Desktop versionMobile Version

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Deuxième partie. Essai de synthèse générale

Chapitre I. Les sources

Volltext

1Après avoir présenté et analysé l'œuvre des 229 “poètes ·šī‘ites” que nous avons inventoriés, nous allons essayer de faire la synthèse de nos observations.

2D'abord nous examinerons la valeur des sources qui nous transmettent cette poésie avec tous les problèmes que cela comporte.

A - LES RECUEILS

3Le premier groupe d'ouvrages où nous trouvons les poèmes qui nous intéressent, ce sont évidemment les dīwān-s, quelles que soient leur taille et l'importance de l'auteur. Aussi, par un dépouillement systématique des études modernes ou contemporaines, des dictionnaires biographiques comme al-A‘lām d'al-Ziriklī et Mu‘ǧam al-mu’allifīn de Kaḥḥāla, ainsi que de plusieurs revues, notamment iraqiennes telles al-Mawrid et al-Balāġ, avons-nous recherché les divers dīwān-s édités sous le nom des poètes de notre inventaire, qu'ils soient anciens ou reconstitués. Le tableau suivant résume les résultats de notre enquête :

4Cela donne un total de 45 dīwān-s édités, nombre qui peut paraître minime si on le rapporte aux 229 poètes inventoriés. Mais il faut rappeler que beaucoup parmi eux ne sont en réalité poètes que par occasion. Donc le nombre auquel nous sommes arrivé est provisoirement assez satisfaisant, en attendant la découverte ou la reconstitution de nouveaux recueils, notamment, dans notre inventaire, ceux de Hāšim al-Mirqāl (n° 105), ‘Ammār b. Yāsir (n° 107), Ḫuzayma b. Ṯābit (n° 108) et Qays b. Sa‘d b.‘Ubāda (n° 113), qui paraissent devoir être assez consistants.

5Une seconde remarque s'impose : la plupart des recueils reconstitués l'ont été à deux reprises, parfois même à trois. C'est le cas par exemple pour Ibn Mufarriġ (n° 151) et Ibn Harma (n° 203). Ce dernier dīwān, édité parallèlement à Damas et à Naǧaf, pourrait servir d'argument pour prouver la pérennité du conflit entre le Šām et l'Iraq, ou bien entre le sunnisme et le šī‘isme ; mais plus simplement, pour ne pas dramatiser ni exagérer, il marque la difficulté qu'il y a pour un chercheur à se débarrasser de ses convictions politico-religieuses. De même, on pourrait rappeler la double édition du poème en mīm de Baššār, par le šī‘ite al-‘Alawī et par le sunnite Ibn‘Āšūr.

6S'il est permis de tirer une leçon de ce qui précède, c'est que les chercheurs devraient inventorier, éditer ou reconstituer de la manière la plus exhaustive et la plus rigoureuse possible les œuvres poétiques qui ne l'ont pas encore été. C'est ce que nous avons essayé de faire, seul ou en collaboration avec des collègues, en publiant l'œuvre d'al-Naǧāšī (n° 111), d'Abū‚ al-Ṭufayl (n° 164), d'Ayman b. Ḫuraym (n° 185), d'al-Uqayšir (n° 189) et de Ḥamza b. Bīḍ (n° 190) et de Manṣūr al-Namarī (n° 214). Par ailleurs, dans le cadre de la recherche universitaire, nous avons orienté d'anciens étudiants vers la reconstitution et l'étude de certains dīwān-s.

7En effet, quel que soit son volume, une œuvre poétique, exhaustivement reconstituée et scientifiquement éditée, ne peut qu'enrichir notre connaissance de la littérature arabe en général, et particulièrement de la poésie. En plus de ces dīwān-s, plus ou moins bien édités, nous nous sommes fondé sur d'autres sources, dont il nous faut maintenant parler.

B - ANTHOLOGIES OU OUVRAGES APPARENTES A L'HISTOIRE LITTERAIRE

1 - Ibn Sallām : Ṭabaqāt fuḥūl al-šu‘arā’

8Sur les 114 poètes, dont 40 postérieurs à l'Islam, présentés par Abū‚ ‘Abd Allāh Muḥammad b. Sallām al- Ǧumaḥī (m. 231/845), seul al-Nābiġa al- Ǧa‘dī, pourtant rangé dans la troisième classe des poètes anté-islamiques, est mentionné pour son šī‘isme. Le fait que cet ouvrage ait été composé au début de l'époque abbasside suffit-il à expliquer cette négligence ? Ou bien Ibn Sallām n'aurait-il pas jugé comme fuḥūl, ou poètes de talent, les nombreux poètes qui ont défendu la cause ‘alide ?

2-Ibn Qutayba : Kitāb al-ši‘r wa al-šu‘arā’

9Dans son anthologie, qui s'étend de la période pré-islamique jusqu'au début de la deuxième moitié du troisième siècle de l'Hégire, Abū‚ Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muslim b. Qutayba, mort en 276/889, nous fournit des éléments biographiques et des anecdotes sur 206 poètes plus ou moins importants, ainsi que des citations ou des extraits plus ou moins longs de leurs œuvres.

10Cela l'amène naturellement à s'intéresser à des poètes šī‘ites : ainsi il mentionne les invectives d'al-Naǧāšī contre Mu‘āwiya (p. 246-250) et le combat d'Ab‚ al-Aswad aux côtés de ‘Alī à Ṣiffīn (p. 615-616). Pour l'époque umayyade, il cite le nom de Kuṯayyir (p. 410-423) qui se serait, par deux vers composés juste avant sa mort, désolidarisé d'Abū‚ Bakr, de ‘Umar et des Ḫāriǧites, et celui d'al-Kumayt (p. 485-488), rāfiḍite défendant les droits des ‘Alides. À l'époque abbasside, nous trouvons Sudayf b. Maymūn (p. 647-648), ennemi des Umayyades et fidèle d'Ibrāhīm b.‘Abd Allāh b.al-Ḥasan, mais qui se serait, après la mort de celui-ci, rallié à al-Manṣūr. L'auteur évoque par la suite (p. 729-730) les satires de Di‘bil contre al-Ma’mūn sans insister sur son šī‘isme ; il mentionne enfin Manṣūr al-Namarī (p. 736-739) qui manifestait des opinions pro-abbassides, mais qui était šī‘ite. Au total, les poètes cités sont peu nombreux et l'apport d'Ibn Qutayba à l'histoire de la poésie šī‘ite minime ; mais cela est très compréhensible dans le contexte arabo-musulman de l'époque.

C - OUVRAGES D'ADAB, D'HERESIOGRAPHIE ET D'HISTOIRE

1 - Ouvrages d'adab

2 - Ouvrages d'histoire

a) Histoire des grandes batailles

a) Histoire des grandes batailles

b) Ouvrages de généalogie

b) Ouvrages de généalogie

c) Histoire des Compagnons

c) Histoire des Compagnons

D - SOURCES DIVERSES

11Enfin, comme le montre le tableau annexé à notre Corpus, dans les œuvres poétiques que nous avons inventoriées et étudiées, de nombreuses pièces se trouvent dispersées dans des ouvrages de langue, d'exégèse ou d'hérésiographie, qu'il est difficile, voire impossible, à une seule personne de dépouiller systématiquement, sans risque d'erreur. C'est cependant ce que nous avons essayé de faire.

12Nous devons maintenant dégager quelques conclusions et mettre en lumière certaines difficultés :

  1. Les auteurs d'anthologies et d'ouvrages apparentés à l'histoire littéraire semblent avoir négligé ou “oublié” maints poètes de tendance šī‘ite ; de même certains dīwān-s édités, qu'ils aient déjà existé en manuscrit ou qu'ils aient été reconstitués, paraissent incomplets. C'est le cas par exemple pour les dīwān-s de Ḥassān b. Ṯābit (n° 10) et d'Abū‚ Nuwās (n°215) : bien qu'ils aient été relativement bien édités, ils contiennent de nombreuses lacunes et les chercheurs ont pu sans peine glaner ici ou là des fragments šī‘ites qui en sont absents. En revanche d'autres recueils de poètes prétendument šī‘ites ne comportent pas trace de šī‘isme : ainsi ceux d'al-Uqayšir (n° 189), d'al-‘Attābī (n°225), d'Abū‚ al-Šīš (n°226) et d'Abū‚ al-‘Atāhiya (n° 227). Tous ces dīwān-s devraient-ils être revus et complétés ? ou certaines allégations des historiens de la littérature seraient-elles infondées ?
  2. D'après les tableaux ci-dessus, ainsi que d'après ceux présentés dans notre introduction (p. 12-17) à notre corpus en arabe, ce sont les ouvrages d'adab et d'histoire qui nous transmettent la plus grande partie des œuvres poétiques šī‘ites inventoriées. Le fait en lui-même n'aurait pas de conséquence si la plupart des auteurs n'étaient des šī‘ites notoires. Relevons les plus importants :

1 - Al-Iṣfahānī

13Šī‘ite, et plus précisément d'obédience zaydite bien que descendant de la branche marwānide des Umayyades, Abū‚ al-Farağ ‘Alī b. al-Ḥusayn al-Iṣfahānī, mort en 356/967 à Bagdad, où il passa la plus grande partie de sa vie, nous a laissé deux ouvrages d'une importance capitale pour notre sujet.

14Le premier est le Kitāb al-Aġānī où “toute la civilisation et la culture arabe de la Ǧāhiliyya à la fin du iiie siècle se dérouleront sous nos yeux” (M. Nallino, EI2, I, p. 121-122) ; ce fut un “admirable instrument de la propagande šī‘ite qui sut mettre à son service les ressources de la poésie et de la prose artistique pour gagner, plus sûrement que par les armes, les esprits et les cœurs” (Laoust, Schismes, p. 139).

15Le second est Maqātil al-ṭālibiyyīn, martyrologe du šī‘isme imāmite et zaydite où l'auteur se fait l'historien obstiné des persécutions šī‘ites en donnant “les biographies des descendants d'Abū‚ Ṭālib à partir de Ǧa‘far b. Abī Ṭālib jusqu'aux 70 morts sous le règne d'al-Muqtadir (295320/908-932) qui, en quelque manière, ont perdu la vie pour des raisons politiques y compris ceux qui sont morts soit en prison soit dans les lieux où ils s'étaient cachés” (EI2, I, p. 121-122).

16Ces deux ouvrages nous présentent un grand nombre de poètes et citent une multitude de vers, qu'il s'agisse d'éloges ou de thrènes pour les ‘Alides, ou bien de satires contre leurs adversaires.

2 - Al- Ṭūsī

17“Historien de la littérature chiite dans son Fihrist kutub al-shî‘a” (Laoust, Schismes, p. 184), Abū Ǧa‘far Muḥammad b. al- Ḥasan al Ṭūsī (460/1068) nous transmet aussi dans d'autres ouvrages, notamment dans ses Amālī, de multiples fragments poétiques.

3 - Ibn Muzāḥim

18Dans son ouvrage historico-littéraire Waq‘at Ṣiffīn, Naṣr b. Muzāḥim al-Minqarī al-Kūfī (212/827) ne cite pas moins de 1200 vers improvisés à la bataille de Ṣiffīn par des "poètes" plus ou moins connus. En lisant cet ouvrage, on croirait, comme l'ont déjà noté d'autres chercheurs (Ḫalīf, Kūfa, p. 348), que “les combattants auraient déposé leurs armes et donné libre cours à la poésie et au rağaz”.

4 -Al-Mufīd

19Muḥammad b. Muḥammad b. al-Nu‘mān, dit al-Šayḫ al-Mufīd (413/1023), nous est utile dans trois de ses ouvrages : son livre al-Ǧamal aw al-Nuṣra fī ḥarb al-Baṣra, consacré à la bataille du Chameau, reproduit un grand nombre de discours échangés entre partisans et adversaires de ‘Alī. La poésie est abondamment citée, et l'on y trouve un grand nombre de fragments utilisés par leurs auteurs comme armes de combat.

20Non moins important est le Kitāb al-Iršād qui retrace, de façon romancée et avec des sympathies imāmites manifestes, l'histoire des douze Imāms ; pour appuyer leurs droits, l'auteur recourt souvent à la citation de poèmes.

21Nous retrouvons le même goût pour la poésie dans le Kitāb al-fuṣūl al-muḫtāra min al-‘uyūn wa al-maḥāsin.

5 - Abū Miḫnaf

22L'historien Abū Miḫnaf (m.157/774), à l'objectivité fort contestée, nous a laissé un livre, d'ailleurs très mal édité, Maqtal al-Ḥusayn wa maṣra‘ ahl baytihi wa aṣḥābihi fī Karbalā, plus connu sous le titre de Maqtal Abī Miḫnaf ; il y relate, dans un style romancé et avec un esprit manifestement partisan, l'équipée d'al-Ḥusayn depuis son départ de Médine jusqu'à son assassinat. L'ouvrage contient une masse considérable de citations de poèmes et de poètes.

23Le nombre des vers cités est si grand qu'il paraît excessif, tout autant que celui des morts, surtout dans le clan umayyade ; c'est dire que beaucoup de ces vers sont suspects. Nous en avons tenu compte dans notre Corpus et nous le rappellerons quand nous parlerons des problèmes d'authenticité et de transmission que pose la poésie šī‘ite.

6-Al-Mas‘ūdī

24Dans son ouvrage Murūğ al-ḏahab, dont l'édition et la traduction par B.de Meynard et P. de Courteille ont été reprises et magistralement revues et corrigées par Ch. Pellat, le šī‘ite Ab‚ al-Ḥasan ‘Alī b. Ḥusayn al-Mas‘ūdī (m. 346/959) fait lui aussi la part belle à la poésie, notamment celle de tendance šī‘ite.

7 - Ṭabarī

25Non moins important est l'apport d'Abū Ǧa‘far Muḥammad b. Ǧa‘far al-Ṭbarī (m. 310/923) “fortement anti-omeyyade et enclin à ménager un chiisme disposé à composer avec le califat abbasside” (Laoust, Schismes, p. 78).

8 - Ibn Šahrāšūb

26Force nous est de reconnaître l'importance de Muḥammad b. ‘Alī b. Šahrāšūb (m. 588/1192), et surtout de deux de ses ouvrages.

27Le premier, Ma‘ālim al-‘ulamā’, conçu comme un complément du Fihrist d'al-Ṭūsī, se termine par une liste de poètes šī‘ites classés sous quatre rubriques : les Muğāhirūn, “šī‘ites déclarés” (p. 146-150), les Muqtaṣidūn, “les modérés” (p. 150-152), les Muttaqūn, “les restrictifs” (p. 152) et les Mutakallifūn, “les prétendus” (p. 153). L'auteur semble suivre l'ordre chronologique, en particulier pour les poètes de la deuxième catégorie. Même si les renseignements fournis sur les poètes recensés sont très minces, ce chapitre n'en reste pas moins “unique” (Amoretti, EI2, III, p. 960), et nous-mêmes nous sommes servi de cette liste, et aussi de celle établie par al-‘Āmilī (A‘yān), comme point de départ pour notre inventaire des poètes šī‘ites.

28Le second livre, Manāqib Āl Abī Ṭālib, d'Ibn Šahrāšūb “exposé théorico-apologétique sur les imāms plus qu'ouvrage de généalogie et de hadiths” (EI2, III, p. 900), “contient une masse énorme de fragments poétiques dont certains ne se trouvent dans aucun autre ouvrage ; on doit donc les considérer avec prudence” (Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 77-80). C'est cette prudence que manifeste à plusieurs reprises le texte de nos notices.

9 - Al-Madanī

29Dans son ouvrage al-Darağāt al-rafī‘a fī ṭaqāt al-šī·‘a, Ṣadr al-Dīn ‘Alī Ḫān al-Madanī al-Šīrāzī al-Ḥusaynī, descendant d'al-Ḥusayn b. ‘Alī et mort en 1120/1738, se proposait d'inventorier et d'étudier les personnalités šī‘ites éminentes en douze “catégories” ou “classes”. Cependant le texte publié ne concerne que les représentants de la première catégorie (p. 41-457) les compagnons du Prophète, ceux de la quatrième (p. 457-529) les hommes de science, les traditionnistes, les exégètes et les jurisconsultes, et enfin un petit nombre de la onzième (p. 529-590) les poètes. Al-Madanī ne présente que six poètes qui sont successivement al-Nābiġa al-Ğa‘dī, Ka‘b b. Zuhayr, al-Farazdaq, al-Faḍl b. ‘Abbās al-Lahabī, al-Kumayt et Kuṯayyir ‘Azza ; même si elle seule intéresse directement notre sujet, on trouve cependant ailleurs quantité de vers attribués aux membres des deux autres “classes”, au point qu'on en vient à regretter que le reste de l'ouvrage soit perdu. Il ne faut pas toutefois en exagérer la valeur, car il est dû à un auteur šī‘ite tardif et les indications des biographies ainsi que les vers cités viennent le plus souvent de sources anciennes, comme al-Aġānī et Waq‘at Ṣiffīn, dont la plupart sont aujourd'hui disponibles dans de bonnes éditions.

10 - Sources non šī‘ites

30S'il est important, et même indispensable, de souligner le rôle des šī‘ites dans la transmission et la conservation de leur poésie, il ne faudrait pas pour autant ignorer celui d'auteurs d'autres obédiences.

31Parmi les auteurs d'adab, citons deux mu‘tazilites : Abū‚ ‘Uṯmān ‘Amr b. Baḥr al-Ğāḥiẓ˙ (m. 255/869), qui est parfois le seul à nous transmettre certains poèmes ou fragments, comme ceux de Bišr b. al-Mu‘tamir ou de Ma‘dān al-Šumayṭī, et surtout Abū‚ Ḥāmid b. Muḥammad b. al-Ḥusayn b. Abī al-Ḥadīd (m. 656/1257) qui, dans son commentaire du Nahğ al-Balāġa d'al-Šarīf al-Raḍī (m. 406/1016), rapporte un nombre impressionnant de vers (ceux-ci, il est vrai, sont souvent puisés à des sources accessibles, comme Waq‘at Ṣiffīn d'Ibn Muzāḥim).

32Chez les historiens, l'ouvrage du šāfi‘ite Abū‚ al-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b.‘Abd al-Karīm al-Ğazrī, dit Ibn al-Aṯīr (m. 630/1233), al-Kāmil fī al-tārīḫ, et celui de ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl b. Kaṯīr (m. 774/ 1373-1374), al-Bidāya wa al-nihāya, reproduisent de nombreux fragments poétiques à partir de sources anciennes connues.

33Ce sont là, en plus des dīwān-s, les sources les plus importantes que nous ayons pu inventorier et étudier pour les œuvres poétiques šī‘ites. Force est de constater que nombre d'entre elles sont des sources šī‘ites, et cela amène évidemment à soulever le problème de l'authenticité de cette poésie, peut-être le plus délicat de tous ceux qui la concernent.

341-Jusqu'où en effet pouvons-nous nous fier à ces sources, qu'il s'agisse de Waq‘at Ṣiffīn, ou encore mieux des Manāqib d'Ibn Šahrāšūb qui nous rapportent, à côté d'œuvres attribuées à des personnages connus, plusieurs poèmes et fragments poétiques dont les auteurs seraient des personnages non identifiés, ou bien des personnes mortes 100, 300 ou 500 ans avant l'Islam, ou même des voix occultes ou des djinns ?

35Si pour certains auteurs šī‘ites l'authenticité de cette poésie ne fait aucun doute, pour les esprits neutres et “objectifs”, il paraît évident que les premiers sont victimes de l'esprit partisan, et qu'il convient de garder une prudence, pour ne pas dire une méfiance, absolue.

36Il suffira ici, comme on l'a fait à plusieurs reprises dans nos notices, de soulever le problème et de souligner la tendance des auteurs šī‘ites à multiplier le nombre des poètes et de leurs œuvres pour défendre, vaille que vaille, les droits ‘alides.

372-Un autre problème n'est pas moins important : quelle valeur accorder aux poèmes šī‘ites qu'on prétend composés par des opposants notoires à ‘Alī b. Abī Ṭālib et à ses descendants ? Par exemple Abū Sufyān, Ḥassān b. Ṭālib et ‘Amr b. al-‘Āṣ. Ces poètes auraient-ils, pendant quelques instants, adopté une attitude pro-‘alide, au point d'éprouver le besoin de l'exprimer en vers ? N'est-il pas plus probable que ces vers sont des apocryphes, attribués à ces personnages illustres pour les faire témoigner, malgré qu'ils en aient, en faveur des ‘Alides ?

383-Troisième problème, celui des attributions multiples. À côté des pièces d'attribution ou d'authenticité douteuses, plusieurs autres sont attribuées en même temps à deux ou trois poètes : par exemple, la pièce en ni attribuée à Abū Sufyān (n° 8), à Ḥassān b.Ṭābit (n° 10) et à Ḫuzayma b. Ṭābit (n° 108), celle en na attribuée à Umm al-Hayṯam (n° 9), à Abū al-Aswad (n° 25) et à al-Aštar (n° 106), celle en mīm attribuée à ‘Iṣām (n° 25) et à al-Aštar (n° 106), celle en ru attribuée à Hind al-Anṣāriyya (n° 116) ou à la mère ou la fille de Ḥuğ b.‘Adī, et enfin celle en ti qu'on attribue en même temps à Sulaymān b. Qatta (n° 171), à Abū Dahbal (n° 172), à Ab‚ al-Rumayḥ (n° 173) ou même à des inconnus.

39Ces attributions, doubles ou multiples, sont très fréquentes surtout pour la première ou la seconde périodes, mais, faut-il le rappeler, elles ne concernent pas uniquement la poésie šī‘ite. Deux explications sont possibles, que nous avons déjà signalées dans les notices : deux poètes (ou plus) peuvent avoir composé un poème ou des vers sur le même mètre et avec la même rime, ensuite les transmetteurs les auraient confondus. Mais il peut également s'agir d'une pure et simple erreur, consciente ou inconsciente, les transmetteurs victimes d'une défaillance de la mémoire étant enclins à attribuer la paternité des poèmes à des poètes célèbres.

404-Cette “hésitation” dans l'attribution des poésies se retrouve souvent à propos du nombre et de l'ordre des vers dans un même poème. Le poème en mīm d'al-Farazdaq (n° 167) fournit peut-être de cela le meilleur exemple. En effet selon les sources, non seulement l'attribution des vers varie, mais encore leur nombre qui oscille entre 27 et 41. À Abū Sufyān (n°8) et à Ḫuzayma (n° 108). De même le poème en ya attribué à Ibn al-Aḥmar (n° 157) voit le nombre de ses vers passer de 7 à35 selon les transmetteurs et les éditions. Enfin du poème en bi attribué à ‘Abd Allāh b. Ġālib al-Asadī (n° 193), il ne nous reste qu'un seul vers.

41À ces problèmes concernant le nombre et l'ordre des vers, on pourrait rattacher celui des variantes. Elles se situent au niveau du mot, sans altérer le rythme, ni le mètre. Nous avons vu ces questions en détail dans les notices, le plus souvent en note. Dans notre Corpus en arabe, nous avons essayé d'établir le texte aussi “correctement” que possible, avec toutes les variantes, notamment dans les pièces que nous avons nous-mêmes glanées et dans les œuvres que nous avons reconstituées.

42Enfin il faut rappeler que ces “défaut” ou “hésitations” s'expliquent pour nos poèmes, non seulement par le caractère oral de la transmission, mais encore, et surtout, par le caractère politique de ces œuvres qui, avant d'être fixées par l'écriture, ont longtemps circulé sous le manteau, transmises de façon plus ou moins complète, plus ou moins correcte, par des adeptes qui n'étaient pas toujours très compétents en matière de poésie.

43Voyons maintenant qui étaient les auteurs et ce qu'ils étaient.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Titel a) Histoire des grandes batailles
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 191k
Titel b) Ouvrages de généalogie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 81k
Titel c) Histoire des Compagnons
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 207k
Titel d) Histoire générale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4745/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 173k

© Presses de l’Ifpo, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search