Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas of Jordan

 | 
Myriam Ababsa

Introduction générale

Texte intégral

1La Jordanie fait encore, à ce jour, figure d’exception au Moyen-Orient par la stabilité politique dont elle témoigne depuis la proclamation de son indépendance en 1946, cela malgré le défi qu’a constitué l’intégration de plusieurs vagues de réfugiés palestiniens, irakiens et tout récemment syriens. Elle a fait de cette stabilité et de la paix signée avec Israël en 1994, une rente économique qui lui permet d’être l’un des premiers pays au monde en terme d’aide au développement par habitant. Son économie est portée par les transferts d’argent de ses 260 000 travailleurs expatriés dans le Golfe  ; par les revenus du tourisme et ainsi que par les aides étrangères fournies par les États-Unis, l’Arabie saoudite et l’Union européenne. Peuplée de 6,5 millions d’habitants en 2012, la Jordanie aspire a devenir un pays émergent, mais elle est confrontée à de grands défis économiques, dus à une dépendance énergétique quasi totale, à un chômage structurel et à une absence de véritable politique économique et d’aménagement du territoire intégrée qui puissent créer de l’emploi, freiner l’expansion urbaine anarchique et préserver ses terroirs. Développé sur les deux rives du Jourdain en 1949, le Royaume hachémite de Jordanie a offert la citoyenneté pleine et entière aux réfugiés palestiniens. Ces derniers, résidant en majorité au sein des grandes villes d’Amman, Russeifa, Zarqa et Irbid, ne forment, contrairement aux idées reçues, que moins de la moitié de la population totale.

2Présenter ainsi les caractéristiques géopolitiques et macroéconomiques de la Jordanie ne permet pas de saisir les enjeux politiques et sociétaux que révèlent des analyses fines des résiliences spatiales et des dynamiques territoriales à l’échelle de ses districts et de ses villes. L’ambition de cet atlas est d’offrir au lecteur des clés d’analyse spatiale des dynamiques sociales, économiques et politiques qui animent ce pays exemplaire de la complexité du Moyen Orient. Ces clés nécessitent de recourir à plusieurs échelles, celle du monde, celle de l’Europe et de ses marges, de «  l’Asie de l’Ouest  », mais aussi celle des régions et des villes jordaniennes, et pour Amman, de ses quartiers (anciens, récents, commerciaux, résidentiels, informels, luxueux). Elles requièrent également de décrire les modes d’élaboration de la nation jordanienne, des relations entre grandes familles citadines, tribus bédouines influentes et tribus sédentarisées des zones rurales, et les réfugiés palestiniens. L’étude des territoires jordaniens implique de rappeler les solidarités anciennes entre les deux rives du Jourdain (liens économiques entre Salt et Naplouse, Kerak et Hébron), d’autant que la Cisjordanie a été intégrée administrativement de 1949 à 1988 à la Jordanie (et occupée par Israël depuis 1967).

Le pari d’un atlas physique, historique et contemporain

3Le projet de cet atlas est d’expliquer la formation des territoires jordaniens sur le temps long. Pour cela des experts jordaniens, européens et américains associés à l’Institut français du Proche-Orient ont été invités à révéler les résiliences spatiales de structures anciennes  : les complémentarités entre terroirs (champs cultivés, garrigues et steppes) dès le Néolithique, les dynamiques commerciales le long des voies longitudinales des wadis (Jourdain, Araba, Sirhan), les trames administratives héritées (trames urbaines des premiers royaumes d’Amman, Moab et Edom  ; trames commerciales associant Damas et Jérusalem sous l’Empire ottoman  ; limites du contrôle de l’État aux confins du Bilad al-Sham ottoman et du Hejaz). La limite du monde sédentaire (de la ma`mura) a fluctué pendant des siècles de part et d’autre de la limite des zones en agriculture sèche, suivant les modes de contrôle étatique des tribus nomades et de la maîtrise technique des réseaux d’approvisionnement en eau. C’est le long de cette limite que la route du pèlerinage s’est développée, sur le tracé ancestral liant le sud de la péninsule arabique à Damas, limite orientale du peuplement sédentaire pendant des siècles.

4Cette connaissance du temps long nécessite de poser en premier le cadre physique des territoires situés à l’Est du Jourdain et du Wadi Araba. D’autant que le territoire jordanien présente des caractères exceptionnels qui justifient l’intégration d’une première partie de géographie physique. En effet, la Jordanie est riveraine, avec Israël, du graben de la mer Morte, le lieu le plus bas au monde (-423 m sous le niveau de la mer). La présence de ce graben entraîne de grands dénivelés entre les plateaux à 1000 m, qui donnent naissance aux paysages les plus remarquables du pays  : ces magnifiques wadis (Zarqa, Mujib, Hasa) creusés en canyons, qui ont constitué au cours des siècles des limites de royaumes. D’autre part, l’aridité revêt un caractère exceptionnel, la Jordanie étant le quatrième pays le moins doté en eau par habitant (avec 145 m3 par an). Les nappes fossiles sont intensément exploitées depuis un demi-siècle, et les nappes phréatiques sont pompées au delà de leur recharge, ce qui pose un réel problème stratégique (chapitre 1).

5Les historiens qui ont contribué à la partie historique ont eu à exposer l’organisation administrative, définissant si le territoire situé à l’est du Jourdain et du wadi Araba était une périphérie ou un centre de royaume, et si à ce titre il pouvait organiser la collecte des taxes et lever des armées, cela sous les Perses, les Nabatéens, puis les Romains, les Byzantins, les Omeyyades, les Abbassides, les Croisés, les Ayyoubides, les Mamluks, les Ottomans et les Anglais. Ils étaient invités à décrire les hiérarchies urbaines afin de montrer quelle cité fortifiée tirait le mieux profit de sa situation, décrire les réseaux commerciaux et routiers, puis à exposer les modes d’utilisation du territoire (exploitation minière, agriculture, début d’industrie) (chapitres 2, 3 et 4).

6Dans le champ contemporain, l’étude de la composition de la nation et de sa répartition spatiale a été primordiale. Car la stabilité du régime hachémite relève aussi du contrat social jordanien selon lequel les réfugiés palestiniens sont pleinement citoyens jordaniens, les rois de Jordanie étant garants de leur droit au retour. Les populations transjordaniennes d’origine, organisées en grandes familles citadines ou en tribus en milieu rural, ont été massivement intégrées dans l’armée et l’administration publique. Mais si elles forment le socle du régime, elles peuvent aussi se soulever pour exiger une meilleure distribution de la rente, notamment dans les districts du sud et de l’est, comme ce fut le cas à Ma`an à la fin des années 1980, en 1996 et dans les années 2000. Alors que la Jordanie est le cinquième pays le plus militarisé au monde en terme de ratio nombre de militaires / population active, de part du budget national et d’armement lourd par habitant (après Israël, Singapour, la Syrie et la Russie), et que ses 100 000 militaires et 65 000 réservistes constituent les soutiens traditionnels du régime hachémite, le mécontentement a gagné les rangs de ses anciens officiers lassés par la corruption et par le fait que la Jordanie serait, selon eux, devenue une patrie de substitution pour les réfugiés palestiniens (manifeste du comité des vétérans de l’armée, 1er avril 2010). Depuis février 2011, les manifestants du «  printemps arabe  » réclament l’instauration d’une véritable monarchie parlementaire, une meilleure représentation des habitants des grandes villes (foyers des frères musulmans et des salafistes), et la fin de la corruption. Mais l’augmentation soudaine du prix de l’essence, du fuel et du gaz en octobre 2012 a entraîné un mouvement massif de protestation qui touche l’ensemble de la population et que le régime a du mal à endiguer.

7L’étude des dynamiques foncières et de ses transformations (modes de transmission des terres agricoles, enregistrement des terres de parcours pastoral, conversion des terres agricoles en zones constructibles) constitue un autre faisceau explicatif méconnu de la stabilité jordanienne. En effet, la Jordanie est l’un des pays du Moyen-Orient qui a cadastré ses terres fertiles et garanti aux villageois leur propriété soit collective (mucha`a) soit privée, dès les années 1860. La politique foncière britannique a été ensuite décisive par le remplacement progressif de la propriété collective par la propriété privée, conduisant à un intense morcellement des terres agricoles dès les années 1950. L’absence de réforme agraire a permis aux grandes familles latifundiaires gravitant autour des rois de Jordanie d’asseoir leur pouvoir politique (chapitre 5).

8Le peuplement jordanien, concentré sur les 10 % arables du territoire, a connu une urbanisation accélérée depuis les années 1970, portée par les retombées du boom économique des pays producteurs de pétrole, et la diversification des emplois dans les secteurs tertiaires et de la construction. La population connaît de profondes transformations de sa démographie et de ses structures familiales. La fertilité, en réduction, reste élevée avec 3,6 enfants par femme. Elle est d’autant plus étonnante que 90 % des femmes sont éduquées et 80 % citadines. Enfin, la Jordanie connaît, comme les autres pays du Moyen-Orient, un phénomène méconnu très intéressant qui est le «  badal  », ou tradition de mariage par échange des sœurs et des frères, qui permet d’éviter le coût de la dot et protège théoriquement les femmes de la violence domestique (chapitre 6).

9Le chapitre économique s’est attaché à présenter le fonctionnement de la rente, mais aussi à exposer des analyses sectorielles, ainsi que l’échec de la décentralisation. Il montre que la multiplication des zones économiques spéciales et des zones industrielles qualifiées a conduit à un éclatement territorial, avec des zones stratégiques (Amman, Aqaba) qui relèvent du cabinet du Premier Ministre (chapitre 7). Le chapitre 8 dévoile les politiques de lutte contre la pauvreté, ainsi que les stratégies de création d’emploi mises en œuvre par les gouvernements successifs. L’étude fine des disparités sociales est affinée à l’échelle de la capitale hachémite dans un chapitre sur les politiques urbaines, essentiel dans un pays dont la moitié de la population vit sur 2 % du territoire. L’éclatement de la trame municipale, conséquence du printemps arabe de 2011, y est analysée (chapitre 9). Le dernier chapitre expose les défis énergétiques et environnementaux auxquels la Jordanie est confrontée et les réponses qu’elle offre en terme de mégaprojets de développement (chapitre 10).

Éléments de méthode

10Contrairement au Liban, la Jordanie dispose d’une pléthore de recensements, d’études et de rapports officiels et de consultants, et contrairement à la Syrie voisine, la Jordanie a formé des ingénieurs de haut niveau. Enfin, et c’est à son honneur, les administrations et les universités sont très ouvertes aux projets de coopération scientifique. Ce fut donc un bonheur de partir en quête de données statistiques et cartographiques, tant le désir de collaboration était vif de la part de mes interlocuteurs. Devant cette abondance de données, j’ai fait le choix de privilégier l’originalité à la quantité, et d’utiliser des sources internationales pour les mettre en perspective. Autant que possible, j’ai représenté les données à l’échelle fine des sous-districts (qada), et plus couramment à celle des gouvernorats. Dans les deux cas, j’ai choisi de tracer une ligne qui isole les terres steppiques peuplées de moins de cinq habitants au kilomètre carré afin de donner une représentation réaliste de la répartition de la population et des disparités sociales et de développement au sein du pays.

11Le projet a débuté en 2006 par la réalisation de la base de données géoréférencées, en collaboration avec le Centre Royal de Géographie jordanien (acquisition d’un modèle numérique de terrain (Digital Elevation Model), du système de projection Jordan Transverse Mercator, achats de cartes au 100 000ème qui ont été scannées et géoréférencées). Le Département des Statistiques a été très collaboratif, nous fournissant le recensement 2004 par localité en tableau excel. Puis, avec l’aide de l’ingénieur Eyad Ghatasheh, j’ai géoréférencé une à une toutes les localités jordaniennes pour les trois recensements 2004, 1994 et 1979. Cela m’a permis de calculer des taux de croissance annuels moyens intercensitaires en prenant comme base la trame administrative de 2004 (en regroupant les localités selon cette unité spatiale). Plusieurs institutions jordaniennes (RJGC, MWI, GAM, Ministère des Municipalités) m’ont fourni des fichiers géoréférencés (routes, limites administratives, occupation des sols).

12La rédaction des chapitres sur les dynamiques contemporaines s’est étalée entre 2009 et 2012, tant que faire ce peut, des éléments diachroniques et des chronologies ont été données, afin que les données ne soient pas trop vite dépassées. Le choix a été fait de n’inclure ni notes ni références bibliographiques dans le texte. Les sources sont indiquées sur les cartes et se rapportent à la bibliographie générale organisée par partie qui offre des pistes d’approfondissement.

13J’espère que cet atlas thématique sera utile aux amoureux de la Jordanie, mais aussi à ses étudiants et ses fonctionnaires, pour guider le pays vers un développement équilibré, soucieux du bien-être de sa population et de la préservation de son patrimoine exceptionnel.

Jordan administrative limits and main localities.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4853/img-1.jpg
Fichier image/, 227k

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540