Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Deuxième partie. Essai de synthèse générale

Chapitre II. Les auteurs des œuvres inventoriées

Texte intégral

1Commençons par une première précision. Sur les 229 œuvres étudiées, six pièces des première, deuxième et troisième étapes sont soit anonymes, soit attribuées à des “voix”, des fantômes ou même des djinns (numéros 33, 70,153-156,191 et 204). Ce sont évidemment des œuvres apocryphes, composées par des inconnus ou peut-être même par les auteurs qui les rapportent. Tout aussi apocryphes sont certainement les œuvres attribuées à des personnages plus ou moins légendaires, comme Abū al-Ḥāriṯ al-Ḥimyarī (n° 1) qui aurait vécu 500 ans avant l'Islam et Quss b. Sā‘ida (n° 2), le fameux sage de l'époque anté-islamique. La même conclusion s'étend normalement aux œuvres d'Abū Ğahl (n° 4), d'Abū Sufyān (n°8) et de ‘Amr b. al-‘Āṣ (n°114). On pourrait aussi écarter les œuvres de Labīd (n° 3) et Ka‘b b. Mālik (n°11) pour la première période, celles de ‘Abd Allāh al-Anṣārī (n°187), Yaḥyā b. Ya‘mur (n°188), al-Uqayšir (n°189) et Ḥamza b. Bīḍ (n°190) pour l'époque umayyade, et enfin, pour l'époque abbasside, celles d'Abū ‘Āṣim, Ašğa‘ al-Sulamī, Kulṯūm al-Atātbī, Abū al-Šīṣ, ‘Abū al-‘Atāhiya,‘Abd Allāh b. Šubruma et Muḥammad b. Gālib al-Kūfī (n°223-229), sans doute faussement considérés comme šī‘ites. Certes ces jugements sont sujets à révision, tant qu'on n'aura pas un inventaire complet de la poésie arabe. Néanmoins, au vu des textes actuellement disponibles, ces poètes ne nous ont pas laissé d'œuvres à caractère šī‘ite. Nous les avons cependant fait figurer dans notre inventaire par souci d'exhaustivité, pour vérifier les assertions des auteurs de diverses tendances et pour montrer comment les šī‘ites cherchent à utiliser le moindre indice, parfois sans aucun esprit critique, pour multiplier le nombre des poètes susceptibles d'avoir appartenu à leur mouvement. Cela dit, même après élimination de trente œuvres apocryphes, le nombre des poètes šī‘ites (199) reste important pour la période qui nous intéresse. Parmi eux, galanterie oblige, nous distinguons une dizaine de femmes dont une épouse du Prophète, Umm Salama (n° 13), la fille de Ḫuzayma b.Ṭābit (n° 91), la veuve d'al-Ḥusayn (n° 147) ; d'autres sont moins connues, telles que Umm Ḏarīḥ (n° 14) et surtout Umm al-Barā’ (n° 120) qui prirent nettement position en faveur de ‘Alī, en présence même de Mu‘āwiya. Ce sont donc dix femmes, le 1/20 de notre inventaire, qui ont composé, ou à qui on a attribué des fragments poétiques šī‘ites. Faut-il voir là un signe de l'ampleur de la cause ‘alide, malgré la minceur des œuvres en question ?

2Restent les 189 autres poètes. Ce nombre ne doit pas faire illusion, car, comme on l'a dit, 45 “poètes” seulement nous ont laissé un dīwān, ancien ou reconstitué à l'époque contemporaine ; de plus le volume de ces recueils est très variable. Certes, parmi ces 45 poètes, certains sont célèbres et figurent parmi les plus grands poètes arabes : citons Ka‘b b. Zuhayr (n° 9) et Ḥassān b.Ṭābit (n° 10) pour la première période, Kuṯayyir ‘Azza (n° 165), al-Farazdaq (n° 167), al-Kumayt (n° 169) et même Ab‚ al-Aswad (n°182) pour la quatrième, c'est-à-dire l'époque umayyade ; enfin Baššār (n° 213) pour notre cinquième période (époque abbasside). D'autres en revanche ne sont pas connus comme poètes et n'ont laissé qu'une œuvre très mince. C'est le cas en particulier de tous les poètes mineurs dont les recueils ont été reconstitués de nos jours : le transmetteur Ḫalaf al-Aḥmar (n° 218), le grammairien al-Ḫalīl b. Aḥmad (n° 217), le célèbre juriste al-Šāfi‘ī (n°219), et aussi al-Aštar al-Naḫa‘ī (n° 106),‘Amr b. al-‘Āṣ (n° 14), al-Faḍl b. al-‘Abbās al-Lahabī (n° 184) parmi bien d'autres.

3Ainsi peut-on affirmer que, malgré la présence de quelques poètes de renom, le plus grand nombre des auteurs d'œuvres poétiques šī‘ites sont des poètes “mineurs”. C'est là une première conclusion que nous ferons suivre immédiatement d'une seconde :

4Le nombre des poètes šī ‘ites varie selon les époques ; pour les cinq périodes que nous avons délimitées, nous avons le tableau suivant :

51re période : 114

62e période : 13

73e période : 29

84e période : 35

95e période : 38

10Ainsi la moitié de ces poètes vivaient au temps de ‘Alī ; tout se passe comme si le nombre de partisans des ‘Alides allait en décroissant. Cela s'explique notamment par les échecs successifs des révoltes šī‘ites et par la répression féroce exercée non seulement par les Umayyades, mais aussi par certains califes abbassides, contre ceux qui persistaient à défendre les droits ‘alides. En effet, comme on l'a vu dans les notices, nombreux sont les poètes qui furent maltraités, emprisonnés ou mis à mort. C'est pour cela d'ailleurs que d'autres poètes optèrent pour ce qu'on pourrait appeler la “double appartenance” et pratiquèrent la taqiyya, phénomène dont nous serons amené à reparler quand nous traiterons des principaux thèmes de la poésie šī‘ite.

11Nous pouvons par ailleurs noter dès maintenant que la plupart, pour ne pas dire la totalité, des “grands” poètes dits pro-šī‘ites n'ont pas consacré tous leurs vers à la cause ‘alide, tant s'en faut ! Pour exemple, il suffira d'évoquer l'œuvre d'Abū al-Aswad ou celle d'al-Ḥimyarī. On peut donc affirmer, sans risque de se tromper, que durant les deux premiers siècles de l'Hégire, il y a peu de grands poètes šī‘ites totalement engagés. Plus que des œuvres, il y a eu des poèmes et des fragments poétiques pro-šī‘ites, voilà pourquoi d'ailleurs nous avons choisi de parler de la poésie, et non des poètes.

12Par ailleurs, si nous exceptons les poètes de renom, les personnes non identifiées, les voix, les fantômes et les djinns, on constate que les auteurs mineurs des œuvres poétiques šī‘ites sont, en général, des partisans qui ont combattu dans les rangs des ‘Alides : à al-Ğamal et à Ṣiffīn avec ‘Alī, à Karbalā avec al-Ḥusayn, à ‘Ayn al-Warda avec les Pénitents, plus tard avec al-Muḫtār, avec Zayd b.‘Alī et enfin avec les Ḥasanides Muḥammad, dit al-Nafs al-Zakiyya, et son frère Ibrāhīm.

13La poésie šī‘ite qui nous intéresse est donc rarement l'œuvre de poètes confirmés ; en fait c'est le plus souvent celle de combattants qui appartiennent à des régions, ou mieux à des tribus, connues pour leur fidélité à ‘Alī.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search