Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et espaces en Palestine

 | 
Roger Heacock

Avant-propos

Texte intégral

1C’est au plus fort du deuxième soulèvement palestinien – l’intifada d’al-Aqsa – que Henry Laurens m’a demandé si nous pouvions à l’université de Birzeit nous joindre à lui, à Nadine Picaudou et à Muhammad Ali Khalidi, dans un projet de recherche concernant la mémoire, l’histoire et l’identité palestiniennes, et devant se dérouler sur plusieurs années entre la France, la Palestine et le Liban. Ce livre est, avec la série de rencontres scientifiques à Beyrouth, à Paris et à Birzeit, une première publication existante et une troisième à paraître, le résultat de cette heureuse et courageuse initiative.

2Le fait qu’il soit basé sur l’atelier tenu en mai 2006 à Birzeit relève également de la gageure, car il a permis, malgré le terrain instable, à de nombreux Palestiniens de l’intérieur, chercheurs et public intéressé, de contribuer au débat d’idées sur leur propre passé et leur propre devenir, joignant ainsi à leur rôle habituel d’acteurs celui, encore trop souvent marginal, d’interprètes historiques. Que la rencontre ait eu lieu à une époque où la transition démocratique, objet de tant de luttes, battait son plein, n’ayant pas encore été étouffée, se ressentait dans les débats, et se ressent ici. L’édifice qui en sort doit son titre, « Temps et espaces en Palestine : flux et résistances identitaires », à la superposition de contributions individuelles pour lesquelles le sujet Palestine est le résultat, et non la prémisse immuable, d’une Recherche à la fois proustienne et empirique.

3Il s’agit d’un ouvrage trilingue (les textes en arabe ayant été traduits), le travail d’un groupe de chercheurs agissant sur trois continents et venant de plusieurs origines (avec toutefois une majorité de contributeurs palestiniens). Cela témoigne de la diversité d’approches, la réelle hybridité d’un volume relevant non seulement d’une théorie de la pratique (c’est en quelque sorte son sujet) mais également d’une pratique de la théorie (par son inspiration, sa production, ses conclusions).

4À cet égard, l’apport de nombreuses personnes a été vital, et je signalerai ici pour les remercier tout particulièrement Majdi Malki et Einas Khayyat de l’Institut Abu-Lughod à Birzeit, Youssef Courbage de Beyrouth et de Paris, Franck Mermier, Nadine Méouchy, Laetitia Démarais et Amira Zakher, de Beyrouth, Alexis Wick de New York et, encore une fois, Nadine Picaudou et Henry Laurens. Sans leur contribution à la fois intellectuelle, administrative et technique (toutes ces personnes ayant fourni un travail polyvalent), ce volume n’aurait pas vu le jour et, avec les traducteurs et les autres auteurs ils ont produit un ouvrage de recherche, d’analyse, de réflexion et d’écriture collectives, d’une qualité et d’une valeur exceptionnelles.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540