Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le personnage de la femme dans le roman et la nouvelle en Égypte de 1914 à 1960

 | 
Charles Vial

Conclusion générale

Texte intégral

1On est en droit de se demander si la bataille du féminisme a eu une incidence notable sur l’élaboration de notre personnage. Il est frappant en effet que la partie la plus importante de notre documentation, et donc de nos développements, concerne un état pré-féministe de la femme. Certes nous avons vu que les progrès réalisés par celle-ci n’étaient pas décisifs dans tous les domaines, mais cette prédilection des romanciers demeure étonnante. En les suivant, et sans avoir à distinguer parmi eux en fonction de leur optique propre concernant le personnage, nous avons pu facilement recomposer la physionomie pitoyable d’un être écrasé par le Destin, garrotté par un réseau de contraintes qui, la vie durant, s’imposent à lui.

2Quand il s’est agi de le montrer s’efforçant de redresser la tête dans un petit nombre de domaines où sa volonté devait logiquement chercher à s’exprimer, nous nous sommes aperçu que la veine romanesque était nettement moins riche. Si bien qu’il a fallu tenter d’expliquer pourquoi et donc rétrograder, rechercher dans les « dits » du Prophète et certains proverbes, les parti pris anciens qui empêchent les femmes de faire certaines choses et les romanciers de le leur permettre. Aussi refus et contestations ne sont-ils pas très fréquents dans cette littérature. L’opposition verbale est rarement entendue et ne se signale ni par son originalité, ni par son habileté. Aucun romancier, apparemment, ne s’est intéressé à représenter des défenseurs crédibles des droits de la femme. La résistance active aux divers « maîtres », telle qu’elle peut s’exprimer dans des comportements ou des attitudes, est en général mieux sentie, mais la marge dans laquelle le conflit peut prendre quelque ampleur demeure étroite. Tout ce qui concerne le travail féminin, par exemple, se borne à peu de chose. Bien mieux, on voit dans ce cas un moyen de libération devenir preuve de l’implacable fatalité : la femme travaille parce qu’elle est misérable ou laide. Et d’ailleurs son activité professionnelle, les problèmes qui en résultent pour elle — en dehors de la question matrimoniale — ne sont pas évoqués. Les mêmes constatations pourraient être faites concernant l’inexistence d’une tentative de libération sexuelle ou d’une responsabilité sociale de quelque consistance.

3Aussi pour s’arracher au poids du passé les écrivains ne croient pas aux vertus d’un combat qui, selon eux, serait illusoire. Ils préfèrent dégager de leur personnage des vertus proprement féminines qui lui permettent de jouer les premiers rôles à côté de l’homme, voire au-dessus. Certains d’entre eux décèlent même dans la femme des dispositions à la tyrannie qu’ils rapprochent de la fameuse « ruse féminine » et ils y joignent une mystérieuse tendance à nuire. Il y a là une résurgence de croyances anciennes fortement ancrées mais peut-être aussi la crainte, plus moderne, d’une revanche de la femme.

© Presses de l’Ifpo, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter