Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Première partie. La poésie šī‘ites : inventaire et analyse

Chapitre III. Œuvres de la troisième période (61/680 - 65/685)

Texte intégral

A- A PROPOS DE KARBALĀ

128- Al-Ṭirimmāḥ b. ‘Adī al-Ṭā’ī

  • 1 Neuf vers (rime ri), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 45-46 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 405 ; Ibn Š (...)
  • 2 Trois vers (rime bi) que rapporte Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 72.

1Cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVI, p. 326-327), al-Ṭirimmāḥ b. ‘Adī al-Ṭā’ī aurait guidé al-Ḥusayn dans sa marche vers Karbalā et combattu dans ses rangs jusqu'à sa mort. Pendant la bataille, il aurait composé deux raǧaz. Dans le premier1, l'amour des ‘Alides s'allie à la haine de leurs adversaires : le poète fait l'éloge de la famille du Prophète (Āl al-Rasūl) ; il en célèbre le courage et les exploits guerriers (vers 2, 3, 4), mais il insiste particulièrement sur ceux d'al-Ḥusayn ; c'est le noble et le magnanime (vers 5), le fils du Commandeur des Croyants, le pur et le protecteur contre les châtiments de la tombe ; le poète lui souhaite longue vie (vers 6 et 7) et supplie Dieu de le soutenir et de le faire triompher de ses ennemis, car ceux-ci sont des tyrans, des mécréants, surtout les descendants de Ṣaḫr (Mu‘āwiya et Yazīd) -deux êtres maudits - et Ibn Ziyād, un homme de mauvaise vie (al-‘uhr). Le deuxième fragment2 est de la même veine ; le poète allie le faḫr personnel à la haine des ennemis. En effet, fort de sa confiance en Dieu (vers 1, hémistiche 2), al-Ṭirimmāḥ souligne son courage, sa force et sa dureté (vers 1, hémistiche 1, vers 2 et 3, hémistiche 1) contre les tyrans (vers 3, hémistiche 2). En conclusion, ces deux raǧaz, même s'il ne s'agit que de quelques vers improvisés dans la bataille, expriment bien, dans une langue où le lexique guerrier et religieux prédomine, la fidélité à toute épreuve à la cause d'al-Ḥusayn et le sentiment de révolte qu'a suscité le drame de Karbalā contre les Umayyades, califes ou gouverneurs.

2Bibliographie

3Voir les deux notes.

129- Ḥabīb b. Muẓahhir al-Asadī

  • 3 Deux vers (rime da) rapportés en 3 šaṭr par Ṭabarī, Tārīḫ, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 75  (...)
  • 4 Quatre vers (rime ru) rapportés avec diverses variantes notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 66 ; (...)
  • 5 Vers 3 de la version de Ǧandūzī.

4Cité par al-‘Āmilī (A‘yān, XX, p. 66-76), Ḥabīb b. Muẓahhir (et non Muẓāhir ni Muṭāhir ou Maṭahhir) al-Āsadī al-Kindī al-Faq‘asī aurait pris parti pour ‘Alī et son fils al-Ḥasan ; il aurait été de ceux qui écrivirent de Kūfa à al-Ḥusayn pour l'inviter à prendre le pouvoir ; il mourut en combattant dans ses rangs à Karbalā en 61/681. Nous avons de lui deux raǧaz qui témoignent de son obédience šī‘ite. Dans le premier3, le poète, après avoir souligné l'infériorité numérique des partisans d'al-Ḥusayn, menace leur ennemis, parce que ceux-ci sont “plus mauvais par leur origine et leurs actions ”. Dans le deuxième4, le faḫr personnel et tribal est manifeste (surtout vers 1). Ḥabīb b. Muẓahhir y compare les partisans d'al-Ḥusayn et leurs adversaires, opposant une fois de plus la supériorité numérique des seconds et le courage, la vaillance, la compétence en toutes matières et la légitimité des droits des premiers. Une variante5, qui n'est probablement qu'une addition tardive, traite les adversaires d'al Ḥusayn de “pires des hommes et des mécréants”.

5Bibliographie

6Voir les trois notes, notamment al-‘Āmilī qui reproduit plusieurs sources anciennes, peu utiles il est vrai sur le plan poétique.

130- Zuhayr b. al-Qayn

  • 6 Trois vers (rime da), rapportés par Ǧandūzī, Yanābī, II, p.168 (ce fragment et le suivant sont tr (...)
  • 7 Quatre vers (rime ya), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 68 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 461 ; Ibn Ka (...)
  • 8 Quatre vers (ou 7 šaṭr, rime ni), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 67 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 4 (...)

7Classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p. 284-290), Zuhayr b. al-Qayn b. Qays al-Anmārī al-Baǧalī aurait été à ses débuts ‘uṯmānite et se serait rallié à al-Ḥusayn seulement à la fin de sa vie. Lui aussi mourut à Karbalā. Il nous a laissé trois raǧaz. Le premier6 et le troisième7 s'adressent à al-Ḥusayn ; le poète l'appelle au combat et semble prédire sa mort, puisqu'il lui annonce qu'il va retrouver ses parents ; en même temps il fait l'éloge de ceux-ci et affirme son obédience ‘alide. Le deuxième8 relève du faḫr personnel ; Zuhayr b. al-Qayn, tout en réitérant ses louanges à al-Ḥusayn, insiste sur sa volonté de le soutenir. En conclusion, ces trois fragments, rapportés presque exclusivement par des sources šī‘ites tardives, sont donc peut-être d'authenticité douteuse. Quoi qu'il en soit, ils s'intègrent à la poésie inspirée par le martyr de Karbalā et témoignent de la volonté šī‘ites de légitimer son combat et d'attirer à lui le plus grand nombre possible de sympathisants en les apitoyant sur son sort misérable, et aussi sur celui de ses prédécesseurs.

8Bibliographie

9Voir les notes.

131- Al-Ḥurr b. Yazīd al-Tamīmī

  • 9 Abū Miḫnaf (Maqtal, p. 77) lui attribue en outre un poème (mètre ṭawīl, rime mah) composé en fait (...)
  • 10 Un raǧaz de 2 vers de rime ri, rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 380 qui reprend Ibn al-Aṯīr, (...)
  • 11 Un raǧaz de 2 vers (rime fi), rapporté notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 78 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, (...)
  • 12 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 77-78, repris p (...)

10Al-Ḥurr b. Yazīd b. Nāǧia al-Yarbū ‘ī al-Tamīmī est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p. 368-386) ; il se rallia à al-Ḥusayn b.‘Alī, alors qu'il commandait l'avant-garde des troupes que ‘Ubayd Allāh b. Ziyād avait envoyées contre celui-ci, sous les ordres de ‘Umar b. Sa‘d b. Abī Waqqāṣ. Il participa donc à la bataille de Karbalā dans les rangs d'al-Ḥusayn, et c'est là qu'il mourut en 61/681. Les quatr9 fragments que nous conservons de lui dateraient de cette bataille. Le premier10 est un raǧaz de pur faḫr personnel. Le poète se compare à un lion et exalte ses qualités de noblesse et de courage. On retrouve le même faḫr dans deux autres pièces11, mais allié à l'éloge et à la satire : certes elles célèbrent la générosité et le courage de l'auteur, mais en même temps, elles affirment sa fidélité à al-Ḥusayn b. ‘Alī, un être noble (māǧid), en qui on met son espoir (mu’ammal), le meilleur des habitants d'al-Ḫayf ; enfin elles expriment la haine contre ses ennemis. Même fidélité à al-Ḥusayn et mêmes invectives contre ses ennemis apparaissent dans le dernier fragment12, cependant qu'al-Ḥurr b. Yazīd, soulignant la fatalité de la mort, appelle à soutenir le “fils d'al-Muṣṭafā (le prophète élu) et sa famille» ; ceux qui ont désobéi à Dieu et voulu «détruire la religion et tuer Āl Muḥammad» ont échoué.

11Bibliographie

12Outre les sources citées en note, voir :

13– Mas‘ūdī, Murūǧ, Index

14– J.M. Kister, EI2, III, p. 608.

132- Nāfi‘ b. Hilāl al-Baǧalī

  • 13 Un vers (rime li), rapporté par Mufīd, Iršād, p. 265, Ṭabarī, Tārīḫ, II, p. 441 et Ibn Kaṯīr, Bidā (...)
  • 14 Deux vers (rime li), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.104.
  • 15 Trois vers (rime quha), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 69 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.184.

15On ne sait pratiquement rien de Nāfi‘ b. Hilāl al-Bamalī ( ?) ou al Baǧalī ; il aurait participé dans les rangs d'al-Ḥusayn à la bataille de Karbalā et y serait mort après avoir tué plusieurs soldats des troupes de ‘Umar b. Sa‘d (douze selon Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p. 184 ; soixante-dix d'après Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 69). On lui attribue trois courts raǧaz. Le premier13, qu'il aurait gravé sur son épée, est une sorte de profession de foi où Nāfi‘ se vante d'être de la même religion que ‘Alī (‘alā dīni ‘Alī). Dans le second14, qui est de la même veine, le poète se déclare partisan d'al-Ḥusayn b. ‘Alī et proclame, dans un faḫr personnel et tribal, son appartenance au clan de Baǧīla, la tribu yéménite ; puis il menace ses adversaires et souhaite bonne fin à sa propre action. Les menaces contre l'adversaire se poursuivent dans la dernière pièce conservée15 ; il s'en dégage la volonté de détruire l'ennemi, teintée d'un certain pessimisme devant la mort. En conclusion, ces trois raǧaz de Nāfi‘ b. Hilāl, tout en exprimant son obédience šī‘ite et sa fidélité aux ‘Alides, traduisent l'atmosphère tragique qui entoure l'assassinat d'al-Ḥusayn.

16Bibliographie

17Voir les notes.

133- ‘Amr b. Qaraḍa al-Anṣārī

  • 16 Deux vers (rime ri), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 434.

18‘Amr b. Qaraḍa al-Anṣārī, alors qu'il combattait dans les rangs d'al-Ḥusayn, aurait composé un raǧaz16 qui relève du faḫr personnel et de l'engagement politique : le poète, se vantant de sa vaillance et de son courage, se déclare prêt à mourir pour défendre al-Ḥusayn.

19Bibliographie

20Voir la note.

134- Ǧābir b.‘Urwa al-Ġifārī

  • 17 Trois vers (rime ri), rapportés notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 73, repris par al- Ǧandūzī, Y (...)

21Le Compagnon Ġābir b.‘Urwa al-Ġifārī participa avec le Prophète à la bataille de Badr ; il serait mort en 61/681 en combattant dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā. Du raǧaz17 qu'on lui attribue, se dégagent le faḫr tribal et l'éloge des ‘Alides : ils sont les “ descendants des purs d'entre les purs (banī al-aṭhār) ”, les meilleurs (al-aḫyār) ; le poète invoque sur eux la miséricorde de Dieu et appelle à les soutenir. Dans ces quelques vers, on trouve, sinon de quoi enrichir la poésie šī‘ite, du moins ses principales tendances : éloge des ‘Alides et invitation à leur porter secours, le tout dilué dans un faḫr tribal qui, en réalité, rend compte de l'engagement de certaines tribus aux côtés des ‘Alides et exprime le degré de leur šī‘isme.

22Bibliographie

23Voir la note.

135- Suwayd b.‘Amr al- Ḫaṯ‘amī

  • 18 Quatre vers ou 7 šaṭr (rime da), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 418, d'après Ibn al-Aṯīr (...)

24Rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXV, p. 418), Suwayd b.‘Amr al-Ḫaṯ‘amī aurait été le dernier des partisans d'al-Ḥusayn à mourir à Karbalā. Il nous laisse un raǧaz18 où s'exprime la résignation, ou bien le désir de mourir en martyr ; le poète incite al-Ḥusayn au combat et lui annonce qu'au Paradis il retrouvera les membres de sa famille (et c'est l'occasion de faire l'éloge de ceux-ci en termes très généraux).

25Bibliographie

26Voir la note.

136- Mālik b. Dāwūd

  • 19 Deux vers (rime mi), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 74, que reproduit al-Ǧandūzī, Yanābī‘, I (...)

27Nous ne savons pratiquement rien de Mālik b. Dāwūd sinon qu'il serait mort dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā. On lui attribue un raǧaz19 qui relève du faḫr, de l'éloge et de l'engagement politique. En effet, se vantant d'avoir le courage d'un lion, le poète proclame qu'il est le défenseur des nobles (al-kirām, entendons les ‘Alides) dans l'espoir de la récompense divine. Cela confirme l'esprit religieux qui animait les troupes d'al-Ḥusayn.

28Bibliographie

29Voir la note.

137- Ǧawn, mawlā d'Abū Ḏarr al-Ġifārī

  • 20 Deux vers (rime di), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71.

30Ǧawn, mawlā ou client d'Abū Ḏarr al-Ġifārī aurait combattu dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā. Le šī‘ite Abū Miḫnaf nous rapporte de lui un raǧaz20 composé alors et qu'animent le faḫr, la satire et l'expression des convictions politiques. En effet, tel le poète noir ‘Antara, il vante sa vaillance guerrière et menace les adversaires d'al-Ḥusayn ; ce sont des impudiques (fuǧǧār), tandis que lui, qui est solidaire des fils de Muḥammad, attend le salut au jour du Jugement dernier.

31Bibliographie

32Voir la note.

138- Aḥmad b. Muḥammad al-Hāšimī

  • 21 Deux vers (rime ni), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 74, repris sous une forme proche de la p (...)

33De lui non plus, on ne sait pratiquement rien ; il serait mort en combattant dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā en 61/681. Nous n'avons de lui qu'un raǧaz21 où, dans un esprit de faḫr personnel manifeste, il affirme que ses armes soutiendront le fils de ‘Alī, car c'est son maître (sayyidī), pur (ṭāhir) et intègre (amīn). Il exprime donc son obédience šī‘ite ou plus précisément pro-ḥusaynite.

34Bibliographie

35Voir la note.

139- Ibn al-Kalbī( ?)

  • 22 Deux vers (rime bi), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71.

36On ne sait rien de ce personnage ; il aurait adhéré à l'Islam devant al-Ḥusayn et combattu à ses côtés à Karbalā ; il serait mort dans la bataille. Abū Miḫnaf lui attribue un raǧaz22, faḫr personnel où le poète, manifestant sa confiance en Dieu et se promettant le Paradis, vante sa force et son courage dans un combat où il aurait tué quarante ennemis.

37Bibliographie

38Voir la note.

140- Yaḥyā b. Kaṯīr al-Anṣārī

  • 23 Mètre kāmil, rime ri ; rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 69.

39Encore un inconnu qui aurait participé dans les rangs d'al-Ḥusayn à la bataille de Karbalā et y serait mort, après avoir composé cinq vers23 qui relèvent notamment du faḫr tribal et de la satire. En effet, s'en prenant violemment au chef des troupes umayyades,‘Umar b. Sa‘d b. Abī Waqqāṣ, le poète rappelle les exploits des Muhāǧirūn et des Anṣār-s aussi bien contre les impies (kuffār) à l'époque du Prophète que contre les impudiques (fuǧǧār) qui ont trahi al-Ḥusayn et agréé Yazīd ; il les menace d'attaques encore plus féroces. S'ils sont authentiques, ces quelques vers de Yaḥyā b. Kaṯīr, rapportés par une source šī‘ite de crédibilité douteuse, rendent bien compte de l'atmosphère guerrière de Karbalā et de la dévotion qui animait les troupes d'al-Ḥusayn ; ils contribuent, par ailleurs, à l'étude de la genèse du lexique de la poésie šī‘ite.

40Bibliographie

41Voir la note.

141- ‘Umayr b. al-Muṭā‘ al-Ǧu‘fī

  • 24 Quatre vers (rime ‘u), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.102

42Nous ne savons rien de précis sur ‘Umayr b. al-Muṭā‘ al-Ǧu‘fī ; il serait mort à Karbalā dans les rangs d'al-Ḥusayn. Des sources exclusivement šī‘ites lui attribuent un raǧaz24, qui relève à la fois du faḫr tribal et personnel et de l'engagement politique. En effet, fier de lui-même et de son père, il exalte sa propre vaillance guerrière et la valeur de son sabre ; puis il affirme sa fidélité à al-Ḥusayn et sa satisfaction de combattre à ses côtés dans l'espoir de gagner le Paradis. Cela confirme une fois de plus le caractère religieux du combat.

43Bibliographie

44Voir la note.

142- Ḫālid b. Ma‘dān al-Ṭā’ī

  • 25 Cinq vers (mètre kāmil, rime la), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 117, que reprennent (...)

45Le Tābi‘ī (successeur des compagnons) Ḫālid b. Ma‘dān al-Ṭā’ī est considéré par al-‘Āmilī (A‘yān, XXIX, p.140-142) et par Šubbar (Ṭaff, I, p. 283-294) comme un des poètes d'al-Ḥusayn. Il prit parti pour ‘Alī b. Abī Ṭālib ; aussi ‘Abd Allāh b.‘Abbās, alors gouverneur de Baṣra pour le compte de ce dernier, l'envoya-t-il soutenir Ma‘qil b. Qays al-Riyāḥī qui combattait en 38/658 le Ḫāriǧite al-Ḫirrīt b. Rā·id. Il aurait été l'un des premiers à pleurer al-Ḥusayn en composant un poème25 qui fait de lui un poète šī‘ite. Il décrit et dénonce l'assassinat d'al-Ḥusayn (vers 1), puis il affirme que les agresseurs on tué un prophète (vers 2) et anéanti les signes de la religion (vers 3-5). C'est donc sur le plan religieux que Ḫālid b. Ma‘dān attaque les Umayyades et glorifie al-Ḥusayn.

46Bibliographie sélective

47Voir la note.

143- Bišr b. Ǧaḏlam

  • 26 Mètre kāmil, rime ru, rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.141 et Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 83, repris p (...)

48Classé par Šubbar (Ṭaff, I, 64-66) parmi les poètes d'al-Ḥusayn, Bišr (ou Bašīr) b. Ǧaḏlam, dont on ne sait pratiquement rien, aurait été chargé par ‘Alī Zayn al-‘Ābidīn d'annoncer aux Médinois la mort d'al-Ḥusayn. C'est alors qu'il aurait composé un court thrène26 : en deux ou trois vers, Ibn Ǧaḏlām, comme pour attendrir et mobiliser (vers 1 et 2) les Médinois, leur annonce l'assassinat de leur imām al-Ḥusayn et décrit les supplices que lui ont imposés ses adversaires (vers 2).

49Bibliographie

50Voir la note.

144- ‘Abd Allāh et ‘Abd al-Raḥmān b.‘Azra al-Ġifārī

  • 27 Trois vers (rime ri), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 442.

51On ne sait rien des frères ‘Abd Allāh et ‘Abd al-Raḥmān, fils de ‘Azra al-Ġifārī, sauf que l'un d'eux aurait combattu dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā et qu'on lui attribue un raǧaz27 où, dans un style de faḫr tribal, le poète exprime son attachement aux ‘Alides ; ce sont les fils des nobles (banū al-aḥrār) et il combattra donc férocement leurs adversaires qui ne sont que des impudiques (fuǧǧār).

52Ainsi, malgré sa brièveté, ce poème parvient à allier l'éloge des ‘Alides, les menaces contre leurs adversaires et l'évocation de l'atmosphère guerrière à la veille du drame de Karbalā.

53Bibliographie

54Voir la note.

145- Yazīd b. Muẓāhir al-Asadī

  • 28 Trois vers (rime ru), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 68.

55Nous n'avons pas pu identifier Yazīd b. Muẓāhir al-Asadī ; il aurait combattu dans les rangs d'al-Ḥusayn à Karbalā où il serait mort en 61/680. Dans la bataille, il aurait improvisé un raǧaz28 qui relève du faḫr personnel, de la satire et de l'engagement politique. En effet, après avoir vanté ses mérites et ceux de son père, l'auteur célèbre son propre courage et sa vaillance guerrière ; selon le cliché bien connu, il se déclare plus fort qu'un lion, puis il prend Dieu à témoin qu'il est prêt à combattre les tyrans, à s'opposer à Ibn Hind (Mu‘āwiya) et à soutenir al-Ḥusayn.

56S'il était authentique, ce raǧaz, que nous connaissons seulement par une source šī‘ite suspecte, témoignerait de la fougue d'un partisan dans la défense de la cause ‘alide.

57Bibliographie

58Voir la note.

146- ‘Uqba b.‘Amr al-Sahmī

  • 29 Mètre ṭawīl, rime ruha ; rapportés plus ou moins en entier par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.142 (‘Aqaba b (...)
  • 30 Cette qualification de premier thrène est attribué aussi à un poème (mètre ṭawīl, rime ti) composé (...)

59‘Uqba b.‘Amr al-Sahmī des Sahm b.‘Awf b. Ġālib est cité par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.151) parmi les Šu‘arā’ ahl al bayt al-muqtaṣidīn et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXI, p. 23) ; on ne sait pratiquement rien de lui, sauf qu'on lui attribue dix vers29 qui constitueraient le premier30 thrène composé pour al-Ḥusayn. Divers éléments thématiques s'y enchevêtrent : le poète pleure les morts de Karbalā et principalement al-Ḥusayn (vers 2, 3, 4), il leur souhaite le salut et la paix (vers 5 et 6) ; puis vient l'éloge d'al-Ḥusayn “ le meilleur des humains» ; à lui ainsi qu'à son père (‘Alī) revenait le droit au commandement ou à l'Imāmat (amīr al-warā) (vers 8) ; ailleurs le poète exprime son inquiétude ou son angoisse (vers 1 et 7) ; enfin, et c'est une sorte de consolation, il menace leurs ennemis (a‘ādī) de feux qui peuvent être ceux de l'Enfer ou bien ceux des combats auxquels l'auteur participerait pour venger les ‘Alides (vers 9).

60Cette pièce, assez courte, use d'un style narratif, dans une langue simple dont le lexique ne présente pas de valeur politico-religieuse manifeste ; les termes les plus marquants expriment la tristesse (bakā, pleurer, dumū‘, larmes), la colère et la volonté de vengeance (nīrān, feux) ; rapportés presque exclusivement par des sources šī‘ites qui inspirent la méfiance, ces vers annoncent dans une certaine mesure, et c'est peut-être là ce qui fait leur valeur, certains des principaux aspects de la poésie šī‘ite engendrée par l'assassinat d'al-Ḥusayn : éloges et surtout lamentations.

61Bibliographie

62Les sources citées en note, qui se contentent toutes (anciennes et modernes) de rapporter la pièce sans aucune donnée sur le poète.

147- Al-Rabāb bint Imri’ al-Qays al-Kalbiyya

63L'épouse d'al-Ḥusayn, al-Rabāb bint Imri’ al-Qays b.‘Adī, décédée en 62/681, est citée par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXI, p.122-125). Elle nous aurait laissé deux thrènes très courts, inspirés par la mort de son mari.

  • 31 Deux vers (mètre ḫafīf, rime’i), reproduits par Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Taḏkira, p. 260, repris par Šub (...)

64Dans le premier31, elle se lamente sur le sort d'al-Ḥusayn,“ abattu par les épées des ennemis et délaissé à Karbalā».

  • 32 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés notamment par Iṣfahānī, Aġānī, XIV, p.165 que reprenne (...)

65Dans le second32, faisant l'éloge du défunt, elle rappelle sa parenté avec le Prophète et sa générosité envers les orphelins, les pauvres et les mendiants ; pour finir, elle jure fidélité à son mari et promet de ne jamais se remarier.

66Ces deux pièces, qui n'ont aucun caractère politico-religieux, témoignent seulement, si elles sont authentiques, de la fidélité d'une femme à son mari, héros mort en martyr pour la cause ‘alide. Elles nous donne ainsi un autre aspect de la poésie šī‘ite.

67Bibliographie

68Outre les sources citées en note, voir Ziriklī, A‘lām III, p. 37 et Kaḥḥāla, Nisā’, 1, p. 378.

148- Ḫālid b. al-Muhāǧir al-Maḫzūmī

  • 33 Les sources attribuent à Ḫālid b. al-Muhāǧir trois pièces qui se rapportent au mouvement zubayride (...)
  • 34 Mètre kāmil, rime ri, rapportés par Zubayrī, Nasab, 327 ; Ibn ‘Asākir, Dimašq, V, 95 que reprend a (...)

69Ḫālid b. al-Muhāǧir al-Maḫzūmī était le neveu du célèbre Ḫālid b. al-Walīd. Al-‘Āmilī le considère comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXIX, p.152-156). Il se distingua par ses combats aux côtés d'Ibn al-Zubayr contre Yazīd b. Mu‘āwiya. Dans son œuvre poétique33, seuls concernent la poésie šī‘ite deux vers34 adressés aux Umayyades ; le poète, témoin de l'ampleur du drame de Karbalā, appelle sur eux la colère de Dieu, ce qui montre bien que le ressentiment inspiré par l'événement ne se limitait pas aux seuls šī‘ites.

70Bibliographie

71Voir la note.

149- Al-Faḍl b.‘Abbās

  • 35 Mètre ḫafīf, rime na ; cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 290 et Šubbar, Ṭaff, 1, p. 79.

72Al-Faḍl b.‘Abbās b. Rabī‘a b. al-Ḥāriṯ b.‘Abd al-Muṭṭalib (m. 63/683) est considéré par al-‘Āmilī comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 290) et par Šubbar (Ṭaff, I, p. 79-90) comme l'un des Šu‘arā’ al-Ḥusayn. Sous son nom, on nous a transmis trois vers35 qu'il aurait composés après le drame de Karbalā. Il y pleure un certain nombre de guerriers, Hāšimites ou originaires d'autres tribus, qui auraient combattu avec al-Ḥusayn et n'auraient même pas pu être enterrés. S'il était authentique, ce fragment élargirait le champ de la poésie šī‘ite et illustrerait un de ses principaux aspects : les lamentations sur les martyrs.

73Bibliographie

74En plus des deux sources citées en note, voir Ziriklī, A‘lām V, p. 35-356.

150- ‘Abd Allāh b. al-Zabīr al-Asadī

  • 36 L'œuvre poétique de’Abd Allāh b. al-Zabīr ne paraît pas avoir été réunie en dīwān à date ancienne. (...)
  • 37 Il s'agit de la pièce n° 47 du Dīwān (p. 115-117) ; elle fait l'objet d'attributions diverses : d' (...)

75Šubbar (Ṭaff, I, p.146-149) considère ‘Abd Allāh b. Zabīr al-Asadī des Banū Asad de Ḫuzayma (mort vers 78/698) comme un poète d'al-Ḥusayn ; pourtant sa vie a été marquée par son attachement aux Umayyades et surtout au gouverneur de Kūfa, Bišr b. Marwān. L'explication de ce paradoxe est à chercher dans son œuvre poétique36 où se détache une pièce37 de huit vers (mètre ṭawīl, rime li), qu'il aurait composée après l'exécution de Muslim b.‘Aqīl b. Abī Ṭālib et Hānī b.‘Urwa al-Murādī par le gouverneur ‘Ubayd Allāh b. Ziyād en l'an 60/680.

76Trois thèmes principaux se dégagent de ce court poème :

77Le premier, c'est la description de deux morts horribles : celle de Hānī b.‘Urwa déchiqueté par un sabre et celle de Muslim b.‘Aqīl jeté du haut du palais de l'émir (vers 1-4). Le second, c'est l'éloge du cousin d'al-Ḥusayn ; le poète met en valeur sa pudeur et sa vaillance (vers 5). Enfin il insiste sur le mécontentement des tribus Maḏḥaǧ et Murād (vers 6) et conclut par un appel à la vengeance (vers 8).

78La résonance šī‘ite de ces huit vers fait exception, nous l'avons dit, dans une œuvre poétique qui exprime avant tout l'attachement aux Umayyades et leur éloge. Elle n'en a que plus de sens : le drame de Karbalā a ému même les partisans des Umayyades ; comme ‘Abd Allāh b. al-Zabīr, beaucoup se sont insurgés contre les agissements du gouverneur Ibn Ziyād. Ainsi est né ou s'est développé un double sentiment de pitié pour les ‘Alides et de mécontentement contre leurs adversaires.

79Bibliographie

80– Red, EI2, III p. 994

81– et surtout Ibn al-Zabīr, Dīwān.

151- Ibn Mufarriġ al-Ḥimyarī

  • 38 Pellat, Ibn Mufarriġ, p. 205.
  • 39 L'œuvre poétique de Ibn Mufarriġ a été réunie une première fois par Ch. Pellat (en 1957) et une se (...)
  • 40 Pièce n° 35 dans Ibn Mufarriġ, Ši‘r.

82Yazīd b. Ziyād b. Rabī‘a b. Mufarriġ al-Ḥimyarī (mort vers 69/688) est cité par Blachère (H.L.A., p. 508-509), pour la période qui va de 50/670 à 107/725, comme un poète originaire de Baṣra, dont les œuvres sont d'inspiration pro-‘alide (ou šī‘ite) ; Šubbar (Ṭaff, p.107-114) en fait un poète d'al-Ḥusayn ; mais, comme l'écrit Charles Pellat38, à la lumière de sa vie et de son œuvre ou de ce qu'il en reste39, il ne semble pas pouvoir être rattaché “ directement à l'un des partis politico-religieux de son temps, car il n'est à proprement parler ni ḫāriǧite ni ‘alide, ni zubayride [...]». Cependant ses multiples satires, surtout contre le gouverneur ‘Ubayd Allāh b. Ziyād, nous inciteraient à noter chez lui des sympathies pro-ḥusaynides. En effet, parmi les “ crimes ” de ce gouverneur, le poète40 rappelle l'assassinat d'al-Ḥusayn, celui de Hānī b.‘Urwā, le chef des Pénitents (al-tawwābūn) et celui des fils de ‘Aqīl b. Abī Ṭālib. Mais cela suffit-il à prouver son šī‘isme  ? En fait ce poète se signale surtout par son esprit d'opposition qui “ déjà en germe chez lui, se développera chez ses descendants : son fils Muḥammad sera ḫariǧite et son petit fils Ismā‘īl, šī‘ite et plus précisément kaysānite, ce sera al-Sayyid al-Ḥimyarī ”, comme nous le verrons dans la notice que nous lui consacrerons (notice 213).

83Bibliographie

84Voir les notes.

152- Yaḥyā b. al-Ḥakam

  • 41 41. Mètre ṭawīl, rime li ; rapportés notamment par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 460 ; al-Mufīd, Iršād, p. (...)

85Yaḥyā b. al-Ḥakam était le frère du calife umayyade Marwān b. al-Ḥakam. On lui attribue deux vers41 qui relèvent du thrène et de la satire et qui prennent une valeur particulière du fait des circonstances de leur composition. En effet, c'est lorsque la tête d'al-Ḥusayn et celles des autres ‘Alides tués à Karbalā furent placées devant Yazīd b. Mu‘āwiya que Yaḥyā b. al-Ḥakam aurait attaqué ‘Ubayd Allāh b. Ziyād et se serait lamenté sur le sort des descendants de la fille du Prophète.

153- Anonyme

  • 42 Mètre ṭawīl, rime ‘a ; rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.141 et Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 83.

86Une esclave se voit attribuer quatre vers42 de lamentations sur le meurtre d'al-Ḥusayn, elle met en relief l'atrocité de ce drame et son impact sur la religion.

87Bibliographie

88Les sources citées en note.

154- Œuvres attribuées aux djinns

  • 43 Il s'agit des pièces suivantes :
    n° 1 : six vers, rime hamza, mètre muḫalla‘ al-basīṭ
    n° 2 : sept ve (...)
  • 44 Surtout pièce 8, vers 1 ; mais aussi pièce 1, vers 1 ; pièce 4, vers 2 ; pièce 5, vers4 ; pièces 6 (...)
  • 45 Surtout pièce 2 ; mais aussi pièce 1, vers 1-3 ; pièces 3 et 4,(4 vers en tout).
  • 46 Pièce 3, vers 1 ; pièce 5, vers 2 ; pièce 6, vers 2.
  • 47 Pièce 1, vers 2 ; pièce 3, vers 2 ; pièce 5, vers 2 et pièce 5, vers 4 et 5.

89Des auteurs šī‘ites rapportent en les attribuant à des djinns huit pièces43 qui auraient été improvisées après la mort d'al-Ḥusayn. Est-il besoin de dire que ce sont des apocryphes composés sans aucun doute pour amplifier le drame de Karbalā ? Sans les analyser une à une, contentons-nous d'en signaler les principaux thèmes : le meurtre d'al-Ḥusayn et ses conséquences44 ; la profonde tristesse des djinns et leur participation à la déploration45 ; l'éloge du martyr, qui était le petit-fils du Prophète, le meilleur des Humain, le neveu de Ǧa‘far qui fut lui-même un martyr46 ; enfin, par antithèse, la satire des Umayyades qui sont les pires des Humains et se distinguent par leur injustice47.

90Ces quelques pièces, prétendument composées par des djinns, reflètent en fait l'opinion commune des šī‘ites à propos d'al-Ḥusayn, des ‘Alides en général et de leurs adversaires.

155- Pièces anonymes

  • 48 Il s'agit des pièces suivantes : n° 1 : trois vers (rime li, mètre ḫafīf), rapportés par : Ṭabarī, (...)
  • 49 Notamment pièce 2, vers 1 et 2.
  • 50 Pièce 2, vers 6-11.
  • 51 Toute la pièce 1.
  • 52 Pièce 3.
  • 53 Pièce 2, vers 3-5.

91Des sources, šī‘ites pour la plupart, nous rapportent trois pièces48 anonymes, que d'aucuns auraient entendues sans voir leur auteur. De ces pièces se dégagent les thèmes suivants : le meurtre d'al-Ḥusayn et de ses partisans49 ; leur éloge qui insiste sur la justesse de leur cause, et particulièrement sur les rapports d'al-Ḥusayn avec le Prophète, Ǧa‘far et le Waṣī (‘Alī)50 ; enfin, par antithèse, la satire de leurs ennemis51, notamment ‘Umar b. Sa‘d b. Abī Waqqāṣ qui fut chargé de combattre le révolté ‘alide52. Par ailleurs, elles manifestent le regret de ne pas avoir porté secours à ce dernier53.

92Comme les précédentes, ces pièces reflètent en général l'opinion commune des šī‘ites à propos du drame de Karbalā.

93Bibliographie

94Les sources citées en note.

156- Œuvres anonymes écrites sur des murs

  • Une première pièce54, sans aucun doute apocryphe, aurait été composée en syriaque et inscrite sur le mur d'une église, 300 ou 500 ans avant l'avènement de l'Islam ; selon une autre version, un crayon de fer l'aurait écrite le lendemain de l'assassinat d'al-Ḥusayn, lors d'une beuverie organisée par ses assassins. Cette pièce relève surtout de la satire : le poète, attaquant les Banū Ziyād et particulièrement Ziyād b. Abīh, dénonce leur injustice et leur désobéissance au Prophète et au Coran ; il leur prédit l'Enfer.
  • La seconde55 décrit Fāṭima, toute de sang vêtue (le sang d'al-Ḥusayn) au jour de la Résurrection ; elle montre les Umayyades aux prises avec les Intercesseurs (la famille du Prophète).

95Comme dans les autres pièces apocryphes, les auteurs šī‘ites ont cherché à amplifier le drame de Karbalā.

B- A PROPOS DES PENITENTS

157- ‘Abd Allāh b.‘Awf b. al-Aḥmar al-Azdī

  • 56 Selon al-Murzubānī, Mu‘ǧam, p.126, Ibn Ḥaǧar, Iṣāba, III, p.122, Brockelmann et Blachère, ce poète (...)

96Al-‘Amilī le considère comme un des A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p. 227), Brockelmann (G.A.L., I, p. 232) comme le plus célèbre des poètes šī‘ites de son temps, Blachère (H.L.A., p. 514) comme l'un des principaux poètes du courant pro-‘alide pour la période qui va de 50/670 à 107/725 ; enfin Ḫalīf (Kūfa, p. 380) le présente, de façon certes exagérée, comme le poète de la révolte des Pénitents. De fait ‘Abd Allāh b.‘Awf56 b. al-Aḥmar al-Azdī, après avoir participé à la bataille de Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī, aurait appelé à venger al-Ḥusayn et participé à la bataille de ‘Ayn al-Warda ; il serait donc mort après 61/680. Il figure ici parce qu'il nous a laissé trois raǧaz et un poème qui paraît avoir eu une grande importance.

  • 57 Trois vers (rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.172 ; al-Balāḏurī, Ansāb, p. 229 ; Ṭaba (...)

97Le premier raǧaz57, d'allure épique, menace les soldats de Mu‘āwiya qui privaient ceux de ‘Alī de l'eau del'Euphrate à la bataille de Ṣiffīn ; il fait l'éloge de ces derniers, insistant sur leur nombre et exaltant leur volonté et leur abnégation, leur courage et leur acharnement dans les combats, parce qu'ils ne craignaient que Dieu l'Unique, le Tout-Puissant.

  • 58 Quatre vers ou 7 šaṭr (rime la), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 591 ; Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p. (...)

98Le deuxième raǧaz58 daterait lui aussi de Ṣiffīn. Le poète décrit d'abord le départ pour la bataille : les soldats vont combattre Mu‘āwiya et ses sbires pour satisfaire Dieu ; puis il invective les adversaires, des êtres injustes, perfides, égarés, tandis que les gens de ‘Alī sont des héros, qui refusent les biens de ce monde, que ce soit progéniture, richesses ou belles femmes.

  • 59 Quatre vers (rime ri), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.107 (Ibn ‘Afīf).

99Le troisième raǧaz59 aurait été composé à la bataille de Karbalā, ou bien plutôt à celle de ‘Ayn al-Warda, juste avant la mort du poète. Celui-ci recherche le corps à corps et, souhaitant recouvrer la vue, il abreuve l'armée umayyade de menaces qui rendent bien compte de l'atmosphère enflammée du moment.

  • 60 Un poème de mètre ṭawīl et de rime ya, rapporté par fragments par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.108-109 (s (...)

100Cependant, c'est la dernière pièce60 qui semble à l'origine de la célébrité du poète. Essayons d'en dégager les principaux éléments :

101Ce poème s'ouvre (vers 1, hémistiche 1) par un prélude pour ainsi dire anti-amoureux. En effet, le poète, se détournant des belles femmes, exhorte ses amis, en termes religieux, à répondre à l'appel de celui qui prêche le droit chemin (al-Hudā). Comme l'affirme Ḫalīf (Kūfa, p. 382), cette introduction, qui paraît toute nouvelle, annonce les Hāšimiyyāt d'al-Kumayt.

102L'appel à secourir al-Ḥusayn se poursuit, accompagné de son éloge et de menaces contre ses ennemis (vers 1-6). Puis vient un faḫr tribal (vers 7-8) où le poète rappelle les exploits des siens contre Ibn Hind (Mu‘āwiya) à la bataille de Ṣiffīn. Plus important encore est le thème de la déploration d'al-Ḥusayn, avec le rappel de ses qualités et la mise en relief du drame de Karbalā (vers 9-12,18-19 et 26-29). Cependant le thème principal du poème semble en rapport avec le mouvement des Pénitents. En effet, ‘Abd Allāh b.‘Awf profère des invectives contre ceux qui ont trahi al-Ḥusayn après lui avoir promis leur soutien (vers 13-17), puis il exprime son regret de ne l'avoir pas lui-même soutenu et de n'avoir pas été à ses côtés (vers 20-22) ; il explique son abstention par son égarement et appelle au repentir tous ceux qui se sont détournés de la vérité et du droit chemin (vers 30-32) ; il les exhorte à combattre maintenant les injustes et les maudits, afin de gagner le Paradis (vers 34) ; il termine par un éloge des ‘Alides, en insistant sur leur piété (vers 33) et en invoquant sur eux le salut divin (vers 35).

103Ces trois raǧaz et ce poème font indiscutablement de ‘Abd Allāh b.‘Awf b. al-Aḥmar al-Azdī non seulement un poète šī‘ite postérieur à 40/60, mais encore un militant du mouvement des Pénitents.

104Même si nous ne conservons que peu de chose de son œuvre, sans doute malmenée par les transmetteurs, ce qui nous reste est important à un double titre : cela suffit à rendre compte de l'ampleur du drame de Karbalā et de la crise de conscience qu'il provoqua, et cela exprime aussi l'attachement aux Alides en renouvelant l'appel à les venger et les attaques contre leurs ennemis.

105Bibliographie

106– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

107– Balāḏurī, Ansāb, p. 229

108– Ṭabarī, Tārīḫ, index

109– Mas‘ūdī, Murūǧ, index

110– Marzubānī, Mu‘ǧam, index

111– Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.145

112– Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 256-257

113– Brockelmann, G.A.L. I, p. 232

114– Blachère, H.L.A., p. 514

115– Ḫalīf, Kūfa, p. 380-384.

158- Al-Musayyab b. Naǧaba al-Fazārī

  • 61 Trois vers ou 5 šaṭr (rime bi), rapportés notamment par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 600 et Mas‘ūdī, Murūǧ(...)
  • 62 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ru), rapportés par Marzubānī, Mu‘ǧam, p. 301.

116Al-Musayyab b. Naǧaba b. Rabī‘a b. Riyāḥ al-Fazārī est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p.164), comme un poète de talent (mufliq). Il participa à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī et fut, quelque trente ans plus tard, l'un des principaux chefs des Pénitents, et c'est en combattant à la bataille de ‘Ayn al-Warda en 65/685 qu'il fut tué. Les deux courts fragments que nous avons de lui dateraient de cette bataille. Le premier61 est un raǧaz de faḫr personnel, où le poète, se prétendant plus courageux qu'un lion, vante sa vaillance et menace indirectement ses adversaires. Dans le second62, qui est un faḫr lui aussi, le poète proclame sa fidélité et invective contre les traîtres (s'agit-il de Ṭalḥa et al-Zubayr qui reconnurent d'abord ‘Alī comme Imām, puis se rétractèrent, ou bien, plus probablement, de ceux qui ont trahi al-Ḥusayn ?) ; en même temps il affirme sa piété en déclarant que, dans le combat, il cherche le pardon divin. Ainsi ces trois vers rendent bien compte de l'esprit religieux qui dominait le mouvement des Pénitents.

117Bibliographie

118Outre les sources citées en notes, voir :

119– Ziriklī, A‘lām, VIII, p.124-125

120– Ibn Ḥaǧar, Iṣāba.

159- Rifā‘a b. Šaddād al-Baǧalī al-Kūfī

121Rifā‘a b. Šaddād al-Baǧalī al-Kūfī est rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p. 116-120). Il participa dans les rangs de ‘Alī aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn et fut, après le meurtre de Karbalā, l’un des principaux pénitents ; il se joignit, pour un temps, à al-Muḫtār et mourut en 67/686.

122On a de lui trois fragments :

  • 63 Un raǧaz de 2 vers ou 2 šaṭr (rime lah), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.161, repris pa (...)

123Le premier63 daterait de la bataille d'al-Ǧamal ; Rifā‘a b. Šaddād y invective les ennemis de ‘Alī, probablement Ṭalḥa et al-Zubayr, qu'il compare à des brebis vaincues.

  • 64 Onze vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés en tout ou en partie par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 488 ; (...)

124Le second64, d'allure pour ainsi dire plus noble, daterait de la bataille de Ṣiffīn. Le poète exprime (vers 1-2) son angoisse à la vue des morts des deux clans ; puis il retrace des scènes de guerre (vers 3-10) qui montrent la supériorité des siens ; en conclusion, il souhaite une issue juste à l'arbitrage, sans quoi le combat reprendra.

  • 65 Un raǧaz de 2 vers (rime li), rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, VI, p. 51 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, IV, p. 2 (...)

125Quant au dernier fragment65, Rifā‘a b. Šaddād l'aurait composé juste avant sa mort ; exprimant sa fidélité à ‘Alī, il se désolidarise de ‘Uṯmān, «le fils de [sa mère] ‘Arwā», et réaffirme sa volonté de poursuivre une lutte acharnée.

126Ainsi ces quelques vers, connus par des sources presque exclusivement šī‘ites, présentent des thèmes déjà souvent rencontrés : attachement à ‘Alī, soutien apporté à sa cause et attaques contre ses ennemis.

127Bibliographie

128Outre les sources citées en note, voir :

129– Mas‘ūdī, Murūǧ, index

130– Ziriklī, A‘lām III, p. 56.

160- Al-Muṯannā b. al-Muḫarriba

131D'après al-‘Āmilī, al-Muṯannā b. al-Muḫarriba al-‘Abdī, mort après 67/686, fait partie des A‘yān al-Šī‘a (I-II, p.163) ; selon Charles Pellat dans son édition et traduction des Murūǧ d'al-Mas‘ūdī (VII, p. 632), c'était le représentant des Kaysānites à Baṣra. En 65/684, il répondit à l'appel de Sulaymān b. Ṣurad pour venger al-Ḥusayn. Après la mort de Sulaymān, il combattit aux côtés de ‘Abd Allāh b. Sa‘d b. Nufayl, qui lui avait succédé à la tête des «Pénitents» avec «quelque cent hommes de Baṣra et de Madā’in»(Murūǧ, III, p. 295). Enfin, en 66/685, il se joignit à al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd.

  • 66 Deux vers (rime la) ; sans doute composés par al-Ḥāriṯ b. Qays, un adepte de ‘Ā’iša. Ce raǧaz, qui (...)
  • 67 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime mi), rapportés notamment par Ibn al-Aṯīr, kāmil, IV, p.161-162.

132Si l'on ne tient pas compte d'un raǧaz66 d'attribution contestée, nous avons de lui quatre vers67 qu'il aurait composés au moment de partir au combat.

133Il s'en dégage deux éléments thématiques complémentaires : Annonçant son départ imminent (vers 1, hémistiche 1), le poète décrit d'abord sa monture (vers 1 et 2) et en vante la force et l'acharnement ; puis il parle des hommes qui l'accompagnent pour célébrer leur courage, leur volonté, leur fidélité et leur piété (vers 3 et 4). Cette pièce très courte n'en est pas moins remarquable par sa spontanéité et par son lexique, guerrier et religieux, qui traduit les sentiments d'un partisan fougueux et fidèle. C'est un spécimen caractéristique de la poésie qu'a inspirée aux fidèles des ‘Alides l'assassinat d'al-Ḥusayn.

134Bibliographie

135– Ziriklī, A‘lām, VI, p.159

136– Balāḏurī, Ansāb, index

137– Sayf, Ǧamal, p.171

138– Ṭabarī, Tārīḫ, index

139– Mas‘ūdī, Murūǧ, index

140– Iṣfahānī, Aġānī, index

141– Ibn al-Aṯīr, Kāmil, index

142– Ch. Pellat, Milieu, index.

Notes

1 Neuf vers (rime ri), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 45-46 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 405 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 96 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.173 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVI, p. 327.

2 Trois vers (rime bi) que rapporte Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 72.

3 Deux vers (rime da) rapportés en 3 šaṭr par Ṭabarī, Tārīḫ, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 75 ; ou bien en 4 šaṭr (attribués à’Alī b. Muẓahhir) par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 70.

4 Quatre vers (rime ru) rapportés avec diverses variantes notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 66 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 439 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 103 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p. 183 ; Ǧandūzī, Yanābī‘, II, p. 67, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 75.

5 Vers 3 de la version de Ǧandūzī.

6 Trois vers (rime da), rapportés par Ǧandūzī, Yanābī, II, p.168 (ce fragment et le suivant sont très proches).

7 Quatre vers (rime ya), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 68 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 461 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.184, repris par évidemment al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p. 290.

8 Quatre vers (ou 7 šaṭr, rime ni), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 67 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 441 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.184 ; Ǧandūzī, Yanābī‘, II, p.47, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p. 290 (mais celui-ci se fonde aussi sur Ibn Šahrāšūb et d'autres sources).

9 Abū Miḫnaf (Maqtal, p. 77) lui attribue en outre un poème (mètre ṭawīl, rime mah) composé en fait par’Ubayd Allāh b. al-Ḥurr (voir notice) ; on n'en tiendra pas compte ici.

10 Un raǧaz de 2 vers de rime ri, rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 380 qui reprend Ibn al-Aṯīr, Kāmil.

11 Un raǧaz de 2 vers (rime fi), rapporté notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 78 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 451 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.100, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 380. Un raǧaz de 3 vers de rime , rapporté notamment par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 440 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.183.

12 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 77-78, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 383, qui doute de leur authenticité et de celle du Maqtal même.

13 Un vers (rime li), rapporté par Mufīd, Iršād, p. 265, Ṭabarī, Tārīḫ, II, p. 441 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.184.

14 Deux vers (rime li), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.104.

15 Trois vers (rime quha), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 69 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.184.

16 Deux vers (rime ri), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 434.

17 Trois vers (rime ri), rapportés notamment par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 73, repris par al- Ǧandūzī, Yanābī‘, II, p.168.

18 Quatre vers ou 7 šaṭr (rime da), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 418, d'après Ibn al-Aṯīr et Ibn Ṭāwūs sans précision d'ouvrage.

19 Deux vers (rime mi), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 74, que reproduit al-Ǧandūzī, Yanābī‘, II, p.168.

20 Deux vers (rime di), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71.

21 Deux vers (rime ni), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 74, repris sous une forme proche de la première par Ǧandūzī, Yanābī‘, II, p.169.

22 Deux vers (rime bi), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71.

23 Mètre kāmil, rime ri ; rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 69.

24 Quatre vers (rime ‘u), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 71 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.102.

25 Cinq vers (mètre kāmil, rime la), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 117, que reprennent al-‘Āmilī (A‘yān, XXIX, p.142) et Šubbar (Ṭaff, I, p.288).

26 Mètre kāmil, rime ru, rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.141 et Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 83, repris par Šubbar (Ṭaff, I, p. 64) qui ajoute un troisième vers.

27 Trois vers (rime ri), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 442.

28 Trois vers (rime ru), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 68.

29 Mètre ṭawīl, rime ruha ; rapportés plus ou moins en entier par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.142 (‘Aqaba b.‘Urwa al-Si’bi) ; Ṭūsī, Amālī, 1, p. 91 (‘Uqba b. Umayya) et p. 141 (‘Uqba b.‘Amr...) ; Sibṭ, Taḏkira, p. 270 (... b.‘Amr al-‘Absī), que reprennent al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXI, p. 23 ; Ṣadr, Ta’sīs, p. 204 et Šubbar, Ṭaff, p.52-53.

30 Cette qualification de premier thrène est attribué aussi à un poème (mètre ṭawīl, rime ti) composé par Sulaymān b. Qatta (voir la notice 171).

31 Deux vers (mètre ḫafīf, rime’i), reproduits par Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Taḏkira, p. 260, repris par Šubbar, Ṭaff, I, p. 61. Par ailleurs, Yāqūt, Buldān, IV, p. 445 les attribue à ‘Ātika b. Zayd, une autre épouse d'al-Ḥusayn.

32 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), rapportés notamment par Iṣfahānī, Aġānī, XIV, p.165 que reprennent al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p.122 et Šubbar Ṭaff, 1, p. 61.

33 Les sources attribuent à Ḫālid b. al-Muhāǧir trois pièces qui se rapportent au mouvement zubayride et ne nous intéressent donc pas ici : a) quatre vers (mètre ṭawīl, rime ti), rapportés par Ibn ‘Asākir, V, p. 95 ; b) quatre vers (mètre ṭawīl, rime qu), idem. ; c) al-‘Āmilī (A‘yān XXIX, p.154) reprend les deux pièces précédentes et en transmet une troisième (6 vers, mètre kāmil, rime ri).

34 Mètre kāmil, rime ri, rapportés par Zubayrī, Nasab, 327 ; Ibn ‘Asākir, Dimašq, V, 95 que reprend al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.154.

35 Mètre ḫafīf, rime na ; cités par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 290 et Šubbar, Ṭaff, 1, p. 79.

36 L'œuvre poétique de’Abd Allāh b. al-Zabīr ne paraît pas avoir été réunie en dīwān à date ancienne. Yaḥyā al-Ǧubūrī a essayé en 1974 d'en faire une reconstitution ; il a ainsi regroupé :

  1. 329 vers répartis en 64 pièces,
  2. 7 pièces totalisant 24 vers d'attribution douteuse, qu'on laissera donc de côté dans les remarques qui suivent.

Les 64 pièces sont de longueur inégale (47 ont moins de 7 vers ; la plupart du temps, il s'agit de vers isolés). Le poète utilise 7 mètres : d'abord, et de loin, le ṭawīl (45 fois) ; viennent ensuite le kāmil (7 fois), le basīṭ et le wāfir (4), le mutaqārib (2) et enfin le ḫafīf et le ramal (1). Par ailleurs, on relève 15 consonnes à la rime : lām (15 fois), (13), (8), mīm (7), nūn (4), dāl et sīn (3), ha, qāf et ya (2), et enfin hamza, ta, ǧīm, ḍād et’ayn (1).
Un essai de classement par genre donne le résultat suivant :
Image img01.jpg

37 Il s'agit de la pièce n° 47 du Dīwān (p. 115-117) ; elle fait l'objet d'attributions diverses : d'abord à Ibn Azzabir (voir notamment Dīnawarī, Aḫbār ; Mas‘udī, Murūǧ ; Ṭabarī, Tārīḫ ; Iṣfahānī, Maqātil, et Ibn ‘Asākir, Tārīḫ), mais aussi à Sulaym ou Sulaymān b. Sallām al-Ḥanafī (voir Ibn Durayd, Ištiqāq ; Fārābī, Dīwān et Ibn Manẓūr, Lisān), ou même à al-Farazdaq (voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil). Pour plus de détails, on se reportera au Dīwān.

38 Pellat, Ibn Mufarriġ, p. 205.

39 L'œuvre poétique de Ibn Mufarriġ a été réunie une première fois par Ch. Pellat (en 1957) et une seconde fois, dans une édition à la fois plus complète et moins bonne, en 1968 par Dāwūd Sallūm. De ces deux éditions, il ressort qu'il nous reste 338 vers répartis en 62 pièces ; dans la majorité des cas, ce sont des fragments très courts (21 pièces d'un seul vers et 11 de 2) ; la satire est le genre le mieux représenté : 32 pièces, soit au total 170 vers. Le poète recourt à 10 mètres ainsi répartis : wāfir (19 fois), ṭawīl (14), basīṭ (11), kāmil et ḫafīf (6), raǧaz (2) et enfin sarī‘, madīd, munsariḥ et mutaqārib (1 fois) ; il utilise 12 lettres à la rime : dāl (11 fois), nūn (10), rā’ (9),’ayn (8), bā’ (7), lām et mīm (5), qāf (3), et enfin ta, ǧīm, ha et ya (1fois).

40 Pièce n° 35 dans Ibn Mufarriġ, Ši‘r.

41 41. Mètre ṭawīl, rime li ; rapportés notamment par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 460 ; al-Mufīd, Iršād, p. 286 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 114 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.192 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, IV, p. 89.

42 Mètre ṭawīl, rime ‘a ; rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.141 et Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 83.

43 Il s'agit des pièces suivantes :
n° 1 : six vers, rime hamza, mètre muḫalla‘ al-basīṭ
n° 2 : sept vers, rime ti, mètre hazaǧ
n° 3 : deux vers, rime di, mètre wāfir
n° 4 : deux vers, rime di, mètre mutaqārib
n° 5 : cinq vers, rime dāl, mètre kāmil
n° 6 : deux vers, rime ru, mètre kāmil
n° 7 : deux vers, rime , mètre kāmil
n° 8 : deux vers, rime qu, mètre basīṭ.
Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 111 et 113 rapporte les pièces 2 et 5.
Ibn Šahrāšūb, Manāqib IV, p. 62 (pièces 2, 3, 4 et 6), p. 63 (pièces 7 et 8) et p.381(pièce 5).
Sibṭ, Taḏkira, p. 269 (pièce 1), p. 262 (pièce 2), p. 269 (pièce 3 et 5).
Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 82-83 (pièce 5).

44 Surtout pièce 8, vers 1 ; mais aussi pièce 1, vers 1 ; pièce 4, vers 2 ; pièce 5, vers4 ; pièces 6 et 7, vers 2.

45 Surtout pièce 2 ; mais aussi pièce 1, vers 1-3 ; pièces 3 et 4,(4 vers en tout).

46 Pièce 3, vers 1 ; pièce 5, vers 2 ; pièce 6, vers 2.

47 Pièce 1, vers 2 ; pièce 3, vers 2 ; pièce 5, vers 2 et pièce 5, vers 4 et 5.

48 Il s'agit des pièces suivantes : n° 1 : trois vers (rime li, mètre ḫafīf), rapportés par : Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 467, Mufīd, Iršād, p. 279 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p.63 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, IV, p. 90 ; Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 71 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.198.
n° 2 : onze vers (rime , mètre basīṭ), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.100 ; Ṭūṣī, Amālī, I, p. 89-90 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 63 et Sibṭ, Taḏkira, p. 271-272.
n° 3 : quatre vers (rime ni, mètre ṭawīl), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p. 51.

49 Notamment pièce 2, vers 1 et 2.

50 Pièce 2, vers 6-11.

51 Toute la pièce 1.

52 Pièce 3.

53 Pièce 2, vers 3-5.

54 Six vers (rime bi, mètre wāfir), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.120 ; Ibn Ṭāwūs, Luhūf, p. 72 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 61 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p. 200 et Sibṭ, Taḏkira, p. 274.

55 Deux vers (rime hu, mètre kāmil), rapportés par Sibṭ, Taḏkira, p. 274.

56 Selon al-Murzubānī, Mu‘ǧam, p.126, Ibn Ḥaǧar, Iṣāba, III, p.122, Brockelmann et Blachère, ce poète s'appelle ‘Awf b.‘Abd Allāh, tandis que d'après Ibn Muzāḥim, al-Balāḏurī, Ṭabarī, Mas‘ūdī, Ibn Kaṯīr, al-‘Āmilī et Ḫalīf, il se nomme ‘Abd Allāh b.‘Awf. Pellat (Murūǧ, III, p. 292 et surtout VII, p. 447) opte pour cette deuxième appellation que nous avons nous-mêmes choisie. Notons enfin qu'Abū Miḫnaf, Maqtal, le nomme ‘Abd Allāh b.‘Afīf mais c'est sans aucun doute une erreur.

57 Trois vers (rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.172 ; al-Balāḏurī, Ansāb, p. 229 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 570 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.145 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 256.

58 Quatre vers ou 7 šaṭr (rime la), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 591 ; Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p. 294.

59 Quatre vers (rime ri), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.107 (Ibn ‘Afīf).

60 Un poème de mètre ṭawīl et de rime ya, rapporté par fragments par Abū Miḫnaf, Maqtal, p.108-109 (sous le nom de ‘Abd Allāh b.‘Afīf ?), Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p. 292 (bien que l'auteur insiste sur la longueur du poème, il n'en rapporte que 8 vers), Marzubānī, Mu‘ǧam, p. 277 (qui en cite 7 vers).
Nous fondant sur ces trois sources, nous avons tenté une reconstitution en 35 vers. Mais force nous est d'avouer que notre essai nous laisse insatisfait, surtout pour ce qui est de l'ordre des vers. Notons enfin qu'aux dires d'al-Marzubānī (Mu‘ǧam, p. 126), repris par Brockelmann et par Ḫalīf (Kūfa, p. 384), ce poème était tenu secret à l'époque umayyade. Blachère (H.L.A., p. 514) explique la chose de la façon suivante : ces vers “par leur allure très simple pourraient peut-être évoquer les poésies (destinées au menu peuple ?) que la propagande šī‘ite faisait circuler, sous le manteau, à la fin du ier/viie siècle et au début du suivant”.

61 Trois vers ou 5 šaṭr (rime bi), rapportés notamment par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 600 et Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p. 293.

62 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ru), rapportés par Marzubānī, Mu‘ǧam, p. 301.

63 Un raǧaz de 2 vers ou 2 šaṭr (rime lah), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.161, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p. 116.

64 Onze vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés en tout ou en partie par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 488 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.182, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p. 116.

65 Un raǧaz de 2 vers (rime li), rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, VI, p. 51 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, IV, p. 235, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p.120.

66 Deux vers (rime la) ; sans doute composés par al-Ḥāriṯ b. Qays, un adepte de ‘Ā’iša. Ce raǧaz, qui relate la mort du «Chameau», est aussi attribué à al-Muṯanna b. al-Muḫarriba (Sayf, Ǧamal, p.171).

67 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime mi), rapportés notamment par Ibn al-Aṯīr, kāmil, IV, p.161-162.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search