Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Première partie. La poésie šī‘ites : inventaire et analyse

Chapitre I. Œuvres de la première période (des débuts du šī‘isme jusqu'a l'assassinat de ‘alī en 40/660)

Texte intégral

A-Œuvres apocryphes ou d'authenticite douteuse

1Dans cette section, nous recensons un certain nombre de poètes dont la poésie pro-šī‘ite est, soit indiscutablement apocryphe, soit d'une authenticité plus ou moins douteuse. Cela pour plusieurs raisons : d'abord par souci d'exhaustivité, ensuite pour rectifier des attributions erronées et montrer combien il convient d'être critique dans l'utilisation des sources šī‘ites. Il est fort compréhensible qu'à une époque on ait éprouvé le besoin, à des fins de propagande, de forger des poèmes pro-‘alides et que, pour leur donner plus de poids, on les ait attribués à des poètes célèbres, éventuellement morts longtemps avant l'Islam ; il s'agissait de les faire participer à la vénération des Ahl al-bayt et à la défense des droits ‘alides à l'Imāmat, droits qui pour les šī‘ites sont fixés par Dieu même et son Prophète. Il est plus étonnant que, pour multiplier le nombre des poètes qui ont pleuré les malheurs des ‘alides et défendu leurs droits légitimes à l'Imāmat, des auteurs de grands recueils comme Ibn Šahrāšūb ou al-‘Āmilī n'aient témoigné d'aucun esprit critique dans leur travail de collecte.

1- Abū al-Ḥāriṯ b. As‘ad al-Ḥimyarī

  • 1 Un rağaz de 3 vers de rime ha (Manāqib, II, p. 257), le premier (Manāqib, II, p. 256) étant un fra (...)

2D'après Ibn Šahrāšūb (Manāqib, II, p.256-257), Abū al-Ḥāriṯ b.As‘ad al-Ḥimyarī aurait, sept cents ans avant l'Islam, composé au moins deux fragments dont le dernier1 affirmerait que ‘Alī est, pour le Prophète, comme Aaron pour Moïse. Nul ne doutera que ce fragment, s'il était authentique, suffirait à prouver l'obédience šī‘ite de son auteur. Hélas ! Les deux fragments sont sans nul doute apocryphes ! Mais on voit là à quel point de crédulité en vient Ibn Šahrāšūb dans son zèle à défendre les ‘alides.

3Bibliographie

4L'unique source est celle citée en note.

2- Quss b. Sā‘ida al-Iyādī

  • 2 Ses vers ont été réunis, avec des extraits de ses homélies, par L. Cheikho (Šu‘arā’ al-Naṣrāniyya,(...)

5Ce poète, mort lui aussi avant l'Islam, est classé par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.151) parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn. Selon Charles Pellat (EI2, p. 532), “ indépendamment d'une éloquence dont les spécimens en prose rimée qui en subsistent sont d'une authenticité fort douteuse ”, la tradition lui “ reconnaît quelque talent poétique ”2 et lui “ attribue une production dont les vestiges sont également suspects ”. À en croire Ibn Šahrāšūb, lui aussi aurait, bien avant l'Islam, composé des poèmes témoignant d'une obédience ‘alide.

  • 3 Un rağaz de 6 vers sur rime ma dans Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p. 287-288.

6Dans une première pièce3, il aurait juré ne pas s'ennuyer, même s'il lui fallait vivre deux mille ans, à condition de pouvoir rencontrer le Prophète Aḥmad et ses descendants nobles et sages. Il aurait reconnu les mérites de ces derniers et leur désignation comme héritiers (awṣiyā’) ; il aurait même prédit quelle opposition ils rencontreraient et leur aurait juré une absolue fidélité.

  • 4 Un rağaz de 2 vers sur rime lām dans Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 62.

7Un second poème4 prédirait les batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn et l'assassinat d'al-Ḥusayn à Karbalā. Ces poèmes sont évidemment apocryphes.

8Bibliographie sélective

9– Charles Pellat, EI2, V, p. 532-533

10– Quss, Dīwān (Cheikho)

11– Ibn Šahrāšūb, Ma‘ālim, p.151 ; et Manāqib (passim).

3- Labīd b. Rabī‘a

  • 5 D'après une donnée très connue (par exemple Ibn Qutayba, Ši‘r, p.195), mais qui “ est visiblement (...)

12Labīd b. Rabī‘a al-‘Āmirī, mort probablement à Kūfa vers 40/660, se serait converti à l'Islam à Médine en l'an 9/630 et, à partir de cette date, il se serait détourné5 de la poésie. Ainsi, d'après sa biographie, et aussi d'après son œuvre poétique, il n'a aucun titre à figurer dans un inventaire des poètes šī‘ites. Cela ne l'empêche pas d'être rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī ‘a (I, p.159) et d'être considéré par Ṣadr (Ta’sīs, p.185) comme un de leurs poètes, ces deux auteurs reproduisant d'ailleurs l'opinion de ‘Abd Allāh al-Iṣfahānī dans son Riyāḍ al-‘ulamā’, auquel nous n'avons pu avoir accès.

13Bibliographie sélective

14– Brockelmann, EI2, IV, p. 588-589

15– Blachère, H.L.A., p. 275-277

16– Labīd, Dīwān.

4- Abū Ǧahl

  • 6 Mètre basīṭ, rime ri : Manāqib, II, p. 289.

17Abū Ǧahl ou Abū al-Ḥakam ‘Amr b. Hišām b. al-Muġīra al-Maḫzūmī, mort en l'an 2/624, fut l'un des opposants les plus acharnés du Prophète. Néanmoins Ibn Šahrāšūb lui attribue trois vers6 qui, selon l'interprétation qu'il en donne, mettraient en garde les Mekkois contre ‘Alī, un personnage “ à nul autre pareil ”, à qui serait promis “ un jour ”, c'est-à-dire le règne sur “ citadins et bédouins ”, bref “ l'Imāmat ”. Le fragment est très probablement apocryphe.

18Bibliographie

19En plus de la source citée en note, voir l'article “ Abū Djahl ”, EI2, I, p. 118-119 (W. Montgomery Watt).

5- Al-Faḍl b. al-‘Abbās b.‘Abd al-Muṭṭalib

  • 7 Il s'agit des pièces 17, 30, 31 et 52 de l'œuvre poétique d'al-Faḍl b. al-‘Abbās b.‘Utba b. Abī La (...)

20Ce personnage, mort en 13/634 ou au plus tard en 18/639, n'a aucun titre à figurer dans notre inventaire, mais c'est un bon exemple des confusions que l'on rencontre. Reprenant sans aucun esprit critique des données d'Ibn Muzāḥim et de Ṭabarī, al-‘Āmilī le range parmi les A‘yān al-Šī‘a (XLII, p. 285-289), et cite de lui quatre poèmes7 qui dateraient de la bataille de Ṣiffīn (37/657). En fait ils sont l'œuvre d'autres poètes, en particulier d'al-Faḍl b. al-‘Abbās b.‘Utba b. Abī Lahab, mort en 95/713 (voir notice), avec qui al-‘Āmilī visiblement le confond.

21Bibliographie

22En plus des sources citées en note et dans le corps du texte, voir Mas‘ūdī, Murūğ, index (où est citée une riche bibliographie) et Ziriklī, A‘lām, V, p. 355.

6- Al-Nu‘mān b. Zayd al-Anṣārī

  • 8 Mètre sarī‘, rime ru. Rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, L, p.19 d'après al-Muqni‘ fī al-imāma d'al-Šā (...)

23On ne sait rien de lui ; néanmoins al-‘Āmilī l'inscrit aussi parmi les A‘yān al-Šī‘a (L, p.19) et lui attribue un fragment de 9 vers8 qui dateraient de la nomination d'Abū Bakr comme calife ; le poème dénonce cet acte (vers 1 et 9), blâme Quray· (vers 2) et fait l'éloge de ‘Alī (vers 3-7), usant de termes généralement réservés à Abū Bakr (Ṣiddīq) et à ‘Umar (Fārūq), puis célébrant sa vaillance (vers 7) et la précocité de son Islam (vers 8).

24Bibliographie

25Voir la note.

7- Zufar al-Asadī

  • 9 Mètre ṭawīl, rime lu ou li. Rapporté par Mufīd, Fuṣūl, p.218 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p.258 (...)

26Zufar b.Yazīd (ou Zayd ou al-Ḥāriṯ) b.Ḥuḏayfa al-Asadī : encore un poète dont nous ne connaissons pratiquement rien, mais tout de même enregistré par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p. 242) ; le jour de la Saqīfa, il aurait pris parti pour ‘Alī b.Abī Ṭālib. Al-‘Āmilī lui attribue deux vers9 qui appellent à soutenir ‘Alī : le qualifiant de “ waṣī ” (désigné par Allāh ou par le Prophète) et soulignant la précocité de son adhésion à l'Islam, ils invitent les musulmans à lui porter secours. S'il est authentique, ce fragment, que transmettent seulement des sources šī‘ites, est intéressant pour la connaissance de la genèse du šī‘isme et de certains termes du lexique de la poésie šī‘ite.

27Bibliographie

28Voir la note.

8- Abū Sufyān b. Ḥarb

  • 10 La première (2 vers de mètre basīṭ et de rime ni) est rapportée par Ya‘qūbī, Tārīḫ, II, p.138 et I (...)

29Abū Sufyān Ṣaḫr b. Ḥarb b. Umayya b.‘Abd Šams, mort vers 32/653, se joignit aux adversaires de Muḥammad dans les années qui précédèrent l'Hégire ; il se serait converti à l'Islam après la reddition de La Mecque et aurait pris parti contre Abū Bakr après la mort du Prophète. On lui attribue deux courtes pièces10 qui méritent l'attention.

30Dans la première, Abū Sufyān exprime son étonnement de voir le pouvoir (al-amr) échapper aux Banū Hā·im, et donc à ‘Alī b. Abī Ṭālib (vers 1) ; il célèbre les qualités de celui-ci (vers 2), son Islam précoce (le premier à faire la prière) et ses connaissances en matière de religion (al-aḥkām wa al-sunan).

31Dans la seconde, Abū Sufyān s'adresse directement aux Banū Hā·im ; il les prévient (vers 1) contre l'avidité des Taym b. Murra (groupe d'Abū Bakr) et des Banū ‘Adī (groupe de ‘Umar) et affirme (vers 2) que le pouvoir doit leur revenir en la personne d'Abū al-Ḥasan ‘Alī, qui manifestement en est digne.

32Ces deux courtes pièces prennent une valeur toute particulière du fait que leur auteur présumé n'est autre que le père de Mu‘āwiya, l'ancêtre des califes umayyades : il aurait ainsi reconnu le droit de ‘Alī au Califat le jour même de la querelle des Muhāğirūn et des Anṣār à la Saqīfa des Banū Sā‘ida. Leur intérêt pour la propagande pro-‘alide est évident. L'ennui, c'est qu'elles nous sont transmises uniquement par des sources šī‘ites, ce qui suffit à rendre leur authenticité suspecte.

33Bibliographie sélective

34– Abū Sufyān, EI2, I, p.155-156 (W. Montgomery Watt)

35– et les sources šī‘ites déjà citées en note.

9- Ka‘b b. Zuhayr b. Abī Sulmā

  • 11 Nous avons deux éditions du dīwān. de Ka‘b b.Zuhayr. La première, celle de Kowalski (Krakew-Pologn (...)

36Le poète11 Ka‘b b. Zuhayr b. Abī Sulmā, né avant l'Islam et mort à un âge très avancé en l'an 26/645 (d'après Ziriklī) ou même en l'an 45/666 (d'après al-‘Āmilī), est rangé parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) et parmi les A‘yān al-Šī‘a par al-‘Āmilī (XXXXIII, p.146-147).

37Cependant ni Ibn Sallām (Ṭabaqāt, p. 20-21), ni Ibn Qutayba (Ši‘r, p. 89-91), ni Iṣfahānī (Aġānī, passim), ni Marzubānī (Mu‘ğam, p. 230-231) ne mentionnent son šī‘isme. Ziriklī (A‘lām, VI, p. 81), Blachère (H.L.A., p.270-271) et Basset (EI2, II, p. 621-622 et IV, p. 330) n'en parlent pas non plus. En revanche, son dīwān. contient un long poème et un court fragment qui, s'ils sont de lui, le rattachent au mouvement ‘alide ; à ce titre, ils méritent l'analyse.

  • 12 Il s'agit du poème n° 1 (dīwān, p. 251-254) ajouté par l'éditeur qui le reproduit du manuscrit de (...)

38Le premier12, un poème de 28 vers composé sur le mètre basīṭ et la rime ru, se présente sous la forme d'une qaṣīda classique du type tripartite. En effet, les dix premiers vers constituent un prélude amoureux (nasīb). Le départ de la bien-aimée est décrit dans les quatre vers suivants. Le vers n° 11 sert de transition entre ce premier thème et celui de la description du voyage (vers 12-21) qu'entreprend le poète pour se rendre chez ‘Alī qu'il qualifie de ‘Alī al-Ḫayr (l'homme du bien). Enfin les sept derniers vers(22-28) célèbrent les vertus de ce dernier : il recherche des bonnes actions (al-ṣāliḥāt min al-af‘āl) (vers 22) ; par son mariage avec Fāṭima, il est le plus proche parent du Prophète (vers23) ; il a été un des premiers à adhérer à l'lslam (vers 24) ; il a combattu les tyrans de l'associationnisme (ṭuġāt al-širk) afin de faire triompher la religion d'Allāh (vers 25) ; son esprit de justice se manifesterait certainement sous son règne (vers 26) ; enfin il est supérieur à tous et jouit d'un mérite immuable que Dieu lui a conféré.

  • 13 2 vers ; fragment n° 15, p. 259, des pièces glanées par l'éditeur du dīwān, ‘Abbās ‘Abd al-Qādir, (...)

39Le deuxième13 fragment qui nous intéresse concerne al-Ḥusayn b.‘Alī. Par une caresse sur le front, le Prophète lui aurait, selon le poète, conféré la lumière et la noblesse de la Prophétie et des ancêtres.

40Même si elle est peu abondante et d'une authenticité douteuse, la part de la poésie šī‘ite dans l'œuvre de Ka‘b b. Zuhayr mérite d'être mentionnée, ne serait-ce que pour l'aspect politique du vers n° 26 ; s'il est vraiment de Ka‘b b. Zuhayr, il suffit à témoigner de son soutien à ‘Alī.

41Bibliographie sélective

42– Ziriklī, A‘lām, VI, p. 81

43– Basset, EI2, IV, p. 330

44– Blachère, H.L.A, p. 270-271

45– et surtout Ka‘b b. Zuhayr, Dīwān. (éd.‘Abd al-Qādir).

10- Ḥassān b. Ṯābit

46Disons-le d'emblée, l'obédience pro-‘alide du principal poète du Prophète, Ḥassān b. Ṯābit al-Anṣārī, mort à un âge très avancé en 40/660 pose, pour l'histoire de la poésie politico-religieuse, un épineux problème.

  • 14 Voir par exemple Balāḏurī, Ansāb, p. 392 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 430 ; al-Mufīd, Fuṣūl, p. 208 et (...)
  • 15 Le dīwān. de Ḥassān n'a pas reçu moins de 13 éditions, la première étant celle de Tunis en 1281/18 (...)

47En effet, d'une part, plusieurs auteurs anciens et non des moindres14 affirment qu'il était pro-‘uṯmānite, qu'il refusa de prêter serment d'allégeance à ‘Alī et qu'il appela au soutien de son adversaire Mu‘āwiya ; d'autre part, on ne trouve dans les multiples éditions de son dīwān15 aucune pièce qui témoigne de sentiments favorables à ‘Alī.

  • 16 Voir Muḥammad Ḥasan Āl Yāsīn dans la revue iraqienne al-Balāġ, n° 1, sixième année, Bagdad 1366/19 (...)

48Cependant le šī‘ite Ibn Šahrāšūb, dans ses Ma‘ālim (p.153), le range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-mutakallifīn ; le malékite Ibn al-Ṣabbāġ (Fuṣūl, p. 115) le considère comme le poète attitré de ‘Alī ; le šī‘ite contemporain al-Amīnī (Ġadīr, II, p. 34-65) le cite comme un des poètes d'al-Ġadīr ; enfin un autre contemporain, non moins šī‘ite, Muḥammad Āl Yāsīn, se fondant sur de multiples sources, presque exclusivement šī‘ites il est vrai, nous fournit pour compléter le dīwān, 7 pièces, soit 46 vers16 au total, où il semble que les tendances pro-‘alides de Ḥassān b. Ṯābit se manifestent clairement.

  • 17 PièceI : 5 vers, mètre kāmil, rime rā’ (Balāġ, p. 52-53). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 47, d'ap (...)

49Les deux premières17 ont un aspect purement laudatif. Se référant à des événements ou actes précis, Ḥassān met en relief diverses qualités de ‘Alī : sa générosité qui l'amena à faire don de sa bague lors d'une prière (pièce1, vers 1 et pièce 2, vers 3 et 4), son courage quand il dormit dans le lit du Prophète la veille du départ de celui-ci pour Médine (pièce 1, vers 2), sa piété et sa foi affirmées par le Coran lui-même (pièce 1, vers 3).

  • 18 6 vers, mètre ḫafīf, rime na (Balāġ, p. 55). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 46-47 que reprennent (...)

50Nous retrouvons cette dernière qualité dans une autre pièce18 qui relève à la fois de l'éloge et de la satire ; Ḥassān, opposant ‘Alī à al-Walīd b.‘Uqba b. Abī Mu‘ayṭ, souligne sa piété et lui promet le Paradis tandis qu'il prédit l'Enfer à son adversaire impudique.

51Cependant les quatre autres pièces sont plus importantes sur le plan politico-religieux.

  • 19 5 vers, mètre ṭawīl, rime ya (Balāġ, 56). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 40 que reprennent Ṭabarī (...)

52L'une d'elles19 semble se rapporter à un événement précis ; elle daterait de la bataille de Ḫaybar où le Prophète aurait guéri ‘Alī souffrant d'un mal aux yeux et lui aurait confié l'étendard ou le commandement ; Ḥassān, relatant ces faits, souligne la faveur dont jouissait ‘Alī (al-walī, l'ami ou le lieutenant, al-mu’aḫī, le frère) auprès de Muḥammad.

  • 20 a) 6 vers, mètre ṭawīl, rime ya (Balāġ, p. 57). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 30 et ‘Āmilī, A‘yā (...)

53Deux autres pièces20, où l'aspect politique est primordial, se rapportent au fameux épisode de l'étang de Ḫumm : dans un récit d'une langue très simple, Ḥassān b. Ṯābit relate la séance où le Prophète, sur l'ordre de Dieu transmis par l'Archange Gabriel, aurait désigné ‘Alī comme l'héritier de son pouvoir.

  • 21 9 vers (mètre ṭawīl, rime nūn), Balāġ, p. 53, rapportés plus ou moins entièrement par Ibn Abī al-Ḥ (...)

54Enfin la dernière pièce21, où l'éloge prédomine, rappelle, une fois de plus, les principales qualités de ‘Alī : son ascendant moral, sa défense de la religion, sa fidélité aux enseignements du Prophète et surtout la façon dont ce dernier l'a “ désigné ”. Elle affirme ses droits et répète qu'on doit lui obéir.

55Outre ces sept pièces publiées par al-Balāġ, nous signalerons, par souci d'exhaustivité, d'autres fragments dont certains ne figurent ni dans la revue ni dans le fameux Ġadīr d'al-Amīnī, retenant seulement ceux qui s'intègrent à la poésie pro-šī‘ite :

  • dans trois fragments22 où Ḥassān célèbre le courage et la vaillance de ‘Alī, l'aspect laudatif prédomine ;
  • une pièce23 à caractère laudatif présente ‘Alī comme l'élite de l'humanité, le premier des croyants et le plus généreux ;
  • deux pièces24 enfin établissent un parallèle, la première entre ‘Alī (par rapport au Prophète) et Aaron (par rapport à Moïse), la seconde entre Fāṭima et ses deux fils d'une part, Marie et le Christ de l'autre.

56L'on pourrait certainement trouver d'autres fragments de la même veine. Une nouvelle édition, critique et complète, du dīwān. de Ḥassān b.Ṯābit serait donc nécessaire. Contentons-nous pour le moment d'"évaluer" son apport à la poésie šī‘ite.

57Bien que la part de la poésie šī‘ite soit relativement mince dans son œuvre et qu'elle nous soit essentiellement transmise par des sources šī‘ites tardives qui inspirent la plus grande méfiance, on ne peut nullement la négliger. Même si elle est apocryphe, elle perpétue certains thèmes laudatifs, et aussi, mais moins nettement, politico-religieux. De toute façon, elle témoigne de la volonté de certains auteurs šī‘ites de faire participer les grands poètes de l'Islam à la vénération des Ahl al-bayt et à la défense des droits ‘alides à l'Imamat, droits dictés, selon eux, par Dieu même et son Prophète.

58Bibliographie sélective

59En plus des sources citées dans le corps du texte et dans les notes voir :

60– Blachère, H.L.A., II, p. 313-316

61– W.‘Arafāt, EI2, III, p. 279-281

62et sur la vie et l'œuvre de Ḥassān en général :

63– Iḥsān al-Nuṣṣ, Ḥassān b.Ṯābit Ḥayatuh wa ši‘ruh, Beyrouth,1965

64– et M.T. al-Darwīš, Ḥassān b.Ṯābit, Le Caire, s. d.

11- Ka‘b b. Mālik al-Anṣārī

65Ka‘b b.‘Amr b. al-Qayn al-Sulamī al-Ḫazrağī al-Anṣārī, mort en 50/670 ou 53/673, est l'un des trois grands poètes du Prophète avec Ḥassān b.Ṯābit et ‘Abd Allāh b.Rawāḥa. Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) le classe parmi les Šu‘arā’ al-bayt al-muqtaṣidīn et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p.160).

  • 25 En réalité Ka‘b consacre à ‘Uṯmān 8 pièces : une pièce de 3 vers (n° 27) où il incite les Anṣār-s (...)
  • 26 D'après le dīwān tel que l'a reconstitué Makkī al-‘Ānī, Ka‘b b. Mālik nous a laissé 590 vers répar (...)

66Cependant Ṭūsī chez les anciens (Amālī, II, p. 327) et Montgomery Watt (EI2, IV, p.330) chez les contemporains le considèrent comme un partisan du Calife ‘Uṯmān. Montgomery Watt notamment déclare : “ [...] l'on sait [...] qu'il devint partisan de ‘Uṯmān, qu'il soutint son Califat et qu'il composa une élégie25 après sa mort ; logique avec lui-même, il refusa de rendre hommage à ‘Alī.” L'analyse thématique26 du dīwān. de Ka‘b b.Mālik confirme manifestement son obédience ‘Uṯmānite et interdit donc de le classer parmi les poètes šī‘ites. Cette courte notice et la note qui l'accompagne ont donc pour seule fonction de réfuter les assertions d'Ibn Šahrāšūb et d'al-‘Āmilī, en supposant bien sûr que toute l'œuvre de ce poète nous a été conservée.

67Bibliographie sélective

68– Ziriklī, A‘lām, VI, p.85

69– W. Montgomery Watt, EI2, IV, p.329-330

70– et surtout Ka‘b b. Mālik, Dīwān.

B -ŒUVRES A THEMES LIMITES

a- À propos de la bataille d'al-Ǧamal

12-‘Uqba b.‘Umar

  • 27 6 vers (mètre ḫafīf, rime qi), rapportés par al-Ṭūsī, al-Amālī, II, p. 326.

71Abū Mas‘ūd ‘Uqba b.‘Umar : nous n'avons pas pu identifier ce poète, qui aurait tenté d'empêcher ‘Alī b. Abī Ṭālib de partir pour l'Iraq pour combattre Ṭalḥa et al-Zubayr ; le šī‘ite al-Ṭūsī lui attribue un fragment27 qui tient à la fois de la satire et de l'éloge dans un esprit de lamentation. En effet, tout en soulignant le caractère dramatique de ce départ et la tristesse qu'il cause chez Ḥiğāziens, et même à la terre entière et au ciel, d'une part le poète fait l'éloge de ‘Alī, qu'il présente comme le lieutenant (wazīr) du Prophète ; il rappelle sa compétence oratoire ainsi que la justesse de ses vues, avant d'invoquer sur lui le salut ; d'autre part, sans les nommer, il invective contre ses adversaires, des faibles, des misérables qui n'osent ni lever la tête, ni regarder devant eux.

72À en juger par cet unique fragment, ‘Uqba b. ‘Umar, qu'on pourrait considérer comme un partisan de l'arrêt des combats, n'en manifeste pas moins son attachement à ‘Alī et son dédain pour ses adversaires ; il témoigne de l'angoisse que ressentaient nombre de musulmans lors de ces luttes d'avant 40/660.

73Bibliographie

74En plus de la source citée en note, voir Ṭabarī, Tārīḫ (Index) (sans poésie).

13- Umm Salama

  • 28 Voir Kaḥḥāla, Nisā’, V, p. 221-227 qui cite une abondante bibliographie et souligne notamment l'op (...)
  • 29 Mètre basīṭ, rime si, rapportés par Ibn Bābawayh, Ma‘ānī, p. 376.

75Umm Salama Hind bint Umayya, morte vers 61-62/680-681, fut une des épouses du Prophète et aurait eu des sympathies28 pour ‘Alī. On lui attribue un fragment de trois vers29 où, dans un style sapiential, elle stigmatise ‘Ā’iš·a qui aurait perdu la raison et se serait avilie en participant à la bataille d'al-Ǧamal. Si mince qu'elle soit, et bien que transmise par une source šī‘ite, cette contribution d'Umm Salama à la poésie šī‘ite, montre, si elle est authentique, qu'elle désapprouvait l'attitude de ‘Ā’iša et donc se sentait solidaire de ‘Alī.

76Bibliographie

77Voir les deux notes.

14- Umm Ḏarīḥ al-‘Abdiyya

  • 30 Un rağaz de 3 vers (rime na), rapporté par al-Mufīd, Ǧamal, p.147.

78On ne sait rien d'elle, sinon qu'elle aurait été aux côtés de ‘Alī à la bataille du Chameau. Al-Mufīd lui attribue un fragment30 où elle menace ‘Ā’iša avec beaucoup de haine.

79Bibliographie

80Voir la note.

15- Sahl b.Ḥunayf

  • 31 Mètre mutaqārib, rime ba, rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, XIV, p.14, lequelest repris par Ma (...)

81Sahl b.Ḥunayf b. Wāhib al-Anṣārī fut l'un des Compagnons du Prophète et l'un des premiers à avoir soutenu ‘Alī et combattu dans ses rangs à la bataille d'al-Ǧamal et à celle de Ṣiffīn ; il mourut en 37/657. On lui attribue quatre vers31 qu'il aurait composés contre ‘Ā’iša.

82Le poète s'étonne que celle-ci ait pris l'initiative de combattre ‘Alī, alors que le Prophète lui avait conseillé de rester chez elle et de s'abstenir de toute action contre son cousin ; il lui reproche son “péché” (ḏanb) qu'ont révélé les aboiements des chiens de Ḥaw’ab, ainsi que ses appels néfastes à la guerre.

83Bibliographie

84Voir les sources citées en note, particulièrement Madanī, Darağāt, p. 388-391, et aussi Mas‘ūdī, Murūğ, Index où est citée une abondante bibliographie.

16- Rabī‘a al-‘Uqaylī

  • 32 Deux vers (rime mu), rapportés par Sayf, Ǧamal, p.163 ; Ṭabarī, IV, p. 517 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šar (...)

85De lui non plus, on ne sait pratiquement rien si ce n'est qu'il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille d'al-Ǧamal. Al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXI, p.183). On lui attribue un rağaz32 où il accuse ‘Ā’iša d'ingratitude et lui reproche d'oublier les affres de la guerre et le devoir de tendresse de la mère envers ses enfants.

86Bibliographie

87Voir la note.

17- ‘Ubayd Allāh b. Sālim

  • 33 Trois vers ou cinq šaṭr (rime yi), rapportés par al-Mufīd, Fuṣūl, p.149.

88De lui non plus, nous ne savons rien ; il serait mort à la bataille d'al-Ǧamal en combattant dans les rangs de ‘Alī. On lui attribue un rağaz33 qu'il aurait composé pendant la bataille et qui tient à la fois de la satire et de l'engagement politique.

89C'est une réplique à un partisan de ‘Ā’iša, un certain Ḥantama b. al-Aswad ; le poète le traite d'infortuné (šaqī) et dénonce son engagement dans le parti des égarés (ġuwāt, pl. de ġāwin). En revanche il proclame son obéissance et celle des siens à ‘Alī b. Abī Ṭālib, puis il blâme ‘Ā’iša pour avoir désobéi à son mari le Prophète : c'est une égarée qui est partie au combat en compagnie d'égarés (à savoir Ṭalḥa et al-Zubayr).

90Si bref qu'il soit et bien que transmis par une source šī‘ite, ce fragment est intéressant en raison des prétendues circonstances de sa composition et par son acharnement contre ‘Ā’iša et les adversaires de ‘Alī.

91Bibliographie

92Voir la note.

18- Al-Aḥnaf b. Qays al-Tamīmī

  • 34 Mètre ṭawīl, rime suivie de . Rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 51, reprispartiellement p (...)
  • 35 En effet Ch. Pellat (EI2, I, p. 313) souligne la neutralité d'al-Aḥnaf à la bataille du Chameau.

93Ṣaḫr b.Qays b. Mu‘āwiya al-Tamīmī, dit al-Aḥnaf : al-Marzubānī (Aḫbār, p. 49-51) le considère comme un des principaux poètes šī‘ites, Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p. 50) le range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVI, p. 275-281). Pour ce qui est de ses rapports avec le šī‘isme, il était à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī et mourut en 67/686-687 en se battant contre al-Muḫtār al-Ṯaqafī aux côtés de Muṣ‘ab b.al-Zubayr. Huit vers34 seulement le signalent à notre attention : en dépit d'une opinion répandue35, il y apparaît indirectement comme pro-‘alide ; en effet, dans cette pièce, il prend parti contre ‘Ā’iša, à qui il reproche sa participation à la bataille d'al-Ǧamal.

94Bibliographie sélective

95– Ch. Pellat, EI2, I, p. 313

96– al-Marzubānī, Aḫbār, p. 49-51

97– al-‘Āmilī, Ayān, XXXVI, p. 275-281.

19- ‘Abd b. Umm Kilāb al-Layṯī

  • 36 Mètre mutaqārib, rime ra. Rapportés notamment par al-Mufīd, Ǧamal, p.184 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 9 (...)

98Nous n'avons pu identifier avec précision ‘Abd b. Salama, appelé plus communément Ibn Umm Kilāb, bien qu'al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXIX, p.196). Il aurait annoncé à ‘Ā’iša, revenue de Saraf à Médine, la désignation de ‘Alī comme calife. On lui attribue six vers36 qui tiennent à la fois de la satire et de l'éloge.

  • 37 Notons que les 2 premiers vers du fragment sont attribués par Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.107 à ‘Ammār (...)

99S'adressant à ‘Ā’iša et lui rappelant son attitude envers ‘Uṯmān, qu'elle avait accusé d'impiété et dont elle avait ordonné la mort, Ibn Umm Kilāb37 lui fait endosser la responsabilité de cet assassinat qu'il considère d'ailleurs comme un acte sans grande importance ; puis il fait l'éloge du nouveau calife, dont il exalte les qualités guerrières et la fidélité.

100Bibliographie

101Voir la note.

20-Ḥabīb ou Ḍubayb b. Yasāf al-Anṣārī

  • 38 Un fragment de 4 vers de mètre ṭawīl et sur rime ‘u rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.152 (...)

102Encore un poète rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p.88-89), et qui reste cependant non identifié. Il serait le contemporain de ‘Alī. Des sources šī‘ites lui attribuent quatre vers38, composés à la bataille d'al-Ǧamal.

103S'attaquant à Ṭalḥa et al-Zubayr, ḤAbīb b. Yasāf leur fait endosser la responsabilité du meurtre de ‘Uṯmān, puis il dénonce leur attitude vis-à-vis de ‘Alī en les traitant d'égarés.

104Bibliographie

105Voir la note.

21- ‘Abd Allāh b. Ḥakīm al-Tamīmī

  • 39 Mètre mutaqārib, rime la. Rapporté par le šī‘ite al-Mufīd, Fuṣūl, p. 218.

106Lui non plus, nous n'avons pas pu l'identifier. On lui attribue trois vers39, qui dateraient de la bataille du Chameau ; il s'y désolidarise de Ṭalḥa et d'al-Zubayr, leur reprochant leur attitude envers ‘Alī b. Abī Ṭālib dont il fait l'éloge parce qu'il a adhéré à l'Islam avant eux.

107Bibliographie

108Voir la note.

22- Ziyād b. Labīd al-Anṣārī

  • 40 On attribue à Ziyād b. LAbīd deux fragments en plus de celui que nous analysons : le premier (5 ve (...)
  • 41 Un rağaz de 4 vers ou 7 šaṭr de rime ba, rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.145 (d'après Ab (...)

109Ziyād b. Labīd al-Bayāḍī al-Anṣārī fut gouverneur de Ḥaḍramawt au temps du Prophète et du calife Abū Bakr et il aurait participé à la bataille d'al-Ǧamal dans les rangs de ‘Alī. Des quelques vers40 qu'on lui attribue, nous retenons un court fragment41 qui daterait de cette bataille ; alliant le faḫr à l'éloge et à la satire, le poète célèbre les mérites des Anṣārs, notamment leur courage ; il vante leur fidélité et leur dévouement à ‘Alī qu'il qualifie de "waṣī", tandis qu'il dénonce les "mensonges" et l'injustice de ses ennemis.

110Bibliographie

111Voir la note.

23- Umayya al-‘Abdī

  • 42 Deux vers ou trois šaṭr (rime lām + hu), rapportés par al-Mufīd, Ǧamal, p.154.

112On ne sait rien de lui, sauf qu'il aurait participé à la bataille d'al-Ǧamal ; on lui attribue un rağaz42 qui rappelle les principales qualités de ‘Alī sur le plan religieux et moral, c'est-à-dire sa droiture et sa piété.

113Bibliographie

114Voir la note.

24- ‘Umar b. Ḥāriṯa al-Anṣārī

  • 43 Six vers (mètre mutaqārib, rime mu), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.144 (d'après Abū M (...)

115Nous n'avons pu l'identifier bien qu'il soit classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 23). Il aurait, lors de la bataille d'al-Ǧamal, pris la défense de Muḥammad b. al-Ḥanafiyya, que son père ‘Alī blâmait pour avoir battu en retraite. Dans le fragment qui nous intéresse, le poète, s'adressant43 à ‘Alī, commence par vanter ses qualités politiques et religieuses, puis il explique l'attitude de Muḥammad Ibn al-Ḥanafiyya – l'homonyme du Prophète et l'égal du désigné (samiyyu al-Nabī wa šibhu al-waṣī) – non par la peur mais par la nuée de flèches lancées contre lui alors qu'il s'apprêtait à l'attaque.

116Bibliographie

117Voir la note.

25- ‘Iṣām b. al-Muqša‘irr

  • 44 Mètre ṭawīl, rime mi ; rapportés par Sayf, Ǧamal, p.165 ; Ibn Sa‘d, Ṭabaqāt, V, p. 54 ; Zubayrī, N (...)

118‘Iṣām b. al Muqša‘irr al-Baṣrī : lui non plus, nous n'avons pu l'identifier bien qu'il soit classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXI, p.18-19). C'est lui qui, à la bataille d'al-Ǧamal, aurait tué Muḥammad b. Ṭalḥa b. ‘Ubayd Allāh. Il aurait alors composé six vers44, qui relèvent de la poésie guerrière et politique ; le poète y décrit son combat contre Muḥammad b. Ṭalḥa ; s'il l'a tué, c'est par conviction politique, parce qu'il ne suivait pas ‘Alī ; qu'ainsi périssent tous ceux qui ne suivent pas le juste parti.

  • 45 À savoir : Ka‘b b. Mudliğ ; Šaddād b. Mu‘āwiya ou Mu‘āwiya b. Šaddād al-‘Absī ; al-Muka‘bar al-Asa (...)

119Il faut ajouter que la paternité de ce fragment est aussi attribuée à au moins cinq autres poètes45, ce qui pose tout le problème de la transmission et de l'attribution de la poésie šī‘ite.

120Bibliographie

121Voir la note.

26- ‘Abd al-Raḥmān b.Hāšim

  • 46 Rime alif maqṣūra ; rapporté par Mufīd, Ǧamal, p.149.

122Également non identifié. On lui attribue un rağaz de 3 vers46 qui daterait de la bataille d'al-Ǧamal. Répliquant aux lamentations de Wā’il b.‘Umar sur Ka‘b b. Ṯawr, le poète insulte ce fidèle de ‘Ā’iša mort au combat et le traite d'homme injuste et impie, puis il étend ses invectives aux adversaires de ‘Alī, qui sont tous des égarés.

123Bibliographie

124Voir la note.

27- Umm Muslim

  • 47 Rime mīm ; rapporté par Sayf, Ǧamal, p.168 ; Mufīd, Ǧamal, p.143 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 529 et Ma (...)

125Nous n'avons pas pu l'identifier. Elle serait la mère d'un partisan de ‘Alī, Muslim b.‘Abd Allāh, mort à la bataille d'al-Ǧamal. On lui attribue un rağaz de 3vers47, qui tient à la fois du thrène et de la satire. Elle y évoque la mort tragique de son fils alors qu'il invitait ses adversaires à suivre les enseignements du Coran et à rallier le parti de ‘Alī ; puis elle stigmatise le rôle de ‘Ā’iša, seule responsable de la poursuite de cet injuste combat.

126Si bref que soit ce fragment, rapporté exclusivement par des sources šī‘ites, il confirme cependant que les attaques contre ‘Ā’iša constituaient l'un des principaux thèmes de la poésie ‘alide avant 40/660.

127Bibliographie

128Voir la note.

28- Al-Ḥağğāğ b.‘Ilāṭ

  • 48 Quatre vers (mètre kāmil, rime ), rapportés par Mufīd, Iršād, p.54 ; Ibn KAṯīr, Bidāya, VII, p. (...)
  • 49 Outre les deux poèmes que nous analysons, on attribue à al-Ḥağğāğ un rağaz contre les djinns (A‘yā (...)
  • 50 Cinq vers (mètre ṭawīl, rime nuha), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 545 (le vers1) et Ibn ‘Asā (...)

129Al-Ḥağğāğ b.‘Ilāṭ b.Ḫālid b. Ṯuwayra al-Sulamī est mort, vraisemblablement, après la bataille d'al-Ǧamal, et non sous le califat de ‘Umar comme le prétend al-‘Āmilī ; celui-ci, qui le range au nombre des A‘yān al-Šī‘a (XX, p.124-131), retient surtout de lui une pièce48 où il loue ‘Alī pour son exploit lors de la bataille de Uḥud. Quant à nous, du point de vue poétique49, nous préférons un thrène50 qu'il aurait composé pour son frère al-Mu‘arriḍ, tué à ses côtés dans la bataille d'al-Ǧamal. Après avoir décrit le combat (vers 1 et 2) et exprimé son émoi (vers 3), le poète rappelle les qualités de son frère, et comment il tenait à défendre son clan et à honorer les nobles (vers 4et5). Ce fragment montre bien que la poésie šī‘ite ne se contente pas de faire l'éloge des ‘alides, mais qu'elle célèbre les mérites de tous leurs partisans, particulièrement ceux qui sont morts en défendant leur cause.

130Bibliographie

131Voir les trois notes, et surtout al-‘Āmilī.

29- Ǧāriya b. Qudāma al-Sa‘dī

132Classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XV, p. 242-259), le Compagnon Ǧāriya (et non Ḥāriṯa) b. Qudāma al-Sa‘dī al-Tamīmī participa dans les rangs de ‘Alī aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn ; il lui resta fidèle après l'arbitrage ; il combattit avec lui contre les Ḫāriğites, puis à Baṣra contre Ibn al-Ḥaḍramī, l'envoyé de Mu‘āwiya dont il assiégea et incendia le château où il s'était enfermé, et enfin contre Busr b. Arṭāt en 40/660. Il faut noter surtout qu'à Médine il imposa la reconnaissance d'al-Ḥasan comme Imām ; cependant, sur la fin de sa vie, il se réconcilia avec Mu‘āwiya. Deux ou trois fragments de lui intéressent notre sujet.

  • 51 Quatre vers (mètre kāmil, rime fi), attribués à al-Sa‘dī et rapportés notamment par Sayf, Ǧamal, p (...)

133Dans le premier51, simplement attribué d'ailleurs à Sa‘dī (et ce pourrait ne pas être Ǧāriya b. Qudāma), le poète adresse de vifs reproches à Ṭalḥa et al-Zubayr, et donc aussi à ‘Ā’iša ; il insiste surtout sur l'injustice des deux premiers qui n'avaient pas hésité à exposer la veuve du Prophète à la bataille d'al-Ǧamal.

  • 52 Un rağaz de 3 vers, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 395 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.105, (...)

134Dans le second52, qui daterait de Ṣiffīn, le poète menace ‘Abd al-Raḥmān b. WAlīd (vers 1) du clan de Mu‘āwiya, puis, dans un faḫr personnel et tribal (vers 2) il exprime sa fidélité à ‘Alī, dont il exalte la vaillance (vers3).

  • 53 Cinq vers (mètre basīṭ, rime li), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 259 (d'après des manuscri (...)

135Le dernier fragment, lui aussi d'attribution douteuse53, relate l'une des actions merveilleuses (manāqib) de ‘Alī : il aurait fait reparaître le soleil (vers 1-3) ; après quoi, le poète réitère l'expression de sa fidélité, qualifiant ‘Alī de lumière de Dieu (nūr Allāh), (vers 4) adoré par les Envoyés d'Allāh depuis l'éternité (vers 5).

136Bibliographie

137En plus des sources citées en note et notamment al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 242-259, voir Mas‘ūdī, index et M.J. Kister, EI2, II, p. 292-493 (qui fournit une abondante bibliographie).

30- ‘Umayr b. al-Ahlab

  • 54 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime‘u), rapportés par Balāḏurī, Ansāb, p. 266.

138Encore un poète que nous n'avons pu identifier ; on lui attribue un fragment54 qu'il aurait improvisé juste avant sa mort alors qu'il combattait dans les rangs de ‘Ā’iša à la bataille d'al-Ǧamal. Regrettant cette action, il souligne la faute de ‘Ā’iša et invective contre les Qurayš en général, et les Taym, le groupe d'Abū Bakr, en particulier.

139Bibliographie

140Voir la note.

31- ‘Amr b. Uḥayḥa

  • 55 Six vers (mètre ḫafīf, rime bi), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146, repris par al-‘Ām (...)

141Il est classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 213), mais nous n'avons pu l'identifier. Des sources exclusivement šī‘ites lui attribuent un fragment55 qu'il aurait improvisé après le discours prononcé par al-Ḥasan b.‘Alī b. Abī Ṭālib en réponse à ‘Abd Allāh b. al-Zubayr lors de la bataille d'al-Ǧamal.

142Dans une allusion à ce discours, ‘Amr b. Uḥayḥa fait l'éloge d'al-Ḥasan, célébrant sa compétence oratoire et sa parenté avec le Prophète ; puis il fait l'éloge de ‘Alī, qualifié de waṣī (désigné) et de nağīb (noble) ; enfin il invective contre Ibn al-Zubayr et l'incohérence de son discours. Cet unique fragment a une indiscutable valeur documentaire, puisqu'il nous montre, dès avant 40/660, l'importance de la poésie et de l'art oratoire dans la lutte pour le pouvoir.

143Bibliographie

144Voir la note.

32- Šurayḥ b. Awfā

  • 56 En effet Ibn al-Ṣabbāġ, que reprend al-‘Āmilī (A‘yān, XXXII, p. 54-58), lui attribue faussement un (...)

145Considéré par al-‘Āmilī comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXXXI, p.54-55), Šurayḥ b. Awfa al-‘Absī, mort probablement peu après la bataille d'al-Ǧamal, ne semble pas, à la lumière des quelques vers qu'on lui attribue, faire partie des poètes šī‘ites56. Nous le mentionnons cependant pour signaler l'erreur d'al-‘Āmilī ; c'est une preuve de plus du caractère très douteux de certaines des attributions de celui-ci.

146Bibliographie

147Voir la note.

33- Anonymes

  • 57 Un rağaz de 2 vers de rime ya et un autre de 3 šaṭr de rime yah tous deux rapportéspar al-Mufīd, Ǧ (...)

148Un adepte de ‘Alī, combattant dans ses rangs à la bataille d'al-Ǧamal, aurait, en réponse à ‘Āṣim b. Murra et à al-Hayṯam b. Kulayb, tous deux partisans de ‘Ā’iša, improvisé deux rağaz57 contre cette dernière ; il l'accuse de désobéir au Livre et au Prophète et de se laisser emporter par l'égarement.

149Bibliographie

150Voir la note.

b-À propos de la bataille de Ṣiffīn

34- Al-Aṣbaġ b.Nubāta

  • 58 Trois vers (rime ğu), rapportés par Ibn Muzāhim, Ṣiffīn, p. 442 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p.173 (...)

151Inventorié par al-‘Āmilī (A‘yān, XII, p. 422-423), al-Aṣbaġ b. Nubāta b. al-Ḥāriṯ al-Tamīmī al-Muğāši‘ī fut l'un des partisans les plus fervents de ‘Alī b. Abī Ṭālib ; il serait mort après avoir combattu à Ṣiffīn. Du point de vue poétique, il se signale par un rağaz qu'il aurait composé dans la bataille : le poète, s'adressant à lui-même, commente la situation (vers 3)58 ; il appelle au combat et considère que la clémence (rifq) est l'attitude la plus efficace pour atteindre son but.

152Bibliographie

153Voir la note, et surtout al-‘Āmilī qui utilise plusieurs autres sources sunnites et šī‘ites qui insistent sur les qualités d'Aṣbaġ comme traditionniste, mais ne rapportent aucun vers de lui.

35- Kurdūs b.Hānī

  • 59 Mètre ṭawīl, rime ri. Rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 548 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, II, p. 2 (...)

154Nous n'avons pas pu identifier ce poète, qui aurait participé à la bataille de Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī. Selon des sources šī‘ites, il serait l'auteur de huit vers59 composés après l'arbitrage (al-taḥkīm). Le poète en refuse le résultat, et, comme dans une profession de foi, il manifeste son attachement à ‘Alī, vivant ou mort ; c'est lui l'Imām al-Hudā (le chef juste de la communauté). D'autre part, il rejette le pouvoir de Mu‘āwiya et appelle à le combattre.

155Ce fragment rend bien compte de l'attitude d'un partisan ‘alide qui, pour défendre le droit, préconise la guerre.

156Bibliographie

157Voir la note.

36- ‘Ā’iḏ b. Sa‘īd al-Muḥāribī

  • 60 Trois vers (rime dah) rapportés par al-Marzubānī, Mu‘ğam, p.168, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVI (...)

158‘Ā’iḏ b. Sa‘īd b.Ǧundub b. Ǧadīr b. Zayd al-Muḥāribī : recensé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVII, p. 9), il aurait participé du temps de ‘Umar aux batailles d'al-Qādisiyya, Ǧalulā et Nihāwand ; il aurait plus tard pris parti pour ‘Alī et combattu à ses côtés à la tête des Muḥārib à al-Ǧamal et à Ṣiffīn (37/657). Il y serait mort, mais aurait composé auparavant un rağaz60 qui lui donne droit à figurer ici : dans un faḫr personnel, il y célèbre sa vaillance, son courage et ses exploits guerriers contre les Injustes (Ahl al-qusūṭ), et se présente tel un lion, défendant ‘Alī et ses partisans.

159Bibliographie

160Voir la note.

37- Ḥamza b.‘Utba b. Abī Waqqāṣ

  • 61 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr (rime ) et quatre vers (mètre ḫafīf, rime ni) rapportés par Ibn Muz (...)
  • 62 Un fragment de 4 vers de mètre kāmil et de rime ni rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 377 et rep (...)

161Ḥamza b.‘Utba b. Abī Waqqāṣ al-Zuhrī, frère de Hā·im b.‘Utba dit al-Mirqāl, combattit à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī ; al-‘Āmilī le compte parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXVIII, p.177-178). On lui attribue trois courtes pièces qui auraient été composées dans la bataille : les deux premières61 sont des faḫr-s personnels où le poète vante son courage et sa volonté de s'engager dans un combat dont il rend compte ; dans la troisième62 qui tient autant de la satire que du faḫr, il menace ‘Amr b. al-‘Āṣ et décrit sa lâcheté et sa fuite.

162Les trois traduisent bien l'atmosphère qui régnait à Ṣiffīn et les sentiments d'un fidèle de ‘Alī.

163Bibliographie

164Voir la note.

38- Al-‘Ukbar b. Ǧadīr al-Asadī

165Al-‘Ukbar b. Ǧadīr b. al-Munḏir al-Asadī : nous n'avons pu l'identifier, mais al-‘Āmilī le range parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXI, p.27-28). Il serait l'un des principaux cavaliers de Kūfa et aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn ; il mourut donc après 37/657. On lui attribue un rağaz et un poème.

  • 63 Trois vers (rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 451 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. (...)

166Le rağaz63 serait une réponse à ‘Awf b. Mağza’a al-Murādī du clan de Mu‘āwiya ; le poète y compare d'abord le pays de Šām, désert où vivent seulement le borgne et le malintentionné, et l'Iraq pluvieux où réside l'Imām “ pur et purifié ” (ṭāhir muṭahhar) ; puis dans un faḫr personnel, il se fait gloire de ses ancêtres et d'être iraqien ; il conclut par des menaces contre son adversaire.

  • 64 Douze vers (mètre ṭawīl, rime li), rapportés par les mêmes sources juste après le rağaz.

167Le second morceau64 est un poème aux accents guerriers, écrit sur le mode narratif ; le poète y raconte comment il a tué son adversaire, ce même Murādī (vers 1-5), puis comment il a essayé de tuer Mu‘āwiya (vers 6-10) et le bonheur que cela lui aurait procuré (vers 11-12).

168Dans ces poèmes, nous sommes surtout sensibles au faḫr dont certains accents rappellent la poésie antéislamique : c'est l'honneur du poète de combattre dans les rangs de ‘Alī.

169Bibliographie

170Voir la note.

39- Qubayṣa b. Ǧābir

  • 65 Quatre vers (rime dal), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 311.

171Nous n'avons pu identifier Qubayṣa b. Ǧābir al-Asadī, qui aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn. On lui attribue un rağaz65 qui relève du faḫr tribal ; il y vante la force et la noblesse des Banū Asad, qualités qui les rendent semblables au lion et aux montagnes de Ṯabīr et de Uḥud et en font les meilleurs des fils de Ma‘add ; enfin il affirme sa volonté de combattre jusqu'à la mort.

172Bibliographie

173Voir la note.

40- ‘Abd Allāh b. al-Ṭufayl al-‘Āmirī

  • 66 Trois vers (rime nu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 312, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV (...)

174‘Abd Allāh b. Ṭufayl b. Ṯawr b.Mu‘āwiya al-Bakkā’ī al-‘Āmirī du clan des ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a : al-‘Āmilī le recense parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p.121) ; il participa dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn, portant l'étendard des Qays de Kūfa et de Hawāzin. Le šī‘ite Ibn Muzāḥim lui attribue un rağaz 66 qui tient à la fois du faḫr personnel et tribal ; il y célèbre la vaillance des gens de sa tribu et leurs perpétuels exploits guerriers ainsi que son propre courage. Nous retrouvons là un des principaux thèmes de la poésie šī‘ite avant 40/660 : l'exaltation de la fierté et de l'honneur de certains poètes et de leurs tribus dans le combat pour la défense des droits ‘alides.

175Bibliographie

176Outre les sources citées en note, voir Ibn Ḥağar, Iṣāba, notice 6334.

41- ‘Umayr b.‘Uṭārid al-Tamīmī

177‘Umayr b.‘Uṭārid b. Ḥāğib b. Zurāra al-Dārimī al-Tamimī : al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 224) ; il participa dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn, fut nommé par al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd en 66/685 gouverneur d'Āḏarbayğān et se rallia enfin au Calife umayyade ‘Abd al-Malik b. Marwān qui lui confia le gouvernorat de Hamaḏān.

  • 67 Rime mu, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 310, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p.145 et (...)

178Seules des sources šī‘ites nous transmettent de lui un rağaz qu'il aurait improvisé alors que, chef des Tamīm et des Hamdān de Kūfa, il portait leur étendard à une des journées de Ṣiffīn. Ces trois vers67, qui relèvent à la fois du faḫr tribal et personnel, célèbrent la vaillance et le passé glorieux de ces tribus et proclament le courage du poète et sa saine orientation dans sa foi et dans ses convictions politiques. Nous retrouvons le même thème que dans la notice précédente, essentiel dans la poésie šī‘ite avant 40/660.

179Bibliographie

180Outre les sources citées en note, voir Mas‘ūdī, Murūğ, index (qui signaled'autres sources).

42- ‘Arfağa b. Abrad al-Ḫušanī

  • 68 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr sur rime ba et un fragment de 3 vers de mètre basīṭ, sur rime du, rap (...)

181Al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p.16) ; cependant on ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn. Pour ce qui est de la poésie, il se signale à nous par deux68 courts fragments composés dans la bataille et qui relèvent tous les deux du faḫr tribal : prenant à témoin les tribus de ‘Akk, Kalb et Laḫm, sans doute alliées à Mu‘āwiya, le poète célèbre l'endurance, la vaillance et le triomphe des siens qui combattaient vraisemblablement aux côtés de ‘Alī. Ce sont des pièces polémiques qui évoquent des scènes de guerre.

182Bibliographie

183Voir la note.

43- Simāk b. Ḫaraša

  • 69 Il ne faut pas le confondre avec un autre Compagnon, al-Anṣārī al-Sa‘īdī, nommé également Simāk b. (...)
  • 70 Une pièce de 7 vers de mètre ṭawīl et sur rime ri, rapportée par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 375, repr (...)

184Simāk b. Ḫara·a al-Ǧu‘fī69 : bien qu'al-‘Āmilī le range au nombre des A‘yān al-Šī‘a (XXXV, p. 319), on ne sait pratiquement rien de lui. D'après les sept vers70 qu'on lui attribue, il aurait participé aux côtés de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. C'est encore une pièce de faḫr tribal et personnel, écrite sur le mode narratif, avec un lexique qui n'a rien à envier à celui des poètes de l'anté-Islam ; le poète y exalte les qualités guerrières de son clan et les siennes propres, selon un des thèmes chers à la poésie šī‘ite avant 40/660.

185Bibliographie

186Voir les deux notes.

44- Ma‘qil b. Qays al-Riyāḥī

  • 71 Quatre vers ou sept šaṭr (rime bi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 382, repris par alĀmilī (...)

187Ma‘qil b. Qays al-Riyāḥī al-Tamīmī, cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXVIII, p. 86), aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn, puis contre al-Ḫirrīt b. Rā·id ; par la suite, il aurait soutenu al-Ḥasān b.‘Alī avant de mourir en 43/663. On lui attribue un rağaz71 qui relève de l'éloge et du faḫr ; il y exalte les qualités de ses compagnons (aṣḥābī), probablement ‘Alī et ses partisans : leur vaste connaissance du Coran (Aw‘iyat al-Kitāb) et leur courage dans les combats.

188Bibliographie

189Outre les sources citées en note, voir Mas‘ūdī, Murūğ, index (qui en cite d'autres mais sans intérêt pour la poésie).

45- Al-Ḥurr b. Sahm b. Ṭarīf

  • 72 Quatre vers ou sept šaṭr (rime ), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.133, repris par Ibn Abī a (...)

190Al-‘Āmilī le classe parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p. 368-369), mais on ne sait pratiquement rien de lui, si ce n'est qu'il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. Nous avons de lui un rağaz72 qui relève du faḫr et de la satire. Il y invite son cheval à marcher sur le pays de Šām pour combattre ceux qui ont désobéi à l'Imām (‘Alī) ; par attachement pour ce dernier, il espère bien pouvoir décapiter la "tourbe" (ṭaġām) des Banū Umayya.

191Malgré sa brièveté, cette pièce, si elle est authentique (nous la connaissons seulement par des sources šī‘ites), exprime bien deux des principaux thèmes de la poésie pro-‘alide avant 40/660 : le dévouement à ‘Alī et l'acharnement contre ses adversaires.

192Bibliographie

193Voir les deux notes.

46- Ḥurayṯ b. Ǧābir al-Ḥanafī

194Ḥurayṯ b. Ǧābir al-Ḥanafī al-Bakrī, cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p. 387-395), fut l'un des plus fidèles partisans de ‘Alī ; il combattit dans ses rangs, notamment à Ṣiffīn à la tête des Banū Ḥanīfa ; c'est là qu'il aurait tué ‘Ubayd Allāh b.‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb, fils du second Calife ; des sources šī‘ites nous transmettent de lui deux courts fragments composés dans la bataille.

  • 73 Trois vers ou cinq šaṭr de rime ‘ah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 399 et Ibn Abī al-Ḥadīd (...)

195D'abord un rağaz73 où le poète, dans un faḫr tribal, célèbre le combat des siens pour la justice ; puis il s'attaque à ‘Ubayd Allāh b.‘Umar du clan de Mu‘āwiya et jure de le combattre à mort, au sein du clan fidèle et obéissant, celui de ‘Alī.

  • 74 Mètre wāfir, rime ru, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 488, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p (...)

196Ensuite un vers74 très vague qui semble évoquer l'arbitrage (al-taḥkīm).

197Dans sa brièveté, cette œuvre poétique d'un grand chef, fidèle de ‘Alī, confirme si besoin était son engagement et celui de son clan dans la cause ‘alide.

198Bibliographie

199Voir les deux notes.

47- Abū Ḥayya ‘Amr b. Ġaziyya al-Anṣārī

  • 75 Neuf vers (mètre kāmil, rime ‘i), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 379-380 et Ibn Abī al-Ḥadī (...)

200‘Amr b. Ġaziyya al-Anṣārī est rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 221) ; il aurait été un Compagnon du Prophète, mais l'on n'en sait guère plus sur lui. À Ṣiffīn, en combattant aux côtés de ‘Alī, il aurait composé un poème75 qui tient simultanément de la satire, de la poésie laudative et du faḫr tribal. En effet, il y célèbre ses exploits et ceux des Anṣārs en général dans le combat contre Mu‘āwiya (vers 3) et ses partisans (vers 1 et 2), puis il exalte les qualités des siens : la générosité (vers 5), la piété (vers 6), la vaillance (vers 8), la défense de la "Vérité" (vers 7) et de ceux qui appellent au secours (vers 5).

201Si courte soit-elle, cette pièce est un document qui témoigne du soutien apporté par les Anṣārs médinois à la cause ‘alide.

202Bibliographie

203Voir la note.

48- Bišr b. al-‘Aššūš al-Ṭā’ī

204À Bišr b. al-‘Aššūš (ou al-‘Assūs d'après Ṭabarī) al-Ṭā’ī al-Milqaṭī dont on ne sait pratiquement rien sauf qu'il serait mort peu après la bataille de Ṣiffīn (37/657), on attribue deux courts fragments poétiques qui témoignent d'une obédience šī‘ite.

  • 76 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 279 et Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 31.
  • 77 Voir notice.

205D'abord un rağaz 76 (par ailleurs attribué à Ibn ḪAlīfa al-Ṭā’ī77), où le poète, faisant son propre éloge, mobilise sa tribu les Ṭayy (les 3 premiers hémistiches) contre les ennemis de ‘Alī à Ṣiffīn ; il les appelle les Ahl al-Šām, et les traite de chefs de l'égarement (A’immat al-ḍalāl) engagés sur les chemins des ignorants (ğuhhāl).

  • 78 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime di), rapportés exclusivement par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 280.

206La seconde pièce78 daterait elle aussi de Ṣiffīn. Le poète, après avoir perdu un œil, se lamente sur son sort (vers 1 et 2) et souhaite la mort (vers 3) ; en dernier lieu (vers 4), il fait l'éloge de ses compagnons d'armes, fidèles de ‘Alī, et exalte leur vaillance.

207Invectives contre les ennemis, éloges de sa tribu et des partisans de ‘Alī, brièveté des poèmes, tout cela est conforme à ce que nous savons déjà de la poésie šī‘ite avant 40/660.

208Bibliographie

209Voir les trois notes.

49- Ḥuğr b. Qaṭ‘ān al-Wādi‘ī

  • 79 Mètre ṭawīl, rime ki, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 498, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, (...)

210Ḥuğr b. Qaṭ‘ān al-Wādi‘ī al-Hamdānī : il figure sur les listes d'al-‘Āmilī (A‘yān, XX, p. 230), mais nous n'avons pu l'identifier ; il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. Des sources šī‘ites lui attribuent neuf vers79 qui relèvent du faḫr, de la satire et de la description des combats. En effet, relatant une attaque menée par Sa‘īd b. Qays al-Hamdānī contre les troupes de Mu‘āwiya et la fuite de ce dernier (vers 1-3), le poète exalte (vers 4-9) la force et le courage des hommes de ‘Alī, notamment des Hamdān ; il décrit leurs exploits contre les ‘Akk et les Laḫm et la fuite de ceux-ci, pareils à des femmes ayant leurs règles (al-’imā’ al-‘awārik) ; au passage, il proclame son dévouement au "commandeur des croyants" et sa volonté de combattre à ses côtés (vers7).

211Bibliographie

212Voir la note.

50- Ḥuwayriṯa b. Sāmī (ou Sumayya) al-‘Abdī

  • 80 Rime rah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 383, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVIII/, p. 219- (...)

213Al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXVIII, p. 219-220). Il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. On lui attribue trois vers80 qui relèvent du faḫr et de la satire : rappelant les exploits guerriers des Justes (Ahl al-Ḥaqq) contre les Dépravés (al-fağara), le poète manifeste ainsi sa vénération pour ‘Alī et son acharnement contre ses adversaires.

214Bibliographie

215Voir la note.

51- Ẓabyān b.‘Umāra

  • 81 Trois vers (rime ‘i), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.172 et Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 370.

216Ẓabyān b.‘Umāra al-Tamīmī, cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVI, p. 353-354), aurait combattu tout jeune dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn ; plus tard, il aurait voulu empêcher al-Ḥasān de se réconcilier avec Mu‘āwiya. On lui attribue trois fragments composés dans la bataille, qui sont à la fois du faḫr et de la satire. Un premier rağaz81 évoque les tentatives de Mu‘āwiya pour priver les troupes de ‘Alī de l'eau de l'Euphrate ; le poète proclame sa volonté de combattre et invite à attaquer les Umayyades jusqu'à ce qu'ils se rendent et acceptent le “ droit ” ; en même temps, il stigmatise la traîtrise (ġadr) de ses adversaires.

  • 82 a) Un rağaz de 2 vers sur rime ya rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.147.
    b) Un fragment d (...)

217Les deux autres pièces82 exaltent le courage du poète et soulignent la dureté du combat, tout en vitupérant le clan des Banū Nāğia, leur vilenie et leur déchéance.

218Ainsi, dans ces poèmes, que seules nous transmettent les sources šī‘ites, ce sont toujours les deux mêmes thèmes fondamentaux de la poésie šī‘ite avant 40/660 : fierté et honneur de combattre dans les rangs de ‘Alī, attaque contre ses adversaires.

219Bibliographie

220Voir les deux notes.

52- Al-Munḏir b. Abī Ḥamīṣa al-Wādi‘ī

  • 83 Mètre ḫafīf, rime yah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 436 et par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI (...)

221On ne sait pratiquement rien de lui, mais al-‘Āmilī le classe parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXVIII, p.104). Il aurait été le poète et le cavalier des Hamdān qui combattaient à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī. Les sept vers83 qu'on lui attribue – satire, éloge et faḫr tribal à la fois – s'inscrivent bien dans la tradition de la poésie šī‘ite d'avant 40/660. Elles prennent violemment à partie les tribus des ‘Akk et des Aš‘ar, et plus généralement les troupes de Mu‘āwiya et du Šām que motive le seul intérêt matériel, tandis que les Hamdān et toutes les troupes de ‘Alī et de l'Iraq ne cherchent que la récompense divine ; ce seront donc eux les plus forts ; le poète exprime enfin la solidarité avec ‘Alī de lui et de tous les siens ;‘Alī est légitimement désigné par leProphète (waṣī) et fort de son amitié (walī).

222Bibliographie

223Voir la note.

53- ‘Āmir b.al-Amīn al-Sulamī

  • 84 Mètre kāmil, rime ma, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.364.

224On ne sait rien de lui, mais on lui attribue cinq vers84 où il semble se lamenter sur son âge avancé et les plaisirs passés ; puis affirmant être revenu sur lui-même, il invective Mu‘āwiya, un insensé (safīh) ; il déclare faire partie d'un groupe de partisans du "fils de leur Prophète (‘Alī ?)" qui cherchent le salut dans le combat. Des vers donc qui témoignent d'une obédience ‘alide.

225Bibliographie

226Voir la note.

54- ‘Abd al-Raḥmān b. Ḏu’ayb al-Aslamī

  • 85 Mètre wāfir, rime bi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 382, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I (...)

227Nous n'avons pu identifier ce poète, mais il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. Des sources šī‘ites lui attribuent cinq vers85 où il attaque Mu‘āwiya et son obstination dans l'égarement ; il s'engage à le combattre sous la direction du désigné (waṣī), c'est-à-dire ‘Alī b. Abī Ṭālib.

228S'il est authentique, ce poème est intéressant, malgré sa brièveté, non seulement à cause du thème – l'appel à combattre l'adversaire – classique dans la poésie pro-‘alide avant 40/660, mais aussi parce qu'il aide à préciser la genèse du lexique avec l'emploi du terme al-waṣī.

229Bibliographie

230Voir la note.

55- Šurayḥ al-Ḥāriṯī

  • 86 Mètre wāfir, rime ni, rapportés notamment par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 52-53 et par Ibn Durayd (Išt (...)

231Šurayḥ b. al-Ḥāriṯ b.‘Abd Allāh al-Ḥāriṯī al-Baṣrī : al-Marzubānī (Aḫbār, p. 52-53) le cite parmi les principaux poètes šī‘ites et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVI, p. 88-93). Il participa dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn et essaya en vain de convaincre Muslim b.‘Aqīl de tuer ‘Ubayd Allāh b. Ziyād dans la demeure de Hānī b.‘Urwa (Iṣfahānī, Maqātil, p. 97) ; il mourut vers 60/680. Nous avons de lui neuf vers86faḫr personnel et tribal, satire contre Mu‘āwiya – qu'on peut à la rigueur rattacher à la poésie šī‘ite, ou au moins pro-‘alide.

232Bibliographie

233Outre les sources citées dans le texte et en note, voir Ibn Qutayba, ‘Uyūn, I, p. 90 et ArdAbīlī, Ǧāmi‘ al-Ruwāt, I, p. 399 (que nous n'avons pu consulter).

56- Abū Ayyūb Ḫālid b. Zayd al-Anṣārī

  • 87 Mètre basīṭ, rime di, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 368, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ(...)

234Le fameux Compagnon Ḫālid b. Zayd b. Kulayb al-Ḫazrağī, plus connu sous la kunya d'Abū Ayyūb al-Anṣārī, chez qui le Prophète aurait habité en arrivant à Yaṯrib et qui participa aux principales batailles de l'Islam est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXIX, p. 72, 92) ; il aurait pris parti pour ‘Alī contre Abū Bakr, ‘Uṯmān et surtout Mu‘āwiya. Il mourut au siège de Constantinople en 52/672. Il nous laisse neuf vers87 qui témoignent de sentiments pro-‘alides et nous intéressent surtout par les circonstances de leur composition. Après avoir rappelé ses exploits au profit de l'Islam (vers 3), le poète répond aux menaces de Mu‘āwiya par des menaces plus virulentes encore (vers 4) ; il affirme sa fidélité à ‘Alī (vers 5), s'attaque aux Yéménites (vers 6, 7, 8) chez qui le calife umayyade a cherché et trouvé appui ; il dénonce enfin les “ crimes ” des Kalā‘ – dont Ḥawšab et les Banū Yaḥṣub – contre la justice. Dans ce fragment, unique mais important, Abū Ayyūb al-Anṣārī, sans se libérer du faḫr personnel et tribal, enrichit cependant la poésie pro-šī‘ite par l'évocation d'une certaine atmosphère guerrière.

235Bibliographie sélective

236Voir la note, et surtout al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 72-92 (qui utilise des sources diverses, notamment des ouvrages de Ṭabaqāt) et Madanī, Darağāt, p.314-319.

57- Mağza’a b. Ṯawr

  • 88 3 vers ou 5 šaṭr sur rime yah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 305 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ(...)

237Mağza’a b. Ṯawr b.‘Ufayr al-Sadūsī, qu'al-‘Āmilī range parmi les A‘yān al-Šī‘a (VII-VIII, p.177), était le chef des Bakr sous le calife ‘Umar et il aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn. Selon Ibn Muzāḥim, il aurait composé un rağaz88. Deux éléments thématiques y dominent : le faḫr personnel, lorsque le poète vante son courage à frapper les partisans de Mu‘āwiya, l'invective quand il vitupère les défauts physiques et moraux de son adversaire.

238Cet apport très minime est par ailleurs contesté, puisque d'après notre source, le rağaz en question est aussi attribué à d'autres personnages.

239Bibliographie sélective

240– Al-‘Āmilī, A‘yān, VII-VIII, p.177 (où il est dit Abū Mağza’a)

241– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 305, particulièrement la note 2 sur l'attribution du rağaz

242– al-Ǧāḥiẓ, Bayān, III, p.108

243– al-Mubarrid, Kāmil, II, p. 207

244– Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p. 240

245– Ibn Ḥağar, Iṣāba, n° 7730, t. 3, p. 324.

58- Ma‘arrī b. Aqbal al-Hamdānī

  • 89 Dix vers (mètre wāfir, rime ‘u), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.164, repris par Ibn Abī al-Ḥ (...)

246Nous ne savons pratiquement rien de lui, si ce n'est qu'il aurait participé dans le rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn et qu'il y aurait composé un poème89. Évoquant les efforts de Mu‘āwiya pour empêcher les troupes de ‘Alī d'accéder à l'eau del'Euphrate, le poète profère contre lui de vives menaces qui témoignent de son obédience šī‘ite.

247Bibliographie

248Voir la note.

59- ‘Alqama b.‘Amr

249Al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXI, p. 30-31), mais nous n'avons pas pu l'identifier. Il aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. De source šī‘ite, on lui attribue deux fragments qui relèvent à la fois du faḫr personnel et de la satire.

  • 90 Quatre vers de rime bi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.194, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXX (...)

250D'abord un rağaz90, où le poète menace un certain ‘Awf du clan de Mu‘āwiya qui s'apprêtait à l'attaquer ; entre autres invectives, il l'accuse de lâcheté et d'impiété.

  • 91 Dix vers (mètre sarī‘, rime mah), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.195, reprispar al-‘Āmilī, A (...)

251Le second poème91 commence par un faḫr personnel où le poète vante son courage et sa vaillance ; puis il s'adresse aux mânes du même ‘Awf qu'il atué, réitère ses invectives et les étend à Abū Sufyān Ṣaḫr b.Ḥarb et à son fils Mu‘āwiya, des hommes injustes (ẓulm), hypocrites (nifāq), qui n'échapperont pas à l'Enfer qui leur est promis.

252On retrouve dans ces deux pièces les thèmes traditionnels de la poésie šī‘ite avant 40/660 : la fierté de combattre dans les rangs de ‘Alī, les attaques contre l'adversaire, en particulier Mu‘āwiya.

253Bibliographie

254Outre les sources citées en notes, voir Ṭabarī, Tārīḫ, index.

60- Al-Ḥāriṯ b. Naḍr al-Ǧušamī (ou al-Naḍr b. al-Ḥāriṯ)

  • 92 a) Sept vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 423, repris par Ibn Abī (...)

255Al-Ḥāriṯ (ou al-Ḥarṯ) b. Naḍr al-Ǧušamī (ou al-Ḫaṯ‘amī) : on ne sait rien de lui, sauf qu'il aurait combattu à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī. On lui attribue deuxfragmentspoétiques92 qui relèvent delasatire et de l'éloge.

256S'attaquant à ‘Amr b. al-‘Āṣ, dont il stigmatise la prétention, et à Busr b.Arṭāt, le poète les menace en soulignant leur lâcheté et leur peur de ‘Alī, dont il vante par contraste le courage.

257Bibliographie

258Voir la note.

61- ‘Abd Allāh b. Suwayd al-Ǧurašī

  • 93 Mètre basīṭ, rime ri, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 344, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV (...)

259‘Abd Allāh b. Suwayd al-Ḥimyarī al-Ǧurašī, qui est classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p. 116), aurait participé à la tête des Ǧuraš à la bataille de Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī. On lui attribue cinq vers93 où il s'adresse à ‘Amr b. al-‘Āṣ pour lui reprocher son combat contre ‘Ammār b. Yāsir. Il exprime sa rancune contre le premier et fait l'éloge du second, dont il vante la vaillance.

260Bibliographie

261Voir la note.

62- ‘Abd al-Raḥmān b. al-Sā’ib (ou Kuṯayyir b. al-Ṣalt)

  • 94 Mètre basīṭ, rime bah, rapportés par Ṭūsī, Amālī, I, p. 238 (Kuṯayyir) et II, p.238 (b.al-Sā’ib), (...)

262On attribue à ‘Abd al-Raḥmān b. al-Sā’ib, qui était probablement le neveu de Maymūna al-Hilāliyya, une des femmes du Prophète (Ibn Sa‘d, Ṭabaqāt, VII, p. 480), ou bien à Kuṯayyir b. al-Ṣalt, quatre vers94 dont toute l'importance résulte des circonstances de leur composition : en effet lorsque Ziyād b. Abīh ordonna aux gens de Kūfa de maudire ‘Alī, le poète aurait vu en rêve un personnage bizarre qui se serait présenté comme al-Naqqād ḏū al-Raqaba, peste envoyée contre le gouverneur umayyade qui mourut le lendemain. Les quatre vers rapportent l'ordre de Ziyād et racontent sa mort, foudroyé par al-Naqqād.‘Alī est présenté comme le protecteur de l'Islam, tandis que les Umayyades, par antithèse, sont des mécréants et des impies.

263Bibliographie

264Voir la note.

63- Abū Ǧahma al-Asadī

  • 95 Voir sur lui Ṣāliḥ al-Bakkārī, Ka‘b b.Ǧu‘ayl : Aḫbāruh wa aš‘aruh, C.A.R. (sous notre direction à (...)

265Abū Ǧahma (ou Ǧahm, d'après Ibn Kaṯīr, Bidāya) al-Asadī, que nous n'avons pu identifier, serait contemporain du poète Ka‘b b. Ǧu‘ayl al-Taġlibī, mort vers 55/67595. Il aurait composé à Ṣiffīn deux courts poèmes qu'on doit répertorier.

  • 96 Un rağaz de 2 vers rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.362, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, VI, p.273

266Le premier96 est un faḫr personnel où le poète vante son propre courage et se compare à un lion.

  • 97 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime fu) rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 361, reprispar al-‘Āmilī, (...)

267Le second97, composé en réponse à Ka‘b b. Ǧu‘ayl, rappelle l'attaque lancée par les Umayyades contre ‘Alī, et le soutien que celui-ci a reçu de plusieurs nobles personnages avant l'appel à l'arbitrage.

268Bibliographie

269Outre les deux sources citées en note, voir Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 266 (où il est question du deuxième fragment).

64- Ṭulba b. Qays b.‘Āṣim

  • 98 Mètre ṭawīl, rime mi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 554, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV (...)

270Ṭulba (ou Ṭaliba) b. Qays b.‘Āṣim al Minqarī figure sur les listes d'al-‘Āmilī (A‘yān, XXXVI, p. 335), mais on n'a pas pu l'identifier. Il serait mort peu après la bataille de Ṣiffīn. Il nous a laissé quatre vers98 qui expriment d'abord sa jalousie vis-à-vis d'al-A·tar, de ‘Adī b. Ḥātim et de Šurayḥ b. Hānī parce que ‘Alī b. Abī Ṭālib (vers 1-2) les préfère, ensuite sa fidélité indéfectible à celui-ci (vers 3-4), dont il se dit prêt à être la rançon.

271Bibliographie

272Voir la note.

65- Mālik b. al-Ǧulāḥ al-Ǧušamī

  • 99 Mètre ṭawīl, rime su, rapportés presque exclusivement par des sources šī‘ites : Ibn Muzāḥim, Ṣiffī (...)

273Mālik b. al-Ǧulāḥ b. Ṣāmit al-Ǧušamī qui mourut à la bataille de Ṣiffīn en 37/657, mérite de figurer ici à cause de deux vers99 improvisés dans la bataille en réponse à un rağaz attribué à Bišr b.‘Iṣma du clan de Mu‘āwiya. En effet, bien que le poète n'y exprime pas ses convictions ‘alides, il y raconte le combat en général et sa défaite devant son adversaire pro-umayyade. L'intérêt est donc lié aux circonstances ; de plus la description de l'atmosphère guerrière et la polémique entre combattants des deux clans adverses constituent un aspect important de la poésie šī‘ite avant 40/660.

274Bibliographie

275Voir la note.

66- ‘Abd Allāh b.‘Abd al-Raḥmān al-Anṣārī

  • 100 Mètre ḫafīf, rime ta, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 459, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV (...)

276On ne sait rien de ‘Abd Allāh b.‘Abd al-Raḥmān al-Anṣārī qu'al-‘Āmilī cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p.129-130). On lui attribue sept vers100 qui dateraient de Ṣiffīn ; le poète s'y adresse à un certain ‘Urwa b.Dāwūd al-Dimi·qī qui se serait proposé pour combattre ‘Alī b. Abī Ṭālib à la place de Mu‘āwiya, lequel avait refusé un tel combat ; le morceau, en style polémique, fait l'éloge de ‘Alī, célèbre ses qualités guerrières et sa piété, puis menace ses adversaires.

277Bibliographie

278Voir la note.

67- Muḥammad b. Sa‘īd al-‘Āmirī

  • 101 Onze vers, rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 418 et Qifṭī, Muḥammadūn, p.479-480.

279À Muḥammad b. Sa‘īd al-‘Āmirī al-Dimišqī que nous n'avons pu identifier, est attribué un rağaz101 dont il ne reste que le prélude (un long développement sur la vieillesse du poète). La partie qui nous intéresserait semble irrémédiablement perdue ; le poète y aurait maudit (sabba) les deux premiers califes Abū Bakr et ‘Umar, manifestant ainsi son obédience ‘alide.

280Bibliographie

281Voir la note.

68- Muḥammad b. Abī Sabra al-Qurašī

  • 102 Sept šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 436.

282À Muḥammad b. Abī Sabra al-Qurašī que nous n'avons pu identifier, est attribué un rağaz102 qui relève de la jactance, de la satire et de l'éloge. Rappelant l'injustice (ğawr) du calife ‘Uṯmān et le traitant de na‘ṯal (barbu et peu doué de raison), le poète célèbre les exploits guerriers des siens et leur fidélité à ‘Alī, dont il souligne les vastes connaissances en matière de Tradition (al-sīra).

283Bibliographie

284Voir la note.

69- Un parent de ‘Amr b. al-‘Āṣ

  • 103 Quinze vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.41-42, repris par Ibn Abī (...)

285À l'oncle paternel, ou à un cousin, de Amr b.al-‘Āṣ, est attribué un poème103 d'invective contre ‘Amr ; le poète lui reproche notamment d'avoir vendu sa religion dans l'espoir d'être nommé gouverneur d'Égypte par Mu‘āwiya. En même temps, il vitupère ce dernier et fait par antithèse l'éloge de ‘Alī.

70- Anonymes

  1. À un homme de l'armée de Kūfa ou de l'Iraq, donc celle de ‘Alī, sont attribués trois rağaz104 de la même veine ; ce sont des satires contre le calife ‘Uṯmān, qui une fois de plus est traité de na‘ṯal et dont l'injustice est dénoncée en termes virulents : ḥukm al-ṭuġāt (dictateurs) et ḥukm al-šayṭān (Satan).
  2. À un inconnu (ba‘ḍuhum) est attribuée une pièce105 qui daterait de la bataille de Ṣiffīn. Évoquant la tentative des troupes du Šām pour empêcher celles de l'Iraq d'accéder à l'eau del'Euphrate, le poète rappelle l'exploit des siens à la bataille d'al-Ǧamal, puis il invite à l'attaque en faisant l'éloge de ‘Alī et en montrant tout l'intérêt qu'il y a à combattre dans ses rangs.
  3. Un des Anṣār se voit attribuer un poème106 qui daterait du début des hostilités entre ‘Alī et Mu‘āwiya. Le poète innocente ‘Alī de toutes les accusations qui l'impliqueraient dans le meurtre de ‘Uṯmān ; il rappelle le rôle qu'ont joué contre lui les deux cheikhs (al-šayḫayn) Abū Bakr et ‘Umar, puis il invective, sans les nommer, contre Ṭalḥa et al-Zubayr en soulignant leur trahison ; il attaque enfin Mu‘āwiya et ‘Amr b. al-‘Āṣ.
  4. Un homme du Šām ou de Kūfa se voit attribuer un éloge107 qui exalte les qualités religieuses et morales de ‘Alī, ainsi que sa parenté avec le Prophète ; après ce dernier, il est le meilleur des hommes.
  5. Un rağaz108 attribué à un homme de Azd rappelle la désignation de ‘Alī comme waṣī par le Prophète.
  6. Un rağaz109, attribué à un Iraqien, tient à la fois de l'éloge et de la menace : il exalte la vaillance de ‘Alī, le compare à un lion et avertit ses adversaires de se méfier de ses attaques.

c- Œuvres de propagande politique.

71- Zuḥar b. Qays al-Ǧu‘fī

  • 110 Il est aussi appelé Zağr ou Zaḥr ; voir Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.15 note I. Nous avons adopté la lec (...)

286Zuḥar110 b. Qays b. Mālik al-Ǧu‘fī, qu'al-‘Āmilī cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXII, p.174, 179), aurait combattu à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī ; ce dernier l'aurait envoyé à son oncle maternel Ǧarīr b.‘Abd Allāh al-Bağalī gouverneur de Hamaḏān du temps de ‘Uṯmān, pour solliciter, avec succès, son ralliement ; plus tard cependant, à Karbalā, il se serait rangé contre al-Ḥusayn. Deux courts fragments poétiques seulement lui valent de figurer dans cet inventaire.

  • 111 Deux vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.16, reprispar al-Amīnī, Ġad (...)

287Le premier111 invite Ǧarīr al-Bağalī à se rallier à ‘Alī ; pour cela, il fait l'éloge de celui-ci, le meilleur des hommes après Aḥmad (le Prophète).

  • 112 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr, rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.147 (d'après Abū Miḫnaf), (...)

288Dans le second112, où se mêlent le faḫr personnel, l'éloge et la satire, Zuḥar b. Qays décrit son acharnement dans le combat aux côtés de ‘Alī ; il célèbre les principales qualités de celui-ci : meilleur des Quray· après le Prophète, désigné (waṣī) par Dieu ; enfin il s'attaque à ses ennemis qu'il traite d'“ égarés ”.

  • 113 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.147 et, repris par al-‘Āmilī, XXXII, p.1 (...)

289Bien que quantitativement minime113, l'apport de Zuḥar b. Qays a une certaine importance historique pour l'étude du lexique technique de la poésie šī‘ite à ses débuts.

290Bibliographie

291Les sources citées en note.

72- Fayyāḍ b. al-Ḥarṯ al-Azdī

  • 114 Cinq vers (mètre wāfir, rime ‘u), rapportés par Sibṭ b. al-Ǧawzī, Taḏkira, p.88-89.

292On ne sait pratiquement rien de lui, si ce n'est qu'il aurait été l'ami de ‘Amr b. al-‘Āṣ et aurait d'abord combattu dans les rangs de Mu‘āwiya ; mais au cours de la bataille de Ṣiffīn, il aurait rejoint ‘Alī. Le fragment poétique114 qu'il nous laisse témoigne de ce ralliement. En effet l'auteur y évoque la tentative faite pour priver d'eau les troupes de ‘Alī ; il fait alors leur éloge et vante l'importance de leurs armes (vers 1 et 2) ; puis il s'attaque à Mu‘āwiya (vers 3-4) et proclame sa décision de le quitter à jamais, lui et ‘Amr b. al-‘Āṣ. Ce faisant, il adopte une position pro-šī‘ite.

293Bibliographie

294Voir la note.

73- Mu‘āwiya b. al-Ḏaḥḥāk b. Abī Sufyān

  • 115 Douze vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 469, repris par Ibn Abī a (...)

295Nous n'avons pas pu l'identifier, mais ce serait un “ traître ” qui aurait d'abord été pro-‘alide avant de passer dans les rangs de Mu‘āwiya. On lui attribue un poème115 dont l'importance réside non seulement dans les thèmes qu'il développe, mais aussi ou surtout dans les circonstances de sa création. En effet Mu‘āwiya b. al-Ḏaḥḥāk l'aurait composé pour décourager Mu‘āwiya et ses troupes, et même les amener à cesser le combat. Il exprime son angoisse (vers 1-2 et 4) devant la force de ‘Alī et de ses hommes ; il rappelle leurs anciens exploits (vers 3, 5 et 8) et évoque la terreur qu'ils sèmeront (vers 9). Il souligne pour Mu‘āwiya la difficulté qu'il y a à choisir entre la poursuite du combat ou la fuite. Pour conclure, il appelle à abandonner le Šām.

296Bibliographie

297Voir la note.

74- Ǧarīr b.‘Abd Allāh al-Bağalī et son neveu

  • 116 Dix vers (mètre mutaqārib, rime mīm), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18 ; al-Mufīd, Fuṣūl, p (...)

298Considéré par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) comme l'un des Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn et classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XV, p. 300-320), le compagnon Ǧarīr b.‘Abd Allāh al-Bağalī fut envoyé par ‘Alī auprès de Mu‘āwiya pour obtenir sa soumission ; ayant échoué, il se serait vu adresser de vifs reproches surtout de la part d'alī Aštar ; il se serait alors réfugié à Qirqīsyā, ou al-Sarāb, ou même à Kūfa, jusqu'à sa mort en 51/671 ou 54/674. Sur le plan poétique, deux fragments, reproduits presque exclusivement par des sources šī‘ites, le signalent à notre attention. Ǧarīr aurait composé le premier116 alors qu'il était gouverneur de Hamaḏān et que ‘Alī lui demandait de se rallier à lui. Le poète, dans un souffle épique, rappelle ses exploits guerriers (vers 1-5), puis il fait l'éloge de ‘Alī, “ le lieutenant et la preuve de Dieu ”(amīn Allāh wa burhānuh) (vers7), l'homme juste (vers7), désigné (waṣī) par le Prophète (vers 9) et qui l'emporte sur tous par ses qualités (vers 10) ; il l'assure de son soutien contre les impies (vers 9).

  • 117 Dix vers (mètre ṭawīl, rime lām), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 48 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šar (...)

299Le second117 s'adresse à Šuraḥbīl b. al-Simṭ al-Kindī dont Mu‘āwiya aurait obtenu le ralliement. Le poète l'appelle à réfléchir (vers 1, 3, 4, 5) ; il l'invite à dissuader Mu‘āwiya (vers 2) et à innocenter ‘Alī du meurtre de ‘Uṯmān (vers 6-9) ; il rappelle enfin (vers 10) les rapports de celui-ci avec le Prophète, dont il est le désigné (waṣī) et le cavalier de légende. Malgré notre méfiance vis-à-vis des sources, ces deux fragments méritent notre attention à cause de l'importance des éléments thématiques, en particulier l'appel à soutenir ‘Alī et l'affirmation de sa qualité de waṣī, et cela même si l'on émet des doutes sur la bonne foi de l'auteur.

  • 118 Neuf vers (mètre ṭawīl, rime hu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.16 que reprennent Ibn Abī a (...)

300À ces deux poèmes s'en rattache un troisième118, composé dit-on par un neveu de Ǧarīr : après avoir fait allusion aux hésitations de son oncle, le neveu l'exhorte à suivre le droit chemin et à prêter serment d'allégeance à ‘Alī (vers 1, 2 et 4), ce qui lui assurera la vie ici-bas et dans l'au-delà (Dunyā wa dīn) (vers 5) ; les adversaires de ‘Alī ne sont-ils pas des renégats, des chiens aboyants (vers 3) ? Tandis que lui est plein de mérites, c'est l'homme le meilleur de son temps (vers 9).

301Ces trois pièces, qui se complètent, reflètent, si elles sont authentiques, un aspect important de la poésie šī‘ite avant 40/660 : éloges de ‘Alī, appel à le soutenir et attaques violentes contre ses adversaires, avec une volonté évidente de faire acte de propagande.

302Bibliographie sélective

303– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

304– Mas‘ūdī, Murūğ, index

305– Mufīd, Fuṣūl (voir note)

306– al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 300-320 (qui résume diverses sources anciennes).

75- Al-Zibriqān b.‘Abd Allāh al-Sakūnī

307Nous n'avons pu identifier le personnage, mais il aurait été du clan de ‘Alī et on lui attribue quatre pièces.

  • 119 Dix vers (mètre kāmil, rime di) et onze vers (mètre ḫafīf, rime ru), tous rapportés par Ibn Muzāḥi (...)

308Les deux premières119 sont presque identiques : le poète s'adresse à al-A·‘aṯ al-Kindī, gouverneur d'Āḏarbayğān au temps du calife ‘Uṯmān, qui faillit, après la mort de celui-ci, se rallier à Mu‘āwiya ; il fait son éloge, en insistant surtout sur sa noblesse, puis il l'invite à suivre les conseils de Ziyād b. Marḥab al-Hamdānī, l'envoyé de ‘Alī, et à faire allégeance à ce dernier qui lui assurera protection et bonheur.

  • 120 Sept vers (mètre ṭawīl, rime ki), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 62.

309Le troisième fragment120 s'adresse à la fois à Ǧarīr b.‘Abd Allāh al-Bağalī (que ‘Alī avait envoyé auprès de Mu‘āwiya pour le convaincre de se soumettre et qui avait échoué dans sa mission) et à al-Aš ‘aṯ al-Kindī (qui avait critiqué le premier, le suspectant même de trahison). Le poète dramatise le désaccord des deux hommes et les appelle à s'entendre, car de là dépend, selon lui, le salut de l'Iraq ; en même temps, il fait l'éloge de Ǧarīr, dont il semble excuser la position.

  • 121 Six vers (mètre ṭawīl, rime ku), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 81.

310Le dernier fragment121 souligne le rôle joué par Mālik b.Hubayra al-Kindī dans la prise ou l'usurpation du pouvoir (aḫdağta al-ḫilāfa) par Mu‘āwiya en étant le premier à lui faire allégeance ; tout en reconnaissant la bay‘a de Mu‘āwiya, al-Zibriqān b.‘Abd Allāh al-Sakūnī semble le menacer en citant des tribus, comme les Kinda, les Ḥimyar, les Sakūn et les Sakāsik, qui pourraient le destituer.

311En conclusion, en appelant à soutenir ‘Alī et en menaçant, même de façon très voilée, Mu‘āwiya après son accession au califat, ces quelques vers, rapportés exclusivement par une source šī‘ite, suffisent à faire d'al-Zibriqān b.‘Abd Allāh al-Sakūnī un propagandiste de la cause ‘alide.

312Bibliographie

313Voir les notes.

76- ‘Iyāḍ al-Ṯumālī

  • 122 Quinze vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 46-47, lequel est repris (...)

314On ne sait pratiquement rien de lui, mais al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 227-228). Il aurait adressé un poème à Šuraḥbīl b.al-Simṭ al-Kindī, après que Mu‘āwiya, lors de la mobilisation des Ahl al-Šām, eut convaincu celui-ci, avec la complicité de certains de ses contribules, de la participation de ‘Alī dans l'assassinat de ‘Uṯmān et qu'il se fut ainsi assuré son ralliement. Vu les circonstances de sa composition, ce poème122 revêt une grande importance et il convient d'en dégager les principaux éléments thématiques pour en faire la synthèse sans forcément tenir compte de l'ordre des vers.

315Le poète rappelle à Šuraḥbīl b. al-Simṭ, maître du Šām (vers 2), qu'il ignore, tout comme lui d'ailleurs et leurs contribules, pour quels mobiles et dans quelles circonstances ‘Uṯmān fut assassiné ; il convient donc d'oublier celui-ci (vers 14-15) ; il ne faut pas répondre à l'appel des despotes (ṭuġāt) (vers 9), ni participer au combat contre l'Iraq ; le poème en décrit les horreurs dans une image qui évoque les rapports des hommes avec leurs femmes rendus par la crainte illicites ou impossibles (vers5).

316En deuxième lieu, le poète invective contre Mu‘āwiya, l'Égaré (muḍallal) des Fihr (fraction adnanite d'où descendent les Quray· et bien entendu Mu‘āwiya) (vers 2), contre ses conseillers ou partisans, notamment ‘Amr (b. al-‘Āṣ) (vers 15) ; il dénonce leur fourberie (ḫuda‘) aux conséquences ruineuses si elle obtenait l'appui de Šuraḥbīl (vers 3).

317Le troisième élément a trait aux résultats de la participation éventuelle des Qaḥṭānites au combat : en cas de succès, Mu‘āwiya obtiendrait l'Imāmat et les négligerait tels des enfants non reconnus (vers 2) ; en cas d'échec, eux, et eux seuls, après avoir subi les affres de la guerre, s'exposeraient à la guerre que mènerait contre eux ‘Alī triomphant, et les Quray·ites (‘Ulyā Lu’ayy b. Ġālib) ne s'inquiéteraient guère du sang des Qaḥṭānites coulant à flots (vers 12-13).

318Quatrièmement le poète fait l'éloge, d'une façon générale des Hāšimites et de leurs qualités guerrières (vers 6, hémistiche 2), et plus particulièrement de ‘Alī, le “ meilleur des humains ” (vers 6 hémistiche 1), qui a obtenu l'Imamat au même titre que ses prédécesseurs Abū Ḥafṣ (‘Umar) et Abū Bakr (vers 7), il n'est évidemment pas question de ‘Uṯmān.

319Le cinquième et dernier élément thématique du poème découle logiquement des quatre premiers, c'est l'appel lancé à Šuraḥbīl b. al-Simṭ : qu'il ne retombe pas dans l'infidélité majeure (kufr) et qu'il fasse serment d'allégeance à ‘Alī (vers 8) ; il obtiendra alors de lui tout ce qu'il désire (vers 1).

320En conclusion, dans ce poème, qui recourt à un style plutôt discursif dans une langue hautement élaborée, la satire, l'éloge et la propagande politique s'entremêlent ; c'est une œuvre polémique où prédomine le souci de convaincre ; rapporté exclusivement par des sources šī‘ites, il représente, dans la poésie antérieure à 40/660, l'apport d'un ascète qaḥṭānite du Šām qui, prêchant l'obéissance à ‘Alī et la paix, prévient son clan, en la personne de son chef, contre les horreurs des guerres qui allaient éclater.

321Bibliographie

322Les sources citées en note.

77- Mu‘āwiya b. Ṣa‘ṣa‘a al-Tamīmī

  • 123 Douze vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 26 que reprennent Ibn Abī (...)

323C'est un neveu du célèbre al-Aḥnaf b. Qays ; al-‘Āmilī le classe parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXVII, p. 83) ; on lui attribue un poème123 qui nous intéresse non seulement par les thèmes qu'il développe, mais surtout en raison des circonstances de sa composition. En effet, Mu‘āwiya b. Ṣa‘ṣa‘a s'y adresse aux Banū Sa‘d de Tamīm pour les persuader de soutenir ‘Alī contre Mu‘āwiya à Ṣiffīn, alors qu'ils lui avaient refusé leur aide à la bataille d'al-Ǧamal.

324Commençant (vers 1-8) par l'éloge d'al-Aḥnaf b. Qays qui était chargé de mobiliser les Banū Sa‘d, le poète invite ensuite (surtout vers 9) les Banū Sa‘d à secourir ‘Alī ; pour les convaincre, il exalte ses principaux mérites : c'est le meilleur des humains (vers 9) et un croyant sincère (vers 11), comme en témoignent, entre autres preuves, 30 versets du Coran (vers 11).

325En conclusion, ce poème, que nous connaissons seulement par des sources šī‘ites, apparaît bien comme l'œuvre d'un propagandiste zélé de la cause ‘alide.

326Bibliographie

327Voir la note.

78- Ḫufāf b.‘Abd Allāh al-Ṭā’ī

  • 124 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 66 et al-Āmilī, A‘yān, XXX, 8-9.

328Ce personnage, classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXX, p.7-10), aurait été un partisan de ‘Alī. On lui attribue un long poème124, où là encore nous intéressent, autant et plus que les thèmes développés, les circonstances de sa composition. En effet, Ḫufāf b.‘Abd Allāh, sur proposition de ‘Adī b. Ḥātim al-Ṭā’ī, se serait introduit auprès de Mu‘āwiya pour lui relater, dans un but de propagande pro-‘alide, l'assassinat de ‘Uṯmān ; après avoir innocenté ‘Alī, le poète décrit sa victoire sur ‘Ā’iša et ses partisans, et comment il se prépare à combattre le Šām et son tyran (c'est-à-dire Mu‘āwiya).

329Bibliographie

330Les sources citées en note.

79- Uṯāl b. Ḥiğl

  • 125 Quatorze vers (mètre ḫafīf, rime qa), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.444, repris par al-‘Āmi (...)

331Uṯāl b. Ḥiğl b.‘Āmir al-Maḏhağī, classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (VII-VIII, p. 341-344), est probablement mort après 40/660. On lui attribue un poème125 qu'il aurait composé lors de la bataille de Ṣiffīn en réponse à son père qui combattait dans le camp de Mu‘āwiya. Trois idées principales s'en dégagent. Uṯāl commence (vers 1-3) par justifier son combat contre son père : loin d'être ingrat, il cherche la récompense divine en soutenant l'Iraq contre le Šām. Il rapporte ensuite le combat (vers 4-11) dans un style narratif qui met en relief le courage et la force des deux antagonistes. Vient enfin (vers 12-13) un dialogue entre le fils et le père qui s'invitent l'un l'autre, mais vainement, à changer de position afin d'éviter l'Enfer.

332À notre avis, l'importance de ce poème tient au fait qu'il souligne l'opposition entre l'Iraq et le Šām à travers l'affrontement d'un fils et de son père qui se combattent pour un idéal religieux plutôt que politique.

333Bibliographie

334– Al-‘Āmilī, A‘yān, VII, p. 8, 341-344

335– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 404-405.

80- Nu‘aym b. Hubayra

  • 126 Dix vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Balāḏurī, p. 418 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p.130 et Ibn (...)

336Nu‘aym b. Hubayra b. Šibl al-Šaybānī, qui mourut en 66/686, est connu pour avoir participé à la révolte d'al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd. Des sources, presque exclusivement šī‘ites, lui attribuent un poème126 qui daterait d'avant 40/660 et qui reflète, s'il est authentique, des convictions ‘alides.

337Son frère, Miṣqala b. Hubayra, aurait chargé un certain Ḥulwan de lui remettre une lettre qui lui promettait un poste de gouverneur s'il rejoignait Mu‘āwiya et l'envoyé aurait été dénoncé à ‘Alī et châtié ; telle serait l'origine du poème. Le poète, désolé de l'attitude de son frère, lui reproche d'avoir écrit un telle lettre et stigmatise un ralliement à Mu‘āwiya dont les mobiles sont purement matériels ; en agissant ainsi, son frère s'est gagné la haine de toutes les tribus. Nu‘aym b. Hubayra fait ensuite l'éloge de ‘Alī, exaltant sa vaillance et le comparant à un lion.

338Cette contribution, si mince soit-elle, mérite d'être signalée parce qu'elle montre l'estime du poète pour ‘Alī, et surtout comment le conflit politique traversait les familles.

339Bibliographie

340En plus des sources citées en notes, voir : Ziriklī, A‘lām, IX, p.15 (qui cite Ibn Ḥazm, Ǧamhara, p. 302 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, IV, p. 86).

d-Œuvres d'éloge ou de lamentation

81- ‘Abd al-Raḥmān b. Ḥanbal

  • 127 Mètre ṭawīl, rime qa ; rappportés par al-Mufīd, Fuṣūl, p. 218 et Ibn Abī-l-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.143, (...)

341Nous ne savons pratiquement rien de ‘Abd al-Raḥmān b. Ḥanbal (ou b.Ǧu‘ayl), allié (ḥalīf) des Banū Ǧumaḥ ; al-‘Āmilī le range parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVII, p.181) et on lui attribue quatre vers127 qui dateraient de la nomination de ‘Alī au califat.

342En effet, confirmant cette nomination, le poème appelle à soutenir le nouveau calife ; il fait son éloge, rappelant ses qualités de défenseur de la religion, sa pudeur, la précocité de son adhésion à l'Islam et enfin ses rapports avec le Prophète dont il est le désigné (waṣī) et le lieutenant (wazīr).

343Ce fragment, s'il est authentique (nous le connaissons seulement par des sources šī‘ites), vaut surtout par ce rappel des qualités de ‘Alī, notamment sa désignation ; c'est un document pour l'histoire de certains termes du lexique de la poésie pro-‘alide avant 40/660.

344Bibliographie

345Voir la note.

82- Qays b.Makšūḥ al-Bağalī

  • 128 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 258, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, X (...)

346Qays b. Makšūḥ b. Hilāl al-Bağalī al-Aḥmasī, classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXIII, p. 33-34), portait l'étendard des Bağīla à la bataille de Ṣiffīn (37/657), où il mourut en combattant dans les rangs de ‘Alī. On lui attribue un rağaz128, composé juste avant sa mort, qui relève à la fois de l'éloge et de la satire. En effet Qays b. Mak·ūḥ célèbre la patience et le courage de ‘Alī, la noblesse de ses vieux partisans Mālik (al-A·tar) et Hā·im (al-Mirqāl), puis, sans les nommer, il invective contre Mu‘āwiya et ses compagnons, des gens mauvais (ašā’im).

347Bibliographie

348Outre les sources citées en note, voir Ziriklī, Alām, VI, p. 61.

83- Ǧundub b. Zuhayr

  • 129 Trois vers de rime ‘ah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 398, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XV (...)
  • 130 Ce rağaz est aussi attribué à ‘Adī b. Ḥātim comme le note à juste titre al-‘Āmilī.

349Cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XVII, p. 4-15), le Compagnon Ǧundub b. Zuhayr b.al-Ḥāriṯ al-Azdī al-Ġāmidī aurait participé dans les rangs de ‘Alī à la bataille d'al-Ǧamal et serait mort à Ṣiffīn en 37/657 ; sur le plan poétique, il se signale à nous par un seul rağaz129, d'attribution d'ailleurs douteuse130 ; c'est surtout un poème d'éloge, qui soutient la justesse de la cause de ‘Alī et énumère ses principales qualités : sa piété, la précocité de son adhésion à l'Islam et sa parenté avec le Prophète, dont il est le gendre et le partisan fidèle ; pour finir, le poète souhaite à ‘Alī la protection et l'aide divines.

350Bibliographie

351Voir la note, notamment al-‘Āmilī qui reproduit plusieurs autres sources.

84- Ḫālid b. Ḫālid al-Anṣārī

  • 131 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 398, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, X (...)

352On ne sait rien de Ḫālid b.(Abī) Ḫālid al-Anṣārī, qu'al-‘Āmilī cite comme l'un des A‘yān al-Šī‘a (XXIX, p. 56-55). À la bataille de Ṣiffīn, il aurait composé un rağaz 131 où il décrit ‘Alī guidé sur le droit chemin par l'étendard du Prophète (vers 1), puis il célèbre son courage et ses exploits guerriers (v.2-3).

353Bibliographie

354Voir la note, notamment al-‘Āmilī qui reproduit Usd et Iṣāba.

85- Al-Ḥāriṯ b. Hammām al-Naḫa‘ī

  • 132 Cinq vers ou neuf šaṭr sur rime ‘ayn, rapportés exclusivement par des sources šī‘ites : Ibn Muzāḥi (...)

355Al-‘Āmilī range al-Ḥāriṯ b. Hammām, du clan Ṣuhbān des Naḫa‘, parmi les A‘yān al-Šī‘a (XVIII, p. 354-355). On ne sait pratiquement rien du personnage, sinon qu'il aurait composé un rağaz 132 oùilfait l'éloge, dans un esprit quasi tribal, d'al-Aštar al-Naḫa‘ī ; à la bataille de Ṣiffīn, celui-ci lui aurait remis son étendard et l'aurait chargé de combattre les Ahl al-Šām au moment où ils tentaient de couper l'armée de ‘Alī des eaux de l'Euphrate. Le poète souligne l'aspect dramatique de l'événement et exalte la noblesse d'al-Aštar et ses exploits guerriers. Avec ce poème, la poésie šī‘ite s'enrichit en étendant ses éloges à l'un des plus importants partisans de ‘Alī.

356Bibliographie

357Voir la note.

86- Mu‘āwiya b. al-Ḥāriṯ

  • 133 Trois vers ou cinq šaṭr, sur rime tu, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.180.

358On ne sait rien de Mu‘āwiya b. al-Ḥāriṯ (probablement al-Kindī), si ce n'est qu'il participa à la bataille de Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī et porta l'étendard d'al-A·‘aṯ al-Kindī. Il nous laisse un rağaz 133 où il fait l'éloge de celui-ci et célèbre son courage. Il promet à ses compagnons un accès imminent à l'eau del'Euphrate dont les troupes de Mu‘āwiya les avaient coupés.

359Bibliographie

360Voir la note.

87- Ibn al-Azwar al-Qasrī

  • 134 Neuf vers (mètre wāfir, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18-19, que reproduit en par (...)

361On n'a pas pu identifier cet auteur, qui serait mort peu après la bataille de Ṣiffīn en 37/657. Il nous laisse un poème134 d'éloge adressé à Ǧarīr b.‘Abd Allāh al-Bağalī, que le calife ‘Uṯmān avait nommé gouverneur de Hamaḏān et qui, après l'assassinat de ce dernier, se rallia à ‘Alī. Ibn al-Azwar le félicite de cette attitude et lui donne le titre (en particulier vers 7) de lieutenant de ‘Alī : par ailleurs, il loue ce dernier.

362Outre sa valeur documentaire, ce poème, comme les précédents, nous intéresse parce qu'on y voit la poésie šī‘ite ne pas limiter ses éloges à ‘Alī, mais les étendre à ses partisans et aux nouvelles recrues.

363Bibliographie

364Voir les sources citées en note, surtout la première où l'auteur attribue le poème à un homme “ rağulun ” que l'éditeur identifie, grâce à l'un des manuscrits, comme Ibn al Azwar al-Qasrī.

88- Ṣa‘ṣa‘a b.Ṣawḥān al-‘Abdī

365Classé par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVI, p.285-290), Ṣa‘ṣa‘a b. Ḥuğr b. al-Ḥāriṯ al-‘Abdī fut l'une des principales personnalités des ‘Abd al-Qays à participer dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn ; il mourut en 60/680 à Kūfa ou au Baḥrayn où l'avait exilé, sur ordre de Mu‘āwiya, al-Muġīra b.Šu‘ba. Dans le domaine littéraire, nous avons de lui trois fragments que lui attribuent des sources presque exclusivement šī‘ites.

  • 135 Deux vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn ‘Asākir, Dimašq, VI, p.428, repris par al-‘Āmi (...)
  • 136 Six vers (mètre nunsariḥ, rime hi) et sept vers (mètre wāfir, rime ya), tous rapportés par Ibn Šah (...)

366Le premier135, un faḫr personnel, ne dit rien de ses convictions politiques ; les deux autres136 en revanche témoignent de son estime pour ‘Alī et de la peine ressentie après la mort de celui-ci ; ces lamentations sur le sort du calife sont un des thèmes de la poésie šī‘ite avant 40/660.

367Bibliographie sélective

368Outre les sources citées en note, voir :

369– Ǧāḥiẓ, Bayān, index

370– Ibn Qutayba, ‘Uyūn, index

371– al-Mubarrid, Kāmil, index

372– Ṭabarī, Tārīḫ, index

373– Mas‘ūdī, Murūğ, index (avec une dense bibliographie)

374– Amīnī, Ġadīr, IX, p. 43-44 (avec une bibliographie)

375– Ziriklī, A‘lām, III, p. 294.

89- Abū Zubayd al-Ṭā’ī

  • 137 Reconstituée par Nūrī al-Qaysī (Bagdad,1967), l'œuvre poétique d'Abū Zubayd al-Ṭā‘ī se présente à (...)

376Le poète137 Ḥarmala b. al-Munḏir, ou plus communément Abū Zubayd al-Ṭā’ī, né bien avant l'Islam, est mort peu après 41/661 sans avoir abandonné, semble-t-il, sa religion chrétienne. Il aurait composé deux poèmes de caractère pro-‘alide.

  • 138 Ibid., n° 45 page 133. Vingt-trois vers (rime mi) rapportés par Qālī Amālī et Suyūṭī Muzhir.

377Le premier138, un rağaz dont le style et la langue rappellent la poésie anté-islamique, fait l'éloge de ‘Alī. Il insiste sur sa suprématie, sa magnanimité (vers 1), sa droiture (vers 2), enfin et surtout sur son courage et ses exploits guerriers (passim).

  • 139 Ibid., n° 12 page 64. Cinq vers (mètre basīṭ, rime ri) rapportés notamment par Mubarrid, Kāmil et (...)

378Le second139 est un thrène, où le poète célèbre à nouveau les qualités de ‘Alī, particulièrement son vaste savoir. Il lui promet le Paradis, et l'Enfer à ses ennemis.

379Même si cette contribution d'Abū Zubayd al-Ṭā’ī à la poésie šī‘ite ne représente que 28 vers sur les 376 ou 390 qu'on lui attribue, elle est cependant importante, parce qu'elle témoigne, si elle est authentique, de la vénération portée à ‘Alī, même par des non-musulmans.

380Bibliographie

381Abū Zubayd, Ši‘r.

90- Umm al-Hayṯam al-Naḫa‘iyya

  • 140 Al-‘Āmilī, A‘yān, XIII, p. 30 qui cite Mufīd, Iršād.
  • 141 Vingt-cinq vers (mètre wāfir, rime na), dont l'attribution varie selon les sources, ainsi d'ailleu (...)

382Nous ne savons pratiquement rien d'Umm al-Hayṯam b. al-Aswad (ou al-‘Uryān) al-Naḫa‘iyya, citée par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XIII, p.30-33) ; contemporaine de la mort de ‘Alī b. Abī Ṭālib, elle aurait demandé à son fils al-Ḥasan de lui remettre le corps de l'assassin et elle l'aurait brûlé140. Nous essaierons de dégager les thèmes principaux du poème141 qu'on lui attribue et qui pose à l'historien de la poésie šī‘ite d'épineux problèmes.

383Le poème s'ouvre (vers 1) par un appel à pleurer le Commandeur des Croyants (‘Alī) ; à la nouvelle de sa mort, les cheveux de la poétesse ont blanchi et sa tristesse a été profonde (vers 18). L'ambiance dramatique est renforcée par le rappel des lamentations d'Umāma, la femme de ‘Alī, après la mort de Fāṭima sa première femme et celle d'Umm Kulṯūm, sa fille (vers 18-20).

384Le poème énumère aussi les qualités du défunt (vers 2, 3, 11, 12, 14, 15) qui était, après le Prophète, le meilleur des humains (le vers 14 évoque même sa beauté physique). Le rappel des qualités morales et politiques du défunt est repris (vers 4, 5, 6, 7) à propos de la situation des musulmans avant sa mort : vaste savoir, application stricte des principes de la religion ; l'assassinat de ‘Alī laisse les musulmanstel un troupeau errant (vers 16).

385Par ailleurs la poétesse invective contre les Ḫāriğites (vers 9, 10, 11) ; elle dénonce leur fausse piété et la gravité de leur péché.

386Pour finir (vers 21-25), Umm al-Hayṯam s'adresse à Mu‘āwiya et, dans une profession de foi où le ton politique est manifeste, affirme son attachement à ‘Alī ou plutôt à son fils et successeur légitime, al-Ḥasan ; sans le nommer, elle présente celui-ci comme son frère (aḫānā) et comme le fils du Prophète (ibnu Nabiyyina) ; l'élite (sarāt) et les hommes de raison (ḏawī hiğā) refuseront de faire allégeance à toute autre personne que lui ; répondant à l'appel des ‘alides, ils défendront par les armes leur droit à l'Imāmat.

387En conclusion, malgré son caractère restreint et contesté, l'apport d'Umm al-Hayṯam à la poésie šī‘ite est important.

388En effet, dans ce thrène, l'aspect politico-religieux domine ; c'est une satire virulente des assassins de ‘Alī, et la résolution affirmée d'interdire à Mu‘āwiyya l'accès au califat a tout d'une déclaration de guerre. Mais l'histoire, on le sait, tient rarement compte de l'avis des poètes.

389Bibliographie

390Voir les deux notes.

91- Ḍubay‘a bint Ḫuzayma b. Ṯābit

  • 142 Mètre ḫafīf, rime ti ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 365 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p (...)

391On lui attribue un thrène de cinq vers142 où elle se lamente sur son père, Ḫuzayma b. Ṯābit, assassiné (vers 2) alors qu'il était parmi les jeunes bien armés et toujours prompts au combat (vers 3). Elle y joint l'éloge de ‘Alī, le juste et le bien guidé (vers 4). Le vers 1 évoque ses larmes sur le martyr (son père) de la bataille de l'Euphrate (Ṣiffīn) et le vers 5 appelle la malédiction sur ceux qui l'ont tué.

392Ce poème unique nous semble important, parce que, de par son thème, il élargit le champ de la poésie šī‘ite.

393Bibliographie

394Voir la note.

92- Ma‘qil b. Nuhayk al-Anṣārī

  • 143 Mètre basīṭ, rime qa ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 364.

395On ne sait rien de Ma‘qil b. Nuhayk b. Yasāf al-Anṣārī, sinon qu'il aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à Ṣiffīn. On lui attribue quatre vers143, qu'il aurait composés après la mort de Ḫuzayma b. Ṯābit dans cette bataille. Il exprime son inquiétude et s'en prend particulièrement à ‘Amr b.al-‘Āṣ, un grand pécheur (fāsiq) et un égaré (ḍillīl) ; il dénonce sa fuite ainsi que celle de Marwān b. al-Ḥakam.

396Bibliographie

397Voir la note.

93- Amīna al-Anṣāriyya

  • 144 Mètre ḫafīf, rime da ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 465, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XII (...)

398Al-‘Amilī la cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XIII, p. 33), mais on ne sait pratiquement rien d'elle. Ibn Muzāḥim lui attribue quatre vers144 qu'on ne peut négliger. C'est un thrène sur un autre Anṣārī, Abū al-Hayṯam b. al-Tayyihān, un des plus fidèles partisans de ‘Alī, tombé à Ṣiffīn. Comme pour soulager sa douleur, la poétesse s'adresse (vers 2) au défunt ; elle décrit son propre état, ses insomnies (vers 1) et son angoisse perpétuelle (vers 2) ; elle rappelle les qualités d'Abū al-Hayṯam, autrefois leur pilier et défenseur (‘imād) (vers 1) ; elle le compare, lui et ses compagnons, aux morts de la bataille d'Uḥud, ce qui signifie que la cause qu'ils défendaient était aussi juste. Puis elle invoque sur eux la miséricorde de Dieu (vers 4) et invective contre leurs ennemis (probablement Mu‘āwiya et ses partisans). Pour décrire l'impiété et l'injustice coutumières de ceux-ci (vers 3), elle recourt aussi bien à des termes religieux (fāsiq : libertin, kafūr : impie) que politiques.

399En conclusion, malgré sa brièveté, ce thrène, composé par une femme dans une langue très simple, exprime les principaux thèmes de la poésie šī‘ite avant 40/660 : lamentations et éloges pour ‘Alī et pour ses partisans, attaques contre leurs adversaires sur les plans religieux et social à la fois.

400Bibliographie

401Voir la note.

94- ‘Abd Allāh b.‘Amr al-‘Ansī

  • 145 Huit vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 344, reprispar al-‘Āmilī, (...)
  • 146 Le prophète aurait dit à ‘Ammār b. Yāsir : taqtuluka al-fiatu al-bāġiya (le partirebelle te tuera (...)

402Al-‘Āmilī le compte parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXIX, p. 25), mais on ne sait rien de lui, sinon qu'il aurait été un homme pieux en son temps (min ‘ubbād ahl zamānih). Le poème145 qu'on lui attribue nous paraît important. En effet, à Ṣiffīn, après l'assassinat de ‘Ammār b. Yāsir, le poète se rappelle le ḥadīṯ où le Prophète aurait prédit l'événement146 ; désormais convaincu de sa véracité, il proclame qu'il se désolidarise des mécréants (kuffār) que sont ‘Amr b. al-‘Āṣ, Mu‘āwiya et leurs partisans.

403Bibliographie

404Voir la note.

95- ‘Abd Allāh b. Yazīd b. ‘Āṣim al-Anṣārī

  • 147 Quatre vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 364-365, repris par al-‘ (...)

405On ne sait rien de lui ; al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXIX, p.106-107) ; il aurait composé un thrène147 sur ses “ amis ”, tombés à Ṣiffīn dans les rangs de ‘Alī ; il vante leurs qualités, en particulier leur noblesse et leur générosité ; il rappelle l'importance de leur mort aux yeux du Prophète, donc pour ‘Alī et ses partisans ; enfin il appelle la malédiction sur leurs assassins.

406Bibliographie

407Voir la note.

96- Nahšal b. Ḥarī

  • 148 148. Nah·al b. Ḥarī est classé par Ibn Sallām (Ṭabaqāt, p. 383) parmi les poètes de la quatrième c (...)
  • 149 Il s'agit des pièces suivantes : n° 16 (neuf vers, mètre ṭawīl, rime ‘ayn) ; n° 17 (neuf vers, mèt (...)

408Nahšal b. Ḥarī b.Ḫamra al-Dārimī : ce poète148 né avant l'Islam et mort aux alentours de 45/665 (Ziriklī, A‘lām, IX, p. 25), fut un des fidèles de ‘Alī et combattit à ses côtés, en particulier à Ṣiffīn (Ibn Ḥağar, Iṣāba, VI, p.501), où son frère Mālik trouva la mort ; cela nous vaut quatre oraisons funèbres149, au total 64 vers, soit à peu près le sixième des poèmes qui nous sont parvenus. L'analyse thématique donne les résultats suivants :

  • D'abord le poète dit son émoi devant la mort de son frère, ses insomnies, sa profonde tristesse (n° 16, vers 1 à 7 ; n° 17, vers 8-9 ; n° 20, vers 1-2, et n° 29, vers 1 à 5) ; il invite les dignitaires de son groupe à pleurer cette mort avec lui (n° 29, vers 6).
  • Ensuite, à titre de consolation, il rappelle la fatalité de la mort (n° 20, vers 11 à 14 et 28 à 34).
  • Puis il célèbre les qualités de son frère : sa générosité (n° 16, vers 8-9 et n° 17, vers 1 à 5), son courage et sa vaillance (n° 17, vers 6-7 : fāris al-raw‘ ; n° 29, vers 8 et 10 : fāris al-ḫayl), sa pudeur enfin (n° 29, vers 9).
  • Le poète vante aussi les qualités de son groupe (n° 20, vers 3 à 14) et les siennes propres, en particulier ses succès auprès des femmes dans sa jeunesse (n° 20, vers 15 à 20) et sa vaillance (vers 23 à 27).

409Ainsi, ces poèmes, dont le style et la langue n'ont rien à envier à la poésie dite archaïque ou anté-islamique, se rapportent autant au poète et à son groupe qu'à son frère. Il faut surtout noter qu'il n'est fait nulle mention du šī‘isme de ce dernier. Cela montre que la poésie dite šī‘ite peut s'intéresser à d'autres sujets que ‘Alī, ses descendants ou ses adversaires ; à ses débuts, elle était plutôt guerrière que politico-religieuse.

410Bibliographie

411– Nahšal, Ši‘r par Ḥ. al-Ḫāmin

412– Ibn Qutayba, Ši‘r, index

413– Ibn Sallām, Ṭabaqāt, index

414– Ziriklī, A‘lām, IX, p. 25.

C- ŒUVRES PLURI-THEMATIQUES

97- Ǧurašīyš al-Sakūnī

  • 150 Mètre ṭawīl, rime ba ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 401-402, repris par al-‘Āmilī, XV, p. (...)

415Al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XV, p. 331-332), mais on ne sait pratiquement rien de lui, sinon qu'il aurait combattu dans les rangs de ‘Alī à la bataille de Ṣiffīn. On lui attribue onze vers150 qui relèvent du faḫr, de la satire et de la description des combats.

416Le poème rappelle à Mu‘āwiya sa fuite (vers 1-3), puis la mort des frères Ibn Budayl et de Hā·im (al-Mirqāl) du clan ‘alide, et aussi celle de Ḏū al-Kalā‘ et de Ḥawšab, du clan umayyade. Après avoir fait (vers 4-5) l'éloge funèbre des premiers, tombés pour défendre le droit chemin (al-hudā), le poète décrit (vers6-11), dans un style épique et en usant d'une langue classique ou même archaïque, les combats de la troisième journée de Ṣiffīn. Cette pièce illustre donc le courant guerrier dans la poésie šī‘ite avant 40/660.

417Bibliographie

418Voir la note.

98- Al-Ḥağğāğ b. (‘Amr) b. Ġaziyya

  • 151 Un rağaz de 3 šaṭr sur rime , rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 479 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, p. 1 (...)
  • 152 Un rağaz de 5 šaṭr sur rime lam, rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.160, repris par al-‘Ām (...)

419Classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XX, p.131-135), al-Ḥağğāğ b.‘Amr b. Ġaziyya b. Ṯa‘laba al-Anṣārī aurait, lors du siège de la maison de ‘Uṯmān, frappé Marwān b. al-Ḥakam ; il participa aux côtés de ‘Alī aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn. Il nous a laissé quatre poèmes qui témoignent de son obédience šī‘ite. Deux d'entre eux se rapportent à la première bataille : l'un151 invite ‘Alī au combat avant qu'il ne soit trop tard et l'assure de la fidélité du poète et des siens, l'autre152 fait l'éloge des Anṣār-s, célèbre leur courage et les appelle à se battre.

  • 153 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ba), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 44 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, II (...)

420Pour la seconde bataille, nous avons aussi deux fragments. Le premier153, s'adresse aux partisans de Mu‘āwiya qui se vantaient d'avoir tué ‘Abd Allāh b. Budayl al-Ḫuzā‘ī et Hāšim al-Mirqāl ; le poète leur répond qu'en revanche ils ont perdu Ḏū al-Kalā‘, Ḥawšab (vers 1) et ‘Ubayd Allāh (vers 2), puis il rappelle comment les siens ont soutenu ‘Alī à la bataille d'al-Ǧamal (vers 3).

  • 154 Sept vers (mètre basīṯ, rime ru), rapportés par Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.129, repris par al-‘Āmilī, (...)

421Le second fragment154 est un thrène sur ‘Ammār b.Yāsir, tombé en combattant pour ‘Alī ; le poète dit son émoi et évoquele ḥadīṯ du Prophète qui annonçait que le parti rebelle assassinerait ce Compagnon.

422Ces poèmes, surtout le dernier, illustrent bien les tendances de la poésie šī‘ite des origines ; en même temps, le champ thématique s'enrichit : à la louange de ‘Alī et aux attaques contre ses adversaires, s'ajoute l'élogede ses partisans.

423Bibliographie

424Voir les notes, en particulier al-‘Āmilī qui utilise et reproduit plusieurs autres sources, et Murūğ, index.

99- Hammām b. al-Aġfal al-Ṯaqafī

  • 155 a) Six vers (mètre ṭawīl, rime qu), rapportés par Ṭūsī, Amālī, I, p.137-38 et Ṭabarī, Bišāra, p.30 (...)

425Al-‘Āmilī le range parmi les A‘yān al-Šī‘a (LI, p. 63), mais l'on ne sait pratiquement rien de lui ; des sources exclusivement šī‘ites lui attribuent trois courts fragments poétiques155 qui, s'ils sont authentiques, sont la preuve qu'il a participé à d'importants événements de l'histoire des ‘alides avant 40/660 ; à ce titre, il convient de les inventorier.

426Le premier, où la satire et l'éloge se mêlent, daterait d'al-Ǧamal. Dans cette bataille, al-Zubayr b. al-‘Awwām, après que ‘Alī lui eut rappelé son serment d'allégeance, faillit renoncer à se battre ; mais finalement, sous la pression de son fils ‘Abd Allāh, il affranchit son esclave Makḥūl pour expier son parjure, puis se rétracta et reprit le combat. Le poète invective contre al-Zubayr et, par antithèse, fait l'éloge de ‘Alī. Al-Zubayr est un égaré (tāha’an qaṣd al-hudā, vers1 ; ḍalāla, vers 3) qui a désobéi au Prophète (vers 1 et 5). ‘Alī est tout le contraire (surtout vers 2).

427Le deuxième fragment, qui daterait de l'après Ṣiffīn, relève de la satire, de l'éloge et du faḫr. Deux thèmes principaux se dégagent : dans un style guerrier, le poète invective (vers 1) contre les scélérats (fussāq) et les chefs de l'impiété et de l'hypocrisie (ru’ūs al kufr wa al-nifāq) ; il se vante (vers 2 et 3) d'avoir tué le calife ‘Uṯmān, qui était le chef des égarés (ṣāḥib al-murrāq) et des oppresseurs (al-buġāt) ; il exalte enfin les exploits de son groupe, et des partisans de ‘Alī en général, dans les combats de Ṣiffīn.

428Le dernier fragment également se rapporte à cette bataille et mêle la satire et l'éloge. Deux parents arḥabites, Suwayd b. Qays, partisan de Mu‘āwiya, et Qays b.‘Amr, du camp de ‘Alī, s'étant reconnus dans la mêlée, auraient évité de se combattre ; le poète, dans une langue qui rappelle la poésie laudative et satirique de l'époque anté-islamique, traite le premier de cavalier des égarés (fāris al-ġāwīn, vers 3), tandis qu'il célèbre les qualités morales et guerrières du second : un héros audacieux et tenace (vers 1 et 2), un seigneur (qarm) descendant des plus braves.

429Ainsi, même très courts et d'authenticité incertaine, ces trois fragments ont une valeur documentaire sur le plan historique ; de plus, ils nous intéressent par les thèmes qu'ils développent et par leur langue dont le vocabulaire confirme et enrichit le lexique politico-religieux de la poésie šī‘ite avant 40/660.

430Bibliographie

431Voir la note.

100- Sa‘īd b. Qays al-Hamdānī

432Al-‘Āmilī le compte parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXV, p. 32-49) ; aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn, il combattit comme chef des Hamdān aux côtés de ‘Alī, dont il fut l'un des plus importants partisans. Il serait mort sous le califat de Mu‘āwiya, après s'être en vain opposé au résultat de l'arbitrage. On a de lui sept fragments qui témoignent de ses sentiments pro-‘alides.

  • 156 Trois vers (rime nuhā), rapportés notamment par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.144 et Ibn Šahrāšūb, (...)

433Dans un rağaz156 qui souligne l'importance et l'atrocité de la bataille d'al-Ǧamal, le poète reconnaît à ‘Alī sa qualité de waṣī (désigné par le Prophète) et l'assure du soutien des siens.

  • 157 Deux vers (rime alif maqṣūra), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p.132, repris par al-‘Ā (...)

434Un autre rağaz157, consacré à la louange de ‘Alī, célèbre sa parenté avec le Prophète, sa conversion précoce et son courage, en tant qu'Imām, dans la lutte contre les égarés.

  • 158 Un rağaz de 3 vers de rime ha, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 427 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, (...)
  • 159 Quatre vers (mètre wāfir, rime nu), rapportés par Ibn A’tam, Futūḥ, selon al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, (...)

435Deux autres poèmes s'attaquent à Mu‘āwiya ; dans l'un158, le poète jure de le tuer ; dans l'autre, il redit son attachement et sa fidélité à ‘Alī qu'il considère comme son père et son maître irremplaçable159.

  • 160 Trois vers de même mètre et de même rime que les précédents, et qui pourraient donc en être la sui (...)
  • 161 Un rağaz de 2 vers (rime nūn), rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 41.
  • 162 Un vers en rağaz sur rime mīm, rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 38.

436Trois pièces enfin portent leurs menaces contre des partisans de Mu‘āwiya :‘Amr b.Ḥusayn al-Sakūnī160, Bušr b. Arṭāt161 et les Ahl al-Šām en général162 ; elles soulignent leur échec dans la lutte pour le pouvoir.

437Ces poèmes, tous improvisés lors des deux batailles, expriment nettement l'opposition du poète à Mu‘āwiya et son soutien à ‘Alī.

438Bibliographie

439Voir les notes, en particulier al-‘Āmilī, A‘yān, qui reproduit tous les fragments, mais sans toujours donner des références précises.

101- Al-Nu‘mān b. al-‘Ağlān al-Anṣārī

440Le Compagnon al-Nu‘mān b. al-‘Ağlān al-Zurqī al-Anṣārī, rangé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (L, p.16-19), aurait, dans les débats d'al-Saqīfa, pris parti pour ‘Alī ; une fois calife, celui-ci le nomma gouverneur de Baḥrayn. Il mourut en 37/657. Nous avons de lui trois pièces, soit 31 vers, qui traitent de deux événements importants : la nomination d'Abū Bakr et la bataille de Ṣiffīn.

  • 163 Dix-huit vers (mètre ṭawīl, rime ni), rapportés par Ibn Bakkār, Muwaffaqiyyāt, (592-595), repris p (...)

441La première163 serait une réponse à ‘Amr b. al-‘Āṣ qui avait critiqué les Anṣār-s pour avoir brigué le califat. Deux thèmes principaux se dégagent, dont seul le second reflète l'attitude pro-‘alide du poète. En effet, après avoir fait l'éloge des Anṣār-s (vers 1-9) et rappelé comment ils avaient soutenu les muhāğirūn et participé à plusieurs batailles aux côtés du Prophète, le poète reconnaît la nomination d'Abū Bakr et énumère ses qualités (vers 2 et 15-16) ; cependant il aurait préféré ‘Alī, qui méritait le califat plus que le premier (vers 2 hémistiche 2). Il célèbre alors ses nombreuses vertus (vers 13-14) : cousin du Prophète et désigné (waṣī) par lui, massacreur des égarés et des infidèles, guide sur le droit chemin, rempart contre les actions immorales, l'injustice et le Mal.

  • 164 Sept vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 380 ; repris par Ibn Abī al-Ḥ (...)

442La deuxième164 est un faḫr tribal qui, sur un ton guerrier, insiste sur le rôle des Anṣār-s dans les combats de Ṣiffīn ; n'eût été la clémence (‘afw) d'Abū al-Ḥasan (c'est-à-dire ‘Alī), ses adversaires auraient tous été exterminés (vers 4).

  • 165 Six vers (mètre ṭawīl, rime la), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 365 (sous le nom de al-Naḍr (...)

443La troisième165 aurait été composée à la fin de la bataille de Ṣiffīn ; le poète, après s'être quelque peu désintéressé des combats (vers 1-3), décide de prêcher l'union autour de l'Imām désigné et de le soutenir (vers 4-5) ; il exhorte tous les musulmans à ne point l'abandonner et à suivre sa religion (dīn) ; en même temps, il invective Mu‘āwiya qu'il traite d'égaré (ġāwi).

444Attachement à ‘Alī, croyance en sa désignation par le Prophète, rappel de ses vertus, attaques contre son adversaire, bref défense du droit ‘alide : ce sont là les thèmes principaux de ces vers rapportés presque exclusivement par des auteurs šī‘ites. De par leur nature politico-religieuse manifeste, ils sont caractéristiques de la poésie šī‘ite avant 40/660.

445Bibliographie

446Voir les trois notes, à quoi il faut ajouter :

447– Ziriklī, A‘lām, IX, p.7

448– Mubarrad, Kāmil, index

449– Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb, III, 549

450– Ibn al-Aṯīr, Usd, n° 5247, V, 334

451– Ibn Ḥağar, Iṣāba, n° 8746, III, 562.

102- Ḫālid b. al-Mu‘ammar al-Sadūsī

452Ḫālid b.Mu‘ammar b.al-Ḥāriṯ al-Sadūsī, du clan Rabī‘a de Baṣra, est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXIX, p.142-151). Il combattit aux côtés de ‘Alī à Ṣiffīn et y était même le porte-étendard des RAbī‘a ; mais ensuite Mu‘āwiya l'aurait rallié à sa cause et nommé gouverneur du Ḫurāsān ; il mourut alors qu'il était en route pour prendre son poste. Nous conservons de lui quatre fragments où transparaît son évolution politique.

  • 166 Deux vers (mètre ṭawīl, rime bu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 294, repris par al-‘Āmilī, (...)

453Dans le premier166, le poète répond par des menaces (vers 1) à Mu‘āwiya (Ibn Ḥarb) qui avait juré de capturer les femmes de son clan ; il prend ensuite parti pour les Banū Hā·im et leur accorde le pouvoir que Mu‘āwiya voulait leur usurper (vers 2).

  • 167 Deux vers (mètre basīṭ, rime bu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 294, repris par al-‘Āmilī, (...)

454Le deuxième, un faḫr personnel167 vante le rôle du poète à Ṣiffīn ; par le livre de Dieu (kitāb Allāh), il aurait pu réaliser ce que bien des notables n'ont pu faire, à savoir résoudre le schisme (fitna).

  • 168 Sept vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 487, reprispar al-‘Āmilī, (...)

455Dans le troisième, un faḫr tribal168, Ḫālid b. al-Mu‘ammar rappelle (vers1) comment les siens ont combattu pour ‘Alī b. Abī Ṭālib, et il célèbre les exploits de Šaqīq b. Ṯawr al-Sadūsī, al-Ḥuḍayn b. al-Munḏir, Ḥurayṯ b. Ǧābir et Kurdūs b. Hānī.

  • 169 Dix vers (mètre ṭawīl, rime y), rapportés par Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, V, p. 92-93, repris par al-‘Āmil (...)

456Cependant la quatrième et dernière pièce169 s'adresse à Mu‘āwiya ; après avoir rappelé le soutien apporté à ‘Alī par les Rabī‘a (vers 2), le poète se déclare prêt à changer de camp (vers 4-6) ; toutefois il demande à Mu‘āwiya d'oublier le Šayḫ (‘Uṯmān) (vers 8-9).

457En conclusion, les quelques vers de Ḫālid b.al-Mu‘ammar qui nous sont parvenus témoignent de ce qu'on pourrait appeler une “ double appartenance ” ou une évolution pragmatique. Pro-‘alide à ses débuts, le poète, après l'échec de ‘Alī et les signes annonciateurs du triomphe de Mu‘āwiya, se serait rallié à ce dernier.

458Bibliographie

459– Al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.142-152

460– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

461– Ṭabarī, Tārīḫ, index

462– Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, V, p. 92-93.

103- ‘Abd Allāh b. Budayl b. Warqā al-Ḫuzā‘ī

463Le Compagnon, lecteur et traditionniste, ‘Abd Allāh b. Budayl b.Warqā al-Ḫuzā‘ī est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXVIII, p. 98-99) ; ce fut un adversaire du calife ‘Uṯmān et il participa aux côtés de ‘Alī aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn, où il mourut en 37/657. Nous avons de lui trois fragments poétiques.

  • 170 Deux vers (mètre basīṭ, rime si), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146 selon Abū Miḫnaf, (...)

464Le premier fragment170, qui daterait d'al-Ǧamal, insiste sur le caractère illicite et dramatique de cette bataille ; puis le poète fait l'éloge de ‘Alī, célébrant sa qualité de “ désigné ” (waṣī) et sa piété dans la pratique du pouvoir.

  • 171 Trois vers ou cinq šaṭr (rime ta), rapportés plus ou moins complètement par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p (...)

465Dans le second171, un rağaz qui daterait de Ṣiffīn, le poète exprime sa résolution à combattre et s'en remet à Dieu.

  • 172 Un rağaz de 2 vers ou 3 šaṭr sur rime lu, rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p.389.

466Le dernier172 enfin est un faḫr personnel, où ‘Abd Allāh b. Budayl s'adresse à al-Muġīra b. al-Aḫnas du clan de Mu‘āwiya et profère contre lui des menaces de mort.

467Ces quelques vers, que nous connaissons seulement par des sources šī‘ites, montrent bien, par leur lexique et par l'esprit qui les anime, l'obédience ‘alide de l'homme pieux que fut ‘Abd Allāh b. Budayl.

468Bibliographie

469Outre les sources citées en notes, notamment Mas‘ūdī, Murūğ, index (quifournit une abondante bibliographie), voir Ziriklī, A‘lām, IV, p. 200.

104- Abū al-Hayṯam Mālik b. al-Tayyihān

  • 173 Les sources indiquent les deux dates, mais optent (surtout Ibn Ḥağar, Iṣāba, IV, p.210) pour la de (...)

470Al-‘Āmilī cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (I, p.159) Abū al-Hayṯam Mālik b. al-Tayyihān qui était soit un Balawī, allié (ḥalīf) aux ‘Abd al-Ašhal des Anṣār-s, soit un Awsī, autrement dit lui-même un Anṣārī. Il aurait été le premier parmi eux à adhérer à l'Islam et il participa aux principales batailles livrées par le Prophète, notamment Badr et Uḥud. Il serait mort peut-être en 20 ou 21 (= 640-641), mais plus probablement en 36 ou 37 (= 656-657)173 après avoir combattu aux côtés de ‘Alī à al-Ǧamal et à Ṣiffīn.

  • 174 Mètre kāmil, rime ru ; rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.143 et par Madanī, Darağāt, p. 3 (...)

471Deux sources šī‘ites nous ont transmis de lui quatre vers174 qui en font indiscutablement un poète šī‘ite d'avant 40/660. Il s'agit d'un faḫr tribal dont l'auteur, sur le ton de la polémique, rappelle à al-Zubayr b.al-‘Awwām et à Ṭalḥa b.‘Ubayd Allāh les exploits guerriers des siens aux côtés du Prophète ; puis, reprenant certains termes du ḥadīṯ d'al-Ġadīr, il proclame que le Prophète a désigné (waṣī) ‘Alī b. Abī Ṭālib comme Imām et l'a appelé son ami (walī) ; ainsi, dans la lutte pour le pouvoir, Abū al-Hayṯam prend manifestement parti pour celui-ci contre les deux premiers califes (et indirectement contre ‘Ā’iša).

472Bibliographie sélective

473Voir les deux notes, et surtout Madanī, Darağāt, p. 320-323, à quoi il faut ajouter Ṭabarī, index et Ziriklī, A‘lām, VI, p.129-130.

105- Hāšim al-Mirqāl

474Al-Marzubānī (Aḫbār, p. 35) considère Hāšim b.‘Utba b. Abī Waqqāṣ al-Zuhrī dit al-Mirqāl comme un des principaux poètes šī‘ites et al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (LI, p. 11-15). Il se convertit à l'Islam le jour de la prise de La Mecque ; sous le califat de ‘Umar, il participa à la bataille d'al-Yarmūk ; il mourut à la bataille de Ṣiffīn (37/657) en combattant aux côtés de ‘Alī.

  • 175 À savoir :

475Nous avons de lui cinq fragments poétiques175 où se mêlent, dans une optique politico-religieuse, le faḫr tribal et personnel, la satire et l'éloge :

  • satire de Abū Mūsā al-A·‘arī qui n'a rien de redoutable (pièce 5, vers 1, hémistiche 2) ; satire de ‘Amr b. al-‘Āṣ que le poète accuse de trahison (al-ġadr) (pièce 1, vers 1) ;
  • éloge de ‘Alī, qui était le cousin du Prophète et fut le premier à croire en lui et à prier (pièce 2, vers 4 et 5) ; c'était le meilleur des humains (pièce 4, vers1) ; le poète le respecte et le vénère (pièce 4, vers 2) ; il se déclare solidaire de lui et lui fait serment d'allégeance (pièce 5, vers 1 et 2).

476Ailleurs le poète proclame son attachement à ‘Alī ; s'en remettant à Dieu (pièce 4, vers 1), il le soutiendra avec acharnement dans le combat (pièce1, surtout vers 3 ; pièce 2, vers 1-3 ; pièce 3 et pièce 4, vers 4-5) contre ses adversaires ; ceux-ci sont des infidèles (kuffār) (pièce 2, vers 5, hémistiche 2). Et par antithèse, le poète vante une fois de plus la piété de ‘Alī (pièce 4, vers 4) et les qualités morales de ses partisans qui ont préféré le Vrai, la Justice (al-ḥaqq), et le droit chemin (al-hudā) (pièce 4, vers 4).

477Certes la plupart de ces poèmes sont des rağaz improvisés lors des combats, évidemment transmis par des sources šī‘ites. Cependant, si peu nombreux qu'ils soient, ces vers, qui ne manquent pas de souffle épique, laissent transparaître une fidélité absolue à ‘Alī et insistent sur la légitimité religieuse, si l'on peut dire, de son combat et de son droit à l'Imāmat.

478Bibliographie

479Outre les sources citées dans le corps du texte et en note, voir :

480– Ziriklī, A‘lām, IX, p. 49

481– Red, EI2, III, p.267

482– Ṭabarī, Tārīḫ, index

483– Mas‘ūdī, Murūğ, index

484– al-Mufīd, Fuṣūl, p. 219

485– Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb, III, p. 600

486– Ṭūsī, Riğāl, p. 61

487– Bakrī, Mu‘ğam, II, p. 390

488– al Yāfi‘ī, Mir’āt, I, p.101

489– al-Amīnī, Ġadīr, I, p.160 et IX, p.121

490– et enfin al-Ḥakīm, Hāšim al-Mirqāl (vulgarisation apologétique).

106- Al-Aštar al-Naḫa‘ī

491Al-Marzubānī (Aḫbār, p. 47-48) considère Mālik b.‘Abd al-Ġawṯ al-Naḫa‘ī, plus communément nommé al-A·tar, comme l'un des Šu‘arā’ al-Šīa, et al-‘Āmilī le cite parmi les Ayān al-Šīa (I, p.162) ; sous ‘Umar, il participa à la bataille d'al-Yarmūk (15/636) ; après avoir été un des agitateurs contre ‘Uṯmān, il prit parti pour ‘Alī et combattit à ses côtés à al­Ǧamal et à Ṣiffīn ; après l'arbitrage,‘Alī le nomma gouverneur d'Égypte, mais il mourut en route (en 37 ou 38/658).

  • 176 Jusqu'alors ils étaient épars dans divers ouvrage anciens, de littérature ou d'histoire, en partic (...)

492Nous avons de lui 32 fragments176, soit 119 vers, queMahdī ‘Abd al-Ḥusayn al-Nağm a rassemblés pour en donner une édition critique dans deux numéros de la revue irakienne al-Balāġ (N° 7 et 8,1978). Nous nous référons à cette édition, dans l'analyse ci-dessous qui s'efforce de dégager les principaux thèmes.

  • 177 Un rağaz de 3 vers.

493Dans la pièce n° 3177, al-Aštar lance des invectives d'ordre religieux contre le calife ‘Uṯmān qui “ a désobéi (ḫālafa) à Dieu et adoré Satan ”.

  • 178 N° 28, 4 vers, attribués aussi à Šurayḥ b. Awfā (voir notice).
  • 179 N° 19, un rağaz de 5 vers.
  • 180 N° 21, 6 vers.

494À la bataille du Chameau se rapportent trois fragments. Dans le premier178, al-Aštar se vante d'avoir tué Muḥammad b. Ṭalḥa b.‘Ubayd Allāh “ parce qu'il ne suivait pas ‘Alī ”. Le second179 menace les hommes de Mu‘āwiya et rappelle en termes désobligeants la défaite de Ṭalḥa, d'al-Zubayr et de ‘Ā’iša, “la femme au chameau tombant”. Dans le troisième180, le poète regrette que sa vieillesse l'ait rendu incapable de tuer les deux complices.

495Mais la majeure partie de l'œuvre poétique d'al-Aštar se rapporte à Ṣiffīn.

  • 181 N° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9,13, 23 et 29, au total 29 vers.
  • 182 N° 27, 8 vers.

496Dans un premier groupe de pièces181, le faḫr personnel et tribal domine ; le poète se vante de son courage et de sa vaillance ; il exalte les exploits accomplis dans les combats contre les impudiques (al-fağara). Bien qu'aucune bataille précise ne soit mentionnée, il s'agit très vraisemblablement de Ṣiffīn, car tous ces fragments sont rapportés par Ibn Muzāḥim. C'est aussi de faḫr personnel qu'il s'agit dans la réponse182 adressée par al-Aštar à Ǧarīr al-Bağalī (celui-ci croyait lui faire peur en citant Mu‘āwiya). Le poète se vante une fois de plus de son courage et évoque le Paradis qui l'attend en récompense s'il tombe en “ martyr ”

  • 183 N° 15 et 32, au total7 vers.
  • 184 N° 12 et 16, au total 9 vers.

497Dans un deuxième groupe domine la satire : al-Aštar invective contre Mu‘āwiya “Ibn Hind l'homme au gros ventre (al-‘aẓim al-ḥāwiya)”183, et contre son principal complice, ‘Amr b. al-‘Āṣ184, rappelant la fuite de celui-ci et la ruse dont il a usé (en dévoilant son organe) pour éviter le coup mortel de ‘Alī.

  • 185 N° 26, 3 vers.

498Nous avons aussi un thrène185, composé sur les morts des deux camps, dans lequel al-Aštar déplore surtout la mort d'Abū al-Yaqẓān tombé aux côtés de ‘Alī.

  • 186 N° 1, 17 et 25, au total 13 vers.

499Trois pièces186 enfin font l'éloge de ‘Alī ; al-Aštar insiste sur deux de ses qualités majeures : son courage et surtout sa justice (yaḥkumu ḥukm al-ḥaqqi lā i‘tibāṭan “ il gouverne selon la justice et non d'une façon arbitraire”).

500Cette œuvre poétique, ou du moins ce qui en est conservé, reflète bien l'engagement du poète aux côtés de ‘Alī, et elle a une valeur documentaire surtout à propos d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn.

501Cependant les invectives contre les adversaires de ‘Alī et l'éloge de celui-ci, malgré leur vigueur, se diluent en quelque sorte dans une atmosphère de faḫr tribal et personnel ; al-Aštar apparaît presque aussi fort que son imām ; si l'on fait abstraction des rares termes religieux, c'est un héros de l'anté-Islam, qui combat ses ennemis, par les armes et par des rağaz, en déversant sur eux une haine irrésistible.

502Bibliographie sélective

503– Ziriklī, A‘lām, VI, p.131

504– L. Veccia Vaglieri, EI2, I, p. 725-726

505– et surtout al-Aštar Mālik b.al-Ḥāriṯ, éd. Mahdī al-Nağm.

107- ‘Ammār b. Yāsir

506Abū al-Yaqẓān ‘Ammār b. Yāsir b.‘Āmir al-Kinānī al-Maḏḥağī, mort en 37/657, est classé par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p.210-216). Il participa aux côtés du Prophète aux principales batailles de l'Islam ; sous Abū Bakr, il aida à dompter le mouvement d'apostasie ; le calife ‘Umar le nomma gouverneur de Kūfa ; enfin il prit parti pour ‘Alī et combattit avec lui à al-Ǧamal et à Ṣiffīn.

507Nous avons de lui un peu moins de trente vers, dont plusieurs datent de ces deux batailles. On peut distinguer trois groupes.

  1. Dans un premier rağaz187, composé alors que Muḥammad, ‘Alī et lui-même participaient à la construction d'une mosquée, le poète insiste sur leur piété qui contrastait avec l'attitude de ‘Uṯmān qui les négligeait ou même s'opposait à eux (‘anīdan mu‘ānidan). Un autre vers188, manifestant la même attitude hostile à ‘Uṯmān, assimile sa nomination comme calife à la mort de l'Islam et du Bien, et à l'apparition du Mal.
  2. À la bataille du Chameau se rapporteraient deux fragments : d'abord un rağaz189, où ‘Ammār b. Yāsir menace Ibn al-Yaṯribī de le combattre pour faire triompher “ la religion de ‘Alī ” ; ensuite deux vers190 qui accusent ‘Ā’iša d'avoir ordonné le meurtre du calife ‘Uṯmān.
  3. À la bataille de Ṣiffīn, ‘Ammār b.Yāsir aurait composé six fragments d'où cinq thèmes principaux se dégagent :
    • l'appel au combat qui peut être adressé, dans un style sapiential, à l'un des partisans de ‘Alī191, ou bien, sous forme d'ordre, à tout le groupe192 ;
    • la description ou l'évocation de sabres brandis et de têtes coupées193 ;
    • ‘Ammār b. Yāsir évoque un combat, réel ou imminent, et le justifie par la volonté de rétablir le droit (yarğa‘u al-ḥaqq li-ṣāḥibihi)194 ;
    • la louange de ‘Alī, le gendre du Prophète, un homme de confiance et de fidélité (ḏū al-amānāt) et l'éloge de ses partisans, les meilleurs des hommes ; cela allant de pair, par antithèse, avec la satire de ses adversaires “ ennemis du Prophète et injustes acharnés ”195 ;
    • dans deux pièces196 enfin qui semblent annoncer l'échec de Ṣiffīn, le poète, comme s'il sentait sa fin prochaine, souhaite de mourir en martyr afin de rejoindre “ ses amis, le Prophète et son parti ”.
  • 197 Trois vers (mètre mutaqārib, rime ha), rapportés par Madanī, Darağāt, p. 283.

508Toutes ces pièces ont un caractère politico-religieux ; il faut y ajouter un dernier fragment à caractère sapiential197 qui, s'il était authentique, confirmerait la piété de ‘Ammār b.Yāsir.

509Tout cela montre bien l'obédience pro-‘alide de ‘Ammār b.Yāsir qui s'exprime le plus souvent dans des rağaz spontanés, même s'ils sont rapportés par des sources presque exclusivement šī‘ites auxquelles on ne peut faire une totale confiance, avons-nous dit. Si peu nombreux soient-ils, ces quelques vers témoignent d'une conviction profonde chez ce Compagnon dont le Prophète aurait prédit “ l'assassinat par le groupe rebelle ”.

510Bibliographie

511Voir les notes.

108- Ḫuzayma b. Ṯābit

  • 198 Lors d'un désaccord sur le prix d'une jument, vendue à Muḥammad par un bédouin qui se serait ensui (...)
  • 199 Ḫuzayma aurait affirmé avoir entendu le Prophète dire “ que les gens de sa famille seront les Imam (...)
  • 200 Selon Sayf b. ‘Umar, repris par notamment Ṭabarī, Tawḥīdī, Ibn ‘Asākir, Ibn Ḥağar et même Ibn Ḫald (...)

512Ḫuzayma b. Ṯābit b. al-Faqīh al-Ḫaṯ‘amī al-Awsī al-Anṣārī : Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) le range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXIX, p. 234-235) ; fort estimé de Muḥammad198,ilaurait pris part avec lui aux premières batailles de l'Islam ; puis il aurait désapprouvé la nomination de Abū Bakr comme calife et lui aurait préféré ‘Alī199 ; plus tard, il aurait participé aux côtés de celui-ci aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn ; c'est là qu'il mourut en.37/657, et non comme l'affirment certaines sources200 à l'époque de ‘Uṯmān.

513En matière de poésie, nous conservons de lui onze fragments assez courts (au total 52 vers) dont l'un (de 5 vers) est d'authenticité douteuse.

  • 201 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime ki), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p.34, repris par al- (...)
  • 202 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), attribués à Ḫuzayma par Marzubānī (Aḫbār, p.36-37) et Mufīd (Irš (...)

514En premier lieu, deux pièces qui auraient été composées après la mort du Prophète et la nomination d'Abū Bakr. Dans la première201, Ḫuzayma lance un appel à l'entente entre les Qurayš et les Anṣārs, qui ont besoin les uns des autres contre les ennemis des jours difficiles. Dans la seconde202, la plus importante même si son authenticité est contestée, il s'étonne que le pouvoir échappe à ‘Alī et aux Banū Hāšim (vers 1) ; il énumère les qualités ou les mérites du premier, son adhésion précoce à l'Islam, son vaste savoir en matière de religion (vers 2), sa participation aux côtés de l'ange Gabriel à l'enterrement de Muḥammad (vers 3) ; enfin il souligne le caractère illégal (aġbanu al-ġabani) (vers 4) de la nomination d'Abū Bakr, une très grande tromperie.

  • 203 Trois šaṭr (rime lām), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIX, p. 244, repris par Ibn Šahrāšūb, Man (...)
  • 204 204. Cinq vers (mètre ṭawīl, rime dah), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146 ; Madanī, D (...)

515Deux autres pièces se rapportent à al-Ǧamal. Un rağaz203 dénonce les motivations peu religieuses des adversaires de ‘Alī et appelle au combat, préférant la mort à la fuite. La seconde pièce204, adressée à ‘Ā’iša, rabaisse le meurtre de ‘Uṯmān et célèbre les mérites de ‘Alī, qui est “le vicaire désigné par le Prophète” (waṣī rasūl Allāh), comme elle le sait parfaitement.

  • 205 Six vers (mètre ḫafīf, rime nu), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.145 ; Madanī, Darağāt, (...)
  • 206 Un rağaz de 3 vers ou 6 šaṭr sur rime tu, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.398 et ‘Āmilī, A‘yān(...)

516Deux fragments encore se rapportent plus ou moins directement à la bataille de Ṣiffīn. Une première pièce205 assure ‘Alī (waṣī al-Nabī) du soutien des Anṣārs qui n'attendent que son appel pour combattre les Syriens, partisans de Mu‘āwiya (les gens du Šām). Un rağaz206 décrit les “journées de Ṣiffīn”, qualifiant de renégat (nākiṯ) quiconque désobéit à ‘Alī.

  • 207 a) Quatre vers (mètre basīṭ, rime ‘i), rapportés par Marzubānī, Aḫbār, p. 37 ; Ibn Šahrāšūb, Manāq (...)
  • 208 Si on se réfère à la note précédente : a) vers 4, b) vers 5, c) vers 2.
  • 209 a) vers 3, c) vers 3.
  • 210 b) vers 2.
  • 211 b) vers 2, 5 et 7.
  • 212 b) vers 6.
  • 213 c) vers 2, d) vers 1.
  • 214 b) vers 4, c) vers 4.
  • 215 c) vers 1 et 3.
  • 216 d) vers 2 et 3.
  • 217 a) vers 1, b) vers 8.
  • 218 a) vers 2.

517Quatre pièces207 se consacrent à faire l'éloge de ‘Alī et à invectiver ses ennemis. Les thèmes principaux sont les suivants : la désignation de ‘Alī par le Prophète208, sa générosité209 (il fait l'aumône de sa bague), son vaste savoir210, sa vaillance211, son adhésion précoce à l'Islam212 aussitôt après la meilleure des femmes (Ḫadīğa), sa piété213, sa supériorité sur tous les hommes214 dont il est la lumière et le guide215. Ailleurs le poète stigmatise la rancune qui se manifeste chez les adversaires de ‘Alī216 ; il assure celui-ci de son soutien fidèle217, et il est persuadé que ses éloges lui vaudront la récompense divine218.

  • 219 Huit vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.245.
  • 220 Vers 4, 5 et 6.
  • 221 . Vers 7.
  • 222 . Vers 3.

518Dans une dernière pièce219, Ḫuzayma b. Ṯābit s'adresse à Muḥammad b.al-Ḥanafiyya pour célébrer ses qualités : générosité, courage et bonté220 ; celles-ci toutefois n'atteignent pas le haut degré qu'elles ont chez ses frères (al-Ḥasan et al-Ḥusayn), les deux Imāms qui appellent vers le droit chemin221. Le poète prédit au jeune homme que, malgré ses mérites, il ne succédera pas à son père222.

519Ainsi ces poèmes de Ḫuzayma b. Ṯābit insistent sur la défense des droits de ‘Alī ; ils font son éloge et celui de ses trois fils, en privilégiant certes les vertus religieuses et morales, mais sans oublier les qualités politiques. Composés dans une langue plutôt archaïque, mais avec certains termes du lexique politico-religieux šī‘ite, ils nous ont été transmis presque exclusivement par des sources šī‘ites et leur authenticité n'est donc pas totalement garantie.

520Bibliographie sélective

521– Ziriklī, A‘lām, II, p. 351

522– Ibn Sa‘d, Tabaqāt, passim

523– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

524– Ṭūsī, Riğāl, p.19

525– Ṭabarī, Tārīḫ, index

526– al-Mufīd, Fuṣūl, p. 216

527– Mas‘ūdī, Murūğ, index

528– al-Marzubānī, Aḫbār, p. 36-37

529– Bayḫaqī, Maḥāsin, I, p. 71-72

530– Ibn Šahrāšūb, Manāqib, passim

531– Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, passim

532– al-Madanī, Darağāt, p. 310-314

533– al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 234-245

534– et Mi’a wa Ḫamsūn, p. 231-239.

109- Al-Aš ‘aṯ al-Kindī

  • 223 a) Un rağaz (1 vers, rime ), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.168 ;
    b) Un rağaz (2 vers (...)

535Ma‘dī Karib b. Qays al-Kindī dit al-Aš‘aṯ, mort en 40 ou en 42 (661 ou 663), est cité par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a,(XII, p. 414-420) ; à la bataille de Ṣiffīn, il aurait forcé ‘Alī à accepter l'arbitrage ;“ la tradition pro-šī‘ite le représente, [...] avec toute sa maison, comme des traîtres invétérés ”(Reckendorf, EI2, I, p. 718). Il nous laisse six fragments223 (au total 30 vers) qui s'intègrent à la poésie šī‘ite ; on peut distinguer deux groupes :

536Les pièces e et f auraient été inspirées à al-Aš‘aṯ par l'appel de ‘Alī à la mobilisation contre Mu‘āwiya à la veille de la bataille de Ṣiffīn. Rappelant cet appel (e et f, premier vers) et quel accueil favorable il reçut (e, vers 6 ; f, vers1), le poète fait l'éloge de ‘Alī : il insiste sur ses rapports avec le Prophète et célèbre ses qualités morales et guerrières : Hā·imite (e, vers1), gendre de Muḥammad (e, vers 3 ; f, vers 6), son lieutenant (wazīr : e, vers3 ; f, vers 5), désigné par lui (waṣī : e, vers 2 ; f, vers 2), magnanime (ḥalīm : f, vers8), énergique (lahu ṣawla : e, vers 7 ; f, vers 3, 6, 7 et 9) dans son combat contre les tyrans injustes et les infidèles (f, vers 4 et 5), guide sur le droit chemin (f, vers 8) et le meilleur des humains (e vers 1) : telle est l'image de ‘Alī qui se dessine dans ces deux fragments, très semblables par le mètre, le style et le vocabulaire ; aussi se pourrait-il que ce ne fût que des apocryphes.

537Les autres pièces (a, b, c et d) se rapportent à la bataille même et se caractérisent par la jactance ou faḫr personnel ; elles vantent le courage du poète et sa ferme volonté de combattre les adversaires de ‘Alī.

538L'apport d'al-Aš‘aṯ à la poésie šī‘ite est donc surtout constitué par des éloges de ‘Alī et l'affirmation qu'il a été désigné par le Prophète. Mais aussi bien l'attitude du poète à Ṣiffīn que la source de ces vers incitent à la méfiance.

539Bibliographie sélective

540– Reckendorf, EI2, I, p. 718

541– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

542– Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, passim, voir la note

543– al-‘Āmilī, A‘yān, XII, p. 414-420.

110- Bišr b. Munqiḏ al-Šannī

  • 224 On a dit de lui que c'était un excellent poète (Ibn Ḥazm, Ǧambara, p. 211) et qu'il surpassait ses (...)

544Bišr b. Munqiḏ al-Šannī, des Banū Šann b. Afṣā b.‘Abd al-Qays, est sans doute né avant l'Hégire et serait mort en 50/670 à Kūfa ; il aurait combattu aux côtés de ‘Alī aux batailles d'al-Ǧamal et de Ṣiffīn ; al-‘Āmilī le cite parmi les A‘yān al-Šī‘a (XIV, p. 38 sq). Dans son œuvre poétique224, une partie importante (six morceaux sur vingt et un, soit 59 vers sur 127 conservés) confirment ses tendances ‘alides ; à ce titre, ces pièces doivent retenir notre attention.

545Il faut noter cependant que les cinq premières sont rapportées uniquement par des sources šī‘ites, dont deux anciennes : Ibn Muzāḥim (Ṣiffīn) et Ibn Abī al-Ḥadīd (Šarḥ) et une moderne :‘Āmilī (A‘yān) ; pour la sixième, on a les mêmes sources, plus Āmidī (Mu’talif) et Yāqūt (Buldān). Cela doit naturellement nous inciter, sinon à la méfiance, du moins à la prudence.

546Toutes ces pièces sont des qaṣīda-s qui ont plus de 7 vers ; on peut distinguer les thèmes suivants :

547La pièce 4 de son dīwān. (douze vers, mètre mutaqārib, rime ) évoque la bataille d'al-Ǧamal en citant Ṭalḥa et al-Zubayr ; le poète fait l'éloge d'abord de ‘Alī (le soleil) et de ses deux fils (la lune), considérés (vers 2) comme la vue et l'âme ; ensuite celui des siens, dont il rappelle les qualités morales (vers5), le courage (vers 6) et les exploits guerriers (vers10 et 11).

  • 225 Voir la notice qui lui est consacrée.
  • 226 Idem.

548La pièce 1 de son dīwān. (onze vers, mètre ḫafīf, rime hamza) se situe après la victoire d'al-Ǧamal ; al-Šannī incite ‘Alī (vers 11) à combattre Mu‘āwiya et invective ce dernier, une vipère (vers 2), un esprit débile (vers 5) ; au passage, il fait l'éloge des guerriers (vers 6, 7, 8). Ce deuxième thème se retrouve dans la pièce 12 de son dīwān. (10 vers, mètre ṭawīl, rime la) où le poète rappelle les horreurs de la guerre (vers 3), le courage et la vaillance des guerriers (vers 4) et la satisfaction de ‘Alī devant leurs exploits ; il évoque la mémoire de certains morts, notamment les šī‘ites Hā·im al-Mirqāl225 et Ibn Budayl (vers 3 et 4)226, et aussi, dans le camp de Mu‘āwiya (vers 10) Ḥawšab et Ḏū al-Kalā‘.

  • 227 Idem

549Les trois autres pièces se rapportent à l'arbitrage. Dans la première (n° 14, 7 vers, mètre mutaqārib, rime li), le poète, s'adressant à Šurayḥ b.Hānī227, invective contre Abū Mūsā al-Aš‘arī qui n'a ni intelligence ni éloquence (vers 3) et dénonce l'habileté de ‘Amr b. al-‘Āṣ ; pour finir, il menace les deux arbitres, au cas où l'arbitrage ne serait pas juste. La deuxième (n° 10, 8 vers, mètre wāfir, rime qi) met Abū Mūsā en garde contre l'habileté de ‘Amr (vers 5, 6, 7) ; il lui conseille de n'accepter comme Imām que ‘Alī (vers 8) et attaque Mu‘āwiya, l'hypocrite (vers 2). Enfin la troisième (n° 21, 10 vers, mètre ṭawīl, rime ni), une fois connu le résultat de l'arbitrage, blâme les deux arbitres (vers 1-4) et ceux qui pleurent le calife ‘Uṯmān (vers 7).

550Comme on le voit, ces pièces ont surtout une valeur documentaire. En effet, dans une langue pure et d'un style fougueux frisant le style épique, le poète rappelle les deux principales batailles de ‘Alī ; il loue celui-ci et invective contre ses adversaires, en termes le plus souvent généraux, peu susceptibles d'enrichir le lexique technique de la poésie šī‘ite ; mais on ne saurait reprocher cela à un poète qui a vécu avant l'essor du šī‘isme.

551Bibliographie sélective

552– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

553– al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVII

554– al-Šannī éd. al-Ḥaydarī.

111- Al-Nağāšī al-Ḥāriṯī

555Qays b.‘Amr b. Mālik dit al-Nağāšī al-Ḥāriṯī est né à Nağrān avant l'Islam, et il est mort en 49/669. Classé par Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtasidīn et par al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXIII, p. 368), il se convertit avec son clan en l'an 10/632, puis combattit aux côtés de ‘Alī à Ṣiffīn ; il le quitta ensuite après que celui-ci lui eut infligé une bastonnade pour s'être enivré en mois de Ramaḍān ; il rejoignit alors les rangs de Mu‘āwiya.

  • 228 Malgré un Kitāb al-Nağāšī attribué par Ibn al-Nadīm (Fihrist, p.157) à al-Madā’inī, l'œuvre poétiq (...)
  • 229 Dans cette note et les suivantes, nous renvoyons à l'édition des A.U.T, n° 21, 1982.
    Pièces n° 5 (4 (...)
  • 230 Pièces n° 12 (8 vers, mètre mutaqārib, rime ru) et n° 41 (13 vers, mètre ḫafīf, rime qāf).
  • 231 Pièces n° 25 (7 vers, mètre ṭawīl, rime ri) et n° 29 (7 vers, mètre basīṭ, rime si), consacrée exc (...)

556Dans son œuvre poétique228, treize pièces sur soixante-quatre (au total 128 vers sur 333 conservés) se rattachent au courant pro-‘alide. C'est surtout à la bataille de Ṣiffīn qu'al-Nağāšī prend parti pour ‘Alī : il fait son éloge229 et celui de ses principaux alliés, en particulier al-Aštar230, Šaqīq b.Ṯawr, Kurdūs b. Hānī, Ḫālid b. al-Mu‘ammar, al-Ḥurayṯ b. Ǧābir et al-Ḥuḍayn b.al-Munḏir, vantant leur vaillance et leur fidélité231.

  • 232 Pièces n° 7 (8 vers, mètre mutaqārib, rime ğah), n° 59 (13 vers, mètre mutaqārib, rime na), n° 60 (...)

557Ailleurs il lance des invectives acerbes contre Mu‘āwiya, à qui il rappelle sa fuite, et il réitère ses louanges à ‘Alī (dont il fait presque l'égal du Prophète, ṣinw al-Nabī : pièce 59, vers 12 et 13) et à ses fidèles232.

  • 233 Pièce n° 42 (5 vers, mètre ṭawīl, rime qi).
  • 234 Pièce n° 64 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ya).

558Lors de l'arbitrage (al-taḥkīm), al-Nağāšī s'adresse à Abū Mūsā al-Aš‘arī en qui il voit l'espoir de l'Iraq, mais qu'il met tout de même en garde contre ‘Amr b. al-‘Āṣ233. La défaite de ‘Alī à Ṣiffīn inspire à al-Nağāšī une pièce234 où il compare l'attitude des Ahl al-Šām vis-à-vis de Mu‘āwiya et celle des Ahl al-‘Irāq vis-à-vis de ‘Alī, soulignant l'obéissance et la fidélité des premiers, la désobéissance et l'ingratitude des seconds.

  • 235 Pièce n° 48 (7 vers, mètre sarī‘, rime li).

559Enfin l'empoisonnement d'al-Ḥasan b.‘Alī nous vaut un thrène235 où le poète, invitant sa veuve Ǧa‘da à le pleurer, célèbre ses qualités de générosité et de courage.

560De cette brève analyse, il ressort que la part de la poésie šī‘ite dans l'œuvre d'al-Nağāšī est relativement importante ; les éloges de ‘Alī et de ses alliés, les invectives contre Mu‘āwiya et le thrène sur al-Ḥasan en constituent plus de la moitié. Se dégage d'abord le côté guerrier de ces vers, avec l'évocation des qualités traditionnelles de générosité, de courage, de piété et la parenté avec le Prophète ; en revanche l'aspect politique est peu apparent : tout au plus ‘Alī est-il reconnu comme imām (vers 1 et 4 de la pièce 64). Cependant la valeur documentaire de ces morceaux n'est pas négligeable : référence à l'arbitrage (taḥkīm), description de la bataille de Ṣiffīn, évocation des fidèles de ‘Alī.

561Bibliographie sélective

562– Ziriklī, A‘lām, VI, p.58

563– Brockelmann, EI1, III, p.874

564– et surtout ‘Aššāš, Bakkārī et Ġrāb, al-Nağāšī al-Ḥāriṯī par (où on trouve une bibliographie abondante et détaillée).

112- ‘Amr b. al-Ḥamiq al-Ḫuzā‘ī

565Al-‘Āmilī le range parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXII, p. 219-220) ; il participa au siège de la maison de ‘Uṯmān, combattit dans les rangs de ‘Alī à al-Ǧamal et à Ṣiffīn, soutint Ḥuğr b.‘Adī dans sa révolte contre ‘Ubayd Allāh b. Ziyād ; finalement il se réfugia à Mossoul pour fuir les persécutions de Mu‘āwiya et de ses gouverneurs ; c'est là qu'il serait mort en 50/670-671 (assassiné par ‘Abd al-Raḥmān b.‘Uṯmān al-Ṯaqafī, ou bien mordu par une vipère dans une cave) et sa tête aurait été la première à être transportée d'une ville à l'autre, de Mossoul à Damas.

566Nous avons de lui trois fragments qui témoignent de son obédience šī‘ite.

  • 236 Deux vers ou trois šaṭr (rime bihi), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.16.

567Un premier rağaz236, rappelant la parenté de ‘Alī avec le Prophète, le déclare commandant agréé et lui jure fidélité.

  • 237 Quatre vers ou sept šaṭr (rime ni), transmis par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 400, repris par al-‘Āmilī (...)

568Un second rağaz237 est une satire contre ‘Amr b. al-‘Āṣ, qui mène ses soldats yéménites comme des brebis, vers la défaite et l'humiliation.

  • 238 238. Quatre vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 381 ; IbnAbī al-Ḥad (...)

569Enfin dans un dernier fragment238, ‘Amr b. al-Ḥamiq répond à sa femme, qui s'étonne de son insomnie et de son angoisse lors des combats de Ṣiffīn ; il loue le groupe ‘alide et dit sa conviction de bien agir, mais en même temps il exprime ses inquiétudes pour l'issue de la bataille et le sort de ses compagnons.

570Ces courts fragments traduisent bien la fidélité de ‘Amr b.al-Ḥamiq à ‘Alī et l'appréhension qu'il avait de son échec.

571Bibliographie sélective

572Outre les sources citées en notes, notamment al Āmilī, A‘yān, XXXX, p.219-220 et Madanī, Darağāt, p. 431-437 voir :

573– Ibn Qutayba, Ma‘ārif, index

574– Ṭabarī, Tārīḫ, index

575– Mas‘ūdī, Murūğ, index (où sont citées plusieurs autres sources anciennes et modernes).

113- Qays b. Sa‘d b.‘Ubāda

576Qays b. Sa‘d b.‘Ubāda b. Dulaym al-Ḫazrağī al-Anṣārī : al-Marzubānī (Aḫbār, p. 38) le considère comme un des principaux poètes šī‘ites ; Ibn Šahrāšūb (Ma‘ālim, p.150) le range parmi les Šu‘arā’ ahl al-bayt al-muqtaṣidīn, et al-‘Āmilī parmi les A‘yān al-Šī‘a (XXXXIII, p. 27-32). Il commandait les Anṣār-s aux côtés du Prophète et combattit dans les rangs de ‘Alī, notamment à la bataille de Ṣiffīn. Après l'accord conclu entre Mu‘āwiya et al-Ḥasan b.‘Alī, il gagna Médine ou Tiflīs et y mourut vers l'an 60/680.

577Nous conservons de lui douze poèmes (ou fragments), au total 49 vers. On peut distinguer quatre groupes :

  • 239 N° 3 : trois vers (mètre basīṭ, rime du), rapportés notamment par al-Mufīd, Ǧamal, p.144 ; Ibn ‘Ab (...)

578a) Pour la bataille d'al-Ǧamal, nous avons trois pièces239(numéros 3, 4 et 7, dans notre Corpus de la poésie šī‘ite, p.184-191) d'où se dégagent les éléments suivants :

579D'abord le poète, pour justifier le combat deAlī contre Ahl al-Ǧamal, identifie son étendard à celui du Prophète (n° 3, vers 1) et insiste sur le soutien que lui apportent les Anṣār-s (vers 3 et 4).

580Ensuite il attaque Ṭalḥa et al-Zubayr, des renégats (n° 4, vers 3), dont la responsabilité est lourde dans la bataille d'al-Ǧamal (n° 7, vers 3). À ces attaques s'opposent l'éloge des Kufiens (n° 7, vers 1) qui soutiennent Alī et le panégyrique de celui-ci, qui est le meilleur des hommes (n° 7, vers 2), “ désigné ” (waṣī) par le Prophète (n° 1, vers 4).

  • 240 N° 1 : un rağaz de 2 vers et de rime alif maqṣūra, rapporté par al-Mufīd, Fuṣūl, p.219 et Ibn Šahr (...)

581b) Un deuxième groupe240(numéros 1 et 6), de datation imprécise, poursuit cet éloge de ‘Alī. Le poète souligne la précocité de son adhésion à l'Islam (n° 1, vers 1) et affirme son droit à l'Imāmat (n° 5, vers 3), rappelant qu'il a été désigné par le Prophète sur ordre de Dieu (n° 6, vers 3, 4 et 5).

  • 241 N° 10 : un vers (mètre ṭawīl, rime ya), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.166 ;
    n° 12 : tr (...)

582c) Le troisième groupe241(numéros 10,12, 8, 11 et 9) se rapporte à la bataille de Ṣiffīn ; il s'agit de menaces contre les principaux adversaires de ‘Alī : un anonyme (n° 10), al-Muġīra b.Šu‘ba (n° 12), Maslama b.Muḫallad al-Anṣārī et al-Nu‘mān b.Bašīr al-Anṣārī (n° 8) et surtout Mu‘āwiya (n° 11 et 9) à qui le poète conseille de renoncer à la guerre (n° 9, vers 1) et dont il traite les partisans de “ chiens aboyants ” (n° 11, vers 2). Ces invectives sont renforcées par un faḫr tribal et personnel où Qays b.Sa‘d célèbre les exploits guerriers des siens, exploits actuels à Ṣiffīn, ou passés lors des principales batailles que mena le Prophète (n° 9, vers 8-10).

  • 242 N° 5 : un rağaz (4 vers, rime dah), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 427 ; repris par Ibn Abī (...)

583d) Le dernier groupe de poèmes242 (n° 5 et 2) reprend ce même faḫr (n° 5, vers 2 et 3) ; le poète célèbre à nouveau son propre courage et la noblesse de son clan (vers 1), et il se vante de sa force et de sa grande taille (n° 2).

584Ainsi ces quarante-neuf vers, que rapportent surtout des ouvrages d'histoire qui ne sont pas tous šī‘ites, manifestent l'obédience šī‘ite de Qays b.Sa‘d b.‘Ubāda : croyance en la “ désignation ” de ‘Alī, rôle éminent des Anṣār-s pour le soutenir, attaque contre ses adversaires, ce sont là trois thèmes bien connus.

585Bibliographie sélective

586– Ziriklī, A‘lām, VI, p. 56

587– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

588– al-Marzubānī, Aḫbār, p. 36

589– Mas‘ūdī, Murūğ, index (avec une abondante bibliographie)

590– al-Mufīd, al-Ǧamal, p.101 et Fuṣūl, p. 219, 236

591– Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb, II, p. 538

592– Ṭūsī, Amālī, I, p.85 et II, p. 330-331

593– Ibn ‘Asākir, Usd, IV, p. 215

594– Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, passim et surtout VIII, p. 71 et 86

595– Ibn Šahrāšūb, Manāqib, passim et surtout III, p. 28-66 et 166.

114- ‘Amr b. al-‘Āṣ

  • 243 Nous renvoyons, ici et dans le reste de la notice, au C.A.R. soutenu en 1982 à la Faculté des Lett (...)
  • 244 Nous excluons de notre analyse les pièces suivantes :

596‘Amr b. al-‘Āṣ (ou al-‘Āṣī) al-Sahmī (mort vers 43/663) est un personnage célèbre : il participa d'abord à la conquête de la Palestine en l'an 12/633, puis à celle de l'Égypte, dont le calife ‘Umar le nomma gouverneur ; mais quand ‘Uṯmān le destitua et le remplaça par ‘Abd Allāh b.Sa‘d, ‘Amr b. al-‘Āṣ opéra un retrait tactique de la vie publique, tout en excitant en sous-main ‘Alī, Ṭalḥa et al-Zubayr contre le calife ; pour finir, il se rallia à Mu‘āwiya et, à la bataille de Ṣiffīn, il le fit triompher de son adversaire, non par les armes mais par son habileté politique ou sa ruse, lors de l'arbitrage où il était le représentant de Mu‘āwiya face à Abū Mūsā al Aš‘arī qui représentait ‘Alī. Il fit preuve par ailleurs d'un talent poétique certain et nous laisse, si tout ce qu'on lui attribue est authentique, 293 vers243 que l'historien de la poésie politique, et même spécifiquement šī‘ite, ne peut ignorer ; la plupart244 se rapportent à la bataille de Ṣiffīn.

597Naturellement un premier groupe de pièces expriment des sentiments anti-‘alides :‘Amr appelle à venger ‘Uṯmān (n° 28 et38, 4 vers au total), menace et invective ‘Alī (2 rağaz, n° 34 et 35, 4 vers au total), décrit ses propres exploits guerriers (n° 7, 8,10,18 et 25, totalisant 29 vers), notamment comment il a tué les principaux partisans de ‘Alī : ‘Ammār b.Yāsir, Hā·im al-Mirqāl et Ibn Budayl al-Ḫuzā‘ī (4 pièces de 13 vers n° 17, 30, 33 et 42), se moque d'Abū Mūsā al-A·‘arī (2 pièces, n° 15 et 40, 13 vers au total), lui préférant ‘Abd Allāh b. al-‘Abbās (1 pièce, n° 14, 11 vers) ; enfin il félicite Mu‘āwiya de son triomphe (1 pièce, n° 39, 7 vers) et lui rappelle sa promesse de le nommer gouverneur d'Égypte (3 pièces, n° 16,19 et 36, 23 vers au total).

  • 245 N° 5 (9 vers, mètre wāfir, rime du), n° 6 (12 vers, mètre wāfir, rime d), n° 12 (5vers, mètre wāfi (...)

598Toutes les poésies précédentes s'accordent à ce que nous savons de la vie de l'auteur et témoignent d'une position et de sentiments favorables à Mu‘āwiya. Cependant d'autres pièces 245 expriment une position et des sentiments tout à fait différents. Elles ne sont pas moins importantes pour nous que les premières, ne serait-ce qu'en raison du problème qu'elles posent.

599Notons d'abord que toutes tiennent à la fois du panégyrique et de la satire, et unissent, comme par antithèse, l'éloge de ‘Alī et les invectives contre Mu‘āwiya.

  • 246 Nous croyons utile, à partir de cette note, d'indiquer aussi les sources anciennes. Voir Ibn Muzāḥ (...)
  • 247 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 491.
  • 248 Layṯ (n° 5, 4 ; n° 13, 9), asad (n° 24, 47), ġaḍanfar ; on trouve aussi ḥaydar, qaswar : Ibn Muzāḥ (...)
  • 249 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 539.
  • 250 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 473.
  • 251 Isḥāqī, Laṭā’if, d'après ‘Amīnī, Ġadīr, II, p. 117.
  • 252 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 540.

600Nous nous bornerons à analyser le premier aspect pour préciser quelles sont les qualités reconnues à ‘Alī : c'est d'abord le courage et la vaillance (n° 23, vers 2)246. Abū al-Ḥasan (=‘Alī) est comparé à un kab· (bélier ou chef du groupe) (n° 23, vers 5)247, à un lion (plusieurs noms de celui-ci défilent)248, à un cavalier qui fait vieillir de peur les nouveau-nés (n° 6, vers 4)249 et terrorise les cœurs endurcis (n° 5, vers 2)250. C'est un sabre tranchant, pareil aux étoiles, tandis que Mu‘āwiya n'est qu'une faucille, un petit caillou (n° 24 vers 4)251. Ailleurs c'est un faucon (ṣaqr), et Mu‘āwiya n'est qu'un hibou (n° 13, vers 5)252.

  • 253 Isḥāqī, Laṭā’if, p. 41 d'après Amīnī, Ġadīr, p. 112.

601En second lieu, ‘Amr b. al-‘Āṣ célèbre les vertus morales de ‘Alī : c'est le guide sur le droit chemin (imām al-hudā, n° 24, vers 6)253 et ses partisans sont des hommes de piété et de raison (idem, vers 7).

602Enfin, et c'est là l'élément le plus important, partant celui qui suscite le plus la suspicion, ‘Amr b. al-‘Āṣ rappelle comment, à Ḫumm, le Prophète a désigné ‘Alī comme son waṣī (son héritier présomptif), c'est-à-dire comme Commandeur des Croyants (Amīr al mu’minīn, idem, vers 26-35).

603Dans tous les cas, le poète procède par opposition entre les deux adversaires, de façon à mettre en valeur la personnalité de ‘Alī.

604Quand nous aurons ajouté que ces poème pro-‘alides sont écrits dans une langue tantôt élaborée, tantôt très simple, pareille à celle des compositions poétiques tardives destinées à la propagande, nous serons naturellement conduits à poser le problème de leur authenticité. ‘Amr b.al-‘Āṣ aurait-il reconnu les mérites de ‘Alī tels qu'ils apparaissent aux šī‘ites ? Aurait-il simplement voulu “ inquiéter ” Mu‘āwiya ? Ou bien, et c'est le plus vraisemblable, avons-nous affaire à l'œuvre d'un (ou de plusieurs) auteur(s) šī‘ite(s) désireux de prouver à la postérité que même l'un des ennemis les plus acharnés de ‘Alī reconnaissait ses mérites ?

605Cependant, le fait est là : un tiers environ de l'œuvre poétique de ‘Amr b.al-‘Āṣ (telle évidemment que nous la transmettent les sources šī‘ites) reconnaît les principaux mérites de ‘Alī, tandis que les deux autres tiers expriment son attachement à Mu‘āwiya, et surtout sa soif du pouvoir, prêt qu'il était à perdre, aurait-il dit lui-même, la félicité de l'au-delà pour être gouverneur d'Égypte.

606Bibliographie sélective

607– Wensinck, EI2, 1 p. 464

608– Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, index

609– et surtout Mšīrī, ‘Amr b.al-‘Āṣ.

Notes

1 Un rağaz de 3 vers de rime ha (Manāqib, II, p. 257), le premier (Manāqib, II, p. 256) étant un fragment de 3 vers de mètre mutaqārib et de rime mīm où le poète affirme son soutien au Prophète.

2 Ses vers ont été réunis, avec des extraits de ses homélies, par L. Cheikho (Šu‘arā’ al-Naṣrāniyya, p. 211-218). Les vers ci-dessus analysés n'y figurent pas.

3 Un rağaz de 6 vers sur rime ma dans Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p. 287-288.

4 Un rağaz de 2 vers sur rime lām dans Ibn Šahrāšūb, Manāqib, IV, p. 62.

5 D'après une donnée très connue (par exemple Ibn Qutayba, Ši‘r, p.195), mais qui “ est visiblement tendancieuse ” (Brockelmann, EI2, IV, p. 589), il n'aurait composé, après sa conversion, qu'un seul vers. Cependant, comme les différentes éditions du dīwān en témoignent, de nombreux poèmes qui lui sont attribués ont très probablement été composés après sa conversion.

6 Mètre basīṭ, rime ri : Manāqib, II, p. 289.

7 Il s'agit des pièces 17, 30, 31 et 52 de l'œuvre poétique d'al-Faḍl b. al-‘Abbās b.‘Utba b. Abī Lahab.

8 Mètre sarī‘, rime ru. Rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, L, p.19 d'après al-Muqni‘ fī al-imāma d'al-Šāḏabādī que nous n'avons pas pu consulter.

9 Mètre ṭawīl, rime lu ou li. Rapporté par Mufīd, Fuṣūl, p.218 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p.258 et reproduit par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p.242.

10 La première (2 vers de mètre basīṭ et de rime ni) est rapportée par Ya‘qūbī, Tārīḫ, II, p.138 et Ibn Abī al-Ḥadīd (Šarḥ, XIII, p. 232) ; mais elle est également transmise avec 3 autres vers par d'autres sources et attribuée alors à d'autres poètes, notamment al-Faḍl b. al-‘Abbās al-LahAbī, al-‘Abbās b.‘Abd al-Muṭṭalib,‘Abd Allāh b.Abī Sufyān b. al-Ḥāriṯ, Ḫuzayma b. Ṯābit et Ḥassān b. Ṯābit (voir les notices que nous leur consacrons).
La seconde (4 vers de mètre ṭawīl et de rime yi) est rapportée par Ibn Bakkār (Muwaffaqiyyāt, p. 577) ; Ya‘qūbī, Tārīḫ, II, p.130-131 ; al-Mufīd (Iršād, III, Ǧamal, p.36 et Fuṣūl, p. 119-200) et Ibn Abī al-Ḥadīd (Šarḥ, VI, p.17-18).

11 Nous avons deux éditions du dīwān. de Ka‘b b.Zuhayr. La première, celle de Kowalski (Krakew-Pologne, 1950), analysée par Blachère (H.L.A.), contient 31(et non 33) pièces ou fragments, soit plus de cinq cents vers. La deuxième, celle de ‘Abbās ‘Abd al-Qādir (Le Caire 1950, reproduite par photocopie en 1965) que nous utilisons, nous fournit 699 vers répartis en 50 pièces ou fragments, classés sous trois rubriques : le dīwān. (31 poèmes ou fragments pour 627 vers), les pièces omises par le commentateur (2 pour 13 vers) et les pièces glanées par l'éditeur (17 pour 58 vers). Sur les 50 pièces et fragments, 25 comptent moins de 6 vers ; 5 seulement sont relativement longs (41, 43, 53, 54 et 57 vers) et ont l'allure de la qaṣīda classique. Le poète n'utilise que 6 mètres : en tête et de loin le ṭawīl (26 fois), puis le basīṭ (9), le kāmil (7), le wāfir (6), et enfin le ḫafīf et le mutaqārib (1 fois). À la rime, on trouve 14 lettres : (10 fois), lām (8), nūn (5), et mīm (4), dāl, ‘ayn, et qāf (3), et Alīf maqṣūra (2) et enfin kāf, ḥā et (1 fois). Bien qu'il soit assez difficile de distinguer entre les différents genres (surtout entre le madḥ, le faḫr et le hiğā’), un classement approximatif donnerait le résultat suivant :
Image img01.jpg

12 Il s'agit du poème n° 1 (dīwān, p. 251-254) ajouté par l'éditeur qui le reproduit du manuscrit de Muntahā al-ṭalab d'Ibn Mubārak, que nous n'avons pas consulter.
Il faut noter que Balāḏurī (Ansāb, p. 507), Mufīd (Fuṣūl, p. 216) et Ibn Šahrāšūb (Manāqib, II, p.15), repris par les modernes Madanī (Darağāt, p. 541), al-‘Āmilī (A‘yān, XXXXIII, p.147), al-Amīnī (Ġadīr, X, p.13) et Ṣadr (Ta’sīs, p.185 et Funūn, p.107) rapportent deux vers (nos 23 et 24) de ce poème.

13 2 vers ; fragment n° 15, p. 259, des pièces glanées par l'éditeur du dīwān, ‘Abbās ‘Abd al-Qādir, dans al-Maḥāsin d'al-Bayhaqī et repris par les modernes Ṣadr (Ta’sīs, p.185 et Funūn, p.107) et al-‘Āmilī (A‘yān, XXXXIII, p.147).

14 Voir par exemple Balāḏurī, Ansāb, p. 392 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 430 ; al-Mufīd, Fuṣūl, p. 208 et Mas‘ūdī, Murūğ, II, p. 347.

15 Le dīwān. de Ḥassān n'a pas reçu moins de 13 éditions, la première étant celle de Tunis en 1281/1864, et la dernière celle du Caire en 1394/1974 par les soins de Sayyid Ḥanafayn. Mais c'est l'avant-dernière édition, celle de Beyrouth 1391/1971 par Walīd ‘Arafāt qui semble la plus complète et la plus scientifique. Elle aussi cependant doit être revue et complétée.

16 Voir Muḥammad Ḥasan Āl Yāsīn dans la revue iraqienne al-Balāġ, n° 1, sixième année, Bagdad 1366/1976 p. 51-60. Notons que dans le n° 5 de la même année de ladite revue, Sa‘īd al-Ġānimī édite 9 pièces, soit 24 vers, mais qui n'intéressent pasnotre inventaire de la poésie šī‘ite.
De plus, en dépouillant des sources anciennes comme al-Iršād d'al-Mufīd et al-Ġadīr du contemporain al-Amīnī, nous avons nous-mêmes trouvé d'autres pièces attribuées à Ḥassān. La conclusion qui s'impose, c'est qu'il est difficile, sinon impossible, de réaliser actuellement une édition “ complète ” de l'œuvre poétique de ce poète.

17 PièceI : 5 vers, mètre kāmil, rime rā’ (Balāġ, p. 52-53). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 47, d'après Kanğī, Kifāya, p.123 quil'attribue à “ un poète ba‘ḍuhum ” ; Aḫṭab Ḫawrizm, Manāqib, p.199 (que nous n'avons pu consulter) et Sibṭ, Taḏkira, p.16.
Pièce 2 : 5 vers, mètre ṭawīl, rime’i (Balāġ, p. 53). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p.58, que reprennent notamment Kanğī, Kifāya, p.107 ; Aḫṭab Ḫawarizm, Manāqib, p.178 et Sibṭ, Taḏkira, p.16 auxquels il faut ajouter Ṭabarī, Bišāra, p.328.

18 6 vers, mètre ḫafīf, rime na (Balāġ, p. 55). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 46-47 que reprennent Ibn Ṭalḥa, Maṯālib, p.10 (que nous n'avons pas pu consulter) ; Kanğī, Kifāya, p. 55 ; Sibṭ, Taḏkira, p. 202 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p. 292 (sans attribution précise) auxquels il faut ajouter Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p.10.

19 5 vers, mètre ṭawīl, rime ya (Balāġ, 56). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 40 que reprennent Ṭabarī, Mustaršid, p. 53 ; Ṭūsī, Amālī, p. 343 ; Kanğī, Kifāya, p. 38 ; Ibn al-Ṣabbāġ, Fuṣūl, p.19-20 auxquels il faut ajouter al-Mufīd, Iršād, p. 40 et p.74.

20 a) 6 vers, mètre ṭawīl, rime ya (Balāġ, p. 57). Voir aussi Amīnī, Ġadīr, II, p. 30 et ‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 415, qui reproduisent de multiples sources anciennes, notamment Mufīd, Fuṣūl, p. 235 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 27 ; al-Sibṭ, Taḏkira33.
b) 10 vers, même mètre et même rime (Balāġ, p. 58 qui reprend Sulaym b.Qays al-Hilālī : al-Saqīfa).

21 9 vers (mètre ṭawīl, rime nūn), Balāġ, p. 53, rapportés plus ou moins entièrement par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p. 35 ; Ya‘qūbī, Tārīḫ, II, p.107 ; Mufīd, Fuṣūl, p.216et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, II, p.103. Cependant on trouve certains de ces vers attribués à d'autres poètes et notamment à Abū Sufyān b. Ḥarb (voir notice).

22 a) 2 vers (mètre kāmil, rime ‘u) rapportés par Mufīd, Iršād, p. 56 et repris par ‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 416 ;
b) 4 vers (mètre kāmil, rime ri) ;
c) 3 vers (mètre ṭawīl, rime ru), ces deux derniers fragments transmis par Mufīd, Iršād, p. 62-63.

23 5 vers (mètre ṭawīl, rime ya) reproduits par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 6 et repris par ‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 415 ; également attribués à al-Sayyid al-Ḥimyarī.

24 a) 7 vers (mètre mutaqārib, rime alif maqṣūra) transmis par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p. 222 ;
b) 5 vers (même mètre et même rime), même source, III, p. 360.

25 En réalité Ka‘b consacre à ‘Uṯmān 8 pièces : une pièce de 3 vers (n° 27) où il incite les Anṣār-s à le soutenir et 7 pièces totalisant 76 vers où il le pleure (n° 25, 26, 29, 53, 65, 66 et 73) le qualifiant d'amīr et surtout d'imām.

26 D'après le dīwān tel que l'a reconstitué Makkī al-‘Ānī, Ka‘b b. Mālik nous a laissé 590 vers répartis en 73 pièces : 46 d'entre elles ont moins de 7 vers et 17 n'en ont qu'un seul ; les 27 autres ont de 7 à 49 vers. Le poète utilise 8 mètres : ṭawīl (31 fois), wāfī (11), basīṭ et kāmil (9), mutaqārib (8), rağaz (3), ḫafīf et munsariḥ (1) et 16 lettres à la rime : ra (13 fois), mīm (9), lām (8), bā, dāl et nūn (6), ‘ayn (5), fa et qāf (4), hamza (3), et (2), alif maqṣūra, ğīm et sīn (1). Pour les genres, la répartition est la suivante :
Image img02.jpg
Nulle mention donc de ‘Alī

27 6 vers (mètre ḫafīf, rime qi), rapportés par al-Ṭūsī, al-Amālī, II, p. 326.

28 Voir Kaḥḥāla, Nisā’, V, p. 221-227 qui cite une abondante bibliographie et souligne notamment l'opposition de Umm Salama à ‘Ā’iša et les reproches qu'elle adresse à Mu‘āwiya lorsqu'il ordonne de maudire ‘Alī en chaire.

29 Mètre basīṭ, rime si, rapportés par Ibn Bābawayh, Ma‘ānī, p. 376.

30 Un rağaz de 3 vers (rime na), rapporté par al-Mufīd, Ǧamal, p.147.

31 Mètre mutaqārib, rime ba, rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, XIV, p.14, lequelest repris par Madanī, Darağāt, p. 390.

32 Deux vers (rime mu), rapportés par Sayf, Ǧamal, p.163 ; Ṭabarī, IV, p. 517 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p. 264 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.126, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p.183.

33 Trois vers ou cinq šaṭr (rime yi), rapportés par al-Mufīd, Fuṣūl, p.149.

34 Mètre ṭawīl, rime suivie de . Rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 51, reprispartiellement par al-‘Āmilī, A‘yān, III, p.148 (vers 7-8).

35 En effet Ch. Pellat (EI2, I, p. 313) souligne la neutralité d'al-Aḥnaf à la bataille du Chameau.

36 Mètre mutaqārib, rime ra. Rapportés notamment par al-Mufīd, Ǧamal, p.184 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 959 ; Sibṭ, Taḏkira, p. 64, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIX, p.196.

37 Notons que les 2 premiers vers du fragment sont attribués par Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.107 à ‘Ammār b. Yāsir.

38 Un fragment de 4 vers de mètre ṭawīl et sur rime ‘u rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.152 reprend al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 88.

39 Mètre mutaqārib, rime la. Rapporté par le šī‘ite al-Mufīd, Fuṣūl, p. 218.

40 On attribue à Ziyād b. LAbīd deux fragments en plus de celui que nous analysons : le premier (5 vers de mètre ṭawīl et de rime ru) se rapporte à l'assassinat d'al-Hurmuzān par ‘Ubayd Allāh b. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb (et le poète lui reproche son acte) ; le second (3 vers de mètre wāfir et de rime ni) reproche au calife ‘Uṯmān d'avoir pardonné à ‘Ubayd Allāh (Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 239-240).

41 Un rağaz de 4 vers ou 7 šaṭr de rime ba, rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.145 (d'après Abū Miḫnaf, Ǧamal).

42 Deux vers ou trois šaṭr (rime lām + hu), rapportés par al-Mufīd, Ǧamal, p.154.

43 Six vers (mètre mutaqārib, rime mu), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.144 (d'après Abū Miḫnaf, Ǧamal), repris par à al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p.223.

44 Mètre ṭawīl, rime mi ; rapportés par Sayf, Ǧamal, p.165 ; Ibn Sa‘d, Ṭabaqāt, V, p. 54 ; Zubayrī, Nasab, p. 281 ; Ibn Durayd, Ištiqāq, p.145 ; al-Marzubānī, Aḫbār, p. 47 et Mu‘ğam, p. 114 ; Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb, III, p.151 ; al-Yāfi’ī, Mir’āt, I, p. 97 ; Ibn KAṯīr, Bidāya, VII, p. 244 ; Ibn al-Ṣabbāġ, Fuṣūl, p. 65, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXI, p.19.

45 À savoir : Ka‘b b. Mudliğ ; Šaddād b. Mu‘āwiya ou Mu‘āwiya b. Šaddād al-‘Absī ; al-Muka‘bar al-Asadī ou al-Ḫabbī ; Šurayḥ b. Awfā (voir notice) et al-Aštar (voir notice). Presque toutes les sources cependant optent plutôt pour ‘Iṣām b. al-Muqša‘irr.

46 Rime alif maqṣūra ; rapporté par Mufīd, Ǧamal, p.149.

47 Rime mīm ; rapporté par Sayf, Ǧamal, p.168 ; Mufīd, Ǧamal, p.143 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 529 et Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.106.

48 Quatre vers (mètre kāmil, rime ), rapportés par Mufīd, Iršād, p.54 ; Ibn KAṯīr, Bidāya, VII, p. 337, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.129.

49 Outre les deux poèmes que nous analysons, on attribue à al-Ḥağğāğ un rağaz contre les djinns (A‘yān, XX, p.125) et quatre vers (mètre wāfir, rime hi) contre le vin.

50 Cinq vers (mètre ṭawīl, rime nuha), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 545 (le vers1) et Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.130.

51 Quatre vers (mètre kāmil, rime fi), attribués à al-Sa‘dī et rapportés notamment par Sayf, Ǧamal, p.125 ; Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 465 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.109.

52 Un rağaz de 3 vers, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 395 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.105, repris par al-‘Āmilī, XV, p. 247.

53 Cinq vers (mètre basīṭ, rime li), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 259 (d'après des manuscrits šī‘ites).

54 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime‘u), rapportés par Balāḏurī, Ansāb, p. 266.

55 Six vers (mètre ḫafīf, rime bi), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 213.

56 En effet Ibn al-Ṣabbāġ, que reprend al-‘Āmilī (A‘yān, XXXII, p. 54-58), lui attribue faussement un fragment (mètre ṭawīl, rime mi) que plusieurs autres sources attribuent à al-Aštar. En revanche Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 87-88 lui attribue deux rağaz où il menace ‘Alī, probablement en combattant contre lui à la bataille d'al-Ǧamal.

57 Un rağaz de 2 vers de rime ya et un autre de 3 šaṭr de rime yah tous deux rapportéspar al-Mufīd, Ǧamal, p.145.

58 Trois vers (rime ğu), rapportés par Ibn Muzāhim, Ṣiffīn, p. 442 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, I, p.173, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XII, p. 427.

59 Mètre ṭawīl, rime ri. Rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 548 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, II, p. 257 et Ǧandūzī, Yanābī‘, I, p.153.

60 Trois vers (rime dah) rapportés par al-Marzubānī, Mu‘ğam, p.168, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVII, p. 9.

61 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr (rime ) et quatre vers (mètre ḫafīf, rime ni) rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 377-378, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVIII, p.178.

62 Un fragment de 4 vers de mètre kāmil et de rime ni rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 377 et repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVIII, p.178.

63 Trois vers (rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 451 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 90, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 27.

64 Douze vers (mètre ṭawīl, rime li), rapportés par les mêmes sources juste après le rağaz.

65 Quatre vers (rime dal), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 311.

66 Trois vers (rime nu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 312, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVIII, p.121.

67 Rime mu, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 310, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p.145 et par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 224.

68 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr sur rime ba et un fragment de 3 vers de mètre basīṭ, sur rime du, rapportés l'un etl'autre par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 384-385, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXI, p.16.

69 Il ne faut pas le confondre avec un autre Compagnon, al-Anṣārī al-Sa‘īdī, nommé également Simāk b. Ḫaraša et qui aurait lui aussi soutenu ‘Alī (al-‘Āmilī, A‘yān XXXV, p.388-390).

70 Une pièce de 7 vers de mètre ṭawīl et sur rime ri, rapportée par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 375, repris par al-‘Āmilī, XXXV, p. 391.

71 Quatre vers ou sept šaṭr (rime bi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 382, repris par alĀmilī, A‘yān, XXXXVIII, p. 86.

72 Quatre vers ou sept šaṭr (rime ), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.133, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.166-167 et par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.368-369.

73 Trois vers ou cinq šaṭr de rime ‘ah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 399 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p. 234, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.189.

74 Mètre wāfir, rime ru, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 488, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 395.

75 Neuf vers (mètre kāmil, rime ‘i), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 379-380 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 50-51, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p.221.

76 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 279 et Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 31.

77 Voir notice.

78 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime di), rapportés exclusivement par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 280.

79 Mètre ṭawīl, rime ki, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 498, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p. 230.

80 Rime rah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 383, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXVIII/, p. 219-220.

81 Trois vers (rime ‘i), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.172 et Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 370.

82 a) Un rağaz de 2 vers sur rime ya rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.147.
b) Un fragment de 5 vers (mètre ṭawīl, rime ya), rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.147-148.

83 Mètre ḫafīf, rime yah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 436 et par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 77, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXVIII, p.104.

84 Mètre kāmil, rime ma, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.364.

85 Mètre wāfir, rime bi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 382, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.149.

86 Mètre wāfir, rime ni, rapportés notamment par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 52-53 et par Ibn Durayd (Ištiqāq, p. 401) (vers 1), repris par al-‘Āmilī, XXXVI, p. 89.

87 Mètre basīṭ, rime di, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 368, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 45 ; par Madanī, Darağāt, p. 319 ; par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 90. Ce serait une réponse d'Abū Ayyūb al-Anṣārī à Mu‘āwiya quil'accusait d'avoir aidé à assassiner ‘Uṯmān b.‘Affān.

88 3 vers ou 5 šaṭr sur rime yah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 305 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p. 240, repris par al-‘Āmilī, A‘yān VII, p.177.

89 Dix vers (mètre wāfir, rime ‘u), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.164, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p. 320.

90 Quatre vers de rime bi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.194, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXI, p. 30.

91 Dix vers (mètre sarī‘, rime mah), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.195, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXI, p. 30-31.

92 a) Sept vers (mètre ḫafīf, rime ya), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 423, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p. 313.

b) Neuf vers (mètre ṭawīl, rime yah), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 462, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p. 316.

93 Mètre basīṭ, rime ri, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 344, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVIII, p. 116.

94 Mètre basīṭ, rime bah, rapportés par Ṭūsī, Amālī, I, p. 238 (Kuṯayyir) et II, p.238 (b.al-Sā’ib), Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 346 (l'un ou l'autre) et Ibn Abī al-Ḥadīd, III, p.199 (b.al-Sā’ib).

95 Voir sur lui Ṣāliḥ al-Bakkārī, Ka‘b b.Ǧu‘ayl : Aḫbāruh wa aš‘aruh, C.A.R. (sous notre direction à la Faculté des Lettres de Tunis, 1975).

96 Un rağaz de 2 vers rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.362, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, VI, p.273.

97 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime fu) rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 361, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, VI, p. 266.

98 Mètre ṭawīl, rime mi, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 554, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVI, p. 335.

99 Mètre ṭawīl, rime su, rapportés presque exclusivement par des sources šī‘ites : Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 270 ; Ṭabarī, V, p. 29 et al-Marzubānī, Mu‘ğam, p. 264.

100 Mètre ḫafīf, rime ta, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 459, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVIII, p.129-130.

101 Onze vers, rapportés par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 418 et Qifṭī, Muḥammadūn, p.479-480.

102 Sept šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 436.

103 Quinze vers (mètre wāfir, rime di), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.41-42, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, II, p. 68-69.

104 Respectivement 9 šaṭr (rime lam), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ (I, 254 et V, 185) et 6 šaṭr (rime nūn), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn (228 et 399) et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ (I, 254 ; V, 254 ; V,185 et I, 255).

105 Dix vers de mètre mutaqārib (rime fa), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.164 ; Balāḏurī, Ansāb, p. 299 ; Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.121 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p. 321 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 206.

106 Onze vers (mètre ṭawīl, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 63 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p. 110 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.153 et repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 207.

107 Neuf vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par al-Mufīd, Fuṣūl, p. 43 et Iršād, p.133-134 et par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, p. 288 ; repris par Ǧandūzī, Yanābī‘, I, p.59.

108 Deux vers sur rime ya, rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, I, p.144, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXI, p. 205.

109 Trois vers sur rime nūn, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 243 et par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p. 93 ; repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVI.

110 Il est aussi appelé Zağr ou Zaḥr ; voir Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.15 note I. Nous avons adopté la lecture choisie et justifiée par al-‘Āmilī.

111 Deux vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.16, reprispar al-Amīnī, Ġadīr, X, p.14.

112 Un rağaz de 3 vers ou 5 šaṭr, rapporté par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.147 (d'après Abū Miḫnaf), repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXII, p.178.

113 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.147 et, repris par al-‘Āmilī, XXXII, p.179 lui attribuent faussement un fragment de 3 vers de mètre mutaqārib et sur rime mīm qui fait partie d'un poème attribué à Ǧarīr al-Bağalī.

114 Cinq vers (mètre wāfir, rime ‘u), rapportés par Sibṭ b. al-Ǧawzī, Taḏkira, p.88-89.

115 Douze vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 469, repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p.120-121.

116 Dix vers (mètre mutaqārib, rime mīm), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18 ; al-Mufīd, Fuṣūl, p. 218 (8-9-10) ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p. 72-73 (1-8) ; al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 308-309 (1-10) et al-Amīnī, Ġadīr, X, p.14 qui reproduit al-Mufīd.

117 Dix vers (mètre ṭawīl, rime lām), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 48 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.149 (vers 1, 5, 6, 8,10) et III, p. 80-81(vers 1-10) ; al-‘Āmilī, A‘yān, XV p. 313-314 (1-10).

118 Neuf vers (mètre ṭawīl, rime hu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.16 que reprennent Ibn Abī al-Ḥadīd, III, p. 71-72 et al-‘Āmilī, A‘yān, XV, p. 308.

119 Dix vers (mètre kāmil, rime di) et onze vers (mètre ḫafīf, rime ru), tous rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 21-22.

120 Sept vers (mètre ṭawīl, rime ki), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 62.

121 Six vers (mètre ṭawīl, rime ku), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 81.

122 Quinze vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 46-47, lequel est repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, II, p. 72 et en partie par Marzubānī, Mu‘ğam, p. 112-113. Les deux auteurs šī‘ites al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXII, p. 227-228 et al-Amīnī, Ġadīr, X, p. 114-115 rapportent aussi le poème en entier ; notons d'autre part que seul al-‘Āmilī propose la nisba al-Yamanī, alors que les autres sources donnent al-Ṯumālī ; l'éditeur de Ṣiffīn précise que Ṯumāl est une des tribus de Qaḥṭān. Toutes les sources, par ailleurs, font du poète un ascète du Šām (šāmī nāsik).

123 Douze vers (mètre ṭawīl, rime da), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 26 que reprennent Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, 2, p. 49 ; al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXVIII, p.83 ; al-Amīnī, Ġadīr, II, p. 49.

124 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 66 et al-Āmilī, A‘yān, XXX, 8-9.

125 Quatorze vers (mètre ḫafīf, rime qa), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.444, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, VII, p. 8 et 344.

126 Dix vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Balāḏurī, p. 418 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p.130 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.146.

127 Mètre ṭawīl, rime qa ; rappportés par al-Mufīd, Fuṣūl, p. 218 et Ibn Abī-l-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.143, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVII, p.181.

128 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 258, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 34.

129 Trois vers de rime ‘ah, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 398, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XVII, p.14.

130 Ce rağaz est aussi attribué à ‘Adī b. Ḥātim comme le note à juste titre al-‘Āmilī.

131 Trois vers ou cinq šaṭr, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 398, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 55.

132 Cinq vers ou neuf šaṭr sur rime ‘ayn, rapportés exclusivement par des sources šī‘ites : Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.172-173 ; Mas‘ūdī, Murūğ, III, p. 112, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XVIII, p. 354-355.

133 Trois vers ou cinq šaṭr, sur rime tu, rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.180.

134 Neuf vers (mètre wāfir, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.18-19, que reproduit en partie Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p. 73.

135 Deux vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn ‘Asākir, Dimašq, VI, p.428, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVI, p. 289.

136 Six vers (mètre nunsariḥ, rime hi) et sept vers (mètre wāfir, rime ya), tous rapportés par Ibn Šaharāšūb, Manāqib, III, p. 314, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVI, p. 290.

137 Reconstituée par Nūrī al-Qaysī (Bagdad,1967), l'œuvre poétique d'Abū Zubayd al-Ṭā‘ī se présente à nous sous la forme de 50 pièces d'inégale longueur (au total 376 vers), plus trois pièces d'attribution douteuse (14 vers). Le poète utilise 7 mètres, ainsi répartis : basīṭ 19 fois, ṭawīl 10, ḫafīf 7, kāmil 5, wāfir 5, munsariḥ 3, et rağaz 3 fois ; on trouve 13 lettres à rime : ra, 23 fois ; , 5 ; qāf, 4 ; hamza et sīn, 3 ; dāl, fā, lām et mīm, 2 ; et enfin ‘ayn, kāf, nūn et , 1. Ces poèmes traitent de sujets classiques, surtout élégiaques.

138 Ibid., n° 45 page 133. Vingt-trois vers (rime mi) rapportés par Qālī Amālī et Suyūṭī Muzhir.

139 Ibid., n° 12 page 64. Cinq vers (mètre basīṭ, rime ri) rapportés notamment par Mubarrid, Kāmil et des dictionnaires de langue.

140 Al-‘Āmilī, A‘yān, XIII, p. 30 qui cite Mufīd, Iršād.

141 Vingt-cinq vers (mètre wāfir, rime na), dont l'attribution varie selon les sources, ainsi d'ailleurs que le nombre et l'ordre des vers rapportés. Nous avons tenté une reconstitution qui reste, il faut l'avouer, peu satisfaisante.
Voici les données fournies par les principales sources :

  1. Dīwān. Abū al-Aswad, pièce n° 45 p. 71-75 où se trouvent successivement les vers 9, 11, 2, 3,14 et 13
  2. Balāḏurī, Ansāb, p. 507 : vers 4 et 5 attribués à Umm al-‘Uryān b. al-Hayṯam.
  3. Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 116 : vers 9, 11, 2, 3, 14 et 13 attribués à Abū al-Aswad.
  4. Iṣfahānī, Aġānī (al-ṯaqāfa) XII, p. 334 : vers 9, 11, 2, 3, 14 et 13 ; Abū al-Aswad.
  5. Le même : Maqātil (p.43-44) : vers 1-8, puis 10-11, puis 15-25 attribués à Umm al-Hayṯam b.al-Aswad.
  6. Zawzānī, Ḥamāsa, I, p.129 : vers 9, 2, 3,16 et 21 à une esclave Ǧariya.
  7. Ibn Abd al-Barr, Istī‘āb, III, p.66 : vers 1, 20, 9, 11, 2, 3, 12, 13 ; al-‘Uryān. Puis IV, p. 239 : vers 18, 19 ; Umm al-Hayṯam.
  8. Ibn Šahrāšūb, Manāqib, 3, p. 97-98 : vers 1, 2, 3,14, 5, 11, 15,16, 4,13, 21 ; Abū al-Aswad.
  9. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.198 : vers 9, 11, 2, 3, 14 et 13 ; Abū al-Aswad.
  10. Al-Qifṭī, Inbāh, 1, p.19 : vers 9, 11, 2, 3, 14 et 13 ; Abū al-Aswad
  11. Kanğī, Kifāya, p. 463 : vers 1, 20, 9, 11, 2, 3, 12, 13, 14, 15 et 4 attribués à Abū al-Aswad.
  12. Ibn Ḥağar, Iṣāba, IV, p. 230 : vers 18,19attribués à Umm al-Hayṯam.
  13. Al-‘Āmilī, A‘yān, XIII, p.30-33 (reprend Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb et Iṣfahānī, Maqātil mêmes vers et même attribution).

Comme le montre cet inventaire, attribution, nombre et ordre des vers, tout varie. Une hypothèse serait qu'Abū al-Aswad et cette Umm al-Hayṯam aient composé tous deux un poème sur le même mètre, la même rime et le même thème et que les transmetteurs les aient confondus.

142 Mètre ḫafīf, rime ti ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 365 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 42-43 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 245 qui reprend Ibn Muzāḥim.

143 Mètre basīṭ, rime qa ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 364.

144 Mètre ḫafīf, rime da ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 465, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XIII, p.13 qui ajoute p.14 que la poétesse pourrait ne pas être Amīna b.Anas b.Mālik al-Anṣāriyya.

145 Huit vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 344, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIX, p. 25.

146 Le prophète aurait dit à ‘Ammār b. Yāsir : taqtuluka al-fiatu al-bāġiya (le partirebelle te tuera). Voir Ṭabarī, Tārīḫ, V, 41.

147 Quatre vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 364-365, repris par al-‘Āmilī, A‘yān XXXIX, p.106-107.

148 148. Nah·al b. Ḥarī est classé par Ibn Sallām (Ṭabaqāt, p. 383) parmi les poètes de la quatrième classe des “ islamiques ”. Ce qui nous est resté de son œuvre poétique, rassemblé par Ḥātim al-Ḫāmin (Bagdad, 1975), se présente sous la forme d'un mince dīwān. de 338 vers, répartis en 32 pièces d'inégale longueur (20 comptent moins de 7 vers, et même pour 8 d'entre elles, soit le quart, nous n'avons qu'un seul vers ; quatre en revanche ont une certaine longueur : 34, 36, 54 et 56 vers).
Le poète recourt à quatre mètres seulement : le ṭawīl (22 fois), le basīṭ et le wāfir (4fois), le kāmil (2 fois) ; il utilise 13 lettres à la rime : lām (7 fois), (6), dāl (4), mīm (3), ḥā,’ayn et (2), et enfin hamza, bā, sīn, qāf, nūn et (1 fois).
Par ailleurs, la classification par genre donne le tableau suivant :
Image img03.jpg
Mètres, rimes et genres, toute l'œuvre appartient à la pure tradition.

149 Il s'agit des pièces suivantes : n° 16 (neuf vers, mètre ṭawīl, rime ‘ayn) ; n° 17 (neuf vers, mètre basīṭ, rime ‘ayn) ; n° 20 (trente-quatre vers, mètre wāfir, rime qāf) et enfin n° 29 (douze vers, mètre ṭawīl, rime mīm). La pièce n° 16 est rapportée uniquement par Yazīdī, Amālī, la n° 17 par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, la n° 29 par Ibn Mubārak, Muntahā al-ṭalab (manuscrit du VIe siècle). Seule la pièce n° 20 est rapportée par 17 sources.

150 Mètre ṭawīl, rime ba ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 401-402, repris par al-‘Āmilī, XV, p. 331-332.

151 Un rağaz de 3 šaṭr sur rime , rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p. 479 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, p. 111-115, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.133.

152 Un rağaz de 5 šaṭr sur rime lam, rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.160, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.133.

153 Trois vers (mètre ṭawīl, rime ba), rapportés par Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 44 et Ibn al-Aṯīr, Kāmil, III, p.159, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.133.

154 Sept vers (mètre basīṯ, rime ru), rapportés par Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.129, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XX, p.133.

155 a) Six vers (mètre ṭawīl, rime qu), rapportés par Ṭūsī, Amālī, I, p.137-38 et Ṭabarī, Bišāra, p.306 ;
b) un rağaz de 6 vers (rime qi), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 383, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, LI, p. 635 ;
c) trois vers (mètre ṭawīl, rime mi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 269.

156 Trois vers (rime nuhā), rapportés notamment par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.144 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.161, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p.34.

157 Deux vers (rime alif maqṣūra), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p.132, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 44.

158 Un rağaz de 3 vers de rime ha, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 427 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 70, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 34.

159 Quatre vers (mètre wāfir, rime nu), rapportés par Ibn A’tam, Futūḥ, selon al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 38.

160 Trois vers de même mètre et de même rime que les précédents, et qui pourraient donc en être la suite ; rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 37.

161 Un rağaz de 2 vers (rime nūn), rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 41.

162 Un vers en rağaz sur rime mīm, rapporté par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXV, p. 38.

163 Dix-huit vers (mètre ṭawīl, rime ni), rapportés par Ibn Bakkār, Muwaffaqiyyāt, (592-595), repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p. 31 (1-18) et XVI, p.174 (9-10-11) et par al-‘Āmilī, A‘yān, L, p.17-18 (1-18).

164 Sept vers (mètre basīṭ, rime ru), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, 380 ; repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 51 et par al-‘Āmilī, A‘yān, L, p. 60.

165 Six vers (mètre ṭawīl, rime la), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 365 (sous le nom de al-Naḍr b. al-‘Ağlān) ; par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.149 (sous le nom de al-Muġīra b. al-‘Ağlān) et par al-‘Āmilī, A‘yān, L, p. 60.

166 Deux vers (mètre ṭawīl, rime bu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 294, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.146.

167 Deux vers (mètre basīṭ, rime bu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 294, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, ibid.

168 Sept vers (mètre ṭawīl, rime ri), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 487, reprispar al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.147.

169 Dix vers (mètre ṭawīl, rime y), rapportés par Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, V, p. 92-93, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.150.

170 Deux vers (mètre basīṭ, rime si), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146 selon Abū Miḫnaf, Maqtal et repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVII, p. 98.

171 Trois vers ou cinq šaṭr (rime ta), rapportés plus ou moins complètement par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 245 ; Balāḏurī, Ansāb, p. 310 ; Mas‘ūdī, Murūğ, III, p.132 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, V, p.196 ; repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXVIII, p. 98-99.

172 Un rağaz de 2 vers ou 3 šaṭr sur rime lu, rapporté par Ṭabarī, Tārīḫ, IV, p.389.

173 Les sources indiquent les deux dates, mais optent (surtout Ibn Ḥağar, Iṣāba, IV, p.210) pour la dernière.

174 Mètre kāmil, rime ru ; rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.143 et par Madanī, Darağāt, p. 322.
Abū al-Hayṯam aurait par ailleurs composé un thrène sur le Prophète (mètre ṭawīl, rime di) dont il ne reste qu'un vers (Ibn Ḥağar, Iṣāba, IV, p. 209) et un rağaz (2 vers ou 3 šaṭr) qui est une sorte de profession de foi (Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.180).

175 À savoir :

  1. un rağaz de trois vers (rime ra), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 428 et par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 70 ;
  2. un rağaz de cinq vers (soit 12 ou 10 šaṭr, rime la), rapporté de façon plus ou moins complète par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.327 ; al-Zubayrī, Nasab, p. 263 ; Ibn Durayd, Ištiqāq, p.154 ; al-Mufīd, Fuṣūl, p.219 ; Masū‘dī, Murūğ, III, p.130 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III/II ; Ibn Ḥağar, Iṣāba, III, p. 562 ; al-Madanī, Darağāt, p. 380et al-‘Āmilī, A‘yān, L, p.14 ;
  3. un rağaz de trois vers (de rime ), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 344 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 29 ; al-Madanī, Darağāt, p.378et al-‘Āmilī, A‘yān, L, p.14 ;
  4. cinq vers (mètre ṭawīl, rime ‘u), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 347 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, II, p.188 ;
  5. deux vers (mètre wāfir, rime ya), rapportés par al-Marzubānī, Aḫbār, p. 35 ; Ibn Ḥağar, III, p. 562 et Madanī, Darağāt, p. 376.

Notons qu'al-‘Āmilī (A‘yān, LI, p.13-14) reproduit les trois premiers fragments.

176 Jusqu'alors ils étaient épars dans divers ouvrage anciens, de littérature ou d'histoire, en particulier ceux des šī‘ites Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn et Ibn Šahrāšūb, Manāqib. Il s'agit de pièces très courtes (2 à 6 vers ; une seule a 8 vers et une autre 11). On relève seulement 7 mètres avec une prédominance absolue du rağaz (20 pièces), puis viennent le ṭawīl (6), le ḫafīf (2) et enfin le basīṭ, le wāfir, le kāmil et le mutaqārib (1). En revanche, les rimes sont plus variées ; on trouve 15 lettres, à savoir : (6 fois), lām (4), et mīm (3), ğīm, dāl, kāf, nūn et ya (2), enfin , sīn, ṣād, ṭa, za et ’ayn (1 fois). Par ailleurs Mahdī al-Nağm signale (Balāġ, n° 7, p.15, 1978) qu'il ne considère guère al-A·štar comme un poète, bien qu'il cite plusieurs sources qui le qualifient ainsi.

177 Un rağaz de 3 vers.

178 N° 28, 4 vers, attribués aussi à Šurayḥ b. Awfā (voir notice).

179 N° 19, un rağaz de 5 vers.

180 N° 21, 6 vers.

181 N° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9,13, 23 et 29, au total 29 vers.

182 N° 27, 8 vers.

183 N° 15 et 32, au total7 vers.

184 N° 12 et 16, au total 9 vers.

185 N° 26, 3 vers.

186 N° 1, 17 et 25, au total 13 vers.

187 Deux vers ou quatre šaṭr (rime dāl), rapportés par Kaššī, Riğāl, p. 33 (qui les attribue à ‘Alī) et par Madanī, Darağāt, p. 259.

188 Mètre sarī‘, rime ru ; rapporté par Madanī, Darağāt, p. 262.

189 Trois šaṭr sur rime yi, rapportés par Mufīd, Ǧamal, p.146 et par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.156.

190 Mètre mutāqarib, rime ar ; rapportés par Mas‘ūdī, Murūğ, III, p. 307. D'autres sources attribuent ces vers à d'autres poètes et ‘Ammār les aurait simplement cités (voir Ibn Umm Kilāb).

191 Un hémistiche d'un rağaz sur rime ‘ayn adressé à Hāšim al-Mirqāl (voir notice) ; rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 382 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V, p. 40 ; Madanī, Darağāt, p.276.

192 Les deux premiers šaṭr d'un rağaz sur rime yi ; rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.101 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, III, p.179 ; Madanī, Darağāt, p. 278.

193 Les deux derniers šaṭr du même rağaz ; le cinquième d'un rağaz de 7 šaṭr, lui aussi sur rime yi, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 343 et Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 26 ; les quatre premiers enfin d'un rağaz de 6 šaṭr (rime li), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 341 ; Balāḏurī, Ansāb, p. 310 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 24 et Sibṭ, Taḏkira, p. 93.

194 Le troisième šaṭr du rağaz en yi et le cinquième de celui en li, de la note précédente.

195 Les hémistiches 4-8 du rağaz en yi cité dans la note 193.

196 a) Cinq vers (mètre ḫafīf, rime lām), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 320 et par Madanī, Darağāt, p. 269 ;
b) un rağaz de 2 šaṭr, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 341 ; Ṭabarī, Tārīḫ, V. 39 et 41 ; Kaššī, Riğāl, p. 32 ; Sibṭ, Taḏkira, p. 92 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 269.

197 Trois vers (mètre mutaqārib, rime ha), rapportés par Madanī, Darağāt, p. 283.

198 Lors d'un désaccord sur le prix d'une jument, vendue à Muḥammad par un bédouin qui se serait ensuite rétracté pour demander une somme supérieure, Ḫuzayma b.Ṯābit aurait témoigné en faveur du Prophète qui l'aurait surnommé Ḏu al-šahādatayn “ celui dont le témoignage en vaut deux ” ; voir par exemple ‘Askarī (Mi’a wa ḫamsūn, p.231-232) qui reprend et résume diverses sources anciennes.

199 Ḫuzayma aurait affirmé avoir entendu le Prophète dire “ que les gens de sa famille seront les Imams ” et désigné nommément ‘Alī à Ḫumm ; voir par exemple Madanī, Darağāt, p. 311 et ‘Āmilī (A‘yān, XXIX, p. 237 et 239) qui reprend les sources anciennes

200 Selon Sayf b. ‘Umar, repris par notamment Ṭabarī, Tawḥīdī, Ibn ‘Asākir, Ibn Ḥağar et même Ibn Ḫaldūn, de Ḫuzayma, dont Ḏū al-·ahādatayn. Mais al-Madanī, al-‘Āmilī et surtout ‘Askarī, Mi’a, refusent cette hypothèse et concluent à l'existence d'un seul personnage pro-‘alide (voir notamment Mi’a wa ḫamsūn dont le chapitre sur Ḫuzayma a justement pour objet cette réfutation).

201 Quatre vers (mètre ṭawīl, rime ki), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VI, p.34, repris par al-‘Āmilī, XXIX, p. 244.

202 Cinq vers (mètre basīṭ, rime ni), attribués à Ḫuzayma par Marzubānī (Aḫbār, p.36-37) et Mufīd (Iršād, p. 23) ; mais d'autres sources les attribuent à d'autres poètes (voir Abū Sufyān, al-Faḍl b. al-‘Abbās, al-‘Abbās b.‘Abd al-Muṭṭalib et Ḥassān b.Ṯābit).

203 Trois šaṭr (rime lām), rapportés par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXIX, p. 244, repris par Ibn Šahrāšūb, Manāqib.

204 204. Cinq vers (mètre ṭawīl, rime dah), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.146 ; Madanī, Darağāt, p.312 et ‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.242.

205 Six vers (mètre ḫafīf, rime nu), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.145 ; Madanī, Darağāt, p. 312 et ‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 242.

206 Un rağaz de 3 vers ou 6 šaṭr sur rime tu, rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.398 et ‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 242.

207 a) Quatre vers (mètre basīṭ, rime ‘i), rapportés par Marzubānī, Aḫbār, p. 37 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 6 et ‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 245.
b) Huit vers (mètre ṭawīl, rime nūn), rapportés notamment par Marzubānī, Aḫbār, p.36 ; Mufīd, Fuṣūl, p. 216 ; Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, XIII, p. 213 ; Ḥağar, Iṣāba, II, p.279 ; Madanī, Darağāt, p. 311 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p.243.
c) Quatre vers (mètre mutaqārib, rime alif maqṣūra), rapportés par Marzubānī, Aḫbār, p. 37 ; Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 6 et al-‘Amilī, A‘yān, XXIX, p.244.
d) Trois vers (mètre ṭawīl, rime ‘uh), rapportés par Bayhaqī, Maḥāsin, I, p. 71, repris par ‘Āmilī, A‘yān, XXIX, p. 243.

208 Si on se réfère à la note précédente : a) vers 4, b) vers 5, c) vers 2.

209 a) vers 3, c) vers 3.

210 b) vers 2.

211 b) vers 2, 5 et 7.

212 b) vers 6.

213 c) vers 2, d) vers 1.

214 b) vers 4, c) vers 4.

215 c) vers 1 et 3.

216 d) vers 2 et 3.

217 a) vers 1, b) vers 8.

218 a) vers 2.

219 Huit vers (mètre ṭawīl, rime ), rapportés par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.245.

220 Vers 4, 5 et 6.

221 . Vers 7.

222 . Vers 3.

223 a) Un rağaz (1 vers, rime ), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.168 ;
b) Un rağaz (2 vers, rime si), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.182 ;
c) Un rağaz (4 vers ou 7 šaṭr, rime ‘ayn), ibid. ;
d) Un rağaz (4 vers ou 7·šaṭr, rime ḥi), ibid., p.166 ;
e) Huit vers (mètre mutaqārib, rime mi), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.24, repris partiellement par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.148 (vers 1-2), Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 50 (vers 1-2), al-‘Āmilī, A‘yān, XII, p. 416 (vers 1-3) et al-Amīnī, Ġadīr, X, p.14 (vers 1-4) ;
f) Onze vers (mètre mutaqārib, rime ), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p.23, repris partiellement par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, I, p.147 (vers 1-2) et al-‘Āmilī, A‘yān, XII, p. 415-416 (vers 1-2).

224 On a dit de lui que c'était un excellent poète (Ibn Ḥazm, Ǧambara, p. 211) et qu'il surpassait ses contemporains (Bakrī, Simṭ, p. 827) ; cependant al-Šannī ne paraît pas avoir eu de Dīwān. Nous devons toutefois à Ḫiyā’ al-Dīn al-Ḥaydarī uneédition critique des vers qui lui sont attribués. Il a réuni et publié dans la revue irakienne al-Balāġ (n° 10 année 4,1974, p.17-24 ; n° 1 année 5,1975, p. 27-35 et n° 2 année 5,1975, p. 27-35) tous les vers épars dans les sources anciennes, notamment Ibn Muzāḥim (Ṣiffīn) et Ibn Abī al-Ḥadīd (Šarḥ). Il s'agit de huit qaṣīda-s (de 7 à 16 vers) et 13 fragments (de 1 à 6 vers). Al-Šannī recourt à cinq mètres, surtout aux mètres dits classiques : le ṭawīl (9 fois), le basīṭ (5 fois), le mutaqārib et le wāfir (3 fois) et enfin le ḫafīf (1 fois). On trouve douze lettres à la rime : le lām (5 fois), le ra et le nūn (3), le mīm (2), enfin hamza, bā, dāl, sīn,’ayn, fā, qāf et kāf (1 fois).
Pour ce qui est des thèmes et des genres, nous avons le tableau suivant :
Image img04.jpg

225 Voir la notice qui lui est consacrée.

226 Idem.

227 Idem

228 Malgré un Kitāb al-Nağāšī attribué par Ibn al-Nadīm (Fihrist, p.157) à al-Madā’inī, l'œuvre poétique d'al-Nağāšī ne semble pas avoir été réunie en dīwān. par les auteurs anciens. Les poèmes sont dispersés dans une cinquantaine de sources, les plus importantes étant Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn (19 pièces), et Ibn Bakkār, Muwaffaqiyyāt (10 pièces). Successivement Cheikho, Schultess et al-Nu‘aymī se sont intéressés à l'œuvre, glanant respectivement 22, 28 et 48 pièces. Deux collègues, Ṣāliḥ Bakkārī et Sa‘d Ġrāb, et moi-même avons édité (A.U.T. n° 21, 1982) tout ce que nous avons pu collecter ici ou là. Le résultat est un “ dīwān. ” de 333 vers, répartis en 64 pièces d'inégale longueur, la moitié ayant de 1 à 6 vers et la seconde comprenant des poèmes de plus de 7 vers, avec deux piècesrelativement très étendues (n° 62, 43 vers) ; al-Nağāšī utilise neuf mètres, avec une prédilection particulière pour le ṭawīl (37 fois) ; puis viennent le basīṭ (8), le rağaz (7), le mutaqārib (4), le wāfir (3), le ḫafīf (2) et enfin le kāmil, le ramal et le sarī‘ (1). On trouve 17 lettres à la rime, avec prédominance du rā’ (17 fois) ; puis viennent le mīm (8), le lām (7), le ‘ayn (6), le et le nūn (5), le dāl et le qāf (3), le (2), et enfin l'alif maqṣūra, le ğīm, le zāy, le šīn, le ḍād, le kāf et le (1).
Un essai de répartition par genre donne le tableau suivant :
Image img05.jpg
D'après ce tableau, al-Nağāšī est de ces poètes dont l'œuvre reflète les événements principaux de leur vie et de leur temps, des poètes engagés dirait-on.

229 Dans cette note et les suivantes, nous renvoyons à l'édition des A.U.T, n° 21, 1982.
Pièces n° 5 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ) et n° 24 (8 vers, mètre ṭawīl, rime ri).

230 Pièces n° 12 (8 vers, mètre mutaqārib, rime ru) et n° 41 (13 vers, mètre ḫafīf, rime qāf).

231 Pièces n° 25 (7 vers, mètre ṭawīl, rime ri) et n° 29 (7 vers, mètre basīṭ, rime si), consacrée exclusivement à Kurdus.

232 Pièces n° 7 (8 vers, mètre mutaqārib, rime ğah), n° 59 (13 vers, mètre mutaqārib, rime na), n° 60 (un rağaz de 1 vers, rime na), et n° 62 (43 vers, mètre ṭawīl, rime ni) ; cette dernière décrit avec un soin tout particulier le cheval de Mu‘āwiya (vers 6-18) et le combat (vers19-43).

233 Pièce n° 42 (5 vers, mètre ṭawīl, rime qi).

234 Pièce n° 64 (4 vers, mètre ṭawīl, rime ya).

235 Pièce n° 48 (7 vers, mètre sarī‘, rime li).

236 Deux vers ou trois šaṭr (rime bihi), rapportés par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.16.

237 Quatre vers ou sept šaṭr (rime ni), transmis par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 400, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXX, p. 220.

238 238. Quatre vers (mètre basīṭ, rime na), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 381 ; IbnAbī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 52 et Madanī, Darağāt, p. 432, repris par al-‘Āmilī, XXXX, p. 219.

239 N° 3 : trois vers (mètre basīṭ, rime du), rapportés notamment par al-Mufīd, Ǧamal, p.144 ; Ibn ‘Abd al-Barr, Istī‘āb, II, p. 539 ; Ibn al-Aṯīr, Usd, IV, p.216 ; Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, II, p. 245 et Sibṭ, Taḏkira, p. 95 ;
n° 4 : sept vers (mètre ṭawīl, rime di), attribués à al-Nağāšī (pièce 8, ši‘r al-Nağāšī), rapportées par al-Mufīd, Ǧamal, p.101 et Mas‘ūdī, Murūğ ;
n° 7 : cinq vers (mètre ṭawīl, rime lam), rapportés par Ṭūsī, Amālī, II, p. 331.

240 N° 1 : un rağaz de 2 vers et de rime alif maqṣūra, rapporté par al-Mufīd, Fuṣūl, p.219 et Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p. 66 ;
n° 6 : cinq vers (mètre ḫafīf, rime lu), rapportés notamment par al-Mufīd, Fuṣūl 236, Ibn Šahrāšūb Manāqib, III, p. 28, Sibṭ, Taḏkira, p.33 et un grand nombre d'auteurs tardifs, surtout šī‘ites.

241 N° 10 : un vers (mètre ṭawīl, rime ya), rapporté par Ibn Šahrāšūb, Manāqib, III, p.166 ;
n° 12 : trois vers (mètre ṭawīl, rime yah), rapportés par Ṭūsī, Amālī, I, p. 86 et Ṭabarī, Bišāra, p.325 ;
n° 8 : trois vers (mètre kāmil, rime nu), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 449, repris par al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 30 ;
n° 11 : un rağaz (3 vers, rime yah), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 448 ;
n° 9 : dix vers (mètre ḫafīf, rime na), rapportés par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 447, repris en partie par Ibn al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 86, al-Madanī, Darağāt, p. 344 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 29.

242 N° 5 : un rağaz (4 vers, rime dah), rapporté par Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 427 ; repris par Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ, VIII, p. 71, al-Madanī, Darağāt, p. 345 et al-‘Āmilī, A‘yān, XXXXIII, p. 28
n° 2 : quatre vers (mètre ṭawīl, rime du), rapportés par Ṯa‘ālibī, Ṯimār, p. 480 et Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p.102, repris par al-Amīnī, Ġadīr, II, p. 69 et 109.

243 Nous renvoyons, ici et dans le reste de la notice, au C.A.R. soutenu en 1982 à la Faculté des Lettres de Tunis par Muḥammad Ḥusayn Mšīrī. Celui-ci en effet, sur notre conseil et sous la direction de M.Ṣāliḥ al-Bakkārī, a entrepris de reconstituer et d'étudier l'œuvre poétique de ‘Amr b.al ‘Āṣ. Il a recueilli 42 pièces (293 vers) d'inégale longueur (23 pièces ont moins de 7 vers et une, exceptionnellementlongue, en compte 66). Les sources qui les transmettent sont de nature diverse (historiques et littéraires). Citons les principales : parmi les anciens, Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, Balāḏurī, Ansāb, Ya‘qūbī, Tārīḫ, Iṣfahānī, Aġānī, Ibn Abī al-Ḥadīd, Šarḥ ; et parmi les modernes, Amīnī, Ġadīr. Pour les détails, se référer au mémoire cité ci-dessus. Ce sont tous des auteurs ou compilateurs šī‘ites, et cela doit nous inciter à la prudence.‘Amr b.al-‘Āṣ utilise 17 lettres à la rime, ce qui est relativement important : nūn (7), lām (6), ra et mīm (4), dāl et qāf (3), ğīm, sīn, fā et kāf (2), bā, hā, zāy, ḍād,’ayn, wāw et yā (1). Pour les mètres, huit sont attestés ; comme chez la plupart des poètes de talent, le ṭawīl prédomine (13 fois) ; vient ensuite le rağaz, lié à l'improvision dans les combats (11 fois), puis le wāfir (6), le mutaqārib (5), le basīṭ et le kāmil (2), et enfin le ḫafīf, le ramal et le muqtaḍab (1).

244 Nous excluons de notre analyse les pièces suivantes :

  • le n° 9 (7 vers) contre les musulmans en Éthiopie ;
  • les n° 20 et 41 (17 vers) relatives à la bataille de Uḥud ;
  • le n° 2 (7 vers) contre les Anṣār-s qui aspirèrent au califat en la personne de Sa‘d b.‘Ubāda lors de la réunion de la Saqīfat des Banū Sā‘ida juste après la mort du Prophète.
  • le n° 1(un rağaz de 2 vers) contre Laḫm et Ǧudām lors de la bataille de Ṣiffīn ;
  • les n° 3, 11, 21, 22, 26 et 31 (19 vers) de faḫr personnel ;
  • le n° 37 (3 vers) contre Abū al-Aswad al-Du ‘Alī ;
  • les n° 27 et 32 (9 vers) à caractère sapiential et d'autres pièces de moindre importance.

245 N° 5 (9 vers, mètre wāfir, rime du), n° 6 (12 vers, mètre wāfir, rime d), n° 12 (5vers, mètre wāfir, rime zi), n° 13 (11 vers, mètre ṭawīl, rime su), n° 23 (7 vers, mètre wāfir, rime kāf), n° 24 (66 vers, mètre mutaqārib, rime li).

246 Nous croyons utile, à partir de cette note, d'indiquer aussi les sources anciennes. Voir Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 491.

247 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 491.

248 Layṯ (n° 5, 4 ; n° 13, 9), asad (n° 24, 47), ġaḍanfar ; on trouve aussi ḥaydar, qaswar : Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 540, 473 et Isḥāqī, Laṭā’if, p.41 d'après ‘Amīnī, Ġadīr, II, p. 117.

249 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 539.

250 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 473.

251 Isḥāqī, Laṭā’if, d'après ‘Amīnī, Ġadīr, II, p. 117.

252 Ibn Muzāḥim, Ṣiffīn, p. 540.

253 Isḥāqī, Laṭā’if, p. 41 d'après Amīnī, Ġadīr, p. 112.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter