Version classiqueVersion mobile

Développements récents en linguistique arabe et sémitique

 | 
Georges Bohas

Diverses conceptions de la morphologie arabe

Texte intégral

1) LA CONCEPTION STRUCTURALISTE

1Deux articles de Cantineau (1950 a et b) fondent cette conception (devenue quasiment une doxa dans les études arabes et sémitiques, du moins en France) de l'organisation et du classement du vocabulaire sémitique. Selon Cantineau (1950, a), « Les racines et les schèmes constituent deux grands systèmes croisés, enveloppant dans leur réseau toute la masse du vocabulaire sémitique (Cohen, 1964 précise (p. 48 de Cohen, 1970) : “la plus grande partie, et de loin, du vocabulaire se définit en effet par le croisement d'une racine et d'un schème”). Tout mot est analysé selon ces deux systèmes et appartient à chacun d'eux. » Il s'agirait là d'une caractéristique commune et profonde des langues sémitiques.

2La mise en œuvre des deux systèmes s'effectue de la manière suivante : « Quand on veut tirer un mot d'un autre mot, on ajoute rarement au radical du premier un préfixe ou un suffixe : on préfère en général remonter à la racine et en tirer, sur le modèle d'un schème connu, un autre mot dont le radical sera tout différent de celui du premier mot. Ainsi, quand d'arabe qiṭṭ- "chat" on veut tirer un diminutif, on n'ajoute pas un suffixe comme le français "chaton", mais de la racine qṭṭ et sur le modèle du schème fu'ayl- de diminutif, on tire un mot quay" chaton" dont le radical est tout différent de celui de qiṭṭ-. Cette façon de faire, très habituelle, montre bien la manière dont le système est employé. »

3Cantineau (1950, b) explicite encore cette "manière dont le système est employé" : « Chaque mot a sa racine et son schème ; on pourrait comparer le vocabulaire a un tissu dont la trame serait l'ensemble des racines attestées dans la langue, et la chaîne l'ensemble des schèmes existant. Chaque point d'intersection de la chaîne et de la trame serait un mot, car tout mot est entièrement défini sans ambiguité par sa racine et son schème, tout schème de son côté fournissant des mots à différentes racines, et la plupart des racines fournissant des mots de différents schèmes. » Ce que j'ai résumé dans Bohas et Guillaume (1984) de la manière suivante :

1. Organisation de la morphologie selon Cantineau

4Tout mot est le produit de l'association d'un schème à une racine. Cela peut être figuré de la manière suivante :

Image 1.jpg

5soit, pour les mots nazala, yanzilu, manzil (descendre : accompli et inaccompli et nom de lieu) :

Image 2.jpg

6Que l'opération à laquelle se résume la morphologie arabe se limite au "croisement" d'une racine et d'un schème, comme la trame croise la chaîne, est certes une idée simple et séduisante (du reste, elle a séduit beaucoup de monde) ; elle semble même "marcher" pour quelques cas. Ainsi, pour un madar comme qatl on a bien l'impression qu'il suffit de croiser la racine QTL et le schème fa‘l pour obtenir le qatl désiré, mais une masse de faits montre le contraire, c'est-à-dire que, pour former un mot, il ne faut pas seulement associer ("croiser") une racine et un schème, mais il faut également regarder un troisième larron qui n'est autre qu'un autre schème (et là, la comparaison simpliste de la morphologie avec une pièce de tissu tombe en... lambeaux). Il s'agit de faits cités dans toutes les grammaires de l'arabe, aussi, me pardonnera-t-on de n'en donner que quelques exemples. Le plus étonnant reste que les partisans du croisement, qui connaissent, bien entendu, ces faits, ne se soient pas aperçu de leur pertinence pour la discussion.

I. Les noms de temps et de lieu

7Blachère et Gaudefroy-Demonbynes (1937, p. 94) disent bien que (sauf pour une douzaine d'exceptions) maf‘al provient d'un verbe ayant a ou M à l'inaccompli et maf‘il d'un verbe ayant l'inaccompli en i :

Image 3.jpg

8Il est clair que, pour former le nom de temps et de lieu, on ne croise pas simplement la racine et le schème maCCvC, mais on doit "regarder" l'inaccompli.

II. Les diminutifs

9Soit les deux noms suivants : ğabal et kitāb. Leurs diminutifs sont repectivement ğubayl et kutayyib. Pourtant les racines sont bien toutes les deux des triconsonantiques identiques. La différence entre fu‘ayl et fu‘ayyil ne tient donc ni à la racine, ni au diminutif lui-même, mais à la dernière voyelle du nom : a dans ğabal et à dans kitāb. Pour revenir au texte de Cantineau sur le chat et le chaton, quand on forme le diminutif, on doit aussi prendre en compte la nature des voyelles du mot lui-même. Il n'y a pas croisement simple d'une racine et d'un schème, mais référence cruciale à un autre schème.

III. Les pluriels brisés

10Certains noms commençant par mīm ont un pluriel en mafā 'il et d'autres en mafā'īl. Cette distribution n'est nullement hasardeuse, mais le choix du schème du pluriel dépend de la qualité de la dernière voyelle du nom singulier. Ici encore, il ne suffit pas de croiser une racine et un schème, il faut, crucialement, regarder un troisième terme : le singulier du nom. Pour ce problème du transfert de certaines propriétés du singulier sur le pluriel, on pourra consulter les articles de McCarthy (1983) et McCarthy et Prince (1988) consacrés à la formation du pluriel brisé.

11Je ne vais pas multiplier les arguments du même type, car tous ceux qui connaissent un peu d'arabe peuvent en construire de pareils.

2) LA CONCEPTION DES GRAMMAIRIENS ARABES (désormais : GA)

  • 1 Dans le domaine du tariif, ma'nā revêt deux acceptions :

12J'ai soigneusement tenté de cerner la pensée des GA à ce sujet dans Bohas (1979), Bohas et Guillaume (1984) et j'ai donné un résumé de ces recherches dans Bohas, Guillaume et Kouloughli (1990). Leur conception de la morphologie et de la relation entre la racine et le schème n'a rien à voir avec le simplisme du "croisement" des structuralistes. Pour eux, la morphologie énumère les structures de base (binya ?aliyya) nominales et verbales et décrit les processus dérivationnels qui permettent d'en tirer les autres formes de la langue. Une structure de base est un agencement de places consonantiques et vocaliques liées à un "sens" grammatical (que j'ai désigné par ma‘nā II1 dans Bohas (1979), par exemple : verbe, passé...).

13Dans les agencements ainsi définis prennent place les segments de la racine ( ?al), qui est elle-même un élément complexe composé de deux faces, l'une phonique (trois ou quatre consonnes) et l'autre sémantique (charge sémantique commune à tous les mots qui en sont dérivés et que j'ai désignée par = ma‘nā I dans Bohas, 1979).

14A partir des structures de base nominales (dix triconsonantiques, FA‘L, FI‘L, FU‘L, FA‘AL, FA‘IL, FA‘UL, FI‘AL, FI‘IL, FU‘UL, FU‘AL, six quadriconsonantiques, FA‘LAL, FI‘LIL, FU‘LUL, FI‘LAL, FI‘ALL, FU‘LAL et quatre pentaconsonantiques, FA‘ALLAL, FI‘LALL, FA‘LALIL, FU‘ALLIL) comme sur les nominaux dérivés (voir ci- dessous), il est possible de former le pluriel et le diminutif. Ces deux processus font l'objet d'études particulièrement approfondies chez les GA car ils sont souvent source de processus phonologiques fort complexes.

15Les bases verbales (trois triconsonantiques FA‘ALA, FA‘ILA et FA‘ULA, et une quadriconsonatique FA‘LALA) sont source de nombreux processus morphologiques.

16Une question préalable, qui a fait l'objet de longues controverses, porte sur la manière dont se réalise l'association entre la racine et ces structures verbales de base. L'opinion qui a prévalu est que l'association entre les deux se produit par l'intermédiaire d'une forme nominale (le madar) qui, exprimant un procès sans l'insérer dans un temps, est conceptuellement plus simple que la forme verbale (qui est, elle, intrinsèquement liée au temps) et constitue le terme initial de tout processus dérivationnel. En d'autres termes, le madar est formé directement par application de la racine sur une structure de base et il n'est pas étonnant que le croisement de Cantineau semble marcher à son sujet.

1 - Morphologie verbale

17Les structures verbales de base, qui revêtent la forme des verbes accomplis troisième personne du masculin, exemple : araba, sont l'objet de deux types de processus : sans augment et avec augment. Le premier correspond à ce que l'on appelle traditionnellement morphologie flexionnelle et le second à la morphologie dérivationnelle et compositionnelle.

181. La dérivation "sans augment" ne modifie pas la structure consonantique de la base et permet d'en tirer la forme verbale de l'inaccompli et celle de l'impératif, par préfixation et modification de la structure vocalique, comme dans :

Image 4.jpg

19L'élimination de la première voyelle de katab est motivée par une contrainte générale et la prédictibilité de l'alternance de la seconde (a/i,a/u,a/a), en fonction du contexte consonantique, des propriétés syntaxiques ou sémantiques du verbe, longuement discutée, particulièrement, le rapport entre la présence du a et celle d'une gutturale dans son voisinage immédiat.

202. La dérivation avec augment modifie la structure consonantique de la base par affixation ou redoublement pour donner une forme augmentée, sur laquelle on peut ensuite former un inaccompli et un impératif ; cette modification est corrélée à l'expression d'un "sens" grammatical (ma 'nā II). Soit par exemple la forme verbale augmentée, ?af‘ala, l'adjonction du préfixe ?a entraîne une modification des propriétés du verbe, puisque le verbe ahaba (il est parti) acquiert par ce préfixe la transitivité : ?ahaba (il a fait partir X).

2- Morphologie nominale dérivée

  • 2 Pour la tradition des GA toute voyelle longue est analysée en voyelle suivie d’un glide homorganiqu (...)

21Les participes et leurs formes intensives, les adjectifs, les noms de temps, de lieu et d'instrument, les comparatifs sont dérivés de l'inaccompli avec lequel ils entretiennent une relation formelle (dans la structure des radicaux) et/ ou sémantique. L'explicitation du schéma dérivationnel proposé dans Bohas et Guillaume (1984), appliqué à l'adjectif intensif ?akuwl2 (goinfre) permettra de se faire une idée plus précise de ces processus (les divers ma'nās figurent entre crochets).

Image 5.jpg

22Dans la première étape, la racine (sa face phonétique et sémantique) se combine avec le "sens" (ma‘nā II) du procès dans la binya ?aliyya fa‘l et forme le madar. L'adjonction du temps (passé) se réalise dans la structure verbale de base FA‘ALA. De là, par dérivation sans augment, on obtient le présent, puis, par morphologie nominale on obtient le participe FA”‘IL qui exprime "l'être du sujet" (celui qui mange) et sa forme intensive FA‘UWL. L'idée centrale étant que tout élément de la chaîne dérivationnelle cumule les "sens grammaticaux" de ceux qui le précèdent et en ajoute un nouveau. C'est de cette manière que sont exprimées les relations qui existent entre les binya, de base et dérivées, que comporte la langue, certaines propriétés morphologiques ou syntaxiques des dernières pouvant être déduites de leurs antécédents.

23Il y a donc un fossé entre la conception structuraliste et celle des grammairiens arabes. Pour Cantineau, on croise une racine et un schème. Pour les grammairiens arabes (du moins pour la tradition basrienne) on a seulement accès à la racine lors de la formation du madar (pour les Koufiens, le terme initial serait constitué par les bases verbales). Ensuite, aucune forme dérivée n'a plus accès à la racine. Explicitons : l'inaccompli, par exemple, est formé à partir de l'accompli ; le participe est formé sur l'inaccompli etc... cela permet évidemment de prendre en compte les propriétés du schème de base (comme celles que nous avons exposées dans la critique de Cantineau et bien d'autres).

24Dans ces conditions, on reste étonné devant l'affirmation de Cohen (1964) reprise telle quelle dans Cohen (1970) : « C'est un mérite de Jean Cantineau d'avoir donné une formulation systématique à ce qui avait été la doctrine implicite des grammairiens du Moyen-Âge et des grammairiens juifs après eux, en indiquant que "tout le vocabulaire sémitique était contenu dans deux grands systèmes morphologiques croisés : le système des RACINES et le système des SCHEMES." » La conception des grammairiens arabes est parfaitement explicite et systématique, pour peu que l'on se donne la peine de lire leurs textes, et elle n'a rien à voir avec la conception du "croisement" de Cantineau (telle qu'elle est exprimée dans les articles cités), quoi qu'en dise Cohen. (On pourra consulter aussi Ayoub et Bohas (1984) ; on trouvera aussi d'autres objections contre la prétendue simplicité de la conception structuraliste dans Bohas et Guillaume (1984) p. 164 sq.)

3) MODÈLES RÉCENTS

25Le traitement de l'arabe dans le cadre de la phonologie autosegmentale (Goldsmith, 1976) a amené à reposer certains problèmes fondamentaux de la morphologie et de la phonologie arabe, comme nous l'avons montré dans les séminaires précédents. Dans le premier ouvrage de ce type, McCarthy (1979) les racines et les schèmes (appelés par lui binyan) occupent chacun une ligne autonome si bien qu'une forme comme katab a, rappelons-le, la représentation :

Image 6.jpg

26La liste des binyanim verbaux ((4), p. 246) :
a. CVCVC
b. CVCCVC
c. CVVCVC
d. CVCVCCVC
e. CVCVVCVC
f. CCVCVC
g. CCVCCVC
h. CCVVCVC
peut être regroupée en deux "templates" ((5), p. 246) :
a. CV((CV) [+seg]) CVC
b. CCV ([+seg]) CVC

27Les éléments de la racine s'associent, de gauche à droite et sans croisement de lignes avec un binyan. En d'autres termes, on a une conception analogue à celle du croisement des racines et des schèmes, mais dans ce cas, il est dit explicitement comment s'effectue l'opération. Les résultats de cette opération sont satisfaisants pour certaines formes comme a et c :

Image 7.jpg

28et désastreux pour d’autres, comme b :

Image 8.jpg

29La grammaire dérive * katbab pour la forme II. La bonne forme est obtenue par une règle ad hoc qui délie le b de la place médiane, permettant ainsi la réassociation du t avec cette position et l'obtention de kattab. Les inconvénients de cette "solution" ont été longuement exposés dans Angoujard (1984 et 1990) et nous n'y reviendrons pas ici. Depuis, l'opinion de McCarthy quant à la nature des binyanim et des templates a évolué et, dans McCarthy (1986) et McCarthy et Prince (1988), il propose une notation en termes de syllabes et de mores, mais sans changer radicalement d'avis (du moins, que je sache) en ce qui concerne l'association directe de n'importe quel squelette de sa liste (4) p. 246 à n'importe quelle racine.

30Yip (1988) propose de changer le mode d'association, argumentant en faveur de l'association prioritaire des marges ("edge-in") contre l'association directionelle gauche-droite. Si cela permet de résoudre le problème des formes II et V, une nouvelle astuce doit intervenir pour dériver IX et XI, de plus, pour l'association des voyelles à la forme V, Yip a recours à l'extramétricalité du préfixe (p. 566) mais cela ne l'amène pas pour autant à changer quoi que ce soit à la conception générale : on associe un élément de la liste des squelettes à un élément de la liste des racines.

  • 3 On trouve déjà une critique pertinente de cette conception dans Angoujard (1990).

31Dans les séminaires précédents, j'ai montré que pour rendre compte des relations entre les diverses racines de l'arabe, l'association et l'épenthèse de w et y devaient être libres (en gardant toutefois l'interdiction du croisement des lignes). Si l'association des éléments de la racine et des positions du squelette est libre, avec en plus la possibilité d'épenthétiser w ou y, on devine les catastrophes que cela produira si l'on garde la conception du croisement des racines et des schèmes. Mais justement, je pense que c'est cette conception même qui doit être remise en cause car c'est elle qui est la source de tous les problèmes, y compris dans le cadre de l'association de gauche à droite3.

OBSERVATIONS SUR LES RELATIONS ENTRE LES FORMES4

  • 4 Je garde la présentation rapide donnée dans le cadre d'un exposé oral. L'ensemble de ces idées sera (...)

32Nous partirons d'observations anciennes que l'on trouve aussi bien chez les grammairiens arabes que chez les bons orientalistes classiques comme dans Fleisch (1979) et nous montrerons qu'il est particulièrement erroné de présenter toutes ces formes dans une liste inarticulée :

Image 9.jpg

  • 5 La caractérisation sémantique de ces formes est ici outrageusement rapide (voir les grammairiens ar (...)

33D'après ces textes, il est bien connu que la deuxième forme est l'intensive de la première, la quatrième, la factitive et la troisième la "participative"5.

Image 10.jpg

34Les relations entre ces diverses formes, qui sont bien loin de constituer une simple liste, peuvent être figurées comme suit :

Image 11.jpg

35Quant à V et VI, ce sont les réfléchis de II et III. On peut donc compléter le tableau :

Image 12.jpg

36Enfin, VII et VIII sont toutes deux des formes réfléchies de la première et X est la réfléchie de IV. Dans X, l'adjonction du préfixe j à IV entraîne le passage de ? à t, exactement comme en syriaque :

Image 13.jpg

37On peut donc figurer l’ensemble des relations entre les formes dans le tableau suivant :

Image 14.jpg

38Dans tous les cas, la modification sémantique s'accompagne de la modification de la structure argumentale.

39En résumé, il me semble que mettre toutes les formes dans une liste (de I à X ou XIV) revient simplement à négliger le rôle essentiel que joue la forme I. Pour moi, c'est cette forme qui a accès à la racine et les autres formes sont dérivée d'elle. Ainsi, un verbe comme takassara (exemple classique s'il en est) ne sera pas formé par association du squelette CVCVCCVC et de la racine √KSR :

Image 15.jpg

40Au contraire, la racine sera associée à la forme I :

Image 16.jpg

41De là, on formera l'intensif en créant une place à côté de la consonne médiane du squelette :

Image 17.jpg

42qui s'associera par diffusion, sans avoir à postuler la règle ad hoc de McCarthy :

Image 18.jpg

43Et enfin, le réfléchi de l'intensif sera formé en préfixant ta :

Image 19.jpg

44Les racines bilittères peuvent, je l'ai abondamment montré dans ce séminaire et dans les travaux cités, se développer par association libre et par épenthèse. Mais une fois que cette association a été réalisée dans la forme I, il est impossible d'en réaliser une autre pour les autres formes. Soit la racine R elle donnera les verbes : ārra : "to harm, injure" (Wehr, 1961, p. 537) et āra "to harm, injure" (Wehr, 1961, p. 547) mais il n'est pas pour autant question de mélanger les deux dérivations ; en d'autres termes, la forme V de arra sera taarrara et non taayyara. La dérivation de ces formes s'effectuera donc comme suit :

45Racine ḌR

Image 20.jpg

46et de là, et sur cette forme I exclusivement, formation d'intensif (II)

Image 21.jpg

47puis de réfléchi, par préfixation (V) :

Image 22.jpg

  • 6 Ainsi, il n'y a plus besoin de règles ad hoc pour II et V.

48Reconnaître le rôle de la forme me semble être le seul moyen de rendre compte de tous les faits, sans compter les avantages formels que cela présente6.

Notes

1 Dans le domaine du tariif, ma'nā revêt deux acceptions :

  • la charge sémantique d'une racine, par exemple, le concept "frapper" lié à DRB ;

  • Les propriétés syntactico-sémantiques d'un schème. Nous parlerons donc de ma'nā I et de ma'nā II quand nous voudrons expliciter cette différence.

2 Pour la tradition des GA toute voyelle longue est analysée en voyelle suivie d’un glide homorganique qui constitue l’élément allongeant de la voyelle. Les glides sont trois : w homorganique de u, y homorganique de i et le ? alif, que nous symbolisons par ", homorganique de a.

3 On trouve déjà une critique pertinente de cette conception dans Angoujard (1990).

4 Je garde la présentation rapide donnée dans le cadre d'un exposé oral. L'ensemble de ces idées sera repris et développé dans une publication ultérieure.

5 La caractérisation sémantique de ces formes est ici outrageusement rapide (voir les grammairiens arabes et Fleisch (1979) pour les propriétés de chaque forme).

6 Ainsi, il n'y a plus besoin de règles ad hoc pour II et V.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search