Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Deuxième partie. Essai de synthèse générale

Chapitre III. À propos de la forme

Texte intégral

1 - Quantité

1Commençons par une première constatation : la poésie šī‘ite des premiers siècles de l'Hégire semble d'un volume assez limité. En effet, si le nombre des poètes chantres des ‘Alides est manifestement important, les œuvres poétiques qu'on leur attribue sont parfois très minces. La plupart des poètes de nos trois premières périodes ne nous ont laissé que quelques fragments, voire quelques vers.

2La même constatation vaut d'ailleurs pour les ténors des deux dernières périodes ; ainsi al-Farazdaq (n°167) dont le dīwān ne comporte que 42 vers šī‘ites sur un total d'environ 7630 ; de même seul un vingtième de l'œuvre de Kuṯayyir ‘Azza (n°165) se rapporte aux ‘Alides ; même chez al-Kumayt, considéré comme le chantre par excellence de ces derniers, les Hāšimiyyāt constituent seulement un tiers du dīwān. Nos notices se sont attachées à évaluer l'importance de l'aspect šī‘ite dans les œuvres étudiées et nous pouvons conclure ici sur sa relativité.

3Cette constatation amène à poser deux problèmes : celui de la “fécondité” des poètes šī‘ites et celui de la transmission de leur poésie. De fait, beaucoup des auteurs recensés sont des poètes mineurs qui ont dû composer un tout petit nombre de fragments poétiques. C'est le cas en particulier des poètes non identifiés, et ils sont nombreux, morts au combat dans les rangs de ‘Alī ou d'al-Ḥusayn. C'est aussi le cas des personnages connus non pas tant pour leur talent littéraire ou poétique que par leur piété, par exemple Ḫuzayma (n°108) ou ‘Ammār b. Yāsir (n°107), ou bien célèbres pour leurs exploits guerriers comme Hāšim al-Mirqāl (n°105), al-Aštar al-Naḫa‘ī (n°106), Ḥuğ b. ‘Adī (n°115) et Ḥabīb b. Muẓāhir (n°129), etc. Le nombre limité de vers attribués à ces “poètes” n'a rien de particulièrement étonnant, et on devrait plutôt douter même de leur authenticité.

4Cependant, si l'on veut tenir compte des renseignements fournis par de nombreux auteurs anciens, et non des moindres, sur plusieurs poètes de notre inventaire et sur la proportion des œuvres šī‘ites dans leur dīwān (notamment al-Sayyid n° 213), on est conduit à soulever le problème de la transmission de la poésie pro-‘alide. Doit-on penser, avec M. Abdesselem parlant des œuvres poétiques ḫāriğtes et šī‘ites (Le thème de la mort, p. 239), que “les fragments poétiques dont nous disposons ne représentent qu'une partie infime d'une œuvre qui était — à en juger par le grand nombre de poètes adeptes de ces partis — quantitativement importante, mais dont la transmission a été, à cause des opinions mêmes de ces poètes, négligée” ? La chose n'est pas aussi simple. En effet, quand nous avons présenté les sources de la poésie šī‘ite, nous avons noté que si les auteurs sunnites ont été plutôt avares de renseignements ou réticents à transmettre les œuvres, les auteurs šī‘ites, en revanche, ont parfois témoigné d'un zèle exagéré en rapportant des poèmes ou des fragments poétiques d'authenticité douteuse ou même apocryphes. Alors que conclure ? Qu'on a négligé de transmettre des œuvres šī‘ites, qui à l'origine auraient constitué une masse importante ? Ou bien, et le fait est plus sûr, que certains auteurs, surtout des šī‘ites à une époque tardive, nous ont rapporté, à côté de pièces authentiques, des œuvres d'authenticité douteuse ou même apocryphes ?

5De toutes façons, authentiques ou apocryphes, ces œuvres restent, tout compte fait, minimes, non seulement par rapport au nombre élevé des poètes šī‘ites, mais par rapport aussi à l'ensemble des œuvres de ces derniers, et surtout par rapport à la masse de la poésie arabe en général durant les deux premiers siècles de l'Hégire. En effet, sans même tenir compte des dīwān-s anciennement recueillis ou qui viennent d'être reconstitués et où la proportion des œuvres šī‘ites confirme notre conclusion, on peut constater que les quelque 2007 vers (376 poèmes ou fragments poétiques) que nous avons collectés en dépouillant une soixantaine de sources, représentent à peine le tiers du dīwān d'un poète comme al-Farazdaq. Certes d'autres recherches, l'édition de manuscrits et la reconstitution de nouveaux recueils viendront sûrement enrichir notre corpus de la poésie šī‘ite des trois premiers siècles de l'Hégire, mais cela ne devrait pas modifier considérablement cette conclusion.

2 - Structure

6Les notices, pour chaque poète, ont relevé la structure des différents poèmes ou fragments qu'on lui attribuait. Deux faits sont ici à souligner. D'abord le nombre des fragments courts dépasse de très loin celui des longs poèmes. Cela est vrai, aussi bien quand on considère les dīwān-s actuellement disponibles que si l'on examine les œuvres que nous avons nous-mêmes réunies ; pour celles-ci nous avons le tableau de répartition suivant :

7Ainsi, sur 376 pièces inventoriées, 290 comptent de 1 à 6 vers et ne peuvent être considérées comme des qaṣīda-s ; seuls 86 poèmes sont assez longs pour l'être.

8Nous avons pu faire une constatation analogue quand nous analysions les dīwān-s et les recueils constitués : si l'on excepte quelques poèmes dus à des auteurs comme al-Farazdaq, al-Kumayt dans ses Hāšimiyyāt, al-Sayyid al-Ḥimyarī et Manṣūr al-Namarī, ainsi que quelques pièces présumées composées en prison ou en exil par des poètes comme ‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Ṭā’ī (n°118), l'ensemble de la poésie šī‘ite des premiers siècles de l'Hégire se compose de courts poèmes ou de fragments.

9Le fait peut avoir deux explications : d'une part, d'après nos sources, la plupart de ces pièces ont été improvisées en plein combat, notamment lors des batailles d'al-Ğamal, de Ṣiffīn, de Karbalā et de ‘Ayn al-Warda, par des personnages connus comme de vaillants guerriers, mais non comme des poètes ; il est normal qu'elles soient très courtes. D'autre part il est possible que ces pièces, qui faisaient partie d'une littérature d'opposition, surtout à l'époque abbasside, aient été plus ou moins maltraitées par les transmetteurs, et aussi par les auteurs des ouvrages historiques et littéraires, particulièrement les sunnites. De plus, parmi ces derniers, ceux qui s'intéressaient surtout à la qualité poétique des œuvres, peuvent avoir laissé de côté certaines pièces politiques à la valeur lexicale et esthétique toute relative.

10Le deuxième point à souligner en ce qui concerne la structure des œuvres šī‘ites, se rapporte à ce qu'on appelle le cadre de la qaṣīda. En raison des circonstances de leur composition et des thèmes développés, ces œuvres suivent rarement le schéma tripartite de la qaṣīda tel qu'on le trouve dans la poésie archaïque ou classique et tel qu'il a été codifié par Ibn Qutayba dans l'introduction du Kitāb al-ši‘r wa al-šu‘arā’.

11Rares sont les poèmes šī‘ites qui commencent par un nasīb, et cela est normal pour une poésie hantée par l'idée de l'échec et de la mort de ceux à qui elle est destinée.

12Certes, certains poètes ne se libèrent pas complètement de la tradition classique et commencent leurs poèmes par des vers qui peuvent rappeler le fameux prélude amoureux et la description des demeures abandonnées par la bien-aimée, mais c'est d'un anti-nasīb qu'il s'agit. Ceci est manifeste chez des poètes comme ‘Abd Allāh b. ‘Awf b. al-Aḥmar (n° 157), Sulaymān b. Qatta al-‘Adawī (n°171) et surtout chez al-Kumayt (n° 169).

13L'expression de l'émoi et de l'abattement devant la mort de certains ‘Alides, notamment d'al-Ḥusayn, ainsi que devant l'exil ou la torture infligés à d'autres, remplace tout naturellement, nous l'avons dit, les prologues amoureux.

3 - Prosodie et métrique

14Ici aussi nous commencerons par un tableau de la répartition des mètres pour les 376 pièces que nous avons glanées :

15Ce tableau devrait être complété d'un tableau similaire pour les pièces des dīwān-s ou recueils reconstitués. Nous nous contenterons de quelques exemples :

16En réalité, il est difficile de tirer des conclusions sur l'emploi des mètres, non seulement chez les poètes šī‘ites, mais chez les poètes arabes en général. Il est communément admis que les poètes utilisent les mètres dits “sérieux”, ceux du premier et du deuxième cercles (ṭawīl, basīṭ madīd, wāfir et kāmil), pour les sujets dits eux aussi “sérieux” (panégyrique, jactance et thrène), et les mètres dits “légers” (notamment al-ḫafīf et al-ramal) pour les sujets légers (poésie érotique et poésie bachique par exemple). Mais cela n'a rien d'automatique, tant s'en faut.

17Pour ce qui concerne notre étude, nous pouvons faire les observations suivantes :

18En général, tous les mètres sont utilisés ; mais, fait significatif, le rağaz vient très souvent en tête, surtout chez les poètes des trois premières périodes. En effet, la plupart de leurs œuvres ont une allure guerrière ou bien sont des fragments improvisés lors des combats ; le mètre le plus facile à employer alors paraît bien être le rağaz, ce “baudet des poètes”. Pour les mêmes raisons, ce sera le mètre le plus fréquent dans les pièces apocryphes, “forgées” par des “zélateurs” plus ou moins compétents.

19En revanche, les poètes connus et certains poètes mineurs composant en pleine quiétude, utilisent les mètres “nobles” comme le ṭawīl, le basīṭ le kāmil, et même le wāfir et le ḫafīf.

20Répétons toutefois que ces conclusions ont une valeur relative, sauf celle qui touche au rağaz.

21Nous ferons des remarques similaires à propos des rimes.

22Dans les 376 pièces que nous avons rassemblées, les poètes mineurs ont employé à la rime vingt et une lettres, ce qui donne le tableau suivant :

23Si l'on tient compte des dīwān-s, il semble qu'à toutes les périodes les labiales bā, nūn, rā, lām soient les plus courantes, et que de plus, certains poètes choisissent le nūn, le yā’ et le qāf comme rimes si les premiers vers du poème ou du fragment se terminent repectivement par Ḥasan, ‘Alī ou Iraq.

24Enfin, dans quelques rares poèmes de lamentations, la rime en yā’ semble correspondre à un soupir.

4 - La langue et le style

25Nous avons traité de la langue et du style en analysant les diverses œuvres, et nous reviendrons sur la question à propos des thèmes principaux, et particulièrement des thèmes à caractère politico-religieux. Nous nous contenterons donc ici de rappeler que nous rencontrons deux niveaux dans la langue utilisée par les poètes šī‘ites. Certains, surtout ceux qui sont des poètes reconnus, même s'il s'agit d'auteurs mineurs, utilisent parfois un vocabulaire archaïque et une langue recherchée, pour ainsi dire classique. Cependant dans la majorité des cas, les œuvres poétiques šī‘ites se distinguent par le choix d'un vocabulaire courant et d'une langue simple.

26Si le premier courant correspond à la “culture” des poètes, au poids de la tradition, au prestige des classiques, et peut-être aussi au désir de répondre à la demande d'un public qui ne respectait que la poésie des Bédouins, riche en mots rares et en tournures archaïques, le second est lié à divers facteurs. Notons en premier lieu la nature même des auteurs de ces œuvres poétiques qui, pour la plupart, comme on l'a vu, ne sont pas des poètes de métier. Les circonstances de ces œuvres qui ont été le plus souvent improvisées ne permettaient pas, elles non plus, un travail d'orfèvre. Le but visé à travers ces œuvres ou leur aspect propagandiste supposait une langue simple et un vocabulaire courant aisément accessibles à un large auditoire. Ajoutons que les pièces apocryphes composées par des adeptes et surtout par des auteurs šī‘ites tardifs dans un but de vulgarisation apologétique ne pouvaient être que d'un niveau bien en deçà de celui des poèmes composés par les poètes de talent. Le vocabulaire utilisé procède de plusieurs champs sémantiques et rend compte, comme on le verra, de la diversité des éléments thématiques. À cette diversité dans le vocabulaire et dans la langue s'ajoute une autre concernant le style. Soulignons ce qui nous paraît le plus important.

27À la lecture des œuvres poétiques šī‘ites il est aisé de se rendre compte du style narratif qui domine dans leur majorité. En effet, ce style qui se caractérise notamment par l'emploi des propositions verbales où les verbes sont le plus souvent à l'accompli mais parfois aussi à l'inaccompli, par l'enjambement sur le plan de la prosodie, et par la composition d'un ensemble unifié, domine un grand nombre de pièces qui relatent, comme chez Ḥassān et surtout chez al-Sayyid al-Ḥimyarī, l'épisode de l'Étang (Ġadīr Ḫumm) ou la désignation, par le Prophète, de ‘Alī comme son héritier.

28Ce style domine aussi l'ensemble des œuvres qui décrivent les batailles menées par les ‘Alides et notamment celle de Ṣiffīn. Il est manifeste aussi dans les pièces de jactance et dans les thrènes où sont énumérées les qualités des héros tombés au combat.

29À ce style narratif s'oppose celui qu'on pourrait appeler discursif et où abondent les propositions nominales, les interrogations et les argumentations visant à convaincre plutôt qu'à émouvoir.

30Ce style, on le rencontre notamment chez Abū Sufyān, al-Nağāšī, Manṣūr al-Namarī, al-Sayyid al-Ḥimyarī dans certaines de ses pièces mais aussi chez al-Kumayt, dans leur défense des droits ‘alides à l'imāmat. Le style sapiential est souvent employé dans les thrènes.

31Nous devons par ailleurs souligner d'autres aspects bien que moins importants. Usant le plus souvent d'un style réaliste les auteurs des œuvres poétiques šī‘ites emploient parfois un style imagé en recourant à la comparaison, à la personnification des choses inanimées, au comparatif de supériorité et au superlatif qui dénotent chez eux une tendance à l'exagération parfois illimitée : la terre et les cieux pleurent ‘Alī, Ḥuğr b. ‘Adī, al-Ḥusayn et Zayd b. ‘Alī les meilleurs des hommes, etc.

32Notons que cette tendance à l'exagération, si elle peut satisfaire les partisans inconditionnels et le menu peuple, laisse les gens neutres presque indifférents pour ne pas dire méfiants, malgré le respect dû aux Gens de la Maison (Ahl al-bayt).

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search