Version classiqueVersion mobile

Louis Massignon et l’islam

 | 
Pierre Rocalve

Première partie. Ce qu’est l’islam pour Massignon

Chapitre VI. La signification de l’Islam : mission, vocation

Texte intégral

1À ce stade de cette étude, on peut s’interroger sur la signification de l’Islam pour Massignon, ce qu’il appelait sa « mission », ou sa « vocation ».

  • 1 Présence de Louis Massignon, p. 93.

2Pour répondre lui-même à cette interrogation, il a toujours cherché à situer l’Islam dans l’histoire du salut (il s’est donc placé, contrairement à ses principes, d’un point de vue chrétien et non dans "l’axe" de son sujet, l’Islam). À cet égard, on peut noter qu’un dominicain vivant en terre d’Islam comme le P. Anawati, s’appuyant sur un disciple aussi fidèle à la pensée de Massignon que l’était Louis Gardet, considère1 que si la question peut être légitimement posée par un chercheur, par un historien comme Massignon, elle est prématurée du point de vue théologique : « Il est trop tôt pour donner à l’Islam une place dans la problématique du Royaume et du salut. » Cette superbe indifférence de la part des chrétiens et surtout des chrétiens d’Orient ne pouvait qu’exaspérer ou attrister Massignon.

3Par principe, par fidélité à ce qu’il considérait sa vocation propre, à ce qui donnait un sens à sa vie, Massignon s’est avant tout attaché à mettre en valeur les aspects positifs de la mission de l’Islam, mais il en a aussi souligné les insuffisances, tout son être visant, comme on l’a vu, par la substitution compatiente, à combler ce vide, à parachever l’Islam, et même à l’incorporer à l’Église.

4C’est, en effet, beaucoup plus que par un exposé doctrinal, par le vécu, par un témoignage de vie que Massignon a cherché à situer son apport au dialogue islamo-chrétien.

L’INSERTION DE L’ISLAM DANS L’HISTOIRE DE LA RÉVÉLATION

  • 2 Signe marial, p. 14.

5Pour Massignon, l’insertion de l’Islam dans l’histoire de la Révélation s’est accomplie à plus d’un titre : sur le plan prophétique, d’abord, Mohammad ayant lui-même revendiqué comme mission, à rencontre des juifs et des chrétiens, de ramener la Révélation à sa pureté première. S’exprimant au nom des exclus, les Agaréniens, il s’est dressé contre les privilégiés (les juifs) qui ont voulu garder pour eux seuls le Salut. Contre les chrétiens perdus, de son temps, dans des controverses futiles, pour les « contraindre à retrouver une forme de sanctification plus dépouillée, plus primitive, plus simple »2. Sur le plan spirituel, en second lieu, par le caractère exemplaire de ses mystiques, de ses saints.

JUGEMENT DE MORT

6Est revenue, d’autre part, "négativement" à l’Islam, nous venons de le voir, « la mission universelle de rappeler la promulgation, au nom de Dieu, d’un Jugement de mort, qui portera axialement sur tout le plan de la nature ». Mohammad a été « l’annonciateur négatif du Jugement de mort qui atteindra tout le créé ».

  • 3 Salut de l’Islam, p. 143.

7Le Jugement de Dieu, annonce le Coran, « sera rendu à rencontre des privilégiés sur le rendement en bien commun de leurs ("nos") privilèges pour ceux qui en étaient exclus ».3

8Massignon a lui-même toujours davantage, dans sa vie, partagé ce désir de justice de l’Islam. « La justice, disait-il, est la perfection de l’amour, de la consommation de la justice par la parousie du Seigneur Jésus. »

  • 4 H.I., p. 54.
  • 5 Cf. particulièrement « Liminaire » à Dieu Vivant, cahier 7, « Avenir de la science », en collabora (...)

9Pressentant, dès 1935, Bandoeng, Massignon voyait l’Islam « prendre la tête d’une insurrection générale des exploités contre l’oppression technique supérieure, bancaire et scientifique, d’une Europe sans Messie et sans Dieu4 ». Notons que dès cette époque, il s’élève contre le "technique", thème qu’il développera à satiété à l’époque de sa collaboration à Dieu Vivant5 et qui l’opposera, plus tard, à J. Berque dans leur dialogue sur les Arabes paru dans Esprit.

LA LANCE ÉVANGÉLIQUE

  • 6 H.I., p. 52.

10L’Islam a eu, ainsi, un rôle fondamental à l’égard de l’Église tout au long de son histoire : il a été, selon une de ses images les plus fortes, « la lance évangélique qui stigmatise la chrétienté depuis treize siècles »6.

11Ce thème de la lance est revenu souvent, surtout à la fin de sa vie, sous sa plume : l’Islam a été « l’épée flamboyante, sainte lance dressée contre les privilégiés de Dieu, un rappel et une menace contre la chrétienté, qui l’oblige à l’héroïsme des croisades qui l’unifient, à celui des protomartyrs franciscains de Marie, [et] suscite l’institution des fêtes liturgiques, la fondation d’ordres religieux ».

  • 7 Examen, p. 59-62.
  • 8 H.I.,p. 53-55.

12L’expression de cette idée est de plus en plus fulgurante. Mais c’est très tôt qu’il a, dans sa carrière, dressé l’inventaire des services rendus par l’Islam à l’Église. Tout un chapitre du Présent de l’homme lettré de 1917 y est consacré7 (sous le titre, caractéristique de l’esprit missiologique qui animait alors le jeune Massignon : « Rôle de l’Islam dans l’histoire du monde pour le triomphe de la chrétienté »), ainsi que de larges développements dans L’hégire d’Ismaël8 : la longue lutte de la chrétienté contre l’Islam fut « providentielle ; elle sauvegarde l’unité de la chrétienté, la supranationalité du chef de l’Église, durant sa formation scolastique et sacramentaire, les intercommunications sociales durant la formation des classes, des nations et des ordres religieux [...]. Au cours de ce duel mystérieux, où la chrétienté est sommée, sous peine de mort [...] de rester digne de son maître, l’Église a trouvé dans ses épreuves passagères de nouvelles sources de vie éternelle ». Et ceci, qui peut faire sourire les incrédules : « On doit à la persécution musulmane bien des apostats, mais aussi tant de confesseurs et de martyrs, canonisés ou proches d’être canonisés. »

ISLAM ET ÉGLISE

  • 9 Salut de l’Islam, p. 146.

13« L’élan de dévotion théocentrique », la nature spirituelle de l’Islam, sa foi dans la transcendance "surélèvent" l’Église elle-même9.

  • 10 Les trois prières d’Abraham, P. D., p. 267.

14Et les chrétiens, sommés par Mohammad de réaliser « cette règle de perfection monastique, rahbaniya, qui seule forme en eux la seconde naissance de Jésus, anticipe en eux, par cette venue de l’Esprit en eux, la Résurrection des morts dont Jésus est le Signe »10.

15Massignon, qui avait eu tant de difficultés à affermir sa foi (lettres à Paul Claudel) après l’illumination initiale et connu, dans l’Union, les intermittences que Ḥallāğ a décrites, ne pouvait qu’être subjugué par les qualités de pureté (iḫlāṣ), de simplicité et de ferveur de la foi musulmane en la Transcendance, par la "soumission" de l’Islam.

  • 11 Il n’est pas dit dans Parole Donnée où ce texte a été d’abord publié.

16Dans un texte très dense et très important (publié dans Parole donnée, p. 284-511), intitulé « A la limite », daté de noël 1956, Massignon, éprouvé par les persécutions que lui valait son action pour l’Algérie, écrit : « Enterrés vivants, il nous reste au cœur cette étincelle ultime de la Foi [...] même quand de singuliers théologiens, au service du bras séculier, doutent que cette Foi musulmane soit théologale - cette Foi du pauvre, de l’arriéré, de l’ignorant haï de notre chrétienté sceptique -, Foi pour qui il n’y a plus, en Dieu, qu’un seul mystère, celui de son unité. L’acte pur où il s’unifie Lui-même : "tawhîduhu iyyâhu tawhîduhu." [...] Cherchons donc avec Abraham, chez les Musulmans que nous acculons au désespoir le plus atroce, dans la Cité Maudite où nous les poussons - Cité du refus essentiel, du reniement de l’hospitalité demandée à Lot -, cette ultime étincelle de Foi. »

LE SIGNE MARIAL

17Enfin, Massignon a recueilli, nous venons de le voir, tous « les signes de la Bonne Nouvelle du Christ dans l’Islam », le Signe mariai et les marques de dévotion du Coran à Jésus et à Maryam.

18Dans la ligne de sa pensée, on pourrait même mettre au crédit de l’Islam d’avoir permis, en refusant de reconnaître la Crucifixion, aux stigmatisés et particulièrement au premier des « vexillaires de la Passion », Saint François d’Assise, de prouver par cette ordalie la divinité du Christ. Il y a là, nous l’avons vu, une des sources spirituelles de la Badaliyya.

  • 12 Signe marial, p. 12.

19Lui-même considère12 que « bien des esprits réfléchis admettent que la réalité de la crucifixion n’est pas incompatible avec la foi musulmane [...] ; d’ailleurs, le sens obvie des versets coraniques est une protestation contre l’idée que l’âme est mortelle » ( et non que Jésus n’a pu souffrir en croix).

20Il a souvent relevé des "lignes de force spirituelles" qui convergent entre le christianisme et l’Islam. C’est ainsi qu’il écrit dans la lettre n° X à la Badaliyya : « Notre petit nombre [les badaliyyotes], loin de se décourager, est réconforté de prier sur des "lignes de force spirituelles" qui, à travers toute l’histoire de l’Islam, convergent vers la plus profonde liturgie de la prière chrétienne, liturgie mariale qui fait concevoir tout Jésus, depuis la Crèche jusqu’à la Croix. »

LES INSUFFISANCES DE L’ISLAM

21Malgré sa volonté de rendre justice à l’Islam, Massignon n’a pas pu, cependant, ne pas en souligner les insuffisances.

22Il n’est que de se reporter au véritable procès de l’Islam que constitue le Présent de l’homme lettré, œuvre de jeunesse, certes, et qu’il n’a pas éditée, mais pour des scrupules théologiques.

23De façon générale, nous avons vu que le rejet catégorique par l’Islam de l’Incarnation et de la Trinité n’est pas présenté comme rédhibitoire par Massignon, d’abord parce que ce refus procède, selon lui, principalement d’une défense intransigeante de l’Unicité et de la transcendance divine, ensuite parce que l’Islam lui paraît perméable au mystère de la Crucifixion et de la Rédemption comme en témoigne le recours de Mohammad à l’ordalie (mubāhala de Médine) - preuve que le Prophète était prêt à se fier à Dieu pour ce qui concernait la divinité de Jésus -, et aussi comme en a témoigné Ḥallāg dans son martyre de crucifié (encore que Massignon ait analysé dans L’arabe, langue liturgique de l’Islam (1935) ce qu’il a appelé la « prudence terrienne » de « l’arabianisme » que le Coran a accentuée et confirmée : « La race arabe se trouve ancrée dans une ignorance presque invincible de la crucifixion et de sa douloureuse réalité »).

  • 13 H.I., p.35.

24Quant à la Trinité, il est allé, dans L’hégire d’Ismaël13, jusqu’à relever « l’étonnante formule presque trinitaire dans l’acte créateur du "Fiat" divin : lorsque Dieu a décidé une chose, il commande, en lui disant : sois ! »

25En revanche, tout donne à penser - ses lettres à la Badaliyya en témoignent - que Massignon a profondément souffert de la sécheresse de l’Islam, de sa vacuité d’amour, qui constitue à ses yeux un véritable inachèvement.

  • 14 Examen, p. 60.

26Il avait même, à cet égard, évoqué l’enfer, dans le Présent de l’homme lettré : « L’Islam a voulu exclure de la béatitude des élus toute vision intuitive de l’essence divine, et de leur sainteté toute union d’amour transformante, réduire enfin leur éternité au contentement de la chair et à la pensée pure de l’intelligence ; c’est l’enfer, avec la peine du dam, sans la peine du sens. »14 Et nous savons, par des témoignages, que bien après les temps du Présent de l’homme lettré, il parlait toujours de l’enfer, privation d’amour, auquel l’Islam condamne ses adeptes.

  • 15 P.D., p. 285.

27Si Massignon ne s’est donc pas appesanti dans ses écrits sur ces manques de l’Islam, nous savons, par ceux qui l’ont connu, que ses jugements étaient d’autant plus sévères qu’ils étaient inspirés par un sentiment d’impuissance devant les "imperfections" d’une religion vis-à-vis de laquelle il se sentait redevable d’une dette. Il a transformé cette dette en expatriement, il s’est fait otage de l’Islam. « Nous voulons, peut-on lire dans "A la limite"15, entrer dans cet Acte Pur (le tawhîd), par la non-violence du "fiat" mariai, par nos amis musulmans, nos frères, afin d’être "Un" ensemble avec eux, nous, leurs substitués, comme Dieu est Un. »

  • 16 H.I., p. 15.

28Le plus souvent, dans ses écrits, en effet, il s’est contenté de formules pudiques, de litotes. Par exemple, dans L’hégire d’Ismaël16 : « Qu’en privé, tel ou tel [musulman] priant se sente blessé d’amour par Dieu, c’est permis [...], mais qu’il ne l’avoue pas, car le musulman juge n’avoir que la foi seule à restituer à Dieu, comme présent digne de Sa gloire. »

29Le texte le plus significatif à cet égard est son court développement sur « L’aridité spirituelle selon les auteurs musulmans » paru en 1937 dans les Études Carmélitaines, où il fait ressortir que « toute l’apologétique musulmane condamne comme chrétienne l’idée d’un Paradis de liesse divine ».

  • 17 Linceul de feu, p. 253.

30Mais Massignon ne peut que heurter la sensibilité des musulmans, comme le note V. M. Monteil dans son Linceul de Feu17, lorsqu’il écrit dans la note liminaire des Trois prières d’Abraham : « Ismaël, c’est l’islamisme monothéiste des exclus, sans for interne et sans espérance, qui n’est pas une simple hérésie raciale arabe. »

Notes

1 Présence de Louis Massignon, p. 93.

2 Signe marial, p. 14.

3 Salut de l’Islam, p. 143.

4 H.I., p. 54.

5 Cf. particulièrement « Liminaire » à Dieu Vivant, cahier 7, « Avenir de la science », en collaboration avec M. More et Brice Parain, 1947, O.M., III, p. 790-796.

6 H.I., p. 52.

7 Examen, p. 59-62.

8 H.I.,p. 53-55.

9 Salut de l’Islam, p. 146.

10 Les trois prières d’Abraham, P. D., p. 267.

11 Il n’est pas dit dans Parole Donnée où ce texte a été d’abord publié.

12 Signe marial, p. 12.

13 H.I., p.35.

14 Examen, p. 60.

15 P.D., p. 285.

16 H.I., p. 15.

17 Linceul de feu, p. 253.

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search