqua, ceux-ci prirent la fuite. Certains d’entre eux furent tués et d’autres faits prisonniers. Le siège des Francs continua pendant quatre mois.

  • 208 Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 38 et n. 1), ajoute : « Ğamdār de son père Nūr al-Dīn ». Sur ce mot, abr (...)

78Puis al-Malik al-Ṣāliḥ envoya un messager aux Francs pour les informer qu’al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn] était sorti d’Egypte et se dirigeait vers eux et vers Ḥārim. Lorsque Ḥārim serait en sa possession, il deviendrait leur voisin et leur stAbīlité disparaîtrait avec lui. Il leur donna une forte somme d’argent en compensation de ce qu’ils avaient dépensé pendant la durée de leur siège. La paix s’instaura entre eux, et les Francs s’en allèrent. / al-Malik al-Ṣāliḥ sortit d’Alep en direction de Ḥārim. Elle lui fut remise par les amis de Sa‘d al-Dīn à qui il pardonna leur délit. Il en confia le gouvernement à Ṣurḫak, ġulām de son père208.

  • 209 ‘Izz al-Dīn, petit fils de Zengī avait déjà succédé à son frère Sayf al-Dīn, mort en 576/1180-81, (...)
  • 210 ‘Imād al-Dīn b. Quṭb al-Dīn avait été privé à la mort de son père de la succession de Mossoul qui (...)
  • 211 Le récit de la révolte de Ṣurḫak est sans doute emprunté à la Zubda d’Ibn al-‘Adīm (III, 70) d’apr (...)
  • 212 De l’année 579/1183.
  • 213 Sarbak, mamelouk de Ṣalāḥ al-Dīn, d’après Ibn al-‘Adīm, Zubda, III, 139. Bahā’ al-Dīn b. Šaddād l’ (...)

79Elle resta en sa possession jusqu’à la mort d’al-Malik al-Ṣāliḥ en 577/1181. ‘Izz al-Dīn Mas‘ūd b. Quṭb al-Dīn Mawdūd209 fut chargé du gouvernement d’Alep et y demeura quelque temps. Puis il échangea avec son frère ‘Izz al-Dīn [lire : ‘Imād al-Dīn] Alep contre Sinğār210. Par la suite, Alep revint à Ṣalāḥ al-Dīn au mois de ṣafar [5]79(26 mai-24 juin 1183). Il envoya un messager à Ṣurḫak pour lui réclamer Ḥārim. Celui-ci refusa de la lui remettre ; Ṣalāḥ al-Dīn lui donna tout ce qu’il désirait comme iqṭā‘ mais Ṣurḫak exagéra dans ses demandes211. Il correspondit avec les Francs pour leur demander de l’aide. Une partie des troupes (ağnād) séjournant dans la citadelle de Ḥārim apprit cela et en informa ses amis qui se jettèrent sur lui, le saisirent et l’emprisonnèrent. Ils écrivirent à al-Mālik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn pour lui demander sa protection (amān) et sa grâce (in‘ām). Il leur répondit favorablement et la ville lui fut remise au mois de rabī‘ I (27 juin-24 juillet)212. Il y nomma gouverneur l’un de ses eunuques (ḫādim) du nom de Sarbak213 et elle resta en possession de Ṣalāḥ al-Dīn jusqu’à sa mort.

  • 214 Sur ces deux localités, voir infra p. 273 et 280. En 503/1196-97, Sarbak se révolta de nouveau dan (...)

80Après lui, son fils al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] fut souverain d’Alep et de sa région (a‘māliha) au mois de ṣafar [5]89(6 février-7 mars 1193). Lorsqu’il consolida son pouvoir et s’empara des citadelles, il envoya à Sarbak une robe d’honneur qu’il revêtit, puis qu’il fit revêtir à l’un de ses mamelouks qu’il affectionnait. Le sultan supporta difficilement cela et lui écrivit pour lui demander de venir. Sarbak soupçonneux ne répondit pas. Al-Ẓāhir lui écrivit de nombreuses fois mais les craintes de Sarbak s’accrurent. al-Malik al-Ẓāhir partit et assiégea Ḥārim. Sarbak refusa [de se soumettre], puis les émirs s’interposèrent entre eux. al-Malik al-Ẓāhir lui donna en échange de Ḥārim, Ra‘bān et Kaysūm214 à condition qu’il résidât à Alep. Il répondit favorablement à cela et al-Malik al-Ẓāhir reçut Ḥārim. Sarbak y avait construit un hippodrome connu sous son nom.

  • 215 Nom qui manque dans tous les manuscrits. Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 178) parle d’un certain As‘ad A (...)
  • 216 En 613-1216.
  • 217 Sur Šihāb al-Dīn Ṭuġril, atabeg d’al-Malik al-‘Azīz, fils d’al-Malik al-Ẓāhir, voir Ṭabbāḫ, II, 24 (...)
  • 218 Emir d’Alep, qui, en 620/1223, était au service d’al-Malik al-Ašraf en Egypte, puis se trouve en 6 (...)

81Le sultan y nomma gouverneur un de ses mamelouks appelé...215. Il y résida jusqu’à la mort du sultan al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī]216 puis s’y révolta. L’atabeg217 lui envoya l’émir Nāṣiḥ al-Dīn Abū l-Ma‘ālī al-Fārisī218. Lorsque celui-ci arriva à Ḥarim et demanda à se réunir avec lui, il refusa. L’émir lui montra les diplômes (manāšīr) lui conférant de nombreux iqṭā-s en plus de ceux qu’il possédait dans la région (a‘māl) de Ḥārim et le gouverneur lui permit alors de monter. Nāṣiḥ al-Dīn demeura chez lui jusqu’à ce qu’il s’entendît et décidât avec les occupants de la citadelle de se saisir du gouverneur. Ils s’emparèrent de lui et l’emmenèrent à Alep.

  • 219 Nous n’avons pas pu trouver d’autres renseignements sur ce personnage.
  • 220 Cet émir est cité par Ibn Šaddād dans son chapitre sur Mayyāfāriqīn en 657/1253, lors de l’arrivée (...)
  • 221 Il existait à Alep un masğid Ḥusayn al-A‘raġ (cf. Aclāq, Ḥalab, 78).
  • 222 Ibn al-‘Adīm consacre une notice biographique dans sa Buġya à Ismā‘il b. Sūdakīn b. ‘Abd Allāh al- (...)

82Šuğā‘ al-Dīn b. al-Qar‘ūnī fut alors nommé gouverneur219 et le demeura jusqu’à sa mort. Après lui l’émir Iftiḫār al-Dīn Yāqūt, l’affranchi (‘atīq) d’al-Malik al-Ẓāhir220 fut chargé du gouvernement et le garda jusqu’à ce qu’on l’appelât à Alep. Šams al-Dīn Ismā‘īl b. Ḥusayn al-A‘rağ al-Yārūqī221 fut nommé gouverneur puis fut destitué. Après lui, Ğamāl al-Dīn Sūdakīn222 fut chargé du gouvernement de Ḥārim où il mourut.

  • 223 En 658/1260. Sur Hūlākū, chef des Mongols et sur l’invasion de la Syrie, voir p. 13, n. 2. Sur la (...)
  • 224 Faḫr al-Dīn était gouverneur de la citadelle, lors de la prise d’Alep par les Mongols. Il fut tué (...)
  • 225 Sur al-Malik al-Nāṣir Yūsuf (634-658/1236-1260), voir n. 1, p. 4.

83Ensuite vint Mubāriz al-Dīn Muḫā’īl al-Zarrād (l’armurier) qui y demeura jusqu’à ce que Hūlākū s’emparât de la ville après avoir pris Alep223. Il assiégea Ḥārim avec son armée et la bloqua, mais Mubāriz al-Dīn n’accepta pas de la lui remettre et persista dans son refus. Hūlākū envoya alors chercher Faḫr al-Dīn Iyās224, gouverneur de la citadelle d’Alep. Lorsque celui-ci arriva auprès de lui, Mubāriz al-Dīn lui remit Ḥārim et lui dit : « tu es le lieutenant du sultan al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II]225 et tu m’as remis cette citadelle. Reprends ce que tu m’as donné afin qu’il ne pèse sur mes épaules aucune responsabilité aux yeux des Musulmans ». Faḫr / al-Dīn Iyās la reçut du gouverneur dont nous avons parlé, puis la remit à Hūlākū. Celui-ci, en colère, tua tous ses habitants et ses animaux et la dévasta.

  • 226 Sur le titre d’Isfahsalār, « commandant en chef », voir Elisséeff, ND, 640.

84A l’époque du sultan al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī], les lieutenants du roi, les émirs commandants en chef (Isfahsalār)226 les plus grands, les plus importants, séjournaient à Ḥārim.

  • 227 Cf. n. 3, p. 14.

85Le revenu qu’on tirait de sa région (‘amal) était dépensé pour mille cavaliers227 sans compter le revenu propre de la capitale (qaṣaba) du pays (Ḥārim) qui représentait 500.000 dirhams. Cette région (‘amal) comprend des villages et des jardins avec des sources auprès desquelles se trouvent des moulins ; on l’appelle la petite Damas en raison de toutes les sortes de fruits [qu’elle produit] en abondance.

  • 228 Cf. carte I. Sur cet ensemble de chaînons montagneux orientés nord-sud, à l’ouest d’Alep, voir Dus (...)
  • 229 Au nord-ouest d’Idlib, l’actuelle Biret Armenaz (carte I) se situe au nord de ce long couloir qu’e (...)
  • 230 Actuel Ğabal Barakāt ou Ğabal Sam‘ān à l’ouest d’Alep. Dussaud, THS., 216 et 223 ; Canard, Hamdani (...)
  • 231 Actuelle Aršaqibār sur l’affluent du ‘Afrīn qui descend du seuil de Qatma. Dussaud, THS., 228-229  (...)
  • 232 Samanli sur la carte d’État-Major au 50.000e du « Amouk », à l’est du ‘Amq au nord du ‘Afrīn et à (...)
  • 233 Yāqūt mentionne une ville de ce nom entre Mar‘aš et Antioche dont le district est arrosé par le Na (...)
  • 234 Sur cette grande plaine au nord-est d’Antioche entre l’Amanus et le Kurd Dagh, voir Dussaud, THS., (...)
  • 235 Iqlīm (« climat » ou « région ») peut désigner parfois l’équivalent ou la subdivision d’un distric (...)
  • 236 A l’époque ayyoubide le souverain pouvait distribuer en iqṭā‘ à des notables certaines villes impo (...)

86Les limites de cette région (‘amal) sont au sud, le Ğabal Armanāz, le Ğabal al-A‘lā et le Ğabal Bārīšā228. Toutes ces montagnes sont mises en valeur par des domaines (ḍiyā‘) et des villages. Ce territoire s’étend jusqu’à al-Bīr al-Ṭayyib dans le Rūğ229. A l’est la région est limitée par ‘Imm, Tīzīn et le Ğabal Laylūn230. Des cours d’eau descendent de toutes ces montagnes qui sont recouvertes d’arbres. Au nord, la région s’étend jusqu’à Ğisr Qībār231 sur le ‘Afrīn, aux moulins de Sammūnīya232 et jusqu’au pays d’al-Balāṭ233 ; elle comprend les villages du ‘Amq234. A l’ouest, elle englobe un territoire (nāḥiya) qu’on appelle al-Iqlīm235, et s’étend jusqu’à l’Oronte (nahr al-‘Āṣī). Dans ces territoires (nawāḥī), plus de trente gouverneurs (wālī) exerçaient le pouvoir au nom des lieutenants (nā’ib) du sultan qui gouvernait Ḥārim236.

87Enfin, des citadelles connues pour leurs fortifications se situent dans cette région (‘amal) :

  • 237 Actuel village de Darkūš sur l’Oronte au nord de Ğisr al-Šuġūr, mais il ne subsiste rien de la for (...)

88Qal‘at Darkūš237

89Ce n’était dans le temps qu’un roc (šaqif) ; lorsque les Francs construisirent Ḥārim, ils y édifièrent une forteresse. Elle possède un gouvernement (wilāya), une grande mosquée, un faubourg, et se situe au bord de l’Oronte (al-‘Āṣī) dans un défilé profond (kahf).

  • 238 Actuelle Belmis au nord-ouest de Ğisr al-Šuġūr ; Dussaud, THS., 174 ; Cahen, SN, 160. Cf. carte I.

90Qal‘at Balmiš238

91Elle est située sur le fleuve [l’Oronte] ; place fortifiée, elle possède une grande mosquée, un faubourg et un gouvernement (wilāya).

  • 239 Sur la rive ouest de l’Oronte entre Darkūš et Ğisr al-Šuġūr. Yāqūt, IV, 469 ; Dussaud, THS., 183 ; (...)

92Šaqif Kafardubin239

93C’est aussi une citadelle fortifiée sur l’Oronte. Elle possède une grande mosquée, un faubourg et un gouvernement (wilāya).

  • 240 Sur la population arménienne en Syrie du Nord au xi-xiie siècle, voir Cahen, SN, 184-185.
  • 241 En 658/1260. Cf. p. 42.
  • 242 Bohémond VI (1252-1268) qui sous l’impulsion de son beau-père Héthum 1er d’Arménie avait reconnu l (...)

94Les payšans et les habitants de ces territoires (nawāḥī) sont arméniens240. Ces forteresses restèrent en possession des rois d’Alep rattachés à Ḥārim jusqu’à ce que les Mongols se fussent emparés de la région de Ḥārim toute entière241. Elles furent toutes remises au prince, maître d’Antioche et de Tripoli242. Elles restèrent en sa possession jusqu’à la conquête du sultan al-Malik al-Ẓāhir Baybars, maître d’Egypte et de Syrie.

  • 243 C’est-à-dire après la reconquête d’Antioche. Cf. Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ, 324. Sur la reconquête d (...)

95Ces forteresses lui furent remises avec le reste de la région (‘amal)243 et il y installa des lieutenants pour en assurer la défense. Leur reddition eut lieu le 17 ramāḍan 666/1er juin 1268. /

‘AZĀZ244

  • 244 Ville à environ 45 km. au nord-ouest d’Alep. Seules les premières lignes (jusqu’à « en briques cru (...)

96C’est une ville prospère aux beautés apparentes ; ses constructions se sont étendues et multipliées, sa citadelle s’est élevée et ses profits ont augmenté. Elle était autrefois connue sous le nom de Tall ‘Azāz. Sa citadelle fut jadis construite en briques crues (libin) et en boue (madar). Son district est grand et comprend près de trois cents villages ; la plupart de ces villages appartiennent à des habitants d’Alep.

97Sa longitude est de soixante et onze degrés et vingt cinq minutes, sa latitude est de trente six degrés et vingt six minutes.

  • 245 Lors de l’attaque des Grecs contre Alep sous le commandement du Domestique Nicéphore, fils du Dome (...)
  • 246 Sur Sa‘d al-Dawla (356-381/967-991), fils et successeur de Sayf al-Dawla, voir Ibn Ḫallikān, III, (...)

98Cette ville resta prospère jusqu’à ce que les Grecs la prissent aux Musulmans en 351/962245. Puis Sa‘d al-Dawla Abū l-Ma‘ālī Šarīf b. Sayf al-Dawla la leur reprit246. En 373/983-84, il y eut un tremblement de terre dans la région de Qinnasrīn ; la citadelle de ‘Azāz fut détruite et Sa‘d al-Dawla la remit en état (‘amarahu).

  • 247 Peut-être à la suite du traité conclu avec Qarġawayh, gouverneur d’Alep en 359/969, d’après lequel (...)
  • 248 Sur ce chef turc, commandant en chef de l’armée fatimide en 382/ 993, lors de la première attaque (...)
  • 249 Sur ce prince mirdaside d’Alep (457-468/1065-1076), voir Zubda, II, 9-49 et Sauvaget, Extraits Buġ (...)
  • 250 Ibn al-‘Adīm (op. cit.) : « ḏurrīyatu-hu wa ahlu-hu » (ses enfants et sa famille - ou sa femme). C (...)
  • 251 Le vizir Ibn Abī l-Ṯurayyā avait remplacé Abū Bišr al-Naṣrānī auprès de Maḥmūd, après avoir contri (...)
  • 252 Sur ce poète, élève d’al-Ma‘arrī, m. 466/1073, voir Ibn al-Qalānisī, Ḏayl, 91 ; al-Kutubī, Fawāt, (...)
  • 253 Secrétaire de Maḥmūd, il fut ensuite vizir de son fils Naṣr b. Maḥmūd puis du frère cadet de celui (...)

99Par la suite, les Grecs en prirent possession247. Banğūtikīn, l’un des commandants d’al-‘Azīz, souverain d’Egypte, en fit la conquête lorsqu’il attaqua Alep248 mais il n’en tira rien et elle resta aux mains des souverains d’Alep. Lorsque Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ prit possession d’Alep249, il lui vint l’idée de nommer gouverneur, dans chacune de ses citadelles, un Alépin qui aurait des clients et une famille (ḏimma wa ḏurīya) sous son autorité250. Il demanda au vizir Ibn Abī l-Ṯurayyā251 de lui choisir quelqu’un pour être gouverneur de ‘Azāz. Celui-ci lui dit : « Je ne trouve personne de comparable à Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. Sa‘īd b. Yaḥyā b. Sinān al-Ḫafāğī252. Abū Naṣr b. al-Naḥḥās qui était présent approuva ce choix253. Maḥmūd fit donc venir Abū Muḥammad et le nomma gouverneur après que celui-ci eut d’abord refusé.

  • 254 Voir l’explication infra.
  • 255 Le pronom « tu » renvoie sans doute à Maḥmūd et « le » à Abū Muḥammad.

100Par la suite, Maḥmūd se facha contre lui et le fit appeler à plusieurs reprises à Alep. Abū Muḥammad trouva un prétexte et ne se présenta pas. Abū Naṣr b. al-Naḥḥās secrétaire (kātib) de Maḥmūd était aussi l’ami d’Abū Muḥammad, et lui écrivait en secret pour le mettre en garde contre sa venue. Un jour, Maḥmūd ordonna à Ibn al-Naḥḥās d’écrire à Abū Muḥammad une lettre le traitant avec bienveillance et lui ordonnant de venir. [Il voulait] que la lettre soit d’Abū Naṣr car il connaissait l’amitié qui liait les deux hommes. Il lui ordonna de garantir à Abū Muḥammad qu’il lui voulait du bien et d’écrire la lettre devant lui. Abū Naṣr ne put introduire aucune énigme dans la lettre et dit : « Je ne pus rien faire, sinon mettre une šadda sur le nūn de « In šā’ Allāh » (s’il plaît à Dieu) et je terminais sur le mot du Coran254 puis je [me] dis : « si tu savais contre quoi j’ai écrit, je ne serai pas en apparence celui qui le trompe »255.

101Maḥmūd prit la lettre, la relut attentivement, la trouva adéquate et satisfaisante. Il ordonna de la fermer et d’y mettre l’adresse puis il la confia à l’un des amis d’Ibn al-Naḥḥās et le chargea de dire : « ceci est une lettre que m’a donnée Abū Naṣr chez lui ». L’homme se rendit à ‘Azāz et lorsque Abū Muḥammad al-Ḫafāğī prit connaissance de la lettre, il la relut et en demeura étonné. Il dit : « mon frère t’a-t-il remis cette lettre chez lui, au Dīwān, ou à la citadelle en présence de l’émir ? L’homme dit : « sans aucun doute, chez lui ». Abū Muḥammad dit : « cela n’est pas vrai ». L’homme jura, mais il ne le crut pas, jusqu’à ce qu’il dît : « j’ai compris ». Il écrivit sa réponse, remercia Abū Naṣr et lui dit qu’il se préoccuperait de venir lorsque sa fièvre tomberait, puis il écrivit à la fin : « In šā’ Allāh » (s’il plaît à Dieu) et mit un alif au début du nūn ; on dit aussi qu’il colla le alif au nūn de manière à ce que cela devienne lan. /

  • 256 De cette manière, en effet, la phrase d’Abū Naṣr commençait comme le verset du Coran, par Inna (ّإ (...)
  • 257 Nous avons été obligés de simplifier la phrase d’Ibn Šaddād qui appa-raissait dans tous les manusc (...)

102La šadda sur le nūn d’Abū Naṣr, renvoyait à la phrase du Très Haut : « Les chefs du peuple confèrent à ton sujet pour te tuer » (Coran, XXVIII, 20)256. La réponse d’Abū Muḥammad al-Ḫafāğī [renvoyait au verset] : « Nous n’y entrerons certainement pas tant qu’ils seront là » (Coran, V, 24) ; la phrase commençait par « lan » selon la seconde version ou par Inna lan selon la première version de cette histoire257.

  • 258 Ḫuškanāna, mot d’origine persane qui peut s’écrire de diverses manières en arabe (ḫuškunāniğ, ḫušk (...)

103Lorsque Maḥmūd prit connaissance de la réponse, il dit à Abū Naṣr : « Je ne veux connaître sa mort que par toi sinon je te tuerai ». Celui-ci dit : « Comment [ferai-je] » ? Maḥmūd dit : « Tu vas aller chez lui aujourd’hui avec trente cavaliers qui se posteront pour toi à un quelconque endroit de la route. Tu enverras en avant quelqu’un lui annoncer ton arrivée et tu emporteras dans ta guêtre ce biscuit (ḫuškanāna)258 parmi d’autres. Si tu agis ainsi, nul doute qu’il descendra de la citadelle de ‘Azāz, viendra à ta rencontre et t’offrira de monter et d’habiter chez lui. Tu lui diras alors : « Je suis tenu par un délai et j’ai été forcé de jurer que je ne descendrai pas à terre et que je ne mangerai pas chez toi ». Prolonge la discussion jusqu’à ce que tu apprennes qu’il a faim. Evoque alors toi-même la faim et sors pour toi un biscuit parmi ceux que tu possèdes, puis sors celui qui est dans ta guêtre et donne-le-lui. Toi, mange celui qui t’est destiné et converse avec lui tout en restant sur vos montures à l’écart de vos compagnons. Ne cesse de lui parler que lorsqu’il finira de manger [son biscuit]. Le signe de ta sincérité sera sa mort, dans le cas contraire, c’est toi que je tuerai ».

104Abū Naṣr b. al-Naḥḥās dit : « Cette affaire s’abattit sur moi et me fit désirer la mort. Je sortis au comble de la douleur [de voir] que Dieu me condamnait à faire cela. Tantôt, je pensais trouver mon salut dans la fuite, et tantôt je pensais à mes enfants et à ma famille : agir ainsi leur ferait tout perdre par ma connaissance de l’injustice de mon maître ; par ailleurs les cavaliers s’en remettaient [aussi] à moi. Lorsque je rencontrais Abū Muḥammad, je fis donc ce que Maḥmūd m’avait recommandé, puis je l’invitais à terminer son biscuit. Je revins en toute hâte de l’endroit où je me trouvais et je m’éloignais du territoire de ‘Azāz. J’enfourchais le cheval de main qui m’accompagnait et je pressais la marche de peur d’être poursuivi ». Abū Muḥammad regagna la citadelle puis ressentit une forte suffocation, fut pris de tremblements et dit : « Mon frère Abū Naṣr m’a tué, allez à sa poursuite ». Ils partirent à cheval derrière lui, mais ils ne le rattrapèrent pas.

  • 259 Le šarīf (pl. Ašrāf) fait partie du groupe de musulmans privilégiés qui jouissent d’un grand prest (...)

105Lorsque Abū Naṣr arriva, il se réunit avec Maḥmūd et le mit au courant de ce qui s’était passé. Le lendemain matin, un messager de ‘Azāz arriva réclamant le šarīf al-naqīb Abū l-Ma‘ālī al-Faḍl b. Mūsā al-Ḥusaynī259 et le fils d’Abū Muḥammad al-Ḫafāğī ainsi qu’une partie de sa famille. Le messager rapporta qu’Abū Muḥammad était à l’agonie. Maḥmūd interdit au fils d’Abū Muḥammad de sortir mais autorisa le šarīf al-naqīb [à le faire] et lui ordonna de lui garder la citadelle jusqu’à ce qu’il lui parvînt un gouverneur. Puis il nomma gouverneur, cinq jours plus tard, l’un de ses amis.

106Abū Muḥammad mourut dans la citadelle de ‘Azāz en 466/ 1073-74, certains disent en [4]64/1071-72. Il fut transporté à Alep et l’émir Maḥmūd b. Ṣāliḥ pria pour lui. Lorsque Abū Muḥammad sentit venir la mort, il dit :

« Crains ceux en qui tu as foi, et ne fais confiance à personne : je ne te conseille qu’après expérience.

Si parmi les Turcs, il y a des infidèles, leur infidélité ne dépasse pas la perfidie des Arabes,

Ceux-ci sont passés maîtres dans l’ignominie et s’apprêtaient à l’étudier dans les miḥrāb-s ». /

  • 260 En 471/1078-79 ; cf. Zubda, II, 62 ; sur Tutuš (471-488/1078-1095), voir n. 4, p. 27.
  • 261 Sur la prise d’Alep en 472/1080 par le ‘uqaylide de Mossoul Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš, voir (...)
  • 262 Sur la dynastie des Artuqides d’Alep (511-521/1117-1127), voir Zubda, II, 185-238 ; EI2, art. « Ar (...)

107‘Azāz resta sous l’autorité des souverains d’Alep jusqu’à l’arrivée de Tāğ al-Dawla Tutuš du Ḫurāsān lors de sa marche sur Alep. Il traversa l’Euphrate et prit la citadelle de ‘Azāz après l’avoir assiégée260 ; il la conserva avec d’autres citadelles jusqu’à ce que Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš prît possession d’Alep261. Il prit ‘Azāz avec les villes dont il se rendit maître et elle resta en possession des souverains d’Alep jusqu’en 513/1119-20, à l’époque où les Artuqides étaient maîtres d’Alep262.

  • 263 Sur la prise de ‘Azāz parles Francs, voir Zubda, II, 186. Joscelin épousa en secondes noces Marie (...)
  • 264 Sur la capture de Joscelin II, comte d’Edesse (1131-1150) dans des circonstances qui varient selon (...)

108Les Grecs [lire : les Francs] marchèrent sur ‘Azāz, s’en emparèrent et la remirent à Joscelin, le Franc263. Il la fortifia, y éleva des constructions et la conserva jusqu’à ce que Nūr al-Dīn s’en emparât après avoir fait prisonnier Joscelin en [5]44/1149-50264. Il proclama dans toute la région d’Alep qu’à ceux qui possédaient quelque-chose à ‘Azāz avec une preuve évidente qui en témoigna, leur propriété serait confirmée et ne leur serait pas enlevée. Les gens confirmèrent la plupart de leurs biens au moyen d’anciens livres en leur possession et grâce [aussi à d’autres] preuves, Nūr al-Dīn répartit entre eux les vivres qui s’y trouvaient.

  • 265 Al-Malik al-Ṣāliḥ (569-577/1174-1180) ; cf. n. 1, p. 37.
  • 266 Le récit suivant est recopié sur la Zubda d’Ibn al-‘Adīm (III, 28-29) d’après Kāmil, XI, 430.
  • 267 Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm (op. cit.) ajoutent que ce Batinien était chef de la secte des Asadite (...)
  • 268 Casağund : « sorte de jaquette rembourrée et piquée en coton ou en soie dont on se sert de cuirass (...)
  • 269 Yāzkuš ou Yāzkuğ al-Asadī d’après Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm (op. cit). Il fut nommé gouverneur e (...)

109‘Azāz resta en sa possession puis en possession de son fils al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl265 jusqu’à ce qu’al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn s’emparât de Damas et marchât sur Alep. Il campa autour de ‘Azāz le 3 ḏū l-qa‘da [5]71 (4 mai 1176), l’assiégea et dressa contre elle les mangonneaux266. Un jour où il était assis dans la tente d’un de ses émirs du nom dé Ğāwalī, un Batinien267 sauta sur lui et le blessa avec un couteau à la tête. Son casque le protégea et il saisit la main du mystique de ses deux mains. Il ne put l’empêcher de frapper totalement, mais les coups faiblirent. Le Batinien continua de le frapper au cou avec le couteau, mais comme Ṣalāḥ al-Dīn portait une cuirasse (kasāğund)268 [les coups] tombaient sur le col de son vêtement et la cotte de maille empêchait le Batinien de l’atteindre. Cela dura jusqu’à l’arrivée de l’émir Sayf al-Dīn Yāzkuğ269. Celui-ci saisit le couteau, le Batinien le blessa, mais l’émir ne le lacha que lorsqu’il l’eut tué. Deux autres Batiniens vinrent et furent [aussi] tués.

  • 270 C’est-à-dire dans la troisième partie du premier volume qui est perdue ou n’a peut-être jamais été (...)

110Le sultan partit à cheval et assiégea ‘Azāz jusqu’à ce qu’elle lui fût remise après un violent combat à l’aube du mercredi 12 ḏū’l-ḥiğğa de cette année (22 juin 1176). Il assiégea ensuite Alep jusqu’à ce qu’une paix fût conclue comme nous l’évoquerons [dans le chapitre] sur les émirs d’Alep270.

  • 271 Elle était envoyée par son frère al-Malik al-Ṣāliḥ (Kāmil, XI, 431 et Zubda, III, 30). Le récit d’ (...)
  • 272 Al-Ma‘arra ou Ma‘arrat al-Nu‘mān, au nord de Ḥamā, sur la route d’Alep « la clé de Ḥamā », écrit D (...)

111Puis la fille de Nūr al-Dīn vint vers lui, accompagnée du prédicateur (ḫaṭib) Amīn al-Dīn Hāšim271 ; elle était âgée de sept ans. Ṣalāḥ al-Dīn partit à cheval à sa rencontre ; il lui rendit honneur et entra avec elle à cheval dans sa tente. Elle lui demanda ‘Azāz et al-Ma‘arra et lui dit : « Mon père me les avait réservées ». Le sultan lui répondit : « J’ai donné al-Ma‘arra en iqṭā‘ à mon neveu Taqī al-Dīn et ‘Azāz à Sayf al-Dīn al-Mašṭūb272 ». Le prédicateur (ḫaṭīb) lui dit alors : « Voici ta maîtresse et fille de ton maître qui te demande ‘Azāz et tu la lui refuses ? » Al-Mašṭūb dit : « Moi je la lui cède » et il la rendit.

  • 273 Sur la succession d’al-Malik al-Ṣāliḥ (m. 576/1181), voir n. 3, p. 40. Sur le siège et la prise d’ (...)
  • 274 Émir d’Alep, proche conseiller de Ṣalāḥ al-Dīn ; cf. supra n. 6, p. 35.

112Elle resta sous leur autorité jusqu’à ce qu’elle appartînt à al-Malik al-Nāṣir [Ṣalāḥ al-Dīn] avec Alep et sa région le 16 ḏū l-ḥiğğa 579 (31 mai 1184)273. Il la donna en iqṭā‘ à ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ğandar274 qui la garda jusqu’à sa mort au mois de ḏū l-ḥiğğa 587 (20 décembre 1191-18 janvier 1192).

  • 275 Chef d’armée d’al-Malik al-Ẓāhir, il succéda à son père à ‘Azāz. Il commanda plusieurs expéditions (...)
  • 276 Le maître de Mar‘aš s’était révolté et faisait des dégâts dans la région de Ra‘bān (Zubda, III, 13 (...)
  • 277 Sur le sens de « kašafa », voir Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, Iere partie, 179 et Dozy, Supplé (...)
  • 278 Sur cette place-forte, voir infra, p. 267.
  • 279 Fils de Ḥusām al-Dīn Ṭumān b. Ġāzī (cf. n. 2, p. 39) et chef d’armée du sultan al-Malik al-Ẓāhir Ġ (...)
  • 280 Ibn Wāṣil (Mufarrīğ, III, 131) nous dit qu’al-Malik al-Ẓāhir la donna en iqṭā‘ en 598/1201-02 à Ma (...)

113Al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] b. al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn la reçut et la donna en iqṭā‘ à Sayf al-Dīn b. ‘Alām al-Dīn [b. Ğandar]275 et elle resta en sa possession jusqu’à ce que qu’il tombât malade et fût sur le point de mourir. Le sultan avait alors quitté Alep à cause du maître de Mar‘aš en 592/1196276. Il marcha vers la citadelle d’al-Rāwandān, l’inspecta277 puis en sortit, mais la pluie s’abbatit sur lui et il désira / se réfugier à ‘Azāz. Le gouverneur de cette ville, au nom de Sayf al-Dīn, lui interdit de monter à la citadelle, sinon avec l’autorisation de ce dernier. Le sultan se rendit à Darbsāk278 où se trouvait Rukn al-Dīn Ilyās, cousin et lieutenant de Sayf al-Dīn, et s’empara de lui ; puis il arriva à Alep, en colère contre Sayf al-Dīn. Il entra dans sa maison, le prit sur une litière et en chargea Ḥusām al-Dīn ‘Uṯmān b. Ṭumān279 ; il se rendit avec lui à ‘Azāz qui lui fut remise et elle resta en sa possession jusqu’à sa mort. Après lui, son fils al-Malik al-‘Azīz fut souverain d’Alep280.

  • 281 Sur Kaykā’ūs Ier b. Kayḫusraw (608-618/1211-1221) et ses visées sur la Syrie du Nord, voir Zubda, (...)
  • 282 Sur Bahasnā, voir infra, p. 71. Al-Ṭunbuġā avait épousé une ancienne concubine de son maître qui é (...)
  • 283 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 172 r°) ajoute que malgré son alliance avec Kaykā’ūs, al-Ṭunbuġā refu (...)

114Puis en 615/1218, le souverain [seldjouqide] de Rūm, Kaykā’ūs281 marcha contre la région d’Alep. Le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] avait donné Bahasnā et sa citadelle en iqṭā‘ à son mamelouk Nağm al-Dīn al-Ṭunbuġā282. Lorsque Kaykā’ūs arriva à Bahasnā, al-Ṭunbuġā descendit vers lui et devint son allié ; Kaykā’ūs lui demanda Bahasnā, mais l’épouse d’al-Ṭunbuġā, Mahūzūn, refusa [de la lui remettre] et se rebella. C’était la mère d’al-Malik al-Ṣāliḥ Aḥmad b. al-Sultān al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī]283. Kaykā’ūs lui dit : « Je tuerai al-Ṭunbuġā si tu ne remets pas Bahasnā ». Elle lui dit : « Fais de lui ce que tu voudras ». Il lui fit subir toutes sortes de tortures, et malgré cela, elle ne répondait pas. Enfin, il le crucifia, puis, ne pouvant venir à bout de la résistance de sa femme, il assiégea la forteresse.

  • 284 Sur le prince ayyoubide al-Malik al-Ašraf b. al-‘Ādil qui est à cette époque maître de la Ğāzīra o (...)
  • 285 Actuel village du même nom sur la route entre Alep et ‘Azāz à environ 25 km. d’Alep. Cf. carte IV, (...)
  • 286 Ibn al-Qalānisī (201, trad. 149) identifie Dānīt al-Baqal à Sarmada entre Antioche et Alep (il exi (...)

115Al-Malik al-Ašraf marcha contre lui284, Kaykā’ūs cependant s’enfuit à son approche et retourna vers son pays. Al-Ašraf réclama la citadelle à Mahūzūn, mais elle lui dit : « Il n’y a guère de différence entre te la donner ou la remettre à celui qui vient de partir. J’ai des filles et des garçons ; si je donne cette citadelle, de quoi vivront-ils ? » Αl-Ašraf donna alors en iqṭā‘ à son fils aîné Muẓaffar al-Dīn, la citadelle de ‘Azāz. Il constitua le village de Māyir dans la région de ‘Azāz285 bien de main-morte (waqf) pour les enfants mâles et, pour les filles, les six septièmes de Dānīt al-Baqal286 dans la région de Sarmīn ; puis il reçut Bahasnā.

  • 287 En 630/1232-33 ; cf. Zubda, III, 213.
  • 288 Le mot ḫubz étant ici employé au sens d’iqṭā‘ ; cf. Cahen, « Evolution de l’iqṭā‘ », 260, n. 6.
  • 289 Sur al-Malik al-Nāṣir, voir supra, n. 1, p. 4. Il manque ici une phrase pour expliquer que c’est a (...)
  • 290 Il fut enterré dans la madrasa du Firdaws à Alep, construite par sa sœur Ḍayfa Ḫātūn (Zubda, III, (...)

116‘Azāz resta en possession de Muẓaffar al-Dīn jusqu’à ce qu’al-Malik al-‘Azīz sortît d’Alep et attaquât ‘Azāz287. Il la prit à Muẓaffar al-Dīn et lui donna en échange une allocation (ḫubz) de cent cavaliers288 en 629/1231-32. Elle resta entre les mains des lieutenants d’al-Malik al-‘Azīz puis des lieutenants de son fils al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] jusqu’en [6]38/1240-41. Ce dernier reçut Qal‘at Ğa‘bar et donna en échange à [Al-Ḥāfiz] ‘Azāz289 qui resta en sa possession jusqu’à sa mort en 639/1241-42290.

  • 291 Esclave abyssin, affranchi de Ḍayfa Ḫātūn, il avait été emprisonné par Ġāzī, relâché par Ṭuġril, e (...)
  • 292 Sur l’expression « ḫāṣṣ », « en bien propre », voir Cahen, « Evolution de l’iqṭā‘ », 260 et EI2, a (...)
  • 293 Ṣārim al-Dīn Qaymāz al-Kāfirī (m. 673/1274), gouverneur du Crac des Chevaliers (Ḥiṣn al-Akrād) en (...)
  • 294 S’agit-il de Fāris al-Dīn Maymūn al-Qaṣrī, commandant d’armée à Alep (Zubda, III, 157-158) ? Les a (...)

117Elle fut ensuite rendue au sultan al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] qui la donna en iqṭā‘ à l’eunuque (ḫādim) Ğamāl al-Dawla Iqbāl al-Ẓāhirī [lire : al-Ḫātūnī]291. Elle resta en sa possession jusqu’à sa mort le lundi 23 ṣafar 642 (31 juillet 1244), puis elle revint au sultan en bien propre (fī hāṣṣihi)292. Le dernier à l’avoir gouvernée est Ṣārim al-Dīn Qaymāz293, ġulām de Ṣārim al-Dīn Maymūn294. Les Mongols l’attaquèrent et il la leur remit au mois de muḥarram 658 (18 décembre 1259-17 janvier 1260). Ils détruisirent sa citadelle.

118Lorsque al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] en avait pris possession, il l’avait reconstruite en pierre et en mortier (kils), et l’avait élevée, fortifiée et embellie.

  • 295 Sur les gouverneurs, cf. supra, p. 44 n. 7.

119La ville avait la particularité qu’aucun scorpion n’y pénétrait. Sa région comprenait de nombreux gouvernements (wilāyāt)295. Le montant [du revenu] de la capitale [‘Azāz] en particulier, dépassait 800.000 dirhams, et le montant de l’impôt foncier (ḫarāğ) de ses environs sans compter les propriétés et le waqf, était dépensé pour deux cents cavaliers.

  • 296 Sur la conquête mamelouke, cf. p. 21.

120Lorsque le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] conquit toutes ces régions après le départ des Mongols, il nomma un gouverneur296. Puis elle resta en possession de notre maître le sultan al-Malik al-Ẓāhir jusqu’à notre époque c’est-à-dire en l’année 673/1274-75. /

AL-RĀWANDĀN297

  • 297 Al-Rāwandān, en Turquie actuelle, dans le massif du Dabir Dagh au sud de Burğ, à 400 m. au-dessus (...)
  • 298 Le Nahr ‘Afrīn, cf. n. 2, p. 44.

121C’est une petite citadelle au sommet d’une haute montagne isolée, dans un endroit où les mangonneaux ne peuvent la réduire, ni les flèches l’atteindre. Elle possède un petit bourg au pied de la montagne et compte parmi les citadelles les plus fortes, dans une des contrées les meilleures. Une vallée entoure la citadelle à l’ouest et au nord et forme comme un fossé. Au fond de cette vallée coule un fleuve298,.

  • 299 Buġya, I, fol. 171 v°.

122Kamāl al-Dīn Ibn al-‘Adīm a dit299 : « Je suis monté à cette citadelle à cheval avec grand-peine à cause de sa hauteur et de l’étroitesse de son chemin ».

  • 300 Sur Usāma b. Munqiḏ (m. 584/1188), auteur de nombreux ouvrages dont beaucoup sont perdus, voir sup (...)
  • 301 Sur Tall Hirāq, place-forte au nord-ouest d’Alep sans doute, peut-être dans la région de ‘Azāz, vo (...)
  • 302 Sur al-Malik Riḍwān, voir supra p. 8, n. 6.
  • 303 Fils du vizir d’al-Malik Riḍwān, Abū l-Nağm b. Badī‘ (destitué en 491/1098) et neveu du vizir de T (...)

123Mu’ayyid al-Dawla Usāma b. Muršid b. ‘Alī b. Munqiḏ a dit ceci300 : « Tall Hirāq301 et al-Rāwandān sont deux centres de la région d’Alep. Tous deux appartenaient à al-Malik Riḍwān b. Tāğ al-Dawla Tutuš302. ‘Izk, fils du vizir Abū l-Nağm303, gouverneur de Tall Hirāq et ami d’al-Malik Riḍwān dit : « J’appris qu’à al-Rāwandān des prisonniers francs avaient assailli la citadelle et en avaient pris possession. Je me rendis de Tall Hirāq à al-Rāwandān que j’assiégeai et j’envoyai des messages aux Francs qui s’en étaient rendus maîtres. J’agis envers eux de manière engageante jusqu’à ce qu’il fût convenu que [de mon côté] je leur jurerais qu’ils seraient en sécurité et que je les ferais partir vers Antioche, et que du leur, ils me remettraient la forteresse. Je jurai, ils sortirent et je reçus la forteresse. Pour m’être emparé de la citadelle malgré la proximité des Francs, je crus avoir servi al-Malik Riḍwān et je pensais qu’il me le reconnaîtrait. Or, lorsque j’arrivai à Alep, je sus qu’il avait dit lorsqu’il avait appris la nouvelle : « ‘Izk m’a fait perdre mille dinars, le prix des prisonniers ».

  • 304 Ibn Šaddād ne parle pas de l’occupation franque d’al-Rāwandān : la ville fut prise en même temps q (...)
  • 305 Sur Apamée, sur la rive droite de l’Oronte à 40 km. au nord de Ḥamā, voir EI,2 art. « Afāmiya » (H (...)
  • 306 Il faut sans doute lire « Šams al-Dīn b. al-Muqaddam (Muffariğ, III, 131) qui succéda à son frère (...)
  • 307 Maître de Tall Bāšir (m. 611/1214-15) et chef de la tribu turcomane des Yārūqī, il manifesta à plu (...)

124Al-Rāwandān resta en possession des rois d’Alep304 jusqu’à ce qu’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī b. al-Malik al-Nāṣir Salāḥ al-Dīn fût maître d’Alep. Sous son règne, en 598/1201-02, le gouverneur d’Apamée305 au nom de ‘Izz al-Dīn Ibrāhīm b. Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Abd al-Malik b. al-Muqaddam306 écrivit à al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī qui assiégeait alors cette ville avec, auprès de lui, en garde à vue, Šams al-Dīn b. ‘Izz al-Dīn b. al-Muqaddam. Le gouverneur d’Apamée dit au roi : « Si tu relaches Šams al-Dīn et si tu le prends à ton service, je te remettrai Apamée ». al-Malik al-Ẓāhir lui répondit favorablement et donna, entre autres, en iqṭā‘ à Šams al-Dīn, al-Rāwandān et sa région. Mais peu de temps après, Šams al-Dīn s’enfuit d’Alep, une nuit, vers la citadelle d’al-Rāwandān et s’y rebella. al-Malik al-Ẓāhir se dirigea vers lui et l’assiégea dans la citadelle. Il la lui prit après qu’il se fut enfui vers l’émir Badr al-Dīn Dilderim307 à qui il demanda d’intercéder pour lui. Dilderim le fit auprès d’al-Malik al-Ẓāhir, mais celui-ci refusa son intercession. Šams al-Dīn partit alors en Orient vers al-Malik al-‘Ādil, et al-Malik al-Ẓāhir ne donna plus al-Rāwadān en iqṭā‘ jusqu’à sa mort.

  • 308 Cf. supra, p. 33, n. 4.
  • 309 Sur ‘Ayntab (actuelle Gaziantep) et al-Zūb, voir infra p. 68 et 70.
  • 310 La source d’Ibn Šaddād est sans doute Ibn al-‘Adīm, Zubda, III, 201-202. Sur les forteresses jumel (...)

125Puis son fils al-Malik al-‘Azīz fut chargé du gouvernement [d’Alep] ; Šihāb al-Dīn Ṭuġrīl, l’atabeg308, donna en iqṭā‘ ‘Ayntāb, al-Rāwandān et al-Zūb309 à al-Malik al-Ṣāliḥ Ṣalāḥ al-Dīn Aḥmad b. al-Malik al-Ẓāhir en 624/1227 et lui prit al-Šuġr et Bakās310. Elle resta en sa possession jusqu’en ša‘bān 651 (26 septembre-25 octobre 1253).

  • 311 Un premier sac d’Alep par les Mongols eut lieu en 658/1260. Après la bataille de ‘Ayn Gālūt (septe (...)

126Elle fut ensuite transmise à al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] qui ne la donna plus en iqṭā‘ jusqu’à l’attaque de cette région par les Mongols. Ceux-ci assiégèrent al-Rāwandān qui leur résista / et ses occupants refusèrent de la leur livrer. Ils s’en éloignèrent, et ses habitants la remirent à al-Malik al-Mu‘aẓẓam b. al-Malik al-Ṣāliḥ. Il y demeura jusqu’au retour des Mongols à Alep en [6]59/1261. Ils revinrent à al-Rāwandān et emmenèrent avec eux al-Malik al-Mu‘aẓẓam311.

127A notre époque, elle appartient au sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] — que Dieu raffermisse et consolide les bases de son royaume, qu’Il lui rende l’époque docile, de sorte qu’il n’en soit jamais réduit à émettre un regret ou à formuler un vœu.

BURĞ AL-RAṢĀṢ312

  • 312 Actuelle Burğ à l’ouest de ‘Ayntāb, en Turquie orientale (cf. carte IV, E7). Ibn al-‘Adīm n’en par (...)
  • 313 Selon une technique de construction qui consiste à lier les pierres avec de minces couches de plom (...)

128C’est une citadelle fortifiée, construite avec du plomb313 ; ce n’était dans le temps qu’une seule tour édifiée par les Grecs qui dépendait de Dulūk et qui fut à l’origine une église.

  • 314 En 351/962. Cf. infra, p. 277. Sur cette place-forte, voir infra, p. 276.
  • 315 Ibn Šaddād fait probablement allusion aux conquêtes de Sulaymān b. Qutulmūš en 477/1084-85 ; cf. i (...)
  • 316 Ibn Šaddād fait sans doute ici une confusion de dates. Burğ al-Raṣāṣ dut être occupée par les Fran (...)
  • 317 Sur Badr al-Dīn Dilderim, maître de Tall Bāšir, voir supra, p. 59. Son fils Fatḥ al-Dīn hérita aus (...)

129Elle resta en possession des Musulmans jusqu’à ce que les Grecs s’en emparassent en même temps que Dulūk314. Ils la conservèrent jusqu’à ce que les Musulmans la reprissent avec Dulūk315 et elle resta en leur possession jusqu’à ce que Joscelin s’en emparât en 551/1156316. Il la démolit et reconstruisit une forteresse élevée, comme nous l’avons dit, avec du plomb. Par la suite, al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn en fit la conquête. Il accrut ses fortifications et lui rattacha des villages et des domaines (ḍiyā‘) dont il fit le district de Burğ. Ensuite, son fils al-Malik al-Ṣāliḥ en prit possession et, après lui, al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn. Celui-ci la donna en iqṭā‘ à Badr al-Dīn Dilderim al-Yārūqī. Elle resta en sa possession jusqu’à sa mort, sous le règne d’al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī], qui la donna en iqṭā‘ au fils de Badr al-Dīn317.

  • 318 En 658/1260, cf. supra, p. 13, n. 2.

130Elle resta aux mains des Musulmans jusqu’à la fin du règne d’al-Nāṣir [Yūsuf II]. Les Mongols la prirent avec les villes dont ils s’emparèrent, et la démolirent318. Les villages qui lui étaient rattachés restèrent en possession des Arméniens. La forteresse est aujourd’hui en ruine mais des lieutenants de notre maître le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] — que Dieu éternise son règne — y résident.

  • 319 Sur la signification du mot « ğihāt », voir les explications de Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, (...)
  • 320 Sur cette expression, voir supra, p. 14, n. 3.
  • 321 Sur cette expression, voir supra, p. 56, n. 4.

131A l’époque d’al-Nāṣir et auparavant, le montant de ses redevances (ğihāt] s’élevait en argent comptant à 60.000 dirhams319. Elle était donnée en iqṭā‘ à un émir pour cinquante cavaliers lourds (ṭawāšī)320 et pour son bien propre (ḫāṣṣihi)321. Actuellement, la capitale [Burğ] rapporte environ 5000 dirhams.

TALL BĀŠIR322

  • 322 Localité en Turquie actuelle, en aval de ‘Ayntāb, au bord du Sāğūr, la Turbessel des Croisés (cart (...)
  • 323 Sur le Nahr al-Sāğūr, affluent de l’Euphrate qui marque en quelque sorte la limite entre la région (...)
  • 324 Sur ‘Ayntāb, actuelle Gaziantep, voir infra, p. 68.
  • 325 Sans doute l’actuelle Nafak au sud-est de ‘Ayntāb vers lequel coule en effet le Sāğūr (cf. carte I (...)

132C’est une ville célèbre avec une citadelle prospère ; ses jardins sont nombreux et les eaux abondantes ; toute la ville boit de l’eau du Sāğūr323 qui est un fleuve qui prend naissance à ‘Ayntāb324 ; des sources s’y déversent dans cette région et il coule vers un village connu sous le nom d’al-Naffāḫ325. D’autres sources l’alimentent dans la région de Tall Bāšir, et il prend fin sur l’Euphrate dans lequel il se jette.

133Sa longitude est de soixante et onze degrés et trente minutes, sa latitude de trente six degrés et trente minutes.

  • 326 Cf. Balāḏurī, Futūḥ, 150, trad. 231.

134Le Sāğūr est mentionné dans les conquêtes326. Abū ‘Ubayda — que Dieu soit satisfait de lui — le longea lors de la conquête de Manbiğ.

  • 327 Al-Buḥturī, Dīwān, I, 633. Sur ce célèbre poète du ιιιe/ιχe siècle (206-284/821-897), né à Manbiğ, (...)

135Al-Buḥturi fit [aussi] allusion au Sāğūr en disant327 : /

« Ο mes deux amis des « Sāğūr » de la famille de Wudd b. Ma‘n et Buḥtur b. ‘Atūd,

Trouvez un autre compagnon que moi car je suis l’ami des chamelles, de l’obscurité et du désert ».

136Al-Buḥturī parle du Sāğūr au pluriel (Sawāğīr) car il appelle tous ses affluents du même nom.

  • 328 Ibn al-‘Adīm ne parle de pas de la prise de Tall Bāšir mais précise que les Grecs arrivèrent jusqu (...)
  • 329 Sur l’accord conlu entre Nicéphore et Sayf al-Dawla, voir infra, p. 204 ; Canard, Hamdanides, 823- (...)

137Cette ville resta aux mains des Musulmans jusqu’à sa conquête par les Grecs en 351/962, aux dépens de Sayf al-Dawla b. Ḥamdān. Cette année-là, ils s’emparèrent d’Alep328. Leur chef était à l’époque Nicéphore, fils de Bardas. Par la suite, Sayf al-Dawla fit la paix avec les Grecs en 354/965 à condition que la région d’Alep fût de son ressort. Puis Nicéphore rompit cette paix, sortit vers la Syrie en [3]55/966 et s’empara des forteresses que possédait Alep329.

  • 330 Sur Sa‘d al-Dawla Šarīf b. Sayf al-Dawla qui n’avait que quinze ans à la mort de son père, voir p. (...)
  • 331 Qarġawayh avait déjà gouverné Alep lors des absences de Sayf al-Dawla et tenta dès le début de la (...)
  • 332 Tall Ḥāmid désigne ici Tall Ḫālid, sur la rive droite du Sāğūr, en aval de Tall Bāšir. Un autre Ta (...)

138Sayf al-Dawla mourut en 356/967 et après lui son fils Abū’l-Ma‘ālī Šarīf330 fut investi du pouvoir alors que les villes du Nord étaient en possession du roi des Grecs. Puis Nicéphore attaqua Alep. Qarġawayh, ġulām de Sayf al-Dawla et régent de Sa‘d al-Dawla331 fit la paix avec lui, à condition que la région comprise entre Ḥimṣ, Marğ ‘Azāz et Tall Ḥāmid332, sur la rive droite du Sāğūr, lui revînt. Tall Bāšir fut ainsi incluse à l’intérieur des frontières grecques.

  • 333 Cf. supra, p. 8.
  • 334 Nous n’avons pas trouvé de ville portant ce nom. Peut-être s’agit-il d’al-Ğūma, district au nord e (...)
  • 335 Cf. supra, p. 34, n. 5.
  • 336 Sur ces événements, voir Zubda, II, 125.

139Elle resta aux mains des Grecs jusqu’à ce qu’al-Malik al-‘Ādil Malikšāh attaquât Alep333. Il en prit possession avec Antioche et les citadelles voisines de ces deux villes. Il confia Antioche, Tall Bāšir, Ḥūbā (?)334 et d’autres villes à Yaġī Siyān335. Puis lorsque Malikšāh retourna au ‘Irāq, al-Malik Riḍwān b. Tāğ al-Dawla Tutuš se rendit à Tall Bāšir et l’assiégea jusqu’à ce qu’il la prît au lieutenant de Yaġī Siyān336. Cela se passait en 489/1096.

  • 337 Baudoin, frère de Godefroy de Bouillon prit Tall Bāšir en 490/1097, en même temps qu’al-Rāwandān e (...)
  • 338 Le sultan seldjouqide Muḥammad b. Malikšāh qui, à la mort de son père (485/1092), avait hérité de (...)
  • 339 Gouverneur de Mossoul (m. 507/1113-14) qui prit une part importante dans la guerre sainte. Le sult (...)
  • 340 Sur l’émir Suqmān al-Quṭbī (m. 506/1112-13), gouverneur d’Arménie, d’Aḫlāṭ et, depuis 502/1108 de (...)
  • 341 Défaite qui fut en grande partie causée par la trahison de Riḍwān d’Alep. Sur ces événements, voir (...)

140Lorsque les Francs vinrent et se rendirent maîtres d’Antioche et de toutes ces régions, ils prirent possession de Tall Bāšir337. La forteresse resta entre leurs mains sous la protection de leurs lances jusqu’en 504/1110-11. L’armée du sultan338 et son commandant en chef (Isfahsalār), Mawdūd339, assiégea la citadelle. Dans l’armée se trouvait l’émir Suqmān al-Quṭbī340 qui mourut lors du siège de Tall Bāšir et fut transporté dans son pays. L’armée quitta Tall Bāšir pour aller vers l’est et [ce siège] n’aboutit à rien341.

  • 342 D’après Ibn al-Qalānisī (316, trad. 324) et Ibn al-‘Adīm, (Zubda, II, 303), c’est Ḥassān al-Manbiğ (...)
  • 343 Tous deux frères de Mağd al-Dīn b. al-Dāya (cf. p. 36, n. 1). Tall Bāšir fut d’abord donnée à Sābi (...)

141Sous le règne d’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn, les lieutenants de Joscelin écrivirent à al-Malik al-‘Ādil qui assiégeait Damas afin de lui remettre la citadelle. Nūr al-Dīn écrivit à Mağd al-Dīn Abū Bakr b. al-Dāya qui était son lieutenant à Alep. Celui-ci se rendit à Tall Bāšir qui lui fut remise : cela se passait le jeudi 25 rabī‘ I 546(13 juillet 1151)342. Elle resta sous l’autorite absolue / de Nūr al-Dīn jusqu’en [5]64/l 168-69. Puis il la donna en iqṭā‘ à Sābiq al-Dīn ‘Uṯmān b. al-Dāya. Celui-ci la céda à son frère Badr al-Dīn Ḥasan343 et elle resta en sa possession jusqu’à la mort de Nūr al-Dīn.

  • 344 Chef de tribu turcomane des Yārūqī ; voir supra, p. 59.
  • 345 Le récit suivant est peut-être inspiré de la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, III, 129-131, ou plus probablem (...)
  • 346 Où il se trouvait en tant que maître de cette région (cf. EI2, art. « al-‘Ādil » (H.A.R. Gibb). Su (...)
  • 347 Al-‘Alam b. Mahān, vizir d’al-Malik al-Ẓāhir se révolta contre lui en 592/1196, à Lattaquié ; cf. (...)

142Après lui régna son fils al-Malik al-Ṣāliḥ qui donna Tall Bāšir à Bahā’ al-Dīn b. Yārūq. Puis celui-ci mourut et la citadelle passa aux mains de son fils Badr al-Dīn Dilderim344. Lorsque celui-ci en prit possession il l’embellit et la fortifia ; il y fit construire une mosquée, des maisons décorées et lui ajouta un faubourg. Elle resta en sa possession jusqu’à ce qu’al-Malik al-Ẓāhir relevât de sa part une certaine arrogance à son égard345. Il le saisit et l’emprisonna dans la citadelle d’Alep ; puis il lui demanda de lui remettre Tall Bāšir, ce qu’il refusa ; il le tint alors dans une prison très rigoureuse ; cela se passait en 590/1194. Or Badr al-Dīn Dilderim entretenait des relations secrètes avec al-Malik al-‘Ādil frère d’al-Malik al-Nāṣir. Lorsqu’al-‘Ādil apprit son emprisonnement, il partit de Ḥarrān346 vers Alep. al-Malik al-Ẓāhir se rendit à cheval à sa rencontre, l’hébergea dans la citadelle et, par civilité, descendit en ville avec lui. Au bout de trois jours, al-Malik al-‘Ādil intercéda pour Badr al-Dīn Dilderim et demanda qu’il soit son don d’hospitalité (ḍiyāfa) ; al-Malik al-Ẓāhir lui répondit favorablement. Al-‘Alam b. Mahān347 qui occupait auprès d’al-Malik al-Ẓāhir la fonction de vizir, lui conseilla de s’emparer de son oncle al-Malik al-‘Ādil et lui dit : « Quand tu feras cela tu auras réalisé le royaume que ton père avait en sa possession ». Mais al-Ẓāhir refusa et dit : « C’est mon oncle et il occupe la place de mon père ».

  • 348 Cf. supra, p. 54, n. 3. Ibn Wāṣil (Mufarriğ, III, 224 et 264) place la mort de Badr al-Dīn Dilderi (...)
  • 349 L’année où al-Malik al-‘Azīz, devenu majeur, prend pleine possession du gouvernement d’Alep. Sur c (...)
  • 350 Al-Malik al-Ašraf Mūsā (m. 662/1263), fils d’al-Malik al-Manṣūr Ibrāhīm, porte le même nom que le (...)

143Tall Bāšir resta en possession de Badr al-Dīn Dilderim jusqu’à sa mort en 611/1214-15. Elle fut transmise ensuite à son fils Fatḥ al-Dīn qui la garda jusqu’à ce que Kaykā’ūs, maître de Qūnya attaquât Alep et se rendît maître des environs348. Il assiégea la ville de Tall Bāšir où se trouvaient les lieutenants de Fatḥ al-Dīn jusqu’à ce qu’il la prît et il y nomma un gouverneur en son nom, au mois de ğumādā I [6] 15(26 juillet-25 août 1218). Lorsque Kaykā’ūs fut chassé du pays, la ville revint à al-Malik al-‘Azīz et elle demeura en possession de ses lieutenants jusqu’à ce qu’al-Malik al-Ašraf la donnât en iqṭā, en accord avec al-Malik al-‘Azīz, à Ṣihāb al-Dīn Ṭuġrīl, l’atabeg d’al-Malik al-‘Azīz en 618/1221. Elle resta entre ses mains jusqu’à ce qu’al-Malik al-‘Azīz la lui enlevât au mois de ramaḍān [6]29(21 juin-21 juillet 1232) et y nommât gouverneur ses propres lieutenants349. Elle demeura en sa possession, puis en celle de son fils al-Malik al-Nāṣir [Yusūf II] jusqu’à ce que celui-ci prit Ḥimṣ à al-Malik al-Ašraf Mūsā b. al-Malik al-Manṣūr Ibrāhīm b. al-Malik al-Muğāhid Asad al-Dīn Šīrkūh b. Muḥammad b. Šīrkūh et lui donnât en échange Tall Bāšir350. Il la reçut au mois de rabī‘ I 646(24 juin-24 juillet 1248).

  • 351 Sur la soumission d’al-Ašraf à l’envahisseur mongol, voir al-Makïn, 173-174 ; Levi Della Vida, L’i (...)
  • 352 Lors de la reconquête mamelouke, al-Ašraf obtint le pardon du sultan qui lui permit de garder ses (...)

144Elle resta en sa possession jusqu’à ce que Hūlākū sortît [de son pays] et marchât contre la Syrie en [6]58/1260. al-Malik al-Ašraf se trouvait alors à Damas, et entretenait des relations secrètes avec Hūlākū351. Celui-ci envoya l’un de ses hommes à la citadelle de Tall Bāšir. Il y arriva avec un envoyé d’al-Malik al-Ašraf qui lui remit la citadelle. Il la conquit de nuit et prit de l’argent et des chevaux qu’il offrit à Hūlākū. Lorsque ce dernier s’empara de la Syrie, il laissa Tall Bāšir à al-Malik al-Ašraf. Elle demeura en sa possession jusqu’à sa mort à Ḥimṣ, le vendredi 11 ṣafar 662(15 décembre 1263)352 et les lieutenants du sultan al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn Baybars, maître de Syrie et d’Egypte, reçurent Tall Bāšir dans le restant du mois. Lorsqu’elle lui fut remise, le sultan fit démolir sa citadelle et personne ne l’hAbīte plus en dehors d’un groupe de Turcomans.

  • 353 Cf. p. 14, n. 3.
  • 354 L’auteur veut peut-être dire qu’en sus des deux cents cavaliers qu’il entretenait sur son iqṭā‘ et (...)

145On y trouve actuellement un gouverneur et une partie de ses villages est [encore] peuplée. Le montant [du revenu] de la capitale [Tall Bāšir] s’élevait à 300.000 dirhams à l’époque d’al-Malik al-‘Azīz, d’al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] et d’al-Malik al-Ašraf Muẓaffar al-Dīn Mūsā b. al-Malik al-Manṣūr Nāṣir al-Dīn Ibrāhīm b. al-Malik al-Muğāhid / Asad al-Dīn Šīrkūh, maître de Ḥimṣ. Lorsqu’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn Maḥmūd fils de l’atabeg Zengī donna en iqṭā‘ Tall Bāšir à Ibn al-Dāya, celui-ci la possédait avec cent cinquante cavaliers lourds (ṭawāšī)353. Lorsque le sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn la donna en iqṭā‘ à Badr al-Dīn Dilderim al-Yārūqī avec Burğ al-Raṣāṣ, ce dernier y employait deux cents cavaliers (fāris) sans compter les fonctions du royaume354. Elle conserva ce chiffre, jusqu’à ce que l’ennemi — que Dieu l’abandonne — frappât le pays. Elle est actuellement en possession de notre maître le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars].

‘AYNTĀB355

  • 355 Actuelle Gaziantep, en Turquie, dans la haute vallée du Sāğūr ; il en subsiste des ruines importan (...)
  • 356 Cf. p. 62, n. 1.
  • 357 Sur cette place-forte, voir infra, p. 276.
  • 358 Pourtant ‘Ayntāb n’est pas mentionnée dans les autres sources du ive/xe siècle ; cf. Canard, Hamda (...)

146C’est une citadelle fortifiée sur une montagne, qui possède un faubourg et un district. Au bord du Sāğūr356 qui prend sa source dans sa région (nāḥiya), s’étendent des jardins et s’élèvent des moulins qui dépendent de ‘Ayntāb. Cette ville était jadis rattachée à Dulūk357 et elle le demeura jusqu’à ce que les Grecs s’emparassent de Dulūk en 351/962358. L’histoire de Dulūk fut abondamment décrite et son sort, lorsqu’elle fut conquise ou perdue, fut aussi celui de ‘Ayntāb.

  • 359 Joscelin II, comte d’Edesse (1131-1150). Ibn Šaddād l’appelle roi des Arméniens, en raison, sans d (...)
  • 360 En 1151, lors du démantèlement du comté d’Edesse, cf. Cahen, SN., 379-389 ; Elisséeff, ND., 451-46 (...)
  • 361 En 564/1168-68, à la mort de son père Asad al-Dīn Šīrkūh ; voir Ibn Ḫallikān, II, 480. Sur al-Raḥb (...)
  • 362 Ismā‘īl, trésorier de Nūr al-Dīn, Zubda, III, 63.
  • 363 Ce passage n’est pas très clair. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, XI, 495), Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 63) et Ib (...)
  • 364 Littéralement : au fils de son frère Ḥusām al-Dīn.
  • 365 Cf. Zubda, III, 138 où Ibn al-‘Adīm mentionne Ḥusām al-Dīn b. Nāṣīr al-Dīn comme maître de ‘Ayntāb

147Lorsqu’elle fut en possession de Joscelin, roi des Arméniens359, elle resta dans son territoire jusqu’à ce que ‘Izz al-Dīn Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān s’en emparât en même temps que d’autres forteresses360. Elle demeura aux mains de ses lieutenants jusqu’à ce qu’ils la remissent, après le siège, à Nūr al-Dīn Maḥmūd b. Zengi en 550/1155-56. Il y nomma quelqu’un qui la gouverna en son nom, puis il la donna en iqṭā‘ à Nāṣir al-Dīn Muḥammad b. Asad al-Dīn Šīrkūh en échange de Ḥimṣ et de Raḥba361. Plus tard, il la lui prit et l’accorda à Ismā‘īl al-Ḫāzandār (le trésorier)362. Celui-ci fit de Nāṣir al-Dīn Muḥammad, fils de son frère Ḥusām al-Dīn Abū Bakr363, son lieutenant, et elle demeura en sa possession jusqu’à sa mort, c’est-à-dire la mort d’Ismā‘īl. Nūr al-Dīn la laissa au neveu [d’Ismā‘īl]364, et à la mort de Nūr al-Dīn, elle lui appartenait. Son fils al-Malik al-Ṣāliḥ lui en confirma la possession. Puis al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn marcha contre lui, mais Nāṣir al-Dīn s’avança vers lui dans une attitude d’obéissance. Son geste plût à Ṣalāḥ al-Dīn qui le confirma à ‘Ayntāb qu’il conserva jusqu’à sa mort. La possession de la ville fut ensuite confirmée à son fils Ḥusām al-Dīn Abū Bakr365.

148Par la suite, Ṣalāḥ al-Dīn mourut et son fils al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī] exerça la royauté à Alep. Il confirma la possession de ‘Ayntāb à Ḥusām al-Dīn Abū Bakr, et après lui, elle fut transmise à ses deux fils, Nāṣir al-Dīn Muḥammad et Šihāb al-Dīn Abū Bakr, ainsi qu’à sa femme.

  • 366 Cf. Zubda, III, 201 et Buġya, I, fol. 171 r°. Sur ce fils d’al-Malik al-Ẓāhir, voir supra, p. 54, (...)
  • 367 Voir supra, p59.
  • 368 La ville semble s’être beaucoup développée à cette époque. Ibn al-‘Adīm parle de la construction d (...)
  • 369 L’émir ‘Izz al-Dīn ‘Umar b. Mağallī (ou Maḥallī ?), commandant d’armée à Alep sous le règne d’al-M (...)
  • 370 Sur la célèbre famille alépine des Banū Ḫaššāb et les qāḍī-s d’Alep qui en furent issus (Abū l-Faḍ (...)

149Puis l’émir Šihāb al-Dīn Ṭuġrīl, atabeg d’al-Malik al-‘Azīz la leur prit et les nomma émirs. Cela se passait le 20 ramāḍan 618 (8 octobre 1221). Elle resta aux mains des lieutenants d’al-Malik al-‘Azīz jusqu’à ce que l’atabeg la donnât en iqṭā‘ à al-Malik al-Ṣāliḥ Ṣalāḥ al-Dīn Aḥmad b. al-Malik al-Ẓāhir Ġiyāṯ al-Dīn Ġāzī, en [6]24/1227366 et elle demeura en sa possession jusqu’à sa mort, comme nous l’avons déjà dit367. Lorsqu’il s’en empara, il construisit dans sa citadelle des palais et des maisons décorés, bâtis de marbre, et la fortifia368. A sa mort, le sultan al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn [Yūsuf II] envoya à ‘Ayntāb Nūr al-Dīn ‘Alī, fils de l’émir ‘Izz al-Dīn ‘Umar b. Mağallī369. Il y demeura jusqu’en [6]52/1254. Le sultan le fit venir à Damas et nomma gouverneur à ‘Ayntāb ‘Alā’ al-Dīn Abū l-Faḍl b. Faḫr al-Dīn Abū l-Ḥasan Muḥammad b. Abū l-Faḍl b. al- Ḫaššāb370. /

  • 371 Voir supra, p59.

150Il y resta jusqu’à la fin de la dynastie d’al-Nāṣir. Les Mongols s’emparèrent ensuite de la ville puis la remirent à al-Malik al-Mu‘aẓẓam b. al-Malik al-Ṣāliḥ déjà cité371. Elle resta en sa possession jusqu’au retour des Mongols qui l’emmenèrent avec eux. Elle fut ensuite remise au sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] — que Dieu rende ses jours éternels et puisse le temps leur donner sa pérennité —. ‘Ayntāb, à notre époque est prospère et peuplée car c’est un poste d’observation pour les événements qui surviennent depuis l’Arménie ou le pays des Grecs.

AL-MARZABĀN, ḪURŪṢ ET AL-ZŪB372

  • 372 Al-Marzabān est aussi le nom d’un fleuve, le Merzmen Tchaī, affluent de l’Euphrate au nord du Sāğū (...)
  • 373 Il est probable qu’Ibn Šaddād a déformé le nom donné par Ibn al-‘Adīm qui écrit « al-Barsumān » au (...)
  • 374 « Ahl ḏimma », expression désignant les Juifs, les Chrétiens et les Zoroas-triens auxquels la loi (...)

151Son vrai nom est al-Marsabān qui s’est transformé, puis al-Marzabān s’est imposé373. Elle possède une citadelle qui s’est délabrée, puis effondrée. C’est un grand village dont les habitants sont arméniens et gens de ḏimma374.

  • 375 Il convient de lire Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān (cf. supra, 68). Sur son fils Qilīğ Arslān II (550-588/ (...)
  • 376 En 568/1173, en même temps que Kaysūm, Bahasnā et Mar‘aš, cf. infra, p. 72 et p. 104, n. 2.

152Qilīğ Arslān la prit lorsqu’il s’empara des villes du nord, comme nous l’avons déjà dit375. Puis Nūr al-Dīn la lui prit avec la citadelle de Ḫurūṣ376. Ces citadelles étaient restées rattachées à ‘Ayntāb de sorte qu’elles ne furent pas évoquées comme le furent les autres citadelles.

  • 377 Sur ces événements et ces princes, voir supra, p. 54-55.

153Mais la citadelle d’al-Marzabān est de nos jours en possession des Arméniens et Ḫurūṣ est en ruine. Al-Marzabān est rattachée à ‘Ayntāb. Kaykā’ūs, maître de Qūnya, l’avait reçue des lieutenants d’al-Malik al-‘Azīz. al-Malik al-Ašraf la lui reprit pour le compte d’al-Malik al-‘Azīz377. Elle resta en sa possession, puis en celle de son fils al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn [Yūsuf II] après lui. Ensuite, les Mongols s’en emparèrent avec le reste, et elle devint ce que devinrent les villes qui leur furent reprises.

BAHASNĀ378

  • 378 Actuelle Besni, en Turquie orientale ; cette ville fortifiée défendait un col, au nord de la grand (...)
  • 379 Il vaudrait mieux lire comme dans Ibn al-‘Adīm (op. cit.) « limitrophe du pays des Rūm musulmans » (...)

154C’est une importante citadelle, fortifiée et inaccessible qui possède un grand faubourg où vivent des Musulmans et des Arméniens. Telle était sa situation avant la prise par les Mongols. Son pays est riche en bonnes choses ; elle possède un qāḍī, une chaire (minbar), des fleuves et des jardins l’entourent. Elle est limitrophe de l’Arménie musulmane379.

  • 380 Dans une politique d’alliance avec Nūr al-Dīn contre les Francs et les Artuqides, lors du démantèl (...)
  • 381 En même temps que Mar‘aš (cf. infra, p. 104) d’après Ibn al-Furāt cité par Cahen, SN., 394. Grégoi (...)
  • 382 Nūr al-Dīn la lui remit après avoir fait la paix (Michel le Syrien, III, 353).
  • 383 Après que Qilīğ Arslān eut rejeté les propositions d’alliance de Nūr al-Dīn ; voir Michel le Syrie (...)
  • 384 Cf. supra, p. 71.

155Je n’ai trouvé d’évocation ancienne de cette ville dans aucun livre d’histoire, mais il est évident qu’elle est de construction arménienne. Après une étude difficile et un examen approfondi, j’ai appris que ‘Izz al-Dīn Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān b. Sulaymān b. Qutulmuš fit la conquête de Bahasnā sur les Arméniens en 545/1150-51380. Elle resta en possession de ses lieutenants jusqu’à ce que Nūr al-Dīn la leur prît, après un siège, en 550/1155381. Puis Qilīğ Arslān b. ‘Izz al-Dīn Mas‘ūd la lui reprit382 et elle resta en sa possession jusqu’en 568/1173-74, date à laquelle Nūr al-Dīn marcha contre les villes du nord dans le but de conquérir le pays de Qilīğ Arslān383. Une paix fut conclue entre eux aux termes de laquelle [les Seldjouqides de Rūm] lui remirent Bahasnā et les forteresses avoisinantes, dont nous avons déjà parlé384, en ḏū l-ḥiğğa de cette année (3 juillet-2 août 1174). Elle resta en possession de Nūr al-Dīn Maḥmūd puis, après lui, de son fils al-Malik al-Ṣāliḥ.

  • 385 Ancien mamelouk d’al-Malik al-Ẓāhir, cf. supra, p. 54.
  • 386 Cf. supra, p. 54.

156Par la suite, al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn Yūsuf b. Ayyūb prit possession de la Syrie. Après lui, Alep et sa région (a‘māl) furent transmises à son fils / dont le propre fils, al-Malik al-‘Azīz Muḥammad fut ensuite chargé du pouvoir. Al-Ṭunbuġā al-Ẓāhirī385 conserva Bahasnā au nom d’al-Malik al-‘Azīz, puis s’y révolta. Nous avons déjà parlé de sa rebellion et de son refuge auprès de Kaykā’ūs b. Kayḫusraw, il n’est donc pas utile de le redire ici386.

  • 387 Ou roi d’Arménie qui était à cette époque Héthum I (1226-1269), allié des Mongols (J. Dardel, Chro (...)
  • 388 Chef mamelouk qui s’empara du pouvoir à Alep après que les Mongols l’eurent évacuée. Il se soumit (...)

157Lorsque Bahasnā revint à al-Malik al-‘Azīz, il ne la donna plus en iqṭā‘. Elle demeura en possession de son fils al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn jusqu’à l’attaque du pays par les Mongols. Ils l’assiégèrent et la bloquèrent, mais ne purent rien obtenir d’elle et s’en éloignèrent pour aller vers Alep. Lorsqu’ils prirent possession de celle-ci, ils retournèrent à Bahasnā, l’assiégèrent très sévèrement jusqu’à ce qu’elle leur fût remise, mais ses habitants refusèrent de se soumettre au roi de Sīs387 et choisirent pour les gouverner un lieutenant musulman qui y demeura jusqu’à ce que Šams al-Dīn Aqšar Barlū388 s’emparât d’Alep. Il nomma gouverneur à Bahasnā un de ses lieutenants. Les habitants de la ville lui envoyèrent un messager pour lui décrire leur impuissance à la défendre et pour lui demander de la renforcer, mais il ne leur répondit pas. Ils envoyèrent à plusieurs reprises des messagers à ce sujet, et lorsqu’ils furent lassés par son manque d’assistance à leur endroit, ils remirent la ville aux Arméniens.

  • 389 Sur Darbsāk et Ra‘bān, cf. infra p. 267, 273. Sur le traité conclu en 666/1267 entre le roi de Sis (...)
  • 390 Émir de Baybars, fait prisonnier par les Mongols et libéré en échange du fils du souverain arménie (...)

158Elle demeura en leur possession jusqu’à ce que Darbsāk et Ra‘bān fussent remises au sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] par les Arméniens en [6]66/1267-68 à la suite d’un accord qui établissait la reddition de certaines villes dont Bahasnā389. Puis, lorsque l’émir Šams al-Dīn Sunqur al-Ašqar390 sortit de captivité, il intercéda en faveur du roi de Sīs auprès du sultan afin qu’il conservât Bahasnā. Le sultan répondit favorablement et elle est en possession des Arméniens jusqu’à nos jours.

AL-BĀB ET BUZĀ‘Ā391

  • 391 Al-Bāb et Buzā‘ā, situées au nord-est d’Alep sur la route de Manbiğ, dans la vallée appelée wādī B (...)
  • 392 Il existe encore aujourd’hui, dans chacune de ces localités une mosquée ancienne. Celle de Bāb ser (...)
  • 393 La ‘Umra ou petit pèlerinage. Cf. EI1, art., « ‘Umra » (R. Paret). A partir du xiie siècle elle pe (...)
  • 394 Abū Naṣr Aḥmad b. Yūsuf al-Salīkī al-Manāzī (m. 437/1045-46), poète et vizir d’Abū Naṣr Aḥmad b. M (...)

159Al-Bāb et Buzā‘ā sont deux grands villages ou plutôt deux petites villes. Dans chacune d’elles existent une chaire (minbar) et un prédicateur (ḫaṭib)392. Elles possèdent des jardins qui sont délicieux et agréables à ceux qui s’y arrêtent. Chacune a un gouverneur qui brise les querelles et un qāḍī qui tranche par ses jugements. Entre ces deux villes se trouve la vallée de Buṭnān (wādī Buṭnān) et sa prairie. C’est vers les beautés de cette vallée que tout promeneur accomplit sa ‘umra393 et son pèlerinage. Elle bénéficie de la meilleure eau de la région et de l’air le plus doux. Abū Naṣr al-Manāzī394 s’y est arrêté et a dit alors qu’il se trouvait à l’ombre de la vallée, à l’abri de la chaleur :

« Un vallon nous a protégé des brûlures du sol ardent, et un feuillage dense lui donnait un double abri,

Nous nous sommes arrêtés sous ses grands arbres qui se sont courbés avec tendresse vers nous, comme une mère qui allaite se penche sur son petit sevré,

  • 395 Car le vin paraît déjà meilleur quand on le boit avec un compagnon de table...

Assoiffés, il nous a donné à boire une eau limpide, plus délicieuse que ne paraît le vin à un compagnon de table395.

Le soleil ne peut percer d’où qu’il cherche à nous atteindre, [les arbres] le masquent et laissent passer la brise,

  • 396 Le sens de ce dernier vers est que les cailloux brillent tant au soleil qu’ils ressemblent à des p (...)

Les cailloux [de ses ruisseaux] effrayent les jeunes filles parées qui palpent leurs colliers bien agencés396 ». /

  • 397 Lors de l’attaque conjointe de l’empereur Jean Comnène et de Raymond d’Antioche contre la région d (...)
  • 398 Littéralement : la corde se resserra pour les Musulmans.
  • 399 Après son succès sur les Grecs à Šayzar en 532/1138. Cf. Zubda, II, 269 ; Cahen, SN., 363 ; Elissé (...)

160Buzā‘ā : elle possédait une forteresse inaccessible entourée d’un fossé dont les vestiges subsistent jusqu’à nos jours. Les Grecs s’étaient emparés de cette forteresse en 531/1136-37 et l’avaient prise par la force. Ils en furent ensuite repoussés mais ils revinrent en [5]32/1137-38397 et en firent la conquête par capitulation. Ils trahirent ensuite les habitants et proclamèrent publiquement que quiconque se convertirait au christianisme aurait la vie sauve mais que quiconque refuserait serait tué ou emprisonné. Plus de cinq cents personnes se firent chrétiennes parmi lesquelles le qāḍī et les prudhommes (al-šuhūd). La route de Buzā‘ā fut coupée et on emprunta désormais la route de Bālis. La situation devint difficile pour les Musulmans398, mais l’atabeg al-šahīd (le martyr) ‘Imād al-Dīn Zengī les délivra des Grecs en muḥarram 533 (8 septembre-8 octobre 1138)399. La forteresse tomba en ruine, mais le pays est encore peuplé.

  • 400 Nabawīya, l’une des branches de la Futuwwa, attestée dès le ive/xe siècle, qui s’efforçait de lutt (...)
  • 401 Sur ce type de fondations pieuses, voir supra, p. 15.
  • 402 Sur ce poète né en 478/1085 et mort à Damas en 548/1153, voir Ibn Ḫallikān, IV, 458-461 ; GAL., S. (...)

161Al-Bāb : elle est plus prospère que Buzā‘ā, et possédait des cavernes qui protégeaient ses habitants de l’ennemi. Un grand nombre d’lsmā‘īliens y demeuraient [jusqu’au jour] où les Nabawīya400 se rassemblèrent et se dirigèrent vers al-Bāb. Les Ismā‘īliens cherchèrent refuge dans les grottes, mais ils les en firent sortir par la fumée et en tuèrent un grand nombre. Les constructions s’accrurent à al-Bāb qui devint une grande ville parmi les métropoles. L’atabeg Ṭuġrīl al-Ẓāhirī y construisit un caravansérail gratuit pour les voyageurs (ḫān li l-sabīl)401 et une madrasa aux disciples d’Abū Ḥanīfa (hanafites) — que Dieu soit satisfait de lui —. Au sujet des quAlītés d’al-Bāb, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Naṣr al-Qaysarānī a dit alors qu’il y était passé à l’improviste402 :

  • 403 Littéralement : « Maître de mon esclavage ».
  • 404 La forme optative « Que les nuages l’arrosent » est aussi possible.

« Ο Seigneur403, promène ton regard le matin sur les habitants de Buṭnān arrosée par ses nuages404,

Ce sont des jardins où les yeux assouvissent leurs désirs ; sa jeunesse nous rend la fleur de notre jeunesse ;

  • 405 Jeu de mot sur « al-Bāb », qui signifie « porte ».

Si tu aspires à une entrée au paradis, que le bien te soit accordé, al-Bāb en est la porte405 ».

  • 406 Actuel Tall Buṭnān à quelques kilomètres au nord-est de Bāb sur la route de Manbiğ. Il s’élève au- (...)

162La vallée tire son nom de Buṭnān Ḥabīb qui est un village connu sous ce nom. Il comporte un tell sur lequel se trouve un couvent qu’on appelle Dayr Ḥabīb406.

  • 407 Al-Balāḏurī, Futūḥ, 149, trad. 229.
  • 408 Sur ce commandant d’armée de Mu‘āwiya, mort vers 42/662, gouverneur de la Syrie du Nord, voir EI2, (...)
  • 409 Sur ce célèbre commandant d’armée (m. 20/641) qui prit part à la conquête de la Ğazīra et fut nomm (...)

163Al-Balāḏurī a dit dans son Kitāb [futūḥ] al-buldān407 : « Buṭnān Ḥabīb tire son nom de Ḥabīb b. Maslama al-Fihrī408 qui avait été envoyé par Abū ‘Ubayda ou par ‘Iyād b. Ġanm409, d’Alep [vers Buṭnān] où il fit la conquête d’une forteresse qui prit son nom ».

  • 410 Trois villages au sud de Buzā‘ā, arrosés par le Nahr al-Ḏahab, appelé aussi Nahr Tartar (le Dardar (...)
  • 411 Sur le Ğabbūl, lagune salée au sud-est d’Alep, important pour son industrie saunière, voir EI2, ar (...)
  • 412 Région à l’est d’Alep, voir supra, p. 22.
  • 413 « Plaine qui en hiver est ordinairement couverte d’eau, mais qui dans l’été se dessèche plus ou mo (...)
  • 414 Sur la citadelle d’Alep, voir A‘lāq, Ḥalab, 23-29. Le village connu sous le nom de Ğubb al-Kalb, à (...)
  • 415 Voir supra, p76, n. 5.

164Il y a dans cette vallée des lieux saints remplis d’eau et d’arbres parmi lesquels : Tāḏif, Bū Ṭalṭal et Ilqīn410. Dans cette vallée également, coule le Nahr al-Ḏahab qui arrose des villages. Des sources le gonflent tout au long de la vallée jusqu’à ce qu’il se jette dans le Ğabbūl411. D’autres sources en provenance des villages de la plaine (nuqrat) des Banū Asad412 rejoignent aussi le fleuve. Les eaux s’amassent l’hiver sur une terre salée (sabḫa)413 au bord du Ğabbūl, car les gens se passent d’arroser en cette saison. L’eau demeure sur cette terre jusqu’à la saison d’été ; le vent d’ouest souffle alors et transporte l’eau peu à peu vers une terre où elle s’évapore, et le sel s’amasse petit à petit. Les habitants de la région y font leurs provisions. On dit que les merveilles du monde sont au nombre de trois : la citadelle d’Alep, Ğubb al-Kalb et Nahr al-Ḏahab dont nous avons déjà parlé414. A Tāḏif, Abū ‘Abd Allāh al-Qaysarānī a dit415 :

  • 416 Sur la Ġūṭa, oasis de Damas, voir EI2, art. « G̱ẖūṭa » (N. Elisséeff).

« Je n’ai jamais cessé de distraire mon amour des deux Ġūṭa loin de Damas416,

  • 417 Littéralement : « aux deux Nayrab ». Nayrab était un faubourg au nord-ouest de Damas où l’on disti (...)

Jusqu’à ce que je fusse à Tāḏif où je me crus à Nayrab417

Et j’ai de mes yeux vu ce que j’espérais avec nostalgie ». /

  • 418 Sibl al-Dawla b. Ğāmi‘, l’un des chefs Kilabites, au service du mir-daside Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ (...)
  • 419 Cf. Zubda, II, 62 ; Cahen, Première pénétration, 37-38.

165Pour ma part, je dis : al-Bāb, dans le passé, au début de l’Islam, était en quelque sorte un faubourg de Buzā‘ā. Celle-ci était une forteresse inaccessible qui a toujours été en possession des Musulmans depuis la conquête, et dont les gouverneurs étaient désignés par le gouvernement d’Alep, jusqu’à ce qu’elle appartînt à Šibl b. Ğāmi‘ au nom des Mirdasides418. Tāğ al-Dawla Tutuš la prit et tua tous ses occupants en 470/1077-78, en même temps qu’il fit la conquête des forteresses voisines lorsqu’il marcha du Ḫurāsān contre la Syrie419. Par la suite, il quitta le pays et les Mirdasides la reprirent.

  • 420 Zengī prit possession d’Alep en 522/1 128. Nous n’avons pas pu trouver d’informations sur ce Ḥasan (...)
  • 421 Cf. supra, p. 75, le passage qu’Ibn Šaddād a recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm.

166Elle demeura en leurs mains jusqu’à ce que ‘Imād al-Dīn Zengī prît possession d’Alep et de sa région (a‘māl). Al-Bāb lui appartint et il y nomma gouverneur, un homme du nom de Ḥasan al-Aḫnīš420. Le roi des Grecs campa autour de la ville en [5]32/1137-38, le jour de la fête des Chrétiens [Pâques] et en fit le siège jusqu’à ce qu’il s’en emparât421. Il fit prisonnier ses occupants et la quitta pour se rendre à Šayzar. Il y laissa un gouverneur avec une troupe pour la garder. ‘Imād al-Dīn y retourna et l’assiégea jusqu’à ce qu’il la prît le mardi 19 muḥar-ram [53]3(27 septembre 1138).

  • 422 En 606/1209-10, Cf. Zubda, III, 163.

167Elle demeura aux mains de ceux qui possédaient Alep jusqu’au règne du sultan al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn — que Dieu lui soit miséricordieux —. Elle resta en sa possession jusqu’à sa mort en l’année 569/1174. La royauté fut transmise à son fils al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl. Buzā‘ā fit partie des villes dont il prit possession. Ensuite le pouvoir fut transmis à al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn Yūsuf b. Ayyūb. Puis la royauté sur la seule région d’Alep, échut à son fils al-Malik al-Ẓāhir Ġiyāṯ al-Dīn Ġāzī. Elle resta en sa possession jusqu’à son mariage avec Ḍayfa Ḫātūn, fille d’al-Malik al-‘Ādil Muḥammad b. Ayyūb422. Il lui donna Buzācā en iqṭā‘ qui demeura en possession de ses lieutenants jusqu’à la mort du sultan al-Malik al-Ẓāhir en 613/1216.

  • 423 Cf. supra, p. 54-55.
  • 424 Cf. Zubda, III, 185, qui ne donne pas, cependant, le montant du revenu. Celui-ci est important com (...)
  • 425 Al-Malik al-Ašraf fut le véritable maître d’Alep après sa victoire sur Kaykā’ūs ; il laissa, toute (...)

168Son fils al-Malik al-‘Azīz Muḥammad fut ensuite chargé du gouvernement. ‘Izz al-Dīn Kaykā’ūs marcha sur les villes du nord qui appartenaient à Alep en [6] 15/1218. Il prit possession de Buzā‘ā entre autres villes dans cette région423. Mais al-Malik al-Ašraf b. al-Malik al-‘Ādil l’en chassa et Buzācā, al-Bāb, le Ğabbūl et Sarmīn furent donnés en iqṭā‘ à al-Malik al-Ašraf pour l’entretien de ses cuisines. Leur revenu était de deux millions de dirhams424. Elle demeura en possession de ses lieutenants jusqu’en 620/1223 lorsqu’il envoya un messager à Šihāb al-Dīn Ṭuġrīl, atabeg d’al-Malik al-‘Azīz et lui dit : « Fais en ce qu’il te plaira425 ». L’atabeg ne la donna à personne en iqṭā‘ et elle resta en sa possession jusqu’au mariage d’al-Malik al-‘Azīz avec la fille d’al-Malik al-Kāmil, Fāṭima Ḫātūn, en [6]29/1231-32. Il donna à celle-ci Buzā‘ā en iqṭā‘ et elle demeura aux mains de ses lieutenants jusqu’à la mort d’al-Malik al-‘Azīz en 634/1236. Puis on l’enleva à sa femme et elle ne fut plus donnée en iqṭā.

  • 426 Al-Ṣāliḥ Ismā‘īl, frère d’al-Malik al-Ašraf, avait dû remettre Damas à son neveu al-Ṣāliḥ Ayyūb d’ (...)
  • 427 Il mourut au Caire alors qu’avec le sultan al-Nāṣir, il combattait les Mamelouks fraîchement insta (...)
  • 428 En 652/1254. Cf. Maqrīzī, 394, trad. I (1), 56. Sur le sultan Seldjou-qide Kayqubāḏ (618-634/1221- (...)

169Lorsqu’al-Malik al-Ṣāliḥ ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl b. al-Malik al-‘Ādil arriva au service d’al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] après qu’on lui eût pris Damas, celui-ci l’emprisonna jusqu’en [6]45/ 1247-48, puis le libéra et lui donna en iqṭā‘ al-Bāb, Buzā‘ā et d’autres villes426. Elle resta en possession de ses lieutenants jusqu’à ce qu’il fût tué en 648/1250, dans la bataille contre les Egyptiens427. Elle ne fut plus donnée en iqṭā‘ après lui jusqu’au mariage du sultan al-Malik al-Nāṣir [Yūsuf II] avec la fille de ‘Alā’ al-Dīn Kayqubāḏ428. Il la lui donna en iqṭā‘ et elle demeura aux mains de ses lieutenants jusqu’à la prise d’Alep par les Mongols en [6]58/1260. Après qu’ils eurent quitté le pays, elle revint à notre maître le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] et elle est aux mains de ses lieutenants jusqu’à nos jours. /

AL-ŠUĠR ET BAKĀS429

  • 429 Forteresse dans la vallée du Nahr al-Abyaḍ, affluent de l’Oronte. Elle était constituée de deux ou (...)
  • 430 Ou d’al-Maqlūb (l’inversé). Voir infra, p. 224.
  • 431 Il s’agit du Nahr al-Abyaḍ, profondément encaissé au nord et à l’est de la citadelle. Cf. Van Berc (...)

170Ce sont deux forteresses puissantes et fortifiées des régions occidentales. Al-Šuġr est une petite citadelle proche de Bakās et l’on passe de l’une à l’autre par un pont. Elles se trouvent dans le bassin de l’Oronte (Urunṭ) connu sous le nom d’al-‘Āṣī430, et un cours d’eau (nahr) coule aux pieds de Bakās431. Ces deux citadelles sont inaccessibles et puissantes au plus haut point.

171Je n’en ai trouvé aucune mention dans les livres d’histoire ancienne, mais j’ai relevé dans les histoires des auteurs récents que ces deux citadelles appartenaient aux Francs, et qu’al-Malik al-Nāṣir Ṣalāḥ al-Dīn Yūsuf en fit la conquête.

  • 432 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, RHC., Or., III,113 cité qar Ibn Ḫallikān, VII, 191, Abū Šāma, RHC, Or., I (...)
  • 433 Nous adoptons ici la traduction de M. Van Berchem (op. cit.) « dans le bassin » (‘alā ğānib), litt (...)

172Le qāḍī Bahā’ al-Dīn Abū l-Maḥāsin Yūsuf b. Rāfi‘ b. Šaddād a dit dans la biographie de Ṣalāḥ al-Dīn432 : « Nous voyageâmes jusqu’à ce que nous arrivâmes à Bakās qui est une citadelle fortifiée dans le bassin de l’Oronte (‘Āṣī)433. Nous l’assiégeâmes le mardi 6 ğumādā II 584 (2 août 1188). Le sultan monta avec une troupe légère (ğarīdatan) à la citadelle qui se trouve sur une montagne dominant l’Oronte. Il la fit cerner de toutes parts et l’attaqua vigoureusement jusqu’au vendredi 9 ğumādā (5 août) où, avec la permission de Dieu, il l’emporta de vive force. Un certain nombre de ses habitants fut tué et le reste fait prisonnier. Bakās possédait [aussi] une citadelle proche d’elle, appelée Šuġr. Le sultan marcha sur elle et l’assiègea jusqu’à ce que ses occupants demandassent la capitulation le mardi 13(9 août). Ils sollicitèrent un délai de trois jours afin de demander l’autorisation d’Antioche [de se rendre]. Il les y autorisa et la prise de la citadelle ainsi que la montée de l’étendard du sultan à son sommet eurent exactement lieu le vendredi 16 (12 août).

  • 434 La source d’Ibn Šaddād est peut-être Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 192). Al-Ṣāliḥ reçut aussi al-Rūğ e (...)

173Elle resta en possession de Ṣalāḥ al-Dīn jusqu’à ce qu’à Alep, le pouvoir fût transmis, après lui, à son fils al-Malik al-Ẓāhir [Ġāzī]. Šuġr et Bakās entrèrent alors en sa possession. Après lui, la royauté échut à son fils al-Malik al-‘Azīz, et Šihāb al-Dīn Ṭuġrīl, l’atabeg, concéda ces deux forteresses avec d’autres en iqṭā‘ à al-Malik al-Ṣāliḥ Aḥmad b. al-Malik al-Ẓāhir en 619/1222434. Puis lorsque le sultan al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] prit possession des villes syriennes dont les Mongols s’étaient emparés, Šuġr et Bakās lui revinrent et ses lieutenants s’y trouvent encore de nos jours.

  • 435 Tout le récit des événements postérieurs à 676/1277-78 est rajouté en marge dans le manuscrit du V (...)
  • 436 Al-Malik al-Sa‘īd Baraka Ḫān suscita le ressentiment des anciens émirs qui le forcèrent à abdiquer (...)
  • 437 Sunqur al-Ašqar, ancien émir de Baybars se fit proclamer sultan en Syrie. Qalāwūn dépêcha contre l (...)
  • 438 Nūr al-Dīn ‘Alī, fils de l’émir ‘Izz al-Dīn b. al-Mağallī ; voir supra, p. 70.
  • 439 On pourrait lire aussi comme dans les manuscrits de Top Kapi, Léningrad et British Museum « un iqṭ (...)
  • 440 Quelque temps plus tard, en 680/1281, Sunqur al-Ašqar fit la paix avec Qalāwūn et récupéra Šuġr et (...)

174Ces deux forteresses435 demeurèrent en possession d’al-Malik al-Ẓāhir [Baybars] jusqu’à sa mort le 28 muḥarram 676(1er juillet 1277). Puis son fils al-Malik al-Sa‘īd fut chargé du gouvernement. Elles restèrent en sa possession jusqu’à ce que le pouvoir lui fût ôté le 19 rabī‘ I [678] (4 août 1279)436. al-Malik al-Manṣūr Sayf al-Dīn Qalāwūn al-Alfī prit en charge le gouvernement et ses lieutenants y demeurèrent. Cette situation persista jusqu’à la rebellion de l’émir Šams al-Dīn Sunqur al-Ašqar le 24 ḏū l-ḥiğğa (26 avril 1280) : c’était un vendredi. Elles restèrent en sa possession jusqu’à ce que l’armée égyptienne l’en écartât ; il prit la fuite vers le désert437, puis il revint à Ṣahyūn. Son lieutenant [dans Šuġr et Bakās] était Sayf al-Dīn Sayf b. Faḫr al-Dīn b. al-Ğannāḥ al-Hakārī, l’un des amis de l’émir Nūr al-Dīn b. Mağallī438. al-Malik al-Manṣūr lui écrivit et Sayf al-Dīn Sayf lui remit la forteresse l’un des deux ğumādā de l’année [679] (29 août-27 octobre 1280). al-Malik al-Manṣūr en prit possession et lui donna en échange quarante cavaliers et en donna dix à son fils439. Les deux forteresses sont en sa possession jusqu’à nos jours440.

  • 441 Ibn al-Furāt, II, 158 v° sq et 172 r°, mentionne la plupart de ces forteresses dans les conquêtes (...)

175Dans la région (a‘māl) d’Alep, en dehors des citadelles dont nous avons parlé, il y en a d’autres que nous avons renoncé à évoquer même si elles furent célèbres, car les destructions les ont frappées et, avec le temps, elles ne sont plus que des villages sans défense et sans protection. Ce sont441 : /

  • 442 Ḥiṣn Sunyāb ou Sīnāb se trouvait aux sources du Quwayq dans la région d’al-Rāwandān d’après Ibn Ša (...)
  • 443 Forteresse sans doute proche de Sunyāb car Nūr al-Dīn les occupe toutes deux en même temps vers 54 (...)
  • 444 Ou Sarzik, que M. Cl. Cahen situe dans la région de ‘Azāz ou d’al-Rāwandān et de Sunyāb (SN., 140)
  • 445 Non localisée avec précision. Cf. Cahen, SN., 140. Le nom de la forteresse n’est pas ponctué dans (...)
  • 446 Actuelle localité du même nom sur le Nahr ‘Afrīn au sud-ouest de ‘Azāz (cf. carte I). Cf. Dussaud, (...)
  • 447 Ou Bātrika ? Sans doute entre le ‘Amq oriental et le Nahr ‘Afrīn ; Ibn al-Furāt situe cette forter (...)
  • 448 Village au nord-est du ‘Amq à 25 km. à l’ouest du Nahr ‘Afrīn (cf. carte I). Cf. Cahen, SN., 137 ; (...)
  • 449 Au nord de Šīḥ al-Ḥadīd, sur la route vers la vallée du Qara Su (cf. carte I). Cf. Cahen, SN., 137 (...)
  • 450 Ibn al-Šiḥna (177) lit Rāšīya et dit qu’elle s’appelle de son temps Rāšī. M. Cl. Cahen pense qu’el (...)
  • 451 Ibn al-Šihna (176) et Ibn al-Furāt (II, 172 r°), cité par Cahen, SN., 137, n. 71) l’appellent ‘Anā (...)
  • 452 Actuel Burğ Hāb, à 10 km. au sud-ouest d’Idlib sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya. A l’extr (...)
  • 453 Ibn al-Šīḥna (177) l’appelle Sarfūn ou Sarqūt et ajoute qu’elle se trouve à l’ouest de Sarmada. Pe (...)
  • 454 Village sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya à 7 km. à l’ouest d’al-Bāra (cf. carte I). D’apr (...)
  • 455 Village sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya au sud-est de Ğisr al-Šuġr. Deux traces de forti (...)
  • 456 Il s’agit sans doute du tell au nord de Ğisr al-Šuġr sur la rive ouest de l’Oronte (elle fait face (...)
  • 457 La Sardone des Croisés, au nord-est d’Idlib (cf. carte I) dont il ne reste aujourd’hui qu’un villa (...)
  • 458 Lire Arzaqān ou Arzaġān. Ibn al-Šīḥna (177) la situe en face de Kašfahān sur la rive orientale de (...)
  • 459 Actuelle Yenī Šehīr en Turquie. Cf. supra, p36. Une forteresse médiévale y fut dégagée en 1935 p (...)
  • 460 Entre le Ğabal Barišā et l’Oronte au sud-ouest de Ḥārim (cf. carte I). Cf. Dussaud, THS., 216 ; Ca (...)
  • 461 Dans la plaine entre le Ğabal Dueili et l’Oronte (cf. carte I). M. Cl. Cahen (SN., 153) signale à (...)
  • 462 Il s’agit peut-être de Tall Ḫālid sur le Sāğūr en aval de Tall Bāšir, bien qu’il paraisse un peu e (...)
  • 463 Au sud du Ğabal al-A‘lā. Cf. Cahen, SN, 153 ; Elisséeff, ND., 205 (cf. carte I).

176Ḥiṣn Sunyāb442, Ḥiṣn Sal‘ān443, Ḥiṣn Sarazbak444, Ḥiṣn Tall Zammār445, Ḥiṣn Bāsūṭā446, Ḥiṣn Bāturka447, Ḥiṣn Šīḥ al-Ḥadīd448, Ḥiṣn Kūmīṯ449, Ḥiṣn Marāsiyā450, Ḥiṣn ‘Anāfīṯ451, Ḥiṣn Ḥāb452, Ḥiṣn Sarqūb453, Ḥiṣn Arnībā454, Ḥiṣn Innib455, Ḥiṣn Tall Kašfahān456, Ḥiṣn Zardanā457, Ḥiṣn Arzafān458, Ḥiṣn ‘Imm459, Ḥiṣn Salqīn460, Ḥiṣn Tall ‘Ammār461, Ḥiṣn Tall Ḫālid462, Ḥiṣn Armanāz463 et d’autres encore, qu’il serait trop long de décrire et dont le malheur frapperait les cœurs.

Notes

1 Sūriyā, actuelle Isriye, entre Salamiya et Ruṣāfa, Ibn al-‘Adīm nous dit que Sūriyā fut le premier nom donné à la Syrie (Šām) et qu’il s’appliquait à la région d’Alep. L’origine de ce nom devait sans doute remonter à la ville ancienne appelée Sūriyā qui se trouvait en bordure de cette région du côté d’al-Aḥaṣṣ (cf. p. 22, n. 4), Zubda, I 16 ; voir aussi Dussaud, THS 273 et Canard, Hamdanides, 213.

2 Cf. Ibn Šaddād, A‘lāq, Ḥalab.

3 Pour la localisation des villes citées, se reporter plus loin au chapitre de leur description.

4 Voir infra, p. 84. L’auteur n’a pas consacré de monographie à cette ville.

5 Sur al-Malik al-Nāṣir Yūsuf (634-658/1236-1260) voir EI1 art. « al-Nāṣir » (K.V. Zctterstéen) ; Sauvaget, Alep, 134 ; Gibb, The Aiyubides, dans Setton, Crusades II, 704-714 ; EI2 art. « Ayyūbides » (Cl. Cahen).

6 Sur les deux principaux impôts du monde musulman, ḫarāğ (impôt foncier) et ğizya (capitation), voir EI2 art. « Kharāḏi » et « Ḏjizya » (Cl. Cahen) ; F. Lökkegard, Islamic taxation, ch. III et VI ; D. Dennett, Conversion and the Poll-tax in early Islam, 1950 ; infra, p. 153, n. 5.

7 Bālis, actuelle Meskene sur la rive droite de l’Euphrate, ancienne Barbalissos, située sur la route entre Alep et Raqqa (carte IV, C9). Une partie de la description d’Ibn Šaddād (en particulier les extraits des œuvres de Ya‘qūbī, Ibn Ḥawqal et al-Balāḏurī) est tirée de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (1, fol. 85 r° à 87 v°). Sur Bālis, en dehors des sources citées dans le texte, voir Yāqūt, I, 328, Abū l-Fidā, Taqwīm, 270, trad. II (2) 46 ; Le Strange, Palestine, 417 ; EI2, art. « Bālis » (J. et D. Sourdel) ; J. et D. Sourdel, « Notes d’épigraphie », 103 et « Un sanctuaire chiite de l’ancienne Balis » dans Mélange d’Islamologie (à la mémoire de Armand Abel), Leiden, 1974, 247-253 ; Elisséeff, ND., 149-150.

8 Ibn Abī Ya‘qūb ou Ya‘qūbī, appelé aussi Ibn Wāḍiḥ a rédigé dans la seconde moitié du iiie/ixe siècle une histoire et un ouvrage géographique, « Le Livre des Pays » (cf. supra, introd. p. xxxi). Toutefois, ce dernier nous est parvenu incomplet et apparaît en particulier pour la Syrie du Nord très fragmentaire. La citation dont il est question ici n’y figure pas ; cf. l’introduction de G. Wiet à la traduction de l’ouvrage de Ya‘qūbī « Les Pays » ; voir aussi EI1 art. « Al-Ya‘ḳūbī » (C. Brockelmann).

9 A l’époque de Yāqūt, la ville se trouve à 4 milles (environ 8 km.) de l’Euphrate (Yāqūt, V, 328). Aujourd’hui la ville islamique est en grande partie innondée par le barrage de l’Euphrate. Les campagnes de fouilles sur le site menées de 1970 à 1975 de M. André Raymond et M. Lucien Golvin sont en cours de publication (cf. Hennequin, al-Ush, Les monnaies de Bālis, Damas, 1978).

10 Sur ce šayḫ syrien, né à Ṣiffīn en 584/1188-89, élevé à Bālis et mort en 658/1260, voir Ṣafadī, X, 244-46 ; Ibn al-‘Imād, Šaḍarāt, V, 295.

11 Ṣūra, 180, trad. 177 (sur cet auteur du ive/xe siècle, voir supra, in-trod. p. xxxiii). Nous n’avons trouvé mention des deux remparts dont parle Ibn Šaddād ni dans l’édition de Kramers, ni dans la traduction de Wiet. Ibn al-‘Adīm (Buġya, fol. 852) cite aussi Ibn Ḥawqal ; nous pensons que Ṣūrān (سوران) est une erreur de transcription de la part d’Ibn Šaddād qui a sans doute recopié Ibn al-‘Adīm où l’on trouve : « Sūr azalī » (سور أزلي) « un rempart de tout temps existant ».

12 Ibn al-‘Adīm, Buġya, I, fol. 85 r°.

13 Futūḥ, 150, trad. 231.

14 Sur Ra‘bān et Dulūk, voir infra, p. 273 et 276.

15 Sur ce célèbre général voir EI2 art. « Abū ’Ubayda b. al-Ḏjarrāḥ » (H.A.R. Gibb) ; ‘Arāğin (très probablement dans les environs de Bālis), n’est pas localisé par Yāqūt (IV, 92) qui se contente de citer le même extrait d’al-Balāḏurī.

16 « Pays près de Bālis » dit Yāqūt, IV, 297.

17 Ḥabīb b. Maslama (m. v. 42/662 ou 51/671). Sur ce chef militaire de Mu‘āwiya qui se distingua dans les combats contre les Byzantins et fut gouverneur de la Syrie septentrionale, voir EI2 art. « Ḥabīb b. Maslama » (W. Fuck).

18 Sur la ğizya, voir p. 4 n. 2.

19 Sur ce célèbre général umayyade, fils du second calife marwanide qui mena les campagnes contre les Grecs, voir EI1 art. « Maslama b. ‘Abd al-Malik » (H. Lammens).

20 Ibn Šaddād écrit « Tūbalis » (tout comme Ibn al-‘Adīm qu’il a sans doute recopié (Buġya, fol. 86 r°) ; Al-Balāḏurī écrit « Buwaylis » ( ?) (Le « B » n’est pas ponctué), Futūḥ, 151, trad. 231 ; Yāqūt, I, 320 : « Būwaylis ». Cette localité que nous n’avons pu situer sur la carte devait aussi se trouver dans les environs de Bālis.

21 ‘Ābidin, dans les environs de Bālis (non localisé).

22 Sur ce site de la célèbre bataille du même nom, voir infra, p. 16.

23 Oncle du calife al-Saffāh et gouverneur de Syrie (m. 147/764) ; cf. EI2 art. « ‘Abd Allāh b. ‘Alī » (K.V. Zettersteen-(S. Moscati)).

24 La nature de l’iqṭā‘ a beaucoup varié dans le temps et l’espace. A l’origine il s’agissait de concessions le plus souvent foncières faites à des notables moyennant certaines obligations (notamment l’aide militaire). A l’époque abbasside, l’iqṭā‘ désignait surtout des droits fiscaux sur des terres. Sous les Seldjouqides, les iqṭā‘ s’identifièrent parfois aux gouvernements de province. Enfin, à l’époque ayyoubide et mamelouke, l’iqṭā‘ devint le plus souvent héréditaire, avec toutefois un fort contrôle du souverain ainsi qu’on peut le remarquer tout au long du récit d’Ibn Šaddād, et son bénéficiaire devait en échange entretenir une petite troupe (50 à 350 hommes selon les exemples connus). Cf. Cl. Cahen, Evolution de l’iqṭā, 25-52 et EI2 art. « Iḳṭā‘ » A.K.S. Lambton, « Reflexions on the iqṭā‘ » dans Arabic and Islamic Studies in Honour of H.A.R. Gibb, Leiden, 1965, 358-376 ; Humphreys, Appendice B.

25 Sur cet oncle du calife, gouverneur de Baṣra, Baḥrain et ‘Umān, de 133 à 139/750-57, m. en 142/759-60 à Baṣra, voir Zambaur, 40, tableau G.

26 Qui fut gouverneur de Baṣra, de la Mekke et de Médine, cf. Zambaur, tableau G.

27 C’est-à-dire le califat, comme l’indique Ibn al-Aṯir, Kāmil, VI, 119.

28 Ce qui veut dire que le calife pouvait légalement se les approprier.

29 Sur les règnes des califes Hārūn al-Rašīd (170-193/786-809) et al-Ma’mūn (198-218/813-833) voir les articles de K.V. Zetterstéen dans EI1, D. Sourdel, Vizirat, I, 134-238 et Kennedy, Abbassid Caliphate, 115 sq.

30 L’époque de Sayf al-Dawla (944-967) marque le début de la décadence de Bālis ainsi que l’attestent Iṣṭaḫrī et Ibn Ḥawqal, Ṣūra, 180, trad. 177 ; cf. EI2, art. « Bālis » (J. Sourdel). Mais Muqaddasī qui est passé en Syrie du Nord entre 354/965 et 364/975 (cf. Muqaddasī, XXVII), 18 ans après la mort de Sayf al-Dawla, en parle encore comme d’une ville prospère (Muqaddasī, 155-156, trad. 162-163).

31 C’est-à-dire après la brève occupation des Fatimides (407-415/101624) aux Mirdasides (Ṣāliḥ b. Mirdās et ‘Aṭīya b. Ṣāliḥ) puis aux ‘Uqaylides jusqu’en 475/1082-83 (Muslim b. Qurayš) ; voir Zambaur, 33).

32 En 479/1086 ; sur Malikšāh et la prise d’Alep, voir Zubda, II, 100-101 ; Ibn Ḫallikān, V, 283-289 ; Grousset, I, XLIV-XLVII ; EI1 art. « Malikshāh » (M.Th. Houtsma).

33 Šams al-Dawla Sālim b. Mālik b. Badrān, cousin de l’uqaylide Šaraf al-Dawla Muslim B. Qurayš et commandant de la citadelle d’Alep à la mort de celui-ci en juin 1085 ; cf. Yāqūt, II, 142 ; Zubda, II, 99 ; A‘lām, III, 115.

34 Sur Qal‘at Ğa‘bar, forteresse sur la rive gauche de l’Euphrate entre Bālis et Raqqa, voir A‘lāq, Ğazīra, I, 110-119 ; EI2 art. « Ḏja‘bar » (D. Sourdel). Sur Raqqa, capitale du Diyār Muḍar sur l’Euphrate, légèrement en amont du confluent du Balīḫ, voir A‘lāq, Ğazīra, I, 69-82 ; EI1 art. « Al-Raḳḳa » (E. Honigmann) ; Canard, Hamdanides, 90 ; Elisséeff, ND, 152-153.

35 Sur ce prince seldjouqide qui succèda à son père Tutuš à Alep en 488/ 1095, voir EI1 art. « Riḍwān » (K.V. Zetterstéen) ; Sauvaget, « Extraits Buġya », 406.

36 Ancien atabeg de Riḍwān qui s’était disputé avec son maître et réfugié à Homs (Lewis, Three biographies, 329, 330-332 ; Cahen, SN, 180). Nous n’avons pas pu retrouver la source d’Ibn Šaddād, sur ces événements (jusqu’en 511/1117-18) ; il est possible que ce soit Ibn Abī Ṭayyi’.

37 Sur Duqāq, frère de Riḍwān et sur son atabeg turc qui apparaît dès cette époque le véritable maître de Damas et sera reconnu prince régnant après la mort de Duqāq en 497/1104, voir Ibn al-Qalānisī, Ḏayl, 32-37 ; Gibb, Chronicle, 30-32 ; EI1 art. « Tughtegin » (K.V. Zetterstéen) ; EI2 art. « Dimashḳ » (N. Elisséeff).

38 En fait, Riḍwān en reprit possession en 496/1102-03 ; Zubda, II, 149.

39 Sur ce commandant d’armée du sultan Muḥammad fils de Malik šāh, qui chercha à se rendre indépendant et s’installa à Raḥba (actuelle Mayādīn sur l’Euphrate) après l’avoir enlevée à Duqāq, voir Cahen, SN 248-249.

40 En 502/1108, le qāḍī s’appelait Muḥammad b. ‘Abd al-‘Azīz b. Ilyās ; voir le récit plus détaillé des événements dans Kāmil, X, 464 ; Grousset, I, 440.

41 Sur l’alliance de Ğāwalī et Baudoin du Bourg d’un côté contre Tancrède et Riḍwān de l’autre et sur l’issue du conflit qui les opposa en 501/1108, voir Grousset, I, 433 à 442 et Cahen, SN, 249 à 251.

42 Après sa défaite, Ğāwalī se réconcilia avec le sultan Muḥammad qui lui confia le gouvernement d’une province ; Kāmil, X, 466 ; Cahen, SN, 251.

43 Prince d’Alep à la mort de Riḍwān (507-508/1113-14), il s’était fait une réputation de sottise et de cruauté. Cf. Sauvaget, Extraits Buġya, 402-403.

44 Alp Arslān fut assassiné par le chef de son gouvernement Lu’lu’ qui prit le pouvoir en 508/1114. Toutefois, Lu’lu’ et ses successeurs ne contrôlaient plus Alep où le vrai pouvoir était détenu par les « chefs du peuple » comme l’a montré M. Cl. Cahen, SN, 269-270 ; voir aussi Sauvaget, Alep, 92. Les Alépins se tournèrent vers le prince de Mārdin, mais il fallut attendre l’arrivée de Zengī en 522/1128 pour que cette crise alépine trouvât une solution ; Cahen, SN, 306. Sur la dynastie des Artuqides en Ğazīra, voir EI2, art. « Artuḳides » (Cl. Cahen).

45 Ibn al-‘Adīm dit : « Bālis et Qulay‘at (la petite citadelle) » qu’il situe par ailleurs « à l’extérieur de Bālis » (cf. Zubda, II, 168, 180). Il s’agit de Qal‘at Nādir qui se trouvait dans les environs de Bālis (cf. infra, p. 13).

46 Nom sans ponctuation dans le manuscrit du Vatican : un peu plus loin (infra, p. 14) il est question d’un village du nom de Ḥabānīya mais dont la vocAlīsation reste incertaine et la localisation exacte inconnue. Cette localité est citée avec exactement la même graphie par Ibn al-Furāt (II, 122 V) qui s’est probablement inspiré d’Ibn Abī Ṭayyi’.

47 Ilġāzī s’installa à Mārdīn en 502/1108-1109 à la mort de son neveu qui la gouvernait ; Cahen, SN, 181-82. En 511/1117-18, il est appelé par Yāruqtāš qui s’est emparé du pouvoir à Alep, mais dès avant son arrivée, le chef de l’administration, Ibn al-Milḥi, écarte Yāruqtāš et ne concède à Ilġāzī que peu de pouvoir. Celui-ci repart bientôt n’ayant acquis que Bālis et des villages dans sa région ; Zubda, II, 180 sq. ; Cahen, SN, 277. Un peu plus tard cependant, devant l’accroissement de la menace franque, Ilġāzī est rappelé et cette fois reçoit pour de bon le gouvernement de la ville au détriment de Yāruqtāš, Ibn al-Milḥi et d’autres. Il semble qu’Ibn Šaddād n’ait pas fait la différence entre les deux venues d’Ilġāzī à Alep et que ce soit lors de la seconde — M. Cl. Cahen suggère de la situer en 512/1118-19 — qu’Ilġāzī ait proposé l’échange de villes dont il est question ici ; Zubda, II, 180 et 185 ; Cahen, SN, 78 ; Hennequin, al-Ush, Monnaies de Balis, 32 sq.

48 Sālim b. Mālik, seigneur de Qal‘at Ğa‘bar ; voir supra p. 8 n. 4.

49 En 522/1128 ; cf. Cahen, SN, 306-307.

50 Frère de Mağd al-Dīn qui était frère de lait de Nūr al-Dīn et gouverneur d’Alep ; Cahen, SN, 396-397. Ibn Šaddād ne mentionne pas Muğir al-Dīn Abaq à qui Nūr al-Dīn prit Damas en 549/1154 et donna Bālis en échange. Il est vrai qu’il n’y resta pas longtemps et la quitta pour Bagdad ; Kāmil, XI, 198.

51 Sur Sarūğ, à l’ouest d’Edesse près des sources du principal affluent du Balīḫ, voir al-A‘lāq, Ğazīra, 101 sq. ; Canard, Hamdanides, 92 ; Elisséeff, ND, 143. Nūr al-Dīn la prit à Ġāzī b. Ḥassān en 564/1168-69 (cf. infra, p. 291 où il est appelé Ġāzī b. Ayyūb) à qui il avait pris deux ans auparavant Manbiğ et Qal‘at Nağm et il donna Sarūğ au maître de Qal‘at Ğa‘bar en échange de sa propre forteresse ; cf. A‘lāq, Ğazīra, 106-107 ; Elisséeff, ND, 621-622.

52 Voir infra, p. 65.

53 En 549/1154-55 Nūr al-Dīn avait confié la défense de la Biqā‘ au cœur de laquelle se trouve Ba‘labakk, à Ḍaḥḥāk al-Biqā‘ī. Dès 550, cependant, Nūr al-Dīn obligea Ḍaḥḥāk par les armes à lui remettre la place qui dépendait du domaine de Damas. Ibn Šaddād commet ici une erreur chronologique évidente ; Elisséeff, ND, 498.

54 Sur les Ġulām-s (serviteurs, esclaves ou affranchis), voir EI2 art. « G̱ẖulām » (D. Sourdel-C.E. Bosworth). Nous n’avons pas trouvé de renseignements sur ce Ḥaydar (peut-être faudrait-il lire Ğandar ?).

55 Al-Malik al-Ẓāhir fut chargé de la principauté d’Alep dès 579/1183 par son père Ṣalāḥ al-Dīn, puis dépossédé au profit de son oncle al-Malik al-‘Ādil, et reçut à nouveau définitivement la ville en 582/1186. Sur ce souverain ayyoubide d’Alep, (582-613/1186-1216), voir EI1 art. « al-Ẓāhir Ghāzī » (K.V. Zetterstéen) ; G. Wiet, « Une inscription de Malik Ẓāhir », dans BIFAO, XXX, 279 sq. ; Sauvaget, Alep, 129-154 ; sur les monnaies ayyoubides trouvées à Bālis, particulièrement nombreuses, voir Hennequin, al-Ush, 42 sq.

56 Abū l-Mağd Ma‘dān b. Kaṯīr b. ‘Alī al-Bālisī, jurisconsulte šāfi‘ite connu pour ses connaissances littéraires et linguistiques ; Yāqūt, I, 328-3 ?9 ; Ibn al-Aṯīr, Lubāb, 91.

57 Son oncle al-Malik al-‘Ādil, proclamé sultan d’Egypte et de Syrie au Caire en 596/1200, par rapport auquel le souverain d’Alep essaya toujours de sauvegarder son indépendance ; voir EI2 art. « Al-‘Ādil » (H.A.R. Gibb) ; Humphreys, 87-123 et la thèse de F.J. Dahlmanns, al-Malik al-‘Ādil, Diss. Giessen, 1975.

58 Allusion à une expression qui signifie littéralement « il a mangé la chair de quelqu’un » pour dire qu’il a médit de lui (signification qui tire son origine du Coran, XLIX, 12).

59 Il y fit construire un minaret avec une inscription datée de 607/1210-11 qui atteste qu’il fut maître de Bālis dès avant la mort, en 613/1216, d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī ; J. et D. Sourdel, Notes d’épigraphie, p. 103-105 ; EI2, art. « Bālis » (J. Sourdel).

60 En 638 en effet, al-Malik al-Ḥāfiẓ fut frappé de paralysie. Un différend l’opposa à son fils Taqī al-Dīn Mas‘ūd qui lui réclama l’argent provenant de Bālis et le menaça. Al-Ḥāfiẓ prit peur et proposa cet échange à sa sœur Ḍayfa Ḫātūn. La veuve d’al-Malik al-Zāhir exerçait alors la régence à Alep après la mort en 634/1236 de son fils al-‘Azīz (qui n’est donc plus maître d’Alep) au nom de son petit-fils al-Malik al-Nāṣir b. al-Malik al-‘Azīz. Voir infra, p. 56, n. 1 Zubda, III, 248 ; Mufarriğ, V, 279 ; EI1, art. « al-Nāṣir » (K.V. Zetterstéen) ; Sauvaget, Alep, 134 ; A‘lāq, Ğazīra, I, 119.

61 Il s’agit peut-être de ce personnage qui passa au service des Mongols, occupa la fonction de Šiḥna et se battit contre les Mamelouks au mois de muḥarram 660/décembre 1261. Cf. Ibn al-Ṣuqā‘i, trad. 3. Sur les rapports souvent très tendus entre le royaume d’Alep et les Ḫwarizmiens à cette époque, voir Cahen, SN., 644-649.

62 ‘Alam al-Dīn Qayṣar avait été nommé en 646/1248 gouverneur de Niṣibīn par Lu‘lu‘ maître de Mossoul. Puis il fut installé à Sinğār par tes Mongols (A‘lāq, Ğazīra, 138, 212).

63 Les Mongols s’emparèrent d’Alep en 658/1260. Sur l’invasion mongole et ses conséquences voir al-Makin, 171-177 ; Mufarriğ, fol. 148 v°-150 v° ; parmi les sources mongoles : Rašid al-Dīn, 327-341 ; voir aussi Cahen, « The Mongols and the Near East », dans Setton, Crusades, p. 715-719 ; EI2, art. « Ḫulāgū » (J. A. Boyle) ; J.A. Boyle, « Dynastic and Political History of the II Ḵẖāns » dans Camb. Hist. Ir., 340-355.

64 L’archéologie semble confirmer l’abandon du. site. Les résultats de la fouille de Bālis-Meskene sont en cours de publication mais M. A. Raymond a bien voulu, dès à présent me révéler qu’aucune couche de destruction importante de la ville n’était apparue lors des fouilles, ce qui tendrait à prouver que la ville fut abandonnée avant même l’arrivée des Mongols. Par ailleurs, aucune monnaie postérieure aux derniers princes ayyoubides ne fut trouvée sur le site (voir Hennequin-Al-Ush, Monnaies de Bālis, p. ix) en dehors de quelques monnaies ottomanes tardives.

65 Qal‘at Nādir ou Qulay‘at (cf. Cahen, SN, 268-277). Les Assassins s’en emparèrent à la mort de Riḍwān (507/1113). Ibn al-Aṯīr dit que Lu‘lu‘ y fut tué en 511/1117 entre Alep et Bālis (Kāmil, X, 531) et Ibn al-‘Adīm nous apprend qu’elle fut assiégée puis détruite par ‘Imād al-Dīn b. Mawdūd b. Zengi en 578/1182 (Zubda, III, 59).

66 Le terme de mawlā (pl. mawālī) s’appliquait aux non-Arabes (libres ou affranchis) qui se convertirent à l’Islam. Sur l’importance que les Mawālī prirent à l’époque abbasside, voir D. Ayalon, Mu‘taṣim, 23-24.

67 L’auteur de ce vers mal retranscrit par Ibn Šaddād (voir texte arabe) est ‘Amr b. Kulṯūm, poète préislamique qui appartenait à une branche de la tribu des Taġlib du Moyen Euphrate ; voir, EI2 art. « ‘Amr b. Kulṯhūm » (R. Blachère).

68 De tous ces villages cités par Ibn Šaddād, un seul est mentionné dans un autre ouvrage géographique : Ḥawra, dont Yāqūt dit qu’il est situé entre Raqqa et Bālis et qu’il doit son nom à un certain Ṣāliḥ al-Ḥawri (II, 318). Nous donnons donc une transcription pour toutes ces localités sans ignorer, toutefois, les risques d’erreurs que cela comporte.

69 Ces quatre vingts cavAlīers lourds représentent ce que le bénéficiaire de l’iqṭā‘ doit au sultan en échange de son domaine (cf. n. 2, p. 7), d’où l’expression à l’époque mamelouke « un émir de quatre vingts, de cent... ». Bien qu’il ne soit pas précisé ici que l’émir doive s’occuper de leur entretien, cela semble fort probable (cf. infra, p. 57) ; voir Cahen, Evolution de l’iqṭā‘, 260-261. Nous avons choisi dans ce contexte la traduction de « cavaliers lourds » pour « ṭawāšī », (qui veut dire aussi « eunuque ») proposée par M. Claude Cahen dans l’article cité.

70 En additionnant les chiffres avancés par l’auteur on n’obtient pas 125.000 mais 109.000 dirhams, sans compter les céréales. Les chiffres dans le manuscrit du Vatican sont transcrits en écriture « dīwānī » qui. comme son nom l’indique, était en usage dans les « diwān-s » du sultan ; voir à ce sujet Pihan, Exposé, 210-212. On peut comparer le revenu de Bālis à celui d’autres villes telles Manbiğ : 510.000 dirhams (cf. infra, p. 296) al-Ruhā (Edesse) : 546.000 dirhams (cf. A‘lāq, Ğazīra, I, 100) ou bien encore la petite place forte de Burğ al-Raṣāṣ : 60.000 dirhams (cf. infra, p. 61).

71 Dans toutes les villes musulmanes, les peseurs (al-Qabbānūn) jouaient un rôle important dans le commerce en gros et un droit était perçu sur leurs opérations ; cf. Ibn al-Šīḥna, Perles, 167 ; Cahen, Régime des impôts, 18.

72 « ‘Arṣa » désigne en général un vaste espace à ciel ouvert, une place qui peut, selon les cas, servir de dépôt, de marché... Voir Ibn Šaddād, A‘lāq, Ğazīra, II, 928 et Sauvaget, Alep, Annexe I, 253.

73 Sans doute lé passage des voyageurs ou des commerçants dans les caravansérails (ḫān). Voir la liste des revenus d’Alep d’Ibn Šaddād : « Iğtiyāz bi ḫān al-sulṭān » (Ḥalab, 152) que J. Sauvaget traduit par « location des magasins et des chambres du khan du sultan », Sauvaget, Alep, Annexe I.

74 Voir Dozy, Supplément, I, 503, où ce mot peut avoir le sens de terres ou d’immeubles ; J. Sauvaget l’a traduit par immeubles (propriétés de la couronne), Alep, Annexe I.

75 Littéralement les « exilés ». L’origine du mot s’explique par le fait que lors de la conquête islamique les non-convertis furent exilés hors de Ğazīra. Puis ce mot s’appliqua à tous les ḏimmī-s qui payaient le tribut (ğizya) ; voir (pour l’Egypte) Ibn Mammātī, 317-319 ; A‘lāq, Ğazīra, II, 892 ; Cl. Cahen, Régime des impôts, 21-22.

76 « La dîme (zukat) qu’on prélevait sur les troupeaux des tribus nomades arabes ou autres » Dozy, Supplément, II, 101 ; voir A‘lāq, Halab, 152 : « ‘Idād al-‘Arab », trad. Sauvaget, Alep, Annexe I ; voir aussi A‘lāq, Ğazīra, 99 : « ‘Idād al-Ġanm », et 66, « Al-‘Idād ».

77 « Ḍiyā‘ », littéralement domaines, propriétés foncières ; voir Kasimirsky, II, 47 : « En Ifrikiya, il existait un impôt établi en 305/917-18 sur les possesseurs de métaieries (ahl al-ḍiyā‘) appelé Tadyi » ; voir aussi Dozy, Supplément, II, 16.

78 D’après Hinz, 44, le makūk à Alep au xiie siècle valait environ 61 kg. de froment (comparer avec le makūk de Mossoul au xiiie siècle : 14 kg. de froment).

79 « Li l-sabīl » dans le sens de fondation pieuse... qui en vue de Dieu est livrée sans frais à l’usage du public... afin d’obtenir de Dieu une récompense ». Dozy, Supplément, 630.

80 Al-Harawī (m. 611/1225) cite trois sanctuaires à Bālis : le mašhad de ‘Alī b. Abī Tālib, le mašhad de l’avorton (al-Tirḥ) et le mašhad de la pierre (al-Ḥağar) ; Al-Harawī, Ziyārāt, 61, trad. 136 ; D. et J. Sourdel, « Un sanctuaire chiite dans l’ancienne Bālis », (cf. n. 3, p. 4).

81 Sur Asad al-Dīn Šīrkūh, commandant en chef de l’armée d’Alep à l’époque de Nūr al-Dīn et fondateur de la dynastie asadite de Homs, voir EI1 art. « S̱ẖīrkūh » (G. Wiet) ; sur la multiplication des madrasa-s et ḫanqāh-s à cette époque, voir D. Sourdel, « Les professeurs de madrasa à Alep aux xiie-xiiie siècles » dans BEO, XIII, 85-115 ; « Réflexions sur la diffusion de la madrasa en Orient du xie au xiiie siècle », dans REI, XLIV, 1976, 165-184 ; Elisséeff, ND, 751-762.

82 Le plateau de Ṣiffīn est l’emplacement où fut livré la célèbre bataille qui opposa ‘Alī à Mu’āwiya, à une trentaine de kilomètres en aval de Balis-Meskene, en 37/657, actuellement connu sous le nom d’Abū Hurayra (carte IV, C 9). Le récit d’Ibn Šaddād est entièrement recopié de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm. I, 148 v°-170 r°. Sur Ṣiffīn, voir Ibn Ḥawqal, Ṣūra, 226, trad. 220 ; Yāqūt, III, 414 ; Harawī, Ziyārāt, 62, trad. 138 ; EI1 art. « Ṣiffīn » (F.R. Buhl) ; Canard, Hamdanides, 88.

83 Mentionné aussi dans Al-Harawī, 62, trad. 140.

84 Muḥammad b. Isḥāq b. Yasār b. Ḫiyār traditionniste né à Médine en 85/704, mort à Bagdad vers 151/768. Voir EI2 art. « Ibn Isḥāq » (J.M.B. Jones).

85 L’auteur fait sans doute allusion au procédé de filtrage de l’eau fréquemment utilisé à cette époque : l’eau qui contenait en suspension des corps étrangers était placée dans de grandes jarres en terre cuite poreuse, parfois aussi dans des outres de peau. L’eau s’infiltrait à travers les parois, et, débaras-sée de ses impuretés, pouvait être recueillie dans un second récipient placé au-dessous du premier (je remercie M. Chafiq Imam, Conservateur du Musée du Palais Azem de Damas d’avoir bien voulu m’apporter quelques précisions à ce sujet.

86 Ka‘b al-Aḫbār, traditionniste, juif converti à l’Islam (m. vers 32/652) dont l’autorité est souvent invoquée par les historiens arabes et qui a rapporté de nombreuses traditions juives ; voir Caetani, Chronog., I, 346 ; EI2 art. « Ka‘b al-Aḫbār » (M. Schmitz).

87 Dans la Bible (Juges, 12, 1) il est question de Ṣaphon, localité à l’est du Jourdain qui ne peut être identifiée à Ṣiffīn. Cf. F.M. Abel, Géographie de la Palestine, Paris, 3e éd., 1967, II, 70 et carte IV.

88 Ibn al-‘Adīm attribue ce récit à Abū Ga‘far Muḥammad b. Ḫālid al-Hāsimī connu sous le nom de Ibn Umma ; Buyġa, I, fol. 149 v°.

89 Sur ces deux grands fleuves de Cilicie, cf. infra, p. 88 n. 2 et p. 92 n. 4.

90 Ṭūr, qui signifie « montagne » en général, désigne ici peut-être Ṭūr Sina, le Mont Sinaï ; voir Le Strange, Palestine, 72-74 ; Yāqūt, IV, 47, Al-Harawī, Ziyārāt, 21, 96. Sur Lubnān ou Mont Liban, voir Le Strange, Palestine, 77 à 79 ; Yāqūt, V, 11. Wariqān est une montagne, d’après Yāqūt, V, 372, de la péninsule arabique entre Médine et la Mekke ; il s’agit sans doute de l’actuel Mont Wariğān à 40 km. au sud de Médine (cf. Géog. Map of Southern Hijaz. Dept. of the Interior U.S. Geological survey ; latitude 39° 30’, longitude : 24°). Sur le Mont Uḥud au nord de Médine, site de la défaite des Musulmans par les Qurayšites en 625, voir Yāqūt, I, 109.

91 Sur cette célèbre bataille qui eut lieu en 36/656, près d’al-Basra et opposa ‘Alī à la veuve du Prophète ‘Āyša appuyée par certains compagnons du Prophète, voir EI2, art. « Al-Ḏjamal » (L. Veccia-Vaglieri). Sur la bataille d’al-Ḥarra en 63/683 au nord-ouest de Médine qui eut pour origine la rébellion des hommes pieux à l’égard de la conduite scandaleuse du calife Yazīd Ier, voir EI2, art. « Al-Ḥarra » (L. Veccia-Vaglieri).

92 Ce ḫadīṯ est mentionné dans al-Šawkāni, al-Fawā’id al-mağmū‘a, (d’après Ibn ‘Adī), p. 466, sous une forme un peu différente où il n’est pas question de Ṣiffīn. Trois montagnes sur quatre sont citées : Uḥud, Ṭūr, Lubnān, tandis que les batailles mentionnées sont Badr, Uḥud, al-Ḫandaq et Ḫaybar.

93 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, 150 r°) précise : Sa‘īd b. Abī Sa‘īd. Il s’agit du traditionniste Sa‘īd b. Abī Sa‘īd al-Maqburī (m. en 123/740-41 ou 126/ 743) sur lequel voir Ibn al-Aṯīr, Lubāb, 168 et bibliographie dans Caetani, Chronog., 1553.

94 Abū Hurayra al-Dawsī, Compagnon du Prophète (m. vers 58/678) et rapporteur de traditions ; voir EI2, art. « Abū Hurayra » (J. Robson).

95 Sur Sa‘īd b. Mālik, Abū Sa‘īd al-Ḫudrī (m. entre 63/682-83 et 74/693-94), Compagnon du Prophète et traditionniste, voir bibliographie dans Caetani, Chronog., 723.

96 Ḥadīṯ cité entre autres par Aḥmad b. Ḥanbal (voir Wensinck, Concordances, VI, 203 (Maraqa).

97 Sur ce Compagnon du Prophète mort à Ṣiffīn en 37/657, voir Caetani, Chronog., I, 176-179 et EI2 art. « ‘Ammār b. Yāsir », (H. Reckendorf).

98 Sur Ğābir b. Samura b. Ğunāda al-Suwā’ī (m. 74/693), voir ‘Asqalānī, Tahḏīb, II, 79 ; Iṣābat, I, 212 ; A‘lām, II, 92,

99 Hadīṯ cité par plusieurs traditionnistes, sur lesquels, voir Wensinck, Concordances, I, 203, « B.G.Y. ». Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 151 r°-v°) tire une conclusion de ces hadīṯ-s et d’un autre qu’il cite où le Prophète dit : « Si les gens en viennent à s’opposer, c’est Ibn Sumayya qui est dans la vérité ». Or, Ibn Sumayya n’est autre que ‘Ammār b. Yāsir qui soutenait ‘Alī et qui fut tué par « la troupe rebelle » à Ṣiffīn, c’est-à-dire par les troupes de Mu‘āwiya. Conclusion : la communauté « la plus proche de la vérité » est celle de ‘Alī.

100 Ancienne Sergiopolis, à vingt six kilomètres de l’Euphrate, dans le désert, située sur les routes caravanières de Raqqa à Homs ou de Raqqa à Palmyre (carte IV. B. 10). Le récit d’Ibn Šaddād est recopié textuellement de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, (I, fol. 83 v°-84 r°) jusqu’au paragraphe concernant les Mongols qui est de la plume de l’auteur. Sur Ruṣāfa Hišām, voir Yāqūt, III, 47-48 (qui cite aussi Ibn Buṭlān) et III, 156 (où il dit qu’elle s’appelle également Zawrā’) ; Le Strange, Palestine, 521-523 ; EI1 art. « al-Ruṣāfa » (Honigmann) ; Musil, Palmyrèna, 155-167, 260-272 et 300-326 ; Canard, Hamdanides, 89 ; Elisséeff, ND, 234-235.

101 Sur ce calife umayyade, (99-101/717-720), voir F. Gabrieli, Califfato di Hishām ; EI2 art. « His̱ẖām » (F. Gabrieli).

102 Sur la ville byzantine à laquelle appartiennent les remparts et les quatre magnifiques citernes voûtées encore visibles de nos jours, voir Spanner et Guyer, Rusafa, Berlin, 1926 ; Guide Bleu (Moyen-Orient), 360 ; voir aussi l’état des fouilles de la mission archéologique allemande dans P. Voute « Chronique des fouilles et prospections en Syrie de 1965 à 1970 », dans Anatolica, IV, 197172, 113. L’étude du site se poursuit actuellement sous la direction de Monsieur Thilo Ulbert.

103 Sur la discussion qui s’est engagée autour de la localisation de la Ruṣāfa de Hišām, voir les articles de Jean Sauvaget qui l’identifie à Qaṣr al-Ḥayr al-Šarqī, situé dans le désert entre Palmyre et Ruṣāfa : « Remarques sur les monuments omeyyades », dans JA, V, 231, 1939, 1-59 ; « Notes de topographie omeyyade », dans Syria, XXIV, 1944-45, 96-112 ; « Châteaux omeyyades de Syrie », dans REI, XXXV, 1967, I-42. M. Oleg Grabar, par contre, dans son ouvrage City in the Desert, Harvard University, 1978, 1 et 31, identifie la Ruṣāfa de Hišām au site umayyade (cf. K. Otto-Dorn, dans Ars Orientalis, II, 1957, 119) au Nord de la Ruṣāfa byzantine à l’endroit où un palais présumé de Hišām a été découvert.

104 Buġya, I, fol. 83 v°.

105 Al-Ḥasan Abū Aḥmad al-‘Askarī, jurisconsulte et homme de lettres (293-382/906-993) qui vécut au Ḫūzistān puis à Bagdad. Cf. Ibn Ḫallikān, I, 132 ; GAL, (2), I, 131-132 ; S., I, 193 ; EI2 art. « al-‘Askarī » (J.W. Fück).

106 S’agit-il de Hišām b. Muḥammad Ibn al-Kalbī ? (m. 204/819 ou 206/ 821) (cf. infra n. 2 p. 23). Cela est possible car en fait Ibn al-‘Adīm (op.cit.) mentionne entre al-‘Askarī (m. 382/993) et Hišām b. Muḥammad une « chaîne » de trois personnes.

107 Ibn al-Šīḥna ajoute qu’il y répara de nombreuses citernes ; Ibn al-Šīḥna, 160.

108 Hamza b. al-Iṣfahānī, né en 280/893, mort à Iṣfahān en 360/970, auteur du Ta’rīḫ sinī mulūk al-arḍ wa l-anbiyā’ (cf. introduction p. xxxii).

109 Māriya, première femme arabe, d’après les auteurs arabes à avoir porté des boucles d’oreilles, qui étaient de très grande valeur, d’où l’expression « bi qurtay Māriya » : « à tous prix ». Cf. Lane, Lexicon, I, 2517.

110 Sur la dynastie des Ghassanides établis en Syrie vers 490 après J.C., alliés des Grecs dans la guerre contre les Laḫmides, voir EI2 art. « G̱ẖassān » (I. Shahîd) ; Ğawād ‘Alī, Ta’rīḫ, IV, 118 ; Sauvaget, « Les Ghassanides et Sergiopolis », dans Byzantion, XIV, 1939, 115-130.

111 Yāqūt (III, 47-48) cite Ibn Buṭlān médecin et théologien chrétien de Bagdad qui écrit en 443/1051 qu’al-Ruṣāfa est habitée en majorité par des Chrétiens dont les moyens de subsistance sont les convois de caravanes et le transport de marchandises. Ils ont toutefois la réputation d’être des voleurs. Sur Ibn Buṭlān, voir EI2 art. « Ibn Buṭlān » (J. Schacht), et infra, p. 227, n. 1.

112 Sur la reconquête de la Syrie par le sultan mamelouk al-Malik al-Ẓāhir Baybars (658-676/1260-1277), les sources à consulter sont : Ibn Šaddād, Rawḍ al-zāhir (voir Introduction p. XIII) ; Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ al-zāhir ; Ibn Wāšil, Mufarriğ, (inédit pour cette période) ; Abū Šāma, Ḏayl (jusqu’en 665/1266-67) ; Maqrizī, 429 sq., trad. I (1), 1025 sq. ; voir aussi M.M. Ziada, « Mamluk sultans to 1293 », dans Setton, Crusades, II, 735-758 ; EI2 art. Baybars Ier » « (G. Wiet).

113 Salamya ou Salamīya (les deux prononciations se rencontrent) est une localité à une journée de marche au sud-est de Ḥamā en bordure du désert ; cf. Le Strange, Palatine, 528 ; EI1 art. « Salamīya » (J.H. Kramers) ; Van Berchem, Voyage, 167-173 ; Canard, Hamdanides, 213 ; Elisséeff, ND, 225-226. Faut-il attribuer l’abandon de la ville à de nouvelles incursions mongoles ? (cf. Maqrīzī, trad. I, (2), 100-101).

114 Place-forte à une soixantaine de kilomètres au sud-est d’Alep, au sud du lac Ğabbūl, sur un itinéraire d’Alep à Bagdad par le désert (carte IV, C8). Le récit d’Ibn Šaddād est entièrement recopié de la Bugya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 84 r°-85 r°. Sur Ḫunāṣira, voir Iṣṭaḫrī, 61 ; Ibn Ḥawqal, Ṣūra, 179, trad. 176 ; Yāqūt, III, 390 ; Abū l-Fidā, Taqwīm, 233, trad. II, 11 ; Le Strange, Palestine, 385 ; AAES., III, n° 378 ; Musil, Palmyrena, 203-204, 282 ; Canard, Hamdanides, 210-220 ; Elisséeff, ND, 179 ; EI2 art. « Ḵẖunāṣira » (Réd.).

115 La dureté de cette pierre était telle que les habitants d’Alep et de sa région qui l’extrayaient du Ğabal Šubayṯ dans le district d’al-Aḥaṣṣ s’en servaient pour la fabrication de leurs pierres de meules. Cf. Yāqūt, I, 114.

116 Le Ğabal al-Aḥaṣṣ est un massif au sud-est d’Alep. A l’époque de Yāqūt, le nom d’al-Aḥaṣṣ s’appliquait à tout le district au nord et au sud d’Alep avec comme ville principale Ḫunāṣira. Cf. Le Strange, Palestine, 385 ; Musil, Palmyrena, 62-63, 200, 205, 218 ; Canard, Recueil, 353.

117 Sur cette tribu arabe et sur son installation en Iraq et en Syrie, voir Canard, Hamdanides, 239, n. 467 ; EI2, art. « Asad » (Kindermann). La région des Banū Asad qu’on appelait aussi « Nuqrat banī Asad » (cf. infra p. 78) s’étendait à l’est d’Alep et comprenait les localités de Na‘ūra et Sab‘īn. Cf. R.H.C. Or., III (index).

118 Sur ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, huitième calife umayyade (99-101/717-720), voir EI1 art. « Omar b. ‘Abd al-‘Azīz » (K.V. Zetterstéen).

119 Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 201) nous dit que Baudoin la détruisit en 515/ 1121 et transporta la porte de sa citadelle à Antioche.

120 Abū Šamr appartenait à la tribu des Kinda originaires d’Arabie du Sud, cette tribu se répand au ve et vie siècles en Arabie du Centre et du Nord ; voir Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, I, 236 et II, 48 ; EI2 art. « Kinda » (I. Shahīd).

121 Hišām b. Muḥammad généralement cité Ibn al-Kalbī (m. 204-206/ 819-821), auteur d’un grand nombre d’ouvrages dont le Ğamharāt al-nasab encore inédit ; W. Caskel et G. Strenzick en ont fait l’étude et en ont tiré un grand nombre de tableaux généalogiques, cf. Ğamharāt an-nasab des Ibn Kalbī, Leyde, 1966. Sur Ḫunāṣir b. ‘Amr b. al-Ḥāriṯ de la tribu des Kalbī, voir Ibn al-Kalbī, Ġamharāt, I, 290.

122 Abraha al-Ašram, roi chrétien d’Arabie du Sud, vécut au milieu du vie siècle après J.C. et dirigea une expédition yéménite contre la Mekke vers 570 après J.C. ; voir EI2, art. « Abraha » (A.F.L. Beeston).

123 Poète de Damas, mort vers 95/714, panégyriste des Umayyades et en particulier du calife al-Walīd b. ‘Abd al-Malik ; voir al-Aġānī, VIII, 172-177 ; al-A‘lām, V, 10.

124 Sur al-Walīd b. ‘Abd al-Malik, sixième calife umayyade (86/96-705-715), voir EI2, art. « Al-Walīd b. ‘Abd al-Malik » (H. Lammens).

125 Aujourd’hui, Qaṣr Ibn Wardān qui conserve d’imposantes ruines byzantines de l’époque de Justinien dans le désert entre Ḥamā et Ḫunāṣira (carte IV, B7). Le récit d’Ibn Šaddād est entièrement recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 88 r°-v°. Sur Ḥiyār Banī’l-Qa‘qā‘, voir Yāqūt, II, 327 ; Abū’l-Fidā, Taqwīm, 232, trad., II, 11 ; Le Strange, Palestine, 455 ; PAES., Β, I, 26-46 (sur les monuments byzantins) ; Dussaud, THS., 211 ; Canard, Recueil, 228 ; Canard, Hamdanides, 218-219.

126 Sur ‘Abd al-Malik b. Marwān, cinquième calife umayyade (65-86/ 685-701), voir EI2, art. « ‘Abd al-Malik b. Marwān » (H.A.R. Gibb). Ses deux fils al-Walīd (86-96/705-715) et Sulaymān (96-99/715-717) furent respectivement sixième et septième califes ; cf. Mu‘ğam Banī Umayya, 67-68 et 189-191 ; EI1, art. « Al-Walīd b. ‘Abd al-Malik » (H. Lammens).

127 Al-Qa‘qā‘ b. Ḥulayd b. Ğaz’ b. al-Ḥāriṯ al-‘Absī, secrétaire du Calife al-Walīd Ier (86-96/705-715). Il appartenait à la tribu des Ġatafān qui étaient eux-mêmes une branche des Mudarites (tribus arabes du nord). Cf. Ṯabarī, II, 837, 1300, 1312 ; Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, I, 20-21, II, 132 (tableau généalogique).

128 Ya‘qūbī, Buldān, 362, trad. 229 ; sur Ya‘qūbī ou Ibn Wāḍiḥ, voir supra n. 4, p. 4.

129 Futūḥ, 146, trad. 225.

130 Il s’agit d’al-Munḏir III b. Mā’ al-Samā’ (503-504) dont le règne représente l’apogée de la dynastie laḫmide avec al-Ḥīra comme capitale (au sud-est de l’actuelle Nagaf en Iran). Cf. Rothstein, Lahmiden, 70-72, 139 sq. ; Musil, Middle Euphrate, 99-118, 283-314 ; EI2 art. « al-Ḥīra » (I. Shahīd).

131 Wallāda a déjà été citée par Ibn Šaddād comme étant la fille d’al-Qa‘qā‘. Mais Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 88 r°) nous dit qu’on la croyait aussi fille d’al-‘Abbās.

132 Ancienne Chalcis, au sud-ouest d’Alep, vers l’extrémité du cours du Quwayq (carte IV C7). Un tell domine actuellement un petit village du nom. d’al-‘Iṣṣ. Des vestiges sont encore visibles à la surface du tell, et semblent, ainsi que la céramique ramassée en surface, d’époque byzantine. Dans le village (moderne) quelques restes de gros murs sont visibles. Au pied du tell se trouve un mausolée islamique à coupole. Tout le récit d’Ibn Šaddād, jusqu’à la citation d’Ibn Ḥawqal comprise est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 62 r°-66 r°. Sur Qinnasrīn, en dehors des sources citées dans le texte, voir Yāqūt, IV, 403 ; Al-Harawī, Ziyārāt, 7, trad. 13-14 ; Le Strange, Palestine, 486 ; Dussaud, THS., 476 ; Canard, Hamdanides, 218 ; Elisséeff, ND, 79 ; EI2 art. « Ḳinnasrīn » (N. Elisséeff).

133 Sur ce traditionniste et philologue, voir EI2, art. « al-Anbārï » (C. Brockelmann).

134 Sur al-‘Ağğāğ, poète arabe (m. 97/715) qui affectionnait l’usage de mots rares dans ses poèmes, voir EI2, art. « al-Aḏjḏjāḏj » (Ch. Pellat). Son fils Ibn al-‘Ağğāğ (m. 145/762), poète également, a parfois été confondu avec son père (cf. EI1, art. « Ru’ba b. al-‘Aḏjḏjāḏj » (F. Krenkow).

135 Abū Zayd Aḥmad b. Sahl al-Balḫī est l’auteur de nombreux ouvrages dont un Kitāb ṣuwar al-Aqālīm (cf. supra, Introduction, p. xxxi) ; Iṣṭaḫrī, 61.

136 Ya‘qūbī, Buldān, 362, trad. 229. Voir supra n. 4, p. 4.

137 Sur Aḥmad b. Ṭayyib al-Saraḫsī (m. 286/899), compagnon du calife al-Mu‘taḍid et auteur de plusieurs ouvrages dont un Kitāb al-masālik wa l-mamālik sur les villes de Syrie du Nord et les marches, voir supra, Introduction p. xxxi.

138 La tribu des Tanūḫ d’origine yéménite se répandit en Syrie dès le troisième siècle ap. J.C., vers l’ouest, dans la région d’Antioche et d’Alep. Ils adoptèrent l’Islam à l’époque du calife al-Mahdī. Cf. Ibn al-Kalbī, Ğamharāt. I, 80, II, 297-300 ; Ibn Ḫallikān, I, 115, trad. I, 97, Canard, Hamdanides, 236,

139 Les vestiges conservés actuellement confirment l’exactitude de cette notation.

140 Ṣūra, 178, trad. 175. G. Wiet a choisi de traduire « nazihat al-zāhir » par « elle offrait toutefois un aspect agréable » ; nous avons pensé qu’il convenait de préférer à cette traduction « toutefois, à l’extérieur de la ville, l’air est sain ».

141 En 355/966, Sayf al-Dawla, n’ayant pu la défendre, la démantela avant que les Grecs n’y incendiassent les mosquées. Cf. EI2, art. « Ḳinnasrīn » (N. Elisséeff). Ibn al-‘Adīm ajoute ensuite, dans sa description de la ville, un détail intéressant, à savoir que l’eau était acheminée vers Qinnasrīn depuis une source à proximité d’Alep par l’intermédiaire d’un aqueduc qui, par endroits, était enterré (Buġya, I, fol. 63 v°).

142 Littéralement : le maître de son heure (l’heure de sa fondation).

143 En 389/999, Basile II (976-1025) mena en effet une campagne contre les Fatimides en Syrie, mais qui le conduisit à Šayzar, Homs, Ba‘labakk et non, semble-t-il à Qinnasrīn ; voir Yaḥyā b. Sa‘īd, 457-460 ; Zubda, I, 192 ; Canard, Hamdanides, 708.

144 A l’époque où Alep était sous domination mirdaside, lors de la campagne de Romain III (1028-1034) contre Alep.

145 Lorsque Sulaymān b. Qutulmuš, premier sultan seldjouqide de Rūm s’installa à Qinnasrīn avant d’assiéger Alep en 479/1086-87. Le gouverneur ‘uqaylide d’Alep appela alors Tutuš (471-488/1078-1095) qui s’était emparé de la Syrie et de la Ğazīra à la mort de son frère Malikšāh ; Tutuš commença par assiéger Sulaymān dans Qinnasrīn, puis il mit en déroute son armée non loin d’Alep, lors d’un combat au cours duquel Sulaymān fut tué. Cf. Zubda. II, 96-97 ; Cahen, Première pénétration, 47-48.

146 Aujourd’hui Ḥāḍir à quelques kilomètres à l’est de Qinnasrīn ; on peut encore y apercevoir les restes d’un tell dominant le village actuel. Tout le récit d’Ibn Šaddād est emprunté à la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, 92 v°-93 v°. Sur Ḥāḍir Qinnasrīn en dehors des sources citées dans le texte, voir Yāqūt, II, 206 ; Canard, Recueil, 401.

147 Les Ṭayyi’ appartiennent à la branche Kahlan des tribus d’Arabie du Sud ; voir Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, I, 57-61, II, 249-257 (tableau généalogique) ; cf. aussi les tableaux sur les tribus dans P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris, 1977, 388-389.

148 L’orge vert servait de fourrage pour les chevaux, tandis que la salicorne (ou alcali) est une plante répandue sur le littoral méditerranéen dont on extrait de la soude par incinération.

149 Une parasange = 5985 m. (cf. Decourmanche, Traité, 88 ; Hinz, 62 ; EI2, art. « Farsaḵẖ » (W. Hinz).

150 Lire : « Kitāb futūḥ al-buldān ». Cf. Futūḥ, 144-145, trad. 223.

151 Sur la tribu des Tanūḫ, voir supra p. 26, n. 4.

152 Les Banū Ṣalīḥ appartiennent à la tribu des Quḍā‘a (Arabes du Sud). Entrés en Syrie vers le ive siècle, on les trouve au vie siècle dans la région du Hauran, à l’est de Bosra. Cf. Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, I, 73, 86, II, 279, 326.

153 Al-Mahdī, troisième calife abbasside (158/775-169/785). Cf. EI1, art. « Al-Mahdī » (K.V. Zetterstéen) et F. Omar, « Some observations on the reign of al-Mahdī » dans Arabica, 21, 1974, 139-150.

154 Buġya, I, fol. 93 r°.

155 Poète et traditionniste du iie/viiie siècle ; cf. bibliographie dans Ibn al-Kalbī, Ğamharāt, II, 353.

156 Cf. Buġya, I, 93 v°.

157 Muḥammad b. Idrīs Abū Ḥātim al-Rāzī (m. 277/890). Traditionniste et auteur isma‘ilien ; voir Subkī, Ṭabaqāt, I, 299 et EI2, art. « Abū Ḥātim al-Rāzī » (S.M. Stern).

158 Localité au pied du versant nord du Ğabal Zāwiya, à neuf kilomètres au sud-est d’Idlib (carte IV, C6). Le récit d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, fol. 93 v°-94 r°), jusqu’à « Dār da‘wa ». Sur Sarmīn, voir Yāqūt, III, 215 ; Abū’l-Fidā, Taqwīm, 266, trad. II, 2, 42 ; Le Strange, Palestine, 532 ; AAES, I, 123 ; Van Berchem, Voyage, 205 ; Dussaud, THS, 214 ; Tchalenko, III, 126 ; Canard, Hamdanides, 532.

159 Ğabal al-Summāq, partie nord-est de l’actuel Ğabal Zāwiya. Son nom provient de l’arbrisseau qui était utilisé pour la teinture ou le tannage ; cf. Le Strange, Palestine, 81, Cahen, SN, 161-162 ; Canard, Hamdanides, 216 ; Elisséeff, ND, 211.

160 « Rustāq » : district rural qui comporte des champs cultivés avec des villes ou des villages », Lane, Lexicon, I, 3, 1076. Voir aussi Muqaddasī, trad. 23, n. 51, 122 et 182 n. 156.

161 En 1047 déjà, le voyageur persan Naṣīr-i-Ḫusraw (p. 34), parle d’une ville sans murs.

162 Il existe encore actuellement dans Sarmīn une mosquée qui fut plusieurs fois remaniée, mais dont le premier état était très probablement antérieur au xiiie siècle. La salle de prière se compose de deux vaisseaux parallèles au mur de qibla avec une nef axiale devant le miḥrāb ; elle était, à l’origine, ouverte sur la cour mais les arcatures ont été par la suite bouchées et des portes installées. Onze coupoles recouvrent le vaisseau nord tandis que les coupoles du deuxième vaisseau devant le mur de qibla plus élevées que les premières, ont entraîné les remaniements des arcs et des piliers les soutenant. L’étude archéologique de ce monument reste à faire.

163 Sur la propagande isma‘ilienne, voir Canard, « L’impérialisme des Fatimides et leur propagande », dans AIEO, VI, Alger, 1942-1947, 156-193 ; EI2, art. « Da‘wa » (M. Canard). Ces maisons de propagande constituaient peut-être des centres d’enseignement religieux et doctrinal. On sait par ailleurs qu’al-Malik Riḍwān (m. 507/1113) en avait construite une pour les Ismāïliens à Alep (A‘lāq, Ḥalab, 18 ; Zubda, II, 145) et que Sarmīn appartenait à une région bien contrôlée par cette secte (cf. B. Lewis, Assassins, 143).

164 Cf. supra, n. 6, p. 21.

165 Village au Nord de Sarmīn, à neuf kilomètres au nord-est d’Idlib (carte IV, C6) ; cf. Yāqūt, IV, 280 ; Le Strange, Palestine, 440 ; AAES., I, 114 ; Dus-saud, THS., 214 ; Tchalenko, III, 95.

166 Al-Malik al-Ẓāhir Ġiyāṯ al-Dīn Ġāzī, souverain ayyoubide d’Alep (582-613/1186-1216). Cf. supra n. 5, p. 11.

167 Localité au nord du Ğabal Zāwiya (ou Summāq) au sud-est du Ğabal Bārišā à une dizaine de kilomètres au nord d’Idlib dans le district du Ğazr qui joue un rôle de marché important (carte IV, C6). Tout le récit d’Ibn Šaddād est recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 90 v°-92 r°. Sur cette localité, voir Yāqūt, V, 155 ; Abū l-Fidā, Taqwīm, 231, trad. 9 ; Le Strange, Palestine, 497 ; Dussaud, THS, 213 ; EI1, art. « Ma‘arrat Miṣrīn » (E. Honigmann) ; Cahen SN, 156 ; Elisséeff, ND, 203-204.

168 Il y a sans doute confusion avec Ma‘arrat al-Nu‘mān, qu’on appelait ainsi d’après Ibn Baṭṭūṭa (m. 770/1368-69) et al-Dimašqī (m. 727/1327) : cf. Le Strange, Palestine, 496-497 ; voir aussi Dussaud, THS, 213 et EI1, art. « Ma‘arrat al-Nu‘mān » (E. Honigmann).

169 Le Ğazr est un plateau situé au sud-est du Ğabal Bārīšā qui s’étend vers l’ouest jusqu’au Rūğ et atteint au sud le Ğabal Zāwiya ; cf. Elisséeff, ND, 203.

170 Cf. Futūḥ, 149, trad. 229.

171 Ibn Wāḍiḥ ou Ya‘qūbī, cf. n. 4, p. 4.

172 Village à environ six kilomètres au nord de Ma‘arrat Miṣrīn ; cf. Yāqūt, V, 100 ; Dussaud, THS, 213.

173 Sur Ḥamdān b. ‘Abd al-Raḥīm al-Aṭāribī (m. ap. 554/1159), poète et auteur, semble-t-il, d’une histoire des Francs (cf. A‘lāq, Ḥalab, 125), voir Yāqūt, Iršād, VI, 4, 143-144.

174 Iram, ville évoquée dans le Coran où il est dit qu’elle fut détruite par un ouragan ; cf. Coran, LXIX, 4, 5, 6 et LXXXIX, 7.

175 Al-‘Adī b. Rabī‘a al-Taġlabī plus connu sous le nom d’al-Muhalhil, poète arabe pré-islamique, oncle du célèbre poète Imru’ al-Qays b. Ḥuğr ; cf. Ibn Qutayba, Ši‘r, 297-299 ; Aġānī, VIII, 63 ; F. Bustanī, Rawā’ī, n° 3 ; EI2, art. « Imru’ al-Qays », (S. Bustānī).

176 Ville fortifiée légèrement au sud de la route d’Antioche à Alep, au pied du versant occidental du Ğabal al-A‘lā (carte IV, D6). Il est étonnant de constater qu’Ibn al-‘Adīm, dans sa Buġya ne consacre à cette importante localité que quelques lignes dans le chapitre sur Antioche (cf. fol. 72 v°). Sur Ḥārim voir Yāqūt, IV, 118 ; Le Strange, Palestine, 449 ; Dussaud, THS, 172 ; Van Berchem, Voyage, I, 229 ; Cahen, SN, 135 ; Canard, Hamdanides, 217 ; Tchalenko, III, 120 ; Elisséeff, ND, 199-201 ; EI2, art. « Ḥārim » (S. Ory).

177 Cf. infra, p. 242 ; Canard, Hamdanides, 831-832.

178 Māzawīr ou Mazoir. Sur cette famille franque des Mazoir, l’une des plus importantes de la principauté d’Antioche, voir Cahen, SN, 537-538 et note 19.

179 A la mort de son père al-Ẓāhir Ġāzī, la régence fut exercée au nom du jeune prince par Ṭuġril, jusqu’en 628/1230-31 lorsqu’al-Malik al-‘Azīz fut reconnu majeur. Il régna jusqu’en 634/1236 ; cf. Sauvaget, Alep, 133 ; Zubda, III, 175-221.

180 On peut encore voir les ruines de la forteresse dominer la pittoresque petite ville de Ḥārim. Le tell sur lequel elle fut édifiée est naturel bien que légèrement modifié par la main de l’homme. On aperçoit encore quelques restes de glacis ; une inscription au nom d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī surmonte la porte d’entrée, tandis qu’à la surface du tell — qui sert de pâturage au printemps aux maigres troupeaux de moutons — on aperçoit des restes de salles voûtées qui affleurent en partie seulement. Sur Ḥārim et l’état actuel de sa forteresse, voir Guide Bleu, 408-409.

181 La traduction de la dernière partie de la phrase est à adopter avec réserve car les deux derniers mots ne sont pas ponctués en arabe. Cf. A‘lāq, Syrie du Nord, 390.

182 Cf. infra, p. 243 sq. et lire 477/1084.

183 Sur la prise d’Antioche et d’Alep par le sultan seldjouqide Malikšāh (465-485/1072-1092), voir n. 3, p. 8.

184 Yaġī Siyān qui demeura gouverneur d’Antioche jusqu’à la prise de la ville par les Francs en 491/1098. Il s’y était rendu plus ou moins autonome après la mort du frère de Malikšāh, Tutuš, en jouant de la rivalité de ses deux fils Riḍwān et Duqāq. Cf. Cahen, SN, 180 et 213-216 ; Runciman, « First Crusade », in Setton, Crusades, 309-311 ; sur l’orthographe de son nom, voir Zubda, II, 101, n. 1.

185 Sur la prise d’Antioche par les Francs, voir infra, p. 246 sq.

186 Sur la prise de Ḫārim par Nūr al-Dīn, voir Kāmil, XI, 301-304 ; Zubda, II, 318-321 ; Mufarriğ, I, 143-146. Voir aussi sur les différentes dates proposées : Van Berchem, Voyage, 233, n. 1 ; Cahen, SN, 395, 398-399, 405 ; Elisséeff, ND, 502, 590-595.

187 En rağab 543 (13 novembre-11 décembre 1148), où Nūr al-Dīn fut battu par les Francs alliés aux Assassins, cf. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl, 302-303, trad. 302, cité par Abū Šāma, RHC, Or., IV, 60) ; voir aussi Cahen, SN, 382383 ; Elisséeff, ND, 426-428.

188 En reculant vers Artāḥ, à 18km. est-sud-est du lac d’Antioche, où il lui était plus facile de manœuvrer contre les Francs, Nūr al-Dīn pouvait espérer remporter la victoire, voir Cahen, SN, 408-409 ; Elisséeff, ND, 392.

189 Sur l’émir turcoman Zayn al-Dīn ‘Alī Küčük b. Begtegin, Isfahsalār, fidèle allié des Zenguides et commandant en chef des troupes de Mossoul, voir Ibn Ḫallikān, IV, 114 et V, 503 ; on l’appelait « Küčük », « petit » en turc, à cause de sa petite taille ; Elisséeff, ND, Index. A l’est du Tigre, Irbil, située sur la route de Mossoul à Bagdad était avec sa région sous son autorité. Cf. Elisséeff, ND, 115-116.

190 Zubda, III, 90.

191 ‘Alam al-Dīn Sulaymān b. Ğandar (m. 587/1191), l’un des grands émirs d’Alep. gouverneur de ‘Imm puis de ‘Azāz (cf. infra p. 53), ami et conseiller de Ṣalāḥ al-Dīn. Il encouragea ce dernier à désigner son fils al-Ẓāhir Ġāzī comme successeur à Alep (Zubda, III, 50, 84-85, 106).

192 Sur Mağd al-Dīn Abū Bakr b. al-Dāya (m. 565/1170) frère de lait de Nūr al-Dīn et gouverneur d’Alep, voir Elisséeff, ND, index.

193 Actuelle Yeni Šehir en Turquie, au pied du versant septentrional du Ğabal Bārišā, au nord-ouest de Ḥārim (carte I). Cf. Le Strange, Palestine, 457 ; Dussaud, THS, 231 ; Cahen, SN, 134 ; Canard, Hamdanides, 217 ; Tchalenko, I, 93, 152, III, 96 ; Elisséeff, ND, 190.

194 Sur Asad al-Dīn Šīrkūh, commandant en chef (Isfahsalār) de l’armée d’Alep sous Nūr al-Dīn, voir n. 2, p. 16. Sur sa troisième expédition en Egypte en 564/1169 au cours de laquelle il s’empara du pouvoir, voir Elisséeff, ND, 622-638. Cependant il ne gouverna l’Egypte que deux mois et cinq jours et après sa mort Ṣalāḥ al-Dīn lui succéda au poste de vizir du calife fatimide ; cf. Elisséeff, ND, 638 sq.

195 Celui-ci possédait déjà Tall Bāšir. Cf. infra, p. 65.

196 Sur al-Malik al-Ṣāliḥ (569-577/1174-1180), qui n’avait que onze ans lorsqu’il succéda à son père Nūr al-Dīn, voir Ṭabbāḫ, 116-118 ; EI1, art. « al-Malik al-Ṣāliḥ » (Sobernheim) ; Sauvaget, « Extraits Buġya », 397-398.

197 Sa‘d al-Dīn Kumuštukīn était l’affranchi du frère de Nūr al-Dīn, Quṭb al-Dīn Mawdūd qui mourut à Mossoul, après un règne de vingt et un ans en 565/1170 (cf. Ibn Ḫallikān, V, 302-303). En 566/1171, Sa‘d al-Dīn fut nommé par Nūr al-Dīn, gouverneur de la citadelle de Mossoul, et après la mort de son souverain, il prit al-Malik al-Ṣāliḥ sous sa tutelle à Alīp et dirigea les affaires de l’État. Cf. Zubda, III, 17-19 ; Cahen, SN, 415-416 ; Elisséeff, ND, 660, 694-699.

198 Sur ce vizir qui appartenait à la grande famille d’Alep des Banū 1‘Ağamī, dont le père (m. 561/1165-66) et les deux fils furent des professeurs de madrasas, voir tableau généalogique dans D. Sourdel, « Professeurs », 107 et 112 ; sur son père ‘Abd al-Raḥmān, voir Ṭabbāḫ, IV, 250-254 et Subkī, Ṭabaqāt, VII, 147. Sur ces événements, voir Kāmil, XI, 445 ; Zubda, III, 32-34 ; Abū Šāma, RHC. Or, IV, 189-193 ; nous ne savons pas cependant, qu’elle fut la source d’Ibn Šaddād. Nous signalons par ailleurs une erreur dans l’édition du texte arabe (A‘lāq, Syrie du Nord, 388) où il convient de lire : « ‘Abd al-Raḥmān b. al-‘Ağamī » au lieu de « ‘Abd al-Raḥmān al-‘Ağamī ».

199 Sur Sinān, chef de la secte des Assassins, voir S. Guyard, « Un grand maître des Assassins au temps de Saladin », dans JA, IX, 1877, 324-489 ; B. Lewis, « Three biographies from Kamāl al-Dīn », 336-344 et Assassins, 152-161.

200 « L’alama sert à rendre valides les documents qui émanent du sultan, du cadi etc... ; mais elle varie selon les temps et les lieux. Quelquefois le sultan trace de sa propre main après la date, les mots « ṣaḥḥa hāḏā » (« cela est exact ») » (Dozy, Supplément, II, 164).

201 La source de ce récit jusqu’à « Surhak ġulām de son père » (p. 40) est sans doute la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, III, 34-38, à moins que les deux auteurs n’aient utilisé une source commune.

202 Sur cette place-forte située au nord-ouest de Hama, voir Le Strange, Palestine, 533-534 ; Van Berchem, Voyages, 177-188 ; EI1, art. « S̱ẖayzar » (E. Honigmann) ; Canard, Hamdanides, 209-210 ; Elisséeff, ND, 222.

203 Sur ‘Imm, voir supra n. 2, p. 36. Nous n’avons pu cependant, localiser avec précision sur la carte le village de Ğāšir.

204 Sur la défaite de Ṣalāḥ al-Dīn près du château de Montgisard à quelques kilomètres au sud-est de Ramla en Palestine, en novembre 1177, voir Runciman, Crusades, II, 417. Sur Ramla, voir Yāqūt, III, 69-70 ; Le Strange, Palestine, 303-308 ; EI1, art. « al-Ramla » (Honigmann).

205 Commandant d’armée, grand émir d’Alep (m. 585/1189), proche conseiller du prince d’Alep, ‘Imād al-Dīn b. Quṭb al-Dīn b. Mawdūd, à qui il suggéra de livrer la bataille à Ṣalāḥ al-Dīn, lorsque celui-ci l’assiégea en 579/1183. Cf. Zubda, III, 50-51, 65-66 ; Sauvaget, Extraits Buġya, 407.

206 Sur cette place-forte au nord-est de ‘Imm, voir infra p270.

207 Sur cette localité à l’est de ‘Imm (carte I), voir Dussaud, THS, 224 ; Littman, Topographie, 174 ; Cahen, SN, 134-135.

208 Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 38 et n. 1), ajoute : « Ğamdār de son père Nūr al-Dīn ». Sur ce mot, abréviation du persan « Ğāma-dār » (maître de la garde robe) qui s’employait aussi pour désigner un émir de rang élevé, voir Maqrīzī, trad. I (I), II, n. 11. Barbier de Meynard dans sa traduction d’Abū Šāma (RHC. Or., IV, 72, n. 1) dit que Ṣurḫak est peut-être le diminutif du persan « ṣurḫ » (le rougeaud ou le roux).

209 ‘Izz al-Dīn, petit fils de Zengī avait déjà succédé à son frère Sayf al-Dīn, mort en 576/1180-81, comme gouverneur de Mossoul. Son jeune cousin, al-Malik al-Ṣāliḥ le désigna à son tour comme successeur à Alep. Cf. Zubda, III, 39 et 41 ; Ibn Ḫallikān, 203-209.

210 ‘Imād al-Dīn b. Quṭb al-Dīn avait été privé à la mort de son père de la succession de Mossoul qui aurait dû lui revenir en tant que fils aîné et n’avait hérité que de Sinğār. (A‘lāq, Ğazīra, 176 ; Ibn Ḫallikān, II, 330-331 ; Elisséeff, ND, 657). Par ailleurs avant sa mort, al-Malik al-Ṣāliḥ avait préféré laisser Alep à ‘Izz al-Dīn qui possédait déjà Mossoul et était davantage en mesure de défendre ces territoires contre Ṣalāḥ al-Dīn. Cf. Zubda, III, 41. Toutefois, devant les menaces de ‘Imād al-Dīn de livrer Sinğār à Ṣalāḥ al-Dīn, son frère, ‘Izz al-Dīn accepta d’échanger Alep contre Sinğār. Cf. A‘lāq, Ğazīra, 177-178, d’après Kāmil, XI, 474-475.

211 Le récit de la révolte de Ṣurḫak est sans doute emprunté à la Zubda d’Ibn al-‘Adīm (III, 70) d’après le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (XI, 498-499) ; voir aussi Abū Šāma, RHC. Or., IV, 235-238 (d’après Ibn Abī Ṭayyi’, al-Iṣfahānī et Bahā’ al-Dīn b. Šaddād).

212 De l’année 579/1183.

213 Sarbak, mamelouk de Ṣalāḥ al-Dīn, d’après Ibn al-‘Adīm, Zubda, III, 139. Bahā’ al-Dīn b. Šaddād l’appelle Ibrāhim b. Širwa (RHC, Or., IV, 238-239).

214 Sur ces deux localités, voir infra p. 273 et 280. En 503/1196-97, Sarbak se révolta de nouveau dans la ville de Ra‘bān, mais fut une deuxième fois pardonné. Cf. Zubda, III, 139.

215 Nom qui manque dans tous les manuscrits. Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 178) parle d’un certain As‘ad Aqtaġān, gouverneur de Ḥārim en 613/1216 qui se serait opposé à l’atabeg (voir aussi la même version dans Muffarriğ, III, 252-253). Toutefois, les faits rapportés par Ibn Šaddād ne sont pas les mêmes que dans les deux sources citées précédemment.

216 En 613-1216.

217 Sur Šihāb al-Dīn Ṭuġril, atabeg d’al-Malik al-‘Azīz, fils d’al-Malik al-Ẓāhir, voir Ṭabbāḫ, II, 249-253 (cite al-Ṣafadī, Ibn Ḫallikān et Ibn al-Šiḥna) ; Sauvaget, Alep, 133.

218 Emir d’Alep, qui, en 620/1223, était au service d’al-Malik al-Ašraf en Egypte, puis se trouve en 635/1237-38 commandant des troupes d’Alep. Voir Zubda, III, 193 et 235 ; Mufarriğ, IV, 127 et V, 151.

219 Nous n’avons pas pu trouver d’autres renseignements sur ce personnage.

220 Cet émir est cité par Ibn Šaddād dans son chapitre sur Mayyāfāriqīn en 657/1253, lors de l’arrivée des Mongols devant cette ville ; cf. A‘lāq, Ğazīra, 503 et 507.

221 Il existait à Alep un masğid Ḥusayn al-A‘raġ (cf. Aclāq, Ḥalab, 78).

222 Ibn al-‘Adīm consacre une notice biographique dans sa Buġya à Ismā‘il b. Sūdakīn b. ‘Abd Allāh al-Nūrī (m. en 646/1248) enterré à Alep (cf. Sauvaget, Extraits Buġya, 399 et Ṭabbāḫ, IV, 427). Nous n’avons pas trouvé de mention de cet émir dans les sources dont nous disposons.

223 En 658/1260. Sur Hūlākū, chef des Mongols et sur l’invasion de la Syrie, voir p. 13, n. 2. Sur la prise de Ḥārim par Hūlākū, voir Bar Hebraeus, 436, qui rapporte de manière un peu différente les mêmes événements qu’Ibn Šaddād (récit reproduit par Ṭabbāḫ, II, 287) et Abū l-Fidā, Muḫtaṣar, RHC, Or., I, 142.

224 Faḫr al-Dīn était gouverneur de la citadelle, lors de la prise d’Alep par les Mongols. Il fut tué lors du massacre général qui suivit la prise de Ḥārim par les Mongols. Cf. Bar Heb., 436.

225 Sur al-Malik al-Nāṣir Yūsuf (634-658/1236-1260), voir n. 1, p. 4.

226 Sur le titre d’Isfahsalār, « commandant en chef », voir Elisséeff, ND, 640.

227 Cf. n. 3, p. 14.

228 Cf. carte I. Sur cet ensemble de chaînons montagneux orientés nord-sud, à l’ouest d’Alep, voir Dussaud, THS., 216 sq. ; Tchalenko, I, 58 sq. ; Elisséeff, ND, 202-205.

229 Au nord-ouest d’Idlib, l’actuelle Biret Armenaz (carte I) se situe au nord de ce long couloir qu’est le Rūğ entouré du Ğabal al-A‘lā et du Ğabal al-Wasṭānī. Cf. Dussaud, THS., 170, Χ, A I ; Cahen, SN., 153, 157-158 ; Tchalenko, III, carte 2/C VII, 18.

230 Actuel Ğabal Barakāt ou Ğabal Sam‘ān à l’ouest d’Alep. Dussaud, THS., 216 et 223 ; Canard, Hamdanides, 199 ; Tchalenko, I, 57 sq. ; cf. carte I

231 Actuelle Aršaqibār sur l’affluent du ‘Afrīn qui descend du seuil de Qatma. Dussaud, THS., 228-229 ; Cahen, SN., 138-139 ; (carte I). Sur le Nahr ‘Afrīn, voie de passage entre l’Euphrate et la côte méditerranéenne. voir EI2, art. « ‘Afrīn » (Cl. Cahen) ; Elisséeff, ND, 182.

232 Samanli sur la carte d’État-Major au 50.000e du « Amouk », à l’est du ‘Amq au nord du ‘Afrīn et à l’ouest de Hammām (Sammaniyé sur la carte de Dussaud, THS., XII, A 3 et p. 228). Cf. carte I. Ibn al-Šihna, 167, ajoute que ces moulins étaient constitués waqf-s au profit du bimaristan d’Arġūnī à Alep.

233 Yāqūt mentionne une ville de ce nom entre Mar‘aš et Antioche dont le district est arrosé par le Nahr al-Aswad (Kara Su) et qui est le chef-lieu du Ḥawwār (sans doute Havar Dagh). Ibn al-‘Adīm (Zubda, II, 188) situe cette ville au nord d’al-Aṯārib près de Darb Sarmada. Cf. Le Strange, Palestine, 416 ; Dussaud, THS, 192, 211 ; Cahen, SN., 137 n. 12 et 154, n. 8.

234 Sur cette grande plaine au nord-est d’Antioche entre l’Amanus et le Kurd Dagh, voir Dussaud, THS., 223-226 ; EI2, art. « al-‘Amḳ » (D. Sourdel).

235 Iqlīm (« climat » ou « région ») peut désigner parfois l’équivalent ou la subdivision d’un district (kūra) ; (ex. : Ḥama ou Šayzar sont considérés chacun comme « iqlīm »). C’est sans doute dans ce sens qu’il est utilisé par Ibn Šaddād. Cf. EI2, art., « Iḳlīm » (A. Miquel).

236 A l’époque ayyoubide le souverain pouvait distribuer en iqṭā‘ à des notables certaines villes importantes de son royaume avec leur campagne environnante, mais il pouvait aussi y nommer un simple gouverneur (wālī) ce qui lui assurait un contrôle plus direct sur la ville (ce fut le cas notamment pour Ḥārim comme nous l’avons vu plus haut. Cf. aussi Annexe 1). Nous constatons, d’après la description d’Ibn Šaddād, que des gouverneurs de moindre importance pouvaient être ensuite nommés à la tête des autres citadelles du royaume. Ils dépendaient dans ce cas du gouverneur de la capitale régionale (ici Ḥārim). Cf. infra, p. 56 le cas de ‘Azāz également. Sur les gouverneurs à l’époque ayyoubide, voir Al-Harawi, Taḏkira, 221 et sur les différents modes d’attribution des terres, cf. Humphreys, 75-85.

237 Actuel village de Darkūš sur l’Oronte au nord de Ğisr al-Šuġūr, mais il ne subsiste rien de la forteresse, Yāqūt, II, 452 ; Dussaud, THS, 164 ; Cahen, SN., 160 ; cf. carte I.

238 Actuelle Belmis au nord-ouest de Ğisr al-Šuġūr ; Dussaud, THS., 174 ; Cahen, SN, 160. Cf. carte I.

239 Sur la rive ouest de l’Oronte entre Darkūš et Ğisr al-Šuġūr. Yāqūt, IV, 469 ; Dussaud, THS., 183 ; Cahen, SN, 159. Cf. carte I.

240 Sur la population arménienne en Syrie du Nord au xi-xiie siècle, voir Cahen, SN, 184-185.

241 En 658/1260. Cf. p. 42.

242 Bohémond VI (1252-1268) qui sous l’impulsion de son beau-père Héthum 1er d’Arménie avait reconnu l’autorité de Hūlākū et avait reçu en échange certaines forteresses de la région de l’Oronte. Cf. Cahen, SN, 706 ; Runciman, « The Crusaders States », 1243-1291, dans Setton, Crusades, 572-573.

243 C’est-à-dire après la reconquête d’Antioche. Cf. Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ, 324. Sur la reconquête de la Syrie du Nord par le sultan mamelouk, voir supra, n. 6, p. 21.

244 Ville à environ 45 km. au nord-ouest d’Alep. Seules les premières lignes (jusqu’à « en briques crues et en boue ») sont recopiées de l’introduction géographique de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (fol. 142 v°-143 r°). Par contre, on remarquera (cf. infra) plusieurs emprunts à l’histoire d’Alep (Zubda) du même auteur. Sur ‘Azāz, voir Yāqūt, IV, 118 ; Le Strange, Palestine, 405 ; Cahen, SN., 139-140 ; Canard, Hamdanides, 225 ; Elisséeff, ND., 181-182.

245 Lors de l’attaque des Grecs contre Alep sous le commandement du Domestique Nicéphore, fils du Domestique Bardas Phocas (cf. Zubda, I, 132-141 où il n’est pas question cependant de la prise de ‘Azāz) ; Yaḥyā b. Sa‘īd, PO., XVIII, 784-785 ; Canard, Hamdanides, 809-817.

246 Sur Sa‘d al-Dawla (356-381/967-991), fils et successeur de Sayf al-Dawla, voir Ibn Ḫallikān, III, 406 ; Canard, Hamdanides, 665-694.

247 Peut-être à la suite du traité conclu avec Qarġawayh, gouverneur d’Alep en 359/969, d’après lequel ‘Azāz se trouve à la frontière des deux États ; voir Zubda, I, 164 ; Canard, Hamdanides, 833.

248 Sur ce chef turc, commandant en chef de l’armée fatimide en 382/ 993, lors de la première attaque contre Alep, puis en 384/994 lors de sa seconde tentative contre Alep au cours de laquelle il s’empara de ‘Azāz, voir Zubda, I, 189-190 ; Canard, Hamdanides, 702-705. Sur le calife fatimide al-‘Azīz (365-386/976-996) voir EI2, art. « al-‘Azīz Bi Llāh » (M. Canard).

249 Sur ce prince mirdaside d’Alep (457-468/1065-1076), voir Zubda, II, 9-49 et Sauvaget, Extraits Buġya, 409. Le récit suivant est recopié presque mot pour mot de la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, II, 36-40 qui situe ces événements en 465-466/1072-74. Cf. aussi al-Kutubī, Fawāt, I, 233.

250 Ibn al-‘Adīm (op. cit.) : « ḏurrīyatu-hu wa ahlu-hu » (ses enfants et sa famille - ou sa femme). Ceux-ci seraient maintenus à Alep en gage de fidélité pour éviter au gouverneur toute tentative de rébellion.

251 Le vizir Ibn Abī l-Ṯurayyā avait remplacé Abū Bišr al-Naṣrānī auprès de Maḥmūd, après avoir contribué à son assassinat en 464/1071-72 ; cf. Zubda, II, 32-34.

252 Sur ce poète, élève d’al-Ma‘arrī, m. 466/1073, voir Ibn al-Qalānisī, Ḏayl, 91 ; al-Kutubī, Fawāt, I, 233, II, 9-16 ; Ibn Taġrībirdī, Nuğūm, V, 96 ; GAL. (2), I, 297, S. I, 454 ; A‘lām, IV, 266.

253 Secrétaire de Maḥmūd, il fut ensuite vizir de son fils Naṣr b. Maḥmūd puis du frère cadet de celui-ci Sābiq et mourut à Alep en 487/1094 ; cf. Zubda, II, 48, 58, 70 et 110.

254 Voir l’explication infra.

255 Le pronom « tu » renvoie sans doute à Maḥmūd et « le » à Abū Muḥammad.

256 De cette manière, en effet, la phrase d’Abū Naṣr commençait comme le verset du Coran, par Inna (ّإن).

257 Nous avons été obligés de simplifier la phrase d’Ibn Šaddād qui appa-raissait dans tous les manuscrits assez obscure (cf. A‘lāq, Syrie du Nord, 384). La phrase d’Abū Muḥammad commençait donc tel le verset du Coran par Inna lan (إنّ لن) dans le cas où il aurait rajouté un alif ou simplement par lan (لن) dans le cas où il aurait collé l’alif au nūn de « In šā’ Allāh ».

258 Ḫuškanāna, mot d’origine persane qui peut s’écrire de diverses manières en arabe (ḫuškunāniğ, ḫuškulān) et désigne une sorte de biscuit ou de pain « préparé avec du beurre, du sucre, des amandes ou des pistaches et qui est en forme de croissant » Dozy, Supplément, I, 373.

259 Le šarīf (pl. Ašrāf) fait partie du groupe de musulmans privilégiés qui jouissent d’un grand prestige car ils sont, ou se prétendent, descendants du Prophète. Leur chef est le naqīb.

260 En 471/1078-79 ; cf. Zubda, II, 62 ; sur Tutuš (471-488/1078-1095), voir n. 4, p. 27.

261 Sur la prise d’Alep en 472/1080 par le ‘uqaylide de Mossoul Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš, voir Ζubda, II, 67-69.

262 Sur la dynastie des Artuqides d’Alep (511-521/1117-1127), voir Zubda, II, 185-238 ; EI2, art. « Artuḳides » (Cl. Cahen).

263 Sur la prise de ‘Azāz parles Francs, voir Zubda, II, 186. Joscelin épousa en secondes noces Marie de Salerne, soeur de Roger d’Antioche et reçut ‘Azāz en dot ; voir Michel le Syrien, III, 296-297 ; Cahen, SN., 291 et 540 ; Nicholson, « The Growth on the latin States » dans Setton, Crusades, 418.

264 Sur la capture de Joscelin II, comte d’Edesse (1131-1150) dans des circonstances qui varient selon les chroniqueurs, voir Zubda, II, 302 ; Cahen, SN., 386 et n. 16 ; Elisséeff, ND., 453-454. Le récit d’Ibn Šaddād sur la prise de ‘Azāz par Nūr al-Dīn est presque identique à celui d’Ibn al-Furāt III, 17 r° ; ce dernier ne cite malheureusement pas sa source qui est fort probablement l’ouvrage d’Ibn Abī Ṭayyi’.

265 Al-Malik al-Ṣāliḥ (569-577/1174-1180) ; cf. n. 1, p. 37.

266 Le récit suivant est recopié sur la Zubda d’Ibn al-‘Adīm (III, 28-29) d’après Kāmil, XI, 430.

267 Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm (op. cit.) ajoutent que ce Batinien était chef de la secte des Asadites. Sur les Batiniens ou Ismā‘īliens de Syrie, voir C. Defremery, « Nouvelles recherches sur les Ismā‘īliens ou ou Bathiniens de Syrie », dans JA., III, 1854, 373-421 et V, 1855, 5-76 et l’ouvrage de B. Lewis, Les Assassins, chap. 5. Ce fut la seconde tentative d’assassinat de Ṣalāḥ al-Dīn par les Assassins, la première ayant eu lieu lors du siège d’Alep en 570/1174-75.

268 Casağund : « sorte de jaquette rembourrée et piquée en coton ou en soie dont on se sert de cuirasse », Dozy, Supplément, II, 471.

269 Yāzkuš ou Yāzkuğ al-Asadī d’après Ibn al-Aṯīr et Ibn al-‘Adīm (op. cit). Il fut nommé gouverneur en 579/1183-84 de la citadelle d’Alep (Zubda, III, 71) et Ṣalāḥ al-Dīn lui confia, cette même année, son fils al-Ẓāhir Ġāzī (Zubda, III, 72).

270 C’est-à-dire dans la troisième partie du premier volume qui est perdue ou n’a peut-être jamais été terminée ; cf. supra, Introduction, p. xxvi. Sur la paix conclue entre Ṣalāḥ al-Dīn et al-Malik al-Ṣāliḥ, voir Kāmil, XI, 431 et Zubda, III, 30.

271 Elle était envoyée par son frère al-Malik al-Ṣāliḥ (Kāmil, XI, 431 et Zubda, III, 30). Le récit d’Ibn Šaddād est plus détaillé que ceux d’Ibn al-Aṯīr et d’Ibn al-‘Adīm. Sur Hāšim b. Aḥmad al-Asadī, né en 496/1102-03 et mort en 577/1181-82, voir Yāqūt, Iršād, VI, 7, 235-236 ; Ṭabbāḫ, IV, 267-268.

272 Al-Ma‘arra ou Ma‘arrat al-Nu‘mān, au nord de Ḥamā, sur la route d’Alep « la clé de Ḥamā », écrit Dussaud (THS., 188-189). Cf. Le Strange, Palestine, 495-497 ; Canard, Hamdanides, 215-216 ; Elisséeff, ND., 216-217. Ṣalāḥ al-Dīn l’attribua donc à son neveu al-Malik al-Muẓaffar Taqī al-Dīn ‘Umar b. Šāhinšāh Ier, qui devint deux ans plus tard prince de Ḥamā (Ibn Ḫallikān, III, 456-458 et Zambaur, 101). Sur Sayf al-Dīn al-Mašṭūb (m. 588/1192), voir Ibn Ḫallikān, I, 182-183 ; Ibn Kaṯīr, VII, 352.

273 Sur la succession d’al-Malik al-Ṣāliḥ (m. 576/1181), voir n. 3, p. 40. Sur le siège et la prise d’Alep par Ṣalāḥ al-Dīn, voir Zubda, III, 63-69.

274 Émir d’Alep, proche conseiller de Ṣalāḥ al-Dīn ; cf. supra n. 6, p. 35.

275 Chef d’armée d’al-Malik al-Ẓāhir, il succéda à son père à ‘Azāz. Il commanda plusieurs expéditions entre 595/1199 et 611/1214-15 (Zubda, III, index) et continua de jouer un rôle important sous la régence de l’atabeg Ṭuġril (Zubda, III, 176, 185).

276 Le maître de Mar‘aš s’était révolté et faisait des dégâts dans la région de Ra‘bān (Zubda, III, 138). Le récit suivant est inspiré d’Ibn al-‘Adīm, Zubda, III, 138.

277 Sur le sens de « kašafa », voir Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, Iere partie, 179 et Dozy, Supplément, II, 478.

278 Sur cette place-forte, voir infra, p. 267.

279 Fils de Ḥusām al-Dīn Ṭumān b. Ġāzī (cf. n. 2, p. 39) et chef d’armée du sultan al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī.

280 Ibn Wāṣil (Mufarrīğ, III, 131) nous dit qu’al-Malik al-Ẓāhir la donna en iqṭā‘ en 598/1201-02 à Maymūn al-Qaṣrī. Sur al-Malik al-‘Azīz, voir supra, n. 4, p. 33.

281 Sur Kaykā’ūs Ier b. Kayḫusraw (608-618/1211-1221) et ses visées sur la Syrie du Nord, voir Zubda, III, 181-182 ; Mufarriğ, III, 263 sq. ; Cahen, SN., 626-628 ; EI2, art. « Kaykā’ūs » (Cl. Cahen) ; Cahen, Pre-ottoman Turkey, Londres, 1968, 120-124.

282 Sur Bahasnā, voir infra, p. 71. Al-Ṭunbuġā avait épousé une ancienne concubine de son maître qui était la mère d’al-Malik al-Ṣāliḥ b. al-Malik al-Ẓāhir.

283 Ibn al-‘Adīm (Buġya, I, fol. 172 r°) ajoute que malgré son alliance avec Kaykā’ūs, al-Ṭunbuġā refusa de la lui remettre, ce qui rend la suite du récit plus compréhensible. Dans Zubda, III, 213 : « Elle appartenait à la mère de la sœur d’al-Malik al-Ṣāliḥ », et, dans Mufarriğ, V, 10 : « ... à la mère du frère (d’al-Malik al-‘Azīz), al-Malik al-Ṣāliḥ » ce qui est plus vraisemblable. Sur al-Malik al-Ṣāliḥ Aḥmad, fils aîné d’al-Malik al-Ẓāhir Ġāzī, né en 600/1203 (Zubda, III, 155), mort en 651/1253, écarté du pouvoir car sa mère n’était à l’origine qu’une servante, voir Ibn Ḫallikān, IV, 10 ; al-Ṭabbāḫ, IV, 436.

284 Sur le prince ayyoubide al-Malik al-Ašraf b. al-‘Ādil qui est à cette époque maître de la Ğāzīra occidentale, voir EI2, art. « Ayyubides » (Cl. Cahen), p. 822 ; Humphreys, 193-238. En 615/1218, devant les menaces seldjouqides de Rūm, et à l’appel du régent d’Alep, Ṭuġril, al-Ašraf réussit à repousser le sultan Kaykā’ūs ; cf. Kāmil, XII, 347-350 ; Zubda, III, 181183 ; Cahen, SN., 627-628.

285 Actuel village du même nom sur la route entre Alep et ‘Azāz à environ 25 km. d’Alep. Cf. carte IV, D7.

286 Ibn al-Qalānisī (201, trad. 149) identifie Dānīt al-Baqal à Sarmada entre Antioche et Alep (il existe une localité du nom de Dana au voisinage de Sarmada, cf. Dussaud, THS., 221). Sa localisation par Ibn Šaddād dans la région de Sarmīn incite cependant à la situer à l’emplacement de l’actuel Dānīt à 6 km. au sud-est d’Idlib. Sur Dānīt, voir Yāqūt, II, 434 ; Le Strange, Palestine, 436 ; Cahen, SN., 157 ; Elisséeff, ND., 213. D’après Tchalenko (III, 118), la forteresse médiévale se situait sans doute sur le tell à l’est du village actuel à l’emplacement du sanctuaire du šayḫ Ibrāhīm al-‘Ağamī.

287 En 630/1232-33 ; cf. Zubda, III, 213.

288 Le mot ḫubz étant ici employé au sens d’iqṭā‘ ; cf. Cahen, « Evolution de l’iqṭā‘ », 260, n. 6.

289 Sur al-Malik al-Nāṣir, voir supra, n. 1, p. 4. Il manque ici une phrase pour expliquer que c’est al-Ḥāfiẓ Arslān b. al-Malik al-‘Ādil, gouverneur de Qal‘at Ğa‘bar qui, frappé de paralysie et craignant les ambitions de son fils, proposa à sa sœur Ḍayfa Ḫātūn cet échange : cf. supra, p. 12 et Zubda, III, 248.

290 Il fut enterré dans la madrasa du Firdaws à Alep, construite par sa sœur Ḍayfa Ḫātūn (Zubda, III, 263).

291 Esclave abyssin, affranchi de Ḍayfa Ḫātūn, il avait été emprisonné par Ġāzī, relâché par Ṭuġril, et s’était vu confier la régence à l’avènement d’al-Malik al-Nāṣir Yūsuf (Zubda, III, 225, 266-267). Ibn al-‘Adīm, dans sa notice biographique nous dit que l’arrivée des Mongols lui causa une telle frayeur qu’il en tomba malade et en mourut (Sauvaget, « Extraits Buġya », 399).

292 Sur l’expression « ḫāṣṣ », « en bien propre », voir Cahen, « Evolution de l’iqṭā‘ », 260 et EI2, art. « Ḵẖāṣṣ » (C. Orhonlu) bien que cet article soit surtout consacré aux Turcs.

293 Ṣārim al-Dīn Qaymāz al-Kāfirī (m. 673/1274), gouverneur du Crac des Chevaliers (Ḥiṣn al-Akrād) en 669/1270-71. Cf. Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Rawḍ, 377, 446 ; Maqrīzī, 591, trad. I (2), 85. Voir l’inscription sur son tombeau au Crac, dans Soberhneim, Matériaux, 18.

294 S’agit-il de Fāris al-Dīn Maymūn al-Qaṣrī, commandant d’armée à Alep (Zubda, III, 157-158) ? Les autres sources ne semblent pas connaître Ṣārim al-Dīn Maymūn.

295 Sur les gouverneurs, cf. supra, p. 44 n. 7.

296 Sur la conquête mamelouke, cf. p. 21.

297 Al-Rāwandān, en Turquie actuelle, dans le massif du Dabir Dagh au sud de Burğ, à 400 m. au-dessus du ‘Afrīn, dont il subsiste encore d’importantes ruines. Le récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à la fin du récit d’Usāma) est recopié de la Buġya d’Ibn ‘Adīm, I, fol. 171 r°-v°. Sur cette place-forte, voir Le Strange, Palestine, 520 ; Cahen, SN., 117-118 ; Elisséeff, ND, 183.

298 Le Nahr ‘Afrīn, cf. n. 2, p. 44.

299 Buġya, I, fol. 171 v°.

300 Sur Usāma b. Munqiḏ (m. 584/1188), auteur de nombreux ouvrages dont beaucoup sont perdus, voir supra, Introduction, p. xxxiv. Le passage cité par Ibn Šaddād d’après Ibn al-‘Adīm est sans doute tiré du Ta’rīḫ al-qilā‘ wa l-ḥuṣūn (L’histoire des citadelles et des forteresses), cité par Abū 1-Fidā, Taqwīm (255, trad. II, 2-32), qui ne nous est pas parvenu (cf. Deren-bourg, Vie d’Ousama, 331 et 619-620).

301 Sur Tall Hirāq, place-forte au nord-ouest d’Alep sans doute, peut-être dans la région de ‘Azāz, voir Yāqūt, II, 45 ; Zubda, II, 186 ; Cahen, SN., 292.

302 Sur al-Malik Riḍwān, voir supra p. 8, n. 6.

303 Fils du vizir d’al-Malik Riḍwān, Abū l-Nağm b. Badī‘ (destitué en 491/1098) et neveu du vizir de Tutuš, Abū l-Qāṣim, cf. Zubda, II, 128, 138.

304 Ibn Šaddād ne parle pas de l’occupation franque d’al-Rāwandān : la ville fut prise en même temps que Tall Bāšīr (cf. infra, p. 64) par Baudoin en 490/1097.

305 Sur Apamée, sur la rive droite de l’Oronte à 40 km. au nord de Ḥamā, voir EI,2 art. « Afāmiya » (H.A.R. Gibb) ; Elisséeff, ND., 218.

306 Il faut sans doute lire « Šams al-Dīn b. al-Muqaddam (Muffariğ, III, 131) qui succéda à son frère ‘Izz al-Dīn Ibrāhīm (mort l’année précédente en 597/1200-01) au gouvernement de Manbiğ, Qal‘at Nağm, Kafartāb et Apamée (Mufarriğ, III, 120). al-Malik al-Ẓāhir dès 597/1200 reprit Manbiğ et Qal‘at Nağm en faisant prisonnier Šams al-Dīn qu’il tortura en vain sous les murs d’Apamée afin que le gouverneur Qaraqūš lui remette la citadelle (Zubda, III, 149 ; Mufarriğ, III, 120-122). Nous n’avons pas pu retrouver pour ce récit la source d’Ibn Šaddād (Ibn Abī Ṭayyi’ ?).

307 Maître de Tall Bāšir (m. 611/1214-15) et chef de la tribu turcomane des Yārūqī, il manifesta à plusieurs reprises son opposition à al-Ẓāhir ; al-Malik al-Ṣāliḥ, fils de Nūr al-Dīn avait remis Tall-Bāšīr en iqṭā‘ à son père Bahā’ al-Dīn al-Yārūqī. Cf. Zubda, III, 71, 129-133 et infra p. 65-66.

308 Cf. supra, p. 33, n. 4.

309 Sur ‘Ayntab (actuelle Gaziantep) et al-Zūb, voir infra p. 68 et 70.

310 La source d’Ibn Šaddād est sans doute Ibn al-‘Adīm, Zubda, III, 201-202. Sur les forteresses jumelles d’al-Šuġr et Bakās, voir infra, p. 81. Sur al-Malik al-Ṣāliḥ, voir p. 54, n. 5.

311 Un premier sac d’Alep par les Mongols eut lieu en 658/1260. Après la bataille de ‘Ayn Gālūt (septembre 1260), les Mamelouks d’Egypte reprirent le contrôle de la Syrie (cf. Cahen, SN., 705-710). Mais en 659/1261, les Mongols envoyèrent une nouvelle armée contre Alep qui s’empara de la ville pour une courte durée. al-Malik al-Mu‘aẓẓam Tūrānšāh II, dernier fils vivant de Ṣalāḥ al-Dīn, à qui la ville avait été confiée, s’était rendu aux Mongols lors de la première prise d’Alep et était mort peu de temps après (Maqrīzī, 422, trad. II, (1), 90). Ibn Šaddād fait-il ici allusion à un fils d’al-Malik al-Ṣāliḥ Aḥmad b. al-Malik al-Ẓāhir ?

312 Actuelle Burğ à l’ouest de ‘Ayntāb, en Turquie orientale (cf. carte IV, E7). Ibn al-‘Adīm n’en parle pas dans l’introduction de sa Buġya et Yāqūt se contente de dire que c’est une forteresse qui appartient à Alep, non loin d’Antioche (I, 373). Voir Cahen, SN., 117 ; Canard, Hamdanides, 231 ; Elisséeff, ND., 183.

313 Selon une technique de construction qui consiste à lier les pierres avec de minces couches de plomb.

314 En 351/962. Cf. infra, p. 277. Sur cette place-forte, voir infra, p. 276.

315 Ibn Šaddād fait probablement allusion aux conquêtes de Sulaymān b. Qutulmūš en 477/1084-85 ; cf. infra, p. 243.

316 Ibn Šaddād fait sans doute ici une confusion de dates. Burğ al-Raṣāṣ dut être occupée par les Francs soit au moment de la formation du comté d’Edesse, soit lors du développement territorial de la principauté d’Antioche au début du vie/xiie siècle. En 550/1155, Nūr al-Dīn en fit la conquête avec d’autres places-fortes de la région (cf. infra, p. 68 et 72 ; Zubda, II, 302-303 ; Cahen, SN., 395 ; Elisséeff, ND., 501).

317 Sur Badr al-Dīn Dilderim, maître de Tall Bāšir, voir supra, p. 59. Son fils Fatḥ al-Dīn hérita aussi de Tall Bāšir. Cf. infra, p. 66.

318 En 658/1260, cf. supra, p. 13, n. 2.

319 Sur la signification du mot « ğihāt », voir les explications de Quatremère dans Maqrīzī, trad. I, 1, 17 et Dozy, Supplément, II, 795 (cf. infra, p. 296). On peut comparer ce revenu à celui d’autres villes telles Bālis (p. 14) ou Manbiğ (infra, p. 296).

320 Sur cette expression, voir supra, p. 14, n. 3.

321 Sur cette expression, voir supra, p. 56, n. 4.

322 Localité en Turquie actuelle, en aval de ‘Ayntāb, au bord du Sāğūr, la Turbessel des Croisés (carte IV, E8). Le début du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à « ses affluents du même nom »), mise à part la mention de la latitude et longitude, est recopié de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, fol. 170 ν°). Sur cette ville voir Yāqūt, II, 40 ; Le Strange, Palestine, 542 ; EI1, art. « Tall Bās̱ẖir » (E. Honigmann) ; Cahen, SN., 116 ; Elisséeff, ND., 167-168.

323 Sur le Nahr al-Sāğūr, affluent de l’Euphrate qui marque en quelque sorte la limite entre la région d’Alep-Qinnasrīn et celle des marches (‘awāṣim) au nord, voir Elisséeff, ND., 161 sq.

324 Sur ‘Ayntāb, actuelle Gaziantep, voir infra, p. 68.

325 Sans doute l’actuelle Nafak au sud-est de ‘Ayntāb vers lequel coule en effet le Sāğūr (cf. carte IV, E8).

326 Cf. Balāḏurī, Futūḥ, 150, trad. 231.

327 Al-Buḥturī, Dīwān, I, 633. Sur ce célèbre poète du ιιιe/ιχe siècle (206-284/821-897), né à Manbiğ, voir EI,2 art. « al-Buḥturī » (Ch. Pellat).

328 Ibn al-‘Adīm ne parle de pas de la prise de Tall Bāšir mais précise que les Grecs arrivèrent jusqu’à Tall Ḥāmid (ou Tall Ḫālid) sur le Sāğūr, en aval de Tall Bāšir (Zubda, I, 133). Sur cette expédition, voir aussi Canard, Hamdanides, 805-812.

329 Sur l’accord conlu entre Nicéphore et Sayf al-Dawla, voir infra, p. 204 ; Canard, Hamdanides, 823-825. Sur la reprise des hostilités, voir les textes de Ḏahabī, Yaḥyā b. Sa‘īd et Ibn al-Aṯīr dans Canard, Recueil, 195-200 ; Canard, Hamdanides, 825-826 ; Nicéphore s’empara de Bālis, incendia le faubourg de Manbiğ ravagea les environs d’Alep et s’empara de Tizin et d’Artāḥ.

330 Sur Sa‘d al-Dawla Šarīf b. Sayf al-Dawla qui n’avait que quinze ans à la mort de son père, voir p. 46, n. 4.

331 Qarġawayh avait déjà gouverné Alep lors des absences de Sayf al-Dawla et tenta dès le début de la régence d’écarter Sa‘d al-Dawla Abū l-Ma‘ālī du pouvoir (cf. Canard, Hamdanides, 667 sq.). Pour les détails de ce traité conclu en 359/969, qui marque la soumission d’Alep à l’empereur avec le paiement d’un tribut annuel et d’importantes concessions territoriales, voir Zubda, I, 163-168 ; Canard, Hamdanides, 833-837 ;

332 Tall Ḥāmid désigne ici Tall Ḫālid, sur la rive droite du Sāğūr, en aval de Tall Bāšir. Un autre Tall Ḥāmid se situait en Cilicie dans la région de Missis et se trouve parfois confondu avec le premier ; Yāqūt, II, 41 ; Honigmann, Topographie, 94-95 ; Canard, Recueil, 384 et 420, Hamdanides, 226.

333 Cf. supra, p. 8.

334 Nous n’avons pas trouvé de ville portant ce nom. Peut-être s’agit-il d’al-Ğūma, district au nord est d’Antioche dans le bassin moyen du ‘Afrīn, voie de passage entre Antioche et le comté d’Edesse.

335 Cf. supra, p. 34, n. 5.

336 Sur ces événements, voir Zubda, II, 125.

337 Baudoin, frère de Godefroy de Bouillon prit Tall Bāšir en 490/1097, en même temps qu’al-Rāwandān et la donna à Joscelin de Courtenay en 494/1101 avec d’autres villes de la région ; cf. Matthieu d’Edesse, RHC., Arm., I, 35 et n. 21 ; Cahen, SN., 210 et 236.

338 Le sultan seldjouqide Muḥammad b. Malikšāh qui, à la mort de son père (485/1092), avait hérité de l’Aḏarbayğān, de l’Arménie et de la Ğazīra auxquels il ajouta le ‘Irāq à la mort de son frère Barkyārūq (498/1105), voir Ibn Ḫallikān, V, 71-74 ; Cahen, SN., 183.

339 Gouverneur de Mossoul (m. 507/1113-14) qui prit une part importante dans la guerre sainte. Le sultan lui avait confié l’éducation de son fils Ġiyāṯ al-Dīn ; Ibn Ḫallikān, V, 200 ; Cahen, SN., 256.

340 Sur l’émir Suqmān al-Quṭbī (m. 506/1112-13), gouverneur d’Arménie, d’Aḫlāṭ et, depuis 502/1108 de Mayyāfāriqīn, voir A‘lāq, Ğazīra, 442 et 424, Dérenbourg, Vie d’Usama, 315, n. 5.

341 Défaite qui fut en grande partie causée par la trahison de Riḍwān d’Alep. Sur ces événements, voir Ibn al-Qalānisī, 174 sq., trad. 107 ; Zubda, II, 158-159 ; Cahen, SN., 261-263.

342 D’après Ibn al-Qalānisī (316, trad. 324) et Ibn al-‘Adīm, (Zubda, II, 303), c’est Ḥassān al-Manbiğī qui s’empara de Tall Bāšir. La ville était alors défendue par une garnison byzantine, car cette place venait d’être vendue aux Grecs par les Francs lors du démantèlement du comté d’Edesse ; voir Elisséeff, ND., 457-458 et 461 ; Baldwin, « The Latin States », dans Setton, Crusades, II, 533-534.

343 Tous deux frères de Mağd al-Dīn b. al-Dāya (cf. p. 36, n. 1). Tall Bāšir fut d’abord donnée à Sābiq al-Dīn en échange de Bālis (cf. supra, p. 11) qui la remit à son frère Badr al-Dīn Ḥasan.

344 Chef de tribu turcomane des Yārūqī ; voir supra, p. 59.

345 Le récit suivant est peut-être inspiré de la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, III, 129-131, ou plus probablement (en raison de petites différences dans le récit), recopié sur une source commune.

346 Où il se trouvait en tant que maître de cette région (cf. EI2, art. « al-‘Ādil » (H.A.R. Gibb). Sur cette ville importante du Diyār Muḍar en Ğazīra, voir D.S. Rice, « Medieval Ḥarrān », dans Anatolian Studies, II, 1952, p. 36-83 ; Canard, Hamdanides, 93 ; EI2, art. « Ḥarrān » (T.H. Weir) ; Elisséeff, ND., 144.

347 Al-‘Alam b. Mahān, vizir d’al-Malik al-Ẓāhir se révolta contre lui en 592/1196, à Lattaquié ; cf. Zubda, III, 136-137.

348 Cf. supra, p. 54, n. 3. Ibn Wāṣil (Mufarriğ, III, 224 et 264) place la mort de Badr al-Dīn Dilderim et la succession de son fils Fatḥ al-Dīn en 611/1214-15. Sur ces événements, voir aussi Zubda, III, 182-183.

349 L’année où al-Malik al-‘Azīz, devenu majeur, prend pleine possession du gouvernement d’Alep. Sur ces événements, voir Zubda, III, 213, qui peut être la source d’Ibn Šaddād ; Mufarriğ, V, 9-11.

350 Al-Malik al-Ašraf Mūsā (m. 662/1263), fils d’al-Malik al-Manṣūr Ibrāhīm, porte le même nom que le fils d’al-Malik al-‘Ādil (m. 635/1237-38). A ce sujet, voir Ibn Ḫallikān, II, 481. Maître de Ḥimṣ après la mort de son père en 644/1246-47, il en fut dépossédé par al-Malik al-Nāṣir d’Alep, après un siège qui dura deux mois, mais récupéra la ville lors de l’invasion mongole lorsqu’il se soumit aux envahisseurs ; cf. Abū l-Fiḍā, Muḫtaṣār, RHC, Or., I, 125 et 141-142 ; voir aussi note suivante.

351 Sur la soumission d’al-Ašraf à l’envahisseur mongol, voir al-Makïn, 173-174 ; Levi Della Vida, L’invasione, 353 sq. ; Cahen, SN., 707.

352 Lors de la reconquête mamelouke, al-Ašraf obtint le pardon du sultan qui lui permit de garder ses possessions jusqu’à sa mort. Cf. Cahen, SN., 710.

353 Cf. p. 14, n. 3.

354 L’auteur veut peut-être dire qu’en sus des deux cents cavaliers qu’il entretenait sur son iqṭā‘ et qu’il devait donc fournir à l’armée du souverain, Dilderim devait aussi d’autres services au titre des fonctions qu’il exerçait dans le royaume.

355 Actuelle Gaziantep, en Turquie, dans la haute vallée du Sāğūr ; il en subsiste des ruines importantes. Le récit d’Ibn Šaddād ne doit que peu de choses au récit moins détaillé d’Ibn al- Adīm dans son introduction à la Buġya, I, fol. 171 r°. Voir par ailleurs Yāqūt, IV, 176 ; Abū l-Fidā, Taqwīm, 269, trad. II, 2, 45. Ġazzī, 446-455 ; Dussaud, THS., 472 ; Cahen, SN., 115-116 ; Canard, Hamdanides, 233 ; Elisséeff, ND., 167.

356 Cf. p. 62, n. 1.

357 Sur cette place-forte, voir infra, p. 276.

358 Pourtant ‘Ayntāb n’est pas mentionnée dans les autres sources du ive/xe siècle ; cf. Canard, Hamdanides, 233.

359 Joscelin II, comte d’Edesse (1131-1150). Ibn Šaddād l’appelle roi des Arméniens, en raison, sans doute, de l’importante population arménienne de son comté.

360 En 1151, lors du démantèlement du comté d’Edesse, cf. Cahen, SN., 379-389 ; Elisséeff, ND., 451-462. Sur ce sultan seldjouqide d’Anatolie (m. 550/1155), voir Cl. Cahen, Pre-ottoman Turkey, Londres, 1968, p. 99.

361 En 564/1168-68, à la mort de son père Asad al-Dīn Šīrkūh ; voir Ibn Ḫallikān, II, 480. Sur al-Raḥba, l’actuelle Mayādīn, au bord de l’Euphrate à une quarantaine de kilomètres au sud de Deir el-Zor, voir EI1, art. « Raḥba » (E. Honigmann) ; Elisséeff, ND., 157-158.

362 Ismā‘īl, trésorier de Nūr al-Dīn, Zubda, III, 63.

363 Ce passage n’est pas très clair. Ibn al-Aṯīr (Kāmil, XI, 495), Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 63) et Ibn Wāṣil (Mufarriğ, II, 139) nous disent que Nāṣir al-Dīn Muḥammad est le frère d’Ismā‘īl al-Ḫazandār (le trésorier) et non son neveu.

364 Littéralement : au fils de son frère Ḥusām al-Dīn.

365 Cf. Zubda, III, 138 où Ibn al-‘Adīm mentionne Ḥusām al-Dīn b. Nāṣīr al-Dīn comme maître de ‘Ayntāb.

366 Cf. Zubda, III, 201 et Buġya, I, fol. 171 r°. Sur ce fils d’al-Malik al-Ẓāhir, voir supra, p. 54, n. 5.

367 Voir supra, p59.

368 La ville semble s’être beaucoup développée à cette époque. Ibn al-‘Adīm parle de la construction d’un palais au milieu d’un grand jardin, de maisons dans le faubourg et ajoute que le marché de ‘Ayntāb jouait un rôle important dans la redistribution du bois importé d’Arménie (Buġya, I, 171 r°).

369 L’émir ‘Izz al-Dīn ‘Umar b. Mağallī (ou Maḥallī ?), commandant d’armée à Alep sous le règne d’al-Malik al-‘Azīz, avait participé à l’intronisation d’al-Nāṣir en 634/1236 (Zubda, III, 209, n. 2 et 225). Son fils Nūr al-Dīn ‘Alī fut nommé gouverneur d’Alep de 663 à 677/1264-78, et fut en outre chargé en 675/1276-77, de défendre la région de l’Euphrate contre les incursions mongoles (Maqrīzī, 253, 627-628). Il mourut en 678/1279-80 à Alep, à l’âge de 97 ans (Maqrīzī, 674) ; cf. aussi Wiet, Manhal, 236.

370 Sur la célèbre famille alépine des Banū Ḫaššāb et les qāḍī-s d’Alep qui en furent issus (Abū l-Faḍl b. al-Ḫaššāb, Abū l-Ḥasan Faḫr al-Dīn Muḥammad et son fils Abū l-Faḍl Faḫr al-Dīn (m. 570/1174-75), voir Zubda, II, 214, III, 16-18 ; A‘lāq, Ḥalab, 34-36, 124.

371 Voir supra, p59.

372 Al-Marzabān est aussi le nom d’un fleuve, le Merzmen Tchaī, affluent de l’Euphrate au nord du Sāğūr et du Nahr Karzīn (Canard, Hamdanides, 277). Dussaud (THS., 478) et Cl. Cahen (SN., 119) situent la ville sur ce fleuve, peut-être à Yarimdja. Voir aussi Elisséeff, ND., 164-165. Ḫurūṣ et al-Zūb qui devaient se trouver dans cette même région n’ont pas été localisées. Le début du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à la prise de la ville par Nūr al-Dīn) est sans doute inspiré de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, (Buġya, I, fol. 171 v°), mais la suite semble originale.

373 Il est probable qu’Ibn Šaddād a déformé le nom donné par Ibn al-‘Adīm qui écrit « al-Barsumān » au lieu d’« al-Marsabān » (op. cit.).

374 « Ahl ḏimma », expression désignant les Juifs, les Chrétiens et les Zoroas-triens auxquels la loi musulmane accorde protection ; cf. EI2, art. « Ḏẖimma » (Cl. Cahen).

375 Il convient de lire Mas‘ūd b. Qilīğ Arslān (cf. supra, 68). Sur son fils Qilīğ Arslān II (550-588/1155-1192) voir EI2, art. « Ḳilīḏj Arslān » (Cl. Cahen).

376 En 568/1173, en même temps que Kaysūm, Bahasnā et Mar‘aš, cf. infra, p. 72 et p. 104, n. 2.

377 Sur ces événements et ces princes, voir supra, p. 54-55.

378 Actuelle Besni, en Turquie orientale ; cette ville fortifiée défendait un col, au nord de la grande boucle de l’Euphrate, et gardait les routes de Malaṭya vers Alep et de Mar‘aš vers Diyār Bakīr (cf. carte IV, G8). Seul le début du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à « limitrophe de l’Arménie musulmane ») est recopié de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm (I, fol. 171 v°-172 r°). La suite et surtout ce qui concerne la période mongole et mamelouke est sans doute originale. Sur cette ville, voir par ailleurs : Yāqūt, I, 516 ; Le Strange, Palestine, 408 ; Cahen, SN., 120-121 ; EI2, art. « Besni » (Cl. Cahen) ; Elisséeff, ND., 163164. Sur l’histoire de cette ville, consulter plus particulièrement les chroniqueurs arméniens tels Grégoire le Prêtre ou Michel le Syrien.

379 Il vaudrait mieux lire comme dans Ibn al-‘Adīm (op. cit.) « limitrophe du pays des Rūm musulmans », c’est-à-dire des Seldjouqides de Rūm.

380 Dans une politique d’alliance avec Nūr al-Dīn contre les Francs et les Artuqides, lors du démantèlement du comté d’Edesse. Cf. supra, p. 68. Grégoire le Prêtre, RHC, Arm., I, 165 et 179-180 ; Michel le Syrien, III, 296.

381 En même temps que Mar‘aš (cf. infra, p. 104) d’après Ibn al-Furāt cité par Cahen, SN., 394. Grégoire le Prêtre (RHC, Arm., I, 194) dit qu’à cette occasion, les remparts de la ville furent détruits.

382 Nūr al-Dīn la lui remit après avoir fait la paix (Michel le Syrien, III, 353).

383 Après que Qilīğ Arslān eut rejeté les propositions d’alliance de Nūr al-Dīn ; voir Michel le Syrien, III, 375 ; Zubda, II, 338 ; Chalandon, Comnène, II, 497 ; Runciman, Crusades, II, 395 ; Elisséeff, ND., 678-679.

384 Cf. supra, p. 71.

385 Ancien mamelouk d’al-Malik al-Ẓāhir, cf. supra, p. 54.

386 Cf. supra, p. 54.

387 Ou roi d’Arménie qui était à cette époque Héthum I (1226-1269), allié des Mongols (J. Dardel, Chronique, d’Arménie RHC, Arm., II, 12 14 ; Hayton, La flor des estoires, RHC, Arm., II, 170 ; Grousset, Empire des steppes, 435). Pour prix de son alliance contre les Musulmans, il reçut, entre autres forteresses, Bahasnā en 659/1261 (cf. Cahen, SN., 705).

388 Chef mamelouk qui s’empara du pouvoir à Alep après que les Mongols l’eurent évacuée. Il se soumit parfois à Baybars et parfois attaqua ses troupes. Il fut arrêté par Baybars au Caire en 661/1263 ; cf. Maqrīzī, 463, 465, 475, 493, trad. I, (1) 168, 170, 182, 210 (Šams al-Dīn Akuš Berekī ou Burunli ou Barlī (?)).

389 Sur Darbsāk et Ra‘bān, cf. infra p. 267, 273. Sur le traité conclu en 666/1267 entre le roi de Sis et le sultan Baybars stipulant l’échange du fils du roi d’Arménie contre l’émir Sunqur al-Ašqar, prisonnier des Mongols et la remise de certaines forteresses dont Bahasnā aux Mamelouks, voir J. Dardel, Chronique Arménienne, RHC., Arm., II, 14-15 et n. 2 ; Smbat, 119-122 ; Maqrīzī, 568-569, trad. I (2), 54-55 ; Abū l-Fidā, RHC., Or., I, 152.

390 Émir de Baybars, fait prisonnier par les Mongols et libéré en échange du fils du souverain arménien.

391 Al-Bāb et Buzā‘ā, situées au nord-est d’Alep sur la route de Manbiğ, dans la vallée appelée wādī Buṭnān où coule le Nahr al-Ḏahab (carte IV, D8). Toute la première partie du récit d’Ibn Šaddād (jusqu’à « pour ma part je dis ») est recopiée intégralement de l’introduction de la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 144 r°-148 v°. Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 406-426 ; Dussaud, THS., 475-476 ; Canard, Hamdanides, 223-224 ; EI2, art. « Buzā‘ā » (J. Sourdel) ; Elisséeff, ND., 171.

392 Il existe encore aujourd’hui, dans chacune de ces localités une mosquée ancienne. Celle de Bāb serait d’époque mamelouke (cf. J. et D. Sourdel, Notes d’épigraphie, 96-102) et la mosquée de Buzā‘ā pourrait être de la même époque avec sa petite salle de prière couverte de coupoles retombant sur des chapiteaux et des colonnes de remploi, de style assez fruste. Ce monument, menacé, semble-t-il, par quelques travaux d’agrandissement, mériterait qu’une étude lui soit très rapidement consacrée.

393 La ‘Umra ou petit pèlerinage. Cf. EI1, art., « ‘Umra » (R. Paret). A partir du xiie siècle elle peut s’accomplir pendant toute l’année à la différence du pèlerinage proprement dit qui s’effectue au mois de ramaḍān.

394 Abū Naṣr Aḥmad b. Yūsuf al-Salīkī al-Manāzī (m. 437/1045-46), poète et vizir d’Abū Naṣr Aḥmad b. Marwān al-Kurdī, prince de Mayyāfā-riqīn et de Diyār Bakīr. Les vers qui suivent sont cités par Ibn Ḫallikān dans sa notice biographique du poète, I, 143-145. La traduction que nous en donnons est très largement inspirée de celle de De Slane, I, 126. Ces vers sont aussi attribués à Ḥamda (ou Ḥamdūna) bint Ziyād, morte vers 600/1204 sur laquelle voir Yāqūt, Iršād, VI, 4, 144-145 ; A‘lām, II, 305.

395 Car le vin paraît déjà meilleur quand on le boit avec un compagnon de table...

396 Le sens de ce dernier vers est que les cailloux brillent tant au soleil qu’ils ressemblent à des pierres précieuses et incitent les jeunes filles à s’assurer que ce ne sont pas les pierres de leurs colliers qui jonchent le sol.

397 Lors de l’attaque conjointe de l’empereur Jean Comnène et de Raymond d’Antioche contre la région d’Alep en 532/1138. Bāb et Buzā‘ā, conquises, furent données à Joscelin d’Edesse. Cf. Ibn al-Qalānisī, Ḏayl, 265, trad. 246-247 ; Kāmil, XI, 56 ; Zubda, II, 265 ; Chalandon, Comnène, 135-136 ; Cahen, SN., 361 ; Elisséeff, ND., 365. Nous ignorons quelle fut ici la source d’Ibn Šaddād.

398 Littéralement : la corde se resserra pour les Musulmans.

399 Après son succès sur les Grecs à Šayzar en 532/1138. Cf. Zubda, II, 269 ; Cahen, SN., 363 ; Elisséeff, ND., 367.

400 Nabawīya, l’une des branches de la Futuwwa, attestée dès le ive/xe siècle, qui s’efforçait de lutter contre les sectes hérétiques. Cf. EI2, art. « Futuwwa » (Cl. Cahen), p. 986 a. Lors de son voyage en 580/1184-85. Ibn Ğubayr (p. 250) dit que huit ans auparavant, soit en 572/1176-77, les Ismaéliens qui habitaient al-Bāb avaient été exterminés et que désormais tous ses habitants étaient sunnites.

401 Sur ce type de fondations pieuses, voir supra, p. 15.

402 Sur ce poète né en 478/1085 et mort à Damas en 548/1153, voir Ibn Ḫallikān, IV, 458-461 ; GAL., S., I, 455.

403 Littéralement : « Maître de mon esclavage ».

404 La forme optative « Que les nuages l’arrosent » est aussi possible.

405 Jeu de mot sur « al-Bāb », qui signifie « porte ».

406 Actuel Tall Buṭnān à quelques kilomètres au nord-est de Bāb sur la route de Manbiğ. Il s’élève au-dessus de la plaine environnante jusqu’à une hauteur de 31 m. Aucun village moderne ne l’avoisine. Sur les échantillons de céramique islamique du xiiie siècle qu’on y a relevés, voir Matthers-Bernus-Taylor, Tell Rifa‘at, 119, 159 et 161. Ibn al-Šiḥna (174) ajoute qu’il ne reste plus, à son époque, trace de ce couvent et qu’au pied du tell, on vient prendre la terre qui sert à confectionner les cruches de Bāb. Cf. aussi Yāqūt, I, 447.

407 Al-Balāḏurī, Futūḥ, 149, trad. 229.

408 Sur ce commandant d’armée de Mu‘āwiya, mort vers 42/662, gouverneur de la Syrie du Nord, voir EI2, art. « Ḥabīb » (J.W. Fuck).

409 Sur ce célèbre commandant d’armée (m. 20/641) qui prit part à la conquête de la Ğazīra et fut nommé gouverneur de cette région après la mort d’Abū ‘Ubayda par le calife ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb, voir Balāḏurī. Futūḥ, 172177, trad. 269-276 ; Ibn Sa‘d, VII, (2), 122.

410 Trois villages au sud de Buzā‘ā, arrosés par le Nahr al-Ḏahab, appelé aussi Nahr Tartar (le Dardar de Xénophon) (carte IV, D8). Cf. Dussaud, THS., 475-476 ; Dans Tāḏif existe encore un intéressant monument à coupoles désaffecté, appelé par les habitants du village « la synagogue », qui pourrait bien être une construction du xiiie ou xive siècle.

411 Sur le Ğabbūl, lagune salée au sud-est d’Alep, important pour son industrie saunière, voir EI2, art. « al-Ḏjabbūl » (R. Hartmann) ; Elisséeff, ND., 179.

412 Région à l’est d’Alep, voir supra, p. 22.

413 « Plaine qui en hiver est ordinairement couverte d’eau, mais qui dans l’été se dessèche plus ou moins et se couvre d’une croûte de sel », Dozy, Supplément, I, 625.

414 Sur la citadelle d’Alep, voir A‘lāq, Ḥalab, 23-29. Le village connu sous le nom de Ğubb al-Kalb, à l’est d’Alep possédait un puits (ğubb) dont l’eau avait la réputation de guérir des morsures de chiens. Cf. Aclāq, Ḥalab, 126-127.

415 Voir supra, p76, n. 5.

416 Sur la Ġūṭa, oasis de Damas, voir EI2, art. « G̱ẖūṭa » (N. Elisséeff).

417 Littéralement : « aux deux Nayrab ». Nayrab était un faubourg au nord-ouest de Damas où l’on distinguait Nayrab-le-Haut et Nayrab-le-Bas, connus pour leurs jardins et leurs vergers ; cf. Elisséeff, ND., 252.

418 Sibl al-Dawla b. Ğāmi‘, l’un des chefs Kilabites, au service du mir-daside Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ, puis en 467/1074, de son fils Sābiq b. Maḥmūd ; cf. Zubda, I, 291-293.

419 Cf. Zubda, II, 62 ; Cahen, Première pénétration, 37-38.

420 Zengī prit possession d’Alep en 522/1 128. Nous n’avons pas pu trouver d’informations sur ce Ḥasan al-Aḫnīš. Ibn al-‘Adīm dit que la citadelle était aux mains d’une femme lorsque les Grecs s’en emparèrent en 532/1137-38 (Zubda, II, 265).

421 Cf. supra, p. 75, le passage qu’Ibn Šaddād a recopié sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm.

422 En 606/1209-10, Cf. Zubda, III, 163.

423 Cf. supra, p. 54-55.

424 Cf. Zubda, III, 185, qui ne donne pas, cependant, le montant du revenu. Celui-ci est important comparé à celui d’une ville comme Bālis (200.000 dirhams) ou Manbiğ (510.000) (cf. supra, p. 14 et infra, p. 296). Les revenus du lac Ğabbūl provenaient de l’exploitation du sel, et Sarmīn était réputée pour ses oliviers et la fabrication de ses savons (cf. Le Strange, Palestine, 532).

425 Al-Malik al-Ašraf fut le véritable maître d’Alep après sa victoire sur Kaykā’ūs ; il laissa, toutefois le gouvernement de la ville à l’atabeg Ṭuġrīl. S’il préféra rendre ses possessions de la région d’Alep à Ṭuġrīl, ce fut pour mieux se consacrer aux affaires d’Egypte d’une part, où régnait son frère al-Kāmil, et, d’autre part, à la répression des troubles sur son propre territoire en Ğazīra ; cf. Zubda, III, 191 sq. et H.A.R. Gibb, « The Aiyubids », dans Setton, Crusades, II, 699 sq.

426 Al-Ṣāliḥ Ismā‘īl, frère d’al-Malik al-Ašraf, avait dû remettre Damas à son neveu al-Ṣāliḥ Ayyūb d’Egypte, fils d’al-Malik al-Kāmil en 643/1245. En 644/1.246, il partit se réfugier à Alep où al-Malik al-Nāṣir refusa de le livrer à al-Ṣāliḥ Ayyūb (Mufarriğ, V, 360 ; H.A.R. Gibb, « The Aiyubids », dans Setton, Crusades, II, 709-710 ; EI1, art. « al-Ṣāliḥ » (Sobernheim).

427 Il mourut au Caire alors qu’avec le sultan al-Nāṣir, il combattait les Mamelouks fraîchement installés au pouvoir, à la bataille de ‘Abbāsa. Il fut d’abord fait prisonnier, puis mis à mort par le sultan Mu‘izz Aybeg ; cf. Maqrīzī, 378, trad. I (1), 30 (qui cite Ibn Wāṣil) ; H.A.R. Gibb, « The Aiyubids », dans Setton, Crusades, II, 713.

428 En 652/1254. Cf. Maqrīzī, 394, trad. I (1), 56. Sur le sultan Seldjou-qide Kayqubāḏ (618-634/1221-1237) voir EI2, art. « Kayḳubāḏ » (Cl. Cahen).

429 Forteresse dans la vallée du Nahr al-Abyaḍ, affluent de l’Oronte. Elle était constituée de deux ouvrages jumelés édifiés sur une arête rocheuse : Šuġr à la pointe du rocher et Bakās du côté de la montagne. La forteresse, aujourd’hui en ruine, surplombe le village de Šuġr al-Qadīm (cf. carte I). La première partie du récit (jusqu’à la fin de la citation du qādi Ibn Šaddād) est recopiée sur la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, I, fol. 172r°-172 v°. Voir par ailleurs Le Strange, Palestine, 537 ; Van Berchem, Voyage, I, 251 sq. (monographie) et 257 n. 8 ; Dussaud, THS., 156 ; Cahen, SN., 159 ; Elisséeff, ND., 207-208.

430 Ou d’al-Maqlūb (l’inversé). Voir infra, p. 224.

431 Il s’agit du Nahr al-Abyaḍ, profondément encaissé au nord et à l’est de la citadelle. Cf. Van Berchem, Voyage, 253.

432 Cf. Ibn Šaddād, Nawādir, RHC., Or., III,113 cité qar Ibn Ḫallikān, VII, 191, Abū Šāma, RHC, Or., IV, 368 et Van Berchem, Voyage, 253.

433 Nous adoptons ici la traduction de M. Van Berchem (op. cit.) « dans le bassin » (‘alā ğānib), littéralement : « sur le côté ».

434 La source d’Ibn Šaddād est peut-être Ibn al-‘Adīm (Zubda, III, 192). Al-Ṣāliḥ reçut aussi al-Rūğ et Ma‘arrat Miṣrīn. Ces localités lui seront échangées un peu plus tard en 624/1227 contre ‘Ayntāb, al-Rāwandān et al-Zūb (cf. supra, p. 59 et Zubda III, 201-202).

435 Tout le récit des événements postérieurs à 676/1277-78 est rajouté en marge dans le manuscrit du Vatican. Considérant la conclusion de la phrase précédente (« les lieutenants (d’al-Ẓāhir) s’y trouvent jusqu’à nos jours ») et la suite du récit en marge (mort d’al-Ẓāhir et sa succession), on peut en conclure que cette première partie de l’œuvre d’Ibn Šaddād fut écrite et sans doute recopiée avant la mort de Baybars. Certains passages ont ensuite été rajoutés dans la marge sur les indications de l’auteur, ou sur l’initiative du copiste.

436 Al-Malik al-Sa‘īd Baraka Ḫān suscita le ressentiment des anciens émirs qui le forcèrent à abdiquer. Sur ces événements et l’accession au pouvoir du cinquième sultan mamelouk al-Malik al-Manṣūr Sayf al-Dīn Qalāwūn (678-689/1279-1290), voir Maqrīzī, 641 sq., trad. I, (2), 156 sq. ; EI2, art. « Ḳalāwūn » (H. Rabie).

437 Sunqur al-Ašqar, ancien émir de Baybars se fit proclamer sultan en Syrie. Qalāwūn dépêcha contre lui une armée qui provoqua la défaite de Sunqur en 679/1280. Celui-ci s’enfuit d’abord vers le désert de Raḥba puis se retrancha à Ṣahyūn au nord-est de Lattaquié, cf. Maqrīzī, 670-671, 674 sq., 678, n. 2, trad. II, (1), 11, 17 sq. ; EI2, art. « Ḳalāwūn » (H. Rabie).

438 Nūr al-Dīn ‘Alī, fils de l’émir ‘Izz al-Dīn b. al-Mağallī ; voir supra, p. 70.

439 On pourrait lire aussi comme dans les manuscrits de Top Kapi, Léningrad et British Museum « un iqṭā‘ (ḫubz) de quarante cavaliers » (cf. A‘lāq, Syrie du Nord, 372.

440 Quelque temps plus tard, en 680/1281, Sunqur al-Ašqar fit la paix avec Qalāwūn et récupéra Šuġr et Bakāš (Maqrīzī, 687-688, trad. II (1), 30-31). On peut donc en déduire qu’Ibn Šaddād rédigea cette partie de son récit en 679/1280. Notons par ailleurs, qu’en parlant de ces deux forteresses, l’auteur emploie tantôt le duel et tantôt le singulier ce qui marque bien le caractère jumelé de ces fortifications.

441 Ibn al-Furāt, II, 158 v° sq et 172 r°, mentionne la plupart de ces forteresses dans les conquêtes de Nūr al-Dīn en 541-42/1146-48. Il s’est peut-être inspiré, comme Ibn Šaddād de l’ouvrage d’Ibn Abī Ṭayyi’.

442 Ḥiṣn Sunyāb ou Sīnāb se trouvait aux sources du Quwayq dans la région d’al-Rāwandān d’après Ibn Šaddād (Ḥalab, 138-139) et correspond sans doute aux ruines visibles au-dessus d’Ispanak comme l’a fait remarquer M. Cl. Cahen, SN., 117 ; Canard, Hamdanides, 225. 226.

443 Forteresse sans doute proche de Sunyāb car Nūr al-Dīn les occupe toutes deux en même temps vers 541/1146 ; cf. Cahen, SN., 380 ; Elisséeff, ND., 409.

444 Ou Sarzik, que M. Cl. Cahen situe dans la région de ‘Azāz ou d’al-Rāwandān et de Sunyāb (SN., 140).

445 Non localisée avec précision. Cf. Cahen, SN., 140. Le nom de la forteresse n’est pas ponctué dans le manuscrit d’Ibn al-Furāt, II, 158 v°.

446 Actuelle localité du même nom sur le Nahr ‘Afrīn au sud-ouest de ‘Azāz (cf. carte I). Cf. Dussaud, THS., 231 ; Cahen, SN., 138.

447 Ou Bātrika ? Sans doute entre le ‘Amq oriental et le Nahr ‘Afrīn ; Ibn al-Furāt situe cette forteresse entre Artāḥ et Bāsūṭā (cf. Cahen, SN., 137-138 et n. 5).

448 Village au nord-est du ‘Amq à 25 km. à l’ouest du Nahr ‘Afrīn (cf. carte I). Cf. Cahen, SN., 137 ; Elisséeff, ND., 192.

449 Au nord de Šīḥ al-Ḥadīd, sur la route vers la vallée du Qara Su (cf. carte I). Cf. Cahen, SN., 137 ; Elisséeff, ND., 192.

450 Ibn al-Šiḥna (177) lit Rāšīya et dit qu’elle s’appelle de son temps Rāšī. M. Cl. Cahen pense qu’elle se trouve sans doute entre le ‘Amq oriental et le Nahr ‘Afrīn (SN., 137).

451 Ibn al-Šihna (176) et Ibn al-Furāt (II, 172 r°), cité par Cahen, SN., 137, n. 71) l’appellent ‘Anāqib. M. Cl. Cahen la situe entre le ‘Amq oriental et le Nahr ‘Afrīn (op. cit.).

452 Actuel Burğ Hāb, à 10 km. au sud-ouest d’Idlib sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya. A l’extrémité sud du village, des vestiges de murs appelés al-Qaṣr indiquent peut-être l’emplacement de la forteresse médiévale. Cf. Dussaud, THS., 175 ; Cahen, SN., 157 ; Tchalenko, III, 117, LXXX, CLIV, CLV.

453 Ibn al-Šīḥna (177) l’appelle Sarfūn ou Sarqūt et ajoute qu’elle se trouve à l’ouest de Sarmada. Peut-être s’agit-il alors de l’actuel Sarfūd, à 2,5 km., à l’ouest de Sarmada sur le versant oriental du Ğabal Barīšā (cf. carte I). Cf. AAES., I, 123, M. Tchalenko, (III, 125 et I, 124 et 248) signale que des vestiges de fortifications médiévales sont visibles parmi les constructions antiques.

454 Village sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya à 7 km. à l’ouest d’al-Bāra (cf. carte I). D’après Tchalenko, (III, 113) « La forteresse médiévale se trouvait sans doute à 400 m. au sud-ouest du village, sur le tell du sommet duquel émergent quelques assises en grand appareil ». Cf. aussi AAES., I, 118.

455 Village sur le versant occidental du Ğabal Zāwiya au sud-est de Ğisr al-Šuġr. Deux traces de fortifications médiévales sont visibles sur le tell appelé al-Ḥoṣn à l’ouest du village d’après Tchalenko, III, 121. Cf. aussi Dussaud, THS., 166-168 ; Cahen, SN., 158.

456 Il s’agit sans doute du tell au nord de Ğisr al-Šuġr sur la rive ouest de l’Oronte (elle fait face à Arzaġān nous dit Ibn al-Šiḥna, 177) (cf. carte I). Cette forteresse fut parfois identifiée à Chastel le Rouge (Dussaud, 165 sq. et 177). Par ailleurs, R. Dussaud récuse M. Van Berchem qui place Kašfahān à Šuġr al-Qadīm (Van Berchem, Voyage, I, 260 sq. et Dussaud, THS., 157-158).

457 La Sardone des Croisés, au nord-est d’Idlib (cf. carte I) dont il ne reste aujourd’hui qu’un village au pied d’un tell. Cf. Cahen, SN., 156 ; Elisséeff, ND., 203-204.

458 Lire Arzaqān ou Arzaġān. Ibn al-Šīḥna (177) la situe en face de Kašfahān sur la rive orientale de l’Oronte (cf. carte I). Cf. Van Berchem, Voyage, II, 10 ; Dussaud, THS., 158-159 ; Cahen, SN., 159.

459 Actuelle Yenī Šehīr en Turquie. Cf. supra, p36. Une forteresse médiévale y fut dégagée en 1935 par Cl. Prost.

460 Entre le Ğabal Barišā et l’Oronte au sud-ouest de Ḥārim (cf. carte I). Cf. Dussaud, THS., 216 ; Cahen, SN., 153 ; Elisséeff, ND., 206.

461 Dans la plaine entre le Ğabal Dueili et l’Oronte (cf. carte I). M. Cl. Cahen (SN., 153) signale à quelques kilomètres au nord-est les ruines d’une petite forteresse. Cf. aussi Elisséeff, ND., 206.

462 Il s’agit peut-être de Tall Ḫālid sur le Sāğūr en aval de Tall Bāšir, bien qu’il paraisse un peu excentrique à la région dont il est ici question. Nous avons déjà signalé la confusion fréquente entre Tall Ḫālid, également appelée Tall Ḥāmid, avec le Tall Ḥāmid de Cilicie (cf. supra, 63), mais il est peu probable qu’il s’agit ici de cette localité.

463 Au sud du Ğabal al-A‘lā. Cf. Cahen, SN, 153 ; Elisséeff, ND., 205 (cf. carte I).

© Presses de l’Ifpo, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search