Version classiqueVersion mobile

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Avant-Propos

Texte intégral

  • 1 Laoust, Schismes, p. 1.

1Si, “lorsque le Prophète Muḥammad mourut à Médine, peu de temps après le pèlerinage de l'Adieu, le 8 juin 632 selon la date communément admise, les facteurs de discorde et de schismes ne manquaient pas dans la communauté religieuse et politique qu'il venait de fonder”1, nous pourrions avancer que la genèse des trois grandes formations politico-religieuses qu'ont connues et connaissent aujourd'hui encore les musulmans date officiellement de la fin de la bataille de Ṣiffīn en l'an 37/657. En effet, proclamé calife, Mu‘āwiya b. Abī Sufyān rassembla autour de lui les ancêtres de ceux qu'on appellera plus tard sunnites ; d'autre part, de nombreux musulmans et notamment des guerriers dévots qui étaient à l'origine des partisans de’Alī b. Abī Ṭālib, mécontents de l'attitude de ce dernier, lui reprochèrent d'avoir accepté le résultat de l'arbitrage à l'issue de Ṣiffīn, le quittèrent (ou "sortirent" des rangs) et formèrent le clan ou le parti ḫāriǧite ; enfin,‘Alī, déchu sans avoir été militairement vaincu, continua néanmoins le combat, encouragé par les plus fidèles ou les plus fervents de ses adeptes, les šī‘ites. Ce combat sera plus ou moins entretenu, après son assassinat en l'an 40/660, par ses descendants et leurs partisans.

2Une étude approfondie des ouvrages d'histoire et d'hérésiographie, ou même une simple lecture des revues et journaux contemporains, ou l'audition et la vue des informations que nous livrent quotidiennement et à longueur de journée les radios et les télévisions du monde entier prouvent, s'il en est besoin, la pérennité du sunnisme et du šī‘isme et de leur lutte réciproque, sur le plan militaire comme sur celui de la pensée.

  • 2 Nous nous contentons de citer al-‘Āmilī et Ṣadr qui, respectivement dans les 56 volumes des Ayān (...)
  • 3 Voir notre analyse des études contemporaines sur la poésie šī‘ite (p.15-39), les sources citées à (...)
  • 4 Voir notre analyse p.15-39 et notre synthèse p. 41-44.
  • 5 EI2, III, p.1295.

3La littérature, dans son sens le plus large, où l'entendent par exemple Brockelmann et Zaydān, a rendu et rend compte, de nos jours, de ce combat, notamment chez les šī‘ites et surtout aux deux premiers siècles de l'Hégire2. Plus précisément, la poésie ne fut pas une arme moins importante que le sabre, et la participation des poètes à l'éloge des šī‘ites et à la défense de leurs droits à l'imamat a été, à maintes reprises, soulignée3. Cependant, comme nous l'avons constaté nous-mêmes après une analyse aussi exhaustive et aussi objective que possible des études contemporaines sur la poésie šī‘ite4, et comme le fait remarquer Ch. Pellat à propos de la poésie politique en Iraq aux premier et deuxième siècles,“ les recherches jusqu'ici fragmentaires auraient besoin d'être complétées, malgré les difficultés de pareille entreprise du fait de la disparition d'une grande partie de cette poésie politique et des nombreuses interpolations effectuées au cours des siècles postérieurs ”5.

  • 6 Voir p. 41-44.

4Encouragé par ces constatations et ces conclusions, et convaincu de l'importance du sujet, nous avons entrepris l'inventaire et l'analyse thématique de la poésie šī‘ite jusqu'au troisième siècle de l'Hégire. Nous commencerons, comme il se doit, par un inventaire aussi complet et une évaluation aussi neutre que possible des études contemporaines et par des remarques sur le plan à suivre pour la réalisation de notre entreprise6.

  • 7 Voir notre synthèse sur l'apport des anciens à la transmission de la poésie šī‘ite, p. 265-274.

5Mais, disons-le d'emblée, notre objectif est double : il nous faut d'abord, certes en partant des études contemporaines, mais surtout en nous fondant sur le dépouillement du maximum de sources anciennes7, essayer d'inventorier les œuvres poétiques pro-šī‘ites : non seulement les recueils déjà édités, mais aussi les pièces éparses dans lesdites sources.

  • 8 Notons qu'Iḥsān’Abbās a publié une sorte de corpus de la poésie ḫāriǧite (Šir al-ḫawāriǧ, 2e éd. (...)

6Nous donnons ainsi un corpus de la poésie šī‘ite8 qui est la base de notre travail principal.

7Par ailleurs, il faut considérer ce travail, qui se limite à la seule production poétique des šī‘ites, comme une participation à deux domaines de la recherche : la documentation et la thématologie, cette "fille aînée" de l'histoire littéraire. Cependant, nous sommes conscient, comme nous le réaffirmerons preuves à l'appui dans nos conclusions générales, de la difficulté de notre tâche et de la relativité des résultats auxquels nous sommes parvenu. Il sera nécessaire de poursuivre l'inventaire des œuvres encore inédites et d'en donner une édition critique. Cela exigera la collaboration d'autres chercheurs. Ainsi s'enrichira notre connaissance non seulement de la poésie šī‘ite, mais encore de la poésie arabe en général.

Notes

1 Laoust, Schismes, p. 1.

2 Nous nous contentons de citer al-‘Āmilī et Ṣadr qui, respectivement dans les 56 volumes des Ayān et dans Tasīs se sont évertués, parfois d'une façon certes exagérée, à mettre en relief l'apport des šī‘ites aux différentes disciplines de la civilisation arabo-musulmane.

3 Voir notre analyse des études contemporaines sur la poésie šī‘ite (p.15-39), les sources citées à la note précédente, et notamment Ṣadr (Tasīs, p.184) qui affirme la supériorité des poètes šī‘ites et de leur poésie sur tous les autres poètes, et ce à travers tous les siècles.

4 Voir notre analyse p.15-39 et notre synthèse p. 41-44.

5 EI2, III, p.1295.

6 Voir p. 41-44.

7 Voir notre synthèse sur l'apport des anciens à la transmission de la poésie šī‘ite, p. 265-274.

8 Notons qu'Iḥsān’Abbās a publié une sorte de corpus de la poésie ḫāriǧite (Šir al-ḫawāriǧ, 2e éd. Beyrouth,1974). Notre corpus a été édité chez Dār al-Ġarb al-Islāmī, Beyrouth,1997.

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search