Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Première partie. La poésie šī‘ites : inventaire et analyse

Chapitre V. Œuvres de la cinquième période (le Ier siècle abbasside)

Texte intégral

A-ŒUVRES DE SOUVENIR

192-‘Abd Allāh b. ‘Umar al-‘Ablī

  • 1 Outre les deux fragments analysés, on attribue à al-‘Ablī une dizaine de pièces dont certaines son (...)
  • 2 Quatre vers (mètre sarī‘, rime li), rapportés par Zubayrī, Nasab, p. 158.
  • 3 Sept vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XI, p. 283.

1‘Abd Allāh b. ‘Umar al-‘Ablī al-‘Abšamī, nous dit al-Iṣfahānī (Aġānī, Ṯaqāfa, XI, p. 275), fut un poète de talent ; à l'époque umayyade, il manifesta des tendances pro-‘alides, s'insurgeant contre la coutume de maudire ‘Alī en chaire (ibid., p. 283) ; à l'époque abbasside, maltraité par le calife al-Manṣūr, il se joignit à Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan qui le nomma gouverneur de Ṭā’if ; enfin, il mourut en 145/762, au Yémen où il s'était enfui après l'échec du révolté ‘alide. Dans son œuvre1, deux pièces intéressent l'histoire de la poésie šī‘ite. Dans la première2, le poète se réjouit de la chute des Umayyades : il les invective, soulignant leur injustice (ğawr) et célébrant la victoire des Hāšimites. Cependant c'est la seconde3 qui exprime clairement le šī‘isme de ‘Abd Allāh b. ‘Umar al-‘Ablī. En effet, évoquant la persécution dont il fut l'objet sous les Umayyades, il affirme son amour pour ‘Alī et ses fils, amour qu'il justifie par ses convictions morales ou religieuses, et non par des raisons matérielles. En conclusion, l'apport d'al-‘Ablī à la poésie šī‘ite, si mince soit-il, vaut surtout par le fait qu'il émane d'un poète d'origine umayyade (‘abšamī) qui, en même temps qu'il fait l'éloge des siens, s'insurge contre eux et se range même du côté des ‘Alides, dont il prend la défense.

2Bibliographie

3En plus des sources citées dans le corps du texte et en note, voir Ziriklī, A‘lām,

4IV, p. 247, et surtout Sezgin, Geschichte, II, p. 450.

193-‘Abd Allāh b. Ġālib al-Asadī

  • 4 Ǧa‘far al-Ṣādiq lui aurait dit : “un ange vous inspire des vers et je connais cet ange. ” Voir Kaš (...)
  • 5 Mètre wāfir, rime bi ; rapporté par Šubbar, Ṭaff, 1, p. 231, d'après Ibn Qawlawayh, Kāmil al-Ziyār (...)

5On ne sait pratiquement rien de ‘Abd Allāh (ou ‘Ubayd Allāh ; Ma‘ālim) b. Ġālib al-Asadī, fidèle d'al-Bāqir (Ma‘ālim) ou de Ǧa‘far al-Ṣādiq4. Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 151) le cite parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidūn, et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p. 176). Aujourd'hui il ne nous reste de lui qu'un vers5 d'un poème qu'il aurait composé sur al-Ḥusayn, évoquant l'ampleur de son drame. Même minime, cette relique est significative et pose le problème de la transmission de la poésie šī‘ite de cette époque.

6Bibliographie

7Aux sources citées en note, il faut ajouter Ṣadr, Ta’sīs, 205, qui cite aussi Ṭūsī et Nağāšī, Riğāl.

194-Ǧa‘far b. ‘Affān al-Ṭā’ī

  • 6 Selon plusieurs sources, en particulier Kaššī (Riğāl, p. 246), l'Imām al-Ṣādiq lui aurait dit : “Q (...)
  • 7 Un vers (mètre kāmil, rime bi), rapporté par Ṭūsī (Amālī, I, p. 201), Marzubānī (Aḫbār, p. 115) et (...)
  • 8 Six vers (mètre kāmil, rime mi), rapportés par Iṣfahānī (Aġānī, IX, p. 48) et Ibn Bābawayh (Aḫbār (...)
  • 9 Cinq vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 115.
  • 10 Cinq vers (mètre wāfir, rime di), rapportés uniquement par des auteurs modernes : al-‘Āmilī, A‘yān(...)
  • 11 Neuf vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 8-9, reprispar al-‘Āmilī, (...)

8Cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XVI/XVII, p. 56-63), et par al-Marzubānī (Aḫbār, p. 115-116) comme un des principaux poètes ·ī‘ites, Ǧa‘far b. ‘Affān al-Ṭā’ī, mort aux environs de 150/769, aurait rencontré l'Imām al-Ṣādiq qui l'aurait encouragé à composer des vers6. Son dīwān, selon Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 240) comportait deux cents feuillets ; il nous en reste cinq fragments, qui tous nous intéressent. On peut les répartir en trois groupes. Deux pièces concernent les Ahl al-Bayt en général : la première7 s'inquiète et s'attriste de leur état, du toit de leur demeure démoli et de leurs vêtements en lambeaux (min arḏal al-aṯwāb) ; la seconde8 est une réponse à Marwān b. Abī Ḥafṣa, où le poète défend les droits des ‘Alides, affirmant que les “enfants des filles” (vers 2) et surtout Ibn Fāṭima (al-Ḥusayn ?) (vers 5) ont leur part dans l'héritage légué par leur grand-père (Muḥammad) tandis que l'oncle n'en a point ; il invective de plus contre l'ancêtre des Abbassides, al-‘Abbās b. ‘Abd al-Muṭṭalib, qu'il appelle avec mépris Ṭalīq ou Ibn Natla (du nom de sa mère Nutayla, vers 3 et 5) et qu'il accuse d'avoir adhéré à l'Islam par crainte (vers 3). Deux autres pièces se rapportent à al-Ḥusayn. Dans la première9, de caractère élégiaque, le poète s'invite lui-même à pleurer sans cesse, mille ans et si possible plus (vers 1 et 2), comme pleurent les colombes (vers 3 et 4), pour al-Ḥusayn “le petit fils de Aḥmad” (vers 5). La seconde10, d'aspect plus général, se lamente aussi sur le sort d'al-Ḥusayn, en développant deux thèmes principaux : la description de la mort de cet Imām, criblé de coups d'épée, abandonné aux vautours par la nation du Mal (Ummat al-sū’, vers 2, 3 et 4), et les invectives contre ses assassins : par égarement, ils n'ont pas tenu compte de sa parenté avec le Prophète et ont éteint la lumière de leurs mains (vers 4, 5, 7 et 8) ; le poète leur souhaite la déchéance (vers 9). Enfin une dernière pièce11, d'allure légère, invective très indirectement le calife ‘Umar. En conclusion, ces fragments, rapportés exclusivement par des sources šī‘ites, valent surtout par l'évocation du drame d'al-Ḥusayn et par la défense des droits des ‘Alides, en particulier en raison de leur parenté avec le Prophète. Dans un style tantôt narratif, tantôt discursif et avec une langue plutôt archaïque, ils expriment la tristesse en même temps que la volonté d'attachement aux šī‘ites.

9Bibliographie

10— Kaššī, Riğāl, p. 245-246

11— Iṣfahānī, Aġānī, index

12— Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 240

13— Ibn Bābawayh, ‘Uyūn, p. 173-174

14— Ṭabarī, Bišāra, p. 64

15— Marzubānī, Aḫbār, p. 115-116

16— Ṭūsī, Amālī, I, p. 201-202

17— ‘Āmilī, A‘yān, XVI, p. 56-63

18— Amīnī, Ġadīr, II, p. 268

19— Ṣadr, Ta’sīs, p. 205

20— Šubbar, Ṭaff, I, p. 192-195

21— Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 110.

B-ŒUVRES PRO-ZAYDITES

195-Hārūn b. Sa‘īd al-‘Iğlī

  • 12 Neuf vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés par Ibn Qutayba, ‘Uyūn, II, p. 145 et partiellement pa (...)
  • 13 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 346-347.
  • 14 Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 113.
  • 15 Dans les sources le premier mot du deuxième hémistiche du vers 5 est basirun, nous pensons qu'il f (...)

22Hārūn b. Sa‘d (ou Sa‘īd) al-‘Iğlī al-Ǧu‘fī al-Kūfī s'allia à Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan qui le nomma gouverneur à Wāṣit ; après la défaite de ce dernier, il se réfugia à Baṣra où il mourut en 145/763. Il est l'auteur d'une courte pièce pro-šī‘ite12, qui lui vaut à juste titre d'être considéré par Haddāra13 et par Ġiyāḍ14 comme un poète zaydite. S'attaquant aux Ḫaṭṭābiyya sans les nommer, il rappelle leurs croyances en l'Imām Ǧa‘far considéré comme une divinité par certains et comme un prophète purifié par d'autres (vers 1 et 2) ; il proclame qu'il se désolidarise de cet Imām, au cas où il les agréerait (vers 3), ainsi que de tous ceux qui croient au ğafr (connaissance du futur) (vers 4) et de tous les rāfiḍites, soulignant leur ignorance en matière de religion par une image concrète, “borgnes en religion et sur le seuil de la mécréance (vers 5)”15 et rappelant que certains d'entre eux “persistent dans les innovations blâmables quand les gens de la vérité, ahl al-ḥaqq, s'en détournent, et qu'ils s'arrêtent en deçà du Vrai quand ceux-ci le poursuivent” (vers 6) ; pour finir, il appelle sur eux la malédiction divine, les comparant à certains chrétiens qui ont colporté des mensonges sur Jésus comme eux sur Ǧa‘far al-Ṣādiq (vers 9). En conclusion, ces quelques vers de Hārūn al-‘Iğlī, même s'ils sont rapportés par des sources presque exclusivement šī‘ites, et en raison même de cela, méritent largement qu'on y prête attention, car leur esprit polémique témoigne des querelles internes au šī‘isme ; ils ont donc une valeur documentaire importante pour l'hérésiographie.

23Bibliographie sélective

24— Ziriklī, A‘lām, IX, p. 140

25— Ibn Qutayba, ‘Uyūn, II, p. 14

26— Iṣfahānī, Maqātil, index

27— Marzubānī, Mu‘ğam, p. 461

28— Ibn Ḥağar, Tahḏīb, VI, p. 6

29— Haddāra, Ittiğāhāt, p. 346-347

30— et Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 113.

196-Muḥammad b. Wahīb al-Ḥimyarī

  • 16 L'œuvre poétique de Muḥammad b. Wahīb comptait selon Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 726) 50 feuillets. (...)
  • 17 Neuf vers (mètre ramal, rime ya), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XIX, p. 14-15.
  • 18 Sept vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XIX, p. 14.

31Cité par al-‘Āmilī (A‘yān, XXXXII, p. 145-146) et par Ṣadr (Ta’sīs, p. 192-193) parmi les A‘yān al-Šī‘a, présenté par Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 148-149) comme un poète imāmite important, Muḥammad b. Wahīb al-Ḥimyarī est déjà mentionné aux troisième et quatrième siècles de l'Hégire par Ǧāḥi˙ (Bayān) et Iṣfahānī (Aġānī, XIX, p. 3) pour son šī‘isme et ses thrènes sur Ahl al-bayt. Il était originaire de Baṣra, mais vécut à Bagdad jusqu'à sa mort en 225/840 ; il était particulièrement lié au vizir al-Ḥasan b. Sahl et au calife al-Ma’m‚n. Dans son œuvre16, deux fragments intéressent le šī‘isme. Le premier17 est une réponse au secrétaire Muḥammad b. al-Qāsim b. Yūsuf qui lui avait demandé son obédience ; dans une sorte de profession de foi, d'une part, il affirme (vers 5) son amour (wudd) pour la famille du Prophète et sa solidarité avec ‘Alī (al-waṣī) ‘le désigné’) ; d'autre part, il insiste (vers 8-9), à la manière des Zaydites, sur le fait qu'il refuse de maudire Abū Bakr (Taym), ‘Umar (‘Adī), et même les Umayyades (Umayya), tout en réitérant son soutien à ‘Alī. Le second18 procède de la satire, de l'éloge et de l'expression d'opinion, mais autant que les thèmes développés, ce sont les circonstances de sa composition qui nous intéressent. En effet, comme un certain Yazīd b. Hārūn vantait les mérites des trois premiers califes sans rien dire du quatrième ni de ses fils, le poète lance contre lui de virulentes invectives, le traitant, lui et ses auditeurs, de zindiq-s (hérétiques) corrompus (vers 3) ; en même temps, il proclame son attachement à ‘Alī et affirme le préférer jusqu'à la mort, en dépit des “maudits” qui se déchaînent contre lui. Ces quelques vers d'un poète, qui semble se rattacher au courant zaydite, valent surtout par la manière dont ils manifestent des sentiments pro-‘alides et défendent des convictions politiques dans des milieux hostiles. Cela mérite d'être souligné et pose une fois de plus le problème de la transmission de cette poésie.

32Bibliographie

33En plus des sources citées dans le texte ou en notes, voir Ziriklī, A‘lām, VII, p. 358-360 et surtout Sezgin, Geschichte, II, p. 517-518 (avec une abondantebibliographie qui peut aider à reconstituer la biographie et l'œuvre de ce poète).

197-Al-Faḍl b. ‘Abd al-Raḥmān b. al-‘Abbās

  • 19 Trois vers (mètre ṭawīl, rime bu), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 179.
  • 20 Un poème de mètre ḫafīf et de rime mi (Zubayrī, Nasab, p. 89 et Marzubānī, Mu‘ğam, p. 179).
  • 21 Vingt-quatre vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, (p. 148-158).

34Rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 293), al Faḍl b. ‘Abd al-Raḥmān b. al-‘Abbās b. Rabī‘a b. Ḥāriṯ b. ‘Abd al-Muṭṭalib, mort en 173/790, aurait été le premier, après la mort de Zayd b. ‘Alī, à s'habiller en noir. Outre un fragment à caractère sapiential19 et une satire20 contre les Tamīm qui, à Baṣra, l'avaient dénoncé à Hārūn al-Ra·īd lorsqu'il persécutait les Hāšimites, il aurait composé un thrène sur Zayd b. ‘Alī b. al-Ḥusayn21. Deux thèmes principaux se dégagent. D'abord al-Faḍl b. ‘Abbās présente Zayd b. ‘Alī, qu'il nomme (vers 2) le fils du Prophète (ibn al-Nabī), crucifié à la Kunāsa ; son âme rejoint ses parents au Paradis (vers 1-11). Ensuite (vers 13-24) il appelle à le venger et imagine une bataille au Šām où les Umayyades sont exterminés ; le tout s'accompagne de lamentations et de pleurs sur le sort des ‘Alides (surtout vers 1 et 12). Ce thrène pour ibn al-Nabī, qui s'était révolté contre le tyran (al-kāfir al-ğabbār, vers 4), est écrit dans un style narratif élaboré et une langue plutôt archaïque ; il brosse deux tableaux antithétiques et complémentaires, l'un vécu au réel, l'autre dans l'imaginaire ; inspirés par la mort de Zayd b. ‘Alī, ils reflètent tous deux une solidarité manifeste avec les ‘Alides et une vive haine de leurs adversaires.

35Bibliographie sélective

36— Ziriklī, A‘lām, V, p. 356

37— ‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 293

38— Zubayrī, Nasab, p. 89

39— Iṣfahānī, Maqātil, p. 148-150

40— Marzubānī, Mu‘ğam, p. 179.

198-Bišr b. al-Mu‘tamir

  • 22 Connu à la fois comme grand théologien mu‘tazilite, grand rhétoricien, grand poète et versificateu (...)
  • 23 Nawbaḥtī, par exemple, écrit dans Firaq (p. 14-16) qu'il affirmait, avec les Zaydites et certains (...)
  • 24 Soixante vers sur rime ru (Ǧāḥiẓ, Ḥayawān, VI, p. 284-291).
  • 25 Un fragment de cinq vers d'un rağaz muzdawiğ, dans Ǧāḥiẓ, Ḥayawān, VI, p. 455.
  • 26 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 330-331.

41Bišr b. al-Mu‘tamir al-Hilālī, mort entre 210 et 226/825-840, est présenté par Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 138-141) comme un poète22 zaydite. Originaire de Kūfa, il se rendit à Baṣra où de célèbres disciples de Wāṣil b. ‘Aṭā, mort vers 132/750, l'initièrent au mu‘tazilisme (i‘tizāl). Lui-même, par son enseignement à Bagdad, gagna de nombreux adeptes à cette doctrine. Pendant quelque temps, il fut emprisonné par le calife al-Rašīd à qui on l'avait présenté comme un šī‘ite dangereux23. Un certain nombre de ses vers intéressent notre sujet. Au milieu d'un long rağaz24 sur la nature des différents animaux, et apparemment sans aucun lien direct avec ce qui précède ou ce qui suit, Bi·r affirme (vers 45-49) qu'il n'est ni un ‘ibāḍite (ibāḍiyyan ġabiyyan), ni un rāfiḍite qui se laisse tromper par al-ğafr (cette sorte de testament où l'Imām, selon certains imāmites leur aurait consigné par écrit tout ce dont ils auraient besoin), comme les voyageurs dans le désert se laissent abuser par un mirage qui ne tarde pas à les conduire à leur perte. Dans un second fragment25, que Haddāra26 considère comme un spécimen représentatif de l'opinion des šī‘ites sur les autres sectes, Bišr b. al-Mu‘tamir attaque les Ḫāriğites, bédouins qui ne peuvent être source de sagesse puisqu'ils ne comptent parmi leurs ancêtres ni Abū al-Ḥasan (‘Alī b. Abī Ṭālib), ni Ibn ‘Abbās, ni les gens des traditions (Ahl al-sunan), ces personnages éminents (a‘lām) de race noble (manāğīb) qui sont la source de la lumière (maṣābīḥ al-duğā). Un éloge traditionnel qui célèbre les vertus d'Abū al-Ḥasan et de ses premiers compagnons comme on louait un ancien Sayyid arabe, et par antithèse des invectives violentes et humiliantes contre les Ḫāriğites et certains Imāmites, voilà ce qui nous reste de la poésie šī‘ite de Bišr b. al-Mu‘tamir, un mu‘tazilite proche, nous dit-on, des Zaydites. C'est un témoignage minime, qui dénote, il est vrai, en cette seconde moitié du deuxième siècle de l'Hégire, la pérennité de l'attachement à ‘Alī.

42Bibliographie sélective

43— Laoust, Schismes, p. 104-105

44— A. N. Nader, EI2, I, p. 1281

45— Haddara, Ittiğāhāt, index

46— Ġiyāḍ, Ta·ayyu‘, p. 138-141

47— et enfin parmi les ouvrages anciens Ǧāḥiẓ, Ḥayawān, index.

C-A PROPOS D'AL-NAFS AL-ZAKIYYA

199-Ġālib b. ‘Uṯmān al-Hamdānī

  • 27 Tous rapportés par Iṣfahānī, Maqātil : n° 1, p. 304-306 ; n° 2, p. 384-385 ; n° 3, p. 385-386 et n (...)

48Ġālib b. ‘Uṯmān al-Hamdānī est mort vraisemblablement dans la seconde moitié du deuxième siècle de l'Hégire. Al-Nağāšī, reprenant Ṣadr (Ta’sīs, p. 206), le range parmi les poètes et traditionnistes zaydites ; Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 135-137), qui regrette à juste titre que les sources, tant sunnites que šī‘ites, l'aient négligé, le présente comme “l'un des hommes les plus attachés et les plus fidèles aux [fils de ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan], Muḥammad et son frère Ibrāhīm”. Nous conservons de lui, rapportés presque exclusivement par al-Iṣfahānī, trois ou quatre27 poèmes intéressants pour la poésie šī‘ite. Les trois premiers sont des thrènes : le premier, sur Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan (n° 1, 13 vers, mètre kāmil, rime ), paraît constituer une unité ; le second, sur Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh (n° 2, 19 vers, mètre kāmil, rime dāl), paraît tronqué ; le dernier, sur les deux frères réunis (n° 3, 13 vers, mètre ḫafīf, rime ), pourrait être complet. Étant donnée leur ressemblance, surtout du point de vue du fond, nous avons préféré tenter une analyse globale qui dégage les principaux éléments thématiques, plutôt que d'étudier chaque pièce à part. Les trois pièces, comme il se doit, exaltent les qualités des Ḥasanides : leur origine noble (n° 1, vers 2 et 3 ; n° 2, v. 14), leur générosité (n° 1, v. 4), leur courage (n° 1, v. 5 ; n° 2, v. 13), leurs exploits guerriers, surtout ceux d'Ibrāhīm (n° 3, v. 2), enfin le but de leur lutte : prêcher la religion de Muḥammad (n° 2, v. 4). Le second thème s'oppose au premier : il s'agit des invectives contre les Abbassides ; pour les humilier, le poète les appelle les “fils de Nutayla” (n° 1, v. 6 et 9), celle-ci étant la mère d'al-‘Abbās b. ‘Abd al-Muṭṭalib. De plus, rappelant le massacre des Ḥassānides par les Abbassides (n° 1, v. 6-8 ; n° 2, v. 7-9 ; n° 3, v. 3-4 et 6), il insiste sur l'horreur du drame et compare les derniers à des chiens s'abreuvant du sang des premiers (n° 1, v. 8). Le troisième thème est lui aussi lié à la fin tragique des Ḥasanides ; à la manière des poètes classiques, Ġālib al-Hamdānī évoque les demeures désertes (n° 1, v. 1 ; n° 2, v. 15-19) et se lamente (n° 1, v. 1 ; n° 3, v. 1) ; surtout, et c'est le plus important, pris d'un sentiment de repentir, il souhaite la mort (n° 3, v. 7-9) et exprime la volonté de venger les martyrs à la tête d'une forte armée (n° 1, v. 9-13) qu'il décrit dans un style qui n'a rien à envier aux poètes préislamiques. Ainsi invectives contre les Abbassides, éloges des Ḥasanides et volonté de les venger sont-ils les trois thèmes principaux de ces trois premiers poèmes. Le quatrième poème (n° 4, 19 vers, mètre munsariḥ, rime bu), que certains, nous l'avons dit, attribuent à Ġālib al-Hamdānī et d'autres à Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, paraît entier. Le poète y reprend les thèmes précédents. Après un prélude (vers 1-4) sur la vanité de la description des demeures abandonnées, le poète se plaint du temps “difforme” où les êtres vils s'attaquent aux nobles ; puis il rappelle les souffrances endurées par les ‘Alides (surtout vers 10 et 17-18) et, se déclarant tenu à les venger (vers 12-16), il s'imagine à la tête d'une armée marchant contre les Ban‚ Nutayla. En conclusion, ces quatre pièces paraissent d'une même veine : quasiment composées sur le schéma classique, dans une langue pure plutôt archaïque, elles expriment dans un style narratif presque épique, un double sentiment d'attachement aux Ḥasanides et de haine contre les Abbassides, sans que l'aspect purement politique apparaisse de façon manifeste.

49Bibliographie sélective

50— Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 135-137

51— Ṣadr, Ta’sīs, p. 206

52— Nağāšī, Fihrist

53— et surtout Iṣfahānī, Maqātil (voir la note).

200-Salama b. Aslam

54Salama b. al-Aslam al-Ǧuhanī, dont nous ne savons rien, serait contemporain de Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, dit al-Nafs al-Zakiyya. On lui attribue trois fragments qui font l'éloge de ce dernier.

  • 28 Deux vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, p. 243.

55Le premier fragment28 reconnaît en Muḥammad b. ‘Abd Allāh l'Imām attendu, en raison du sceau qu'il portait ainsi que de sa piété et de sa droiture.

  • 29 Un rağaz de deux vers ou trois šaṭr (ibid.).

56Le deuxième fragment29 également proclame que seul, il est l'imām bien dirigé qui suit les pas du Prophète et le poète exalte derechef sa piété.

  • 30 Trois vers (mètre ṭawīl, rime lu), ibid.

57Enfin dans le troisième et dernier30 fragment, Salama b. Aslam souhaite la reconnaissance d'al-Nafs al-Zakiyya comme imām, pour qu'il puisse faire revivre le livre, entendons qu'il applique la šarī‘a, relève l'Islam, assure une vie décente aux orphelins et aux pauvres, et enfin fasse pleinement régner la justice sur terre contre le règne absolu de l'injustice et de l'égarement.

58En conclusion, d'après ces courts fragments rapportés par le šī‘ite Iṣfahānī, Salama b. Aslam apparaît comme un partisan zélé d'al-Nafs al-Zakiyya ; poète et propagandiste, il célèbre les principales qualités de cet Imām.

59Bibliographie

60La source citée en notes.

201-‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab al-Zubayrī

61Selon Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 137-138), on doit considérer ‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab b. Ṯābit b. ‘Abd Allāh b. al-Zubayr comme un des quatre principaux poètes zaydites du premier siècle abbasside. Il aurait pris part à la révolte de Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, et, après l'échec et l'assassinat de ce dernier, il se serait réfugié à Médine où al-Manṣūr, lors de son pèlerinage, l'aurait amnistié. Il fut gouverneur d'al-Yamāma sous le calife al-Hādī, puis il se retira à Médine. Enfin, à l'âge de 70 ans, al-Ra·īd le nomma gouverneur de cette ville ainsi que du Yémen. Il mourut à Raqqa en 184/800.

  • 31 Outre les deux poèmes que nous étudions (voir les deux notes suivantes), on lui attribue d'abord q (...)
  • 32 Huit vers (mètre kāmil, rime na), transmis par Ṭabarī, Tārīḫ, VII (p. 601-602) et Iṣfahānī, Maqāti (...)

62Deux poèmes lui valent de figurer dans notre inventaire de la poésie šī‘ite31. Il s'agit de deux thrènes pour les deux frères ḥasanides, Muḥammad et Ibrāhīm, fils de ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan. Le premier poème32 est consacré à Ibrāhīm : ‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab, après avoir exprimé son affection pour le défunt (vers 1) que ses troupes avaient abandonné (v. 3), vante ses qualités, notamment sa noblesse (v. 5), son courage et sa liberté d'expression (v. 6) ; pour conclure, il insiste sur la gravité de cet assassinat (v. 8).

  • 33 Seize vers (mètre kāmil, rime ma), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, VII, p. 602-603 ; Iṣfahānī, Maqāti (...)

63Le second thrène33, rappelant les qualités de Muḥammad, souligne sa suprématie sur tous ses contemporains (v. 3), sa justice (v. 4), sa droiture et sa pudeur (v. 5) ; puis il redit les mérites de son frère Ibrāhīm, son courage et sa vaillance (vers 9) ;‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab décrit ensuite les malheurs des Ḥasanides en général et les lamentations de leurs femmes (v. 11, 12-13) ; il note enfin que le Prophète aurait condamné l'attitude de leurs adversaires parce qu'elle manquait au respect de la parenté et justifiait l'illicite.

64En définitive, ces deux thrènes composés par un poète qui, après avoir sympathisé un court moment avec les Ḥasanides, se mit au service de leurs adversaires, témoignent peut-être du remords de leur auteur, ou tout simplement du sentiment de compassion qu'éprouvèrent beaucoup de musulmans pour les deux révoltés ‘alides ou ḥasanides, surtout après leur assassinat ; ils ne suffisent pas à notre avis à prouver le šī‘isme, ou plutôt le zaydisme de ‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab al-Zubayrī ; celui-ci d'ailleurs, comme le remarque Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 137), n'a pas connu un grand succès auprès des auteurs šī‘ites.

65Bibliographie

66Outre les sources citées en note, voir Ziriklī, A‘lām, IV, p. 281-282.

202-Baššār b. Burd

  • 34 Iṣfahānī, Aġānī, Ṯaqāfa, III, p. 245.

67Ce poète est né à Baṣra, probablement vers 95/714 ou 96/715. Il chanta les louanges de certains gouverneurs et califes, aussi bien umayyades qu'abbassides ; il aurait béni la révolte des frères ḥasanides Muḥammad et Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan en 145/762 ; enfin, lors de la persécution menée contre les zindiqs, il fut accusé d'hérésie, arrêté, fustigé, puis jeté dans un marais de la Baṭīḥa en 167/784 ou 168/785 sur ordre d'al-Mahdī ; par la suite, celui-ci aurait, parait-il, regretté son geste34.

  • 35 Baššār a laissé une œuvre très importante ; selon ses propres dires, il aurait composé douze ou tr (...)

68Compte-tenu de sa biographie et son œuvre35, le personnage pose à l'historien de la poésie šī‘ite un problème difficile à résoudre.

  • 36 ‘Abd al-‘Āl, Ḥarakāt, passim et surtout p. 240 et 263.
  • 37 Pellat, Milieu, p. 178.
  • 38 Ǧāḥiẓ, Bayān, I, p. 40 ; Iṣfahānī, Aġānī, III, passim, surtout p. 249 ; Pellat, Milieu, p. 178.
  • 39 Ǧāḥiẓ, Bayān, I, p. 33 ; Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 219 et Pellat, Milieu, p. 178, quitraduit ainsi (...)

69D'une part en effet, Ǧābir ‘Abd al-‘Āl36 le considère comme un šī‘ite extrémiste en raison de son libertinage, de ses tendances hérétiques et de sa croyance à la rağ‘a. Plus précisément Ch. Pellat37, reprenant Ǧāḥi˙, et surtout Baġdādī et Ṣafadī, le rattache à la secte des Kāmiliyya. Effectivement, comme les adeptes de cette secte, il semble38 que Baššār croyait à la parousie ; de plus, d'après lui, “tous les musulmans avaient commis le péché d'impiété (kufr) après la mort du Prophète” et plus précisément “tous les Compagnons étaient [...] impies du fait qu'il avaient renoncé à prêter serment d'allégeance à ‘Alī”. Dans une boutade39, d'une façon qui d'ailleurs n'est pas très claire, il aurait même dit que ‘Alī aussi avait commis ce péché pour ne pas avoir défendu son droit à l'imāmat, ou plutôt pour l'avoir abandonné, au lieu de les combattre.

  • 40 EI2, I, p. 1113 et Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 219-220.
  • 41 Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 217.
  • 42 Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 161.

70D'autre part, comme le note R. Blachère40, “les réserves exprimées par notre personnage sur des poètes appréciés de lui comme al-Kumayt et al-Sayyid al-Ḥimyarī tendraient à montrer qu'il ne fut pas šī‘ite”. D'autres faits vont dans le même sens : Baššār b. Burd aurait encouragé41 l'anti-‘alide Marwān b. Abī Ḥafṣa, appréciant un de ses vers qui justifiait le droit abbasside et lui prédisant une forte récompense ; de plus il aurait manqué de respect42 pour les Rāfiḍa, conseillant à un de ses amis Hilāl b. ‘Aṭiyya, un jour qu'il le trouvait antipathique, de reprendre son ancienne activité, le vol des ânes, avant d'adhérer au rafḍ.

71Mais dans le problème de l'appartenance politique de Baššār, une donnée est beaucoup plus importante que ces anecdotes biographiques, d'ailleurs contradictoires. Il s'agit évidemment du célèbre poème en mīm qu'il aurait composé initialement pour célébrer le révolté ‘alide Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. al Ḥasan et qui, après la défaite de ce dernier en 145/762, aurait eu finalement pour destinataire le calife Abū Ǧa‘far al-Manṣūr.

  • 43 Sur ce poème de 25 vers (mètre ṭawīl, rime mi), voir les deux éditions du Dīwān (‘Alawī, p. 204-20 (...)

72Fait significatif, ce poème43 est édité sous sa forme pro-abbasside par le sunnite malékite Ibn ‘Āšūr et sous sa forme pro-‘alide ou ḥasanite par le šī‘ite al-‘Alawī ; les variantes ne touchent que les vers 12 et 13 : nous avons Abū Muslim (al-Ḫurasānī), Ibn Wāšika (la mère d'Abū Muslim), Hāšimiyyin et Ibn Hāšim dans la première version, remplacés par Abū Ǧa‘far (al-Manṣūr), Umm Salama (la mère d'Abū Ǧa‘far), Faṭimiyyīn et Ibn Fāṭim dans la seconde.

73Dans la version pro-‘alide, les divers thèmes se présentent ainsi : le poète s'adresse à Abū Ǧa‘far al-Manṣūr ; sonnant comme une menace, le début rappelle la vanité de la vie et la fatalité de la mort (vers 1), puis accumule les exemples de rois et gouverneurs déchus : Kosroes (v. 4, hémistiche 1), Abū al-‘Abbās (al-Walīd b. Yazīd b. ‘Abd al-Malik, mais ce pourrait aussi être al-Saffāḥ) (v. 4, 5 et 6), Marwān b. Muḥammad le dernier des Umayyades (vers 8). Ensuite, usant de la satire et de la menace, le poète souligne les “péchés”, crimes ou méfaits du calife : son inconscience, son acharnement contre l'Islam et sa volonté de l'anéantir (vers 9 et 10), puis il lui rappelle la révolte armée des hommes de la religion (vers 11) et lui prédit la défaite (vers 12). Enfin, par antithèse, le poète fait l'éloge du Fatimide sans le nommer, se contentant de le qualifier de Bassām ou Sağğād, ‘ l'Orant ’ (vers 14, voir note 5, p. 205 dans l'édition de ‘Alawī). Il énumère ses principales vertus, sa grandeur (ğalāla), sa générosité (aryaḥiyya), son amour ou son empressement pour les actions nobles (makārim) (vers 14) ; il fait partie des fils de Fāṭima (vers 15), et il fait alors l'éloge de ceux-ci, en termes politico-religieux : prêcheurs du droit chemin (al-du‘āt ilā al-hudā), guides sans pareil. Après un dernier éloge (vers 16) du principal intéressé, source de lumière (sirāğ) pour les hommes dans le besoin et de ténèbres (ẓalām) pour les ennemis, la fin du poème (vers 17-25) prend un tour sapiential ; le poète prodigue les conseils, insistant sur l'importance de la concertation et de la fermeté dans les décisions et les actions, sur l'obligation de combattre pour défendre le droit Ṣ s'agit-il du combat Ḥasanite ? – et sur la nécessité de s'entourer de partisans pour s'imposer.

74Ainsi, non seulement l'apport de Ba··ār b. Burd à la poésie šī‘ite, à la fin de l'époque umayyade et au début de l'époque abbasside, paraît minime, mais encore il est contesté ou renié ; il témoigne cependant de l'attitude de ce poète, enclin par nature, ou en raison de son milieu politico-social, à l'extrémisme et à la révolte, mais obligé de composer par crainte de l'autorité légale, dont il finit d'ailleurs par être la victime.

75Bibliographie

76Notamment les sources citées en notes.

203-Ibrāhīm b. Harma

  • 44 Le dīwān d'Ibn Harma (Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 233), qu'avait réuni al-Sukkārī et qui groupait en (...)

77Le poète44 Ibrāhīm b. ‘Alī b. Salama (b. ‘Amīr) b. Harma, issu des Fihr (sous-tribu des Qurayš) ou d'une famille intégrée à ce groupe, est né non pas en 70/689 ni en 90/708, mais, comme le prouve un des éditeurs de son dīwān (p. 15) aux environs de l'an 80/699. Ce fut, semble-t-il, “un poète itinérant”, qui voyagea entre Médine, Damas et Bagdad en quête de protecteurs umayyades, ‘alides ou abbassides. Il mourut à Médine en 170/786.

78Lui aussi pose à l'historien de la poésie šī‘ite un problème difficile à résoudre. En effet, al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (V, p. 303-311), et Ṣadr (Ta’sīs, p. 202-203) parmi les principaux poètes šī‘ites ; en revanche, Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 150-153) l'exclut.

79Interrogeons donc sa poésie. Après une lecture attentive de ce qui nous en reste, trois ensembles de fragments semblent devoir retenir notre attention :

  • 45 Pièce n° 227, p. 203 (3 vers et non 2 comme l'écrit Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 151, mètre mutaqārib, rime (...)

80D'abord un fragment de trois vers qui daterait de l'époque umayyade : le poète y affirme son amour pour les ‘Alides, les “Banī Fāṭima”, les fils de celui qui a apporté (ğā’a bi-) le Coran, la religion et la sunna ; il prétend qu'il leur est tellement attaché qu'il ne fait aucun cas des autres (fa-lastu ubālī) qui ne sont que des bêtes errantes45.

  • 46 N° 168, p. 159 (11 vers, mètre ṭawīl, rime qi), rapporté notamment par Iṣfahānī ; et n° 262, p. 24 (...)

81En second lieu, nous avons deux fragments46 où le poète fait l'éloge de ‘Abd Allāh b. Mu‘āwiya b. ‘Abd Allāh b. Ǧa‘far b. Abī Ṭālib, le révolté exécuté en 129/746-747 ; il vante, entre autres qualités, sa prudence, sa clairvoyance, sa bonté, sa noblesse (n° 168), son éloquence, sa générosité et sa fidélité (n° 262).

  • 47 N° 226, p. 202 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ma), rapporté par Baġdādī, Zağğāğī et Ibn ‘Asākir.
  • 48 N° 255, p. 239 (23 vers, mètre basīṭ, rime ni), rapporté par Iṣfahānī et Ibn ‘Asākir.
  • 49 N° 195, p. 185 (4 vers, mètre mutaqārib, rime li), rapporté par Ṣūlī.

82Plus important et plus nuancé est le troisième ensemble, qui se rapporte à Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, dit al-Nafs al-Zakiyya. En effet, l'attitude du poète envers cet ‘Alide semble avoir évolué. Un premier fragment47, qui daterait du début de la révolte d'al-Nafs al-Zakiyya, exprime la neutralité du poète. Ensuite Ibn Harma semble soutenir cet imām et fait son éloge48 ; c'est le meilleur des humains, celui qui mérite le succès (ou l'imāmat ?) ; comme dans le premier fragment, le poète ne se soucie (famā ubālī) d'aucun adversaire. Le dernier fragment49 de ce troisième groupe n'est pas très clair. Annonçant la marche du commandant ‘Īsā b. Mūsā, neveu du calife al-Saffāḥ, contre al-Nafs al-Zakiyya, on ne sait si le poète l'approuve (Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 152) ou si au contraire, il réaffirme son soutien au révolté ‘alide ; cela paraît le plus probable (cf. l'édition de Nağaf, 25), surtout si l'on considère les vers 3 et 4 qui insistent sur sa parenté avec ‘Alī, le waṣī du Prophète.

  • 50 N° 117, p. 132 (4 vers, mètre basīṭ, rime sa), rapportée par Iṣfahānī, Maqātil.

83À ces pièces, on pourrait en ajouter une autre50 où le poète fait l'éloge d'al-‘Abbās b. al-Ḥasan b. al-Ḥasan b. al-Ḥasan b. ‘Alī b. Ṭālib, un révolté ‘alide exécuté par al-Manṣūr en 145/712.

  • 51 N° 185, p. 173 (8 vers, mètre wāfir, rime lu), rapporté par Ṭabarī.

84Cependant après l'échec de la révolte d'al-Nafs al-Zakiyya, “cet Iblīs égaré”, le poète, pour se disculper, n'a aucun scrupule à faire l'éloge51 du calife al-Manṣūr et à le féliciter de son triomphe sur le révolté ‘alide.

  • 52 Voir entre autres sources Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, p. 20.
  • 53 Ši‘r, p. 87 ; al-Šak‘a affirme qu'Ibn Harma doit être considéré comme mutašayyi‘ “pro-šī‘ite” plut (...)
  • 54 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 353.
  • 55 Il est probable que sur les 20 000 vers qu'Ibn Harma aurait composés, ceux qui se rapportaient aux (...)
  • 56 Dans le poème n° 253, p. 229 il prie Dieu de lui permettre, avant sa mort, de s'enivrer assez pour (...)

85Tel est donc l'apport d'Ibn Harma à la poésie šī‘ite : affirmation lâchement reniée52 de son amour pour les Ban‚ Fāṭim, éloge du révolté ‘Abd Allāh b. Mu‘āwiya b. Ǧa‘far, et surtout attitude très changeante vis-à-vis d'al-Nafs al-Zakiyya. Selon al-Šak‘a53, cela ne permettrait pas de le considérer comme šī‘ite et selon Haddāra54, cela n'autoriserait même pas à le considérer comme un poète partisan. Cet apport, qui était sans doute plus important55, nous semble pourtant significatif. Nous avons affaire à un poète itinérant, buveur invétéré56, sinon acquis à la cause ‘alide, du moins attaché à la famille des Āl al-Bayt, et plus particulièrement à sa branche ḥasanide ; cependant la crainte l'a souvent conduit à faire l'éloge de califes et gouverneurs umayyades ou abbassides ; en cela, il est bien représentatif de ces poètes qui n'osaient être franchement et définitivement partisans des ‘Alides.

86Bibliographie sélective

87— Pellat, EI2, III, p. 809

88— Blachère, H. L. A., p. 538-539 (antérieur à la parution du dīwān)

89— Haddāra, Ittiğahāt (index, et surtout 352-353)

90— Al-Šak‘a, Ši‘r (surtout p. 85-90)

91— Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 150-153

92— ‘Āmilī, A‘yān, V, p. 303-311

93— et surtout Ibn Harma, Dīwān (1 et 2) et l'introduction du Dīwān 2.

204-Anonymes

94Aux œuvres précédentes, il faut ajouter deux fragments anonymes.

  • 57 Quatre vers (mètre ramal, rime yah), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, IX, p. 205, et Iṣfahānī, Maqātil(...)

95Le premier57 procède du thrène, de l'éloge et de la satire. Le poète invoque la bénédiction divine sur al-Nafs al-Zakiyya et ses partisans, tués avec lui. Il célèbre leurs exploits et leur fidélité et souhaite la mort à celui qui les a exécutés, en l'occurrence ‘Īsā b. Mūsā.

  • 58 Cinq vers (mètre ṭawīl, rime di), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, p. 245.

96Le second58 procède de la menace. En effet, félicitant les Ban‚ Hāšim de la naissance d'al-Nafs al-Zakiyya, le poète prédit à ce dernier qu'il mènera une lutte acharnée contre les Umayyades, ce qui permettra de rendre justice à la famille du Prophète.

D-A PROPOS DE ǦA‘FAR AL-ṢĀDIQ

205-Abū Hurayra al-Abbār ou al-‘Iğlī

97Ibn Šahrāšūb cite Abū Hurayra al-‘Iğlī parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muğāhidīn (Ma‘ālim, p. 149) et Abū Hurayra al-Abbār parmi les Šu‘arā’ al-muttaqīn (Ma‘ālim, p. 152) ; al-‘Āmilī les considère tous deux comme des A‘yān al-Šī‘a (VII, p. 260-262). En fait ce pourrait n'être qu'un seul personnage, identifié par l'auteur d'al-Ṭāli‘a ; ce serait un ascète baṣrien contemporain de Ǧa‘far al-Ṣādiq.

  • 59 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime bi), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 230, qui est repri (...)

98On lui attribue quatre fragments qui par leurs thèmes se rattachent à la poésie šī‘ite. Le premier59 aurait été composé lorsque Ǧa‘far al-Ṣādiq brûla la lettre où Abū Muslim al-Ḫurāsānī l'invitait à se soumettre ; le poète, après avoir rappelé le fait (vers 1-2), fait l'éloge de l'Imām qui est “une preuve de Dieu sur terre et un guide vers le Bien” (vers 4).

  • 60 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés par Ibn Qutayba, ‘Uyūn, III, p. 115 ainsi que par Ibn (...)

99Dans un deuxième fragment60, Abū Hurayra exprime son attachement à Ǧa‘far al-Ṣādiq et le reconnaît comme Imām (v. 1) ; puis il s'attaque à divers personnages (dont un certain al-Muġīra, probablement le chef des Muġīriyya) et dénonce les rumeurs qu'ils faisaient courir (v. 2-3).

  • 61 Six vers (mètre ṭawīl, rime qi), rapportés par Ibn ‘Ayyāš, Muqtaḍab, p. 54, et Ibn Šahrāšūb, Manāq (...)

100Le troisième fragment61 est un thrène pour Ǧa‘far al-Ṣādiq ; le poète compare le défunt à la montagne de Ṯabīr qui s'abat (v. 1 et 2) et célèbre ensuite, par anticipation certes, les vertus des douze imāms que Dieu lui-même prédestine à l'imamat (v. 4-6).

  • 62 Trois vers (mètre munsariḥ, rime ti), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 230.

101J'avoue ne pas avoir bien compris le quatrième fragment62. Il semble que ce soit un faḫr qui vante les qualités morales des imāms.

102En conclusion, bien que, si l'on excepte Ibn Qutayba, seules des sources šī‘ites rapportent ces quatre fragments en les attribuant à un poète mal identifié, ils présentent malgré tout un certain intérêt pour l'historien de la poésie šī‘ite, ne serait-ce que parce qu'ils font allusion aux rapports d'al-Ṣādiq avec certaines rumeurs ainsi qu'au nombre des imāms, deux éléments importants dans l'hérésiographie šī‘ite.

103Bibliographie sélective

104Voir les notes.

E-À PROPOS DE ‘ALĪ AL-RIḌĀ

206-‘Abd Allāh b. Ayy‚b al-Ḫuraybī

  • 63 Al-Ḫuraybī : habitant d'al-Ḫurayba, un lieu-dit à Baṣra. ‘Abd Allāh b. Ayy‚b est aussi appelé al-Ǧ (...)

105On ne sait pratiquement rien de ‘Abd Allāh b. Ayyūb al-Ḫuraybī63 al-Baṣrī qu'il faut ranger parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muttaqīn d'après Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 152) et parmi les A‘yān al-Šī‘a selon al-‘Āmilī (XXXVIII, p. 96-97). Il aurait été attaché à l'imām ‘Alī al-Riḍā, et à la mort de celui-ci, selon Ibn ‘Ayyā· (al-Muqtaḍab), il aurait composé un thrène, adressé au fils du défunt, Muḥammad b. ‘Alī (mort en 220/835).

  • 64 Huit vers (mètre kāmil, rime qa), rapportés par Ibn ‘Ayyāš (Muqtaḍab, p. 53) que reprennent al-‘Ām (...)

106Après avoir fait l'éloge du défunt et rappelé la noblesse de ses origines (vers 1) et sa désignation par le Prophète, le poète se prévaut de son amour pour les Ahl al-bayt (amour où il n'est devancé par personne, v. 6, hémist. 2) pour solliciter la protection ou l'intercession du nouvel imām au jour du jugement dernier afin d'avoir ainsi le salut assuré (v. 4, 5 et 6)64. Ensuite le poète s'adresse à Muḥammad b. ‘Alī en tant que fils ou descendant (ibn) des huit imāms disparus et que père des trois à venir (ce qui suppose que ces vers sont apocryphes ou qu'ils ont été composés bien après 220/835) : il affirme que selon le Livre (le Coran), les imāms sont “les Levants et les Couchants” (al-mašāriq wa al-maġārib) ; faut-il comprendre “les piliers du monde” ?

107Nous nous contenterons de poser le problème, ne retenant de ce thrène pour ‘Alī al-Riḍā que la croyance du poète en l'intercession des imams en sa faveur.

108Bibliographie

109Les sources citées en note.

F-ŒUVRES D'HERESIOGRAPHIE

207-Mu‘āḏ b. Muslim al-Harrā

  • 65 Le troisième a surtout rapport à sa longévité (Ibn Ḫallikān, Wafayāt, V, p. 218).

110Nous retiendrons deux seulement des trois fragments poétiques attribués65 au célèbre grammairien Mu‘āḏ b. Muslim b. Abī Sārra al-Harrā (mort en 187/802 ou en 190/805), qu'al-‘Āmilī classe cependant parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXVIII, p. 82-83).

  • 66 Trois vers (mètre wāfir, rime lu), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 292 et Ibn Ḫallikān, Wafayā (...)
  • 67 Trois vers (mètre mutaqārib, rime na), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 292293, repris par al-‘ (...)

111Le premier66 reproche à al-Kumayt b. Zayd d'être allé voir, pour obtenir une récompense, le gouverneur Ḫālid b. ‘Abd Allāh al-Qasrī qui avait mis le poète en prison, probablement en raison de ses croyances šī‘ites. Toutefois l'obédience šī‘ite de Mu‘āḏ b. Muslim se manifeste plus nettement dans le second fragment67 qui exprime l'espoir de voir un “révolté” (qā’im) ḥasanite venir combler de satisfaction tous les croyants.

112La contribution de ce grammairien à la poésie šī‘ite s'avère donc assez maigre ; le seul élément intéressant reste cette attente d'un révolté hāšimite.

113Bibliographie

114Voir les notes.

208-Zurāra b. A‘yan al-Šaybānī

115Zurāra b. A‘yan b. Sunsun (ou Sunbus), client des Ban‚ Šaybān, mort entre 148/766 et 150/768 à Kūfa, est rangé par al-‘Āmilī au nombre des A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p. 180-222). Il fut le chef d'une sous-secte šī‘ite extrémiste, les Zurāriyya (Lubāb, I, p. 488) ou les Šumayṭiyya (Mas‘ūdī, Murūğ ; éd. Pellat, VI, p. 90). Il aurait renié son extrémisme après s'être rendu compte de l'ignorance de son Imām en matière de fiqh (Ibn Ḥazm, Ǧamhara, p. 535 ; Ibn Ḥağar, Lisān al-Mīzān, II, p. 473 que reprend Ziriklī, A‘lām, III, p. 75).

  • 68 En réalité, il s'agit de deux fragments (respectivement de 4 et 7 vers), composés sur le même mètr (...)

116Sur le plan poétique, notre inventaire doit recenser un fragment68, difficile à reconstituer et même à comprendre, mais qui est important pour l'hérésiographie.

  • 69 Le premier hémistiche du vers 10 présentait plusieurs variantes (voir le texte arabe) ; nous avons (...)

117Après avoir affirmé que, s'il ne craignait pas “la mutabilité de la volonté divine” al-badā, il pourrait désigner nommément le “Mahdī attendu” ; Zurāra b. A‘yan énumère néanmoins les signes de son apparition, en particulier les suivants : il fera revivre, après leur mort, les brebis et les moutons (vers 5) et transformera le jour en nuit (v. 7) ; il passera l'été à Sabāṭ et l'hiver à ‘Āmid (v. 8) ; il fera fondre le soufre et dominer les constellations (v. 9) ; il rendra son droit à la main gauche69 ; le rameau du palmier du désert ainsi que le nouveau-né (v. 10 et 11) seront des orateurs éloquents.

118Apparemment, ce fragment rend compte de certaines croyances šī‘ites et magnifie les miracles dont est capable l'Imām attendu. Nous y reviendrons dans nos synthèses à propos de l'apport de la poésie šī‘ite quand on veut définir les principes de certaines sous-sectes.

119Bibliographie

120Voir les notes et le corps du texte.

209-Ma‘dān al-Šumayṭī

121Selon al-Iṣfahānī (Maqātil, p. 419), Ma‘dān al-Šumayṭī al-Mudaybirī est un poète imāmite, et selon Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 112), un imāmite et un adversaire virulent des zaydites. Probablement originaire d'al-Mudaybir, localité proche d'al-Raqqa, il “mourut (...) après 160/786” (Pellat, Essai, p. 99). Il appartenait à la secte imāmite des Šumayṭiyya qui “devait peut-être son nom à al-Aḥmar al-Šumayṭī qui joua un rôle dans la révolte d'al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd” (ibid.), ou bien à Yaḥyā b. Abī Šumayṭ selon Aš‘arī, Nawbaḫtī et Šahrastānī (pour plus de détails et les références, voir Pellat, ibid., p. 100).

  • 70 Poème de 28 vers (mètre ḫafīf, rime li), cité notamment par Ǧāḥiẓ dans Bayān, Ḥayawān et Burṣān, p (...)

122 L'historien de la poésie šī‘ite retient de lui un poème70 qui intéresse l'hérésiographie. Ce poème a été scrupuleusement établi, traduit et annoté par Ch. Pellat ; aussi nous contenterons-nous d'en présenter brièvement les différentes parties et d'en souligner la portée, en reprenant la partition de l'éditeur en six, ou même sept, grands ensembles.

123Le poète commence par attaquer les sectes al-Manṣūriyya et al-Kāmiliyya (vers 1-6), puis les Ḥarbiyya, les Tamīmiyya et les Muġīriyya (v. 7-9) ainsi que d'autres groupes extrémistes difficiles à identifier (v. 10-16) ; il décrit et dénonce en termes virulents et insultants leurs croyances respectives.

124Ensuite nous avons deux séquences (v. 17-20 et 21-22) où Ma‘dān al-Šumayṭī, s'adressant à Muḥammad al-Bāqir et à Muḥammad b. Ǧa‘far, présente la secte des Šumayṭiyya en décrivant notamment les signes de l'apparition de l'Imām.

125Après quoi, le poète s'attaque (v. 23-25) aux adversaires de tout bord des šī‘ites, depuis Abū Bakr (Taym) et ‘Umar (‘Adī) jusqu'au mu‘tazilite Wāṣil b. ‘Aṭā, en passant par les tribus de Ṯaqif, Taġlib et Hilāl ainsi que par les Umayyades et les Ḫāriğites.

126Enfin (v. 26-28) Ma‘dān al-Šumayṭī prend à partie Zayd b. ‘Alī, Muḥammad et Ibrāhīm, les fils de ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, et al-Ḥasan b. ‘Alī b. al-Ḥasan, à qui il reproche leur attitude vis-à-vis de l'Imām (al-Bāqir).

127En conclusion, ce poème se distingue par son thème ; il s'apparente aux ouvrages hérésiographiques plus qu'à la poésie šī‘ite en général. De là viennent son importance et son originalité.

128Bibliographie

129Les sources citées dans le corps du texte et en note.

G-ŒUVRES PLURITHEMATIQUES

210-Sudayf b. Maymūn

  • 71 Selon Ibn al-Nadīm, le Dīwān de Sudayf b. Maymūn comportait trente feuillets ; aujourd'hui nous av (...)

130Considéré par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 151) comme l'un des Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn et par al-‘Āmilī comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXXIV, p. 3), Sudayf b. Maymūn se présente à nous comme un mawlā des Ḫuzā‘a, ou des Āl Abī Lahab, ou des Banū-l-‘Abbās, en particulier d'al-Saffāḥ, ou bien encore comme un mawlā des Banū Hāšim, notamment de Zayn al-‘Ābidīn, ou aussi comme un zélateur de l'imām al-Bāqir. Il est probablement né à La Mecque à la fin du règne des Umayyades. Dès sa jeunesse, il aurait pris parti contre ceux-ci pour les Hāšimites, et aurait même été, selon Iṣfahānī, à la tête d'une “secte”, la Sudayfiyya, qui s'opposait à un groupe pro-umayyade dirigé par un certain Sayyāb, mawlā des Banū Umayya. Après la prise du pouvoir par les Abbassides, Sudayf quitta La Mecque pour Ḥīra et se présenta à al-Saffāḥ, l'invitant avec succès au massacre des Umayyades. Lors des révoltes d'al-Nafs al-Zakiyya à Médine et de son frère Ibrāhīm à Baṣra, Sudayf prit manifestement parti pour les ‘Alides, les soutenant de sa poésie71 et avec de l'argent, qu'il prenait d'ailleurs aux Abbassides.

131Après l'échec de ces deux révoltes, Sudayf s'enfuit à Médine ou à La Mecque ; de là, il sollicita le pardon du calife al-Manṣūr qui, selon une source invraisemblable citée par Ibn al-Mu‘tazz, le lui aurait accordé, lui permettant de vivre à ses côtés jusqu'à sa mort. Mais le plus probable, et le plus communément admis, c'est que le calife non seulement lui refusa son pardon, mais encore lui tint rancune et demanda à l'un de ses oncles, ‘Abd al-Ṣamad b. ‘Alī ou Dāwūd b. ‘Alī, alors respectivement gouverneurs de La Mecque et de Médine, de le tuer. L'un d'eux, après avoir hésité, l'aurait fait enfermer dans un sac et jeter vivant dans un puits (en 147/764).

132L'étude thématique de la production de Sudayf permet de constater que, si on met à part trois pièces érotiques (n° 7, 14 et 17, au total 16 vers), une pièce satirique (n° 15, 1 vers), une pièce laudative (n° 5, 2 vers) dédiée à un prince ğumaḥite et un thrène où il pleure “ses hommes” (probablement les šī‘ites), les quinze autres pièces sont fondamentalement des poèmes politiques qui se rangent sous deux grandes rubriques complémentaires.

133Dans un premier groupe de pièces (n° 2, 18 vers ; n° 11, 4 vers et n° 13, 2 vers), Sudayf attaque les Umayyades, en leur reprochant surtout les massacres d'al-Ḥusayn b. ‘Alī et de Zayd b. ‘Alī b. al-Ḥusayn : ce sont des égarés, des impies, un mal incurable, des avares qui ne méritent que le malheur et l'Enfer. À ce premier groupe se rattachent des fragments où Sudayf fait l'éloge des Abbassides, notamment du calife al-Saffāḥ, et leur demande de massacrer les Umayyades (n° 1, 3 vers ; n° 4, 6 vers ; n° 6, 8 vers ; n° 9, 16 vers et n° 20, 7 vers). Dans ces poèmes, les Abbassides sont “les chefs qui ont depuis longtemps la première place, les guides et conducteurs généreux”. Al-Saffāḥ, le Commandeur des Croyants, est le “bien dirigé des Hāšimites et leur guide” ; c'est une “lumière par qui l'on voit la certitude manifeste”. Les Abbassides doivent, selon Sudayf, faire couler le sang des Umayyades pour venger Ibrāhīm b. Muḥammad b. ‘Alī al-‘Abbāsī, assassiné à Ḥarra, et aussi al-Ḥusayn.

134Mais la position de Sudayf envers les Abbassides change avec la révolte des deux frères hāšimites, Muḥammad et Ibrāhīm. Cela se manifeste dans sa poésie et nous donne un second ensemble de pièces politiques : n° 12 (2 vers), 16 (9 vers), 18 (3 vers) et 19 (3 vers). Sudayf se retourne contre les Abbassides et invective contre le calife al-Manṣūr, cet homme injuste ; il le menace même, en faisant allusion à l'armée dirigée par le Ḥasanite Muḥammad b. ‘Abd Allāh. En même temps, il prend nettement position en faveur des ‘Alides ; le poète affirme leur droit au califat, ou plus exactement à l'imāmat, niant par là même celui des Taym (Abū Bakr) et des ‘Adī (‘Umar) (n° 19, v. 3 et n° 16, v. 6). Il demande à al-Nafs al-Zakiyya de “faire disparaître un gouvernement (les Abbassides) dont les lois sont celles d'un peuple incrédule” (n° 16, v. 4).

135Cette prise de position nous vaudra, après l'échec de la révolte, une pièce adressée au calife al-Manṣūr, où le poète implore le pardon (n° 3, 2 vers) du “meilleur des Arabes et [du] meilleur des fils de ‘Abd al-Muṭṭalib”. Nous avons vu quel succès elle obtint.

136Ainsi, farouchement anti-umayyade, d'abord pro-abbasside, puis pro-‘alide ou plus précisément pro-ḥasanide, Sudayf apparaît, par ses prises de position exprimées clairement et avec virulence, comme un des poètes šī‘ites les plus engagés et un des défenseurs les plus zélés du droit des ‘Alides à l'imāmat.

137Bibliographie

138— Iṣfahānī, Aġānī, index

139— Marzubānī, Aḫbār, index

140— Ibn ‘Asākir, Tahḏīb, VI, p. 66-68

141— al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIV, p. 3-25

142— Moscati, Massacre

143— Sudayf : Ši‘r

144— et notre article dans EI2, IX, p. 794-795.

211-Dīk al-Ǧinn al-Ḥimṣī

145‘Abd-al-Salām b. Raġbān b. Ḥabīb. . . b. Tamīm, surnommé Dīk al-Ǧinn, né en 161/777-778 et mort en 235 ou 236/849-851, est considéré par al-‘Āmilī comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p. 29-36). Connu comme un buveur invétéré et un amoureux malheureux, il aurait même, semble-t-il, assassiné sa femme Ward.

  • 72 Le Dīwān de Dīk al-Ǧinn a connu à ce jour deux éditions : la première, celle de Mallūḥī et Darwī· (...)
  • 73 Dans le Dīwān, il s'agit des huit “poèmes šī‘ites” : n° 1 (50 vers, mètre munsariḥ, rime ), n° 2 (...)

146Mais s'il retient notre attention, c'est en tant que poète72, parce qu'il nous a laissé onze pièces à caractère šī‘ite (161 vers au total)73. Dans le Dīwān, les huit premières pièces sont sous-titrées et leurs sujets indiqués ; nous ne les analyserons donc pas une à une, mais nous ferons une synthèse des principaux thèmes, d'autant plus que le poète ne se limite pas, tant s'en faut, à un thème par pièce.

147Le premier thème, qui se présente très souvent en tête des poèmes, est celui de l'insomnie, de la profonde tristesse et de l'émoi du poète devant les malheurs des Ahl al-bayt, en particulier devant la mort de ‘Alī (n° 1, v. 29, 30, 31 et 47), d'al-Ḥusayn, et aussi d'autres ‘Alides, notamment Ǧa‘far et ‘Aqīl (n° 1, v. 1, 2, 7 ; n° 2, v. 1, 2, 12 et 15 ; n° 3, v. 3 et 4 ; n° 4, v. 1 et 2 et n° 8, v. 1 à 5). Ensuite vient la description de la mort des ‘Alides, de la tombe de Fāṭima à nulle autre pareille par le parfum qui s'en dégage (tout le n° 6 et 7 vers), de l'horrible carnage de Karbalā (n° 1, v. 3 ; n° 2, v. 3, 4, 5 ; n° 8, v. 6, 7, 8). Le poète montre le départ des ‘Alides pour le combat (n° 2, v. 7 et 9), l'acte odieux des assassins qui enfoncent leurs sabres dans les corps et font couler le sang (n° 1, v. 6), l'état des cadavres (n° 1, v. 18, 39 et 40 ; n° 3, v. 12 et 13). En même temps, comme pour se consoler, il rappelle la fatalité de la mort (n° 2, v. 17). Pourtant, loin de se soumettre, il menace les ennemis des ‘Alides (c'est le troisième thème) et appelle à les massacrer (n° 1, v. 12 ; n° 2, v. 6 et n° 3, v. 13) ; toutefois le poète ne précise pas qui sont ces ennemis, si bien que nous ne savons pas exactement qui il vise.

148Le quatrième thème est celui du droit de ‘Alī au califat ou à l'imāmat : Dīk al-Ǧinn affirme sa désignation formelle par le Prophète (n° 1, v. 25 et 41 ; n° 2, v. 24-25 ; n° 7, v. 1 à 6) et dénonce l'usurpation de ce droit par les Taym et les ‘Adī, c'est-à-dire Abū Bakr et ‘Umar (n° 1, v. 20 à 24 ; n° 2, v. 13-14 ; n° 4, v. 3 à 8).

149Concluant que, pour lui, la vérité est claire (n° 2, v. 26-27), le poète célèbre les qualités ou manāqib de ‘Alī, et nous pouvons considérer cela comme un cinquième thème qui se laisse lui-même subdiviser en plusieurs rubriques. ‘Alī est le cousin (n° 58 du 1er supplément) et le gendre du Prophète par la volonté de Dieu (le n° 7, v. 5 à 15, décrit son mariage avec Fāṭima). Il est célèbre pour son adhésion précoce à l'Islam (n° 58, v. 1 ; n° 3, v. 7), son courage et sa vaillance (n° 5, v. 7, 8 et 9), surtout dans la lutte contre les égarés (n° 3, v. 2) à tel point que Dieu l'a proclamé "héros" fatā (n° 3, v. 4-5) ; il a combattu aux côtés de Muḥammad lors des batailles de Badr et Uḥud (n° 5, v. 10), de Ḫaybar (n° 5, v. 11-12), de Ḥunayn (n° 1, v. 25) ; il se distinguait par ses connaissances et sa foi (n° 1, v. 33), par son éloquence et sa force de persuasion (n° 3, v. 3) et par sa capacité à bien diriger (n° 5, v. 1). Enfin le poète rappelle certains miracles de ‘Alī (le désert et les pierres lui ont parlé, n° 2, v. 19) et fait même de lui l'égal de Muḥammad (ṣinw, n° 3, v. 8-9).

150Par ailleurs, et ce pourrait être le sixième thème, le poète élargit le thème des manāqib en louant les Gens du Manteau (Ahl al-‘Abā ou al-Kisā) à savoir le Prophète, Fāṭima, ‘Alī et les deux fils al-Ḥasan et al-Ḥusayn (n° 7, v. 16-19).

151Après les louanges de ‘Alī et des Ahl al-Kisā, viennent normalement celles des Ahl al-bayt en général. C'est le septième thème ; Dīk al-Ǧinn étend ses louanges à tous les ‘Alides : quintessence de l'humanité (n° 1, v. 14), ils sont, de par leur origine, les meilleurs des Arabes et des non-arabes (n° 1, v. 14) et ce sont les meilleurs guides (n° 1, v. 5 et 15 ; n° 7, v. 2). Et de magnifier leur savoir et leur magnanimité (n° 1, v. 4 et 5) ainsi que leur pouvoir de décision au jour du jugement dernier (n° 1, v. 16 ; n° 2, v. 10 et n° 4, v. 11). Enfin, huitième et dernier thème, Dīk al-Ǧinn réaffirme son amour et sa fidélité aux Ahl al-bayt (n° 3, v. 1-2).

152Ainsi réfutation des prétentions d'Abū Bakr, de ‘Umar et de ‘Uṯmān à l'imāmat, justification des droits de ‘Alī, énumération des qualités de ce dernier et de ses descendants, évocation des drames des ‘Alides, notamment celui de Karbalā, affirmation de son amour pour eux et imprécations contre les injustes et des usurpateurs, tels sont les principaux thèmes développés par Dīk al-Ǧinn, qui font de lui un des poètes šī‘ites les plus engagés. Il faut cependant noter que le poète ne fait aucune allusion aux événements de son temps. Proclamerait-il son amour des premiers ‘Alides et militerait-il pour la défense de leurs droits en signe de repentir et pour oublier son propre drame ? C'est possible, mais, quels qu'en soient les mobiles, ces poèmes n'en renforcent pas moins un courant poétique favorable aux Ahl al-bayt, en reprenant certains arguments et en revivifiant un discours, bien connus déjà avant eux.

153Bibliographie

154Voir les notes.

212-Sufyān b. Muṣ‘ab al-‘Abdī

155Sufyān b. Muṣ‘ab al-‘Abdī, né à Kūfa au début du deuxième siècle de l'Hégire et mort probablement vers 178-794, fait partie des Šu‘arā’ Ahl al-bayt al-muqtaṣidīn selon Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 151), des A‘yān al-Šī‘a d'après al-‘Āmilī (XVI, p. 155 et suivantes), et plus précisément des poètes šī‘ites d'obédience imāmite selon Ġiyāḍ (Tašayyu‘, p. 142-145). D'après sa biographie, au demeurant fort obscure, il aurait rencontré le poète al-Sayyid al-Ḥimyarī, qui le considérait comme meilleur que lui, et connu de très près l'imām Ǧa‘far al-Ṣādiq, qui estimait grandement ses vers et demandait aux šī‘ites de les faire apprendre à leurs enfants.

  • 74 Cette œuvre ne paraissant pas avoir été réunie anciennement en un dīwān, Abū al-Su‘‚d Ḥamīdī a ess (...)

156Il retiendra d'autant plus notre attention que son œuvre poétique, ou tout au moins ce qui nous en reste74, présente un caractère politico-religieux évident, en rapport exclusivement avec les ‘Alides. Sufyān b. Muṣ‘ab al-‘Abdī y développe un ensemble de thèmes qui s'intègrent aux deux principaux genres de la poésie arabe : la poésie laudative et le thrène.

  • 75 N° 18, vers 15 et 17, n° 28, vers 17 et n° 31, vers 2.
  • 76 N° 3, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 8.
  • 77 N° 19, vers 3-6 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 294.
  • 78 N° 26, vers 5 et n° 33, vers 1.
  • 79 N° 1, vers 18-22 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 307.
  • 80 N° 1, vers 2-3 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 9.
  • 81 N° 32, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 23.
  • 82 N° 23, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 986.
  • 83 N° 11, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 257.
  • 84 N° 13, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 272.
  • 85 N° 28, vers 13 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 272.
  • 86 N° 21, vers 2 et 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 274.
  • 87 N° 23, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 386.

157Le genre le plus important en volume est le madḥ ou poésie laudative. ‘Alī s'y taille la part du lion ; ses qualités sont innombrables : d'origine noble, d'un courage sans égal75, d'une générosité exemplaire (au point d'offrir son repas et sa bague)76, d'une magnanimité insigne77, il possède un savoir illimité78, surtout en matière de religion79 ; il manifeste une piété sans relâche80, priant toute la nuit et jeûnant les jours de forte chaleur81. D'ailleurs le poète compare ‘Alī au Prophète Muḥammad ; c'est son pareil82 et son frère83. Il est même désigné comme le visage de Dieu, Son œil84 et Son oreille85, la porte par laquelle on accède à Lui86, et l'éloge va jusqu'à lui attribuer certains des attributs divins : le Premier et le Dernier, l'Apparent et le Caché, l'Audient et le Sachant87.

  • 88 N° 1, vers 8 et 10-14 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 179 et 334.
  • 89 N° 2, vers 1-8 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 232.
  • 90 N° 31, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 90.
  • 91 N° 1, vers 8 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 179.
  • 92 N° 9, vers 4 et 18 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib.

158Non content de décrire toutes ces qualités de ‘Alī, Sufyān al-‘Abdī relate certains de ses miracles : il aurait guéri le Prophète d'une forte fièvre88 et aurait mangé avec lui89 du raisin descendu du Paradis. Il aurait combattu les djinns90 et fait lever, le soir, le soleil après son coucher91. Enfin le poète rappelle la désignation par le Prophète, sur ordre de Dieu, de ‘Alī comme waṣī ou héritier présomptif du pouvoir92.

  • 93 N° 6, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 70.
  • 94 N° 7, vers 5 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 312.
  • 95 N° 7, vers 7 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 312.
  • 96 N° 16, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, XXXV, p. 52.
  • 97 N° 9, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p. 308.
  • 98 N° 28, vers 9 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 443.
  • 99 N° 16, vers 4 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 159.

159Aux éloges de ‘Alī s'ajoutent ceux des Ahl al-bayt en général et des Imāms en particulier. Eux aussi ont droit à tous les qualificatifs précédents ; mais en plus, le poète insiste sur le devoir de leur obéir93, car ils sont la porte du salut94, les maîtres du Bassin (al-ḥawḍ) et du sirāṭ95, au jour du jugement dernier. Les Imāms, au nombre de huit plus quatre96, soit douze comme les mois de l'année97 sont la cause de la création du monde98 ; huit d'entre eux sont le support du globe99.

  • 100 Muḥammad, homme de mérite, le meilleur des humains dont le miracle est l'ascension (n° 13, vers 1, (...)

160On trouve également l'image du Prophète et de sa fille Fāṭima, mais relativement terne, comme si leur valeur provenait de leurs rapports avec ‘Alī100.

  • 101 N° 22, vers 1, 2, 6 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 172.
  • 102 N° 6, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 70.
  • 103 N° 22, vers 5 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 172.

161Ces éloges de ‘Alī et des Ahl al-bayt se retrouvent dans les thrènes. Le poète y reprend l'énumération de leurs principales qualités et l'accompagne de lamentations101, d'appels à pleurer les morts102 et à solliciter pour eux la prière des anges103.

162En conclusion, éloges des Ahl al-bayt (et surtout de ‘Alī qui est presque divinisé), affirmation de la désignation de ce dernier comme héritier du Prophète, tel est le principal apport de Sufyān al-‘Abdī à la poésie šī‘ite. Tout cela est écrit dans un style le plus souvent narratif, mais parfois discursif, et dans une langue simple, facilement comprise même par le menu peuple.

163Force nous est cependant d'émettre de sérieux doutes sur l'authenticité de ces vers, rapportés presque exclusivement par des sources assez tardives ; ils s'apparentent à la poésie des Manāqib, avant tout destinée à la propagande, sans que la raison et la modération semblent y avoir grande place.

164Bibliographie sélective

165— Ibn Šahrāšūb, Manāqib, passim

166— al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 155...

167— al-Amīnī, Ġadīr, II

168— Abū al-Su‘‚d Ḥamīdī, Sufyān al-‘Abdī (qui est une étude scientifique sur la vie et l'œuvre du poète)

169— et notre article in EI2, IX, p. 802-804.

213-Al-Sayyid al-Ḥimyarī

170“Comdamné par le rigorisme de l'Orthodoxie musulmane à un oubli immérité” (de Meynard, “Le Seid”, p. 258), al-Sayyid al-Ḥimyarī fait partie des A‘yān al-Šī‘a (‘Āmilī, XII, p. 132-278), mais sa biographie semble un tissu de légendes. Il mérite une place de choix dans notre essai d'inventaire et d'analyse de la poéie šī‘ite non tant par les thèmes qu'il développe que par les problèmes que pose son œuvre à l'historien de la littérature politico-religieuse.

  • 104 Voir notamment Iṣfahānī, Aġānī, Ṯaqāfa, VII, p. 252 et de Meynard, “Le Seid” respectivement p. 176 (...)

171Azdite par sa mère, il s'appelle Ismā‘īl b. Muḥammad b. Yazīd (b. Rabī‘a) b. Mufarriġ al-Ḥimyarī ; il est surnommé al-Sayyid et a pour kunya Abū Hāšim. Le lieu et la date de sa naissance font problème104. Est-il né à La Mecque vers les années trente de l'Hégire, à Umān en l'an 105/723, ou à Baṣra dans les premières années du deuxième siècle, sans doute vers l'an 110/728-729 ? Bien “qu'on ne possède aucun renseignement positif qui permette d'adopter une date précise” (Meynard, “Le Seid”, p. 175), nous optons comme lui pour la dernière hypothèse, ainsi d'ailleurs que Šākir Hādī Šukr qui a édité son Dīwān et qui tient compte des principaux éléments de la biographie et de l'œuvre.

  • 105 de Meynard, “Le Seid”, p. 178.

172Autre problème : comment al-Sayyid al-Ḥimyarī qui a passé son enfance ou sa jeunesse dans un milieu ḫāriğite (son père et sa mère étaient, nous dit-on, d'obédience ibāḍite) a-t-il adhéré au šī‘isme ? Un rayon de grâce l'aurait-il touché ? La miséricorde divine l'aurait-elle tiré du “fond de l'abîme” après un rêve qu'il aurait fait, où le Prophète lui conseillait de déplacer des palmiers appartenant au poète anté-islamique Imru’ al-Qays, rêve qu'Ibn Sīrīn aurait interprété comme un changement politico-religieux ou plus précisément comme l'acquisition future d'un don poétique supérieur dans la défense des Ahl al-bayt ? Mais, comme le note de Meynard105 “la critique doit chercher ailleurs que dans ces conditions merveilleuses les causes de la conversion de notre poète”. Très probablement le climat socio-politique à Baṣra et le début de la propagande abbasside ont-ils influencé al-Sayyid. De ses activités sous les derniers Umayyades, nous ne savons pratiquement rien, si ce n'est que le meurtre de Zayd b. ‘Alī et de son fils Yaḥyā augmente sa haine contre leurs adversaires.

  • 106 Pellat, Milieu, p. 202.
  • 107 Ibidem, note 7 (d'après Iṣfahānī, Aġānī, VIII, p. 15).

173D'ailleurs “sous les Umayyades, la carrière baṣrienne d'al-Sayyid est vite interrompue, et c'est à Kūfa où il a dû chercher refuge auprès de ‘Uqba b. Salm qu'il assiste à l'avènement des Abbassides”106 ; “c'est là probablement qu'il s'instruisit de la doctrine kaysānite et se renseigna auprès d'al-A‘maš sur les mérites de ‘Alī”107.

  • 108 Voir notamment la pièce n° 165 du Dīwān, p. 395-396 et les circonstances de sa composition.
  • 109 Voir la pièce n° 151, p. 372-373 et aussi l'introduction du Dīwān d'al-Sayyid, p. 54-25.
  • 110 Voir Pellat, Milieu, p. 203, note 4 ; Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 20.
  • 111 Voir Iṣfahānī, VII, p. 16-17 et Pellat, Milieu, p. 202, et note 10.
  • 112 Pellat, Milieu, p. 203.

174Les rapports d'al-Sayyid avec les Abbassides, même très rares, furent somme toute assez bons. Il aurait, lors du premier discours du calife al-Saffāḥ, improvisé un long poème pour soutenir les Abbassides, et il aurait obtenu en récompense la nomination de Sulaymān b. Ḥabīb b. al-Muhallab comme gouverneur d'al-Ahwāz108. Le poète aurait aussi reçu de substantielles récompenses109 du calife al-Manṣūr pour lui avoir dédié des poèmes d'éloges. À la même époque, de retour à Baṣra, il eut quelques démélés avec le cadi Sawwār b. ‘Abd Allāh, à tel point qu'il le poursuivit de ses sarcasmes jusque dans la tombe110 ; il n'en bénéficiait pas moins de la sympathie du calife111. Selon Ch. Pellat, “c'est probablement à la fin du règne d'al-Manṣūr qu'al-Sayyid disparut de la scène, tout au moins à Baṣra où sa présence n'est plus attestée après 157/773-774”112.

  • 113 Voir ci-dessous dans le chapitre, les notes 169 et 172.
  • 114 Voir ci-dessous la note 169 et les circonstances de composition des poèmes en question.

175Par ailleurs, notre poète aurait aussi chanté les louanges du calife al-Mahdī puis il l'aurait invectivé113. Enfin il aurait fait l'éloge du calife al-Rašīd et reçu de celui-ci de multiples récompenses114.

  • 115 Voir plus loin les notes 143 à 151, à propos de l'analyse des poèmes imāmites.
  • 116 Voir de Meynard, “Le Seid”, p. 224-225, et le Dīwān, Introduction, p. 30-31.

176Cela dit, les rapports d'al-Sayyid avec les Abbassides semblent cependant avoir été très minces, et aussi contradictoires comme tout ce qui concerne son passage du Kaysānisme à l'Imāmisme. En effet le poète aurait rencontré Ǧa‘far al-Ṣādiq à un pèlerinage avant 148/765 ; ou bien, sur les conseils de Mu’min al-Ṭāq, Ǧa‘far lui aurait rendu visite alors qu'il était malade et il l'aurait convaincu de se “ğa‘fariser”115 ; mais le poète se serait rétracté à la veille de sa mort, dont la date et le lieu sont également discutés116. En effet, on ne sait s'il est mort à Wāsiṭ, ou plutôt à Bagdad, en 173/789 ou en 179/795.

177L'œuvre poétique d'al-Sayyid

  • 117 Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 709) affirme avoir vu deux volumes de poèmes sur rime (au total 300 f (...)
  • 118 Les principales sources utilisées par l'éditeur du dīwān peuvent être chronologiquement ainsi clas (...)

178L'œuvre poétique d'al-Sayyid al-Ḥimyarī recouvrait, selon Ibn al-Nadīm, 500 feuillets, soit environ 12 500 vers117 ; le dīwān original semble irrémédiablement perdu ; Šākir Hādī Šukr, à partir de sources nombreuses et diverses, notamment des sources šī‘ites anciennes ou contemporaines118, a réuni 221 pièces, soit 1893 vers.

  • 119 L'ordre des mètres s'établit ainsi : ṭawīl (41 fois), kāmil (37), basīṭ (36), wāfir (30), ḫafīf et (...)
  • 120 L'ordre des rimes s'établit ainsi : ra (42 fois), dāl (25), lām (25), nūn (25), mīm (23), ba (22), (...)

179Le poète utilise 11 mètres119 avec prédominance des mètres ṭawīl, kāmil, basīṭ et wāfir ; à la rime120, on trouve 20 lettres, , dāl, lām, nūn, mīm et ba venant en tête. On peut voir là un signe de la compétence d'al-Sayyid en matière de versification. Quant à la longueur des pièces, sur les 221 du Dīwān, 125 ont moins de 6 vers, tandis que 9 seulement en ont plus de 26 ; parmi celles-ci, 4 sont relativement longues (50, 52, 53 et 113 vers). Cela pose la même question que pour les poètes précédents : cette brièveté résulte-t-elle d'un choix délibéré, ou bien, plus vraisemblablement, est-elle due au fait que des parties plus ou moins importantes des poèmes ont été perdues ? Notons enfin qu'al-Sayyid suit souvent la tradition de la qaṣīda tripartite classique, mais il se distingue par une caractéristique essentielle : l'aspect narratif de l'ensemble de son œuvre.

  • 121 a) n° 11, p. 68 (4 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 22, p. 118 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ba) ; (...)
  • 122 a) n° 57, p. 180 (3 vers, mètre ḫafīf, rime di) ; b) n° 217, p. 475 (3 vers, mètre kāmil, rime di) (...)
  • 123 N° 137, p. 388 (mètre ḫafīf, rime li).
  • 124 a) n° 214, p. 474 (2 vers, mètre ṭawīl, rime nu) ; b) n° 219, p. 475 (2 vers, mètre basīṭ, rime šu(...)
  • 125 a) n° 215, p. 474 (1 vers, mètre wāfir, rime na) ; b) n° 216, p. 475 (2 vers, mètre basīṭ, rime hu(...)

180Quels sont les principaux thèmes de celle-ci ? Si nous exceptons cinq pièces ou préludes érotiques (25 vers)121, deux fragments à caractère sapiential (6 vers)122, un thrène sur son frère (7 vers)123, deux fragments qui invectivent ses détracteurs et vantent ses propres dons poétiques (4 vers)124 et enfin quatre éloges de personnes non identifiées (7 vers)125, soit au total 14 poèmes et 49 vers ce qui représente une part négligeable dans l'œuvre, le reste, c'est-à-dire 207 pièces et 1810 vers, relève de la poésie šī‘ite sous ses diverses formes. Comme la datation de toutes ces pièces est difficile voire impossible, nous essayerons seulement d'en donner une analyse thématique.

  • 126 N° 58, p. 180 (2 vers, mètre sarī‘, rime di).
  • 127 a) n° 30, p. 135 (6 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 91, p. 238 (11 vers, mètre basīṭ, rime ri) (...)
  • 128 Voir ci-dessus note 110.
  • 129 6 pièces (55 vers) : a) n° 32, p. 138 (13 vers, mètre kāmil, rime ti) ; b) n° 81, p. 227 (14 vers, (...)
  • 130 N° 86, p. 234 (3 vers, mètre basīṭ, rime ri).
  • 131 4 fragments (17 vers) : a) n° 46, p. 163 (4 vers, mètre wāfir, rime da) ; b) n° 55, p. 177 (3 vers (...)
  • 132 2 pièces (5 vers) : a) n° 185, p. 441 (2 vers, mètre basīṭ, rime ni) ; b) n° 193, p. 449 (3 vers, (...)
  • 133 5 pièces (172 vers) : a) n° 19, p. 83-114 (113 vers : 1-12 : prélude amoureux, 12-28 : satire, 28- (...)
  • 134 3 pièces (19 vers) : a) n° 145, p. 345 (6 vers, mètre wāfir, rime li) ; b) n° 175, p. 420 (11 vers (...)
  • 135 N° 162, p. 391 (8 vers, mètre kāmil, rime mi).
  • 136 N° 40, p. 149 (10 vers, mètre kāmil, rime hi).

181Voyons d'abord la satire, qui vise en premier Baṣra et ses habitants126, sur lesquels al-Sayyid appelle la malédiction divine pour leur opposition aux ‘Alides. Elle s'accompagne d'éloges pour Kūfa et les Kūfiens en raison de leurs tendances šī‘ites127. De même, sans doute, le cadi Sawwār b. ‘Abd Allāh128 se voit-il prendre à partie129 pour son attitude anti-šī‘ite, puisque c'est l'occasion pour le poète de réaffirmer son šī‘isme. Les invectives s'étendent aussi à certains traditionnistes130 et àtous ceux qui sont mécontents d'entendre chanter les louanges de ‘Alī131. Mais l'attachement d'al-Sayyid aux ‘Alides apparaît encore plus nettement dans les satires qu'il lance contre les trois premiers califes132 (à qui il préfère ‘Alī), contre ‘Ā’iša (qu'il compare à une chatte voulant dévorer ses petits), contre Ṭalḥa et al-Zubayr (qui, après avoir prêté serment d'allégeance à ‘Alī, se rétractèrent et le combattirent à la bataille d'al-Ǧamal133), enfin contre les Ḫāriğites134 et ses propres parents (appelant sur eux la malédiction divine135 et leur demandant de ne plus maudire ‘Alī136). Par antithèse, dans toutes ces pièces, la satire va de pair avec des éloges dithyrambiques de ‘Alī.

182L'aspect kaysānite de l'œuvre poétique d'al-Sayyid

  • 137 Si, suivant l'opinion de Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 345) et contrairement à celle de de Meynard (...)
  • 138 Kaysāniyya, p. 351.

183Tous les auteurs, anciens ou contemporains, accordent une importance considérable à l'aspect kaysānite de l'œuvre d'al-Sayyid ; cependant les poèmes concernés sont assez peu nombreux137, même s'ils paraissent, comme le note Widād al-Qāḍī138, d'authenticité certaine. Ils se caractérisent en général par leur style narratif et par le zèle que met le poète à exposer et à défendre la théorie kaysānite, tout en laissant percer l'inquiétude de mourir sans avoir vu le retour de l'Imām. On y trouve divers thèmes récurrents :

  • l'occultation (ġayba) de Muḥammad b. al-Ḥanafiyya : le Prophète en aurait informé ‘Alī139, et aussi qu'il aurait sa place au mont Raḍwā au milieu des anges ; cette occultation durera 70 ans140 ;
  • la parousie de l'Imām (rağ‘a) est certaine ;
  • enfin l'appel du poète au retour d'Ibn al-Ḥanafiyya qu'il nomme141 l'imām désigné (waṣī), le guide du droit chemin (imām al-hudā), le pôle de l'existence (quṭb al-wuğūd) et le lieutenant de Dieu sur terre (ḫalīfat Allāh) ; il lui promet de le soutenir quand il voudra se venger des Umayyades142.

184Ces éléments, notamment les deux premiers, ont servi aux hérésiographes pour définir, dans son ensemble, la théorie kaysānite. Cependant l'appartenance d'al-Sayyid à la secte des Kaysāniyya est contestée par certains qui prétendent, nous l'avons vu et nous allons en parler à nouveau, que le poète se serait “ğa‘farisé” (tağa‘fara).

185L'aspect imāmite de l'œuvre d'al-Sayyid

  • 143 Huit pièces, soit 95 vers : a) n° 20, p. 114 (21 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 68, p. 202 (1 (...)
  • 144 Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 339-344), qui doute qu'al-Sayyid soit passé à la secte imāmite, cont (...)
  • 145 Pièces n° 20, p. 114-117 (21 vers, mètre ṭawīl, rime bi ; vers 5) et n° 68 (vers 4 et 7).

186On retrouve ici les mêmes phénomènes que dans le paragraphe précédent : les imāmites accordent une grande importance à la “ğa‘farisation” d'al-Sayyid, mais les poèmes concernés sont aussi peu nombreux143 que plus haut ; par ailleurs, et c'est une différence avec les fragments kaysānites, ils sont d'une authenticité douteuse144 ; nous n'en dégagerons pas moins les principaux éléments. Le poète proclame son “retour à la vérité”, c'est-à-dire son passage de l'obédience kaysānite à l'obédience imāmite145, soit sous l'influence directe de Ǧa‘far al-Ṣādiq après l'avoir rencontré, soit pour avoir subi indirectement cette influence par l'intermédiaire de Mu’min al-Ṭāq, comme on l'a déjà vu.

  • 146 Pièce n° 120, p. 295 (6 vers, mètre mutaqarib, rime qi ; vers 3).
  • 147 Pièce n° 148, p. 352-354 (14 vers, mètre kāmil, rime lām ; vers 2, 10 et 11).
  • 148 Pièce n° 148 (vers 4 à 8).
  • 149 Pièce n° 148 (vers 9 et 12).
  • 150 Pièce n° 148 (vers 13).

187Viennent ensuite les éloges décernés à Ǧa‘far al-Ṣādiq : il fait partie des Banū Hāšim146, il est lié au Prophète, à ‘Alī et à Fāṭima147 ; le poète vante sa générosité148 et affirme qu'il est la preuve de Dieu et sa lumière149 ; ainsi il sauvera le monde150 et sera le garant du salut.

  • 151 Pièces n° 149, p. 355-369 (17 vers, mètre wāfir, rime mu) et 195, p. 453-454 (mètre sarī‘ rime hu)
  • 152 Alors que Widād al-Qāḍī les rejette catégoriquement, l'éditeur du Dīwān, Šākir Hādī Šukr, qui est (...)

188Enfin, deux pièces151, certainement apocryphes152, étendent leurs éloges aux douze imāms ; le poète les énumère et exprime l'espoir de voir réapparaître le douzième, l'imām occulté.

189De toute manière, qu'il s'agisse des pièces imāmites -qu'on serait tenté de négliger tellement les circonstances de leur composition, leur style et les thèmes qu'elles développent rendent leur authenticité douteuse -, ou des pièces kaysānites -dont l'authenticité paraît mieux établie -, il faut bien reconnaître que les unes comme les autres se noient dans un ensemble beaucoup plus important de poésies qui font l'éloge des Ahl al-bayt en général et de ‘Alī en particulier.

190Compte tenu des multiples redites, nous retiendrons seulement les exemples les plus significatifs pour dégager les principaux thèmes de cette partie de l'œuvre d'al-Sayyid.

  • 153 Pièces n° 4, p. 52 (7 vers, mètre kāmil, rime ‘u) et n° 105, p. 253 (4 vers, mètre sarī‘, rime rah(...)
  • 154 Notamment le rağaz n° 7, p. 61 (2 vers, rime ‘i).
  • 155 N° 200, p. 462 (4 vers, mètre kāmil, rime ‘u).

191Les Ahl al-bayt sont “le parti de Dieu et les véritables détenteurs du pouvoir sur terre”153. Al-Sayyid affirme sa solidarité avec eux et se désolidarise de leurs adversaires154, non pour des raisons d'ordre matériel, mais par désir de s'assurer le salut155.

  • 156 N° 200, p. 462 (4 vers, mètre kāmil, rime ) et n° 212, p. 473 (un vers, mètre ḫafīf, rime ‘i).
  • 157 Notamment n° 36, p. 144 (4 vers, mètre basīṭ, rime li) ; n° 98, p. 248 (7 vers, mètre ḫafīf, rime (...)
  • 158 Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 328) ne retient qu'une pièce : le n° 210, p. 470.
  • 159 Voir un fragment que présente Widād al-Qāḍī, Kaysāniyya, p. 329, note 2 (3 vers, mètre ḫafīf, rime (...)
  • 160 Voir n° 221, p. 476 (2 vers, mètre ḫafīf, rime la).

192Le poète rappelle les qualités des Gens du Manteau (Ahl al-Kisā)156, d'al-Ḥasan et d'al-Ḥusayn157 ; on lui attribue même un ensemble de thrènes pour ce dernier et pour sa mère Fāṭima, mais leur authenticité est contestée158. En outre, al-Sayyid aurait composé pour Zayd b. ‘Alī un thrène, qui est plutôt une satire virulente contre ses meurtriers159 ; enfin il aurait chanté les louanges des fils de ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan160.

  • 161 Tābuk : n° 124, p. 238 (4 vers, mètre mutaqārib, rime ka) ; Ḫaybar : n° 205 (3 vers, mètre kāmil, (...)
  • 162 Un aigle l'aurait empêché de mettre une de ses chaussures où s'était caché un serpent : n° 146, p. (...)
  • 163 Notamment n° 49, p. 168 (7 vers, mètre mutaqārib, rime da) ; n° 34, p. 142 (2 vers, mètre wāfir, r (...)
  • 164 Il serait fastidieux de les identifier toutes ; nous nous contentons d'en donner les numéros : 26, (...)

193Cependant il est évident que la part du lion dans les poèmes qui glorifient les Ahl al-bayt revient à ‘Alī b. Abī Ṭālib ; là encore, nous nous contenterons d'indiquer l'essentiel. Al-Sayyid al-Ḥimyarī, soucieux de rappeler toutes les qualités de ‘Alī, célèbre les exploits guerriers de celui-ci dans les diverses batailles de l'Islam161 ainsi que les miracles que certains ·ī‘ites lui attribuent162 ; par là même, ces poésies contribuent à accréditer l'aspect merveilleux du personnage. Le poète évoque aussi les qualités religieuses de ‘Alī, en particulier la précocité de son adhésion à l'Islam163. Cependant le plus important est naturellement l'aspect politique : le poète, reprenant sur le mode narratif un ḥadīṯ fameux, affirme dans vingt pièces au moins (soit quelque 200 vers164) que le Prophète à l'étang de Ḫumm a désigné ‘Alī b. Abī Ṭālib comme imām. Par la même occasion, il se déchaîne contre tous ceux qui se sont opposés à ‘Alī, et notamment les premiers califes.

194Ainsi le nombre des pièces consacrées aux Ahl al-bayt et à ‘Alī montre combien il faut réduire l'importance de la part kaysānite ou imāmite dans l'œuvre d'al-Sayyid. Et il faut tenir compte aussi des éloges qu'il adresse aux Abbassides.

195Éloge des Abbassides

  • 165 N° 71, p. 207 (10 vers, mètre wāfir, rime ru).
  • 166 N° 165, p. 395-369 (5 vers, mètre mutaqārib, rime mīm) et n° 169, p. 407 (5 vers, mètre ṭawīl, rim (...)
  • 167 N° 106, p. 258 (9 vers, mètre sarī‘, rime sa).
  • 168 N° 187, p. 242 (3 vers, mètre basīṭ, rime ni).
  • 169 N° 168, p. 406 (11 vers, mètre sarī‘, rime mi) et n° 154, p. 378 (11 vers, mètre kāmil, rime mi).

196Outre les éloges composés pour des gouverneurs, notamment Abū Buğayr165 et surtout Sulaymān b. Ḥabīb b. al-Muhallab166, gouverneur d'al-Ahwāz, connu pour ses sentiments pro-šī‘ites, al-Sayyid aurait célébré les louanges d'Abū al-‘Abbās al-Saffāḥ167 et d'Abū Ǧa‘far al-Manṣūr168, en particulier quand celui-ci désigne comme héritiers ses fils Mūsā et Hārūn ; il fait aussi l'éloge du calife al-Mahdī169, lui recommandant d'être particulièrement dur avec les descendants d'Abū Bakr et de ‘Umar.

  • 170 Qāḍī, Kaysāniyya, p. 352-353.
  • 171 Pellat, Milieu, p. 203.

197En raison de leur nombre limité, Widād al-Qāḍī considère ces pièces comme authentiques170 ; al-Sayyid se serait réjoui de la chute des Umayyades et, malgré ses croyances kaysānites, aurait espéré que l'avènement des Abbassides amènerait le retour de l'imāmat aux Hāšimites. Cependant Ch. Pellat fait remarquer que ces “panégyriques des ‘Abbāsides posent aussi un problème délicat ; ils ne s'expliquent que par l'application de la taqiyya et la possibilité de ce que nous appellerions aujourd'hui une "double appartenance"”171.

  • 172 N° 183, p. 457 (2 vers, mètre wāfir, rime na).

198Nous avons déjà dit d'ailleurs qu'al-Sayyid aurait aussi invectivé contre al-Mahdī172 et affirmé que le qualificatif de “bien guidé” ne lui appartenait pas, mais qu'il appartenait à un autre au mérite bien supérieur, exprimant ainsi ses convictions ‘alides.

199En définitive, comment définir l'obédience d'al-Sayyid al-Ḥimyarī ? Est-ce un poète kaysānite ? imāmite ? Ou pro-šī‘ite en général ? Si toute l'œuvre qu'on lui attribue était authentique, son apport à la poésie šī‘ite serait d'une importance sans égale ; mais tant s'en faut ! De plus elle reste difficile à classer à cause notamment de son aspect changeant. Force nous est cependant de reconnaître que l'aspect kaysānite et même l'aspect imāmite s'estompent devant l'aspect pro-šī‘ite en général. Ces réserves faites, on doit bien dire que le style narratif de l'œuvre et la simplicité de la langue d'une part, le zèle déployé pour défendre les droits des ‘Alides et l'acharnement contre leurs adversaires de l'autre, font d'al-Sayyid, le poète šī‘ite le plus important de son époque. Mais la perte du recueil original et les additions probables, et même certaines, interdisent en réalité de porter un jugement précis sur la valeur exacte de son œuvre.

200Bibliographie sélective

201Parmi les sources citées dans le corps du texte ou en notes, on retiendra surtout :

202— Dīwān al-Sayyid

203— de Meynard, “Le Seid”

204— Qāḍī, Kaysāniyya.

214-Manṣūr al-Namarī

205Manṣūr b. [Salama] b. al-Zibriqān al-Namarī est rangé par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 152) parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muttaqīn et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXVIII, p. 108-115). Il fut accueilli à la cour d'al-Rašīd et reçut de lui des gratifications pour les éloges qu'il lui adressait ; mais il avait des tendances pro-‘alides qui irritèrent le calife si bien qu'il tomba en disgrâce ; le calife le fit emprisonner et ordonna à Abū ‘Iṣma, un zaydite pro-abbasside, de le faire mourir sous la torture. Mais lorsque ce dernier arriva à La Mecque, il ne put qu'assister aux obsèques du poète ; c'était vraisemblablement en 190/805.

  • 173 Il aurait existé deux recueils anciens de cette œuvre : le Dīwān d'al-Namarī, qui, selon Ibn al-Na (...)
  • 174 Neuf pièces (69 vers) rapportées surtout par des sources šī‘ites : n° 13 (1 vers, mètre ṭawīl, rim (...)

206Dans l'œuvre d'al-Namarī173, un ensemble de poèmes ou de fragments174 s'intègre à la poésie šī‘ite ; nous allons les analyser pour en dégager les principaux thèmes. Ces pièces sont consacrées à ‘Alī (n° 54, 55 et 57), à la famille du Prophète (n° 36 et 51) et à ses descendants, particulièrement à Fāṭima et al-Ḥusayn (n° 39 et 41).

207Des pièces se rapportant à ‘Alī, un thème majeur se dégage : la valeur et l'importance qu'il avait aux yeux du Prophète ; celui-ci le chargeait du commandement et de l'organisation (n° 54, surtout vers 2), il avait pour lui la même considération que Moïse pour Aaron, son frère (n° 55, vers 2). Parfois al-Namarī, critiquant l'abstention de certains, semble considérer ‘Alī comme un prophète (nabī) (n° 57, vers 4).

208L'ensemble des membres de la famille du Prophète est désigné par le poète comme Āl al-Rasūl (n° 36, vers 1), Banū Nabī Allāh (n° 51, vers 1), Banū al-Rasūl (n° 41, vers 17), Nisā’ Āl Muḥammad (n° 41, vers 18), ou enfin Ḏurriyyat al-Nabī (n° 39, vers 2) ; à leur sujet, le poète développe deux thèmes complémentaires : d'abord la peur qu'ils ressentaient (n° 51, vers 1) tandis que tout le monde, juifs et chrétiens compris, se sentait en sécurité ; ensuite l'injustice qu'ils subissaient et les supplices qu'ils enduraient (n° 36, vers 2 et n° 51, vers 7). Quant au drame d'al-Ḥusayn lui-même, il est au centre des pièces n° 39 et 41.

209Simultanément Manṣūr al-Namarī invective contre les adversaires des Ahl al-bayt, utilisant pour les qualifier des termes violents et dégradants : “bêtes errantes” (n° 39, vers 1), “gens des souillures” (ahl bayt al-riğs wa al-la‘n, gens sales ou souillés et maudits) (n° 51, vers 6) ; il s'attaque particulièrement aux Ban‚ Ziyād, et plus précisément encore à ‘Ubayd Allāh b. Ziyād, l'assassin d'al-Ḥusayn (n° 39, vers 3 et n° 41, vers 4).

210Plus important encore et plus significatif que ces lamentations sur le sort des Ahl al-bayt et que ces invectives contre leurs adversaires, nous trouvons l'expression de l'engagement politique. D'abord Manṣūr al-Namarī proclame son amour des Ahl al-bayt (n° 39, vers 12) et affirme qu'il se désolidarise de tous ceux qui ont commis contre eux l'injustice (n° 41, vers 26) ; enfin et surtout, il appelle à la révolte armée pour leur rendre les droits dont ils ont été spoliés (n° 36, vers 3 et n° 39, vers 16).

211Ces trois ensembles thématiques font certainement de Manṣūr al-Namarī un poète šī‘ite. Cependant cette prise de position favorable aux ‘Alides est tempérée par les éloges qu'il adresse à al-Rašīd, où il affirme que l'oncle (al-‘Abbās) passe avant le cousin (‘Alī), ce qui revient à faire prévaloir les droits des Abbassides à l'imāmat sur ceux des ‘Alides. Faut-il supposer qu'al-Namarī, comme bien d'autres poètes, a adopté cette attitude et fait l'éloge des Abbassides par dissimulation tactique (taqiyya), pour échapper aux supplices et sauver sa vie à une époque où l'assassinat politique était pratique courante ?

212Bibliographie

213Voir les références données dans le corps du texte et en notes, notamment notre Ši‘r Manṣūr al-Namarī, qui fournit une abondante bibliographie et notre article “Manṣūr al-Namarī” in EI2, VI, p. 423-424.

215-Abū Nuwās

214Al-Ḥasan b. Hānī al-Ḥakamī, mort entre 189/813 et 200/815, est plus connu sous sa kunya d'Abū Nuwās ; c'est le poète le plus célèbre de l'époque abbasside et le plus grand poète bachique arabe. Al-Marzubānī (Aḫbār, p. 113) le cite comme un des principaux poètes šī‘ites, Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 151) le range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn, et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXIV, p. 3-249). Selon ‘Abd al-‘Āl (Ḥarakāt, index et surtout p. 281), il appartenait à la secte des Ḫaṭṭābiyya. Ce sont là autant de titres à figurer dans un inventaire de la poésie šī‘ite, outre onze fragments (soit 39 vers) que nous allons analyser maintenant, bien que, disons-le d'emblée, ils ne figurent dans aucune des nombreuses éditions de son dīwān.

  • 175 Mètre ṭawīl, rime ru, rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 178.
  • 176 Mètre kāmil, rime ri ; rapportés, sans indication de sources, par al-‘Āmilī, A‘yān, XXV, p. 77.
  • 177 Mètre kāmil, rime mah ; rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 77, d'après Ibn Šahrāšūb sans autr (...)
  • 178 Quatre vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par de nombreuses sources presque toutes šī‘ites (no (...)
  • 179 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés par Ibn Šahrāšūb, IV, p. 212.

215Un premier vers, d'allure sapientiale175, serait une invective indirecte contre ‘Amr b. al-‘Āṣ, rappelant à quelle ruse il avait eu recours pour se protéger contre ‘Alī (il s'était dénudé le ventre). Deux autres vers176 expriment l'attachement du poète pour Kūfa, šī‘ite, et son dédain pour Baṣra ville anti-‘alide. Un vers isolé177 attaque ceux qui ont empêché ‘Alī, le waṣī, d'accéder à l'Imāmat. Deux autres fragments, plus importants et plus significatifs, manifestent clairement l'obédience ‘alide de leur auteur : le premier178 fait, en termes coraniques, l'éloge des Ahl al-bayt, les purs qui détiennent la science du Coran ; le second179 vante les mérites de ‘Alī, puis, se référant au Coran, affirme les droits des ‘Alides à l'imāmat et appelle à les soutenir.

  • 180 a) Un fragment de huit vers (dont les quatre premiers se trouvent dans le Dīwān, éd. Sadir, p. 587 (...)
  • 181 Trois vers (mètre ṭawīl, rime bu), cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 76.
  • 182 Cinq vers (mètre ḫafīf, rime hi), rapportés par diverses sources šī‘ites (notamment Ibn Bābawayh, (...)

216L'amour pour les Ahl al-bayt apparaît aussi dans deux pièces180, qui invoquent l'intercession de ‘Alī et de ses fils, une troisième181 invoquant celle de ‘Alī al-Riḍā. C'est d'ailleurs au sujet de ce dernier qu'Abū Nuwās aurait composé le fragment182 le plus révélateur de son šī‘isme, en effet le “serviteur de son père” ne serait autre que l'archange Gabriel selon la croyance des Ḫaṭṭābiyya.

  • 183 Cinq vers (mètre kāmil, rime ‘i), cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 78.

217Enfin Abū Nuwās aurait laissé transparaître son šī‘isme jusque dans sa poésie bachique ; dans un fragment183, il célèbre le vin plus fin et fragile (raqqat) que la foi des anti-‘Alides et aussi pur que le walī.

  • 184 Mètre basīṭ, rime ri ; rapportés par al-‘Āmilī (d'après le Kitāb mağālis al-mu’minīn) que nous n'a (...)

218En revanche, trois vers184 témoigneraient de son amour sans distinction pour les quatre califes orthodoxes.

219Pour conclure, il faut noter que tous ces fragments sont rapportés par des sources šī‘ites, ce qui rend suspecte leur authenticité ; même authentiques, ils ne suffisent pas pour affirmer le šī‘isme d'Abū Nuwās, célèbre surtout comme adepte de Bacchus et d'Eros.

220Bibliographie

221Outre les sources citées en note, voir

222— B. Wagner, EI2, I, p. 147-149.

216-Muṭī‘ b. Iyās

223Muṭī‘ b. Iyās al-Kinānī, né à Kūfa vers la fin du ier siècle de l'Hégire, mort vers 169/785, fut le commensal du calife al-Walīd b. Yazīd, puis de ‘Abd Allāh b. Mu‘āwiya b. Ǧa‘far b. Abī Ṭālib entre 127/745 et 129/747 ; par un ḥadīṯ de son invention, il aurait aidé à la nomination d'al-Mahdī au califat.

  • 185 ‘Abd al-‘Āl, dans Ḥarakāt (passim, mais surtout p. 110) explique le libertinage de Muṭī‘ par son a (...)
  • 186 Muṭī‘ b. Iyās est le 171e des 198 poètes présentés par al-Ṣan‘ānī dans son Nasama (VIII, p. 1245-1 (...)
  • 187 Le dīwān de Muṭī’, cité par Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 162), est probablement perdu. G. von Gruneba (...)
  • 188 Pièce n° 33 (3 vers, mètre kāmil, rime ri), rapportée notamment par Iṣfahānī, Aġānī.
  • 189 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, p. 38.

224Malgré, mais aussi185 en raison de son effronterie et de son libertinage, al-Ṣan‘ānī186 le considère comme un poète šī‘ite. Cependant après dépouillement systématique des pièces ou fragments qu'on lui attribue187, un morceau de trois vers188 seulement semble pouvoir témoigner de ses sentiments pro-‘alides. Le premier de ces vers décrit l'angoisse constante du poète, due au dilemme devant lequel il se trouve : s'exprimer et risquer la mort, ou bien se taire et voir son âme s'enflammer comme un brasier (vers 2), cela à propos du crime commis contre Abū Ḥasan (‘Alī b. Abī Ṭālib) par ‘Uṯmān et Abū Bakr (vers 3). Notons que les deux premiers vers l'ont fait accuser d'hérésie (zandaqa) ; ce serait pour échapper à cette accusation qu'il aurait ajouté le troisième vers, qui le range parmi les Rāfiḍa qui récusent la légitimité des deux premiers califes et les accusent même de crime. Si net et si franc soit-il, ce dernier vers suffit-il à prouver le šī‘isme de Muṭī‘ b. Iyās ? Faut-il envisager une autre hypothèse : une partie importante de l'œuvre aurait été perdue, notamment la poésie šī‘ite (en effet, selon Ibn al-Mu‘tazz189, ce poète aurait abordé, dans de nombreux vers, tous les genres poétiques) ? L'hypothèse est plausible, d'autant plus que la perte d'œuvres šī‘ites du début de l'époque abbasside est l'une des conclusions auxquelles conduit cette étude. Cela dit, il nous semble abusif d'arguer du libertinage du poète pour conclure à ses convictions šī‘ites.

225Bibliographie sélective

226— Muṭī‘, Dīwān, ou à défaut Iṣfahānī, Aġānī, index

227— ‘Abd al-‘Āl, Ḥarakāt, index

228— Haddāra, Ittiğāhāt, index.

217-Al-Ḫalīl b. Aḥmad

  • 190 L'œuvre a été réunie et publiée dans la revue al-Balāġ (n° 4-6, Bagdad, 1393/1973) par Ḥātim al-Ḫā (...)

229Al-Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī al-Yaḥmadī al-Azdī (mort entre 160/776 et 175/791) est un des plus importants philologues de Baṣra. Selon Ibn Ḥağar (Tahḏīb, III, p. 163-164), il aurait adhéré dès sa jeunesse à la secte des Ibaḍites ou selon Sellheim (EI2, IV, p. 994) à celle des Ṣufriyya ; plus tard, sous l'influence de son maître Ayyūb al-Saḫtiyānī (né en 131/748), il se serait rallié à l'orthodoxie sunnite. ‘Āmilī (XXX, p. 50-91), reprenant diverses sources šī‘ites, le considère comme un des A‘yān al-Šī‘a et un fidèle de Ǧa‘far al-Ṣādiq. En effet, al-Ḫalīl aurait contribué au mouvement šī‘ite par sa poésie et par un Kitāb al-imāma, qu'aurait achevé Muḥammad b. Ǧa‘far al-Marağī (m. 376/985) cité par Ṭihrānī (Ḏarī‘a). Le même Ṭihrānī attribue à al-Ḫalīl un dīwān dont une copie se trouverait à Paris. Cependant, d'une part, comme le fait remarquer Sellheim, “les sources accessibles ne permettent pas de vérifier la justesse de la supposition concernant le Kitāb al-imāma et d'autre part, les recherches déjà faites par ‘Awwād infirment l'allégation concernant le dīwān (‘Awwād, Ḫalīl, p. 10)”. Il n'en reste pas moins qu'al-Ḫalīl est considéré par certains auteurs comme Ibn al-‘Imād, Šaḏarāt (repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXX, p. 80) comme un poète de talent qui ne composait que de courtes pièces de deux ou de trois vers, et qu'il a laissé de nombreux fragments poétiques cités dans plusieurs ouvrages philologiques, historiques et littéraires190.

230Toutefois seules la pièce n° 2 (6 vers) et à un degré moindre, la pièce n° 52 (8 vers) intéressent notre sujet. La première (mètre kāmil, rime ba), rapportée uniquement par Ibn Šahrāšūb (Manāqib, III, p. 225), est une sorte de profession de foi où al-Ḫalīl, citant ‘Alī après Dieu et Muḥammad, le nomme waṣī d'Aḥmad ; après quoi il célèbre ses qualités (ou manāqib), notamment son savoir, (kahf al-‘ulūm, vers 2) ainsi que sa supériorité sur tous ses semblables (vers 3). Il appelle enfin à vénérer ses descendants, qui sont aussi des descendants du Prophète (vers 5). Dans la seconde, qui est une pièce sapientiale (mètre ḫafīf, rime yā’), al-Ḫalīl déclare que la valeur de l'homme réside dans ce qu'il sait faire, conformément au décret de l'Imām ‘Alī.

231Bibliographie sélective

232De tous les ouvrages cités nous retenons :

233— R. Sellheim, EI2, IV, p. 994-996

234— ‘Awwād, Ḫalīl (bibliographie exhaustive jusqu'en 1972)

235— et bien sûr Ḫalīl, Ši‘r.

218-Ḫalaf al-Aḥmar

  • 191 À partir de sources diverses et multiples, M. Ibrāhīm al-Nağğār a essayé de réunir l'œuvre poétiqu (...)
  • 192 47 vers (mètre al-madīd, rime lu), rapportés exclusivement par al-Ḫālidiyyān (al-Ašbāh, II, p. 116 (...)

236Dans l'œuvre poétique191 attribuée au célèbre transmetteur baṣrien Abū Muḥriz Ḫalaf b. Ḥayyān, dit al-Aḥmar, mort vers 180/796, nous retiendrons un long poème192 qui s'intègre à la poésie šī‘ite. On y trouve développés les thèmes suivants : le poète se vante de sa vaillance (vers 1-2), au service des descendants du Prophète pour lesquels il proteste de son amour (vers 3-4) ; il célèbre leurs mérites et déplore leur sort (vers 5-21 et 44-47), insiste sur les qualités de ‘Alī, son savoir en matière de religion, sa piété, sa générosité, et surtout sur son courage et ses exploits guerriers.

237Bibliographie

238Les sources citées en notes et Ch. Pellat, EI2, IV, p. 952.

219-Al-Šāfi‘ī

239Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Idrīs al-Šāfi‘ī, né en 150/767 et mort en 204/820, est le fondateur d'une des quatre grandes écoles sunnites. Examinant son attitude politique, H. Laoust conclut par ces phrases qui concernent directement notre sujet : “Abû-l-Faraj al-Iṣfahânî, qui a dressé, dans son martyrologe du chiisme, la liste des docteurs de la loi qui jurèrent fidélité à Yaḥyā b. ‘Abd Allāh, y fait figurer l'imâm Shâfi‘î, sous les traits d'un chiite ardent qui aurait fait du recrutement pour le rebelle zaydite. Le duodécimain al-Ḥillî le tire aussi à lui en le présentant comme un disciple de l'imām Ja‘far. Toutes ces affirmations paraissent bien difficiles à retenir. On ne saurait en effet oublier qu'al-Shâfi‘î, qui fut partisan de la légitimité du califat d'Abû Bakr et de ‘Umar, enseigna, selon toute vraisemblance, avec la grande majorité du sunnisme, la prééminence de ‘Uthmân sur ‘Alî. ” (Schismes, p. 91-92).

  • 193 En effet al-Šafi‘ī est connu non seulement comme fondateur d'école, mais encore comme poète. Son d (...)
  • 194 N° 28, 60, 67, 96, 97 et 132.

240Cependant, pour lui193 comme pour d'autres poètes, nous devons analyser certains fragments poétiques qu'il aurait composés et qui le rattacheraient au mouvement pro-šī‘ite. Six pièces194 (au total 22 vers) figurent dans son dīwān et cinq autres (soit 21 vers) sont rapportées par Qandūzī (Yanābī‘).

241L'analyse dégage quatre thèmes majeurs, en réalité complémentaires :

242Le premier concerne l'attitude d'al-Šāfi‘ī vis-à-vis des quatre premiers califes et notamment de ‘Alī. Dans une première pièce (n° 96 : trois vers, mètre ṭawīl, rime ti), al-Šāfi‘ī se justifie par rapport à la double accusation de rafḍ, pour avoir donné la prééminence (faḍḍala) à ‘Alī, et de naṣb, pour avoir reconnu le mérite d'Abū Bakr. La deuxième (n° 60 : cinq vers, mètre ṭawīl, rime si) est une sorte de profession de foi, qui déclare que les quatre premiers califes sont des guides éclairés et énumère ainsi leur qualités respectives : Abū Bakr est le calife d'Allāh, Abū Hafṣ (‘Umar) cherche manifestement le bien, ‘Uṯmān a son mérite, mais celui de ‘Alī est particulier. Devons-nous comprendre qu'al-Šāfi‘ī donne la prééminence à ‘Alī ?

243Le deuxième thème concerne l'accusation de rafḍ. D'une part, al-Šāfi‘ī la rejette, car le rafḍ n'est ni “sa religion ni ce qu'il croit” (n° 38, vers 1) ; de l'autre, il la prend à son compte (n° 38, vers 3 et n° 63, vers 3), mais il distingue le rafḍ et l'amour des Āl Muḥammad ou des Fāṭimiyya (n° 44 132 vers 3).

244Le troisième thème est celui de l'amour pour les Ahl al-bayt. Dans la pièce n° 97 (2 vers, mètre basīṭ, rime hu), al-Šāfi‘ī considère leur “amour comme un devoir édicté par Dieu dans le Coran”. Plus encore, deux vers (mètre sarī‘, rime bi) rapportés par Qandūzī (Yanābī‘, II, p. 142) nous disent que “dans son cœur sont écrits la justice et l'unicité de Dieu d'un côté et l'amour des Ahl al-bayt de l'autre”. Un autre fragment de deux vers (mètre kāmil, rime ti) rapporté par Qandūzī (Yanābī‘, II, p. 132) justifie cet amour par le bien qu'al-Šāfi‘ī en attend : au jour du jugement dernier, il pourra tenir son livre à la main droite.

245Proche de ce troisième thème, mais tout de même distinct, il y a l'amour d'al-Šāfi‘ī pour ‘Alī, “le meilleur Imām et le meilleur guide” (n° 38, vers 2) ; c'est aussi, selon un rağaz de deux vers (rime ha) rapporté par Qandūzī (Yanābī‘, I, p. 84), “celui qui décide qui va au Paradis et qui va en Enfer, le désigné de l'Élu (waṣīyyu al-Muṣṭafā) et l'Imām des humains et des djinns”. Un autre rağaz de cinq vers (rime da), toujours rapporté par Qandūzī (Yanābī‘, I, p. 139), aurait été composée par al-Šāfi‘ī pour répondre à des gens qui lui demandaient de louer ‘Alī, et rappelle l'aide apportée par celui-ci à Muḥammad la nuit du Mi‘rāğ.

246Enfin, un poème de cinq vers (mètre ṭawīl, rime bi ; également rapportés par Qandūzī, Yanābī‘, II, p. 2) se distingue de tous les autres fragments par son style et sa langue, qui rappellent les plus grandes pièces classiques ; al-Šāfi‘ī y évoque la mort d'al-Ḥusayn injustement assassiné et les conséquences de ce meurtre tragique ; puis il redit son amour pour les Āl Muḥammad, qui intercéderont pour lui au jour du jugement dernier.

247Tels sont brièvement analysés les principaux thèmes des fragments pro-šī‘ites attribués à al-Šāfi‘ī : réfutation de l'accusation de rafḍ, proclamation de son amour pour les Āl al-bayt en général, et pour ‘Alī en particulier, reprise des principaux titres que les šī‘ites décernent à celui-ci, évocation du meurtre d'al-Ḥusayn.

248Cela suffit-il à prouver le šī‘isme d'al-Šāfi‘ī ? À la rigueur, si ces fragments sont vraiment de lui. Mais on peut douter de l'authenticité de la plupart d'entre eux, et même de tous, en tout cas de ceux que rapportent des auteurs šī‘ites tardifs. Par ailleurs, al-Šāfi‘ī, en tant que sunnite, pouvait sans crainte manifester son respect et son amour pour les Āl al-bayt sans pour autant épouser les idées du šī‘isme, surtout en matière de politique. Cependant un fait est certain : des sources, certes partisanes, nous rapportent les fragments analysés et nous devions en tenir compte par souci d'exhaustivité, d'objectivité et de défiance vis-à-vis de tout parti pris.

249Bibliographie sélective

250— Heffening, EI1, 4, p. 261-263 (qui confirme sa participation aux agitations ‘alides)

251— Laoust, Schismes, p. 90-92 et passim

252— Šāfi‘ī, Dīwān I, II et III.

220-Mu’min (ou Šayṭān) al-Ṭāq

253Muḥammad b. ‘Alī b. al-Nu‘mān al-Bağalī, surnommé par les šī‘ites Mu’min al-Ṭāq, et par leurs adversaires Šayṭān al-Ṭāq, mort peu après 148/765, est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p. 170 et XXXVI, p. 155) et considéré comme un poète célèbre par al-Marzubānī (Aḫbār, p. 83-91). Il serait l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés notamment à la réfutation de l'i‘tizāl, à l'imāmat et aux principales batailles de ‘Alī.

  • 195 Dix vers (mètre munsariḥ, rime ‘u), rapportés notamment par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 86.

254Pour ce qui est de la poésie, nous avons de lui un court fragment195 qui exprime son engagement politique. En effet, l'auteur se lamente sur le sort des Ahl al-Nabī (vers 1, 2, 3 et 10) et affirme le droit qu'ont les Qurayš à l'imāmat (vers 4, 5 et 6), et particulièrement la famille du Prophète, en insistant surtout sur leur parenté avec ce dernier et sur leur vaste savoir en matière de religion (vers 7, 8, 9 et 10).

255Bibliographie

256Outre les sources citées dans le corps du texte, voir la bibliographie fournie par l'éditeur des Aḫbār (p. 83), et Kaḥḥāla, Mu’allifūn, XI, p. 67.

221-Aḥmad b. Ḫallād al-Šarawī

  • 196 L'éditeur des Aḫbār aboutit à la même conclusion ; al-‘Āmilī note qu'il pourrait être originaire d (...)
  • 197 Quatre vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par al-Marzubānī (Aḫbār, p. 114), repris par al-‘Āmi (...)

257On ne sait pratiquement rien196 de Aḥmad b. Ḫallād al-Šarawī qu'al-Marzubānī (Aḫbār, 114) cite parmi les principaux poètes šī‘ites et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (VIII, p. 375). Il était sans doute contemporain du calife al-Mutawakkil, puisque le court fragment197 qu'on lui attribue s'adresse à ce dernier pour le critiquer indirectement, cela en faisant l'éloge de ‘Alī, le Pur (al-Ṭāhir al-Zakī, vers 1) ; le poète célèbre les principales qualités de celui-ci : son adhésion précoce à l'islam (vers 2), sa présence aux côtés du Prophète, sa désignation pour lui succéder (waṣī, vers 3) et son combat contre les hommes injustes (ṭuġāt) et les infidèles (ḏawī al-kufr).

258C'est là une contribution certes minime, mais qui montre la force de l'attachement à ‘Alī et perpétue l'évocation de ses principales qualités.

259Bibliographie

260Voir les deux sources citées en note.

222-Ḥubayš b. ‘Abd al-Raḥmān

  • 198 a) Deux vers (mètre ḫafīf, rime ti) ; b) deux vers (mètre sarī‘, rime ki), tous rapportés par Yāqū (...)

261On n'a pu identifier Ḥubayš b. ‘Abd al-Raḥmān ou b. Munqiḏ, dit Abū Qulāba al-Ǧirmī, qu'al-‘Āmilī cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p. 10-107). Il doit être contemporain d'al-Aṣma‘ī, puisque deux fragments198 qu'on lui attribue vitupèrent ce dernier et stigmatisent sa haine contre les Āl al-bayt, exprimant ainsi des sentiments pro-šī‘ites.

262Bibliographie

263Voir les deux sources citées en note.

H-POETES FAUSSEMENT RATTACHES AU ŠĪ‘ISME

223-Abū ‘Āṣim al-Aslamī

  • 199 Deux vers (mètre wāfir, rime lu) où le poète stigmatise le caractère prétentieux d'al-Ḥasan ; rapp (...)
  • 200 Il s'agit d'al-Ḥasan b. Zayd b. al-Ḥasan b. ‘Alī b. Abī Ṭālib, mort en 168/784, qu'al-Manṣūr nomma (...)
  • 201 Quatre vers (mètre wāfir, rime ru), rapportés par Qifṭī (Muḥammadūna, p. 306)et Ṣafadī (Wāfī, III, (...)

264Abū ‘Āṣim Muḥammad ou ‘Abd Allāh al-Aslamī, que nous n'avons pu identifier avec précision, serait un poète médinois du temps d'al-Manṣūr. On lui attribue la paternité de deux fragments, intéressants surtout par les circonstances de leur composition ; en effet, le poète, après avoir stigmatisé199 al-Ḥasan b. Zayd b. al-Ḥasan b. Abī Ṭālib200 changea de registre lorsque ce dernier fut nommé par al-Manṣūr gouverneur de Médine ; pour se racheter, il lui aurait adressé un fragment laudatif201 où, implorant indirectement son pardon, il lui rappelle le soutien de son grand père à ‘Alī b. Abī Ṭālib et la rancune vouée aux ‘Alides par leurs adversaires ; il lui demande d'adopter envers ses amis et ses ennemis la même attitude que “ses pères” Aḥmad (le Prophète) et ‘Alī envers les leurs. Le gouverneur, dit-on, aurait pardonné, encourageant ainsi les sympathisants šī‘ites et faisant croître la poésie pro-‘alide.

265Bibliographie

266Voir les notes.

224-Ašğa‘ al-Sulamī

  • 202 Dans l'édition qu'en a donné al-Ḥassūn, le Dīwān groupe, outre 10 pièces (25 vers) dont l'attribut (...)

267Ašğa‘ b. ‘Amr al-Sulamī fait partie, pour Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, 153) des Šu‘arā’ ahl al-bayt al-mutakallifīn, pour al-‘Āmilī des A‘yān al-Šī‘a (XII, p. 346-393), et pour Brockelmann (G. A. L., II, p. 33) des imāmites. Né dans la Yamama, il s'établit tout jeune à Baṣra, puis se rendit à Raqqa auprès du Barmékide Ǧa‘far b. Yaḥyā, avant de devenir le panégyriste du calife al-Rašīd. Il mourut, non en l'an 195/810 (Ziriklī, A‘lām, I, p. 332), mais vers la fin du règne du calife al-Ma’mūn comme le prouve al-Ḥassūn (Dīwān, p. 39-43). D'après sa vie et son œuvre202, il ne semble pas être un poète dont la poésie puisse nous intéresser. Néanmoins, vu l'intérêt que lui accordent les auteurs šī‘ites, il est nécessaire d'en parler, ne serait-ce que pour réfuter leur opinion. Notons, pour commencer, que le qualificatif d'imāmite provient d'une fausse lecture. En effet, on peut lire dans Ṣūlī (Awrāq, p. 74) “Ašğa‘ était imāmite, puis il se forme en matière d'adab à Baṣra” ; en réalité, il faut lire yamāmī au lieu d'imāmī, comme al-‘Āmilī et Ḥassūn l'ont d'ailleurs déjà signalé. Par ailleurs, selon des sources šī‘ites, en particulier Ṭūsī (Amālī, I, p. 278), Ibn Šahrāšūb (Manāqib, III, p. 394) et al-‘Āmilī (A‘yān, XII, p. 349), Ašğa‘, rendant visite à l'Imām Ǧa‘far al-Ṣādiq malade, aurait improvisé deux vers (Dīwān, deuxième partie, n° 8) pour lui souhaiter la guérison. Cependant, comme le montre Ḥassūn, d'une part ces deux vers se trouvent dans un poème d'Abū Tammām (Dīwān, II/2/404), d'autre part, vu l'âge des intéressés, il est impossible qu'une telle visite ait eu lieu. Un autre point, plus important et plus compliqué, concerne un thrène (n° 62 : 7 vers, mètre basīṭ, rime si) composé, selon certains pour l'Imām al-Riḍā, mais d'après Ḥassūn pour al-Rašīd. Selon Iṣfahānī (Maqātil, 568, qui transmet une version longue de 22 vers), repris par al-‘Āmilī (A‘yān, XII, p. 349), la pièce était d'abord consacrée à l'Imām al-Riḍā, puis le poète, changeant certains mots, l'aurait transformée en oraison funèbre du calife al-Rašīd. Mais Ḥassūn, une fois de plus, écarte cette hypothèse à cause de l'écart chronologique entre les deux morts (al-Riḍā est mort en 203 et al-Rašīd en 193), et aussi en raison de la politique pro-‘alide d'al-Rašīd. Il n'en reste pas moins qu'Iṣfahānī attribue à Ašğa‘ un poème où le nom d'al-Riḍā est mentionné (vers 15), ainsi que sa tombe à Ṭūs (vers 2), mais il faut dire que le calife al-Rašīd y est également enterré. Pour ce qui est du poème lui-même, il décrit le défunt comme l'unique et le maître de ce monde (vers 4) ; la lumière se propage du Prophète jusqu'à lui (vers 9) ; tout au long du poème, sa mort est présentée comme un drame, et à la fin (vers 22), le poète lui souhaite d'être le voisin du Prophète. Bref, hors la mention du nom d'al-Riḍā, le poème ne présente aucun aspect šī‘ite manifeste. Pour en finir avec le ·ī‘isme d'al-Sulamī, signalons qu'al-Ḥass‚n rapporte, d'après Ḥuṣrī (Zahr) et Ṭabarī (Ta’rīḫ), une pièce où Ašğa‘ al-Sulami aurait invectivé contre Idrīs b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan b. al-Ḥasan b. ‘Alī qui s'était enfui en Égypte et au Maghreb avant d'être emprisonné sur l'ordre d'al-Rašīd (Dīwān, deuxième partie, n° 4 : quatre vers, mètre kāmil, rime ru). Ašğa‘ al-Sulamī n'a donc rien d'un poète šī‘ite ; nous lui avons cependant consacré cette notice par souci d'exhaustivité et pour vérifier les assertions de certains auteurs ; nous en tiendrons compte dans notre synthèse quand nous examinerons les problèmes généraux que posent l'attribution ou l'authenticité de certains poèmes.

268Bibliographie : voir les notes.

225-Kulṯūm b. ‘Amr al-‘Attābī

269L'épistolier et poète taġlibite Kulṯūm b. ‘Amr al-‘Attābī, qui serait mort entre 208/823 et 220/835, est considéré par al-‘Āmilī comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XLIII, p. 156-157). Cependant parmi les auteurs anciens, ni Ibn Qutayba, ni Iṣfahānī, ni Yāqūt ne font allusion à son šī‘isme. Les auteurs modernes Brockelmann, Ziriklī et Blachère n'en parlent pas non plus. En revanche, al-Marzubānī, parmi les anciens, nous dit qu'al-‘Attābī a été accusé de rafḍ (Mu‘ğam, p. 247) ; de même, selon d'autres sources, on l'aurait accusé d'i‘tizāl et de zandaqa. L'accusation de rafḍ est reprise par al-‘Āmilī, Ḥillāwī et Nağğār. Al-‘Āmilī la rapporte en se référant à al-Marzubānī et cite des extraits de quatre pièces du poète qui n'ont aucun rapport avec le šī‘isme. Par ailleurs, la biographie et l'œuvre poétique d'al-‘Attābī, telle que l'a reconstituée Ḥillāwī, prouvent que ce poète ne peut être considéré comme šī‘ite et que l'accusation de rafḍ n'est pas fondée.

270Bibliographie sélective

271— Blachère, EI2, I, 773-774

272— Ziriklī, A‘lām, VI, p. 89-90

273— Ḥillāwī, ‘Attābī (surtout pour l'œuvre poétique)

274— Nağğār, ‘Attābī (étude générale assez superficielle).

226-Abū al-Šīṣ al-Ḫuzā‘ī et son fils ‘Abd Allāh

  • 203 Le Dīwān d'Abū al-Šīṣ, qui comptait 150 feuillets d'après Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 230), est prob (...)

275Abū al-Šīṣ Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Razīn al-Ḫuzā‘ī, né à Kūfa entre 126/744 et 136/754, vécut à la cour d'al-Rašīd à Bagdad avant de devenir, jusqu'à sa mort en 196/811, le commensal et le poète de l'émir d'al-Raqqa, ‘Uqba b. Ǧa‘far b. al-Aš ‘aṯ. Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 230), et surtout Ṣadr (Ta’sīs, p. 207-208), en font un poète imāmite203. Cependant, à la lumière de sa biographie et de l'analyse de son dīwān, il ne semble pas faire partie des poètes šī‘ites. Y aurait-il eu confusion entre lui et son fils ‘Abd Allāh ? En effet, al-Baġdādī (Tārīḫ, X, p. 64) écrit, dans la notice qu'il consacre à ‘Abd Allāh b. Abī al-Šīṣ, que celui-ci “composa un thrène pour Muḥammad b. ‘Alī b. Mūsā al-Riḍā” sans d'ailleurs en citer aucun vers. Quoi qu'il en soit, nous pouvons conclure qu'en rangeant Abū al-Šīṣ parmi les A‘yān al-Šī‘a, les auteurs šī‘ites confirment leur tendance à multiplier le nombre des pro-‘alides, et cela, une fois encore, doit nous inciter à la méfiance.

276Bibliographie sélective

277— Ch. Pellat, EI2, I, p. 154-155

278Aš‘ār Abī al-Šīṣ éd. ‘Abd Allāh al-Ǧubūrī (qui utilise les principales sources anciennes et en reproduit des extraits).

227-Abū al-‘Atāhiya

  • 204 Ǧābir ‘Abd al-‘Ālū qui dans son livre Ḥarakāt al-Šī‘a, consacre plusieurs pages à Abū al-‘Atāhiya (...)

279Abū al-‘Atāhiya Ismā‘īl b. al-Qāsim, mort en 211/825 ou 212/826, est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XII, p. 80-110), et al-Iṣfahānī (Aġānī, IV, p. 7) souligne son obédience zaydite. Cependant, à la lumière de son œuvre poétique magistralement éditée par Šukrī Fayṣal (Damas, 1963), il n'a aucun titre à figurer dans notre inventaire de la poésie šī‘ite. En effet, dans l'œuvre de Abū al-‘Atāhiya qui “cultiva au début une poésie frivole et composa des panégyriques, des pièces de circonstance, des satires, des élégies, des poèmes érotiques, mais ne tarda pas à se convertir à un genre plus sérieux et se consacra à la poésie religieuse, et fut en somme le premier poète moraliste sinon philosophe [...]” (Ch. Pellat, Littérature, p. 108-109), rien ne prouve clairement son appartenance à la secte des Zaydiyya. Vu la contradiction qu'il yaentre l'affirmation de son zaydisme et l'absence de tout vers qui l'atteste, nous devons nous abstenir de toute exégèse ou interprétation forcées204 et nous contenter de poser le problème de la transmission de la poésie šī‘ite.

280Bibliographie

281Voir les sources citées dans le corps du texte et en note.

228-Al-Qāḍī ‘Abd Allāh b. Šubruma al- Ḍabbī

282Cité par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 152) parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muttaqīn et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p. 117), ‘Abd Allāh b. Šubruma b. al-Ṭufayl al-Ḫabbī est ainsi défini par J. -Cl. Vadet : “traditionniste, juriste de Kūfa, en même temps que poète et dilettante à ses heures” (EI2, III, p. 962). Il mourut en 144/762. Certes il peut avoir été d'obédience šī‘ite, mais rien ne subsiste de ce qu'il apu composer pour manifester ses convictions politiques. Et cela nous amène à soulever une fois de plus le problème de la transmission de la poésie šī‘ite.

283Bibliographie sélective

284— J. -Cl. Vadet, EI2, III, p. 962-963

285— al-‘Āmilī, A‘yān, XXVIII, p. 117 (qui reproduit deux vers de mètre wāfir et de rime li sur l'endettement).

286— Ibn Qutayba, ‘Uyūn, index, et surtout I/56 (un vers de mètre ṭawīl et de rime ‘u qui témoigne de son opposition au pouvoir, opposition qu'il reniera en acceptant les fonction de qāḍī)

287— Mas‘ūdī, Murūğ, index (où est citée une abondante bibliographie).

229-Muḥammad b. Ġālib b. al-Huḏayl al-Kūfī

288Nous n'avons pu identifier avec précision Muḥammad b. Ġālib b. Huḏayl al-Kūfī, qu'Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 151) range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn, et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p. 169). Il aurait été le contemporain et l'ami de Ǧa‘far al-Ṣādiq. Rien ne paraît subsister de son œuvre, ce qui conduit à nouveau à poser le problème de la transmission de la poésie šī‘ite.

289Bibliographie

290Voir les deux sources citées ci-dessus.

Notes

1 Outre les deux fragments analysés, on attribue à al-‘Ablī une dizaine de pièces dont certaines sont relativement longues (40 vers) ; faḫr, éloge des Umayyades, elles nous sont rapportées notamment par Iṣfahānī, Aġānī (XI, p. 276 sqq. ) ; Zubayrī, Nasab (p. 158) et Mubarrid, Ta‘azī, index ; Marzubānī, Muwaššaḥ, index ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VII, p. 122-123. La reconstitution de l'œuvre de ce poète est hautement souhaitable, car elle enrichirait l'histoire de la poésie arabe à la naissance de la dynastie abbasside.

2 Quatre vers (mètre sarī‘, rime li), rapportés par Zubayrī, Nasab, p. 158.

3 Sept vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XI, p. 283.

4 Ǧa‘far al-Ṣādiq lui aurait dit : “un ange vous inspire des vers et je connais cet ange. ” Voir Kaššī, Riğāl, p. 288, et Ibn Šahrā·‚b, Ma‘ālim, p. 151.

5 Mètre wāfir, rime bi ; rapporté par Šubbar, Ṭaff, 1, p. 231, d'après Ibn Qawlawayh, Kāmil al-Ziyāra que nous n'avons pu consulter.

6 Selon plusieurs sources, en particulier Kaššī (Riğāl, p. 246), l'Imām al-Ṣādiq lui aurait dit : “Quiconque compose des vers, pleure et provoque les larmes d'autrui pour al-Ḥusayn, Dieu lui donne droit au Paradis et lui pardonne (ses péchés).”

7 Un vers (mètre kāmil, rime bi), rapporté par Ṭūsī (Amālī, I, p. 201), Marzubānī (Aḫbār, p. 115) et Ṭabarī (Bišāra, p. 64). Al-Sayyid al-Ḥimyarī l'aurait critiqué, surtout pour l'emploi du terme arḏal.

8 Six vers (mètre kāmil, rime mi), rapportés par Iṣfahānī (Aġānī, IX, p. 48) et Ibn Bābawayh (Aḫbār al-Riḍā, p. 173-174).

9 Cinq vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 115.

10 Cinq vers (mètre wāfir, rime di), rapportés uniquement par des auteurs modernes : al-‘Āmilī, A‘yān, XVI/XVII, p. 61 ; Šubbar, Ṭaff, I, p. 1292 et Ṣadr, Ta’sīs, p. 205.

11 Neuf vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 8-9, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, XVI/XVII, p. 62 : le poète se plaint d'un certain Ab‚ Ḥafṣ ‘Umar, qui lui aurait rendu, affaiblie par la faim et la fatigue, la jument qu'il lui avait confiée avant de partir pour le pèlerinage.

12 Neuf vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés par Ibn Qutayba, ‘Uyūn, II, p. 145 et partiellement par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 461.

13 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 346-347.

14 Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 113.

15 Dans les sources le premier mot du deuxième hémistiche du vers 5 est basirun, nous pensons qu'il faut lire yasiru.

16 L'œuvre poétique de Muḥammad b. Wahīb comptait selon Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 726) 50 feuillets. Outre les deux fragments étudiés, elle comportait divers poèmes rapportés notamment dans Aġānī, Ṯaqāfa, XVIII, p. 355 et XIX, p. 4-26, ainsi que par Ibn al-Mu’tazz (Ṭabaqāt, index), Ḥuṣrī (Zahr, index), Marzubānī (Mu‘ğam et Muwaššaḥ, index), Ṣafadī (Wāfī, V, p. 178-179), al-Abbās (al-Tannis, I, p. 220-230) et Nuwayrī (Nihāya, II, p. 34). Ce sont des éloges (surtout d'al-Ḥasan b. Sahl, d'al-Ma’m‚n et d'al-Mu‘taṣim), de la poésie érotique et de la poésiesapientiale. La collecte et l'édition de tous ces fragments enrichirait sans doute notreconnaissance de la poésie abbasside.

17 Neuf vers (mètre ramal, rime ya), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XIX, p. 14-15.

18 Sept vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés par Iṣfahānī, Aġānī, XIX, p. 14.

19 Trois vers (mètre ṭawīl, rime bu), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 179.

20 Un poème de mètre ḫafīf et de rime mi (Zubayrī, Nasab, p. 89 et Marzubānī, Mu‘ğam, p. 179).

21 Vingt-quatre vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, (p. 148-158).

22 Connu à la fois comme grand théologien mu‘tazilite, grand rhétoricien, grand poète et versificateur de talent, Bišr aurait composé en prison “quelque quarante mille vers d'une exceptionnelle éloquence sur la justice, le monothéisme et la menace”, EI2, I, p. 1281). De cette œuvre, il ne nous reste que quelques bribes, en particulier deux longs poèmes et un court fragment rapportés par Ǧāḥiẓ dans son Ḥayawān.

23 Nawbaḥtī, par exemple, écrit dans Firaq (p. 14-16) qu'il affirmait, avec les Zaydites et certains mu‘tazilites, que ‘Alī avait eu raison de combattre Ṭalḥa et al-Zubayr, et aussi d'accepter l'arbitrage à Ṣiffīn, et que tous ceux qui l'avaient combattu avaient eu tort.

24 Soixante vers sur rime ru (Ǧāḥiẓ, Ḥayawān, VI, p. 284-291).

25 Un fragment de cinq vers d'un rağaz muzdawiğ, dans Ǧāḥiẓ, Ḥayawān, VI, p. 455.

26 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 330-331.

27 Tous rapportés par Iṣfahānī, Maqātil : n° 1, p. 304-306 ; n° 2, p. 384-385 ; n° 3, p. 385-386 et n° 4, p. 228-229 ; toutefois Iṣfahānī attribue le dernier à Ibrāhīm b. ‘Abd Allāh b. al-Ḥasan ; de même fait al-Madanī (d'après Ṭabarī, Tārīḫ, VII, p. 545-546), qui ajoute que d'autres transmetteurs l'attribuent à Ġālib al-Hamdānī.

28 Deux vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, p. 243.

29 Un rağaz de deux vers ou trois šaṭr (ibid.).

30 Trois vers (mètre ṭawīl, rime lu), ibid.

31 Outre les deux poèmes que nous étudions (voir les deux notes suivantes), on lui attribue d'abord quatre fragments érotiques : n° 1 (5 vers, mètre basīṭ) rapporté par Iṣfahānī, Aġānī, XX, p. 181 ; n° 2 (2 vers, mètre kāmil, rime ba), ibid., XX, p. 18 ; n° 3 (2 vers, mètre kāmil, rime du), ibid., XX, p. 182 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 185 ; n° 4 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ri), Aġānī, XX, p. 180 ; ensuite un fragment à caractère sapiential (5 vers, mètre kāmil, rime ni), rapportépar Ṯa‘lab, Mağālis, I, p. 81-82 ; enfin un fragment de faḫr personnel (7 vers, mètre wāfir, rime ‘i), rapporté par Bagdādī, Tārīḫ, X, p. 174.

32 Huit vers (mètre kāmil, rime na), transmis par Ṭabarī, Tārīḫ, VII (p. 601-602) et Iṣfahānī, Maqātil, p. 306-307.

33 Seize vers (mètre kāmil, rime ma), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, VII, p. 602-603 ; Iṣfahānī, Maqātil, p. 306-307 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, V, p. 12-13.

34 Iṣfahānī, Aġānī, Ṯaqāfa, III, p. 245.

35 Baššār a laissé une œuvre très importante ; selon ses propres dires, il aurait composé douze ou treize mille pièces (Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 137-138) ; cela aurait fait mille pages d'après Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 702) ; cependant cette œuvre ne semble pas avoir été réunie en son temps ; de nos jours, elle a connu deux éditions : celle de Badr al-Dīn al-‘Alawī, qui est un essai de reconstitution en un volume (Beyrouth, s. d. ) et celle de M. Ṭ. Ibn ‘Āšūr, en quatre volumes : les trois premiers reproduisent un manuscrit oriental du vie/xiie siècle où les poèmes sont classés par rime, de hamza à , le quatrième regroupe des fragments glanés dans diverses sources (Le Caire, 1950-1957).

36 ‘Abd al-‘Āl, Ḥarakāt, passim et surtout p. 240 et 263.

37 Pellat, Milieu, p. 178.

38 Ǧāḥiẓ, Bayān, I, p. 40 ; Iṣfahānī, Aġānī, III, passim, surtout p. 249 ; Pellat, Milieu, p. 178.

39 Ǧāḥiẓ, Bayān, I, p. 33 ; Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 219 et Pellat, Milieu, p. 178, quitraduit ainsi le texte en question “Il (Baššār) prétendit que tous les Musulmans avaient commis le péché d'impiété après la mort de l'Envoyé de Dieu. Comme on lui disait ‘ Alī aussi ? ’ il répondit par ce vers (mètre wāfir, rime īnā, vers de la mu‘allaqa de ‘Amr b. Kulṯum). Umm ‘Amr, le pire des trois n'est pas ton ami à qui tu ne sers pas le coup du matin”. Vers que Ch. Pellat commente ainsi (p. 178, note 10) : “il faut certainement comprendre que le pire des trois : Abū Bakr, ‘Umar et ‘Alī n'est pas ce dernier, mais que ‘Alī est cependant répréhensible”.

40 EI2, I, p. 1113 et Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 219-220.

41 Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 217.

42 Iṣfahānī, Aġānī, III, p. 161.

43 Sur ce poème de 25 vers (mètre ṭawīl, rime mi), voir les deux éditions du Dīwān (‘Alawī, p. 204-205 ; Ibn ‘Āšūr, IV, p. 189-194) et les sources anciennes citées en notes, notamment Iṣfahānī, Aġānī, Ṯaqāfa, III, p. 150-151 et 208-209.

44 Le dīwān d'Ibn Harma (Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 233), qu'avait réuni al-Sukkārī et qui groupait environ 20 000 vers, semble irrémédiablement perdu (cf. l'édition de Mu‘aybid, Nağaf, p. 39). Cependant Muḥammad Naffā‘ et Ḥusayn ‘Aṭwān ont réuni quelque 660 vers dans une édition publiée à Damas en 1969, et la même année à Nağaf, Muḥammad Ǧabbār al-Mu‘aybid a publié quelque 900 vers. Si l'on ajoute à cette dernière édition les pièces n° 20, 30, 63, 95, 132 et 141 de l'édition de Damas (au total 24 vers), on enrichit ce dīwān qui, malgré les efforts louables des trois chercheurs, mériterait d'être réédité de façon plus scientifique. Dans les notes qui suivent, nous utilisons l'édition de Nağaf.

45 Pièce n° 227, p. 203 (3 vers et non 2 comme l'écrit Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 151, mètre mutaqārib, rime mah) rapportée notamment par Ibn al Mu‘tazz, Iṣfahānī, Baġdādī, Ibn Šahrāšūb, Ibn ‘Asākir et Ibn Kaṯīr.

46 N° 168, p. 159 (11 vers, mètre ṭawīl, rime qi), rapporté notamment par Iṣfahānī ; et n° 262, p. 244 (11 vers également, mètre ḫafīf, rime ya), rapporté par Iṣfahānī dans Aġānī et Maqātil.

47 N° 226, p. 202 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ma), rapporté par Baġdādī, Zağğāğī et Ibn ‘Asākir.

48 N° 255, p. 239 (23 vers, mètre basīṭ, rime ni), rapporté par Iṣfahānī et Ibn ‘Asākir.

49 N° 195, p. 185 (4 vers, mètre mutaqārib, rime li), rapporté par Ṣūlī.

50 N° 117, p. 132 (4 vers, mètre basīṭ, rime sa), rapportée par Iṣfahānī, Maqātil.

51 N° 185, p. 173 (8 vers, mètre wāfir, rime lu), rapporté par Ṭabarī.

52 Voir entre autres sources Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, p. 20.

53 Ši‘r, p. 87 ; al-Šak‘a affirme qu'Ibn Harma doit être considéré comme mutašayyi‘ “pro-šī‘ite” plutôt que comme šī‘iyyan “šī‘ite”.

54 Haddāra, Ittiğāhāt, p. 353.

55 Il est probable que sur les 20 000 vers qu'Ibn Harma aurait composés, ceux qui se rapportaient aux ·ī‘ites étaient bien plus nombreux que ceux cités ci-dessus.

56 Dans le poème n° 253, p. 229 il prie Dieu de lui permettre, avant sa mort, de s'enivrer assez pour entendre les enfants crier “Ô l'ivrogne”.

57 Quatre vers (mètre ramal, rime yah), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, IX, p. 205, et Iṣfahānī, Maqātil, p. 249.

58 Cinq vers (mètre ṭawīl, rime di), rapportés par Iṣfahānī, Maqātil, p. 245.

59 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime bi), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 230, qui est repris par al-‘Āmilī, VII, p. 261 et cité par Ġiyaḍ, Tašayyu‘, p. 145.

60 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés par Ibn Qutayba, ‘Uyūn, III, p. 115 ainsi que par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 212, que reprend al-‘Āmilī, VII, p. 261 et que cite Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 112. Ils sont rapportés sous le nom d'al-‘Iğlī.

61 Six vers (mètre ṭawīl, rime qi), rapportés par Ibn ‘Ayyāš, Muqtaḍab, p. 54, et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 278 que reprennent al-‘Āmilī, A‘yān, VII, p. 261-262 et Ġiyāḍ, Tašayyu‘, p. 145.

62 Trois vers (mètre munsariḥ, rime ti), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 230.

63 Al-Ḫuraybī : habitant d'al-Ḫurayba, un lieu-dit à Baṣra. ‘Abd Allāh b. Ayy‚b est aussi appelé al-Ǧuzaynī (d'al-Ǧuzayn, un village de la montagne de ‘Āmil), al-Ǧuraynī (d'al-Ǧurayn dans le Nağd), et al-Ḥuzaybī (diminutif pour désigner l'adepte d'un parti, ḥizb). Nous avons adopté la lecture choisie par al-‘Āmilī, XXXIII, p. 96-97.

64 Huit vers (mètre kāmil, rime qa), rapportés par Ibn ‘Ayyāš (Muqtaḍab, p. 53) que reprennent al-‘Āmilī (A‘yān, XXXIII, p. 97) et Ṣadr (Ta’sīs, p. 201).

65 Le troisième a surtout rapport à sa longévité (Ibn Ḫallikān, Wafayāt, V, p. 218).

66 Trois vers (mètre wāfir, rime lu), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 292 et Ibn Ḫallikān, Wafayāt, V, p. 220, que reprend al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXVIII, p. 83.

67 Trois vers (mètre mutaqārib, rime na), rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 292293, repris par al-‘Āmilī, XXXXVIII, p. 83.

68 En réalité, il s'agit de deux fragments (respectivement de 4 et 7 vers), composés sur le même mètre (ṭawīl) et la même rime (bu) ; tous deux sont rapportés par al-‘Āmilī (A‘yān, XXIV), le premier p. 128 sans indication de source et le second p. 188, avec renvoi à Ǧāḥi˙, Ḥayawān, VII, p. 122 (5-11) et Burṣān, p. 357 (10). Comme le note al-‘Āmilī, ce peut être deux fragments d'un même poème.

69 Le premier hémistiche du vers 10 présentait plusieurs variantes (voir le texte arabe) ; nous avons choisi celle d'al-Burṣān de Ǧāḥi˙ où il est fait allusion à la coutume, chez certains, d'enterrer le mort sur sa main gauche afin qu'il ne prenne pas son “livre” avec elle ( ?).

70 Poème de 28 vers (mètre ḫafīf, rime li), cité notamment par Ǧāḥiẓ dans Bayān, Ḥayawān et Burṣān, par Iṣfahānī dans Maqātil et par al-Nāšī al-Akbar dans son Uṣūl al-niḥal al-latī iḫtalafa fīhā ahl al-salat que nous n'avons pas pu consulter. Ch. Pellat a essayé, le premier, d'en donner une reconstitution et une traduction annotée (“Essai de reconstitution d'un poème de Ma‘dān a·-Šumaytī”, Oriens, vol. 16, 1963, p. 99-109 = Pellat, “Essai”) ; J. Van Ess (dans Der Islam, XLVII, janvier 1971) a publié six autres vers, découverts dans un manuscrit du Kitāb uṣūl al-niḥal d'al-Nāšī. Enfin Ch. Pellat, utilisant l'addition de J. Van Ess ainsi qu'un autre fragment, et aussi deux vers qu'il avait trouvés dans le Kitāb al-Burṣān de Ǧāḥi˙, a repris son premier article dans une note d'Arabica (tome XXII, fasc. 3, 1975, p. 300-302). Dans notre Corpus en arabe, nous nous sommes contenté de donner le texte du poème tel que l'établit Ch. Pellat, sans reproduire l'apparat critique.

71 Selon Ibn al-Nadīm, le Dīwān de Sudayf b. Maymūn comportait trente feuillets ; aujourd'hui nous avons seulement vingt pièces (au total 99 vers) que Raḍwān Mahdī al-‘Abbūd a réunies à partir de sources nombreuses et diverses. Citons les plusimportantes ; parmi les anciennes, nous trouvons : Ibn al-Mu‘tazz (Ṭabaqāt) et Iṣfahānī (Aġānī : 6 pièces), Ibn ‘Abd Rabbih (‘Iqd : 5 pièces) et Ibn Qutayba (Ši‘r : 4 pièces) ; parmi les modernes ou les contemporains : al-‘Āmilī (A‘yān : 13 pièces). Ces vingt pièces, telles qu'elles ont été reconstituées, sont de longueur inégale. Cinq seulement peuvent être considérées comme des qaṣīda-s. Les quinze autres comptent de 1 à 6 vers. Ce fait pourrait être expliqué par la perte d'une partie des poèmes de Sudayf. Par ailleurs, Sudayf utilise 8 mètres. Viennent en tête le kāmil et le ḫafīf (5 pièces) puis le basīṭ (4 pièces) et le ṭawīl (2 pièces) ; enfin le madīd, le wāfir, le ramal et le mutaqārib (1 pièce). À la rime, Sudayf utilise onze lettres : le ḥa, le dāl, le sīn et le ha (1 fois).

72 Le Dīwān de Dīk al-Ǧinn a connu à ce jour deux éditions : la première, celle de Mallūḥī et Darwī· (Ḥimṣ, 1960), n'est pas bonne ; elle contient 417 vers répartis en 109 pièces. La seconde, de Maṭl‚b et Ǧubūrī (Beyrouth, 1964), utilise la première et l'améliore ; c'est à elle que nous nous référons ; elle regroupe 150 pièces (soit 696 vers), classées sous quatre rubriques :

  1. Poèmes šī‘ites : 8 pièces (numérotées de 1 à 8), soit 154 vers ;
  2. Poèmes divers : 39 pièces (de 1 à 39), soit 280 vers ;
  3. Un premier supplément de 84 pièces (de 1 à 84), soit 231 vers ;
  4. Un second supplément de 19 pièces (de 85 à 103), soit 31 vers.

Les pièces sont de longueur inégale ; les pièces très courtes prédominent (43 pièces d'un seul vers et 33 pièces de deux) ; seules 23 pièces ont plus de sept vers (trois ont 28 vers et une en a 50). Il est difficile de savoir si les pièces courtes le sont d'origine, ou bien si elles sont les vestiges de poèmes plus longs. Par ailleurs le poète utilise 12 mètres : kāmil (40 fois), ṭawīl (28), basīṭ (25), wāfir (16), ḫafīf (14), sarī‘ (10), munsariḥ (7), rağaz (4), hazağ et mutaqārib (2), et enfin madīd et ramal (1 fois). On trouve 19 lettres à la rime : (26 fois), ba et mīm (21), lām et nūn (13), dāl (9), ha et (8), qāf (7), ta (6), sīn (5), hamza et ha (3), ya (2), et enfin ṯa, ğīm, zāy, ṣād, ḍā et ‘ayn (1 fois).
La classification par thèmes donne le résultat suivant :
Image img01.jpg

73 Dans le Dīwān, il s'agit des huit “poèmes šī‘ites” : n° 1 (50 vers, mètre munsariḥ, rime ), n° 2 (27 vers, mètre basīṭ, rime ra), n° 3 (15 vers, mètre kāmil, rime ra), n° 4 (15 vers, mètre kāmil, rime ri), n° 5 (12 vers, mètre mutaqārib, rime lam), n° 6 (7 vers, mètre kāmil, rime ta), n° 7 (une urğūza de 20 vers), n° 8 (8 vers, mètre kāmil, rime nūn), auxquels s'ajoutent trois pièces du premier supplément : n° 39 (1 vers, mètre ṭawīl, rime ra), n° 58 (1 vers, rağaz de rime ba) et n° 63 (4 vers, mètre kāmil, rime mīm), qu'il faut supprimer pour le restituer à Di‘bil.

74 Cette œuvre ne paraissant pas avoir été réunie anciennement en un dīwān, Abū al-Su‘‚d Ḥamīdī a essayé de la reconstituer et de l'étudier dans un C. A. R., préparésous notre direction et soutenu en juin 1982 à la Faculté des Lettres de Tunis. Nous nous en inspirons dans notre synthèse sur al-‘Abdī. Parmi les trente-trois pièces ainsi réunies (soit 302 vers), les n° 2 et 5 (102 vers) sont également attribuées à ‘Alī b. ‘Ubayd Allāh al-Basīṭ et il y est question du 12e imām ; demême le n° 14 (6 vers) se voit aussi attribuer à Yaḥyā b. Bilāl al-‘Abdī, le n° 26 (3 versmanifestement šī‘ites) à Ibn Mayyās al-Murādī et le n° 33 (4 vers) à al-Mufağğa al-Baṣrī ; cela fait cinq poèmes qui doivent être écartés. Il nous reste donc vingt-huit poèmes ou fragments (au total 187 vers), qui peuvent être authentiques, même s'ils sont transmis seulement par des sources šī‘ites, notamment Ibn Šahrā·‚b (Manāqib), que reprennent ‘Āmilī, A‘yān et ‘Amīnī, Ġadīr. Naturellement nous tiendrons compte de ce fait dans nos conclusions générales sur la transmission de lapoésie šī‘ite. Notons d'autre part que ces pièces, de longueur très inégale, sont pourla plupart très courtes, 20 d'entre elles ne dépassant pas les cinq vers. Est-ce là une tendance d'al-‘Abdī ? Ou bien devons-nous envisager la perte de certaines parties de ses poèmes. Par ailleurs, le poète utilise neuf mètres : le basīṭ (6 fois), le ṭawīl et le ḫafīf (5), le wāfir (4), le kāmil (3), le ramal (2) et enfin le rağaz, le muğtaṯ et le sarī‘ (1). À la rime, on trouve douze lettres : (6 fois), mīm (4), bā, nūn et ha (3), ‘ayn et (2), et enfin alif maqṣūra, ta, dāl, qāf et lam (1).

75 N° 18, vers 15 et 17, n° 28, vers 17 et n° 31, vers 2.

76 N° 3, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 8.

77 N° 19, vers 3-6 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 294.

78 N° 26, vers 5 et n° 33, vers 1.

79 N° 1, vers 18-22 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 307.

80 N° 1, vers 2-3 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 9.

81 N° 32, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 23.

82 N° 23, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 986.

83 N° 11, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 257.

84 N° 13, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 272.

85 N° 28, vers 13 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 272.

86 N° 21, vers 2 et 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 274.

87 N° 23, vers 2 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 386.

88 N° 1, vers 8 et 10-14 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 179 et 334.

89 N° 2, vers 1-8 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 232.

90 N° 31, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 90.

91 N° 1, vers 8 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 179.

92 N° 9, vers 4 et 18 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib.

93 N° 6, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 70.

94 N° 7, vers 5 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 312.

95 N° 7, vers 7 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 312.

96 N° 16, vers 4 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, XXXV, p. 52.

97 N° 9, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p. 308.

98 N° 28, vers 9 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 443.

99 N° 16, vers 4 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 159.

100 Muḥammad, homme de mérite, le meilleur des humains dont le miracle est l'ascension (n° 13, vers 1, n° 1, vers 23 etn° 18, vers 3) ; Fāṭima la meilleure des femmes, pure et bien éduquée (n° 15, vers 4, n° 15, vers 2).

101 N° 22, vers 1, 2, 6 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 172.

102 N° 6, vers 1 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 70.

103 N° 22, vers 5 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 172.

104 Voir notamment Iṣfahānī, Aġānī, Ṯaqāfa, VII, p. 252 et de Meynard, “Le Seid” respectivement p. 176-177 et Dīwān d'al-Sayyid, p. 14.

105 de Meynard, “Le Seid”, p. 178.

106 Pellat, Milieu, p. 202.

107 Ibidem, note 7 (d'après Iṣfahānī, Aġānī, VIII, p. 15).

108 Voir notamment la pièce n° 165 du Dīwān, p. 395-396 et les circonstances de sa composition.

109 Voir la pièce n° 151, p. 372-373 et aussi l'introduction du Dīwān d'al-Sayyid, p. 54-25.

110 Voir Pellat, Milieu, p. 203, note 4 ; Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 20.

111 Voir Iṣfahānī, VII, p. 16-17 et Pellat, Milieu, p. 202, et note 10.

112 Pellat, Milieu, p. 203.

113 Voir ci-dessous dans le chapitre, les notes 169 et 172.

114 Voir ci-dessous la note 169 et les circonstances de composition des poèmes en question.

115 Voir plus loin les notes 143 à 151, à propos de l'analyse des poèmes imāmites.

116 Voir de Meynard, “Le Seid”, p. 224-225, et le Dīwān, Introduction, p. 30-31.

117 Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 709) affirme avoir vu deux volumes de poèmes sur rime (au total 300 feuillets) ; d'autres volumes (au total 200 feuillets) contenaient ses “kaysāniyyāt” ; son œuvre poétique entière (mağmū‘an) occupait 500 feuillets (on sait que le feuillet contenait à peu près 25 lignes ou vers).

118 Les principales sources utilisées par l'éditeur du dīwān peuvent être chronologiquement ainsi classées. a) Sources antérieures au ve/xie siècles : Ǧāḥiẓ, Ḥayawān (3 pièces) ; Mabarrid, Kāmil (1 p. ) ; Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt (6 p. ) ; Nawbaḫtī, Firaq (2 p. ) ; Ibn ‘Abd Rabih, ‘Iqd (4 p. ) ; Kaššī, Riğāl (1 p. ) ; Mas‘ūdī, Murūğ (3 p. ) ; Iṣfahānī, Aġānī (38 p. ) ; Ibn Babawayh, Ikmāl (3 p. ) ; Marzubānī, Muwaššaḥ et al-Sayyid (7 p. ) ; Āmidī, Ibāna (5 p. ) ; Mufīd, Fuṣūl et Iršād (4 p. ) ; Baġdādī, Firaq (1 p. ) ; Murtaḍā, Amālī (3 p. ). b) Sourcespostérieures au ve/xie siècles : Ibn Šahrāšūb, Manāqib (112 p. ) ; Yāqūt, Buldān (2 p. ) ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ (2 p. ) ; Ibn Šākir, Fawāt (5 p. ) ;‘Āmilī, A‘yān (140 p. ) et enfin Amīnī, Ġadīr (67 p. ). Il apparaît donc que Iṣfahānī (Aġānī) et Ibn Šahrāšūb (Manāqib) chez les anciens sont les principales sources de la poésie d'al-Sayyid ; ‘Āmilī (A‘yān) les reprend et ajoute en exclusivité 14 pièces. Nous sommes donc conduits à douter de l'authenticité de cette poésie, comme le note justement Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 323, note 1).

119 L'ordre des mètres s'établit ainsi : ṭawīl (41 fois), kāmil (37), basīṭ (36), wāfir (30), ḫafīf et mutaqārib (18), sarī‘ (17), rağaz (10), ramal (8), munsariḥ (4), et hazağ (2 fois).

120 L'ordre des rimes s'établit ainsi : ra (42 fois), dāl (25), lām (25), nūn (25), mīm (23), ba (22), ya (14), hamza (8), ‘ayn (6), ta, ha et qāf (5), kāf (4), (3), alif maqṣūra, sīn et ha (2), et enfin ğīm, sīn et wāw (1 fois).

121 a) n° 11, p. 68 (4 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 22, p. 118 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ba) ; c) n° 44, p. 158 (4 vers, mètre ṭawīl, rime da) ; d) n° 100, p. 250 (5 vers, mètre ramal, rime ri) ; e) n° 103, p. 253 (8 vers, mètre ṭawīl, rime ri).

122 a) n° 57, p. 180 (3 vers, mètre ḫafīf, rime di) ; b) n° 217, p. 475 (3 vers, mètre kāmil, rime di).

123 N° 137, p. 388 (mètre ḫafīf, rime li).

124 a) n° 214, p. 474 (2 vers, mètre ṭawīl, rime nu) ; b) n° 219, p. 475 (2 vers, mètre basīṭ, rime šu).

125 a) n° 215, p. 474 (1 vers, mètre wāfir, rime na) ; b) n° 216, p. 475 (2 vers, mètre basīṭ, rime hu) ; c) n° 218, p. 475 (2 vers, mètre kāmil, rime ru) ; d) n° 220, p. 475 (2 vers, mètre ṭawīl, rime ka).

126 N° 58, p. 180 (2 vers, mètre sarī‘, rime di).

127 a) n° 30, p. 135 (6 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 91, p. 238 (11 vers, mètre basīṭ, rime ri) ; c) n° 142, p. 345 (2 vers, mètre basīṭ, rime li).

128 Voir ci-dessus note 110.

129 6 pièces (55 vers) : a) n° 32, p. 138 (13 vers, mètre kāmil, rime ti) ; b) n° 81, p. 227 (14 vers, mètre sarī‘, rime ri) ; c) n° 83, p. 230 (10 vers mètre basīṭ rime ri) ; d) n° 84, p. 232 (5 vers, mètre basīṭ, rime ri) ; e) n° 85, p. 233 (5 vers, mètre mutaqārib, rime ru) ; f) n° 141, p. 432 (8 vers, mètre sarī‘, rime li).

130 N° 86, p. 234 (3 vers, mètre basīṭ, rime ri).

131 4 fragments (17 vers) : a) n° 46, p. 163 (4 vers, mètre wāfir, rime da) ; b) n° 55, p. 177 (3 vers, mètre kāmil, rime du) ; c) n° 82, p. 229 (7 vers, mètre mutaqārib, rime ru) ; d) n° 88, p. 237 (3 vers, mètre basīṭ, rime ri).

132 2 pièces (5 vers) : a) n° 185, p. 441 (2 vers, mètre basīṭ, rime ni) ; b) n° 193, p. 449 (3 vers, mètre kāmil, rime ni), où il dénigre notamment Abū Bakr qu'il qualifie de “mangeur de mouches”.

133 5 pièces (172 vers) : a) n° 19, p. 83-114 (113 vers : 1-12 : prélude amoureux, 12-28 : satire, 28-113 : éloge de ‘Alī ; mètre kāmil, rime bi) ; b) n° 52 (rağaz, rime de 2 vers, p. 173) ; c) n° 97, p. 247 (2 vers, mètre basīṭ, rime ru) ; d) n° 181, p. 428 (52 vers, mètre wāfir, rime na : vers 3-9 contre ‘Ā’iša, vers 9-52 éloges de ‘Alī) ; e) n° 196, p. 455 (3 vers, mètre wāfir, rime ha).

134 3 pièces (19 vers) : a) n° 145, p. 345 (6 vers, mètre wāfir, rime li) ; b) n° 175, p. 420 (11 vers, mètre basīṭ, rime na) ; c) n° 179, p. 427 (2 vers, mètre wāfir, rime na).

135 N° 162, p. 391 (8 vers, mètre kāmil, rime mi).

136 N° 40, p. 149 (10 vers, mètre kāmil, rime hi).

137 Si, suivant l'opinion de Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 345) et contrairement à celle de de Meynard (“Le Seid”, p. 245) et de l'éditeur du Dīwān (p. 17), nous écartons la pièce n° 2 (p. 50 ;12 vers, mètre wāfir, rime ‘u) attribuée aussi à Kuṯayyir (voir notice 165), les sentiments kaysānites d'al-Sayyid s'exprimentdans sept pièces (69 vers) : a) n° 1, p. 49 (13 vers, mètre wāfir, rime u) ; b) n° 12, p. 68 (3 vers, mètre ṭawīl, rime bu) ; c) n° 35 (et non 24, comme dit Qāḍī, Kaysāniyya, p. 345), p. 144 (3 vers, mètre ṭawīl, rime ti) ; d) n° 51, p. 173 (2 vers, mètre kāmil, rime dāl) ; e) n° 59, p. 181 (26 vers, mètre wāfir, rime du) ; f) n° 117, p. 292 (4 vers, mètre kāmil, rime qu) ; g) n° 155, p. 381 (18 vers, mètre wāfir, rime ma). Ce nombre est très inférieur aux 5 000 vers que supposeraient les indications données par Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 709) qui affirme que les Kaysāniyyāt occupaient 200 feuillets.

138 Kaysāniyya, p. 351.

139 Voir n° 59, p. 181-184 (26 vers, mètre wāfir, rime du), vers 4-15.

140 N° 155, p. 378-381 (18 vers, mètre wāfir, rime ), vers 10.

141 Plusieurs vers dans les sept pièces concernant Ibn al-Ḥanafiyya, voir note 137.

142 Notamment les vers 12 et 13 de la pièce 1 et les vers 14-18 de la pièce 155.

143 Huit pièces, soit 95 vers : a) n° 20, p. 114 (21 vers, mètre ṭawīl, rime bi) ; b) n° 68, p. 202 (10 vers, mètre ṭawīl, rime ru) ; c) n° 120, p. 295 (6 vers, mètre ṭawīl, rime qu) ; d) n° 148, p. 332 (14 vers, mètre kāmil, rime lih) ; e) n° 149, p. 355 (17 vers, mètre wāfir, rime mu) ; f) n° 171, p. 409 (6 vers, mètre ramal, rime mah) ; g) n° 186, p. 441 (7 vers, mètre mutaqārib, rime ni) ; h) n° 195, p. 453 (14 vers, mètre rağaz, rime ha).

144 Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 339-344), qui doute qu'al-Sayyid soit passé à la secte imāmite, conteste l'attribution des pièces n° 149 (qui cite les douze imāms et daterait selon elle de la seconde moitié du 3e siècle), n° 171 (dont l'auteur ne croit qu'à l'imāmat de Zayn al-‘Ābidīn) et n° 186, ainsi que celle des pièces n° 120 et même n° 68, reprenant divers arguments, et notamment l'argument qui se fonde sur le style de ces poèmes et qu'utilise Iṣfahānī pour récuser toutes les pièces imāmites qui ne ressemblent pas aux pièces kaysānites d'al-Sayyid. Cf. de Meynard, “Le Seid”, p. 245-253.

145 Pièces n° 20, p. 114-117 (21 vers, mètre ṭawīl, rime bi ; vers 5) et n° 68 (vers 4 et 7).

146 Pièce n° 120, p. 295 (6 vers, mètre mutaqarib, rime qi ; vers 3).

147 Pièce n° 148, p. 352-354 (14 vers, mètre kāmil, rime lām ; vers 2, 10 et 11).

148 Pièce n° 148 (vers 4 à 8).

149 Pièce n° 148 (vers 9 et 12).

150 Pièce n° 148 (vers 13).

151 Pièces n° 149, p. 355-369 (17 vers, mètre wāfir, rime mu) et 195, p. 453-454 (mètre sarī‘ rime hu).

152 Alors que Widād al-Qāḍī les rejette catégoriquement, l'éditeur du Dīwān, Šākir Hādī Šukr, qui est imāmite, justifie leur attribution par le fait que le poète, en tant que šī‘ite, reçoit l'information directement de l'imām infaillible comme il la reçoit du Prophète lui-même (Dīwān, p. 355).

153 Pièces n° 4, p. 52 (7 vers, mètre kāmil, rime ‘u) et n° 105, p. 253 (4 vers, mètre sarī‘, rime rah).

154 Notamment le rağaz n° 7, p. 61 (2 vers, rime ‘i).

155 N° 200, p. 462 (4 vers, mètre kāmil, rime ‘u).

156 N° 200, p. 462 (4 vers, mètre kāmil, rime ) et n° 212, p. 473 (un vers, mètre ḫafīf, rime ‘i).

157 Notamment n° 36, p. 144 (4 vers, mètre basīṭ, rime li) ; n° 98, p. 248 (7 vers, mètre ḫafīf, rime ru) et n° 194, p. 450 (13 vers, mètre mutaqārib, rime ni).

158 Widād al-Qāḍī (Kaysāniyya, p. 328) ne retient qu'une pièce : le n° 210, p. 470.

159 Voir un fragment que présente Widād al-Qāḍī, Kaysāniyya, p. 329, note 2 (3 vers, mètre ḫafīf, rime da).

160 Voir n° 221, p. 476 (2 vers, mètre ḫafīf, rime la).

161 Tābuk : n° 124, p. 238 (4 vers, mètre mutaqārib, rime ka) ; Ḫaybar : n° 205 (3 vers, mètre kāmil, rime ya) ; Badr : n° 189, p. 445 (11 vers, mètre ḫafīf, rime ni).

162 Un aigle l'aurait empêché de mettre une de ses chaussures où s'était caché un serpent : n° 146, p. 349 (rağaz de 4 vers, rime li) ;‘Alī aurait salué les gens de la caverne et reçu leur salut : n° 160, p. 389 (2 vers, mètre ṭawīl, rime maha) ; un plat vide se serait brusquement rempli de viande un jour que le Prophète avaitrendu visite à ‘Alī chez lui : n° 197, p. 456 (10 vers, mètre ṭawīl, rime wi) ; ‘Alī aurait même remplacé Muḥammad, qui était endormi, pour recueillir les Paroles de Dieu transmises par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.

163 Notamment n° 49, p. 168 (7 vers, mètre mutaqārib, rime da) ; n° 34, p. 142 (2 vers, mètre wāfir, rime hu) et n° 79, p. 225 (un vers, mètre ṭawīl, rime ra).

164 Il serait fastidieux de les identifier toutes ; nous nous contentons d'en donner les numéros : 26, 27, 47, 54, 65, 75, 93, 104, 108, 127, 133, 138, 166, 170, 173, 177, 198, 202 et 203. Il faut noter que la plupart de ces pièces ne figurent que dansdes sources tardives ou postérieures au vie/xiie siècle ; elles sont donc très probablement apocryphes, mais gardent néanmoins beaucoup de valeur, car elles témoignent de la vogue persistante du thème.

165 N° 71, p. 207 (10 vers, mètre wāfir, rime ru).

166 N° 165, p. 395-369 (5 vers, mètre mutaqārib, rime mīm) et n° 169, p. 407 (5 vers, mètre ṭawīl, rime mīm).

167 N° 106, p. 258 (9 vers, mètre sarī‘, rime sa).

168 N° 187, p. 242 (3 vers, mètre basīṭ, rime ni).

169 N° 168, p. 406 (11 vers, mètre sarī‘, rime mi) et n° 154, p. 378 (11 vers, mètre kāmil, rime mi).

170 Qāḍī, Kaysāniyya, p. 352-353.

171 Pellat, Milieu, p. 203.

172 N° 183, p. 457 (2 vers, mètre wāfir, rime na).

173 Il aurait existé deux recueils anciens de cette œuvre : le Dīwān d'al-Namarī, qui, selon Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 238), comprenait 100 feuillets, et Iḫtiyār ši‘r Manṣūr al-Namarī, dû à Aḥmad b. Ṭāhir (mort en 280/983) et cité par Yāqūt (Iršād, I, p. 155) ; l'un etl'autre semblent irrémédiablement perdus. Dans le cadre de nos recherches sur la poésie šī‘ite, nous avons essayé, avec l'aide de deux amis iraqiens, Ḥātim al-Ḫāmin et M. Ǧabbār al-Mu‘aybid, que nous remercions ici, de reconstituer ce Dīwān ; en dépouillant une soixantaine de sources, nous avons pu réunir 57 poèmes ou fragments (au total quelque 386 vers), que nous avons publiés, précédés d'une étude sur la vie et l'œuvre de Manṣūr al-Namarī (Publications de l'Académie Arabe de Damas, 1401/1981 ; c. r. de Šākir al-Faḥḥām, dans M.M.I.A., LVI, oct 1981, et de M. Ya‘lāwī dans Ḥawliyyāt al-Ǧāmi‘a al-Tūnisiyya, XXI, 1982). Cette étude et notre article in EI2, VI, p. 423-424 nous dispensent d'analyser ici cette œuvre poétique.

174 Neuf pièces (69 vers) rapportées surtout par des sources šī‘ites : n° 13 (1 vers, mètre ṭawīl, rime ) ; n° 36 (3 vers, mètre kāmil, rime li) ; n° 39 (16 vers, mètre munsariḥ, rime lam) ; n° 41 (28 vers, mètre wāfir, rime li) ; n° 47 (4 vers, mètre basīṭ rime mi) ; n° 51 (8 vers, mètre sarī‘, rime ni) ; n° 54 (3 vers, mètre sarī‘, rime yah) ; n° 55 (2 vers, mètre sarī‘, rime yih), et n° 57 (4 vers, mètre wāfir, rime ya).

175 Mètre ṭawīl, rime ru, rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 178.

176 Mètre kāmil, rime ri ; rapportés, sans indication de sources, par al-‘Āmilī, A‘yān, XXV, p. 77.

177 Mètre kāmil, rime mah ; rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 77, d'après Ibn Šahrāšūb sans autre précision.

178 Quatre vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par de nombreuses sources presque toutes šī‘ites (notamment Ibn Bābawayh, ‘Uyūn, II, p. 142 ; Ṭabarī, Bišāra, p. 97 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 366).

179 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés par Ibn Šahrāšūb, IV, p. 212.

180 a) Un fragment de huit vers (dont les quatre premiers se trouvent dans le Dīwān, éd. Sadir, p. 587 ; mètre kāmil, rime mu), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p. 165. b) Un rağaz de 2 vers (rime i‘), ibid., p. 166.

181 Trois vers (mètre ṭawīl, rime bu), cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 76.

182 Cinq vers (mètre ḫafīf, rime hi), rapportés par diverses sources šī‘ites (notamment Ibn Bābawayh, ‘Uyūn, II, p. 141 ; al-Marzubānī, Aḫbār, p. 113 ; Ṭabarī, Bišāra, p. 97 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 342).

183 Cinq vers (mètre kāmil, rime ‘i), cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIV, p. 78.

184 Mètre basīṭ, rime ri ; rapportés par al-‘Āmilī (d'après le Kitāb mağālis al-mu’minīn) que nous n'avons pu consulter.

185 ‘Abd al-‘Āl, dans Ḥarakāt (passim, mais surtout p. 110) explique le libertinage de Muṭī‘ par son adhésion aux principes des sous-sectes extrémistes šī‘ites, les ḫaṭṭābiyya et les ğanāḥiyya. Telle est aussi, mais énoncée avec plus de prudence, l'opinion de Haddāra, (Ittiğāhāt, p. 246-247), et surtout celle de Grunebaum (Šu‘arā’ ‘abbasiyyūn, p. 18-19) qui ne retient finalement qu'une certaine tendance au šī‘isme.

186 Muṭī‘ b. Iyās est le 171e des 198 poètes présentés par al-Ṣan‘ānī dans son Nasama (VIII, p. 1245-1275), encore manuscrit.

187 Le dīwān de Muṭī’, cité par Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 162), est probablement perdu. G. von Grunebaum l'a en partie reconstitué : il a réuni 78 pièces, ou en vérité 77 car le n° 78 n'est autre qu'une partie du n° 53, après quoi Iḥsān ‘Abbās en a publié trois autres. Nous avons donc de Muṭī‘ b. Iyās 80 poèmes, ce qui fait un total de 436 vers. De plus Grunebaum doute de l'attribution de certaines pièces à Muṭī‘ si bien qu'il ramène sa production à 391 vers. Cependant nous ne tiendronspas compte de ces restrictions dans les remarques qui suivent. Ces pièces, toutes glanées dans Ibn al-Mu‘tazz (Ṭabaqāt), Mas‘ūdī (Murūğ), Šabuštī (Diyārāt) et Baġdādī (Ḫizāna), sont de longueur inégale : 64 comptent moins de 6 vers, avec toujours la même question : est-ce le fait d'une tendance propre au poète, ou bien ne s'agit-il que de vestiges de poèmes originellement plus longs ? Le poète utilise 13 mètres, avec une prédilection pour les mètres dits légers : ḫafīf (20 fois), kāmil (9 fois), wāfir, sarī‘ et ramal (7), munsariḥ (6), basīṭ, hağaz et ṭawīl (5), muğtaṯ et rağaz (3), mutaqārib (2) et madīd (1). On trouve 19 lettres à la rime : (16 fois), dāl (11), nūn (10), ba (9), lām (6), mīm (4) hamza, ḥa (3), ta, ğīm, ḏāl, ‘ayn, fā, qāf, kāf et (2), et enfin šīn, ta (1 fois). Pour mettre en relief l'apport minime de Muṭī‘ à la poésie šī‘ite, le classement par genres donne le résultat suivant :
Image img02.jpg

188 Pièce n° 33 (3 vers, mètre kāmil, rime ri), rapportée notamment par Iṣfahānī, Aġānī.

189 Ibn al-Mu‘tazz, Ṭabaqāt, p. 38.

190 L'œuvre a été réunie et publiée dans la revue al-Balāġ (n° 4-6, Bagdad, 1393/1973) par Ḥātim al-Ḫāmin et Ḫiyā’ al-Dīn al-Ḥaydarī. Ce sont 53 pièces (totalisant 164 vers), plus cinq fragments d'attribution douteuse (12 vers) dont onne tient pas compte dans la répartition suivante ; le tout forme le Dīwān ou Ši‘r al-Ḫalīl, qu'on peut répartir ainsi :

  1. une pièce politico-religieuse (6 vers),
  2. une pièce laudative (2 vers),
  3. une pièce descriptive (4 vers),
  4. six pièces érotiques (20 vers),
  5. huit pièces satiriques (16 vers),
  6. trente-six pièces à caractère sapiential (116 vers). Cette prédominance de la poésie sapientiale confirme ce qu'on dit du Zuhd d'al-Ḫalīl.

191 À partir de sources diverses et multiples, M. Ibrāhīm al-Nağğār a essayé de réunir l'œuvre poétique attribuée à Ḫalaf. Il nous a ainsi fourni (Mağma‘ al-ḏākira, tome II, p. 11-120) un recueil de 25 poèmes ou fragments (au total 396 vers), dont plusieurs sont d'authenticité douteuse.

192 47 vers (mètre al-madīd, rime lu), rapportés exclusivement par al-Ḫālidiyyān (al-Ašbāh, II, p. 116-119), que Ḫalaf al-Aḥmar, par crainte, n'osait pas divulguer.

193 En effet al-Šafi‘ī est connu non seulement comme fondateur d'école, mais encore comme poète. Son dīwān (ou plus exactement les fragments poétiques qu'on conserve sous son nom) a reçu trois éditions, toutes défectueuses, surtout la première par Zihdī Yakan, Beyrouth, 1961. Dans la deuxième que nous utilisons, le dīwān compte 134 pièces (439 vers, auxquels il faut ajouter 3 vers glanés chez Qandūzī, Yanābī‘ : deux viennent compléter la pièce n° 132 et un la pièce n° 63). La classification de ces pièces donne le résultat suivant :
Image img03.jpg
Ce qui fait apparaître al-Šafi‘ī comme un ascète, ou un moraliste dans la pure tradition du sunnisme.

194 N° 28, 60, 67, 96, 97 et 132.

195 Dix vers (mètre munsariḥ, rime ‘u), rapportés notamment par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 86.

196 L'éditeur des Aḫbār aboutit à la même conclusion ; al-‘Āmilī note qu'il pourrait être originaire d'al-Šarāt qui est, selon Yāqūt (Buldān, III, p. 331) une montagne près de ‘Usfan.

197 Quatre vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par al-Marzubānī (Aḫbār, p. 114), repris par al-‘Āmilī (A‘yān, VIII, p. 375).

198 a) Deux vers (mètre ḫafīf, rime ti) ; b) deux vers (mètre sarī‘, rime ki), tous rapportés par Yāqūt (Udabā’, III, p. 4), repris par al-‘Āmilī (XX, p. 106).

199 Deux vers (mètre wāfir, rime lu) où le poète stigmatise le caractère prétentieux d'al-Ḥasan ; rapportés par Qifṭī (Muḥammadūna, p. 306) et Ṣafadī (Wāfī, III, p. 26).

200 Il s'agit d'al-Ḥasan b. Zayd b. al-Ḥasan b. ‘Alī b. Abī Ṭālib, mort en 168/784, qu'al-Manṣūr nomma gouverneur de Médine ; puis, craignant qu'il prît trop de pouvoir, il le destitua et le mit en prison ; il fut réhabilité par le calife al-Mahdī (voir Ziriklī, A‘lām, II, p. 205).

201 Quatre vers (mètre wāfir, rime ru), rapportés par Qifṭī (Muḥammadūna, p. 306)et Ṣafadī (Wāfī, III, p. 26).

202 Dans l'édition qu'en a donné al-Ḥassūn, le Dīwān groupe, outre 10 pièces (25 vers) dont l'attribution est contestée (p. 271-275), 130 pièces (et non 128, car deux n'ont pas été numérotées : n° 123 et n° 126), soit 1120 vers. On peut les répartir ainsi :
Image img04.jpg
Seules les pièces n° 62 de la première partie du Dīwān, et n° 4 et 8 de la seconde intéressent notre sujet ; plus exactement elles posent un problème par rapport à laprétendue appartenance du poète au mouvement šī‘ite

203 Le Dīwān d'Abū al-Šīṣ, qui comptait 150 feuillets d'après Ibn al-Nadīm (Fihrist, p. 230), est probablement perdu. ‘Abd Allāh al-Ǧubūrī, se fondant surtout sur Ibn Qutayba (Šu‘ara) et Ibn al-Mu‘tazz (Ṭabaqāt), a collectés 381 vers, répartisen 61 pièces de longueur inégale (les fragments de un à trois vers prédominent). Le poète recourt à 13 mètres : kāmil (12 fois), ṭawīl (11), basīṭ (10), sarī‘ (5), munsariḥ (6), sarī‘ (5), wāfir, ḫafīf et mutaqārib (3), ramal et rağaz (2), muğtaṯ et mutadarik (1). On trouve 17 lettres à la rime : dāl et (8 fois), ba (7), lām (6), qāf et mīm (5), sīn et nūn (4), ḍād et ha (3), ta (2) et enfin hamza, zāy, ta, ‘ayn, et kāf (une fois). Le poète traite les principaux genres suivants :
Image img05.jpg

204 Ǧābir ‘Abd al-‘Ālū qui dans son livre Ḥarakāt al-Šī‘a, consacre plusieurs pages à Abū al-‘Atāhiya (voir index), nie par ailleurs son zaydisme (p. 146). Cependant, par des interprétations qui nous paraissent forcées, il lui attribue une obédience rafidite (p. 147).
Nous formulons les mêmes réserves lorsque A. Guillaume écrit (EI2, I/III) :

“Dans certains de ces vers également comme
"si vous voulez voir le plus noble des hommes
cherchez un roi sous le dehors d'un indigent",
il se peut qu'il y ait quelque chose qui suggère un secret attachement à Mūsā al-Kāẓim et à la cause des Imāms šī‘ites encore puissante à Kūfa.”

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter