Version classiqueVersion mobile

Des tissus et des hommes

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Conclusion

Texte intégral

1Sur les pages des registres du tribunal de la qisma de Damas, les juges et leurs greffiers, dans l’obligation de protéger les droits des héritiers, ont inscrit plus de 85 000 termes uniquement consacrés aux tissus que renferment les boutiques de 78 artisans et commerçants du textile et les demeures de 121 Damascènes. À ces mots, ils ont ajouté des données chiffrées, des quantités et des prix.

2Ces traces écrites du passé, ces relevés secs et énigmatiques, dépourvus de tout affect, de toute émotion, de tout jugement, ont peu à peu rejoint leurs places sociales : modestes artisans très spécialisés ne possédant que leurs mains et leurs outils, ou artisans étendant des activités mieux diversifiées à un commerce local, s’élargissant dans un plus large espace ; commerçants d’étoffes les plus communes ou spécialistes de la soie ; boutiquiers qui, dans leurs échoppes, présentent aux clients damascènes un éventail des productions textiles qu’ils recherchent, tout en leur permettant d’acquérir chez eux des objets les plus quotidiens extérieurs aux simples textiles, ou exhibent des étoffes offrant en elles l’exotisme de mondes étranges et lointains ; négociants qui allient à la vente de textiles de choix la fabrication, la teinture ou élargissent leurs occupations à des domaines éloignés de leur « métier » principal : la savonnerie, le commerce du café, le commerce de l’argent.

3Ces 85 000 termes, si l’on tient compte des répétitions, définissent un ensemble plus restreint de 800 objets environ pourvus de leurs qualificatifs : voilà les morceaux du puzzle que l’on a tenté de reconstituer. Certes, les contours de quelques rares pièces restent indécis, mais ces imprécisions n’interdisent pas de placer des mesures sur le tissu, des tissus sur les vêtements ou les éléments du mobilier, tout en apportant des nuances de composition, de teinte ou de qualité.

4Si l’histoire économique et sociale se passe à la rigueur d’illustrations, le puzzle une fois reconstruit devrait déboucher sur une image. Et le lecteur a dû s’irriter bien des fois devant l’absence de reproductions. Quelques tournées dans les musées nous ont convaincus que le moment n’était pas venu de tenter les illustrations. Les textiles sont fragiles. Trois siècles les ont bien abîmés, mités ou pourris : ces étoffes du passé, entreposées momentanément dans des boutiques, ont peut-être disparu. Les musées occidentaux présentent des pièces dont les plus anciennes remontent rarement jusqu’au début du xviiie siècle, et dont beaucoup ont perdu leurs noms vernaculaires. L’identification n’était pas, pour le moment, scientifiquement valable. Renonçons, pour l’instant. De belles photographies en couleur existent, qui illustrent les textiles du xixe et surtout du xxe siècle, et apaiseront la frustration possible du lecteur : nous en avons cité le plus souvent les auteurs et les ouvrages, S. Weir, J. Kalter, R. Crill, Mémoire de soie et bien d’autres, sans oublier, pour les textiles indiens, le merveilleux dictionnaire de J. Forbes Watson qui présente même les échantillons des étoffes qu’il décrit.

  • 1 E. Hardouin-Fugier, 1994, p. 17.

5Les définitions apportées aux tissus tout au long de cet ouvrage, fidèles aux dictionnaires, aux récits de voyage, aux manuels de commerce auraient cependant nécessité la loupe du spécialiste : il n’est pas sûr que l’on puisse accorder une confiance absolue aux identifications de textiles proposées dans les sources. Le nom d’un textile est souvent lié aux techniques qui ont présidé à son élaboration. E. Hardouin-Fugier, dans son Dictionnaire historique, précise bien que « la technique est à l’évidence omniprésente dans la désignation des étoffes [...] Le mode de tissage règne en maître : le deux pas, de très nombreux nombres d’armures (façons d’enlacer les fils) désignent des étoffes, tels sont toiles, serges, taffetas...1 ». L’aṭlas, traduit satin, correspond-il à une armure « satin » ? Le hirimzī traduit taffetas correspond-il à l’armure la plus simple du tissage, l’équivalent de l’armure toile ? Un spécialiste des tissus, à la seule observation du textile, déciderait avec certitude de la technique de tissage.

6À défaut d’illustrations, un bref aperçu des couleurs satisfera peut-être l’imaginaire du lecteur.

7Les boutiques n’offrent pas à l’œil du client damascène la chatoyance à laquelle la fréquentation des magasins de tissus français, et mieux encore, indiens, habitue le regard. L’immense majorité des tissus ne porte pas de nom de couleurs. La principale distinction qui autorise la construction d’une typologie des commerçants en étoffes damascènes repose sur des adjectifs de couleur, qui avaient d’abord échappé à notre attention, centrée uniquement sur les noms des textiles. Les tissus les plus quotidiens, les plus modestes, les cotonnades et les étoffes de lin, ne sont pas qualifiés de noms de couleur, ayant échappé au long et onéreux processus de la teinture : parmi eux, quelques pièces « bon marché » apparaissent sous leur seul nom de couleur, textiles dits « blancs » ou « noirs », et de valeur un peu supérieure, de « couleur de noisette » (bunduqī). En revanche, les teintes de quelques-uns des textiles vendus dans les dukkān ont attiré l’attention du scribe. Les couleurs de certains de ces textiles semblent avoir traversé allègrement les siècles : le hirimzī est rouge ou vert, le kandakī, toujours rouge, comme les descriptions contemporaines les désignent encore. En tête des étoffes colorées, le ‘ātikī et l’alāğa. Observateur pressé, le greffier a le plus souvent seulement qualifié le premier de ces textiles, sans doute, d’un décevant « teint » qui concerne une soixantaine de pièces et sollicite peu l’imagination. Les teintes blanches et bleues dominent nettement, une soixantaine de tūb pour le blanc, une quarantaine pour le bleu, suivies de très loin par du rouge (14), du zaytī, du miskī (4) et enfin du noir (2). L’alāğa, de coton et de soie, présente beaucoup plus de variétés : 1 pièce bleue, 1 pièce verte (nabātī), 3 roses (wardī), 1 rouge (aḥmar), 7 vertes (aḫḍar), 16 couleur de noisette (bunduqī), 47 violettes (banafsağī), 94 « bigarrées » (mulawwan) et 134 de la plus prestigieuse des couleurs, vermeil, kawāzī, teintes à la cochenille et atteignant la valeur de 3,5 piastres la pièce, alors que, dans l’ensemble, le tūb ne vaut que 2,5 piastres. Les mêmes couleurs recouvrent le beau tissu ḥaṭāy ; placées en deuxième position dans la description du scribe qui s’attache d’abord à préciser que le tissu a été tissé de fils métalliques, les couleurs paraissent donc secondaires. La presque totalité des pièces de baġdādī porte un nom de couleur. Quelques-unes sont vermeilles, très onéreuses, 7 piastres l’une, quelques-unes « foncées » (ġāmiq), mais la qualification de « alwān » est nettement dominante, réservée à plus des deux tiers des pièces ; le sens retenu aurait été un simple « coloré » si le terme n’avait pas été presque spécifique de ce textile, qualifiant plus des deux tiers de ces tūb. « Presque », puisque le même adjectif de couleur (alwān) ou un adjectif semblable « mulawwan » caractérisent d’autres tissus, la moire (ḫāra), le darāya, le ḥalā’ilī, qui ont comme particularité d’être composés, dans des proportions variables, de soie et de coton. Confirmons l’hypothèse déjà présentée : le greffier, qui n’hésite pas à colorer de teintes bien précises les étoffes quand celles-ci sont passées chez le teinturier, réserve son alwān ou mulawwan à traduire l’aspect effectivement bigarré, traduction que propose Barthélemy de ce terme, des fils de soie teints suivant la technique ikaté. La soie (ḥarīr), lorsqu’elle porte un nom de couleur, à une exception près, noire, est également mulawwan.

8Quand il s’attache à l’estimation des biens de la maison, le greffier définit par la couleur, dans plus du quart des cas, les étoffes qui composent vêtements et éléments du mobilier. En désignant les noms des textiles, il privilégiait par ses précises descriptions les étoffes nobles de la partie riche de la population damascène ; c’est également de façon très inégalitaire qu’il s’intéresse à la couleur des objets de tissus : 1 380 habits et meubles portent, chez les riches, un adjectif de couleur, 172 chez les pauvres. Certes, cette différence de presque un à dix s’atténue si l’on considère que les riches sont infiniment mieux pourvus de biens que les pauvres. Contentons-nous donc de pourcentages : 16 % des habits et meubles de pauvres sont définis par leurs teintes, 26 % chez les riches, assez, dans les deux cas, pour imaginer les nuances dont les Damascènes sont entourés dans leur vie quotidienne. Assez peu cependant pour se demander comment un textile peut être dépourvu de couleur : brut, écru ? ou si délavé que la netteté de la nuance a disparu, ou n’a pas été jugée digne d’être mentionnée par un greffier fatigué se limitant à la description la plus brève possible d’un misérable bien ? De cette lacune, on ne peut conclure à l’existence d’un univers domestique d’une nuance « neutre » qui n’existe pas.

9Les couleurs franches et nettes dominent : blanc, bleu, rouge, jaune et vert, suivies d’un rose et d’un violet bien représentés ; plus de vingt fois citées, à l’exception du noir, des nuances mūr (violet colour or dye violet, purple ; violet-coloured, Redhouse), ou māwī (cf. may, light blue, Redhouse) et souvent associées à des noms de fruits, voire de légumes : noisette, miel, noix, pistache, aubergine, orange et oignon.

10Ces teintes ne sont pas également distribuées dans la population riche et pauvre, féminine et masculine.

11Les femmes pauvres restent dans la grisaille absolue, si l’on peut dire : sur la couleur de leurs biens, le scribe est resté particulièrement muet, ne qualifiant, pour 17 d’entre elles, que 56 objets d’une valeur moyenne d’une piastre. Aucune teinte ne domine, et ce piètre ensemble de couleurs ne présente, pour l’analyse, aucune fiabilité statistique.

12Les femmes riches, par la quantité d’habits et surtout de meubles qu’elles possèdent, ont évidemment été privilégiées par l’attention du greffier : 652 objets portent leurs qualificatifs de teintes, 428 pièces du mobilier et 198 vêtements. Toutes les couleurs sont représentées, avec une nette préférence cependant pour le rose et le jaune. Le rose est plutôt réservé aux vêtements, beaucoup de pantalons ou caleçons (ğantiyān, rafīq, libās), des manteaux et vestes (qafṭān et qunbāz) ; le jaune aux éléments du mobilier, quelques coussins, quelques housses de coussins, mais surtout une majorité de couvertures (liḥāf), la plupart de soie, et quelques vêtements de sortie, qunbāz et qafṭān. Une femme riche se reconnaît à la variété à la fois des tissus et des couleurs qui caractérisent le même objet. Un exemple en convaincra. ‘Ā’iša bint Faḫr al-a‘yān Aḥmad Aġā b. Rikāb, fille de militaire et épouse d’un šayḫ lui-même fils de šayḫ, possède une collection de couvertures : une en soie verte, une en soie jaune, une en soie qurqūbī jaune, deux en soie bleue, une en ṣandal bleu, deux en soie rose, une en soie couleur de pistache jaune ; un qafṭān jaune, un en moire bleue, l’autre rose ; un qunbāz en moire bleue, l’autre en quṭnī jaune, le dernier tout simplement rose.

13Chez les hommes pauvres dominent les couleurs sombres. Très peu de meubles portent leur teinte, 10, dont 5 tapis, bisāṭ et labbād, 1 coussin, 1 couverture, 2 serviettes ; mais 95 vêtements de toutes les couleurs, parmi lesquelles dominent nettement le noir et le bleu : des manteaux (qabā, ğūḫa, qīmā, šāya) et un pantalon bouffant, šalwar.

14Le blanc, s’il n’est pas absent des garde-robes masculines humbles, caractérise particulièrement le monde masculin riche, qui se distingue également par la variété des teintes (blanc, rouge, miel et, dans une moindre mesure, le bleu et le noir, plutôt couleur des hommes pauvres) dont seules sont absentes les teintes spécifiquement féminines du rose et du jaune. Ce sont les vêtements (409 pièces), plus que le mobilier (269), qui, chez les hommes riches et à l’inverse des femmes, portent leurs palettes de couleurs. Dans les éléments du mobilier, le blanc particularise surtout les serviettes ; parmi les habits, les calottes (‘araqiyya et ḫimār), les ceintures, l’iḥrām bien sûr, différents types de manteaux, qafṭān, qunbāz et surtout les šāya. Le rouge est la seconde teinte propre aux hommes riches, utilisée principalement en coussins, housses de coussins, et préférée pour tous les types de pantalons (ṭūmān, ğaqšīr, rafīq), manteaux et vestes (ğūḫa, qunbāz, burūğiyya, qīmā) et pour les châles. Comme pour les femmes, les personnages masculins très riches se caractérisent par la variété de couleurs et de tissus, qu’un même objet peut revêtir : les qafṭān du šayḫ ‘Alī al-Sa‘dī al-Ǧibāwī faits de quṭnī ou de ḥalā’ilī sont blancs, verts, bleus, violets, couleur de noisette, vermeils, couleur de miel et même roses, ses pantalons (libās) roses, jaunes ou vermeils, ses coussins, bleus, jaunes, rouges ou verts, etc.

15Les linceuls sont rarement à deux places : ces individus, dont les successions ont été prises en compte par le juge et ses aides, constituent des groupes isolés de veufs et de veuves, riches ou pauvres. La vie aurait pu les réunir et il n’est pas interdit de placer côte à côte les éléments de leur mobilier qui constituaient une partie de leurs intérieurs domestiques. Oublions les lacunes sans doute significatives des greffiers qui n’ont pas attribué de couleur aux objets les plus humbles des personnes les plus humbles. Il est alors possible de reconstituer au moins les nuances de l’environnement textile des plus beaux de ces intérieurs. Dans ces demeures orientales, ce ne sont pas les tapis qui donnent de la chatoyance. Ils sont peu nombreux à présenter des couleurs : 6bisāṭ, tous rouges, 12 labbād, plutôt sombres (2 noirs, 4 bleus, 2 miel, 2 blancs), 3 sağğāda, 2 blancs et 1 jaune. D’autres existent, certes, sans coloris définis. Apportent quelques taches blanches ou bleues uniquement, avec une préférence pour le blanc, les serviettes (manšafa) et les draps (šaršaf), à une exception près, maintes fois soulignée : l’important šayḫ ‘Alī al-Sa‘dī al-Ǧibāwī, qui détient 8 draps rouges ! Les « meubles » qui apportent diversité, chatoyance et lumière, ce sont les couvertures, les coussins et leurs housses. Près de 200 liḥāf (186) présentent une variété de teintes qui exclut absolument le blanc : le jaune et le rose dominent (47 et 38) suivis de loin par le vert (18), le rouge (14), le vermeil (10), et de rares mulawwan (4) sur du tissu baġdādī de soie, de couleur de pistache fustuqī (3), du violet (2) et couleur d’aubergine (2). Les coussins et les housses de coussins évitent également le blanc, teinte de 4 coussins seulement et d’une seule housse de ṭarrāḥa : les coussins et leurs housses privilégient les teintes très vives et gaies, surtout le rouge (116 coussins, 53 housses et 4 coussins et housses vermeils), le jaune (36 coussins, 9 housses), le vert (20 coussins, 18 housses), le bleu (29 coussins, 13 housses) et enfin le violet (13 coussins, 4 housses).

16À travers le monde occidental et oriental subsistent probablement, bien cachés, soigneusement conservés, dans les musées et chez les collectionneurs, quelques traces de ces objets. Notre conclusion sera donc : muséologues, collectionneurs de tous les pays, unissez-vous ! De ces tissus ottomans et indiens présents dans Damas vers 1700, nous vous avons fourni les noms, la qualité, les couleurs, la valeur, les usages. Vos trésors et nos observations se complètent. Que cet ouvrage soit donc interactif. Nous attendons vos observations.

Notes

1 E. Hardouin-Fugier, 1994, p. 17.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search