Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le personnage de la femme dans le roman et la nouvelle en Égypte de 1914 à 1960

 | 
Charles Vial

Avant-propos

Charles Vial

Texte intégral

1Cette étude a attendu cinq ans avant d’être publiée. Il faut dire que, assez vite après son achèvement et jusqu’à une date très récente, la conjoncture au Liban n’était guère favorable à l’impression de travaux de recherche. C’est à la persévérance, au dévouement et à l’amitié de Thierry Bianquis et de Jean-Paul Pascual, respectivement Directeur et Secrétaire scientifique de l’Institut Français d’Études Arabes de Damas, que mon travail sort aujourd’hui. Je tiens à les remercier, à titre personnel et en tant que responsables d’un institut où j’ai toujours été remarquablement traité et qui, en particulier, a grandement favorisé ma première véritable rencontre avec le Proche-Orient arabe... il y aura bientôt un quart de siècle !

2On pourrait être tenté de penser que, portant sur un personnage féminin, cette thèse arrivait à point nommé puisqu’elle précédait de très peu « l’année mondiale de la femme ». Ce n’était pourtant pas là le résultat d’un savant calcul mais le simple fruit du hasard. En réalité ma décision de me consacrer à l’étude de la littérature romanesque égyptienne remonte — oserai-je l’avouer ? — à 1957-1958. Simplement la première formulation de mon sujet de recherche était différente puisqu’il s’agissait des « tendances sociales ». Le regretté Gaston Wiet voulut bien considérer ce projet d’un œil favorable et mit à ma disposition, simplement, chaleureusement, les ressources considérables de sa science à la fois livresque et directe de ce pays où je n’avais encore pas mis les pieds et qui pourtant me fascinait.

3De 1956 à 1962 les relations entre la France et l’Égypte étaient si difficiles que je ne pouvais envisager de me rendre au Caire. Nominalement pensionnaire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, j’en demeurais exilé et c’est à Paris que je rencontrais mon Directeur, le regretté Sainte-Fare Garnot. Pendant ce temps-là mon Maître, Régis Blachère, qui avait accepté de diriger ma recherche, en arrivait à me conseiller de cesser de m’occuper de l’Égypte. Cette résignation eût été au-dessus de mes forces : la documentation que j’avais réunie commençait à être importante et mon attachement à cette littérature ne faisait que s’affirmer. Je ne pouvais me dissimuler cependant que le sujet que j’avais déposé me faisait obligation d’avoir de la société égyptienne une connaissance directe et précise qui semblait devoir m’être interdite longtemps encore. C’est pourquoi, en accord avec mon directeur de recherches, je changeai de sujet, adoptant celui que j’ai essayé de traiter ci-après. Je dois à la mémoire de Régis Blachère de dire quel guide à la fois exigeant et affectueux il a été pour moi. Malgré l’éloignement et la maladie il parvenait à m’envoyer de précieuses directives. Même à la fin de sa vie, pendant ce printemps de 1973 où il souffrit tant, il eut la force de m’écouter lui parler de mon travail et, une fois encore, me conseilla. Ma dette à son égard est immense, sans lui je n’aurais pas mené mon effort à son terme.

4Je dois aussi à mon Maître d’avoir connu Roger Le Tourneau dont je devais devenir l’assistant à partir de 1958 et à la mémoire de qui je voudrais également rendre hommage. Cette section d’arabe qu’il venait de créer à la Faculté des Lettres d’Aix demandait tous nos soins et donc m’interdisait de songer dans l’immédiat à partir pour l’Égypte afin de combler une lacune dont l’importance m’apparaissait de plus en plus dommageable. Les récits que je lisais évoquaient des lieux, des objets, des êtres même que je me représentais très mal et souvent dans une langue assez différente de la fuṣḥā ou des rudiments d’algérien ou de syro-libanais que je possédais. Comment pourrais-je oublier que mon chef de section accepta, notre équipe s’étant étoffée, de me laisser passer deux années universitaires consécutives au Caire ! Grâce à lui mon entreprise devenait crédible, même si elle devait demander encore six ans avant d’aboutir. Je ne puis oublier non plus les leçons de conscience professionnelle, de rigueur intellectuelle, que j’ai apprises au contact de Roger Le Tourneau. Lors de sa mort prématurée je trouvai une consolation dans le fait que notre groupe d’arabisants aixois avait traversé intact et uni autour de lui, « patron » incontesté, la difficile période d’après 1968. Les études arabes et islamiques à l’Université de Provence lui doivent tout.

5Mon séjour en Égypte m’apporta ce que j’attendais et au-delà. La découverte à laquelle je me préparais depuis si longtemps fut grandement facilitée par l’excellent accueil que je reçus de la part des quelques institutions et organisations auxquelles j’ai eu à faire. A l’I.F.A.O., François Daumas, Directeur et Serge Sauneron — qui devait lui succéder à la tête de l’Institut et connaître la mort brutale que l’on sait — ne me ménagèrent jamais leur concours, acceptant parfaitement que le bizarre pensionnaire que j’étais s’intéressât à une Égypte aussi peu « archéologique» que possible. L’Institut dominicain d’études arabes m’ouvrit lui aussi sa bibliothèque et je pus très vite compter sur les conseils éclairés des hommes compétents qui y travaillent ; parmi eux, le Père Jacques Jomier, particulièrement dévoué, me fit bénéficier de sa connaissance intime des Cairotes de tous les milieux qu’il fréquente depuis des dizaines d’années : artisans, fonctionnaires, écrivains, cheikhs ou étudiants. Même si je ne me suis pas rendu très souvent à l’Académie de Langue Arabe c’est quand même là que j’ai rencontré le regretté Maḥmūd Taymūr pour la première fois : amusé par mon goût pour la langue populaire il répondit patiemment à mes nombreuses questions et nous devions demeurer liés ; c’est également à l’Académie que je fis la connaissance du romancier ‘Abd al-Ḥalīm ‘Abd Allāh, mort récemment, et notre unique entretien se révéla très fécond pour mon information sur la langue du roman, le « poids » de la campagne dans la littérature, l’influence profonde exercée par Manfalūṭī sur toute une génération, etc... ; encore dans cette vénérable maison il m’arriva de laisser passer un homme qu’on me dit être Muhammad Ṭāha al-Ḥāğirī sans que je l’arrête pour lui parler d’al-Ǧāḥiẓ, sans doute par crainte de faire du mélange de genres ! L’Union Féministe Égyptienne, pour sa part, mit à ma disposition la documentation dont elle disposait ; ces dames très dignes se montrèrent charmantes à mon égard et par elles je pus parvenir à rencontrer Mme Suhayr al-Qalamāwī, militante féministe de la première heure, professeur dynamique, romancière de talent... et patiente interlocutrice.

6Si, on l’a vu, les institutions sont avant tout pour moi des hommes et des femmes, je dois également mentionner, pour les remercier, ces amis que je gagnai soit à la faveur de rencontres fortuites ou grâce à des relations communes : Mağdī Wahba qui m’accorda sa collaboration et son affection agissante quand tant de tâches le sollicitaient ; Maḥmūd al-Manzalāwī dont j’aimai la jovialité et l’originalité, sans compter que l’anthologie sur la nouvelle égyptienne à laquelle il était alors attelé nous valut de passionnantes conversations ; deux disparus s’imposent également à ma mémoire : Fu’ād al-Sayyid qui facilita mes recherches à Dār al-kutub, Samīr Wahbī, ce passionné de littérature moderne qui avait une mémoire d’ordinateur et des enthousiasmes d’adīb ancienne manière ; à ‘Abd al-Mun‘im Murād, gérant un peu amer de la sévère librairie Dār al-Ma‘rifa, je dois d’avoir rencontré l’écrivain Mme Bint al-Šāṭi’ et son époux le regretté Amīn al-Ḫūlī.

7Les écrivains représentent évidemment, avec les critiques littéraires, la catégorie d’Égyptiens vers laquelle mes préoccupations me portaient de préférence. Aussi ne doit-on pas s’étonner que je compte beaucoup d’amis parmi eux. Je ne puis les remercier un à un pour l’extrême gentillesse dont ils ont fait preuve à mon égard. Disponibles, serviables, m’offrant, suivant les cas, l’hospitalité de leur ‘ezba ou quelques volumes de leur bibliothèque ou le dernier exemplaire restant de leur introuvable recueil de nouvelles, ils m’ont maintes fois prouvé la haute idée qu’ils se font de l’amitié. Je ne puis les citer tous mais qu’on me permette du moins d’adresser à deux d’entre eux, qui les représenteront en quelque sorte, l’expression affectueuse de ma fidélité et de ma reconnaissance. Zuhayr al-Šāyeb était trop jeune pour avoir écrit et publié avant 1960 et donc son nom n’apparaît jamais dans cet ouvrage ; avant de devenir un conteur célèbre, il a été ce robuste fils de la campagne que j’ai connu alors qu’il venait de « monter » à la ville et qui m’a tant appris sur la vie profonde de l’Égypte rurale telle qu’elle s’exprime dans ces tournures idiomatiques que sa belle voix grave chargeait encore de signification ; il a souvent dénoncé devant moi le caractère « commercial » de certaines œuvres pourtant prisées alors et qu’il refusait d’une façon énergique et sobre, bien dans son caractère. Après ce benjamin de la corporation des lettres je souhaite en mentionner l’un des aînés. Yaḥyā Ḥaqqī est l’un des auteurs que j’ai le plus souvent mis à contribution dans les pages qui suivent. C’est sa profonde humanité qui m’a séduit en lui : même s’il est très attaché à certaines idées, sa vive sensibilité l’empêche d’être vraiment méchant ; il sait se moquer avec talent mais souvent son humour lui sert à voiler sa pudeur. En sa compagnie, que ce soit au siège de la Mağalla au temps où il dirigeait cette revue ou chez lui, j’ai passé des heures inoubliables, l’écoutant parler de poésie ancienne ou raconter ces nukat populaires, ces bons mots, ces historiettes dont tout Égyptien est particulièrement friand. L’an dernier encore nous avons eu quelques séances de travail de ce genre, détendues et fécondes, pendant lesquelles il m’a aidé à revoir ce dictionnaire des emplois du dialecte égyptien dans la littérature contemporaine que j’espère publier bientôt.

8Pour moi « Le personnage de la femme dans le roman et la nouvelle en Égypte de 1914 à 1960 » c’est cela : une chaîne d’amitiés qui de Damas à Paris, à Aix puis au Caire — et j’oublie Bordeaux et le Liban — m’a peu à peu permis de choisir un domaine puis de délimiter un sujet, de poser des questions et d’y faire quelques réponses que dictait une certaine lecture de mon corpus. Ma thèse c’est cela pour moi mais je comprends très bien que les lecteurs attendent autre chose de cette présentation. Aussi vais-je tenter maintenant d’exposer brièvement ce que je me suis proposé de réaliser.

  • 1 In Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, 2e semestre 1967, n° 4.

9Les dates qui figurent dans le titre de cette étude correspondent : l’une à la naissance du roman égyptien, l’autre à un tournant de la littérature romanesque égyptienne. Pour ne pas grossir le présent travail et pour en déterminer la documentation nous avons apporté, voici quelques années, une « Contribution à l’étude du roman et de la nouvelle en Égypte, des origines à 1960 »1 qui explique les raisons de nos choix.

10Car il nous a fallu choisir. Non seulement la période pendant laquelle nous pouvions valablement examiner comment notre personnage est représenté, mais aussi le nombre et la qualité de ceux qui le représentent. En effet si Zaynab de Haykal est le seul roman qui doive retenir notre attention au départ, le nombre des œuvres qui paraissent entre les années trente et le terme que nous nous sommes assigné est considérable.

11Faisant abstraction de notre goût personnel, nous avons essayé de tenir compte de l’opinion « moyenne » des lecteurs égyptiens — telle qu’elle peut s’exprimer dans le nombre des éditions, l’adaptation aux petit et grand écrans, les avis de critiques connus — pour établir un échantillonnage que nous espérons représentatif, eu égard à notre sujet. On y trouve, à côté d’écrivains d’ores et déjà illustres, des auteurs qui, quoique connus, ne s’imposaient pas plus que d’autres mais expriment selon nous avec une particulière clarté, un courant littéraire, une idéologie ou un sexe. Au demeurant nous n’avions pas la prétention de dresser la liste des meilleurs romanciers égyptiens, nous voulions seulement nous donner les moyens de dégager les composantes d’une représentation littéraire collective de la femme. Il importait donc d’éviter quelques écueils : laisser hors de notre champ tel élément important ; en gauchir ou exagérer certains autres ; sacrifier les nuances par une simplification abusive. Nous ne savons si nous y sommes parvenu, du moins l’éventail des noms et des œuvres est assez large pour donner quelque garantie. Notre corpus compte trente romanciers ou nouvellistes — dont six femmes — et environ cent vingt romans et recueils de nouvelles représentant l’essentiel de leur production jusqu’en 1960.

12On conviendra que le personnage que nous nous proposons d’isoler de la création romanesque y occupe une place centrale. Cela est vrai toujours et partout mais surtout s’agissant de l’Égypte au vingtième siècle où l’on peut dire que roman et femme constituent des « découvertes » récentes. Zaynab est, nous l’avons dit, le premier roman égyptien — et même arabe. Or son auteur, étudiant en droit et disciple de Qāsim Amīn, nous y fait entendre l’écho féministe d’une querelle qui a marqué le début du siècle. A lui seul ce rapprochement justifie qu’on s’intéresse à la naissance du féminisme au même titre qu’on est amené à s’interroger sur la naissance du personnage.

13Si, donc, la situation sociale de la femme doit nous retenir, c’est seulement dans une certaine mesure qu’il importe de définir. Tout ce que nous rapportons à ce sujet ne vise en somme qu’à esquisser le terrain réel sur lequel se dresse l’estrade romanesque où notre personnage évolue. Et encore, n’avons-nous demandé les éléments de cette esquisse ni aux historiens, ni aux statisticiens, ni aux sociologues mais à des polémistes, à des journalistes et autres « témoins de leur temps », c’est-à-dire à des non-spécialistes ayant déjà soumis le réel à une élaboration « littéraire ». C’est en effet leur formulation des problèmes qui a pu influencer écrivains et lecteurs et leur utilité pour notre propos est donc évidente.

14Mais dès que nous aurons donné la parole aux écrivains, ceux-ci la conserveront jusqu’au bout. Notre intervention personnelle se limitera à tirer les conséquences que leur lecture nous inspire et à classer les matériaux qu’ils mettent à notre disposition.

15Le travail qu’on va découvrir maintenant a eu comme premiers lecteurs — critiques et bienveillants — les professeurs Pellat, Laoust, Berque, Miquel. Qu’ils me permettent de clore par leurs noms la liste des nombreux amis, évoqués ici, à qui va toute ma reconnaissance. Pourrais-je terminer cette présentation sans dire à ma femme toute la gratitude que je lui dois ? Son aide de tous les instants, sa collaboration compétente, sa patience à toute épreuve ont, plus que tout, permis à mon projet de se concrétiser.

16Aix-en-Provence, le 8 février 1979

Notes

1 In Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, 2e semestre 1967, n° 4.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter