Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Introduction

Bilan et perspectives pour la recherche

Texte intégral

1Après cette revue critique où nous avons examiné trente-cinq ouvrages ou articles entièrement ou partiellement consacrés à la poésie šī‘ite pendant les deux premiers siècles de l'Hégire, nous pouvons formuler quelques remarques générales et en tirer les conclusions qui s'imposent pour notre propre recherche.

2Ces études, qui s'étalent sur presque un siècle et ont été faites, en Orient et en Occident, par des auteurs musulmans ou non musulmans, montrent bien, à tout le moins, l'intérêt que suscite la poésie šī‘ite et son importance.

  • 1 Au total, 41 poètes. Les plus souvent cités sont : al-Kumayt, al-Sayyid al-Ḥimyarī, Kuṯayyir ‘Azza (...)

3Cela dit, elles présentent des différences notables tant pour ce qui est du volume que de la qualité. Certains auteurs se sont contentés de quelques pages, voire de quelques lignes, nécessité oblige, au sein d'une histoire générale de la littérature arabe. D'autres, pénétrés de l'importance de cette poésie, lui ont consacré des volumes, le plus souvent dans le cadre d'un travail de recherche conçu d'un point de vue plus ou moins particulier. De l'ensemble, un résultat se dégage, très important : un grand nombre de poètes ont été présentés et leurs œuvres étudiées1, et cela a pour conséquence positive que la poésie šī‘ite prend de plus en plus d'importance dans les manuels d'histoire littéraire.

4Cependant il y a des ombres au tableau. Premièrement, la plupart des auteurs contemporains se contentent de présenter les œuvres des poètes dits importants ou "majeurs" ; les poètes "mineurs", ou qui ont peu composé, sont quasiment négligés, et cela même dans des travaux qui étudient exclusivement la poésie šī‘ite. En second lieu, dans les ouvrages contemporains, et particulièrement dans les ouvrages en arabe, l'étude de la poésie se trouve en général "noyée" dans des développements historiques plus ou moins longs sur la genèse et les sectes du mouvement šī‘ite, lesquels développements relèvent trop souvent de la vulgarisation apologétique ou de la diatribe, suivant les opinions de l'auteur. Enfin, et nous avons déjà dénoncé ce défaut à plusieurs reprises, dans bien des études, les considérations générales viennent en tête, et l'analyse des œuvres ensuite ; celle-ci se présente comme une suite plus ou moins étoffée d'exemples, empruntés pour la plupart aux poètes majeurs et destinés à éclairer ou à justifier, après coup, les conclusions qui précèdent.

  • 2 Notre Dīwān a·‘ār al-tašayyu‘ ilā al-qarn al-ṯāliṯ, Beyrouth (Dār al-Ġarb al-Islāmī,1997). Dans ce (...)
  • 3 Dans la mesure évidemment où il est possible de respecter ce double critère. En effet, il est parf (...)
  • 4 Plutôt qu'une synthèse partielle sur les œuvres de chaque étape, nous avons préféré une synthèse g (...)

5En ce qui nous concerne, comme nous l'avons annoncé dans l'avant-propos, nous ferons d'abord un inventaire aussi exhaustif que possible2 des œuvres poétiques šī‘ites en les classant selon un double critère chronologique et thématique3. Nous éviterons ainsi de nous cantonner aux poètes dits "majeurs", de façon à rendre justice à nombre de "poètes mineurs", plus ou moins consciemment et volontairement "oubliés" par nos prédécesseurs, anciens ou modernes. Les notices individuelles présenteront les poètes d'une façon générale, puis elles analyseront du point de vue thématique chacune des œuvres inventoriées. La seconde partie s'efforcera de faire la synthèse4 au sujet des sources, des auteurs, de la forme et des principaux éléments thématiques de la poésie šī‘ite pendant les trois premiers siècles de l'Hégire. Enfin un chapitre “ bilan et perspectives” clora cette étude.

  • 5 Faut-il rappeler que la plupart de nos devanciers, et avant eux les historiographes ou historiens (...)

6Bien évidemment la poésie sera notre matériau de base, mais cela ne nous dispensera pas de recourir à l'histoire et à l'hérésiographie pour éclairer ou expliquer certains thèmes ou concepts au cours de l'étude. Dès maintenant, nous devons tenter de définir ce qu'on entend par poésie šī‘ite et indiquer les principales étapes de son évolution au cours de la période choisie. Comme définition du šī‘isme, nous proposons la plus générale et la plus communément admise5 : Être šī‘ite c'est “ être partisan ou adepte de ‘Alī b. Abī Ṭālib et de ses descendants, approuver leurs droits à l'imāmat et les soutenir d'une façon ou d'une autre et plus ou moins profondément, dans leur combat, sous ses diverses formes, pour s'approprier ou conquérir le "pouvoir" ou la direction générale des affaires de la communauté musulmane”. La poésie šī‘ite englobe donc tous les poèmes ou recueils poétiques qui expriment ces attitudes. Nous écarterons cependant les œuvres des ‘Alides, ‘Alī et ses descendants, et celles de leurs parents, non pas en raison de leur nombre, mais parce que la plupart sont sans doute apocryphes, de l'avis général des historiens de la littérature arabe. Nous laisserons aussi de côté les œuvres postérieures à l'année 220/835, la plus importante étant celle de Di‘bil al-Ḫuzā‘ī magistralement éditée et étudiée par ‘Abd al-Karīm al-Aštar.

7Il nous reste à justifier la période choisie et à en préciser les diverses étapes. Pour cela, même s'il n'est pas question, nous l'avons dit, de refaire une fois de plus l'histoire du mouvement šī‘ite, il est cependant nécessaire de rappeler brièvement les dates et les événements marquants de l'histoire des ‘Alides.

8L'histoire des ‘Alides se présente comme une suite de combats ou de batailles qui se terminent tous par des défaites ou des meurtres : “ Le martyre d'un ‘Alide, note Strothmann, s'ajoute au martyre d'un autre ‘Alide ” (EI1, IV, p. 362-371). Cela dit, nous pouvons envisager cinq périodes :

91- La première, dont les débuts sont difficiles à préciser, se termine par l'assassinat de ‘Alī b.‘Abī Ṭālib en 40/661. Durant cinq ans ‘Alī avait livré trois combats : la bataille d'al-Ǧamal contre ‘Ā’iša, Ṭalḥa et al-Zubayr en 36/656, celle de Ṣiffīn contre Mu‘āwiya en 37/657 et enfin celle d'al-Nahrawān contre les Ḫāriğites en 37/658.

102- La deuxième va de 40/661 à 60/680, marquée par deux événements importants : en 41/661, l'année de la réconciliation (sanat al-ğamāa), al-Ḥasan b.‘Alī abdique en faveur de Mu‘āwiya et dix ans après, en 51/671, Ḥuğr b.‘Adī, le principal résistant ‘alide, est exécuté à Marğ ‘Aḏrā près de Damas.

113- La troisième période (61/680-65/685) commence avec la mort d'al-Ḥusayn b.‘Alī à la bataille de Karbalā, le 10 muḥarram 61/10 octobre 680 (d'où la célèbre’Āšūra). Al-Ḥusayn, après la mort de son frère al-Ḥasan en 49/670 dans des conditions toujours non élucidées, était devenu le chef de la "Famille" et, poussé par un certain nombre d'adeptes, il briguait le pouvoir. Comme le note encore une fois Strothmann, “ plus encore que le sang de ‘Alī assassiné par un ḫāriğite isolé, celui d'al-Ḥusayn, qui mourut par les épées gouvernementales, fut la semence de l'Église šī‘ite ”. Le second fait important de la période fut “l'équipée des Pénitents” : un certain nombre de šī‘ites de Kūfa, conduits par Sulaymān b. Ṣurad, dans un élan de repentir et mus par la volonté de venger al-Ḥusayn, se révoltèrent contre le gouvernement umayyade en 63/683, mais ils finirent par être écrasés à ‘Ayn al-Warda en 65/685.

124- La quatrième période s'étend de 65/685 à la fin de l'époque umayyade et se distingue elle aussi par deux événements importants : la révolte d'al-Muḫtār et celles de Zayd b.‘Alī et de son fils Yaḥyā.

13Al-Muḫtār b. Abī ‘Ubayd mena une vie de militant assez trouble ; il se rallia d'abord au mouvement des Pénitents, puis lança un appel en faveur de Muḥammad b.al-Ḥanafiyya, le troisième fils de ‘Alī. Certes son mouvement fut anéanti par Muṣ‘ab b. al-Zubayr en 67/687.“ Mais, comme le note Laoust (Schismes, p. 30), l'importance d'al-Muḫtar, dans l'histoire, dépasse de beaucoup cette violente et malheureuse révolte. Une nouvelle forme de sectes šī‘ites, celle des Kaysāniyya, faisait avec lui son apparition ”.

14Quant à Zayd b.‘Alī b. al Ḥusayn, il se révolta à Kūfa en 122/740 et fut exécuté par le gouverneur d'Irāq Yūsuf b.‘Umar al-Ṯaqafī ; son fils Yaḥyā b. Zayd, révolté lui aussi, trouva la mort en 125/743 à Ǧūzağān, dans le Ḫurāsān.

155- La cinquième période correspond au premier siècle abbasside. Elle connut elle aussi plusieurs révoltes. Signalons d'abord, à quelques mois d'intervalle en 145/762, celles de Muḥammad b.‘Abd Allāh b. al-Ḥasan b.al-Ḥasan b.‘Alī b. Abī Ṭālib (al-Nafs al-Zakiyya) et de son frère Ibrāhīm contre le calife al-Manṣūr ; le neveu de ce dernier,‘Īsā b. Mūsā qui était gouverneur de Kūfa, réussit à les anéantir tour à tour à Médine et à Bāḫamra. Il y eut aussi l'insurrection d'al-Ḥusayn. b.‘Alī b.al-Ḥasan qui en 169/786, se proclama Imām à Médine ; il fut exécuté la même année à Faḫḫ alors qu'il se dirigeait vers La Mecque. Enfin l'un des Ḥasanides, en l'occurrence Idrīs b.‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, réussit à gagner le Maroc où il fonda la dynastie des Idrissides.

16Désormais, par suite de la répression qu'avaient menée contre les šī‘ites aussi bien les califes ou gouverneurs umayyades qu'abbassides, les descendants de ‘Alī, et notamment les Ḥusaynides, se détourneront plus ou moins de la politique et de la lutte armée pour se consacrer à la "science". Dès lors, ils ne seront plus guère inquiétés et il y aura même des cas de ralliement ou de "récupération". C'est ainsi qu'en 203/818, le calife al-Ma’mūn désignera ‘Alī al-Riḍā comme héritier présomptif.

17Mais avant de s'éteindre, tous ces combats ‘alides avaient donné naissance à une multitude de sectes, et aussi à toute une "littérature" où la poésie occupe une place de choix ; ne serait-ce qu'à ce titre, elle mérite donc d'être inventoriée et analysée.

Notes

1 Au total, 41 poètes. Les plus souvent cités sont : al-Kumayt, al-Sayyid al-Ḥimyarī, Kuṯayyir ‘Azza, Abū al-Aswad et al-Farazdaq (voir table des poètes šī‘ites dans les études contemporaines, p. 307-308).

2 Notre Dīwān a·‘ār al-tašayyu‘ ilā al-qarn al-ṯāliṯ, Beyrouth (Dār al-Ġarb al-Islāmī,1997). Dans cet ouvrage, nous présentons les dīwān-s déjà publiés en précisant leur aspect šī‘ite, et nous donnons une édition des poèmes ou fragments poétiques épars que nous avons pu rassembler. Notre “table des œuvres inventoriées, pp. 309-317” nous dispense de de nous y référer systématiquement.

3 Dans la mesure évidemment où il est possible de respecter ce double critère. En effet, il est parfois difficile d'identifier l'auteur avec précision, partant la date de l'œuvre ; de plus, certaines œuvres, ou même certains poèmes, sont plurithématiques.

4 Plutôt qu'une synthèse partielle sur les œuvres de chaque étape, nous avons préféré une synthèse générale, de façon à éviter les redites, et surtout afin de pouvoir suivre le cheminement des thèmes et leurs variations tout au long de la période étudiée.

5 Faut-il rappeler que la plupart de nos devanciers, et avant eux les historiographes ou historiens et hérésiographes musulmans, se sont évertués à définir le šī‘isme, à retracer son histoire et à présenter ses ramifications, chacun en fonction de son appartenance. Nous renverrons seulement à Laoust (“Sunnisme et chi‘isme”) et à Šībī (“Kalimat šī‘a...”) qui fournit une bonne étude historico-sémantique.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search