Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie ši‘ite des origines au IIIe siècle de l’Hégire

 | 
Taïeb El-Achèche

Préface

Mohammed Yalaoui

Texte intégral

1Le travail de notre collègue Taïeb El-Achèche est le fruit d'une longue et patiente recherche sur les poètes šī‘ites "mineurs", ainsi appelés parce que les auteurs d'anthologies les ont dédaignés ou que les recenseurs ne les ont pas jugés dignes d'avoir un dīwān à leur nom, soit que leurs dons poétiques fussent trop modestes, ou leurs vers trop dispersés dans les ouvrages généraux d'adab et d'hérésiographie, dans les chroniques historiques ou dans les sommes biographiques consacrées à telle doctrine, telle école juridique ou telle branche du savoir.

2À cet égard, les quelque 229 notices groupées dans cet ouvrage constituent à leur tour un dictionnaire biographique spécialisé, réunissant des poètes établis tels qu'al-Kumayt al-Asadī ou al-Sayyid al-Ḥimyarī, et une foule d'autres personnages que la circonstance, l'ardeur d'un combat, la déploration d'un martyr, ont érigés, pour un temps et d'aventure, en poètes.

3À vrai dire, l'intérêt de Taïeb El-Achèche pour les poètes schismatiques est ancien ; il avait entrepris il y a une trentaine d'années, à l'occasion d'un cours à l'École Normale Supérieure, une recension de la poésie ḫāriǧite, mais, devancé par Iḥsān ‘Abbās et d'autres, il s'était rabattu sur leurs cousins ennemis en quelque sorte, les ‘Alides, Ṭālibites fāṭimides, Kaysānites, etc., tous ceux qu'une même dévotion aux "Gens de la Maison" (Āl al-Bayt), une même fidélité au malchanceux ‘Alī, dernier des califes "bien dirigés" et à sa progéniture, a groupés et groupe encore sous le nom générique de "Šī‘at’Alī", compagnons, prosélytes et zélateurs du gendre et cousin de Muḥammad. C'est ainsi que, grâce à lui, nous découvrîmes des auteurs dont nous connaissions à peine le nom : al-Uqayšir des Banū Asad en 1971, Ayman b. Ḫuraym en 1972, Abū‚ Ṭufayl des Kināna en 1973, al-Naǧāšī al-Ḥāriṯī en 1982 ; il a colligé leurs compositions en corpus individuels, consacrant même à certains, comme Manṣūr al-Namarī en 1981, une substantielle monographie. Cette recherche des poètes inconnus ou méconnus s'est poursuivie après que Taïeb El-Achèche eut soutenu en 1988 sa thèse de doctorat d'État (que reprend cet ouvrage), puisqu'il nous a encore donné, en 1994, un recueil des vers de Ḥamza b. Bīḍ.

*****

4Bien des dictionnaires biographiques de personnages šī‘ites : chefs de clan, gouverneurs de provinces, orateurs et poètes, sectateurs résolus et combattants de terrain, tous participant, peu ou prou, de la littérature, ont précédé le présent ouvrage, certains considérables comme les 56 volumes des A‘yān al-Šī‘a (“Les grands noms du šī‘isme”) d'al-‘Āmilī, les 11 volumes du Ġadīr d'al-Amīnī qui célèbrent l'épisode de l'Étang de Ḫumm et les Manāqib (Vertus) des Ṭālibites d'Ibn Šahrāšūb, mais leurs auteurs, šī‘ites eux-mêmes et trop enclins à multiplier abusivement les adhésions à leur doctrine et à accroître le volume de la poésie proto- ou pro-šī‘ite, manquent généralement d'esprit critique : ils incorporent dans leur propre mouvance des personnages que nous serions bien loin de penser šī‘ites, tels le retors’Amr b. al-‘Āṣ, protagoniste de la Grande Duperie de l'Arbitrage(taḥkīm) face au trop confiant Abū Mūsā al-Aš‘arī, ou le poète abbasside Abū Nuwās dont la controverse politique ou religieuse était le moindresouci, ou l'Imām al-Šāfi‘ī, fondateur de l'un des quatre grands rites sunnites ; certains même semblant parodier le mot de Jésus-Christ :"Avant qu'Abraham fût, j'étais" (Jean, VIII, 58), embrigadent dans leur camp des poètes d'avant l'Islam, comme l'austère Labīd b. Rabī‘a qui pourtant, une fois converti à la foi nouvelle, renonça pour toujours à la poésie ou mettent à contribution des héros de l'ombre, djinns improvisateurs et voix descendues du ciel ; l'auteur relève soigneusement ces manifestations surnaturelles du šī‘isme de l'au-delà et consigne sans sourciller ces forgeries "par prudence, dit-il, et souci d'exhaustivité", mais, sous cette apparente objectivité du thésard, nous sentons bien poindre l'ironie d'un grand sceptique.

*****

5L'intérêt d'une recherche comme celle-ci, sur un corpus méconnu ou délaissé, est double :

  • intérêt historique d'abord puisque le šī‘isme, à l'origine affaire de famille pour ainsi dire, s'est vite transformé en parti politique revendiquant, par la dialectique et au besoin par les armes, le pouvoir sur la communauté musulmane et réussissant, après bien des aléas, à fonder une dynastie puissante, les Fāṭimides au Maghreb puis en Égypte, et à mordre sur tout l'Orient musulman au point de faire du ive/xe siècle, selon le mot de Louis Massignon,“ le siècle ismaélien de l'Islam ” ; c'est de cette doctrine, Duodécimains et Septimaniens confondus, c'est de ce parti politique qu'émanent aujourd'hui certains États islamiques et un grand nombre de communautés šī‘ites disséminées dans le sous-continent indien, dans l'est de l'Afrique, dans certains pays du Proche-Orient, voire parmi la diaspora musulmane dans le monde occidental ;
  • intérêt littéraire ensuite, puisque l'étude de ces textes, nonobstant leur disparité, montre l'interdépendance étroite du discours politique et du discours tout court : poèmes improvisés dans la chaleur de la lutte, harangues enflammées, oraisons pathétiques, invectives homériques, menaces effroyables, tout dans cette littérature de deuil et de combat prouve qu'à l'instar des officines de propagande médiatique d'aujourd'hui, une certaine littérature est l'auxiliaire obligé, pour le meilleur et pour le pire, du pouvoir politique.

6Tunis le, 25 mai 1997

© Presses de l’Ifpo, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540