Version classiqueVersion mobile

Développements récents en linguistique arabe et sémitique

 | 
Georges Bohas

Voyelles centrales, noyaux vides et statut de la longueur vocalique dans deux branches du sémitique1

Jean Lowenstamm

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend, sous une forme différente, le sujet traité dans mon article « Vowel Length an (...)

A la mémoire de Girmay Berhane

0. Introduction

  • 2 Un avertissement est nécessaire quant à l'emploi du terme éthiopien. Par éthiopien, j'entends la t (...)

1Le but de cet article est de proposer une analyse de développements historiquement indépendants, mais formellement semblables, dans deux branches de la famille sémitique. Il s'agit de l'apparition des voyelles centrales en arabe du Maghreb et en éthiopien2. Les faits de l'éthiopien étant, peut-être, moins bien connus, feront l'objet d'une présentation plus détaillée. Les données de l'arabe maghrébin ne seront introduites qu'un peu plus tard.

1. Le problème

2La phonologie du sémitique éthiopien présente une remarquable unité. L'un des facteurs responsables de cette perception est la nature des systèmes vocaliques de cette branche. En effet, les systèmes vocaliques les mieux compris, ceux du ge'ez, du tigrinya, du tigré, de l'amharique, et de certaines des langues Gurage, se réduisent à l'ensemble fondamental reproduit en (lb), à côté du système du proto-sémitique (la), dont il dérive.

3(1)

Image img01.jpg

4Une comparaison de (la) avec (lb) révèle immédiatement que i) aucun contraste de longueur n'est attesté pour les trois voyelles cardinales de la configuration (lb), et ii) deux voyelles centrales, ɨ et ä, absentes du proto-système, apparaissent dans les langues éthiopiennes qui en descendent.

5Deux questions se posent alors :

  1. Sous quelle sorte de pression l'éthiopien a-t-il développé deux voyelles centrales ?
  2. La longueur a-t-elle été perdue au cours de l'histoire de l'éthiopien ?

6La question 2 peut être décomposée en deux sous-parties indépendantes :

  1. Quel rôle la longueur a-t-elle joué dans le développement qui a mené à la centralisation ?
  2. Quel est le statut synchronique actuel de la longueur en éthiopien ? Pour des raisons d'espace, seule la sous-partie 2.a. sera discutée3.
  • 4 L'exposition de ces faits bien connus rallongerait outre mesure cet article. Voir par exemple Lesl (...)

7Diverses réponses ont été apportées à ces questions. Je me propose d'aborder ici le problème sous un angle nouveau. Une comparaison rapide avec plusieurs autres langues sémitiques montre que ɨ "représente" les i et u brefs du proto-sémitique, tandis que ä est la variante éthiopienne de a. D'autre part, les voyelles périphériques correspondent exactement aux voyelles sémitiques longues de même timbre4.

8Cette observation est d'une importance capitale. Elle montre qu'à l'époque où l'innovation éthiopienne eut lieu, le contraste de longueur était bien vivant. C'est, en effet, précisément selon cette dimension, la longueur, que l'éthiopien a distingué entre les voyelles qui sont restées périphériques, ou pleines, et celles qui ont subi la centralisation. C'est, en fait, pour cette seule raison, l'existence indéniable de la longueur, au moins jusqu'à un certain point de la phase proto-éthiopienne, que la question 2.a. se pose.

9L'opinion générale est que la longueur a bien été perdue à un moment de l'histoire du proto-éthiopien, ne laissant que des traces dans les langues qui nous sont connues. Le changement historique est ordinairement décrit comme une évolution menant d'un système principalement fondé sur la quantité à un système reposant sur la qualité.

10Petracek (1964), reprenant et développant Tubiana (1956), représente une position structuraliste typique. Il distingue plusieurs étapes dans l'érosion graduelle de la longueur. L'apparition des voyelles centrales longues, qui accompagna la monophtongaison de ay et de aw, porta le premier coup. L'absence de contreparties brèves à ces nouveaux phonèmes affaiblit le rôle de la longueur en tant que source de contraste. De plus, coïncidant avec la hauteur, dans le cas des paires i/ii et u/uu, la longueur ne sert plus qu'à distinguer entre voyelles de même timbre. Finalement, la "réduction" des i et u brefs à ɨ fait de a/aa le seul contraste du système reposant sur une différence de longueur. Dès lors, le système étant presque entièrement passé de quantitatif à qualitatif, un contraste de couleur, ä/a, remplace le contraste de quantité a/aa.

11En opposition avec l'analyse structuraliste ci-dessus, je défendrai la thèse suivante :

  1. Le changement historique en question n'est pas apparu graduellement à la suite de plusieurs développements indépendants ; bien au contraire, sa cause est unique et ses effets simultanés.
  2. Il n'y a pas perte de longueur5 ; au contraire, c'est la robustesse même des voyelles longues qui est responsable de l'apparition des voyelles centrales. Cette thèse sera démontrée après un bref exposé du cadre théorique dans lequel sera discutée la longueur.

2. Le traitement de la longueur

  • 6 Voir Lowenstamm & Kaye (1985) pour l'exposé d'une conception du squelette comme une séquence indif (...)

12Dans une théorie qui admet un niveau de représentation du squelette, tel que proposé par McCarthy (1981), la longueur n'est plus conçue comme une propriété intrinsèque de tel ou tel segment phonologique individuel. Il n'y a plus, à proprement parler, de i ou de u intrinsèquement long. La longueur d'un i ou d'un u est fonction du nombre (1 ou 2) de positions du squelette auxquelles il est relié6. Voici les représentations respectives de e long et bref en (2a,b) ci-dessous :

13(2)

Image img02.jpg

14Il ressort de ce mode de représentation qu'un segment vocalique n'est pas une entité inanalysable, mais un objet complexe formé de trois parties : 1) une représentation de la substance phonique en question (une voyelle moyenne d'avant, tendue, dans cet exemple) ; 2) un noyau, qui peut être branchant (2a) ou non-branchant (2b) ; 3) une représentation du lien qui rattache e au noyau qui lui est associé. En principe, un développement diachronique peut provoquer la perte d'un ou plusieurs de ces objets :

  1. Perte de e : la langue cesse de présenter une voyelle moyenne antérieure tendue.
  2. Perte de l'un ou de l'autre type des noyaux de (2) : la langue ne présente plus de voyelles longues (perte du noyau long) / la langue ne présente plus de voyelles brèves (perte du noyau bref).
  3. Perte du type de lien exemplifié en (2) : la langue ne permet plus l'attachement de e à un noyau long (alors qu'elle peut encore tolérer l'attachement d'autres voyelles à des noyaux longs, et de e à des noyaux brefs) / à un noyau bref (tout en pouvant permettre l'attachement d'autres voyelles à des noyaux brefs, et l'attachement de e à un noyau long). Ce qui émerge de cette esquisse est que la perte du e long peut avoir deux causes : la perte des noyaux longs, comme dans 2., ci-dessus, auquel cas il n'y a plus de voyelles longues d'aucune sorte ; OU la perte, pour e, de la possibilité de se lier à un noyau long, comme dans 3., auquel cas la disparition des e longs n'implique pas la disparition d'autres voyelles longues.

15La relation entre longues et brèves est généralement supposée vérifier un universel d'implication comme (3) :

16(3) La présence de voyelles longues dans une langue implique la présence de voyelles brèves dans cette langue.

  • 7 Mon but est seulement de montrer que l'universel d'implication peut être formulé dans une théorie (...)

17Une théorie dans laquelle la longueur a été évacuée de la matrice phonologique des segments individuels pour être représentée en termes d'une configuration du squelette se satisfait aisément d'une version affaiblie de (3)7 :

18(4) La présence de noyaux longs dans une langue Implique la présence de noyaux brefs.

19(4) ne dit rien du type de matériel devant être associé aux noyaux longs ou brefs. Ainsi, un i bref (ou tout autre voyelle brève) manifestant l'existence de noyaux brefs, suffit à légitimer des u longs, et ce, même en l'absence de contrepartie brève pour u. Dans cette perspective, il est évident que l'exigence structuraliste, qui veut qu'un contraste de quantité ne soit reconnu que s'il est attesté pour des voyelles de même timbre, constitue l'implémentation la plus forte possible de (3). En fait, une telle situation devrait être représentée comme marquée puisqu'elle nécessite une stipulation supplémentaire garantissant que toute voyelle du système doit présenter les deux formes longue et brève. Ma thèse est que cette condition supplémentaire excluerait une description correcte de l'éthiopien. Je soutiens que le système est tel qu'en (5b) ci-dessous, avec, une fois encore, son ancêtre proto-sémitique en (5a).

20(5)

Image img03.jpg

21Dans la section qui suit, j'introduis les éléments du système formel de représentation des voyelles, en termes duquel je formulerai ma proposition.

3. Organisation des systèmes vocaliques et formation de l'éthio-sémitique

  • 8 Le trait ATR ne joue aucun rôle dans les systèmes considérés ici et ne sera donc pas discuté. Sur (...)

22Dans cette section, je récapitulerai brièvement les points essentiels du système de représentation proposé dans Kaye & al.(1985). L'une des thèses majeures soutenues dans cet article est que les systèmes vocaliques des langues du monde peuvent être dérivés à partir de trois éléments et de leur(s) combinaison(s) : A, I, et U. La définition de ces éléments en termes de traits distinctifs est montrée en (6)8.

23(6)

Image img04.jpg

24Le trait souligné dans chacune des matrices ci-dessus est le trait dont la valeur est marquée (au sens d'une théorie du marquage telle que celle de Kean (1975)), le trait "chaud" de l'élément. En conséquence, la nature de la voyelle non-marquée, ou voyelle "froide", v, peut être dérivée : c'est la voyelle dont tous les traits sont non-marqués. Elle représente du simple bruit.

25(7)

Image img05.jpg

  • 9 La voyelle froide n'étant pas marquée peut apparaître sur n'importe quelle ligne.

26Chaque élément définit son niveau de représentation propre, étiqueté selon le trait pour lequel l'élément en question est marqué. Étant marqué pour sa valeur pour le trait Arrière, I réside au niveau ARRIERE, A au niveau HAUT, etc. Ainsi, une représentation phonologique peut être considérée comme une grille bi-dimensionnelle constituée de lignes horizontales, les niveaux des traits, sur lesquelles apparaissent les éléments, et de lignes verticales reliant les éléments au squelette. Toute intersection peut être occupée par un élément ; l'absence d'un élément, reçoit l'interprétation "occupation par la voyelle froide", comme on peut le voir en (8)9.

27(8)

Image img06.jpg

28Les éléments sont décrits en termes de traits. Ce sont eux, et non les traits, qui sont les constituants ultimes de l'analyse phonologique. Les traits ne sont pas accessibles librement. L'ensemble des opérations qui peuvent changer les valeurs est très restreint, puisqu'il se réduit en fait à une opération : la combinaison. Les éléments peuvent se combiner selon une formule : pour toute paire d'éléments X et Y, soit X, soit Y est la tête de la combinaison, l'autre étant l'opérateur (par convention, la tête apparaît à droite de l'expression (X.Y)). Les valeurs des traits de l'expression résultante sont celles des traits de la tête, à l'exception de celle du trait "chaud" de l'opérateur. La contribution de ce dernier est donc la transmission de la valeur de son trait "chaud". Comme on peut le déduire d'un tel partage des rôles, la combinaison est une opération essentiellement asymétrique. (I.A) n'est pas équivalent à (A.I) comme on peut le voir en (9).

29(9)

Image img07.jpg

30En un sens, [æ] n'est autre qu'un [a] avancé, tandis que [e] n'est rien d'autre qu'un [i] abaissé. La façon dont les éléments se combinent n'est pas sans rappeler les combinaisons des couleurs primaires : selon que le rouge ou le jaune domine dans une combinaison particulière, l'orange qui en résulte sera plus proche du rouge ou du jaune.

31En principe, les éléments se combinent librement. Cependant, il est bien connu que : 1) la composition des systèmes vocaliques particuliers varie considérablement d'une langue à l'autre ; 2) l'ensemble de voyelles mis en évidence par un système vocalique quelconque est largement inférieur à la somme des combinaisons possibles d'éléments. De plus, les systèmes vocaliques ne sont pas arbitrairement structurés. Ainsi, aucun système vocalique n'est exclusivement constitué de l'ensemble {æ, ö, u}, ou {i, ü, u}, par exemple. Il est évident que pour chaque langue, un certain nombre de paramètres définissent l'ensemble des combinaisons légitimes. Considérons, à titre d'exemple, le cas des voyelles antérieures arrondies. Toutes les langues n'ont pas ü et ö. Dans le cadre formel des éléments, l'arrondissement implique la présence de U, et l'antériorité celle de I. En conséquence, les voyelles antérieures arrondies résultent (en partie) d'une combinaison de I et de U. L'autonomie qui leur donne la possibilité de se combiner est le reflet du statut des niveaux ARRIERE et ARRONDI sur lesquels elles résident : si ces niveaux sont autonomes, les éléments qui y sont représentés le sont également ; si, par contre, ces niveaux ne sont pas autonomes, l'un par rapport à l'autre, l'existence d'une série de voyelles antérieures arrondies est exclue. Un paramètre des systèmes vocaliques peut ainsi être identifié, (10).

32(10) Les niveaux ARRIERE et ARRONDI sont confondus OUI/NON.

33Sélectionner l'option OUI, avec la fixation de plusieurs autres paramètres exposés plus bas, permet de dériver un système à cinq voyelles tel que celui de l'hébreu moderne : {a, i, e, u, o) représenté en (11).

34(11)

Image img08.jpg

35Il est important de noter que dans un système tel que celui de (11), lorsque I et U se combinent avec A, la combinaison produit toujours une voyelle moyenne. Autant que je sache, il n'existe pas de système dans lequel de telles combinaisons aboutissent exclusivement à des voyelles basses, comme dans un ensemble hypothétique qui serait constitué des trois voyelles cardinales plus une voyelle antérieure basse et une voyelle postérieure basse arrondie. Puisque la différence entre une voyelle antérieure basse et une voyelle antérieure moyenne est entièrement fonction des rôles assignés à I et à A dans leurs expressions caractéristiques respectives (I.A = ae, A.I = e) ainsi qu'on l'a vu en (9), un autre paramètre peut être identifié :

36(12) Une expression contenant des éléments demeurant sur la ligne ARRIERE/ARRONDI doit assigner le rôle de tête à ces éléments OUI/NON.

37Si l'option OUI est sélectionnée, aucune voyelle antérieure basse ou postérieure basse ne sera engendrée. Si l'option NON est sélectionnée, alors, les voyelles antérieure basse et postérieure basse seront engendrées avec les voyelles moyennes. En conséquence, la présence dans un système de voyelles antérieure et postérieure basses entraîne la présence de voyelles moyennes, mais non l'inverse.

38Un système restreint aux trois voyelles cardinales, comme celui de l'arabe classique, diffère de celui de l'hébreu moderne par l'absence de voyelles moyennes. Encore une fois, e et ο proviennent de la combinaison de A avec I et U, respectivement. Une telle combinaison, inévitable dans un système à deux niveaux tel que (11), ne peut se produire si les trois niveaux, ARRIERE, ARRONDI, et HAUT, sont confondus. Un autre paramètre est donc identifié, (13).

39(13) Les niveaux ARRIERE, ARRONDI, et HAUT sont confondus OUI/NON.

40Lorsque l'option OUI est retenue, un ensemble à trois voyelles apparaît avec l'impossibilité de dériver des voyelles moyennes. Comme il a été noté plus haut, la longueur est représentée au niveau du squelette. Les six voyelles de l'arabe classique peuvent ainsi être représentées comme en (14).

41(14)

Image img09.jpg

  • 10 B/R/H = ARRI/ARRON/HAUT

Note 1010

4. L'arabe classique et l'arabe marocain

42Dans la section précédente, nous venons de voir quels paramètres étaient à l'oeuvre dans la dérivation des systèmes vocaliques de l'arabe classique et de l'hébreu moderne. Avant de revenir à l'éthiopien, sujet principal de cet article, je voudrais rapidement considérer le changement diachronique qui relie l'arabe classique aux dialectes modernes du Maghreb. Une brève étude de ce cas nous donnera l'occasion d'introduire de nouveaux concepts pertinents. Les dialectes du Maghreb sont réputés avoir perdu les voyelles brèves de l'arabe classique et avoir développé une quatrième voyelle, centrale, comme représenté en (15), ci-dessous.

43(15)

Image img10.jpg

  • 11 Le fait que les dialectes modernes arabes du Maghreb descendent de l'arabe classique, comme je le (...)

44D'après les comparaisons en (16), on peut voir que les voyelles conservées correspondent exactement aux voyelles longues originales de l'arabe classique11. De plus, la voyelle centrale, ou l'absence de voyelle, apparaît là où l'arabe classique présentait une voyelle brève.

45(16)

Image img11.jpg

  • 12 Cette question ne sera pas développée, ici. Le lecteur est renvoyé à Kaye & al. (1986, 1989), Kaye (...)

46Une question, cependant, ne peut pas ne pas être posée relativement au tableau (15) : comment se fait-il, que lorsque trois voyelles (les brèves dans le cas présent) sont éliminées d'un système de six, l'ensemble qui en résulte comprenne quatre voyelles et non trois ? Il me semble que la réponse tient à ce que j'appelle informellement la thèse de la perte de brièveté. Selon cette proposition, les voyelles périphériques de l'arabe maghrébin n'ont jamais cessé d'être longues. Autrement dit, les dialectes du Maghreb n'ont pas perdu leur voyelles longues, mais ce qui a été perdu, c'est la possibilité d'associer du matériel vocalique périphérique à des noyaux non-branchants, ou courts. La conséquence en a été que tous les noyaux brefs se sont trouvés dépourvus de leur voyelles. Quand la grammaire ne requiert pas l'interprétation phonétique d'un noyau, il reste vide, et dans le cas contraire il est réalisé comme un ɨ. En d'autres termes, la distribution de ɨ est entièrement contrôlée par des contraintes phonotactiques12.

47L'exemple du mot ''ḥmar'' (âne) illustre bien ce point.

48(17)

Image img12.jpg

  • 13 Pour des raisons qui sortent de cet exposé, le noyau d'une syllabe initiale reste vide s'il n'est (...)

49Après la perte de brièveté, la contrainte qui veut que le matériel syllabique périphérique soit associé avec des noyaux branchants n'est pas satisfaite. La chute de i en résulte. Quand cet obstacle n'est pas rencontré, comme dans le cas de la deuxième syllabe, l'association de a au noyau demeure inaffectée13.

50Je propose la formulation suivante de la perte de brièveté dans ce cadre.

  • 14 Dans les termes d'une théorie du gouvernement phonologique, l'expression (18) se formule ainsi : " (...)

51(18) Les éléments vocaliques doivent être associés avec des noyaux branchants14

  • 15 Kabbaj (1990), Kaye & al. (1986) et Kaye (1990) donnent des arguments très forts montrant que les (...)

52Examinons maintenant les conséquences de l'introduction d'un tel paramètre dans le système vocalique de l'arabe classique, en considérant le sort des u, a, et i brefs. Leurs représentations avant l'introduction de (18) apparaît en (19a). Lorsque les éléments vocaliques cessent de tolérer l'association à des configurations non-branchantes, en (19b), ils sont automatiquement remplacés par v (19c). L'expression résultante est v, dans les trois cas15. Avec les trois voyelles longues demeurées intactes, l'ensemble qui en découle est précisément celui des dialectes maghrébins, {a, i, u, ɨ}.

  • 16 Cf. note 10.

53(19)16

Image img13.jpg

5. L'éthiopien

54Ni le proto-sémitique ni l'éthiopien ne comportent de voyelles antérieures arrondies. Ils n'attestent pas non plus de voyelles antérieures basses ou de voyelles arrières basses. Cependant, des voyelles moyennes sont présentes. J'interprète ces faits comme le résultat d'une réponse positive aux paramètres (10) et (12). Autrement dit, les lignes ARRIERE et ARRONDI sont confondues, et toute expression comprenant U ou I, aura U ou I pour tête. Le tableau (20) résume les paramètres distinctifs, et les réponses particulières qui y sont faites. J'ajoute que l'éthiopien diverge du proto-sémitique exactement comme l'arabe marocain diverge de l'arabe classique, c.à.d. en restreignant l'attachement des voyelles périphériques à des noyaux branchants (paramètre (18)). En conséquence, leurs comportements respectifs devant l'introduction du paramètre (18) doit découler entièrement de la constitution de leurs systèmes vocaliques tels que définis plus haut.

55(20)

Image img14.jpg

56L'éthiopien est représenté en (21), avec, à droite, les trois expressions dont les associations tombent sous le coup du paramètre (18).

57(21)

Image img15.jpg

58La seule différence entre l'arabe et l'éthiopien est que les lignes ARRIERE/ARRONDI et HAUT sont autonomes en éthiopien, mais pas en arabe. La conséquence de cette autonomie est, bien entendu, la possibilité de voyelles moyennes en éthiopien par combinaison de deux éléments, mais aussi, et de façon moins évidente peut-être, que toute expression, même si elle ne contient qu'un élément, est complexe, dans la mesure où elle apparaît en combinaison avec la voyelle froide v.

59Nous avons vu que la réaction de l'arabe marocain à l'introduction de (18) est la désassociation systématique des noyaux brefs. L'éthiopien répond au même problème, mais la compositionnalité, au sens qui vient d'être défini, lui permet une alternative à la désassociation radicale : le renversement des rôles tête/opérateur, comme en (22).

60(22) v.A -----> A.v

61Cette possibilité logique disponible au sein de la théorie se trouve faire exactement la bonne prédiction empirique, à savoir qu'une voyelle centrale basse est dérivée.

62Le a de l'arabe et celui de l'éthiopien ne sont donc pas exactement les mêmes objets : le a de l'arabe est un a pur, tandis que le a de l'éthiopien est, dans des circonstances normales, modifié (sans effet visible) par son opérateur, la voyelle froide. Le même résultat phonétique sera dérivé dans les deux cas. C'est sous la pression des circonstances, ici l'introduction du paramètre (18), que leur différence va se révéler : le a de l'arabe, ne pouvant faire preuve d'aucune flexibilité, doit se désassocier ; celui de l'éthiopien demeure, mais au prix d'une altération.

63En ce qui concerne les voyelles hautes, u et i, on peut voir que contrairement au a, elles subissent, en éthiopien, un destin identique à leurs analogues en arabe marocain, la désassociation. Deux explications se suggèrent d'elles-mêmes. Si la stratégie du renversement de rôle invoquée dans le cas de a était appliquée ici, comme en (23), une voyelle de qualité identique, un i ou un u, serait dérivée.

64(23)

Image img16.jpg

65En effet, la combinaison de la voyelle froide v avec I ou U est le seul cas où la nature asymétrique de la relation ne résulte en aucune différence phonétique : v.I est un I affecté à vide par un opérateur neutre (= [i]), et I.v est une voyelle centrale haute avancée par le trait chaud de son opérateur, (= [ɨ]).

66On pourrait penser qu'une condition de transparence est à l'œuvre ici, interdisant qu'un renversement de rôle n'ait pour conséquence la dérivation d'un objet phonologiquement ambigu. Cette objection sera rejetée pour deux raisons. Tout d'abord l'ambiguïté en question ne constituerait pas un cas d'opacité complète : le i "renversé" serait toujours bien distinct de l'autre i par sa durée. En effet, le premier serait bref alors que le second serait long, tout comme le a renversé ([ä]) est court tandis que le a inaltéré est long. Deuxièmement, le cas a déjà été décrit de langues qui comportent les deux types de voyelles hautes, celles dont la tête est I ou U, et celles dont la voyelle froide est la tête, et ceci en l'absence de contraste de longueur (cf. note (15)).

  • 17 Une étude actuellement menée par Christian Dunn (en préparation) indique que le hongrois possède l (...)

67Une meilleure raison de ne pas voir ici un effet de la stratégie du renversement de rôle est disponible : l'expression qui en résulterait violerait le réglage spécifique du paramètre (12) observé par l'éthiopien, selon lequel une combinaison comprenant I ou U doit avoir I ou U pour tête17.

68Dans ce cas, la seule réaction possible de l'éthiopien à (18) doit être la désassociation de i et de u, comme en arabe. Ces voyelles sont immédiatement remplacées par v, et une voyelle centrale haute en résulte au niveau phonétique.

  • 18 Le fait que [$], et non pas [a], ait la mobilité du schwa, est bien connu et a été étudié par Hetz (...)

69Selon cette analyse, les ä et ɨ en éthiopien sont des objets phonologiques assez différents : à est, pour ainsi dire, une vraie voyelle, la forme brève de ä, alors que ɨ n'est rien qu'une sorte de bruit pur qui fournira une interprétation phonétique aux noyaux vides en cas de besoin. En d'autres termes, sa distribution sera identique à celle du ɨ en arabe marocain, les différences phonotactiques entre ces deux langues mises à part18.

6. Conclusion

70Dans cet article, j'ai proposé une explication de la genèse des voyelles centrales dans deux branches de la famille sémitique, l'arabe maghrébin et l'éthiopien. Les différences dans les configurations terminales découlent de réglages respectifs d'un petit nombre de paramètres, et notamment du paramètre (18) qui est responsable de ce que j'ai appelé la perte de brièveté.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

DUNN, C. (en préparation), Ph.D. Dissertation, UQAM.

GUERSSEL, M. et J. LOWENSTAMM, en préparation a, Metathesis in Semitic.

GUERSSEL, M. et J. LOWENSTAMM, en préparation b, Stem Formation and Phonological Structure in Semitic.

HETZRON, R., 1964, La voyelle du sixième ordre en amharique, Journal of African Languages, 3.

KABBAJ, O., 1990, La structure syllabique de l'arabe marocain : le cas des verbes creux, mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal.

KAYE, J., 1990 sous presse, Government in Phonology : The Case of Moroccan Arabie, The Linguistic Review, 6.

KAYE, J., M. ECHCHADLI et S. EL AYACHI, 1986, Les formes verbales de l'arabe marocain, Revue Québécoise de Linguistique, 16, 1.

KAYE, J.D., J. LOWENSTAMM et J.R. VERGNAUD, 1985, The Internal Structure of Phonological Elements ; a Theory of Charm and Government, Phonology Yearbook 2.

KAYE, J.D., J. LOWENSTAMM et J.R. VERGNAUD, 1989, Konstituentenstruktur und Rektion in der Phonologie, Linguistische Berichte Sonderheft 2/1989.

KEAN, M.L., 1975, The Theory of Markedness in Generative Grammar, Ph.D.Dissertation, MIT.

LESLAU, W., 1951, Le type läbsä en guragué, Rassegna di Studi Etiopici, 10.

LOWENSTAMM, J., en préparation, Vocalic Length in Ethiopie and Related Issues.

LOWENSTAMM, J. et J.D. KAYE, 1985, Compensatory Lengthening in Tiberian Hebrew, In L. Wetzels & E. Sezer (éds.) Studies in Compensatory Lengthening, Foris : Dordrecht.

McCARTHY, J., 1981, A Prosodic Theory of Nonconcatenative Morphology, Linguistic Inquiry, 12, 3.

PETRACEK, K., 1964, Zur Entwicklung des phonologischen Systems des Altäthiopischen, Rassegna Di Studi Etiopici, 20.

TUBIANA, J., 1956, Système vocalique du guèze (éthiopien classique), GLECS 7, 1954-1957.

VOIGT, R.M., 1983, The Vowel System of Ge'ez, in S. SEGERT et A. BODROGLIGETI (éds.) Ethiopian Studies Dedicated to Wolf Leslau, Otto Harrassowitz : Wiesbaden.

Notes

1 Cet article reprend, sous une forme différente, le sujet traité dans mon article « Vowel Length and Centralization in Two Branches of Semitic », publié dans le Festschrift offert à Wolf Leslau pour son 85e anniversaire (Lowenstamm (1922)). Les recherches pour ce travail ont été financées par les subventions CRSH #411-85-0012, et FCAR #87-EQ-2681. Je suis redevable à Christian Dunn, Mohamed Guerssel, Isabelle Haïk et Jean-François Prunet de leurs commentaires sur cet article.
Je remercie André Miquel de m'avoir donné l'occasion de présenter cette analyse dans son séminaire au Collège de France (Janvier 1992). J'y ai bénéficié des commentaires et suggestions de Georges Bohas, André Miquel et Gérard Roquet. Ce travail a également fait l'objet d'un exposé devant le groupe LIFLA (Février 1992). A cette occasion, je remercie Claire Grégoire et Gilbert Puech d'une lecture minutieuse de Lowenstamm (1992) et des excellents commentaires qui ont suivi cette présentation.

2 Un avertissement est nécessaire quant à l'emploi du terme éthiopien. Par éthiopien, j'entends la totalité du groupe Sémitique Éthiopien à partir du moment où est apparu un type identifiable comme tel. Cela inclut le proto-éthiopien et les langues qui nous sont connues. Il est clair que plusieurs langues Gurage nous sont presque totalement inconnues, et que le système vocalique du Garari est, à mon avis, mal compris.

3 Le lecteur est renvoyé a Lowenstamm (en préparation) pour une discussion plus complète et détaillée du problème de la longueur en éthiopien.

4 L'exposition de ces faits bien connus rallongerait outre mesure cet article. Voir par exemple Leslau (1951) et Lowenstamm (en préparation).

5 A ma connaissance, la thèse de la perte de la longueur n'a été prise au sérieux qu'en raison du statut non-distinctif de la longueur en (1. b) : on ne pouvait parler de i "long", par exemple, en l'absence de i bref. Plus ou moins parallèlement au développement de la phonologie structurale, les premières enquêtes linguistiques auprès d'informateurs autochtones révélèrent que les voyelles périphériques n'étaient pas plus longues que les voyelles centrales. Cette découverte a renforcé l'idée de la non-pertinence de la longueur dans le système. En dehors de ce simple "fait", je n'ei connaissance d'aucun progrès dans l'analyse de la phonologie d'une langue sémitique éthiopienne qui résulte, directement ou indirectement, de l'évacuation du problème de la longueur.

6 Voir Lowenstamm & Kaye (1985) pour l'exposé d'une conception du squelette comme une séquence indifférenciée de pures positions.

7 Mon but est seulement de montrer que l'universel d'implication peut être formulé dans une théorie où la longueur est représentée en termes d'une configuration du squelette. La question de savoir si un tel universel est adéquat est une autre question. Son évaluation sortirait des limites de cet article. Je tiens cependant à souligner que la validité de (4) n'est pas une nécessité logique.

8 Le trait ATR ne joue aucun rôle dans les systèmes considérés ici et ne sera donc pas discuté. Sur ce sujet, voir Kaye & al. (1985).

9 La voyelle froide n'étant pas marquée peut apparaître sur n'importe quelle ligne.

10 B/R/H = ARRI/ARRON/HAUT

11 Le fait que les dialectes modernes arabes du Maghreb descendent de l'arabe classique, comme je le suppose, peut être sujet à discussion. Ce qui n'est aucunement sujet à discussion, c'est la nature des différences entre les systèmes vocaliques de ces dialectes d'une part, et celui de l'arabe classique, d'autre part.

12 Cette question ne sera pas développée, ici. Le lecteur est renvoyé à Kaye & al. (1986, 1989), Kaye (1990), et Kabbaj (1990).

13 Pour des raisons qui sortent de cet exposé, le noyau d'une syllabe initiale reste vide s'il n'est pas suivi d'un groupe consonantique, ainsi ḥmar vs. yIktIb. Voir la note précédente pour des références bibliographiques pertinentes.

14 Dans les termes d'une théorie du gouvernement phonologique, l'expression (18) se formule ainsi : "les éléments vocaliques doivent gouverner". Voir Guerssel & Lowenstamm (en préparation), Kaye & al. (1989), et pour l'éthiopien, plus particulièrement, Lowenstamm (en préparation).

15 Kabbaj (1990), Kaye & al. (1986) et Kaye (1990) donnent des arguments très forts montrant que les trois voyelles restantes continuent de se comporter comme des noyaux longs.

16 Cf. note 10.

17 Une étude actuellement menée par Christian Dunn (en préparation) indique que le hongrois possède les deux types de [i], ν. I et I. v. Le premier est harmoniquement actif alors que le second est "transparent". Ceci se trouve correspondre exactement à un réglage négatif du paramètre (12). Il est évident que le hongrois a abandonné la condition qui veut que I ou U soient toujours tête des expressions où ils figurent. Ceci explique la voyelle antérieure basse [æ] du hongrois, et sa contrepartie arrière.

18 Le fait que [$], et non pas [a], ait la mobilité du schwa, est bien connu et a été étudié par Hetzron (1964).

Auteur

Université Paris VII

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search