Version classiqueVersion mobile

Développements récents en linguistique arabe et sémitique

 | 
Georges Bohas

Contribution à l'étude de l'arabe parlé formel1

Un essai méthodologique pour une analyse variationniste

Jean-Michel Tarrier

Texte intégral

0. Introduction

  • 1 Nous remercions vivement G. Bohas, P. Encrevé, et D.E. Kouloughli pour leurs conseils et leurs enc (...)

1Dans un précédent travail (Tarrier, 1991), nous avons examiné quelques unes des difficultés que peut rencontrer la linguistique variationniste pour le cas de l'arabe, plus précisément en ce qui concerne la variation entre "classique" et "dialectal", et conclu que celles-ci étaient souvent liées au fait que l'on cherche à plaquer des définitions sur la réalité, avant même que l'on ait examiné cette réalité de près. Nous avons insisté sur le caractère aussi vain que superficiel d'un découpage de la langue arabe en une hiérarchie de variétés, et ce, dans la mesure où les faits ne se laissaient pas aussi aisément appréhender et ne semblaient pas se couler aussi facilement dans les différents moules élaborés par certaines études exposées.

2Nous voudrions présenter maintenant une démarche qui, tenant compte des diverses remarques formulées dans notre précédent travail, montre qu'une autre approche de la variation peut être envisagée, notamment une approche visant et contribuant à mettre en relation recherche empirique et recherche théorique.

3L'objet de ce nouvel article sera la démarche que nous menons dans l'étude de la situation à Damas. Après avoir énoncé et expliqué différents points de méthodologie, nous montrerons quels résultats peuvent en être obtenus dans l'analyse d'un corpus limité de locuteurs médecins ; à la lumière de ces résultats nous discuterons des possibilités offertes par cette méthodologie, et plus particulièrement comment peuvent-être articulées les recherches empiriques et théoriques.

1. Présentation méthodologique

1.1. Généralités sociolinguistiques

4Un locuteur arabophone acquiert dès son plus jeune âge, dans sa famille et son environnement, une grammaire dialectale, grammaire qu'il maîtrise quasiment pleinement au moment où, à l'école, une grammaire classique lui est enseignée. De par les nombreuses similitudes existant entre ces deux grammaires, il reportera instinctivement ses connaissances de l'une sur l'autre, privilégiant celle qu'il maîtrise le mieux, à savoir celle de son dialecte. De son enseignement scolaire, il ne retiendra le plus souvent qu'un certain nombre de règles et de données lexicales, sans parvenir à intégrer pleinement une grammaire classique cohérente.

5A la lumière de ce bref rappel, on voit combien il serait illusoire de postuler la présence de deux systèmes grammaticaux cohérents et indépendants chez un même locuteur, voire plus. Il serait plus exact de considérer que ce dernier, s'il possède vraisemblablement une grammaire dialectale cohérente, ne dispose en revanche que de règles et de données classiques (le nombre et la cohérence de ces dernières étant directement liés à leur mode d'acquisition).

6Nous déduisons de ces quelques remarques l'hypothèse suivante : tout discours d'un locuteur arabe scolarisé est le produit de l'interaction d'une grammaire dialectale et de règles et données classiques.

7Cette interaction peut varier en fonction de différents paramètres, par exemple individuel, social, intersubjectif, et géographique. Les paramètres individuel et social se rapportent essentiellement à la connaissance de la langue à statut dominant, à savoir le classique ; si le mode d'acquisition de la grammaire dialectale rend la maîtrise de celle-ci aisée, en revanche l'apprentissage à l'école du classique fait que le maniement des règles et données acquises peut varier sensiblement selon les conditions de la scolarité du locuteur. Le paramètre intersubjectif fait intervenir les rapports entre interlocuteurs, notamment les rapports sociaux. Quant au paramètre géographique, il concerne le fait qu'un discours sera différent selon que le locuteur sera syrien, égyptien ou marocain. De ce dernier paramètre découle la nécessité, avant tout, d'établir une enquête pour chaque pays.

1.2. Choix du discours, l'arabe parlé formel

8La variation est particulièrement sensible dans des productions langagières publiques et formelles. Elle se manifeste principalement dans des situations de communication réelle (comme des débats, des interviews, etc.) et non des situations de lecture ou de récit. Ces situations de communication réelle amènent le locuteur à improviser, et donc à mettre pleinement en jeu ses propres compétences linguistiques.

9Toute enquête devra rechercher des discours où les intervenants seront susceptibles de posséder une compétence pouvant engendrer des variations. Ces discours improvisés (ceci écartant notamment les bulletins d'information, les commentaires politiques, la plupart des sermons de mosquée ainsi que toutes les prestations préparées et rédigées à l'avance) devront être produits dans un contexte suffisamment formel afin que le recours aux règles et données classiques soit largement motivé. Le cadre de débats lors d'émissions radiophoniques ou télévisées semble un des plus favorables, tant par son côté formel que par la commodité pour l'enquêteur de l'enregistrement : outre les facilités techniques, cet enregistrement n'influe aucunement sur le comportement de l'intervenant.

10Nous appellerons ce choix de discours "arabe parlé formel", soit "APF".

11On pourrait rapprocher, d'une certaine façon, l'APF de "l'educated spoken arabic" (ESA) tel qu'il est notamment défini et étudié chez Mitchell (1978), El- Hassan (1977) et (1978), Sallam (1980). L'APF et l'ESA on en effet ceci en commun qu'ils mettent en jeu des locuteurs possédant à la fois une grammaire dialectale et des règles et données classiques. Cependant, alors que l'appellation de l'un ne se réfère qu'à la nature contextuelle du discours, l'autre ne prend en compte que la nature du locuteur. De fait, l'ESA recouvre un champ beaucoup plus vaste de discours, ces derniers pouvant être de nature surveillée ou pas. Dans notre approche, nous avons voulu resserrer l'étude sur le niveau le plus formel, niveau, comme nous l'avons déjà dit, invitant le plus le locuteur à recourir à ses compétences classiques, nous avons ainsi neutralisé les variations dues à la nature plus ou moins formelle du discours, variations que nous pensons assez attendues, à savoir que (et comme le montre d'ailleurs très bien Sallam (1980)) plus un locuteur se trouve en situation surveillée, plus ses occurrences classiques sont importantes, et inversement.

1.3. Analyse des textes

12Une première étape consistera, naturellement, à transcrire phonétiquement et à analyser des passages significatifs des discours envisagés.

13L'analyse considérera deux sortes d'éléments : des éléments neutres et des éléments marqués.

14(1) 1 hiya?āḫer?a‘māl wә?anā bә‘tәbәrhā mәtlәssimfōnī

152 ?әddahmelkabīre li?anno katabhā bifәkәr simfōnī bifәkәr

163 ?әnno hāda hāḏal‘amal ?iza tawazza‘alfәrqa

174 ukāmәltәlfilharmoniye wabidūn ġinā? ?aw ma‘a ġinā? ya‘ni

185 bimṣāḥabtmuġanniye ya‘ni yakūn ‘amal mā yazāl

196 minal?a‘matәlḫālidellatī lam yәstaṭē‘ ?ayy mulaḥḥen

207 ḥattalyōm ?an yuḍāhīha

  • Les éléments neutres : ces éléments peuvent-être attribués virtuellement aux deux grammaires, par exemple, si nous nous reportons au court texte donné en (1) et que nous examinons le verbe [katab] à la deuxième ligne en troisième position, soit en 2.3, nous pourrons à la fois le considérer comme appartenant à la grammaire classique et à la grammaire du parler de Damas.
  • Les éléments marqués : ces éléments peuvent être attribués soit à la grammaire classique, soit à une grammaire dialectale (quand nous parlons ici de grammaires, il s'agit en fait des idéalisations descriptives déjà établies par de nombreux ouvrages et travaux). Par exemple, toujours en nous reportant au texte (1), si nous considérons [hiya] en 1.1, nous l'attribuerons à la grammaire classique ; pour [bә‘tәbәr], en 1.5, nous l'attribuerons à la grammaire dialectale.

21L'absence de marques casuelles sera considérée comme un état neutre ; en revanche, la présence d'une marque casuelle sera considérée comme un élément marqué du classique.

22Des mots "neutralisés" seront distingués ; ces mots sont a priori des réalisations classiques, mais ils sont utilisés en dialecte sans apparaître pour autant des classicismes, par exemple la préposition /bi/ ou bien le verbe /ya‘ni/ dans le parler de Damas.

  • 2 A la rareté des études syntaxiques dialectales (autres que celles du "classique"), et la non-homog (...)

23L'analyse peut s'opérer sur trois niveaux : un niveau phonologique, un niveau morphologique et lexical, et un niveau syntaxique. L'absence, pour la syntaxe de chaque dialecte, de travaux systématiques relevant d'un même cadre théorique, entrave l'analyse du troisième niveau, ce qui oblige toute étude à se reporter (momentanément) principalement sur les deux premiers2.

24De cette analyse seront dégagées des variables soulignant de manière pertinente les variations linguistiques.

1.4. Les variables

25Une autre étape consistera à présenter et commenter ces variables. Le choix de ces variables tiendra essentiellement compte de la fréquence de leurs réalisations significatives.

26Une réalisation significative d'une variable est une réalisation d'un trait phonologique ou morphologique contrastant avec l'environnement où il se situe. Par exemple, dans un mot classique il n'est pas pertinent de relever que les réalisations phonétiques sont classiques. Ainsi, en (2), la réalisation classique [a] du marqueur dans [?asātiza] n'est pas pertinente :

27(2) huwa ?әstāzәl?asātiza

28En effet, cette réalisation attendue, puisque produite dans un environnement classique (/?asātiḏa/ étant le pluriel classique de /?ustāḏ/, et /?asātze/ sa contrepartie dialectale) ne peut avoir le même statut qu'une même réalisation aurait dans un environnement différent (un mot dialectal ou neutre) où elle ne serait pas, a priori, attendue.

29En revanche, si une réalisation phonétique dialectale apparaît dans un mot classique, ou même neutre, cela est pertinent, d'autant plus si cette réalisation se reproduit souvent. C'est ainsi que dans (2), nous remarquerons les deux occurrences [z] (contrepartie dialectale de la réalisation classique [ḏ]), l'une dans le mot classique [?asātiza] et l'autre dans le mot neutre [?әstāz], dans ce dernier nous relèverons aussi la réalisation dialectale [ә] (contrepartie de la réalisation classique [u]).

  • 3 Par exemple dans la variable n° 7 [yy]/[y], cf. 2.1.

30Par conséquent, dans un mot classique seront comptabilisées les réalisations dialectales d'une variable et non ses réalisations classiques ; dans un mot neutre, les réalisations classiques et dialectales seront pareillement comptabilisées ; dans un mot dialectal, seules seront comptabilisées les réalisations classiques. Enfin, des réalisations neutres ne pourront être comptabilisées que si et seulement si elles représentent l'unique deuxième éventualité d'une alternative. Ce dernier point mérite peut-être une explication détaillée ; par exemple, si nous examinons les occurrences des pronoms affixes, nous observerons trois types d'occurrence : des réalisations classiques comme [hum], [hu], [kum], etc. ; des réalisations dialectales comme [o], [om], [on], [a], etc. ; des réalisations neutres comme [hā] ou [nā]. De ces trois types nous n'en prendrons que deux en compte, à savoir le type classique et le type dialectal, le type neutre n'étant pas ici pertinent puisqu'il ne représente pas un type contrastif. En revanche, si une variable ne présentait que deux types dont l'un serait neutre, les occurrences neutres seraient alors prises en compte puisque contrastives3. Nous ferons remarquer qu'il est possible de distinguer deux types de réalisations neutres ; l'un n'offre aucune contrepartie marquée : par exemple, pour le pronom personnel /nā/, il n'existe aucune contrepartie qui soit strictement "dialectale" ou strictement "classique" ; en revanche, l'autre offre une contrepartie marquée : ainsi, en face de la réalisation neutre [hā], nous aurons la contrepartie marquée [à], et en face de la réalisation neutre [yy] (variable n° 7), nous aurons la contrepartie marquée non géminée [y].

31Il sera possible de distinguer des traits dominants et des traits récessifs : ces traits dominants permettront d'esquisser une certaine représentation de l'arabe parlé formel (pour le pays considéré). Les traits récessifs indiqueront, s'ils sont classiques, une recherche délibérée ou hypercorrection ; s'il sont dialectaux, ils révéleront soit un manque de maîtrise du système classique, soit une recherche délibérée comme la familiarité.

32Les variables ainsi dégagées et analysées permettront de constituer une "grille" selon laquelle différents textes pourront être comparés, comparaison qui pourra être synchronique ou diachronique.

33Cette démarche devrait permettre de savoir si certaines variations présentent des réalisations homogènes pour un même corpus, ou pour l'ensemble de plusieurs corpus, si d'autres variations restent inhérentes etc.. Elle devrait aussi permettre de savoir ce qui ne change jamais d'un texte à l'autre, d'un corpus à l'autre, autrement dit, de ce qui est invariable. Nous aurions donc, ainsi, un portrait général de l'APF pour la situation considérée.

34En possession de tous ces éléments, il serait alors possible de s'interroger sur la façon dont la théorie linguistique actuelle peut rendre compte des faits observés, notamment comment la grammaire de l'arabe peut intégrer des paramètres de variations. Nous insistons ici sur ce que les paramètres de variation ne doivent pas être compris comme des variables numériques statistiques ou probabilistiques, mais comme étant des configurations structurelles de la grammaire (à ce propos cf. Encrevé, 1988 : 73-76).

35Précisons aussi que par "grammaire de l'arabe" nous entendons l'ensemble composé à la fois des principes et paramètres communs à toutes les grammaires particulières de l'arabe, et les paramétrisations spécifiques de chacun de ces "dialectes", là encore précisons que nous concevons ici la notion de dialecte telle qu'elle est employée dans la linguistique anglo-saxonne, à savoir, en ce qui concerne l'arabe, que le "classique" ne représente à cet égard qu'un dialecte parmi beaucoup d'autres.

36Notre étude s'engage donc résolument dans une conception théorique de type "Principes et Paramètres", conception qui nous semble être la plus favorable et la plus effective afin de rendre compte du caractère à la fois "homogène" et "pluriel" de tout système linguistique. C'est ainsi que nous envisageons l'étude de la réalité linguistique non pas comme une simple juxtaposition de différents systèmes grammaticaux autonomes (à la réalité toute relative, et dont la recension relève d'une véritable gageure), mais comme la mise en évidence de variations linguistiques et de l'intégration de celles-ci au sein d'une même structure linguistique.

37Dès lors nous ne pensons pas qu'il existe une opposition ou une contradiction entre "grammaire" et "grammaires" de l'arabe, mais qu'il s'agit là de deux aspects qui, loin de s'exclure, ne peuvent être envisagés l'un sans l'autre, et c'est, croyons-nous, un des mérites des modèles théoriques linguistiques les plus récents que de prendre en compte simultanément ces deux aspects.

2. Un essai d'application

2.1. Analyse d'un corpus réduit

38Nous avons mené une enquête sur des interviews de médecins syriens et avons recueilli les discours de huit locuteurs, discours provenant tous de l'émission télévisée hebdomadaire "La santé et la vie".

39Le choix de locuteurs médecins s'explique pour trois raisons, la première, somme toute assez triviale, est que les émissions médicales ou, d'une façon générale, les interventions de médecins sont très fréquentes dans les médias syriens ; par ailleurs, les sujets de discours médicaux étant assez "neutres", ils invitent les intervenants à discourir assez librement, et, en particulier, à ne pas recourir à un texte préparé à l'avance ; la dernière, enfin, est que, de par leur scolarité, ces médecins comptent parmi les personnes aptes à maîtriser les règles et données classiques.

40Les locuteurs choisis sont tous de grands professeurs et représentent en cela des "notabilités" de la société médicale syrienne. Le cadre de l'émission lui-même n'est pas exempt d'une certaine solennité : interviewer et interviewés sont assis dans de larges et hauts fauteuils richement dorés se détachant sur un fond sombre.

41Ces discours ont été analysés selon la méthode présentée ci-dessus. Douze variables ont pu être dégagées, cinq variables morphologiques et sept variables phonologiques. Nous les énumérons ci-dessous tout en en donnant une rapide caractérisation (la (ou les) forme(s) classique(s) figure(nt) avant la barre transversale, et la (ou les) forme(s) dialectale(s) après) :

421 - inaccompli de l'indicatif :

  • 4 Nous avons transcrit le "jīm" [j] et le "jim" affriqué [ğ].

43Les formes dialectales se caractérisent par le préfixe /b/ à toutes les personnes. Ainsi [bi?ūl], [btәrja‘]4, [mnәdḫol] sont des réalisations dialectales, mais [yu?addī], [yaḥṣal], [tәšmol], [nu‘ālej] sont toutes, en tant qu'inaccompli de l'indicatif, des réalisations classiques.

442 - le marqueur de féminin :

45Cette variable se réalise [a] sous sa forme classique et [e] sous sa forme dialectale (les réalisations [a] précédées de gutturales ou de vraies emphatiques sont considérées comme neutres). Les réalisations de la variable sont aussi relevées à l’iḍāfa, la forme classique étant alors [at] et la forme dialectale [et] parfois [әt] et [t].

463 - les pronoms personnels affixes :

47Des formes comme la lère personne du pluriel [nā] ou bien la 3e personne du féminin singulier [hā] sont évidemment considérées comme neutres.

484 - la conjonction de coordination wa/wu :

49[wa] représente la forme classique, la forme dialectale peut se réaliser soit [wu], [wә], [w], ou bien [u].

505 - les pronoms relatifs :

51Sont ici relevés les pronoms relatifs ayant un antécédent, c'est-à-dire les formes [?әlli] ou [yalli] pour le dialectal, et [?allatī], [?allaḏī], etc., pour le classique.

526 - [i], [u] / [ә] :

53Cette variable se produit le plus souvent, en dehors des cas d'épenthèse comme par exemple le schwa dans [haqәl], [misәl], [naqlәlqalb], en début de mot, comme dans [?әnsān], [sәttīn], [?әnqibād], [yәmkәn], [mәtafāši], [‘әmmāl], [?әmūr] pour la forme dialectale, et [nisbe], [?illa], [mumken], [‘ummāl] pour les réalisations classiques. On la rencontre aussi, mais plus rarement, en fin de mot, ou plus précisément en fin de domaine morphologique comme dans [marākәznā], [mustamәrra], [yastalәzz], [yumarrәsha]. Signalons que les formes [i] et [u] peuvent être classiques où neutres suivant le mot ; de fait, seules les formes pertinentes sont relevées, par exemple dans [?izā] le [i] n'est évidemment pas pris en compte, de même le [u] dans [quwwe].

547- [yy] / [ y ] :

55Cette variable se trouve principalement dans la nisba quand celle-ci est terminée par la suffixation d'un marqueur de féminin, d'un marqueur de pluriel ou d'une désinence casuelle. La réalisation géminée est neutre car elle peut se rencontrer en dialecte sans paraître pour autant un classicisme alors que la réalisation non géminée est, elle, dialectale. Ainsi [‘araḍiyye] est opposé à [?irādiye].

568 - [i], [u] / [e], [o] :

57Cette variable intervient le plus souvent en fin de mot, par exemple le [e] dans [mumken], [nā‘em], et le [o] dans [tawaqqof], [tәšmol].

589 - [ay], [aw] / [ē], [ō] :

59Ainsi [bēn], [ṭariqēn], [ġēr], [fō?] sont opposés à [yawmiyyan]. Il apparaît également des formes intermédiaires comme [?uzeyn], [buṭeyn].

6010- [ q ] / [?] :

61Ainsi [qalbi], [quwwe] sont opposés à [wa?t], [?awiye], [da?ī?a]. Il est bien entendu nécessaire de pouvoir s'assurer que le locuteur n'est pas d'une origine où le [q] fait parti du dialecte, par exemple alaouite, druze...

6211 - [ṯ] / [s], [t]

63[ṯ] / [z], [d]

  • 5 Le [Ḏ] représente la réalisation interdentale de [ẓ].

64[Ḏ] / [ẓ]5

65Ces trois alternances concernent la même variable, celle-ci discernant les réalisations selon qu'elles sont produites avec la lame de la langue (formes classique) ou l'apex de la langue (formes dialectales). Là encore, il est crucial de s'assurer que le locuteur ne soit pas, par exemple, d'origine druze. Ainsi [?aktar], [?aksar] sont opposées à [?akṯtar].

6612 – [a] / [ә] :

67Cette variable se produit en syllabe fermée. Il arrive que la forme [a] soit neutre, comme dans [tadḫīn] ou bien [‘an]. En revanche, elle est exclusivement classique dans le cas de l'article [?al].

68Ces variables fournissent une "grille" selon laquelle il est possible de comparer plusieurs textes et plusieurs locuteurs entre eux, ainsi, pour nos locuteurs médecins, nous pouvons constituer les tableaux (3) a) et b) regroupant les résultats pour chaque variable et chaque locuteur. (3) a) présente chaque nombre des occurrences générales. (3) b) montre les pourcentages des réalisations dialectales (dans un souci de clarté nous avons arrondi les pourcentages afin de ne donner que des nombres entiers) ; nous n'avons pas fait figurer les pourcentages des réalisations pour lesquelles le nombre des occurrences générales était inférieur à quatre, nous avons cependant pris en compte ces occurrences (et leur détail) en (3) a) de même que dans le calcul des moyennes de (3) b).

69(3) a) Occurrences dialectales/occurrences générales

70(3) b) Pourcentages des réalisations dialectales

2.2. Commentaire général

71Il n'est pas ici dans notre intention d'épuiser l'analyse de ces résultats (celle-ci, de même qu'une enquête plus étendue, fait l'objet d'un travail en cours), cependant, plusieurs observations peuvent être faites d'emblée.

72Tout d'abord, nous pouvons remarquer que, pour la majorité des variables considérées, la plupart des locuteurs semblent réaliser une grammaire plus "dialectale" que "classique". De plus, de nombreux traits dominants peuvent être dégagés :

  • le marqueur de féminin (97 %), les pronoms personnels affixes (79 %), la variable [i], [u]/[ә] (87 %), la variable [yy]/[y] (95 %), la variable [i], [u]/[e], [o] (100 %), la variable [ay], [aw]/[ē], [ō] (94 %), la variable [-apical]/[+apical] (98 %), la variable [a]/[ә] (94 %) se réalisent majoritairement sous leur forme dialectale.
  • l'inaccompli de l'indicatif (37 %), la conjonction de coordination [wa]/[wu] (17 %), ainsi que la variable [q]/[?] (12 %), se réalisent majoritairement sous leur forme classique. Il est particulièrement remarquable que la variable [q]/[ ?l qui est celle dont les locuteurs arabophones ont le plus conscience, soit aussi celle dont les occurrences dialectales sont les plus faibles.
  • 6 Nous avons tout de même observé chez le locuteur n°6 une "exception" avec la réalisation [bi`îq] o (...)

73Nous voudrions faire aussi part d'un fait général relevé dans tous les textes : à aucun moment n'apparaît un "classicisme" dans les mots ou les constructions morphologiques dialectales, alors que l'inverse est très fréquent, à savoir que dans les mots et constructions classiques apparaissent très souvent des marques dialectales6. Une telle observation n'est pas sans susciter plusieurs remarques. Tout d'abord, le fait relevé n'est pas aussi trivial qu'il pourrait paraître ; en effet, nous ne voyons pas a priori pourquoi n'apparaîtraient pas de "classicismes" dans des constructions dialectales, alors que précisément le contexte du discours impose un recours maximum à ces "classicismes" ; de surcroît, il est peut-être hautement significatif que ces "classicismes" n'apparaissent seulement que dans des mots que notre analyse a considérés comme neutres (et bien sûr dans les mots classiques) car cela montre que, non seulement dans le protocole d'analyse, mais aussi chez les locuteurs, ces mots ont un statut différent de ceux relevant exclusivement d'une grammaire dialectale. Nous résumerons la situation ainsi :

  • dans les mots lexicalement ou morphologiquement classiques apparaissent des "dialectalismes" ;
  • dans les mots lexicalement ou morphologiquement neutres apparaissent des "dialectalismes" et des "classicismes" ;
  • dans les mots lexicalement ou morphologiquement dialectaux il ne se passe rien.

74Peut-être pouvons-nous avancer que ces faits sont une manifestation directe de la cohésion, chez les locuteurs, de la grammaire dialectale, et, parallèlement, de la non cohésion chez ces mêmes locuteurs de la grammaire classique. Autrement dit, dans un contexte où, a priori, la grammaire dialectale ne devrait pas apparaître, non seulement elle apparaît, mais elle affiche encore une plus grande stabilité que les règles et données classiques mises en jeux par les locuteurs ; dans un même contexte (c'est-à-dire pour des mots relevant exclusivement soit de la grammaire dialectale soit de la grammaire classique) la grammaire dialectale est toujours parfaitement réalisée alors que la grammaire classique ne l'est pas et reste "perméable" à la grammaire dialectale, ces deux faits allant tous les deux à rencontre de la stratégie supposée voulue par les locuteurs. Nous voyons là une manifestation à la fois d'un manque de contrôle linguistique de la part du locuteur ainsi que de la faiblesse de la cohésion des règles et données classiques vis-à-vis de la grammaire dialectale, ces deux causes étant immédiatement liées.

75Un autre fait général qu'il nous paraît important de mentionner est qu'à aucun moment nous n'avons rencontré de formes qui ne pourraient pas être caractérisées comme "classiques" ou bien "dialectales", la seule exception étant la présence des réalisations [ey] pour la variable n° 9, réalisations susceptibles d'être qualifiées "d'intermédiaires". A ce propos il serait intéressant de comparer la situation avec celles d'autres pays arabes, notamment celles du Maghreb, celles-ci semblant, à cet égard, différer de celles d'Orient.

76Nous ne pouvons pas, dans le cadre de cet article, exposer l'examen détaillé de chaque variable, nous aimerions cependant faire part ici de quelques réflexions concernant le comportement des variables vocaliques, réflexions que nous tenterons d'évaluer en examinant plus loin la variable i,u/ә.

2.3. A propos des variables vocaliques

77Plus de la moitié des variables phonologiques concerne des variables vocaliques. Ce qui est surtout notable, c'est que toutes ces variables ont un comportement semblable, voire identique ; elles représentent toutes, en effet, des traits dominants dialectaux.

  • 7 La notion d'hypercorrection peut revêtir deux acceptions sensiblement différentes, les deux consis (...)

78Un tel constat nous amène tout d'abord à considérer le(s) système(s) vocalique(s) utilisé(s) par les locuteurs. Existe-t-il, notamment, une interférence entre deux systèmes vocaliques cohérents et distincts, ou bien les locuteurs n'utilisent-ils que le système de leur parler, système qui laisserait éventuellement, dans un contexte favorable, la place à des réalisations lexicalement marquées comme prestigieuses. Les résultats observés montrent en tout cas que les locuteurs utilisent essentiellement la grammaire vocalique de leur dialecte. Cette remarque jointe à ce que nous avons dit en 1.1 et en 2.1 pourrait nous inviter à envisager favorablement la deuxième hypothèse, à savoir que les locuteurs ne font recours qu'à un système vocalique dialectal et à des données lexicalement marquées comme "classiques" à des fins d'hypercorrection7, ainsi, en situation formelle, ils s'efforceront au maximum de recourir aux données et règles classiques, mais dès que les locuteurs ne contrôleront plus ces dernières, notamment par fatigue ou bien par l'insuffisance voire l'inexistance de celles-ci, ou bien parce qu'ils ne le jugent pas nécessaire, alors la grammaire dialectale interviendra.

79Cette hypothèse ne s'impose pourtant pas aussi facilement. En effet, si l'on considère que la plupart des voyelles ne sont jamais notées, il est légitime de se demander comment, en situation de lecture, situation qui est la plus formelle, les speakers des médias syriens, par exemple, produisent majoritairement (voire entièrement) des réalisations classiques, sachant, répétons-le, que ces réalisations ne sont pas directement conditionnées par une notation de ces voyelles. Il faut donc bien considérer que le locuteur a recours, dans ce contexte, à une grammaire vocalique classique assez cohérente, et ce, dans la mesure où il est difficile d'expliquer toutes ces réalisations par simple lexicalisation pour chaque mot.

80Il se pourrait toutefois que, loin de s'exclure, ces deux hypothèses puissent coexister. Ainsi, un locuteur pourrait disposer d'une grammaire vocalique classique assez cohérente, avoir aussi dans son lexique des mots où les mélodies vocaliques soient directement "attachées" à ceux-ci (mélodies qui ne seraient-donc pas directement produites par une grammaire vocalique), et avoir également des contextes grammaticaux et lexicaux favorisant l'application d'une grammaire vocalique classique.

81Afin d'observer les faits de plus près nous proposons d'examiner une variable vocalique, la variable n° 6 ([i],[u]/[ ә]), en nous attachant à vérifier que celle-ci est correctement organisée et regroupe des résultats homogènes.

3. La variable i,u/ә

3.1. Cohérence de la variable

82Comme nous l'avons déjà rapidement dit ci-dessus en 2.1, cette variable regroupe trois types de faits : les cas d'épenthèse avec une alternance i/ә ; une alternance i,u/ә en début de mot ; la même alternance, mais beaucoup plus rarement, en fin de mot.

83Un des signes de la bonne organisation et de la cohérence de la variable serait qu'à ces trois types de faits correspondent des réalisations semblables. Nous regroupons les résultats détaillés de cette variable en (4).

84(4) a) Variable n° 6, détail des occurrences :

85(4) b) Variable n° 6, détail des pourcentages dialectaux.

86Un examen rapide pourrait amener à conclure que toutes ces situations représentent une même tendance, à savoir une tendance nettement dialectale, et que la variable est, de fait, correctement construite. Ce serait aller pourtant bien vite et se priver des renseignements précieux que peuvent livrer ces résultats quant à une réflexion plus "fine" sur le comportement de la variable et des différentes situations qu'elle regroupe.

87Tout d'abord, nous pouvons remarquer que (4.a) montre bien la disparité d'occurrences entre les deux premières situations et la troisième, cette dernière paraît quelque peu "marginale" et peut-être conviendrait-il de l'étudier de près et de l'expliquer afin de la mieux situer par rapport aux deux premières. Seules, notons-le, les réalisations des locuteurs 1, 3 et 4 sont significatives. Observons également que les locuteurs 1 et 3 ne présentent que des réalisations dialectales alors que le locuteur 4 présente des occurrences classiques nettement supérieures aux dialectales, précisons cependant que toutes les occurrences de ce dernier ne concernent que le mot [muškile], et il se pourrait très bien que la réalisation [i] soit ici lexicalisée pour ce locuteur.

  • 8 Pour les occurrences en fin de mot voir en 3.2.1.

88Nous proposons toutefois d'examiner en premier le cas des deux premières situations, celle d'épenthèse et celle de début de mot8.

89Que ces deux situations voient des réalisations majoritairement dialectales est certainement un fait important, mais il est tout aussi remarquable que les situations d'épenthèse soient systématiquement caractérisées par 100 % de réalisations dialectales alors que celles de début de mot ont des réalisations dialectales entre 52 et 94 %. De toute façon, un tel fait n'est certainement pas à négliger car, d'un côté, nous avons un phénomène grammatical doté d'invariabilité, et de l'autre, un phénomène grammatical doté de variabilité. Cette différence de comportement pourrait très bien s'expliquer par le fait que, pour chacune de ces situations, nous avons à faire à un phénomène grammatical différent. Les épenthèses relèvent en effet d'un processus phonologique alors que l'alternance en début de mot peut très bien concerner un niveau morphologique et la constitution même de la mélodie vocalique.

90Nous n'étudierons pas ici ces épenthèses qui relèvent toutes régulièrement de la grammaire dialectale (pour l'analyse de l'épenthèse dans le parler de Damas nous renvoyons à Bohas (1986)) et dont la situation nous paraît au demeurant assez claire. En revanche, il n'en n'est pas de même pour ce que nous avons nommé, bien approximativement, les "débuts de mot".

91Comme c'est précisément la présence de réalisations classiques qui différencie cette situation de celle d'épenthèse, et que, somme toute, ces réalisations classiques sont en nombre limité, nous proposons de les recenser systématiquement, locuteur par locuteur.

92Avant de commenter ces réalisations nous pensons utile de préciser que les réalisations classiques, ou dialectales, ne semblent nullement conditionnées, apparemment, par un environnement phonologique particulier. Par exemple, nous trouvons des réalisations vocaliques dialectales ou classiques tant dans des contextes [C_CCX que [C_CVX, et tant dans des situations accentuées que non accentuées, et ces réalisations ne semblent pas plus favorisées ou défavorisées par la nature des segments voisins. Ceci confirme donc que nous n'avons pas à faire à un phénomène phonologique, et que nous sommes donc à un niveau différent de celui d'épenthèse.

93La première question possible, face à ces réalisations, serait : quel est leur point commun ? Et, dans la mesure où nous trouverions un ou des points communs, il serait aussi pertinent de voir s'ils s'opposent à la tendance générale de la variable.

94Il est de fait repérable que, sur les 8 locuteurs, 6 produisent la réalisation [min], et, pour la plupart, relativement fréquemment. Conformément à la seconde hypothèse, nous pourrions dire que la voyelle [i] est ici lexicalement liée et est réalisée selon le contrôle plus ou moins variable des locuteurs. A ce propos, nous devons nous demander quelle est la nature de ce "liage", la voyelle est-elle liée à un mot précis, ou bien à une structure morphologique, à un schème précis, une mélodie spécifique ? Pour la préposition [min], il semblerait que la voyelle soit liée au mot lui-même, mais cela pourrait-être différent pour d'autres réalisations.

95(5) Occurrences min/mәn :

96Si nous examinons (5), nous remarquons d'abord que seuls les locuteurs 1, 2, 3, 4, et 7 présentent des occurrences significatives, les occurrences des trois autres étant trop peu nombreuses pour être prises en compte. Ce qui est notable, c'est que, hormis le locuteur n° 7 qui ne prononce d'ailleurs aucune réalisation classique, les quatre autres produisent un nombre d'occurrences classiques supérieures aux dialectales, ce qui va précisément à l'encontre de la tendance générale de la variable.

97Un autre fait relativement commun est la présence de la voyelle [u] dans des mots comme [muškile], [mumken], [muktasabe], [yumken] ; il est donc raisonnable de se demander si cette voyelle n'est pas liée à la présence de préfixes /m/ ou /y/, et donc liée à un contexte morphologique défini. Il serait d'ailleurs plus exact de ne pas considérer les morphèmes /m/ et /y/ comme "cause" de l'apparition de la voyelle /u/, mais d'envisager la présence de cette dernière comme liée à une mélodie vocalique (mélodie constituant elle-même un morphème) requise par une construction morphologique définie (en l'occurrence soit le participe actif ou passif des formes dérivées, ou bien l'inaccompli actif de certaines formes dérivées, soit encore l'inaccompli passif), la présence des morphèmes /m/ ou /y/ étant elle même requise par de telles structures.

98Si la construction morphologique est celle d'un inaccompli actif classique, et à plus forte raison si la construction est passive, la présence d'une mélodie vocalique classique est "fortement" motivée, et donc attendue. De fait, dans ces constructions nous n'avons pas considéré les réalisations classiques de ces mélodies, ou plutôt des voyelles de ces mélodies, comme pertinentes. Nous pouvons cependant nous assurer de cette cooccurrence en inventoriant les réalisations classiques de la variable n° 1 ; nous trouvons de fait plus de 90 % de réalisations [u], tant pour les inaccomplis actifs des formes dérivées que pour les inaccomplis passifs (toutes les formes confondues). Seules deux réalisations dialectales sont produites [yәmken] et [yәḥṣal] ; précisons que [yәmken] a en fait un statut spécial puisqu'il est un mot neutralisé et ce n'est que par ce statut qu'une réalisation comme [yumken] peut-être prise en compte. Dès lors il est possible de considérer que les réalisations verbales ne sont pas directement concernées par cette variable.

99En revanche il n'en est pas de même pour les participes qui, eux, peuvent être couramment "neutres". Les occurrences données en (6) sont cependant peu significatives sur le comportement de la voyelle ; seuls le locuteur n° 4, et dans une certaine mesure le locuteur n° 8, présentent des résultats, quelque peu indicatifs ; néanmoins, si nous regroupons tous les résultats, nous obtenons un pourcentage de 23 % de réalisations dialectales, pourcentage qui diffère donc de celui de la tendance générale de la variable. Par conséquent, ces 23 %, bien que n'étant pas un résultat très fiable, nous invitent cependant à surveiller le comportement de l'alternance pour les participes, et ce, dans l'éventualité ou l'alternance u/o correspondrait à une variable spécifique.

100(6) Occurrences de la variable u/a dans les participes :

101L'idée d'une variable vocalique liée à un contexte morphologique spécifique ne va pas toutefois sans soulever quelques interrogations quant à un éventuel processus d'interférence, notamment dans le cas d'une interférence entre deux mélodies, et plus précisément deux morphèmes, vocaliques.

102Prenons le cas de [mumken] (que nous considérons comme un mot neutre, et dans lequel la voyelle [u] est une réalisation classique, et la voyelle [e] est une réalisation dialectale) illustré en (7).

103(7) [mumken]

104Observons tout d'abord que la voyelle /u/ est sur la même tire segmentale que la voyelle /e/, de même que toutes deux forment une seule unité morphologique. Dans le cas présent, nous avons à prendre en compte la présence dans un même domaine morphologique de deux voyelles correspondant chacune à un système différent. De fait, si nous disons que ces voyelles constituent un même morphème, nous devrons considérer qu'il existe un processus d'interférence entre une mélodie /әe/ appartenant à la grammaire dialectale et une mélodie /ui/ appartenant aux données classiques, mélodie dont la première voyelle est mieux contrôlée par le locuteur que la seconde, et que l'interférence des deux (due au faible contrôle par le locuteur) est susceptible d'engendrer une mélodie /ue/. Cette vision considère donc comme possible un processus d'interférence à l'intérieur d'un même domaine morphologique. Un tel processus est d'ailleurs assez habituel dans les mélodies consonantiques, ainsi pour [sâbiqan] et [musaqqaf] respectivement en (5a) et (5b), coexistent, dans une même mélodie consonantique, un segment de nature dialectale, le /s/ (contrepartie du /ṯ/ classique) et un autre de nature classique, le /q/.

105(5) a) [sābiqan] b) [musaqqaf]

106Répétons cependant qu'il ne s'agit pas d'un mélange de deux "codes" à proprement parler, c'est-à-dire de deux ensembles cohérents de règles associées, mais d'un ensemble cohérent avec un ensemble non cohérent, ou, d'une autre façon, d'un ensemble cohérent comblant les lacunes d'un autre qui ne l'est pas, ou l'est moins. De fait le terme même d'interférence conviendrait mal à un tel processus puisque la grammaire dialectale serait supposée intervenir dans les "trous" du "système classique", ces "trous" résultant soit de l'insuffisance du système possédé par tel ou tel locuteur, soit de la volonté de tel locuteur de ne pas recourir à ses "connaissances" classiques. Peut-être le terme "d'assistance" serait-il plus juste, une "assistance" qui se produit quand le locuteur ne peut pas ou encore ne veut pas recourir à ses "connaissances" classiques.

107A ce point du développement nous avons tout d'abord remarqué qu'il semble qu'une voyelle [-bas] en première position d'une mélodie vocalique a une variation différente (mieux contrôlée) de celle en seconde position, et que l'étude de la variable considérée (n° 6) doit amener à l'étude conjointe de la variable n° 8 ; nous avons aussi constaté que l'homogénéité de la variable n'est pas aussi évidente qu'il pouvait y paraître à première vue, et qu'un tel travail d'analyse doit donc être systématiquement entrepris afin d'examiner la cohérence de chacune des autres variables.

3.2. Rapports avec la variable n° 8

108Si nous avons vu que la variable n° 6 peut être susceptible de comprendre plusieurs variables, il est aussi possible, à l'inverse, de s'interroger sur le fait que cette variable (ou une de ses "parties") peut recouper une autre variable.

109Par exemple, les variables n° 6 et n° 8 concernent toutes les deux des voyelles [-bas], mais alors que la première se caractérise par une alternance [-central]/ [+central] dans des situations d'épenthèse ainsi que principalement des situations autres que celles de fin de mot, la seconde se caractérise uniquement par une alternance [+haut] / [-haut], et ce, en fin de mot. Si l'on rapproche ces faits du processus de centralisation dans l'arabe parlé de Damas (cf. Bohas (1978) et (1986)), il serait alors tentant de penser que certains aspects, de ces deux variables, concernent une même variable.

110Pourtant, s'il peut en être ainsi pour le cas des réalisations [ә] observées en fin de mot et dont nous avons reporté jusqu'à présent l'examen, il semble que le cas des autres situations de réalisation [ә] n'ait aucun rapport avec la variable n° 8 et qu'il rencontre ici un problème différent.

3.2.1. Examen de la situation de fin de mot

111Nous avions remarqué en 2.2.2 qu'il existait une nette disparité entre les occurrences de cette situation et les autres, et que celles-ci devaient être mieux situées par rapport à celles-là. Or il se pourrait que cette situation corresponde à celle où intervient le processus de centralisation dans le parler de Damas.

112Nous proposons de recenser systématiquement les réalisations de chaque locuteur :

113Sur les dix-huit occurrences de la réalisation dialectale [ә], douze correspondent effectivement à un contexte de centralisation, les six autres non.

114Les six occurrences ne correspondant pas à un contexte de centralisation (respectivement 2x[‘ājәz] pour le second locuteur ; [natā?әj], [manāṭәq] et [mustamәr] pour le troisième ; [nušәr] pour le huitième) peuvent paraître quelque peu marginales, elles n'en sont pas moins délicates à traiter. Observons tout d'abord que [mustamәr] pourrait correspondre en fait à un contexte de centralisation, la dégémination du /r/ n'étant qu'un phénomène "tardif, et il se peut même très bien qu'il soit réellement géminé tout en n'étant pas perceptible à l'audition. Il en va différemment des cinq autres où nous ne savons pas quel véritable statut accorder à la voyelle schwa, si nous devons la compter parmi les réalisations dialectales de la variable n° 8, ou bien celles de la variables n° 6 comme nous l'avons fait.

115Pour les occurrences correspondant à des contextes de centralisation, les deux mêmes questions interdépendantes se posent, la première concernant les rapports possibles avec la variable n° 8, et, partant de là, la seconde considérant la place qu'elles occupent au sein de la variable n° 6 ; ces occurrences doivent-elles notamment constituer une variable indépendante ?

116Ces voyelles centrales en fin de mot ont pour origine des voyelles [-bas], or précisément la variable n° 8 concerne les voyelles [-bas] en fin de mot, distinguant les occurrences selon qu'elles sont [+haut] ou [-haut]. Il n'est cependant pas question de se demander si, pour les occurrences [o], les formes sous-jacentes sont des formes [+haut] ou [-haut] ; aucun élément ne permet de répondre en effet à une telle question, par conséquent les occurrences schwas ne semblent concerner en rien la variable n° 8. Permettons-nous d'ailleurs de préciser que l'alternance [+haut]/[-haut] de la variable n° 8 semble appréhender les voyelles dans leur ancrage lexical à la mélodie vocalique, alors que le schwa dont il est ici question est issu d'un processus phonologique de centralisation.

117En revanche, il n'est pas aussi aisé d'écarter de la variable n° 8 les six réalisations non centralisées (cinq réalisations [muškile] et une [muškila]) du locuteur n° 4. En effet, pourquoi ces réalisations ne seraient pas comptabilisées dans la variable n° 8 où sont prises en compte des réalisations comme [tawaqqofo] pour le locuteur n° 5, et [taṭawworāt] pour le locuteur n° 7 ?

118D'autre part, constituer une variable spécifique concernant la réalisation/non-réalisation du processus de centralisation pourrait ne pas être non plus sans difficulté. Ainsi, pour [tawaqqofo] et [taṭawworāt] où, apparemment, le processus de centralisation ne s'applique pas, doit-on considérer cette non-application comme une manifestation classique, ou bien dialectale ? Le point est d'autant délicat à trancher que ces occurrences restent jusqu'à maintenant isolées, par ailleurs les qualifier de marginales serait peut-être prématuré. Précisons qu'il serait possible de supposer deux origines au [o] de ces deux réalisations, la première serait qu'il appartienne à la mélodie vocalique initiale, et que, dans la dérivation, il ne soit pas affecté par le processus de centralisation, ce qui serait soit un "accident" dans la grammaire dialectale, soit une manifestation des règles et données classiques : notons que cette dernière hypothèse irait, en quelque sorte, à l'encontre de ce que nous avons remarqué en 2.1, dans la mesure où elle rendrait compte d'une "classicisation" d'une réalisation dialectale. La seconde serait qu'il provienne d'une harmonisation de la voyelle centralisée de par l'environnement "labial" que constitue le segment [w] dans le cas de taṭawworāt, et les segments [f] et [o] dans le cas de [tawaqqofo], la diffusion d'emphase dans le premier cas et la consonne [q] dans le second pourraient elles aussi avoir un rôle dans cette harmonisation.

119Rappelons enfin que nous avons émis l'hypothèse en 2.1 que les réalisations [muškile] et [muškila] pourraient correspondre à une lexicalisation particulière du mot chez le locuteur considérée.

3.2.2. Les autres situations

120Considérer des schwas ailleurs qu'en fin de mot amène à devoir distinguer les réalisations schwas d'origine lexicale de celles issues d'un processus phonologique de centralisation, ce, dans la mesure où dans le parler de Damas certains de ces schwas sont déjà présents dans les formes sous-jacentes et appartiennent à la mélodie vocalique du mot.

121Une telle distinction implique en outre des choix à faire quant à la nature de l'interférence, de même que pour les formes sous-jacentes ; du reste ces problèmes se rencontrent dès l'analyse.

122Prenons par exemple la réalisation [‘әmmāl], cette dernière peut recevoir l'analyse suivante : mot neutre, le [o] est une réalisation phonétique dialectale ; de même que la réalisation [‘ummāl] (attestée chez le même locuteur) sera analysée : mot neutre, le [u] est une réalisation phonétique classique. Dans les deux cas les réalisations phonétiques, respectivement [ә] et [u], seront donc comptabilisées dans la variable n° 6. Or une autre analyse pourrait être proposée : pour [‘әmmāl] le mot serait défini comme dialectal, et pour [‘ummāl], comme classique, l'alternance u/a n'étant alors plus prise en compte au sein de la variable. Opter pour un type d'analyse et non pour l'autre n'est pas sans conséquences, notamment dans la conception des formes sous-jacentes. En effet, si dans le second type d'analyse il n'existe aucune ambiguïté dans ces formes : /‘әmmāl / et /‘ummāl /, il n'en va pas de même dans le premier type dont la formulation prête à confusion sur plusieurs interprétations possibles.

123L'une de ces interprétations consisterait à envisager la réalisation phonétique [ә] comme issue d'une forme vocalique classique /u/ sujette à un processus de centralisation, ce processus phonologique typique du parler de Damas serait alors une manifestation de l'interférence de la grammaire dialectale. Une autre interprétation pourrait poser le schwa comme la forme dialectale sous-jacente. Ces deux interprétations ont un point commun, elles considèrent chacune que le processus d'interférence n'affecte ici que la mélodie vocalique du mot analysé, et que, hormis la mélodie vocalique (ou les processus phonologiques l'affectant), tous les autres aspects grammaticaux du mot sont neutres (mélodie consonantique, squelette, etc.) ; ceci représente de fait une analyse plus "fine" du mot considéré, analyse permettant de mieux dégager, pensons-nous, le processus même d'interférence, et ce, comparativement à une analyse qui ne traiterait l'alternance qu'en ne renvoyant systématiquement qu'à des mots "classiques" ou "dialectaux".

124Observons à cet égard qu'une analyse préliminaire en terme de "schème" peut paraître (quand elle est possible) particulièrement utile, par exemple l'analyse de la réalisation [‘әṣyān] comme schème dialectal /fә‘lān/ semble supérieure à celle qui ne consisterait qu'à simplement relever le [ә] comme étant une réalisation dialectale au sein d'un mot neutre ; en effet l'analyse en terme de schème permet de révéler rapidement si l'occurrence, ici de la voyelle schwa, est liée à un ou des contextes morphologiques particuliers. Il reste que ce type d'analyse en schèmes pourrait aussi conduire à ignorer d'autres alternances, notamment si l'on considère qu'une réalisation dialectale à l'intérieur d'un schème dialectal est attendue et donc non pertinente. Par exemple, si la réalisation [?әstāz] est interprétée comme un schème dialectal /fә‘lāl/, la réalisation phonétique [z] pourra être considérée comme attendue et donc non pertinente, alors que si nous analysions simplement le mot comme neutre, non seulement nous prendrions en compte le [ә], mais aussi le [z] ; trancher pour une ou l'autre analyse n'est donc pas neutre pour l'ensemble de l'étude.

125Il est en tout cas fort possible qu'il soit prématuré de présupposer que dans un schème classique (ou dialectal) des réalisations classiques (ou dialectales) soient attendues et donc non pertinentes, car cela implique que l'on ait aussi des présupposés sur les mécanismes d'interférence, mécanismes que nous tentons précisément d'étudier. Si nous considérons l'exemple du schème dialectal /fә‘lāl/, ce qui le distingue de son équivalent classique /fu‘lāl/ c'est la mélodie vocalique, tout le reste de la structure grammaticale étant commun. La question est en fait de savoir si, dans le cas qui nous préoccupe, lorsque un mot possède une structure vocalique marquée et que le reste de sa stucture grammaticale est, a priori, non marqué, on doit considérer le reste de cette structure comme "neutre" ou bien comme "marqué". Or c'est précisément à l'enquête et l'étude de déterminer ces relations structurelles, notamment en analysant la cooccurrence des réalisations.

126Par conséquent il semble prématuré de déterminer dès l'enquête si telle ou telle réalisation est attendue et donc non pertinente, en particulier quand l'on se réfère à un schème morphologique. Par ailleurs considérer ces points communs et ces différences comme précisément des structures communes aux dialectes considérés ("dialecte syrien" et "dialecte classique") et des paramétrisations différentes particulières à chacun correspond en fait à la démarche d'une grammaire de type "principes et paramètres".

127Nous venons de voir que l'examen de la cohérence des variables nous amène à étudier directement le processus même d'interférence, notamment la nature de ce qui "interfère" ainsi que la nature elle-même de "l'interférence" et le niveau où celle-ci a lieu : lexical, morphologique, ou bien simplement phonologique. Cependant, nous ne poursuivrons pas davantage cette discussion car nous ne prétendons pas, et surtout ne pouvons pas, l'épuiser dans le cadre de cet article. De fait, nous avons voulu principalement montrer quel type de recherche permettait notre méthodologie et quel questionnement et quelle discussion elle pouvait déjà engager.

4. Critiques méthodologiques

128Nous aimerions maintenant faire part de certaines critiques possibles, concernant la bonne adaptation de cette démarche, ou de certains de ses aspects, aux visées que nous nous sommes imposées.

129Rappelons que le but de la méthode que nous avons ici exposée est de dégager, sur la base d'une enquête sociologiquement contrôlée, des faits linguistiques dont la théorie linguistique formelle devra rendre compte. Rappelons également que, parce que précisément ces faits linguistiques ont été dégagés sur la base d'une enquête sociolinguistiquement contrôlée, ceux-ci devront également à leur tour intéresser le sociologue.

4.1. Articulation des recherches empirique et théorique

130Une critique fondamentale pourrait être apportée à notre démarche : cette dernière est-elle vraiment utile ? Est-ce que la recherche théorique formelle en a vraiment besoin ?

131On peut en effet se demander s'il était bien nécessaire d'établir une enquête pour s'apercevoir que la grammaire de l'arabe doit intégrer un paramètre de variation concernant le qāf, ou bien le marqueur de féminin, ou encore les pronoms relatifs, par exemple. D'ailleurs la plupart des alternances relevées dans notre étude concernent des variations connues.

132Bien sûr, une des utilités de l'enquête est de montrer un comportement spécifique de ces alternances, notamment si celles-ci sont dotées de variabilité ou d'invariabilité. Or, là encore, ce caractère d'invariabilité ou de variabilité que nous pouvons affecter aux "variables", pourrait-être ressenti comme non pertinent, voire artificiel, dans la mesure où le caractère "invariant", par exemple, ne l'est que dans un contexte très précis et limitatif qui pourrait ne pas intéresser directement la théorie linguistique formelle.

133Ainsi, si nous prenons la variable n° 8 (i, u / e, o), cette dernière est caractérisée invariablement par 100 % de réalisations dialectales, mais ne tenir compte que de ces résultats c'est aussi ignorer les réalisations classiques se produisant dans les mots classiques, réalisations qui n'ont pas été comptées parce que nous avons dit qu'elles n'avaient pas le même statut. Or il serait possible de penser que la théorie formelle ne s'intéressera qu'à la variation dont nous ne rendons pas compte, et considérera l'invariance que nous montrons comme non pertinente pour elle.

134Nous pourrions dès lors considérer notre démarche comme une faillite dans son objectif d'articuler la recherche empirique et la recherche théorique formelle, et ce, dans la mesure où cette dernière pourrait faire, pour elle même, l'économie d'une telle enquête. Pour reprendre l'exemple du qāf, rendre compte de la variation de ce phonème en discutant notamment de sa spécification (en terme de traits) et de la variation de celle-ci, n'exige, à vrai dire, aucune enquête préalable. De surcroît, nous pourrions estimer que l'étude de l'APF, en elle-même, n'est pas vraiment pertinente, pour la théorie linguistique formelle, car les variations observées pourraient très bien aussi se déduire d'une simple comparaison des grammaires respectives de chacune des formes en présence, "classique" et "dialectale(s)", et que, par conséquent, une telle étude ne pourrait vraiment intéresser que la sociologie du langage.

135Ce serait pourtant juger bien vite, et tout à la fois mésestimer certains points dégagés, comme ignorer la nature même de la variation que nous avons tenté ici d'appréhender et l'intérêt crucial qu'elle représente pour la théorie linguistique.

136Se limiter à un constat d'échec face à la trivialité de certaines observations (variation q/?, variation dans l'utilisation des pronoms relatifs, etc.), ce serait ignorer les remarques que nous avons formulées et que seule une enquête systématique a pu permettre, ainsi le fait qu'à aucun moment n'apparaît de "classicisme" dans les mots ou les constructions morphologiques dialectales, alors que l'inverse est très fréquent, et avec tout ce qui peut découler d'une telle observation, notamment dans la détermination de la cohésion des systèmes linguistiques chez un même locuteur.

137De même, une enquête systématique est indispensable afin de déterminer si l'"interférence" concerne un, ou des mots bien particuliers, et concerne donc un phénomène de lexicalisation restreint à ces mots, ou bien un aspect morphologique précis, ou bien phonologique. Seule l'enquête et l'analyse permettent de révéler lequel de ces niveaux linguistiques est concerné par la variation, ce qui est précisément primordial pour toute réflexion théorique formelle.

  • 9 Nous faisons ici état de remarques qui ont été formulées dans le séminaire de linguistique sémitiq (...)

138Par ailleurs, la trivialité de certains faits relevés pourrait n'être qu'apparente et révéler en fait, non pas l'inanité de l'enquête menée, mais la nature de la situation linguistique analysée. Rappelons que nous avons déjà énoncé que toutes les alternances observées présentaient des réalisations qui pouvaient être caractérisées sans difficulté comme "classiques" ou "dialectales", et donc être aisément prises en compte par les idéalisations descriptives ; or il semblerait que d'autres situations linguistiques pourraient être différentes (particulièrement les situations maghrébines) en ce qu'elles présentent dans les discours formels des réalisations qui ne relèvent ni d'une forme classique, ni d'une forme dialectale9. Nous pensons donc que notre type d'enquête, loin de ne dégager que des "trivialités", pourrait au contraire montrer et permettre de comparer les différences et ressemblances entre diverses situations linguistiques, pourvu qu'elle soit menée sur une échelle assez vaste.

139Enfin, nous pensons que notre type d'enquête est primordial pour la théorie linguistique, non seulement parce qu'elle met directement l'accent sur les faits linguistiques dans leur contexte, mais aussi parce que cette enquête, tout comme son analyse, cherchent à mettre en relief un type de variation spécifique, la variation inhérente, variation qui ne peut être a priori corrélée à des facteurs sociaux, stylistiques, diachroniques, voire même certains facteurs linguistiques immédiatement discernables, comme par exemple le contexte lexical, morphologique ou phonologique (et c'est bien dans ce sens qu'opère notre méthode de comptage des occurrences significatives). Un tel type montre bien que la grammaire est intrinsèquement un système affecté de variabilité, et, par conséquent, le mettre en valeur oblige plus encore la théorie linguistique à rendre compte explicitement, et formellement, de cette hétérogénéité.

140Un autre axe de critique pourrait envisager les rapports de notre étude avec la sociologie.

4.2. Articulation avec la sociologie

141Tout apport positif de notre démarche, pour le sociologue, est directement conditionné par le sérieux avec lequel le contrôle sociolinguistique de l'enquête est observé. A cet égard, remarquons que notre contrôle s'est principalement attaché à la nature des locuteurs (médecins, locuteurs "instruits", notables, etc.), et au contexte du discours (émission de télévision, contexte surveillé, interventions improvisées, absence d'effet de champ dû à l'enregistrement par l'enquêteur, etc.). Il est juste de se demander si ces renseignements sont suffisants, par exemple nous ne connaissons rien de précis de l'histoire sociale de chacun des intervenants, du milieu social dont ils sont issus, de leur cursus scolaire, universitaire et professionnel respectif, de leur région d'origine, etc.. Autant de renseignements qui seraient infiniment précieux pour toute réflexion sociologique. Or tous ces renseignements, à notre niveau, sont fort peu aisés à obtenir. Nous observerons cependant que les critères retenus par notre étude ont permis de s'assurer de l'homogénéité des situations discursives ainsi que de celle, pour une part, de la nature des intervenants.

142Dans la même perspective, il serait nécessaire de s'interroger, pour une extension du champ d'étude, sur la nature même des différents champs sociaux existants dans la société étudiée, ainsi que leurs rapports avec le marché linguistique. Une telle réflexion est, par exemple, directement utile, entre autre dans la constitution et la réalité même de nos "champs" discursifs à analyser (discours scientifique, religieux, politique, culturel, etc.), notamment pour savoir s'ils peuvent correspondre, non seulement à des compétences linguistiques différentes, mais aussi à différentes légitimités linguistiques.

4.3. Contrôle et légitimité linguistique

143A plusieurs reprises nous avons employé la notion de "contrôle linguistique", notamment pour décrire la relation entre les locuteurs et les variables considérées. Nous avons pu ainsi dire que tel locuteur contrôlait bien telle variable quand cette dernière se caractérisait principalement par des réalisations classiques, ou bien que telle variable était mal contrôlée quand elle se caractérisait par une majorité de réalisations dialectales.

144Cette notion de "contrôle linguistique" a immédiatement comme corollaires celles de "stratégie discursive" et de "légitimité linguistique". Or, jusqu'à présent, nous avons eu une conception assez monolithique de ces trois notions, conception que nous pourrons résumer ainsi : dans une situation formelle la stratégie discursive est celle de "bien parler", lorsqu'un locuteur veut "bien parler" il a recourt à la forme linguistique que lui et la société à laquelle il appartient reconnaissent comme "légitime" ; dans le cas de l'arabe, la forme classique exerce une violence symbolique sur l'ensemble des locuteurs, c'est donc cette forme qu'ils chercheront à réaliser en situation formelle, et ce, bien entendu, dans la mesure de leurs compétences et de leurs connaissances.

145Nous avons surtout insisté sur ce que la plus ou moins forte présence de réalisations dialectales correspondait à un contrôle plus ou moins faible de la variable, faiblesse due, comme nous l'avons déjà dit, soit à l'insuffisance des règles et données classiques, soit à la fatigue, soit au fait qu'ils ne jugent pas nécessaire de produire le plus systématiquement des réalisations classiques en situation formelle.

146Or, cette dernière éventualité mériterait que lui soit porté une plus grande attention car il se pourrait qu'une moindre occurrence de réalisations classiques de la part d'un locuteur ou d'une classe de locuteurs, comparativement à celles d'autres locuteurs, corresponde non pas à un "relâchement" du contrôle linguistique, mais révèle la possibilité d'une légitimité linguistique différente et, donc, d'un contrôle linguistique tout aussi fort, mais différent.

147Nous pensons qu'ici aussi pourrait précisément intervenir la tâche du sociologue qui tenterait, à ce niveau, de mettre en relation les généralisations dégagées par le linguiste avec celles que lui-même observe dans l'étude d'une société donnée. Par exemple, dans l'éventualité d'une différence de comportement entre locuteurs de discours "scientifique", "religieux", ou "littéraire", pour ne citer que ceux-là, est-ce que cette différence ne recouperait pas un rapport à la langue différent pour chacun de ces "groupes" ? Autrement dit, est-ce que l'arabe classique exerce une violence symbolique égale, ou inégale, sur l'ensemble des locuteurs, quelle légitimité linguistique pourrait concurrencer celle du classique, etc. ?

5. Conclusion

148A l'issue de cet exposé, au moins trois orientations simultanées doivent-être envisagées dans la poursuite de notre étude : tout d'abord une analyse systématique de chaque variable, analyse s'attachant à évaluer leur cohérence respective ; une extension du champ de l'enquête, ce, notamment, pour la mise en valeur de compétences et de légitimités linguistiques susceptibles d'être différentes ; enfin, montrer explicitement comment la variation linguistique peut être représentée comme un effet structurel de la grammaire.

  • 10 Nous réutilisons ici une phrase d'Encrevé (1977) : « La sociolinguistique a besoin d'une théorie s (...)

149Par ailleurs, nous insisterons sur un fait qui ne peut plus être sous-estimé : une des principales difficultés rencontrées actuellement par la sociolinguistique de l'arabe se trouve être la rareté, pour ne pas dire l'absence, de toute véritable "théorie sociologique des rapports sociaux, et précisément des rapports linguistiques, d'une véritable sociologie du langage"10.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bohas, G., 1978, Quelques processus phonologiques dans le parler de Damas, I, II, III, Analyse théori,e 1, 2, 3.

Bohas, G., 1986, Accentuation et effacement de o dans le parler de Damas, Revue québécoise de linguistique 16, 1.

El-Ḥassan, S., 1977, Educated Spoken Arabie in Egypt and the Levant : a Critical Review of Diglossia and Related Concepts, Archivum Linguisticum, 8, 2.

EL-Ḥassan, S., 1978, Variation in the Démonstrative System in Educated Spoken Arabie, Archivum Linguisticum, 9, 1.

Encrevé, P., 1977, Linguistique et sociolinguistique, Langue française, 34.

Encrevé, P., 1988, La liaison avec et sans enchaînement : phonologie tridimensionnelle et usages du français, Travaux linguistiques, Paris, Seuil.

Labov, W., 1976, Sociolinguistique, le Sens Commun, Paris : Ed. de Minuit.

Mitchell, T.F., 1978, Educated Spoken Arabie in Egypt and the Levant, with Spécial Référence to Participle and Tense, Journal of Linguistics, XIV.

Sallam, A.M., 1980, Phonological Variation in Educated Spoken Arabie : a Study of the Uvular and Related Plosive Types, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, XLIII, 1.

Tarrier, J.-M., 1991, A propos de sociolinguistique de l'arabe, présentation de quelques difficultés, Bulletin d'Études Orientales, XLIII, Damas.

Notes

2 A la rareté des études syntaxiques dialectales (autres que celles du "classique"), et la non-homogénéité de leurs cadres théoriques, s'ajoute aussi la faible capacité descriptive et explicative de certains de ces cadres, si d'ailleurs on peut parler de "cadre théorique" pour certaines études ; à cet égard, la situation marocaine semble plus heureuse que d'autres, il existe en effet de bonnes études sur quelques parlers marocains, études compatibles avec les travaux sur le classique et reposant sur les développements théoriques les plus récents.

3 Par exemple dans la variable n° 7 [yy]/[y], cf. 2.1.

4 Nous avons transcrit le "jīm" [j] et le "jim" affriqué [ğ].

5 Le [Ḏ] représente la réalisation interdentale de [ẓ].

6 Nous avons tout de même observé chez le locuteur n°6 une "exception" avec la réalisation [bi`îq] où un [q], a priori considéré comme une réalisation classique, apparaît dans une construction verbale dialectale; or il se pourrait, comme nous avons pu le constater dans d'autres discours formels, que, loin d'être une exception, une réalisation [q] puisse être assez courante dans des constructions dialectales (précisons que nous parlons évidemment ici de locuteurs ne réalisant pas, apparemment, de [q] dans leur parler). Nous pensons que ce comportement spécifique du /q/ est en relation directe avec le fait qu'il représente la variable la mieux contrôlée chez les locuteurs, ainsi que celle dont ils ont le plus "conscience".

7 La notion d'hypercorrection peut revêtir deux acceptions sensiblement différentes, les deux consistent dans la volonté de réaliser une forme prestigieuse, mais alors que l'une considérera les réalisations grammaticalement correctes, la seconde s'appliquera à des réalisations incorrectes, c'est la première acception que nous utilisons ici.

8 Pour les occurrences en fin de mot voir en 3.2.1.

9 Nous faisons ici état de remarques qui ont été formulées dans le séminaire de linguistique sémitique de Paris VIII dirigé par M. Georges Bohas.

10 Nous réutilisons ici une phrase d'Encrevé (1977) : « La sociolinguistique a besoin d'une théorie sociologique des rapports sociaux, et précisément des rapports linguistiques : d'une véritable sociologie du langage. »

Notes de fin

1 Nous remercions vivement G. Bohas, P. Encrevé, et D.E. Kouloughli pour leurs conseils et leurs encouragements.

Auteur

Université de PARIS VII/I.F.E.A.D.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search