Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des tissus et des hommes

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Glossaire

Texte intégral

A

1‘abā

2« Ce mot désigne une sorte de manteau court et ouvert sur le devant ; il n’a point de manches, mais on y a pratiqué des trous pour y passer les bras [...] à longues et larges bandes blanches et noires, ou bien rayé de blanc et de noir » (R. Dozy, 1845) ; « ample manteau sans manche de laine tissée » (S. Weir, 1989). La ‘abā est considérée comme un vêtement dont la confection ne nécessite pas beaucoup d’art (R. Dozy, 1845). Dans les inventaires, apparaissent sous différentes formes et qualités : de Jérusalem, de Quflayfa, de Ṣadad (ṣaddiyya) ?, village près de Homs, et tīnāwiyya, peut-être de Tīna, un village près de Raqqa.

3‘abawī

4Fabricant et marchand de ‘abā.

5abdest

6« A light and plain kind of toilet coat, or gown easily tucked up over the elbows, used in ablutions » (J. Redhouse, 1974).

7‘afṣ

8Noix de galle utilisée pour la teinture.

9afwah ou fuwa

10Garance.

11‘ağamī

12Persan ; ou « fait de coton » (K. Fukasawa, 1987, A. Raymond, 1973, J. M. Rogers, 1987, évoquent des toiles de coton ajamy).

13aġāyāt (voir aghabanī)

14aghabanī, aghabān‚ ou atchabannies (voire abrohani)

15Mousseline (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « white silk with yellow chain stitch embroidery » (S. Weir, 1989) ; « tissu en soie naturelle, brodé avec un fil en soie naturelle, à l’aide d’une aiguille et d’un tambour de broderie » (R. al-Attrache, 1996). Dans les inventaires, mousseline de coton de valeur très moyenne.

16ağlālāt

17« couvertures, housses pour cheval » (A. Kazimirski, 1860).

18ağurr ṣbāġ

19Pains, tablettes, d’indigo.

20ahl ou arbāb al-ḫibra

21Experts, « gens du métier ».

22alāğa (quelquefois alāğā)

23« Allegeas, étoffe fabriquée aux Indes orientales. Il y en a de deux sortes. Les uns sont de coton et les autres de plusieurs espèces d’herbes qui se filent comme le chanvre et le lin » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « étoffe rayée, dont la chaîne est de soie et la trame de coton » (A. Barthélemy, 1969) ; « le nom de nombreuses et différentes sortes de tissus rayés des manufactures turques » (J. Redhouse, 1974) ; « une étoffe rayée de diverses couleurs, dont la trame est de coton et la chaîne de soie » (G. Ducousso, 1913) ; « une sorte d’étoffe rayée, de coton et en couleur » (M. Kütükoğlu, 1983) ; « un tissu très populaire, rayé, de soie, ou de coton et de soie » (W. Floor, 1999) ; « among mixed cotton and silk fabrics were first and foremost those known as alachas. They were a striped fabric [...] The principal centre of manufacture being the Cambay-Gujarat area » (J. Irwin, 1996/I) ; mais également au Bengale : « Bengal alachas derives from turki alcha "stripe", were striped fabrics of mixed cotton and silk, woven in the Malda-Kasimbazar area » (J. Irwin, 1996/III). Dans les inventaires, existe sous plusieurs formes : alāğa ḫafīf (léger) ; alāğa ṯaqīl, lourd ; alāğa šarṭa, de mauvaise qualité (A. Barthélemy, 1969) ; alāğa ṣāḥibī, d’origine indienne ( ?), alāğa de Bairoch, alāğa de Dahīl, sans doute Divil, soit Dabhol, ou Dapul, alāğa qābūnī, tissu de Qābūn, village proche de Damas, alāğa šāmī. Composition, soie et coton, soie ou coton, avec plus ou moins de soie : alāğa de soie (ḥarīr ou ḥarīriyya), « Gujarat alachas usually contained a higher proportion of cotton, which sometimes led to their being classified as calicoes [...] Silk allejahas, usual breadth is 3/4 yard broad and 7 yards long » (J. Irwin, 1996/I). Certains auteurs ne distinguent pas vraiment l’alāğa du quṭnī ou de l’aṭlas : « kutnī and alaca are said to belong to a group of silk-cotton blend fabrics which had a large consumption in India, Persia, and Turkey after the Mogol period, since the 13th century. We find a number of varieties of fabrics under the rubric alaca after the 15th century in Ottoman tereke and custom registers » (H. İnalcık, 1993) ; « le mot turc pour le plus recherché des atlas de soie et coton est alaja, en arabe, le tissu s’appelle qutni » (J. Kalter, 1992) ; le cotoni « est proche des allegas », terme qui « désigne un tissu de coton à rayures de soie surtout utilisé sur la côte de Coromandel » (G. Roques 1996) ; « kutnī was a striped fabric resembling alaca, the woof of which was cotton and the warp, silk » (H. Inalcık, 1993) ; « another kind of mixed cotton and silk fabric was « cuttanee » (persian qutni). In pattern some what similar to alachas, technically they were a satin weave » (J. Irwin, 1996/I) ; « alāğa et quṭnī were was both exported, woven in significant amounts in Damascus, Aleppo, Bagdad, Bursa and Istanbul, the Ottoman Empire’s main textile manufacturing centers, and imported from India » (H. Inalcık, 1993). Utilisations dans les inventaires : textile « mixte » aussi, porté par les femmes et les hommes, avec une légère supériorité masculine, destiné aux vêtements, qunbāz ‘antarī, ṣāya, châle, et à l’ameublement, baqğa, liḥāf, šaršaf et miḫādd.

24altūnbāš

25Une mousseline dont la tête, le haut, était bordé d’or. Aucune référence. À Jaipur au Rajastan de nos jours, des antiquaires vendent de vieux turbans de mousseline dont l’une des extrémités est dorée.

26alwāḥ

27Pains ou blocs de savons.

28alwān

29Coloré ou « tissu de soie grège venant du Levant, de différentes et très belles couleurs », dénommé abūalwān (R. Dozy, 1968) ; ou synonyme de mulawwan.

30amāna

31Objets mis en dépôt.

32amrāq

33« Bouillon » (A. Barthélemy, 1969), « bouillon ou saumure » (R. Dozy, 1968), terme utilisé dans les inventaires de teinturiers ; voir mā’.

34amšāṭ, sing. mašṭ

35Peignes de tisserands.

36anīra

37Lices de métier à tisser.

38‘antarī

39« An inner vest with long tight sleeves » (J. Redhouse, 1974) ; ou ‘antariyya, vêtement de dessus, « porté sur la chemise et le pantalon, doublé de toile et dépassant les genoux » (R. Dozy, 1968).

40‘aqqād

41Passementier.

42aqfāl, sing. Qufl

43Serrures pour fermer ventaux des boutiques et coffres.

44‘arā ou ‘arw

45Boutonnières (A. Barthélemy, 1969) sans doute des bandes pourvues de boutonnières, sens confirmé par H. Almkvist, 1891, qui propose « ganse qui sert de boutonnière ».

46‘araqiyya

47« Calotte de coton blanc, qui se met sous le bonnet de laine (tarbūš) » (R. Dozy, 1968) ; « Coiffe non cousue, têtière, synonyme de ṭāqiya » (A. Barthélemy, 1969) ; « a soft felt cap worn under a turban or fes cap » (J. Redhouse, 1974).

48arbāb al-ḫibra (voir ahl al-ḫibra)

49arnab

50« Lièvre blanc », peut-être ce « lièvre changeant » « qui, chaque hiver, devient d’un blanc éblouissant » et était surtout chassé en Europe au Moyen Âge dans les montagnes de Bosnie, d’Herzégovine et de Serbie (R. Delort, 1978).

51‘ašārī

52« Long de 10 coudées » (R. Dozy, 1968).

53asyūṭī

54Tissu coton ou lin venant d’Égypte.

55‘ātikī

56« Toile de coton colorée, tela barbantina » selon Berggren, 1844, « la toile de coton que l’on fabrique à Naplouse se nomme ‘ātikī [...] la toile de coton appelée ‘ātikī šāmī » (R. Dozy, 1968). Très présente à Damas, cette toile tire vraisemblablement son nom du quartier de Qabr ‘Ātika, cotonnade de qualité moyenne aux couleurs variées : blanc, bleu, rouge, mulawwan, teint (muṣabbaġ), parfois de mauvaise qualité, ‘ātikī šarṭa ; existe sous forme de : ‘ātikī niṣfiyya, rubā‘iyya. Présente une fois une origine non syrienne : ‘ātikī de Dyarbakir.

57aṭlas

58Satin « une étoffe de soie [...] Il y en a de plains, soit blancs, soit d’autres couleurs. Il y en a aussi à fleurs d’or ou de soye, à carreaux, de damassés, de rayez et de brochez. On les estime particulièrement parce qu’ils se blanchissent et se repassent aisément sans presque rien perdre de leur lustre et sans que l’or en soit non plus aplati, ni moins brillant : ils n’ont pourtant ni l’éclat ni la bonté de ceux qui viennent de France »

59(J. Savary des Bruslons, 1723) ; « le mot persan atlas désigne une étoffe de soie unie, qui correspond en Europe au satin de soie » (G. Roques 1996) ; W. Floor, 1999, assimile l’aṭlas au quṭnī : « étoffe mélangée, de coton et de soie » ; « sorte de tissu à l’intérieur de coton, à l’extérieur de soie » (M. Kütükoğlu, 1983), mais l’éditrice rajoute « étoffe tissée, de soie fine et brillante ») ; « étoffe ; chaîne : soie, trame : coton, armure : satin chaîne » (Mémoire de soie, 1988). Le satin peut être une étoffe de soie ou un mélange de soie et coton. Dans la dénomination scientifique des tissus, le terme satin évoque non pas un matériau, mais une armure. Existe sous la forme aṭlas ‘ağamī, ici, le sens de satin persan. Utilisation : dans les inventaires, matériau de deux qafṭān, l’un féminin, l’autre masculin.

60awāq

61Poids (des uqiyya) pour balance.

62‘azaq ou azak

63Loup de la région d’Azâq, c’est-à-dire d’Azov, utilisé en fourrure.

64azak mustawā

65Fourrure de loup d’Azâq de couleur uniforme ?

66azrār, sing. Zirr

67Boutons.

B

68badan

69Appliqué à la fourrure, c’est une « penne » ou nappe, choix de morceaux semblables, assemblés et cousus ensemble plus prisés que les simples peaux, ğulūd (al-Qasimy, 1960 ; R. Delort, 1978).

70badlat azrār

71« Un des sens de badla est un ensemble de choses corrélées ayant un rapport les unes avec les autres, en raison d’une relation dans l’usage qu’on en fait, l’expression concerne le plus souvent les vêtements » (B. Bustānī, 1977) ; assortiment de boutons.

72baġdādī

73Étoffe fabriquée à Bagdad, ou étoffe damascène teinte dans la ville d’après une technique spéciale ; « faits de coton et de soie décorés de broderies de soie » (J. Kalter, 1992) ; « soie naturelle et bourre de coton, avec une broderie aghabani » (R. al-Attrache, 1996). Dans les inventaires : étoffe onéreuse, avant tout utilisée en couvertures (liḥāf), de toutes les couleurs : bleu, vert, rose, cramoisie, couleur de pistache et alwān. Composition : le scribe a mentionné deux fois l’existence de liḥāf ḥarīr baġdādī, attirant ainsi l’attention sur la soie qui compose le tissu, suggérant par-là même que le baġdādī n’est pas toujours de soie.

74bahramān

75Produit tinctorial, « faux safran », le Carthamus tinctorius (Chehabi, 1982), « safran persan » ou « variegated silk » (F. Steingass, 1981) ; voir ‘uṣfūr.

76bakarāt maḫā’iš

77Bobines de « tissu de soie » destiné aux incrustations, apliquées, etc.

78bakarāt waraqa ṣarmā

79Bobines de feuilles métalliques, argentées ou dorées.

80baksawa (à rapprocher des boxwhawes)

81« Piece-goods of uncertain description » (J. Irwin, 1996/II) ; sans doute une mousseline destinée au šāš.

82ba‘labakkī

83De Baalbeck, nom de l’origine d’une étoffe sans doute de soie.

84baladī

85« Indigène, qui est production du pays, local » ; « ḫām baladī, tissu local d’Alep » (A. Barthélemy, 1969), « quṭn baladī », coton du Levant (R. Dozy, 1968) ; autres formes dans ces sources : baladī ṣa‘īdī, du Ṣa‘īd égyptien.

86ballūriyye

87Une des principales étoffes d’Alep (A. Barthélemy, 1969, au terme qumā·).

88band, plur. bunūd

89« Lien, attache » (A. Barthélemy, 1969) ; « cordon tresse, ruban » (R. Dozy, 1968). Ici, cordons destinés à soutenir, ou attacher, retenir des objets bien précis : les sabres (band suyūf), les couteaux (bunūd sakākīn), les étendards (bunūd ši‘ārī ), les muserolles (rašmāt). Leur rôle est fonctionnel et non décoratif.

90banī ‘arab

91Textile égyptien, de très faible valeur, sans doute destiné aux populations rurales et nomades.

92baqğa ou buqğa ou bohça

93« Pièce d’étoffe avec laquelle on enveloppe des effets, du linge » (A. Barthélemy, 1969).

94baqqam

95« Bois de campèche, Brésil, synonyme de afwah » (A. Barthélemy, 1969) ; « bois du Brésil » (R. Dozy, 1968) ; « bois de campêche, ou bois d’Inde, ingrédient colorant tiré du pays dont il porte le nom ; il est d’un grand usage pour le petit teint ; il vaut mieux que le bois du Brésil [...] On tire de ces bois une grande quantité de couleurs et de nuances [...] Ce bois de campêche, comme le bois du Brésil, et contrairement à la garance, fait partie, en France, des "drogues colorantes défendues aux teinturiers de bon et grand teint" contrairement à la garence (sic) appartenant aux "drogues colorantes qui doivent être employées par les teinturiers de grand et bon teint" (Encyclopédie, 1765). Dans les inventaires, existe sous plusieurs formes : baqqam ṣāmid vraisemblablement l’extrait en pâte ou extra-sec prima, baqqam šabāba (à rapprocher de ·abb, alun ?).

96barda ou bardāya

97Rideau.

98bardāḫ

99Lustrage ou peut-être presse ?

100barkāla

101Percale, « du persan pargale et de l’hindi parkālā signifiant morceau de verre. Il s’agit d’une toile de coton de bonne qualité, importée d’Inde, toile fine et blanche d’excellente qualité, fabriquée principalement sur la côte de Coromandel » (G. Roques, 1996) ; « toile fine, très serrée, et supérieure au calicot en finesse » (K. Fukasawa, 1987).

102bašḫāne

103« tente d’apparat » (Hobson-Jobson,1994).

104baškīr

105Serviette souvent en tissu de Homs (ḥimṣī).

106bašliq

107Brides.

108bāštaḫtā

109Petit meuble, écritoire en bois présent dans toutes les boutiques.

110baṭan

111« Ventre », utilisé à deux reprises pour désigner la fourrure de ventre d’animal, v. badan.

112baṭāna

113Doublure.

114batanūnī

115Textile égyptien, fait sans doute de lin.

116baytī

117Ignoré des dictionnaires, sans doute égyptien, souvent qualifié de miṣrī ; l’un des matériaux de base des chemises (qamīṣ).

118bindalī

119« Taffetas rayé à 60 chemins, un de couleur, l’autre d’une autre, avec une raie de séparation en chaînes de soie, tramé de coton » (J.-Cl. Flachat, 1766) ; rapproché de « bétille », « un nom du Décan pour mousseline ; les exportations de la côte de Coromandel proviennent surtout de Golconde [...] Les longueurs varient de 15 à 25 yards, la largeur est en général d’un yard et demi. Elles pouvaient être teintes en rouge, quelquefois rayées et recouvertes de broderies [...] les plus fines étaient parfois renforcées de fils métalliques » (J. Irwin, 1996/II).

120biniš

121« A long and full outer cloak or robe, formally worn by gentlemen » (J. Redhouse, 1974) ou « robe encore plus large que le djubbé à manches très longues et ouvertes jusqu’au coude que l’on porte comme une espèce de manteau de parade dessus le djubbé « (R. Dozy, 1968).

122bīrmiyya

123« En persan, bayram est le nom d’une étoffe de coton au Moyen Âge ; au XIXe, on donne le nom de bayrama à une chemise de femme faite de coton et teinte en indigo » (R. Dozy, 1968).

124bisāṭ

125Tapis kurde dont la trame est en coton, la chaîne en laine, synonyme du turc kilim (A. Barthélemy, 1969).

126bišt

127« Espèce de ‘abā » (R. Dozy, 1968) ; « long et large manteau de laine épaisse pour homme avec de riches broderies en blanc et or. Dans la "montagne", le bišt porté surtout par les gens riches est une abāya plus courte et avec des manches » (H. Almkvist, 1891) ; « around Nablus, a coat similar to the ‘abayah, but with short sleeves, was worn ; this was called also ‘abayeh or bišt » (S. Weir, 1989).

128bīz

129Toile.

130buġāz

131Fourrure tirée de la gorge d’un animal.

132būrmā

133« Bourme ou bourmio, ce sont les soies legis de Perse qui ne sont pas de la meilleure qualité ; elles ne sont que de la seconde espèce [...] Les soyes legis viennent de Perse ou par les retours des vaisseaux qu’on envoie d’Europe à Beder Abassi dans le Golfe Persique, ou par ceux qui trafiquent dans les Échelles du Levant et particulièrement à Smirne. Ces soyes sont les plus belles de Perse après les sourbassy ou cherbassy et sont de la même qualité [...] Il y en a de trois sortes ; les legis vourines qui sont les plus belles ; les legis bourmes ou bourmio qui suivent ; et les legis ardasses qui sont les plus basses (J. Savary des Bruslons, article « legis », 1723) ; Archives de la Chambre de commerce de Marseille : des soies « bourmes ou cherbassy » sont mentionnées parmi les marchandises provenant de Smyrne. Deuxième sens possible : « toiles peintes très belles qui se fabriquent et se vendent au royaume de Pegu. Ces toiles sont si estimées que par excellence on les appelle lagias du roy. Les autres sortes de toiles qui se font dans ce royaume et qui ne sont guère moins belles que les lagias sont les torpitis, les corpis et les pintadis » (J. Savary des Bruslons, article « legis », 1723). Or dans le royaume de Pegu, figure une région nommée Burma, qui a donné son nom à une « indienne » renommée (J. Watson, 1866).

134burqu‘

135Voile de femme.

136burūğī

137Tissu de Bairoch, situé dans le Gujarat, simple toile de coton, « les bafetas (de la fabrique de Baroche) fabriqués par les Persis sont fort estimés et ont grand débit dans le pays à l’usage des Indiens. Ils les fabriquent du plus fin coton. Leurs prix commencent depuis trois roupies jusqu’à vingt-cinq à trente. Ils y mettent une lisière d’or » (G. Roques, 1996). Voir burūğiyya.

138burūğiyya

139Habit fabriqué dans un tissu de la ville indienne de Bairoch ? Une seule fois, la burūğiyya est dite muqallam, textile qui évoque encore l’indienne, faite à Bairoch, voir burūğī.

140bürünğük

141« Espèce d’étoffe de soie écrue mélangée d’un peu de coton » (M. Kütükoğlu, 1983) ; « gaze, étoffe très claire, crêpe » (R. Dozy, 1968) ; utilisée pour les chemises de femme.

C

142caimacanis

143« Caïmacan, dignitaire ottoman du grand vizir, aurait donné son nom à une sorte de toile fine de Smyrne proche des cambrasines du Bengale. » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; sans doute une transformation du terme qā’im ḫāne, attesté à plusieurs reprises dans nos inventaires et dans le règlement douanier de Basra, appliqué à de la soie ou à des mousselines. Fait peut-être allusion à un certain Kaim Khan (W. Foster, 1921) Voir qā’im ḫāne.

144calankar ou calancas

145« Dérivées du mot local qalamkāri qui signifie en persan faites à la plume. Ce sont des indiennes à fonds généralement blanc, rarement coloré, et à dessins polychromes faits effectivement à la plume et au pinceau sur la toile dite percale, nom dérivé du persan pargala qui signifie "toile fine", très serrée et supérieure au calicot en finesse. Jusqu’au milieu du xviie siècle, les calankas se fabriquaient principalement dans la région environnante du Masulipatam, dominée par le royaume musulman de Golgonda, et s’exportaient en grande partie vers la Perse [...] Dans les provinces nord-occidentales de l’Inde qui font partie du territoire moghol avant la montée des Mahrattes se fabriquent non seulement les toiles peintes mais aussi et surtout les toiles imprimées » (K. Fukasawa, 1987) ; voir qalamkār.

146chafarcani

147« Indiennes dites chafarcani imprimées à Diyarbékir en Turquie ; ce sont de belles indiennes de couleur vive et d’une qualité supérieure à celle des autres toiles de coton du Levant. Les toiles de Diyarbékir sont très serrées et d’une qualité supérieure à celle des autres toiles de coton du Levant [...] Alep est exportatrice de quelques indiennes de fabrication locale et régionale particulièrement des chafarcanis, dès le xviie siècle » (K. Fukasawa, 1987 et G. Veinstein, 1999). Voir ğa‘far ḫāne.

D

148da‘‘ās

149Foulon.

150daff, plur. Dufūf

151Battant équipé du peigne manié par le tisserand d’avant en arrière pour tasser les fils de trame ou duites.

152daff ḫašab

153Planches de bois.

154daff ḫiyāṭa

155Planche destinée à poser le tissu sur lequel le tailleur va travailler.

156dallāl al-qalīla

157Courtier en soie.

158dam‘ağī

159Imprimeur de tissus, ou « fonctionnaire » apposant l’estampille de bonne qualité.

160danḫāwī ou danġāwī Le mot pourrait être rapproché de damğa, c’est-à-dire le cachet officiel que les inspecteurs portent sur certaines pièces ; ou plutôt de duhawi, qualité particulièrement belle de velours importé d’Italie (J. M. Rogers, 1987). Utilisation, dans les inventaires : tissu de coussins, de maq‘ad, de housses, d’un seul qafṭān. Le textile est très onéreux.

161daqq

162Opération de lustrage.

163daqqāq

164Lustreur d’étoffes.

165darāya ou darayā (sans doute doréas)

166« Sorte d’étoffe de soie » (J. Redhouse, 1974) ; « textile rayé, fait en coton, puis en soie [..] Yusuf Ali en fait un tissu de soie et coton » (Hobson-Jobson, 1994, à l’article « Piece-Goods ») ; « parmi les mousselines, les dorias sont rayées de bandes plus épaisses à intervalles réguliers » (G. Birdwood, 1880). « Mousseline ou toile de coton blanche qu’on apporte des Indes orientales particulièrement du Bengale. Il y en a de grosses et de fines, de rayées et à carreaux. La longueur de la pièce est ordinairement de seize aunes, sur sept huit de large » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « mousselines ou toile de coton d’un blanc bleuâtre, grosse ou fine, à carreaux ou à fleurs, double broché, double étoffe tissu composé de deux couches de tissages l’une au dessus de l’autre » (E. Hardouin-Fugier, 1994) ; « doreas, hindi doriyā. A striped or chequered fabric of mixed silk and cotton woven in the Malda-Kasimbazar area » (J. Irwin, 1996/ III) ; A. Legoux de Flaix, 1807, assimile doréas et bétilles. Existe dans les inventaires sous différentes formes, darāya muqaṣṣab, avec des fils d’argent. Utilisation dans les actes de succession : est porté par les deux sexes et à peu près sous les mêmes formes, vêtements, ğantiyān, rafīq, qunbāz, libās, qamīṣ, yalik et wağh de fourrures ou d’objets non mentionnés. Le tissu est de toutes les couleurs : rose, vert, rouge, bleu, jaune, vermeil.

167daraza

168« Piqûre, rangée de points arrière faits sur une étoffe » (A. Barthélemy, 1969). Le daraza s’applique à un coussin, à plusieurs sofra, et même à un court voile de femmes (ša‘riyya).

169darkāya

170« Table rectangulaire basse ; le ṭabbā‘ (imprimeur d’étoffe) s’assoit par terre devant cette table, il la couvre d’étoffes épaisses pour imprimer à la main » (R. al-Attrache, 1996).

171dašmā

172Serviette ; à rapprocher de daštamāl ou peštemal.

173dasta

174« Paquet » (A. Barthélemy, 1969) ; « un certain nombre, peut-être une douzaine » (R. Dozy, 1968).

175dawāya

176Encrier.

177dimyāṭī

178Tissu égyptien, cotonnade ou lin. Utilisation en maḥrama, de faible valeur.

179dirham

180Le « dirham légal » correspond à un poids de 3,2 g.

181Dyarbakir

182Nom d’une ville située dans le sud-est de l’Anatolie, qui donne son nom à du ‘ātikī et à des tissus de turban.

183dūda

184Cochenille.

185dukkān, ḥānūt Deux termes utilisés indifféremment par les scribes pour désigner une boutique. Dans cinq inventaires, le même lieu est successivement qualifié soit de ḥānūt, soit de dukkān.

186dūlāb

187Machine à filer le coton, rouet, dévidoir (R. Dozy, 1968).

188dūlāb fatāla li ṣinā‘at al-ḥarīr

189Outils pour tordre la soie.

190dūriya (voir darāya)

191ḏirā‘

192Celui de Damas, environ 63,035 cm, est un douzième plus long que celui du Caire (W. Hinz, 1955 citant al-Qalqashandī) ; le « pic » des marchands d’étoffe est d’une longueur de 68 à 69 cm » ; ou « pièces mesurant environ 66 cm de large, c’est-à-dire un pic (D. Chevallier, 1963-64).

193ḏirā‘

194Mesure du tailleur d’une coudée ; ici, en fer.

195ḍayrabād ou deriabad

196De Dayrabad, ville située à l’est de Delhi ; « a good quality plain white calico, often brought to Broach [...] for bleaching. Exported to Near East and to England. Not mentionned after 1650 » (J. Irwin, 1996/I). Dans J. Savary des Bruslons,1748, sous la forme « deriband » : « toiles blanches de coton qui viennent des Indes orientales. Il y en a d’étroites et de larges [...] La longueur des pièces de Deribands étroits est de neuf aunes et leur largeur de cinq huit ».

197ḍulmāya

198« A kind of long robe, slit at the sides, worn with a front skirts tucked into the girdle » (J. Redhouse, 1974) ; ou encore dolama, « une sorte de vêtement de drap attaché par une ceinture à la taille, partie antérieure de devant ouverte [...] on boutonne l’habit par devant » (A. Barthélemy, 1969).

F

199faḍla, plur. faḍalāt

200« Coupon, petit reste d’étoffe ou de toile » (A. Barthélemy, 1969) ; « au plur., les restes (d’un repas, d’une pièce d’étoffe) » (R. Dozy, 1968).

201fadles

202« Fadelles », tissus de lin, fabriqués en Égypte (K. Fukasawa, 1987). Dans les inventaires, le mot faḍla ou au plur. faḍalāt désigne un coupon. Voir faḍla.

203farawātī

204« Celui qui travaille les peaux d’agneau pour en faire des fourrures » (al-Qasimy, 1960).

205farğiyya

206« Robe flottante, faite ordinairement de drap à manches amples et longues qui dépassent un peu l’extrémité des doigts et qui ne sont point fendues » (R. Dozy, 1968).

207farrā’

208Fourreur (al-Qasimy, 1960).

209farwa

210Fourrure ; qunbāz, qanṭāš, kartakiyya, abdest, biniš, šabkān, yaġmuġluk sont souvent « bi farwa ».

211fasḫa

212Cuvée, cuite de savon, synonyme ici de ṭabḫa.

213fattāl

214Tordeur de fil.

215fayyūmī

216Tissu égyptien du Fayyoum, sans doute fait de lin.

217firāš

218Matelas.

219foutes

220Parmi les marchandises à destination de Gênes et sa côte, figurent des toiles « foutes » (Archives de la Chambre de commerce de Marseille) ; « persian fautah, a kind of loin-band. These were coloured calicoes exported both to the East and West Indies » (J. Irwin, 1996/I) ; « toiles de coton à carreaux qui sont apportées des Indes orientales particulièrement du Bengale dont la pièce a une aune et demie de long sur sept huit de large. Quatre fottes font une pièce », J. Savary des Bruslons, 1748, qui évoque les fottes. Dans nos successions, la fūṭa est une « serviette dont on se couvre le milieu du corps, comme d’un pagne, au ḥammām » (A. Barthélemy, 1969), souvent en tissu de Homs.

221fustuqī

222Couleur de pistache.

223Fuwa

224(voir afwah)

Ǧ

225ğadiy, plur. Ğadāya

226Chevreau.

227ğa‘far ḫānī (voir chafarcani).

228ğahra

229« Grain jaune » (A. Barthélemy, 1969) ou « plante qui fournit une matière colorante jaune et ressemble à la camomille » (R. al-Attrache 1996) ; Rhamnus infectoria, baies ou grains d’Avignon, le nerprun des teinturiers, qui sert à préparer des colorants pour les tissus (Encyclopedia Universalis, 1992).

230ğanfī, peut-être janfes

231« Fine silk taffeta » (Sephardi Jews, 1990).

232ğantiyān

233« Culotte bouffante, caleçon bouffant des femmes » (A. Barthélemy, 1969).

234ğanzanī (sans doute « jamdanie »)

235« Mousselines brochées de soies de couleur, quelquefois tissées en soie et coton, comme les doréas » (J. Irwin, 1996/III).

236ğaqšīr

237Pantalon.

238ğifit

239Plâtre.

240ğild, plur. ğulūd Peau, sans doute simplement apprêtée directement issue des tanneries locales.

241ğildāwa

242Loup dont la peau est utilisée comme fourrure.

243ğūḫ

244« Du drap, une sorte de drap », et faḍlat ğūḫ, « coupon, recoupe de drap » (A. Barthélemy, 1969) ; « le mot ğūḫ désigne le drap » (R. Dozy, 1968) ; « étoffe serrée, dont la chaîne et la trame sont tissées de laine crue, de couleur unie, duveteuse » (M. Kütükoğlu, 1983) ou simple « tissu de laine » (Tarih Dergisi, 1982).

245ğūḫa

246« Le mot ğūḫ, d’où dérive ğūḫa » (R. Dozy, 1968) ; ğūḫa « un morceau de drap, un manteau de drap de coupe et facture orientale » (A. Barthélemy, 1969).

247ğūtī

248Textile qui reste inconnu, peut-être un bafta tissé dans une ville du Bengale, Jougdia, que P. Blancard, 1806, cite à plusieurs reprises.

Ġ

249ġaflā šāš

250« Voile, grand voile de femme qui couvre la tête et le corps tout entier » (R. Dozy, 1968) et « manteau, voile de femme formé d’une pièce d’étoffe, de soie, de coton, de satin dont les femmes syriennes se couvrent la tête et le dos et qu’elles se fixent à la taille au moyen d’un cordon » (A. Barthélemy, 1969).

251ġazl

252« Yarn, thread » (J. Redhouse, 1974) ; « fil de coton » (A. Barthélemy, 1969).

253ġazzāwiyya

254Tissu de Gaza, sans doute cotonnade, utilisé en maḥrama ou pagnes de bain, fūṭa.

H

255handāza

256« Mesure turque utilisée par les tailleurs plus courte de deux doigts que le ḏirā‘ ; elle est confectionnée en bois et pliante, tandis que le ḏirā‘ est en fer » (K. Zetterstéen, 1925).

257hirimzī

258« Taffetas de soie, tissé en bandes, de couleur rouge, orange ou verte, employé pour réaliser des applications ou du patchwork » (Mémoire de soie, 1988) ; « heremzi taffeta [..] was made in red, green, yellow, orange and more rarely purple. This narrow fabric, only 18-22 cm wide, was used for decorative patchwork on Galilee women’s coat, for complete dresses in the Jerusalem area, and for patchwork and inserts throughout southern Palestine » (S. Weir, 1989) ; « with a silk wrap and cotton weft giving a matt finish at the back of the fabric » (J. Kalter, 1992). Dans les inventaires, rouge ou vert et vendu en petite quantité.

259ḥalla nuḥās

260Grande bassine de cuivre de faible profondeur.

261ḥalā’ilī

262« Étoffe de coton à longues raies de soie blanche » (R. Dozy, 1968) ; « a tissue of silk warp and cotton, flaxen or woollen woof (canonically lawful to be worn) » (J. Redhouse, 1974). Utilisations : réservé uniquement aux hommes, vêtements de dessus, qafṭān, ‘abā, zunnār, wağh et ṣāya.

263ḥalā’iliyya

264Un vêtement fait de ḥalā’ilī ?

265ḥaml al-ğamal

266Étoffe d’origine égyptienne, de faible valeur, sans doute destinée aux populations rurale et nomades.

267ḥānūt (voir dukkān)

268ḥarīr

269Soie. Existe sous forme de fils isolés, rās ṭāq (D. Chevallier, 1963-1964), d’écheveaux, šamṭ, plur. šumūṭ, ou de soieries. Les écheveaux sont pesés. Différents types de fils de soie : un ḥarīr daqā’iq, une des quatre variétés d’épaisseur de fils de soie (R. al-Attrache, 1996) ; ou sous forme ḥarīr qalīla : à la racine qll, A. Barthélemy, 1969, cite le terme tel quel, « manque d’ouvrage, insuffisance de travail, ou défaut de facture, vice de fabrication ». Les fils sont présentés sous forme de ḥarīr mabrūm ou maḥlūl, voir ces termes. Fils de soie ou soieries de diverses couleurs. Différentes origines géographiques : locale ou du Chouf, de ‘Ayn Dārā, de Baalbeck, de Beyrouth et ḥarīr qā’im ḫāne. Différentes formes de soieries : ḥarīr ḫal‘a (soie écrue très mince), ḥarīr maslūba, soie grège, (cf. maslūba) ; ḥarīr mušāqa, c’est-à-dire de la soie en pièce d’étoffe, traduit R. Dozy, 1968, une soierie donc ; ḥarīr ‘ayn al-bulbul : « œil de rossignol », un motif de tissage auquel Birdwood fait allusion, sous le nom indien de « bulbulchasm, nightingale’s name, a poetical name for Indian patterns of silk » (G. Birdwood, [1880]). Utilisations : pour le mobilier, coussins, housses de coussins, draps, baqğa, sofra et couvertures, le plus fréquent des mobiliers de soie. Pour les vêtements : surtout des « petites choses » non cousues, essuie-mains, voiles, ceintures, châles, mais également chemises, gilets, culottes bouffantes et différents manteaux ; pour les hommes : turbans, ceintures, châles, voiles, manteaux et pantalons. Vêtements et mobiliers de soie appartiennent essentiellement aux femmes riches.

270ḥaṭāy

271« Un tissu rude, dont la trame est de soie écrue et la chaîne de deux fils de soie et un fil métallique » (M. Kütükoğlu, 1983) ; « vieux tissu de soie noir, parfois simple, ou avec des fils métalliques » (Tarih Dergisi, 1982). J. Berggren, 1844, l’écrit ḫaṭāy et le décrit comme une « étoffe de soie brodée, brocart d’or » quand il est manqūš ou « taffetas à fleurs » quand il est muḥarrar. Utilisations : le tissu, onéreux, compose des vêtements, large robe (‘antarī), caleçon ou pantalon (ğantiyān et libās), vêtement de dessus, sorte de manteau (qafṭān) et veste (qunbāz). À deux reprises, ce ḥaṭāy est associé à la fourrure (farwa sinğāb bi wağh ḥaṭāy).

272ḥazārī

273« Une toile de coton blanche, faite dans le sud de l’Inde » (H. Inalcık, 1993).

274ḥimṣiyya

275Foulards de soie ; J. Cornand, 1984, classe les ḥomṣiyye parmi les foulards de soie, comme Margaret Pavaloi (J. Kalter, 1992) : « Homs a une production textile qui remonte à l’antiquité. Maintenant elle est surtout connue pour ses foulards tissés de soie [...] Leur couleur de fond est d’ordinaire noire » ; R. al-Attrache, 1996 décrit longuement les foulards de Homs, « auparavant tissés en fil de soie naturelle, et en fil d’or et d’argent [...] La couleur de la majorité de ces grands foulards est noire. ». Dans les inventaires, les tissus de Homs sont surtout utilisés en différents types de serviettes.

276ḫām

277« Non traité, brut, écru » (A. Barthélemy, 1969) ; ḫām baladī (J. Gaulmier, 19271938) : « La toile employée pour l’impression est un tissu épais de coton, appelé ḫām baladī. » Formes trouvées dans les successions de Damas : le baladī inventorié dans les boutiques pouvait être ḫām, ou maqṣūr, lavé ; le scribe en a noté quelquefois les couleurs : blanche ou bleue, mais pas brune.

278ḫān

279Caravansérails, indifféremment dénommés dans les documents ḫān ou qāsāriyya/ qasāriyya.

280ḫāra

281Nom persan de la moire (R. Mantran et J. Sauvaget, 1951) : « a kind of watered silk » (J. Redhouse, 1974) ; « un tissu comme du marbre » (M. Kütükoğlu, 1983). Utilisations à Damas : qafṭān, qunbāz, ğantiyān, et sorte de doublure externe d’une fourrure (wağh). Textile possédé surtout par les femmes.

282ḫarğ ou ḫurūğa « Garniture de bas de robe, bordure de soie ou de coton filé pour mandīla, pièce de mousseline dont les femmes se couvrent les cheveux ; toute bordure de galon façonné ou brodé à l’aiguille ; fourniture de couturière, de tailleur ; fil, cordonnet, bouton. » (A. Barthélemy, 1969) ; « lace on a garment. » (J. Redhouse, 1974) ; « galon » (R. Dozy, 1968) ; « garniture double de ruban au mont Liban » (J. Berggren, 1844) ; « les fils de soie sont tordus et brodés sur les bords de la pèlerine » (R. al-Attrache, 1996). Dans les inventaires, le mot est utilisé dans le sens « cordon, lien » (ḫurūğa de chapelets, masābiḥ, ou de glands d’or, šamsāt) et dans le sens de « bordure façonnée, ou brodée », élément rajouté au costume (ḫarğ de ‘abāya,). Qualifiés de : en coupe (kasmā), de complets (mutammama) ; légers (ḫafīf) ou lourds (ṯaqīl).

283ḫāṣṣa ou cossae, cassa, kassa

284« Arabic persian khāss, "choice", "select". Plain muslin, usually of good quality, woven mostly in Dacca District. They were exported extensively to the markets of S.E. Asia, the Middle and Near East, and Europe [...] The finest being reserved for Eastern markets » (J. Irwin, 1996/III). Sous le nom de cassas, même définition dans G. Roques, 1996. Cité par J. Savary des Bruslons, 1748, comme une des mousselines indiennes.

285ḫayša

286Étoffe grossière en poil de chèvre (A. Barthélemy, 1969).

287ḫayṭ, plur. ḫīṭān

288Fil.

I

289‘iḏār

290Bordures de vêtements (J. Redhouse, 1974).

291‘iddat al-dukkān

292Matériel, dans le sens large, de la boutique.

293‘iddat nūl, anwāl

294Métier de tisserand à bâti de bois (A. Barthélemy, 1969)

J

295jafarcani

296« Le jafarcani serait une toile non pas peinte, mais imprimée, à deux couleurs seulement, rouge et violet » (K. Fukasawa, 1987) ; « toile imprimée, à fond rouge ou violet » (G. Roques, 1996) Voir chafarcani.

K

297kabbāba

298Faiseuse de pelote.

299kaḥīl al-‘ayn

300Textile d’origine égyptienne, de faible valeur.

301kamrūlī

302Substantif ou qualificatif attribué par le juge à des šīt. G. Roques, 1996, signale, dans ses récits de voyage, des bétilles Comeruli, terme dont V. Bérinstain ignore également l’identification. Voir šīt.

303kanafiyya ou kanīfiyya

304« Voile » (F. Meninski, 2000).

305kandakī

306« Toile de coton bleue qu’on tire des Indes orientales, particulièrement de Surate [...] les pièces de kattequi n’ont que deux aunes cinq huit de long sur cinq six de large » J. Savary des Bruslons, 1748 ; « étoffe de laine épaisse » (R. Dozy, 1968) ; kantkī, « rouge foncé » (A. Barthélemy, 1969). Dans les inventaires, les kandakī sont toujours de couleur rouge. Une hypothèse : kandakī serait devenu au fil des temps dendeki : « a rusty red cotton similar to durzi used for women’s headdresses and hairbands, cushion cover and hem-binding » (S. Weir, 1989) ; « la doublure (d’une robe) est en dendakī ; il s’agit généralement d’un tissu de coton rouge, armure toile » ou encore, à propose d’une coiffe appelée wuqāyé, « le devant est garni d’une bande de dandakī » (Mémoire de soie, 1988).

307kanār

308Lisière.

309karan·āhī parfois écrit akran·āhī

310Il s’agit d’un tissu d’Aurangabad, dont mention est faite dans le voyage de G. Roques, 1996.

311kārbā

312Ambre.

313karkar

314« Fil tordu et empesé à l’amidon, employé pour le crochet et importé d’Europe »

315(A. Barthélemy, 1969).

316karmasūt

317« Étoffe indienne, taffetas, chaîne de soie tramée de coton et broché en soie » (J.-Cl. Flachat, 1766) ; « moire » (R. Dozy, 1968, lie l’origine du terme à la Perse et à l’Inde) ; « une étoffe unie, en soie, à trame de coton ; elle existe en deux qualités : la meilleure a une armure reps, la plus simple, une armure toile » (Mémoire de soie, 1988). Dans nos actes, les qualificatifs apportés au karmasūt éclairent un peu l’allure du tissu : le karmasūt est dit ğa‘far ḫāne ou muqallam, deux qualificatifs évoquant l’Inde et l’indienne. Une autre forme : karmasūt muqaṣṣab, tissé de fils métalliques.

318kartakiyya

319« Manteau de drap noir à larges manches » (A. Barthélemy, 1969).

320kastak

321Chaîne de montre ou entrave pour cheval (A. Barthélemy, 1969). Dans les inventaires, la composition en soie des kastak laisse supposer une utilisation humaine.

322kasmā

323En coupe (A. Barthélemy, 1969).

324kašmīrī

325Tissu de laine.

326kattān

327Lin, le plus souvent importé d’Égypte (kattān rašīdī, de Rosette). Existe sous forme de fils (muğaffar) ou en écheveaux.

328kawāzī

329Vermeil, teint à la cochenille.

330kīs, plur. Akyās

331Sacs.

332kūfī

333Dévidoir ou sorte de cage en roseau et à manche de bois, qiḍbān.

334kuray·, koreych

335« Une espèce de soie rouge et noire, extrêmement claire, dont les femmes se font des chemises et des voiles ; on envoie de Damas en Égypte » (R. Dozy, 1968) ; « un tissage de coton et autres » (B. Bustānī, 1977) ; « kreiché, appelé également kôrneiché, crêpe de coton blanc venant de Syrie, porté dans la région de Jaffa ; les châles faits avec cette étoffe sont parfois appelés mandīl (Mémoire de soie, 1988).

336kūrğa

337Courge, mesure de vingt pièces utilisée en Inde ou dans l’Empire ottoman pour quantifier des marchandises indiennes ou de Dyarbakir ; « a mercantile term for a score » (Hobson-Jobson, 1994) ; « Note the cody or corge is a bondell or set number of 20 pieces » (G. Birdwood, 1880).

338kūšī

339Sans doute tissu du pays de Kuch, centre de production textile important dans le Gujarat ; « plain köshe destār », « very fine, expensive cotton cloth » (H. İnalcık, 1993).

L

340labbād

341« Feutre (de laine, de mouton ou de poil de chameau), grande pièce de feutre, tapis de feutre qu’on place entre la selle et le dos du cheval » (A. Barthélemy, 1969). Dans les inventaires, mesuré en coudées. Les labbād sont tous qualifiés de ṣafadī, de Ṣafad, ville de Palestine.

342lakapūrī

343De Lockipour, ville du Bengale, mentionnée à plusieurs reprises dans le Manuel de P. Blancard, 1806, et dans H. İnalcık, 1993.

344libās

345Caleçon.

346liḥāf

347« Couverture de laine piquée, en laine ou en coton, sur l’envers de laquelle est cousu un drap blanc (malḥafa) » (A. Barthélemy, 1969).

348luḥma

349Trame du tissu.

350lundra, lundrīn

351Draps européens, londres et londrins

M

352ma‘add

353Coffret pour serrer les piastres gagnées.

354mabrūm

355Fil de soie tordu, opposé à maḥlūl (A. Barthélemy, 1969).

356mādaryāk ou mādarbāk

357« Un tissu de coton très blanc et très fin », sous le nom de maderpork à l’article marmar (W. Floor, 1999) ; « un autre type de coton fin [...] qui se nomme maderbāf [...] Parfois, les documents douaniers l’écrivent materpark » (V. Klein et P. Ackerman, 1964).

358mağlūba

359Importé ; ici, importé d’Égypte.

360mağwaz

361Aucune référence certaine. À rapprocher de la racine, ğwz ; R. Dozy, 1968 et A. Barthélemy, 1969 donnent le sens de licite, permis, et de double ; à propos de Bayezid II : « il fut le premier qui porta le mudjewézé, et de son temps les grands officiers des corps de milice eurent ce turban de velours rouge » (Mouradja d’Ohsson). Le mağwaz est-il un turban ? Ou un tissu à turban ? Ou la racine ğwz ferait-elle allusion à une technique de tissage, tissage en paire, en double, avec une sorte de lisière qui sépare les deux pièces du textile, ou tissage à deux fils ? Ou la même racine indiquerait-elle que le mağwaz était composé de deux matériaux, lin et coton ?

362maḫā’iš

363Étoffe de soie fabriquée à Damiette (R. Dozy, 1968). Dans les actes de successions, spécifiquement étoffe féminine, rare, utilisée en qunbāz, qafṭān, ğantiyān, qamīṣ et yalik.

364maḥlūl

365Soie dévidée et filée, opposée à mabrūm (A. Barthélemy, 1969).

366maḥmūdiyya, mamodi

367« Mousseline [...] il s’agit d’une toile fine avec du corps, de 16 cobes de long et d’une de large. Elle est tissée dans la région de Chanderi et d’Agra » (G. Roques 1996) ; « fine mousseline, ou tissu de coton de bas prix » (Hobson-Jobson, 1994).

368maḥrama

369En général traduit « mouchoir, serviette » (R. Dozy, 1968) ; « makrama, Les mouchoirs de mousseline et de coton servent moins aux usages auxquels on les destine en Europe que pour envelopper de l’argent, du linge et autres objets. Aucun objet, petit ou grand, n’est transmis d’une personne à une autre, aucun cadeau n’est offert sans être enveloppé d’un mouchoir, d’un tissu brodé » (J. M. Rogers, 1987) ; « petit essuie-mains en tissu ordinaire » (M. Martinani-Reber,1995).

370maḥzama

371Présent sous la forme ḥazzeme « cordelière de soie dont les femmes se ceignent la taille » (A. Barthélemy, 1969) ; « ceinture » mais également « tablier qui sert à tenir lieu, dans les bains publics, de caleçon », ou « peignoir » (R. Dozy, 1968). Dans les actes, souvent en tissu de Damiette.

372maḥūt

373Draps mahoux, productions de la région de Carcassonne. Dans les inventaires, maḥūt damanhūrī, de Damanhour, ville égyptienne proche d’Alexandrie.

374maḫzan

375Entrepôt, généralement situé dans un ḫān.

376malzamat ḫašab

377Serre-joint en bois.

378mandīl

379« Étoffe de mousseline imprimée dont on fait des voiles de femmes et des turbans d’hommes » (A. Barthélemy, 1969) ; « voile de tête » (J. Gaulmier, 1927-1938) ; « le mandīl est le niqāb, voile dont se couvrent les femmes » (al-Qasimy, 1960). Dans les inventaires, couvre aussi bien les têtes d’hommes que de femmes ; existe sous la forme : mandīl kasyārī, sans doute ville de Casseri, dans le district de Midnapur (Hobson-Jobson, 1994) ; ou mandīl karanšāhī, d’Aurangabad.

380manfalūṭī

381Étoffe égyptienne, de Manfalūṭ, sans doute du lin.

382mann

383Soit un poids variable suivant les époques et les régions, soit une mesure, une quantité donnée de pièces.

384manšafa

385Serviette ; souvent dans les inventaires, faite de tissu de la ville de Hama.

386manṣūrī

387Sans doute de Manṣūra, ville de Basse Égypte, centre de production du coton (A. Raymond, 1973).

388manūfī

389Étoffe d’origine égyptienne, sans doute du lin (K. Fukasawa, 1987).

390maq‘ad

391« Matelas couverts de pièces de drap ou d’autres étoffes qu’on place sur l’estrade ou sofa et sur lequel on s’assied » (R. Dozy, 1968).

392maqrūna

393« Une sorte de mouchoirs que les femmes des Bédouins roulent autour de la tête et du menton » (R. Dozy, 1968) ; « ceintures luxueuses, faites de soie de différentes couleurs » (S. Weir, 1989).

394maqšara ou muqšara de soie

395À rapprocher de la racine qšr, pelure, écorce, bourres et stresses de soye ; « elles sont les moindres de toutes les soyes, ou, pour mieux dire, en sont le rebut. Elles sont faites ou de cette étoupe soyeuse qui couvre l’extérieur des cocons et qu’il faut lever avant que de pouvoir découvrir la soye ; ou de tout ce qu’il y a de plus mauvais sur les coques les plus grossières. Les bourres ne peuvent servir qu’à faire des fleurets plus ou moins fins toujours de mauvaise qualité » (J. Savary des Bruslons, 1748).

396maqṣūr

397« Lavé à l’eau douce » ( A. Barthélemy, 1969).

398maqṭa‘, plur. maqāṭi‘

399« Pieza de tela » (F. Cañes, 1760) ; « chez les tisserands, excédent de la chaîne après l’achèvement de la pièce sur le métier et qu’on vend tel quel sans le tisser » (A. Barthélemy, 1969) ; « la quantité exacte de tissu nécessaire à la fabrication d’un vêtement » (S. Weir, 1989).

400marāġa

401Terme dont la lecture est certaine mais la signification échappe ; en relation avec la fourrure.

402marğān

403Corail, pesé en dirham, destiné à la décoration des habits.

404maṣbaġa

405Teinturerie, salle de teinture.

406masbaḥa

407Chapelet.

408maṣbana

409Bâtiment fonctionnel, destiné à la fabrication du savon.

410mashru

411« Today mashru, locally called alacha, is only made in Mandvi in Kutch, as well as in Patan in northeast Gujarat, mashru which means permitted that is, permitted to Muslim males, who traditionnaly are forbidden to wear pure silk next the skin. As it is satin weave, in which the warp threads lie on the surface of the fabric to create a smooth effect, the cotton wefts lie on the back of the fabric, next to the wearer’s skin » (R. Crill, 2000).

412mā’ ṣibāġ

413Concerne sans doute le bain de teinture de l’indigo. Voir nīl mā’ī et amrāq.

414maslūba

415Soie écrue, non décreusée, grège.

416mğaffar ou muğeffar « Fils épais ou mince de coton blanchi que l’on met en pelotes pour la broderie au crochet » (A. Barthélemy, 1969) ; « muğeffar, broderie de laine blanche ou colorée sur des šāš blancs en mousseline ou en gaze et sur les rideaux des fenêtres » (H. Almkvist, 1891).

417miḫādd

418« Coussins, ceux qui sont contre le mur ou sous les bras » (K.V. Zetterstéen, 1925).

419miḫmal

420Velours. Dans les inventaires, étoffe onéreuse, pratiquement réservée au mobilier domestique.

421mikwāya

422Fer à repasser.

423miqaṣṣ

424Ciseaux.

425mittakā

426Coussin sur lequel on s’appuie.

427miṯqāl

428Miṯqāl « syrien » de 24 carats ou 85 grains, égale 1 5/12 de dirham, soit pour un dirham de 3,125g, un miṯqāl de 4,427g, très proche du miṯqāl canonique de 4,46g (W. Hinz, 1955).

429mīzān lil-ḏahab

430Balance pour l’or, présente dans les boutiques de commerçants et artisans du tissu, pouvait être destinée à la pesée des pièces d’or et de certains textiles tissés de fils métalliques.

431mizwalat nağgār

432Quadrant de charpentier.

433mufaṣṣal

434Coupée, probablement pièces non encore assemblées ni cousues (A. Barthélemy, 1969).

435muḫalla‘ à rapprocher de ḫal‘a ( ?) « Espèce de soie écrue très mince en fil » (A. Barthélemy, 1969).

436muḫattam

437« À carreaux » (A. Barthélemy, 1969) ; « bigarrées, à grandes figures blanches quadrangulaires » (R. Dozy, 1968).

438muḥayyara

439« De grandeur moyenne » (A. Barthélemy, 1969).

440mulawwan

441Bigarré (A. Barthélemy, 1969) ou, hypothèse, correspondrait à la technique de l’ikat. Le fil ou les fils de soie sont teints avant d’être tissés, selon le procédé dit actuellement « tye and dye ». On noue par endroit de façon très serrée l’écheveau avant de le plonger dans de la teinture : là où il y a nœud, la teinture ne prend pas. Le fil apparaît alors comme « bigarré » : à partir de ces fils, un tissu ikat sera réalisé (D. Chevallier, 1962).

442mulqī

443Ouvrier qui passe les fils de la chaîne dans les lices (A. Barthélemy, 1969).

444muqallam

445« Rayées » (A. Barthélemy, 1969) ou « dessinées », « peintes », indiennes peintes.

446muqaṣṣab

447Tissé de fil métallique. A. Barthélemy, 1969, définit ainsi le terme : muqaṣṣab ou bi qaṣab, « fil d’argent doré entouré sur du fil de soie, or filé sur soie ». Dans les textiles muqaṣṣab, le fil métallique fait partie de l’étoffe dans laquelle il a été tissé. Qualifie la plupart du temps des tissus onéreux, particulièrement de la moire (ḫāra), du ḥaṭāy, du darāya, du karmasūt et de la soie ; l’adjectif s’applique également à quelques objets « finis » vendus dans les boutiques : des maḥrama, des baqğa, des šadd et des ġaṭā šāš.

448murammaḥa

449« Étoffe rayée » (A. Barthélemy, 1969) ; « à longues raies » (R. Dozy, 1968).

450mūrī

451« Une toile de coton qui vient des Indes ; il y en a de fines, de grossières, de larges, d’étroites, de blanches et de rouges ; toutes ont 12 aunes de long sur différentes largeurs » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « simple coton, de bonne qualité, qui convient à la peinture sur chintz et provient de la côte de Coromandel » (J. Guy, 1998).

452musūd, sing masd (variante de mast)

453« Chausson en forme de bottine » (R. Dozy, 1968) ; « sorte de bas long et large en cuir jaune qu’on met par dessus le bas ordinaire et qu’on porte avec des pantoufles » (A. Barthélemy, 1969).

454muṭarraz

455« Damassure, linge ouvré, linge damassé » (R. Dozy, 1968) : la racine ṭrz signifie broder. Les vêtements et les meubles se partagent à peu près équitablement les simples broderies muṭarraz : coussins, draps, enveloppes de coussins, sofra ; mais également caleçons et pantalons, chemises, cordons et grands voiles.

456muṭlī

457« Recouvert d’une couche d’or ou d’argent » (A. Barthélemy, 1969).

458muzarkaš

459« Broder, broder d’argent » (R. Dozy, 1968) ; broder (A. Barthélemy, 1969) ou « embroided with gold wire » (J. Redhouse, 1974) ; « Muğarkiš en langue populaire, la forme correcte est muzarkiš (fabricant d’ornements d’or). Métier très répandu auparavant à Damas, disparu aujourd’hui. Les anciens appréciaient que l’on mît des ‘uruq (filets) et des pièces (qiṭa‘) d’argent pur sur les meubles et literies – les trousseaux des mariés – et on donnait ces pièces, fabriquées par un ouvrier, au muzarkiš avec les literies ; il apposait ces pièces et les y cousait de manière convenable » (al-Qasimy, 1960). S’applique à quelques rares vêtements, plutôt destiné au mobilier domestique, coussins, maq‘ad, liḥāf, et à des tentes, bašḫāne.

N

460nāfa, nāfe

461Fourrure tirée du ventre d’un animal (J. Redhouse, 1974, F. Meninski, 2000).

462naqaš

463Peint de diverses couleurs (A. Barthélemy, 1969).

464naqī

465Nettoyé, lavé, pur.

466nīl

467Indigo. L’indigo est obtenu à partir d’une plante « indigofera », faisant partie des légumineuses ; le genre indigofera comporte environ 350 espèces. Formes attestées dans nos documents : nīl indien (hindī) et lahūrī (de la ville de Lahore, indien également) ; nīl ‘amalī, sans doute du Guatemala.

468nims

469nims, en arabe et nümüs en turc : mangouste, belette, fouine, furet ou putois. Voir sansar.

470nīrat ḫašab

471Lisse de métier à tisser, voir anīra.

472niṣf, niṣfiyyāt

473Moitié, allusion à une technique de tissage ?

P

474paça

475Patte d’un animal, fourrure tirée de la patte.

476pancheranguis

477Indiennes à dessins multicolores (K. Fukasawa, 1987) ; littéralement, à cinq couleurs.

Q

478qabā

479Manteau, « des cabas bleus et longs fermés sur le devant avec des boutons et tout à fait échancrés au cou » (R. Dozy, 1845) ; « par dessus, ils ont une veste qu’ils appellent caba [...] ; cette veste est cotonnée et piquée et vient jusqu’à my-jambes ; elle est fort échancrée par le devant, et le côté droit s’étend jusque sur l’estomach, et vient s’attacher sous l’aisselle gauche avec des cordons, et le côté gauche s’étend par-dessus et vient s’attacher au côté droit avec quatre cordons... » (R. Dozy, 1845, citant Thévenot).

480qadaq

481« Une cotonnade finement tissée, persan », (W. Floor, 1999) ; « a narrow, calico cloth, of all colors and of size suitable to make one qabā » (C. Bier, 1987). Ici, suivi de l’adjectif hindī, importé d’Inde, ou ḥalabī, d’Alep.

482qafṭān

483« Manteau riche » (A. Barthélemy, 1969) ; « chez les Bédouins de Palestine, caftan de satin ou de moire, fait comme une soutane, qui va jusques au milieu de la jambe, avec des manches larges » (R. Dozy, 1845, citant le chevalier d’Arvieux). Dans les inventaires, ne sont pas constitués de drap (ğūḫ), mais de tissu moins commun, plus chatoyant, souvent à rayures, de soie et coton mélangés (quṭnī ou ḥalā’ilī).

484qā’im ḫāne (voir caimacanis)

485qalamkār voir calankars

486qalī

487« Soude ». Cette « soude » (qalī), que tous les teinturiers détiennent, indispensable pour que l’indigo puisse teindre de façon solide et permanente les étoffes, est « un agent alcalin [...] qui provient de l’incinération de l’ušnān al-qalī, plante que l’on trouvait en abondance dans la steppe de la région syrienne de Palmyre [...], petit arbuste sec et sauvage, elle est séchée à proximité de fosses creusées dans le sol dans lesquelles elle était ensuite brûlée [...] Les cendres se consumaient avec une huile issue des sèves pour former, après refroidissement, une masse solide, compacte et grise contenant des carbonates alcalins. » (T. Grandin, 1984).

488qālib

489Bourre des coussins et matelas.

490qamarī

491Percale (R. Dozy, 1968).

492qamīṣ plur. qumṣān

493Chemise.

494qanṭāš

495« Une forme de qunbāz » (A. Barthélemy, 1969).

496qaṣab

497Fil métallique, « fil d’argent doré entouré sur des fils de soie » ( A. Barthélemy, 1969). Existe sous forme qaṣab ḥalabī, d’Alep.

498qašša

499Panier d’osier.

500qāwuq

501« Wadded cap or hat » (J. Redhouse, 1974) ; « ancienne coiffure blanche des cheyḫ (A. Barthélemy, 1969) ; « turban, bonnet fait de drap bleu foncé et doublé de coton cousu en forme d’un chapeau haut sans bord, sur lequel on met un schall ou mousseline blanche appelé schâsché, pour les Turcs de qualité ».

502qaysī

503Caissie : toile sans doute de lin, égyptienne. Dans les inventaires, existe aussi sous forme de fils de lin ou de coton.

504qazz

505« Soie grège » (A. Barthélemy, 1969 ; R. Dozy, 1968), non décreusée, de la soie brute, extraite de son cocon, sans aucune préparation qui l’aurait séparée de son grès. Semble constituer des fils. Existe sous forme qazz muṭā’ir, dévidée ?

506qilāda

507« Bandes d’étoffe que l’on met au cou du chameau ou du cheval » (A. Barthélemy, 1969). Dans les inventaires sont mesurées en coudées.

508qīmā

509Sortes de manteaux ?

510qinṭār

511Qinṭār de Damas qui compte 100 raṭl, « pèse en moyenne » 185 kg (W. Hinz, 1955) ; aux alentours de 200 kg (Archives de la Chambre de commerce de Marseille, carton J 1579).

512qīṣā

513À rapprocher de ğiṣ ou ğaṣ ou qaṣ, qiṣāṣ, signifiant plâtre, ou gypse, du sulfate hydraté de calcium naturel (A. Kazirmiski, 1860) ?

514qīṭān, plur. qayāṭīn

515Ganse, cordonnet tissé de soie ou de coton (A. Barthélemy, 1969) ; cordon lacet (R. Dozy, 1968) ; « cordonnet » (H. Almkvist, 1891) qui oppose le terme à šarīṭ ; les qīṭān sont de soie et coton et utilisés pour les vestes de drap et les pantalons » (al-Qasimy, 1960).

516qiṭṭ

517Chat, dont on utilise la fourrure.

518qiyās

519« Matelas étroit pour divan » (A. Barthélemy, 1969).

520qulān

521« Bande large et épaisse destinée à renforcer et à attacher, quelquefois destinée à une tente (J. Redhouse, 1974) ; « sangle » (M. Kütükoğlu, 1983).

522qumāš, plur. aqmiša

523Tissu, étoffe.

524qunbāz, plur. Qanābīz

525« Longue tunique ou blouse d’hommes, en étoffe quelconque et à manches, fendue par devant sur toute sa longueur, croisant sur la poitrine, s’agraffant sur l’épaule gauche et se fermant à la taille au moyen d’une ceinture » (A. Barthélemy, 1969).

526qurqūbī

527La forme du mot suggère une origine géographique, la ville de Qurqūb, dans le Khuzistan, province située au nord du golfe Persique. R.B. Serjeant fait longuement allusion, pour la période médiévale, à l’importance des productions textiles de la région, égalant par leur qualité celle des villes égyptiennes de Tinnīs-Damiette. Parmi les villes célèbres du Khuzistan, il cite la cité de Qurqūb. Les tissus de Qurqūb présents à Damas étaient-ils encore des importations du Khuzistan ? Ou étaient-ils devenus de simples imitations locales ? Dans les inventaires, semble être un tissu de soie et coton. L’étoffe est utilisée comme textile d’ameublement, matériau de différents coussins, de table/ nappe, sofra, employé comme housses (wağh), ou couverture (liḥāf). Onéreux, le tissu est réservé aux plus riches des défunts et surtout défuntes de la ville.

528quṭn

529Coton, matériau utilisé pour la bourre de matelas et de coussin.

530quṭnī

531« Étoffe dont le dessus ou la chaîne est le satinet, dont la trame ou l’envers est de coton » (A. Barthélemy, 1969) ; « étoffe de soie et de coton » (R. Dozy, 1968) ; « à trame soie et chaîne coton, généralement semé de fleurettes d’or ou d’argent sur un fond rayé de toutes nuances » (G. Ducousso, 1913) ; « satin de soye fabriqué aux Indes » [...] Entre les différentes sortes d’atlas, les plus considérables sont les cotonis, les cancanias, les calquiers, les cotonis bouille et les bouilles chafmay ou charmay. Les atlas cotonis sont ainsi nommés, parce que le fond est de coton et le reste de soie » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « satin de soie fabriqué aux Indes [...] Ses nombreuses variantes se nomment cancanias, calquiers, quemkas, bouilles cotonis à fond de coton et bouilles charmays. L’atlas cotonis orné de fleurs de soie, parfois d’or et d’argent est mentionné dans l’inventaire de Mazarin, 1653 » (E. Hardouin-Fugier, 1994). Voir alāğa, aṭlas. Existe sous forme quṭnī ‘ağamī, composition de moindre qualité, dans laquelle le coton domine. Utilisation dans les inventaires : pour les hommes, des vêtements de dessus, qafṭān surtout, de toutes les couleurs, blanc, bleu, rose, couleur d’oignon, couleur de miel, beige, et qunbāz, šadd et une pièce destinée à la coiffure, qāwuq. Pour les femmes, des qafṭān blanc et jaunes, des qunbāz, des baqğa et un coussin.

R

532rafīq

533« Caleçon » (A. Barthélemy, 1969).

534rašna

535Résine (rašīna dans R. Dozy, 1968), ou gomme.

536raṭl

537De Damas, vers 1700 : 600 dirham, soit 1,85 kg, c’est-à-dire 1/100 de qinṭār (W. Hinz, 1955) ; 12 uqiyya de 50 dirham, soit 600 dirham (J.-P. Pascual, 1985) ; « la rotte de 600 dragmes rendant 5 livres un quart poids de Marseille, soit 2,037 kg » (J. Savary des Bruslons, 1748).

538raṭl ḥadīd

539Poids en fer.

540rīš ni‘ām

541Plumes d’autruche.

542rubā‘iyya

543Quart, allusion à une technique de tissage ?

S

544sadā

545Chaîne du tissu (A. Barthélemy, 1969).

546safl ‘alī

547Étoffe d’origine égyptienne de faible valeur, sans doute destinée aux populations rurales ou nomades.

548sağğāda

549Tapis de prière.

550salaband

551Martingale.

552salāmī

553« Brocade avec rayures et fleurs, tissé à Selimiye près d’Istanbul » ou « an 18th and 19th century silk fabric with vertical stripes and decorated with flowers woven in metallic thread » (N. Gürü, 1988).

554salampūrī

555« Toiles que l’on fait dans plusieurs États de la côte de Coromandel. Il y en a de blanches et de bleues ; les blanches ont 72 cobres de long sur deux et un quart de large ; les bleues n’ont que trente-deux cobres de longueur sur la largeur des blanches [...] Le cobre revient à dix-sept pouces et demi de France » (J. Savary des Bruslons, 1723, K. Fukasawa, 1987).

556sammūr

557Zibeline.

558sansar

559Putois, voir nims.

560saraband

561« A bandage for the head » (J. Redhouse, 1974).

562sarğ

563Selle.

564sarḥatliyya

565Vêtement de dessus, souvent garni de fourrure.

566saway à rapprocher de sevai

567« Une fabrication ancienne, très populaire aux xviiie et xixe siècles, en soie et fils d’argent » (N. Gürsü, 1988) ; ou « patterned silk material used for women’s clothes » (Sephardi Jews, 1990).

568sebet ou sepet

569Petite malle de bois à couvercle bombé.

570sirenk

571« Satin broché, une forme simple de brocart [...] destiné à suppléer au drap d’or et d’argent, la soie jaune utilisée devant reproduire les effets de l’or » (J. M. Rogers, 1987). Ici, tissus d’ameublement destiné à trois liḥāf et trois coussins.

572sevai : voir saway

573sīlānhār

574De Ceylan.

575sinğāb

576Petit-gris, également fourrure tirée de la peau blanche de son ventre.

577sofra

578« Table où l’on mange consistant en une nappe de cuir qu’on étend à terre » (A. Barthélemy, 1969). Le contexte révélé par les scribes atteste que le sofra n’est pas toujours constitué de cuir, mais également de tissu, ici de soie.

579sulflānī

580Peut-être selṭaniye, l’une des principales étoffes d’Alep (A. Barthélemy, 1969, au terme qumāš).

581sūsī

582« Des mousselines de soye rayées de diverses couleurs, qui viennent des Indes. On les appelle mousselines, quoiqu’il n’y entre aucun coton dans leur fabrique, comme dans les véritables mousselines. Ce qui leur a fait donner leur nom, c’est une espèce de bourre légère qui paraît sur la superficie de la toile comme sur les mousselines. Ce sont de vraies toiles de soye. Il n’y a que les Indiens qui ayent la manière de travailler ainsi ces sortes d’étoffes. Les soucis sont de différentes longueurs et largeurs ; y ayant des pièces qui n’ont que huit aunes de long sur trois quarts de large et d’autres vingt aunes sur deux tiers » (J. Savary des Bruslons, 1723) ; « la soie est tissée avec des rayures de coton dans le Punjab et le Sindh » (G. Birdwood, 1880) ; « Sousae, soosies, Hindi susi, Striped or chequered fabric of silk or mixed cotton and silk, woven chiefly in the Malda-Kasimbazar area, but also available in others parts of India (e.g. Gujarat) under the same name. They were usually about 1 yard in breadth and varied from 10 to 20 yards in lenght » et citant une lettre de 1716 : « ordered for London : sooseys of 20/1 yard, 8000 pièces small stripes and 14 or 15 white and black stripes in each bale (J. Irwin, 1996/III) ; « Soussi, du mot persan sosī. Étoffe faite d’un mélange de coton et de soie avec un décor de rayures multicolores. Elle est surtout tissée au Bengale » (G. Roques 1996).

Š

583šabkān

584 ?

585šadd

586« Étoffe à turban, mais également étoffe, coton, mousseline, etc., à ceinture » (A. Barthélemy, 1969) ; « pièce de mousseline, de soie, ou d’autre étoffe que l’on roule autour de la calotte du turban » et, comme deuxième sens, « ceinture » (R. Dozy, 1968).

587šakākir : cf. seersucker

588« Striped fabric of mixed silk and cotton woven in the Malda-Kasimbazar area » (J. Irwin, 1996/III) ; « étoffe des Indes, soie et coton rayées de soie et travaillées à peu près comme la mousseline » ( J. Savary des Bruslons, 1723).

589šāla

590Châle : « tant que subsista en Europe la mode des châles de l’Inde et de la Perse, Damas occupa une centaine de métiers à en tisser de fidèles imitations. La trame était tout coton et la chaîne mélangée mi-soie, mi-coton » (G. Ducousso, 1913) ; dans les inventaires, existe sous la forme : šāla muqallam, šāla ṣaġīra kašmīr (J. Irwin, 1955), šāla zertār, brodés de fils d’or, attestés à plusieurs reprises dans H. İnalcık, 1993.

591Textile : « šāl, collectif ou de matière, étoffe en laine semblable à celle dont on fait les châles » (A. Barthélemy, 1969) ; à propos des ‘abā, « there were also most luxurious versions of the ‘abayeh, called shaleh, made from finer woollen materials » (S. Weir, 1989).

592šalta

593Galons de soie (R. Dozy, 1968).

594šamla

595Bandeaux, turbans (A. Barthélemy, 1969).

596šamsa, plur. šamsāt

597« Petit disque d’or ou d’argent qui entre dans la parure des femmes » (A. Barthélemy, 1969) ; « ornement rond, petite boule en forme de soleil, gland d’or ; ornement en or ou en argent dont on garnit le collet d’un caban » (R. Dozy, 1968). Dans les inventaires, ces « glands », la plupart du temps estimés par paire (zawğ), ne sont pas toujours de métal, mais peuvent avoir été confectionnés dans un beau tissu de soie, le maḫā’iš ; l’or n’est jamais évoqué ; en revanche, les šamsāt sont faits ou ornés de fils métalliques (qaṣab) de piètre valeur.

598šamṭ

599Textile, et non pas écheveau de soie ; décompté en pièces, et non pas pesé ; sans doute une cotonnade, de faible valeur. Utilisation en housses de matelas ou de coussins.

600šamṭ, plur. šumūṭ ḥarīr

601« Grand écheveau de soie qu’on lie par place avant de l’extraire de la forme ou kūfiyya » (A. Barthélemy, 1969) ; « fil autour du fuseau » (R. Dozy, 1968) ; « fusée » (D. Chevallier, 1963-1964).

602šanbar, plur. šanābir ou šambar

603« Crêpes noirs, de soie, qui proviennent de Homs ou de Damas, utilisés comme voiles de cérémonie » (S. Weir, 1989).

604šaqfa

605« Un morceau, une pièce » (A. Barthélemy, 1969) ; « morceau, pièce, de quoi que ce soit » (R. Dozy, 1968). Nous proposons la traduction « coupe ou coupon ».

606šaqqa

607Ensemble de deux peaux d’animaux semblables, cousues l’une à l’autre (al-Qasimy, 1960). Pelote de soie.

608šarīṭ plur. šarā’iṭ Fil, cordonnet (A. Barthélemy, 1969) ; cordon (R. Dozy, 1968), qui ajoute, pour la forme ašriṭa, le sens de galon, liseré, passe poil et pour la forme šarā’iṭ, plur. de šarīṭ : cordes ou rubans ; « šarīṭ, souvent employé en décoration, bande, tresse, galon » (H. Almkvist, 1891). Dans les inventaires, rubans ou galons, plutôt que cordons, objets décoratifs plutôt que fonctionnels.

609ša‘riyya

610« Voile de crin de cheval noir porté par les femmes » (R. Dozy, 1845).

611šaršaf

612Drap.

613šāš

614« Longue pièce de mousseline ou de soie que l’on roule autour de la calotte du turban » (A. Barthélemy, 1969) ; dans les inventaires, ces mousselines sont de fabrication locale ou importées d’Inde.

615šīt

616« Le çit est un tissu de coton ordinaire, qui était importé d’Inde en grande quantité aux xviie et xviiie siècles [...] Une variété commune en était réalisée dans le Gujarat [...] Le çit était aussi fabriqué dans l’Empire ottoman, en particulier à Alep [...] Le tissu a été l’objet d’une large consommation populaire après le xvie siècle, imitant les onéreuses soieries brodées [...] La technique [...] consistait à utiliser des blocs de bois pour imprimer des tissus colorés, des cotonnades, et semble avoir été largement utilisée, production de masse pour un large marché dans l’économie préindustrielle » (H. İnalcık, 1993) ; J. Savary des Bruslons, 1748 : « Chites, toiles de coton des Indes, extrêmement belles dont la peinture ne dure pas moins que les toiles mêmes, sans rien perdre de leur éclat. Elles viennent du Masulipatan ville du royaume de Golconda sur la côte de Coromandel », ou « Chinte-seronge, toile blanche de coton propre à être imprimée et mise en couleurs qui se fabrique aux Indes orientales. Les pièces n’ont que 6 aunes de long, sur trois quarts de large » ; « des toiles peintes, il y en a d’imprimées avec des moules, et des peintes au pinceau. Toutes, en général, s’appellent des chites » ; « probablement de l’hindi chint, indiquant une étoffe tachetée. Il s’agit de toile peinte ou imprimée » (G. Roques 1996). Au terme de notre analyse, le çit désigne deux tissus très différents : certains çit sont des indiennes peintes ou imprimées, les autres sont seulement des cotonnades simples. Leur origine peut être indienne (šīt maḥmūdiyya ou kamrūlī), ou ottomane (çit de Bursa, d’Alep, de Dyarbakir, ou d’autres régions de l’Empire ottoman).

617šulṭār

618« A kind of saddle-cloth of a horse woolen material » (J. Redhouse, 1974). Sous forme šulṭār de Palmyre (tadmurī).

619šuql ou chuquelas « Étoffes soye et coton fabriquées aux Indes orientales. Elles sont toutes rayées et ne diffèrent entre elles que parce qu’il y en a à grandes et à petites raies. Elles ont depuis 7 aunes de longueur, sur cinq huit de largeur, jusqu’à 16 aunes de long sur cinq six. On les appelle aussi chercolées et cherconnées » (J. Savary des Bruslons, 1748) ; « hindi chakta. Striped cloth of mixed silk-and-cotton. [...] Chuklaes of small stripes and lively colours » (J. Irwin, 1996/III).

620šūṭ, plur. šawāṭa

621Pompon (R. Dozy, 1968).

622šūtār

623À rapprocher de chauter, chowter, « calicot simple et blanc, en général de bonne qualité, tissé dans de nombreuses régions de l’ouest des Indes » (J. Irwin, 1996/I). Dans les inventaires, il est qualifié effectivement de « blanc » ou maḥmūdī.

624ṣabbāġ

625Teinturier.

626ṣafrāwī

627Textile d’origine égyptienne, dont le nom évoque la teinture en jaune.

628ṣağaq

629Franges faites d’alağa, ou de de coton filé (maġzūla) ou de laine ; peut se présenter en coupes (kasmāyāt ṣağaq) ; destinés aux rideaux des fenêtres, au trousseau (ğihāz) et aux šanābir (voiles) qui sont utilisées par les paysannes (al-Qasimy, 1960).

630ṣandal

631« Nom d’une étoffe de soie, taffetas » (R. Dozy, 1968) ; « étoffe qui était fort estimée chez les anciens, dont on faisait entre autres choses des bannières. Borel estimait que ce nom luy vient de Sandal (santal) dont il y a de trois sortes, le rouge, le blanc et le citrin, il dit aussi qu’il vient de Sindon, et celui-ci de Sidon, ville de Syrie. Du Gange dit que c’était une étoffe de soye et que ce mot vient de Setal, à cause qu’elle était tramée de soye » (M.-J. Eymard-Baumelle, 2001) ; « étoffe célèbre citée dès le 9ème, souvent confondue à tort avec le samit [...] le sandal est importé de l’Inde, de l’Égypte, de la Chine, en particulier par Constantinople (refait en Occident), souvent teint en rouge ou vermeil ; l’étoffe de soie, d’armure taffetas, est unie ou brodée, brochée ou peinte » (E. Hardouin- Fugier, 1994) ; « tissu mêlé de soie et coton, ipekli pamuklu » (Tarihi Dergisi, 1982) ; « mélange de soie et de coton, ou composée de pur coton, ou de pure soie » (M. Kütükoğlu, 1983). Dans les inventaires, semble être de soie et de coton mélangés, et utilisée prioritairement comme matériau de vêtement, ğantiyān et libās, qunbāz, ṣāya, exceptionnellement tissu de liḥāf, possession spécifiquement féminine.

632ṣarmā

633Fil métallique argenté ou doré (R. Taylor, 1993 ; N. Gürsü, 1988).

634ṣāya

635« Manteau à rayures longitudinales, formées dans le tissage et fendu aux coutures de côté » (S. Weir, 1989).

636ṣūf

637Laine ; dans les inventaires, laine en vrac, destinée à la bourre des matelas et coussins ; mais aussi lainage : pièces de ṣūf, lainages de différentes couleurs, rouge, verte, noire, violette, cramoisie, couleur de pistache ou de miel. Ces tissus de laine étaient destinés à la fabrication de vêtements, en particulier des ‘abā, souvent de laine, ou des pantalons (ğaqšīr ou libās).

638ṣundūq

639Coffres, en bois le plus souvent ; dans les inventaires existent des ṣundūq miḫmal, certains mufaḍḍaḍ, argentés ; sans doute ces objets étaient-ils faits d’un matériau solide, le bois ou le métal, et recouvert de velours auquel se mêle de l’étain (muqazdar), et plus souvent de l’argent.

T

640tarlik

641« Gilet ou camisole à manches », mais également pantoufles (J. Berggren, 1844).

642tīġār

643« Grand pot de terre vernissée [...], pot en terre destiné à recevoir du jus » (R. Dozy, 1968) ; « vase ou fosse destinée à recevoir du jus » (A. Barthélemy, 1969).

644tūb

645Pièce de tissu, de longueur et largeur variables.

646ṯa‘lab

647Renard, parfois blanc, sūt ( ?) dont la peau est utilisée comme fourrure.

648ṯultiyya

649Tiers, allusion à une technique de tissage ?

650ṭabḫa, voir fasḫa.

651ṭabqūr

652« Sangle » (M. Kütüoğlü, 1983) ; « girth or surcingle » (J. Redhouse, 1974) ; produit sans doute fini, se vendant à la pièce.

653ṭanāfisī

654Vendeur de tapis.

655ṭanāmī

656Textile d’origine égyptienne, sans doute lin (K. Fukasawa, 1987).

657ṭāqa

658Synonyme de tūb, pièce ; « a fold or a piece of silk cloth » (H. Inalcık, 1993) ; « chaque courge comprenant 20 pièces » (Hobson-Jobson, 1994) ; utilisé plus particulièrement pour les tissus indiens.

659ṭarāš

660Qualifie ici un qalam ; ṭarāš signifie avant tout « blanchi à la chaux ».

661ṭarrāḥa

662Coussin sur lequel on s’appuie.

663ṭarflīr

664Tartre. Utilisé par les teinturiers.

665ṭāṣ

666Une variété d’ikaté en forme de gobelet (D. Chevallier, 1962).

667ṭawāṭī

668Coussins, matelas ; « colchoncillo que se pone al rededor de la cama » (F. Cañes, 1760) ; « matelas qu’on pose contre les trois murs de l’iwan, sur la ṣuffa ; quand il n’y a pas de ṣuffa, on les met par terre ; sur ces fins ṭawâṭî, on en met d’autres, matelas ou grosses couvertures appelées qiyyâs. » (H. Almkvist, 1891).

669ṭūbāt

670Pelotes, deux fois associées à du fil métallique, qaṣab.

671ṭūmān

672Pantalons.

673ṭunfusa

674« Tapis persan de haute laine, tapis noué » (A. Barthélemy, 1969). Formes : ṭunfusa ḫašāya (ḫašāya de ḫayš, étoffe grossière en poil de chèvre, A. Barthélemy, 1969) ou ṭunfusa kurde (kurdiyya), de meilleure qualité.

U

675‘ūd

676Encens.

677‘ulba

678Boîte.

679uqiyya

680Il y a 12 uqiyya de 50 dirham dans un raṭl de Damas aux xvi-xviie siècles.

681urṭā

682Tapis de laine de Salonique appelés « mantas » qui étaient utilisés soit comme couvertures de lits soit comme tapis proprement dits (I. S. Emmanuel, 1935).

683‘uṣfūr ou ‘aṣfur

684Désigne une plante, le faux safran ou safran bâtard, dont le nom scientifique est Carthamus tinctorius.

W

685wağh

686Enveloppe, housse de coussins, de matelas et de couverture ; mais aussi « doublure externe d’une fourrure ».

687waraqa

688« Feuille, lame, morceau de métal plat de peu d’épaisseur » (R. Dozy, 1968) ; « feuille très mince d’or » (M. Kütükoğlu, 1983) ; « thin metal foil used for decoration » (Sephardi Jews, 1990) ; « au début du Moyen Âge, on utilisait de l’or pur qui fut ensuite remplacé par de l’argent doré. On utilisait, comme alternative au fil d’or, de fines feuilles d’or couchées sur des membranes animales ou du papier » (P. Scott, 1993).

689wašī

690« A figured stuff » (R.B. Serjeant) ; « terme arabe qui désigne un tissu à décor par opposition à une étoffe de couleur unie » (G. Cornu, 1992). Ici, d’Aurangabad (akrānšahī).

691waṣla

692« Pièce rajoutée, rallonge » (A. Barthélemy, 1969) ; « allonge, morceau, pièce » (R. Dozy, 1968).

Y

693yaġmuġluq

694Manteau de pluie.

695yalik

696Gilet.

697yamanī

698L’étymologie suggérerait que l’étoffe provienne du Yémen, sans que la preuve n’en apparaisse jamais. Un « coton de couleur » (R. Dozy, 1968) ; une « indienne souple » (A. Barthélemy, 1969) ; non pas une indienne peinte ou imprimée, mais un tissu courant (G. Veinstein, 1999). Suivi de certains qualificatifs, c’est une indienne : yamanī bencharenk, de pancheranguis aux cinq couleurs, « une indienne à dessins multicolores » (K. Fukasawa, 1987) ou encore jafarcani, ou de Bairoch ou de Sironje, sironğī yemenī (G.Veinstein, 1999) et de yamanī qalamkār. Dans les inventaires, existe une fois sous forme de fil de yamanī, pesé ! Utilisations : le yamanī est une des étoffes dominantes de l’ameublement, assurant la composition de plusieurs sortes de coussins, matelas. C’est alors une simple cotonnade, possédant une caractéristique : le tissu ne porte qu’exceptionnellement un nom de couleur ; le yamanī fait partie de ces textiles n’ayant jamais dû passer par la teinture.

699yān

700« Tapis ras pour le sofa, divan » (M. Kütükoğlu, 1983).

701yāqāt

702« Faux cols, cols, collets d’habit, de chemise » (A. Barthélemy, 1969) ; « collar for a garment » (J. Redhouse, 1974) ; « le terme yāqa, en turc yaqā, ne désigne pas le collet, mais le "tour du cou" (H. Almkvist, 1891).

703yastaqiyya

704« Coussins qui, dans l’iwan, sont sur la ṣuffa » (K.V. Zetterstéen, 1925).

705yazmā ou bazmā

706Une belle indienne, imprimée.

707yen

708« A garment’s (caftan) second sleev which hung down from the shoulder over the arm » (N. Gürsü, 1988).

Z

709zamzahan

710« Étoffe rayée d’origine arabe, diffusée par l’Espagne musulmane » (E. Hardouin-Fugier, 1994).

711zanāqāt

712Brides, « brides de bonnet d’enfant » (A. Barthélemy, 1969) ; « bande qu’on attache sous le menton et qui passe sur la tête » (R. Dozy, 1968), évoquant les iznāq des coiffes palestiniennes décrites par S. Weir, 1989.

713zarbā

714Jamais signalé dans les dictionnaires comme nom de tissu. A. Barthélemy, 1969, à la racine zrb, signale un sens : « sorte de fil de soie » ; R. Dozy, 1968, entre autres sens : « enceinte de filets, filet ». Une hypothèse : le zarbā serait le résultat d’un travail féminin sur le fil, qui aboutirait à un produit « crocheté », une sorte de maille obtenue à partir d’instruments analogues à l’aiguille à tricoter ou au crochet, un genre de dentelle, généralement blanche. Utilisation : coussins, baqğa, mais surtout ‘araqiyya et ṭāqiyya.

715zardāwā

716Martre dont la fourrure est utilisée.

717zunnār

718Ceinture.

719zurzūrī

720Gris pommelé (R. Dozy, 1968).

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540