Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Deuxième partie. Essai de synthèse générale

Chapitre IV. Les genres et leurs éléments thématiques

Texte intégral

NOTE PRELIMINAIRE

1Après avoir fait l'inventaire des œuvres poétiques šī‘ites du premier au troisième siècle de l'Hégire et les avoir analysées une à une, on constate sans peine que les poètes, s'inspirant des principaux événements historiques, ont traité, dans le cadre de la poésie arabe classique, des thèmes en rapport avec les divers aspects du mouvement ‘alide.

2Nous allons tenter une synthèse générale, mais il faut rappeler d'abord que les genres ne sont pas traités séparément ; dans bien des cas, un poème, ou même un fragment poétique, procède de plusieurs genres à la fois, en particulier de la satire et de l'éloge qui souvent se complètent et s'opposent dans le même vers. Par souci de clarté, afin de préciser les personnes objets d'éloge, de satire ou de lamentations ainsi que les éléments thématiques qui les accompagnent, nous procéderons à un essai de classification dans le cadre classique.

3Par ailleurs, pour que l'on puisse avoir une idée de l'ampleur des thèmes et de leur fortune, nous indiquerons en note le nom des poètes qui les ont traités, suivi du numéro correspondant dans notre inventaire. Le dépouillement est exhaustif, dans la mesure où cela est possible.

4Pour ce qui est de l'ordre à adopter dans la présentation des genres et des thèmes concomitants, il nous a paru logique de présenter successivement les thèmes de la poésie de jactance, de l'éloge, de la satire et des thrènes. À ceux-ci s'ajoute un dernier thème, important dans la poésie ·šī‘ite. Il s'agit de l'aspect politique ou hérésiographique. Nous l'étudierons à propos de l'éloge et nous essaierons de préciser l'attitude de certains poètes vis-à-vis des ‘Alides et de leur cause.

I - LA POESIE DE JACTANCE

  • 1 Ğāriya al-Sa‘dī, 29
    ‘Ā’iḏ al-Muḥāribī, 36
    Ḥamza b. ‘Utba, 37
    Qubayṣa b. Ğābir, 39
    ‘Abd Allāh al-‘Āmirī (...)

5Le faḫr, sous sa double forme personnelle et tribale, est un genre important dans les œuvres poétiques ·šī‘ites. En effet, nombreux sont les poètes1, surtout pendant les trois premières périodes, qui se vantent eux-mêmes ou qui vantent leurs tribus : ils exaltent leurs exploits guerriers dans les combats aux côtés de ‘Alī et d'al-Ḥusayn et proclament leur fidélité aux ‘Alides ainsi que leur piété ; en même temps, ils dénoncent les tares de leurs adversaires ; par là même ils expriment leur engagement politique et témoignent de la participation au mouvement šī‘ite des principales tribus : Asad, Hamdān, al-Naḫa‘,Ṭayy, Ğu‘fa, Rabī‘a, Kināna,‘Abd al-Qays entre autres.

II - LA POESIE LAUDATIVE

6Le genre du panégyrique, que les poèmes soient composés pour les Ahl al-bayt, pour ‘Alī et ses descendants ou pour leurs partisans, se perpétue d'une manière plus ou moins dense au cours de nos cinq périodes.

1 - Éloges des Ahl al-bayt2

  • 2 Ma‘qil al-Riyāḥī, 44
    Ṯābit b. al-‘Ağlān, 124
    Ḏakwān, 127
    Al-Ṭirimmāḥ, 128
    Ğābir al-Ġifarī, 134
    Ibn al-Ḥ (...)

7De ces éloges émergent trois groupes d'éléments thématiques ; énumération des qualités du personnage loué, engagement en sa faveur ou amour pour lui, récompense attendue. D'abord le poète célèbre les qualités des Ahl al-bayt sur le plan social, moral, religieux et politique : ils sont nobles et généreux, magnanimes et pieux, vaillants et courageux, hommes de justice et de droiture, toutes qualités qui le plus souvent, par antithèse, sont déniées à leurs adversaires. Les poètes protestent de leur amour pour eux, amour qui, selon certains, expie les péchés.

  • 3 Dīk al-Ğinn, 211
    Al-Sayyid, 213

8Aux Ahl al-bayt, il faut rattacher les Ahl al-‘abā’a ou Ahl al kisā’, Muḥammad, ‘Alī, Fāṭima, al-Ḥasan et al-Ḥusayn.3

2 - Glorification de ‘Alī

9Si l'on se fie à nos textes, ‘Alī b. Abī Ṭālib a été glorifié tout au long des cinq périodes. Dans cette glorification, on peut distinguer plusieurs groupes d'éléments thématiques.

  • 4 Ḥassān b. Ṯābit, 10
    Umayya al-‘Abdī, 23
    Al-‘Ukbar b. Ğadīr, 38
    Mu‘āwiya b. Ṣa‘ṣa‘a, 77
    Qays b. Makšūh, (...)

10Dans un premier groupe, nous trouvons ses liens de parenté avec le Prophète en tant que cousin et que gendre, ses exploits guerriers aux côtés de Muḥammad ou comme calife, ses qualités sur le plan moral, sa piété, sa pureté, et sur le plan religieux, son islam, son vaste savoir en matière de Coran et de sunna et sa lutte acharnée pour faire triompher l'Islam et enfin sa supériorité sur tous les humain4.

11Cependant, le thème le plus important, et de loin, est celui de la désignation de ‘Alī comme héritier du Prophète. En effet, comme le résume si bien H. Laoust (Schismes, p. 417), dans la doctrine šī‘ite “l'imâmat, comme la mission prophétique, est d'institution divine. Il repose sur un texte (naṣṣ), verset coranique ou hadîth, et sur une waṣîya, sur la désignation testamentaire, faite par l'imâm en place, de son successeur. Ainsi l'imâm ‘Alî a été expressément désigné par Dieu et son Prophète Muḥammad pour succéder à ce dernier”. Rappelons que “Muḥammad, avant de partir combattre les Byzantins sur l'ordre de Dieu désigne ‘Alî comme son représentant délégué (khalîfa) à Médine.” Ainsi il “faisait clairement et publiquement savoir qu'il le destinait à être un jour son successeur à la tête de la communauté” (ibid., p. 423).

12Cependant “la deuxième grande désignation de ‘Alī, par une décision testamentaire (waṣîya) du Prophète, prend place quelques jours après le pèlerinage de l'Adieu, quand Muḥammad, accompagné de ‘Alî et d'autres Compagnons, fait halte le 18 dhû-l-ḥijja de l'année 10, le 16 mars 632 auprès de l'étang (ghadîr) de Khumm."O Prophète, ordonne alors Dieu à Muḥammad, fais parvenir ce qu'on fait descendre vers toi de ton Seigneur. Si tu ne le fais point, tu n'auras pas fait parvenir ton message" (Coran, V, 71). Muḥammad dit alors à ses Compagnons dans le discours (khuṭba) qu'il leur adresse :"Tous ceux dont je suis l'ami (maulâ) ont aussi ‘Alî pour ami. O mon Dieu, sois l'ami de quiconque est l'ami de ‘Alî et sois l'ennemi de quiconque est son ennemi" (ibid., p. 423-24).

13Il ne s'agit point pour nous de discuter la véracité de cet épisode, ni l'interprétation différente qu'en font les sunnites et les ·šī‘ites, ni le sens du verset et du ḥadīṯ en question. Cela dépasse le cadre de notre étude purement littéraire. Notons simplement qu'al-Amīnī au tome premier de son Ġadīr cite, preuve à l'appui, 110 compagnons, 84 successeurs, 360 savants et 25 auteurs qui confirment la position ·šī‘ite : ‘Alī est, selon Dieu, le successeur de Muḥammad.

  • 5 Quss b. Sā‘ida, 2
    Zufar al-Asadī, 7
    Ḥassān b.Ṯābit, 10
    Ziyād al-Anṣārī, 22
    ‘Amr b. Uḥayḥa, 31
    ‘Abd al-R (...)

14Voyons comment ces données apparaissent chez les poètes šī‘ites. L'allusion plus ou moins directe à l'événement, et surtout l'affirmation que ‘Alī est le successeur “désigné”, est un thème qui revient constamment au cours de nos cinq périodes5, le plus souvent par la simple notation du qualificatif waṣī, parfois par la relation détaillée, dans un style narratif, de la scène de la désignation et la citation de certains termes du verset et du ḥadīṯ déjà mentionnés. Al-Kumayt, comme le montre déjà L. Veccia Vaglieri dans son excellent article (Ġadīr Khumm, EI2, II, p.1015-1117) n'est pas le premier, comme l'avait affirmé Goldziher, à avoir relaté l'événement. Si certaines œuvres de notre corpus sont authentiques, de nombreux poètes en avaient parlé avant lui. Mais comment le vérifier ?

  • 6 Par exemple, Nağāšī, 111, et al-Namarī, 214.
  • 7 Notamment Ğāriya, 29, et surtout Sufyān al-‘Abdī, 212.
  • 8 Sur ‘Abd Allāh b. Saba’ le fondateur de la première secte ·šī‘ite extrémiste, voir l'article de M. (...)

15Les poètes reprennent aussi l'affirmation qui désigne ‘Alī comme al-mu’āḫī (le frère), le wazīr (lieutenant) de Muḥammad qui lui aurait dit tu es pour moi ce que Aaron était pour Moïse”. Un degré plus haut dans l'hyperbole, nous trouvons la qualification de ‘Alī comme l'égal du Prophète6 ou comme la lumière ou le visage de Dieu7. Vient ensuite l'énumération de ses nombreux miracles. Mais le sommet est atteint avec ‘Abd Allāh b. Saba’8 qui “passe pour avoir, le premier, soutenu que ‘Alî était un prophète puis, allant plus loin encore, pour avoir vu en lui une incarnation de la divinité” (Laoust, Schismes, p. 15).

  • 9 Épars dans les œuvres des poètes déjà ci-dessus énumérés.

16D'autres thèmes ont une teinte plus politique9, qu'il s'agisse de prendre le parti de ‘Alī contre Abū Bakr le jour de la Saqīfa et d'appeler à le soutenir, ou bien de vanter sa justice et son acharnement dans la lutte contre les tyrans et les hypocrites. On retrouve ces thèmes tout au long des cinq périodes, et même chez des poètes ou des personnages notoirement connus pour leur opposition aux ‘Alides, comme Abū Sufyān et le fameux ‘Amr b. al-‘Āṣ, ce qui doit éveiller la méfiance.

  • 10 Rappelons surtout le cas de Nu‘aym b. Hubayra, 80, qui stigmatise le ralliement de son frère à Mu‘ (...)

17Certains poètes10 enfin prennent le parti de ‘Alī contre leur frère ou leur père, ce qui prouve la vivacité de leur zèle et la profondeur de leur engagement. Cependant les éloges ne vont pas seulement à ‘Alī, mais aussi à ses descendants et à ses partisans.

3 - Éloges des descendants de ‘Alī et de certains de leurs partisans

a) Al-Ḥasan11

  • 11 ‘Amr b. Uḥayḥa, 31
    Ṯābit b. al-‘Ağlān, 124
    Al-Kumayt, 169

18Dans nos textes, al-Ḥasan b.‘Alī n'a pas une grande importance, bien que parfois il soit qualifié de “désigné”, waṣī.

b) Al-Ḥusayn12

  • 12 Zuhayr b. al-Qayn, 130
    Aḥmad al-Hāšim, 138

19En fait nous avons peu d'éloges composés sur al-Ḥusayn, les lamentations qu'il a inspirées étant de loin plus importantes. Néanmoins, dès son vivant, il a reçu l'épithète de Pur (Ṭāhir) et sa valeur parmi les Ahl al-bayt a été mise en relief.

c) Muḥammad b. al-Ḥanafiyya13

  • 13 ‘Umar b. Ḥāriṯa, 24
    Ḫuzayma b. Ṯābit, 108
    Ibn Hammām, 161
    Ab‚ al-Ṭufayl, 164
    Kuṯayyir, 165
    Al-Kumayt, 1 (...)

20C'est dans les éloges adressés au troisième fils de ‘Alī, Muḥammad b. al-Ḥanafiyya qu'apparaissent les principaux concepts politico-religieux de la secte des Kaysāniyya.

  • 14 Voir l'excellent travail de W. al-Qāḍī, Kaysāniyya, et l'article de W. Madelung, in EI2, IV, p. 86 (...)

21En effet, outre les qualificatifs traditionnels, cet ‘Alide se voit attribuer les principales qualités de l'Imām tel que le conçoivent les Kaysāniyya14.“Désigné” comme son père et ses deux frères, bien dirigé et dirigeant lui-même la communauté vers le bien, il est considéré après sa disparition en 81/700 comme un imām caché (ġā’ib) ; en effet on ne croit pas à sa mort, mais on considère qu'il est réfugié dans la montagne de Raḍwā près de Médine, et on attend sa réapparition (rağ‘a) comme Mahdi (Messie).

d) Al-Muḫtār b.‘Abī ‘Ubayd.

  • 15 Notamment,
    Surāqa, 162
    Ibn Harma, 203

22La figure de ce personnage est liée à celle du précédent. La position de nos poètes à son égard est double. Certains15 vont jusqu'à lui adresser des éloges, puis à lancer contre lui des invectives. On adit qu'il était le “meilleur des Ma‘dd”, et comme la rime fait loi, c'est aussi le meilleur des habitants de Ğanad. On a vanté aussi sa piété. Mais surtout on proclame qu'il est le lieutenant (wazīr) du désigné (waṣī) Muḥammad b. al-Ḥanafiyya.

e) ‘Alī Zayn al-‘Ābidīn

  • 16 Al-Farazdaq, 167
    Ġānim b. Umm Ġānim, 168
    Al-Kumayt, 169
    b. ‘Abd al-Raḥmān, 197
    Bišr b. al-Mu‘tamir, 19

23Bien qu'il soit loué à maintes reprises avec les Ahl al-bayt, ‘Alī b. al-Ḥusayn b. ‘Alī b. Abī Ṭālib ne s'est pas manifesté sur le plan politique. Il est célèbre à cause du panégyrique que composa sur lui al-Farazdaq16. Celui-ci exalte la noblesse de ce petit-fils de ‘Alī, son renom, et surtout sa qualité de “Désigné des Désignés”.

f) Zayd b. ‘Alī b. al-Ḥusayn

  • 17 Al-Kumayt, 169
    Abū Ṯumayla, 170
    Hārūn al-‘Iğlī, 195
    Muḥammad al-Ḥimyarī, 196
    Al-Faḍl b. ‘Abd al-Raḥmān (...)

24Auteur, en 122/740, de la première grande révolte šī‘ite depuis al-Muḫtār, il est à l'origine de la secte zaydite qui se caractérise, d'une part par le refus d'excommunier les califes Abū Bakr et ‘Umar, d'autre part par l'affirmation que l'imāmat revient à tout ‘Alide descendant de Fāṭima qui s'en empare par les armes. Zayd b. ‘Alī b. al-Ḥusayn a surtout été l'objet d'éloges funèbres à la fin de l'époque umayyade et au début de l'époque abbasside17.

g) Muḥammad et Ibrāhīm b.‘Abd Allāh b. al-Ḥasan18

  • 18 Ġālib al-Hamdānī, 199
    Salama b. Aslam, 200
    Baššār b. Burd, 202
    Ibrāhīm b. Harma, 203

25Les qualités de ces deux révoltés malheureux que furent les Ḥasanides Muḥammad et Ibrāhīm ont elles aussi donné matière à éloge. Les poètes célèbrent leur droiture, leur recherche de la justice et leur volonté de défendre la religion.

h) Éloges de divers partisans ‘alides

  • 19 Qays b. Makšūḫ, 82
    Al-Ḥāriṯ b. Hammām, 85
    Al-Nağāšī, 111
    Abū al-Ṭufayl, 164
    Ayman b. Ḫuraym, 185
  • 20 Qays b. Makšūḫ, 82
    Abū al-Ṭufayl, 164
    Ayman b. Ḫuraym, 185.
  • 21 ‘Abd Allāh al-Ğurašī, 61.
  • 22 Abū al-Ṭufayl, 164.
  • 23 Ayman b. Ḫuraym, 185
  • 24 Surāqa, 162
    ‘Abd Allāh b. Hammām, 161
  • 25 Ibn al-Azwar, 87
  • 26 Al-Nağāšī, 111
    Al-Ṣalatān al-‘Abdī, 181
  • 27 Al-Nağāšī, 111
  • 28 Al-Nağāšī, 111
  • 29 Al-Nağāšī, 111
  • 30 Al-Ṣalatān al-‘Abdī, 181
  • 31 Hammām al-Ṯaqafī, 99.

26Quand ils ont voulu étendre leurs louanges à certains partisans ‘alides notoires, les poètes šī‘ites ont surtout vanté leurs qualités guerrières et morales ainsi que leur fidélité à ‘Alī et à ses descendants. Tel fut le cas pour al-Aštar19, Hāšim al-Mirqāl20, ‘Ammār b. Yāsir21, Sa‘īd b. Qays al-Hamdānī22,‘Adī b.Ḥātim23, Ibrāhīm b. al-Aštar24 et Ğarīr al-Bağalī25, et aussi pour d'autres moins connus comme Kurdūs b. Hānī26, Šaqīq b.Ṯawr27, al-Ḥurayṯ b. Ğābir28, al-Ḥuḍayn b. al-Munḏir29, Ḫālid b. al- Mu‘ammar30, Qays al-Arḥabī31.

III - ASPECTS HERESIOGRAPHIQUES

27Dans le classement et l'analyse que nous avons donnés des œuvres šī‘ites, nous avons déjà essayé de dégager et de définir certains traits qui procèdent de l'hérésiographie, et ce de deux manières : l'énumération des principes de certaines sectes, notamment les Kaysāniyya, les Zaydiyya et les Imāmiyya, et l'attaque contre d'autres sous-sectes. Cela finit par constituer un genre important, et sans doute original, où se mêlent l'éloge, la satire et l'engagement politique. Les exemples les plus frappants se rencontrent chez Mu‘āḏ al-Harrā (207/308), Zurāra b. A‘yān (208/309) et surtout chez Ma‘dān al-Šumayṭī (209/310). Leurs œuvres se rapprochent plus des traités hérésiographiques que de la poésie, même politico-religieuse ; elles rendent compte des différends internes au šī‘isme, différends qui ont certainement contribué à l'affaiblir.

28Ce sont cependant des œuvres originales dans la masse de la poésie·šī‘ite où dominent les genres et les éléments traditionnels de la poésie arabe classique.

IV - LA SATIRE

29Non moins importante que le genre laudatif dans la poésie ·šī‘ite est la satire, car les poètes ont attaqué tous ceux qu'il considéraient comme des adversaires ou des ennemis pour les ·šī‘ites.

1 - Contre Abū Bakr et ‘Umar32

  • 32 Muḥammad al-‘Āmirī, 67
    Al-Nu‘mān b. al-‘Ağlān, 101
    Kuṯayyir, 165
    Al-Faḍl b. al-‘Abbās, 184
    Ga‘far b. ‘ (...)

30Les poèmes sont très peu nombreux ; cela s'explique sans doute par la censure qu'ont exercée les transmetteurs et par le respect que ces deux califes inspiraient, surtout aux sunnites. Les invectives contre Abū Bakr et ‘Umar n'en sont pas moins virulentes, et nous en trouvons à toutes les périodes. Pour les poètes šī‘ites, les deux califes “bien dirigés” sont des usurpateurs, et la nomination d'Abū Bakr au califat une duperie.

2 - Contre le calife ‘Uṯmān

  • 33 Muḥammad al-Qurašī, 68
    Anonymes, 70
    Hammām al-Ṯaqafī, 99
    Al-Aštar, 106
    ‘Ammār b. Yāsir, 107
    Al-Šannī, 1 (...)

31Contrairement à ce qu'affirme al-Qāḍī (Firaq, p. 324), les premiers poètes33 ·šī‘ites ne ménagent pas ‘Uṯmān. Désigné le plus souvent sous un sobriquet péjoratif (na‘ṯal), le troisième calife “bien dirigé” apparaît comme un homme injuste, un tyran, un égaré, un ennemi acharné de l'Islam, qui désobéit à Dieu et adore Satan. On se désolidarise de lui et on blâme ceux qui le pleurent.

3 - Contre ‘Ā’iša

  • 34 Umm Salama, 13
    Umm Ḏarīḥ, 14
    Sahl b. Hunayf, 15
    Rabī‘a al-‘Uqaylī, 16
    Al -Aḥnaf b. Qays, 18
    ‘Abd b. Umm (...)

32Les ·šī‘ites34 insistent sur la responsabilité de ‘Ā’iša dans l'assassinat de ‘Uṯmān et sur le fait qu'elle a désobéi au Livre et au Prophète ; ils lui reprochent son ingratitude suprême et ses crimes contre ‘Alī ; ils concluent à la nécessité de la combattre.

4 - Contre Ṭalḥa et al-Zubayr

  • 35 ‘Uqba b.‘Umar, 12
    ‘Ubayd Allāh b. Sālim, 17
    Ḥabīb al-Anṣārī, 20
    ‘Abd Allāh al-Tamīmī, 21
    Ğāriya al-Sa‘ (...)

33La satire contre ‘Ā’iša s'accompagne le plus souvent d'invectives contre Ṭalḥa et al-Zubayr qui furent ses alliés à la bataille d'al-Ğamal. Ces deux compagnons sont présentés35 comme des êtres faibles, humbles, égarés ; ce sont des traîtres ou des renégats à l'égard de ‘Alī ; ils sont responsables de l'assassinat de ‘Uṯmān. Bref ils sont attaqués sur les plans moral et politique.

5 - Contre Mu‘āwiya

  • 36 Kurdūs b. Hāni’, 35
    Ẕabyān b.‘Umāra, 51
    ‘Āmir al-Sulamī, 53
    Ma‘arrī b. Aqbal, 58
    ‘Alqama b. ‘Amr, 59
    Zu (...)

34Mu‘āwiya est attaqué à titre personnel et comme membre du clan umayyade. On le présente36 comme un égaré, un hypocrite injuste, un traître, un ennemi de la sunna et même comme un impie ; le plus souvent on appelle à le combattre.

6 - Contre ‘Amr b. al-‘Āṣ

  • 37 Ḥamza b. ‘Utba, 37
    Al-Ḥāriṯ b.Naḍr, 60
    ‘Abd Allāh al-Ğurašī, 61
    Un parent de ‘Amr, 69
    Hā·im al-Mirqāl, (...)

35Il est présenté37 comme un homme prétentieux, lâche, fourbe, comme un pilier du parti rebelle, et même comme un ennemi de Dieu qui a “vendu” sa religion pour être nommé gouverneur d'Égypte. Ces invectives morales, politiques et religieuses s'achèvent par un appel à combattre cet ennemi, le second en importance après Mu‘āwiya.

7 - Contre al-Šām et Ahl al-Šām en général

  • 38 Al-‘Ukbar b. Ğadīr, 38
    Al-Ḥurr b. Sahm, 45
    Bišr b. al-‘Aššūš 48
    Ḥuwayria al-‘Abdī, 50
    Hammām al-Ṯaqafī (...)

36Par opposition aux Ahl al-‘Irāq, partisans de ‘Alī, les Ahl al-Šām, partisans de Mu‘āwiya, sont présentés38 comme des gens ignorants hypocrites, impudiques, égarés et même impies. Ces invectives s'accompagnent évidemment d'un appel à les combattre.

8 - Contre les Umayyades en général

  • 39 Al-Ṭirimmāḥ, 128
    Ḥabīb b. Muẕahhir, 129
    Al-Ḥurr b. Yazīd, 131
    Ğawn al-Ġifārī, 137
    Yaḥyā b. Kaṯīr, 140
    (...)

37Plus importants et plus nombreux39 sont les traits satiriques lancés contre les califes et gouverneurs umayyades, notamment contre Yazīd, ‘Abd al-Malik, Hišām et Ziyād b. Abīh,‘Ubayd Allāh son fils, Yūsuf b. ‘Umar, et également contre d'autres adversaires des ‘Alides.

38Là encore les invectives se situent sur les trois plans politique, moral et religieux. Dans nos poèmes, les Umayyades apparaissent comme des tyrans injustes, des êtres hypocrites et impudiques, des égarés ou même des hérétiques et des mécréants. Ce sont des bêtes errantes, un mal incurable. Les combattre est une nécessité et un devoir religieux.

9 - Contre certaines personnalités

  • 40 Respectivement par
    Ḥurayṯ b. Ğābir, 46
    Al-Ḥāriṯ b. al-Naḍr, 60
    Al-Zibriqān, 75
    Hammām, 99
    ‘Ammār b. Yās (...)

39Relevons aussi les invectives lancées contre des personnages plus ou moins connus40 : ‘Ubayd Allāh b. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb, Ibn al-Yaṯribī du groupe de ‘Ā’iša, Mālik b. Hubayra, Suwayd b. Qays,‘Abd al-Raḥmān b. Ḫālid b. al-Walīd, Muḥammad b. al-Aš‘aṯ, Busr b. Arṭāt, Hišām b. Qubayṣa, al-Walīd b. ‘Uqba b. Abī Mu‘ayt. Aussi bien à eux qu'à d'autres, issus de diverses tribus, on reproche surtout d'avoir soutenu les adversaires des ‘Alides.

10 - Contre al-Muḫtār

  • 41 Notamment
    Surāqa, 162
    Ibn al-Ḥurr, 163
    A‘ša Hamdān, 183.

40Al-Muḫtar b. Abī ‘Ubayd, le “révolté malheureux” n'a pas, lui non plus, été ménagé. Fait significatif, ce sont les mêmes41 qui l'avaient loué qui l'ont par la suite dénoncé, notamment comme “menteur” et comme chef de la police des mécréants.

11 - Contre les Abbassides

  • 42 Par exemple
    Ġālib al-Hamdānī, 199
    Baššār b. Burd, 202
    Sudayf b. Maymūn, 210

41Les “frères ennemis” des ‘Alides sont eux aussi l'objet d'attaques des poètes ·šī‘ites. Souvent désignés par la kunya péjorative de Banū‚ Nutayla, tirée du nom de la mère d'al-‘Abbās b. ‘Abd al-Muṭṭalib, on dénonce chez eux l'injustice et l'acharnement contre l'Islam42. Cependant il faut noter que, dans notre poésie, ces invectives occupent une place relativement minime.

12 - Contre des personnages divers

  • 43 Respectivement par un anonyme, 204, al-Sayyid, 213 et Ḥubayš, 222.

42Il existe aussi quelques satires43 contre ‘Īsā b. Mūsā, qui tua les deux frères ḥasanides, contre le juge Sawwār b. ‘Abd Allāh et contre le célèbre al-Aṣma‘ī.

13 - Contre des tribus et des villes

  • 44 A‘šā Ḥamdān, 183
    Al-Sayyid, 213
  • 45 ‘Umayr b. al-Ahlab, 30
    ‘Arfağa al-Ḫušanī, 42
    Al-Munḏir, 52
    Abū Ayyūb, 56
    Šabaṯ b. Rib‘ī, 176
    A‘šā Ḥamdā (...)

43À côté des invectives lancées contre des califes, gouverneurs et autres personnages plus ou moins importants, nous en trouvons d'autres dirigées contre al-Baṣra44 et contre certaines tribus45 yéménites : Taym, Ġassān, Ban‚ ‘Iğl, Laḫm,‘Akk, Kala‘, Banū Yaḥṣub, Aš‘ar ; on leur reproche, notamment au cours des trois premières périodes, d'avoir participé aux combats contre les ‘Alides.

44En conclusion, ces thèmes satiriques, par leur étendue et par le fait qu'ils touchent à la fois aux domaines moral, politique et religieux, montrent bien quel fut l'engagement des poètes ·šī‘ites dans la défense des droits ‘alides contre leurs adversaires de tous bords.

V - THRENES OU ELOGES FUNEBRES

  • 46 Ṣa‘ṣa‘a al-‘Abdī, 88
    Ab‚ Zubayd al-Ṭā’ī, 89
    Umm al-Hay˚am, 90
    Sawda, 122
    Umm Sinān, 123
    Ab‚ al-Aswad, 1 (...)
  • 47 Sulaymān b. Qatta, 17
  • 48 Zuhayr b. al-Qayn, 130
    Ḫālid al-Ṭā’ī, 142
    Bišr b. Ğaḏlām, 143
    ‘Uqba b. ‘Amr, 146
    Al-Rabāb, 147
    Yaḥyā b. (...)
  • 49 Abū Ṯumayla, 170
    Al-Faḍl. b. al-‘Abbās, 197
    Al-Sayyid, 213
  • 50 Ġālib al-Hamdānī, 199
  • 51 Abū Hurayra, 205
  • 52 Al-Ḫuraybī, 206
  • 53 Ayman b. Ḫuraym, 185.
    ‘Abd Allāh al-Sahmī, 186

45Dans la poésie·šī‘ite, tout aussi important que les groupes précédents est celui des thrènes et éloges funèbres sur les ‘Alides et leurs partisans. En effet ‘Alī46, ses fils al-Ḥasan47 et surtout al-Ḥusayn48, ses descendants Zayd b. ‘Alī b. al-Ḥusayn49, les frères ḥasanides Muḥammad et Ibrāhīm50, Ğa‘far al-Ṣādiq51 et ‘Alī al-Riḍā52, ainsi que les Hāšimites et les Ahl al-bayt53 en général, se sont vu consacrer de multiples thrènes.

46Pour ‘Alī, deux thèmes l'emportent : son assassinat et l'énumération de ses qualités, surtout morales et religieuses. Plus nombreux et plus riches sont les thrènes sur al-Ḥusayn : les poètes, tout en insistant sur l'ampleur du drame de Karbalā, rappellent les qualités du martyr, sa parenté avec le Prophète et sa noblesse, puis ils décrivent les circonstances de sa mort et, s'en prenant à ses adversaires, ils appellent à les combattre afin de le venger.

  • 54 Al-Ḥurr b. Yazīd, 131
    ‘Uqba al-Sahmī, 146
    Rifā‘a al-BağAlī, 159
    ‘Ubayd Allāh b. al-Ḥurr, 163
    Sulaymān (...)

47Dans l'ensemble des thrènes sur les ‘Alides, l'énumération de leurs qualités s'accompagne d'autres éléments thématiques importants : on voit évoquer l'angoisse ressentie non seulement par le poète, mais encore par tous les musulmans, parfois par tous les hommes et même par la Terre et le Ciel ; il s'y ajoute souvent l'expression du remords, et aussi le rappel de la fatalité de la mort, ce qui est une sorte de consolation54. Il est superflu de dire que dans tous les poèmes transparaît, plus ou moins manifeste, la haine des adversaires.

  • 55 ‘Abd Allāh b. ‘Amr al-Ansī, 94
    Al-Ḥağğāğ al-Anṣārī, 98
  • 56 Ğurayš al-Sakūnī, 97
    Bišr al-Šannī, 110
  • 57 Les poètes cités à la note 54
  • 58 Ḏubay‘a bint Ḫuzayma, 91
    Ma‘qil al-Anṣārī, 92
  • 59 Amīna al-Anṣāriyya, 93
  • 60 Hind al-Anṣāriyya, 116
  • 61 ‘Abd Allāh b. al-Zabīr al-Asadī, 150
  • 62 Ḫālid Ibn al-Mu‘ammar, 102
  • 63 Al-Ḥağğāğ b. ‘Ilāṭ, 28, et Nahšal b. Harrī, 96, font l'éloge funèbre de leurs frères.
  • 64 Notamment
    ‘Abd Allāh b. Budayl, 103
    Suwayd al-Ḫaṯ‘amī, 135
    Ibn al-Kalbī, 139
    Yaḥyā al-Anṣārī, 140

48Comme les panégyriques, les éloges funèbres s'étendent à certains partisans ‘alides ; il en va ainsi pour ‘Ammār b. Yāsir55, Hāšim al-Mirqāl56, Ibn Warqā al-Ḫuza‘ī57, Ḫuzayma b. Ṯābit58, Mālik b. al-Tayyihān59, Ḥuğr b. ‘Adī60, Hānī b. ‘Urwā61, al-Ḥuḍayn b. al-Munḏir62 et pour d'autres moins connus63. Exprimant leur tristesse devant l'atrocité de leur mort, les poètes rappellent les qualités de ces martyrs et célèbrent leurs exploits guerriers, leur fidélité aux ‘Alides, leur acharnement dans la lutte contre les adversaires ; ils combattaient, non pas pour un but matériel, mais pour satisfaire Dieu et gagner le Paradis64, en défendant jusqu'à la mort une juste cause contre un parti de rebelles et d'égarés. Là encore évidemment nous retrouvons les invectives contre l'adversaire et le rappel, dans un style le plus souvent sapiential, de la fatalité de la mort.

49Rappelons pour finir les mots de M. Abdesselem (La mort, p. 241) : “Qu'elles soient en rapport avec un événement particulier ou qu'elles évoquent la succession des épreuves subies par les ‘Alides, la tonalité dominante de ces œuvres est celle d'une grande ferveur.”

Notes

1 Ğāriya al-Sa‘dī, 29
‘Ā’iḏ al-Muḥāribī, 36
Ḥamza b. ‘Utba, 37
Qubayṣa b. Ğābir, 39
‘Abd Allāh al-‘Āmirī, 40
‘Umayr b. ‘Uṭārid, 41
Simāk b. Ḫaraša, 43
Ma‘qil al-Riyāḥī, 44
Ḥuray b. Ğābir, 46
‘Amr b. Ġaziyya, 47
Ḥuğr b. Qaṭ‘ān, 49
Al-Munḏir b. Abī Ḥamīṣa, 52
Mağza’a b. Ṯawr, 57
Abū Ğahma al-Asadī, 63
Ṣa‘ṣa‘a al-‘Abdī, 88
Ḫālid al-Sadusī, 102
Al-Aštar, 106
Ḥuğr b. ‘Adī, 115
Qays b. Fahdān, 117
‘Abd Allāh al-Ṭā’ī, 118
‘Abd Allāh b. al-Mirqāl, 125
Al-Ṭirimmāḥ, 128
Ḥabīb b. Muẓāhir, 129
Al-Ḥurr b. Yazīd, 131
Nāfi‘ al-BağAlī, 132
‘Amr al-Anṣārī, 133
Ğābir al-Ġifārī, 134
Mālik b. Dāwūd, 136
Aḥmad al-Hāšimī, 138
Yazīd b. Muẓāhir, 145
‘Abd Allāh b. ‘Awf, 157
Al-Musayyab, 158
Abū al-Ṭufayl, 164
Al-Ḥuḍayn, 180

2 Ma‘qil al-Riyāḥī, 44
Ṯābit b. al-‘Ağlān, 124
Ḏakwān, 127
Al-Ṭirimmāḥ, 128
Ğābir al-Ġifarī, 134
Ibn al-Ḥurr, 163
Kuṯayyir, 165
Al-Farazdaq, 167
Al-Kumayt, 169
Ibn Qatta, 171
Al-Faḍl b. al-‘Abbās, 184
‘Abd Allāh al-Sahmī, 186
Al-Iblī, 192
Muḥammad al-Ḥimyarī, 196
Ibn Harma, 203
Dīk al-Ğinn, 211
Sufyān al-‘Abdī, 212
Al-°¨fi‘ī, 219
Mu’min al-Ṭāq, 220
Al-Namarī, 214

3 Dīk al-Ğinn, 211
Al-Sayyid, 213

4 Ḥassān b. Ṯābit, 10
Umayya al-‘Abdī, 23
Al-‘Ukbar b. Ğadīr, 38
Mu‘āwiya b. Ṣa‘ṣa‘a, 77
Qays b. Makšūh, 82
Ğundub b. Zuhayr, 83
Ḫālid al-Anṣārī, 84
Abū Zubayd al-Ḥamdānī, 100
Hāšim al-Mirqāl, 105
‘Ammār b. Yāsir, 107
Ḫuzayma, 108
‘Amr b. al-Ḥamiq, 112
Umm Sinān, 123
Muḥammad al-Ḥimyarī, 126
Abū‚-l-Ṭufayl, 164
Al-Farazdaq, 167
‘Adī b. Ḥātim, 177
Al-Nābiġa al-Ğa‘dī, 178
Al-Sayyid, 213
Al-ḪAlīl, 217
Ḫalaf al-Aḥmar, 218

5 Quss b. Sā‘ida, 2
Zufar al-Asadī, 7
Ḥassān b.Ṯābit, 10
Ziyād al-Anṣārī, 22
‘Amr b. Uḥayḥa, 31
‘Abd al-Raḥmān al-Aslamī, 54
Zuḥar al-Ğu‘fī, 71
‘Abd al-Raḥmān b. Ḥanbal, 81
Sa‘īd al-Hamdānī, 100
An-Nu‘mān b. al-‘Ağlān, 101
‘Abd Allāh Budayl al-Ḫuzā‘ī, 103
Abū al-Hayṯam, 104
Ḫuzayma b. Ṯābit, 108
Al-Aš‘aṯ, 109
Qays b. Sa‘d, 113
‘Amr b. al-‘Āṣ, 114
Ḥuğr b. ‘Adī, 115
Al-Farazdaq, 167
al-Aswad, 182
Al-Faḍl al-Lahbī, 184
Muḥammad al-Ḥimyarī, 196
Dīk al-Ğinn, 211
Abū‚ Nuwās, 215
Abū‚ Al-Ḫalīl, 217
Al-Šarawī, 221

6 Par exemple, Nağāšī, 111, et al-Namarī, 214.

7 Notamment Ğāriya, 29, et surtout Sufyān al-‘Abdī, 212.

8 Sur ‘Abd Allāh b. Saba’ le fondateur de la première secte ·šī‘ite extrémiste, voir l'article de M.G.S. Hodgson in EI2, I, p. 52-53.

9 Épars dans les œuvres des poètes déjà ci-dessus énumérés.

10 Rappelons surtout le cas de Nu‘aym b. Hubayra, 80, qui stigmatise le ralliement de son frère à Mu‘āwiya, et celui de Uṯāl b. Ḥiğl, 79, qui défend contre son père la droiture et la piété de ‘Alī.

11 ‘Amr b. Uḥayḥa, 31
Ṯābit b. al-‘Ağlān, 124
Al-Kumayt, 169

12 Zuhayr b. al-Qayn, 130
Aḥmad al-Hāšim, 138

13 ‘Umar b. Ḥāriṯa, 24
Ḫuzayma b. Ṯābit, 108
Ibn Hammām, 161
Ab‚ al-Ṭufayl, 164
Kuṯayyir, 165
Al-Kumayt, 169
Al-Sayyid, 213

14 Voir l'excellent travail de W. al-Qāḍī, Kaysāniyya, et l'article de W. Madelung, in EI2, IV, p. 869-871.

15 Notamment,
Surāqa, 162
Ibn Harma, 203

16 Al-Farazdaq, 167
Ġānim b. Umm Ġānim, 168
Al-Kumayt, 169
b. ‘Abd al-Raḥmān, 197
Bišr b. al-Mu‘tamir, 198

17 Al-Kumayt, 169
Abū Ṯumayla, 170
Hārūn al-‘Iğlī, 195
Muḥammad al-Ḥimyarī, 196
Al-Faḍl b. ‘Abd al-Raḥmān, 197
Bišr b. al-Mu‘tamir, 198.

18 Ġālib al-Hamdānī, 199
Salama b. Aslam, 200
Baššār b. Burd, 202
Ibrāhīm b. Harma, 203

19 Qays b. Makšūḫ, 82
Al-Ḥāriṯ b. Hammām, 85
Al-Nağāšī, 111
Abū al-Ṭufayl, 164
Ayman b. Ḫuraym, 185

20 Qays b. Makšūḫ, 82
Abū al-Ṭufayl, 164
Ayman b. Ḫuraym, 185.

21 ‘Abd Allāh al-Ğurašī, 61.

22 Abū al-Ṭufayl, 164.

23 Ayman b. Ḫuraym, 185

24 Surāqa, 162
‘Abd Allāh b. Hammām, 161

25 Ibn al-Azwar, 87

26 Al-Nağāšī, 111
Al-Ṣalatān al-‘Abdī, 181

27 Al-Nağāšī, 111

28 Al-Nağāšī, 111

29 Al-Nağāšī, 111

30 Al-Ṣalatān al-‘Abdī, 181

31 Hammām al-Ṯaqafī, 99.

32 Muḥammad al-‘Āmirī, 67
Al-Nu‘mān b. al-‘Ağlān, 101
Kuṯayyir, 165
Al-Faḍl b. al-‘Abbās, 184
Ga‘far b. ‘Affān, 194
Al-Sayyid, 213
Muṭī‘, 216

33 Muḥammad al-Qurašī, 68
Anonymes, 70
Hammām al-Ṯaqafī, 99
Al-Aštar, 106
‘Ammār b. Yāsir, 107
Al-Šannī, 110
Rifā‘a al-Bağalī, 159

34 Umm Salama, 13
Umm Ḏarīḥ, 14
Sahl b. Hunayf, 15
Rabī‘a al-‘Uqaylī, 16
Al -Aḥnaf b. Qays, 18
‘Abd b. Umm Kilāb, 19
Umm Muslim, 27
Ibn al-Ahlab, 30
Anonymes, 33
‘Ammār b. Yāsir, 107
Šurayḥ b. Hāni’, 179

35 ‘Uqba b.‘Umar, 12
‘Ubayd Allāh b. Sālim, 17
Ḥabīb al-Anṣārī, 20
‘Abd Allāh al-Tamīmī, 21
Ğāriya al-Sa‘dī, 29
Hammām al-Ṯaqafī, 99
Abū-l-Hayṯam, 104
Al-Aštar, 106
Al-Šanni, 110
Qays b. Sa‘d, 113
Al-Musayyab, 158
Rifā‘a al-Bağalī, 159
Abū al-Aswad, 182
Al-Sayyid, 213

36 Kurdūs b. Hāni’, 35
Ẕabyān b.‘Umāra, 51
‘Āmir al-Sulamī, 53
Ma‘arrī b. Aqbal, 58
‘Alqama b. ‘Amr, 59
Zuḥar al-Ğu‘fī, 71
Ğarīr al-Bağalī, 74
‘Iyāḍ al-Ṯumālī, 76
Umm al-Barā’, 120
Ab‚ al-Ṭufayl, 164
Al-Faḍl al-Lahabī, 184

37 Ḥamza b. ‘Utba, 37
Al-Ḥāriṯ b.Naḍr, 60
‘Abd Allāh al-Ğurašī, 61
Un parent de ‘Amr, 69
Hā·im al-Mirqāl, 105
Al-Aštar, 106
‘Amr b. al-Ḥamiq, 112
Hind al-Anṣāriyya, 116
‘Abd Allāh b. Hāšim, 125
Abū‚ al-Ṭufayl, 164
Al-Hayṯam, 175
Šurayḥ b. Hāni’, 179
Abū Nuwās, 215

38 Al-‘Ukbar b. Ğadīr, 38
Al-Ḥurr b. Sahm, 45
Bišr b. al-‘Aššūš 48
Ḥuwayria al-‘Abdī, 50
Hammām al-Ṯaqafī, 99
Hāšīim al-Mirqāl, 105

39 Al-Ṭirimmāḥ, 128
Ḥabīb b. Muẕahhir, 129
Al-Ḥurr b. Yazīd, 131
Ğawn al-Ġifārī, 137
Yaḥyā b. Kaṯīr, 140
‘Abd Allāh al-Ġifarī, 144
Ḫālid b. al-Muhāğir, 148
‘Abd Allāh b.‘Awf, 157
Ibn al-Ḥurr, 163
Al-Kumayt, 169
Abū Ṯumayla, 170
Abū Dahbal, 172
Abū‚ al-Aswad, 182
‘Abd Allāh al-Anṣārī, 187
Al-‘Ablī, 192
Ğa‘far b. ‘Affān, 194
Al-Faḍl b. ‘Abd al-Raḥmān, 197
Ibn Harma, 203
Sudayf b. Maymūn, 210
Dīk al-Ğinn, 211

40 Respectivement par
Ḥurayṯ b. Ğābir, 46
Al-Ḥāriṯ b. al-Naḍr, 60
Al-Zibriqān, 75
Hammām, 99
‘Ammār b. Yāsir, 107
‘Ubayda al-Kindī, 119
‘Adī al-Ṭā’ī, 177
Al-Faḍl al-Lahabī, 184

41 Notamment
Surāqa, 162
Ibn al-Ḥurr, 163
A‘ša Hamdān, 183.

42 Par exemple
Ġālib al-Hamdānī, 199
Baššār b. Burd, 202
Sudayf b. Maymūn, 210

43 Respectivement par un anonyme, 204, al-Sayyid, 213 et Ḥubayš, 222.

44 A‘šā Ḥamdān, 183
Al-Sayyid, 213

45 ‘Umayr b. al-Ahlab, 30
‘Arfağa al-Ḫušanī, 42
Al-Munḏir, 52
Abū Ayyūb, 56
Šabaṯ b. Rib‘ī, 176
A‘šā Ḥamdān, 183

46 Ṣa‘ṣa‘a al-‘Abdī, 88
Ab‚ Zubayd al-Ṭā’ī, 89
Umm al-Hay˚am, 90
Sawda, 122
Umm Sinān, 123
Ab‚ al-Aswad, 182

47 Sulaymān b. Qatta, 17

48 Zuhayr b. al-Qayn, 130
Ḫālid al-Ṭā’ī, 142
Bišr b. Ğaḏlām, 143
‘Uqba b. ‘Amr, 146
Al-Rabāb, 147
Yaḥyā b. al-Ḥakam, 152
Al-Kumayt, 169
Sulaymān b. Qatta, 171
Abū al-Rumayḥ, 173
Abū al-Aswad, 182
A‘šā Hamdān, 183
‘Abd Allāh b. Ġālib, 193
Ga‘far b. ‘Affān, 194

49 Abū Ṯumayla, 170
Al-Faḍl. b. al-‘Abbās, 197
Al-Sayyid, 213

50 Ġālib al-Hamdānī, 199

51 Abū Hurayra, 205

52 Al-Ḫuraybī, 206

53 Ayman b. Ḫuraym, 185.
‘Abd Allāh al-Sahmī, 186

54 Al-Ḥurr b. Yazīd, 131
‘Uqba al-Sahmī, 146
Rifā‘a al-BağAlī, 159
‘Ubayd Allāh b. al-Ḥurr, 163
Sulaymān b. Qatta, 171
Abū Dahbal, 172
‘Adī b.Ḥātim, 177
A‘šā Hamdān, 183
Ğa‘far b. ‘Affān, 194
Baššār b. Burd, 202
Dīk al-Ğinn, 211
Sufyān al-‘Abdī, 212
Muṭī‘ b. Iyās, 216
Ḫalaf al-Aḥmar, 218

55 ‘Abd Allāh b. ‘Amr al-Ansī, 94
Al-Ḥağğāğ al-Anṣārī, 98

56 Ğurayš al-Sakūnī, 97
Bišr al-Šannī, 110

57 Les poètes cités à la note 54

58 Ḏubay‘a bint Ḫuzayma, 91
Ma‘qil al-Anṣārī, 92

59 Amīna al-Anṣāriyya, 93

60 Hind al-Anṣāriyya, 116

61 ‘Abd Allāh b. al-Zabīr al-Asadī, 150

62 Ḫālid Ibn al-Mu‘ammar, 102

63 Al-Ḥağğāğ b. ‘Ilāṭ, 28, et Nahšal b. Harrī, 96, font l'éloge funèbre de leurs frères.

64 Notamment
‘Abd Allāh b. Budayl, 103
Suwayd al-Ḫaṯ‘amī, 135
Ibn al-Kalbī, 139
Yaḥyā al-Anṣārī, 140

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search