Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Première partie. La poésie šī‘ites : inventaire et analyse

Chapitre II : Œuvres de la deuxième période (40/660 - 60/680)

Texte intégral

A - A PROPOS DE LA REVOLTE DE ḤUǦR B.‘ADĪ

115-Ḥuǧr b.‘Adī al-Kindī

  • 1 N°1 : un raǧaz de 4 vers ou 7 Šaṭr (rime dī), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 244 ;
    n°2 : un r (...)
  • 2 D'abord sa fille (ou sa sœur, ou sa mère ?) Hind, puis Qays b. Fahdān al-Kindī, ‘Ubayda al-Kindī e (...)

1Ḥuǧr b.‘Adī b. al-Adbar al-Kindī, qu'al-Marzubānī (Aḫbār, p. 42-46) range parmi les principaux poètes šī’ites et al-‘ Āmilī parmi les A‛yān al-Šī ‘a (XX, p. 141-227), fut l'auteur de la principale insurrection šī‘ite à l'époque de Mu‘āwiya. Ce fut un des plus farouches partisans de ‘Alī : il combattit à ses côtés à al-Ǧamal et à Ṣiffīn ; puis après la mort d'al- Ḥasan, il défendit sa mémoire, en le disculpant de toute faute, contre les attaques des deux gouverneurs de Kūfa, al-Muġīra b. Šu‘ba et surtout Ziyād b. Abīh ; cela jusqu'au jour où, en 51/671, il fut exécuté à Marǧ ‘Aḏra, près de Damas, sur ordre du Calife. Sur le plan poétique, il nous intéresse non seulement par les six fragments qu'on lui attribue1, mais aussi par plusieurs thrènes composés en sa mémoire par des poètes plus ou moins importants2.

2Les deux premières pièces auraient été improvisées à Ṣiffīn en réponse à deux raǧaz de son cousin al-Azhar, du clan de Mu‘āwiya ; ce sont deux fragments de jactance (faḫr), où le poète menace ses adversaires et vante ses propres qualités guerrières.

3Un raǧaz (n° 6) fait l'éloge de ‘Alī ; le poète célèbre ses vertus morales, sa piété et sa droiture (vers 1-3) et reconnaît qu'il a été désigné (waṣī) par le Prophète (vers 4) ; enfin une dernière pièce (n° 4) paraît en contradiction avec l'attitude que l'on prête en général au poète : après la mort d'al-Ḥasan, il se déclare obligé d'accepter la paix, comme l'a fait son frère al-Ḥusayn ; il proclame cependant qu'en cas de guerre il soutiendra ce dernier.

4En définitive, l'œuvre poétique de Ḥuǧr b.‘Adī paraît bien minime, disproportionnée avec son rôle historique et sa renommée de poète.

5Bibliographie

6– Henri Lammens, EI2, III, p. 564

7– le même : “Ziyād b. Abīh... ”, R.S.O, IV, surtout p. 222-226 (l'auteur minimise la valeur de la révolte de Ḥuǧr)

8– Laoust, Schismes, 18 (excellente synthèse sur la vie de Ḥuǧr)

9– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

10– al Marzubānī, Aḫbār, p. 42-46

11– al-Madanī, Daraǧāt, p. 423-430

12– al-‘Amilī, A‘yān, XX, p.141-227 (qui reprend comme d'habitude diverses sources anciennes)

13– Faḍl Allāh, Ḥuǧr b.‘Adī (présentation romancée de la vie de Ḥuǧr).

116-Hind bint Zayd al-Anṣāriyya

  • 3 Voir les deux notes suivantes.

14Nous ne savons pratiquement rien de Hind bint Zayd b. Muḫarriba (ou Maḫrama) al-Anṣāriyya, sinon qu'al-‘Āmilī la cite parmi les A‘yān al- Šī‘a (II, p. 80-81) et qu'elle aurait été contemporaine de la révolte de Ḥuǧr b. ‘Adī. On lui attribue deux fragments, mais on les attribue aussi à d'autres auteurs3.

  • 4 Dix vers (mètre wāfir, rime ru), dont la reconstitution nous paraît incertaine. Ils sont rapportés (...)

15Le premier4, qu'on pourrait situer chronologiquement aussi bien avant l'exécution de Ḥuǧr (en se fondant sur les vers 7 et 8) qu'après (vers 4), débute sur un ton lyrique ; s'adressant à la lune, la poétesse lui demande avec insistance de suivre Ḥuǧr (vers 1) dans sa marche vers Mu‘āwiya ou vers la mort (vers 2) ; tout en souhaitant plein succès à l'entreprise (al-salāma wa al-surūr) (vers 7), elle exprime ses craintes (vers 8). Ailleurs cependant (surtout au vers 4), elle semble évoquer la mort de Ḥuǧr, car elle s'indigne qu'il soit égorgé comme un chameau et rappelle, comme pour se consoler, la fatalité de la mort (vers 10). Au passage, elle invective Mu‘āwiya, un “ vieux qui rugit et se croit dans l'obligation de massacrer l'élite des guerriers ” (vers 8 et 9), sans oublier son lieutenant (wazīr, vers 9), sans doute ‘Amr b. al-‘Āṣ ou Ziyād b. Abīh.

  • 5 Deux vers (mètre sarī‘ ou raǧaz, rime ru), transmis par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 280 (repris par al-‘Ā (...)

16Dans le second fragment, la poétesse5 exprime sa tristesse et pleure la mort de Ḥuǧr.

17Quel qu'en soit l'auteur, ces vers sont importants par les invectives lancées contre Mu‘āwiya et ses partisans, et par l'attachement dont ils témoignent pour un guerrier mort en défendant la cause de ‘Alī et de ses descendants.

18Bibliographie

19Voir les notes.

117-Qays b. Fahdān al-Kindī

20Al-Marzubānī (Aḫbār, p. 54-56) le cite parmi les principaux poètes šī‘ites, et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al- Šī‘a (XXXXIII, p. 33) ; il aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn et serait mort en 51/670.

  • 6 N° 1 : deux vers (rime ra), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 276 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 30 ; (...)

21Il nous laisse trois fragments6, deux courts raǧaz et un long poème. Le premier raǧaz est une pièce de jactance tribale (faḫr) où le poète célèbre les exploits guerriers des siens à Ṣiffīn.

22Le second raǧaz, également parcouru d'un souffle guerrier, est un appel à soutenir Ḥuǧr b. ‘Adī où l'esprit de clan est manifeste.

23Plus important est le troisième poème. C'est un morceau d'allure classique qui s'ouvre par un prélude amoureux (vers 1-6) et qui mêle éloges et lamentations sur Ḥuǧr b.‘Adī : sa mort va détourner le poète de tout plaisir (vers 7), car lui et les siens sont plongés dans une profonde tristesse (vers 13-14, 32-33, 39-42) ; il invoque la malédiction divine et invective contre Mu‘āwiya et ses alliés (vers 8-12 et 20-22), coupables de ce crime ; après avoir rappelé les principales vertus de Ḥuǧr, et surtout sa générosité, son courage et sa piété, il déplore la défaillance de ses partisans (vers 35-38).

24Ainsi, Qays b. Fahdān enrichit la poésie šī‘ite, non pas en faisant l'éloge des ‘Alides, mais en célébrant un guerrier de son clan qui était un de leurs partisans et qui paya de sa vie la défense de leurs droits.

25Bibliographie

26– Ṭūsī, Riǧāl, p. 56

27– Ṭabarī, Tārīḫ, index

28– al-Marzubānī, Aḫbār, p. 54-56

29– Ibn al-Aṯīr, Tārīḫ, index

30– Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, IV, p. 90

31– al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 33.

118-‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Ṭā’ī

  • 7 Voir la notice 115.
  • 8 Voir la notice 177.

32Il combattit dans les rangs de ‘Alī, notamment à Ṣiffīn ; puis il soutint Ḥuǧr b.‘Adī al-Kindī7, après quoi, pour fuir les menaces du gouverneur de Kūfa, Ziyād b. Abīh, et sous la pression de son cousin ‘Adī b. Ḥātim al-Ṭā’ī8, il s'exila dans sa tribu de Ṭayy où il mourut peu avant 60/680.

  • 9 N° 1 : un vers (mètre ṭawīl, de rime ri), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 279 et Ṭabarī, Tārī (...)
  • 10 56 vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés entièrement par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 9-10 (vers 40-47) e (...)

33On lui attribue, outre deux courts fragments9, un long poème10 qui revêt une importance particulière. Les deux premiers morceaux relèvent du faḫr personnel et tribal ; le poète, dans un souffle épique, menace ses adversaires et souligne son courage et celui des siens dans la lutte aux côtés de ‘Alī à Ṣiffīn.

34Le dernier poème daterait de l'exil ; après un prélude amoureux (vers 1-2), divers thèmes se répètent et s'entremêlent : dans les vers 4-11, le poète pleure, avec un accent touchant, ses amis (ḫillān), invoquant sur eux la miséricorde de Dieu ; puis il rappelle avec admiration les mérites de Ḥuǧr b.‘Adī, son courage et sa piété (vers 12-15) : il évoque ensuite (vers 16-19) les guerriers morts avec lui, leur souhaitant un jugement facile dans l'au-delà et leur promettant ici-bas une fidélité et des pleurs éternels. Plus loin (vers 26-30 et 48), le poète décrit avec angoisse son exil, il exprime sa rancune contre les Ṭayy, ses contribules, qui l'ont abandonné (vers 21-25), et reproche surtout à ‘Adī b. Ḥātim (vers 41 et 47) de n'avoir pas tenu la promesse qu'il avait faite de le libérer et de le ramener à Kūfa. Au passage, comme pour se consoler, il se lance à plusieurs reprises (vers 24-25, 34-40 et 49-53) dans un faḫr où il rappelle sur un ton lyrique des exploits guerriers qui, s'ils étaient authentiques, aideraient à retracer sa participation aux diverses batailles des premiers temps de l'Islam.

35Enfin (vers 55-56), dans une profession de foi pleine de noblesse et de grandeur d'âme, le poète, du fond de son exil, proclame son attachement aux siens ; sans eux, il est vain de vivre.

36En conclusion, inspiré par l'exil, l'abandon et la déchéance, ce poème au lyrisme émouvant, écrit dans une langue d'une simplicité et d'un charme irrésistibles, recourt successivement au récit et au discours pour exprimer deux états d'âmes complémentaires, l'angoisse et l'amour-propre. De même que les deux premiers fragments, il témoigne de la fidélité d'un militant à une cause dont la défense coûta la vie à son ami Ḥuǧr b.‘Adī ; par là-même, il enrichit le champ thématique de la poésie ·ī‘ite qui ne se limite plus, avec lui, aux éloges de l'imām ‘Alī.

37Bibliographie

38– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

39– al-Mubarrid, Ta‘āzī, p. 303-304

40– Ṭabarī, Tārīḫ, index

41– Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, IV, p. 86-87

42– Ibn al-Aṯīr, Tārīḫ, III, p. 237-259

43– al-‘Āmilī, A‘yān XX, p. 225-226

44– Ḫalīf, Kūfa, p. 363-368.

119-‘Ubayda al-Kindī

  • 11 Mètre kāmil, rime ‘a ; rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 285 que reproduit al-‘Āmilī, A‘yān, XX, (...)

45À propos de Ḥuǧr b. ‘Adī al-Kindī, nous devons citer ‘Ubayda al-Kindī ; on ne sait pratiquement rien de lui, sinon qu'on lui attribue trois vers satiriques11 adressés à Muḥammad b. al-Aš‘aṯ, à qui il reproche son attitude, et surtout d'avoir abandonné Ḥuǧr. Si mince soit-il, cet apport d'un inconnu élargit le champ de la poésie šī‘ite et témoigne d'un esprit de solidarité envers des martyrs qui n'étaient pas d'origine ‘alide.

46Bibliographie

47Voir la note.

B-EN PRESENCE DE MU‘ĀWIYA

120-Umm al-Barā’ bint Ṣafwān

  • 12 Quatre vers (mètre kāmil, rime ri), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 110 et Mālaqī, Ḥadā’iq, (...)
  • 13 Quatre vers (mètre kāmil, rime li), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, III et Mālaqī, Ḥadā’iq, p. (...)

48On ne sait pratiquement rien de Umm al-Barā’ bint Ṣafwān b. Hilāl sinon qu'on lui attribue deux fragments poétiques. Le premier12 se rapporte probablement à la bataille de Ṣiffīn. La poétesse s'adresse à un guerrier (‘Amr ou Zayd selon les versions) qui pourrait être un parent à elle ; elle lui demande de prendre un sabre (vers 1), de monter à cheval et de se lancer courageusement à la guerre (vers 2) pour répondre à l'appel de l'Imām (sans doute ‘Alī) et massacrer ses ennemis (sans doute Mu‘āwiya et ses troupes) (vers 3). Elle regrette d'être une femme (‘awra) et de ne pouvoir écarter de l'Imām l'armée des Dépravés (fuǧǧār, vers 4). Le second13 est un thrène sur ‘Alī : Umm al-Barā’ insiste sur l'atrocité de son assassinat (vers 1) qui a provoqué la disparition du soleil (vers 2) ; ‘Alī était l'Imām juste, le meilleur des humains (vers 2 et 3) après le Prophète ; après sa mort, le droit et la justice (al-ḥaqq) vont être soumis à la fausseté (al-bāṭil) (vers 4).

49Éloges de ‘Alī, appel à le soutenir, attaques contre Mu‘āwiya, tels sont les thèmes principaux de ces deux courts fragments ; s 'ils sont authentiques, ils témoignent, d'une part du courage et de la dignité de cette femme qui aurait refusé l'aide de Mu‘āwiya et assumé la paternité de ces vers devant lui, d'autre part de la magnanimité de ce calife qui lui aurait envoyé ce dont elle avait besoin après avoir déclaré “ si je perds la maîtrise de moi (ḥilm), qui donc la gardera ?”

50Bibliographie

51– Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 110-111

52– Mālāqī, Ḥadā’iq, p. 74-75.

121-Bakkāra al-Hilāliyya

  • 14 Trois vers (mètre kāmil, rime du).
  • 15 Deux vers (mètre kāmil, rime na)
  • 16 Trois vers (mètre kāmil, rime )

53D'elle non plus, on ne sait pratiquement rien, bien que Kaḥḥāla (Nisā’, I, p. 137-138) la cite parmi les A‘lām al-Nisā’ et al-‘Āmilī parmi A‘yān al-Šī‘a (XIV, p. 84-85). Ibn Ṭayfūr et Ibn ‘Abd Rabbih, repris par al-‘Āmilī, nous rapportent d'elle trois courts fragments poétiques. Le premier14, adressé à Mu‘āwiya, lui prédit qu'il échouera dans sa lutte pour prendre le pouvoir. Le second15 s'adresse à un certain Zayd : la poétesse lui confie un sabre qu'elle gardait pour un jour de guerre et l'incite probablement à soutenir ‘Alī. Dans le dernier fragment16, Bakkāra proclame qu'elle préférerait la mort plutôt que d'avoir entendu les Umayyades maudire ‘Alī en chaire ; elle regrette que son âge la rende incapable d'interdire cette pratique contre les Āl Aḥmad.

54Dans leur brièveté, ces trois fragments présentent deux aspects de la poésie šī‘ite au premier siècle de l'Hégire : l'aspect guerrier et l'aspect politique. Ils témoignent par ailleurs de l'audace ou du courage de Bakkāra qui les aurait revendiqués devant Mu‘āwiya au moment où Marwān b. al-Ḥakam,‘Amr b. al-‘Āṣ ou bien Sa‘īd b. al-‘Āṣī (des partisans du calife) les rappelait à celui-ci. Cependant ces vers peuvent avoir été forgés par des šī‘ites pour mettre en relief le courage des pro-‘alides, ou tout aussi bien par des Umayyades pour montrer la magnanimité (ḥilm) de Mu‘āwiya ; en effet celui-ci aurait accueilli favorablement la requête de cette vieille femme malgré l'attachement qu'elle témoignait à ‘Alī, mais elle aurait finalement décliné l'offre du calife.

55Bibliographie sélective

56– Kaḥḥāla, Nisā’, I, p.137-138

57– Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 53-54

58– Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, II, p.104-105

59– al-‘Āmilī, A‘yān XXIV, p. 84-87.

122-Sawda bint ‘Umāra al-Hamdāniyya

60Nous ne savons rien de Sawda bint ‘Umāra b. al-Aštar (d'après Ibn ‘Abd Rabbih et Kaḥḥāla) ou bint ‘Umāra b. al-Āsik (d'après Ibn Ṭayfūr et al-‘Āmilī), bien qu'al-‘Āmilī la classe parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXV, p. 415-417).

  • 17 Quatre vers (mètre kāmil, rime ni), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 47 ; al-Waššā’, al-Fāḍil(...)

61Elle nous laisse deux fragments poétiques pro-‘alides, à propos desquels les sources qui les rapportent nous parlent de son audace auprès de Mu‘āwiya : comme elle se présentait à lui pour se plaindre de Busr b.  Arṯāt, le calife lui aurait rappelé quelles positions elle avait prise à la bataille de Ṣiffīn et quel poème17 elle avait alors composé : dans cette pièce, s'adressant à son frère, elle lui demande (vers 2 et 4) de porter secours à ‘Alī et al-Ḥusayn et d'humilier Hind et son fils (Mu‘āwiya) ; elle affirme que l'Imām est le frère du Prophète Muḥammad et elle exalte sa droiture et sa foi (vers 3).

  • 18 Deux vers (mètre basīṯ, rime na), rapportés par les mêmes sources.

62Le second fragment18 aurait été improvisé en présence même de Mu‘āwiya. Il s'agit d'un thrène sur ‘Alī où l'accent est mis sur sa justice et sa foi.

63S'ils sont authentiques, ces quelques vers, qui témoignent de l'obédience pro-‘alide de Sawda bint ‘Umāra et de sa témérité, s'apparentent à la poésie engagée.

64Bibliographie sélective

65Outre les sources citées en note voir :

66— Kaḥḥāla, Nisā’, II, p. 270-272.

123-Umm Sinān bint Ḫayṯama

67Nous avons neuf vers pro-‘alides de Umm Sinān, fille de Ḫayṯama b. Ḫaraša al-Maḏḥaǧiyya (ou al-Ǧušmiyya) dont on ne sait pratiquement rien, sinon que Mu‘āwiya les lui aurait rappelés alors qu'elle intervenait auprès de lui pour faire libérer son neveu mis en prison par Marwān b. al-Ḥakam alors gouverneur de Médine, après quoi il aurait accédé à sa demande.

  • 19 Cinq vers (mètre kāmil, rime du), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 92 ; Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd(...)

68Un premier fragment19 est une pièce laudative où Umm Sinān exprime son angoisse (vers 1), puis appelle les siens, les Maḏḥaǧ, à soutenir les Āl Aḥmad menacés par leurs ennemis (vers 2) ; elle vante les qualités de ‘Alī qu'elle compare à un croissant entouré d'étoiles (vers 3) ; c'est la meilleure des créatures, un guide sur le droit chemin (vers 4), constamment vainqueur dans les combats (vers 5).

  • 20 Quatre vers (mètre kāmil, rime ya), rapportés par les mêmes sources.

69Le second20 est un thrène sur Abū al-Ḥusayn (‘Alī), qui rappelle ses qualités morales et ses rapports avec le Prophète, puis insiste sur l'impossibilité de lui trouver un successeur qui soit de la même trempe que lui.

70Les circonstances qui les entourent, plus que les thèmes qu'ils développent, font la valeur de ces poèmes, témoins de la vénération et de l'amour qu'on éprouvait pour ‘Alī.

71Bibliographie

72Voir les deux notes.

124- Ṯābit b. al-‘Aǧlān

73Ṯābit b. al-‘Aǧlān al-Sulamī al-Anṣārī est cité par al-Marzubānī (Aḫbār, p. 39) parmi les principaux šī‘ites et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XV, p. 44-47). Il “aurait participé à la bataille de Badr et serait mort à Ṣiffīn ”(Ṭūṣī, Riǧāl, p. 36), ou bien, ayant survécu à cette bataille, il aurait défendu, devant le calife Mu‘āwiya, al-Ḥasan b.‘Alī contre ‘Amr b. al-‘Āṣ (Marzubānī, Aḫbār, p. 39).

  • 21 Mètre ṭawīl, rime mi ; rapportés par Marzubānī, Aḫbār, p. 39, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. (...)

74On a de lui quatre vers21, témoins de son obédience pro-‘alide. En effet, c'est un éloge, d'abord des Hāšimites (vers 1 et 2), hommes de la Prophétie et du droit chemin, par qui Dieu a sauvé l'humanité de la cécité (amā), c'est-à-dire de l'ignorance ou de l'égarement ; ensuite des Anṣār-s (Aws et Ḫazraǧ) (vers 3) ; les uns et les autres sont bien supérieurs à ‘Amr b. al-‘Āṣ et à (Mu‘āwiya) b. Abī Sufyān (vers 4).

75Toute l'importance de ces vers tient au fait qu'ils auraient été déclamés en présence de Mu‘āwiya.

76Bibliographie

77Outre les deux sources citées en note, voir aussi :

78– Ṭūsī, Riǧāl, p. 56

79– Ibn Ḥaǧar, Tahḏīb, II, p.14.

125-‘Abd Allāh b. Hāšim al-Mirqāl

80Al-‘Āmilī cite ‘Abd Allāh b. Hāšim b.‘Utba b. Abī Waqqās al-Zuhrī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXIX, p. 95-98). Les éléments de sa biographie sont assez troubles : il participa à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī et y porta son étendard après la mort de son père, dit al-Mirqāl ; après la bataille il prit la fuite, mais il fut capturé par Ziyād b. Abīh qui le présenta à Mu‘āwiya ; celui-ci finalement l'amnistia.

81Il nous laisse deux fragments poétiques dont on doit tenir compte.

  • 22 Un raǧaz de 3 vers (rime kāf), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 348 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, (...)

82Le premier22 daterait de Ṣiffīn. C'est une sorte de thrène dont se dégage une atmosphère de combat parce que ‘Abd Allāh b. Hāšim y relate la mort de son père et lui prédit la récompense dans l'au-delà.

  • 23 Sept vers (mètre ṭawīl, rime mi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 349 et Mas‘ūdī, Murūǧ, III (...)

83Le second23 daterait de la capture du poète : celui-ci s'adresse à Mu‘āwiya qui, sur les conseils de ‘Amr b. al-‘Āṣ, allait le faire mourir ; il s'attaque à ce dernier sur le ton de la satire et rappelle avec jactance les exploits des siens à Ṣiffīn ; puis, pour assurer sa vie, il rappelle le code de traitement des prisonniers et demande au calife de l'amnistier.

84Ces deux fragments, très brefs et rapportés exclusivement par des sources šī‘ites, laissent de côté les thèmes traditionnels que sont l'éloge de ‘Alī ou la proclamation de son droit à l'Imāmat ; ils témoignent cependant de la lutte qui opposait ses partisans aux gens de Mu‘āwiya et manifestent bien un aspect de la poésie šī‘ite à ses débuts : la déploration sur les guerriers morts au combat.

85Bibliographie

86Voir les deux notes.

126-Muḥammad b.‘Abd Allāh al-Ḥimyarī

  • 24 Dix-huit vers (mètre wāfir, rime mi), rapportés par Ṭabarī, BiŠāra, p.13, repris par Amīnī, Ġadīr (...)

87Nous n'avons pu identifier ce personnage, mais on lui attribue, à lui ou à son père ‘Abd Allāh, un poème24 qui nous semble important non seulement par les thèmes qu'il développe, mais aussi par les circonstances de sa composition. Mu‘āwiya aurait réuni en présence de ‘Amr b. al-‘Āṣ, dans une de ces séances dont il avait coutume, Muḥammad b. ‘Abd Allāh al­Ḥimyarī (ou son père), le célèbre poète ḫāriǧite al-Ṭirimmāḥ et un troisième personnage, Hi·ām al-Murādī qui pourrait lui aussi être ḫāriǧite ; il leur aurait demandé leur avis sur ‘Alī b. Abī Ṭālib, promettant une forte récompense à qui dirait la vérité. Al-Ṭirimmāḥ et Hišām al-Murādī se seraient lancés dans des invectives contre ‘Alī tandis que al-Ḥimyarī aurait improvisé ce poème qui lui aurait valu la récompense : le poète, prenant la défense de ‘Alī, se dit solidaire de lui (vers 12), non de ses adversaires (vers 16) ; ceux-ci ont feint d'oublier qu'il avait été désigné de la part de Dieu à Ḫumm (vers 14) ; le poète leur promet donc l'Enfer même s'ils font la prière et le jeûne pendant mille ans (vers 9) ; il proclame par ailleurs que ‘Alī est, après le Prophète, le meilleur des hommes (vers 2-3) ; reconnaître son imāmat est un article de foi (vers 4-5), car il est l'imām juste et pur (vers 7), le seul à garantir la pratique de la religion et la distinction entre le licite et l'illicite (vers 10 et vers 7).

88Ce poème assez long, rapporté exclusivement par des sources šī‘ites, est écrit dans le style de la polémique, mais la langue est trop coulante ou trop facile pour être d'époque ; tout cela nous incite à douter de son authenticité ; il a sans doute été composé par un partisan de Mu‘āwiya pour prouver son ḥilm, sa magnanimité. S'il était authentique, il témoignerait du courage de son auteur et montrerait quelle vénération il avait pour ‘Alī ; mais les qualités énumérées ne correspondent guère à l'image qu'avaient de lui les musulmans avant 40/660.

89Bibliographie

90Voir la note.

127- Ḏakwān, mawlā (client) d'al-Ḥusayn

91On ne sait pratiquement rien de Ḏakwān, client des Banū Hāšim ou d'al-Ḥusayn, qu'al-‘Āmilī cite parmi les A‘yān al-Šī‘a. Ibn Šahrāšūb nous transmet sous son nom deux fragments qui en font un poète šī‘ite.

  • 25 Trois vers (mètre wāfir, rime ni), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 39-40 et al-‘Āmilī, (...)
  • 26 Marwān b. al-Ḥakam s'était opposé au mariage de ‘Ā’iŠa, fille de ‘Uṯmān b.‘Affān, à al-Ḥasan b.‘Al (...)

92Le premier25 aurait été composé par Ḏakwān, sous le califat de Mu‘āwiya, pour répondre à Marwān b. al-Ḥakam26, gouverneur du Ḥiǧāz. C'est un éloge des Ahl al-bayt dont le poète affirme qu'ils sont purs de toute souillure et qu'ils ne sont comparables à personne ; en même temps, il s'attaque indirectement aux Umayyades, particulièrement à Yazīd qu'il traite de tyran (ǧabbār ‘anīd).

  • 27 Trois vers (mètre kāmil, rime di), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 82, repris par al-‘ (...)

93Le second fragment27 est sans doute une défense d'al-Ḥusayn, auprès de Mu‘āwiya ; le poète compare son patron à la lumière éclatante de la pleine lune ; il proclame qu'il est le meilleur des humains et que personne n'égale ses mérites.

94L'importance de ces vers tient plus aux circonstances qu'aux thèmes traités ; ils témoignent de l'audace du poète et de son attachement aux Banū Hāšim.

95Bibliographie

96Voir les trois notes.

Notes

1 N°1 : un raǧaz de 4 vers ou 7 Šaṭr (rime dī), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 244 ;
n°2 : un raǧaz de un vers (rime ri), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib et al-Madanī, Daraǧāt, p. 425, repris par al-‘Āmilī, XX, p. 200 ;
n°3 : 2 vers (mètre ṭawīl, rime rā), attribués à Ḥuǧr b. ‘Adī par Marzubānī, Aḫbār, p. 46, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 203, qui fait remarquer à juste titre qu'ils figurent dans un poème de ‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al- Ṭā’ī ; on doit par conséquent les éliminer ;
n°4 : cinq vers (mètre ṭawīl, rime ma), rapportés par Abū Miḫnaf, Maqtal, 5 ;
n°5 : un vers (mètre ṭawīl, rime ni), reproduit par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 200 ; Ḥuǧr l'aurait improvisé ou plutôt cité avant sa mort et on peut donc le négliger ;
n°6 : un raǧaz de 4 vers (rime iyyā), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 381 ; repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.145 et VIII, p. 52, al-Madanī, Daraǧāt, p. 423-424 et al-‘ Āmilī, A‘yān, XX, p.156 et également 160.

2 D'abord sa fille (ou sa sœur, ou sa mère ?) Hind, puis Qays b. Fahdān al-Kindī, ‘Ubayda al-Kindī et ‘Abd Allāh al-Ṭā’ī (voir les notices qui leur sont consacrées).

3 Voir les deux notes suivantes.

4 Dix vers (mètre wāfir, rime ru), dont la reconstitution nous paraît incertaine. Ils sont rapportés par Ibn Sa‘d, Ṭabaqāt, VI, p. 217 ; al-Dīnawarī, al-Ṭiwāl, p. 233 (qui les attribue à la mère de Ḥuǧr) ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 280 (H. b. Zayd b. Maḫrama) ; Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p. 188 (la fille de Ḥuǧr) ; Iṣfahānī, Aġānī, XVII, p. 95 (une femme de Kinda) ; Marzubānī, Aḫbār, p. 45 (idem.) ; Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, IV, p. 86 (Hind, sœur de Ḥuǧr) ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p. 54 ; Madanī, Daraǧāt, p. 427 reprend Mas‘ūdī ; enfin al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 322, reprend Ibn Sa‘d, Ṭabarī, Marzubānī et Ibn ‘Asākir.

5 Deux vers (mètre sarī‘ ou raǧaz, rime ru), transmis par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 280 (repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 225) et attribués à al-Anṣāriyya (Hind b. Zayd)ou al-Kindiyya.

6 N° 1 : deux vers (rime ra), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 276 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 30 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.155 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p. 212 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 30 ;
n° 2 : trois vers (rime lu), reproduits par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 260 ;
n°3 : quarante-deux vers (mètre kāmil, rime ri), rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 54-56 (sauf le vers 33) et Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, IV, p. 90 (vers 15-19, 26­33, 38-40 et 42), repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 224.

7 Voir la notice 115.

8 Voir la notice 177.

9 N° 1 : un vers (mètre ṭawīl, de rime ri), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 279 et Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 230 ;
n° 2 : un raǧaz de 2 ou 3 vers (rime a), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 279 et Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 31.

10 56 vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés entièrement par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 9-10 (vers 40-47) et p. 281-285 (vers 1-56) et par Ibn al-Aṯīr, III, p. 237-239 (vers 1-56) ; partiellement par al-Mubarrid, Ta‘āzī, p. 303-304 (vers 1, 8-10, 12, 14), Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, IV, p. 86-867 (vers 8-15) et al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 225-226 (vers 1-20). Il faut noter que Ḫalīf, Kūfa (p. 363-368) qui considère ‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Ṭā’ī comme “ le poète de la révolte de Ḥuǧr”, analyse seulement ce poème, dont il explique l'étendue et la perfection par le vide ressenti par son auteur ; cela est sans doute juste, mais ne permet cependant pas d'affirmer, comme le fait le critique, que le poète “ écrivit sans aucun doute d'autres poèmes.”

11 Mètre kāmil, rime ‘a ; rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 285 que reproduit al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 226 dans la notice consacré à Ḥuǧr.

12 Quatre vers (mètre kāmil, rime ri), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 110 et Mālaqī, Ḥadā’iq, p. 75.

13 Quatre vers (mètre kāmil, rime li), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, III et Mālaqī, Ḥadā’iq, p. 75.

14 Trois vers (mètre kāmil, rime du).

15 Deux vers (mètre kāmil, rime na)

16 Trois vers (mètre kāmil, rime )

17 Quatre vers (mètre kāmil, rime ni), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 47 ; al-Waššā’, al-Fāḍil, p. 78 et Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, II, p.102 ; repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 415.

18 Deux vers (mètre basīṯ, rime na), rapportés par les mêmes sources.

19 Cinq vers (mètre kāmil, rime du), rapportés par Ibn Ṭayfūr, Balāġāt, p. 92 ; Ibn ‘Abd Rabbih, ‘Iqd, II, p.109, repris par Kaḥḥāla, Nisā’, II, p. 364.

20 Quatre vers (mètre kāmil, rime ya), rapportés par les mêmes sources.

21 Mètre ṭawīl, rime mi ; rapportés par Marzubānī, Aḫbār, p. 39, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 47.

22 Un raǧaz de 3 vers (rime kāf), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 348 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 29, repris par al-‘Amilī, A‘yān, XXXIX, p. 95.

23 Sept vers (mètre ṭawīl, rime mi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 349 et Mas‘ūdī, Murūǧ, III, p.197, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIX, p. 96.

24 Dix-huit vers (mètre wāfir, rime mi), rapportés par Ṭabarī, BiŠāra, p.13, repris par Amīnī, Ġadīr II, p.177.

25 Trois vers (mètre wāfir, rime ni), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 39-40 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 54-59.

26 Marwān b. al-Ḥakam s'était opposé au mariage de ‘Ā’iŠa, fille de ‘Uṯmān b.‘Affān, à al-Ḥasan b.‘Alī et l'avait mariée à ‘Abd Allāh b. al-Zubayr ; lorsque Mu‘āwiya le chargea de demander pour Yazīd la main de ‘Umm Kulṯūm, fille de ‘Abd Allāh b. Ǧa‘far b. Abī Ṭālib, al-Ḥusayn, pour venger son frère al-Ḥasan, intervint et empêcha le mariage, ce qui aurait provoqué la fureur et les invectives de Marwān. Le poème de Ḏakwān serait la réponse à ces invectives (pour plus de détails, voir A‘yān, XXXI, p. 54-59).

27 Trois vers (mètre kāmil, rime di), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 82, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 55.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter