Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Introduction

Les études contemporaines sur la poésie šī‘ite. Inventaire et analyse

Texte intégral

I -OUVRAGES GENERAUX D'HISTOIRE LITTERAIRE

A-Ouvrages d'auteurs arabes

1-J. Dagher : Maṣādir al-dirāsa : éléments de bio-bibliographie

1Très mince est l'apport de J. Dagher à l'étude de la poésie šī‘ite dans ses Éléments bio-bibliographiques de la littérature arabe (1950). En effet, dans le tome I, pour la période des califes orthodoxes et des califes Umayyades (Ṣadr al-Islām), l'auteur ne signale que ‘Alī b. Abī Ṭālib (I, p. 57-62), al-Farazdaq (I, p. 82-84) et al-Kumayt (I, p. 88-89). Pour toute l'époque abbasside, aucun šī‘ite ne figure sur la longue liste que donne l'auteur des poètes inscrits aux programmes officiels de l'enseignement au Liban ; cela suffit-il à justifier le même silence dans son livre ?

2-Ǧirǧī Zaydān : Tārīḫ ādāb al-luġa al-‘arabiyya

2Cet ouvrage qui est, parmi “ les trop nombreux manuels arabes dont le manque de méthode et la superficialité sont les caractères dominants et communs ”, le seul retenu par Blachère (H.L.A., I, p. XIV), nous fournit des notices biographiques sur al-Nu‘mān b. Bašīr (I, p. 278-279), présenté comme l'un des zélateurs ou défenseurs de ‘Alī bien qu'il paraisse se ranger plutôt aux côtés de Mu‘āwiya ; sur Yazīd b. Mufarriġ (I, p. 279-280), dont “ le cœur était avec ‘Alī, mais qui se rallia aux Umayyades ” ; sur Abū al-Aswad (I, p. 280-281), poète šī‘ite qui n'osait pas composer d'invectives contre Mu‘āwiya ; sur al-Farazdaq (I, p. 293-296), pro-‘alide auteur de satires contre les Umayyades mais aussi, par prudence, de panégyriques dédiés à leurs gouverneurs, notamment les Muhallabides et al-Ḥaǧǧāǧ. Parmi les poètes de l'époque abbasside, Ǧirǧī Zaydān cite Baššār (II, p. 63-66) qui aurait incité Ibrāhīm b.‘Abd Allāh à attaquer al-Manṣūr, mais se serait rétracté ensuite en adressant des louanges aux Abbassides ; al-Sayyid al-Ḥimyarī (II, p. 67-68), šī‘ite qui loua aussi les Abbassides ; Di‘bil al-Ḫuzā‘ī (II, p. 80-82), manifestement pro-‘alide ; Dīk al-Ǧinn (II, p. 96-97) qui composa de nombreux thrènes fort connus sur al-Ḥusayn ; et enfin Manṣūr al-Namarī (II, p. 98-99) qui défendait les droits des Abbassides sans pour autant attaquer les ‘Alides.

3Minime donc est la part faite à la poésie šī‘ite dans cette histoire générale de la littérature arabe, composée certes avant la Première Guerre mondiale, mais qui se voulait déjà scientifique et exhaustive.

3-‘Umar Farrūḫ : Tri à al-Adab al-‘arabī

4Dans la partie du tome I réservée à la littérature de la première période de l'Islam, l'auteur consacre des notices à ‘Alī (p. 307-313), al-Naǧāšī (p. 313-315), al-Nābiġa al-Ǧa‘dī (p. 342-344), al-Aḥnaf b. Qays (p.344-347), Abū al-Aswad (p. 348-350), et il les présente comme šī‘ites.

5Classant les poètes de l'époque umayyade en deux catégories, selon qu'ils ont ou non participé à la vie politique, l'auteur distingue (p. 370) les pro-‘Alides, les Zubayrides, les Ḫāriǧites et les pro-Umayyades. Après diverses "considérations générales" (p. 371-373) sur la littérature, il consacre une notice particulière aux poètes Yazīd b. Mufarriġ (p. 427-430), al-Uqayšir (p. 430-433), Surāqa b. Mirdās (p. 469-473), Abū Dahbil al-Ǧumaḥī (p. 564-567), Kuṯayyir ‘Azza (p. 617-621), Ḥamza b. Bīḍ (p. 695-697) et enfin al-Kumayt (p. 697-704).

6Dans le tome II, parmi les poètes šī‘ites de l'époque abbasside (iie et iiie siècles), l'auteur mentionne Sudayf b. Maymūn (p. 65-67), al-Sayyid al-Ḥimyarī (p.109-111), Manṣūr al-Namarī (p.139-141), Dīk al-Ǧinn (p. 271-273), Di‘bil (p. 284-289) et enfin Faḍl al-‘Abdiyya (p. 320-321).

7Chacun de ces personnages, considérés comme šī‘ites, se voit affecter une notice qui comporte, en général, un essai de biographie, des considérations sur l'œuvre, des extraits et des références bibliographiques. Bien que sommaire, la bibliographie peut servir de point de départ à des recherches ultérieures. La valeur des extraits est pédagogique. Quant aux données biographiques et aux considérations sur l'œuvre, elles sont trop souvent générales et fragmentaires, reprenant des formules stéréotypées anciennes, sans grande valeur, mais il faut reconnaître à l'auteur le mérite d'avoir mis en lumière certains poètes mineurs.

B-OUVRAGES D'ORIENTALISTES FRANÇAIS

1- Clément Huart : La littérature arabe

8Clément Huart, dans son ouvrage, évoque notre sujet à trois reprises :

9À la fin du troisième chapitre, il présente très brièvement Abū al-Aswad al-Du ‘Alī qui est connu par le rôle politique qu'il joua auprès du calife ‘Alī dont il était le partisan ; il figura à ses côtés pendant cette longue bataille de Ṣiffīn qui fut “ le prélude des malheurs des ‘Alides ” (p. 44). Ensuite l'auteur insiste sur le caractère apocryphe des poésies attribuées à Abū Ṭālib, notamment celles “ mises sous le nom du calife ‘Alī et dont les tendances šī‘ites ont promptement démontré qu'elles avaient été composées on ne sait à quelle époque, pour les besoins de la cause des ‘Alides ” (p.44).

10Parmi les poètes qui ont vécu sous la dynastie des Umayyades, Huart mentionne al-Farazdaq “ partisan déterminé des droits des ‘Alides ”, et il fait allusion à la pièce par laquelle il célébrait Zayn al-‘Ābidīn (p. 50).

11Huart mentionne aussi Kuṯayyir “ partisan des ‘Alides qui professait les options religieuses les plus extravagantes ” (p. 50), et al-Kumayt qui “ s'est attaché à la famille de Hachem, aux descendants du Prophète auxquels ses plus beaux panégyriques sont adressés ” (p. 57).

12Enfin, il cite, dans le cinquième chapitre, le poète Di‘bil al-Ḫuzā‘ī, dont il précise “ qu'il était un chi‘ite convaincu partisan des droits de ‘Alī au Califat ” (p. 79).

13Par ailleurs, parlant des poètes de provinces, Huart cite le Sayyid Ḥimyarī qui,“ né à Baṣra vers 729, dut, à cause de ses opinions chi‘ites, quitter cette ville pour Koufa ” (p. 87).

14Il parle aussi de Dīk al-Ǧinn qui “ était chi‘ite et composa des élégies sur la mort tragique de Ḥusayn fils de ‘Alī à la bataille de Karbalā ” (p. 90).

15En conclusion, pour la période qui nous intéresse, Cl. Huart relève en plus du calife ‘Alī, la présence de cinq poètes : Abū al-Aswad, al-Farazdaq, Kuṯayyir, Di‘bil et Dīk al-Ǧinn qui sont certes, malgré les volte-face de certains d'entre eux, parmi les plus grands poètes šī‘ites. Mais il les présente d'une façon si sommaire et si vague qu'on n'arrive pas à avoir une idée claire, même générale, de leurs œuvres poétiques à tendance šī‘ite ni quantitativement ni qualitativement, et surtout l'on ne sait rien de leurs tendances respectives.

2-J. M. Abd el-Jalil : Brève histoire de la littérature arabe

16Dans le cinquième chapitre de la première partie consacré à la poésie au début de l'Islam, Abd-el-Jalil étudie la valeur du dīwān attribué à ‘Alī.

17Il note que “ le souffle poétique y est très faible et [que] les pièces en sont fort inégales ” (p. 52) et affirme que “ ce recueil est dû, sans doute, à plusieurs auteurs qui ont écrit en vers d'une manière pas toujours heureuse, des pensées peut-être dues à ‘Alī si on admet que les morceaux en prose qui lui sont attribués et qui sont fort anciens sont authentiques ” (p. 59). Il souligne par ailleurs “ l'utilisation de la poésie par les partisans des sectes politiques ou des écoles doctrinales ” (p. 53).

18Dans le sixième chapitre qui traite de la poésie sous les Umayyades, il commence par des considérations générales où il insiste entre autres sur la poésie des partis et les volte-face de certains de leurs représentants (p. 60). Il souligne à propos d'al-Farazdaq “ sa dévotion (rarement courageuse) à la famille malheureuse de ‘Alī ” (p. 62).

19Présentant ensuite Kuṯayyir parmi les poètes lyriques, il précise en note qu'il “ fut aussi un ardent partisan (de la Šī‘ah) de ‘Alī ” (p. 62).

20L'auteur cite ensuite Abū al-Aswad en sa qualité, aujourd'hui d'ailleurs contestée, de premier grammairien (p. 113) ; al-Kumayt lui aussi a droit à une note qui le qualifie de “ poète politique ” (p. 276, n. 3).

21Enfin dans la deuxième partie du livre, bien que le huitième chapitre insiste sur le rôle des propagandistes de la cause ‘alide (p. 87-88), J. M. Abd-el-Jalil n'étudie, dans les chapitres suivants, aucun des poètes šī‘ites de cette longue période.

22Bref la moisson est maigre. La présentation et l'étude de la poésie šī‘ite se réduisent dans cet ouvrage à quelques considérations d'ordre général, et à trois ou quatre noms de poètes très brièvement présentés et dont le caractère šī‘ite n'est signalé que par une note en bas de page quand il n'a pas été purement et simplement omis.

3-Ch. Pellat : Langue et littérature arabes

23Étudiant la poésie de type ancien au viie siècle et au début du viiie en présentant al-Aḫṭal, Farazdaq, Ǧarīr, Ḏū al-Rumma et al-Rā‘ī, Charles Pellat signale comme presque nouvelle la poésie des guerriers et note qu'une catégorie voisine quoique différente marque au contraire une légère évolution,“ il s'agit des vers composés par des poètes appartenant à l'un des partis politico-religieux qui prirent naissance dès le milieu du viie siècle ” (p.12). Après avoir présenté succinctement certains poètes ḫāriǧites et les caractéristiques de leurs poèmes, l'auteur écrit que “ à l'opposé les šī‘ites éprouvaient quelque répugnance à faire la guerre et consacraient leurs poèmes à l'exposé des doctrines de la secte et à la louange de la famille du Prophète, par conséquent de ‘Alī ” (p. 82). Des poètes šī‘ites, il ne cite que “ le représentant le plus caractéristique : al-Sayyid al-Ḥimyarī ” (p. 83) mettant en lumière ses rapports avec les derniers Umayyades sous lesquels “ il est réduit au silence ” (p. 83) et avec les Abbassides à qui il adresse des louanges, qu'il “ croit avoir partie liée avec les šī‘ites et auprès desquels il jouit d'une étonnante impunité ” (p. 83). Parlant de l'œuvre de ce poète, l'auteur dit qu'“ en dehors des panégyriques, sa production est, en majeure partie, constituée par des invectives contre ses adversaires, des poèmes où il glorifie les ‘Alides et des vers où il expose avec de précieux détails sa doctrine hérétique ” (p. 83).

24Dans le chapitre intitulé “ L'essor de la littérature arabe ”, Charles Pellat ne cite parmi les poètes šī‘ites que Di‘bil al-Ḫuzā‘ī dont il écrit “qu'il passa sa vie à chanter les louanges des ‘Alides et à attaquer les Abbassides et les Arabes du Nord dans une série de poèmes pour la plupart dénués d'originalité, mais tel ne fut pas l'avis des šī‘ites postérieurs qui mirent sous le nom de Di‘bil leurs propres compositions à la gloire des descendants de ‘Alī b. Abī Ṭālib” (p. 115).

25En conclusion, la part de la littérature politique en général et šī‘ite en particulier est, à l'évidence, relativement maigre. Ni Abū al-Aswad al-Du‘alī, ni surtout al-Kumayt n'y figurent. Certes deux grands noms sont mentionnés. Mais, bien que la tendance politique šī‘ite ait été mise en lumière et les œuvres de ces deux poètes succinctement et précisément présentées quoique peut-être sévèrement jugées, nous aurions souhaité qu'on leur consacrât de plus nombreuses pages pour une étude approfondie.

4-Régis Blachère : Histoire de la littérature arabe

26C'est au premier chapitre de la troisième partie du premier livre que R. Blachère a abordé notre sujet. En effet, traitant de la poésie archaïque des environs de 50/670 jusque vers 107/725, il s'est intéressé aux poètes des diverses régions du monde arabo-musulman d'alors. Il note ainsi qu'al-Farazdaq, l'un des poètes de la mouvance iraquienne “ aurait condamné le meurtre d'al-Ḥusayn et des siens et célébré l'Imām Zayn al-‘Ābidīn (m. 94/712-713) mais le morceau dédié à ce dernier est probablement un pastiche tardif (v. Dīwān 848-849, 6 vers sur un ‘Alide non spécifié qui serait cet Imām ” (cf. H.L.A., p. 495).

27Parmi les poètes originaires de Baṣra et dont les œuvres sont d'inspiration pro-‘alide (ou šī‘ite), Blachère étudie Abū al-Aswad al-Du ‘Alī et présente aussi Šubayl b.‘Azra qui “ d'abord chi‘ite [...] embrasse ensuite le kharijisme ” (p.509-510).

28Parmi les originaires de Raqqa et de Koufa, les poètes du courant pro-‘alide dont R. Blachère présente successivement la biographie et l'œuvre sont :‘Awf (b.‘Abd Allāh), Ibn al-Aḥmar (p. 514), al-Uqayšir (p. 515), al-A‘šā des Hamdān (p. 515-516) Ḥamza b. Bīḍ (p. 518) et al-Kumayt b. Zayd (p. 518-521). Enfin Ibrāhīm b. Harma (p.538) est étudié parmi les poètes “ attardés ”.

29Au second chapitre de cette même troisième partie du premier livre, R. Blachère étudie, après la présentation de l'instrument poétique dans la mouvance et dans les cités de Syrie et d'Irak, les thèmes développés par les poètes précédemment présentés. Nous intéressent, particulièrement, les thèmes politico-laudatifs (p. 580-588). Pour parler des šī‘ites, l'auteur prend l'exemple des “ œuvres mises sous le nom d'un poète comme al-Kumayt (p. 585-588). Injures à l'adversaire, éloges des ‘Alides qui se réduisent dans certains poèmes [...] à un rappel de la tragédie de Karbalā et à de plates jubilations envers ses martyrs [...] ” (p. 586), sont les principaux éléments thématiques de la poésie šī‘ite de cette époque.

30En conclusion, l'ouvrage de R. Blachère nous fournit les biographies de plusieurs poètes šī‘ites, la présentation, quoique brève, du fond et de la forme de leurs œuvres et une bibliographie parfois exhaustive et critique. En plus, c'est la méthode qui est, pour nous, un exemple à suivre.

5-G. Wiet : Introduction à la littérature arabe

31C'est dans le chapitre intitulé “ La formation de l'empire arabe ” que G. Wiet parle de “ la poésie sous les Umayyades ” et remarque que “ avec l'établissement du califat de Damas, la poésie ne fut plus destinée à relater les luttes plus ou moins épiques des tribus mais elle se nourrit des discordes politiques entre factions rivales ” (p. 42). Parmi les poètes de l'amour courtois, il cite Kuṯayyir et mentionne qu'un “ autre aspect de son œuvre consiste dans des poésies consacrées à la louange du calife ‘Alī avec des allusions précises à la survie de l'Imām Muḥammad b. al-Ḥanafiyya ” (p. 45).

32Il remarque ensuite à propos d'al-Farazdaq que “ ses sympathies ‘alides en faisaient la cible des fonctionnaires umayyades ” (p. 47).

33Il insiste par ailleurs sur le šī‘isme d'al-Kumayt avec ses Hāšimiyyāt en concluant qu'il “ est le type le plus représentatif du poète politicien ” (p. 51).

34Parmi les poètes de l'âge d'or du califat abbasside, G. Wiet cite al-Sayyid al-Ḥimyarī, ibāḍite dans sa jeunesse, mais qui se convertit au šī‘isme et se rangea parmi ceux qui crurent au retour de Muḥammad b. al-Ḥanafiyya (p. 87). Il le compare à Kuṯayyir et fait remarquer ses éloges des califes abbassides avant de présenter globalement son œuvre et de montrer la place qu'il occupe aux yeux des critiques. G. Wiet cite ensuite Dīk al-Ǧinn et ses chants funèbres (p. 91) sans toutefois faire allusion à son šī‘isme.

35Après Dīk al-Ǧinn, vient Di‘bil. Chose curieuse, G. Wiet ne dit rien de son šī‘isme mais indique qu' “ il devint un poète satirique odieux en ce sens qu'il n'épargnait personne, non sans courage ” (p. 92).

36En conclusion, il est clair que si G. Wiet a relativement bien senti et mis en relief l'aspect šī‘ite de certains poètes de l'époque umayyade, il l'a, en revanche, minimisé pour la période abbasside.

6- A. Miquel : La littérature arabe

37C'est au premier et au second chapitres de son livre que l'auteur traite de notre sujet. Au premier, il cite “ al-Kumayt [...] un produit d'al-Kūfa et représentant avec al-A‘šā de la poésie šī‘ite ” (p. 35) et ensuite “ Kuṯayyir [...] le chantre des Umayyades ” (p. 39). Cependant, au second chapitre, aucun šī‘ite, parmi les poètes politiques de l'époque abbasside, ne retient son attention.

38Ainsi ni les poètes politiques en général ni les poètes šī‘ites en particulier n'ont eu la place qu'ils devraient occuper dans une histoire de la littérature arabe, si concise soit-elle. D'autres poètes auraient dû être cités, sinon étudiés, et le jugement sur Kuṯayyir nuancé.

C-OUVRAGES D'ORIENTALISTES ITALIENS

1- C. Nallino : La littérature arabe des origines à l'époque de la dynastie umayyade

39Ce livre contient les leçons professées en arabe à l'Université du Caire en 1910-1911 et qui ont été publiées en 1954 ; traduites en italien par Maria Nallino, elles furent publiées à Rome en 1948. Ch. Pellat en a donné en 1950 une traduction française à laquelle nous nous référons.

40Dans le cinquième chapitre (p. 82) de la deuxième partie de son ouvrage, l'auteur s'intéresse à un dīwān attribué à ‘Alī ; il précise qu'il “ s'agit d'un ouvrage apocryphe composé par les šī‘ites pour des buts personnels ”. Il note par ailleurs que “ les vers de ‘Alī transmis dans les ouvrages historiques et autres sont très peu nombreux ”.

41Mais en réalité c'est au sixième chapitre (p.176-218) de la troisième partie que l'auteur traite de notre sujet. En effet, abordant la poésie des politiques et des religieux, après avoir fait quelques remarques générales sur les rapports entre le religieux et le politique au début de l'Islam, il étudie successivement la poésie des Umayyades, des ḫāriǧites, des šī‘ites, des murǧi ‘ites, des Zubayrides, des partisans des Umayyades et des Mawālī. Pour les šī‘ites il note que “ la plupart d'entre eux avaient peu d'inclination pour la guerre et fuyaient la cruauté ḫāriǧite ” (p.185). Pour ce qui est des œuvres poétiques, il présente celles de Kuṯayyir, d'al-Sayyid al-Ḥimyarī et d'al-Kumayt, insistant sur leurs doctrines ou idées politiques et sur la valeur de leurs poésies ; il termine par une comparaison des sentiments religieux, de leur nature et de leur intensité chez les poètes ḫāriǧites, umayyades et šī‘ites.

42Si bref qu'il soit, cet exposé a une valeur certaine, car, même si l'auteur ne s'est intéressé qu'aux grands poètes šī‘ites, il a bien résumé et mis en relief les caractéristiques essentielles de leur poésie. Ses jugements aussi, peut-être trop concis, sont en général justes et ils méritent d'être approfondis. Nous y reviendrons d'ailleurs dans nos notices.

2- F. Gabrieli : La letteratura araba

43Dans cet ouvrage, l'apport de F. Gabrieli sur la poésie šī‘ite est très mince. En effet, l'auteur se contente de citer dans un très court paragraphe consacré à la poésie politico-religieuse (p. 36-40) les trois grands poètes al-Kumayt, Kuṯayyir et al-Sayyid (p. 97), et au passage il fait allusion à la théorie kaysānite de l'Imām caché à Raḍwā. Cependant F. Gabrieli, dans un article que nous analysons plus loin, étudie plus profondément la poésie politique, notamment šī‘ite.

D-OUVRAGE EN ANGLAIS

1- R. A. Nicholson : A literary History of the Arabs

44Dans sa brève histoire littéraire des Arabes publiée en 1907 et rééditée pour la huitième fois en 1969, et dont nous utilisons la traduction arabe, l'apport de R. A. Nicholson à l'étude de la poésie šī‘ite est manifestement minime. En effet ce n'est qu'au cinquième chapitre (p.181-253) consacré aux califes orthodoxes et umayyades, lorsqu'il présente les šī‘ites parmi les partis politico-religieux, qu'il effleure notre sujet : il se contente de citer (p. 216) le poème de cinq vers sur rime ‘u attribué à Kuṯayyir ‘Azza et révélateur des tendances kaysānites de celui-ci, et d'évoquer (p. 243) le šī‘isme d'al-Farazdaq tel qu'il se manifeste dans son éloge de Zayn al-‘Ābidīn (mais l'auteur ne cite pas le poème) et dans son soutien à al-Ḥusayn (ici l'auteur se réfère à un vers où le poète appelle à la vengeance).

E-OUVRAGES EN ALLEMAND

1- C. Brockelmann : Geschichte der arabischen Litteratur (G.A.L.)

45Dans son monumental ouvrage bio-bibliographique Histoire de la littérature arabe, Geschichte der arabischen Litteratur (G.A.L.) qui vient de paraître dans une traduction arabe à laquelle nous nous référons, Carl Brockelmann évoque la poésie šī‘ite à maintes reprises. En effet, l'auteur cite, pour l'époque de Muḥammad et des califes orthodoxes, Abū al-Aswad al-Du ‘alī (I, p.171-172) et al-Naǧāšī al-Ḥāriṯī (I, p.173-174) connus pour leur attachement à ‘Alī ; il mentionne aussi toute une littérature ‘alide (I, p.175-184), en prose et en vers, attribuée à ‘Alī et à son fils al-Ḥusayn, tout en insistant sur son caractère apocryphe.

46Pour l'époque umayyade, l'auteur mentionne l'appartenance de Kuṯayyir (I, p.195-196) à la secte des Kaysāniyya et met en relief la fidélité d'al-Farazdaq aux ‘Alides (I, p. 209-214) ; il rappelle les combats d'al-Nābiġa al-Ǧa‘dī (I, p. 232), qui est en réalité postérieur à cette époque, aux côtés de ‘Alī à Ṣiffīn ; il présente ‘Awf b.‘Abd Allāh b. al-Aḥmar (I, p.232) comme “ le plus célèbre des poètes šī‘ites ” et évoque son thrène sur al-Ḥusayn ; il souligne le šī‘isme d'al-Kumayt (I, p.242-244) et évoque enfin les rapports de Surāqa b. Mirdās avec al-Muḫtār (I, p. 248) notant son pseudo-šī‘isme. Parmi les poètes d'obédience plus ou moins šī‘ite à l'époque abbasside, Brockelmann présente Baššār (II, p.13-17) qui aurait loué Ibrāhīm b.‘Abd Allāh b. al-Ḥasan, Ašǧa‘ al-Sulamī, šī‘ite à ses débuts (II, p. 33-34), Di‘bil (II, p. 39-41) le plus violent, Ibn al-Rūmī, al-Sayyid al-Ḥimyarī (II, p. 65-69) kaysānite, malgré l'appartenance de son père au ḫāriǧisme ibāḍite, Ibn Harma (I, p. 70-71) pro-‘alide qui avait de bons rapports avec al-Manṣūr et enfin Dīk al-Ǧinn (II, p. 77) šī‘ite modéré qui aurait composé plusieurs thrènes sur al-Ḥusayn.

47En conclusion, l'apport de Brockelmann à l'histoire de la poésie šī‘ite vaut par la présentation brève mais nuancée de certains poètes ; cependant cela paraît insuffisant de la part d'un auteur qui se propose de nous offrir “ un dépouillement complet et consciencieux de tout ce qui s'est écrit en langue arabe ” (Blachère, H.L.A., I, p. VIII).

2- Fuat Sezgin : Geschichte des arabischen Schrifttums (G.A.S.)

48Consacrant le deuxième tome de sa volumineuse histoire des œuvres arabes sanctionnées par l'écriture à la poésie jusqu'au milieu de l'époque abbasside qu'il présente dans un classement historico-géographique, F.Sezgin, dans un chapitre (II, p. 356-345) sur les poésies ‘alide, ḫāriǧite et zubayride, mentionne comme šī‘ites à l'époque umayyade A‘šā Hamdān (p.345-346), Abū al-Aswad al Du ‘Alī (p. 346), al-Kumayt (p. 346-347), ‘Abd Allāh b. Mu‘āwiya (p. 349-350) et enfin ‘Ubayd Allāh b. al-Ḥurr al-Ǧu‘fī. Pour la période abbasside, il mentionne Sudayf (p. 449-450), al-‘Ablī (p.450), Ma‘dān al-Šumayṭī (p. 454), al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 458-460) et Di‘bil al-Ḫuzā‘ī (p. 529-532).

49L'apport de F.Sezgin à l'étude de la poésie šī‘ite ne vaut pas tant par l'énumération de ces poètes, relativement peu nombreux, que par les bibliographies qu'il nous fournit ; comme chez C. Brockelmann, elles doivent servir de point de départ pour la reconstitution des œuvres en question.

II -HISTOIRE POÉTIQUE D'UNE ÉPOQUE

50Il y a un seul ouvrage à signaler :

51Muḥammad Muṣṭafā Haddāra : Ittiǧāhāt al-ši‘r al-‘arabī fī al-qarn al-ṯānī al-hiǧrī.

52Cette thèse sur les tendances de la poésie au deuxième siècle de l'Hégire traite de notre sujet à maintes reprises et surtout dans deux chapitres de la deuxième partie consacrée aux genres et aux thèmes.

  • 1 L'auteur rappelle, discute et réfute l'affirmation du šī‘isme des poètes surtout par’Abd al-‘Āl, (...)

53Lorsque, dans le deuxième paragraphe (p. 222-280) du deuxième chapitre, l'auteur examine les tendances nouvelles, il est amené à étudier la zandaqa et son rapport avec le šī‘isme (p. 238) ; il évoque, pour la réfuter (p.256), la prétendue obédience šī‘ite de Muṭī‘ b. Iyās (p. 246-247) (I) et d'Abū Nuwās (p. 254-256)1 et il réaffirme l'extrémisme de Baššār (p. 271-272).

54Ensuite, consacrant la quatrième section (p. 320-354) de ce même chapitre à la poésie doctrinale, l'auteur souligne, chez les mu‘tazilites, l'obédience ‘alide de Bišr b. al-Mu‘tamir (p. 330-331) ; puis il présente très brièvement les sectes šī‘ites (p. 336-337) et met en relief avec des exemples précis l'aspect doctrinal des œuvres de Kuṯayyir (p. 337-339), d'al-Sayyid (p. 339-342), de Manṣūr al-Namarī (p. 342-344), de Di‘bil (p.344-346), de Hārūn al-‘Iǧlī (p. 247-348), de Ma‘dān al-Šumayṭī (p.349), d'al-Kumayt (p. 349-352) et enfin d'Ibn Harma (p. 352).

55L'aspect doctrinal et didactique de la poésie d'al-Sayyid al-Ḥimyarī est à nouveau souligné (p. 364-365) dans le cinquième paragraphe consacré à la poésie didactique (p. 354-367).

56Le troisième chapitre traite des tendances renouvelées ; dans la première section (p. 369-417) qui étudie la poésie laudative dans ses rapports avec la politique, l'auteur évoque, de nouveau, la poésie pro-‘alide (p.386-390) en en citant quelques exemples empruntés à Ǧa‘far b.‘Affān al-Ṭā’ī et al-Sayyid. Le deuxième paragraphe (p. 418-436), consacré à la satire, rappelle les invectives d'al-Kumayt contre les Umayyades (p.423) ; enfin le troisième paragraphe (p. 437-446) sur les thrènes, pour montrer l'apport des poètes šī‘ites dans ce domaine, se contente de citer un poème de ‘Abd Allāh b. Muṣ‘ab al-Zubayrī sur Ibrāhīm b.‘Abd Allāh b. al-Ḥasan (p.438).

57En définitive, l'apport de Muḥammad Muṣṭafā Haddāra à l'étude de la poésie šī‘ite consiste en la citation, précédée ou suivie de remarques ou de jugements très généraux, d'exemples variés, mais, tout compte fait, très limités, empruntés aux principaux poètes šī‘ites intégrés à l'ensemble des poètes du deuxième siècle de l'Hégire.

III -MONOGRAPHIES REGIONALES

1-Aḥmad ‘Abd al-Sattār al-Ǧawārī : Al-ši‘r fī Baġdād ḥattā nihāyat al-qarn al-ṯāliṯ al-hiǧrī

58Dans sa thèse sur la poésie à Bagdad jusqu'à la fin du troisième siècle de l'Hégire (thèse soutenue au Caire et publiée en 1956), l'auteur évoque notre sujet à deux reprises. La deuxième partie de l'ouvrage (p. 47-81), retraçant le cheminement de la poésie vers Bagdad, souligne les premiers signes du renouveau et met en relief l'influence de la vie intellectuelle (p.73-76) ; au passage, il rappelle l'esprit de polémique qui domine l'œuvre d'al-Kumayt (p. 74). Mais c'est surtout le premier chapitre (p. 82-117) de la quatrième partie qui concerne notre sujet : parmi les divers facteurs qui ont pu influencer la poésie, ce chapitre examine le facteur politique ; il s'intéresse particulièrement aux ‘Alides (p. 97-102) et à leurs rapports avec les Abbassides, tels qu'ils apparaissent surtout dans les poèmes d'al-Sayyid al-Ḥimyarī ; ensuite l'auteur est naturellement conduit à étudier les principaux genres de la poésie šī‘ite :

  • le genre laudatif, et la défense des droits des ‘Alides, où se distingue le même al-Sayyid (p.103-105) ;
  • les thrènes (ou lamentations sur les morts ‘alides), avec Manṣūr al-Namarī et Di‘bil al-Ḫuzā‘ī (p.105-107) ;
  • l'invective enfin (contre les Abbassides), à nouveau avec Di‘bil (p.107-109).

59Pour conclure, l'auteur affirme (p.109-110) que la poésie de l'opposition ‘alide est moins forte sous les Abbassides que sous les Umayyades ; cette faiblesse aurait trois causes principales : l'argument de la parenté avec le Prophète devenu commun aux deux groupes, les faveurs accordées par les califes à certains poètes et enfin les persécutions exercées contre certains autres.

60Il est donc clair que l'apport de ‘Abd al-Sattār al-Ǧawārī à l'étude de la poésie šī‘ite n'est guère satisfaisant : le nombre des poètes cités est très limité et l'analyse de leurs œuvres reste générale et superficielle (le plus souvent ce ne sont que de simples citations).

2- Aḥmad Kamāl Zakī : Al-ḥayāt al-adabiyya fī al-Baṣra ilā nihāyat al-qarn al-ṯānī al-hiǧrī

61C'est dans la deuxième partie de sa thèse portant sur la vie littéraire à Baṣra jusqu'à la fin du deuxième siècle de l'Hégire, soutenue au Caire et publiée à Damas en 1961, qu'Aḥmad Kamāl Zakī évoque notre sujet. En effet, tandis que la première partie (p.17-197) est consacrée à l'histoire de Baṣra et à la vie sociale et intellectuelle et que la troisième et dernière (p.491-546) l'est àIbn al-Muqaffa‘, Baššār et Abū Nuwās en tant que personnalités baṣriennes, la seconde partie (p.19-490) traite de la vie littéraire en général ; le deuxième paragraphe (p. 252-322) du deuxième chapitre (p. 232-322) nous parle d'Abū al-Aswad al-Du ‘Alī et d'al-Farazdaq en tant que poètes d'obédience šī‘ite, mettant en relief l'aspect classique de leurs œuvres. Enfin dans le deuxième paragraphe (p. 335-490) du troisième chapitre (p. 323-490), l'auteur, étudiant l'aspect politique de la poésie au premier siècle abbasside, souligne, à maintes reprises (surtout p. 364 et p. 469) le rôle d'al-Sayyid al-Ḥimyarī comme poète šī‘ite, même si parfois il lui arrive de composer des poèmes de louanges aux Abbassides.

62En conclusion, Aḥmad Kamāl Zakī se contente de nous présenter les trois principaux poètes šī‘ites de la période ; l'étude qu'il fait de leurs œuvres se résume le plus souvent à quelques citations, accompagnées d'un commentaire très général qui frise la vulgarisation ; bref son apport à l'étude de la poésie šī‘ite à Baṣra aux deux premiers siècles de l'Hégire nous paraît minime ; ce ne peut être tout au plus qu'une invitation à poursuivre la recherche pour découvrir d'autres poètes, même mineurs.

3-‘Awn al-Šarīf Qāsim : Ši‘r al-Baṣra fī al-‘aṣr al-umawī

63C'est dans le premier chapitre (“la poésie et le Califat”, p.151-168) et dans le deuxième (“les poètes et les gouverneurs”, p.169-201) de la quatrième partie de son ouvrage que l'auteur touche à notre sujet ; il remarque que “ le conflit entre Mu‘āwiya et ‘Alī qui s'est terminé par la victoire des Umayyades n'a laissé que de très faibles traces dans la poésie qui nous est parvenue ” (p.152) et il explique ce phénomène par le refus catégorique des Baṣriens de prendre parti pour tel ou tel groupe. L'auteur cite tout de même en note (n. 5, p.152) le šī‘ite Abū al-Aswad al-Du ‘Alī et il fait allusion au šī‘isme d'al-Farazdaq et à son fameux poème consacré à Zayn al-‘Ābidīn ; il n'en est pas moins évident que son intérêt pour la poésie šī‘ite à Baṣra est fort mince.

64L'auteur semble donc avoir suivi la tradition qui veut que le courant šī‘ite dans cette ville soit très faible, et naturellement aussi la poésie qu'il engendre.

4-Ch. Pellat : Le milieu baṣrien et la formation de Ǧāḥiẓ

65Dans sa thèse sur le milieu baṣrien et la formation de Ǧāḥiẓ, Charles Pellat évoque la poésie šī‘ite dans deux chapitres.

66Au chapitre IV, consacré au milieu littéraire, dans la quatrième partie qui étudie la poésie et plus précisément la poésie politique sous les califes orthodoxes et umayyades (p.147-151), l'auteur, après avoir présenté très brièvement Abū al-Aswad al-Du ‘Alī, affirme que “la poésie šī‘ite est, somme toute, très mal représentée à Baṣra au ier/viie siècle car les ‘Alides n'y ont jamais été très nombreux” (p.149). Plus loin, dans un paragraphe consacré aux poètes šī‘ites à l'époque abbasside, il fait remarquer que “le šī‘isme a fait de sensibles progrès ” (p.175). D'autre part, traitant à nouveau du šī‘isme (p.194-206) dans la troisième partie du cinquième chapitre consacré au milieu politico-religieux, l'auteur présente al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 202-205), en insistant sur ses rapports avec les Abbassides et en soulevant le problème de son passage de la secte des Kaysāniyya à celle des Imāmiyya.

67Notons enfin que l'auteur, étudiant Baššār, parmi les poètes zindiq et débauchés, en fonction de ce qu'en dit Ǧāḥ i˙ dans le Bayān, rappelle son appartenance à la secte des Kāmiliyya et émet l'hypothèse que “ c'est aux šī‘ites qu'il emprunte sans doute la croyance à la raǧ‘a (parousie) ” (p.178).

68Si nous évaluons l'apport de Charles Pellat à l'étude de la poésie šī‘ite sous les Califes orthodoxes et umayyades et à l'époque abbasside, nous dirons qu'il vaut surtout par son jugement sur le nombre des poètes šī‘ites à Baṣra (nous reviendrons sur ce point dans nos conclusions générales).

5-Yūsuf Ḫalīf : Ḥayāt al-ši‘r fī al-Kūfa ilā nihāyat al-qarn al-ṯānī li-l-hiǧra

69Dans son ouvrage sur La vie (ou l'histoire) de la poésie à Kūfa jusqu'à la fin du deuxième siècle de l'Hégire, l'auteur consacre le premier chapitre (p. 329-447) de la deuxième partie à l'influence de la vie politique sur la poésie. C'est alors qu'il s'intéresse à la poésie šī‘ite pendant les cinq périodes de l'histoire de Kūfa depuis la conquête jusqu'à l'avènement des Abbassides, surtout pendant les deuxième et troisième périodes sur les cinq qu'il distingue au chapitre I (p. 43-136) de la première partie.

70Pour la deuxième période (p. 345-358), qui va de la mort de ‘Umar à celle de ‘Alī (période dite “des agitations”, fitan), l'auteur affirme que la poésie y est prospère (p. 345) et que c'est une arme de combat importante au même titre que les sabres, les épées et les flèches (p. 347). Il signale le caractère apocryphe de certaines pièces rapportées notamment par Ibn Muzāḥim (p. 348) et insiste sur les deux phénomènes caractéristiques que sont l'expansion des naqā ‘iḍ (joutes) – il prend comme exemple les poèmes échangés entre al-Naǧāšī et Ka‘b b. Ǧu‘ayl partisan de Mu‘āwiya (p. 348-352), et celle du mètre raǧaz (p. 352-354) – il cite un raǧaz de ‘Ammār b. Yāsir.

71La troisième période est celle des principales révoltes qu'a connues Kūfa jusqu'à la chute des Umayyades. L'auteur rattache à chacune un ou plusieurs poètes : pour la révolte de Huǧr b.‘Adī, ce sont Qays b. Fahdān (p.360-362), la fille même du révolté ou une autre poétesse (p.362-363) et surtout son poète attitré ‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Ṭā ‘ī (p. 363-368) ; pour celle d'al-Ḥusayn, c'est ‘Ubayd Allāh b. al-Ḥurr (p. 375-380) qui “ a tracé pour les poètes postérieurs les règles techniques de la déploration ” (p.379).

72Pour la révolte des Pénitents (Tawwābūn), nous avons ‘Abd Allāh b.‘Awf (p. 380-384) qui composa un thrène dont l'introduction annonce al-Kumayt (p. 382) ; il y a aussi d'autres poèmes tenus secrets (mukattamāt) aux temps des Umayyades – il nous en reste un attribué à A‘šā Hamdān (p.385-387). Pour la révolte d'al-Muḫtār, l'auteur cite les noms de ‘Abd Allāh b. Hammām al-Salūlī (p. 391-395) et de Surāqa b. Mirdās (p. 395-400) ; ce dernier, d'abord partisan d'al-Muḫtār, changera ensuite de camp et se joindra à A‘·ā Hamdān et à al-Mutawakkil al-Layṯī (p. 400-406) pour stigmatiser cet agitateur.

73Après cela, Yūsuf Ḫalīf étudie (p. 406-419) la révolte d'Ibn al-Aš‘aṯ et les poètes qui le soutiennent, mais cela ne nous intéresse pas directement. En revanche, nous retrouvons ensuite la poésie d'al-Kumayt (p. 419-424) avec la révolte de Zayd b.‘Alī, puis celle de ‘Abd Allāh b. Mu‘āwiya, chantre de sa propre révolte (p. 425-427). Tel est en définitive l'apport de Yūsuf Ḫalīf à l'étude de la poésie šī‘ite.

74En conclusion, disons que la délimitation des périodes et les remarques sur les caractéristiques formelles sont justes dans l'ensemble ; cependant l'étude des poèmes reste très superficielle et se réduit parfois à une simple citation suivie de jugements de valeur sans aucune analyse préalable ; quand elles existent, les analyses ne sont le plus souvent que de simples paraphrases ; si on avait éliminé celles-ci ainsi que les innombrables répétitions, cet ouvrage de 779 pages, qui n'a ni table des matières détaillée ni index, aurait pu être réduit de moitié.

IV -HISTOIRE DE LA POESIE POLITICO-RELIGIEUSE EN GENERAL

1-Aḥmad al-Šā ‘ib : Tārīḫ al-ši‘r al-siyāsī ilā muntaṣaf al-qarn al-ṯānī

75Dans cet ouvrage l'auteur évoque notre sujet à deux reprises.

76Dans la deuxième partie qui traite de l'époque des Califes orthodoxes, le troisième chapitre (p.137-157) intitulé “ Pour le soutien du gouvernement islamique ” rappelle les principaux événements de la période qui va de l'assassinat de ‘Uṯmān à la victoire de Mu‘āwiya à Ṣiffīn ; les nombreux vers cités (de divers poètes et notamment d'al-Naǧāšī) montrent bien le rôle de la poésie dans les multiples conflits.

77Cependant, c'est dans la troisième partie de l'ouvrage relative à l'époque umayyade et au début de l'époque abbasside, et particulièrement dans le second chapitre (p.184-205), consacré au šī‘isme, qu'est le mieux analysée la poésie šī‘ite. Après avoir rappelé la genèse du šī‘isme et les principaux événements entre la mort de ‘Alī et la désignation, par al-Ma ‘mūn, de ‘Alī al-Riḍā comme héritier présomptif et après avoir brièvement évoqué les diverses sectes šī‘ites et leurs principes (p.184-192), l'auteur résume (p.192-194) les caractéristiques essentielles de la poésie šī‘ite. Il insiste sur sa diversité, sa nouveauté et son caractère triste et révolté ; puis il présente, pour la période umayyade, al-Kumayt (p.195-198), Kuṯayyir (p.198-199) et Ayman b.Ḫuraym (p.198-201) et, pour la période abbasside, al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 201-203) et Di‘bil (p. 203-204).

78En conclusion, l'apport de Aḥmad al-Šā’ib à l'étude de la poésie šī‘ite reste, malgré quelques judicieuses remarques de synthèse, bien en deçà de ce qu'on escomptait d'une monographie générale sur la poésie politique chez les Arabes jusqu'au milieu du deuxième siècle de l'Hégire.

2-Aḥmad Muḥammad al-Ḥūfī : Adab al-siyāsa fī al-‘aṣr al-umawī

79Étudiant la poésie à l'époque umayyade, l'auteur évoque notre sujet à deux reprises. Après avoir présenté, dans le deuxième chapitre (p. 29-83) de la deuxième partie, l'histoire des šī‘ites et leurs principales sous-sectes, il consacre le second chapitre (p.186-219) de la troisième partie à des spécimens (namāḏiǧ) de la poésie šī‘ite et il en dégage les principales manifestations : le thème de l'amour des Ahl al-bayt (p.186-189), les thrènes qui leur sont consacrés, à eux et à leurs adeptes (p.197-206), la défense de leurs droits (p.194-197), la croyance en le retour de l'Imām attendu (p. 206-211). Il en décrit les principaux caractères : l'aspect politico-religieux (p. 211-214) ou plutôt la prédominance de l'aspect doctrinal (p. 214-217), la vivacité dans l'expression des sentiments (p. 217) et la variété des styles selon les thèmes traités (p. 218).

80C'est une simple énumération de thèmes et de caractéristiques touchant, sans aucune distinction du fond et de la forme, une suite d'exemples, sans aucun commentaire, empruntés à de multiples poètes et notamment Abū al-Aswad, Ḥarb b. al-Munḏir b. al-Ǧarūd, Kuṯayyir,‘Abd Allāh b. Ḫalīfa al-Ṭā’ī, al-Kumayt, et même Di‘bil qui n'entre pas, bien sûr, historiquement dans le cadre fixé.

81Dans la sixième et dernière partie de son travail, l'auteur revient à la poésie šī‘ite ; entre autres poètes et prosateurs, il nous présente al-Kumayt al-Asadī (p. 506-524) : brève biographie, thèmes principaux de sa poésie, aspects formels de son œuvre, le tout appuyé de citations.

82Mais là encore, la présentation reste superficielle. Elle se résume à citer, sans analyse ni synthèse, des vers de poètes pro-‘alides. Le livre apparaît donc comme un simple ouvrage de vulgarisation ; quels que soient les soucis pédagogiques de l'auteur et si vaste que soit le sujet, qui traite à la fois de la prose et de la poésie pour l'ensemble des partis politico-religieux de l'époque umayyade, on ne peut que le regretter.

3-Al-Nu‘mān al-Qāḍī : Al-firaq al-islāmiyya fī al-ši‘r al-umawī

83Après avoir retracé, sur le mode narratif et quasi-vulgarisateur, l'histoire des musulmans jusqu'à la fin de l'époque umayyade (préface, p.13-88), et présenté la genèse du šī‘isme avec ses diverses sous-sectes (chapitre I, p. 91-159), l'auteur s'intéresse à la poésie et aux poètes šī‘ites. En effet, dans la seconde partie consacrée à la poésie, le premier chapitre (p.323-401) souligne le soutien des poètes aux ‘Alides pendant toute la période qui va de la mort du Prophète à l'assassinat de Yaḥyā b. Zayd (p.323-358) et analyse bien (p. 359-387) les principaux aspects ou thèmes de leur poésie : l'amour pour les Ahl al-bayt, les attaques contre leurs adversaires, les thrènes sur les martyrs, l'expression des croyances šī‘ites et surtout l'affirmation des principes de "la désignation" et de la défense des droits ‘alides. La fin du chapitre (p. 387-401) insiste sur la valeur de cette poésie du triple point de vue documentaire, historique et doctrinal ; il montre bien le ton violent, triste et sincère de certains poèmes et leur caractère populaire, où l'imaginaire est proche de la légende ; il conclut sur l'abondance et la diversité de la poésie šī‘ite par comparaison avec celle des autres sectes.

84Cette prééminence trouvera une explication au début de la troisième partie (consacrée à l'étude des poètes) : l'auteur en voit l'origine dans la forte personnalité de ‘Alī et de ses descendants et dans l'importance de leur parenté avec le Prophète. Puis le premier chapitre (p. 555-625) nous parle des šī‘ites : après avoir simplement cité le nom d'une dizaine poètes (p.556), l'auteur présente de façon plus détaillée ‘Awf b.‘Abd Allāh b. al-Aḥmar (p. 556-557), Abū al-Aswad al-Du ‘Alī (p. 557-566), Kuṯayyir ‘Azza (p.564-582) et al-Kumayt (p. 582-625).

85En conclusion, s'il peut paraître logique de traiter séparément l'histoire, la poésie et les poètes, la difficulté est alors de ne pas se répéter ; l'auteur n'a pas toujours su la surmonter. Au demeurant, la perspective qu'il adopte dans l'étude de la poésie šī‘ite est intéressante ; on aurait aimé seulement qu'elle dégageât plus nettement l'apport de la poésie à l'hérésiographie.

4-‘Abbās al-Ǧarrārī : Fī al-ši‘r al-siyāsī

86Étudiant les poètes des différents partis politiques dans un cours professé en 1966-1967 à l'Université Muhammad V, l'auteur consacre aux šī‘ites (p. 113-138) et à leur poésie (p.139-178) un chapitre en deux parties. Après avoir très brièvement présenté, dans la première, l'histoire du šī‘isme et ses diverses sous-sectes, il étudie dans la seconde, d'abord, la poésie šī‘ite avec ses huit principales caractéristiques : l'engagement (p.140-148), la violence (p.148), la polémique (p.149-152), l'opposition au régime établi (p.152-155), l'influence de la religion (p.157-158), le caractère triste (p.157), la vigueur du style (p.157-158) et la sincérité des sentiments (p.158-162). Il présente ensuite l'œuvre de ses principaux représentants : al-Kumayt (p.162-167), al-Sayyid al-Ḥimyarī (p.167-171) et Di‘bil al-Ḫuzā‘ī (p.171-177).

87L'apport de ‘Abbās al-Ǧarrārī à l'étude de la poésie šī‘ite déçoit venant d'un professeur d'université. En effet, la "synthèse", qui en bonne logique devrait suivre l'analyse des œuvres que l'on trouve dans le second, semble mélanger les caractéristiques des poètes, le fond et la forme de la poésie. Par ailleurs, l'étude, dans les deux parties de ce chapitre, reste superficielle. L'auteur se contentant le plus souvent de jugements vagues et de citations sans commentaires.

5- F. Gabrieli : La poésie religieuse de l'ancien Islam

88Cette étude, parue en revue en 1973 (REI, XLI, fasc. 1, p. 7-50) reprend quatre conférences données au Collège de France en 1971. Elle s'intéresse à la poésie šī‘ite au temps des Umayyades et des premiers Abbassides. L'auteur commence par affirmer que “ la poésie de la šī‘a [...] dans son ensemble, nous apparaît comme une froide réaffirmation du légitimisme ‘alide, une déclaration de fidélité envers les Ahl al-bayt, sur la sincérité de laquelle il nous est d'ailleurs souvent permis de douter et qui reste bien en deçà d'une expression artistique satisfaisante ” (p. 21).

89Il énumère ensuite les principaux poètes šī‘ites : Kuṯayyir (p. 22-24) dont les “ vers šī‘ites constituent une bien faible minorité dans le dīwān ” (p.22), al-Kumayt (p. 24-26) qui “ partage avec Kuṯayyir la faiblesse d'avoir, à côté des Imāms ‘alides, chanté leurs ennemis et persécuteurs, les Califes ” (p. 24) et al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 26-28) qui,“ à l'opposé de Kuṯayyir et d'al-Kumayt, ne souilla pas sa foi šī‘ite par des flagorneries à l'égard de la dynastie umayyade ni même à l'égard des Abbassides ” (p.26).

  • 2 Dīwān, II, p.186-88 (Pérès) et p. 521-522 de l'édition de ‘Abbās (attribué aussi à al-Sayyid...) v (...)

90De la poésie šī‘ite de Kuṯayyir, l'auteur présente et traduit les vers2 qui “ donnent le dénombrement des Imāms légitimes tels qu'ils apparaissent à la foi kaysānite [...]” (p. 23) concluant que “ nous avons ici [...] un passage classique de l'hérésiographie musulmane dont il serait toutefois difficile de dégager quelques accents de poésie [...] ” (p. 23).

91Mettant en relief les caractéristiques de la poésie šī‘ite d'al-Kumayt, F.Gabrieli note que dans les “ Hāšimiyyāt [...] le tašayyu‘ du fond, autrement dit la dévotion aux ‘Alides, est affublé d'un archaïsme et d'une préciosité linguistique accablants qui rendent la compréhension de ces textes impossible sans l'aide d'un commentaire adéquat même pour un Arabe cultivé de nos jours (et sans doute aussi pour les contemporains) ” (p.24). Après quoi, il traduit certains passages et conclut que “ [...] somme toute en dehors de [...] quelques vers, ces poèmes ‘alides d'al-Kumayt ne s'inscrivent guère dans le livre d'or de la poésie arabe mais plutôt dans celui de la rhétorique la plus abusive [...] ” (p.26).

  • 3 Poème p.182-184 dans le Dīwān, Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 4-5.

92De la poésie d'al-Sayyid enfin, l'auteur présente des extraits d'une qaṣīda (traduite par Barbier de Meynard)3 qui “ développent, non sans quelque souffle lyrique, l'attente de la parousie šī‘ite ” (p.27).

93Enfin, avant de passer à l'étude de la “ mâle et âpre poésie ” ḫāriǧite, l'auteur note “ que le bilan de cet aperçu sur la poésie légitimiste dans les premiers siècles de l'Islam [...] nous apparaît, somme toute, assez modeste ” (p. 28). Nous dirons, quant à nous, que ce rapide aperçu aurait pu être plus riche et plus nuancé, si l'auteur ne s'était pas limité à l'étude schématique de l'œuvre de ces trois poètes et s'il avait par ailleurs été moins sévère dans ses jugements.

V - HISTOIRE DE LA POESIE ŠĪ‘ITE

1-‘Abd al-Ḥasīb Ṭāha Ḥamīda : Adab al-šī‘a ilā nihāyat al-qarn al-ṯānī al-hiǧrī

94Après avoir ébauché l'histoire politique des šī‘a (chapitre I, p. 22-60) et celle des Ḫawāriǧ et des Zubayrides (chapitre II, p. 61-72), l'auteur étudie (chapitre III, p. 73-106) les principales croyances šī‘ites et leur influence sur la littérature arabe ; il définit successivement la désignation (al-wiṣāya), la parousie (al-raǧ‘a), le retour d'un mahdī (al-mahdiyya), citant le témoignage de vers épars des premier et deuxième siècles de l'Hégire, qui attestent ces croyances, surtout chez des poètes d'obédience kaysānite, notamment Kuṯayyir, al-Kumayt et al-Sayyid al-Ḥimyarī (au passage, il émet parfois des doutes sur leur authenticité).

95Au chapitre IV (p.107-165) l'auteur présente la littérature šī‘ite ; analysant les principaux éléments ou facteurs qui l'ont engendrée, il insiste (p. 110) sur le legs anté-islamique, l'inspiration divine, l'influence étrangère, juive ou persane, l'esprit de clan et les tendances politiques ; après quoi, il essaie d'en délimiter les deux principales périodes, avant et après la mort d'al-Ḥusayn (p.141).“ Simple à ses débuts, quand les poètes se contentent surtout d'éloges sur ‘Alī, la poésie šī‘ite devient, après le meurtre de Karbalā, une poésie de révolte où les poètes expriment leur profonde tristesse et appellent à la vengeance ” (p.144).

96Au chapitreV (p.166-327), après avoir présenté les principaux orateurs šī‘ites, l'auteur étudie successivement al-Kumayt (p. 211-258) et al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 259-287) ; il met en relief, sans suivre aucun plan logique ni rigoureux, certains aspects de leur biographie et de leur poésie. Un dernier chapitre (p. 328-360) résume ou rappelle l'influence du šī‘isme sur la littérature arabe.

97En conclusion, cet ouvrage écrit en 1956 et qui est donc une des premières études contemporaines sur la question, nous paraît relever davantage de la vulgarisation que de l'étude scientifique, en raison des nombreuses répétitions et d'un certain esprit superficiel. Mais il faut reconnaître à cet essai que le troisième chapitre montre bien l'apport des poètes et de la poésie à la définition des principales croyances šī‘ites.

2- ‘Abd Allāh Ni‘ma : Al-adab fī ẓill al-tašayyu‘

98Cet ouvrage est l'un des plus importants qui se rapportent à notre sujet ; nous intéressent surtout l'évolution de la poésie šī‘ite, et l'étude de ses principaux représentants et des principaux thèmes de leurs œuvres.

99Pour ce qui est de l'évolution de la littérature šī‘ite (chapitre I de la deuxième partie), l'auteur recense (p. 93-94) quatre facteurs essentiels : la ferveur de la foi chez les ‘Alides, la culture philosophique et théologique des musulmans en général, les "dits" du Prophète et des Imāms chantant les principes šī‘ites et enfin la nature des perspectives politiques des Ahl al­bayt durant les différents "moments" de leur histoire.

100L'auteur présente ensuite les principaux poètes šī‘ites avec leurs caractères distinctifs : Ḥuǧr b.‘Adī remarquable par sa spontanéité (p. 94), al-Farazdaq (p. 95-100) par l'improvisation de sa célèbre mīmiyya, al-Kumayt (p.101-102) par son attachement exclusif aux Ahl al-bayt et à la défense de leurs droits, al-Sayyid al-Ḥimyarī (p.103) par la simplicité de son style et la valeur documentaire de ses poèmes. L'auteur cite ensuite (p.104-105), sans respecter la chronologie, al-Qāsim b. Yūsuf, Abū Nuwās, Di‘bil, Abū Tammām qui “ ont bénéficié de la liberté d'expression accordée à l'époque, surtout par al-Ma’mūn ”, Ibn al-Rūmī (p.108-109), al-Mutanabbī (p.109-110), al-Ma‘arrī (p. 110-111), Mihyār al-Daylamī (p. 112-113), Ibn Abī al-Ḥadīd (p. 114-116) et enfin un poète du xiiie/xixe siècle,‘Alī b. al-A‘ṣam (p. 114-116).

101Cependant le chapitre le plus important pour nous est le troisième.

102Après des considérations générales (p.135) sur les principaux sentiments qui inspirent les poètes šī‘ites (colère, tristesse, amour), l'auteur consacre neuf paragraphes de longueur inégale pour étudier successivement : l'aspect politique des œuvres et les attaques contre les Umayyades et les Abbassides (p.135-146), la défense des droits des ‘Alides (p.147-155), la poésie laudative (p.156-162), les thrènes (p.163-178), l'appel à la révolte et surtout au soutien du douzième Imām (p.178-191), la poésie narrative avec le récit des exploits de certains Imāms (p.192-198), les mu‘āraḍāt ou naqā ‘iḍ (invectives rimées) échangées entre les poètes šī‘ites et leurs adversaires (p.198-211), la poésie satirique (p.212-215) et enfin la poésie qui exprime la foi šī‘ite (p. 216-220).

103Tous ces développements adoptent à peu près le même plan : une remarque générale suivie de citations empruntées à un ou plusieurs poètes, le plus souvent sans aucun commentaire.

104En conclusion, si les analyses de l'évolution de la poésie šī‘ite sont en général judicieuses, le nombre des poètes cités ou étudiés est assez limité, et l'étude des œuvres reste trop générale et superficielle : ce ne sont le plus souvent que des remarques vagues et des éloges dithyrambiques trahissant le zèle šī‘ite de l'auteur.

3-Muḥammad Sayyid Kaylānī : Aṯar al-tašayyu‘ fī al-adab al-‘arabī

105La première partie de l'ouvrage pose le problème du califat (p. 1-15) et présente très brièvement les sectes šī‘ites (p.16-22) ; la seconde est consacrée à l'étude de la prose (p. 25-49) et à ses principaux représentants (p.50-68) ; et la troisième est réservée à la poésie. Là, dans un premier chapitre (p. 69-83) l'auteur reproduit un ensemble de textes apocryphes attribués surtout à ‘Alī ; dans le deuxième, il définit (p. 84) les principaux sentiments (colère, tristesse et amour) qui ont inspiré les poètes šī‘ites ; après quoi il étudie les principaux genres ou thèmes : la poésie laudative (p.85-90), le thrène (p. 90-92), la satire (p. 92-94), la défense du droit de ‘Alī (p. 94-99), les vertus (manāqib) des Ahl al-bayt (p. 99-101), les naqā‘iḍ ou joutes entre partisans et adversaires des ‘Alides (p.101-103), selon un plan pratiquement identique consistant à citer le thème avec des remarques sur sa richesse et des extraits plus ou moins longs sans aucun commentaire.

106Le troisième et dernier chapitre présente de façon très superficielle les principaux poètes šī‘ites de l'époque umayyade : al-Kumayt (p.104-110), Kuṯayyir (p. 110-115) et al-‘Ablī (p. 116-119), puis ceux de l'époque abbasside : al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 119-125), Di‘bil (p.126-130), Ibn al-Rūmī (p.131-135), al-Mufaǧǧa al-Baṣrī (p.135-138), al-Šarīf al-Raḍī (p.138-148), Mihyār al-Daylamī (p.149-153) et enfin Ibn Hānī (p.154-164).

107Pour chaque poète l'auteur donne quelques éléments biographiques et indique ses tendances à partir d'exemples tirés de son œuvre.

108Cet ouvrage, à notre avis, a deux défauts majeurs : d'une part la synthèse et l'étude des thèmes précèdent la présentation des poètes et l'analyse de leurs œuvres, d'autre part l'ensemble est très superficiel.

4- Muḥammad Ǧābir ‘Abd al-‘Āl : Ḥarakat al-šī‘a al-mutaṭarrifīn wa aṯaruhum fī al-ḥayāt al-iǧtimā‘iyya wa al-adabiyya li-mudun al-‘Irāq ibbān al-‘aṣr al-‘abbāsī al-awwal

109Le livre traite de l'influence des mouvements extrémistes šī‘ites sur la vie sociale et littéraire dans les villes de l'Iraq au premier siècle abbasside ; les deux premiers chapitres (p.16-99) de la première partie présentent ces mouvements et le troisième chapitre (p.100-180) met en relief leur influence à Kūfa sur la poésie satirique, par exemple chez Di‘bil al-Ḫuzā‘ī (p.130-134), et sur la poésie ascétique, en particulier chez Abū al-‘Atāhiya (p.138-141).

110La deuxième partie concerne al-Baṣra. Le premier chapitre (p.181-193) présente le milieu baṣrien ; le chapitre suivant (p.194-208) examine plus particulièrement les rapports d'al-Sayyid al-Ḥimyarī (surtout p. 209-217) et de Baššār (surtout p. 240-242) : pour le premier, il insiste sur sa croyance en la parousie et en le retour d'Ibn al-Ḥanafiyya et sur ses critiques contre les compagnons du Prophète, pour le second, sur son appartenance à la secte des Kāmiliyya. Au troisième chapitre (p. 264-274) l'auteur souligne le libertinage de Salm al-Ḫāsir et d'Ibn Munāḏir.

111Enfin le premier chapitre (p. 275-332) de la troisième et dernière partie traite du milieu bagdadien. Étudiant l'œuvre d'Abū Nuwās, de Muṭī‘ b.Iyās et d'al-Ḥusayn al-Ḫalī‘, M. Ǧābir ‘Abd al-‘Āl met en relief l'hédonisme de ces poètes, leur éloge du vin et de l'amour aussi bien avec les esclaves qu'avec les mignons et il explique ce libertinage par leurs croyances šī‘ites extrémistes.

112En conclusion, malgré l'importance voire l'originalité de ce travail, force nous est, cependant, de noter son caractère partial. En effet, l'auteur considère l'œuvre des poètes étudiés, dans leur majorité des non-Arabes, comme le fruit d'une volonté de saper les bases de l'Islam ; tous les arguments lui sont bons pour expliquer la vie de débauche de la plupart d'entre eux par leurs croyances extrémistes.

5-M. Ġiyāḍ : Al-tašayyu‘ wa aṯaruhu fī ši‘r al-‘aṣr al-‘abbāsī al-awwal

113La première partie de cette thèse de doctorat, soutenue au Caire en 1965, retrace d'abord l'histoire du šī‘isme avec ses principales sous-sectes (p. 24-25), puis examine les rapports entre les Abbassides et les ‘Alides (p. 53-67).

114La deuxième partie est consacrée à la poésie šī‘ite. Le premier chapitre (p.71-91) présente et évalue les principales sources, notamment les Ṭabaqāt d'Ibn al-Mu‘tazz, al-Aġānī d'al-Iṣfahānī, les Maqātil al-ṭālibiyyin d'al-Iṣfahānī, les ‘Uyūn aḫbār al-Riḍā d'Ibn Bābawayh, les Riǧāl d'al-Kaššī, les Manāqib d'Ibn Šahrāšūb, Biḥār al-Anwār d'al-Maǧlisī, que nous n'avons pu consulter, Nasamat al-Sahar d'al-Ṣan‘ānī, encore manuscrit, A‘yān al-Šī‘a d'al-‘Āmilī et enfin al-Ġadīr d'al-Amīnī. Le second chapitre étudie les genres ou les thèmes (p. 93-117), mettant l'accent sur la poésie laudative, les thrènes, les satires et la poésie polémique. Le troisième chapitre enfin (p. 117-123) examine les principales caractéristiques de cette poésie : simplicité de la langue, formation d'un lexique technique, style narratif, sincérité des sentiments.

115Dans la troisième et dernière partie de l'ouvrage, l'auteur présente les principaux poètes šī‘ites ; le premier chapitre (p.127-159) recense les poètes zaydites : Sudayf b. Maymūn, Ġālib al-Hamdānī,‘Abd Allāh b.Muṣ‘ab al-Zubayrī et Bišr b. al-Mu‘tamir, puis les poètes imamites : Sufyān al-‘Abdī, Abū Hurayra al-Abbār, al-Qāsim b.Yūsuf et Muḥammad b.Wahb (mais il écarte Ibrāhīm b. Harma et Abū Tammām, considérés à tort comme šī‘ites). Les quatre derniers chapitres sont consacrés chacun à un poète : al-Sayyid al-Ḥimyarī (p.161-190), Manṣūr al-Namarī (p.191-200), Di‘bil (p. 201-229) et Dīk al-Ǧinn (p. 231-224).

116Une courte conclusion (p. 244-252) récapitule les résultats de l'étude et en dégage, non sans quelque présomption, les aspects positifs.

117De cet ouvrage, nous retiendrons la présentation des sources et l'essai de classification des poètes, mais on y retrouve les mêmes défauts que nous avons signalés précédemment : pour le plan, comme dans tous les travaux en langue arabe, la présentation des poètes et de leurs œuvres, c'est-à-dire l'étude analytique, suit l'étude thématique ou formelle, qui fait la synthèse ; on attendrait l'inverse. Pour ce qui est du contenu, les biographies se réduisent trop souvent à une collection d'anecdotes et l'analyse des œuvres à la citation d'extraits plus ou moins longs, sans aucun commentaire.

6-Widād al-Qāḍī : Al-kaysāniyya fī al-tārīḫ wa al-adab

118Dans cette thèse soutenue à l'Université américaine de Beyrouth, le sixième chapitre étudie l'aspect littéraire du mouvement kaysānite ; l'auteur s'intéresse successivement à Ḫandaq al-Asadī (p. 307-309), Abū al-Ṭufayl al-Kinānī (p. 309-311), Kuṯayyir ‘Azza (p. 312-322) et enfin al-Sayyid al-Ḥimyarī (p. 322-356) ; il présente brièvement leur biographie et leurs œuvres ou ce “ qui en subsiste ”. Pour les trois premiers, il met en relief leur šī‘isme en général tout en signalant l'absence de textes qui témoignent de leur appartenance à la secte des Kaysāniyya malgré les nombreuses traditions sur leur croyance en la raǧ‘a, c'est-à-dire le retour de Muḥammad b.al-Ḥanafiyya. À propos de l'œuvre d'al-Sayyid, l'auteur discute l'épineux problème de l'authenticité de la majeure partie de ses vers, et également celui, non moins délicat, de son passage éventuel de la secte des Kaysāniyya à celle des Imāmiyya (nous reviendrons sur ce point dans nos notices).

119Malgré le nombre limité de poètes présentés, ce chapitre a le mérite d'être une étude scientifique qui discute les sources et analyse les œuvres. C'est un apport important à l'étude de la poésie šī‘ite.

7-Ǧawād Šubbar : Adab al-ṭaff aw šu‘arā ‘ al-Ḥusayn

120L'auteur se propose de recenser les poètes qui, du premier au quatorzième siècle de l'Hégire, ont pleuré al-Ḥusayn et évoqué sa mort à Karbalā, et aussi de présenter des extraits de leurs œuvres. Pour les trois premiers siècles, le premier volume de l'ouvrage se veut une sorte d'encyclopédie de la poésie pro-ḥusaynide en particulier ou pro-‘alide en général. L'exposé suit l'ordre chronologique, de façon parfois approximative. Après une introduction (p.17-48) qui traite, sommairement et sans ordre logique apparent, mais dans un esprit de vulgarisation apologétique, d'abord du meurtre d'al-Ḥusayn et de son influence sur les poètes, puis des rites de la visite de son tombeau à Karbalā et enfin de sa biographie, l'auteur présente vingt-sept poètes du premier siècle (p. 51-154), dix-sept du second (p.157-280) et onze du troisième (p. 281-389). Les notices fournissent, selon un plan presque toujours identique, des extraits plus ou moins longs des œuvres pro-ḥusaynites, puis des éléments biographiques d'abondance et de précision variables, et qui se référent généralement à des sources šī‘ites tardives, notamment les A‘yān al-Šī‘a d'al-‘Āmilī.

121Les cinquante-cinq poètes présentés sont d'une importance très inégale. À côté de poètes célèbres comme Abū al-Aswad (p.101-107), al-Kumayt (p.181-191) et Di‘bil (p. 295-309), nous trouvons une foule de poètes mineurs tels Sulaymān b. Qatta (p. 54-58) ou Sayf b.‘Umayra (p.196-197), maintes femmes hāšimites comme la femme d'al-Ḥusayn (p.61-63) et ses filles Sukayna et Fāṭima (p.158-168) et même le calife Ibn al-Mu‘tazz (p. 314-324).

122De cet ouvrage, nous utiliserons, non pas la présentation des poètes, assez sommaire, ni l'étude de leur œuvres (ce n'était pas le propos de l'auteur), mais l'inventaire dressé ; il nous servira à établir le nôtre, qui se voudrait plus complet, sinon exhaustif.

VI -OUVRAGES GENERAUX OU A TENDANCE ENCYCLOPEDIQUE RELATIFS AUX ŠĪ`A

1-Ḥasan al-Ṣadr : Ta ‘sīs al-šī‘a li-‘ulūm al-Islām

123Dans ce livre qui s'efforce de montrer l'apport des šī‘ites aux quatorze disciplines qui couvrent les principaux domaines de la langue, de la littérature, de l'histoire et des sciences religieuses, l'auteur consacre le sixième chapitre (p.184-229) aux poètes du ier/viie au viie/xiiie siècles.

124Une brève note préliminaire (p.184) affirme de façon péremptoire la supériorité des šī‘ites ; suit une énumération dans l'ordre chronologique de quelque 70 poètes. L'auteur se contente de présenter, sans aucune étude et sans aucun esprit critique, quelques éléments biographiques disparates et des extraits fort minces de leurs œuvres, en renvoyant le plus souvent à ses prédécesseurs šī‘ites.

125L'auteur nous a d'ailleurs donné une sorte d'abrégé de cet ouvrage avec Al-šī‘a wa funūn al-Islām (les poètes y occupent le treizième chapitre (p.104-110).

126Pour conclure, rappelons que l'auteur, Āyat Allāh Ḥasan al-Ṣadr est un Imāmite notoire et que les deux livres ont été publiés par son fils après sa mort. Faisant abstraction de leur caractère apologétique et de la volonté affichée de célébrer les mérites des šī‘ites dans tous les domaines de la civilisation arabo-musulmane, nous retiendrons seulement la nomenclature des poètes que procurent les chapitres sur la poésie.

2-Muḥ sin al-Amīn al-‘Āmilī : A‘yān al-Šī‘a

127Les cinquante-six volumes de l'ouvrage constituent une véritable encyclopédie du šī‘isme.

128Le premier volume traite de la définition, de la genèse et de l'histoire du šī‘isme, puis nous parle des œuvres de ‘Alī b. Abī Ṭālib et des auteurs et savants šī‘ites ; le deuxième présente la biographie du Prophète et celle de Fāṭima ; le troisième volume — en trois tomes — étudie la biographie de ‘Alī et le quatrième — lui aussi en trois tomes — celle de ses descendants jusqu'au douzième Imam. Après quoi, les autres volumes nous fournissent, classées dans l'ordre alphabétique, des notices biographiques sur quelque 12 000 personnages šī‘ites considérés comme des célébrités, la plupart étant enrichies d'extraits en prose ou en poésie. C'est là un effort gigantesque de compilation, même si l'auteur exagère parfois en considérant comme šī‘ites de nombreux savants, littérateurs et poètes. Mais cela nous a permis, après vérification, d'établir notre propre inventaire des poètes šī‘ites et de revenir aux sources de leurs œuvres.

129En effet, à condition de les utiliser avec prudence, les A‘yān al-šī‘a sont un ouvrage capital pour l'étude de la poésie šī‘ite, et nous y avons recouru presque systématiquement.

3-Al-Amīnī : Al-ġadīr

130Cet ouvrage s'attache à prouver la véracité de la désignation de ‘Alī comme successeur du Prophète par Muḥammad lui-même lors de la halte de ce dernier à l'étang (al-ġadīr) de Ḫumm après le pèlerinage de l'Adieu. Pour cela, l'auteur, après un volume consacré au Ḥadīṯ al-ġadīr, présente dans les dix autres volumes quantité de poètes qui ont ou auraient composé un ou plusieurs poèmes sur cet événement capital dans l'histoire des šī‘ites. Les poètes sont pris dans l'ordre chronologique, et cela recouvre toute l'histoire de l'Islam. Après avoir cité pour chacun les poèmes qui l'intéressent, al-Amīnī étudie ensuite sa biographie. Se référant à un très grand nombre de sources aussi bien šī‘ites que sunnites, il nous fournit, avec un zèle militant, une véritable mine de renseignements sur la poésie relative à la désignation de ‘Alī comme Imām.

131L'ouvrage constitue donc une véritable encyclopédie pour l'étude de cette poésie, même s'il faut l'utiliser avec prudence tant sont nombreux et disparates les poètes cités. Tel qu'il est, il nous a incontestablement aidé à compléter notre inventaire des poètes šī‘ites et à mettre au point notre corpus.

Notes

1 L'auteur rappelle, discute et réfute l'affirmation du šī‘isme des poètes surtout par’Abd al-‘Āl, Ḥarakāt al-šī‘a (voir la présentation de cet ouvrage et la notice consacrée au poète).

2 Dīwān, II, p.186-88 (Pérès) et p. 521-522 de l'édition de ‘Abbās (attribué aussi à al-Sayyid...) voir Dīwān al-Sayyid, p. 50-51.

3 Poème p.182-184 dans le Dīwān, Iṣfahānī, Aġānī, VII, p. 4-5.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search