Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Conclusion

Texte intégral

BILAN ET PERSPECTIVES

1Au terme de cette étude de la poésie šī‘ite du premier au troisième siècles de l'Hégire, nous voudrions d'abord rappeler ce qu'a été notre démarche, puis dégager un certain nombre de conclusions et indiquer diverses voies pour des recherches ultérieures

2À partir de la double constatation de l'importance de cette poésie et du caractère fragmentaire des études qu'on lui avait consacrées, il a paru bon de faire l'inventaire, puis d'analyser et d'évaluer les études contemporaines sur le sujet de la façon la plus complète et la plus objective possible. Malgré la pluralité, la diversité et la richesse des travaux de nos prédécesseurs, nous avons cru utile d'entreprendre une étude générale, qui se fonderait non pas seulement sur des exemples pris dans l'œuvre des grands poètes, mais bien sur un corpus aussi exhaustif que possible. Nous avons donc établi ce corpus où se retrouvent à la fois les dīwān-s déjà édités et les fragments que nous avons pu glaner nous-mêmes en dépouillant un grand nombre de sources, surtout historiques et littéraires.

3Ce corpus a servi de base à notre travail principal : l'analyse thématique des œuvres. L'examen de quelques 229 ensembles de pièces a permis de dégager tout un ensemble de problèmes : en premier lieu celui de la transmission de cette poésie, et partant celui de l'authenticité de nombreux poèmes et fragments poétiques ; les sunnites et les šī‘ites, que ce soit aux premiers siècles de l'Islam ou de nos jours, ont eu envers cette poésie deux attitudes extrêmes : à la négligence et à l'oubli manifestes des premiers s'oppose le zèle parfois excessif des seconds. À plusieurs reprises, nous avons pris position et souligné le caractère apocryphe d'œuvres rapportées exclusivement par des auteurs šī‘ites et attribuées à des djinns, à des fantômes, à des voix inconnues ou à des personnages qui ont vécu bien avant l'Islam. Dans d'autres cas, la décision est plus difficile, et l'incertitude subsiste.

4Un second problème concerne l'opposition entre le nombre de poètes, tout compte fait assez grand, et le volume de leur production, somme toute assez mince. Plutôt que d'accuser systématiquement les transmetteurs, nous avons assez souvent jugé cette distorsion naturelle. En effet, beaucoup de nos poètes n'ont eu ni le talent ni le temps nécessaire pour une production plus abondante.

5Troisième problème, celui de l'engagement des poètes. En effet, une fois écartés tous les partisans fidèles de ‘Alī et d'al-Ḥusayn, qui ont exprimé un engagement absolu en leur faveur avant de mourir en combattant dans leurs rangs, il reste un nombre important de poètes qui ont manifesté leur engagement de façon plus ou moins constante et qui sont donc en quelque sorte des·šī‘ites à géométrie variable. Force est bien de constater que les principaux poètes dits šī‘ites ont composé des éloges pour les adversaires des ‘Alides, peu importe qu'ils soient Umayyades ou Abbassides. Cette attitude, liée aux multiples et farouches répressions anti-šī‘ites, s'est vu justifiée, sous couvert de taqiyya, par certains poètes eux-mêmes, notamment par le célèbre al-Kumayt. Cela dénote cependant, il faut l'avouer, une faiblesse et une tiédeur qui ne s'expliquent pas tant par la recherche des biens que par la peur, le manque de courage et de maturité politique. Une étude socio-politique qui analyserait la mentalité des poètes et les rapports entre eux et le pouvoir serait souhaitable. Mais tout compte fait, il semble que l'efficacité de l'hypocrisie ait été souveraine et que les efforts pour s'exprimer librement se soient soldés par des échecs.

6Un autre problème est celui de l'originalité de la poésie·šī‘ite des premiers siècles de l'Hégire par rapport à la poésie classique traditionnelle. L'analyse thématique atteste la permanence des principaux genres et des principaux éléments de la poésie arabe classique : le faḫr, le hiğā’, le madḥ et le riṯā’. Cependant ces genres ne concernent plus des tribus, des Sayyids, des califes et des gouverneurs, mais un groupe particulier, ‘Alī, ses descendants et ses partisans qui forment pour ainsi dire un parti politico-religieux d'opposition ; par ailleurs, il ne s'agit plus de gagner la gloire ou des gratifications, mais de défendre des droits usurpés ou méconnus, de caractère plutôt divin. Cela dit, il faut bien avouer que les ‘Alides et leurs partisans ont le plus souvent été loués ou pleurés comme on louait et pleurait des Sayyids. Bien avant nous, R. Blachère (H.L.A., p. 586), parlant de la poésie arabe en général, a écrit : “Il est superflu d'insister sur la place que l'éloge traditionnel de la noblesse, de la vaillance, de la longanimité, de la magnificence tient dans ces thèmes politico-laudatifs.”

7En effet, tous ces éléments thématiques tiennent dans les œuvres poétiques šī‘ites une place importante. Cependant, au sein même des genres classiques et à côté des thèmes traditionnels, d'autres éléments apparaissent, et ce sont eux peut-être qui font l'importance de la poésie šī‘ite. Il s'agit bien sûr des thèmes liés au mouvement šī‘ite sous ses divers aspects, essentiellement guerrier et politique.

8Les œuvres poétiques šī‘ites ont une valeur documentaire certaine ; nous y trouvons la description des batailles ‘alides, al-Ğamal, Ṣiffīn, Karbalā, ‘Ayn al-Warda, Faḫḫ et autres. Cette description témoigne de la participation aux combats de telle et telle tribu, de tel et tel personnages. Dans ses excès mêmes, elle pourrait servir de base à une étude sur la poésie guerrière chez les Arabes aux deux premiers siècles de l'Hégire.

9Plus important encore est l'aspect politique. Pour avoir une idée claire et complète du pour des recherches ultérieures šī‘isme et de ses sous-sectes, il faut certes revenir aux traités d'hérésiographie et aux ouvrages d'histoire, mais il n'est pas moins utile de dépouiller les œuvres poétiques elles-mêmes. Elles contiennent en effet de nombreuses indications sur les qualités politico-religieuses des différents imāms et font des allusions précises aux principes et concepts fondamentaux du šī‘isme : la désignation, l'occulation et le retour du messie ou de l'imām attendu. Elles sont également un témoignage sur l'attitude des·šī‘ites vis-à-vis des principaux califes, aussi bien orthodoxes qu'umayyades ou abbassides.

10De ce point de vue, des monographies sur les ‘Alides et sur leurs adversaires seraient sans doute souhaitables, non seulement à travers les œuvres·šī‘ites, mais aussi les portraits seraient dans ce cas plus proches de la réalité – à travers les œuvres des autres partis, notamment sunnites et ḫāriğites.

11Poésie partisane ou poésie polémique, la poésie šī‘ite se distingue par sa forme. Évitant le cadre classique tripartite de la qaṣīda, elle se présente le plus souvent dans des pièces ou des fragments très courts, car improvisés lors de batailles. Cependant, lorsqu'il s'agit de pièces de lamentations ou de défense théorique des droits ‘alides, on rencontre des poèmes plus longs. Le vocabulaire aussi a parfois un caractère politico-religieux marqué, mais le plus souvent, il ne diffère guère du vocabulaire général utilisé par l'ensemble des poètes arabes classiques.

12Ayant une valeur documentaire certaine, les œuvres poétiques·šī‘ites en ont-elles pour autant une valeur esthétique, qualité essentielle de toute poésie ? La réponse est difficile ; certes, les poésies guerrières et certains thrènes, notamment sur Ḥuğr et al-Ḥusayn, peuvent toucher notre sensibilité. Les poésies laudatives ou satiriques enflamment sans doute les partisans ‘alides et ternissent la personnalité de leurs adversaires, mais les exagérations et les ajouts tardifs accusent pour les lecteurs neutres le caractère apocryphe de trop de pièces et devraient inciter les spécialistes à faire d'autres recherches afin de dévoiler la vérité, toute la vérité.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter